Navigation – Plan du site

La destruction des villages de pêcheurs au sud de Libreville. Une opération entre impératif sécuritaire et spéculation foncière

The Destruction of Fishermen's Villages South of Libreville. An Operation between Security and Land Speculation
Serge Loungou

Résumés

La démolition, en 2002, des villages de pêcheurs ouest-africains établis dans la commune d’Owendo, au sud de Libreville, capitale du Gabon, avait été justifiée officiellement par la nécessité de lutter contre l’immigration clandestine par voie maritime et les formes de criminalité qui lui sont associées. A travers le présent article, l’auteur tente d’apporter une autre explication à cette décision, qu’il lie, en partie, à une vaste opération de spéculation foncière orchestrée par l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG), dans le souci de promouvoir économiquement l’immense terrain domanial qu’il possède dans la commune.

Haut de page

Texte intégral

1Situé en Afrique centrale, le Gabon est un Etat riverain du golfe de Guinée dont les eaux bordent la partie occidentale du pays sur 850 Km. Il est limité au Nord par le Cameroun, au Nord-Ouest par la partie continentale de la Guinée Equatoriale, à l’Est et au Sud par le Congo. Doté d’une superficie de 267 667 Km², sa population a été estimée lors du dernier recensement (2003) à 1 500 000 habitants, dont 42 % résidaient dans la capitale Libreville et sa région. Alimentée, depuis plus de trois décennies, par l’effet conjugué des migrations internes, de l’afflux de communautés étrangères et de l’accroissement naturel de la population, la croissance démographique de la métropole gabonaise s’est accompagnée d’un étalement spatial effréné, le tout sur fond d’occupation anarchique du sol (Martin, 2000). Le souci de lutter contre ce désordre, commencé dans les années 1970, a conduit les pouvoirs publics à mener, dès cette époque, moult opérations de restructuration et de rénovation urbaines, occasionnant fréquemment le déguerpissement ou l’expropriation puis le transfert des populations vers les espaces péricentraux ou périphériques de la ville (Nguema, 2006a). Cette « politique du bulldozer » n’est pas propre au Gabon. En Afrique, selon toute vraisemblance, elle fut initiée au Sénégal par l’administration coloniale française, dans les années 1910, avant de se répandre à l’ensemble du continent, motivée par des raisons diverses : ségrégation raciale ou sociale, plan d’assainissement, stratégie de restructuration/rénovation urbaine, spéculation foncière (Talierco, 2008).

2La destruction, en 2002, des villages de pêcheurs artisans de la commune portuaire d’Owendo, située au sud de Libreville, constitue un exemple emblématique de ces opérations « coup de poing ». A cette différence que les villages concernés abritaient en grande majorité des populations étrangères, essentiellement d’origine ouest-africaine, et que leur démolition relevait moins d’un plan de réorganisation de l’espace urbain que d’une volonté affirmée des pouvoirs publics de lutter contre l’immigration clandestine par voie maritime et la montée de l’insécurité dans le même domaine, deux phénomènes considérés par eux comme intimement liés (Loungou, 2008). À l’époque diversement appréciée par l’opinion, la décision de démolir les sites de pêcheurs d’Owendo a laissé planer des zones d’ombre, lesquelles suscitent encore des interrogations. Quel a été le niveau d’efficacité de cette mesure du point de vue de la sécurisation du milieu portuaire et maritime ? L’enjeu sécuritaire, invoqué officiellement, n’a-t-il pas dissimulé une vaste opération spéculative sur le foncier ?

3Dans le cadre de la présente réflexion, nous nous sommes appuyé, à la fois, sur des monographies, des sources journalistiques – essentiellement les articles de L’Union, principal quotidien national – et des témoignages recueillis auprès des personnels de l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG) et de l’administration communale, ainsi que des chefs de communautés de pêcheurs Ijaw et Yoruba. Du fait de la méfiance de nos interlocuteurs à s’exprimer sur le sujet, mais aussi de l’illettrisme de la plupart des pêcheurs ouest-africains, nous avons opté pour la technique de l’entretien direct. C’est à partir des informations et des points de vue glanés au cours des ces investigations que nous avons pu formuler des réponses aux deux questions fondamentales qui sous-tendent notre problématique.

