Navigation – Plan du site
Dossier : Les 30 ans de la commission de géographie politique et de géopolitique (CGPG) du Comité National Français de Géographie (1984-2014) de l’Union Géographique Internationale (UGI)

La création de la commission de géographie politique du CNFG - Encourager le renouveau de la géographie politique en France (1984-92)

The Creation of the Committee on Political Geography of the CNFG - Encouraging the Revival of Political Geography in France (1984-92)
Paul Claval

Résumés

Article présentant la création de la commission de géographie politique du CNFG en 1984.

Haut de page

Texte intégral

1Pour comprendre la création de la Commission de géographie politique du Comité national de Géographie (CNFG) et son rôle durant les premières années de son existence (1984-1992), il convient de rappeler, dans une première partie, les critiques qui avaient visé ce domaine après la Seconde Guerre mondiale et le renouveau qui s’était dessiné dans les années 1970. Le fonctionnement de la commission est ensuite évoqué dans la dernière partie.

Déclin et renouveau des études de géographie politique

2Née avec Ratzel (Ratzel, 1897), la géographie politique gravitait autour de l’Etat, du territoire et de la frontière – à moins que, comme en France, elle ne s’attache aussi, grâce à André Siegfried, à la distribution spatiale des votes (Siegfried, 1913). Cette géographie avait à peu près disparu en France durant les trente années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale. Les compromissions de la géopolitique allemande à l’époque nazie avaient terni le champ entier de cette discipline ; les géographes français avaient vivement critiqué ses dérives dès les années 1930, rappelons le cas de Demangeon :

« Nous devons constater que la géopolitique allemande renonce délibérément à tout esprit scientifique (...). La géopolitique est un coup monté, une machine de guerre. Si elle veut compter parmi les sciences, il est temps qu’elle revienne à la géographie politique » (Demangeon, 1932).

3La condamnation était devenue plus sévère encore après la Seconde Guerre mondiale. La propagande communiste qualifiait de « fasciste » quiconque s’aventurait dans ce domaine ; dans un pays où le Parti était aussi influent qu’en France, cela décourageait les recherches. Seul Jean Gottmann, qui était juif et vivait la moitié de l’année aux Etats-Unis, avait bravé cet interdit en publiant La Politique des Etats et leur géographie (1952) et The Significance of Territory (1971). Au total, et malgré quelques études de géographie électorale (celle qu’André Siegfried publie en 1949 sur l’Ardèche en particulier) et un début de réflexion sur la géopolitique (Champier, 1955), le bilan de la géographie politique française demeurait bien maigre (Champier, 1957).

4Le corps d’hypothèses sur lequel s’appuyait la discipline, et qu’avait proposé Ratzel, n’avait guère été renouvelé. Ces instruments, systématisés par les « fonctionnalistes » américains (Hartshorne, 1950), apparaissaient insuffisants pour rendre compte de la situation de l’après-guerre, de l’affrontement idéologique entre l’Est et l’Ouest, de la guerre froide et des équilibres de dissuasion, de la décolonisation et des déboires du Tiers Monde – ce à quoi tentait de remédier Saül B. Cohen (1963). Même la géographie électorale, inventée par André Siegfried, était désormais dominée par les sociologues, François Goguel en particulier (1951). Yann Morvran Goblet, que ses travaux sur la géographie politique de l’Irlande avait fait connaître dans l’entre-deux-guerres, n’était parvenu à publier son ouvrage sur la politique et la carte politique mondiale que chez un éditeur anglais (Goblet, 1955).

5Le contexte change dans le courant des années 1970. Beaucoup de jeunes collègues éprouvent le besoin de redonner vie à la géographie politique. L’influence du Parti Communiste diminue ; les chercheurs qui l’ont quitté sont débarrassés de tout tabou en ce domaine. Les travaux se multiplient dans le monde anglo-saxon (Jackson, 1964 ; Kasperson et Minghi, 1969), où ils combinent la tradition ratzélienne de l’analyse de l’Etat et l’apport des politologues.

6Le renouveau est rapide en France. Le pamphlet d’Yves Lacoste, La Géographie, ça sert, surtout, à faire la guerre (1976) rajeunit et ressuscite les approches géopolitiques. André-Louis Sanguin (1977) met à la portée du public français les courants qui se développent alors dans le monde anglo-saxon. Claude Raffestin (1980) rattache la réflexion politique à tout le courant des sciences sociales qui tire son inspiration de la linguistique et tire du marxisme l’idée que c’est en termes de travail que le pouvoir doit être analysé. La voie que je propose s’appuie sur la lecture des publications de ces différents courants, mais ne s’inscrit pas dans la même logique (Claval, 1978).

