Navigation – Plan du site

Le rêve carioca : entre planification urbaine et déplacements forcés de population

The Carioca Dream: between Urban Planning and Forced Population Displacements
Justine Ninnin

Résumés

Cet article analyse différents exemples de déplacements forcés touchant majoritairement les catégories les plus pauvres à Rio de Janeiro, à l’approche de la Coupe du monde de football de 2014 et des Jeux Olympiques de 2016. Si d’une part le processus d’éviction est organisé par la municipalité à travers différents ressorts des politiques publiques (protection de l’environnement, mobilité urbaine, revitalisation urbaine et équipements sportifs), on observe un processus d’éviction « invisible » lié à la sécurisation et l’embourgeoisement de certaines favelas. Les défenseurs des droits humains ont les yeux tournés sur la ville et les mouvements de résistance se développent. A une échelle plus globale, les nouvelles logiques et stratégies urbaines amèneraient à une redéfinition de l’organisation socio-spatiale repoussant sans cesse la pauvreté vers la périphérie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On compte actuellement près de 1000 favelas à Rio de Janeiro accueillant 1,5 millions de la populat (...)

1Projetée sur le devant de la scène par une transformation urbaine impressionnante, la ville de Rio de Janeiro cherche à devenir une plateforme internationale. Accueil de méga-événements comme la Coupe du monde de football en 2014 et les Jeux olympiques en 2016, pacification et réhabilitation des favelas, grands travaux de rénovation urbaine, cette mégalopole n'est pas à l'abri de processus de déplacements d'une partie de sa population. Qu'il s'agisse d'expulsions organisées par les pouvoirs publics ou de mobilités contraintes par une modification du coût de la vie, plusieurs quartiers, en majorité ceux ayant un foncier contesté, les favelas1, abritant une part de la population à faibles revenus, sont affectés par ces mouvements. La population touchée par ces processus d'éviction n'est cependant pas homogène, souvent stigmatisée comme lieux de pauvretés endémiques, les favelas sont hétérogènes, dans leur architecture, dans leur équipement en infrastructures et services ainsi que dans leur population qui mélange différents profils économique et social. Une partie de la population a pu s'émanciper et s'intégrer dans les logiques du marché formant en quelque sorte une bourgeoisie locale. Pendant près d'un siècle, les pouvoirs publics ont affirmé leur dessein d'éradication des favelas de Rio de Janeiro.

  • 2 Les cortiços existent depuis le milieu du XIXème siècle. Il s'agit de vieilles maisons du centre-vi (...)
  • 3 La municipalité de Rio de Janeiro est divisée en 4 zones : la zone sud, la zone ouest, la zone nord (...)
  • 4 Par exemple les programmes : Favela Bairro , Minha Casa Minha Vida, Morar Carioca etc.

2Dès la fin du XIXème siècle, face à la croissance rapide et désordonnée de la ville, de grandes réformes urbaines se mettent en place, mêlant la nécessité de réorganiser la ville et de l'embellir pour donner à Rio de Janeiro un air de ville moderne et cosmopolite ; s’organise alors une reconquête du centre-ville convoité en raison de la proximité du port. Par ailleurs, le discours hygiéniste et la naissance d’une réflexion autour du danger sanitaire et politique que représentent les populations marginalisées prône l'éradication des taudis du centre-ville : les cortiços2. Le gouvernement Pereira Passos (1902 à 1906) a déplacé plus de 20 000 personnes au total (Soares Gonçalves, 2010). Ce processus conduit à une densification des constructions spontanées sur les collines de la ville et dans la périphérie. La division socio-spatiale de Rio de Janeiro est alors de plus en plus claire, avec un centre-ville dédié aux affaires, des périphéries proches, notamment dans la zone sud, réservées aux plus aisés, et enfin les collines et faubourgs aux plus pauvres. En 1920, une campagne radicale contre les favelas est menée, perçue comme inesthétiques, insalubres et menaçantes pour la « tranquillité » du reste de la ville. Sous le régime développementaliste de l'Estado Novo qui débute en 1937, les premiers parcs prolétaires apparaissent comme une solution pour le relogement d’une partie des habitants de favelas. À partir de 1962, Carlos Lacerda, gouverneur de l'État de Guanabara, annonce la suppression définitive des favelas. Il met en place des projets de grands ensembles et de relogement massif des habitants : 42 000 relogés entre 1962 et 1965 (IDEG, 1968). Le régime militaire qui débute en 1964 poursuit le processus d'expulsion s'accompagnant de la construction de nombreux logements ouvriers (139 218 relogés entre 1962 et 1974) (Soares Gonçalves, 2010). En programmant ces expulsions, on constate une volonté de valorisation de la zone sud3 de Rio de Janeiro qui possède le plus fort potentiel immobilier et économique ; les populations marginalisées sont reléguées vers la périphérie où sont majoritairement construits les grands ensembles. C'est seulement à partir de la fin des années 1970 que la politique de relogements massifs prend fin et que des projets d’aménagement internes aux favelas s’élaborent. La nouvelle constitution de l'État de Rio de Janeiro adoptée en 1989 proclame le droit au logement comme droit fondamental. Le déplacement est prévu seulement dans le cas où les conditions physiques du territoire pourraient engendrer un risque pour les habitants et le relogement devra se faire à proximité du domicile d'origine ou du lieu de travail. À partir des années 1990, plusieurs projets de rénovation dans les favelas apparaissent4 accompagnant de reformes plus globales afin que Rio de Janeiro s’affirme comme une métropole productive et compétitive. Le processus le plus innovant dans la réorganisation de la ville de Rio de Janeiro est celui de la pacification qui débute en 2008. L'objectif étant de reprendre le contrôle des territoires où les groupes criminels armés ont imposé leurs pouvoirs et d'y installer des Unités de Police Pacificatrice (UPP) puis des programmes sociaux. Actuellement on compte une trentaine d’UPP à Rio de Janeiro, principalement dans la zone sud. Face à ces nouvelles politiques le quadrillage urbain de Rio de Janeiro change.

  • 5 Travaux de recherche à Rio de Janeiro dans le cadre d’un doctorat sur une période 8 mois débutant e (...)

3Ce texte propose une lecture des initiatives de rénovation urbaine portées par la municipalité de Rio de Janeiro qui engendrent un processus d’expropriation, soit une procédure de dépossession d'un citoyen de son bien contre une compensation financière proposée par les pouvoirs publics, bien que la preuve de propriété ne soit pas systématiquement apportée. Ce sujet connait actuellement à Rio de Janeiro une surmédiatisation et une politisation des mouvements. Ainsi, cet article se base d’une part sur la lecture d'articles extraits de la presse nationale et locale, sur les données de blogs communautaires et associatifs, et d’autre part sur des travaux académiques concernant la planification urbaine et les politiques publiques liées. Notons toutefois le manque fréquent d’objectivité des sources en raison d’une mobilisation fortement politisée traditionnellement des partis de gauche autour de la défense du droit à la ville. De plus, les études de l’urbain en sciences sociales au Brésil possèdent une empreinte marxiste. Ainsi, nous chercherons à nous appuyer sur des données quantitatives et pour une partie des thèmes abordés, sur des données obtenues au moyen d'observations directes dans certaines favelas5. Nous chercherons à travers cet article à retracer des opérations de déplacement de populations qui ont eu lieu dans le cadre des récentes politiques urbaines basées sur les ressorts de l'environnement, la sécurité et la compétitivité internationale, optant alors pour une analyse plus globale des tensions en jeux et des logiques de réorganisation socio-spatiale à partir d’exemples locaux. Nous étudierons d'une part les processus d'éviction organisés par les pouvoirs publics afin de mettre l'espace urbain en conformité avec les exigences de l'accueil des événements sportifs internationaux. D'autre part, nous nous intéresserons aux processus d'éviction non ordonnés par la municipalité découlant de manière sous-jacente des politiques urbaines.

