Navigation – Plan du site

Expulsion des résidents d’habitats délabrés (penghuqu) et reconstruction de la vie des nouveaux migrants à Shanghai. Enquête sur le quartier de Yuan He Nong.

Transformation of dilapidated housing and reconstruction of new immigrants’ life. A Survey in the Yuan He Nong area in Shanghai municipality
Yeqin Zhao et Florence Padovani

Résumés

Cet article s’interroge sur la question du droit au logement des migrants à Shanghai. En prenant Yuanhenong (ci-après YHN), un quartier d’habitats délabrés à Shanghai, comme cas d’étude, l’auteur analyse les droits au logement des migrants dans le cadre de la rénovation urbaine de Shanghai. Il est démontré que les migrants ruraux font face à une « exclusion collective de la politique du logement». En tant que groupe social le plus vulnérable, dans le contexte des villes chinoises, la possibilité de demander des compensations leur est non seulement niée mais plus largement la possibilité de faire connaître leurs demandes est niée. Alors que leur situation critique est due surtout au fait de « l’exclusion collective de la politique du logement » qu’ils subissent de la part des autorités, le manque de réaction de ces migrants peut être attribué à leur propre inconscience collective.

Un important travail de terrain et de nombreux entretiens effectués sur plusieurs mois auprès des différents acteurs tant institutionnels que de la société civile a permis de documenter la situation des résidents de YHN. L’objectif est de démontrer qu’il existe bien un groupe de personnes non agissantes durant le processus d’expulsion et pourtant bien réelles. Pourquoi cet acteur caché ne participe-t-il pas aux négociations et comment justifie-t-il son silence ? Quelle est l’attitude des autres acteurs ? Comment s’articule le jeu triangulaire entre les protagonistes ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme de Penghu qu peut se traduire par bidonvilles ou habitat temporaire ou encore habitat déla (...)
  • 2 Sur l’histoire des Penghu qu, on se reportera à l’article de Jiang Jianjun et Zhao Yeqin, 2006, in (...)
  • 3 Afin de préserver l’anonymat des personnes et de pouvoir continuer de futures enquêtes, le nom du s (...)

1La ville de Shanghai est en train de vivre de grands changements au niveau de l’urbanisation et par voie de conséquence au niveau social et économique (V. Laurans, 2001, J. Friedman, 2003). Shanghai a largement bénéficié du renouveau de la politique de réforme à la suite du voyage de Deng Xiaoping dans le sud du pays, en 1992. A partir de cette date, l’urbanisation de la ville a pris un nouvel essor. Ensuite, la préparation de l’Exposition Universelle, en 2010 a été une nouvelle étape dans la transformation de la ville. Il s’agissait de modifier l’espace urbain pour donner une image moderne et à ce titre les habitats précaires ont été les premiers concernés. Petit à petit, ils disparaissent, avec leur population de Shanghaiens pauvres et de migrants d’autres provinces. Pendant les années 1980, les logements délabrés1 représentaient un peu moins de la moitié de l’habitat. Depuis les années 1990 chaque année ils diminuent et en 2001 ce type de logement ne représentait plus que 590.000 m2. Pour la majorité des migrants qui viennent vivre en ville, se loger n’est pas une chose facile, et parmi ceux qui désirent s’installer en ville, le fait est que leurs conditions de vie ne poussent pas à l’optimisme surtout depuis le début de la rénovation urbaine à Shanghai. Ils sont marginalisés, rejetés et n’ont pas de logement stable. La recherche entreprise ici, fait le point sur un habitat délabré (Penghu qu2) : YHN3 où cohabitent les anciens migrants et les nouveaux, tous venants des provinces de l’intérieur. YHN est utilisé ici pour démontrer la dynamique à l’œuvre à Shanghai mais ne constitue pas un cas unique. Les questions portent sur différents enjeux de la rénovation urbaine à YHN, sur sa survie ces dernières années ainsi que sur le silence autour du droit de résidence des nouveaux migrants durant la période de rénovation.

2La recherche entreprise sur YHN a duré plus de trois ans, entre 2004 et 2007. Afin de mieux comprendre l’histoire de ce quartier et de ses habitants, des entretiens ont été réalisés avec les locaux et les migrants ainsi qu’avec les autorités en charge de ce quartier. Ces dernières ont donné leur autorisation pour effectuer des entretiens approfondis avec les différents résidents de YHN. L’auteur a aussi participé à certaines manifestions organisées par les groupes de la communauté. Pendant tout le temps de la recherche, elle a maintenu de très bonnes relations avec le comité de résident (Juweihui). Pendant la journée, elle était à l’extérieur avec les propriétaires, les aides ménagères, discutait avec les habitants tout en observant avec intérêt la vie des migrants. Le soir elle prenait des notes d’après ce qu’elle avait écrit et ses souvenirs. Dans cette recherche l’auteur a joué deux rôles différents. D’abord, elle est intervenue dans le travail quotidien du comité de résident, par exemple en aidant à recenser les habitants, en attendant de comprendre pleinement la situation de YHN.

Yuan He Nong : localisation, histoire et changement

3YHN se situe sur la rive nord de la rivière Suzhou (voir carte 1), dans l’arrondissement de Putuo, c’est un quartier de logements délabrés. La plupart des habitants sont originaires de la province du Jiangsu et du Zhejiang, venus à Shanghai avant 1949. Comme le montre la figure 2, la grande majorité de cette première migration vient de la province du Jiangsu. 57.9% sont originaires du nord de la province (Subei) et 15.7% sont originaires du sud (Sunan). Au total ce sont donc 73.6% des habitants actuels de YHN dont les ancêtres étaient originaires du Jiangsu. Ils ont aujourd’hui la carte de résident de Shanghai et sont considérés comme des Shanghaïens. Ceux qui se sont installés plus récemment, à partir des années 1990, viennent de toute la Chine, ils seraient plus de 3.000. Ces derniers ne bénéficient pas de la carte de résident de Shanghai, ils sont donc considérés comme des étrangers. Pour les Shanghaïens habitant d’autres quartiers, YHN est à la fois un lieu mystérieux, dangereux et source d’inquiétude. Si l’on compare avec les centres commerciaux luxueux des quartiers voisins, il est clair que YHN est aux antipodes et cela donne l’impression d’une incompatibilité.

Carte 1 : Localisation du site du YHN

Carte 1 : Localisation du site du YHN

Réalisation : Zhao Yeqin

Echelle 1:100000

  • 4 Informations fournies par le comité de résident de YHN.

4L’entité administrative de YHN est formée de trois parties distinctes (voir carte 2) : celle de YHN proprement dite siège du comité de résident, une allée et un village. La surface bâtie occupe environ 21.000 m². Dans les logements à un étage, très simples, vivent une majorité de personnes originaires de la préfecture de Jiangyin (province du Jiangsu). Sur le nombre total d’habitants, les 2/3 habitent dans ces habitats précaires. YHN c’est aussi un quartier avec un marché et le siège de l’administration locale. Ce que l’on dénomme village était à l’origine un ensemble de terres à l’abandon, en 1945 quand les paysans venus du district de Nantong et de Haimen (province du Jiangsu) sont arrivés à Shanghai ils ont donc investi cet endroit et ont nommé ce lieu le nouveau village de Tonghai. Par la suite le nombre d’habitants a augmenté et le site a été renommé village F en 1952. L’allée a été baptisée allée Shaoxing parce que de nombreuses personnes originaires de cette ville (province du Zhejiang) s’y étaient installées dans les années 1950. L’espace occupé par cette allée était de 4.535 m² et l’habitat représentait alors 2.380 m², la surface totale de YHN étant de 223.400m² 4.