Des conditions d’implantation des villages de pêcheurs

4Au préalable, il convient d’évoquer les conditions qui ont déterminé l’implantation en terre gabonaise des villages et campements de pêcheurs ouest-africains, ainsi que les formes d’organisation sociale des communautés qui y vivent. Cette démarche est fondamentale pour qui veut comprendre le phénomène des pêcheurs migrants (Ovono Edzang, 2006a), tant du point de vue son histoire, de son ampleur que de sa nature sociologique.

Le contexte de la migration des pêcheurs ouest-africains

5Au regard de la longueur de son linéaire côtier (850 Km), le Gabon dispose d’une des fenêtres maritimes les plus importantes de la façade atlantique africaine (Ogoulat, 2005). Cependant, en dépit d’un tel avantage comparatif, le pays semble résolument « tourner le dos » à la mer (Bignoumba, 1999). Cette situation, qui se traduit notamment par une très faible participation des populations autochtones aux activités halieutiques en milieu océanique, contraste avec la forte présence dans le secteur de la pêche artisanale maritime des communautés étrangères originaires d’Afrique de l’Ouest (Ovono, 2004 ; Mombo, 2005). Ces dernières, fort d’une tradition nautique marquée, ont été amenées à essaimer sur l’ensemble du golfe de Guinée, du Libéria au Congo (Carré, 1998). Les premières traces de l’itinérance des pêcheurs ouest-africains le long des côtes gabonaises sont datées du XIXe siècle (Roux, 1950) tandis que leur installation remonte aux années 1940, avec la création des premiers villages et campements de pêcheurs dans la région de Port-Gentil. A l’époque, ce sont principalement les communautés des pêcheurs Dahoméens (actuels Béninois) et Togolais qui s’y implantent, emboîtant le pas à la migration tracée par leurs compatriotes que le pouvoir colonial avait recrutés comme commis d’administration ou main-d’œuvre de la Société pétrolière d’Afrique équatoriale française (SPAEF).

6Une fois l’indépendance survenue en 1960, ces pêcheurs immigrés de la première génération, qui ont su conserver des attaches avec leurs pays d’origine, sont devenus la tête de pont d’une dynamique migratoire qui a conduit, à partir de la seconde moitié de la décennie 1970, à l’arrivée sur le sol gabonais d’un flux important de ressortissants ouest-africains. L’attrait économique et la relative vacuité humaine du pays d’accueil, d’une part, associés aux difficultés d’ordre social (aggravation de la pauvreté), politique (guerre du Biafra) et écologique (dégradation de l’environnement marin, raréfaction de la ressource halieutique) internes aux pays de départ, d’autre part, sont autant de facteurs qui ont favorisé, au fil des décennies, l’arrivée massive puis l’implantation le long du littoral gabonais de diverses communautés de pêcheurs artisans originaires d’Afrique de l’Ouest.

7Parmi ces populations étrangères pratiquant la pêche maritime, quelques grands groupes ethniques se caractérisent par leur engagement au Gabon ; il s’agit des Ewé et Fanti du Ghana-Togo, des Popo du Bénin, des Yoruba et Ijaw du Nigéria (Bignoumba, 2000). Cependant, deux catégories de pêcheurs ouest-africains sont à distinguer : les sédentaires et les migrants à proprement parler. Les uns sont implantés d’assez longue date le long des côtes gabonaises, regroupant ainsi plusieurs générations de familles ; les autres ont une présence saisonnière dictée par la quête de la ressource halieutique (Ovono Edzang, 2006a). Alors que les communautés de pêcheurs sédentaires vivent dans des villages d’implantation durable, celles des migrants sont le plus souvent établies dans des campements improvisés. Ce sont ces derniers qui, semble-t-il, alimentant les filières de l’immigration irrégulière à destination de l’espace gabonais (Loungou, 2008).

Origine géographique des pêcheurs artisans dans la région de Libreville (2003)

Origine géographique des pêcheurs artisans dans la région de Libreville (2003)

Source : Direction Générale des Pêches et Aquaculture (2003) / OVONO EZANG (2004).