Déplacements de population organisés par les pouvoirs publics

  • 6 Morar Seguro est un programme de l'État de Rio de Janeiro qui aide les populations situées dans des (...)

4Proclamée en 1989, la constitution de l'Etat de Rio de Janeiro réglemente la politique urbaine de la ville. Les pouvoirs publics prônent le développement des fonctions sociales de la ville en vue de garantir et d'améliorer la qualité de vie de ses habitants (art. 229) et la participation populaire à la planification urbaine (art. 231). « l'État et les municipalités assureront urbanisation, régularisation foncière et titularisation des zones de favelas et de population à faible revenu, sans expulsion des habitants, à moins que les conditions physiques de la zone imposent un risque à la vie de ses habitants » (art.234). Le déplacement d'habitants peut également être prévu dans le cadre de projet de réhabilitation des zones populaires ou de projets d'intérêt public ayant pour objectif l'amélioration des conditions d'habitation (Décret n°34522 de la municipalité de Rio, 2011). Lors des expropriations, les fonctionnaires apposent sur les murs des maisons un sigle : SMH (Secretariat Municipal d'Habitation) suivi d'un numéro. Lorsque que le déplacement de populations est nécessaire, les pouvoirs publics s'engagent à proposer différentes solutions aux habitants. La municipalité peut entre autres, proposer un nouveau logement dans la même localité dans la mesure du possible ou indemniser le bien pour les propriétaires. La valeur d'indemnisation varie de 25000 R$ à 77000 R$ (décret n°34522, 2011). Le programme Morar Seguro6 prévoit le versement d'un « loyer social » qui est une aide temporaire aux familles déplacées (400 R$). Pour finir, la population doit pouvoir participer aux différentes étapes du processus de déplacement. Si d'apparence le cadre des expulsions de population semble fortement réglementé et limité, ces pratiques ne sont pas isolées. Nous présenterons, dans cette partie, différents exemples de déplacement de populations des favelas, tout d'abord dans le cadre de la politique environnementale, puis dans un contexte de planification urbaine liée à l'accueil des méga-événements, et nous évoquerons les mobilisations contre ces expropriations.

Mesures de protection de l’environnement.

  • 7 L'Observatoire de Favela est une organisation de la société civile d'intérêt public (OSCIP) dédiée (...)

5L'aménagement du territoire s'ancre dans une conception durable du développement urbain comme le montre le nouveau « plan directeur de développement urbain soutenable de la municipalité de Rio de Janeiro » entré en vigueur en février 2011 qui prévoit une réglementation de l'utilisation et de l'occupation des sols dans un objectif de protection de l'environnement. Notons toutefois qu’il s’agit plus de mesures ponctuelles que d’une véritable politique de l’environnement structurée, ayant une visée globale. En 2009, la municipalité exposait son projet de construction d'un mur écologique encerclant 13 favelas dont 11 dans la zone sud. Cette « éco-limite » vise à protéger l'environnement en empêchant l'expansion de certaines favelas. Selon l'Observatoire de Favela7, le projet prévoyait 15 kilomètres de murs et la suppression de 550 maisons (Observatório de Favela, 29/04/2009). La favela de Santa Marta située dans la zone sud, pacifiée depuis 2008 (cf. carte 1), est concernée, or, l'Institut Municipal d’Urbanisme Pereira Passos (IPP) n'a pas enregistré d'expansion territoriale dans cette zone entre 1998 et 2008 : au contraire, cette favela aurait diminué d'environ 1 %. Par ailleurs 69,7% des zones bâties à une altitude supérieure à 100 m sont occupées par des classes moyennes supérieures, les favelas recouvrent minoritairement ces espaces de protection environnementale (IPP, mai 2009). Dans la favela de Rocinha (cf. carte 1), située également dans la zone sud, le mur devait atteindre plus de 3 kilomètres de long, la construction du mur prévoyait l'expulsion de plus de 400 familles indemnisées ou relogées dans le quartier (Zahar, 2009). Les représentants de la favela et la mairie de Rio sont finalement parvenus à un accord remplaçant le mur par des sentiers écologiques, des parcs de loisirs, des pistes pour les vélos alternant avec des murets de 90 centimètres, cette solution pourrait s’étendre à d'autres favelas. Plus que d'éco-limite, certains parlent de socio-limite accentuant la séparation entre la favela et le reste de la ville et serait en quelque sorte une initiative de discrimination géographique. Selon Rafael Soares Gonçalves, la notion de risque environnemental – utilisée de plus en plus ces dernières années –, contribue à une représentation négative des favelas et participerait en quelque sorte à la légitimation des discours pro-éradication (Soares Gonçalves & Lima Felix Neto, 2012). Cette notion serait manipulée par les lobbys de l'immobilier, dénonçant régulièrement les habitants des favelas comme coupables de la dégradation environnementale plus que comme victimes d'une urbanisation inégale et d'un marché immobilier en crise.

  • 8 Créée en 1992, la fondation GEO-Rio, est un organe du Secrétariat Municipal des Travaux de la Mairi (...)

6En avril 2010, les fortes pluies qui ont provoqué un grand nombre de morts et de lourds désastres matériels, ont marqué l'opinion publique concernant la question des zones à risque. Dans le journal o Globo du 9 avril 2010, la destruction de favelas est fortement remise à l'ordre du jour : « la tragédie de 2010 doit être le point de départ pour une politique de déplacements des résidents des zones à risque et des petites favelas, qui peuvent encore être éradiquées ». Selon Rafael Soares Gonçalves, il s'agit d'une déresponsabilisation des autorités publiques, qui cherchent à convaincre l'opinion publique de la culpabilité des habitants des favelas dans la fragilisation de l'environnement. Le projet Morar Seguro de 2010 consacre un milliard de réais aux villes affectées par les inondations. Celles-ci s'engagent à classer les zones à risque de leur territoire en 3 catégories, représentées sur des cartes produites à cet effet, par trois couleurs: vert pour un risque faible, jaune pour un risque modéré et rouge pour un risque élevé. Les villes doivent alors prendre les mesures nécessaires pour faire disparaître les constructions situées dans les zones rouges et pour créer des logements aux habitants déplacés (décret d'État n°42046/Art 50, 13 avril 2010). La mairie prévoit la destruction de près de 200 favelas. Le nombre d'habitants déplacés représente, selon le journal O Globo du 20 mai 2012, une diminution de 2 % des espaces occupés par les favelas. Ceci entre pleinement dans le plan stratégique de la ville annoncé en 2008 qui est de les réduire de 5 % d'ici 2016. Selon la GEO-Rio8, « l'avancée de la favelisation engendre un déséquilibre des conditions géotechniques et environnementales des pentes, à travers le déboisement et le jet de terre, de déchets, d'ordures et d'eaux usées » (GEO-Rio, 12/04/2010, p. 18).

Revitalisation urbaine

  • 9 Opération Urbaine de la Zone d'Intérêt Spécial de la Région Portuaire de Rio de Janeiro, Loi munici (...)
  • 10 Minha Casa Minha vida est un programme fédéral centrer sur la construction de logements populaire a (...)

