Navigation – Plan du site

La Mer de Chine méridionale: un enjeu frontalier majeur en Asie du Sud-Est

The South China Sea : a major frontier issue in Southeast Asia
Yann Roche

Résumés

La Mer de Chine Méridionale constitue un enjeu stratégique de premier plan pour les États d’Asie du Sud-Est qui la bordent, mais aussi pour la Chine et Taïwan. Elle est le cadre de litiges territoriaux maritimes qui s’appuient sur des revendications très controversées, mais d’autant plus importantes aux yeux des États impliqués que des considérations patriotiques viennent se greffer à la présence d’importantes ressources naturelles, réelles et potentielles, dans les eaux des archipels convoités. La dimension géostratégique du problème déborde d’ailleurs de la région sud-est asiatique et l’implication croissante de puissances extérieures à la région, notamment les États-Unis, vient encore attiser les tensions. Alors que les périodes de tension accrue succèdent à des moments de relative accalmie, la recherche d’une solution négociée et la résolution d’une dispute récurrente qui risquerait à tout moment de provoquer une escalade régionale voire mondiale devient de plus en plus cruciale. L’impact de cette situation sur les organisations régionales, notamment l’ASEAN, ne plaide pas forcément en faveur de l’optimisme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Association of Southeast Asian Nations, organisation régionale fondée en 1967. Le Vietnam n’en est (...)
  • 2 Nous utiliserons ici le terme de Mer de Chine Méridionale pour des raisons pratiques et parce que c (...)

1Les pays d'Asie du Sud-Est continentale ont rarement pu faire abstraction de la présence et des ambitions de leur puissant voisin, la République Populaire de Chine, dont l'influence pèse fortement sur la région, notamment au sein d'organisations comme la Commission du Mékong (Mekong River Commission) ou bien entendu l'Association des Nations d’Asie du Sud-Est (plus communément désignée par son acronyme anglais d’ASEAN1). Mais en matière d’enjeux frontaliers, cette incontournable et souvent encombrante présence chinoise se fait surtout sentir en mer, plus particulièrement en Mer de Chine Méridionale (le nom même de cette mer2 fait d’ailleurs déjà l'objet de controverses et traduit à quel point les Chinois la considèrent comme leur « mer intérieure »). Prolongement des revendications territoriales de plusieurs pays riverains membres de l’ASEAN (Vietnam, Malaisie, Brunei, Philippines), cette zone est donc un lieu de confrontation directe avec la Chine et elle est considérée comme un des huit points chauds du monde susceptibles de provoquer une guerre. Les archipels les plus contestés, les îles Spratleys et Paracels sont à la fois l’objet de discours nationalistes et d’importants enjeux économiques, par leurs richesses potentielles en hydrocarbures, éléments particulièrement sensibles dans le contexte actuel, et ils comprennent une dimension géostratégique complexe qui demande à être analysée de manière plus approfondie.

2Nous nous proposons ici de dresser un portrait complet des revendications concernant les archipels Paracels et Spratleys, sujet brûlant qui évolue constamment et parfois de manière inquiétante et lieu de farouches rivalités où les tensions les plus exacerbées opposent la Chine et le Vietnam. Les positions des différents protagonistes sont ici passées en revue, de même que les enjeux réels associés à ces archipels si convoités. Il s’agira aussi d'évoquer les rôles actuels et potentiels des autres intervenants (autres pays riverains, ASEAN, États-Unis notamment) et de réfléchir sur les conséquences possibles de ces tensions et de leur évolution sur les relations entre les partenaires de l'ASEAN. Il sera intéressant d’évaluer dans quelle mesure ce conflit transfrontalier multinational peut éventuellement être résolu, et ce de manière durable et pacifique et si les rivalités qu’il attise en font un facteur de déstabilisation régionale (voire mondiale) ou au contraire une occasion de renforcement des liens entre les pays de la région.

Disputes frontalières maritimes en Mer de Chine Méridionale

  • 3 Entre la Thaïlande et le Cambodge, en cours en 2012.
  • 4 Ou marines, pour reprendre la terminologie d’Yves Lacoste (Lacoste, 1999)
  • 5 Aussi appelée Mer de l’Est ou Mer du Vietnam par les Vietnamiens
  • 6 United Nations Convention on the Law of the Sea (UNCLOS)

3La question des frontières en Asie du Sud-Est est particulière car bien que le concept y soit ancien, c’est aussi là que le « processus de délimitation des frontières est le moins achevé » (Foucher, 2002). Ce même Foucher précise d’ailleurs que dans la région asiatique les frontières sont en fait un forum privilégié où peuvent s’exprimer les tensions inter-étatiques, se faisant plus l’écho d’une « politique de puissance » que « d’un litige territorial ». Alors qu’on ne compte plus dans la partie sud-est du continent qu’un seul conflit frontalier ouvert3, l’attention dans ce domaine se tourne donc maintenant surtout vers les litiges portant sur les frontières maritimes4, dans une mer fermée à 90% (Dénécé, 2000). Des quatre principaux archipels de la Mer de Chine Méridionale5 ce sont dans les archipels Paracels (Hoang Sa en vietnamien, Xisha en chinois) et Spratleys (Truong Sa en vietnamien, Nansha en chinois) que les tensions sont les plus vives, surtout depuis la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 (UNCLOS 36). Aux termes de ces accords en effet, la délimitation des frontières maritimes d’un pays peut s’appuyer sur la distance par rapport au littoral, avec tout d’abord une zone de 12 milles marins désignée comme mer territoriale, puis une zone contigüe s’étendant jusqu’à 24 milles, suivie d’une zone d’exclusivité économique (ZEE) de 200 milles marins sur laquelle les États ont juridiction mais où ils doivent laisser libre passage aux navires civils des autres pays (Labrecque, 1998). Au-delà, c’est la mer libre, ne relevant pas des juridictions des pays riverains. La Mer de Chine comprendrait donc une vaste zone de mer libre, soustraite aux ZEE des pays riverains (figure 1), mais la situation se complique lorsqu’on intègre la notion de prolongement du plateau continental, dont la prise en compte permet d’augmenter considérablement les dimensions de la zone revendiquée, d’autant que le plateau en question se prolonge de manière notable dans la partie occidentale du bassin océanique.

