Navigation – Plan du site

Les « Sans fiche sans photo » : Déplacements forcés et (non) mobilisation citoyenne à Nouakchott (Mauritanie)

Displacements, Citizenship and (no)Mobilization in Nouakchott (Mauritania)
Armelle Choplin

Résumés

S’appuyant sur des recherches menées à Nouakchott, la capitale de la Mauritanie, ce papier interroge les politiques urbaines de résorption de l’habitat précaire. Il montre comment les pouvoirs publics, suivant les Objectifs du Millenium pour le Développement et accompagnés par les institutions internationales (en particulier la Banque mondiale), se sont engagées à éradiquer les bidonvilles. A travers l’analyse d’une opération de recasement, nous démontrerons que ces programmes entrainent bien souvent l’éviction et le déplacement de nombreux individus dans des zones lointaines, moyennant des distributions de titres fonciers. Ainsi, nous verrons combien les préceptes de la bonne gouvernance, prônés par les institutions internationales et repris par les gouvernements des pays du Sud, se révèlent de redoutables instruments pour éloigner les populations indésirables des espaces centraux stratégiques. Cet exemple mauritanien montre finalement une absence de mobilisation réelle contre ce qui a été perçu comme un déplacement injuste. La résistance est limitée, révélant l’impossibilité à contourner et dépasser l’échelon local. Cela illustre la « ville post-politique » (Swyngedouw, 2009), qui résulte d’une gouvernance urbaine complexe.

Haut de page

Texte intégral

1Un dimanche de novembre 2008, alors que je me rends dans l’une de ces lointaines périphéries de Nouakchott, capitale de la République Islamique de Mauritanie, pour y conduire des enquêtes, je tombe de façon fortuite sur un nouveau quartier. Celui-ci ne figure sur aucune carte et n’est pas reconnu officiellement. Pourtant, il porte un nom, donné spontanément par les habitants : Le quartier des « Sans fiche sans photo ». Le lieu s’appelle ainsi car les gens qui y résident sont eux-mêmes « sans fiche et sans photo ». L’histoire remonte à 2001, lorsque, dans le cadre d’un programme de résorption du bidonville d’El Mina, le plus grand que compte Nouakchott, un recensement des résidents est effectué. Pour certains, leurs fiches sont mal renseignées et/ou leurs photos manquent. Parce que leurs dossiers sont jugés incomplets, les pouvoirs publics ne les ont pas relogés sur place comme une partie de leurs voisins, mais les ont transférés ici, à l’extrémité sud de la ville. Le quartier se situe à plus de 10 km du centre, auquel il est relié par une mauvaise piste. Nulle borne fontaine. Pas plus de poteaux électriques. Seules quelques centaines de baraques en bois éparses. « Nous sommes les résidus de trente ans de déplacements forcés » explique l’un des habitants. En 2012, à quelques encablures et toujours aussi éloigné du centre, un nouveau quartier vient de voir le jour. Il a été rebaptisé « Tarhil », ce qui signifie « les déplacés ».

  • 1 On se souvient des déguerpissements au Cap Vert (1988), à Abidjan ou encore à Dakar, où les quartie (...)

2Ces toponymes attestent combien les déplacements de population ont ponctué la courte histoire de Nouakchott. L’histoire des « Sans fiche sans photo » ou des déplacés de « Tarhil » ne peut manquer de faire écho à bien d’autres transferts de populations urbaines qui ont eu cours ces dernières années dans les villes du Sud. Certes, ces déplacements forcés, plus ou moins violents, également appelés localement déguerpissements, étaient chose courante en Afrique, en particulier au moment de la croissance urbaine rapide des années 1970-1980 (Osmont, 1995)1. S’ils n’ont jamais complètement disparu, les déplacements forcés semblent connaître une recrudescence depuis les années 2000, en lien avec la mise en place de grandes opérations de renouvellement urbain. En effet, les institutions financières internationales, et en particulier ONU-Habitat, se sont donné pour objectif d’éradiquer les bidonvilles avec l’affirmation du slogan « Cities without slums » dans le cadre des Objectifs de Développement du Millénaire (Objectif 7, Cible 11). Le phénomène de métropolisation et la compétition internationale entre ces villes du Sud implique la disparition de l’habitat insalubre et la « mise au norme du tissu urbain » (Navez-Bouchanine, 2012). Récemment, Vyjayanthi Rao (2006), Alan Gilbert (2007) et Puspha Arabindoo (2011) mettaient en garde face à cette théorie/rhétorique du bidonville (slum rhetoric) et à son dangereux retour dans les discours officiels. Outre le fait que le terme de « slum » englobe des réalités urbaines fort différentes, ces auteurs rappellent que les injonctions visent à éliminer physiquement les bidonvilles, sans pour autant prévoir d’éliminer la pauvreté. Par conséquent, les projets de résorption de l’habitat précaire entrainent bien souvent des destructions, évictions et relogements forcés dans d’autres zones, plus ou moins aménagées et souvent éloignées. De nombreux travaux ont bien montré comment ces politiques urbaines violentes, qui accompagnent la mise en concurrence des villes, ont des conséquences sur les populations jugées « indésirables » (pour les villes indiennes, voir Dupont, 2010 ; Roy, 2011 ; Arabindoo, 2011 ; pour l’Afrique du Sud, voir Huchzemeyer, 2011 ; pour l’Argentine, voir Auyero, 2000)…

  • 2 Ce terme a été très utilisé ces dernières années, notamment dans les programmes urbains d’Afrique d (...)

3Le cas mauritanien peut sembler, de prime abord, quelque peu décalé puisque, dans l’opération de rénovation urbaine qui nous intéresse, il n’a pas été question de déguerpissement, pas plus que de déplacement forcé. Le terme choisi et utilisé pour désigner l’opération est d’ailleurs des plus neutres : recasement2. Contrairement à ce qui avait pu se produire dans les décennies précédentes, jamais usage de la force n’a été fait pour éradiquer le bidonville d’El Mina. L’époque du bulldozer et de l’alternance entre déguerpissements sporadiques et brutaux, et longues phases de laisser-faire, semble révolue. Pourtant, la toponymie urbaine laisse entendre que les attributions ne se sont pas faites avec l’assentiment total des populations : alors que les pouvoirs publics parlent d’individus « réinstallés », les personnes concernées se définissent comme des « déplacés ». Aussi, au-delà du seul cas du recasement d’El Mina et de Nouakchott, il s’agira de réfléchir aux terminologies employées ainsi qu’aux façons de produire la ville par les autorités locales, désormais accompagnées par les institutions financières internationales (IFI), et en particulier la Banque mondiale.

4En partant de l’exemple des « Sans fiche sans photo » et des déplacés de « Tarhil », notre intention est de démontrer qu’une autre forme de violence urbaine, davantage symbolique que physique, se met subrepticement en place. Nous nous demanderons si l’opération de recasement, telle que pensée et portée par les institutions internationales, ne serait pas devenue une version soft du déguerpissement. Parce qu’il est accompagné de distribution de titres fonciers, ce déguerpissement à « visage plus humain » ne permettrait-il pas de chasser en douceur les pauvres des centres-villes ? Cela invite à réfléchir sur la façon dont les individus se mobilisent ou non pour faire face à ces déplacements. Les récents événements dans le Monde arabe, le mouvement « Occupy Wall Street », tout comme celui des « Indignés » laissent entendre que la mobilisation politique se généralise. Placer la focale sur ces quartiers invite à nuancer cette idée et justement à interroger l’absence de mobilisation.

5Dans un premier temps, nous reviendrons sur l’opération de recasement en elle-même et verrons comment elle décline tous les registres de la bonne gouvernance, utilisés par les IFI pour justifier les opérations de régularisation et par là même les déplacements. Dans un second temps, nous essaierons d’aller au-delà des registres de légitimation pour prendre réellement la mesure des effets de ces opérations. Enfin, la nature des mobilisations sera évoquée. Nous nous demanderons pourquoi les habitants ne se mobilisent que de façon sporadique et subsidiaire face à ces déplacements qu’ils jugent injustes.