7La nouvelle dynamique économique impulsée par les grands événements de ces prochaines années s’illustre dans des projets de revitalisation urbaine. Le projet Porto Maravilha (le port merveille)9 promeut la restructuration et la requalification des espaces publics la zone portuaire située dans le centre. Visant une amélioration de la qualité de vie des habitants actuels et futurs, ce projet crée de nouvelles conditions de travail, de logement, de transport, de loisirs et de culture, dans un souci de développement soutenable environnemental et socio-économique de la région. Les premiers travaux consistent en la construction de réseaux d'eau potable et de drainage des eaux usées ainsi que la réhabilitation du Morro da Conceição et la restauration de jardins suspendus. Par ailleurs, le réaménagement d'environ 70 km de routes facilitera l'accès à cette zone. Le projet Porto Maravilha entreprend également la valorisation du patrimoine historique de la région avec des projets ayant un impact culturel comme le Musée d'Art de Rio de Janeiro (MAR) et le Musée do Amanhã (Musée de demain). Ces travaux de revitalisation nécessitent le déplacement de plusieurs familles. L'une des zones les plus touchées par les démolitions de maisons se trouve dans la favela da Providência (cf. carte 1), la plus ancienne de Rio de Janeiro. Une partie de ces maisons est située dans une zone classée à risque. Une autre partie doit « libérer » l'espace dans le cadre du projet de construction d'un plan incliné et d'un téléphérique. Les habitants seront relogés en contrebas de la favela dans des habitations construites par la mairie dans le cadre du programme Minha Casa Minha Vida10. L'idée est de rendre ce lieu attractif aux touristes du fait de la vue depuis le morne et de sa dimension historique. Au total, dans la zone portuaire, ce sont 1015 familles qui sont menacées par ces démolitions (Morro da Providência, occupation Machado de Assis et occupation Flor do Aslfalto) (Comitê Popular da Copa e Olimpíadas do Rio de Janeiro, 2011).

Mobilité urbaine

  • 11 global.org.br

8Dans ce plan de transformation urbaine de la ville de Rio, la question des mobilités et du réseau de transport est au cœur des projets : modernisation et expansion du métro, construction de couloir pour les bus, ou encore reformes de l'aéroport international. Afin de désengorger la ville d'un trafic excessif et dans le but de faciliter la mobilité lors de l'accueil de méga-événements, de nouveaux projets de voies rapides voient le jour : il s'agit des Transcarioca, Transolímpica et Transoeste. Le projet de la Transoeste a nécessité l’expropriation totale des favelas de Restinga, Vila Harmonia et Vila Recreio II situées dans le quartier de Recreio dos Bandeirantes dans la zone ouest (cf. carte 1), soit plus de 500 familles (Comitê Popular da Copa e Olimpíadas do Rio de Janeiro, 2011). C'est dans cette même zone que va se concentrer une grande partie des installations olympiques. Selon l'ONG Justiça Global11, certaines familles n'ont parfois qu'un délai de 5 jours pour quitter leur logement. Un rapport de la DHESCA (Plateforme Brésilienne de Droits humains, économiques, sociaux, culturels et environnementaux) montre que lors des interventions des policiers pour les démolitions à Restinga, les habitants avaient l'impression d'être traités comme des bandits. Ce quartier est composé d’une centaine de maison et d’une trentaine de commerces. Les équipes de démolition sont arrivées vers 20h00 et sont reparties vers 2h00 du matin, avant le paiement effectif des indemnisations. Ce même rapport donne l'exemple d'une commerçante possédant un magasin de matériaux de construction qui a reçu de la mairie une indemnisation de 60 000 R$ ne lui permettant pas de retrouver un autre logement et un local commercial dans le quartier (DHESCA, 2011). Vila Harmonia fait également partie des quartiers situés sur le tracé du projet de la voie Transoeste et est composé de 120 maisons. Les indemnisations proposées par la mairie sont là aussi bien en dessous de la valeur du marché, ce qui empêche les familles de se reloger dans le même quartier et oblige certaines d'entre elles à s'installer dans les unités d'habitations de Minha Casa Minha Vida située à 40km à Estrada do Caboclo. Ces mobilités forcées divisent les habitants : si certains ne veulent en aucun cas quitter leur maison et leur quartier d'autant plus que l'indemnisation est faible et le relogement lointain ; pour d'autres, principalement ceux vivant dans des habitats précaires, l'offre de relogement dans les unités d'habitation est intéressante. L'aménagement territorial de ces voies express (Transoeste, Transcarioca, Transolimpia) a déjà expulsé 995 familles, encore 2630 familles sont menacées et le coût des expropriations dans le cadre de la mobilité urbaine est estimé à 1 milliard de réal (Comitê Popular da Copa e Olimpíadas do Rio de Janeiro, 2011)

Installation d'équipements sportifs dans le cadre de la coupe du monde et des jeux olympiques

9Les quartiers de Barra da Ticuja et Jacarepaguá vont concentrer la majorité des infrastructures prévues pour les Jeux Olympiques de 2016. Le futur Parc Olympique de Rio comprenant le Centre International des Médias et le Centre d'entraînement des athlètes prend place sur l'hippodrome de Jacarepaguá. Le projet prévoit l'installation d'infrastructures sportives pour l'accueil de disciplines olympiques et para-olympiques. Lors du concours organisé par l'Institut des Architectes du Brésil et la mairie de Rio, Adam William et Bill Hanway d'AECOM ont présenté le projet gagnant du Parc Olympique, l'entreprise ayant déjà réalisé celui de Londres pour les Jeux de 2012. Bien que la maquette ne prévoie pas le démantèlement de la favela Vila Autódromo située à proximité des futures installations (cf. carte 1), cette favela a appris en 2009 par la presse son éradication future, l'idée étant de sécuriser les déplacements de la presse et des athlètes. L'argument des zones de risque est utilisé pour justifier le déplacement de maisons situées trop près des rives du lac. Ce quartier avait déjà été menacé de démolition en 1993, puis en 2007 en raison des Jeux Panaméricains : la mobilisation de la société civile et des habitants lui avait permis d'échapper aux destructions. La particularité de la Vila Autódromo est qu’une partie de ses habitants possèdent un document de concession réelle d'usage expédié par l'ex-gouverneur Leonel Brizola en 1998, ceci rendant plus difficiles les actions d'expulsion. En octobre 2011, le projet est présenté aux habitants du quartier par le secrétaire de l'Habitation de Rio de Janeiro (SMH) Jorge Bittar, et les maisons suivent alors la procédure de marquage du SMH sur environ 500 habitations (Comitê Popular da Copa e Olimpíadas do Rio de Janeiro, 2011). La construction d'appartements de 40 m² est prévue par le programme Minha Casa Minha Vida sur l'Estrada da Bandeirante afin de reloger les habitants dans le même quartier, Jacarepaguá. Le temps d'être relogés, les habitants recevront un « loyer social ».

10Dans le cadre des travaux d'aménagement de la zone du stade de Maracanã qui va accueillir la Coupe des Confédérations des Nations en 2013, et la Coupe du Monde de 2014, le déplacement forcé d’habitants est en cours. Prenons en premier lieu l'exemple des 700 familles de la Vila Metrô-Mangueira (située à 500 mètres du Maracanã, cf. carte 1), menacées d'expropriation en 2010. Les habitants de cette favela se voient proposer un relogement à plus de 70 km dans le quartier de Cosmo dans la zone ouest ; une première vague de 107 habitants déplacés s'est installée dans des unités d'habitations de Minha Casa Minha Vida, tandis que les autres ont résisté afin d'obtenir un relogement plus proche. Ainsi, une seconde vague de près de 250 habitants ont été relogés en 2011 dans la résidence Mangueira I, construite à coté de la favela et en 2012 les 250 familles restantes sont relogés dans les résidences Mangueira II. À quelques pas de là, une autre entité est menacée, celle de l'Aldeia Maracanã qui est occupée depuis 2006 par des Amérindiens dans le bâtiment de l'ancien musée des Indiens qui a fonctionné jusqu'en 1977, situé face à la porte 13 du Maracanã. Les autorités publiques sont assez floues quant à l'utilisation de ce terrain : parking, centre commercial de produits sportifs, annexe du secrétariat du Sport ? Ce bâtiment colonial est devenu un point de rencontre et de passage de plusieurs tribus brésiliennes ainsi qu'un lieu d'enseignement de la culture indigène. Les Indiens résistent depuis plusieurs mois aux pressions exercées par la mairie, accompagnés par une partie importante de la population carioca et étrangère (universitaires, juristes, militants de la société civile etc.).

