Navigation – Plan du site

Déplacer au nom de la sauvegarde patrimoniale et du développement économique ? Analyse multiscalaire du programme de resettlement à Lalibela (Éthiopie)

Moving the people for heritage conservation and economic development. A multi-level analysis of the Lalibela (Ethiopia) resettlement program
Marie Bridonneau

Résumés

Cet article analyse un programme mis en œuvre pour déplacer quelques 700 ménages résidant autour des églises de Lalibela en Éthiopie, site inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1978. Les acteurs investis dans ce projet s’inscrivent à différentes échelles et ancrent leur action dans des pratiques à la fois nationales et globales de resettlement. Tous légitiment ce déplacement en mobilisant deux catégories principales d’arguments : la conservation patrimoniale et le développement économique. En rumeur depuis les années 1960, le resettlement de Lalibela débute réellement en 2009, à la faveur d’un accord entre la Banque mondiale et le gouvernement éthiopien pour le développement du tourisme durable en Éthiopie. Commence alors une mise en œuvre brutale et heurtée, donnant à voir des relations de pouvoir instables entre les habitants, les pouvoirs publics et ecclésiastiques éthiopiens, et les acteurs internationaux. En analysant les discours et les pratiques de ces acteurs tout au long de la construction du resettlement et des premiers temps de sa mise en œuvre, nous proposons une réflexion actuelle sur la restructuration urbaine par « destruction créatrice » dans une petite ville d’Éthiopie.

Haut de page

Texte intégral

1Les églises rupestres de Lalibela sont inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1978 (fig.1). Peuplée d’environ 17 000 habitants, Lalibela est une petite ville qui émerge et se développe au fur et à mesure de la valorisation touristique des églises. Ici comme ailleurs, le patrimoine constitue une « ressource territoriale » (Greffe, 1990).

2Depuis 2010, un programme de resettlement ambitionne le déplacement d’environ sept cents familles vivant aux alentours des églises et leur réinstallation en périphérie de la ville. Une telle réorganisation de l’espace urbain répond à la volonté concertée de plusieurs acteurs de transformer un espace jusqu’alors résidentiel et commerçant en un espace patrimonial, touristique et sacré. À travers la mise en œuvre de ce programme de déplacement contraint, on assiste à la production d’un espace urbain par un double processus de destruction et de création des espaces de la ville, une « restructuration urbaine par “destruction créatrice” » (Harvey, 2011). Les promoteurs de ce programme, inscrits à différentes échelles, ont recours à deux principaux registres de légitimité : l’impératif de sauvegarde patrimoniale et l’exigence de développement économique. La société locale, sommée de quitter les alentours des églises, fait en effet face à deux grandes catégories d’acteurs, « éthiopiens » et « internationaux ». Interviennent ainsi dans ce programme la Banque mondiale et, de manière plus subtile, l’Unesco. L’État éthiopien intervient dans ses formes centrales et décentralisées (régionale et locale), formes structurées par un parti politique très puissant, au pouvoir depuis plus de vingt ans. En outre, l’Église orthodoxe de Lalibela prend place dans ce système multiscalaire, en tant que garant de la sacralité de Lalibela mais aussi comme acteur touristique local de premier plan.

3L’espace local est produit et transformé en fonction de stratégies et d’enjeux conçus par différentes catégories d’acteurs qui s’opposent, négocient et/ou se conjuguent. À travers l’analyse multiscalaire du programme de resettlement de Lalibela, on cherchera à dépasser une approche qui mettrait en évidence les dynamiques globalisées des politiques de déplacement dans les Suds (Cernea, 1998) et effacerait les ancrages nationaux de ces pratiques, ou bien, au contraire, qui ancrerait le resettlement de Lalibela dans une perspective strictement éthiopienne, comme cela a déjà été remarquablement fait (Pankhurst, 1992 ; Dessalegn Rahmato, 2003). L’approche multiscalaire permet d’analyser la circulation des modèles et des normes mondialisés, et surtout leur transformation à l’épreuve des pratiques nationales. Aussi, il s’agit de voir comment le modèle éthiopien de resettlement évolue à la faveur des injonctions et références internationales. Cette réflexion sera guidée par la question suivante : en quoi le programme à l’œuvre à Lalibela révèle la multiscalarité des projets de déplacement forcés, aujourd’hui entrepris dans les villes des Suds au nom d’un intérêt supérieur, de sauvegarde patrimoniale et de développement ?

Fig. 1. Les églises de Lalibela, des églises dans la ville

Fig. 1. Les églises de Lalibela, des églises dans la ville

Source : M. Bridonneau

« Resettlement » ou « säfära » ? Les ancrages national et global d’un programme de déplacement forcé

4Säfära est le terme amharique utilisé par les habitants de Lalibela pour désigner le programme de déplacement et de réinstallation ici étudié. Ce même mot est convoqué pour dénommer les programmes interrégionaux de déplacement et de réinstallation entrepris par l’État éthiopien des années 1960 à aujourd’hui. Resettlement est le terme employé par la Banque mondiale pour désigner la politique de déplacement qu’elle encadre à Lalibela, à l’instar de tous les programmes de déplacement/réinstallation associés à des projets qu’elle cofinance. Ce terme est également utilisé par la communauté internationale pour caractériser les programmes de déplacement et de réinstallation contraints menés en Éthiopie depuis les années 1980. Le programme en cours à Lalibela renvoie ainsi à différents modèles et pratiques de gestion du territoire. Dans la formulation et la mise en œuvre de ce programme, on identifie aussi bien les caractéristiques d’un modèle global de resettlement que les pratiques récurrentes de l’État éthiopien en matière de transfert autoritaire de population (Bridonneau, 2013).

Le resettlement, une pratique éthiopienne de gestion territoriale

  • 1 Le Derg est le nom donné au régime de dictature d’inspiration communiste qui gouverna l’Éthiopie de (...)

5Au début du XXIe siècle, de nombreux programmes de resettlement sont organisés par les pouvoirs publics en Éthiopie. Ils sont justifiés par les risques de sécheresse et de famine, mais aussi par la mise en œuvre de projets de développement (Pankhurst, Piguet, 2009) et de restructuration urbaine. Au-delà de cette actualité, les déplacements de population ont une histoire nationale en Éthiopie. Dès les années 1960, l’État s’est emparé de cet outil pour redistribuer le peuplement de l’Éthiopie et tirer profit des espaces les moins peuplés (Dessalegn Rahmato, 2003 ; Pankhurst, Piguet, 2009). Le resettlement était alors pensé comme un moyen de résoudre les problèmes de surpeuplement identifiés dans les hautes terres rurales septentrionales et de tirer profit des terres « libres », méridionales et basses. En outre, cette réorganisation contrainte du peuplement était envisagée comme le « remède à tous les maux » : la famine, l’accès à la terre, la production agricole insuffisante, le chômage urbain, etc. (Pankhurst, Piguet, 2009). Sous le Derg1, les programmes se multiplièrent. La phase d’urgence mise en œuvre en réponse à la famine de 1984 constitua un véritable saut quantitatif dans l’histoire éthiopienne du resettlement. Plus d’un demi million de personnes furent déplacées entre octobre 1984 et janvier 1986, de « manière autoritaire » (Pankhurst, Piguet, 2009). Les personnes déplacées du nord du pays vers des terres estimées plus fertiles dans l’ouest et le sud du pays parcouraient plusieurs centaines de kilomètres pour gagner les zones de réinstallation. Dessalegn Rahmato (2003) analyse ces programmes comme une « tragédie » : il dénonce les méthodes autoritaires et injustes employées par l’État. Cependant, de nombreuses personnes déplacées envisagèrent leur réinstallation comme une opportunité donnée par le gouvernement d’échapper à la famine et de commencer une nouvelle vie (Pankhurst, 1992).