Carte 2 : localisation de Yuan He Nong

Carte 2 : localisation de Yuan He Nong

Source : Google earth (http://ditu.google.cn/​maps?hl=zh-CN&tab=wl) – Réalisation : Zhao Yeqin

  • 5 Ces chiffres sont ceux établis par le commissariat en avril 2003 suite à l’épidémie de grippe aviai (...)
  • 6 Dernières statistiques disponibles 20/01/2003.
  • 7 Dernièrement, à cause de l’afflux de migrants extérieurs d’une part et du projet de destruction du (...)
  • 8 Il s’agit du Xiebao, qui est une forme de secours d’urgence pour les personnes qui n’ont pas de rev (...)

5D’après les statistiques du comité de résident pour l’année 2003, 1.622 familles vivaient à YHN soit un total de 4.689 personnes dont 2.283 hommes et 2.406 femmes. 794 personnes avaient plus de 60 ans et la tranche d’âge entre 45 et 60 ans représentait 60 à 70%5. Les chômeurs étaient au nombre de 657 et ceux bénéficiant d’autres allocations 2476. Pendant la période 2001-2003, 382 familles sont parties (les familles se sont divisées7) jusqu’en 2003 il y avait en fait 1.261 habitants8. Parmi les résidents, 1.021 sont à la retraite. Sur les 852 personnes âgées, 4 vivent seules (3 avec une retraite et une sans), 11 cadres à la retraite et 145 membres du Parti, 68 personnes handicapées, 31 prisonniers libérés.

Figure 1 : Comparaison de la tendance à la croissance entre les deux groupes

Figure 1 : Comparaison de la tendance à la croissance entre les deux groupes

Source : Les chiffres fournis par le comité de résidents de YHN et établis en fonction du nombre d’occupants enregistrés en 2003 et 2006.

Tableau 1 : Comparaison entre les migrants et les habitants locaux par tranche d’âge de 17 à 60 ans et plus.

Tableau 1 : Comparaison entre les migrants et les habitants locaux par tranche d’âge de 17 à 60 ans et plus.

Source : Comité de résidents de YHN

Les chiffres sont fournis par le comité de résidents de YHN et établis en fonction du nombre d’occupants enregistrés en 2003 et 2006.

6D’après les enquêtes de terrain, il s’avère que le niveau d’étude des résidents est plutôt bas (voir tableau 2 ci-dessous), la majorité a le niveau du collège (43,9%), suivi de ceux qui ont le niveau de lycée (42,3%).

Tableau 2 : Niveau d’étude des résidents de YHN

Tableau 2 : Niveau d’étude des résidents de YHN

Source : Jiang Jianjun, (2004)

Recherches sur les déplacements intergénérationnels des résidents des quartiers précaires, mémoire de Master, non publié.

  • 9 Sur les gens du Subei, on se reportera au livre de E. Honig, 1992, Creating Chinese Ethnicity : Sub (...)

7Bien qu’il y ait de nombreuses familles qui vivent ensemble on peut tout de même facilement déterminer le lieu dont elles sont originaires. Ainsi par exemple, parmi les premiers arrivants ce sont des personnes originaires du sud de la province du Jiangsu (Sunan) ainsi que ceux venus de Shaoxing (province du Zhejiang) (voir tableau 2). Dans le village F les plus nombreux viennent du nord du Jiangsu (Subei)9. Après 1949, la situation n’a pas beaucoup changé. D’après les enquêtes de terrain menées récemment, la majorité des résidents aujourd’hui est encore originaire du Subei (57,9%) suivi par ceux originaire du Sunan15,7%, Zhejiang 12,7% et ceux originaires de Shanghai ne sont que 9,6%. Certains viennent du Shandong, de l’Anhui mais ils sont peu nombreux.

Figure 2 : Province d’origine des résidents de YHN (exprimé en %).

Figure 2 : Province d’origine des résidents de YHN (exprimé en %).

Source : Enquête réalisée par Jiang Jianjun en 2004

Voir Jiang Jianjun (2004), « Penghuqu bendi jumin daiji liudong yanjiu » (La mobilité intergénérationnelle des habitants locaux dans le Penghuqu), mémoire de sociologie de l’Université Normale de la Chine de l’Est.

  • 10 Fei Xiaotong, 2008, Xiangtu zhongguo,(Rural China) Renmin chubanshi, 120p. Il existe une traduction (...)

8Non seulement les migrants du Jiangsu et du Zhejiang ont amené leurs dialectes et leurs coutumes mais ils ont aussi fait venir leurs proches. La première génération de migrants gardait une structure clanique, ensuite l’organisation s’est faite sur le modèle de celle de leur village natal. Toutes ces personnes étaient apparentées et le cœur de leurs relations sociales s’organisait en fonction de cette structure, elles ont formé les bases de YHN. Certes, comme YHN est dans la ville de Shanghai et suit l’organisation administrative de supervision par le comité de résident il y a des adaptations mais encore aujourd’hui le quartier garde des traditions très fortes de « couleur locale villageoise ». Fei Xiaotong décrit ainsi ce phénomène : « Chaque enfant grandit sous le regard des membres de la famille et pour les enfants, cet environnement leur est familier. Dans cette société de proximité, il n’y a pas de personne extérieure10 ». Les gens peuvent donc continuer à agir selon leurs coutumes et c’est cela qui sépare les différents groupes qui composent YHN. Cependant, les limites de ces zones tendent à disparaître au fur et à mesure du renouvellement générationnel.

  • 11 Comité éditeur du district de Putuo de la ville de Shanghai, 1994, Putuoquzhi, Edition de l’académi (...)

9Pour comprendre ce qu’est devenu YHN aujourd’hui, il faut regarder son histoire avant 1949. D’après les « Annales du district de Putuo11», au début du XXème siècle sur les deux rives de la rivière Wusong ont été construit des usines, la rive nord de Caojiadu s’est peu à peu urbanisée et le nombre d’habitants a peu à peu augmenté. Au cours du XXème siècle, des aménagements ont été effectués comme le pont Caojiadu, les voies délimitant les frontières de la ville aujourd’hui dénommées : Guangfu xilu, Zhongshan beilu, Caoyang lu. Au nord du pont Caojiadu, le commerce est devenu prospère beaucoup d’ouvriers et d’employés habitent sur place. Les résidents qui travaillent dans la menuiserie ou la construction vivent dans des logements simples et temporaires.

10A l’origine, YHN était peu peuplé et ce n’est que dans les années 1940 qu’il y a eu un afflux de résidents. A cette époque l’environnement était essentiellement rural, il y avait des champs et même des maisons à toit de chaume. Les paysans du Jiangsu et du Zhejiang fuyant les calamités naturelles de toutes sortes sont venus en grand nombre à Shanghai pour chercher un moyen de survivre. Ils ont utilisé des bambous et du rotin qui poussaient sur les berges de la rivière Suzhou pour construire de simples habitats. Le résultat de l’arrivée constante de migrants fut la transformation de Caojia en un quartier de logements précaires et ce fut un modèle. Le premier groupe de migrants s’est ensuite établi plus durablement et d’autres personnes de leurs villages sont venues les rejoindre. La majorité d’entre eux venaient du même village et étaient apparentés. Les nouveaux venus se sont installés à leur tour et de même ont fait venir d’autres personnes. Ce qui a généré une augmentation progressive du nombre d’habitants. A YHN ce phénomène a été très rapide jusqu’à ce qu’un équilibre soit trouvé.

11Toutefois, à partir des années 1990, des changements sont intervenus. En plus des premiers migrants arrivés avant 1949 et de quelques Shanghaïens, de plus en plus de migrants économiques sont venus s’installer dans les habitats délabrés, ils ont été considérés comme de nouveaux résidents. Il est donc très important de considérer deux facteurs. Tout d’abord le facteur économique : la plupart des nouveaux venus n’ont pas les moyens de payer un loyer élevé, or comparé aux autres quartiers du centre-ville, ceux pratiqués à YHN sont plutôt bas. Ensuite, le fait d’être bien situé géographiquement et d’avoir des loyers comparativement bon marché pousse les nouveaux arrivants à se rassembler dans ce quartier. En conséquence, les résidents initiaux ont été incités à louer. Les conditions de vie sont assez rudimentaires mais le loyer demandé aux migrants est adapté au niveau des revenus de ces familles. Ce phénomène ne fait qu’augmenter le nombre de migrants qui arrivent dans ce quartier. Ce mouvement de « push-pull » a d’abord créé un quartier de mixité, puis une partie des résidents initiaux ont acheté un appartement à l’extérieur et aujourd’hui le nombre des nouveaux venus est supérieur à celui des locaux. Cette situation a engendré des transformations au sein de la communauté.