Carte 1 : Pacification et planification urbaine à Rio de Janeiro

Carte 1 : Pacification et planification urbaine à Rio de Janeiro

Quels moyens pour lutter ?

  • 12 Cf Blog de Raquel Rodnik : raquelrolnik.wordpress.com

11Une partie de ces procédures de déplacement organisées par la municipalité ne semble pas respecter scrupuleusement la législation comme le souligne Raquel Rolnik, en tant que rapporteur spécial de l'ONU12. Les défenseurs des droits humains sont de plus en plus visibles regroupant la plupart du temps société civile et universitaire comme dans le Comité Populaire de la Coupe et des Jeux Olympiques de Rio. Ils dénoncent tout d'abord un manque d'information de la population concernant les projets d'expulsion. Les indemnisations offertes ne garantissent pas toujours l'accès à un autre bien immobilier situé dans le voisinage, notamment en raison de la spéculation foncière découlant des investissements qui se réalisent par les pouvoirs publics dans ces mêmes espaces. Les habitants ont alors l'option de relogement dans les résidences de Minha Casa Minha Vida, or, celles-ci sont le plus souvent construites dans la zone ouest parfois à plus de 40 km du lieu de vie d'origine. Par ailleurs, les délais pour quitter le domicile sont parfois extrêmement courts et certaines familles ne recevraient pas l'indemnisation avant la démolition. Enfin, certains dénoncent le non-respect de la citoyenneté au travers de l'utilisation de menaces, de pressions et parfois de moyens violents, les démolitions ayant parfois lieu en pleine nuit. De plus, les habitants de ces quartiers au foncier irrégulier semblent avoir des moyens de contestations restreints du fait que leur propriété ne soit pas légalisée. Nous voyons dans le cas contraire, comme par exemple à Vila Autódromo où les habitants possèdent des titres de propriété, que le processus d'expropriation est plus complexe et plus long. Si la participation des habitants dans les processus de décision de planification et de déplacement semble presqu'inexistante, dans quelle mesure participent-ils aux mouvements de revendication ? Les projets urbains de la municipalité afin d'aligner la ville de Rio aux normes d'accueil des événements internationaux semblent se faire dans l'urgence en mettant parfois de côté les premiers concernés : les habitants qui sont en partie composés des couches les plus pauvres de la ville.

  • 13 Le Parti socialisme et liberté a été fondé en 2004 par une scission de l'aile gauche du Parti des t (...)

12L'héritage du « rêve olympique » et des transformations urbaines de ces dernières années se trouverait dans le renforcement des mouvements sociaux de lutte pour une société plus juste et plus démocratique. On observe une forme de saturation médiatique autour du sujet des expropriations et des revendications de justice socio-spatiale ainsi que du droit à la ville et à la citoyenneté : multiplication d’articles de presse, de pétitions ou encore de groupes de soutien. On observe également une utilisation massive d’Internet pour rassembler au travers des réseaux sociaux et des blogs. On voit se développer de plus en plus de mouvements urbains de résistance, relayé par la classe politique. L’opposition frontale entre les habitants et les pouvoirs publics semblent cependant faible. En se saisissant de ces sujets surmédiatisés certains groupes politiques, comme par exemple le Psol13, se renforcent et s’attribuent une représentativité des classes populaires. En effet, les médiateurs des luttes en grande partie ne sont pas des habitants des quartiers touchés. La mobilisation demande, en effet, une capacité d’action et nécessite de partager un certain « langage politique » afin d’être entendu, or, les habitants, appartenant principalement aux classes populaires ne maîtrise pas toujours cette forme de participation politique. Par ailleurs, une partie des habitants ne souhaitent pas se mobiliser étant satisfaite des propositions de relogement du programme Minha Casa Minha Vida.

13Les fortes mobilisations se retrouvent notamment dans le quartier de Vila Autódromo composée en partie de classes moyennes qui possèdent des titres de propriété. Avec l'assistance technique de planificateurs, urbanistes, ingénieurs et chercheurs de l’Université Fédérale de Rio et de l’Université Fédérale Fluminense, la Vila Autódromo a élaboré un plan alternatif, moins onéreux, à la destruction du quartier prévoyant une urbanisation respectant les normes environnementales. Les contestataires avancent entre autres, l'argument de l'ambiguïté des justifications de la municipalité pour détruire cette favela qui oscilleraient entre l'usage des terrains pour le Parc Olympique et la nécessité de travaux de mobilité pour les lignes Transcarioca et Transolímpica. Pour les opposants, la principale motivation des expulsions serait l'intérêt immobilier pour cette zone. La mobilisation de l’Aldeia Maracanã est également un mouvement surmédiatisé depuis début 2013. Il réunit notamment une grande partie d’étrangers touristes ou habitants de Rio. L'envoi d'un bataillon de choc de la police militaire le 12 janvier 2013 a été perçu comme une tentative d'intimidation et plus globalement comme la systématisation des mesures répressives. En tant que patrimoine historique, culturel et architectural, et en tant que lieu de préservation de la communauté indigène à Rio de Janeiro, l'affaire est portée devant la Commission interaméricaine des droits de l'homme de l'Organisation des Etats d'Amériques (OEA).

14À travers ces exemples, on constate que les pratiques de déplacements forcés ne sont pas des cas isolés dans la ville de Rio de Janeiro. Au total, ce sont plus de 7 000 familles concernées par les procédures de déplacement forcé dans le cadre de la planification pour la mobilité urbaine, la revitalisation de certains quartiers, la promotion du tourisme, l'installation d'équipements sportifs ou encore en raison d'une localisation sur des zones dites à risque. Ainsi, les raisons et objectifs invoqués sont variés et il parait intéressant de les situer dans le contexte particulier d'une réorganisation socio-spatiale où le marché immobilier prend une place décisive et où les méga-événements génèrent des perspectives d'opportunités économiques. La ville de Rio de Janeiro cherche à devenir une vitrine médiatique internationale. Selon un rapport du COHRE (Centre on Housing Rights and Evictions) ces 20 dernières années l'aménagement du territoire lié à l'accueil des Jeux Olympiques dans les différentes villes a entrainé le déplacement de plus de 2 millions de personnes, principalement des populations pauvres, des sans-abris ou des minorités ethniques (COHRE, 2008). Pourtant, ces méga-événements pourraient être considérés comme une formidable opportunité pour construire un projet de ville plus inclusive. Quel modèle de ville cherche-t-on à construire ? Pour qui ? Et qui participe à la construction ? Quels sont les intérêts sous-jacents de la planification urbaine et les effets de l’expropriation sur l'organisation de l'espace social ? Si les politiques urbaines organisent une partie des déplacements de populations, des habitants se trouvent par ailleurs dans l'obligation de quitter leur lieu de vie en raison de conséquences sous-jacentes à l'aménagement du territoire, principalement la hausse du coût de la vie des quartiers ciblés par ces politiques.

Processus d’éviction non ordonné par la municipalité : conséquence et prémices du nouveau modèle urbain ?

15Selon Eduardo Pães, maire de la ville depuis 2008, réélu en 2012, Rio doit investir dans des activités économiques afin d'être intégrées dans un réseau mondial. Il prétend transformer la ville en centre décisionnel et siège de grandes entreprises. Pour cela, la mégalopole doit améliorer son réseau de communication et de transport, et devenir un centre de diffusion de la connaissance. L'utilisation de méga-événements permet de retenir l'attention mondiale : Sommet Rio+20 en 2012, Journées Mondiales de la Jeunesse et Coupe des Confédérations en 2013, Coupe du Monde en 2014, Jeux Olympiques en 2016. Les investissements dans l'aménagement urbain ont une portée symbolique et politique. La ville doit remporter plusieurs défis pour conquérir une place mondiale reconnue et la sécurité en est un. Nous nous intéresserons tout d'abord au type de mégalopole que l'on cherche à mettre en avant sur la scène internationale puis au défi de la politique publique de sécurité. Nous verrons par la suite l'impact de ces processus sur l'organisation socio-spatiale de la ville en évoquant d'une part le processus de gentrification et en avançant d'autre part l'hypothèse d'éviction des populations les plus pauvres en périphérie.