6La chute du Derg ne signifia pas la fin des programmes de réorganisation du peuplement. Au pouvoir depuis 1991, le gouvernement de l’EPRDF (Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front) s’employa à dénoncer les programmes des années 1980 restés très impopulaires dans les mémoires éthiopiennes. Parallèlement, des programmes de resettlement furent mis en œuvre au début des années 2000 afin de faire face à la résurgence du risque de famine. Le gouvernement fut alors soucieux de marquer ses distances avec les pratiques du Derg. Le déplacement et la réinstallation de plus de 600 000 personnes entre 2003 et 2007 auraient par conséquent été organisés sur des bases nouvelles : de la coercition, on serait passé au volontariat. En outre, afin d’éviter les conflits entre communautés réinstallées et communautés hôtes, les programmes des années 2000 s’organisent à l’échelle réduite de chaque État régional, et sous la responsabilité de ce dernier (Planel, 2007 ; Pankhurst, 2009). Force est cependant de constater que cette évolution n’empêche pas les conflits. En effet, il apparaît que ces derniers sont davantage liés à l’usage des ressources (terres de pâturage, accès aux points d’eau, etc.) qu’à des différences culturelles (Pankhurst, 2009).

7Parallèlement, d’autres formes de resettlement encadrés par l’État ont cours dans le pays. En effet, dans le contexte des « Development-Induced Displacements » (De Wet, 2006), le resettlement correspond au processus de déplacement et de réinstallation des populations entravant la mise en œuvre d’un projet de développement. Ici, le transfert de population n’est pas un objectif en soi mais une condition du développement. En Éthiopie comme ailleurs, ces programmes sont surtout liés à la construction d’infrastructures telles que des routes et des barrages, à la mise en œuvre de projets agricoles, à la création de parcs nationaux ou au développement urbain (Pankhurst, Piguet, 2009). Ainsi, à Addis Abeba, les opérations de rénovation urbaine transforment le peuplement des quartiers centraux : des tours se dressent, de plus en plus nombreuses, en lieu et place d’une ville anciennement basse, dense et socialement mixte. Les secteurs anciens sont rasés, les citadins sont déplacés et réinstallés dans les périphéries de la capitale. Plusieurs recherches mettent alors en évidence l’appauvrissement subi par les populations évincées : perdant une localisation privilégiée dans le système urbain, la relégation confronte les citadins à des coûts de transport prohibitifs (Gebre Yntiso, 2008 ; Abebe Gezahegn, 2010, Habtamu Atalaw, 2011). En outre, les réseaux sociaux dans lesquels ils s’insèrent, à travers l’appartenance à des associations de solidarité funéraire, d’épargne, ou encore à une paroisse, sont mis à mal : cette perte sociale contribue à l’appauvrissement social des habitants déplacés. L’enthousiasme des autorités et de l’opinion publique face aux projets de modernisation urbaine (construction d’un réseau routier, d’écoles, d’hôtels, de condominiums, de centres commerciaux ou de banques) s’oppose ainsi à la spirale d’appauvrissement dans laquelle seraient entraînés des citadins déplacés toujours plus nombreux (Gebre Yntiso, 2008).

8Si ces déplacements urbains ne sont pas sans rappeler des processus analysés dans de nombreuses métropoles du Sud (Navez-Bouchanine, 2004 ; Berry-Chikhaoui, 2007 ; Dupont, 2010, par exemple), ils mobilisent également l’État éthiopien et sa manière de « déplacer les gens » (Pankhurst, Piguet, 2009). Le resettlement en Éthiopie est un outil de gestion territoriale qui traverse les régimes et participe à structurer des relations de domination entre l’État et les citoyens. Si l’État soutient que les paysans resettled sont aujourd’hui « volontaires », il apparaît que, dans les faits, les acteurs publics multiplient les techniques d’exercice du pouvoir en ayant tour à tour recours à la séduction, à la menace ou à la contrainte. La prise de décision de chaque paysan est en effet largement conditionnée par les pressions politiques et sociales qu’il subit, émanant des représentants de l’État mais aussi de la famille, de la communauté locale (Pankhurst, 2009).

9Des années 1980 aux années 2000, l’État (l’État central puis les États régionaux) a toujours été l’acteur premier des programmes de resettlement. Il prend la décision de déplacer des personnes à l’intérieur du territoire national. Ces décisions peuvent cependant répondre à des pressions, des injonctions et des sollicitations émises par des acteurs extérieurs, notamment lorsque sont en jeu des sites patrimoniaux reconnus à l’échelle internationale.

Sauvegarde patrimoniale et développement économique : des impératifs globalisés pour légitimer le déplacement

10Au nom de la conservation d’un patrimoine ou de sa valorisation touristique internationale, de nombreux individus sont contraints au déplacement : hors d’un espace naturel, en vue de sa sanctuarisation et de sa mise en vente touristique ; à distance d’un front de mer, pour permettre la construction d’infrastructures touristiques (Cazes, Courade, 2004). Loin de concourir à la production d’un espace juste et de réconciliation, la mise en patrimoine recèle contradictions et conflits (Garnier, Castrillo Romon, 2013), mais aussi exclusion. Les objectifs assignés aux politiques patrimoniales consistent souvent en des changements paysagers, mais aussi en des transformations sociales et économiques. Il y a une logique politique et sociale derrière chaque patrimonialisation, quel que soit l’espace local dans lequel elle est mise en œuvre. Si des patrimoines ont d’abord été identifiés et mobilisés pour soutenir la construction des identités nationales en Europe (Chastel, 1997), la sélection patrimoniale s’opère désormais dans n’importe quel contexte territorial (Choay, 1992 ; Sinou, 2001 ; Gravari-Barbas, Guichard-Anguis, 2003). La Convention pour la protection du patrimoine mondial, adoptée par l’Unesco en 1972, a ouvert une course à la labellisation et, par conséquent, à l’uniformisation des politiques patrimoniales. L’Unesco construit progressivement un archipel patrimonial mondial à prétention universelle. Dans ce contexte, l’organisation émet des injonctions et guide la gestion des sites classés, favorisant ainsi une gestion commune à tous les sites du Patrimoine mondial (Unesco, 2011). La promotion de zones de protection aussi larges que possibles autour des sites correspond à l’idée persistante que les activités humaines constituent un danger pour la conservation. Le déplacement de population peut alors être envisagé comme l’outil d’une meilleure valorisation du patrimoine.

11Les programmes de déplacement mis en œuvre dans le cadre de politiques patrimoniales peuvent alors être associés aux déplacements contraints générés par tout projet de développement entraînant une modification dans l’utilisation du sol. Le patrimoine constitue en effet une ressource territoriale (Greffe, 1990) mobilisable dans une perspective de développement. Les processus de resettlement sont souvent appréhendés comme des « effets pervers du développement » (Cernea, 2003). Ces programmes interrogent en effet la notion même de développement puisqu’en son nom, des personnes sont déplacées de force, déracinées, marginalisées et appauvries (Cernea, 1998b). En effet, les conséquences du déplacement et de la réinstallation sur les populations varient et peuvent conduire à un appauvrissement durable (Cernea, 1998). Désireux de dépasser le constat de l’injustice que représente cet effet du développement pour les personnes déplacées, des analyses en sciences sociales, auxquelles s’associent de plus en plus les acteurs du développement, recherchent au contraire la possibilité pour un resettlement d’être « réussi » (Cernea, 1998 ; De Wet, 2006). Bien plus que de minimiser le traumatisme des personnes déplacées en leur permettant d’avoir accès aux mêmes revenus qu’avant leur départ, de plus en plus d’acteurs, à l’instar de la Banque mondiale, questionnent la possibilité de faire du resettlement un outil de développement et un moyen de diffuser de bonnes pratiques. Dans le document Involuntary Resettlement Sourcebook (World Bank, 2004), la Banque mondiale livre un véritable modèle de resettlement. Il y est question de « bonnes pratiques » à mettre en œuvre afin d’améliorer, ou a minima, de restaurer les revenus et les conditions de vie.

12Le resettlement conduit à Lalibela s’inscrit dans un double contexte : celui d’une pratique éthiopienne de gestion territoriale et celui de la diffusion de normes et de modèles de patrimonialisation et de développement véhiculés par des organisations internationales. Ce contexte multiscalaire s’est mis en place tout au long de l’élaboration du programme.

Détruire la ville au nom de la sauvegarde patrimoniale et du tourisme ? Une ambition portée par un jeu d’acteurs multiscalaire

13Les sites du Patrimoine mondial, à la fois fascinants et de plus en plus accessibles pour un public en quête de « hauts lieux » culturels (Bourdeau, Gravari-Barbas, Robinson, 2012), font l’objet d’une valorisation touristique croissante. En outre, la valeur dite « universelle » d’un site labellisé par l’Unesco attire en son sein de nombreux acteurs internationaux du patrimoine. Depuis plusieurs décennies, une nébuleuse d’acteurs du patrimoine a ainsi pris position à propos de l’habitat et de l’habiter à proximité des églises. C’est dans le cadre d’un dialogue avec les acteurs internationaux, ou plus précisément dans celui d’une interprétation nationale des recommandations et injonctions émises par les acteurs internationaux, que les acteurs publics éthiopiens ont progressivement légitimé le resettlement de Lalibela.

