Navigation – Plan du site

Intégration régionale et décentralisation entravées en Afrique centrale

Hampered Regional Integration and Decentralization in Central Africa
Pegui-Bere Adamon Boudzanga

Résumés

Dans le but apparent de se développer dans un climat de sécurité et de stabilité, des chefs d’État d’Afrique centrale avaient jugé nécessaire, dans les années 1960, d’opter pour le parti unique, étendant cette logique dans les organisations régionales de leur ressort. Cependant, à l’aube des années 1990, cette approche se révéla un échec. Faisant alors écho à la chute de l’Union soviétique, les revendications en faveur d’un retour au multipartisme l’emportèrent. Or, en dépit d'un retour au multipartisme, certaines visées hégémoniques et comportements politiques hérités des partis uniques influent encore profondément les rapports entre pouvoirs centraux et pouvoirs locaux comme l’intégration régionale. Cette situation sape les bases du développement qu’étaient censés soutenir le multipartisme et son corollaire la bonne gouvernance en Afrique centrale.

Haut de page

Texte intégral

1Processus d’aménagement de l’État unitaire, la décentralisation est un transfert des compétences administratives de l’État vers des entités locales distinctes de lui. Elle consiste « à permettre à une collectivité humaine […] ou à un service de s’administrer eux-mêmes sous le contrôle de l’État, en les dotant de la personnalité juridique, d’autorités propres et de ressources » (Guilien et Vincent, 2009, p.224).

2En vue de préserver le cadre politique et administratif hérité de la colonisation, certains chefs d’État de l'Afrique centrale trouvèrent en l’instauration de partis uniques la solution idoine à ce qui aurait pu affaiblir leur pouvoir. Agissant ainsi, ils reproduisaient le système colonial – qui n’était pas conçu pour donner le pouvoir politique aux Africains (Boahen, 1989, p.248) – avec lequel le multipartisme rompait pourtant. De ce fait, et jusqu’aux années 1990, la centralisation de la conduite des affaires de l’État a été de pair avec l’instauration de partis uniques. Mais, bien avant d’avoir pu consolider leur légitimité territoriale (Igue, 1995, p.15), plusieurs de ces États s’engagèrent également dans la voie de l’intégration régionale, comme en Afrique centrale dans les années 1960.

3Si l’intégration régionale, comme la décentralisation, peut être vécue comme « un abandon de souveraineté ou mieux une délégation de compétences dans certains domaines au profit d’une nouvelle entité » sociopolitique et géographique (Gaba, 2000, p.330), elle renvoie, dans le domaine économique, à « […] un processus par lequel deux ou plusieurs États décident, par des accords appropriés, de constituer un espace économique homogène, en mettant en œuvre des institutions et des mécanismes qui réduisent les obstacles aux échanges ou les disparités entre les économies » (Nanfosso et Tamba, 2003, pp.43-58).

4A cet égard, l’intégration régionale de l’Afrique centrale s’inspire profondément du modèle européen. A l’exemple de la Ligue Européenne de Coopération Economique pour laquelle l’Europe occidentale ne pouvait « reprendre son rang qu’en s’unissant pour constituer, elle aussi, une économie de grande espace […] Placées dans celui que l’Europe envisage de créer, les entreprises trouveraient pour se développer, se rationaliser et se spécialiser des débouchés à la taille russe et américaine » (Echo de l’industrie, 1955).

  • 1 C’est-à-dire une société « dans laquelle tout le monde pense et agit de la même façon, l’instrument (...)

5Les chefs d’État d’Afrique centrale ont reconnu que l’investissement industriel exigeait, à cause des économies d’échelle, un volume de marché suffisant et significatif : l’espace supranational (Lehadiri, 2009, p.225). Toutefois, tout comme le processus de centralisation entamé dans les années 1960 aux niveaux national et local, cette intégration régionale n’échappa pas à cette « société unanime »1 (Gicquel, 1994, p.24) que mettaient en place les États postcoloniaux d’Afrique centrale.

6Si quelques résultats immédiats purent impressionner – le mimétisme opérant un tant soit peu –, dans le long terme, pourtant, le parti unique n’apparut que comme l’alibi de pouvoirs soucieux de faire taire les voix discordantes à leur entreprise hégémonique et d’accumulation. L'instauration de ces partis unique n’obéissait pas à un réel désir de développement. En conséquence, à l’orée des années 1990, et malgré les ressources dont disposent la plupart des États de l’Afrique centrale, les indicateurs politiques, économiques et sociaux soulignaient l’échec de cette stratégie. Faisant écho à l’implosion de l’Union soviétique et aux pressions tant internationales (Discours de La Baule de Mitterrand en 1990) que nationales, plusieurs États de la région comme le Cameroun et le Gabon, qui seront au cœur de notre réflexion, optèrent pour un retour au multipartisme.

  • 2 Au Cameroun, il s’agit de la loi n°96-06 du 18 janvier 1996 portant révision de la Constitution et (...)

7Cependant, malgré l’avènement du multipartisme et le vote de lois sur la décentralisation2, le dirigisme perdure à tous les niveaux territoriaux de gouvernance. Les pouvoirs centraux semblent ne vouloir rien lâcher. D’un côté, malgré de nouveaux textes de loi, plus libéraux, sur la décentralisation et des principes d’élection démocratique, les collectivités locales voient leur impact réduit par des transferts de compétences ou d’autres questions connexes liées au calendrier politique du parti au pouvoir. De l’autre, la prédominance des chefs d’État sur les grandes orientations de l’intégration régionale se maintient : le politique prime sur la compétence. Autant de freins s’y soldant par un niveau de développement inférieur à celui, par exemple, des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Ces dysfonctionnements compromettent l’éradication de la pauvreté, ainsi que l’insertion de l’Afrique centrale dans l’économie mondiale – comme cela était prévu par l’accord de Cotonou, signé en juin 2000, entre les États du groupe ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et la Communauté européenne (CE). Nous appuyant sur les exemples du Cameroun et du Gabon, nous tenterons, ici, de montrer de quelle manière les comportements hérités du parti unique, et qui ont survécu au multipartisme, continuent d’influer sur ces instances de gouvernance, enlisant ainsi le développement supranational et local qui freine le développement de l’Afrique centrale.

Les faiblesses de la décentralisation sous et après le parti unique au Cameroun et au Gabon

  • 3 Pour exemple, l’article 4 de la Constitution gabonaise du 21 février 1961 stipulait : « les partis (...)

8Le Cameroun et le Gabon ont acquis leur indépendance dans un climat politique pluraliste3. Pourtant, ils ont, dès les années 1960 opéré un virage, de jure ou de facto, vers un régime de parti unique. Les raisons sont nombreuses, toutes s’articulant autour du besoin de réaliser l’unité nationale, laquelle était menacée. Entre autres, les partis locaux – sédiments historiques de l’élite – représentaient, pour certains chefs d’État une menace constante de sécession.