Rendre la ville compétitive pour en faire une « ville-globale »

  • 14 Entreprise immobilière Residencial et le PDG Realtypor selon le Journal Estadão du 19/10/2011

16A la fin du XXème siècle, Rio de Janeiro rentre dans une période de décadence avec une baisse des industries sans réelle grande croissance dans d’autres domaines, une chute du PIB, la prolifération de groupes criminels armés liés au narcotrafic accompagnée d’une hausse de la violence à partir des années 1980. C’est seulement depuis peu que des moyens d’une telle ampleur sont mobilisés pour revaloriser et réaffirmer la ville. Arantes et Beatriz s'intéressent à l'effet de la globalisation sur les politiques d'occupation du territoire urbain, l'objectif étant d'intégrer la métropole dans un réseau de villes international en la rendant compétitive et attractive pour les capitaux financiers internationaux. Ils parlent alors de la ville comme une « machine pour produire des richesses » (Arantes & Beatriz, 2000, p. 21). Les pouvoirs publics cherchent à donner à la mégalopole un statut de « ville globale » définie par Saskia Sassen comme une « métropole concentrant des activités financières et de services avec une forte proportion d'emplois qualifiés, placée au carrefour de migrations transnationales, segmentée par des quartiers d'affaires et plus liée aux autres villes globales qu'au reste du pays où elle est située » (Sassen, 1991). En s'inscrivant dans ces méga-événements, la ville de Rio de Janeiro prend la forme d'une « entreprise en compétition ». Ces événements chercheraient à « vendre la ville » afin d'attirer des investissements. Selon João Sette, chercheur à l'Université de São Paulo, « ce qu'il y a de plus pervers dans les méga-événements est le fait que les investissements sont faits avec l'argent public, mais que les profits sont privés. Qui gagne ? Ce sont les entreprises » (Borius, 09/07/2010, p. 6). En effet, à Rio de Janeiro, la planification urbaine parait subordonnée aux intérêts privés du marché immobilier, qui lui-même semble prendre une place significative dans la politique. Selon le Tribunal Supérieur Electoral (TSE), les plus grands donateurs des campagnes d'Eduardo Pães appartiennent au secteur de la construction et de l'immobilier. Pour la planification de la ville, on voit se développer les partenariats public-privé. Certains relogements serviraient directement l'intérêt d'entrepreneurs privés, par exemple la municipalité aurait acheté un terrain pour effectuer les résidences de Minha casa Minha vida pour reloger la population de Vila Autódromo, appartenant à une entreprise donatrice de la campagne d'Eduardo Pães en 200814. De plus, la distribution territoriale des activités olympiques favorise des zones privilégiées, en effet, Barra da Tijuca, lieu d'installation du Parc Olympique, est le principal quartier d'expansion immobilière à Rio, avec de grandes avenues et des condominiums luxueux ultra-sécurisés entourés d'un cadre naturel somptueux. Ainsi, l'aménagement de l'espace lié aux travaux de revitalisation et aux chantiers des Jeux olympiques accentue la concentration des élites dans ce secteur. On peut alors s'interroger sur le devenir des terrains réservés aux Jeux Olympiques : vont-ils être utilisés pour la mise en œuvre de projets de logements sociaux (habitations d'intérêt social) _ comme le prévoit la loi fédérale 11.124 (art.4) de 2005_ ou vont-ils être revendus au secteur privé ? On assisterait à « un transfert du patrimoine public et de biens de familles à faible revenu vers des projets du secteur économique privé » (Comitê Popular da Copa e Olimpíadas do Rio de Janeiro, 2011, p. 9). Par ailleurs, la globalisation de la ville s'accompagne de mesures radicales pour résoudre le problème de « l'insécurité ». Le projet Olympique coïncide avec le projet d'Eduardo Pães : Choque de ordem (choc d'ordre).

Politique de sécurité publique : la pacification des favelas.

  • 15 Les narcotrafiquants commencent à prendre le contrôle de favelas dans les années 1970, à partir des (...)

17La municipalité de Rio de Janeiro a récemment pris des mesures de sécurité publique dans la perspective, entre autres, d'assurer au mieux l'organisation les événements sportifs internationaux. Ces mesures visent prioritairement la sécurisation des favelas au moyen de l'implantation d'unités de police pacificatrice (UPP). Ce processus se déroule en plusieurs phases. Il s'agit en premier lieu de reprendre le contrôle des territoires laissés aux mains des narcotrafiquants ou des milices15. Cela se poursuit par une stabilisation et une occupation définitive avec l'installation d'unités de police pacificatrice (UPP) qui s'inspirent de modèles de police communautaire, visant une amélioration des relations entre police et habitants afin de reconstruire la confiance envers la police et sa crédibilité. La phase postérieure à l'occupation s'appuie sur des programmes de l'UPP sociale de la mairie, des organismes publics en partenariat avec le secteur privé et la société civile dans le but d'intégrer les favelas au reste de la ville. Cette politique va dans le sens d'une réaffirmation du contrôle public de l'espace urbain. Bautès et Soares Gonçalves observent un lien particulier entre les politiques de sécurité publique et les politiques urbaines, notamment en raison des logiques spatiales qui prévalent à l'implantation des UPP et la sélection des quartiers à pacifier (Bautes & Soares Gonçalves, 2011). Selon eux, la sécurité serait « au service de la spéculation foncière et du marketing urbain ». Le choix des favelas à pacifier ne correspond pas nécessairement à des situations d'urgence liées à l'insécurité ou à la violence, les quartiers sécurisés sont des lieux stratégiques et symboliques de la ville. Pour ainsi dire, la question sécuritaire est traitée de façon inégale au niveau géographique. Puisque l'insécurité représente un obstacle majeur à la libéralisation du marché foncier, il s'agit au travers de la sécurisation de quartiers sélectionnés de rendre la ville attractive aux investisseurs et aux touristes. La sécurisation, l'amélioration de la mobilité urbaine et la revitalisation de certains quartiers génèrent une élitisation des quartiers touchées par ces transformations. Ceci entrainant alors un phénomène de spéculation immobilière considérable.

Effet UPP : spéculation immobilière, élitisation et gentrification

  • 16 Observations de terrain et observation participante dans la favela de Vidigal débutant en septembre (...)
  • 17 Enquête auprès de la population et association des Habitants à Vidigal.
  • 18 Les habitants de favelas s'approvisionnent souvent en électricité et en eau de façon clandestine (t (...)