Une nouvelle interprétation géographique des faits de pouvoir

7A la fin des années 1950 et dans les années 1960, le renouveau de la géographie passait par la géographie économique. La fécondité du mouvement est évidente durant une dizaine d’années, mais aux alentours de 1970, beaucoup éprouvent le sentiment qu’elle commence à s’épuiser. Certains prônent alors une réorientation totale, loin du néo-positivisme logique qui s’était imposé dans le sillage de l’économie : ils s’interrogent sur le sens des lieux, explorent les dimensions vécues de l’espace (Tuan, 1971 ; Frémont, 1976).

8Je songe plutôt à étendre à d’autres domaines les démarches mobilisées par la géographie économique durant les années 1950 et 1960 (Claval, 1973). Mon propos est simple : pourquoi ne pas appliquer aux relations sociales et politiques l’idée maîtresse de la nouvelle géographie : la prise en compte du rôle de la distance dans la vie des groupes ? Il faut, pour cela, moderniser le dispositif central de la géographie vidalienne : l’analyse des genres de vie, qui ne convient plus à des sociétés que l’urbanisation et l’industrialisation ont rendues plus complexes. Dans le déroulement quotidien de leur existence, les gens combinent toujours une pluralité de relations et d’activités. Dans les sociétés traditionnelles, cette panoplie était la même pour tous, si bien qu’il suffisait de décrire l’existence d’une personne - son « genre de vie » - pour comprendre l’ensemble. Dans les sociétés modernes, la combinaison des activités varie d’un individu à l’autre. Il faut donc partir des budgets temps-espace de chacun et noter à quelles activités il se livre et comment elles se succèdent au long de la journée, de la semaine ou de l’année, comme le suggère la Time Geography (Hägerstrand, 1970).

9Ces activités se déroulent dans le cadre de relations où chacun tient une place définie et joue un rôle lié à celui des autres : il est père ou mère, vendeur ou acheteur, patron ou employé, ouvrier ou contremaître. Le fonctionnement de ces couples de rôles implique des échanges de biens, de personnes, d’informations, de nouvelles, d’ordres, et repose sur l’investissement long qui crée des savoir-faire et des compétences : c’est à travers l’échange et la communication, sous leurs diverses formes, que l’espace s’introduit dans la vie sociale – et politique (Claval, 1973).

10Dès que les relations ainsi tissées concernent les statuts, la richesse ou le pouvoir, elles risquent d’affecter l’équilibre social ; c’est pour cela qu’elles sont institutionnalisées, c’est-à-dire codifiées et soumises à des règles (Maquet, 1970 ; Etzioni, 1964 ; 1968). Ceux qui y participent se partagent les initiatives, l’organisation et le travail en vue d’accomplir des tâches définies. Les échanges et les flux d’informations qui prennent place au sein des relations institutionnalisés s’inscrivent dans des espaces plus ou moins étendus et concernent un nombre plus ou moins grand d’individus, en raison de la nature même des biens, des personnes ou des informations échangées : leur portée est inégale (Claval, 1973). Une société se définit ainsi par l’ensemble des systèmes de relations institutionnalisées qui la structurent et lui donnent ses caractéristiques spatiales.

11C’est de cette vision de la géographie sociale que je pars pour penser le politique. Ma référence n’est pas la géographie politique de tradition ratzélienne. Ce qui me fascine, ce n’est pas le territoire national, la frontière, la capitale, mais les jeux de pouvoir qui se développent à l’intérieur de tout corps social, structurent son espace et s’autonomisent sous la forme d’un système politique.

12Toutes les relations institutionnalisées donnent naissance à des tensions ; des luttes d’influence s’y déroulent, des dominations s’y affirment. Pour analyser la vie politique d’un pays, il convient donc de partir des types de relations institutionnalisées sur lequel s’articule son système politique. Deux champs doivent alors être conceptualisés : celui des modalités que revêt le pouvoir au sein des relations institutionnalisées, et celui du fonctionnement du système politique lui-même. Pour analyser le premier point, je m’appuie sur Max Weber (1971) et sur la distinction qu’il opère entre pouvoir pur, autorité, influence et domination. Pour éclairer le second, je tire parti des travaux récents des politologues, en particulier américains (Easton, 1953 ; Deutsch, 1953 ; 1962 ; Lindblom, 1959 ; 1965). Les principes de cette analyse sont déjà esquissés les Principes de géographie sociale (1973, p. 282-289 et 294-333). Je les développe dans Espace et pouvoir (1978).

