Navigation – Plan du site

Coopération et contrebande de drogue dans les parcs co-frontaliers du nord-ouest américain (Massif des Cascades)

Cooperation and Drug Smuggling in North-West American Co-Border Parks (Cascades)
Caroline Moumaneix

Résumés

Depuis les années 1990, la contrebande de drogue se développe dans les parcs co-frontaliers entre la Colombie britannique (Canada) et l’État de Washington (États-Unis). Cela s’explique, entre autres, par le fait que la frontière canado-américaine est moins surveillée dans ces espaces protégés frontaliers qu’ailleurs. Les deux États voisins ont alors élaboré une coopération sécuritaire pour lutter contre ce trafic, notamment par le biais des Équipes intégrées de la police des frontières (EIPF), y compris au sein des parcs co-frontaliers. Ces équipes mixtes ont d’abord été expérimentées dans le massif des Cascades dès 1996, avant d’être généralisées à l’ensemble de la frontière américano-canadienne dans le cadre de la Déclaration de la frontière intelligente (Smart Border Declaration), suite aux évènements du 11 septembre 2001. Les EIPF mènent des opérations efficaces sur le terrain, comme celle de Frozen Timber / E-Printer dans les Cascades (2006), mais elles n’ont cependant pas pu empêcher les trafiquants de cultiver de la marijuana au sein même de ces espaces protégés co-frontaliers dans lesquels six champs ont été découverts en 2008. Cet exemple illustre à la fois la construction d’une coopération sécuritaire surprenante au sein d’une région bordière hybride, composée d'espaces protégés co-frontaliers, et la question de priorité entre sécurité nationale et protection de l’environnement. Le 11 septembre aurait donc accéléré un processus déjà en cours.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Par parcs « co-frontaliers », nous entendons des parcs frontaliers qui partagent une même frontière (...)

1Les parcs co-frontaliers1 sont des espaces moins surveillés que d’autres le long de la frontière internationale entre les États-Unis et le Canada puisqu’ils sont relativement éloignés des points de passage les plus fréquentés et contrôlés. Si la configuration de la ligne-frontière, une coupe claire dans la forêt, favorise le passage des animaux sauvages, elle permet aussi le passage de clandestins et de produits illicites. Selon la localisation des parcs co-frontaliers étudiés, les enjeux sont variables. Dans le cas de l'emblématique parc international de la Paix de Waterton-Glacier (Alberta, Montana), il existe quelques cas de contrebande, liés à la drogue principalement, mais comme la région est fréquentée, que les passages de la frontière sont surveillés, y compris entre les deux parcs, que le Montana et l’Alberta sont assez éloignés des marchés de la drogue, les trafiquants y sont rares. En revanche, le parc de North Cascades (État de Washington) est devenu, depuis les années 1990, un parc régulièrement utilisé par les contrebandiers. Ce n’est pas un hasard… Dans quelle mesure ce phénomène récent redéfinit-il la coopération au sein des parcs co-frontaliers ? Donne-t-il lieu à une coopération particulière mobilisant d'autres acteurs que les gestionnaires de ces aires protégées ? Redéfinit-il l'espace de la coopération transfrontalière ? Après une présentation des parcs co-frontaliers du massif des Cascades, nous aborderons la contrebande qui s’y déroule depuis une vingtaine d’années et les réponses des autorités nord-américaines.

Les parcs co-frontaliers du Massif des Cascades

2Les parcs co-frontaliers étudiés, dans le massif des Cascades, se localisent à 140 km à l’Est de Vancouver et de Seattle et comportent trois parcs : le parc national de North Cascades, dans l’État de Washington, aux États-Unis, et les parcs provinciaux du lac Chilliwack et de la vallée de la Skagit, en Colombie britannique, au Canada (Tableau 1 ; Carte 1). Ces trois parcs sont plus ou moins anciens : la protection dans cette région remonte à la fin des années 1890 côté américain et aux années 1970 côté canadien. Ces parcs sont très disparates : le parc national de North Cascades et ses deux zones récréatives est presque 30 fois plus étendu que le parc provincial du lac Chilliwack. Le parc national de North Cascades est 19 fois plus visité chaque année que son voisin du nord-est, le parc provincial de la vallée de la Skagit. Une « anomalie » doit aussi être soulignée : une route en cul-de-sac existe entre le parc provincial de la vallée de la Skagit et le parc national de North Cascades depuis la fin des années 1940 (Moumaneix, 2007). Elle a été construite pour permettre la réalisation d’un lac de barrage transfrontalier. Cette route débute dans le parc provincial de la vallée de la Skagit, en Colombie britannique et s’achève à 3,5 km au sud de la frontière, dans le parc national de North Cascades, dans l’État de Washington.

Tableau 1 : Présentation succincte des parcs étudiés dans les Cascades

Sources : d’après U.S. Census (2000), NPS (2011), B.C. Parks (2011)

1 À un kilomètre carré près.

2 Addition de la superficie du parc national de North Cascades (2 043 km²), plus celle des zones récréatives nationales du lac Ross (476 km²) et du lac Chelan (250 km²), toutes deux incluses dans l’espace du parc national.

3 Addition de la fréquentation du parc national de North Cascades (24 659), plus celle des zones récréatives nationales du lac Ross (682 736) et du lac Chelan (39 249), toutes deux incluses dans l’espace du parc national.

4 Nous avons choisi de présenter le budget en euros à cause de la disparité entre les dollars US et dollars Can.

Carte 1 : Localisation des parcs étudiés dans les Cascades

Carte 1 : Localisation des parcs étudiés dans les Cascades

Conception & réalisation C. Moumaneix, 2013 - Sources : NPS, USFS, Parcs Canada, US Census 2010, Statistiques Canada 2011

Contrebande de drogue dans le parc national de North Cascades

  • 2 Notons la différence orthographique entre la forêt américaine d’Okanogan et la région canadienne d’ (...)
  • 3 La localisation exacte des évènements est tenue secrète par les autorités.