L’organisation sociale des communautés de pêcheurs

8L’organisation sociale de ces populations permet ainsi d’observer qu’elles vivent généralement en marge de la société du pays d’accueil, dans des villages ou campements littoraux situés en périphérie des agglomérations urbaines (Bignoumba, 2011, p.35-36). Deux facteurs majeurs paraissent déterminer le choix des sites abritant les communautés de pêcheurs ouest-africains : la proximité d’une étendue marine et l’isolement relatif des sites. La proximité de la mer rend aisé le débarquement des cargaisons des produits de la pêche et facilite la surveillance constante des mouvements de marées dont dépendent les sorties en mer des pêcheurs. L’isolement des sites permet de mener, sans désagrément pour les populations urbaines alentours, des activités connexes à la pêche telles le fumage et le salage de poissons, particulièrement polluantes (Ovono Edzang, 2006b). D’un autre point de vue, il favorise le maintien de la cohésion sociale dans ces communautés très souvent constituées par affinité ethnique.

Photo 1 – Habitations d’une communauté de pêcheurs Ijaw

Photo 1 – Habitations d’une communauté de pêcheurs Ijaw

Cliché S. Loungou, 2013

  • 1 L’isolement relatif de leurs villages oblige les communautés de pêcheurs à se doter d’écoles nécess (...)

9Dans ces villages de pêcheurs, les populations se distinguent par un certain degré d’autonomie dans la mise en place de bon nombre d’infrastructures nécessaires à leur quotidien : marchés, lieux de culte et, dans certains cas, écoles et dispensaires1 (Bignoumba, 1998). Chaque communauté dispose à sa tête d’un chef dont la désignation est liée soit à l’âge – généralement, il s’agit de l’homme le plus âgé du groupe –, soit à l’antériorité dans l’occupation du site ; le plus souvent, la succession se faisant de père en fils. En tant qu’autorité morale, le chef règle les litiges au sein de la communauté, de même qu’il sert d’interlocuteur auprès de l’administration, à laquelle il est tenu de rendre compte. Son rôle de médiateur s’avère particulièrement utile en cas de conflit d’usage ou de voisinage avec les populations autochtones ou d’autres communautés de pêcheurs. En tant que dépositaire du pouvoir spirituel, il dirige les cérémonies magico-religieuses qui précèdent chaque départ en mer des pêcheurs. Enfin, il est généralement assisté dans ses tâches par des adjoints, des conseillers, les chefs de clans et un comité de sages qui fait office d’assemblée délibérante (Ovono Edzang, 2006a, p.10).

Photo 2 – Lieu de culte dans un village de pêcheurs Yoruba

Photo 2 – Lieu de culte dans un village de pêcheurs Yoruba

Cliché S. Loungou, 2013

10L’organisation sociale des communautés de pêcheurs ouest-africains repose aussi sur diverses formes de solidarité, les plus emblématiques étant les associations de pêcheurs et les groupes de tontine. Les associations de pêcheurs correspondent généralement à des fraternités masculines – à l’exception notable de la communauté Ijaw dont les femmes s’adonnent également à la pêche – tandis que les groupements de tontine rassemblent aussi bien les hommes que les femmes. Le registre d’action des associations de pêcheurs est à la fois économique et social. Ainsi, sous couvert de préserver la ressource halieutique, les membres de ces associations s’accordent souvent pour limiter les captures à l’effet de créer la rareté d’une espèce sur le marché local. Il s’ensuit une augmentation de leurs gains résultant de la hausse du prix de l’espèce concernée. En outre, ces associations garantissent à leurs membres une sorte de sécurité sociale tous risques, en ce qu’elles couvrent un large domaine d’intervention qui va de l’aide aux pêcheurs en détresse en mer à l’assistance matérielle et financière aux familles lors des évènements sociaux coûteux (mariages, naissances, baptêmes, funérailles…). Traditionnellement pratiquée par la gente féminine, la tontine est désormais courante chez les pêcheurs artisans. Elle consiste à réunir, en une caisse tournante, un montant que les membres se fixent d’un commun accord. A la fin de chaque échéance, un membre de l’association recueille l’argent collecté. Les revenus rapportés par la tontine permettent aux pêcheurs artisans, entre autres avantages, d’acquérir un équipement, de le renouveler ou de l’augmenter. Fondé sur la confiance entre membres du groupe, le système de tontine n’en est pas moins risqué, car il arrive que des personnes, une fois en possession de leur gain, fassent défection (Sindzi Sombangoye, 2007).

De l’activité halieutique et de l’insécurité en mer : quels liens ?

  • 2 En l’espèce, il est souvent reproché aux communautés ouest-africaines de pratiquer la pêche dans de (...)
  • 3 Le bois de palétuvier sert notamment au fumage du poisson. Son usage abusif conduit à la destructio (...)
  • 4 Ce trafic concerne particulièrement la sardine (ethmalose), une espèce halieutique gabonaise partic (...)