Formuler un projet de resettlement (1966 – 2010) : la pression des acteurs internationaux

14Si le resettlement de Lalibela n’est pas un programme unique et original mais au contraire un projet qui participe d’une double circulation, celle d’un modèle national de gestion des territoires et celle d’un modèle global de gestion des conséquences malheureuses du développement, il n’est de la même manière pas un événement qui se réalise à un moment aléatoire. En effet, la prise de décision relative à un tel projet revêt souvent un « caractère éminemment processuel, mouvant, incertain… » (Navez-Bouchanine, 2004). À Lalibela, les habitants entendent et véhiculent les rumeurs d’un réaménagement inévitable autour des églises depuis les années 1960. À plusieurs reprises, ils ont expérimenté les balbutiements d’un projet qui ne semble aboutir qu’à la fin de la décennie 2000, à la saisie de l’opportunité offerte par la mise en œuvre du projet financé par la Banque mondiale, l’Ethiopian Sustainable Tourism Development Project (ESTDP).

15À la fin des années 1960, la rumeur du déguerpissement des habitants établis dans les quartiers environnant les églises est probablement apparue avec l’installation à Lalibela de Sandro Angelini. Cet architecte italien était chargé par l’International Fund for Monuments d’une mission de conservation des églises. En 1966, il écrivait ainsi dans un rapport que « the presence of people who are lived in the houses around the churches for many generations and who, because of the necessities of daily life, have light fires, consumed water, and so on, has contributed to the damage in certain parts of the monolithic structure » (Angelini, 1966). Parallèlement, l’architecte appréciait les maisons rondes à toit de chaume environnant les églises. S’il voulait conserver ces « tukul » et une certaine forme de vie autour du site rupestre, c’était en établissant dans ces maisons des artisans qui pourraient vendre leur production aux touristes. Dans le plan de conservation qu’il proposa en 1970, la présence des maisons à toit de tôle fut proscrite à proximité des églises.

16À partir de 1978, l’Unesco devient la pierre angulaire des politiques patrimoniales entreprises à Lalibela. Dans les textes relatifs à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial, les « vestiges étendus d’habitat traditionnel » situés « à côté des onze églises » sont classés au même titre que les édifices rupestres (Icomos, 1978). Si l’Unesco intervient peu dans le financement des travaux de conservation, en revanche elle surveille, valide, avertit et coopère avec les autres acteurs, internationaux comme éthiopiens. Dans les années 1990, l’Unesco envisage ainsi de coopérer, à Lalibela, avec les autorités éthiopiennes du patrimoine, l’Union européenne et l’État finlandais. Le Ministère des Affaires étrangères finlandais fut chargé de la « réhabilitation environnementale » de la ville. Le « resettlement of a number of families from the historic site » fut alors envisagé (FDRE, RoF, 1995). Bien que le projet s’arrêta de manière prématurée, un processus de resettlement fut bien enclenché, conduisant à l’éviction de quelques dizaines de personnes.

17Quelques années plus tard, à l’occasion de la réunion annuelle du Comité du patrimoine mondial, le rapport d’une mission d’expertise réalisée à Lalibela fut présenté (Unesco, 2007). Le document fait allusion au souhait du patriarche de l’Église Orthodoxe tewahedo d’Éthiopie de déplacer les habitants vivant à proximité des églises de Lalibela. Le rapport évoque ici un problème important puisque « the traditional village of which a small part is within the church property is part of the World Heritage site  » mais aussi parce que la « population locale » doit être « the main beneficiary from the conservation and development of Lalibela » (Unesco, 2007). Parallèlement, en annexe de ce rapport figure un projet de Conservation Action Plan proposé par le Centre du patrimoine mondial de l’Unesco. D’après ce document, « today’s urban development in Lalibela endangers the integrity of the archaeological site; […] new housing areas are located in the vicinity of the churches within the site’s buffer zone » (Unesco, 2007). La distorsion entre le souci du village et le rejet de l'urbain révèle les contradictions des positionnements de l’Unesco. Il est difficile de percevoir où, du point de vue de ses experts, commence la ville et s’arrête le village, c’est-à-dire où commence ce qui met en danger le site et s’arrête ce qui doit être sauvegardé. En outre, l’allusion à une « zone tampon » est abusive puisqu’il est bien rappelé quelques pages plus loin qu’il n’existe pas de plan de gestion du site, et que les autorités éthiopiennes sont invitées à définir les limites du site et de sa zone tampon (Unesco, 2007). Enfin, en 2010, le Comité « se déclare préoccupé par l'empiètement urbain incontrôlé qui menace le bien et prie instamment l'État partie de faire cesser cet empiètement » (Unesco, 2010).

18À l’instar de la patrimonialisation d’un centre urbain ancien (Semmoud, 2005), celle des églises de Lalibela et de leurs alentours s’accompagne d’un projet d’exclusion, et donc de sélection sociale. Ici, il n’est pas tant question de gentrification que de sélection de certains moments et de certaines manières d’habiter le patrimoine. Des habitants de Lalibela, on conserverait leur pratique religieuse des églises, particulièrement visible lors des grandes célébrations du calendrier religieux. Les fêtes de Noël ou de l’Épiphanie sont des moments privilégiés de mise en scène d’un « patrimoine vivant » très attractif dans une perspective touristique. Le projet serait ainsi celui de l’élimination concrète de l’habiter profane et de la pauvreté aux alentours des églises. Cependant, de Sandro Angelini à aujourd’hui, l’éviction des habitants a toujours d’abord été présentée comme un moyen de sauvegarder le site et de le mettre en valeur. Avec beaucoup de prudence, l’Unesco condamne la densification urbaine autour des églises et laisse à d’autres acteurs le soin de formuler un projet de déguerpissement. Ainsi, le resettlement entrepris par les pouvoirs publics éthiopiens peut être lu comme une réponse à la déclaration de l’Unesco contre « l’empiètement urbain ».

Préparer le resettlement : le rôle de l’État éthiopien

19Il est difficile de retracer le positionnement des acteurs éthiopiens face au resettlement. Les organisations internationales, à l’instar de l’Unesco ou de la Banque mondiale, produisent des discours largement diffusés, via internet notamment, s’appuyant sur une « rhétorique internationale », rédigés par des « experts » pour d’autres « experts » (Rist, 2002). À l’inverse, le discours des autorités éthiopiennes est beaucoup moins visible. Le propos tend à se transformer et se déformer au gré des contextes. Le discours patrimonial éthiopien s’insère dans les cadres fournis par les acteurs internationaux. Considérons plutôt les politiques localement mises en place pour circonscrire le positionnement des acteurs publics et ecclésiastiques éthiopiens face au resettlement.

20Entre 1984 et 1987, un mur a été érigé afin de marquer les limites d’un « Church compound ». À l’intérieur du périmètre délimité par ce mur, les autorités locales interdisent aux résidents d’agrandir leur maison. En outre, ces habitants ne sont pas censés avoir accès aux services municipaux tels que le raccordement électrique. En raison de la prescription du gel de cet espace, tous les travaux réalisés par les résidents sur leurs parcelles sont considérés comme illégaux. Dans les années 1990, le premier master plan de Lalibela fait du Church compound et des quartiers qui lui sont contigus des « zones préservées ». Les réglementations appliquées à l’intérieur du périmètre emmuré dans les années 1980, puis « préservé » par le master plan à la fin des années 1990, vont dans le sens d’une asphyxie progressive du quartier. Le gel de ces quartiers entraîne une insalubrité croissante et la dégradation des paysages. Ces évolutions contribueront par la suite à justifier le resettlement. Le procédé est classique dans les stratégies de déguerpissement affectant les centres anciens de nombreuses grandes villes du Sud (Spire et alii, à paraître) et du Nord. Comme cela a par exemple été observé en France (Coing, 1966 ; Simon, 1994), l’insalubrité devient un argument utilisé par les pouvoirs publics pour justifier une opération de rénovation urbaine. Dans un contexte national où le resettlement est une réponse privilégiée aux problèmes territoriaux et dans un contexte local où le resettlement est en projet depuis les années 1960, le pourrissement des espaces entourant les églises peut être envisagé comme les prémices du programme.