18La ville connait un processus de concentration des élites ou d'embourgeoisement dans de nombreux quartiers qui reçoivent des opérations de transformation urbaine renforçant la valorisation territoriale. La tenue de méga-événements et la sécurisation laissent place au phénomène que Neil Smith nomme « rent gap », par lequel la perspective de plus-value sur des terrains à réhabiliter pousse les classes aisées à investir, ceci générant alors un processus de « gentrification » (Smith, 1996 ). Le prix du sol augmente et le profil sociologique du quartier concerné change. Par exemple, le secteur de Barra da Tijuca connait une forte valorisation immobilière depuis l'annonce des Jeux Olympiques, entre janvier 2009 et janvier 2010 la valeur de l'immobilier a augmenté de 38,8 % (Fornazin, 2011). Selon Olivier Borius « les administrateurs de biens immobiliers estiment une récupération entre 20 % et 50 % du prix des logements dans les quartiers proches des favelas pacifiées. Botafogo, quartier noble où se trouve la favela Dona Marta, Copacabana, Leme, Ipanema, autres quartiers nobles qui ont reçu également des UPP, tous voient leur marché immobilier valorisé » (Borius,2010). De son côté, Helena Menna Barreto Silva, professeure et chercheuse à l'Université de São Paulo, observe que « tout projet d'urbanisation, tout investissement public au sein d'une favela, entraînent des effets pervers sur son marché immobilier » (Barreto Silva, 2000). Nous pouvons prendre l'exemple de la favela de Vidigal16 située dans la zone sud (cf. carte 1) : ce quartier connait une élitisation renforcée par la pacification de novembre 2011, des Brésiliens de la classe moyenne et des étrangers viennent s'y installer. Selon les données recueillies par le journal Folha de São Paulo d’octobre 2012, les étrangers cherchent de plus en plus à acheter dans la favela, le président de l’association des habitants de Vidigal a calculé le passage de près de 200 étrangers à la recherche d’un logement à Vidigal en 2012. Parallèlement l'offre de loisirs et services se développe visiblement pour accueillir les personnes extérieures à la favela (hôtels, auberges, restaurants, bars, clubs etc.), ce qui a valu à la Vidigal de gagner le titre de « Favela Chic » selon l’article du journal O Globo de mai 2013. Notons toutefois que ce phénomène d’élitisation avait commencé quelques années avant la pacification, depuis la fin des guerres entre factions ; de plus, des artistes brésiliens de classe moyenne vivaient à Vidigal depuis de nombreuses années. Le propriétaire de la première agence immobilière à Vidigal, José Nélio Pereira da Silva, confie au journal O Globo en mai 2013 qu'il a vendu entre 2011 et 2012 plus de 40 biens immobiliers dans la favela pour des « gens de l'extérieur » qui souvent ont l'objectif de rénover afin de louer ou revendre (Garçoni, 2013). Une habitante de Vidigal confie que le prix de son studio a doublé d’un mois à l’autre avec l’arrivée de l’UPP (passant de 300R$ à 600R$) et les prix des biens immobiliers suivent le même schéma17. Selon Maria Luisa Barros, la pacification va dans le sens de la marchandisation de la ville de Rio de Janeiro, elle utilise le terme de « Spéculation immobilière de la paix » (Barros, 2010). Certains habitants n'arrivent pas à suivre l'augmentation du coût de la vie principalement l'augmentation des loyers et le coût des équipements publics (électricité, eau, l'impôt sur la propriété du sol)18. Notons toutefois que la CEDAE (compagnie d'eau et assainissement) propose un tarif « social » de 15 R$ par foyer. C'est en s'approchant de plus en plus des normes formelles urbaines que les favelas s'ouvrent à l'économie de marché, intégrant alors le jeu de la spéculation et de l'inflation. Les groupes criminels armés, en maintenant des frontières aux favelas, garantissaient implicitement une limite à la marchandisation du territoire. Aujourd’hui, la « main invisible » prendrait le relais des pouvoirs publics pour organiser l'éviction des catégories les plus pauvres des favelas. Pour Silva, la pacification participerait au « nettoyage social de la ville » (Silva, 2010).

Processus d’éviction invisible

  • 19 Terme utilisé pour la première fois en 1967 par Machado da Silva (Machado da Silva, mai/juin 1967).

19Selon Jailson de Souza e Silva la marchandisation des favelas conduit au processus de «déplacement invisible » (Jailson de Souza e Silva, 2012, p. 429). Au sein des favelas, se développe un phénomène que les habitants et les chercheurs nomment de remoção branca (déplacement blanc). Ce terme correspond à l'arrivée de classes plus aisées dans les favelas, du fait de leur pacification et de leur réhabilitation, les plus riches y voyant un potentiel foncier grandissant accompagné du départ des habitants ne pouvant plus assumer l'inflation. Cependant, l'utilisation du terme « blanc » reste contestable. Il est utilisé dans le sens où on observe au Brésil une superposition entre les appartenances raciales et les niveaux de revenus, les blancs s'apparentant majoritairement à la classe supérieure. Ce terme laisse entendre que la population blanche riche viendrait déloger la population noire. Cependant dans les favelas de la zone sud, la population n'est pas composée uniquement de noirs, il existe aussi une forte population métis (souvent d’origine du Nordeste) et de blancs : ainsi la qualification de « remoção branca » semble inadaptée. Face à la spéculation immobilière, dans les favelas pacifiées de la zone sud, on rencontre plusieurs cas de figure quant à l'impact sur les habitants. Pour une partie de la population qui appartient à la « bourgeoisie favelada »19, la spéculation ne conduit pas au déménagement, puisqu'ils sont propriétaires, et parfois de plusieurs maisons, et profitent pleinement de cet essor économique. Parmi les propriétaires les plus pauvres, certains, bien qu'ils disposent d'un bien immobilier qui se valorise, peuvent se retrouver dans l'impossibilité de faire face à la hausse du coût de la vie et devront donc vendre leur propriété pour s'installer sur un terrain plus distant. D'autres auront la possibilité de profiter de cette valorisation qui génère un développement économique pour lancer de nouveaux projets commerciaux prenant ainsi le chemin de l'ascension sociale. Les propriétaires qui louent leur bien sont les plus gagnants, notamment avec l’arrivée de plus en plus d’étrangers cherchant à louer dans les favelas (ce phénomène n’est toutefois pas encore chiffré). Pour les locataires à faibles revenus, la situation apparait plus instable. Largement minoritaires, ils semblent en effet être les oubliés de la régularisation foncière, certains pouvant se trouver dans l'incapacité de faire face aux dépenses supplémentaires qu'occasionne la valorisation du quartier, et devront quitter la zone sud pour des quartiers plus éloignés.

20La théorie de la gentrification avancée par Neil Smith montre que le processus de rénovation urbaine qui résulte de l'action de forces économiques mondiales accompagnée de politiques publiques conduit à chasser les couches populaires des quartiers centraux vers la périphérie (Smith, 2003). Si l'utilisation du terme gentrification s'applique dans le cadre de la zone portuaire par exemple, car il s'agit d'un quartier qui a subi une détérioration puis qui connait une nouvelle vague d'investissements urbains _ une revalorisation qui entraine spéculation et probablement modification du profil sociologique du quartier_ , l'utilisation de ce terme est contestable, s'agissant des favelas de la zone sud. En effet, ces dernières n'ont pas subi de délabrement : depuis leur apparition, elles connaissent sens cesse des améliorations de leur bâti (transformations des baraques en maisons en dur), de leurs infrastructures (installation de réseaux d'eau, de l'électricité, routes et rues goudronnées, installation d'égouts, collecte des ordures) et cela avant même la pacification. Ce qui accélère la spéculation et l’arrivée de classe moyenne c'est l'intérêt subi du marché immobilier légal et des investisseurs depuis la pacification. Le concept de gentrification ne semble donc pas le plus approprié pour décrire l'évolution des favelas. De plus le manque de recul et d'informations sur le nombre d'habitants réels qui quittent les favelas de façon contrainte ne nous permettent pas encore à l'heure actuelle de quantifier ce phénomène « d'éviction invisible». Quel pourcentage des habitants des favelas ce phénomène touche-t-il réellement ? Une partie des habitants profitent de la spéculation immobilière pour vendre leur bien afin d'investir ailleurs et parfois même pour revenir sur leurs terres d'origines, certains participent pleinement à l’augmentation des prix de l’immobilier dans les favelas. . Cette spéculation fragilise cependant les habitants les plus vulnérables des favelas.

21Le mouvement « Favela não se cala » est une tentative d’unification des favelas de la zone sud pour lutter contre la remoção branca ; les leaders qui sont habitants de favelas cherchent à conscientiser les habitants sur ce processus de déplacement invisible pour créer une résistance20. Pour Jailson de Souza e Silva, il faudrait mettre en œuvre des politiques territorialisées de reconnaissance des favelas comme environnement culturel spécifique, pour protéger ces zones et ne pas les laisser à la merci du marché immobilier. Dans le cas contraire, la marchandisation du territoire pousserait les personnes vulnérables vers des zones moins exposées à la spéculation. L'hypothèse de cette éviction visiblement non organisée associée au déplacement forcé par les projets urbains de la municipalité pousse à une reconfiguration socio-spatiale amenant une modification de la géographie de la pauvreté. On assiste à un déplacement de la vulnérabilité vers des lieux plus éloignés formant des enclaves de pauvreté et pouvant augmenter les risques de marginalisation spatiale des plus pauvres.