3Comparativement aux axes routiers frontaliers, très surveillés, les parcs co-frontaliers se révèlent être des points faibles sur la frontière, qui profitent aux clandestins, aux trafiquants et aux contrebandiers. North Cascades est le seul parc national américain dans lequel un terroriste a été arrêté, puis reconduit à la frontière canadienne, dès 1996 : Abu Mezer, Palestinien. Un an plus tard, il a été interpellé à New York puis inculpé pour terrorisme car il préparait un attentat à la bombe dans le métro (The Economist, 2006). Le parc national de North Cascades est le parc le plus proche de Vancouver, zone de production de marijuana en Colombie britannique, et il se trouve à proximité de Seattle, qui concentre un vaste marché de consommateurs de drogue. Les gestionnaires du parc soupçonnent qu’un trafic de marijuana à travers le parc s’est développé à partir des années 1990, sans pour autant être en mesure de véritablement quantifier le niveau et la fréquence de ce trafic. Suite au durcissement des mesures de sécurité aux frontières américaines après le 11 septembre 2001, les trafiquants ont davantage utilisé les parcs co-frontaliers pour entrer illégalement sur le sol américain. Les évènements se sont accélérés en 2006 avec l’arrestation de plusieurs trafiquants qui utilisaient des hélicoptères pour larguer de la drogue entre le parc de North Cascades et la forêt nationale d’Okanogan2, à l’Est du parc3. Cela n’a pas découragé les trafiquants… S’ils rencontrent davantage de difficultés à passer leur marchandise illicite sur le territoire américain en franchissant la frontière dans les parcs co-frontaliers, ils trouvent des alternatives. En 2008, North Cascades est le premier parc national frontalier avec le Canada où ont été découverts plusieurs sites de plantation de marijuana. Ces sites illégaux de culture sont fréquents dans d’autres parcs nationaux américains, mais plus au Sud, comme en Californie par exemple. Pourquoi et comment les trafiquants exploitent-ils les parcs co-frontaliers, points faibles sur la frontière ? Les gestionnaires des parcs peuvent-ils faire face à ces trafics en mettant en place une coopération à la fois nationale, entre plusieurs agences fédérales américaines, et internationale avec le Canada ?

État des lieux en 2004-2005

4La question du trafic de drogue dans l’enceinte d’un parc national est délicate pour plusieurs raisons. Un tel phénomène n'est pas une bonne publicité pour les parcs qui évitent de communiquer sur la question. Nous nous en sommes rendu compte aux réponses évasives lors des entretiens que nous avons menés sur place (Moumaneix, 2012). Cependant, en croisant les informations recueillies entre elles, complétées par des articles de presse, nous avons réussi à cerner les principaux éléments du trafic de marijuana dans le parc national de North Cascades. D'après les gouvernements américain et canadien, les trafiquants cultivent de la marijuana en Colombie britannique pour la revendre clandestinement dans l’État de Washington ou en Californie. La marijuana produite au Canada a une teneur en delta 9-tétrahydrocannabinol (THC) située entre 9 et 38 %. Elle est donc plus concentrée que celle qui est produite au Mexique ou aux États-Unis dont la teneur en THC se situe autour de 5 %. Cette différence s’explique par le fait que les producteurs canadiens ne commercialisent que les fleurs des plants femelles non pollinisés. Par conséquent, le prix de cette qualité de marijuana atteint presque celui de la cocaïne (1kg de marijuana est équivalent à 1,8 kg de cocaïne). Ce trafic est donc très rentable (Gouvernement des États-Unis et Gouvernement du Canada, 2004, 2007).

5Plusieurs possibilités s’offrent aux trafiquants pour faire passer la drogue sur le territoire américain. Après le 11 septembre 2001, les contrôles étant devenus systématiques aux points de passage routiers, les parcs co-frontaliers, isolés, ont davantage été exploités à cause d’une moindre surveillance. En dehors des grands axes fréquentés, peu de routes secondaires et de chemins de randonnée traversent la frontière. Il en existe seulement quatre entre l'Etat de Washington et la Colombie britannique :

  • deux chemins de randonnée entre le parc provincial de Manning (Colombie britannique) et la forêt nationale d’Okanogan (État de Washington), à l’Est du parc de North Cascades ;

  • une route en cul-de-sac entre le parc provincial de la vallée de la Skagit (Colombie britannique) et le parc national de North Cascades, à l’Est du lac Ross ;

  • un chemin de randonnée à l’Ouest du parc, entre le parc provincial du lac Chilliwack (Colombie britannique) et North Cascades.

6Ces deux derniers points de passage dans le parc national sont très prisés par les trafiquants car ils permettent de rejoindre rapidement une route goudronnée.

7Les entretiens avec divers employés du parc de North Cascades révèlent plusieurs points importants. Le manque de rangers assermentés est soulevé à maintes reprises. En effet, en 2004-2005, on ne compte que sept rangers permanents : quatre sont affectés aux axes routiers, deux à la zone de wilderness du parc et un seul à Hozomeen pour contrôler le point de passage de la frontière. En période estivale, seuls sept rangers assermentés saisonniers renforcent l’équipe. Cela explique l’augmentation du nombre de franchissements illégaux de la frontière (Joe Cook, Ranger assermenté, Chef du sous-district de la route I 20, 1er août 2004). De plus, en une vingtaine d’années, le nombre total de rangers assermentés a diminué, au profit de rangers interprétatifs ou d’employés spécialisés comme des archéologues ou des botanistes (Kelly Bush, Ranger assermenté, Chef du district de wilderness, 3 août 2004). Les employés du parc ont le sentiment d’avoir de moins en moins de moyens humains. La coopération avec le Canada est citée sans être toujours explicitée. Au cours des entretiens, nous n’avons pas toujours réussi à savoir quels services étaient impliqués. Un seul ranger assermenté, souhaitant conserver l’anonymat, a cité la Police montée canadienne (Encadré 1). En 2013, on compte toujours sept rangers assermentés permanents mais plus que cinq saisonniers (Kelly Bush, Ranger assermenté, Chef du district de wilderness, 7 janvier 2014).

Encadré 1 : Témoignages au sujet de la contrebande de drogue dans le parc de North Cascades en 2004

Encadré 1 : Témoignages au sujet de la contrebande de drogue dans le parc de North Cascades en 2004

8La plupart du temps, les personnes interrogées évoquent le « Canada » ou la « Colombie britannique » ou les « parcs provinciaux » mais rarement une agence ou un service particulier. Cependant, des exemples concrets de la coopération internationale ont été cités : partage d’informations, communications téléphoniques, réunions communes annuelles (Joe Cook, Ranger assermenté, Chef du sous-district de la route I 20, 1er août 2004 ; Bill Paleck, Directeur du parc, 4 août 2004). Certaines limites à la coopération internationale ont aussi été soulevées. « […] Côté canadien, les employés gouvernementaux sont moins nombreux et la privatisation augmente. Ici, le NPS [National Park Service] est propriétaire de tout, dirige, contrôle et surveille tout… pas comme en Colombie britannique. Les agences fédérales américaines ont une grande capacité de réaction et d’action. En Colombie britannique, l’autonomie est moins grande car tout repose sur le ministre provincial des Forêts, ce qui ajoute un autre niveau de bureaucratie. […] » (Bill Paleck, Directeur du parc, 4 août 2004).