  • 2 SOPOVA J., « Roha, la merveilleuse », in Le Courrier de l’Unesco, 2008, n°8, p. 5-6

21Dans les années 2000, le resettlement est explicitement voulu par les pouvoirs publics locaux et régionaux, et plus précisément par les autorités en charge du tourisme et du patrimoine. En 2008, le chef du Bureau de la Culture et du Tourisme de Lalibela déclare dans Le Courrier de l’Unesco que son « principal souci […] est la population pauvre qui vit sur le site et le détériore. Il est impératif de délocaliser le plus rapidement possible ces 270 familles, estime-t-il »2. L’éviction des habitants est également encouragée par les autorités ecclésiastiques. Au total, au cours de ces cinq dernières décennies, aucun discours énoncé par les acteurs internationaux du patrimoine ni par les acteurs publics et religieux éthiopiens contre le resettlement n’a été relevé. Tout au plus, l’Unesco maintint une position ambiguë. En 2009, l’arrivée de la Banque mondiale offre l’opportunité de mettre en œuvre ce projet.

Déclencher le resettlement : l’intervention de la Banque mondiale

22Depuis, 2009, la Banque mondiale est présente à Lalibela via un projet de développement durable du tourisme pour lequel elle a accordé un prêt de 35 millions de dollars à l’État éthiopien. L’objectif affiché est de contribuer à l’amélioration des produits et services touristiques dans les destinations cibles de Lalibela, Aksum et Addis Abeba (World Bank, 2009). L’éclaircissement des alentours du site et le resettlement associé sont envisagés comme un « ajustement » nécessaire pour « maximize Lalibela’s potential as a tourism-based economic center  » (World Bank, 2009). On est ici en présence d’un de ces projets de développement qui ont pour but de « réduire la pauvreté » et qui entraînent des déplacements forcés de population (Cernea, 2003).

23Le texte de projet de l’ESTDP précise que « the Government of Ethiopia will finance the cost of resettlement compensation in Lalibela. The Federal Government has committed to making a budget of US$ 1.50 million available for that purpose; and the Amhara Region may also contribute if necessary » (World Bank, 2009). S’il est envisagé que le prêt de la Banque serve à soutenir le processus de resettlement, les compensations doivent en revanche être exclusivement versées par le gouvernement, conformément à ce que prévoit l’Operational Policy 4.12 relative à l’Involuntary Resettlement (World Bank, 2001). L’État « emprunteur » accepte ainsi de se conformer au modèle de resettlement de la Banque mondiale, fixé par l’OP 4.12.

  • 3 Le Resettlement Policy Framework est un texte que doit préparer l’emprunteur en amont de la signatu (...)

24La Banque mondiale envisage le resettlement de Lalibela sous divers angles. D’une part, elle intègre formellement ce programme à l’ESTDP : « it has been decided that the households living in the core zone of the Lalibela church site […] will be relocated » (World Bank, 2009). D’autre part, la Banque se veut attentive au risque que comporte le projet. Le resettlement doit être entrepris « in a way that preserves the special status of Lalibela as a living World Heritage pilgrimage site so as not to weaken its tourism attractiveness  » (World Bank, 2009). Il est ainsi indiqué que le processus comporte des dangers, que le traumatisme imposé aux habitants doit être minimisé. Dès juin 2009, on affirme que « the affected communities are being consulted and informed » (World Bank, 2009). La Banque mondiale pointe aussi le risque d’une mauvaise gestion par les autorités locales de Lalibela, notamment en ce qui concerne la distribution équitable et transparente des compensations. Cette méfiance à l’égard des autorités locales s’accompagne de mesures de prévention : « A RPF3 has been developed in the process of project preparation; and a Resettlement Action Plan will be prepared prior to the relocation of people. It has also been agreed that a Resettlement Specialist will be placed […] in the Lalibela Mayor’s office to ensure that the process is properly handled throughout ». Les principales mesures de précaution proposées par la Banque sont des règles d’encadrement des autorités locales, éditées dans une perspective globale. Elles participent à un souci de diffusion de « bonnes pratiques », c’est-à-dire à la codification des objectifs de développement (Navez-Bouchanine, 2007). Cependant, des incohérences apparaissent dès 2009. Édité sous l’autorité du Ministère de la Culture et du Tourisme, le RPF prévoit le déplacement et la réinstallation des 258 ménages vivant dans le Church compound (Wubshet Berhanu, 2009). Or, le texte de projet de l’ESTDP n’envisage le départ que d’environ la moitié de ces 258 ménages vivant autour des églises (World Bank, 2009). La Banque mondiale minimise ainsi l’ampleur du processus de déplacement tandis que les autorités éthiopiennes envisageront, en 2011, le déplacement de 700 ménages.

25Malgré cela, la Banque mondiale entérine, avec l’État éthiopien, la nécessité du resettlement et les modalités de sa réalisation. Alors que dans la longue genèse du projet, les légitimations étaient d’ordre patrimonial, le resettlement est désormais envisagé dans une perspective de développement économique. Il est présenté comme une composante d’un projet de développement qui profitera à l’ensemble de la communauté locale. En construction depuis plusieurs décennies, le resettlement se concrétise donc à la faveur d’une rencontre entre les autorités éthiopiennes, depuis longtemps demandeuses d’un tel programme, et une organisation internationale dont les préceptes et les règles permettent d’envisager le déplacement de population comme une politique acceptable, voire positive, dans une perspective de développement. Du fait de cette rencontre circonstancielle, les autres acteurs internationaux n’apparaissent presque pas. Ainsi, l’Unesco n’a fait aucune déclaration officielle contre le resettlement entre 2009 et 2010. En 2009, la Banque mondiale entend donc mettre en œuvre à Lalibela son modèle, en accord avec les autorités éthiopiennes. 

  • 4 Tous les extraits d’entretien sont ici traduits de l’amharique ou de l’anglais.

26En outre, le consensus qui rassemble tous les acteurs publics et ecclésiastiques éthiopiens depuis plusieurs décennies se retrouve bien dans la mise en œuvre du programme, débutée en 2009. Ainsi, le coordinateur de la gestion des sites au sein de l’Autorité fédérale pour la conservation du patrimoine culturel éthiopien évoque explicitement le programme de resettlement. Il met en avant les mauvaises conditions sanitaires qui affectent les résidents installés autour des églises. Au cours d’un entretien, il commente des photographies du Church Compound : « Tu vois, les gens urinent partout4 ». Selon lui, ce réaménagement est nécessaire pour la sauvegarde du patrimoine mais aussi pour le développement du tourisme et afin que les gens puissent vivre « proprement ». Toujours en juillet 2009, le premier coordinateur national de l’ESTDP, nous présente le projet et les interventions prévues à Lalibela : « il faut que la destination soit présentable, propre ».

27L’objectif ici affiché est exclusivement le renforcement de l’attractivité touristique. Au niveau des autorités locales, les mêmes arguments sont mobilisés. En juillet 2009, le chef du Bureau de la Culture et du Tourisme de Lalibela se félicite du budget exceptionnel alloué par l’État régional amhara pour le développement urbain de Lalibela et surtout de la part qui doit être utilisée pour financer le resettlement. Selon lui, il s’agit d’une opportunité de nettoyer le site, d’en faire un espace attractif pour les touristes. Le clerc à la tête de l’administration ecclésiastique de Lalibela confirme :

« L’endroit est surpeuplé, ce n’est pas bien pour les habitants. […] Ce sera mieux pour les touristes. […] Pour la religion, ce n’est pas bien que les gens restent là : les gens ne doivent pas vivre autour des églises ».

28Tout est finalement prétexte au resettlement. À Lalibela, comme dans d’autres villes,

« la modernisation, la mise à la norme, l’image d’une “belle ville” font au demeurant plus que justifier les grandes reconfigurations foncières et/ou immobilières […] : elles déterminent des alliances objectives entre divers types de “pouvoirs” - technique, politique, financier…- pour contenir, réduire ou éliminer ces “stigmates” que constituent, aux yeux des acteurs publics et des couches aisées, les quartiers précaires, l’habitat “insalubre” ou dégradé » (Navez-Bouchanine, 2004).

