Navigation – Plan du site

Introduction

Introduction
Laetitia Rouvière

Résumés

Article introductif du numéro 20 (2013-2) de la revue L’Espace politique intitulé « Barrières frontalières »

Haut de page

Texte intégral

La fin des territoires n’aura pas lieu

  • 1 Selon M. Foucher (2007), si tous les projets de clôture se réalisaient, les barrières recouvriraien (...)

1Les murs, clôtures, et plus généralement les barrières frontalières sont des figures anciennes et classiques de délimitation territoriale ; le limes romain ou la grande muraille de Chine (édifiée à partir de 700 av. J.-C. sur plus de 2000 ans) avaient des fonctions militaires et migratoires. Ils défendaient le territoire des attaques potentielles et, se situant prioritairement aux confins ou sur les lignes de front, assuraient la sécurité en filtrant les entrées et sorties. L’intérêt des barrières militaires, qui semblait avoir disparu avec l’invention du canon, est revenu au XXe siècle après la Première Guerre mondiale. Ainsi, durant l’entre-deux-guerres de nombreux États ont édifié des lignes de casemates à leurs frontières pour empêcher l’invasion de leur territoire : ligne Maginot en France, ligne Siegfried en Allemagne, ligne Staline en URSS, etc. Dans les trois décennies suivant la très symbolique chute du mur de Berlin, la relative pacification des relations internationales n’a pas signifié pour autant l’abandon de ces instruments de délimitation : depuis les évènements du 11 septembre 2001 notamment, force est de constater un véritable « Retour des murs » en relations internationales (Vallet, David, 2012). Selon les estimations, les barrières frontalières s’étendent potentiellement sur 18 000 à 25 000 km, soit 7 à 10% du linéaire mondial de frontières internationales1.

2Si les barrières de séparation ne sont pas une nouveauté, elles apparaissent, dans un monde qui se veut « ouvert », comme un paradoxe. C'est un lieu commun que de rappeler que la circulation des flux commerciaux, financiers et humains s’est accélérée, laissant présager un « monde sans frontières » (Ohmae, 1990 ; Badie & Smouts, 1999). Mais la « fin des territoires » (Badie, 1995) n’a pas eu lieu ; les frontières persistent, se transforment, se reconfigurent, elles changent de nature. Leur « ouverture » à la mondialisation accompagne leur redéfinition et leur repositionnement en réponse à des intérêts multiples, selon des dynamiques complexes de debordering/rebordering (Spener & Staudt 1998, p.236) qui dépendent tout à la fois de la nature des flux et de leur localisation dans l'espace. Les flux financiers et invisibles, les flux commerciaux et les flux humains doivent ainsi être clairement distingués – les flux de personnes non qualifiées étant rarement les bienvenus. Par la diversité des enjeux et des acteurs qu’elle mobilise, la frontière est non seulement une institution de base dans la définition des Etats, mais aussi un processus en évolution constante (Anderson, 1996, p.11). L’hétérogénéité des barrières recensées dans le monde renvoie précisément à ce processus et à la variété des facteurs qui déterminent leur construction.

3Les barrières frontalières ont tardé à s’imposer en tant qu’objet d’étude, ceci contrairement aux murs érigés dans les villes autour des gated communities qui est un sujet plus amplement traité (au moins depuis Blakely & Snyder, 1997). Un des éléments qui expliquent cette situation est que l'État a été perçu par les géographes et les économistes comme un objet obsolète, passé de mode. Cette situation montre que le scientifique est aussi tributaire des évolutions politiques : depuis les années 1990, le « retrait de l'Etat », à défaut d'être une réalité, est une représentation décisive. La littérature francophone récente a ensuite privilégié l’approche des relations internationales (Vallet et David, 2012) ; la question a également été abordée sous l’angle des risques et des conflits (Rosière, 2012) ou de thèmes plus spécifiques comme le rôle décisif des check-points (Ritaine, 2009). La littérature anglophone s’est quant à elle intéressée aux questions de sécurité liées à la construction de barrières (Andreas & Snyder, 2000 ; Brunet Jailly, 2007), ou a traité des cas spécifiques tels que la barrière entre l’Inde et le Bangladesh (Jones, 2008) ou entre les Etats-Unis et le Mexique (Dear, 2013). Dans la continuité de ces travaux, ce numéro élargit le regard du point de vue spatial et théorique tout en proposant des approches thématiques précises.