Figure : Carte de Nouakchott

Figure : Carte de Nouakchott

La Banque mondiale et le bidonville : modèles, discours et pratiques de Washington à Nouakchott

6« Améliorer sensiblement la vie d’au moins 100 millions d’habitants de taudis », tel est l’Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) qui oriente désormais les politiques urbaines dans les pays du Sud. Les Cadres Stratégiques de Lutte Contre la Pauvreté (CSLCP), mis en œuvre par la Banque mondiale et le FMI, reposent sur ce slogan de la « ville sans bidonville » (Cities without slums). Depuis les années 2000, les mêmes programmes de résorption de l’habitat précaire (slum upgrading program) ou de renouvellement/rénovation urbaine (urban renewal), élaborés à Washington, où se situe le siège de la Banque mondiale, circulent d’une ville du Sud à l’autre. Aux yeux des institutions internationales, la Mauritanie a longtemps fait partie des bons élèves. Son faible nombre d’habitants et sa relative stabilité (du moins jusqu’en 2006) lui ont valu de tester certains programmes, notamment urbains. Cela fait de Nouakchott un laboratoire d’analyse intéressant. Le recasement du bidonville d’El Mina s’inscrit dans cette perspective : il s’accorde avec les OMD et reflète les nouveaux discours, pratiques et modes de gouvernance élaborés à Washington.

Recaser in situ pour éviter les réinstallations involontaires

  • 3 Le terme kebbe signifie en hassaniyya (dialecte arabe local) le déversoir, le lieu où l’on jette le (...)
  • 4 Les Maures qui, avec les Halpulaar, les Soninké et les Wolof, composent la société mauritanienne fo (...)

7Nouakchott compte aujourd’hui plus d’un million d’habitants. En 1957, elle n’était qu’un vulgaire point d’eau et un petit fort militaire autour duquel évoluaient 500 nomades. Créé ex-nihilo autour de ce puits, la capitale mauritanienne connait alors une croissance exponentielle. Dans les années 1970, suite à une période de grande sécheresse, les nomades, qui ont perdu leurs troupeaux, gagnent la capitale en masse, créant d’immenses bidonvilles dans les dunes qui ceinturent la ville. Après de multiples phases de déguerpissements et démolitions, de lotissements et d’attributions dans les années 1980-1990, les autorités mauritaniennes changent d’attitude. Sous l’influence des bailleurs de fonds, elles entendent planifier de façon plus rationnelle les évolutions futures de la capitale. En 2001, un Programme de Développement Urbain (PDU) est mis en place, financé à hauteur de 60 millions de dollars par la Banque mondiale. Il vise à éradiquer les quartiers précaires, améliorer les conditions de vie des habitants de ces quartiers et à enrayer la spéculation foncière en limitant les distributions et reventes de terrains. La phase 1 du PDU est principalement axée sur l’opération de restructuration de la kebbe3 d’El Mina, un énorme bidonville de 50 000 habitants qui, pendant longtemps, n’a inspiré qu’indifférence. Pour la Banque mondiale, ce recasement doit incarner l’exemple d’intégration d’un quartier pauvre dans le tissu urbain. Pour les pouvoirs publics, l’intérêt est davantage politique : cette poche de pauvreté, localisée au cœur de la ville, peuplée de descendants d’anciens esclaves maures (les Haratin)4 et acquise à l’opposition, inquiète le régime en place. L’opération de restructuration vise à viabiliser des terrains et à doter en équipements de base la zone de résidence insalubre. La première action du PDU consiste à lotir le quartier. Pour cela, les habitants sont enregistrés sur la parcelle squattée : ils sont pris en photo devant leur baraque de fortune et un numéro leur est attribué (Fig. 2). Une fiche regroupant tous les renseignements est alors éditée. Le dossier ainsi constitué doit leur permettre d’obtenir officiellement une parcelle in situ.

  • 5 « Twize » signifie en hassaniyya « solidarité ». Il s’agit d’un microcrédit solidaire : les bénéfic (...)

8La première phase s’achève fin 2003 : 2 300 ménages situés sur les futures emprises des routes sont recasés à proximité immédiate des limites du bidonville (Fig. 3). Les familles enregistrées se voient attribuer un lot de 120 m² et 70 000 UM (soit 200 euros), somme devant couvrir les frais de déplacement. Elles ont parallèlement accès à un programme d’habitat social dénommé Twize5 : il leur est proposé de souscrire un microcrédit pour rembourser la construction d’une chambre de 20 m2 (Fig. 4).

Figure : Recensement devant une baraque en bois avant attribution d’une parcelle (kebbe El Mina)

Figure : Recensement devant une baraque en bois avant attribution d’une parcelle (kebbe El Mina)

© GRET, Nouakchott, 2003

Figure  : La restructuration de la Kebbé d’El Mina

Figure  : La restructuration de la Kebbé d’El Mina

© Groupe Huit, 2003

À droite de la photo, l’ancien bidonville d’El Mina. Les habitants localisés sur les emprises des futures voiries ont obtenu un terrain de 120m2 à gauche du bidonville. Dans cette zone nouvellement lotie, surnommée Nezaha, les bénéficiaire ont construit des chambres de 20 m2 dans le cadre du programme Twize d’habitat social (Fig. 4).

Figure  : Programme Twize d’habitat social

Figure  : Programme Twize d’habitat social

© A. Choplin, Nezaha, partie restructurée de la Kebbé d’El Mina, 2004

  • 6 Concernant les débuts du programme de développement urbain et de l’opération de recasement, voir la (...)
  • 7 La directive OP 4.12 de la Banque mondiale vise à limiter au maximum les « réinstallations involont (...)
  • 8 Des enquêteurs demandaient aux habitants le nom des personnes qu’ils jugeaient les plus influentes (...)

9Cette première phase connaît un vif succès, comme l’atteste le nom donné par les habitants à la zone de réinstallation qui jouxte le bidonville : Nezaha (le Paradis). Cependant, une grande partie du bidonville doit encore être restructurée (Fig. 3). A cette époque, comme le souligne avec finesse Philippe Tanguy (Tanguy 2003 ; Tanguy, Destremeau, 2013), de nombreuses rumeurs entourent cette opération et les enjeux qui sous-tendent les choix des tracés sont grands6. Deux solutions s’offrent aux autorités : un « remembrement réajustement » qui essaie de reprendre la trame composée par les baraques et ainsi de recaser le maximum d’habitants sur place, ou un « remembrement lotissement » qui propose un plan orthogonal, tracé au cordeau. Cette seconde option implique le déplacement de nombreux ménages. Elle s’oppose aux principes de la Banque mondiale, qui par sa directive OP 4.12, cherche à éviter toute réinstallation involontaire (involuntary resettlement)7. Et pourtant, les autorités mauritaniennes optent pour ce second choix, expliquant qu’elles veulent une « capitale moderne », aux plans rectilignes et que s’agissant de leur ville, elles n’ont pas à suivre les préconisations d’acteurs extérieurs. Comme cela était prévisible, la zone ne peut accueillir tout le monde une fois les lots de 120m2 dessinés : 35 000 autres personnes doivent être recasées. Comment désigner alors ceux qui doivent partir ? Dans une perspective de plus grande transparence, de dialogue et participation avec les populations locales, la Banque mondiale décide de faire appel aux leaders locaux. Ces derniers sont désignés par les habitants du quartier et assurent le rôle d’interlocuteurs avec les ONG et les autorités8. Ces leaders sont chargés de distinguer les familles à l’aide de critères : ne doivent être relogés sur le site de l’ancien bidonville d’El Mina que les plus anciennement installés et les plus pauvres. Des centaines de ménages, ne répondant soi disant pas à ces critères, désignées de façon plus ou moins obscure, sont alors « réinstallées » à plus de dix kilomètres au sud, dans une zone non aménagée que les nouveaux venus vont renommer, non sans une certaine ironie tragique, le quartier des « Sans fiche sans photo ».