9La coopération avec d’autres services américains est apparue plus clairement dans les entretiens. Les rangers assermentés travaillent avec la Patrouille frontalière, le Service des douanes, la Brigade anti-stupéfiants, la police de l’État de Washington, la police des comtés de Whatcom, de Skagit, d’Okanogan et de Chelan et l’entreprise d’hydroélectricité gérant les barrages du parc, la Seattle City Light ou SCL (Joe Cook, Ranger assermenté, Chef du sous-district de la route I 20, 1er août 2004 ; Kelly Bush, Ranger assermenté, Chef du district de wilderness, 3 août 2004 ; X, Ranger assermenté souhaitant rester anonyme, 5 août 2005 ; Rosemary Seifried, Ranger assermenté, 5 août 2005 ; Joe Cook, Ranger assermenté, Chef du sous-district de la route I 20, 1er août 2005). Cette coopération est parfois critiquée. Selon certains rangers, les membres des autres services cités ne sont pas formés pour intervenir dans les parcs nationaux mais plutôt en milieu urbain ou sur des axes routiers. De plus, leur réactivité est lente quand un incident éclate au milieu du parc, dans la zone de wilderness, isolée par définition (Joe Cook, Ranger assermenté, Chef du sous-district de la route I 20, 1er août 2004 et 2005). Les rangers assermentés semblent ne devoir compter que sur eux-mêmes.

10En ce qui concerne le trafic de drogue, les circuits et marchandises sont assez semblables depuis des décennies. Les bénéfices des ventes de la marijuana canadienne aux États-Unis sont réinvestis dans l’achat de cocaïne, produite au Mexique ou en Amérique latine, à destination des consommateurs de Vancouver et de Colombie britannique.

  • 4 Weed signifie mauvaise herbe mais aussi « herbe » en langage familier.
  • 5 Un million de dollars US.

11Ce double trafic, Nord-Sud et Sud-Nord, utilise tous les moyens de transport possibles. Par la route, des véhicules passent la frontière au sud de Vancouver, soit par l’axe autoroutier Pacific Highway, soit par l’axe routier entre Blaine et Peace Arch, soit par la route entre Lynden et Aldergrove, ou encore par l’axe Sumas / Huntingdon, et, à l’Est de North Cascades, par le point de passage de Night Hawk ou par la route 97, entre Oroville et Osoyoos (Carte 2), qui rejoint la Californie, à Weed4, ironie du sort. L’ensemble de ces passages routiers frontaliers sont ouverts toute l’année, 24 h sur 24, à l’exception de Lynden-Aldergrove, ouvert de 8 h à minuit, et de Night Hawk, ouvert de 9 h à 17 h. La drogue peut aussi passer la frontière en étant acheminée, dans des sacs de randonnée, par des individus à pied. Un tunnel clandestin a même été creusé sous la frontière, entre Lynden et Aldergrove (Carte 2), reliant un hangar côté canadien à une maison côté américain, deux propriétés privées co-frontalières acquises par des trafiquants. Ce tunnel est le premier a avoir été découvert, en 2005, à la frontière américano-canadienne. Il mesure 110 mètres de long, 1 mètre de large, 1,5 mètre de haut et s’enfonce de un à trois mètres sous terre. Il est construit en béton et fibre de verre, étayé par des structures métalliques. Il est équipé de vidéosurveillance, de ventilation et de pompes. Sa construction, qui a pris 8 mois, a coûté 800 000 euros5 aux trafiquants de drogue (Radio Canada, 2005 ; Gouvernement des États-Unis et Gouvernement du Canada, 2008, p 9). Les trafiquants à pied peuvent aussi emprunter l’un des trois chemins de randonnée transfrontaliers : Chilliwack, entre le parc provincial du lac Chilliwack et le parc national de North Cascades, qui rejoint ensuite la forêt nationale de Mount Baker ; Hozomeen entre le parc provincial de Manning et la forêt nationale d’Okanogan, qui rejoint la zone récréative du lac Ross, dans le parc national de North Cascades ; ou Pacific Crest entre le parc provincial de Manning et la forêt nationale d’Okanogan (Cartes 2 & 3). Un autre passage est possible : la route de Skagit Silver (Carte 3), qui traverse le parc provincial de la vallée de la Skagit et se termine en cul-de-sac dans la zone récréative du lac Ross, dans le parc de North Cascades.

Carte 2 : Les points de passage de la frontière internationale et les parcs co-frontaliers

Carte 2 : Les points de passage de la frontière internationale et les parcs co-frontaliers

Conception & réalisation C. Moumaneix 2012

Carte 3 : Les passages frontaliers dans la région du parc de North Cascades

Carte 3 : Les passages frontaliers dans la région du parc de North Cascades

Conception & réalisation C. Moumaneix, 2012

  • 6 25 dollars US.
  • 7 50 dollars US.
  • 8 25 dollars US.
  • 9 Bianca Perla, doctorante à l’époque à l’Université de Washington, aujourd’hui docteur en Foresterie (...)
  • 10 Il faut compter 1 h 30 pour parcourir les 35 km du lac Ross du Sud vers le Nord et 2 h 30 du Nord v (...)