  • 12 Entretien effectué à YHN en 23 mai 2007.

12Certains résidents expliquent ce phénomène par le fait que les deux groupes sont homogènes. Chen, un représentant du comité de résident explique : « Les locaux ici sont soit au chômage, soit à le retraite, leur situation n’est pas si différente de celle des migrants. Il y en a même qui sont dans des situations plus difficiles que les migrants. (…) »12 (Voir tableau 2, ci-dessous).

Tableau 2 : Sélection de thèmes qui différentient les locaux et les migrants

Tableau 2 : Sélection de thèmes qui différentient les locaux et les migrants

Source : tableau realisé par Zhao Yeqin d’après les entretiens

13Dans le tableau ci-dessus on voit très nettement que les locaux ont rapidement pris conscience des changements après l’arrivée des migrants. On peut constater que le phénomène d’intégration est à la fois économique et social. Tout d’abord, mis à part une forme de bénéfice mutuel à travers la coexistence pacifique entre les deux groupes, un important facteur pour les locaux est leur situation économique qui va influer sur leur décision de lieu de résidence. C’est ainsi que lorsque nous avons interrogé les familles, la plupart d’entre elles ont répondu « nous n’avons pas d’argent, nous avons bien pensé à déménager. ». Ici l’intégration est forcée, il n’y a pas d’autre solution. En plus, quand ils se trouvent confrontés à une majorité de migrants, ils ne peuvent que subir. Lors des entretiens ils se plaignent de cet état de fait mais en même temps comme ce sont les propriétaires, ils bénéficient de la location à des migrants. Voici comment Z, l’un de ces petits propriétaires explique la situation : « Nous sommes une famille de trois et nous avons des problèmes d’argent, moi je suis nettoyeur de rue et chaque mois je ne ramène pas grand-chose, on a donc loué une pièce de notre appartement ce qui nous fait un peu d’argent pour les dépenses quotidiennes, dans notre cas ce n’est pas si mal. » En vérité des familles comme celle de Z sont assez nombreuses à YHN. Un autre facteur social important est la capacité de travail des personnes des deux groupes. A YHN la plus grande proportion des locaux sont des personnes âgées et parmi les adultes la majorité sont au chômage ou vivent d’allocation. Parmi toutes ces personnes certains s’occupent des espaces verts, de la propreté, de la sécurité ou restent à la maison, tous ont besoin de percevoir un loyer pour vivre. Leur occupation détermine leur statut économique et cela forme les bases d’une possible intégration.

Le processus de transformation de YHN

14D’après les statistiques, jusqu’à fin 2005, 5.000 familles vivaient à YHN dont 3.000 venant de différentes provinces chinoises dans l’espoir de trouver du travail à Shanghai. Le processus de démolition de YHN s’est déroulé en deux étapes : une première eut lieu en 1997, il s’agissait de résoudre la question du combustible utilisé dans ces habitats précaires. Les autorités de l’arrondissement avaient décidé de construire un point de ravitaillement en charbon à proximité de YHN et pour ce faire 40 familles furent déplacées. La seconde phase fut un projet de développement de commerces. A l’origine dans la rue adjacente à YHN il y avait la filature numéro 25, en 1996 à cause de la concurrence de structures mécanisées, elle a dû fermer. Les anciens locaux ont été vendus pour accueillir des logements et des activités commerciales. En 2002, le projet prévoyait de développer un quartier de logements haut de gamme : la résidence au bord de l’eau. Pour mener à bien ce projet, 42 familles qui résidaient près de l’ancienne usine furent déplacées. En août 2002, la société de démolition fit son entrée à YHN. Ses représentants ont fait du porte à porte pour informer les résidents en indiquant la période butoir pour évacuer. Mais ce n’est qu’en 2003 que les fondations furent creusées. Avant cette date, plusieurs familles avaient mené des actions en refusant énergiquement de partir. Il y a même eu des bagarres avec les employés de la société de démolition. C’est pourquoi à plusieurs reprises le comité de résident a dû se rendre sur les lieux pour faire office de médiateur. Un représentant du comité de résident raconte comment les disputes ont été réglées.

  • 13 Entretien datant du 10 septembre 2006 à YHN.

« Nous, les cadres du comité de résident, nous participions au travail de médiation avec les familles qui devaient être évacuées. Un jour, on a demandé à une famille de jouer le rôle de médiateur mais le vieil homme qui s’en est chargé était tellement passionné qu’il est finalement tombé et s’est évanoui. A ce moment-là, ses parents se sont mis à crier : il est inconscient ! il est inconscient ! et ils ont empêché les employés de la société de démolition de partir. Ensuite, le vieil homme a été emmené au service des urgences dans un hôpital des environs. Il n’y a pas eu de conséquence, après tout c’était le vieillard lui-même qui s’était mis dans cet état. J’étais sur le terrain quand cela s’est passé et les employés de la société de démolition n’ont pas agi comme le racontent les parents du vieillard, qui disent que les employés sont passés à l’action et ont battu les gens. En fait, les résidents qui cherchaient à provoquer des troubles étaient peu nombreux. Et cette fois-là, ils étaient une minorité. Par la suite, s’il devait y avoir des mouvements d’ampleur je ne pourrai répondre de rien13».

15Dans un autre quartier, le long de la rivière Suzhou, une situation similaire s’est produite lors d’évictions. Selon les dires d’une personne bien informée :

  • 14 Ce terme a été donné aux personnes qui refusent d’évacuer leur logement et demandent de meilleurs d (...)

« Dans les allées, il y avait une famille clou (dingzi hu)14, qui refusait d’accepter la notification d’évacuation. La société de démolition est venue la rencontrer mais les habitants ont refusé d’ouvrir la porte. Si vous entrez je me tue. Ensuite, l’équipe de destruction est venue me chercher pour que je retourne avec eux et que je serve de médiateur. Les habitants m’ont dit que la situation familiale n’était pas bonne, l’homme et la femme étaient sans emploi, l’enfant n’était pas bon à l’école et dans ces conditions c’était certain qu’ils ne pourraient pas acheter un appartement. Par la suite, j’ai aidé les deux parties à négocier et finalement la société de démolition a fourni un appartement de 80m²avec en plus une compensation de quelques dizaines de milliers de yuans. Quand ils sont partis, ils étaient très contents ».

16De manière similaire, la destruction à grande échelle dans le quartier en face, provoquait chez les résidents de YHN un sentiment d’anxiété.

  • 15 Entretien effectué le 25 août 2006 à YHN.