Distribuer des titres fonciers pour amoindrir les effets du déplacement

  • 9 Kenan Handzic (20102) analyse le Favela Barrio Program (FBP) qui doit permettre de transformer les (...)
  • 10 « Twize » signifie en hassaniyya « solidarité ». Il s’agit d’un microcrédit solidaire : les bénéfic (...)

10Dans le dispositif de lutte contre la pauvreté qui porte ce programme, il est un grand principe qui doit amoindrir les effets du déplacement et compenser l’éloignement : la sécurisation foncière. Cette politique du titrement foncier (land titling ou property deeds), s’appuie sur les théories très médiatisées de Hernando de Soto (2006) qui ont largement alimenté les programmes de développement urbain dit « pro-poor ». L’opération est présentée aux habitants comme un moyen d’accéder à la propriété et par conséquent de voir leurs conditions de vie s’améliorer. Ce principe est central car, pour les bailleurs et les autorités, les habitants ne sont pas considérés comme des ‘déplacés involontaires’ mais des ‘bénéficiaires réinstallés’ qui ont bénéficié d’une attribution foncière. Pourtant, dans un premier temps, lesdits bénéficiaires ne reçoivent que des « tickets de déplacement » avec un numéro de parcelle. Des titres de propriété doivent leur être définitivement attribués au bout de trois ans. L’attribution différée de titres est censée éviter la revente immédiate des terrains. Ce droit de propriété, en suspens ou incomplet, n’est pas sans rappeler « l’état d’exception » du système foncier déjà observé dans les favelas de Rio (Handzic, 2010)9. Parallèlement à l’obtention de ce ticket de déplacement (sorte de pré-titre foncier), les premiers habitants déplacés se voient proposer des microcrédits leur permettant d’accéder plus facilement à un programme d’habitat social Twize10. Une indemnité (200 euros) est parallèlement octroyée pour les frais de déplacement (transport de la baraque en bois) et peut servir de versement initial pour bénéficier du microcrédit Twize (Fig. 4). Ce programme, mis en œuvre par l’ONG française GRET (Groupe de Recherche et d’Echange Technologique), est vu comme un point de départ à l’amélioration générale de leurs conditions de vie. Cette aide au premier logement doit favoriser l’installation, l’ancrage et par la suite, inciter à l’auto-construction. La sécurité foncière, le microcrédit et l’aide pour ériger la chambre de 20m2 se présentent donc comme les mesures phares permettant de mieux faire accepter le déplacement. Malheureusement, tous les déplacés n’ont pas pu bénéficier de ce programme d’habitat social, celui-ci ayant pris fin en 2008 alors qu’une partie des habitants venait d’arriver dans le quartier ou n’étaient pas encore installés. Ainsi allait-il en être des « Sans fiche sans photo » et des « Tarhil ».

‘Empowerer’ la société civile pour accompagner socialement

  • 11 La maîtrise d’ouvrage sociale était au fondement du programme « Villes sans bidonvilles ». L’ONG GR (...)

11Outre la sécurisation foncière et la distribution de parcelles, la participation des habitants est au cœur des registres de légitimation. Il est attendu de cette opération qu’elle renforce les capacités (capacity buidling) de ladite société civile et facilite l’empowerment des individus et, en particulier, celui des femmes. Ce terme d’empowerment, difficilement traduisible en français (Bacqué, Biewener, 2013), revoie à l’idée d’autonomisation, de responsabilisation et d’émancipation. Cette idée, largement prônée par les agences de développement, est particulièrement prégnante dans les programmes dits d’ingénierie sociale, qui insistent sur l’approche démocratique et participative. Le programme d’habitat Twize s’inspire de ce type d’ingénierie puisqu’il repose justement sur un dispositif de maîtrise d’ouvrage qualifiée de sociale (MOS) : la maîtrise d’œuvre est assurée par l’ONG GRET tandis que la maîtrise d’ouvrage est déléguée aux habitants. Largement reprise du programme « Villes sans bidonvilles » au Maroc où elle fut mise en application (Navez-Bouchanine, 2002, 2003, 2013) 11, cette maîtrise d’ouvrage sociale est censée permettre aux habitants de participer aux projets proposés mais aussi et surtout à la construction de leur logement – préfigurant ainsi l’autoconstruction prônée par la Banque mondiale (Deboulet, 2007). Pour ce faire, les habitants sont accompagnés socialement, à travers des réunions de sensibilisation, des animations (tournois de foot…) (Fig. 5).

Fig. 5 : Réunion de sensibilisation du programme Twize 

Fig. 5 : Réunion de sensibilisation du programme Twize 

© GRET, 2006

  • 12 En 2010, le programme « Ville sans bidonvilles » a reçu le prix « Best practice » de ONU-Habitat et (...)

12Opération de recasement in situ, réinstallations soi disant limitées d’individus, sécurisation foncière avec distribution de titres de propriété a posteriori, empowerment des habitant(e)s à travers la maîtrise d’ouvrage sociale, renforcement des capacités de la société civile locale, médiation d’une ONG assurant la transparence, microcrédits solidaires pour l’accès à l’habitat en dur… le programme semble s’accorder en tout point avec les principes de la « bonne gouvernance » et les « meilleures pratiques » de la doxa internationale, censés légitimer l’intervention, et par conséquent amoindrir les effets des déplacements. En cela, le PDU mauritanien et l’opération de recasement ne sont pas sans rappeler l’ambitieux programme « Villes sans bidonvilles » au Maroc, d’une toute autre envergure spatiale et financière, régulièrement félicité et primé par les institutions internationales12.

Déplacer spatialement pour mieux éloigner politiquement

13L’apparente réussite de l’opération de recasement et l’absence de violence physique lors des « réinstallations » ne doivent, pour autant, occulter des résultats nuancés et des manières de procéder moins transparentes que celles qu’annoncées. Ceux-ci invitent à réfléchir sur l’objectif même de cette opération et plus généralement sur la mise en œuvre des récentes politiques urbaines a priori respectueuses des principes de la bonne gouvernance et des droits de l’homme dans les villes du Sud.

Une participation faible et biaisée

14Des réserves peuvent tout d’abord être formulées à l’encontre de la participation et du projet dit d’ingénierie sociale. Parler de maîtrise d’ouvrage déléguée aux habitants semble quelque peu exagéré. La participation des habitants fut faible et leur rôle somme toute modeste : au mieux choisissaient-ils l’emplacement de la chambre standard sur la parcelle ou amenaient-ils de l’eau au maçon lors de la phase de construction. Les réunions de sensibilisation ont davantage été des lieux et moments d’information que de consultation réelle. Pour Françoise Navez-Bouchanine (2012) ou Julien Le Tellier et Aziz Iraki (2009) qui ont analysé le programme « Villes Sans bidonville » au Maroc, ces projets d’ingénierie sociale ne sont souvent qu’une façade permettant de mieux faire accepter aux populations des programmes tout simplement injustes. Ces auteurs ont ainsi démontré qu’il s’agit bien souvent de faire accepter aux bidonvillois le fait de devoir à la fois démolir leur baraque, quitter le bidonville, mais aussi participer au financement du transfert et du nouveau logement. Pareil constat peut être établi pour l’opération d’El Mina : la participation est avant tout financière.