12Les trafiquants privilégient plutôt l’Est du parc, entre la zone récréative du lac Ross et la forêt nationale d’Okanogan car cela leur coûte moins cher s’ils sont contrôlés sans permis dans la zone de wilderness. Même si l’infraction se déroule dans le même parc, l’amende s’élève, selon le comté, à 20 euros6 à l’Est, au lieu de 407 à l’Ouest, auxquels s’ajoutent 20 euros8 de frais de dossier (X, Ranger assermenté souhaitant rester anonyme, 5 août 2005 ; Rosemary Seifried, Ranger assermenté, 5 août 2005). Le coût de ces amendes est dérisoire comparativement aux bénéfices des trafiquants. Ces derniers connaissent et fréquentent depuis de nombreuses années la zone récréative du lac Ross. Depuis le Canada, elle est accessible par la route Silver-Skagit, non goudronnée. Cet axe traverse la frontière américano-canadienne et débouche sur les rives du lac de barrage Ross, à Hozomeen. Cette route, peu fréquentée, franchit la frontière internationale sans douane et permet aux contrebandiers d’entrer sur le sol américain sans contrôle. Une fois aux États-Unis, ils descendent le lac Ross en bateau (35 km) puis rejoignent la route I 20 à pied (2 km), qu’ils empruntent vers Seattle. En dehors des sentiers et campings situés à proximité du lac, la zone est peu fréquentée car peu accessible et très accidentée. En 2004, nous avons fait, sans le savoir, le circuit inverse des trafiquants, en compagnie d’un chercheur américain9 : marche de 45 min entre la route I 20 et le lac Ross, en contre-bas, remontée en barque à moteur du lac Ross en 1 h 3010 (Photo. 1), franchissement – illégal ! - de la frontière à Hozomeen, la barrière était ouverte (Photos. 3 & 4) et aucun contrôle n’était effectué, malgré la présence, côté américain, d’un poste de rangers. Ce dernier était fermé, avec seulement quelques informations affichées, à l’extérieur, pour les randonneurs de passage (Photo. 2). De plus, aucun poste de contrôle n’existait côté canadien.

Sources : Clichés de l’auteur, 2004

13Presque chaque année des trafiquants sont arrêtés sur ces différents axes, en pleine nature. Il semble que les espaces protégés soient perçus comme des espaces peu fréquentés, donc peu surveillés, notamment les zones de wilderness ou de nature sauvage. C’est pour ces raisons qu’un autre mode de transport s’est développé : l’aérien. Les trafiquants utilisent de petits avions ou des hélicoptères, volant à très basse altitude pour ne pas être repérés et larguer la marchandise en forêt. Les autorités comme les médias ne révèlent pas la localisation de ces sites mais une carte détaillée de la région permet d’émettre quelques hypothèses : les lacs ou les terrains de camping sont facilement repérables par les pilotes. Autrement dit, les terres fédérales ou provinciales, perçues comme des angles morts, sont utilisées pour de vastes trafics de drogue. Devant ce constat, une coopération nationale entre les différentes agences gouvernementales et une coopération internationale entre le Canada et les États-Unis semblent nécessaires.

Effet sécuritaire du 11 septembre 2001 sur la frontière américano-canadienne ?

14En décembre 2001, les gouvernements canadien et américain ont signé la Déclaration de la frontière intelligente (Smart Border Declaration and Action Plan). À l’époque, huit services fédéraux canadiens et américains sont concernés par cet accord. Il s’agit, au Canada, de l’Agence des douanes, de l’Agence de la citoyenneté et de l’immigration, de l’Agence de l’hygiène, regroupés depuis 2003 au sein de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), de la Police montée, du ministère des Affaires étrangères et du commerce international. Côté américain, il s’agit du ministère de la Sécurité intérieure, du Service des douanes et de la protection de la frontière et des Gardes-côtes. Les principaux objectifs de la Déclaration de la frontière intelligente sont de faciliter et de sécuriser les flux transfrontaliers des biens et des personnes, d’améliorer la sécurité de la frontière, notamment des infrastructures des postes de douane, d’échanger des informations relatives au renseignement et de coordonner plus facilement des actions bilatérales. La Déclaration de la frontière intelligente a trait à la sécurité nationale, à la lutte contre le crime organisé et contre toute activité criminelle frontalière et transfrontalière entre les points d’entrée. Parmi les objectifs de cet accord, on peut citer la mise en place des passeports biométriques, le partage d’informations relatives aux voyageurs et la constitution d’une base de données commune sur l’immigration (Agence des services frontaliers du Canada, s.d.). La Déclaration officialise et généralise aussi les Équipes intégrées de la police des frontières (EIPF) tout le long de la frontière américano-canadienne.

15Compte tenu de la date de signature de la Déclaration, on aurait pu penser que les évènements du 11 septembre 2001 étaient la cause directe de cet accord… En réalité, la première EIPF a été mise en place à titre expérimental en 1996, à Chilliwack, en Colombie britannique. Elle devait fournir des moyens opérationnels plus efficaces aux autorités locales canadiennes et américaines peu « armées » pour faire face à l’importante contrebande entre les points de passage de la frontière, dont les parcs co-frontaliers de la région. Cette première équipe, expérimentale, a été affectée au segment frontalier entre la Colombie britannique et l’État de Washington. Étant intervenu, avec succès, dans plusieurs opérations, les gouvernements canadien et américain ont pris la décision d’augmenter son effectif, faisant passer de 2 à 20 le nombre de ses membres, entre 1996 et 1999. Pendant cette période, le nombre d’arrestations réalisées par l’EIPF a été multiplié par six, le nombre de saisies par huit et la valeur des biens saisis par treize. Les gouvernements nord-américains ont alors envisagé d’étendre ce dispositif à l’ensemble de la frontière américano-canadienne dès le mois d’avril 2001, plusieurs mois avant le 11 septembre. Nous pouvons donc émettre l’hypothèse que les évènements du 11 septembre 2001 ne sont pas la cause directe de la mise en place des EIPF mais qu’ils en ont accéléré le processus. Soulignons que cela a été facilité par l'adoption de deux lois essentielles, le Patriot Act quelques mois plus tôt, en octobre 2001, renouvelé en 2006 puis en 2011, et le Homeland Security Act quelques mois plus tard, en novembre 2002. Ces lois favorisent les échanges entre les différents services fédéraux en charge de la frontière en les intégrant au sein d'un nouveau ministère, le Département de la Sécurité intérieure (Department of Homeland Security).