11Le fait que ces villages et campements de pêcheurs échappent généralement au contrôle de l’administration gabonaise y aurait, si l’on en croit les allégations de la presse locale, favorisé le développement d’une intense activité illicite dont les formes « traditionnelles » sont, entre autres faits, la pêche illégale2, l’exploitation abusive des forêts de mangrove3, l’immigration clandestine et le trafic frauduleux de marchandises4. Depuis un peu plus d’une décennie, on soupçonne ces agglomérations littorales abritant les communautés de pêcheurs ouest-africains d’être le sanctuaire des brigands opérant en mer et en zone portuaire. C’est précisément l’irruption des formes extrêmes de criminalité qui a amené le Gouvernement à décider, en 2002, de la destruction des villages de pêcheurs de la commune d’Owendo. En quoi l’essor de l’insécurité en mer était-il imputable aux populations installées dans ces villages ? La démolition de ceux-ci a-t-elle suffi à juguler le phénomène ? Les développements qui suivent permettront de répondre à ces deux interrogations.

La criminalité maritime, un enjeu de portée régionale

12Les actes de brigandage orchestrés dans les eaux intérieures et territoriales gabonaises s’inscrivent dans un contexte d’insécurité protéiforme et généralisée dans le golfe de Guinée. Favorisée par la faiblesse des capacités logistiques et opérationnelles des Etats riverains, cette insécurité régionale a pour centre de gravité le Nigéria (Atonfack, 2010). Pays de plus de 130 millions d’habitants, en effet, celui-ci abrite divers mouvements armés dont les activités oscillent généralement entre revendications économico-identitaires et grand banditisme (Ropivia, 2010, p.226-227). Particulièrement actifs dans la région du delta du Niger (Sud-est), ces groupuscules sont parvenus à investir l’espace maritime adjacent, où ils organisent régulièrement des opérations de prise d’otages et de sabotage d’installations pétrolières. Parallèlement à cet activisme politique – et même bien souvent à partir de ses réseaux –, il s’est développé, à l’échelle de presque tout le golfe de Guinée, une économie criminelle associant divers trafics de contrebande (drogue, migrants, carburant, ressources halieutiques), actes de brigandage et de piraterie maritimes (détournement de navires marchands, attaques de pêcheurs et de migrants clandestins…) et opérations commando terrestres (Nzé, 2010 ; Diangitukwa, 2010).

  • 5 Cf. L’Union du 12 avril 2002.

13Situées à moins de cinq jours de pirogue de l’épicentre criminogène nigérian, les côtes gabonaises paraissent extrêmement exposées aux forfaits des « gangsters des mers » (Ngodi, 2010, p.30). C’est ce qu’atteste la recrudescence d’actes de brigandage sans précédent dans le pays, dont les plus retentissants furent, en 2002, les attaques à main armée de trois navires de commerce en rade dans les ports d’Owendo et de Port-Gentil. En réponse à cette vague d’incursions criminelles dans les eaux intérieures, les pouvoirs publics avaient alors arrêté une batterie de mesures5 ; il s’agissait notamment de l’interdiction de la présence de nuit de toute embarcation dans les rades et zones de mouillage, et de la destruction des villages de pêcheurs du sud de Libreville. Prises dans un contexte de psychose générale, ces décisions avaient aussi, de toute évidence, une forte portée symbolique : rassurer une opinion publique désabusée quant à la capacité de l’Etat à juguler l’immigration clandestine et l’insécurité, deux phénomènes considérés par elle comme consubstantiels (Renombo Mapessi, 2004 ; Loungou, 2010).

De l’implication des marins-pêcheurs dans le système d’économie parallèle

  • 6 L’Union du 5 juillet 2002.

14De plus en plus, en effet, les villages et campements de pêcheurs ouest-africains installés en terre gabonaise jouissent d’une réputation sulfureuse auprès de l’opinion locale. C’est ce que semblent prouver les propos du journal L’Union, proche du Gouvernement, qui n’a pas hésité à les qualifier, entre autres épithètes, de « véritable pandémonium entretenu par des bandits de grand chemin pour la plupart des sujets Nigérians, Ghanéens, Sierra Léonais et Libériens »6. Pour partie alimentée par les fantasmes que nourrissent habituellement les populations gabonaises à l’égard des étrangers, en particulier ceux d’origine africaine (Loungou, 2003), cette réputation se fonde aussi sur des faits qui témoignent d’une certaine implication des marins-pêcheurs dans ce qu’il est convenu d’appeler un système d’« économie parallèle » (Loungou, 2002). Plusieurs facteurs d’ordre politique, social et économique expliquent ce dévoiement.