Institutionnaliser le renouveau de la géographie politique et de la géopolitique

13Aux alentours de 1980, le renouveau de la géographie politique est évident en France, mais ceux qui l’illustrent travaillent en ordre dispersé. L’idée de coordonner les nouveaux développements vient du monde anglo-saxon : pourquoi ne pas créer une Commission de géographie politique au sein de l’UGI, qui en avait été jusqu’alors dépourvue ?

  • 1 John William House (1919-1984) a été professeur de géographie à l’université d’Oxford de 1973 à 198 (...)

14L’initiative émane d’un collègue d’Oxford, John House qui a mené des recherches sur la frontière mexico-américaine (House, 1981)1. Il connaît à la fois les orientations nouvelles de la géographie américaine et les travaux qui se multiplient en Grande-Bretagne – où ils sont fortement teintés pas les formes nouvelles du marxisme. John House fait ce que doit faire tout créateur de Commission à l’UGI : il tâte le terrain. La direction de l’UGI est favorable au projet, mais est consciente de l’opposition qu’il ne manquera pas de susciter de la part de l’Union soviétique. Le représentant de celle-ci, Innokenty Gerasimov ne veut pas entendre parler de géographie politique et de géopolitique, pour lui pseudo-sciences bourgeoises entachées par le nazisme (à ce sujet voir Kolossov, 2004). Pour tourner la difficulté, House décide de nommer la commission « L’Etude de la carte politique mondiale ». Au début de 1983, les démarches sont déjà avancées. Il faut donner du corps au projet. House convoque pour cela une petite conférence. Elle se tient à Oxford au début de juillet 1984. Elle regroupe des collègues britanniques (en forte majorité), quelques américains et trois Français, Hervé Théry, Gérard Dussouy et moi-même. House m’a personnellement invité, car il a lu Espace et pouvoir qui l’a intéressé.

15Ce que nous apprenons bientôt, c’est que House souffre d’un cancer et qu’il se sait condamné – on lui donne moins de six mois à vivre. Il ne peut donc prendre la tête du Groupe de Travail – car l’UGI crée alors des groupes de travail, relativement informels, avant de les officialiser en les transformant en commissions. Il faut trouver un autre président.

16John House me sollicite pour diriger le nouveau groupe. La proposition est intéressante. Je n’y suis pas préparé. Même si j’ai de la curiosité pour les faits de pouvoir, je n’ai jamais cherché à exercer de fonctions d’autorité ! Pour moi, la force d’un professeur vient de son rayonnement scientifique, et pas des positions qu’il occupe. J’hésite donc. Je finis par refuser. La raison en est simple : diriger une commission internationale demande alors un minimum de secrétariat (l’informatique et internet ne sont pas encore passés par là). Je n’en ai pas et sais qu’il me sera impossible d’en obtenir : les collègues qui dirigent mon département me rendent alors la vie si difficile que je suis à la recherche d’une université où je serais mieux accepté.

17Devant mon refus, House est conduit à faire ce qu’il ne voulait pas faire : à retenir comme futur président un collègue britannique. Le choix est entre Peter Taylor et Ron Johnston.

  • 2 Géographe britannique né en 1941.

18Comme prévu, le Congrès International de l’UGI de Paris, en août 1984, crée un Groupe de Travail sur la Carte politique mondiale dont la direction est britannique puisqu’elle est précisément confiée à Ronald Johnston)2. Je ne sais rien des débats qui conduisent à cette décision : je ne fais partie ni du Directoire de l’UGI, ni du Comité National français de Géographie. Dans la foulée, celui-ci lance une Commission nationale sur le thème et me demande de la diriger, ce que j’accepte : à l’échelle nationale, le travail que cela représente est plus modeste.

La Commission française de géographie politique (1984-1992)

19A. La géographie politique de langue française est divisée en cénacles. Celui qu’Yves Lacoste a créé autour de la revue Hérodote est vigoureux ; il est sans hostilité à l’égard de la nouvelle Commission, mais n’éprouve pas le besoin de s’en rapprocher. Claude Raffestin ne me pardonne pas d’avoir publié Espace et pouvoir avant que ne sorte son ouvrage Pour une géographie du pouvoir. Je ne peux donc compter que sur l’aide d’André-Louis Sanguin, qui rentre alors en France et est installé à Angers, et sur l’intérêt de jeunes collègues comme Hervé Théry.