9Rappelons que l’existence, sinon l’étendue, de certains États d’Afrique résulta tant du partage que de la détermination de « sphères d’influences » opérée par les puissances coloniales à la conférence de Berlin (Brunschwig, 1971, p.83-86). Ainsi, des villages, des clans ou des familles furent séparés (Keza, 2005, p.118) contre leur gré, peut-être même contraints de vivre à côté de leurs adversaires par le passé. Ce, tel que ces États postcoloniaux étaient artificiels et précaires (Igue, 1995, pp.37-43). Dès lors, il était à craindre que, l’indépendance acquise, ces populations souhaitent rejoindre leurs positions initiales, que les partis politiques – cas de ceux d’expression ethnique au Gabon (Ndombet, 2009, pp.227-231) – ne soient abusivement instrumentalisés ou que les chefferies qui avaient été défaites au profit d’autres veuillent reprendre leur place. A cet égard, la décennie précédant l’indépendance du Cameroun fut assez mouvementée compte tenu de l’indécision tant de certains leaders politiques, de princes Doualas que du Sultan des Bamouns. Soit, autant de choses qui, en plus des coups d’État ayant déjà frappé en Afrique centrale (les deux Congo, le Gabon ou la Centrafrique), rendaient souhaitable l’unité nationale. L’instauration du régime du parti unique répondit, donc, à cette « crainte ». Le parti unique assura à la périphérie locale une représentation minimale auprès du centre du pouvoir, comme dans l’intérêt principal que l’adaptation de l’offre aux préférences locales et l’accroissement du potentiel d’innovation de ce niveau de gouvernance soient délaissés au profit du partage du « gâteau ». Cela résulta en une décentralisation de façade.

Une décentralisation de façade

  • 4 Jacques Bugnicourt (1973, p.19) écrivait ainsi : « On est frappé d’emblée par le fait que les admin (...)

10De 1960 à 1996, les politiques décentralisatrices initiées au Cameroun et au Gabon furent profondément tributaires du modèle d’administration en vigueur sous la colonisation. Les collectivités territoriales demeurèrent identiques, ne coïncidant ni avec les chefferies traditionnelles ni avec les aspirations des populations locales4.

  • 5 Le parti démocratique gabonais fut créé et institutionnalisé, en tant que parti unique, par l’ordon (...)

11Plusieurs atteintes à la décentralisation, en tant que forme d’autonomie locale, même limitée, y étaient perceptibles. Ainsi, au Gabon, bien que le Conseil municipal devait être élu, le maire-administrateur de la Commune de moyen exercice continuait à être nommé – seul le maire de communes de plein exercice étant élu, en principe. Libreville, la capitale, avait un statut particulier qui plaçait le maire sous l’autorité directe du chef de l’État. Par ailleurs, selon la loi constitutionnelle n°14 du 29 juillet 1972 – faisant suite à l’ordonnance n°13/68 du 12 mars 1968 méconnaissant la loi constitutionnelle du 21 février 1961 garantissant le multipartisme – seul le parti démocratique gabonais5 (PDG) assurait la participation des électeurs à tous les suffrages et nul ne pouvait se voir confier un mandat public électif s’il n’était pas investi par ce dernier. Pour les candidats qui se présentaient sous la bannière du parti unique, le vote n’était qu’une formalité. Dès lors, tant au niveau national que local, les organes de direction prétendument démocratiques n’étaient en réalité que les relais du chef de l’État en milieu local – tout comme les chefs de village l’étaient déjà à l’époque coloniale. On sait, du reste, qu’en tant qu’organe central de décision du Parti, le Comité central ne faisait qu’entériner les options du chef de l’État. Ainsi, les dirigeants des collectivités territoriales ne disposaient, au Gabon, d’aucune légitimité populaire. Nous verrons que le multipartisme ne l’a pas tant changé.

12De même, au Cameroun, malgré une forme d’État bien différente de celle du Gabon sous le parti unique, les mécanismes furent également conçus de sorte que ne puissent briguer un mandat local que les candidats investis par le Comité central du parti – le Comité Central de l’Union Nationale Camerounaise. Les membres des organes exécutifs des communes rurales, urbaines, ou urbaines à régime spécial, étaient tous nommés par l’État, et investis par le parti unique. Ainsi, jusqu’avant la réforme constitutionnelle de 1996, était-il abusif de parler d’une véritable décentralisation au Cameroun. Dans les deux cas, comme le souligne Jean-François Bayart (2010, pp.198-199), le parti unique parachevait alors, « à l’échelle nationale, ce que les partis multiples avaient entamé au plan local ou régional ». Il se plaçait dans la « continuité » du multipartisme. Le parti unique satisfaisait les réseaux clientélistes, plutôt qu'il n’était la plateforme où devait se développer significativement l’État postcolonial.

Plus d’administration que de développement après l’avènement du multipartisme

13Puisque « les collectivités territoriales ont vocation, au même titre que l’État, à exprimer l’intérêt général » (Dupuis, 2007, p.256), elles sont un acteur incontournable de développement. En cela, elles ont un important rôle à jouer, par exemple, dans l’atteinte des OMD en milieu local. Pourtant, nonobstant l’engouement qu’ils ont suscité, les derniers rapports de suivi des OMD révèlent que la plupart des cibles ne seront pas atteintes en 2015.

14En Afrique centrale en particulier, ces rapports révèlent que les milieux ruraux présentent une profonde détérioration de leurs indicateurs sociaux et économiques, ce qui ne peut qu’amener à s’interroger sur le rôle réel des collectivités locales. Ce, d’autant plus encore que, en 2009, le Groupe des Nations Unies pour le Développement (GNUD) notait que « les connaissances acquises depuis neuf ans (2000-2009) sur la nature et l’efficacité des actions nécessaires à faire progresser les OMD ne [permettaient] toujours pas de dire précisément quels sont les facteurs qui entravent la réalisation des OMD et comment amplifier les succès accomplis ». Le GNUD précisait, dans l’addendum à son rapport de 2009, que « même là où les progrès sur les OMD semblent satisfaisants, il y aurait des disparités sous-jacentes qui touchent surtout les populations les plus pauvres » (GNUD, 2009, p.2).

  • 6 Selon Vincent Lemieux, le terme « péricentriques » englobe la centralisation et la décentralisation

15Nous pensons que cela résulte du fait que, près d’une décennie après l’adoption de nouvelles lois sur la décentralisation, les comportements politiques hérités du parti unique ont survécu à l’instauration du multipartisme. C’est ce que peut révéler l’analyse des relations péricentriques6 (Lemieux, 1996) qui n’ont pas vraiment évolué du point de vue des ressources constitutionnelles légales (compétences dévolues aux collectivités locales), des ressources financières et des ressources hiérarchiques (degré de supervision exercé par le pouvoir central sur les collectivités locales). L’arsenal juridique y apparait, lui-même, comme une arme du pouvoir central – reflet du parti unique – pour limiter la décentralisation.

La décentralisation en principe démocratique et de bonne gouvernance ?