4Sur des lignes de front potentielles ou en réponse à la perception d’une menace diffuse, les barrières de séparation apparaissent sur des frontières qui peuvent être qualifiées de mobiles (Amilhat Szary, 2012), voire, pour reprendre et étendre le qualificatif utilisé par Karine Bennafla dans ce numéro, de mouvantes – susceptibles d’être déplacées par l’Etat voisin ou dépassées par les membres d’organisations résistantes ou criminelles – ; des frontières mouvantes qu’il s’agit de fixer, de manière unilatérale. La matérialisation des frontières symbolise un aboutissement dans le processus de construction de l’Etat ; lorsque cette matérialisation prend la forme d’une barrière, elle manifeste soit un processus non abouti de démarcation, soit une volonté politique de limiter les flux migratoires. Dans les deux cas, elles participent d’un discours de défense de l’Etat ou de renforcement de la sécurité intérieure.

5Les barrières frontalières touchent alors à la dimension physique et symbolique du processus d’affirmation de l’Etat sur son territoire. Cette forme de matérialisation des frontières est-elle une manifestation des difficultés que rencontrent les Etats à gouverner leur territoire (Brown, 2009) ou à l’inverse, se situe-t-elle dans la continuité de leur mouvement de consolidation ? Comment se caractérisent les barrières contemporaines ? Qu’est-ce qui les distingue des formes plus anciennes de fermeture territoriale entre Etats ? A quels impératifs répond alors la construction de barrières frontalières ? Pour appréhender ces questions, le numéro interroge les manières de nommer et caractériser les barrières, tout en soulignant les dimensions symboliques inhérentes à leur construction et les dispositifs de contrôle concrets qui les accompagnent.

Renouvellements frontaliers. Lignes de front et frontières migratoires

6Le statut des frontières change : de limites à défendre, elles deviennent des espaces à investir. On observe un regain d’intérêt de la part des Etats pour l’administration des zones frontalières et, même sur les frontières jusque-là faiblement administrées, une volonté de matérialiser la limite, de contrôler les entrées, mercantiles et migratoires (Rouvière, 2012). Si la logique militaire dont procède la construction de barrières se maintient, elle semble désormais s’appliquer également à la construction d’autres types de barrières, notamment migratoires.

7Lorsque des murs ou barrières sont construits sur des lignes de front potentielles, « l’ennemi » est clairement identifiable et de même nature. La construction de ce premier type de barrière est souvent le produit d’un processus long et conflictuel de démarcation frontalière mais dont les enjeux dépassent la seule délimitation entre Etats et portent les héritages de la guerre froide ou des temps coloniaux. C’est notamment le cas de la « barrière de séparation » israélienne, de celle des deux Corées ou du Sahara Occidental, respectivement abordées dans ce numéro par Amandine Kervella, Laurent Quisefit et Karine Bennafla. En tant qu’instruments de fixation des lignes de démarcation, les barrières militaires sont souvent présentées comme une solution temporaire, une forme de sécurisation du territoire devant faire obstacle à une menace perçue comme existentielle (McDonald, 2008, p.567). Néanmoins, certaines de ces barrières (que l'on pense à la DMZ entre les deux Corée) perdurent...

  • 2 Conférence de Michel Foucher en plénière de clôture du colloque Border Regions in Transition (BRIT) (...)