20B. Les réunions de Commissions lors des réunions des Journées Géographiques qu’organise le Comité National Français de Géographie sont décevantes ; comme la plupart ne sont pas préparées, elles n’attirent qu’un petit nombre de collègues, ce dont je me rends compte dès 1985. L’organisation des journées géographiques est d’autre part en train de changer : elles mettent davantage l’accent sur la sociabilité géographique que sur la recherche. Ce n’est pas à travers elles que l’on peut renforcer le poids de la géographie politique en France et dans le monde francophone.

21Mon rôle est de suivre et de faire connaître les nombreuses pistes qui s’ouvrent alors en géographie politique et en géopolitique. Pour ne rien laisser passer, j’assiste à de nombreuses réunions internationales. Je participe au lancement de la nouvelle revue de la langue anglaise, Political Geography Quaterly (devenue Political Geography en 1992). J’essaie de tenir au courant les collègues des nouvelles orientations que j’observe et des champs qui me paraissent s’ouvrir. Internet n’est pas encore là pour faciliter la diffusion de circulaires, comme c’est le cas douze en plus tard lorsque je prends la tête de la Commission de Géographie culturelle de l’UGI. Je joue donc sur mes publications.

22Les orientations que je repère, et que signale par des articles, concernent les nouvelles tendances de la géographie politique (Claval, 1981; 1983a), sa cohérence (Claval, 1984b), l’étude de ses fondements théoriques (Claval, 1982 ; Claval, 1987a), les rapports entre géographie politique et géopolitique (Claval, 1992), l’histoire et les fondements de la pensée géopolitique (ce qui nourrit, un peu plus tard, Géopolitique et géostratégie, 1994), les modèles centre/périphérie en géographie politique (Claval, 1980b) et les cadres conceptuels de l’analyse des situations de conflit (Claval, 1987b).

23La structure politique interne des Etats est alors à la mode. Elle explore les rapports entre Etat central et Etat local (Claval, 1986), le rôle des réseaux dans l’enracinement (Claval, 1988) et les stratégies du territoire (Claval, 1991d).

24D’autres pistes traduisent l’émergence de nouvelles curiosités : la géographie de la liberté, telle qu’on peut la déduire des travaux de John Rawls (Claval, 1983b ; 1984a), et le problème des idéologies, auquel je m’attache depuis mon essai sur Les Mythes fondateurs des Sciences sociales (Claval, 1980a ; 1985a ; 1985b). La géographie politique s’attache aux problèmes d’actualité : ceux liés à la tendance nouvelle à la globalisation et à son impact sur la métropolisation (sur l’évolution des capitales européennes, Claval, 1991c), et ceux qui résultent de la chute du Mur de Berlin (Claval, 1991a ; 1991b). On ne peut développer la pratique d’une discipline sans s’intéresser à ceux qui l’ont créée et structurée, André Siegfried par exemple (Claval 1989).

25C. Il ne suffit pas de repérer des mouvements et de lancer des idées. Il faut les faire circuler. C’est en organisant des colloques qu’on peut y parvenir et mieux structurer ainsi la discipline en France. J’organise deux colloques qui tournent autour des stratégies territoriales de l’Etat. Je commence à préparer leur édition, mais c’est Hervé Théry qui achève le travail et le signe (Théry, 1991).

26Faire une place à l’histoire de la géographie me paraît indispensable : la Commission de Géographie politique s’associe au colloque sur la vie et l’œuvre d’André Siegfried qu’organise François Gay, et que publie Etudes Normandes.

27Le cercle des collègues qui fréquentent les conférences s’élargit. Des collègues étrangers, comme Hermann van der Wusten, d’Amsterdam, y sont également assidus. D'autres géographes français s’intéressent à la géographie politique. Entre autres exemples, Georges Prévelakis, arrivé à Paris-IV pour enseigner l’urbanisme, se passionne bientôt pour elle. La géopolitique commence à connaître une expansion fulgurante.

28Le laboratoire « Espace et culture », que j’ai créé en 1982, se développe et me prend de plus en plus de temps. A partir du début de 1992, il dispose d’un journal Géographie et cultures, ainsi que d’une collection d’ouvrages. J’abandonne en 1992 la direction de la Commission de Géographie politique.