  • 7 Enquête menées auprès de la communauté de pêcheurs Ijaw d’Owendo entre janvier et février 2013.

15Le facteur politique correspond à la situation interne au Nigéria. De ce pays, en effet, proviennent 70 % des marins-pêcheurs migrants recensés au Gabon (Assogba Bouangas, 2010, p.24). Parmi ceux-ci figurent en grand nombre les membres de la communauté Ijaw, une des minorités ethniques du delta du Niger en rébellion contre le pouvoir central. Connu pour être un des groupes armés les plus actifs dans la région, le Mouvement d’émancipation du delta du Niger (MEND), dont l’un des modes opératoires est l’abordage de navires et des plates-formes pétrolières avec prise d’otages, recrute principalement au sein de l’ethnie Ijaw. Pour une certaine opinion locale, cette filiation « organique » suffit à considérer que les membres de cette communauté d’origine nigériane établis en terre gabonaise, eux aussi, participent, d’une manière comme une autre, à l’« effort de guerre ». Après tout, dans un passé récent, le Gabon n’avait-il pas servi de terre d’accueil et de base-arrière aux sécessionnistes Igbo, à l’origine de la guerre du Biafra (Boutet, 1992) ? Pour autant, rien ne permet d’établir avec certitude l’implication de la communauté de pêcheurs Ijaw dans les actes liés au MEND. Du reste, certains chefs coutumiers7, que nous avons interrogés à ce sujet, s’en sont vigoureusement défendu, n’y voyant là qu’un amalgame destiné à justifier leur marginalisation dans le pays d’accueil.

Carte 1 – Géographie de la criminalité dans le Golfe de Guinée en 2008

Carte 1 – Géographie de la criminalité dans le Golfe de Guinée en 2008

16Le contexte social et économique régional constitue un terreau encore plus favorable à l’insertion des marins-pêcheurs dans l’économie criminelle. Du fait de la surpêche (liée à la surpopulation des espaces littoraux), de la pollution/dégradation des zones de reproduction de la ressource et du développement accru des flux de transport maritime (dus à l’intensification de l’activité pétrolière), l’activité des marins-pêcheurs artisans s’en est trouvé affectée dans une bonne partie du golfe de Guinée. Cette situation a fatalement amené les pêcheurs à se recycler dans des activités illicites, assurément plus lucratives. Au Gabon, les marins-pêcheurs sont particulièrement associés au trafic de migrants clandestins en provenance d’Afrique de l’Ouest (Loungou, 2008 ; Nyinguema, 2010).

  • 8 Après avoir pratiqué l’importation de main-d’œuvre durant les trois premières décennies de son indé (...)
  • 9 Recensement général de la population et de l’habitat (1993).
  • 10 L’Union du 2 juillet 2008.
  • 11 Recensement général de la population et de l’habitat (2003).
  • 12 L’Union du 29 octobre 2009.

17En effet, c’est à partir des embarcadères et ports disséminés entre les côtes du Ghana et du Nigeria que partent les convois des migrants irréguliers8. Le flux de ces « illégaux » est tel que leur nombre serait passé d’un peu plus de 60 000, en 19939, à 400 000, en 200810, pour une population totale estimée à 1 500 000 habitants en 200311. Les passeurs convoient généralement par rotation plusieurs dizaines de personnes de diverses nationalités, parmi lesquelles on dénombre très souvent des enfants promis à l’exploitation domestique ou économique au Gabon (Loungou, 2011) ; exigeant de chaque adulte entre 150 000 et 300 000 francs CFA12 – soit entre 225 et 450 euros. Les voyages se font, la plupart du temps, à bord de pirogues océaniques équipées de moteur hors-bord, longues de 15 à 20 m et d’une capacité d’emport minimale de 100 personnes, se déplaçant par cabotage et selon la technique du « saute-mouton ». Celle-ci consiste à convoyer les migrants d’un point à un autre, jusqu’à leur débarquement sur les côtes gabonaises. Au cours de ces différentes escales, le temps est mis à profit pour le ravitaillement (carburant, eau, nourriture) et la recherche d’informations (conditions météorologiques, mouvements des gardes-côtes).