8Des barrières d’un nouveau type apparaissent également. Leur principal objectif est de répondre à la crainte d’une menace diffuse, représentée par des individus qui, s’ils passaient la frontière, seraient susceptibles de mettre en péril la sécurité nationale depuis l’intérieur du territoire. Il s’agit de menaces déterritorialisées, globales, organisées en réseaux, mais dont la réponse renvoie à la figure territoriale la plus classique de la construction des Etats : la frontière nationale. Terrorisme, trafics, immigration clandestine : les enjeux que recouvre la construction de ces barrières peuvent mener à un certain nombre d’amalgames (Bigo, 1998). Les asymétries économiques sont également à l’origine de flux migratoires accrus que les barrières entendent contrôler, filtrer. Les barrières peuvent alors devenir un support au contrôle des flux migratoires, tout en répondant de manière « efficace » à l’impératif de faciliter la circulation des flux légaux. Il s’agit bien souvent d’un processus asymétrique (Ritaine, 2009) : comme l’affirmait M. Foucher dans une conférence, les Etats qui se préoccupent de leurs frontières sont aussi ceux qui en possèdent les moyens financiers2.

Désigner et mesurer les barrières ?

9Différents types de barrières sont érigées, dont le niveau de matérialisation varie selon les contextes. Barbelés, clôtures, murs : la grande diversité de leur aspect matériel mène à questionner le seuil à partir duquel parler de « barrière ». Si entre la frontière libre et la muraille de béton l'opposition est évidente, dans les faits la qualification des artefacts ne l'est pas toujours. Peu de frontières sont vraiment ouvertes comme entre les pays de l'espace Schengen ; elles sont souvent soulignées par des barbelés et à ce titre, de nombreuses dyades pourraient être qualifiées de barrières (figure 1). La barrière exprime une volonté, elle est un message dans un environnement avec lequel elle entre en interaction.

Figure 1. La dyade Pologne-Biélorussie

Figure 1. La dyade Pologne-Biélorussie

Source : S. Rosière, 2011

10On trouve ainsi des barrières continues ou discontinues (construites sur certains secteurs considérées comme plus perméables), les lignes de fronts et des barrières migratoires (figures 2 et 3). Si les barrières liées aux conflits territoriaux n'ont pas disparu (Cachemire, Israël/Palestine, mur des sables marocains, etc.), les tensions sur les territoires ne sont pas la cause majeure de construction de ces artefacts que nous proposons à l’analyse. Comme le montrent les figures 2 et 3, ces barrières « classiques » ne comptent que pour un total assez faible dans le linéaire contemporain des barrières : 5267 km sur un total estimé de 22.620, soit 23,3% du total, les 17.353 km restant représentant 76,7 % de barrières migratoires ou autres (figure 3).

Figure 2. Planisphère des frontières fermées

Figure 2. Planisphère des frontières fermées

Source : S. Rosière, S. Piantoni, laboratoire Habiter, 2013.

  • 3 Par ordre alphabétique, la première colonne indique l’Etat à l’origine de la construction

Figure 3. Les barrières frontalières, tentative de mesure d'un phénomène complexe3

Figure 3. Les barrières frontalières, tentative de mesure d'un phénomène complexe3

Source : S. Rosière, laboratoire Habiter, 2013.

11S’il faut distinguer les barrières qui résultent de conflits territoriaux des barrières migratoires qui apparaissent comme les objets qui signent notre époque (Rosière, 2012), le degré de conflictualité interétatique n’est pas nécessairement proportionnel à l’ostentation matérielle de la construction (figure 2). Ainsi, les murs ne répondent pas nécessairement ni uniquement à des relations conflictuelles entre Etats, ou à des conflits de souveraineté. Les Etats séparés par des barrières sont souvent liés par des accords commerciaux impliquant la facilitation de la circulation des flux de marchandises et financiers, comme le montre le cas de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.