4En fait, pour la Chine qui considère cette mer comme sa « Porte Sud » (Buszynski, 2010b), la question du plateau continental ne se pose pas vraiment, car elle revendique tout simplement la totalité les archipels de la Mer de Chine Méridionale. Ses visées incorporent donc une très vaste zone décrite comme une « langue » énorme (Emmerson, 2010), image qui traduit, fort à-propos selon ses opposants, ses appétits de conquête. Cette « langue » (en rouge sur la figure 1) couvre en effet la large majorité de la Mer de Chine Méridionale et se superpose aux ZEE des autres pays riverains et dans certains cas à leurs mers territoriales. Elle est aussi désignée de manière plus neutre par les auteurs de langue anglaise par l’expression « Nine Dash Line » (Rosenberg, 2010).

5Les ZEE ne sont en effet pas clairement délimitées selon que l’on intègre ou non aux territoires nationaux les archipels revendiqués par les différents protagonistes, qui changent radicalement la délimitation de cette fameuse zone des 200 milles marins. En Mer de Chine Méridionale, les archipels (notamment les Paracels et les Spratleys), sont essentiellement constitués d’îlots, atolls et récifs, dont certains ne sont émergés qu’à marée basse, et dont le nombre total est plus ou moins bien déterminé (Denécé, 2000). Annexer ces archipels permet donc d’étendre considérablement les ZEE et de prétendre à l’exploitation exclusive des ressources naturelles, notamment les hydrocarbures dans la zone offshore, en plus de contrôler une voie maritime d’importance stratégique mondiale (cf. Fig. 1) (Rosenberg, 2010). L’application de la Convention de 1982, dont la ratification a été lente et pénible, et qui ne fait pas encore tout à fait consensus (Tableau 1), rend donc particulièrement vitale la prise en compte de ces archipels. Il faut d’ailleurs préciser qu’aux termes de l’article 121 de ladite Convention, ces îles doivent être habitables et les revendications territoriales fondées (Buszynski, 2010a), ce qui n’est pas toujours le cas, loin de là.

Tableau 1 : Pays riverains de la Mer de Chine Méridionale et date de ratification des accords UNCLOS 3

Tableau 1 : Pays riverains de la Mer de Chine Méridionale et date de ratification des accords UNCLOS 3

Source : Nations Unies

Les États-Unis ont signé ces accords mais ne les ont pas ratifiés

Figure 1 : Revendications territoriales en Mer de Chine Méridionale

Figure 1 : Revendications territoriales en Mer de Chine Méridionale

Sources : UNCLOS et CIA

  • 7 Des occupations parfois à temps partiel, ou dont le nombre exact varie selon les sources (Buszynski (...)
  • 8 Itu Aba qui est, avec ses 500 m de long, la plus grande « île » de l’archipel (Valencia, 2010).

6L’archipel des Paracels se situe à environ 350 km à l’est de Da Nang, au Vietnam. Il comprend une quinzaine d’îlots ainsi qu’un grand nombre d’atolls et de récifs s’étendant sur 15 000 km2 (Joyner, 1999; Denécé, 2000; Foucher, 2002). Il est revendiqué à la fois par le Vietnam, la Chine et Taïwan. En janvier 1974, la Chine a tiré parti de l’instabilité politique de l’époque, notamment de la guerre du Vietnam pour finir ce qu’elle avait entamé en 1958, à savoir l’expulsion manu militari des forces sud-vietnamiennes de l’archipel. Cela a débouché sur l’occupation physique exclusive, essentiellement militaire, des Paracels. Plus au sud, dans les 190 à 600 îlots et récifs qui constituent l’archipel des Spratleys et qui s’étendent sur plus de 160 000 km2, la situation est encore plus complexe et tendue, puisque pas moins de six pays le revendiquent, en totalité pour ce qui est de la Chine, du Vietnam et de Taïwan et en partie pour les Philippines, la Malaisie et Brunei (Buszynski, 2010b). Les ambitions chinoises concurrencent donc encore une fois celles du Vietnam, mais aussi celles de trois autres pays de l’ASEAN, lesquels ne sont pas non plus en accord entre eux. Afin de donner du poids à leurs revendications, les protagonistes du litige se sont d’ailleurs arrangés pour occuper militairement quelques uns de ces îlots7, lesquels sont pourtant dans leur immense majorité non habitables. A ce jeu, c’est le Vietnam qui s’est montré le plus entreprenant, puisqu’en 2011 il en occupait 27, contre 9 pour les Philippines, 9 autres pour la Chine, 3 pour la Malaisie et 1 pour Taïwan8 (Buszynski, 2010b). En fait, tous les îlots situés de manière permanente au-dessus du niveau de la mer sont à présent pourvus d’une garnison militaire (Tonneson, 2003).

Des revendications historiques

  • 9 It publicly categorized the South China sea as a “core interest” akin to Tibet and Taiwan, i.e. som (...)
  • 10 Ce qui est confirmé pour les Paracels mais pas pour les Spratleys (Buszynski, 2010b)

7Les deux principaux rivaux en Mer de Chine Méridionale s’appuient sur des arguments historiques pour justifier leurs revendications. Côté chinois, on met de l’avant des références littéraires remontant aux dynasties Sung (XIIe siècle) et Qing (XVIIIe siècle). Selon eux, la présence, et donc la souveraineté chinoise sur ces îles est de loin la plus ancienne et elle est confirmée par de nombreux documents officiels. L’administration officielle mise en place par la Dynastie des Han, vers 210 avant notre ère, sur l’île de Hainan, incluait les archipels de Nansha et de Xisha. Par la suite, au Xe siècle, la flotte des Song a commencé à patrouiller régulièrement les îles de Xisha et les gouvernements impériaux successifs ont délivré des permis de pêche et des autorisations d’exploitation de cette zone. Plusieurs observateurs externes émettent de sérieux doutes quant à l’authenticité et à l’exactitude de ces sources, et notamment à la continuité des occupations chinoises durant ces périodes (Buszynski et Sazlan, 2007). Quant à l’argument des permis, il est tout aussi spécieux puisqu’il a également été utilisé par les autorités chinoises dans l’Extrême-Orient russe, au nord du fleuve Amour, à la fin du XIXe siècle, bien que la région ait été cédée à la Russie dès 1860 (Alexeeva, 2008). De plus, l’intermède japonais durant la Seconde guerre mondiale est venu encore brouiller les cartes dans le domaine, car à la Conférence de San Francisco en 1951, le Japon fut officiellement dépossédé des conquêtes de ces archipels réalisées durant la guerre. Il s’est créé ainsi une zone de « vide politique et juridique» dans lequel les états côtiers se sont engouffrés pour faire valoir leurs revendications, justifiées ou non, tandis que la Chine, communiste, se voyait refuser ce qui aurait sans doute été accordé à une Chine non-communiste (Buszynski et Sazlan, 2007). Les autorités de Beijing ont toutefois fait preuve à ce sujet d’une très grande ténacité et d’une grande persévérance, n’ayant jamais reconnu ni les occupations ni les revendications étrangères des XIXe et XXe siècles. En 1992, la Chine a même édicté une loi sur ses eaux territoriales, selon laquelle elle s’appropriait officiellement et unilatéralement ces deux archipels, dont elle a fait, au même titre que le Tibet et Taïwan une question nationale9 (Kotani, 2009; Saighal, 2011). Quant au Vietnam, il certifie que les deux archipels ont été découverts sous la dynastie des Nguyen, du XVI au XIXe siècle10, mais il se réclame aussi de l’héritage postcolonial de la France, cette dernière ayant pris officiellement possession des Spratleys en 1933 (Foucher, 2002) avant d’en être dépossédée par les Japonais durant la Seconde Guerre Mondiale.