16Aux termes d'une analyse conceptuelle passant en revue les différentes approches de définition de la décentralisation, le politiste Charles Roig aboutit à une double constatation (Roig, 1966). D’une part, si on définit centralisation et décentralisation dans leur sens le plus large – répartition des pouvoirs et compétences entre un organe central et des organes périphériques autonomes – on leur enlève leur valeur discriminante. D’autre part, en définissant ces concepts de manière stricte, on ne peut que rester dans des constructions purement théoriques. Aussi, pour lui, ces deux concepts ne forment pas des concepts opératoires. Y recourir ne permet pas d’apprécier, autrement que de façon approximative, un système administratif et politique. Centralisation et décentralisation, en effet, ne sont bien interprétées qu’en fonction d’un ensemble historique, lequel donne à chacun de ces concepts leurs contours : « c’est l’interprétation de la réalité historique qui permet de définir un degré relatif de centralisation ou de décentralisation, et non pas l’inverse » (Roig, 1966, pp.445-471). Il ressort, en effet, que tant la compréhension que la façon dont est posée la décentralisation ne peuvent être comprises en dehors de l’histoire.

17Même si la décentralisation est une « concession émanant de la collectivité supérieure » (Malberg, 2004, p.170), il reste que chaque processus de décentralisation a son histoire. Cela dit, pour Hauriou, la décentralisation est étroitement liée à la démocratie. Pour lui, « les raisons de la décentralisation ne sont point d’ordre administratif, mais bien d’ordre constitutionnel. […] les pays modernes n’ont pas besoin seulement d’une bonne administration, ils ont besoin aussi de liberté politique. Or, la liberté politique est liée à l’organisation élective des gouvernements, laquelle à son tour est liée à la décentralisation administrative » (Hauriou, 2002, p.77). En l’occurrence, ce besoin de liberté politique ou de capacité de décision explique les revendications des partis d’opposition d’Afrique subsaharienne, au début de la décennie 1990.

18Après la vague de Conférences nationales qui rythma la vie politique de nombreux États d’Afrique subsaharienne au début des années 1990, on assista à un retour au multipartisme. Les nouvelles lois sur la décentralisation, ainsi que les premières élections législatives qui leur succédèrent, sonnaient comme une libération des aspirations locales – pures chimères sous le parti unique.

19A cet égard, la notion d’« autonomie » appliquée aux collectivités infra-étatiques doit être entendue comme « essence démocratique du pouvoir local », et non pas seulement comme « pouvoir local à compétence normative » (Avenot, 2008, p.22). Les collectivités territoriales sont, en effet, devenues des organes de légitimation des programmes de développement en milieu local. Au Gabon, selon l’article 230 de la loi organique n°15/96, les collectivités locales « concourent avec l’État au développement économique, culturel, scientifique et sanitaire, à l’administration et à l’aménagement du territoire, à la protection de l’environnement et à l’amélioration du cadre de vie. ». Elles sont l’expression de la pratique démocratique. Constitutionnellement, elles sont les interlocutrices privilégiées des populations locales à telle enseigne que les ignorer revient à violer un ensemble de droits fondamentaux s’y rattachant. Par exemple, l’article 112 de la Constitution gabonaise stipule que les collectivités locales « administrent librement les conseils élus dans les conditions prévues par la loi, notamment en ce qui concerne leurs compétences et leurs ressources ». Quant à l’article 55 de la Constitution camerounaise, il stipule que « les collectivités territoriales décentralisées sont des personnes morales de droit public. Elles jouissent de l’autonomie financière pour la gestion des intérêts régionaux et locaux. Elles s’administrent librement par des conseils élus et dans les conditions fixées par la loi ».

  • 7 Pour M. Nembot (2000, p.94), les agents publics ayant servi sous le régime du parti unique continue (...)
  • 8 Notons que le Cameroun compte comme collectivités territoriales : 360 communes, 14 communes urbaine (...)

20Cependant, l’observation des processus de décentralisation dans ces deux États révèle une stagnation. Cela fait dire à Aimé Félix Avenot (2008, p.16) qu’« en tout état de cause, la politique systématique de centralisation administrative et financière adoptée par les autorités gabonaises a conduit à annihiler toute initiative locale […] d’autant que les incursions et les empiètements de l’État ne tendaient pas seulement, pour lui, à se subordonner les collectivités territoriales existantes mais à les phagocyter proprement ». Du fait de ses nombreux points communs avec le Gabon dans sa gestion politique et administrative, le Cameroun n’échappe pas à cette situation. L’actualité récente de ces deux États montre même que leurs pouvoirs centraux tendent à regagner7 du terrain, comme s’ils n’étaient pas convaincus des bienfaits de la décentralisation8.

Un processus de décentralisation stagnant

21Comme le souligne le document de stratégie régionale (2008-2013) de l’Afrique centrale et l’Union européenne « si beaucoup de pays ont voté une loi sur la décentralisation, peu l’ont exécutée et les collectivités territoriales ne sont pas toujours formées ». Elles apparaissent, dès lors, comme un leurre à l’instar d’autres institutions plus pourvoyeuses de richesses et d’hégémonie que de développement. Par ailleurs, la réalité sur les terrains camerounais et gabonais tend à confirmer que leur adoption fut envisagée uniquement comme moyens d’apaisement des tensions internes faisant écho à la chute du Mur de Berlin, ainsi que comme vitrine de bonne gouvernance à l’adresse des institutions internationales.

Transfert des compétences bloqué et allocation des ressources en déphasage

22La plupart des États d’Afrique centrale ont opté pour la dévolution – forme la plus avancée de la décentralisation – qui entraine en principe un transfert de compétences et de ressources à des pouvoirs locaux jouissant d’une autonomie de décision plutôt considérable. A partir du moment où ces pouvoirs ont à répondre de leurs choix devant des Assemblées élues, la décentralisation est, en effet, sans grande valeur si elle ne consiste qu’en un transfert minime de compétences (État civil, ramassage des ordures, etc.) ou des ressources correspondantes. Il est évident, en effet que, comme l’explique aussi B. Neel (1988, p.187), « […] l’autonomie financière est la condition sine qua non de la décentralisation administrative ». Par conséquent, pour atteindre des objectifs tels les OMD en milieu local, l’étendue du transfert de ces compétences et ressources est décisive.

23Cependant, au Cameroun comme au Gabon, cette évidence se heurte à un pouvoir central plus soucieux de limiter, à son avantage, la décentralisation, en conservant le pouvoir d’organiser légalement et/ou réglementairement les activités des collectivités locales. De même, pour s’assurer que ces dernières ne pèsent pas lourdement sur l’action du pouvoir central, celui-ci veille à garder un contrôle important sur leurs ressources. L’action des collectivités locales est, donc, entravée puisqu’« il ne peut y avoir exercice d’attributions effectives sans un minimum d’autonomie financière » (Philip, 2002, p.96).

24Au Cameroun, malgré l’approximative adéquation des ressources correspondant au transfert de compétences, celles qui sont transférées s’avèrent, elles, limitées. Au Gabon, selon l’article 232, alinéa 1 de la loi organique n°15/96 susmentionnée, « les collectivités locales disposent d’un pouvoir de décision dans tous les domaines de compétence qui leur sont transférés par la loi ». Il reste que les collectivités locales des deux États sont dépendantes des transferts du gouvernement central ou des fonds d’équipements communaux alimentés par ce dernier.

  • 9 Selon l’Observatoire de la décentralisation (2003), « lors des exercices cumulés de 1996, 1997 et 1 (...)
  • 10 La position du parti de Pierre-Claver Maganga Moussavou – le Parti social démocrate (PSD), créé en (...)