29L’ensemble des acteurs convergent ici pour favoriser la mise en œuvre d’un programme qui libérera un site sacré, patrimonial et touristique de ses scories urbaines.

30Le jeu d’acteurs observé à travers le prisme des discours relatifs au resettlement, en amont des premières phases de déguerpissement, met en évidence deux échelles principales : une échelle internationale établie par la Banque mondiale et une échelle éthiopienne à laquelle participent les acteurs publics et l’Église. L’échelle éthiopienne, composite, rassemble des échelons de gouvernement local, régional et central et des acteurs ecclésiastiques. Elle est structurée par son positionnement unanimement favorable au resettlement. L’idée contemporaine de resettlement et sa concrétisation récente révèlent donc un système d’acteurs qui repose sur une articulation entre des acteurs internationaux porteurs de normes et de modèles globaux, et une pluralité d’acteurs éthiopiens. Ce n’est cependant que dans le temps de la mise en œuvre que peuvent être envisagés les rapports de force qui existent et qui se recomposent entre les différents acteurs. C’est aussi à ce moment que la ville est détruite et reconstruite, que la production de l’espace se fait rapide et brutale.

La mise en œuvre du resettlement : révéler des relations de pouvoir

31Entre 2009 et 2011, la mise en œuvre des premières étapes de l’opération de resettlement ont été l’occasion d’interroger les pratiques éthiopiennes du pouvoir dans un contexte contemporain marqué par la pénétration des acteurs de la mondialisation. Au cœur de ces pratiques, les « social and political interaction and behavior are guided by an elaborate set of norms and rules, which establish socio-political order on the basis of a rigid system of deference and sanction » (Tronvoll, Vaughan, 2003). Le resettlement permet de questionner la hiérarchie et l’autoritarisme qui organisent les rapports sociaux et dominent la vie politique en Éthiopie, de se demander si l’intervention des acteurs internationaux et le corpus de normes et de modèles qui l’accompagne remettent en cause ces pratiques du politique.

32Contrairement à ce qui avait été annoncé dans les textes du projet, la mise en œuvre a débuté dès le printemps 2009, c’est-à-dire avant que les activités de l’ESTDP ne commencent à Lalibela, en février 2010. Les autorités régionales ont, dès 2009, alloué des fonds à la Lalibela Town Administration afin de mettre en œuvre le resettlement. Ce budget a rapidement été utilisé par les autorités locales, avant même qu’un plan de réinstallation n’ait été préparé. On a ainsi pu croire, jusqu’à l’automne 2010, que les autorités éthiopiennes s’affranchissaient en partie des règles imposées par la Banque mondiale, puisqu’elles déplacèrent des habitants sans respecter l’O.P. 4.12 dans son intégralité. Cependant, la suspension du versement des subsides de l’ESTDP en novembre 2010 révéla une toute autre réalité : l’exercice par la Banque mondiale d’un pouvoir de contrainte sur les autorités éthiopiennes. Retracer la chronologie heurtée du resettlement entre 2009 et 2011 renseigne ainsi sur les rapports de force qui s’élaborent et se recomposent parmi les acteurs portant le projet mais aussi entre acteurs et citadins. Présentons d’abord brièvement la société locale affectée par le programme.

Une société locale fragile, hétérogène et organisée

33Le resettlement affecte une petite société locale particulièrement pieuse et pauvre. Le RAP souligne la fragilité des populations soumises au déplacement forcé. Le document interprète par exemple la proportion importante de femmes qui ont le statut de chefs de ménage comme un signe de vulnérabilité de la population de ces quartiers (Wub Consult, 2011). Nos enquêtes nous conduisent à davantage envisager la diversité sociale dans les alentours des églises. Sur la centaine d’entretiens réalisés auprès d’individus devant faire l’expérience du resettlement, une dizaine de familles riches se distingue. Ces dernières disposent d’un important capital immobilier et se trouvent à la tête d’un commerce relativement prospère. À l’autre extrémité du spectre social, de nombreux ménages vivent des revenus d’une petite terre agricole qu’ils possèdent dans les campagnes environnantes et/ou d’une très modeste activité commerciale. Certains, les plus âgés ou les invalides, survivent grâce à l’aide de leurs voisins et de leur famille. Beaucoup de femmes subsistent en vendant, à leur domicile, des boissons alcoolisées qu’elles préparent. Elles peuvent être propriétaires ou locataires de leur maison. Enfin, un groupe intermédiaire d’habitants se distingue des deux précédents par l’accès à un revenu régulier et suffisant pour subvenir aux besoins élémentaires, et par l’absence d’un capital immobilier et d’un fonds de commerce comparable aux ménages les plus riches. Au-delà de cette diversité sociale, il existe une manière d’habiter ensemble les quartiers, qui passe notamment par l’appartenance à des associations. Selon le RAP, 94% des ménages devant être déplacés appartiennent à une association de solidarité funéraire (Wub Consult, 2011). Derrière l’insalubrité apparente des quartiers, les habitants affectés constituent un groupe socialement hétérogène et structuré par des associations de quartiers, mais aussi par le souci de vivre au centre et au plus près des églises.

Mai 2009 : les locataires de logement qebelé quittent brutalement le quartier du Mikael gebbi

34En mai 2009, les habitants des logements qebelé, c’est-à-dire des logements publics, loués à très bas pris et destinés aux ménages les plus modestes, du quartier du Mikael gebbi ont été réinstallés dans de nouveaux logements sociaux situés en périphérie de Lalibela, à Menahriya (fig. 2). Ils n’ont reçu aucune autre forme d’indemnisation que le relogement. À l’automne 2010, certains reviennent sur le moment de leur départ. Une femme d’une trentaine d’années qui, jusqu’à son éviction, vendait de la bière artisanale chez elle, ainsi que des oignons et des pommes de terre au marché, expliqua :

  • 5 En Éthiopie, le qebelé est à la fois l’unité administrative locale et une structure d’encadrement p (...)

« Nous avons été les premiers à quitter nos maisons parce que nous n’avons rien. Nous n’avons pas d’argent, nous sommes pauvres […]. Le Maire et le chef du Bureau de la Culture et du Tourisme nous ont forcés à partir [...]. À ce moment-là, nous n’étions pas prêts. Ils sont venus avec le qebelé5. Ils nous ont dit de partir et nous avons perdu nos affaires parce que nous devions nous dépêcher. Nous avons cassé les verres, les photographies ».

35Elle évoque trois représentants des autorités locales qui sont intervenus ensemble pour les forcer à quitter leurs domiciles. Les représentants du « qebelé » sont les gestionnaires des logements et connaissent ces habitants qu’ils encadrent, administrativement et politiquement, au quotidien. La présence du Maire révèle que le resettlement est une question de politique publique à l’échelle de la ville. L’intervention du chef du Bureau de la Culture et du Tourisme rappelle qu’il s’agit d’un projet de sauvegarde patrimoniale et de valorisation touristique. À l’instar de cette femme, les habitants qui ne possèdent pas de maison sont déplacés dans l’urgence, avec brutalité. Leur brusque départ rend visible le pouvoir extrêmement étendu des autorités locales sur les populations (Tronvoll, Vaughan, 2003). Les autorités utilisent alors le temps comme un outil politique. En imposant un déplacement dans l’urgence, elles ne laissent pas aux personnes le temps d’organiser leur départ, de se préparer à la réinstallation.

36C’est avant la signature, en juin 2009, de l’accord entre la Banque mondiale et le gouvernement éthiopien que les autorités locales prennent l’initiative de démarrer le déplacement des résidents du Mikael gebbi, au printemps 2009. L’ESTDP étant en préparation, les autorités locales ont identifié un « bon moment » pour enclencher le processus. Ainsi, tandis que les autorités fédérales s’acquittaient des procédures imposées par la Banque mondiale en amont de tout resettlement, les autorités locales déplaçaient et réinstallaient des habitants sous l’impulsion de l’État régional. En mai 2009, au moment même où le consultant Wubshet Berhanu transmettait le RPF au Ministère de la Culture et du Tourisme, des ménages étaient déplacés. Ces deux temporalités parallèles, nationale et internationale d’un côté, locale et régionale de l’autre, continuèrent à coexister dans les mois suivant cette toute première étape.