« Nous, les cadres nous pensions que le gouvernement allait venir détruire parce qu’ici aussi c’est sale et en désordre. Pour nous aussi c’était difficile, pour la question de l’argent, si l’on se réfère au prix de l’immobilier à Shanghai aujourd’hui pour tous les vieux logements détruits dans les environs il n’est pas possible de racheter sur place. Si l’on accepte un nouveau logement, ils sont tous en grande banlieue et les transports aller-retour pour se rendre au travail sont un vrai problème. Eux, ils détruisent, ils mentent, ils trompent, ils menacent pour arriver à leurs fins. Ils vous mentent en vous proposant un nouveau logement, ils vous tentent en vous offrant de l’argent et ils vous menacent. Quand vous êtes absent, ils mettent des adhésifs dans votre serrure pour la bloquer ce qui fait qu’à votre retour vous ne pouvez plus rentrer chez vous. Auparavant, quand ils ont détruit en face, certaines personnes ont été frappées. Pour les mêmes maisons que les nôtres, au début elles étaient évaluées à 20.000 yuans puis ensuite à 25.000 en fait ils les ont abusés les uns après les autres. Grâce à cet argent qu’ils ont gardé pour eux, les équipes de démolition sont parties voyager en Thaïlande, à Hong Kong ou sur l’île de Hainan, ils y sont tous allés. Cet argent il a été pris sur le dos du peuple. Quoiqu’ils en disent, nous on est au courant. Tous, on sait au fond de nous-mêmes ce qui se passe. Si les gens ne parlent pas, la vérité ne sortira jamais au grand jour et les abus continueront. Ici, il y a des gens qui peuvent parler. »15

17Pendant la destruction, quelle que soit l’option choisie, en ce qui concerne la compensation versée pour le déplacement, les résidents du début à la fin sont réduits à une attitude passive. En effet, les décrets tombent du haut de la hiérarchie administrative et éliminent toute possibilité d’intervention publique, les autorités ont déployé beaucoup d’énergie pour arriver à ce résultat. Les résidents ne sont pas contents d’être expulsés, surtout ceux qui doivent partir pour les arrondissements péri-urbains. Certains ont raconté leur expérience.

  • 16 Il s’agit de l’indemnité mensuelle donnée par la municipalité de Shanghai en 2006 pour les personne (...)
  • 17 Entretien effectué le 27 août 2006 à YHN.

« Nous sommes tous des ouvriers, personne n’est patron, certains sont sans emploi. Quand on n’a que 300 yuans16 cela paie à peine les dépenses quotidiennes. La société immobilière est très claire mais ceux qui sont dans la partie ouest de la rue, ils ont dû déménager en grande banlieue et ce n’est vraiment pas facile de prendre les transports pour venir au centre-ville. A ce moment-là, les gens ne voulaient pas partir mais eux (la société immobilière), ils ont fait appel à des voyous pour venir battre les gens. J’ai entendu dire qu’ils ont battu plusieurs personnes. Ces gens n’avaient pas d’autre solution que de partir. Ils leur ont alors dit de partir, mais pour aller où ? Ici, c’est petit mais c’est tout de même un logement. Eux, tous les jours ils venaient pour presser les gens de partir pour pouvoir détruire et même dans le cas où ils n’étaient pas partis ils détruisaient tout de même… » 17

18Entre la société de développement et le gouvernement d’un côté contre les résidents de l’autre s’est jouée une partie d’échecs qu’un résident a résumé en quelques mots : « attendre » (une nouvelle mesure plus favorable), « s’appuyer sur » (l’Etat afin qu’il vienne résoudre les difficultés), « mettre le désordre » (créer des désordres pour faire pression sur les décideurs), ces agissements suivaient des « règlements à l’état latent ». En fait, pour la majorité des résidents face à la destruction, la question numéro un était le dédommagement sous forme argent ou de logement, ils voulaient un logement adéquat. Ci-dessous le récit de l’un de mes informateurs : 

  • 18 Entretien effectué le 2 septembre 2006 à YHN.

« Cela ressemble au quartier délabré de X, la majorité des résidents souhaitaient partir mais quand le moment fut venu, ils ont tous voulu mettre le désordre. En général, le type de logement qui est attribué est mieux que l’ancien mais c’est trop loin et les transports ne sont pas pratiques pour aller et venir du travail. En ce qui concerne la compensation, si l’on regarde les prix de l’immobilier à Shanghai aujourd’hui la maigre somme d’argent allouée est très loin de la dépense nécessaire pour acheter un logement dans le même quartier. Alors forcément quand est venu le temps de partir les gens créent des désordres… »18

19Pendant l’entretien des résidents se sont approchés et ont montré leur approbation. « Les désordres à la fin sont inévitables. Si on n’en crée pas, alors c’est sûr que l’on va se faire avoir. Si on attend le dernier moment alors c’est certain que la société de démolition va être obligée de donner une meilleure compensation. Ils ont en main une échelle de valeur et peuvent décider de donner beaucoup ou peu. »

20Naturellement, pendant l’éviction, les citadins pouvaient s’exprimer et trouver des canaux de communication pour faire valoir leurs propres intérêts. Ceux qui étaient considérés comme résidents au moment de l’éviction ont bénéficié de la part des autorités ainsi que du promoteur immobilier d’un appartement et d’une compensation monétaire prenant en compte le logement initial et les frais de déménagement. Ils vivaient là légitimement et ont fait valoir leurs droits. C’est grâce à cette conscience de leurs droits et aux actions menées qu’ils ont pu jouer cette partie d’échecs avec les autorités et le promoteur immobilier et ainsi protéger leurs propres intérêts. Ils sont allés aussi loin que possible dans leur combat pour la compensation financière, pour le nouvel appartement (sa taille, son étage, son orientation etc.). Toutefois, pendant l’enquête il est apparu qu’il y avait d’autres phénomènes et d’autres implications. En observant certains cas, il est évident que la destruction de quartiers attire une importante main d’œuvre d’ouvriers non qualifiés qui espèrent bénéficier pour un temps d’un logement à prix modique, ils ne participent pas aux disputes liées à la démolition. Ils restent indifférents par rapport à l’imminence de la destruction. Pour eux cela signifie seulement que, pendant un certain temps, ils n’auront plus de logement. Voici comment certains d’entre eux expliquent la situation :

« J’habite ici depuis 15 ans, à l’origine tout autour il y avait plusieurs logements délabrés qu’il était possible de louer. La situation était à peu près la même qu’ici. Nous sommes poussés ici et là. Si un endroit est démoli on se dépêche de trouver un autre lieu. Maintenant dans les environs il n’y a plus qu’ici où l’on n’a pas encore détruit. Cependant j’ai entendu dire que bientôt cela arrivera aussi. »

« Depuis que je suis installé à Shanghai, j’ai déménagé quatre fois et je suis arrivé ici il y a deux ou trois ans. A mon arrivée, j’ai logé dans la scierie le long de la rivière Suzhou plus tard elle a été transformée en espace vert alors je suis arrivé ici. Nous sommes tous dans une situation où l’on ne sait pas de quoi demain sera fait, on n’a pas le choix. »

  • 19 Entretien effectué le 15 septembre 2006 à YHN.

« Comme nous ne sommes pas propriétaires, au moment de la démolition nous ne comptons pas. Quand ils ont décidé de détruire, on a intérêt à partir et à trouver un autre logement. Si vraiment on ne trouve pas, alors on peut aller en grande banlieue et si vraiment ce n’est toujours pas possible alors le mieux est de rentrer chez nous. » 19

21En contre-point, selon les citadins, il semble juste et raisonnable de repousser l’apparition de ces groupes de migrants sans-abris ou de ceux qui n’arrivent pas à vivre avec le revenu minimum. Il est admis qu’ils soient les laissés pour compte du renouveau urbain.

  • 20 Entretiens réalisés entre le 20 septembre et le 11 octobre 2006 à YHN.

« Ici, c’est trop sale et trop en désordre, la seule solution c’est de tout raser et d’expulser complètement ces gens venus de l’extérieur, de cette façon on aura la paix. Les migrants sont tous locataires, en tant que propriétaires nous avons le droit pour nous et eux ils n’auront aucune compensation. »20

  • 21 Entretien effectué le 15 septembre 2006 à YHN.

22Ce phénomène s’explique par la mobilité de ceux qui migrent de la campagne en ville en espérant mieux gagner leur vie et dont certains retournent ensuite à la campagne. Les membres du comité de résident de YHN expliquent ainsi : « La mobilité des paysans est trop importante, il est impossible qu’ils restent dans un même lieu pour une longue durée. Donc, nous ne sommes pas dans l’obligation de leur fournir des services. Un jour ils arrivent ici, et ce n’est que s’ils se marient avec un ou une citadine ou bien s’ils deviennent propriétaires que l’Etat prendra soin d’eux selon les règlements en vigueur. Dans le cas contraire, l’Etat ne s’en occupe pas. »21 Certains chercheurs pour expliquer le phénomène de rejet dont sont victimes les paysans utilisent le modèle de Parkin « d’exclusion par le groupe » (Li Qiang, 2001, Ren Lixin, 2003). Derrière ce phénomène se cachent de nombreuses questions telles que l’organisation de la réalité sociale et la création des contours d’un système qui néglige et ignore la question du droit au logement des migrants.