  • 13 Entretien Nouakchott, janvier 2012
  • 14 Entretien Nouakchott, janvier 2012

15Par ailleurs, la concertation et la participation des populations sont d’autant plus à nuancer que le choix de donner du pouvoir aux leaders locaux, soi disant représentatifs de la population et en contact avec celle-ci, n’est en rien neutre. Après enquête auprès des principaux partis politiques, les leaders locaux qui avaient la charge de désigner ceux qui devaient rester et ceux qui devaient partir, n’étaient autres que les représentants locaux du parti présidentiel (Choplin, 2009). Aussi, dans ce cas précis, le principe de la « démocratie participative » fut non pas un vecteur d’émancipation et de choix émanant des populations elles-mêmes, mais bien un instrument aux mains du gouvernement qui en profite pour renforcer son emprise au niveau local (Bacqué, 2005). Au final, au lieu d’encourager l’expression des populations, c’est le parti en place qui a été favorisé par cette opération. Un tirage au sort, certes moins légitime, aurait certainement été plus juste. En d’autres termes, les individus « Sans fiche sans photo », qui auraient très bien pu prétendre à être réinstallés in situ comme l’autre moitié des habitants du bidonville, ont été déplacés dans les lointaines périphéries méridionales de la ville parce qu’ils étaient dépourvus de capital social et financier. A nombre d’entre eux, notamment ceux qui répondaient aux critères d’attribution, il a été dit qu’ils étaient « sans fiche sans photo », c’est-à-dire que leur fiche de recensement avait été perdue et/ou était incomplète (photo introuvable, numéro de parcelle initial incohérent…). Des entretiens conduits récemment, soit près de dix ans après le recasement ont permis d’apprendre que des dossiers avaient été échangés, revendus moyennant d’importantes sommes d’argent, souvent à des gens appartenant à des couches supérieures. Ces derniers, qui résident dans les quartiers aisés voisins, notamment celui de Tevragh-Zeina, y ont vu une opportunité de mettre la main sur des parcelles bien localisées. Les « Sans fiche sans photo », faute de moyens, n’ont pas pu racheter, via un arrangement autour de 60 000 UM (180 euros), le droit de rester dans la kebbe et d’obtenir comme leurs voisins un terrain bien placé : « Si on avait eu quelque chose, on serait resté là-bas. Les autres, ils ont donné de l’argent pour rester »13. L’impossibilité d’interférer auprès des représentants locaux, également leaders politiques, augmente le sentiment d’injustice ressenti par certains habitants. Le déplacement a été vécu comme arbitraire et injuste : « On nous a donné un terrain très loin, mais depuis, on n’a rien vu »14.

Insécurité, incertitude et vulnérabilité

  • 15 Le terme de gazra signifie usurpé, pris par la force. Ce mot est très utilisé pour désigner l’occup (...)
  • 16 Entretien, Nouakchott, Janvier 2012

16De meilleures conditions de vie, voilà ce qui a été présenté comme une évidence aux déplacés, du fait de l’attribution d’un terrain et de l’accompagnement à la construction. A ce jour, il n’est pas réellement prouvé que leurs conditions se soient améliorées. L’inverse se serait même produit car, à la pauvreté initiale, se sont ajoutés l’enclavement et de nouvelles formes de vulnérabilité. En 2008, des jeunes filles « Sans fiche » nous expliquaient être désormais loin de tout et avoir été déscolarisées suite au déplacement, faute d’infrastructures dans le nouveau quartier d’installation. Elles vivaient très mal l’éloignement comme cela ressort de la carte mentale réalisée par l’une d’entre elles (Fig. 5). Par conséquent, l’obtention d’un titre foncier ne saurait suffire à sécuriser la vie des habitants. Les théories de Hernando de Soto ont, sur ce plan, été largement remises en cause. Les travaux de Geoffrey Payne, Alain Durand-Lasserve et Carole Rakodi (2009), tout comme ceux de Alan Gilbert (2002), ont montré les limites de ces politiques de titrement. G. Payne (1989) juge ces distributions de titres fonciers inopérantes car selon lui, ce n’est pas tant le statut légal de propriété que le sentiment perçu de sécurité, qui incite à consolider son logement. Dans une démarche similaire, Eric Denis (2008 ; 2012), à travers une étude des politiques de titrement en Egypte, rappelle que les politiques « pro-poor » de H. de Soto ne présentent guère de résultats réels et n’évaluent pas les effets sociaux de ces politiques. Par ailleurs, rappelons que, dans le cas de l’opération de recasement d’El Mina, les personnes déplacées n’ont toujours pas obtenu de titre de propriété officiel, mais doivent se contenter encore à l’heure actuelle d’un ticket de déplacement. Ce point explique que, pour partie, le quartier continue de ressembler à un bidonville, tout en donnant l’impression d’être inhabité : « Tant que nous n’avons pas le titre de propriété définitif, nous n’osons pas construire en dur, de peur qu’on nous déplace une nouvelle fois (…). En attendant, nous faisons la gazra15 sur d’autres terrains en espérant obtenir là-bas un vrai titre de propriété »16. Le résultat est donc à l’opposé de celui escompté : les autorités avaient fait le pari de ne pas attribuer immédiatement le titre de propriété, pour éviter les reventes et la mobilité intra-urbaine. Or, les individus « réinstallés » hésitent à construire en dur tant qu’ils n’ont pas un titre définitif (Fig. 6). En attendant, ils préfèrent squatter ailleurs, plutôt que vivre dans ces quartiers éloignés et non équipés, où ils se sentent davantage vulnérables. Aussi, en dépit de la promesse d’obtention d’un titre et déplacements, ces individus demeurent dans une situation de grande insécurité et incertitude.

Fig. 6 : Carte mentale d’une jeune femme résidant dans le quartier des Sans fiche sans photo (Septembre 2008)

Fig. 6 : Carte mentale d’une jeune femme résidant dans le quartier des Sans fiche sans photo (Septembre 2008)

A la question « Dessine-moi ton quartier et le centre-ville de Nouakchott », la jeune femme a dessiné à gauche les lots du quartier Sans fiche, puis a redemandé des feuilles blanches pour dessiner la route qui conduit au marché central. On devine à quel point celui-ci lui semble lointain et la méconnaissance qu’elle a de la zone qui la sépare du centre.

Fig. 7 : Le quartier des « Sans fiche sans photo »

Fig. 7 : Le quartier des « Sans fiche sans photo »

© S. Mbaye, Janvier 2012

Quatre ans après le déplacement, les baraques en bois sont encore nombreuses. Les nouveaux venus hésitent à construire en dur, de peur d’être de nouveau déplacés.

Titrisation foncière, mais dépossession

17Face à cette insécurité foncière qui perdure, les ex-bidonvillois ont développé une stratégie de « course à la parcelle », l’obtention d’un terrain étant le moyen de s’enrichir le plus rapidement. Or, ils ne sont généralement pas conscients des effets secondaires que produisent le lotissement et la régularisation de ces terrains. Si cela leur permet, dans un premier temps du moins, d’accéder à un certain capital et leur donne le « droit de participer au marché », comme le dit H. de Soto (2006), c’est oublier les lois implacables de celui-ci qui les font progressivement reculer plus loin. Ils se révèlent, en effet, incapables financièrement de construire et de payer les services nouvellement installés autrefois « gratuits » car bien souvent obtenus par des pratiques informelles, de fraude ou de piratage (Simone, 2002). En d’autres termes, à peine leur a-t-on attribué un terrain qu’ils subissent la pression des plus riches pour le revendre. Et c’est bien là l’une des principales critiques faites à ces programmes urbains : ils font entrer sur le marché des terres qui ne l’étaient pas et qui deviennent de fait convoitées. Bien souvent, parce que dans une situation de grande pauvreté, ils se retrouvent contraints de vendre la parcelle obtenue à d’autres individus appartenant à des couches supérieures, non initialement ciblées par le programme social. Les plus pauvres se retrouvent alors relégués dans des périphéries de plus en plus lointaines. Ils sont en cela victimes des stratégies « d’accumulation par dépossession » poursuivies par les classes aisées (Harvey, 2008). Et, comme l’explique Alan Gilbert (2002), le danger est que les autorités se contentent d’offrir des titres fonciers et de laisser faire le marché, pensant que celui-ci pourvoira, dans un temps plus ou moins lointain, aux services et infrastructures.