16Les EIPF, binationales, permettent de réduire les démarches administratives nationales et internationales. Elles facilitent et encouragent la communication, l’échange d’informations, le partage plus efficace des moyens humains, matériels et financiers et enfin la mise en place de moyens techniques de communication plus opérationnels, y compris dans les zones isolées, comme les liaisons par radio. Les EIPF interviennent entre les points d’entrée « traditionnels », comme les axes routiers, mais collaborent avec les services fédéraux en charge des points d’entrée comme l’ASFC ou la Patrouille frontalière américaine. On compte aujourd’hui 24 équipes intégrées binationales, réparties dans 15 régions frontalières. Deux opèrent entre la Colombie britannique et l’État de Washington : une première pour la région de Vancouver, une seconde pour la région d’Okanogan (Agence des services frontaliers du Canada, s.d.). Les EIPF travaillent et coopèrent avec d’autres services à différents niveaux : les municipalités, les Provinces ou États fédérés, d’autres agences fédérales canadiennes ou américaines et les gouvernements autochtones. La mission principale des EIPF touche à la contrebande et au trafic de drogue, d’alcool, de tabac, de véhicules et d’êtres humains. Ainsi, la région de Vancouver-Seattle et du massif des Cascades, entre la Colombie britannique et l’État de Washington, apparaît comme une région « pilote » expérimentale qui a porté ses fruits à l’échelle continentale nord-américaine. Les EIPF constituent une réponse au constat de l’existence et de la persistance de points faibles sur la frontière américano-canadienne.

17Une des limites des actions des EIPF réside dans le fait que dans les parcs co-frontaliers, ces équipes n’ont pas de compétence exclusive et doivent collaborer avec les autorités gestionnaires des parcs provinciaux, des parcs nationaux et des forêts nationales. Pour faciliter les opérations dans les espaces protégés, côté américain, un protocole d’entente (Memorandum of Understanding ou MOU) a été signé en mars 2006 entre les ministères de la Sécurité intérieure, de l’Intérieur et de l’Agriculture, permettant ainsi au NPS et au Service américain des forêts (USFS) de collaborer avec les services fédéraux en charge de la frontière. La Patrouille frontalière américaine a accès aux terres publiques mais elle doit respecter les lois qui y sont appliquées, comme la loi sur la Wilderness de 1964. Parmi les actions menées par les EIPF, l’opération Frozen Timber / E-Printer de 2006 est la plus importante car elle a mobilisé un large panel d’agences et de services à plusieurs niveaux politiques, du local au fédéral.

Opérations menées contre le trafic et la production illicites de drogue en 2006 et 2008

Opération frozen timber ou e-printer (juin 2006)

  • 11 1,5 million de dollars US.

18En juin 2006, une vaste opération de suivi d’un réseau de trafiquants de drogue se solde par l’arrestation de plusieurs individus en pleine nature sauvage. Selon les sources, la localisation exacte varie entre le parc national de North Cascades et la forêt nationale d’Okanogan. Dans les deux cas, l’opération s’est déroulée en zone de wilderness. La majorité des sources semble indiquer la zone de wilderness de Pasayten, dans la forêt nationale d’Okanogan, à l’Est du parc national de North Cascades. L’opération, nommée Frozen Timber côté américain et E-Printer côté canadien, a conduit à saisir 3 640 kg de marijuana, 365 kg de cocaïne, 1,2 million d’euros11, trois hélicoptères et à interpeler 46 individus sur le territoire américain. Cette opération fait suite à une enquête débutée en novembre 2004, après plusieurs signalements d’hélicoptères remontant en chandelle depuis des terrains de camping. Elle a démantelé un vaste réseau de trafic de drogue entre la région de Vancouver et de grandes villes américaines (Seattle, Los Angeles, San Diego, Chicago, Detroit, New York) (Bolan, 2006 ; Martin, 2006). Cette opération révèle à quel point les aires protégées co-frontalières sont des points faibles de la frontière internationale ce qui nécessite une plus grande coopération en matière sécuritaire. Frozen Timber / E-Printer est l’opération la plus importante menée par l’EIPF car elle a mobilisé de nombreux acteurs, des municipalités aux brigades d’élite du NPS en passant par la police judiciaire fédérale, majoritairement américains compte tenu du lieu de l’intervention (Tableau 2).

Tableau 2 : Composition des équipes et services mobilisés dans l’opération Frozen Timber ou E-Printer (juin 2006)

Tableau 2 : Composition des équipes et services mobilisés dans l’opération Frozen Timber ou E-Printer (juin 2006)

Sources : Gendarmerie royale du Canada, s.d. ; Agence des services frontaliers du Canada, s.d. ; NPS, s.d. ; USFS, s.d.

* Federal Bureau of Investigation

19En 2007, un article de Radio Canada souligne que la frontière américano-canadienne est cependant encore "pleine de trous". Un rapport officiel relate que des agents fédéraux américains ont réussi à franchir la frontière du Canada vers les États-Unis sans être arrêtés alors qu'ils transportaient du faux matériel radioactif dans des sacs de sport rouges. A cette date, 1 000 douaniers américains surveillent les 8 900 km de la frontière canadienne (1,1 douanier pour 10 km) alors que 12 000 douaniers américains surveillent les 3 200 km de la frontière mexicaine (37,5 douaniers pour 10 km) (Radio Canada, 2007). En 2011, le Département de la Sécurité intérieure indique que les douaniers sont 2 200 sur la frontière Nord (2,5 douaniers pour 10 km) et 18 500 sur la frontière Sud (58 douaniers pour 10 km) (Department of Homeland Security, 2011). Malgré une augmentation des effectifs, la frontière américano-canadienne demeure moins surveillée que la frontière américano-mexicaine.

20En 2008, un article du Devoir constate que les douaniers canadiens et américains ne peuvent toujours pas se joindre par radio de part et d'autre de la frontière et qu'ils ne peuvent franchir cette frontière sans se déclarer (Le Devoir, 2008). En 2013, la question des communications radio n'est toujours pas réglée même si des progrès ont été réalisés entre l'État de Washington et la Colombie britannique, entre l'Ontario et le Michigan (Gouvernement du Canada, 2013).

Contournement de la frontière par les trafiquants : les plantations de marijuana dans le parc national de North Cascades (août 2008)

21Afin d'éviter d'éventuels contrôles frontaliers et arrestations pour trafic, importation et exportation de drogue, les trafiquants canadiens ont décidé de se rapprocher des marchés américains. En 2007, l’ASFC souligne dans son Rapport de l’évaluation des menaces que la culture de marijuana continue à se développer au Canada, principalement en Colombie britannique, en Alberta, en Ontario et au Québec; aux États-Unis, surtout en Californie, dans le Kentucky, le Tennessee, l’État de Washington et à Hawaii (Gouvernement des États-Unis et Gouvernement du Canada, 2008). Ce phénomène est connu dans plusieurs parcs nationaux américains comme le parc de Yosemite en Californie. Aucune plantation dans les parcs nationaux de l’État de Washington n’a été signalée avant le mois d’août 2008. Cet été-là, la première plantation de marijuana a été découverte dans le parc de North Cascades, dans la zone récréative de Ross Lake (Photos. 5 à 10).