  • 13 L’Union du 31 mai 2002.
  • 14 L’Union du 2 juillet 2008 ; L’Union du 21 juin 2013.

18L’ingéniosité des passeurs et leur parfaite maîtrise des parcours, combinées à l’absence des contrôles en mer, permettent aux passeurs et leurs contingents de migrants clandestins d’aborder les rivages gabonais en un temps relativement court, soit moins de cinq jours. Les principaux points de débarquement de ces migrants maritimes dans la région de Libreville sont la localité du Cap Esterias, les différents bras de rivières côtières qui drainent la périphérie nord de la ville, les villages et campements de pêcheurs disséminés le long de la côte. Très souvent débarqués de nuit, ces migrants illégaux connaissent des fortunes diverses : la plupart parviennent à rejoindre les villages de pêcheurs et les villes où les attendent généralement des contacts ; certains tombent entre les mailles de la police13 ; d’autres, encore plus « malchanceux », se noient en tentant de gagner la terre ferme à la nage14.

Carte 2 – Activités halieutiques et migrations

Carte 2 – Activités halieutiques et migrations
  • 15 Récemment, un bateau battant pavillon maltais a été attaqué par des pirates au large de la ville de (...)
  • 16 L’Eveil National du 4 juillet 2005.

19Si l’on en juge par l’importance des flux dont la presse locale continue de se faire presque quotidiennement l’écho, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la démolition des villages de pêcheurs d’Owendo n’a pas eu l’effet escompté sur le phénomène de l’immigration clandestine ; pas plus qu’elle n’a permis l’éradication des formes de criminalité15 ou de délinquance qui lui sont, manifestement à tort, associées (brigandage maritime, pêche illégale, siphonage de carburant) dans les eaux nationales (Otsa’a Nguema, 2007). Cela n’est pas surprenant, car non seulement les communautés déguerpies ont créé d’autres sites autour d’Owendo et de Libreville, mais encore les forces (dont la marine nationale) ayant vocation à lutter contre ces fléaux se trouvent en permanence confrontées à des difficultés d’intendance (rareté des équipements de transmission et des aides à la navigation, absence de pièces de rechange pour matériel de navigation, ruptures fréquentes des réserves de carburant) qui limitent sérieusement leurs capacités opérationnelles et de dissuasion (Ropivia, 2003). Tout porte à croire que, en optant pour la démolition des villages de pêcheurs, les pouvoirs publics ont opposé à de vrais problèmes de société ce qu’un hebdomadaire de la place n’a pas manqué de qualifier de « fausses solutions »16 appliquées aux phénomènes de l’immigration clandestine et de l’insécurité. Mais encore, le fait que seuls quelques-uns de ces villages ont été détruits incline à relativiser l’enjeu sécuritaire comme argument décisif de l’action gouvernementale, et à entrevoir l’hypothèse de la spéculation foncière comme fondement sous-jacent de cette décision.

Des sites de pêcheurs et de la pression foncière à Owendo

  • 17 D’après un chef coutumier, que nous avons interrogé, le premier village Ijaw de la localité d’Owend (...)

20Agglomération côtière et principal pôle économique du pays, Libreville, dont la population a été évaluée à 650 000 habitants lors du dernier recensement (2003), a vu s’installer dans ses faubourgs d’importantes communautés de pêcheurs ouest-africains, attirées par les opportunités de prospérité socioéconomique qu’offre cette métropole nationale. Située dans la périphérie sud, la ville portuaire d’Owendo abrite ainsi, depuis plusieurs décennies17, de nombreux villages édifiés par ces communautés. Pour autant, cette ancienneté ne confère aucun droit juridique : dépourvues de titre foncier, les communautés de pêcheurs ont souvent été contraintes de quitter leurs sites, du fait de la réquisition de ceux-ci pour cause d’utilité publique. Ces déménagements forcés se sont particulièrement intensifiés au cours de ces dix dernières années. Dans les développements qui suivent, nous essayons d’établir une relation de causalité entre la pression foncière que connaît désormais la ville d’Owendo et cette politique coercitive.