Espaces et groupes subalternes

18Eloigner spatialement entraine des conséquences économiques mais encore politiques. En s’intéressant soudainement à ces populations pauvres et en en déplaçant une partie, le gouvernement mauritanien de l’époque avait pour objectif de canaliser ces quartiers et d’y renforcer sa mainmise. Eradiquer ce bidonville n’était pas signe de générosité de l’État ni pure philanthropie. L’attention portée à cette kebbe n’avait rien d’anodin dans la mesure où le positionnement électoral du quartier, acquis à l’opposition, constituait un enjeu crucial. Peuplé de Haratin, ce quartier représentait un péril pour la stabilité du pouvoir central. Déplacer des gens, selon différentes phases, a tout d’abord permis de casser les liens de voisinage et autres allégeances politiques implantées depuis longtemps. En d’autres lieux, il a été démontré que bien des projets de rénovation urbaine sont l’occasion pour les pouvoirs en place de miner les liens de solidarité et de casser les revendications (Ward, 1980, cité in Davis, 2006 ; Navez-Bouchanine, 2002). La mise en place de ce projet devait servir à faire taire les revendications que les autorités mauritaniennes jugeaient « gênantes ». Le président de l’époque, Maouiyya Ould Sid’Ahmed Taya s’était lui même rendu en personne dans le bidonville pour annoncer la régularisation foncière, et ce quelques semaines avant les élections présidentielles de novembre 2003. En distribuant un titre foncier et en promettant une amélioration rapide des conditions de vie, il s’agissait d’acheter le calme et de faire « habiter les gens correctement pour les voir voter correctement ».

  • 17 Sur la notion de justice spatiale, voir l’ANR JUGURTA dirigée par Philippe Gervais-Lambony et plus (...)

19Quelques dix ans plus tard, et en dépit de l’annonce d’un accès futur à la propriété, les individus demeurent conscients d’être et de rester des marginaux, exclus des redistributions des richesses publiques. Pour ces individus qui ont déjà été déplacés plusieurs fois, au gré des opérations dites de « modernisation » de la ville, cette localisation périphérique les renvoie à leur situation de dominés. Le déplacement, vécu comme une injustice spatiale (impossibilité de pouvoir rester là), cache une bien plus profonde injustice sociale17. En reprenant la terminologie gramscienne, nous pouvons dire que pour ces populations subalternes, cette relégation aux marges de la ville est vécue comme une matérialisation de leur relégation aux marges extrêmes de la société (Ciavolella, Choplin, 2008). Leur éloignement horizontal du centre ne serait autre que la traduction spatiale de leur position en bas de cette société à la hiérarchie verticale profondément marquée. A l’instar de ce qu’a pu observer Ananya Roy à propos des bidonvilles de Mumbai, les classes subalternes sont reléguées dans les espaces subalternes des grandes villes (Roy, 2011). Les zones de recasement, parce qu’elles sont situées en lointaines périphéries et concentrent les couches les plus basses de la société, qui sont aussi les plus pauvres, deviennent de « nouveaux espaces de privation » (new spaces of deprivation) (Arabindoo, 2011). Selon Pushpa Arabindoo, qui a analysé des politiques d’éviction semblables à Chennai en Inde, les habitants sont soumis à de nouvelles formes de privation et de vulnérabilité (éloignement, déliquescence des liens sociaux…). Et, bien que la sécurité foncière promise par l’Etat laisse espérer un semblant de formalité et de légitimité urbaine, les habitants ne sont toujours pas reconnus en tant que citoyens. Pareil constat peut être fait à Nouakchott pour les anciens esclaves mauritaniens qui restent considérés comme des citoyens de seconde zone, soient-ils propriétaires ou non.

(Dé)mobilisation à l’heure de la ville post-politique

  • 18 Voir par exemple le programme "The voices of the poor in urban governance: participation, mobilizat (...)

20Alors que le monde entier vit et vibre au rythme des révoltes, révolutions et mobilisations depuis janvier 2011, le Printemps arabe semble s’être arrêté aux portes de la Mauritanie. Si un homme s’est bien immolé par le feu en février 2011 et quelques étudiants ont tenté de lancer le mouvement du « 25 février » en occupant un terrain vague du centre-ville, avant de se faire réprimer violemment, on ne peut pour autant parler d’un vaste mouvement de contestation qui serait parvenu à faire trembler le palais présidentiel de Nouakchott. Aussi, dans la lignée d’intéressantes réflexions conduites sur la façon dont les voix des pauvres s’expriment (Benit-Gbaffou, Oldfield, 2011)18, nous nous demandons pourquoi, à Nouakchott, les individus ne se mobilisent pas ou guère. Pourtant, l’opération de recasement a mis en évidence des différences de traitement et des formes d’injustice criantes. Doit-on voir dans cette (dé)mobilisation un signe de la ville post-politique (Swynguedouw, 2009 ; 2011) ?

Dépolitisation et individualisme, effets de la titrisation ?

21Alors que le programme de restructuration urbaine devait accompagner les habitants dans leur apprentissage de la citadinité et de la citoyenneté, les populations des quartiers périphériques apparaissent comme faiblement politisées. Bien plus, c’est l’effet inverse qui se serait produit puisqu’on observe une certaine forme de dépolitisation, liée à une montée en force de l’individualisme. Celui-ci aurait été favorisé par la question de la propriété foncière. C’est un fait bien connu que, une fois le titre de propriété obtenu, les nouveaux propriétaires se montrent moins prompts à la révolte et à prendre fait et cause pour les squatters et autres locataires. Si Hernando de Soto (2006) affirme que le titrement foncier produit de la richesse pour ces habitants « entrepreneurs qui s’ignorent », nous pensons davantage, à la suite de David Harvey, que ce type de programme conduit au petit « landlordism » (Harvey, 1985 : 43), autrement dit à l’adoption d’attitudes de petit propriétaire. En accordant des titres fonciers, en proposant à certains habitants des aides pour construire leur logement, le gouvernement achète la paix sociale : les individus ne résistent plus et ont tendance à ne s’intéresser qu’à leur propre parcelle.

22La montée de l’individualisme s’explique encore par les fondements même du programme qui valorise les pratiques individuelles. Les programmes de rénovation urbaine actuels reposent sur le principe de l’autoconstruction in situ, inspiré des théories de John Turner (1976), processus aujourd’hui présenté par les bailleurs comme solution principale pour éradiquer les bidonvilles (Deboulet, 2007). Ce principe est gênant dans sa tendance à (sur)valoriser l’individu, en tant que sujet habitant du bidonville, et sa capacité à la « débrouille » et au « bricolage ». Il est entendu que lui seul doit « manager » son destin, tout comme il doit être autonome pour construire sa maison. Cette tendance n’est pas sans rappeler certaines visions romantisées, voire culturalistes, qui louent la créativité des habitants des bidonvilles, et ce d’autant plus s’il s’agit de « l’Homme africain ». On pense aux travaux de l’architecte star Rem Koolhaas (2002), qui a décrit Lagos comme « l’avant-garde de la modernité mondialisante ». Présenter la ville du Sud comme une œuvre d’art en train de se faire donne l’image d’un espace complètement dépolitisé et déshistoricisé (Gandy, 2005 ; Fourchard, 2011). En s’émerveillant du sens de la débrouille des habitants des bidonvilles, Koolhaas et d’autres tendent à reproduire les discours libéraux valorisant l’individu entrepreneur et ainsi, de manière indirecte, à légitimer le désengagement des pouvoirs publics. En cela, la vision de Koolhaas rejoint la pensée néolibérale de Hernando de Soto, qui propose de légaliser le secteur informel afin de transformer les pauvres en micro-entrepreneurs. Or, mettre l’accent sur l’ingéniosité des pauvres et leur capacité de résilience conduit à dépolitiser la réflexion sur la pauvreté en ne s’interrogeant pas sur ses causes réelles (Ferguson, 2006). Ainsi, en Mauritanie, cela revient à présenter la pauvreté comme une fatalité. Bailleurs et dirigeants dissimulent les facteurs explicatifs, puisque sont exclues du débat les raisons politiques et sociales qui produisent cette exclusion et cette indigence. L’enjeu est bien évidemment de taille pour ces Haratin qui peuplent les bidonvilles. On préfère ainsi les présenter comme des pauvres d’origine rurale, victimes des sècheresses et dont les conditions de vie ne seraient que le produit d’une fatalité, plutôt que d’une histoire sociale — la question des séquelles de l’esclavage étant politiquement sensible (Choplin, Ciavolella, 2008).