12Les capacités économiques de l’Etat constructeur déterminent en partie les investissements réservés à ce type de construction, ce qui a amené F. Ballif et S. Rosière à affirmer que « le mur c’est le nord, alors que la clôture c’est le sud » (2009, p.197). Mais les technologies mobilisées permettent également de relativiser l’effet de la matérialité. Les capteurs et autres robots-sentinelles fonctionnent sans le support nécessaire d’un « mur ». Ainsi, des frontières visiblement peu équipées peuvent être dans les faits étroitement contrôlées. Dans ce numéro, Olivier Razac rappelle que la virtualisation du contrôle est un élément complémentaire à la matérialité de la séparation. Marie Didiot montre par ailleurs que l’efficacité des barrières en matière de contrôle n’est pas prouvée. Au-delà des objectifs affichés, les barrières frontalières doivent donc être analysées à l’aune des discours qu’elles supportent et des dispositifs concrets dont elles impliquent la mise en œuvre.

Dimensions symboliques et dispositifs de contrôle

13Les articles proposés dans ce numéro montrent que la matérialité de la démarcation n’est ni proportionnelle au niveau de conflit entre Etats, ni un gage d’efficacité en termes de sécurité. C’est alors la visibilité des dispositifs qui retient l’attention (Amilhat Szary, 2012b) : mettre en scène la fermeture serait un outil politique efficace en matière de politique intérieure, plus encore qu’un élément de dissuasion pour les individus ou les Etats potentiellement menaçants. La plupart des articles soulignent ainsi les fonctions symboliques de la construction de barrières. Face à ce constat, la compréhension des ressorts sociopolitiques de la construction de barrières passe également par l’étude des dispositifs concrets de contrôle, tant sur les postes frontières qu’en amont et en aval du passage de la ligne.

14Les barrières frontalières comportent une dimension importante de mise en scène politique destinée à réduire – ou alimenter – la peur de l’insécurité à l’intérieur des Etats. En effet, l’efficacité d’une barrière de sécurité ne s’évalue pas seulement à l’aune de son impact sur le terrain ; elle peut se mesurer par les représentations collectives qu’elle contribue à fonder ou à renforcer (Parizot, 2010). En ce sens, Philippe Beaulieu-Brossard et Charles-Philippe David proposent ici une mise en dialogue théorique entre relations internationales et géopolitique critique pour dépasser la dichotomie entre l’explication des causes de la construction des barrières et les conditions sociales – notamment discursives – d’émergence de barrières frontalières. La dimension symbolique d’affirmation de la souveraineté et de l’autorité de l’Etat sur son territoire constitue un élément essentiel pour la compréhension de la multiplication des murs. Marie Didiot et Isabella Damiani abordent cet écart entre la menace perçue et les mesures politiques mises en œuvre, pour interroger leurs effets en matière de politique intérieure. L’intériorisation de l’existence d’un mur contribue à renforcer une « Géographie de la peur » (Dorier-Apprill, 2007) dans l’évaluation du « danger » que représente l’Autre. Il s’agit ainsi « d’emmurer l’Autre à l’extérieur » (Ritaine, 2009) pour susciter un sentiment de sécurité à l’intérieur du territoire. Cette dimension symbolique inclut les différentes manières de nommer et de définir les barrières, comme le montre Amandine Kervella dans le cas du mur de Cisjordanie. En analysant l’importance de la visibilité des barrières, on comprend alors mieux les investissements colossaux qui sembleraient démesurés au vu de l’efficacité questionnable de ces outils de démarcation.