Redéfinition du quadrillage socio-spatial de Rio de Janeiro : vers un modèle centre-périphérie

22La majorité des évictions ont lieu dans des espaces extrêmement valorisés comme Barra da Tijuca, Recreio ou Jacarepaguá alors que la production d'habitations populaires à travers le programme Minha Casa Minha Vida se fait dans les zones périphériques (cf. carte 2). Ceci marquerait la réorganisation géographique de la pauvreté dans la ville. Les constructions des logements populaires se trouvent principalement dans la zone ouest, tout d'abord car cette zone possède encore de nombreux terrains aménageables, contrairement à la zone sud, cependant, les lieux choisis peuvent présenter une couverture en services publics et infrastructures urbaines limitée et inappropriée à la réception d'un grand nombre d'habitants. Parfois, les relogements consécutifs aux déplacements conduisent à une baisse du sentiment de sécurité globale : insécurité de l'emploi en raison d'une augmentation de la distance domicile-travail, ou encore insécurité des personnes relogées dans des zones tenues par des milices ou par des factions. « L'absence de connaissances en amont des revenus et des capabilités (capabilities) des ménages au sens de A. Sen, la faiblesse de l'accompagnement social, augmentent les distorsions entre gagnants et perdants des politiques de régularisation » (Deboulet, 2011).

Carte n°2 : Relogements des populations déplacées

Carte n°2 : Relogements des populations déplacées

Source : Lucas Faulhaber, httpcomitepopulario.wordpress.com

23La globalisation de la ville semble renforcer les antagonismes sociaux et les distancier en accentuant les frontières urbaines. Les ilots de pauvretés situés au centre connaissent une modification du profil socio-économique de leurs habitants avec la hausse de résidents de classe moyenne. Ainsi la ville de Rio pourrait se rapprocher du système territorial centre/périphérie où la pauvreté serait de plus en plus reléguée vers la banlieue. Cependant, la périphérisation de la pauvreté à Rio de Janeiro s'amorce dès le début du XXème siècle avec d'une part les premiers projets de modernisation du centre et de destruction des cortiços, ainsi que les campagnes d'éradication des favelas et d'autre part une répartition inégale des investissements publics. Les favelas situées au centre ne représentaient alors que des phénomènes résiduels par rapport à l'accroissent de la périphérie (Lago, 2000).

Conclusion

24Ces dernières années ont été marquées par une planification urbaine cherchant à répondre aux attentes de la communauté internationale afin d'accueillir les méga-événements et visant à élever Rio de Janeiro au rang de ville-globale. Pour cela, plusieurs ressorts de la politique publique sont mobilisés : la protection de l'environnement, la sécurité publique, la mobilité, la revitalisation urbaine ainsi que les infrastructures et équipements sportifs. Nous avons vu que ces transformations urbaines nécessitent le déplacement de nombreux habitants appartenant le plus souvent aux catégories les plus pauvres et situées majoritairement sur un foncier contesté. Si la planification urbaine fait de plus en plus de victimes de déplacement, on constate également une montée des manifestants. Cependant, la mobilisation réelle des habitants reste faible, principalement relayée par des portes paroles politisés et médiatisés extérieurs aux favelas. Si la mobilisation citoyenne semble retarder certaines évictions et permettre la hausse des indemnisations, le dessein est bel et bien tracé et l'échéance de la Coupe du Monde et des Jeux Olympiques laisse difficilement place aux solutions alternatives. Outre la rénovation urbaine, les différents projets semblent répondre à l'idée d'une marchandisation de la ville cherchant à mettre en valeur le potentiel économique et touristique de certains quartiers. Ainsi, un autre type d'éviction apparait lié à la spéculation immobilière et à la hausse globale du coût de la vie : les habitants les plus pauvres sont amenés à se déplacer involontairement vers des espaces plus éloignés qui échappent à ces logiques spéculatives. La difficulté se trouve dans la possibilité de quantifier ce phénomène encore récent, puisque renforcé par la pacification. Combien de fois nous pouvons entendre dans les rues cariocas : « la ville s'agite et après les événements qu'adviendra-t-il ? » Une fois les zones privilégiées sécurisées, aménagées, embourgeoisées, la municipalité va-t-elle continuer la rénovation urbaine au profit des quartiers plus délaissés: le rêve carioca va-t-il les atteindre? Le manque de dialogue entre la population et les pouvoirs publics engendre des mouvements de plus en plus visibles relayés par les réseaux sociaux. Quelle ampleur les futures manifestations vont-elles prendre ? Nous pouvons observer que les quartiers pauvres veulent également faire valoir leurs revendications en rejoignant le mouvement social qui a débuté en juin 2013 contre la hausse du coût de la vie et les dépenses exorbitantes des méga-événements.

Haut de page

Bibliographie

ARANTES, F., BEATRIZ, O., 2000, « Uma estratégia fatal », in Cidade do pensamento único. Desmanchando consensos, Petrópolis, Vozes.

BARROS, M. L., 01/02/2010, « Especulação imobiliária da paz » [en ligne], O Dia, http://www.ademi.org.br/article.php3?id_article=35376, mis en ligne le 01/02/2010, consulté le 05/02/2013.

BAUTES, N., SOARES GONÇALVES, R., 2011, Sécuriser l’espace des pauvres. Sécurité publique et justice spatiale dans les favelas de Rio de Janeiro, in Tadié, J., Morelle, M., Pratiques de Sécurité en Ville, Justice Spatiale/Spatial Justice n°4, [en ligne], http://www.jssj.org/article/securiser-lespace-des-pauvres/, mis en ligne le 04/2011, consulté le 02/05/2013.

BORIUS, O., 2010, « Rio de Janeiro olympique : murs tropicaux, favelas et gentrification » [en ligne], Groupe de recherche interdisciplinaire sur le Brésil, communication au colloque « Independencias - Dependencias - Interdependencias, VI Congreso CEISAL », Toulouse, France, http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/49/93/44/PDF/OlivierBorius.pdf, mis en ligne le 30/06/2010, consulté le 10/02/2013.

CENTRE ON HOUSING RIGHTS AND EVICTIONS, 2008, The Olympic Games: a Gold Medal in evictions, Revue Agone, [En ligne], http://revueagone.revues.org/208, mis en ligne le 23/06/2010, consulté le 06/02/2013.

COMITÊ POPULAR DA COPA E OLIMPÍADAS DO RIO DE JANEIRO, 2011, "Megaeventos e violações dos direitos humanos no Rio de Janeiro" [en ligne], http://comitepopulario.wordpress.com, http://www.apublica.org/wp-content/uploads/2012/09/dossic3aa-megaeventos-e-violac3a7c3b5es-dos-direitos-humanos-no-rio-de-janeiro.pdf, mis en ligne 2011, consulté le 27/01/2013.

DE SOUZA E SILVA, J., 2012, As UPP e os novos desafios para as favelas cariocas, in Da Silva Mello, M.A., et al., (orgs.), Favelas cariocas ontem e hoje, Rio de Janeiro, Garamond, p. 415-433.

DEBOULET, A., 2011, « Contrer la précarité par la sécurisation foncière et la légalisation », in Revue Tiers Monde, vol. 206, p.75-93. 

DHESCA, 2011, Relatório Plataforma DHESCA (Plataforma Brasileira de Direitos Humanos, Econômicos, Sociais, Culturais e Ambientais), Comunidade da Restinga, Vila Harmonia e Vila Recreio II, , Rio de Janeiro, Vozes da Missão.