  • 11 Terre de liberté ou Freedomland

8Les Philippines font également valoir des preuves historiques plus ou moins fondées mais aussi et surtout une période d’occupation des Spratleys, lorsque profitant du départ des Japonais, Tomas Cloma y débarqua en 1956 et prit possession de l’archipel au nom de son gouvernement, le rebaptisant Kalayaan11. Bien que Cloma se soit ensuite fait expulser par la flotte taïwanaise, le dictateur Ferdinand Marcos reprit à son profit, au début des années 1970, le flambeau des revendications nationalistes sur les Spratleys. C’est d’ailleurs à la fin de cette décennie troublée que furent les années 1970, marquée par la conclusion de la Guerre du Vietnam que les différents protagonistes se lancèrent dans une politique de fait accompli. Ils se mirent alors à occuper certains îlots afin de concrétiser leurs visées territoriales respectives, une occupation le plus souvent militaire et d’une légalité plus que douteuse aux termes de la Convention de 1982. En effet, rappelons que pour être reconnues comme des îles et non comme des récifs, et donc pour pouvoir prétendre à une revendication territoriale et surtout à une ZEE, les îlots doivent en effet être « habitables ». Ce n’est pas le cas pour la grande majorité d’entre eux, du fait de la quasi absence d’eau potable et aussi à cause de leur taille extrêmement réduite. Le plus grand îlot des Spratleys, Itu Aba (ou Taiping en chinois), n’a par exemple qu’une superficie de 0,43 km2 (Tonneson, 2003).

Les enjeux de la Mer de Chine Méridionale

9Quels sont donc les réels enjeux de ces disputes territoriales? On vient de le voir, les archipels ne comprennent que de minuscules portions de terres émergées, situées à de grandes distances des pays qui les revendiquent. Une première raison, qui est loin d’être négligeable, est liée à un renforcement des discours nationalistes et à des enjeux identitaires, une occasion de faire front face à un ou plusieurs rivaux et d’assurer une position plus forte sur l’échiquier régional. Se montrer ainsi intraitable à l’extérieur est une occasion privilégiée d’atténuer les tensions et divisions internes. Mais la dimension économique est sans conteste encore plus fondamentale. Elle explique en grande partie les développements survenus après 1982, lorsqu’est venue se greffer aux aspects purement territoriaux l’occasion de pouvoir s’approprier les ZEE des archipels et donc l’exploitation exclusive des ressources naturelles qu’ils recèlent. Ces ressources naturelles sont en premier lieu des ressources halieutiques, la Mer de Chine Méridionale étant en effet de ce point de vue une zone très riche, du fait de son plateau continental très étendu, de ses eaux relativement peu profondes et de l’apport de plusieurs fleuves de fort débit, sans oublier sa grande biodiversité. Elle a, de ce fait, une productivité halieutique qualifiée par les spécialistes de « modérément élevée », ce qui est néanmoins fort intéressant pour l’industrie de la pêche des pays concernés (Khemakorn, 2006). Outre la satisfaction des besoins alimentaires des populations riveraines, elle est d’ailleurs depuis longtemps et intensivement exploitée à des fins d’exportation et elle se trouve actuellement en situation de surexploitation et de surpêche. Il est très délicat d’y envisager une exploitation durable ni la mise en place d’une politique conjointe de contrôle des captures, notamment du fait du statut controversé d’une grande partie de ses eaux et des litiges que cela entraîne entre les états concernés.

  • 12 Où le contentieux oppose cette fois la Chine au Japon, conflit ravivé en 2012.

10Dans le contexte actuel de crise énergétique, la présence de ressources en hydrocarbures dans cette région joue un rôle sans cesse croissant. L’existence de gisements pétroliers et gaziers offshore en Mer de Chine méridionale n’est pas nouvelle, et la présence de nouveaux gisements y est avérée, même si les évaluations de la véritable ampleur de ces gisements varient. Selon l’Agence de l’Énergie américaine : « Il y a très peu de preuves, en dehors des déclarations chinoises que la région abrite des ressources pétrolières importantes » (Buszynski, 2009). Denécé abonde dans ce sens, ajoutant que la géologie et la bathymétrie des abords des archipels ne sont guère favorables à la formation de réserves pétrolières notables, que la grande profondeur rendrait de toute manière difficile à exploiter (Denécé, 2000). En revanche, le US Geological Survey confirme les estimations selon lesquelles les ressources gazières sont notables. Ce même organisme estime d’ailleurs que 60 à 70% des réserves d’hydrocarbures de la région sont constituées de gaz naturel. Toutefois, la tension géopolitique n’ayant pas permis de mener une véritable exploration approfondie dans les zones contestées, il n’est pas exclu que les espoirs des pays riverains en matière de ressources énergétiques se trouvent finalement déçus, et que beaucoup de ces ressources demeurent hypothétiques. Les principaux gisements existants se trouvent actuellement au large de l’île de Bornéo, dans les eaux de la Malaisie et de Brunei, des secteurs revendiqués par la Chine (figure 1). Le principal producteur de pétrole des Spratleys est d’ailleurs le Vietnam, avec 350 000 barils par jour en 2007. Il s’agit d’une joint-venture née en 1981, Vietsovpetro, qui fonctionne encore aujourd’hui et qui exploite trois champs de pétrole : le White Tiger (Bach Ho), le Blue Dragon (Rong Xanh) et le Big Bear (Dai Hung), même si le premier a vu sa production décliner récemment (Buszynski, 2009). Au fur et à mesure de l’évolution de la crise énergétique et de l’augmentation des besoins en énergie de la Chine, mais aussi du Vietnam et des autres protagonistes, l’enjeu pétrolier va devenir de plus en plus crucial. Les pays impliqués dans la dispute sont d’ailleurs particulièrement inquiets et irrités par les efforts de prospection de leurs voisins. La crainte de voir un gisement important être découvert dans une zone perdue dans un compromis trop hâtivement accordé, ce que certains appellent le Syndrome de l’Alaska est omniprésente (Valencia, 2010). Constantin amène toutefois un bémol à l’analyse qui veut que la « soif de pétrole » de la Chine soit l’argument principal qui pousse Beijing à être aussi actif dans ses revendications sur les archipels de la Mer de Chine Méridionale, mais également dans la Mer de Chine orientale12. Selon lui, même si les besoins énergétiques croissants de la Chine sont indéniables, cette dernière démontre une réelle volonté de réduire sa dépendance vis-à-vis des énergies fossiles, et la quantité de barils que l’on peut extraire de cette région est loin d’être assez conséquente pour justifier les litiges (Constantin, 2005)