25Au Gabon, c’est ainsi l’État qui perçoit simultanément tous les impôts au profit des Communes et des Départements, conformément à l’article 233 de la loi organique n°15/96. Plus encore, l’article 264 stipule que le gouvernement et le Parlement sont chargés d’adopter les textes complémentaires relatifs à leur organisation. Outre la difficulté résultant, entre autres, de ce qu’aucun délai ne leur soit fixé, les collectivités locales courent souvent le risque de ne pas percevoir la totalité de leurs dotations annuelles9. Vu qu’il revient au gouvernement de faire des propositions sur les conséquences financières, patrimoniales et fiscales de ces transferts, et au parlement de les adopter, la mise en œuvre des transferts se trouve comme hypothéquée. Une telle tendance est bien compliquée à renverser puisque, tant au Gabon qu’au Cameroun, les Parlements restent encore très marqués par la domination du parti au pouvoir. Le tableau est le même tant pour l’ancien parti unique camerounais, actuellement Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) que pour le Parti Démocratique Gabonais (PDG). Au Cameroun, comme le montre le tableau ci-dessous, le RDPC a même vu croître, au détriment de l’opposition, le nombre des communes qu’il contrôle. Au Gabon, le PDG a remporté 114 sièges lors des législatives de 2011 et les partis ayant gagné les 6 sièges restants font ou ont10 tous fait partie de la majorité présidentielle. Ceci constitue une raison suffisante pour retarder une loi pouvant profiter à l’opposition. Les autres peuvent toujours compter sur les méthodes clientélistes et d’accumulation de l’ancien système dont le propre est de satisfaire ses adhérents. C’est dire si un certain nombre de prérogatives dévolues aux collectivités locales devraient être constitutionnalisées pour que leur mise en œuvre ne soit plus soumise aux « contingences de la météo politique, aux stratégies politiciennes des tenants du pouvoir exécutif d’État. […] calendrier de versement (des impôts et autres dotations) choisi arbitrairement par le pouvoir central » (Avenot, p.383), derrière lesquels se cachent bien des visées électoralistes. S’appuyant sur les politiques de décentralisation menées par le président Reagan, aux USA, et par le Premier ministre Thatcher en Angleterre, Vincent Lemieux (1996, p.674) relève que ces dernières sont des politiques comme les autres « où les dirigeants de l’appareil organisationnel […] cherchent l’appui de leur base organisationnelle pour se maintenir en place ». Ils sont, donc, à prendre avec précaution.

Evolution du nombre de parlementaires (Cameroun/Gabon) et des communes contrôlées par les partis politiques (Cameroun)

Evolution du nombre de parlementaires (Cameroun/Gabon) et des communes contrôlées par les partis politiques (Cameroun)

Source : réalisé par l’auteur grâce aux données de l’annuaire statistique du Cameroun (2010, p.62) et des travaux d’Eko’o Akouafane (2009, p.177), de l’Union interparlementaire, de Métégué N’Nah (2006) et de Jeune Afrique (2009)

26Cela s’applique parfaitement aux politiques de décentralisation menées au Gabon et au Cameroun. Le président de ce dernier pays, M. Biya, dans un livre publié en 1987 – neuf (9) ans avant la « nouvelle » décentralisation – soutenait qu’une large décentralisation de la décision devait être engagée au profit des collectivités locales « pour que soient responsabilisées les populations desdites collectivités et développé leur esprit de participation » (Eko’o Akouafane, 2009, p.238). En 2001, il ajoutait « que la participation des citoyens à la gestion des affaires qui les touchent directement est à encourager afin qu’ils se sentent mieux intégrés à notre communauté nationale » (Eko’o Akouafane, p.283). En 2011, pourtant, cette décentralisation traînait encore le pas, la tendance observée étant même plutôt en faveur d’une déconcentration au détriment de celle-ci.

Un personnel local plus militant que compétent

27Selon le rapport du Partenariat pour le développement municipal (2007), l’absence ou l’insuffisance du personnel local compétent est un point commun à toute l’Afrique subsaharienne. Or, les ressources humaines peuvent, par leur qualité, attirer d’autres ressources et, contrairement à d’autres, mieux optimiser les ressources dont elles disposent déjà. Ainsi, dans leur souci de garder la mainmise sur le local, comprend-on le peu d’intérêt des pouvoirs centraux d’Afrique centrale pour renforcer le personnel des collectivités locales.

28Au Gabon, les collectivités locales sont souvent dotées de personnels sans valeur ajoutée technique réelle, ce qui est pourtant utile à l’accomplissement de tâches ou programmes nécessitant une maîtrise d’ouvrage importante. Communes et Départements brillent, en effet, par la pléthore de leurs personnels non permanents, alors que ces derniers sont, aux termes de l’article 149 de la loi organique n°15/96, des personnels « recrutés pour exercer des emplois de faible niveau de qualification professionnelle, à titre précaire et essentiellement révocable…». Certes, l’article 233 de la loi suscité prévoit qu’une loi organise le transfert de ressources humaines. Cependant, il n’en est rien sur le terrain. Au grand désarroi de certains exécutifs locaux, cela peut aboutir à la création – à côté des collectivités locales – d’organes déconcentrés chargés de suppléer à leur manque de maîtrise d’ouvrage. Ce fut le cas au Cameroun où, en 2007, un département ministériel était chargé des services urbains dans les villes de plus de 100 000 habitants. Il en découle, en fin de compte, que des compétences transférées peuvent être exercées par des autorités déconcentrées sous prétexte de l’incompétence des personnels locaux. Beaucoup de ministères continuent, dans ce cadre, à élaborer des politiques sectorielles nationales et à confier la réalisation à leurs services déconcentrés, sans recourir aux élus locaux bien qu’agissant sur leur territoire. De là, la mise en œuvre des politiques sectorielles échappe ou ignore complètement les projets de développement mis en œuvre par les élus locaux. C’est le cas des domaines de l’eau, l’assainissement et l’électricité qui sont placés sous le contrôle de multinationales étrangères. La fourniture de ces services demeure l’affaire des ministères, bien que la loi l’attribue aux collectivités locales. Le niveau du personnel local demeure ainsi un alibi pour les administrations centrales camerounaise et gabonaise qui ne veulent pas lâcher du lest, pour maintenir leur hégémonie sur la vie locale.

Une intégration régionale enlisée

29Il est vrai que les théories de l’intégration régionale sont limitées en ce que les outils d’analyse y relatifs ont été conçus qu’en tenant compte de l’expérience des pays développés. Par exemple, les différences de niveau de développement de ces derniers avec les pays de l’Afrique sont globalement si significatives que l’exemple de la construction européenne, paradigme dominant de l’intégration régionale, pose des défis quant à son application aux groupements régionaux constitués par ceux de l’Afrique. Ainsi, deux ans après la signature du traité de Brazzaville instituant l’Union douanière des États de l’Afrique centrale (UDEAC), H. Bourguinat (1966, pp.949-974) soulignait déjà que la théorie de l’union douanière ne pouvait pas être généralisée au-delà du cadre des pays de l’ouest européen. Cela dit, nulle doute que l’exiguïté des marchés nationaux africains constitue, même jusqu’à ce jour, un handicap que l’intégration régionale peut combler par l’unification en un seul bloc et, partant, par la grandeur dimensionnelle des marchés. Aussi, s’attend-on à ce que les groupements d’intégration régionale d’Afrique obéissent au cadre théorique des formes d’intégration régionale dans lesquelles ils se sont inscrits librement. Ce, ne serait-ce que parce qu’ils ne réinventent pas la roue.