Nouveaux migrants : La situation difficile et l’instauration d’un système

23En général, l’obtention du permis de résidence (hukou) est la première étape pour pouvoir habiter en ville. Dans les années 1980, à Shenzhen fut instauré pour la première fois le système d’un permis de résidence temporaire (Zanzhu zheng). Il s’agissait d’autoriser l’entrée, pour une courte période, d’une main d’œuvre migrante dont avait besoin les usines. Ensuite, ce système a été appliqué dans toutes les villes de Chine, en 2002 la municipalité de Shanghai a décrété « le règlement du permis de résidence », ayant pour but d’attirer « des gens de talent ».

  • 22 Selon le règlement, les enfants des personnes qui sont en possession du permis de résidence peuvent (...)

24Après l’instauration de ce système, il y a eu beaucoup de controverses dans les différents cercles de la société. Afin de réaliser une société plus équitable qui garantisse les droits et les intérêts des personnes venues de l’extérieur, en octobre 2004, le gouvernement a pris des mesures d’ajustement pour que le règlement puisse prendre effet dans les deux ans. Ainsi, les personnes qui sont en droit d’obtenir un permis de résidence peuvent, au titre de « personnes de talent » (ren cai), bénéficier des nombreux avantages liés au statut de « citadin 22» (shimin). A Shanghai, les résidents de souche et ceux venus de l’extérieur vivent dans le même périmètre. Toutefois, le règlement spécifie des limites strictes. Les migrants pouvant prétendre à un permis de résidence temporaire doivent posséder un contrat de travail de plus de six mois dument signé ou bien avoir un permis pour exercer une activité commerciale, ils doivent aussi être propriétaire d’un logement à Shanghai ou avoir un bail locatif de plus de six mois. Ce double standard et le caractère très rigide des règlements tant au niveau du logement que de l’occupation professionnelle a eu pour effet que la majorité des personnes arrivant à Shanghai (surtout celles qui sont sans qualification, qui travaillent à leur compte, ou qui ont de faibles revenus) soit exclue des critères de sélection du « permis de résidence temporaire ».

25En plus des règlements nationaux, la municipalité de Shanghai a promulgué un règlement en ce qui concerne la location des logements : « Mesures prises en matière de gestion de la location de logements à Shanghai ». Le huitième article stipule sans équivoque les critères de surface habitable par personne : pour les immeubles locatifs, le minimum est de 10 m2 habitable par personne, ou de 7 m2 utilisable à des fins commerciales ou encore les dortoirs des unités de travail qui sont à louer. Si le propriétaire loue moins de 6 m2 ou si le locataire utilise moins de 4 m2, le migrant n’est alors pas éligible au permis de résidence. Il y a encore d’autres critères très stricts : il faut être enregistré par le propriétaire auprès de la police, il faut payer des impôts fixés par le règlement. Chen Yinfang (2005) a montré que la question réelle était de savoir quel effet direct peut avoir le renouvellement du contrat de location sur les migrants ayant les plus faibles revenus. Parce qu’en fait, les groupes de personnes qui viennent de la campagne et peuvent louer une surface habitable de 10 m2 par personne ou utiliser plus de 7 m2 par personne à titre individuel ou pour une famille sont très peu nombreux. Si les différents bureaux administratifs appliquaient à la lettre le règlement, la plupart des relations entre les migrants et les propriétaires s’arrêteraient par la force des choses. Dans de telles circonstances le gouvernement n’a pas à fournir les avantages en matière de logement dont bénéficient les citadins. Les migrants aux faibles revenus ne peuvent que violer la loi en concluant un accord avec les propriétaires ou alors, il ne leur reste qu’à rentrer chez eux. On voit ainsi clairement, les limites et les obstructions faites au droit légitime des migrants d’avoir un logement et un permis de résidence.

  • 23 A l’article 6, il est stipulé que dans ce cas, il faut fournir une lettre signée par 7 personnes ce (...)

26En plus de la réglementation susmentionnée et des politiques en matière de destruction/déplacement, nous pouvons voir que le droit au logement des migrants est négligé et même rejeté. Il est généralement considéré que la destruction et le déplacement, inhérents au renouveau urbain, affectent tout particulièrement les citadins. Par citadins on désigne les personnes qui disposent d’un permis de résidence urbain, en d’autres termes, les bénéficiaires ne peuvent être en pratique que des locaux. La municipalité de Shanghai a promulgué le 1er août 2006, « les mesures permettant de définir selon quels critères la population ayant un logement aurait droit à un échange de logement en cas de destruction de leur habitat ». Pour ce qui est des migrants affectés par des démolitions, ils doivent être détenteurs d’un permis de résidence d’une année pleine sans discontinuité, ils ne doivent pas avoir d’autre logement en ville (ou alors il faut prouver que cet autre logement est problématique) et la personne doit être directement affectée par la destruction de son logement23. Cette règle sous forme de texte de loi fait que la majorité des migrants qui habite en ville se trouve exclue des bénéficiaires tels que défini par le règlement. C’est pourquoi les destructions qui impliquent les promoteurs immobiliers et l’administration ont provoqué de la part des familles affectées toutes sortes de disputes récurrentes tant avec la société de destruction qu’avec les promoteurs.

27Si on fait une analyse du travail spécifique effectué par les groupes d’intérêt pendant la période de destruction, on peut observer la situation suivante.

Tableau 3 : les différents groupes d’intérêts en présence pendant la période de destruction

Tableau 3 : les différents groupes d’intérêts en présence pendant la période de destruction

Réalisé par Zhao Yeqin.

28Nous avons donc trois acteurs principaux en présence dans cette partie d’échecs : les résidents, le promoteur immobilier et l’administration. Dans cette partie, les groupes d’intérêt montrent leur force, leur capital économique et social, les principales disputes tournent autour des compensations et de la question du lieu de déplacement (voir tableau 3 ci-dessus).

  • 24 Il est ici fait référence à la théorie du champ développée par Bourdieu. Théorie à laquelle il a aj (...)
  • 25 Entretien du 5 septembre 2006 à YHN.
  • 26 Sur la base du « plan de construction de logement à Shanghai entre 2006 et 2010 », 15 points import (...)

29En parallèle, les personnes venues de l’extérieur qui résident en ville (waidiren), n’ont souvent pas de « permis de résidence citadin », ce qui implique « qu’elles n’ont pas droit au logement ». C’est la raison pour laquelle elles sont exclues par les trois acteurs : l’administration, le promoteur immobilier et les résidents lesquels ont balisé leur terrain24. Les migrants ne peuvent pas compter sur une position au même titre que les résidents citadins. Ils ne peuvent qu’observer en tant que personne extérieure ce qui se passe sur le terrain. Toutefois dans certaines circonstances, où la majorité de ceux qui habitent en ville se sont fixés socialement et, de fait, ont vu leur vie changer, ils peuvent parfois entrer dans le jeu. Ainsi, au début des années 1980, avec l’assouplissement du système de permis de résidence, sa fonction de verrou n’a plus rempli son office et la population paysanne (mingong) a pu entrer dans les villes pour y habiter et travailler en suivant les fluctuations des réseaux de relations (guanxi). Le changement dans leur style de vie a fait qu’ils ont pu s’établir en ville. Si on regarde la situation dans le centre de Shanghai, la majorité des migrants se retrouvent dans les quartiers à l’intérieur du périphérique ou à l’extérieur. Ils ne sont pas concentrés en un seul lieu. La densité de population de l’intérieur vers l’extérieur diminue progressivement par cercles (Gao Xiangdong, 2003). Mis à part certains qui sont dans des dortoirs d’usines ou dans des baraquements de chantier (dans ces cas-là le logement collectif est fourni par le département de gestion du personnel), la plupart commence par payer un faible loyer puis à réfléchir en fonction de leurs réseaux de relations et de soutien villageois. Ils choisissent de vivre soit dans des quartiers pauvres du centre-ville soit dans les périphéries où ils retrouvent des gens de leurs villages. « Ces maisons en mauvais état ont aussi des avantages pour nous, réfléchissez, il y a des gens qui acceptent de te louer une chambre, si tu vas dans un logement collectif personne ne veut te louer un logement. Les migrants sont nombreux, ils sont sales alors ils ne veulent pas te le louer. Autrement dit, la location dans ces maisons-ci est plutôt bon marché, on peut se le permettre. »25. Les zones à forte concentration de migrants sont aujourd’hui le point central de la rénovation de la vieille ville de Shanghai26.