FORNAZIN, H., 2011, « Daqui eu não saio, daqui ninguém me tira – Vila Autódromo resiste à remoção », [en ligne], Fazendo Midia, http://www.fazendomedia.com/daqui-eu-nao-saio-daqui-ninguem-me-tira-%E2%80%93-vila-autodromo-resiste-a-remocao, mis en ligne le 27/10/2011, consulté le 20/01/2013.

GARÇONI, I., 2013, « Vidigal atrai moradores ilustres e ganha status de favela chique » [en ligne], O Globo, http://oglobo.globo.com/rio/vidigal-atrai-moradores-ilustres-ganha-status-de-favela-chique-8412639, mis en ligne le 18/05/2013, consulté le 19/05/2013.

GARÇONI, I., 2013, « O Morro do Vidigal visto do alto » [en ligne], O Globo, http://oglobo.globo.com/rio/o-morro-do-vidigal-visto-do-alto-8434256, mis en ligne le 19/05/2013 , consulté le 19/05/2013.

GEO-Rio, 1968, "Relatório de Avaliação de risco geológico-geotécnico da GEO-Rio"

IDEG, A interpenetração das aeras faveladas e areas industriais no estado da Guanabara, Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, IDEG.

LAGO, L., 2000, Desigualdades e segregação na metrópole, Rio de Janeiro, Revan.

MACHADO DA SILVA, L. A., 1967, « A politica na favela », Cadernos Brasileiros, Vol. Ano IX, n°41, p.35-47.

MARTIN, M., 2012, « Pacificada, favela do Rio agora atrai moradores estrangeiros » [en ligne], Folha do São Paulo, http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/1176316-pacificada-favela-do-rio-agora-atrai-moradores-estrangeiros.shtml, mis en ligne le 28/10/2012, consulté le 25/01/2013.

OBSERVATÓRIO DE FAVELA, 2009, « Muros nas favelas? », [en ligne] Editorial do Observatório de Favelas, http://www.observatoriodefavelas.org.br/observatoriodefavelas/noticias/mostraNoticia.php?id_content=517, mis en ligne le 29/04/2009, consulté le 22/01/2013.

RAPPORT RÉALISÉ PAR DIFFÉRENTES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, 2009, "Os muros nas favelas e o processo de criminalização, [en ligne] http://global.org.br/wp-content/uploads/2009/12/Relat%C3%B3rio-Os-Muros-nas-Favelas-e-o-Processo-de-Criminaliza%C3%A7%C3%A3o.pdf, mis en ligne le 10/06/2009, Consulté le 25/01/2013.

SASSEN, S., 1991, The global city: New York, London, Tokyo, s.l., Princeton University Press.

SILVA, G., 2010, "Olimpíadas, choque de ordem e limpeza social no Rio de Janeiro, Algumas resistências em curso" [en ligne], Biblio 3W. Revista Bibliográfica de Geografía y Ciencias Sociales, Universidad de Barcelona, Vol. XV, nº 895 (18), http://www.ub.es/geocrit/b3w-895/b3w-895-18.htm, mis en ligne le 5/11/2010, consulté le 22/01/2013.

SMITH, N., 1996, The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, New York and London, Routledge.

SMITH, N., 2003, « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la régénération urbaine comme stratégie urbaine globale » in Bidou-Zachariasen, C. (dir.), Retours en ville : des processus de « gentrification » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres, Paris, Descartes & Cie, p. 45-72.

SOARES GONÇALVES, R., 2010, Les favelas de Rio de Janeiro : Histoire et droit, XIXe et XXe siècles, Paris, L'Harmattan.

SOARES GONÇALVES, R., LIMA FELIX NETO, N., 2012, A noção de risco e o retorno de remoções de Favelas em tempos de grandes eventos na cidade do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, PUC.

ZAHAR, A., 2009, « Muro na favela Rocinha vai remover 415 famílias no Rio » [en ligne], Folha de S.Paulo, http://www1.folha.uol.com.br/folha/cotidiano/ult95u550240.shtml, mis en ligne le 14/04/2009, consulté le 03/02/2013.

Haut de page

Notes

1 On compte actuellement près de 1000 favelas à Rio de Janeiro accueillant 1,5 millions de la population.

2 Les cortiços existent depuis le milieu du XIXème siècle. Il s'agit de vieilles maisons du centre-ville, divisées en appartements et occupées par les populations démunies. Le terme « cortiços » signifie de façon littéraire « le morceau de bois qui accueille la ruche », l'aménagement interne des maisons collectives ressemblant alors aux ruches.

3 La municipalité de Rio de Janeiro est divisée en 4 zones : la zone sud, la zone ouest, la zone nord et le centre. La zone sud correspond à la zone la plus riche économiquement accueillant le plus de touristes.

4 Par exemple les programmes : Favela Bairro , Minha Casa Minha Vida, Morar Carioca etc.

5 Travaux de recherche à Rio de Janeiro dans le cadre d’un doctorat sur une période 8 mois débutant en septembre 2012. Cette recherche concerne particulièrement les favelas de Vidigal et Rocinha.

6 Morar Seguro est un programme de l'État de Rio de Janeiro qui aide les populations situées dans des zones à risque où zones subissant des démolitions d'habitations.

7 L'Observatoire de Favela est une organisation de la société civile d'intérêt public (OSCIP) dédiée à la production de connaissances et de propositions de politiques concernant les favelas et les phénomènes urbains.

8 Créée en 1992, la fondation GEO-Rio, est un organe du Secrétariat Municipal des Travaux de la Mairie de Rio, chargé d'élaborer les plans d'urgence et la protection des pentes des collines de Rio de Janeiro afin d'éviter les risques d'érosion et de glissement de terrain.

9 Opération Urbaine de la Zone d'Intérêt Spécial de la Région Portuaire de Rio de Janeiro, Loi municipale n˚101/2009 

10 Minha Casa Minha vida est un programme fédéral centrer sur la construction de logements populaire avec une priorité pour les personnes gagnant moins de 5 000 R$ par mois.

11 global.org.br

12 Cf Blog de Raquel Rodnik : raquelrolnik.wordpress.com

13 Le Parti socialisme et liberté a été fondé en 2004 par une scission de l'aile gauche du Parti des travailleurs

14 Entreprise immobilière Residencial et le PDG Realtypor selon le Journal Estadão du 19/10/2011

15 Les narcotrafiquants commencent à prendre le contrôle de favelas dans les années 1970, à partir des années 1990, le profil du trafic évolue, notamment avec l'explosion du marché de la cocaïne. Les milices se sont développées à la fin du XXème siècle, souvent formées par des policiers cherchant à constituer une réponse locale contre les narcotrafiquants en formant une sécurité privée, finalement tout aussi violente.

16 Observations de terrain et observation participante dans la favela de Vidigal débutant en septembre 2012 dans le cadre d’un doctorat.

17 Enquête auprès de la population et association des Habitants à Vidigal.

18 Les habitants de favelas s'approvisionnent souvent en électricité et en eau de façon clandestine (tout comme pour internet et la TV), certains habitants doivent payés une taxe (généralement aux trafiquants ou miliciens) pour cet approvisionnement parfois plus cher que l'aurait été une facture légale.

19 Terme utilisé pour la première fois en 1967 par Machado da Silva (Machado da Silva, mai/juin 1967).

20 http://favelanaosecala.blogspot.fr/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Pacification et planification urbaine à Rio de Janeiro
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2950/img-1.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Carte n°2 : Relogements des populations déplacées
Crédits Source : Lucas Faulhaber, httpcomitepopulario.wordpress.com
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2950/img-2.png
Fichier image/png, 394k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Ninnin, « Le rêve carioca : entre planification urbaine et déplacements forcés de population », L’Espace Politique [En ligne], 22 | 2014-1, mis en ligne le 17 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2950 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2950

Haut de page

Auteur

Justine Ninnin

Doctorante en géographie
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et Université d’État de Rio de Janeiro
Justine.ninnin@neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org