  • 11 « On entend par union douanière la substitution d’un seul territoire douanier à deux ou plusieurs t (...)
  • 12 Pour Olivier Dabène (2009), qui cite Karl Deutsch, le but de l’intégration peut être d’aboutir à un (...)

30Dans les années 1960, et conformément au cadre théorique d’une union douanière11, on pouvait s’attendre à ce que les États membres de l’UDEAC en respectent les exigences (tarif extérieur commun, régime douanier préférentiel, harmonisation fiscale et industrielle, programmation industrielle, régionale, etc.) autant que cela eût dépendu d’eux. Les limites observées dans la réalisation de cette Union posent la question de savoir si c’est l’exiguïté des marchés de l’Afrique centrale qui a motivé la création de cette dernière ou la balkanisation de l’espace politique12. En effet, il semble que bien qu’elle fut conçue pour unir leurs forces et pallier à l’insuffisance de leurs économies naissantes, l’intégration régionale des États de l’Afrique centrale n’échappa pas à la logique centralisatrice observée sur le plan national. Elle en prolongea la vision et, avec elle, ses contradictions. Malgré l’avènement du multipartisme, cette dernière – à défaut de stagner du fait des manœuvres de ses chefs d’États – est pilotée de l’extérieur très souvent en déphasage avec le local. Ainsi, au lieu de se compléter, intégration régionale et décentralisation tendent à empêcher un développement harmonieux et intégré en Afrique centrale.

Une intégration procédant plus d’une volonté d’hégémonie que de développement

31Dans un régime à parti unique, comme l’a souligné Laurent Gaba (2000, p.80), la conduite de la politique étrangère en Afrique subsaharienne relevait uniquement du chef de l’État, celle-ci étant son domaine réservé, exclusif. S’arrogeant la compétence originaire reconnue à l’État – acteur international –, les chefs d’État prolongèrent leur vision centralisatrice au niveau régional. Systématiquement membres des partis uniques au pouvoir, les représentants des États membres étaient de hauts fonctionnaires internationaux surtout nommés en fonction de leur loyauté au Parti. D’ailleurs, comme le souligne M. P. Zé (2007, p.74), au Cameroun, « les fonctionnaires n’avaient d’autre alternative que d’y adhérer ou non, que l’adhésion fut volontaire ou sous pression ». Il en était de même au Gabon, si on tient seulement compte de ce que les cotisations alimentant les caisses du PDG étaient directement prélevées sur les salaires et traitements de tous les nationaux, sans distinction. A fortiori pour ces fonctionnaires internationaux ! Soumis aux idéaux du parti unique, ces derniers reflétaient parfaitement la position des chefs d’État et, par eux, des soutiens extérieurs de ces derniers. En effet, comme la plupart des États d’Afrique centrale sont d’anciennes colonies françaises, on pouvait aisément reconnaître la mainmise de la France sur ses chefs d’États. L’UDEAC est, à cet égard, un cas éloquent. Chapeautée par la Conférence des chefs d’État et de Gouvernement – son organe suprême, aux termes de l’article 7 du Traité de 1964 – l’UDEAC avait tout d’une organisation pilotée de l’extérieur et, donc, relayant sa vision de développement derrière les soucis politiques de ses décideurs. Dès lors, ses échecs ne pouvaient guère surprendre.

  • 13 Ce blocus fut levé à la demande du général De Gaulle qui posa cette condition pour recevoir Bokassa (...)

32Comme le souligne Olivier Dabène, citant Andrew Moravcsik sur l’intégration régionale dans son aspect géopolitique, « quelles que soient les externalités sécuritaires, l’essentiel de l’argument est le suivant : les gouvernements ont plus de chance de coopérer sur un plan économique s’ils poursuivent les mêmes objectifs géopolitiques » (Dabène, 2009). Ces objectifs sont sécuritaires peuvent varier d’un pays à un autre. Ils seraient plus en phase avec les politiques étrangères et de défense qu’avec des politiques économiques même si les discours des chefs d’États, qui en sont les acteurs internes principaux, se concentrent sur des enjeux de sécurité intérieure. Ainsi, pour exemple, alors qu’il menaçait déjà de se retirer de l’Organisation commune africaine et malgache (OCAM), Mobutu, ancien président du Zaïre – sous influence belge et étasunienne – prit tout de même part au sommet de l’OCAM, de janvier 1968, à Niamey. En février 1968, pourtant, il annonçait, à Bangui, la création de l’Union des États de l’Afrique centrale (UEAC) formée avec le Tchad et la Centrafrique, ces derniers quittant en même temps l’UDEAC. Si des raisons économiques justifiaient ce retrait – l’UDEAC profitait plus au Cameroun et au Gabon et, par exemple, avec l’UEAC, la tonne de ciment importée de Kinshasa coûtait 6 500 FCFA contre 22 500 FCFA à Bangui – le Zaïre reprochait tant à l’OCAM qu’à l’UDEAC d’être des instruments de l’influence française. A cet égard, l’ancien président de la Centrafrique, Bokassa, répondit à l’AFP que l’UEAC naissait de la prise de conscience que l’OCAM et l’UDEAC étaient aux mains des étrangers (Durand, 2007, p.481). Elles n’étaient bien souvent que le prolongement de puissances étrangères voulant garder la mainmise sur les richesses de l’Afrique centrale. Ainsi, elles ne procédaient pas nécessairement d’une vision développante. Cela se vérifia encore quand la Centrafrique imposa un blocus au Tchad du président Tombalbaye (au pouvoir de 1960 à 1975) – pourtant tous deux membres de l’UEAC13. Un incident similaire se produisit au moment de la création de la Société Équatoriale de Raffinage (SER), dont la convention de constitution avait été signée le 30 novembre 1965 par les États membres de l’UDEAC. Les États membres choisirent le Gabon pour l’abriter. Mais, contre toute attente, d’autres États enfreignirent cette planification, créant leur propre raffinerie, à telle enseigne qu’après le retrait du Cameroun et du Congo de la SER – chacun de ces deux États avait sa raffinerie – en 1973, le Gabon en resta le seul actionnaire africain (Lehadiri, 2009, p.368-371). Au regard de telles contradictions entravant leur fonctionnement, ces organisations semblaient, alors, beaucoup plus prolonger les logiques internes et/ou externes, qui réussirent à réaliser la jonction entre les élites locales et les pouvoirs centraux de l’État africain postcolonial, la maîtrise de ces dernières étant également pourvoyeuse de richesses et d’hégémonie.

  • 14 « La CEMAC sera l’organisation chef de file (maître d’ouvrage) pour le domaine intégration régional (...)