Haut de page

Bibliographie

CHAMPIER, L, 1955, "A propos de la géopolitique. Doit-on et peut-on renouveler cette notion ?", Saar-Europa, Cahiers de l’Institut Européen de l’Université de Sarre, 2ème fasc. p. 26-58.

CHAMPIER, L., 1957, "Géographie politique et géographie religieuse", in : G. Chabot, R. Clozier et J. Beaujeu-Garnier (dir. par), La Géographie française au milieu du XXe siècle, Paris, Baillère, p. 149-158.

CLAVAL, P., 1973, Principes de géographie sociale, Paris, M.-Th. Genin et Editions techniques.

CLAVAL, P., 1978, Espace et pouvoir, Paris, PUF.

CLAVAL, P., 1980a, Les Mythes fondateurs des sciences sociales, Paris, PUF.

CLAVAL, P., 1980b, "Centre/periphery and space : models of polifical geography", p. 63-71 de : Jean Gottmann (ed.), Centre and periphery. Spatial variation in politics, Beverly Hills, Sage, 1980.

CLAVAL, P., 1981, "Nouvelles orientations en géographie politique", L'Espace Géographique, vol. 10, n° 4, p. 304-305 ;

CLAVAL, P., 1982, "Problèmes théoriques de la géographie sociale et politique", p. 359-371 de : IGU, Latin America Regional Conference, vol. 2, Symposia and Round Tables, Rio de Janeiro, IGU.

CLAVAL, P., 1983a, "Le renouveau de la géographie politique", Bulletin de l'Association des Géographes français, 60° année, n° 492-49, fév.-mars.

CLAVAL, P., 1983b, "Equity and freedom in political geography", p. 36-46 de : Nurit Kliot and Stanley Waterman (eds), Pluralism and political geography, Londres, Croom Helm, 1983.

CLAVAL, P., 1984a, "Urban space and freedom", International Political Science Review, vol. 5, n° 2, p. 147-160) ;

CLAVAL, P., 1984b, "The coherence of political geography", p. 8-24 de : Peter Taylor and John House (eds.), Political geography. Recent advances and future directions, Londres, Croom Helm.

CLAVAL, P., 1985a, "Idéologie et sciences sociales : quelques points de vue", Cahiers de Géographie de Québec, vol. 29, n° 47, septembre, p. 185-192.

CLAVAL, P., 1985b, "Les idéologies spatiales", Cahiers de Géographie de Québec, vol. 29, n° 47, septembre, p. 261-269.

CLAVAL, P., 1986, "Les rapports entre Etat central et Etat local", Political Geography Quaterly, vol. 5, Supplement, "Central government and local government : problems of political doctrine and functional analysis", oct., p. 135-146.

CLAVAL, P., 1987a, "Gouverner, organiser, partager : la géographie politique", p. 176-187 de: Pitte (Jean-Robert) (sous la dir. de), Géographie (classe de 2°), Paris, Nathan, 1987.)

CLAVAL, P., 1987b, "Les cadres conceptuels de l'analyse des situations de conflit en géographie", L'Espace Géographique, vol. 16, n° 4, p. 269-276.

CLAVAL, P., 1988, "Le rôle des réseaux dans l’enracinement ("Réseaux territoriaux et enracinement", "Groupe Réseaux", n° 7, février 1987, p. 44-60; repris aux p. 147-161 de: Réseaux territoriaux, transports et communications, Caen, Paradigme.

CLAVAL, P., 1989, "André Siegfried et les démocraties anglo-saxonnes", Etudes Normandes, n° 2, 1989, p. 121-135

CLAVAL, P., 1991a, "Europe in change. Old problems and new opportunities", p. 33-45 de : Marquardt-Kuron Arnaulf, Thomas J. Mager, Juan Carmona-Schneider (hsg.), Die Vereinigten Staaten von Europa. Auspruch und Wirklichkeit, Material zur Angewende Geographie, Band 21, Berlin, Ifk Verlag.

CLAVAL, P., 1991b, "La géographie au temps de la chute des murs", p. 143-156 de : Primer Congrès Català de Geografia, Barcelona, Societat Catala de Geografia, 1991, vol. 1, Conferencies

CLAVAL, P., 1991c, "Rôle et fonction des capitales européennes dans une stratégie de développement équilibré", p. 563-575 de : Beaujeu-Garnier (Jacqueline), Dézert (Bernard) (sous la dir. de), La grande ville, enjeu du XXI° siècle, Paris, PUF.