Fig. 2. Espaces de départ et espaces d’arrivée du resettlement débuté en 2009

Fig. 2. Espaces de départ et espaces d’arrivée du resettlement débuté en 2009

Janvier – avril 2010 : les propriétaires du Mikael gebbi détruisent leur maison

37Dans le Mikael gebbi, les premiers mois de l’année 2010 sont ceux de la démolition (fig. 3). En janvier 2010, des propriétaires détruisent en effet eux-mêmes leurs maisons. En contrepartie de leur éviction forcée, ils ont obtenu des parcelles à Kurakur (fig. 2), assorties d’une indemnité en numéraire. En février, une femme très âgée, veuve et sans enfant raconte qu’elle a déjà construit sa maison dans la zone de réinstallation. Elle est en train d’abattre les murs de sa maison et explique qu’elle veut récupérer des matériaux pour construire ses latrines dans la zone de réinstallation. Elle vit seule et se demande comment elle va transporter ces matériaux jusqu’à Kurakur, à environ 4 km de là. Elle rapporte également que les autorités du qebelé ont exigé la destruction des maisons dans la semaine, sans quoi ils viendraient avec des bulldozers. À l’usage autoritaire du temps et de l’urgence s’ajoute ici la violence liée à la démolition. En effet, on peut envisager « qu’il y a dans tout acte de démolition une logique d’invisibilisation, de dévalorisation, d’expropriation symbolique, voire de négation des populations […] habitant les édifices et les espaces concernés » (Veschambre, 2008). Ce programme mis en œuvre dans une petite ville d’Éthiopie fait, une nouvelle fois, écho à d’autres processus de rénovation urbaine. Il met en évidence la violence et la domination que subissent les habitants soumis au déplacement et à la démolition. Quelques mois plus tard, des individus déplacés racontent que le Mikael gebbi est plus « beau » et plus « propre » sans leurs vieilles maisons. En revanche, ceux dont l’ancienne maison, patrimonialisée, a été restaurée, expriment une fierté certaine, bien qu’ils n’aient plus accès à leur ancien domicile. Ils sont ainsi quelques-uns à avoir échappé au « déni de mémoire » (Veschambre, 2008) que génère la démolition.

38En avril 2010, quelques maisons sont toujours en cours de destruction. Certaines des familles les plus riches et les plus puissantes du Mikael gebbi s’opposèrent en effet plusieurs mois au resettlement. Cependant, un jour de mars, les autorités sont venues détruire des dernières maisons. Provoquer l’urgence et la précipitation, confronter les habitants à la violence de la démolition sont des outils mobilisés par les autorités locales à l’égard de tous les résidents, même les plus riches. Les maisons vides sauvegardées font immédiatement l’objet d’un travail de conservation (fig. 3). Le Bureau local de la Culture et du Tourisme se charge ainsi de refaire les toits de chaume mais aussi de cadenasser les maisons. On assiste ainsi à la rapide reconstruction patrimoniale de l’espace démoli.

Fig. 3. Le Mikael gebbi, 2009-2010 : de destructions en reconstructions

Fig. 3. Le Mikael gebbi, 2009-2010 : de destructions en reconstructions

Source : M. Bridonneau

Février 2010 - 2011 : la Banque mondiale bouleverse la mise en œuvre du resettlement

39En dépit de l’étalement des départs et des destructions sur quelques mois, les habitants du Mikael gebbi étaient tous partis avant que la Banque mondiale n’ait validé, en septembre 2011, le RAP préparé par l’agence Wub Consult. Les urbanistes de ce bureau d’études sont également ceux qui ont préparé pour l’État régional amhara la révision du master plan de Lalibela (2010). À la tête de Wub Consult se trouve Wubshet Berhanu, ingénieur et docteur en urbanisme. Ce dernier est très intégré dans les agences publiques urbaines en Éthiopie. Il a en effet été General City Manager d’Addis Abeba, a assuré des fonctions d’enseignement à l’Université d’Addis Abeba, tout en poursuivant ses activités de consultant au sein du bureau d’études qu’il possède et dirige. Ayant réalisé le premier master plan de Lalibela dans les années 1990, Wub Consult a remporté ces dernières années les différents appels d’offre lancés pour la préparation de documents de planification urbaine à Lalibela. À l’instar des autres acteurs du resettlement, Wubshet Berhanu rappelle dans la préface du RAP que la sauvegarde patrimoniale et la dimension sacrée des environs des églises nécessitent le resettlement, malgré la souffrance occasionnée aux populations déplacées (Wub Consult, 2011). Afin de préparer la réinstallation des résidents du Church compound - pas plus de 300 ménages selon l’ensemble des sources datées de cette période - l’ESTDP a parallèlement recruté un « resettlement specialist », Zelalem Fanta. Ce dernier arrive dans la petite ville en février 2010.

40En juin 2010, sous l’autorité du Ministère de la Culture et du Tourisme, les experts de l’ESTDP présentent les Terms of Reference du RAP et précisent que « the Lalibela Town Administration with the support from the Amhara National Regional State Administration has conducted the relocation of about 98 households from the church compound. As this intervention is initiated independently by the town administration, the resettlement activity is neither informed nor guided by the RPF and of course not by a RAP either ». Malgré cette mise à distance du resettlement du Mikael gebbi par l’ESTDP et donc par le gouvernement fédéral, le document prévoit que les 98 ménages déjà déplacés bénéficient du plan de restauration des moyens d’existence qui sera contenu dans le RAP (MoCT, ESTDP, 2010). Début août 2010, le gestionnaire de la Municipalité de la Lalibela Town administration, qui vient d’entrer en poste, admet que le resettlement du Mikael gebbi était une erreur. Afin de poursuivre le déplacement des habitants des autres quartiers environnant les églises, il affirme qu’on portera désormais une plus grande attention aux habitants affectés. Les experts de l’ESTDP lui auraient ainsi bien expliqué que sans cela, le projet de la Banque mondiale à Lalibela s’arrêterait. Le 16 août 2010, l’équipe de Wubshet Berhanu arrive à Lalibela pour lancer des enquêtes auprès des habitants, enquêtes préalables à la réalisation du RAP. Les questionnaires sont préparés à l’avance et destinés à établir un profil socio-économique des individus à déplacer. Le 18 août, les consultants et l’équipe de l’ESTDP de Lalibela organisent une réunion avec les habitants et les autorités locales. Lors de cette réunion, certains résidents se sont vivement plaints et ont affirmé leur détermination à ne pas subir le même sort que les habitants du Mikael gebbi. Ils rappelèrent leur attachement aux églises, au centre-ville et à leurs associations. Les consultants les assurèrent que leurs plaintes et doléances seraient prises en considération. Les réunions organisées par les « acteurs intermédiaires » et le lancement des enquêtes socio-économiques constituèrent un nouveau moment de remise en cause de la gestion du resettlement par les autorités locales.

41Quelques mois plus tard, en novembre 2010, la hiérarchie entre les différents acteurs apparut très clairement, dans sa dimension la plus descendante, de l’international au local : « on November 16th 2010, due to the resettlement of 145 households in 2009/2010 in Lalibela, prior to the completion of a RAP, a partial suspension of project activities and disbursement of Bank funds was put in place » (World Bank, 2011). À compter de ce moment, le débloquement des subsides dépend de la proposition d’un RAP par le Ministère de la Culture et du Tourisme à la Banque mondiale. À partir de l’automne 2010, la domination de la Banque mondiale sur l’État éthiopien est flagrante. En utilisant son levier financier, l’organisation internationale contraint l’État éthiopien. Quelques jours après la venue à Lalibela de plusieurs responsables de la Banque mondiale, Zelalem Fanta explique ainsi :

« Je suis très optimiste car maintenant le chef du gouvernement régional et le Ministre de la Culture et du Tourisme prennent cette affaire au sérieux. Le gouvernement local ne peut plus faire ce qu’il veut ».