33En tant qu’héritière de l’UDEAC, on peut aussi voir la Communauté économique et monétaires de l’Afrique centrale (CEMAC) comme un cheval de Troie des intérêts étrangers en Afrique centrale, même si la multilatéralisation des relations a tendu, de plus en plus, à y substituer aux anciennes métropoles, la Communauté européenne. Dans cette logique, et au titre du dernier accord entre la Communauté européenne et les Etats ACP, la CEMAC – interlocutrice commerciale de la CE dans la région14 – ne semble qu’un relai de la vision européenne visant à ouvrir la région au libre-échange. Ce, alors même que la sphère juridique de l’intégration régionale n’y coïncide pas avec la sphère des besoins réels de développement.

34On peut voir à travers les lacunes de l’intégration régionale, en Afrique centrale, la conséquence de luttes pour la survie politique des chefs d’États, la recherche permanente d’une maitrise de ses richesses par les puissances étrangères et, même, les contradictions nées de la rencontre des divers mimétismes drainés par les fonctionnaires internationaux de chaque État membre. Elle confirme aussi que la production de l’inégalité, engendrant le sous-développement, au sein des États postcoloniaux, et de leurs ramifications – les collectivités locales et organisations régionales, entre autres – semble indissociable de son environnement extérieur (Bayart, 2010, p.253).

Un processus d’intégration régionale sans développement et participation du local

35L’intégration en Afrique centrale a été construite sans que le niveau local ne se l’approprie. Les préoccupations des organisations régionales sont souvent apparues, dans les faits, comme étrangères aux aspirations des citoyens communautaires censés en être les premiers bénéficiaires. C’est ce que releva le Centre de développement sous-régional de l’Afrique centrale (2003, p.61), notant que l’intégration régionale y a été considérée comme « une affaire des politiques et des officiels […] que les programmes ont été conçus et mis en œuvre sans réelle mobilisation des populations autour des enjeux ». Nonobstant les efforts fournis par ces organisations, faire du citoyen communautaire centrafricain la cible de leurs actions est resté un vœu pieu.

36La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) offre un exemple de réussite dans ce domaine. Certes, la CEDEAO n’est que la formalisation d’une intégration ayant des bases endogènes historiques si fortes (échanges économiques, mouvements de populations ouest-africaines de traditions séculaires, etc.) que le tracé des frontières coloniales n’a pu substantiellement modifier (Igue, 1995, pp.153-165). Pourtant, même là, selon le rapport conjoint UE-Afrique de l’Ouest, non seulement cette intégration régionale n’a concerné que les domaines économiques et commerciaux et les résultats de ses programmes étaient « imparfaitement perçus par les populations » (2007, p.10). C’est dire que l’Afrique centrale a encore du chemin à faire pour susciter l’intérêt de ses habitants. Or, le devenir de l’intégration régionale en dépend en partie. Comme le rappelait le général Goma (2003, p.24), ancien Secrétaire exécutif de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, il importe que le citoyen communautaire puisse y être associé pour qu’il soit à même de saisir les « avantages que procure la mise en commun de nos intelligences et de nos capacités à promouvoir, à une vaste échelle, la paix et le développement durable ». Autrement, face à un tel manquement, toutes les craintes obstruant la mise en circulation d’un passeport CEMAC s’avéreront justifiées longtemps encore. C’est l’une des raisons majeures pour lesquelles la prise en compte de la décentralisation apparaît comme la meilleure solution pour matérialiser, au niveau local, les objectifs poursuivis par l’intégration régionale.

  • 15 L’article 9, alinéa 2 de la loi n°2004/17 du 22 juillet 2004 d’orientation de la décentralisation e (...)

37Dans leurs lois sur la décentralisation, le Cameroun et le Gabon consacrent le principe de subsidiarité15. Ce principe prône l’attribution des compétences au niveau administratif le plus proche des populations bénéficiaires et disposant des meilleures capacités pour répondre aux objectifs fixés. Sur le plan de l’intégration régionale, cela signifie que les instances communautaires ne sont tenues d’agir – dans les domaines ne relevant de leurs compétences exclusives – que si les moyens dont disposent les États membres sont insuffisants, eu égard à la dimension et à l’effet d’une action envisagée par celui-ci. Même si l’absence de certaines compétences des personnels locaux est un handicap majeur dans la réalisation de grandes infrastructures, l’on ne peut méconnaitre que les collectivités locales puissent remplir leur rôle, par exemple, dans la sensibilisation des citoyens locaux sur l’intégration régionale et ses implications citoyennes. Si le fait que les chefs d’États définissent les grandes orientations de la CEMAC et la de CEEAC n’entraine pas forcément un blocage du processus d’intégration régionale – pour peu que ces derniers fassent preuve de bonne volonté –, on ne peut pas en dire autant du processus de décentralisation. Celui-ci est surtout l’affaire des élus locaux et des citoyens qu’ils gouvernent.

Conclusion

  • 16 Le terme « nouvelle décentralisation » utilisé pour désigner ce processus après l’avènement du mult (...)

38Cette analyse visait à souligner la résistance des pouvoirs centraux camerounais ou gabonais à un processus de décentralisation vertueux16. Cette résistance a été sensible sous le régime du parti unique et elle persiste dans le cadre du multipartisme sapant les bases d’un développement durable et, surtout, intégré.

39L’intégration régionale constitue l’un des piliers de l’insertion des économies de l’Afrique centrale dans l’économie mondiale et son retard peut priver les populations d’un bien-être supplémentaire. Cela apparaît, de plus en plus, comme un truisme ; le PNUD produisant ainsi, en 2011, un rapport intitulé « Intégration régionale et développement humain : une voie pour l’Afrique ». Or, l’intégration en Afrique centrale est en retard sur les questions commerciales et monétaires, la libre circulation des biens et des personnes, etc. Cela dit, ce dernier aspect ne peut lui être profitable s’il n’y a pas de prise en compte des aspirations locales au niveau supranational et vice versa. Les instances communautaires doivent, en conséquence, remédier à la faiblesse de l’« appropriation des projets par les populations locales » qu’a déjà relevée la Communauté européenne en 2006 (Unité d’évaluation commune, 2006, p.61). Pour y parvenir, un processus vertueux de décentralisation devrait logiquement précéder, par exemple, la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux dans l’espace CEMAC.

  • 17 Selon le Comité d’aide au développement de l’OCDE (1996), « le principe fondamental est que les pop (...)

40Grâce à une décentralisation rigoureusement menée, les Assemblées locales ayant acquis une bonne maîtrise dans la mise en œuvre des plans de développement local ne verraient, en les effets induits de l’intégration régionale, qu’une charge de travail supplémentaire. Etant donné qu’un processus de décentralisation ainsi conduit associe les populations locales à la gestion de leur cité, ces dernières seraient mieux outillées pour comprendre les enjeux de l’intégration régionale et y contribuer efficacement17. Sans cela, l’idée d’une libre circulation des biens et des personnes suscite — au Gabon ou en Guinée équatoriale au moins — et à juste titre, une peur d’être envahi par les citoyens des pays voisins ou de devenir la « vache à lait » (Bongo, 1994, p.71) des États possédant le moins de matières premières. C’est la raison pour laquelle, même si la CEMAC venait à mettre en œuvre cet objectif, la décentralisation se heurterait à l’impréparation des collectivités locales. Si ces dernières ne peuvent correctement remplir pleinement leurs missions actuelles, nous en déduisons qu’elles ne pourraient, par exemple, pas faire face à l’augmentation soudaine de la population étrangère et à ce que cela impliquerait.