  • 27 Elle comprend aussi : les dépenses de logement pour les familles à revenu modeste, ce sont elles le (...)
  • 28 La raison pour laquelle les autorités de la ville de Huzhou ont tenté progressivement cette expérie (...)
  • 29 En 2004, Shanghai a été la première à construire des logements collectifs pour les migrants dans la (...)

30A l’évidence le système installé par les différents échelons de l’administration, fait réellement obstruction au droit au logement auquel pourrait prétendre les migrants. Une question intéressante est que cette tactique politique n’a pas été remise en question ni dans sa légitimité ni dans sa justification ; en d’autres termes elle est communément admise par les différents cercles de la société. Pourtant d’un autre côté, la question du logement en ville des migrants entre de plus en plus dans le champ des décisions politiques. A tous les niveaux de l’Etat, le gouvernement central tente progressivement de faire payer le « droit au logement ». En juin 2003, le gouvernement a aboli le système permettant de rapatrier les migrants, ce qui implique que les migrants peuvent réellement obtenir un statut de résident urbain. En 2005, le ministère de la construction a mis à l’étude un travail de réforme centré sur l’élaboration d’un mécanisme efficace pour résoudre le problème des migrants s’installant en ville27. Un exemple d’assouplissement progressif du droit de résidence pour les migrants eut lieu dans la ville de Huzhou (province du Zhejiang) en 2004. Les autorités ont pris l’initiative de créer à titre expérimental « une caisse de prévoyance pour le logement des migrants »28. Une fois rendu public, ce système a été très bien accueilli par la majorité des migrants. En plus, dans les villes comme Pékin et Shanghai plusieurs tentatives ont été menées pour bâtir des « logements collectifs à loyer modéré pour les migrants » et d’autres projets afin d’améliorer les conditions de vie pour ceux qui logent en ville de manière intermittente29.

31Le mode d’accès est réduit, les critères d’application sont multiples, selon les régions, la vision que les autorités municipales ont de la question du logement des migrants est très différente, l’argent est devenu progressivement le principe de base d’une société juste. Mais quand la ville défraie les migrants au nom du « droit au logement », elle le fait au nom de son intérêt propre, et pas simplement dans un but de service.

Conclusion : La destruction des logements à caractère collectif et le silencieux « quatrième groupe »

32En introduisant la notion de quatrième groupe, il s’agit de donner une identité au large groupe de migrants qui habite en ville et de mettre en lumière les droits qu’ils devraient obtenir. Il y a deux facettes à cette question : d’abord le quatrième groupe, celui qui avait été négligé et mis de côté, par les institutions lors de la rénovation urbaine, vient ainsi s’ajouter aux autorités, aux promoteurs immobiliers et aux résidents. Un autre aspect est que ce quatrième groupe manque de représentativité, c’est un groupe silencieux.

33Sur la base de l’analyse qui précède, la discussion autour « du droit au logement » devrait inclure la question de « l’exclusion du logement ». Il est communément accepté comme un fait social que les migrants font partie des résidents urbains, pourtant l’objectif de l’exclusion est lié à la rénovation urbaine. Dans le cadre de la théorie d’exclusion sociale de Parkin, il s’agit d’un processus où il y a une influence mutuelle entre les différentes dimensions du problème (Ceng Qun, Wei Yanbin, 2004). En d’autres termes les recherches sur l’exclusion sociale se concentrent sur le processus qui mène à l’exclusion des autres et qui (des acteurs et des agents) adopte ce système. C’est un point fondamental. Les migrants font face à l’exclusion du logement, précisément c’est cette forme d’exclusion institutionnalisée qui est très explicite. Dans ce cas-là, une fracture se crée entre le droit au logement des citadins et la population migrante sans permis de résidence. Son corolaire est que la production de logement entraîne une société inégalitaire. Parmi les citadins, si l’on compare les migrants qui ont un statut de locataire, et qui ne jouissent donc pas les droits afférents au titre de propriété comme les citadins enregistrés, ils ne peuvent pas profiter des politiques préférentielles établies par les différents niveaux du gouvernement et des promoteurs immobiliers lors de la période de démolition, au contraire ils sont exclus en groupe.

34Ici, l’utilisation de l’expression « les groupes exclus du logement », explique la coupure, l’exclusion des migrants venus de la campagne dans le processus de transformation de la vieille ville. Le processus d’exclusion est important dans la politique engagée par les autorités urbaines, de fait, elles commencent par réfléchir dans l’intérêt de la ville elle-même et non des habitants qui la constituent. La politique est toute relative aux fondements juridiques qui institutionnalisent l’exclusion du logement. C’est pourquoi, le processus d’éviction induit l’attitude adoptée par les autorités urbaines qui consiste à considérer comme négligeable et à repousser les intérêts des groupes de migrants à faible revenu.

35Les restrictions de toutes sortes mises par le système et les autorités urbaines auxquelles sont confrontés les migrants eux-mêmes ont pour corollaire leur manque de connaissances quant au droit au logement. Il est visible qu’hormis quelques villes où récemment ont eu lieu des actions pour revendiquer auprès des chefs d’entreprises de meilleurs salaires, dans la majorité des autres villes il y a très peu de demandes adressées aux autorités administratives ou aux promoteurs immobiliers ; de même, les actions de résistance menées par les migrants quand leurs intérêts sont lésés en matière de logement, sont elles aussi très rares. Les revendications les plus nombreuses en matière de droit au logement sont déployées parmi la classe moyenne des citadins et en dessous. A YHN, les migrants dépassent de loin le nombre de résidents locaux mais quand ils doivent faire face à la situation d’expulsion, ils adoptent une attitude de dénigrement en disant par exemple « Nous ne sommes pas d’ici. », « Nous n’avons pas de permis de résidence de Shanghai », ces raisons expliquent pourquoi aucune action n’est entreprise. Au contraire, ils adoptent la position avec des réponses comme celles-ci : « Si ici cela doit être détruit, alors on doit réfléchir à une solution », « En fait, s’il n’y a pas de solution ici alors il faut partir pour la périphérie et si là-bas il n’y a pas de solution non plus alors il faut rentrer à la campagne ».

  • 30 On considère en général que pour qu’un groupe mène une action de résistance il faut d’abord que ses (...)