Mobilisation ultra-locale et démobilisation nationale

  • 19 Pour une analyse du post-politique qui se manifeste par la crise des institutions politiques, de le (...)

23Nouakchott est une ville faiblement politisée, ce que confirme l’opération de recasement. On s’étonne en effet du peu de résistance des habitants face aux déplacements forcés et à l’injustice qu’ils ont subis. La première raison qui explique cette non résistance est l’impossibilité pour les déplacés d’identifier une personne responsable auprès de qui se plaindre. Ce sentiment d’incapacité à pouvoir interférer auprès des représentants et leaders politiques augmente le sentiment d’injustice ressenti par certains. Ce manque d’appréhension multiscalaire et de compréhension globale du processus rappelle le contexte de la ville post-politique tel qu’exposé par Erik Swynguedouw (2009 ; 2011). Cette ville « post-politique » et « post-démocratique » se caractérise par des modes de gouvernance de plus en plus complexes et obscurs, dans lesquels les responsabilités sont diluées, au point qu’il devient quasiment impossible d’atteindre l’échelon supérieur. L’analyse conduite à propos de la ville par E. Swynguedouw se nourrit des réflexions de Slavoj Zizek (1999) et Jacques Rancière (1995 ; 2003) sur la condition post-politique19. Celle-ci se caractérise par une gestion technocratique et techniciste qui inhibe toute forme de contestation. Seul importe le consensus et, par conséquent, les revendications tendent à se concentrer sur des problèmes particuliers, voire secondaires. Comme le remarque E. Swynguedouw, la ville d’aujourd’hui serait à l’opposé de la polis grecque, lieu du débat politique par essence.

  • 20 Lettre des « habitants du quartier de Haye Mata-Moulana (Sans fiche) Dar el Beida, Nouakchott à Mon (...)
  • 21 Ibidem

24Ces propos invitent à réfléchir à l’existence, mais également à la nature des mobilisations rencontrées dans le quartier des « Sans fiche ». Un regard optimiste soulignerait que les habitants ont commencé à s’organiser et à se mobiliser fin 2012, soit quatre ans après les déplacements. Ils ont adressé une lettre au wali (gouverneur) et au hakem (préfet) pour faire part des « problèmes vécus par les habitants de ce quartier »20. La démarche ne consiste pas à dénoncer la corruption, les malversations et autres injustices subies lors des déplacements, mais à demander « l’amélioration quotidienne des conditions de vie sur le présent site » et, en particulier, à réclamer de l’électricité, une école, des patrouilles nocturnes de policiers pour une plus grande sécurité, ainsi que le nettoyage de « mares stagnantes »21.  Cette lettre est présentée sous la forme de doléances et non de requêtes concrètes. Seuls quelques individus, davantage dotés en capital social, ont réellement initié une démarche de réclamation en demandant de transformer leurs « tickets de déplacement » en « attestation d’occupation », laquelle doit précéder l’attribution définitive du titre foncier. Ces deux démarches sont révélatrices de degrés de mobilisation différents mais surtout relativement faibles. Les habitants se contentent, soit de faire part collectivement de leurs difficiles conditions de vie, soit de faire reconnaitre de façon individuelle leur futur titre de propriété foncière. Au final, les mobilisations sont sporadiques et portent sur des questions subsidiaires et/ou sur des besoins personnels. On se bat pour faire reconnaître son titre foncier, ou faire enlever les dechets devant chez soi, mais non sur l’injustice dont ont été victimes ces déplacés. Cette logique pourrait être comparée à celle observée dans les pays du Nord à travers les mouvements Nimby (Not in my backyard), qui tendent à défendre les intérêts de quelques uns au détriment parfois du bien être collectif, et le désintérêt pour la res politica en général qui caractérise la période actuelle qualifiée de « post-politique ». Les requêtes se révèlent décevantes, ancrées à l’échelon micro-local, largement en dessous des préjudices subis. A l’enthousiasme succède donc une certaine forme de fatalité et de résignation, pour ne pas dire de démobilisation, signe de l’incapacité pour ces Haratin de faire entendre leur voix, signe encore de leur place marginale dans la société qui ne leur réserve qu’un statut de citadin-citoyen de second rang. L’investissement au niveau local ne saurait cacher un désintérêt ou une impossibilité de plus en plus grande à pouvoir interférer dans la politique nationale. Aussi, loin de promouvoir une réelle démocratie participative, comme proclamée par les bailleurs, les nouvelles formes de gouvernance urbaine et les dérives du développement favoriseraient, selon James Ferguson, une machine anti-politique (the anti-politics machine) (Ferguson, 1990). Le développement serait devenue une réelle machine, avec ses discours, ses pratiques, ses experts-techniciens qui appliquent des projets sans tenir compte du contexte politique et social. Ces modes de gouvernance technicistes, décontextualisés et dépolitisés accompagnent le post-politique tout autant qu’ils en sont le produit.

Conclusion

25L’opération de recasement d’El Mina et la figure des « Sans fiche sans photo » font écho à de nombreux autres lieux et individus victimes de programmes de rénovation urbaine censés réduire la pauvreté dans les villes du Sud. Les mêmes « best practices » portées par les bailleurs aboutissent à des résultats relativement similaires : la rhétorique du « slum », qui valorise l’éradication des bidonvilles, et contre laquelle nous met en garde Alan Gilbert (2007), a pour conséquence de rejeter les pauvres en périphéries, libérant les parcelles les plus convoitées des centres-villes. Ces espaces, occupés illégalement par les pauvres, comptent parmi les derniers « spatial fix » (Harvey, 2001), autrement dit les derniers espaces libres sur lesquels peut se fixer le capitalisme, perpétuellement en quête de nouveaux espaces où se régénérer dans un monde désormais saturé. Aussi, au Sud comme au Nord, et plus que jamais en temps de crise, le foncier devient la valeur refuge. Eloigner les pauvres du centre-ville pour récupérer les terrains les plus rentables permet des opérations juteuses financièrement et à faible coût « social ». La chose n’est pas nouvelle, mais elle se fait aujourd’hui de façon apparemment lisse. L’usage de la force et les bulldozers sont désormais rares. Les déplacements se font en douceur, accompagnés par les outils de la bonne gouvernance, et surtout de titres de propriété qui permettent d’amoindrir les effets de l’éloignement et qui promettent une amélioration des conditions de vie en périphérie. En réalité, sous couvert de faire la promotion d’une plus grande justice sociale, ces programmes familiarisent surtout les néo-urbains pauvres avec la propriété, le micro-crédit, le système libéral et compétitif qui prône l’individualisme et la réussite personnelle.

26Le cas de Nouakchott semble particulièrement intéressant car la capitale mauritanienne n’est pas devenue un lieu de la contestation au moment des Printemps arabes. Le contexte était pourtant propice : les inégalités sont criantes, l’instabilité politique est chronique malgré l’autoritarisme présidentiel, les politiques de privatisation et de dérégulation des marchés vont bon train, la corruption et la captation de la rente foncière par les élites sont de plus en plus visibles. Malgré cela, les revendications semblent comme neutralisées par le post-politique. Par manque de capacité d’expression, d’action et de pression, de capital social et financier, de savoir-faire et savoir-dire, ces habitants semblent réduits à se mobiliser au niveau local, pour des besoins immédiats et individuels, et non à l’échelle nationale pour tenter d'influer sur le système auquel ils ne croient pas (ou plus). Au lendemain des Printemps arabes et du mouvement des indignés, on ne peut que s’interroger sur les difficultés qu’ont les plus marginaux à prendre la parole, contester et plus encore se faire entendre.