41La décision du 14 juin 2013 annonçant, dès le 1er Janvier 2014, la libre circulation des biens et personnes dans la zone CEMAC, l’illustre assez bien, si on tient seulement compte qu’elle fut prise sans avoir été soumise à l’ensemble des parlementaires des États membres. C’est ce que révéla le Gouvernement équato-guinéen qui, du fait de la situation sécuritaire prévalant au sein de certains Etats membres de ladite zone, et d’autres revendications encore non satisfaites, est récemment revenu sur sa décision d’ouvrir ses frontières à la libre circulation à la date annoncée. Cela doit interpeller les tenants du pouvoir central de l’Afrique centrale. C’est, en l’occurrence les chefs d’État qui donnent les grandes directives tant en ce qui concerne leur intégration régionale qu’en ce qui concerne la décentralisation. Même si le Cameroun et le Gabon sont revenus au multipartisme, la situation proche de celle d’un régime de parti unique qui prévaut en leur sein ne peut qu’y entraîner des résultats économiques et sociaux semblables, mutatis mutandis, à ceux observés avant 1990. Pour le PNUD (2011, p.75), « les dirigeants africains ont l’obligation d’investir certaines des capacités et ressources dont ils disposent dans les initiatives d’intégration régionale qui présentent le plus fort potentiel d’amélioration en matière de développement humain ». En cela, tenir enfin compte du multipartisme et de ses corollaires permettrait d’éviter des conséquences fâcheuses – une propagation des crises dans la corne de l’Afrique – lesquelles résultent, entre autres, d’un malaise de la population locale, le plus souvent laissée pour compte du développement.

Haut de page

Bibliographie

ADU BOAHEN, A., (dir.), 1989, Histoire générale de l’Afrique. Volume VII : L’Afrique sous domination coloniale 1880-1935, Paris, Présence africaine/Edicef/Unesco.

AVENOT, A. F., 2008, La décentralisation territoriale au Gabon. Entre mimétisme et mystification, Paris, L’Harmattan.

BAYART, J.-F., 2010, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.

BONGO, O., 1994, Confidences d’un Africain. Entretien avec Christian Casteran, Paris, Albin Michel.

BRUNSCHWIG, H., 1971, Le partage de l’Afrique noire, Paris, Flammarion, Champs histoire.

BUGNICOURT, J., 1973, « Le mimétisme administratif en Afrique : obstacle majeur au développement », Revue française de science politique, 23e année, n°6, p.1239-1267

BOURGUINAT, H., 1966, « Réalisme et théorie de l’union douanière », Revue économique, Vol.17, n°6, p.949-974

CARRÉ DE MALBERG, R., 2004, Contribution à la théorie générale de l’État, Paris, Sirey, Tome 1, 1920, Réédition, Dalloz.

CEMAC, secrétariat exécutif, (2004), « Rapport d’activités de la première étape du processus d’intégration économique de la CEMAC 1999-2004 » [En ligne] http://www.izf.net/upload/Documentation/Rapports/cemac2005/bilan1999_2004.pdf

CENTRE DE DÉVELOPPEMENT SOUS-RÉGIONAL – AFRIQUE CENTRALE, 2003, « Cadre stratégique pour l’intégration et la coopération régionales en Afrique centrale », in H. Ben Hammouda, B. Bekolo-Ebe et M. Touna, (dir.), L’intégration régionale en Afrique centrale : Bilan et perspectives, Paris, Karthala, p.59-82

COMITÉ D’AIDE AU DÉVELOPPEMENT, 1996, « Le rôle de la coopération au développement à l’aube du XXIème siècle », OECD/OCDE, Paris.

Communauté Européenne – Afrique Centrale, 2007, « Document de Stratégie régionale 2008-2013 », Appendice 4.

DABENE, O., 2009, « L’intégration régionale. Approches théoriques », Observatoire Politique de l’Amérique latine et des Caraïbes, Sciences Po [En ligne] http://www.opalc.org/web/index.php?option=com_content&view=article&id=151&Itemid=184&c9ae27c2f1d8f1528bf1ec58a79711c6=40a249d0d3ba384a97e8acc45af93585

DIRECTION GENERALE DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DU GABON (DGSEE), Annuaire statistique du Gabon. 2001-2007. [En ligne] http://www.stat-gabon.org/documents/PDF/Donnees%20stat/Compteannuaire/Ann0107d.pdf

DUPUIS, G. et alii, 2007, Droit administratif, Paris, Sirey, 10e éd.

DURAND, P.-M., 2007, L’Afrique et les relations franco-américaines des années soixante. Aux origines de l’obsession américaine, Paris, L’Harmattan, Coll. « Etudes africaines ».

EKO’O AKOUAFANE, J-C., 2009, La décentralisation administrative au Cameroun, Paris, L’Harmattan.

GABA, L., 2000, L’État de droit, la démocratie et le développement économique en Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan.

Général GOMA, L. S., 2003, « Une CEEAC dynamique au service de l’intégration en Afrique centrale », in H. Ben Hammouda, B. Bekolo-Ebe et M. Touna, (dir.), L’intégration régionale en Afrique centrale : Bilan et perspectives, Paris, Karthala.

GICQUEL, J., 1994, Droit constitutionnel et institutions politiques, Paris, Montchrestien, 12e éd.

GUILIEN, R., VINCENT, J., 2009, Lexique des termes juridiques, 17ème édition, Paris, Dalloz.

HAURIOU, M., 2002, Précis de droit administratif et de droit public, Paris, Sirey, 12e éd., 1933, Paris, Dalloz.

IGUE, J. O., 1995, Le territoire et l’État en Afrique. Les dimensions spatiales du développement, Paris, Karthala.

KEZA, J. P., 2005, Valeurs culturelles et échec de l’aide au développement : application à l’Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan.

L’ECHO DE L’INDUSTRIE, 1955, « La relance européenne », 17 Septembre. [En ligne] http://www.cvce.eu/content/publication/2006/11/8/398277cc-9bb5-4c10-89c4-0f95868a176d/publishable_fr.pdf

LEHADIRI, A., 2009, L’intégration industrielle régionale en Afrique, Rabat, publication de l’Institut des Études Africaines.

LEMIEUX, V., 1996, « La décentralisation politique », Revue canadienne de science politique, Vol.29, n°4, p.661-680

MACK-KIT, S., 2007, « Les élections au Cameroun », Recherches internationales, n°80, octobre-décembre, p.23-36

METEGUE N’NAH, N., 2006, Histoire du Gabon. Des origines au XXIe siècle, Paris, L’Harmattan.

NANFOSSO, T. et TAMBA I., 2003, « Enjeux et problématique de l’intégration économique en Afrique centrale », in Hammouda H.B, Bekolo-Ebe B. et Mama T. (sous la dir.), L’intégration régionale en Afrique centrale. Bilan et perspectives, Karthala, Paris, p.43-58

NDOMBET, W. A., 2009, La transmission de l’État colonial au Gabon (1946-1966). Institutions, élites et crises, Paris, Karthala.