36Ce « silence des sans voix » - des groupes de migrants - s’interprète souvent comme un manque de droit d’expression ou le peu de droit pour un groupe défavorisé (parmi eux sont incluses les classes de citadins pauvres) (Tang Binyao, 2005). Mais il est évident que dans la situation où leurs intérêts sont lésés, les groupes de citadins pauvres vont avoir tendance à envoyer des pétitions, créer des troubles, ce sont des manières fortes pour attirer le regard sur leurs demandes. A chaque fois, cette manière de s’exprimer et de faire appel se révèle très efficace. (Chen Yingfang, 2003, Ren Bumei, 2005). Par contre, pour ce qui est des migrants, leur silence n’est pas dû à l’inefficacité des moyens choisis, ni même au manque de canaux de communication mais bien plutôt à ce qui serait considéré comme une violation « de l’inconscient collectif », en d’autres termes « le silence » est le résultat d’un choix volontaire et ce n’est pas un manque de possibilité ou une contrainte qui leur est imposée. A côté de la réalité des problèmes « des salaires non versés et d’une année blanche (sans revenu) », l’exclusion du logement montre bien comment le phénomène de marginalisation recouvre tout. Il y a un double verrou qui est constitué à la fois de « l’inconscient collectif »30 et des limites administratives face au droit au logement. Tout ceci explique pourquoi les migrants jouent un rôle silencieux dans le renouveau urbain.

37En ce qui concerne la question importante de savoir si « les droits des citadins » sont réellement accordés aux migrants, avec une garantie de « droit au logement » qui elle-même induit le droit au travail, la protection maladie, l’éducation et les droits afférents, tout cela est présupposé acquis et ce sont de fait, des éléments indispensables pour pouvoir vivre en ville ; mais comme nous l’avons montré ce n’est que très rarement le cas. C’est dans ce contexte que la question du « droit de résidence » pour les migrants se transforme en un débat sur le « droit des citadins ». Il s’agit d’un débat en cours qu’il est impossible de ne pas suivre sans grand intérêt.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOURDIEU, P., 1994, Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action, Paris, Le Seuil.

COING, H., 1966, Rénovation Urbaine et Changement Social, Paris, Éditions Ouvrières.

DE RUDDER, V., 1987, Autochtones et immigrés en quartier populaire. D’Aligre à l’îlot Châlon, Paris, Ed.CIEMI-L’Harmattan.

FEI, X., 1992, From the Soil: The Foundations of Chinese Society, Presses universitaires de Californie.

FRIEDMAN, J., 2003, « China’s Urbanization », International Journal of Urban and Regional Research, 27 (3) p. 745-758.

FROISSART, C., 2005, « Quelle Citoyenneté Pour Les Travailleurs Migrants en Chine ? », Etudes Chinoises, vol. XXIV-Journée de l’AFEC du 10 juin.

LAURANS, V., 2001, « Logements et Confort à Shanghai. L’exemple de Wanli, Ensemble Résidentiel Modèle », Perspectives Chinoises, n° 68, Novembre-décembre, p. 37-48.

LAURANS, V., 2005, « L’argument du Confort Pour Déplacer les Résidents Urbains : Le Cas de Jianyeli, Projet-pilote de Restauration. », Perspectives Chinoises, n° 87, Consulté en ligne le 20 juin 2013. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/688.

LANRANS, V., 2006, « La nouvelle donne du logement à Shanghai. Transition économique et changement social », Transcontinentales, n° 3, p. 31-46.

SOLINGER, D., 1999, Contesting Citizenship in Urban China, Peasant Migrant, the State, and the logic of the Market, Berkeley, Presses universitaires de Californie.

CHEN, Y., 2003, « Pinkun qunti liyi biaoda qudao diaocha (Enquête sur les avantages des groupes les plus pauvres », Zhanlue yu guanli, (Stratégie et Management), n° 6, p. 87-91. 

CHEN, Y., 2005, « Nongmingong, zhidu anpai yu shengfen rentong (Ouvriers-paysans : arrangement institutionnel et identité) », Shehuixue yanjiu, (Recherches sociologiques), n° 3, p. 119-132.

GAO, X., 2003, Da Chengshi Renkou Fenbu biandong he Jiaoquhua Yanjiu – Yi Shanghai Weili (Recherches sur l’évolution de la répartition de la population dans les grandes villes et leur périphérie - le cas de Shanghai), Shanghai, Fudan Daxue Chubanshe.

GED, F., 2000, Portrait de ville : Shanghai, Paris, Institut français d’architecture.

HENRIOT, C. (ed), 1999, Atlas de Shanghai : espaces et représentations de 1849 à nos jours, Paris, CNRS Editions.

HONIG, E., 1992, Creating Chinese Ethnicity : Subei People in Shanghai, 1850-1980, Presses universitaires de Yale.

LI, Q., 2001, « Zhongguo chengshi nongmingong laodongli shichang yanjiu (Recherche sur le marché d’emploi pour les migrants en Chine) », Revue Xuehai, Académie des sciences sociales de la province de Jiangsu, n° 1, p. 110-115.

REN, B., 2005, « Shangfang langchao yu zhongguo zhengzhiweiji (Une vague de pétitions et la crise politique en Chine) », présentation lors de la conférence sur les droits de l’homme à Taipei le 17 décembre.

TANG, B., 2005, « Ershi shiji jiushi niandai yilai guanyu shehuigongzheng wenti yanjiu shuping (Recherches sur la question de la justice sociale depuis les années 1990) », Jiaoxue yu yanjiu (Education et recherche), n° 1, p. 69-76.

REN, L., 2003, « Eryuan laodongli shichang zhong de nongmingong quanyi wenti (La question des avantages des migrants sur le marché dual du travail) », Lilun xuekan (Journal théorique), n° 4, p. 111-114.

SANJUAN, T., 2009, Atlas de Shanghai, Paris, Autrement.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WU, F., 2000, « The Global and Local Dimensions of Place-making: Remaking Shanghai as a World City», Urban Studies, vol 37, n°8, p. 1359-1377.
DOI : 10.1080/00420980020080161

ZEN QUN, WEI YANBIN, 2004, « Shiye yu shehui paichi : yige fenxi kuangjia (Le chômage et l'exclusion sociale : Un cadre d'analyse) », Shehuixue yanjiu (Recherches sociologiques), n° 3.

ZHAO, Y., 2011, Construction des espaces urbains et rénovation d’un quartier de Shanghai : la problématique de la migration et du changement social, Shanghai Sanlian chubanshe.

ZHAO, Y., 2012, « Housing Rights and Citizenship of Rural Migrants in Urban China: The Case of Yuanhenong», in Nihal, P., Wing-Shing, T., Transforming Asian Cities: Intellectual impasse, Asianizing space, and emerging translocalities, Routledge, p. 94-111.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ZHANG, T., 2002, « Urban Development and a Socialist Pro-growth Coalition in Shanghai », Urban Affairs Review, vol 37, n°4, p. 475-499.
DOI : 10.1177/10780870222185432

Haut de page

Notes

1 Le terme de Penghu qu peut se traduire par bidonvilles ou habitat temporaire ou encore habitat délabré, nous avons préféré la dernière traduction correspondant mieux à la réalité chinoise.

2 Sur l’histoire des Penghu qu, on se reportera à l’article de Jiang Jianjun et Zhao Yeqin, 2006, in « Penghu qu : jiyizhong de shenghuoshi » (Les quartiers délabrés: l’histoire de vie à travers la mémoire), sous la direction de Chen Yingfang, Shanghai guji chubanshe, 398p.

3 Afin de préserver l’anonymat des personnes et de pouvoir continuer de futures enquêtes, le nom du site a été changé.

4 Informations fournies par le comité de résident de YHN.

5 Ces chiffres sont ceux établis par le commissariat en avril 2003 suite à l’épidémie de grippe aviaire.

6 Dernières statistiques disponibles 20/01/2003.

7 Dernièrement, à cause de l’afflux de migrants extérieurs d’une part et du projet de destruction du quartier, de plus en plus de résidents ont acheté un appartement à l’extérieur et louent leur ancien logement aux migrants, cela a créé une division parmi les habitants qui restent sur place et aussi quelques problèmes pour le comité de résident.

8 Il s’agit du Xiebao, qui est une forme de secours d’urgence pour les personnes qui n’ont pas de revenu minimum et se trouvent dans de graves difficultés. Il n’est pas possible de compter sur ces aides pendant plusieurs années d’affilées. Toutes les statistiques mentionnées datent de juillet 2003.