42Certains habitants confirmèrent cette redéfinition des rapports de force en relatant les réunions publiques auxquelles ils avaient participé. Moges est un habitant d’une quarantaine d’années qui habite le quartier d’Adi Shadey. Il loue une maison qebelé et est responsable de l’association de solidarité funéraire de son quartier. Après plusieurs années à servir en tant que soldat, il est revenu à Lalibela et est employé comme gardien dans un hôtel. Il ne soutient pas le parti au pouvoir. En tant que responsable associatif d’un quartier environnant les églises, il est régulièrement convié à des réunions organisées en vue de la mise en œuvre de politiques patrimoniales. Lors des réunions organisées en octobre 2010 par l’équipe de l’ESTDP Moges a été choisi par les gens de son quartier pour les représenter. En effet, les règles de la Banque mondiale exigent la désignation de représentants des personnes affectées, chargés de relayer les plaintes des habitants pendant la préparation du RAP. Il décrit ainsi la réunion d’information destinée aux habitants du qebelé 01, à laquelle il a participé quelques jours avant notre rencontre :

  • 6 Bahir Dar est la capitale de l’État régional amhara.

« Il y avait un comité de personnes venues d’Addis Abeba et de Bahir Dar6. Durant la réunion, les gens du comité nous ont promis de sélectionner l’espace [de réinstallation] que nous désirions. Deux d’entre eux étaient des Blancs. Ils nous ont montré le plan. […]. Mais la Town Administration nous oblige à partir […]. Les deux étrangers vont aller voir le Premier ministre et ils lui feront un rapport. Nous les attendrons. Ils sont de la Banque mondiale. Le Maire, lui, a refusé l’idée des habitants. Il voulait prendre l’argent de la Banque mondiale et le distribuer lui-même. Les habitants ont refusé cette idée et veulent que ce soit les étrangers qui donnent l’argent aux habitants. Nous voulons les terres près de la gare des bus mais le Maire veut attribuer cette terre aux investisseurs parce qu’il aurait à y gagner […]. La Town Administration, ils pensent uniquement aux investissements : ils ne prennent pas en compte le fait que les gens sont les gardiens des églises ».

43Moges met ici en évidence une recomposition des rapports de force par rapport à la situation analysée pendant l’évacuation du Mikael gebbi. À son instar, de nombreux habitants sont alors persuadés que cette recomposition du jeu d’acteurs leur sera favorable. Moges se représente très positivement le rôle de la Banque mondiale, comme celui d’une institution étrangère qui est capable de traiter directement avec les plus hautes autorités éthiopiennes. Enfin, il est intéressant de réaliser que Moges se représente la polymorphie de l’État et du gouvernement : il distingue les autorités régionales et fédérales, coopérant avec la Banque mondiale et les autorités locales, incarnées par la personne du Maire qui agissent contre le bien des habitants. Rappelons ici qu’il a déjà été montré, notamment dans le cadre d’enquêtes menées auprès de populations rurales que, non seulement, celles-ci assimilaient l’État au gouvernement mais aussi au parti, et que cette entité de pouvoir était incarnée par tous ses agents (officiels locaux, leaders des qebelé, cadres du parti, etc.) (Lefort, 2007). Moges, familier des réunions publiques qui rassemblent différentes échelles d’acteurs, se démarque de ces représentations rurales. En revanche, comme cela a déjà été analysé au sein de processus de déplacements contraints dans les villes des Suds, les citadins de Lalibela « font avec l’obligation de partir et la destruction de leur quartier » (Berry-Chikhaoui, 2007). Les revendications et les négociations portent sur la parcelle de relocalisation, le montant des indemnités mais presque jamais sur le maintien à proximité des églises.

44Les autorités locales apparaissent fragilisées par la venue d’experts de la Banque mondiale qui les contredisent et font des promesses aux habitants. L’intervention du bailleur de fonds, des consultants et des experts de l’ESTDP perturbe, au moins momentanément, les relations entre les autorités locales et leurs administrés. Les mois qui suivirent ces réunions furent consacrés à la préparation du RAP. Dans le document présentant le RAP, les consultants rendent compte de la démarche : « the study involved intensive consultation and interaction with the staff of the ESTDP, […], different offices of the Lalibela Municipal administration […], St. Lalibela Churches administration, would-be displaced persons in different sites » (Wub Consult, 2011). Le rapport illustre d’ailleurs les réunions publiques qui ont été organisées en photographie.

45La chronologie heurtée des premières étapes du resettlement de Lalibela révèle des recompositions dans le système d’acteurs. Jusqu’en 2010, la mise en œuvre du programme de Lalibela nous rappelle que le resettlement est en Éthiopie une pratique publique d’aménagement de l’espace et de gestion autoritaire des populations. Sa mise en œuvre met en visibilité la hiérarchie qui soumet les individus au gouvernement. Cependant, à partir de 2010, l’intervention d’une échelle internationale, la Banque mondiale, semble perturber cette relation, imposant à travers le modèle de resettlement qu’elle véhicule, d’autres manières de déplacer les gens. Portés par de nombreux acteurs intermédiaires (consultants et experts), les préceptes de la Banque mondiale semblent pénétrer l’espace local de Lalibela et complexifier les représentations du pouvoir parmi certains acteurs locaux et habitants. Alors, au cœur de ce processus, les habitants déplacés ou à déplacer, subissent, s’adaptent, négocient, c’est-à-dire « font avec » (De Certeau, 1990 [1980]) le programme de resettlement.

Conclusion

46La mise en œuvre du resettlement sous l’égide de deux échelles d’acteurs, l’échelle de la puissance publique éthiopienne et celle des acteurs internationaux, met en évidence une dynamique de l’Éthiopie contemporaine, ou plus précisément de certains espaces de l’Éthiopie contemporaine, dans lesquels se rencontrent le « poids de l’État » (Gallais, 1989) et le « poids de la mondialisation ». La relation entre ces deux échelles peut être illustrée par une innovation terminologique. Lors des réunions d’information proposées aux habitants, les experts de l’ESTDP ont présenté le programme non pas comme un « säfära » mais comme une opération visant à « déplacer des gens pour améliorer leur vie ». Les habitants continuent cependant à utiliser le terme de säfära et ne comprennent pas la formule « déplacer des gens pour améliorer leur vie » lorsqu’on la leur soumet. En revanche, cette innovation révèle bien la volonté des acteurs internationaux et des acteurs intermédiaires de renouveler les représentations sur le resettlement en Éthiopie et de les rapprocher d’un modèle global de « bon » resettlement, outil du développement.

47Surtout, dans ce processus de destruction de vieux quartiers résidentiels et de constructions dissociées d’un espace patrimonial et touristique au plus près des églises et de nouveaux espaces résidentiels en périphérie, on voit se réaliser le processus de « destruction créatrice » (Harvey, 2011) qui caractérise une urbanisation globale aujourd’hui à l’œuvre depuis les grandes métropoles internationales jusqu’aux plus petites villes patrimoniales d’Afrique. Ainsi, au-delà des légitimations de conservation patrimoniale et de développement économique, les déplacements contraints répondent au souci « d’un usage supérieur et optimal » (Harvey, 2011) de l’espace.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ABEBE GEZAHEGN, 2010, Re-settlement of Slum Dwellers in Contemporary Addis Ababa: The Perspectives of Relocated Households, Sarrebruck, VDM Verlag

ANGELINI, 1966, Lalibela Churches Preliminary Report on Restoration, soumis à l’International Fund for Monuments, Bergame

BERRY-CHIKHAOUI, 2007, « Les citadins face aux enjeux de l’internationalisation de la ville. Casablanca et Marseille : où est le Nord, où est le Sud ? », Autrepart, n°41, pp. 149-163

BOURDEAU, L., GRAVARI-BARBAS, M., ROBINSON, M., 2012, Tourisme et patrimoine mondial, Québec, Presses de l'Université Laval

BRIDONNEAU, M., 2013, Lalibela, une petite ville d’Éthiopie amarrée au monde – Analyse des recompositions spatiales, sociales et politiques dans une petite ville patrimoniale, sacrée et touristique, Thèse de doctorat, Nanterre, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

CAZES G., COURADE G., 2004, « Les masques du tourisme », Tiers Monde, vol. 45, n°178, pp. 247-268

CERNEA, M., 1998, Déplacement forcé et réinstallation de populations : recherche, politiques d’intervention et planification, in Cernea M. (dir.), La dimension humaine dans les projets de développement – les variables sociologiques et culturelles, Paris, Karthala, pp. 207-235

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CERNEA, M., 2003, « Pour une nouvelle économie de la réinstallation : critique sociologique du principe de compensation », Revue internationale des sciences sociales, vol. 1, n° 175, Pp. 39-48
DOI : 10.3917/riss.175.0039