15Les barrières sont rarement infranchissables et n'ont paradoxalement pas pour but de constituer des territoires étanches. La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est ainsi la plus franchie du monde, avec 250 millions de passages légaux par an (Ballif, Rosière, 2009). Laurent Quisefit montre dans ce numéro que même la DMZ entre les deux Corée devient de plus en plus perméable ; une perméabilité toutefois très encadrée, étant principalement réservée aux activités de la zone industrielle de Kaesong et aux touristes. Les barrières ne ferment donc pas le territoire à la circulation, elles servent plutôt à filtrer, à canaliser les flux vers les points de passage frontaliers où peut s'exercer le contrôle de l'autorité étatique. Leur édification s’accompagne toutefois de dispositifs de contrôle bien réels, qui peuvent prendre la forme d’un « accueil » euphémisant l’existence de la barrière ou être déplacés à l’intérieur du territoire, transformant la zone frontalière en véritable zone-tampon. Pour dépasser l’antinomie entre fortification des délimitations et gestion de la circulation, Olivier Razac apporte à ce numéro une réflexion sur le fonctionnement du checkpoint dans une perspective foucaldienne : l’enjeu sécuritaire que recouvrent les barrières ne renvoie pas tant à l’exclusion et à la séparation qu’à la gestion de la perméabilité. Cristina Del Biaggio s’intéresse quant à elle aux dispositifs de contrôle migratoire qui accompagnent la clôture construite par la Grèce sur une partie de sa frontière terrestre avec la Turquie. A l’aspect « léger » de la clôture répondent un certain nombre de dispositifs tels que les centres de rétention et les procédures de demande d’asile, où s’exerce une violence tant symbolique que physique. Les barrières frontalières semblent alors refléter l’ambivalence de l’exercice territorial du pouvoir contemporain : l’application de techniques militaires au contrôle des populations s’accompagne d’une fluidification des contrôles pour l’accompagnement des circulations. La tension ancienne entre circulation et sécurité que les smarts borders (par l'usage de technologies de pointe) seraient censées surmonter reste bien vive.

Haut de page

Bibliographie

AMILHAT SZARY, A.-L., 2012, « Murs et barrières de sécurité : pourquoi démarquer les frontières dans un monde dématérialisé ? » in Ghorra Gobin, C., Dictionnaire des mondialisations, Paris, Armand Colin, p.447-451.

AMILHAT SZARY, A.-L., 2012b, « Que montrent les murs ? Des frontières contemporaines de plus en plus visibles », Etudes internationales, « Le retour des murs en relations internationales », vol. XLIII, n°1, p. 67–87.

ANDERSON, M., 1996, Frontiers: territory and State formation in the modern world, Cambridge, Polity Press.

ANDREAS, P., SNYDER, T. (eds.), 2000, The wall around the West : state borders and immigration controls in North America and Europe, Lanham, Rowman &Littlefield.

BADIE, B., SMOUTS, M.-C., 1999, Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Paris, Presses de Sciences Po.

BALLIF, F., ROSIERE, S., 2009, « Le défi des teichopolitiques. Analyser la fermeture contemporaine des territoires », L’Espace géographique, vol.38, n°3, p. 193-206.

BIGO, D., 1998, « Sécurité et immigration : vers une gouvernementalité par l’inquiétude », Cultures & Conflits, n° 31-32, http://www.conflits.org/index537.html.

BIGO, D., 2009, « Logiques de marquage : murs et disputes frontalières », Cultures et conflits, vol.1, n°73, p.7-13, www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2009-1-page-7.htm.

BLAKELY E., SNYDER M. G., 1997, Fortress America. Gated Communities in the United States. Washington DC/Cambridge (Mass.), Brooking Institution Press/Lincoln Institute of Land Policy.

BROWN, W., 2009, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique, Paris, Les prairies ordinaires.

BRUNET-JAILLY, E., 2007, Borderlands. Comparing border security in North America and Europe, Ottawa, University of Ottawa Press.

DEAR, M., 2013, Why Walls Won't Work: Repairing The Us-Mexico Divide, Oxford, Oxford University Press.

DORIER-APPRILL, E., GERVAIS-LAMBONY, P., (dir.), 2007, Vies Citadines, Paris, Belin, 2007.

FOUCHER, M., 2007, L’obsession des frontières, Paris, Editions Perrin.

FOUCHER, M., 2009, « Le retour des frontières », Géopolitique, Institut International de géopolitique, n° 104, p. 3-9.

JOUVE, B., ROCHE, Y., 2006, Des flux et des territoires. Vers un monde sans Etats ?, Paris, Broché.

OHMAE, K., 1990, The Borderless World: Power and strategy in the Interlinked Economy, New York, Collins.