  • 12 48 millions de dollars.
  • 13 1 000 pounds.

22D'après le NPS, 16 742 pieds de marijuana, répartis sur six champs, ont été détruits. Ils représentaient une valeur de 39 millions d’euros12 (Photos. 5, 6 et 7). 450 kg13 de déchets et de matériel ont été trouvés (fertilisants, pesticides, herbicides, système d’irrigation, poêle à bois, bombonnes de gaz, détritus ; Photo. 8) et ont nécessité d’être enlevés par hélitreuillage avec l'aide de l'armée (Photos. 9 & 10) puisque la zone n’est accessible qu’à pied ou à cheval. Les trafiquants ont causé des dégâts importants pour l’environnement : des arbres ont été coupés pour dégager les clairières, le sol a été terrassé pour aplanir les parcelles, des cours d’eau ont été partiellement détournés pour irriguer les plantations, la faune sauvage a été chassée, entourés de barrières, des habitats sommaires ont été construits dans les arbres, pour les « employés ». Des parcelles défrichées, en pleine forêt, ont été repérées par un pilote du NPS qui survolait la zone pour un travail de maintenance dans le parc. L’opération a ensuite mobilisé 50 officiers de plusieurs agences et niveaux politiques, du comté au fédéral, en passant par le fédéré (Tableau 3) (Shilling, NPS, 2008). Les informations publiques officielles autour de cette opération ne donnent aucun détail sur le déroulement de l’opération ou sur des arrestations éventuelles. La coordination entre tous ces services gouvernementaux américains a été possible grâce au protocole d’entente signé en 2006.

Plantation de marijuana découverte en 2008 dans le parc de North Cascades

Plantation de marijuana découverte en 2008 dans le parc de North Cascades

Sources : Kinsey Shilling, 2008 (Photo. 6) et David Snyder ©, 2008 (Photos. 5, 7, 8, 9, 10)

* Photographie floutée par l’auteur

Tableau 3 : Composition des équipes et services mobilisés dans le parc de North Cascades (2008)

Tableau 3 : Composition des équipes et services mobilisés dans le parc de North Cascades (2008)

Source : Shilling, NPS, 2008

* Rangers assermentés des parcs nationaux d’Olympic, des Volcans d’Hawaii, de Yosemite et des parcs de loisirs de Lake Mead et du Golden Gate.

Évolution depuis 2008

23D’après le Rapport de l’évaluation des menaces en 2010 (U.S. Customs and Border Protection, Agence des services frontaliers du Canada, Gendarmerie royale du Canada, 2010), malgré les EIPF et les nombreuses arrestations, deux régions frontalières continuent d’être le cadre de contrebande de drogues, la Colombie britannique et l’État de Washington à l’Ouest, le Québec et l’État de New York à l’Est, avec les mêmes flux Nord-Sud de marijuana et d’ecstasy et Sud-Nord de cocaïne. Aucune information relative au trafic de drogue ou à la culture de marijuana n’est mise en avant dans le parc national de North Cascades. En revanche, depuis 2010, les autorités gestionnaires de la forêt nationale d’Okanogan ont inclu, dans la brochure sur la forêt, une information au sujet de la culture de marijuana sur les terres fédérales (USFS Okanogan-Wenatchee National Forest, Cascade Lookout, 2010, p 4). Il est recommandé à toute personne témoin d’une activité suspecte sur les terres fédérales, comme des conversations provenant d’un lieu inhabituel, la présence de personnes sans véhicules le long de routes ou d'individus armés, de s’en éloigner discrètement puis de contacter soit un officier assermenté de la forêt nationale, soit la police, pour effectuer un signalement. Les éléments mis en exergue dans cet extrait s’appliquent à la culture et au trafic de drogue. La brochure de 2011 est à la fois plus floue et plus explicite : les sites de culture de la marijuana ne sont plus les seuls visés puisqu’il faut « fuir immédiatement toute opération liée à la drogue », sous-entendu un trafic. Il est recommandé de ne pas entrer en contact avec les cultivateurs car ils sont « extrêmement dangereux ». Les autorités incitent à noter avec attention le lieu : un repère dans le paysage ou des coordonnées GPS (Encadré 2). Ces informations n'ont pas été réitérées dans la version 2013 (il n'existe pas de version 2012).

Encadré 2 : Mise en garde contre la culture illégale de drogue sur les terres fédérales (2011)

Encadré 2 : Mise en garde contre la culture illégale de drogue sur les terres fédérales (2011)

Source : USFS Okanogan-Wenatchee National Forest, Cascade Lookout, 2011, p 5

24Suite au constat de relatif échec dans la lutte anti-stupéfiant, quelques Républicains américains voudraient aller plus loin. Une proposition de loi, déposée en vain à la Chambre des représentants, demande de confier à la Patrouille frontalière une bande de 161 km de large, sur toute la longueur des frontières américaines, Nord et Sud (Carte 4). Dans l’État de Washington, cette bande frontalière occuperait la moitié du territoire et plusieurs parcs nationaux, dont North Cascades. La proposition de loi donnerait une compétence exclusive à la Patrouille frontalière, qui n’aurait donc pas à respecter les lois environnementales applicables aux terres fédérales comme les forêts nationales, les parcs nationaux et les réserves autochtones. La Patrouille frontalière n’aurait plus à tenir compte des zones de wilderness, permettant ainsi de construire des infrastructures, d'installer des équipements de surveillance et d'utiliser des véhicules pour surveiller la bande frontalière qui leur serait confiée (Hotakainen, 2011).

  • 14 L’auteur souligne qu’une erreur s’est glissée dans la localisation du parc national de North Cascad (...)