9 Sur les gens du Subei, on se reportera au livre de E. Honig, 1992, Creating Chinese Ethnicity : Subei People in Shanghai, 1850-1980, Presses universitaires de Yale, 174p.

10 Fei Xiaotong, 2008, Xiangtu zhongguo,(Rural China) Renmin chubanshi, 120p. Il existe une traduction en anglais, 1992, From the Soil: The Foundations of Chinese Society, Presses universitaires de Californie, 176p.

11 Comité éditeur du district de Putuo de la ville de Shanghai, 1994, Putuoquzhi, Edition de l’académie des Sciences Sociales de Shanghai.

12 Entretien effectué à YHN en 23 mai 2007.

13 Entretien datant du 10 septembre 2006 à YHN.

14 Ce terme a été donné aux personnes qui refusent d’évacuer leur logement et demandent de meilleurs dédommagements. La plus célèbre maison-clou était à Chongqing (2007), où les occupants malgré les coupures d’eau, d’électricité et de téléphone, malgré un fossé creusé autour de la maison ont résisté deux ans avant de trouver un compromis avec le promoteur. Cet événement a été largement couvert par les medias chinois et donné naissance à cette expression de maison-clou pour parler des irréductibles.

15 Entretien effectué le 25 août 2006 à YHN.

16 Il s’agit de l’indemnité mensuelle donnée par la municipalité de Shanghai en 2006 pour les personnes qui ont été licenciées. Entretien du 10 août 2006, à YHN.

17 Entretien effectué le 27 août 2006 à YHN.

18 Entretien effectué le 2 septembre 2006 à YHN.

19 Entretien effectué le 15 septembre 2006 à YHN.

20 Entretiens réalisés entre le 20 septembre et le 11 octobre 2006 à YHN.

21 Entretien effectué le 15 septembre 2006 à YHN.

22 Selon le règlement, les enfants des personnes qui sont en possession du permis de résidence peuvent avoir accès au système d’éducation, toujours selon ce même règlement, les personnes venues de l’extérieur peuvent, après un examen ou en fonction de leurs qualifications, être recrutées à des postes de responsabilité technique, elles peuvent aussi être désignées comme travailleur modèle de Shanghai ou être sélectionnée comme meneur. D’après un rapport sur les réalisations techniques, il est indiqué que l’on doit encourager les candidatures de chauffeurs et que les personnes de moins de 16 ans qui possèdent le permis de résidence peuvent bénéficier du programme de vaccination mis en place par le service de prévention des maladies infectieuses de la municipalité de Shanghai. (Agence Xinhua, 2004) http://news.xinhuanet.com/newscenter/2004-09/01/content_1936544.htm.

23 A l’article 6, il est stipulé que dans ce cas, il faut fournir une lettre signée par 7 personnes certifiant la situation exceptionnelle de la personne ou par 6 personnes qui n’habitent pas avec elle.

24 Il est ici fait référence à la théorie du champ développée par Bourdieu. Théorie à laquelle il a ajouté la notion de jeu pour expliquer comment les différents acteurs, conscients des règles imposées agissent en espérant faire valoir leurs atouts.

25 Entretien du 5 septembre 2006 à YHN.

26 Sur la base du « plan de construction de logement à Shanghai entre 2006 et 2010 », 15 points importants avec urgence de rénovation, qu’il faut détruire et reconstruire, sont inclus : les habitats avec un environnement particulièrement mauvais, les zones de logements précaires et les vieux bâtiments de seconde classe.

27 Elle comprend aussi : les dépenses de logement pour les familles à revenu modeste, ce sont elles le point central de la mesure, le logement fourni est à loyer modéré et pour les plus modestes la sécurité sociale est inclue.

28 La raison pour laquelle les autorités de la ville de Huzhou ont tenté progressivement cette expérience est que : dans la pratique l’unité de travail (Danwei) et l’individu concerné mettent de côté 66 yuans, au bout de 6 mois il peut faire une demande de logement. Selon le contrat, le migrant garde une certaine somme sur un compte rémunéré. Une personne qui fait un emprunt sur 20 ans peut demander au maximum 63.000 yuans. Chaque mois elle n’a besoin que de 380 yuans, en tant que couple, ils peuvent emprunter 123.000 yuans. Entre janvier et juin, il y a eu plus de 4.800 inscriptions d’entreprises non gouvernementales pour le nouveau programme, dont plus de 2.000 étaient des paysans occupant des postes très ordinaires. Le projet de la province du Zhejiang est, sur une durée de 3 à 5 ans, d’instituer une couverture complète de l’aide au logement via la caisse. Une couverture complète, cela signifie que non seulement les employés d’entreprises d’état mais aussi les entrepreneurs privés et les migrants ayant un emploi temporaire peuvent y prétendre. La réforme du logement dans la province du Zhejiang est liée à la personnalité de celui qui la dirige. Si l’expérience se révèle un succès, il est très probable que le pays tout entier suivra.

29 En 2004, Shanghai a été la première à construire des logements collectifs pour les migrants dans la ville de Malu, (district de Jiading). L’investissement total est d’environ 300 million de yuans, 30.000 personnes peuvent y vivre.

30 On considère en général que pour qu’un groupe mène une action de résistance il faut d’abord que ses membres aient pris conscience d’appartenir au groupe. Au moment où la situation est jugée injuste, alors on adopte une action collective en pensant que cette situation injuste peut être changée (McAdam, 1982, Folger and Cropanzano, 2006). La société se construit avec différentes opinions et crée un sentiment d’identification. La conscience de groupe influence l’action collective, elle n’est pas présente au départ, elle n’est pas non plus fixe, en fait, c’est la pratique de l’action collective qui va construire sans arrêt la conscience collective (Snow, Rochford, Worden & Benford, 1986).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation du site du YHN
Crédits Réalisation : Zhao Yeqin
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2984/img-1.png
Fichier image/png, 147k
Titre Carte 2 : localisation de Yuan He Nong
Crédits Source : Google earth (http://ditu.google.cn/​maps?hl=zh-CN&tab=wl) – Réalisation : Zhao Yeqin
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2984/img-2.png
Fichier image/png, 647k
Titre Figure 1 : Comparaison de la tendance à la croissance entre les deux groupes
Crédits Source : Les chiffres fournis par le comité de résidents de YHN et établis en fonction du nombre d’occupants enregistrés en 2003 et 2006.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2984/img-3.png
Fichier image/png, 53k
Titre Tableau 1 : Comparaison entre les migrants et les habitants locaux par tranche d’âge de 17 à 60 ans et plus.
Crédits Source : Comité de résidents de YHN
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2984/img-4.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 2 : Niveau d’étude des résidents de YHN
Crédits Source : Jiang Jianjun, (2004)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2984/img-5.png
Fichier image/png, 4,9k
Titre Figure 2 : Province d’origine des résidents de YHN (exprimé en %).
Crédits Source : Enquête réalisée par Jiang Jianjun en 2004
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2984/img-6.png
Fichier image/png, 52k
Titre Tableau 2 : Sélection de thèmes qui différentient les locaux et les migrants
Crédits Source : tableau realisé par Zhao Yeqin d’après les entretiens
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2984/img-7.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 3 : les différents groupes d’intérêts en présence pendant la période de destruction
Crédits Réalisé par Zhao Yeqin.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2984/img-8.png
Fichier image/png, 7,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yeqin Zhao et Florence Padovani, « Expulsion des résidents d’habitats délabrés (penghuqu) et reconstruction de la vie des nouveaux migrants à Shanghai. Enquête sur le quartier de Yuan He Nong. », L’Espace Politique [En ligne], 22 | 2014-1, mis en ligne le 17 mars 2014, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/2984 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2984

Haut de page

Auteurs

Yeqin Zhao

Associate professor
The Center for Modern Chinese City Studies, Sociology Department, East China Normal University
yeqin791218@hotmail.com

Florence Padovani

Maître de conférences
Paris 1- Chercheur UMR Prodig
florence.padovani@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org