11Un autre enjeu, tout aussi vital en effet, est celui de la situation géostratégique de la zone contestée. La République Populaire de Chine considère sans la moindre ambiguïté que cette mer lui appartient dans sa quasi-intégralité, au même titre que la Méditerranée appartenait à Rome ou que les Caraïbes sont la « mer intérieure » des États-Unis (Kotani, 2009). Au débouché du détroit de Malacca et du port de Singapour, sur une des plus importantes routes maritimes du monde, une mainmise sur les Paracels et les Spratleys assure aussi un contrôle sur l’approvisionnement des économies du Nord-est asiatique (Taiwan, Chine, Japon, Corée du Sud), notamment en provenance des pays du Golfe et de Singapour. L’enjeu apparaît donc de première importance pour la Chine comme pour ses voisins et les efforts militaires déployés le démontrent. On assiste de ce fait depuis plusieurs années à une course à l’armement particulièrement préoccupante (Saighal, 2011), d’autant que les États-Unis n’entendent pas non plus permettre à la Chine d’assoir sa mainmise sur des lignes maritimes si stratégiques, comme en témoigne leur toute récente décision de stationner des troupes à Darwin, en Australie. Denécé, tout en reconnaissant l’importance stratégique des routes maritimes et des détroits de la région, relativise toutefois la valeur militaire des archipels en litige, les pays riverains pouvant selon lui atteindre à l’aide de leurs missiles n’importe quel point de la Mer de Chine Méridionale. Pas besoin pour cela de posséder des îlots dont « les dimensions se prêtent mal d’ailleurs au développement d’installations militaires majeures » (Denécé, 2000).

12Les archipels ont néanmoins une grande importance stratégique pour les sous-marins, la topographie sous-marine des environs des archipels offrant un véritable labyrinthe au sein duquel il est très facile pour un submersible d’échapper à toute détection (Denécé, 2000). L’importance des campagnes de cartographie bathymétrique menées dans la zone apparaît de ce fait sous un jour nouveau, notamment l’incident impliquant le navire de recherches américain Impeccable que nous évoquons plus loin. Il est de toute manière avéré que Beijing entend déployer dans la région une force nucléaire sous-marine crédible, notamment à partir de la base sous-marine de Sanya, dans l’île de Hainan. Il s’agit apparemment de tenter de « fermer » la Mer de Chine Méridionale, au même titre que Moscou a fermé la Mer d’Okhotsk, pour en faire une base arrière sûre pour les sous-marins nucléaires chinois. La situation est pourtant loin d’être similaire, puisque la Mer de Chine Méridionale est une voie maritime internationale et que la mise en application d’une telle stratégie semble illusoire voire dangereuse en temps de paix (Kotani, 2009). La réouverture du port vietnamien de Cam Ranh, base navale employée par la marine américaine à l’époque du Sud-Vietnam puis par les Soviétiques après 1987 est à ce titre très significative. Les autorités de Hanoi ont en effet décidé d’ouvrir ce port aux navires militaires occidentaux, notamment australiens, manœuvre considérée par plusieurs comme excellente, puisqu’elle facilite la présence dans le secteur de navires de guerre hostiles aux Chinois, contrecarrant la progression de ces derniers, une tendance amorcée depuis 1992 du fait du retrait des Américains de leurs bases dans les Philippines (Tonneson, 2003). L’entêtement de la Chine dans ce dossier risque surtout de lui attirer des inimitiés de plus en plus fortes et de renforcer la coopération entre États-Unis, Japon, Australie et Inde pour maintenir la libre circulation dans ces eaux et pour mettre sur pied des mesures anti sous-marines efficaces (Kotani, 2009). Il n’est donc nullement dans l’intérêt de Beijing de continuer dans cette voie mais au contraire de rechercher la coopération, notamment à l’échelle régionale.

Une évolution par à-coups

  • 13 A l’exception de Brunei, indépendant depuis 1984, mais qui est le seul État riverain de la Mer de C (...)

13L’évolution de la situation dans la Mer de Chine Méridionale est une succession de tensions et d’actes agressifs, entrecoupées de périodes d’accalmie et d’apaisement, pour reprendre de plus belle par la suite, même si Tonneson voit dans la période 1989-2000 une tendance à l’amélioration constante des relations sino-vietnamiennes (Tonneson, 2003). La Seconde guerre mondiale avait déjà souligné l’importance stratégique de cette mer. La défaite du Japon y a laissé un « vide » qu’ont tenté de combler les pays riverains, au grand dam de Beijing qui se sentait ainsi particulièrement lésé. En 1947, alors que les Français puis les Sud-Vietnamiens revendiquaient la partie occidentale de l’archipel des Paracels, les forces chinoises en occupèrent la partie est, soutenues diplomatiquement par le Nord-Vietnam. Mais en 1974, peu de temps après le retrait des américains du Sud-Vietnam et alors que la chute de Saïgon apparaissait inéluctable, la marine chinoise s’empara de l’ouest des Paracels, ce qui souleva l’ire des Nord-Vietnamiens. Dès le lendemain de la réunification en effet, en 1976, la République du Vietnam nouvellement créée afficha ouvertement ses revendications sur les Paracels, mais aussi sur l’ensemble des Spratleys, où les troupes sud-vietnamiennes chassées en 1974 s’étaient repliées pour occuper plusieurs îlots. (Tonneson, 2003). Entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, alors que Taïwan occupait Itu Aba au nom de la « grande Chine », les autres protagonistes occupèrent successivement tous les îlots des Spratleys pouvant supporter une présence humaine13. Soucieuse de se donner le temps de rassembler ses forces. La Chine ne se risqua pas à indisposer directement les Philippines, soutenues par les Américains, ni le Vietnam, allié des Soviétiques, et adopta plutôt une position d’attente.