Haut de page

Bibliographie

ARABINDOO, P., 2011, « Rhetoric of the ‘slum’», City, 15, n°6, p. 636-646

AUYERO, J., 2000, « The hyper-shantytown: neo-liberal violence(s) in the Argentine slum », Ethnography 1(1), p. 93-116.

BACQUÉ, M.-H., (coord.), 2005, « Ville, action « citoyenne » et débat public », Espaces et Sociétés, n°123, p. 7-19

BACQUÉ, M.-H., BIEWENER, C. (coord.), 2013, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte.

BENIT-GBAFFOU, C., OLDFIELD, S., 2011, « Accessing the State: Everyday Practices and Politics in Cities of the South », Journal of Asian and African Studies, 46, n°5, p. 445-452.

CHOPLIN, A., 2009, Nouakchott au carrefour de la Mauritanie et du monde, Paris, Karthala.

CHOPLIN, A., 2009, Répondre au défi de l’habitat social dans les villes du Sud, L’exemple du programme Twize en Mauritanie, Etudes et travaux en ligne n°23, Nogent-sur-Marne, GRET., http://www.gret.org/ressource/pdf/09122.pdf

CHOPLIN, A., CIAVOLELLA, R., 2008, « Marges de la ville en marge du politique ? Logiques d’exclusion, de dépendance et d’autonomie à Nouakchott (Mauritanie) », Autrepart, n°45, p. 73-89

CIAVOLELLA, R., 2013, Antropologia Politica E Contemporaneità. Un’Indagine Critica Sul Potere, Mimesis.

DAVIS, M., 2006, Planet of slums, London, New York, Verso.

DEBOULET, A., 2007, « Restructurer l'habitat précaire. Récits de « meilleures pratiques » ». Espaces et sociétés 4/2007 (n° 131), p. 67-83.

DEBOULET, A., JOLÉ, M., 2013, Les mondes urbains, le parcours engagé de Françoise Navez-Bouchanine, Paris, Karthala.

DIKEC, M., 2005, « Space, politics, and the political », Environment and Planning D: Society and Space, 23, p. 171–188

DENIS, E., 2008, “La marchandisation des Ashwayyiat(s). H. de Soto et l’unification des marchés fonciers et immobiliers en Egypte », in Ababsa, M, Denis, E. (dir.), “Public Policies and Legal Practices toward Informal Settlements in the Middle East” Workshop, Ninth Mediterranean Research Meeting, Montecatini, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00410036/fr/

DUPONT V., 2010, « Création de nomades urbains et appauvrissement. Impact des politiques d’éradication des camps de squatters à Delhi », Revue Tiers Monde, 201, p. 25-45.

FERGUSON, J., 1990, The anti-politics machine, development, depoliticization, and bureaucratic power in Lesotho, Cambridge, Cambridge University Press.

FERGUSON, J., 2006, Global shadows: Africa in the neoliberal world order, Durham, Duke University Press.

FOURCHARD, L., 2011, « Lagos, Koolhaas and partisan politics in Nigeria », International Journal of Urban and Regional Research, 35(1), p. 40–56.

GANDY, M., 2005, « Learning from Lagos », New Left Review n°33, p. 36–52.

GERVAIS-LAMBONY, P., DUFAUX, F., 2009, « Justice... spatiale ! », Annales de géographie, 1, n° 665-666, p. 3-15.

GILBERT, A., 2002, « On the mystery of capital and the myths of Hernando de Soto: what difference does legal title make? », International Development Planning Review, 24, n°1, p. 1–19.

GILBERT, A., 2007, « The return of the slum: does language matter? », International Journal of Urban and Regional Research, 31, n°4, p. 697–713.

HANDZIC, K., 2010, « Is legalized land tenure necessary in slum upgrading? Learning from Rio’s land tenure policies in the Favela Bairro Program », Habitat International, 34, 11-17.

HARVEY, D., 1985, Consciousness and the urban experience: studies in the history and theory of capitalist urbanization, Baltimore, Md, John Hopkins University Press.

HARVEY, D., 2001, Spaces of capital: towards a critical geography, New York, Routledge.

HARVEY, D., 2008, « The right to the city », New Left review, 53, p. 23-40.

HUCHZERMEYER, M., 2011, Cities With 'Slums': From Slum Eradication to a Right to the City in Africa, Juta/UCT Press, Cape Town.

KOOLHAAS, R., 2002, « Fragments of a lecture on Lagos », in Enwezor, O, Basualdo, C., Bauer, U.M., Ghez, S., Maharaj, S., Nash, M., Zaya, O., (eds) Under Siege: Four African Cities—Freetown, Johannesburg, Kinshasa, Lagos, Ostfildern-Ruit, Germany, Hatje Cantz, p. 173–183.

LE TELLIER, J., 2008, « A la marge des marges urbaines : les derniers bidonvilles de Tanger (Maroc) », Autrepart, n°45, p. 157-172

LE TELLIER, J., IRAKI A., 2009, Habitat social au Maghreb et au Sénégal, gouvernance urbaine et participation en questions, Paris, L’Harmattan.

NAVEZ-BOUCHANINE, F., 2002, Les interventions dans les bidonvilles. Une évaluation sociale, Rabat, Secrétariat d’État à l’Habitat, ANHI.

NAVEZ-BOUCHANINE, F., 2003, « Les chemins tortueux de l’expérience démocratique marocaine à travers les bidonvilles », Espaces et sociétés, n°112 : Ville et démocratie, p. 59-81

NAVEZ-BOUCHANINE, F. (dir.), 2012, Effets sociaux des politiques urbaines. L’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales, Paris, Karthala.

OSMONT, A., 1995, La Banque mondiale et les villes. Du développement à l’ajustement, Paris, Karthala.

PAYNE, G., 1989, Informal housing and land subdivisions in Third World cities: a review of the literature, Oxford, CENDEP.

PAYNE, G., DURAND-LASSERVE, A., RAKODI, C., 2009, « The limits of land titling and home ownership », Environment & Urbanization, Vol 21(2), p. 443–462

RANCIÈRE, J., 1995, La Mésentente, Paris, Galilée.

RANCIÈRE, J., 2003, Aux bords du politique, Paris, Folio.

RAO, V., 2006, « Slum as theory: the South/Asian city and globalization », International Journal of Urban and Regional Research, 30, vol. 1, p. 225–232.

ROBINSON, J., 2006, Ordinary cities: between modernity and development, London, New York, Routledge.

ROY, A., 2011, « Slumdog cities: rethinking subaltern urbanism”, International Journal of Urban and Regional Research, 35(2), p. 223–238.

SIGNOLES, P., 1999, « Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des villes du monde arabe », in Signoles, P., El Kadi, G., Sidi Boumedine, R., L’urbain dans le monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, p. 19-53.

SIMONE, A., 2006, « Pirate Towns: Reworking Social and Symbolic Infrastructures in

Johannesburg and Douala », Urban Studies 43.2, p. 357– 70

SOTO, H., de, 2006, Le mystère du capital : pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue partout ailleurs, Paris, Flammarion.

SWYNGEDOUW, E., 2009, « The Antinomies of the Postpolitical: In Search of a Democratic Politics of Environmental Protection », International Journal of Urban and Regional Research 33 (3), 601-20(611-613).

SWYNGEDOUW, E., 2011, The Antinomies of the Post-Political and Post-Democratic City, communication in the Museum of Modern Art, Varsovie, 15 octobre 2011.

TANGUY, P., 2003, « L’urbanisation irrégulière à Nouakchott : 1960-2000. », Insaniyat, n°22, http://insaniyat.revues.org/6863

TANGUY, P., DESTREMEAU, B., 2012, « Politiques urbaines et rapports de force à Nouakchott : la construction sociale de politiques publiques », in Navez-Bouchanine, F., Deboulet, A., L’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales, Paris, Karthala, p. 255-318.

TURNER, J. F. C., 1976, Housing by people: towards autonomy in building environments, London, Marion Boyars.

ŽIŽEK, S., 1999, The ticklish subject — the absent centre of political ontology, London, Verso.