CLAVAL, P., 1991d, "L'Etat et les stratégies du territoire", p. 11-25 de : Théry (Hervé) (sous la dir. de), L'Etat et les Stratégies du Territoire, Mémoires et Documents de Géographie, Paris, CNRS.

CLAVAL, P. 1992, "Géographie politique, géopolitique et géostratégie", Stratégique, 1992, n° 55, p. 31-39.

CLAVAL, P., 1994, Géopolitique et géostratégie, Paris, Nathan.

COHEN, S. B. 1963, Geography and Politics in a Divided World, New York, Random House.

DEMANGEON, A.,1932, "Géographie politique", Annales de Géographie, Paris, A. Colin, tome XLI, p.22-31.

DEUTSCH, K. W., 1953, Nationalism and Social Communication, Cambridge (Mass.), M.I.T. Press.

DEUTSCH, K. W., 1963, The Nerves of Government, Cambridge (Mass.), M.I.T. Press.

EASTON, D., 1953, The Political System, New York, Knopf.

ETZIONI, A., 1964, Modern Organizations, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

ETZIONI, A., 1968, The Active Society. A Theory of Societal and Political Processes, New York, the Free Press.

FRÉMONT, 1976, La région, espace vécu, Mélanges offerts à A. Meynier, Rennes, Presses Universitaires de Bretagne, p. 663-678.

GOBLET, Yann-Morvran, 1955, Political Geography and the World Map, Londres, George Philip & Son.

GOGUEL, F., 1951, Géographie des élections françaises : de 1870 à 1951, Paris, A. Colin.

GOTTMANN, J., 1952, La Politique des Etats et leur géographie, Paris, A. Colin.

GOTTMANN, J., 1972, The Significance of Territory, Charlottesville (Va), University of Virginia Press.

HÄGERSTRAND, T., 1968, "What about people in regional science", Papers of the Regional Science Association, p. 7-21.

HARTSHORNE, R., (1950) « The Functionnal Approach in Political Geography ». Annals of the Association of American Geographers, vol. 40, p. 95-130.

HOUSE, J., 1981, Frontier of the Rio Grande. A Political Geography of Development and Social Deprivation, Oxford, Clarendon Press.

JACKSON, W. A. D., 1964, Politics and Geographic Relationships, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

KASPERSON, R. E. & MINGHI J. V., 1969, The Structure of Political Geography, Chicago, Aldine.

KOLOSSOV, V., 2004, American Geography and the Rise of political geography in Russia, GeoJournal, vol.59, N°1, p.59-62.

LACOSTE, Y., 1976, La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Maspéro.

LINDBLOM, C. E., 1959, "The art of muddling through", Public Administration Review, vol. 19, p. 79-99.

LINDBLOM, C. E., 1965, The Intelligence of Democracy, New York, Free Press.

MAQUET, J., 1970, Pouvoir et société en Afrique, Paris, Hachette.

RAFFESTIN, 1980, Pour une Géographie du pouvoir, Paris, Éditions techniques.

RATZEL, F., 1897, Politische Geographie, Munich et Leipzig, Oldenburg.

SANGUIN, A.-L., 1977, La Géographie politique, Paris, PUF.

SIEGFRIED, A., 1913, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, A. Colin.

SIEGFRIED, A., 1949, Géographie électorale de l’Ardèche sous la Troisième République, Paris, A. Colin

THÉRY, H., dir., 1991, L'Etat et les stratégies du territoire, Paris, Editions du CNRS, 242 p.

TUAN, Yi-Fu, 1971, "Geography, phenomenology and the study of human nature", Canadian Geographer, vol. 15, p. 193-201.

WEBER, M., 1971, Economie et société, Paris, Plon [cf. chap. 3, "Les types de domination" ; trad. de Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen, Mohr-Siebeck, 1921-1922].

Haut de page

Notes

1 John William House (1919-1984) a été professeur de géographie à l’université d’Oxford de 1973 à 1983.

2 Géographe britannique né en 1941.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Claval, « La création de la commission de géographie politique du CNFG - Encourager le renouveau de la géographie politique en France (1984-92) », L’Espace Politique [En ligne], 21 | 2013-3, mis en ligne le 16 décembre 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2826 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2826

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Professeur et ancien Président de la commission de géographie politique du CNFG (1984-1992)
Université Paris 4 - Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org