Carte 4 : Proposition d’extension du domaine d’action de la Patrouille frontalière américaine14

Carte 4 : Proposition d’extension du domaine d’action de la Patrouille frontalière américaine14

Source : Hotakainen, 2011

« Projet mettant fin aux lois environnementales le long de la frontière - Un projet de loi des Républicains de la Chambre des représentants autoriserait la Patrouille frontalière américaine à ne pas respecter les 36 lois fédérales environnementales sur les terres publiques sur une bande de 161 km le long des frontières canadiennes et mexicaines, un projet qui, selon eux, doit améliorer la sécurité nationale. » (Traduction de l'auteur)

25En 2011, les gouvernements américain et canadien ont élaboré le Plan d'action Par-delà la frontière (Beyond the Border Action Plan) qui s'inspire des EIPF. Ce plan cherche à concilier fermeture sécuritaire de la frontière et ouverture pour les flux de personnes et de marchandises, problématique omniprésente depuis une dizaine d'années. Il initie le programme Shiprider, cadre d'opérations intégrées transfrontalières maritimes sur les voies navigables communes. Il prévoit la mise en place d'un système binational de communication radio entre les agents en charge de l'application de la loi transfrontalière, déjà évoquée en 2001. Il prévoit un système d'échange systématique et automatisé d'informations relatives à l'immigration ainsi que d'un suivi de correspondance entre les entrées et les sorties (Gouvernement du Canada, 2011, 2013).

Conclusion

26Les parcs co-frontaliers entre la Colombie britannique et l’État de Washington sont bien des points faibles sécuritaires de la frontière mais les autorités développent plusieurs stratégies pour tenter d'y remédier. Des EIPF existent depuis 1996 et ont été généralisées en 2001. La collaboration entre les agences gouvernementales américaines est facilitée par un protocole d’entente signé en 2006. Cependant, la question du trafic du drogue n’est pas résolu car les trafiquants utilisent toujours les mêmes itinéraires, les mêmes routes et chemins de randonnée retirés, avec des moyens techniques plus sophistiqués, comme de petits avions bi-places ou des modèles réduits téléguidés, en visant des sites d’atterrissage ou de largage plus isolés encore et plus éloignés de la frontière. Ils n’hésitent plus à produire de la marijuana sur le sol américain, y compris dans les parcs nationaux frontaliers, en pleine wilderness, en défiant les autorités fédérales. Cependant, la légalisation de la consommation de cannabis à des fins récréatives dans l’État de Washington depuis novembre 2012 peut affecter les dynamiques de la contrebande de drogue dans la région.

27Le problème du trafic de drogue entre des parcs co-frontaliers dévoile le fait que la coopération peut dépasser sa mission de protection de la nature, notamment pour des raisons de sécurité. Dans ce cas, la coopération imposée par le pouvoir fédéral s’avère exogène aux agences gestionnaires des parcs. Cette coopération s’exerce aux points de passage de la frontière internationale, se prolonge dans des couloirs de circulation empruntés par des trafiquants et dans certaines zones de production illicite de drogue. L’espace de coopération traverse et dépasse le strict territoire des parcs co-frontaliers. Ces derniers sont à la fois des lieux privilégiés pour la coopération puisqu’ils sont publics, donc « contrôlables » par les autorités fédérées et fédérales mais également des angles morts difficiles à surveiller à cause du relief, de la végétation et du manque de personnel. Ces aspects confirment l’hybridité de la frontière internationale à cause de sa localisation entre des parcs co-frontaliers. Les ensembles d’aires protégées co-frontalières dessinent des régions bordières qui s’avèrent malaisées à maîtriser par les autorités à cause des activités inattendues et illicites qui s’y déroulent, malgré plusieurs lois et plans d'action depuis 2001...

28Les membres du Congrès américain discutent de façon récurrente de la sécurité de la frontière. Le budget alloué au Département de la Sécurité intérieure ne cesse d'augmenter (14 milliards d'euros en 2002, 28 milliards en 2003, 43 milliards en 2013, Department of Homeland Security). En 2007, un projet de loi (Secure Borders, Economic Opportunity and Immigration Reform Act) a été proposé, en vain, au Sénat. Repris en 2013 (Secure Borders, Economic Opportunity and Immigration Modernization Act), il a été voté par le Sénat et est actuellement en discussion à la Chambre des représentants. Ce projet vise à sécuriser davantage la frontière en augmentant le nombre d'agents de la Patrouille frontalière (3 500 dans la version de 2013), en élargissant le réseau de communication radio entre les agents fédéraux, fédérés, locaux et autochtones. Il s'agit vraisemblablement d'une réponse au trafic au sein des réserves autochtones transfrontalières, dont celle d'Akwesane, située entre l'Ontario, le Québec et l'Etat de New York (Lasserre, 2012). Le plan Secure Borders reconnait de façon explicite les zones rurales frontalières, dont font partie les parcs et les réserves, comme des espaces utilisés pour la contrebande de drogues et l'immigration clandestine.

L'auteur tient à remercier les personnes qui ont accepté d’être interrogées (Kelly Bush, Joe Cook, Jesse Kennedy, Bill Paleck, Rosemary Seifried), David Snyder de l'avoir autorisée à utiliser ses photographies pour cet article et enfin les relecteurs de cet article.

Haut de page

Bibliographie

AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA : www.cbsa-asfc.gc.ca/menu-fra.html

BOLAN, K., June 29th 2006, “Canada-U.S. drug raid nets 46 arrests”, Vancouver Sun (17 juillet 2012).

DEPARTMENT OF HOMELAND SECURITY : www.dhs.gov

EQUIPE INTEGREE DE LA PROTECTION DE LA FRONTIERE : www.rcmp-grc.gc.ca/ibet-eipf/index-fra.htm

GENDARMERIE ROYALE DU CANADA : www.rcmp-grc.gc.ca/index.htm

GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS ET GOUVERNEMENT DU CANADA, 2004, Évaluation de la menace liée à la drogue à la frontière canado-américaine, 41 p.

GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS ET GOUVERNEMENT DU CANADA, 2008, Évaluation de la menace liée à la drogue à la frontière canado-américaine 2007, 42 p.

GOUVERNEMENT DU CANADA, 2011, Plan d'action Par delà la frontière : Une vision commune de la sécurité du périmètre et de la compétitivité économique, 42 p.

GOUVERNEMENT DU CANADA, 2013, Plan d'action Par delà la frontière : Rapport sur la mise en œuvre de l'initiative, 14 p.

HOTAKAINEN, R., October 23rd 2011, “GOP wants Homeland Security exempt from environmental laws along borders”, The Bellingham Herald (17 juillet 2012).