14Cette attente prit fin en 1987, avec le début d’une campagne d’explorations menée par la marine chinoise dans les Spratleys, entraînant un accrochage militaire avec les Vietnamiens en 1988. A cette occasion, alors que les navires chinois s’approchaient d’un îlot tenu par les troupes de Hanoi, une escarmouche coûta la vie à 70 Vietnamiens. La tension monta alors d’un cran, avec la crainte de voir se répéter une invasion comme celle de 1974. Ce ne fut certes pas le cas, mais la Chine n’en demeura pas moins active, accordant en mai 1992 une concession pétrolière à une compagnie américaine (Crestone) dans un secteur revendiqué par le Vietnam (figure 1), alors sous l’effet d’un embargo de la part de Washington et pas encore membre de l’ASEAN. L’une des conséquences de cette action fut d’accélérer les efforts du Vietnam en vue de s’intégrer à l’ASEAN, ainsi que de normaliser ses relations avec le Japon (en 1993) et les États-Unis (en 1995). C’est aussi en 1995 que le Vietnam rejoignit l’ASEAN, cette même année étant par ailleurs marquée par l’incident du récif Mischief impliquant la Chine et un autre membre de l’ASEAN : les Philippines. Toujours sans oser la confrontation directe, les Chinois construisirent en effet des installations militaires sur un récif inhabité mais situé dans la zone revendiquée par Manille (Tonneson, 2003). Les virulentes protestations de l’ASEAN (incluant donc à présent le Vietnam) n’eurent aucun effet, mais il s’agissait de la première passe d’armes diplomatiques entre la république populaire et l’organisation régionale.

15Malgré une situation encore tendue, la fin du millénaire marqua donc un apaisement entre Hanoi et Beijing. Le conflit plus ou moins larvé fit place à des efforts de prospection conjointe entre Chine, Vietnam et Philippines, tandis que l’ASEAN et la Chine signaient en 2002 une Déclaration de Conduite (Declaration of Conduct ou DOC), dans laquelle les signataires s’engageaient à « résoudre pacifiquement leurs disputes juridiques et territoriales sans recourir à la menace ou à la force » et « à se modérer en ce qui concerne les activités pouvant entraîner ou aggraver des disputes et ainsi affecter la paix et la sécurité » (Valencia, 2010a). Conscients du caractère peu contraignant de la DOC, les signataires se sont aussi engagés à des négociations visant à lui donner une valeur légale mais depuis sa signature la DOC a été violée plusieurs fois et peu de progrès réels ont été accomplis, justement à cause du caractère peu contraignant de l’entente (Valencia, 2010a). La Chine a fait quelques propositions qui ont mené à un blocage de la situation, proposant notamment avant chaque réunion Chine –ASEAN deux réunions préparatoires, l’une avec les quatre membres concernés de l’ASEAN et une autre avec tous les membres de l’ASEAN. Beijing entend « empêcher une internationalisation ou une régionalisation de la dispute et voudrait prévenir ou affaiblir toute démarche de solidarité au sein de l’ASEAN sur ces questions et continuer à les traiter sur une base bilatérale » (Valencia, 2010a).

16La situation n’évolue donc que lentement, malgré des discours de bonne volonté qui se traduisent rarement par des progrès concrets. On semble se contenter d’un statut quo, ce dernier étant régulièrement troublé par des incidents ponctuels (Roche, 2011, Rosenberg, 2012). Allant à l’encontre des volontés de la Chine, un certain nombre de colloques et workshops internationaux sont néanmoins maintenant organisés régulièrement depuis 2007 dans certains des pays concernés de l’ASEAN, faisant le tour de la question, et impliquant des chercheurs internationaux. Des sites web sont mis en ligne, colligeant une littérature de plus en plus complète sur le sujet14. De plus, lors du 17e Forum Régional de l’ASEAN qui s’est tenu à Hanoi en Juillet 2010, la question de la Mer de Chine a été abordée ouvertement, au mépris des avertissements émis par la Chine (Emmerson, 2010). Les choses semblent appelées à évoluer plus nettement que dans la première décennie du XXIe siècle, à cause de ces différentes initiatives et aussi à cause du retour des États-Unis dans la région.

Le retour des États-Unis

17En janvier 2001, un groupe de travail indépendant produisit à l’intention du président George W. Bush nouvellement élu, et sous l’égide du Conseil des Relations Étrangères américain, une série de recommandations concernant la politique que les États-Unis devaient mener en Asie du Sud-Est. Ces experts suggéraient entre autres à la nouvelle administration de se réinvestir dans la région, de renouer avec le Vietnam et de travailler encore plus étroitement avec l’ASEAN à la stabilité politique sud-est asiatique. Ils insistaient aussi sur la nécessité de porter une attention particulière aux visées de la Chine sur la région, tout en évitant toute confrontation directe avec cette dernière (Kerrey et Manning, 2001). Ce rapport et ses conclusions furent, bien entendu, totalement occultés par les évènements du 11 septembre et par les priorités de la guerre au terrorisme qui s’ensuivit. Les choses semblent maintenant avoir évolué, surtout depuis l’entrée en fonction de Barack Obama. Visiblement, le regard de Washington n’est plus seulement centré sur le proche et le Moyen-Orient, il se tourne de nouveau vers d’autres régions, notamment celles où les visées de la Chine se font de plus en plus pressantes, comme justement la Mer de Chine Méridionale.

  • 15 Cet incident vient s’ajouter à ceux du Bowditch en 2002 et du EP3 à Hainan en avril 2001, pour ne c (...)