CHASTEL, A., 1997, La notion de patrimoine, in Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire. Vol.1, Paris, Gallimard, pp. 1433-1469

CHOAY, F., 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil

COING, H., 1966, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions ouvrières

DE CERTEAU, M., 1990 [1980], L’invention du quotidien, I. arts de faire, Paris, Gallimard

DESSALEGN RAHMATO, 2003, Resettlement in Ethiopia – The Tragedy of Population Relocation in the 1980s, Addis Abeba, Forum for Social Studies

DE WET, C. (dir.), 2006, Development-Induced Displacement – Problems, Policies and People, New York, Oxford, Berghan Books

DUPONT, V., 2010, « Création de nomades urbains et appauvrissement. Impact des politiques d’éradication des camps de squatters à Delhi », Revue Tiers Monde, n° 201, pp. 25-45

FDRE, ROF (FEDERAL DEMOCRATIC REPUBLIC OF ETHIOPIA, REPUBLIC OF FINLAND), 1995, Environmental Rehabilitation and Upgrading of Historic Sites in Lalibela, Ethiopia – Project Document 1994 – 1997, Addis Abeba

GALLAIS, J., 1989, Une géographie politique de l’Éthiopie – le poids de l’État, Paris, Economica, Fondation Liberté Sans Frontières

GARNIER, J.-P., CASTRILLO ROMON, M., 2013, « Aléas de la patrimonialisation urbaine », Espaces et Sociétés, n°152-153, pp. 7-17

GEBRE YNTISO, 2008, « Urban Development and Displacement in Addis Ababa: The Impact of Resettlement Projects on Low-Income Households », Eastern African Social Science Review, vol. 24, n°2

GRAVARI-BARBAS, M., GUICHARD-ANGUIS, S. (dir.), 2003, Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne

HABTAMU ATELAW, 2011, The Livelihoods Of Displaced People In Addis Ababa: The Case Of People Relocated From Arat Kilo Area, master thesis, Addis Ababa, AAU

GREFFE, X., 1990, La valeur économique du patrimoine : la demande et l’offre de monuments, Paris, Economica

HARVEY, D., 2011, Le capitalisme contre le droit à la ville – Néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Éditions Amsterdam

ICOMOS, 1978, Évaluation des organisations consultatives, Paris

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LEFORT, R., 2007, « Power – Mengist – and Peasants in Rural Ethiopia: the May 2005 elections », Journal of Modern African Studies, vol. 45, n° 2, pp. 253-273
DOI : 10.1017/S0022278X07002534

NAVEZ-BOUCHANINE, F., 2004, L’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales, Mauritanie – Maroc – Algérie – Liban, synthèse des résultats, Programme de Recherche Urbaine pour le Développement

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

NAVEZ-BOUCHANINE, F., 2007, « Le développement urbain durable : « best practice » ou leurre méthodologique », Espaces et sociétés, n° 131, pp. 101-116
DOI : 10.3917/esp.131.0101

PANKHURST, A., 1992, Resettlement and Famine in Ethiopia: the Villagers’ Experience, Manchester, Manchester University Press

PANKHURST, A., 2009, Revisiting Resettlement under Two Regimes in Ethiopia – The 2000s Programme Reviewed in the Light of the 1980s Experience, in Pankhurst A., Piguet F. (dir.), Moving People in Ethiopia – Development, Displacement & The State, Woodbridge - Suffolk, Rochester - New York, James Currey, pp. 138-179

PANKHURST, A., PIGUET, F. (dir.), 2009, Moving People in Ethiopia – Development, Displacement & The State, Woodbridge - Suffolk, Rochester - New York, James Currey

PLANEL, S., 2007, « Densité, pauvreté et politique. Une approche du surpeuplement rural en Éthiopie », Annales de géographie, n° 656, pp. 418-439

RIST G., 2002, Le prix des mots, in Rist G. (dir.), Les mots du pouvoir, sens et non-sens de la rhétorique internationale, Paris, Genève, Presses Universitaires de France, Nouveaux Cahiers de l’IUED, pp. 9-23

SEMMOUD, N., 2005, Valorisation patrimoniale et changement social : un pléonasme ?, in Gravari-Barbas M. (dir.), Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu, Rennes, PUR

SIMON P., 1994, La société partagée - Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation - Belleville, Paris 20e, Thèse de doctorat, Paris, EHESS

SINOU, A., 2001, Dispositifs et enjeux de la mondialisation du patrimoine bâti, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Paris, Université Paris 8

SPIRE, A. et alii, [à paraître], Localisation forcée en ville : l’injustice spatiale et les politiques de déguerpissement en Afrique, in Gervais-Lambony P. et alii (dir.), La Justice spatiale et la ville, regards du Sud, Paris, Karthala 

TRONVOLL, K., VAUGHAN S., 2003, The Culture of Power in Contemporary Ethiopian Political Life, Stockholm, Sida Studies n°10

UNESCO, CONVENTION CONCERNING THE PROTECTION OF THE WORLD CULTURAL AND NATURAL HERITAGE, 2001, Periodic Reporting Exercise on the Application of the World Heritage Convention in Africa – Form 2: Rock Hewn Churches of Lalibela, Ethiopia

UNESCO, COMITE DU PATRIMOINE MONDIAL, 2007, Rapport de mission, Églises creusées dans le roc de Lalibela (Éthiopie) (C 18), 7-12 mars 2007, Paris

UNESCO, CENTRE DU PATRIMOINE MONDIAL, 2010, Décision – 34COM 7B.44 – Églises creusées dans le roc de Lalibela (Éthiopie) (C18)

UNESCO, COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE MONDIAL, CULTUREL ET NATUREL, CENTRE DU PATRIMOINE MONDIAL, 2011, Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial, Paris

VESCHAMBRE, V., 2008, Traces et mémoires urbaines – Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, PUR

WORLD BANK, 2001, Operational Policy 4.12. – Involuntary Resettlement, Washington

WORLD BANK, 2004, Involuntary Resettlement Sourcebook – Planning and Implementation in Development Projects, Washington

WORLD BANK, 2009, Project Appraisal Document on a Proposed Credit in the Amount of SDR 23.6 Million to the Federal Democratic Republic of Ethiopia for an Ethiopia Sustainable Tourism Development Project

WORLD BANK, 2011, Project Performance Assessment Report - Ethiopia Productive Safety Net Project

WUB CONSULT, 2011, Resettlement Action Plan for Lalibela Town – Ethiopian Sustainable Tourism Development Project, Addis Abeba

WUBSHET BERHANU, 2009, Ethiopian Sustainable Tourism Development Project: Resettlement Policy Framework, Addis Ababa

Haut de page

Notes

1 Le Derg est le nom donné au régime de dictature d’inspiration communiste qui gouverna l’Éthiopie de 1974 à 1991.

2 SOPOVA J., « Roha, la merveilleuse », in Le Courrier de l’Unesco, 2008, n°8, p. 5-6

3 Le Resettlement Policy Framework est un texte que doit préparer l’emprunteur en amont de la signature de l’accord entre la Banque mondiale et l’emprunteur. Il s’agit d’un document présentant le programme de resettlement et sa conformité avec les règles de la Banque (World Bank, 2001 : 8).

4 Tous les extraits d’entretien sont ici traduits de l’amharique ou de l’anglais.

5 En Éthiopie, le qebelé est à la fois l’unité administrative locale et une structure d’encadrement politique mobilisée par le pouvoir.

6 Bahir Dar est la capitale de l’État régional amhara.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les églises de Lalibela, des églises dans la ville
Crédits Source : M. Bridonneau
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2941/img-1.png
Fichier image/png, 344k
Titre Fig. 2. Espaces de départ et espaces d’arrivée du resettlement débuté en 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2941/img-2.png
Fichier image/png, 502k
Titre Fig. 3. Le Mikael gebbi, 2009-2010 : de destructions en reconstructions
Crédits Source : M. Bridonneau
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2941/img-3.png
Fichier image/png, 487k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Bridonneau, « Déplacer au nom de la sauvegarde patrimoniale et du développement économique ? Analyse multiscalaire du programme de resettlement à Lalibela (Éthiopie) », L’Espace Politique [En ligne], 22 | 2014-1, mis en ligne le 17 mars 2014, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/2941 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2941

Haut de page

Auteur

Marie Bridonneau

Docteure en géographie
PRAG à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense
bridonneaumarie@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org