Haut de page

Notes

1 On se souvient des déguerpissements au Cap Vert (1988), à Abidjan ou encore à Dakar, où les quartiers de Pikine et Guedawad ont vu le jour suite à des interventions brutales dans les années 70 (Osmont, 1995). Soulignons que les autorités du Maghreb avaient pareillement recours à la politique du bulldozer et à ces poussées de violence pour assainir les gourbis (Signoles, 1999).

2 Ce terme a été très utilisé ces dernières années, notamment dans les programmes urbains d’Afrique du Nord. Cela est particulièrement le cas au Maroc où depuis 2004, le projet « Villes Sans Bidonvilles » (VSB), lancé par le Roi Mohamed VI, s’est donné pour objectif de résorber l’habitat insalubre dans plusieurs villes marocaines. Analysant ce programme, Julien Le Tellier explique que le recasement « consiste à aménager des lotissements pour accueillir les familles bidonvilloises transférées sur des lots de terrain – en principe viabilisés et équipés – destinés à l’autoconstruction. Les attributaires bénéficient des subventions de l’État pour l’acquisition des parcelles. » (Le Tellier, 2008 : 159).

3 Le terme kebbe signifie en hassaniyya (dialecte arabe local) le déversoir, le lieu où l’on jette les ordures. Pour plus d’information sur la constitution des kebbe et l’histoire des quartiers informels de la capitale mauritanienne, voir Philippe Tanguy, 2003.

4 Les Maures qui, avec les Halpulaar, les Soninké et les Wolof, composent la société mauritanienne forment un groupe particulièrement hiérarchisé. Schématiquement, on peut dire que les Bidan (Maures blancs) sont considérés comme nobles et sont statutairement supérieurs aux Haratin (Maures noirs), descendants d’esclaves affranchis.

5 « Twize » signifie en hassaniyya « solidarité ». Il s’agit d’un microcrédit solidaire : les bénéficiaires du programme s’engagent à se mettre par groupes de cinq et à se porter garants si l’un des souscripteurs ne rembourse pas ses échéances.

6 Concernant les débuts du programme de développement urbain et de l’opération de recasement, voir la synthèse très complète récemment publiée par Philippe Tanguy et Blandine Destremeau (2013).

7 La directive OP 4.12 de la Banque mondiale vise à limiter au maximum les « réinstallations involontaires » ou à trouver des alternatives. Lorsque le déplacement est inévitable, il doit être accompagné et compensé par des moyens financiers ou des consultations d’habitants. Il doit être satisfaisant d’un point de vue sanitaire, social et économique, sans quoi toute personne déplacée peut saisir le tribunal attaché à la Banque mondiale (http://siteresources.worldbank.org/OPSMANUAL/Resources/OP412-French.pdf).

8 Des enquêteurs demandaient aux habitants le nom des personnes qu’ils jugeaient les plus influentes dans le quartier.

9 Kenan Handzic (20102) analyse le Favela Barrio Program (FBP) qui doit permettre de transformer les favelas de Rio en quartiers formels. Il explique que, dans le processus de légalisation foncière mis en œuvre, les habitants ont le droit d’utiliser la parcelle mais n’en ont pas la pleine propriété.

10 « Twize » signifie en hassaniyya « solidarité ». Il s’agit d’un microcrédit solidaire : les bénéficiaires du programme s’engagent à se mettre par groupes de cinq et à se porter garants si l’un des souscripteurs ne rembourse pas ses échéances.

11 La maîtrise d’ouvrage sociale était au fondement du programme « Villes sans bidonvilles ». L’ONG GRET, qui est intervenue dans ce programme, n’est certainement pas étrangère à la circulation de ce modèle d’ingénierie urbaine entre les deux pays. Pour plus d’information sur cette Maitrise d’Ouvrage sociale, voir les travaux de Françoise Navez-Bouchanine (2002, 2003, 2013), ainsi que les contributions au récent ouvrage qui lui rend hommage (Deboulet, Jolé, 2013).

12 En 2010, le programme « Ville sans bidonvilles » a reçu le prix « Best practice » de ONU-Habitat et Cities Alliance ; une façon de féliciter le gouvernement marocain pour ses bonnes performances en matière de lutte contre les bidonvilles et en matière d’amélioration des conditions de vie des habitants. Joan Clos, le directeur exécutif de l’ONU-Habitat, a même parlé de success story lors de la conférence internationale : « Sortir des bidonvilles, un défi mondial pour 2020 », organisée à Rabat du 26 au 29 novembre 2011.

13 Entretien Nouakchott, janvier 2012

14 Entretien Nouakchott, janvier 2012

15 Le terme de gazra signifie usurpé, pris par la force. Ce mot est très utilisé pour désigner l’occupation illégale de la terre et est généralement traduit par squat. Cette pratique s’est généralisée dans les années 1980 lorsque les pouvoirs publics ont commencé à distribuer des terres, entrainant des stratégies spéculatives (Tanguy, 2003).

16 Entretien, Nouakchott, Janvier 2012

17 Sur la notion de justice spatiale, voir l’ANR JUGURTA dirigée par Philippe Gervais-Lambony et plus généralement les travaux conduits à Nanterre autour de la revue « Justice spatiale, spatial justice ». Pour un état des lieux de la question, voir G. Lambony et F. Dufaux (2009)

18 Voir par exemple le programme "The voices of the poor in urban governance: participation, mobilization and politics in South African cities" financé par l’IRD et dirigé par Claire Benit-Gbaffou et Alain Mabin.

19 Pour une analyse du post-politique qui se manifeste par la crise des institutions politiques, de leur légitimité politique et de leur responsabilité, voir le travail de Riccardo Ciavolella (2013). Pour une analyse spatiale des travaux de Rancière et des liens entre espace, la politique et le politique, voir Mustafa Dikec (2005).

20 Lettre des « habitants du quartier de Haye Mata-Moulana (Sans fiche) Dar el Beida, Nouakchott à Monsieur le wali [gouverneur] du district de Nouakchott, sous-couvert de Monsieur le hakem [préfet] du 6e arrondissement » en date du 17 novembre 2011.

21 Ibidem

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure : Carte de Nouakchott
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2926/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure : Recensement devant une baraque en bois avant attribution d’une parcelle (kebbe El Mina)
Crédits © GRET, Nouakchott, 2003
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2926/img-2.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure  : La restructuration de la Kebbé d’El Mina
Crédits © Groupe Huit, 2003
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2926/img-3.png
Fichier image/png, 262k
Titre Figure  : Programme Twize d’habitat social
Crédits © A. Choplin, Nezaha, partie restructurée de la Kebbé d’El Mina, 2004
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2926/img-4.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig. 5 : Réunion de sensibilisation du programme Twize 
Crédits © GRET, 2006
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2926/img-5.png
Fichier image/png, 119k
Titre Fig. 6 : Carte mentale d’une jeune femme résidant dans le quartier des Sans fiche sans photo (Septembre 2008)
Légende A la question « Dessine-moi ton quartier et le centre-ville de Nouakchott », la jeune femme a dessiné à gauche les lots du quartier Sans fiche, puis a redemandé des feuilles blanches pour dessiner la route qui conduit au marché central. On devine à quel point celui-ci lui semble lointain et la méconnaissance qu’elle a de la zone qui la sépare du centre.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2926/img-6.png
Fichier image/png, 79k
Titre Fig. 7 : Le quartier des « Sans fiche sans photo »
Crédits © S. Mbaye, Janvier 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2926/img-7.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Choplin, « Les « Sans fiche sans photo » : Déplacements forcés et (non) mobilisation citoyenne à Nouakchott (Mauritanie) », L’Espace Politique [En ligne], 22 | 2014-1, mis en ligne le 17 mars 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2926 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2926

Haut de page

Auteur

Armelle Choplin

Maître de Conférences en géographie
Université Paris-Est Marne-la-Vallée, EA 3350 Analyse comparée des Pouvoirs
armelle.choplin@univ-paris-est.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org