NEEL, B., 1988, « La dotation globale de fonctionnement des collectivités locales », A.J.D.A, n°3, p.172-190

NEMBOT, M., 2000, Le glas de la fonction publique : Essai sur la signification d’une institution en quête de légitimité, Paris, L’Harmattan.

PARTENARIAT POUR LE DEVELOPPEMENT MUNICIPAL, 2007, État de la décentralisation en Afrique, Karthala.

PHILIP, L., 2002, « L’autonomie financière des collectivités territoriales », Les Cahiers du Conseil constitutionnel, n°12 [En ligne] http://www.conseil-constitutionnel.fr.

PNUD, 2011, Intégration régionale et développement humain : une voie pour l’Afrique. [En ligne] http://www.undp.org/content/dam/undp/library/Poverty%20Reduction/Trade,%20Intellectual%20Property%20and%20Migration/RIR%20French-web.pdf

ROIG, C., 1966, « Théorie et réalité de la décentralisation », Revue française de science politique, 16e année, n°3, p.445-471

Union interparlementaire [En ligne] http://www.ipu.org

Unité d’Evaluation commune, 2006, Evaluation de la coopération régionale de la Commission européenne en Afrique centrale, Rapport principal – volume 1, Octobre

ZÉ, M. P., 2007, La politisation des fonctionnaires au Cameroun, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire une société « dans laquelle tout le monde pense et agit de la même façon, l’instrument principal de cette marche à l’unanimité étant, outre la répression des déviants, l’institution du parti unique ».

2 Au Cameroun, il s’agit de la loi n°96-06 du 18 janvier 1996 portant révision de la Constitution et consacrant le caractère décentralisé de l’Etat. Au Gabon, il s’agit de la loi organique n°15/96 du 6 juin 1996, relative à la décentralisation.

3 Pour exemple, l’article 4 de la Constitution gabonaise du 21 février 1961 stipulait : « les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement dans le cadre fixé par les lois et règlements ». La première élection législative de la République du Cameroun, qui se tint en 1960, fut pluraliste. Elle fut remportée par l’Union camerounaise (UC) du 1er ministre Ahidjo 71 sièges, l’Union des populations du Cameroun (UPC), 17 sièges et le Parti des Démocrates Camerounais (PDC) 12 sièges (Mack-Kit, 2007, p.23-36).

4 Jacques Bugnicourt (1973, p.19) écrivait ainsi : « On est frappé d’emblée par le fait que les administrations actuelles sont bien les héritières de celles du passé. C’est particulièrement vrai dans le refus de l’adaptation aux situations locales dans la résistance à la décentralisation qu’on a pourtant esquissée dans plusieurs pays ».

5 Le parti démocratique gabonais fut créé et institutionnalisé, en tant que parti unique, par l’ordonnance n°13/68, abrogeant les termes de l’article 4 de la Constitution de 1961, lequel garantissait le multipartisme.

6 Selon Vincent Lemieux, le terme « péricentriques » englobe la centralisation et la décentralisation.

7 Pour M. Nembot (2000, p.94), les agents publics ayant servi sous le régime du parti unique continuent de faire pression pour conserver leurs positions, travaillant au maintien des principes et de la structure de l’ancien système. Ainsi, les logiques empiriques du parti unique priment encore sur les prescriptions juridiques du multipartisme.

8 Notons que le Cameroun compte comme collectivités territoriales : 360 communes, 14 communes urbaines et 10 régions – la région regroupe dans ses limites territoriales les communes urbaines et, partant, les communes. Quant au Gabon, il compte 49 départements et 52 communes (DGSEE, 2001-2007, p.3).

9 Selon l’Observatoire de la décentralisation (2003), « lors des exercices cumulés de 1996, 1997 et 1998, l’État gabonais a collecté pour le compte des collectivités locales, au titre de la fiscalité partagée et de la fiscalité propre, l’équivalent de 40 milliards de francs CFA. Mais, seulement 12 milliards de francs CFA sur cette somme ont été reversés aux 47 départements et 50 communes que compte le pays ».

10 La position du parti de Pierre-Claver Maganga Moussavou – le Parti social démocrate (PSD), créé en 1990 – est ambiguë. Le PSD est actuellement représenté à l’Assemblée nationale par la députée, Mme Albertine Maganga Moussavou, par ailleurs.

11 « On entend par union douanière la substitution d’un seul territoire douanier à deux ou plusieurs territoires douaniers » article XXIV, paragraphe 8)a), du GATT.

12 Pour Olivier Dabène (2009), qui cite Karl Deutsch, le but de l’intégration peut être d’aboutir à une « communauté de sécurité ». Selon ce dernier, l’intégration peut avoir pour objectif une association visant à éviter « tout affrontement armé ». Ce type d’intégration est, donc, fondé sur l’idée que les problèmes peuvent être réglés de façon pacifique. Ce qui prime, donc, c’est le respect de la souveraineté des gouvernements et non un quelconque développement de relations économiques, monétaires ou commerciales.

13 Ce blocus fut levé à la demande du général De Gaulle qui posa cette condition pour recevoir Bokassa à l’Elysée. Mais, plus encore, après avoir été reçu par De Gaulle, en février 1969, Bokassa se retirera de l’UEAC le 20 novembre de la même année et réintégrera l’UDEAC en décembre – fragilisant ainsi l’UEAC (Durand, p.488).

14 « La CEMAC sera l’organisation chef de file (maître d’ouvrage) pour le domaine intégration régionale et commerciale et accompagnement à la mise en œuvre de l’APE […] » (Communauté européenne-Afrique centrale, 2007, p.57)

15 L’article 9, alinéa 2 de la loi n°2004/17 du 22 juillet 2004 d’orientation de la décentralisation et l’article 228 de la loi organique n°15/96 du 6 juin 1996.

16 Le terme « nouvelle décentralisation » utilisé pour désigner ce processus après l’avènement du multipartisme en dit long.

17 Selon le Comité d’aide au développement de l’OCDE (1996), « le principe fondamental est que les populations locales s’approprient les stratégies et les objectifs de développement par le biais d’un dialogue ouvert entre les autorités locales et la société civile, d’une part, et les partenaires extérieurs, d’autre part, portant sur leurs objectifs communs et leurs contributions respectives ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Evolution du nombre de parlementaires (Cameroun/Gabon) et des communes contrôlées par les partis politiques (Cameroun)
Crédits Source : réalisé par l’auteur grâce aux données de l’annuaire statistique du Cameroun (2010, p.62) et des travaux d’Eko’o Akouafane (2009, p.177), de l’Union interparlementaire, de Métégué N’Nah (2006) et de Jeune Afrique (2009)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2866/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pegui-Bere Adamon Boudzanga, « Intégration régionale et décentralisation entravées en Afrique centrale », L’Espace Politique [En ligne], 21 | 2013-3, mis en ligne le 04 février 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2866 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2866

Haut de page

Auteur

Pegui-Bere Adamon Boudzanga

Doctorant
Université Mohammed V – Souissi, Rabat (Maroc) / Institut des Etudes Africaines (Equipe de recherche Afrique Espace et Civilisation)
boudzangap@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org