JONES, R. M., 2008, Bounding categories, fencing borders : exclusionary narratives and practices in the borderlands of India and Bangladesh, ProQuest.

MCDONALD, M., 2008, « Securitization and the Construction of Security », European Journal of International Relations, vol.14, n°4, p. 563-587

NEWMAN, D., 2006, « The lines that continue to separate us: borders in our 'borderless' world », Progress in Human Geography, vol.30, n°2, p. 143-161.

NIEL F., 2011, Contre les Murs, Paris, Bayard.

NOVOSSELOFF A., NEISSE F., 2007, Des murs entre les hommes, Paris, La Documentation française.

PARIZOT, C., 2010, « D’un mur à l’autre: la séparation vue par les Israéliens (2002-2010) », Politique étrangère, n°4 « Les murs : séparations et traits d'union », p. 743-756

RITAINE, E., 2009, « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures & Conflits, n°73 « Frontières, marquages et disputes », printemps, p.15-33

ROSIERE, S., 2012 « Vers des guerres migratoires structurelles ? », Bulletin de l’Association de Géographes Français, n°1, « Risques et conflits », p. 74-93

ROSIERE, S., JONES, R., 2012, « Teichopolitics: re-considering globalization through the role of walls and fences », Geopolitics, vol.17, n°1, p. 217-234.

ROUVIERE, L., 2012, A la frontière de l’Etat. Gouvernement et territorialités aymaras au Chili, Thèse de science politique, dir. O. Ihl, Grenoble, Institut d’Etudes Politiques.

SPENER, D., STAUDT, K., 1998, The U.S.-Mexico Border: Transcending Divisions, Contesting Identities, Boulder, CO: Lynne Rienner Publishers.

VALLET, E., DAVID, Ch.-P., 2012, « Introduction. Du retour des murs frontaliers en relations internationales », Etudes internationales, « Le retour des murs en relations internationales », vol. XLIII, n°1, p. 5-27.

Haut de page

Notes

1 Selon M. Foucher (2007), si tous les projets de clôture se réalisaient, les barrières recouvriraient environ 18 000 km, soit 7% des frontières dans le monde ; F. Ballif et S. Rosière (2009) recensaient 39 692 km de frontières fermées (construites ou prévues) soit 16% du total du linéaire mondial de frontière. Ce chiffre n'est que de 21 000 km selon www.lesmurs.org, ou 22 620 km selon notre tableau (figure 3). L’évolution entre les deux chiffres depuis 2009 s’explique par l'affinement des recherches sur ces artefacts, alors que de nombreux projets annoncés ne sont pas concrétisés (en Asie centrale par exemple). Pour le détail, voir les figures 2 et 3.

2 Conférence de Michel Foucher en plénière de clôture du colloque Border Regions in Transition (BRIT) XI, Genève-Grenoble, 6-9 septembre 2011. Voir la vidéo de la conférence en ligne : https://sites.google.com/a/iepg.fr/xith-brit-conference/home/day-4-2011-september-the-9th

3 Par ordre alphabétique, la première colonne indique l’Etat à l’origine de la construction

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La dyade Pologne-Biélorussie
Crédits Source : S. Rosière, 2011
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2696/img-1.png
Fichier image/png, 648k
Titre Figure 2. Planisphère des frontières fermées
Crédits Source : S. Rosière, S. Piantoni, laboratoire Habiter, 2013.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2696/img-2.png
Fichier image/png, 559k
Titre Figure 3. Les barrières frontalières, tentative de mesure d'un phénomène complexe3
Crédits Source : S. Rosière, laboratoire Habiter, 2013.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2696/img-3.png
Fichier image/png, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Rouvière, « Introduction », L’Espace Politique [En ligne], 20 | 2013-2, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2696 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2696

Haut de page

Auteur

Laetitia Rouvière

Chercheure associée
UMR PACTE 5194, Grenoble
laetitiarouviere@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org