18En mars 2009, un incident opposant Chinois et Américains a ainsi eu lieu à 75 milles marins au sud de l’île chinoise de Hainan, donc à l’intérieur de la ZEE de la Chine. Selon les dires du Pentagone, repris par CNN, le navire océanographique américain l’Impeccable fut « cerné agressivement par cinq navires chinois dans le but apparent de harceler ce dernier alors qu’il effectuait des mesures de routine dans les eaux internationales » (Valencia, 2009). Selon Mark J. Valencia, cet incident était significatif du manque de transparence et de confiance caractérisant les relations entre la Chine et les États-Unis, notamment dans la région15, et il laissait planer des doutes sur la bonne volonté de chacun des protagonistes. Il pourrait de ce fait déboucher à l’avenir sur d’autres incidents de ce type, voire plus graves, à moins que les deux camps ne résolvent leurs différences (Valencia, 2009). Malgré les craintes d’une possible escalade exprimées sur le moment, l’incident de l’Impeccable n’a pas eu de suites notables. En revanche, il demeure un parfait exemple de la volatilité et de la complexité de la situation en Mer de Chine ainsi que des interprétations divergentes des parties concernées en matière de frontières maritimes, et ceci même selon les termes des accords de 1982.

  • 16 L’incident s’est produit non loin de la base de sous-marins de Sanya.

19Tout d’abord, comme le souligne Valencia, le point de vue de Washington dans ce dossier comporte quelques faiblesses, à commencer par le fait que la Convention des Nations Unies sur la Loi Maritime de 1982 ne fait pas mention d’ « eaux internationales ». Elle parle successivement de « Mer territoriale », de « Zone contiguë » et de « Zone économique exclusive » puis de « Haute mer » (Labrecque, 1998; Valencia, 2009) mais pas d’ « eaux internationales ». De surcroît, la position américaine est quelque peu affaiblie par le fait qu’elle n’a pas, à la différence de la Chine, ratifié la Convention en question (Valencia, 2009) et que de toute manière l’Impeccable se situait clairement dans la ZEE de la Chine. Le litige porte en fait sur le type d’activité auxquelles se livrait l’équipage (civil) du navire, une ZEE étant une zone de libre passage dans le cadre d’activités pacifiques. Selon Beijing, les sondages au sonar n’avaient rien de pacifique et relevaient en fait de l’espionnage pur et simple16. Sans parler d’espionnage proprement dit, les Américains ont d’ailleurs reconnu qu’ils menaient à cette occasion des opérations de surveillance sous-marine (Rosenberg, 2010)

  • 17 Ouverture économique incluant l’adhésion de la République Socialiste du Vietnam à l’OMC en 2007.

20Si selon certains observateurs l’incident de l’Impeccable était aussi une manière pour Beijing de tester la résolution de l’administration Obama quant au retour des États-Unis dans la région (Rosenberg, 2010), la réponse a été sans équivoque. Par la suite, la secrétaire d’État, Hillary Clinton a effectué plusieurs voyages et interventions dans la région en 2009 et 2010, avec en point d’orgue une déclaration effectuée le 24 juillet 2010 dans le cadre du 17e Forum Régional de l’ASEAN qui se tenait à Hanoi. A cette occasion, elle s’est exprimée sans ambages sur la situation en Mer de Chine Méridionale, prônant le respect de la législation internationale et la résolution pacifique des disputes territoriales (notamment sur les Spratleys), remettant indirectement mais clairement en cause les revendications chinoises sur la quasi-totalité de la mer en question (Emmerson, 2010). Sa prise de position en faveur de négociations multilatérales pour régler les litiges, offrant même les services des États-Unis comme médiateur, ne pouvait que déclencher l’ire de Beijing (Buszynski, 2010b). La Chine rejette en effet depuis longtemps toute négociation de ce genre, préférant promouvoir des accords bilatéraux (Valencia, 2010a). Il s’agissait là du signe d’un réel rapprochement entre le Vietnam et les États-Unis, s’inscrivant dans la mouvance d’une ouverture, au moins sur le plan économique de la part du Vietnam17, mais aussi d’un geste clairement motivé par l’identification d’un adversaire commun (Brown, 2010).

  • 18 Huang Chao, Individual countries want to play with fire, the United States does not get burned. Jun (...)

21Au début de l’été 2011, alors que la situation s’envenimait encore entre le Vietnam et la Chine à la suite d’un nouvel incident, cette fois entre navires d’exploration pétrolière vietnamiens et « bateaux de pêche » chinois, les Philippines ont décidé de s’impliquer de manière plus appuyée que d’habitude (Roche, 2011). Manille a en effet réagi à la présence de navires chinois dans les parages des Spratleys en dépêchant sur place un de ses navires de guerre, lequel a pour caractéristique d’être le plus vieux navire de guerre en activité. Ce geste, essentiellement symbolique, marquait non seulement une escalade dans l’imbroglio diplomatique mais aussi une raison supplémentaire pour Washington de s’impliquer, les Philippines étant leur plus fidèle allié dans la région. Et si la stratégie de l’administration Obama semble être de contenir les prétentions chinoises sur la Mer de Chine en s’appuyant sur l’ASEAN et en plaçant cette dernière en première ligne, le retour des États-Unis en Asie du Sud-Est est un fait indéniable (Cloud, 2012), qui a aussi pour effet d’exacerber les tensions18. La décision de stationner des troupes américaines à Darwin, en Australie confirme cette nouvelle approche diplomatique de Washington, celle d’un renforcement de la présence militaire étatsunienne dans la région et un avertissement clair pour la Chine.

Vers une déstabilisation régionale ?

22La dispute territoriale concernant les archipels de la Mer de Chine Méridionale est loin d’être réglée. Malgré des progrès notables et des déclarations officielles rassurantes, la situation demeure tendue, et même dangereuse, du fait d’une continuelle course aux armements qui rend toute éventuelle escalade potentiellement plus inquiétante encore. Nul doute que l’implication de plus en plus grande de puissances navales extérieures à la région, notamment les États-Unis a le don d’irriter de plus en plus Beijing. De plus, les incidents de 2011 et 2012, s’ils n’ont pas été aussi graves que ceux de 1974 ou de 1988, comptent parmi les plus notables car la guerre des mots qui s’en est suivi a été particulièrement âpre. Et l’animosité sino-vietnamienne s’est également transposée à cette occasion sur la scène des réseaux sociaux, notamment Facebook, où les citoyens des deux pays se sont exprimés avec véhémence, sans oublier des manifestations d’étudiants devant les ambassades des pays adverses. La situation est donc tendue, indubitablement, et sans doute au moins autant maintenant que par le passé et ceci en dépit des analyses et discours rassurants. Le risque est de déstabilisation régionale est élevé (De Castro, 2012), surtout du fait de l’accroissement des enjeux énergétiques et la valeur que prennent, au fil du temps, les ressources pétrolières de la Mer de Chine Méridionale.