LASSERRE, F., FOREST p., ARAPI E., 2012, « Politique de sécurité et villages-frontière entre Etats-Unis et Québec », Cybergeo : European Journal of Geography, document 595 (30 décembre 2013)

LE DEVOIR, 11 février 2008, « Nouveau rapport fédéral - Les douaniers canadiens et américains ont les mains liées » (31 décembre 2013)

MARTIN, J., June 30th 2006, “Airborne smugglers link B.B. pot growers and U.S. distributors”, Seattle Times (17 juillet 2012).

MOUMANEIX, C., 2007, « La coopération transfrontalière entre les États-Unis et le Canada, le cas des parcs frontaliers de North Cascades (Washington), Skagit Valley (Colombie britannique) et Wrangell Saint-Elias (Alaska), Kluane (Yukon) », Etudes canadiennes / Canadian Studies, vol. 62, pp. 181-194.

MOUMANEIX, C., 2012, Une approche géographique des parcs co-frontaliers entre les États-Unis et le Canada : Politiques, coopérations et conflits, 405 p., Thèse : Géographie : Université Lille 1.

NATIONAL PARK SERVICE : www.nps.org

RADIO CANADA, 21 juillet 2005, « Découverte d'un tunnel sous la frontière » (31 décembre 2013)

RADIO CANADA, 28 septembre 2007, « Une frontière pleine de trous » (31 décembre 2013)

SHILLING, K., August 18th 2008, “Major Marijuana Plantation Removed from Ross Lake National Recreation Area”, NPS News Release (18 juillet 2012)

THE ECONOMIST, August 24th 2006, “The National Parks, Scenic, but not secure. Drugs and immigration woes are hurting parks along border” (17 juillet 2012).

U.S. CUSTOMS AND BORDER PROTECTION : www.cbp.gov

U.S. CUSTOMS AND BORDER PROTECTION, AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA, GENDARMERIE ROYALE DU CANADA, 2010, États-Unis – Canada Évaluation conjointe des menaces et des risques à la frontière, juillet, 23 p.

U.S. FOREST SERVICE : www.fs.fed.us

USFS OKANOGAN-WENATCHEE NATIONAL FOREST, 2010, Cascade Lookout, 20 p.

USFS OKANOGAN-WENATCHEE NATIONAL FOREST, 2011, Cascade Lookout, 20 p.

Haut de page

Notes

1 Par parcs « co-frontaliers », nous entendons des parcs frontaliers qui partagent une même frontière internationale, c’est-à-dire contigus de part et d’autre de la frontière. Il peut s’agir de parcs ayant des statuts identiques ou différents : des parcs nationaux co-frontaliers ou un parc national co-frontalier avec un parc provincial canadien ou un parc d'État américain.

2 Notons la différence orthographique entre la forêt américaine d’Okanogan et la région canadienne d’Okanagan, pourtant frontalières.

3 La localisation exacte des évènements est tenue secrète par les autorités.

4 Weed signifie mauvaise herbe mais aussi « herbe » en langage familier.

5 Un million de dollars US.

6 25 dollars US.

7 50 dollars US.

8 25 dollars US.

9 Bianca Perla, doctorante à l’époque à l’Université de Washington, aujourd’hui docteur en Foresterie et Écologie et fondatrice du Vashon Nature Center, île de Vashon, Ouest de Seattle.

10 Il faut compter 1 h 30 pour parcourir les 35 km du lac Ross du Sud vers le Nord et 2 h 30 du Nord vers le Sud à cause des vents inverses.

11 1,5 million de dollars US.

12 48 millions de dollars.

13 1 000 pounds.

14 L’auteur souligne qu’une erreur s’est glissée dans la localisation du parc national de North Cascades dans le carton de ce document. La flèche indique la forêt nationale de Mount Baker, à l’Ouest du parc national.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Sources : d’après U.S. Census (2000), NPS (2011), B.C. Parks (2011)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Titre Carte 1 : Localisation des parcs étudiés dans les Cascades
Crédits Conception & réalisation C. Moumaneix, 2013 - Sources : NPS, USFS, Parcs Canada, US Census 2010, Statistiques Canada 2011
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-2.png
Fichier image/png, 289k
Titre Encadré 1 : Témoignages au sujet de la contrebande de drogue dans le parc de North Cascades en 2004
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-3.png
Fichier image/png, 65k
Titre Carte 2 : Les points de passage de la frontière internationale et les parcs co-frontaliers
Crédits Conception & réalisation C. Moumaneix 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-4.png
Fichier image/png, 347k
Titre Carte 3 : Les passages frontaliers dans la région du parc de North Cascades
Crédits Conception & réalisation C. Moumaneix, 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-5.png
Fichier image/png, 717k
Crédits Sources : Clichés de l’auteur, 2004
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Tableau 2 : Composition des équipes et services mobilisés dans l’opération Frozen Timber ou E-Printer (juin 2006)
Crédits Sources : Gendarmerie royale du Canada, s.d. ; Agence des services frontaliers du Canada, s.d. ; NPS, s.d. ; USFS, s.d.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-7.png
Fichier image/png, 16k
Titre Plantation de marijuana découverte en 2008 dans le parc de North Cascades
Crédits Sources : Kinsey Shilling, 2008 (Photo. 6) et David Snyder ©, 2008 (Photos. 5, 7, 8, 9, 10)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-8.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Tableau 3 : Composition des équipes et services mobilisés dans le parc de North Cascades (2008)
Crédits Source : Shilling, NPS, 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-9.png
Fichier image/png, 28k
Titre Encadré 2 : Mise en garde contre la culture illégale de drogue sur les terres fédérales (2011)
Crédits Source : USFS Okanogan-Wenatchee National Forest, Cascade Lookout, 2011, p 5
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-10.png
Fichier image/png, 181k
Titre Carte 4 : Proposition d’extension du domaine d’action de la Patrouille frontalière américaine14
Crédits Source : Hotakainen, 2011
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2848/img-11.png
Fichier image/png, 508k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Moumaneix, « Coopération et contrebande de drogue dans les parcs co-frontaliers du nord-ouest américain (Massif des Cascades) », L’Espace Politique [En ligne], 21 | 2013-3, mis en ligne le 27 janvier 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2848 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2848

Haut de page

Auteur

Caroline Moumaneix

Certifiée d’Histoire-Géographie
Docteur en Géographie, Université Lille 1, TVES
Post-doctorante, Université de Rouen, SFR SCALE, CETAPS, IDEES
caromoums@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org