23Certains éléments récents pouvaient être considérés comme porteurs d’optimisme. Tout d’abord la démarche récente des Philippines dans les évènements de 2011 (Roche, 2011), première action allant dans le sens d’une action commune de l’ASEAN, même si elle n’était clairement identifiée comme telle. Il semblait qu’on se dirigeait vers une prise de position forte de la part de l’ASEAN, laquelle pouvait éventuellement amener la Chine à plus de souplesse. La réponse des membres de l’organisation, lors du 17e Forum tenu à Hanoi, à l’avertissement lancé par Beijing de ne pas aborder la question de la Mer de Chine allait dans le même sens. La Chine a toujours craint un front uni de l’ASEAN et privilégié les négociations unilatérales (Rosenberg, 2006). Une escalade n’est certes dans l’intérêt de personne, notamment eu égard aux possibles retombées positives d’une alliance économique entre l’ASEAN et la Chine, qui serait réduite à néant par un conflit dans la Mer de Chine Méridionale.

  • 19 Version asiatique en ligne du 18 août 2012

24La situation actuelle pouvait être vue comme l’occasion de renforcer les liens au sein de l’ASEAN, mais il semble que ce soit le contraire qui soit en train de se produire. En effet, en juillet 2012, une réunion des ministres des affaires étrangères de l’organisation qui se tenait à Phnom Penh s’est achevée, pour la première fois dans l’histoire de l’organisation, sans déclaration commune. Cet évènement traduit les profondes divisions qui commencent à se creuser entre les membres de l’ASEAN autour de cette fameuse question de la Mer de Chine Méridionale loin de la fameuse Déclaration de Conduite de 2002. Les tensions entre le Vietnam, les Philippines, la Malaysia et Brunei d’un côté, avec l’appui de la Thaïlande et de Singapour (et bien entendu le soutien des États-Unis) et de l’autre le Cambodge et le Laos - et éventuellement la Birmanie - qui prennent le parti de la Chine, ces tensions donc ont atteint un niveau encore inconnu au sein de l’Association régionale pourtant toujours soucieuse de consensus. Selon The Economist19, l’ASEAN traverse une crise majeure, qu’il revient à l’Indonésie de tenter de régler, une tâche plus qu’ardue dont ce pays n’est guère assuré de s’acquitter avec succès.

  • 20 Notamment Buszynki et Sazlan, 2007

25Il y a pourtant quelques signes plus positifs, qui permettent de ne pas voir l’avenir de manière totalement pessimiste. Tout d’abord, la situation dans la Mer de Chine Orientale et la crise entre la Chine et le Japon, pour des raisons très analogues, a eu pour effet de calmer les tensions en Mer de Chine Méridionale, par un apparent effet de vases communicants. De plus, il faut noter qu’alors que la question des ressources potentielles en hydrocarbures et de leur exploitation est au cœur du litige, certains auteurs20 font remarquer que des coopérations de facto ont d’ores et déjà cours depuis plusieurs années entre les adversaires, justement dans le domaine de l’exploration pétrolière, alors qu’on est encore bien loin d’une solution négociée aux revendications territoriales proprement dites (Buszynski et Sazlan, 2007). Simple pragmatisme ou début d’une ère de détente motivée par des considérations économiques? Difficile à dire pour l’instant.

26Une chose demeure certaine : le meilleur moment pour agir se situe lorsque les tensions retombent quelque peu. Il est donc peut-être temps d’aller de l’avant, avec patience et diplomatie. Reprenant les paroles d’un intellectuel malaisien, Tan Sri Noordin Snoopie, Mark J Valencia, analyste expert des questions maritimes et notamment de la Mer de Chine Méridionale confirme à cet égard que « le meilleur moment pour faire la paix, c’est quand la paix existe encore. C’est le moment. Mais l’opportunité risque de passer» (Valencia, 2010b).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALEXEEVA, O., 2008, « La circulation migratoire des Chinois dans l'Extrême-Orient russe. Analyse historique et sociodémographie », Perspectives chinoises, Vol. 3, p.22-35.
DOI : 10.3406/perch.2008.3636

BROWN, F. Z., 2010, « Rapprochement between Vietnam and the United States », Contemporary Southeast Asia: A Journal of International and Strategic Affairs Vol. 32, no.3, December 2012, pp. 317-342.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BUSZYNSKI, L. et SAZLAN, I., 2007, « Maritime Claims and Energy Cooperation in the South China Sea », Contemporary Southeast Asia: A Journal of International and Strategic Affairs, Vol. 29, no.1, p. 143-171.
DOI : 10.1355/CS29-1G

BUSZYNSKI, L., 2010a, « The South China Sea: Avenues Towards a Resolution of the Issue », 2nd Int. Workshop "The South China Sea: Cooperation for Regional Security and Development", 10-12 Nov., 2010, Ho Chi Minh City, Vietnam.

BUSZYNSKI, L., 2010b, « Rising Tensions in the South China Sea: Prospects for a Resolution of the Issue », Security Challenges, Vol. 6, No.2, Winter 2010, pp. 85-104.

CLOUD, D., 2012, « Panetta explains Washington’s “pivot” towards Asia », Los Angeles Times World, 1er juin 2012, consulté le 12 décembre 2012. URL: http://latimesblogs.latimes.com/world_now/2012/06/panetta-explains-pentagon-pivot-toward-asia-.html.

CONSTANTIN, C., 2005, « China’s Conception of Energy Security:Sources and International Impacts, Vancouver, University of British Columbia, Center of International Relations, Working Paper, no.43.

DENÉCÉ, É., 2000, Géostratégie de la Mer de Chine Méridionale et des bassins maritimes adjacents. Coll. « Recherches Asiatiques », Paris, L’Harmattan.

DE CASTRO, R., 2012, « The Risk of Applying Realpolitik in Resolving the South China Sea Dispute: Implications on Regional Security », Pacific Focus, Vol. XXVII, No. 2, August 2012, p.262–289.

EMMERSON, D., 2010, « China’s ‘frown diplomacy’ in Southeast Asia », Pac Net 45, Washington DC, Pacific Forum Center for Strategic and International Studies [On line] http://csis.org/files/publication/pac1045.pdf

FOUCHER, M., (dir.), 2002, Asies nouvelles, Paris, Belin.

JOYNER, C. C., 2011, « The Spratleys Islands Dispute in the South China Sea: Problems, Policies, and Prospects for Diplomatic Accomodation », Bibliothèque virtuelle sur la mer de Chine Méridionale. Consulté le 6 nov. 2011. http://www.southchinasea.org/docs/Joyner,%20Spratleys%20Islands%20Dispute.pdf

KHEMAKORN P., 2006, Sustainable Management of Pelagic Fisheries in the South China Sea Region, New York, United Nations LOS Programme–The Nippon Foundation Fellowship.

KOTANI, T., 2011, « The South China Sea: Toward a Region of Peace, Cooperation, and Progress. Geopolitical Analysis of the South China Sea Disputes », Int. Conference on The South China Sea: Toward a Region of Peace, Manille (Philippines), Cooperation and Progress.

LABRECQUE, G., 1998, Les frontières maritimes internationales. Essai de classification pour un tour du monde géopolitique, Montréal, L’Harmattan, Coll. « Raoul Dandurand »

KERREY, R. J., (Chair), MANNING, R. A. (Project Director), 2001, United States Government’s View of Southeast Asia. Task Force Report, in The United States and Southeast Asia. A Policy Agenda for the New Administration, New York, Council on Foreign Relations Press.

ROCHE, Y., 2011, via Barthélémy Courmont « Typhon à venir en Mer de Chine ». Global Brief, mis en ligne le 30 juin 2011 URL: http://globalbrief.ca/barthelemy-courmont/tag/yann-roche/

ROSENBERG, D., 2005, « ASEAN-China Relations: Realities and Prospects », The China Journal, n° 56.

ROSENBERG, D., 2010, « Governing the South China Sea: From “Freedom of the Seas” to Ocean Enclosure Movements », Harvard Asia Quarterly, Vol. XII, no 4, p.4-12.

ROSENBERG, D., 2012, « Beyond the Scarborough Scare: Joint Resource Management in the South China Sea », e-International Relations, 1er Mai 2012, consulté le 12 décembre 2012. URL : http://www.e-ir.info/2012/05/01/beyond-the-scarborough-scare-prospects-for-joint-resource-management-in-the-south-china-sea/.

SAIGHAL, V., 2011, « Is Time Running Out: The Urgency for Full, Final and Equitable Resolution of the South China Sea Imbroglio », Assessment of Recent Developments in the South China Sea and their Implications to Regional Security and Cooperation. Khatmandu, le 5 Mars 2011, 2nd North and South Asia Joint Conference of IPPNW.

The Economist 2012, ASEAN in Crisis. Divided we stagger, The Economist, 18 août 2012, [En ligne] consulté le 2 janvier 2013. URL: http://www.economist.com/node/21560585

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TONNESON, S., 2003, « Sino-Vietnamese Rapprochement and the South China Sea Irritant », Special Section: The Politics of the South China Sea. Security Dialogue vol. 34, no. 1, March 2003.
DOI : 10.1177/0967010603034001677

VALENCIA, M. J., 2009, « The Impeccable Incident: Truth and Consequences », China Security, Vol. 5, No. 2 Spring 2009. World Security Institute, pp 22-28.

VALENCIA, M. J., 2010a, « Whither the South China Sea disputes? », Proceedings of the Int. Workshop on “The South China Sea: Cooperation for Regional Security and Development”, 26-27 Nov. 2009, Hanoi, Vietnam.

VALENCIA, M. J., 2010b, « The Future of Southeast Asia: Back to the Future? », Global Asia (5), 4, p.8-15

Haut de page

Notes

1 Association of Southeast Asian Nations, organisation régionale fondée en 1967. Le Vietnam n’en est devenu membre qu’en 1995.

2 Nous utiliserons ici le terme de Mer de Chine Méridionale pour des raisons pratiques et parce que cette désignation est couramment acceptée en Occident, et non pour prendre position en faveur de l’un ou l’autre des protagonistes.

3 Entre la Thaïlande et le Cambodge, en cours en 2012.

4 Ou marines, pour reprendre la terminologie d’Yves Lacoste (Lacoste, 1999)

5 Aussi appelée Mer de l’Est ou Mer du Vietnam par les Vietnamiens

6 United Nations Convention on the Law of the Sea (UNCLOS)

7 Des occupations parfois à temps partiel, ou dont le nombre exact varie selon les sources (Buszynski, 2010b)

8 Itu Aba qui est, avec ses 500 m de long, la plus grande « île » de l’archipel (Valencia, 2010).

9 It publicly categorized the South China sea as a “core interest” akin to Tibet and Taiwan, i.e. something it would fight over, and allowed its Ministry of Defense spokesperson Geng Yanshen, to say “China has indisputable sovereignty of the South Sea and China has sufficient historical and legal backing” to underpin its claims.” (Valencia, 2011)

10 Ce qui est confirmé pour les Paracels mais pas pour les Spratleys (Buszynski, 2010b)

11 Terre de liberté ou Freedomland

12 Où le contentieux oppose cette fois la Chine au Japon, conflit ravivé en 2012.

13 A l’exception de Brunei, indépendant depuis 1984, mais qui est le seul État riverain de la Mer de Chine méridionale à ne pas occuper d’îlot dans l’archipel.

14 Par exemple : http://www.southchinasea.org/, ressource en ligne complète et non partisane.

15 Cet incident vient s’ajouter à ceux du Bowditch en 2002 et du EP3 à Hainan en avril 2001, pour ne citer que les plus récents.

16 L’incident s’est produit non loin de la base de sous-marins de Sanya.

17 Ouverture économique incluant l’adhésion de la République Socialiste du Vietnam à l’OMC en 2007.

18 Huang Chao, Individual countries want to play with fire, the United States does not get burned. June 23, 2011. http://www.dfdaily.com/html/51/2011/6/23/621546.shtml

19 Version asiatique en ligne du 18 août 2012

20 Notamment Buszynki et Sazlan, 2007

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Pays riverains de la Mer de Chine Méridionale et date de ratification des accords UNCLOS 3
Crédits Source : Nations Unies
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2780/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 1 : Revendications territoriales en Mer de Chine Méridionale
Crédits Sources : UNCLOS et CIA
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2780/img-2.png
Fichier image/png, 374k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Roche, « La Mer de Chine méridionale: un enjeu frontalier majeur en Asie du Sud-Est », L’Espace Politique [En ligne], 21 | 2013-3, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 24 juin 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/2780 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2780

Haut de page

Auteur

Yann Roche

Professeur
Département de géographie, Université du Québec à Montréal
roche.yann@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org