Un territoire communal en « crise » foncière

  • 18 Evaluée à 6 000 en 1980, puis à 25 000 en 1993, la population d’Owendo est, selon des sources munic (...)

21La localité d’Owendo a longtemps été considérée comme une « simple » excroissance à vocation industrielle de l’agglomération librevilloise, jusqu’à son érection en commune de plein exercice en 1993. Deux dynamiques intimement liées ont justifié ce changement de statut administratif ; il s’agit, d’une part, de l’essor des activités économiques autour du complexe industrialo-portuaire et, d’autre part, de la forte croissance démographique que n’a eu de cesse d’enregistrer la localité (Ngabou, 2008)18. Cette triple mutation (économique, démographique, administrative) a cependant semé les germes d’un conflit gigogne autour du domaine foncier, dont les principaux protagonistes sont la municipalité, l’OPRAG, les promoteurs immobiliers et les différents groupes de « squatters ». Deux situations conflictuelles en particulier illustrent parfaitement cette « crise » foncière exacerbée.

22Le conflit entre l’OPRAG et la municipalité est né d’un imbroglio juridique au sujet de la gestion du domaine portuaire. En effet, au moment de sa création, en 1974, l’OPRAG a hérité d’un terrain domanial de 1 600 ha – la Zone autonome du port d’Owendo (ZAPO) –, duquel il tire ses ressources sous forme de taxes sur les navires et les marchandises, de redevances d’occupation et d’impôt foncier. Deux préoccupations vont cependant survenir : non seulement le déclassement de certaines zones déclarées d’utilité publique et l’occupation d’autres par des « squatters » réduisent constamment ce domaine foncier, mais encore l’Office devra, à partir de 1993, affronter les velléités de la municipalité dont le périmètre empiète sur la ZAPO. Au double principe de la prééminence de l’autorité municipale et de l’unicité du territoire communal invoqué par la mairie, l’OPRAG oppose celui de l’antériorité de sa présence à Owendo. Si l’on en croit certaines indiscrétions livrées aussi bien par les agents municipaux que ceux de l’OPRAG, ce conflit de juridiction dissimule un enjeu majeur : le contrôle par l’une ou l’autre entité du maximum d’espace domanial dans un territoire qui concentre 80 % du potentiel économique de toute la région de Libreville (Nguema, 2006b, p.72-77).

23L’éternel conflit qui oppose l’OPRAG et les « squatters » est lié à l’installation dans le domaine portuaire de populations n’ayant aucun droit juridique, car ne disposant pas de titre foncier. Le manque de terrain disponible est la cause du phénomène de squattérisation, dont l’ampleur grandit à mesure que la population locale s’accroît. Ces « squatters » se déclinent en trois catégories : les communautés ethniques autochtones (Mpongwè, Fang), les citoyens Gabonais non-originaires d’Owendo et les populations étrangères, représentées essentiellement par les communautés de pêcheurs ouest-africains (Nigérians, Béninois). Si les autochtones ont pu parfois bénéficier de l’arbitrage bienveillant de l’Etat, il n’en est pas de même pour les autres « squatters », en particulier les communautés de pêcheurs auxquels il n’est consenti aucun dédommagement ni zone de relogement en cas de déguerpissement. Ainsi, l’OPRAG, qui dispose d’une brigade domaniale, mène-t-il fréquemment des campagnes de déguerpissement. Celles-ci ne semblent pas pour autant décourager les populations qui, faute d’alternative, continuent de s’installer vaille que vaille (Nsole Biteghe, 2006 : 54), bénéficiant même souvent du concours de quelques agents municipaux véreux qui leur délivrent des permis de construire.

Carte 3 – La Commune d’Owendo en 2002

Carte 3 – La Commune d’Owendo en 2002

Les villages de pêcheurs, « victimes » de la spéculation foncière ?

24A la question de savoir si la destruction des villages de pêcheurs d’Owendo, menée en 2002, est à rattacher à une opération spéculative autour du foncier, on est tenté de répondre par l’affirmative. Un certain nombre d’éléments probants permettent de soutenir cette thèse.

25Tout d’abord, analysons le choix des sites détruits : sur les sept villages de pêcheurs répertoriés à l’époque dans la localité, seuls quatre ont été frappés par la mesure de démolition. Or ces derniers présentaient la particularité d’être établis en bordure de mer ou de la principale voie économique de desserte de la commune et de ses installations portuaires. Cette situation géographique avantageuse n’a pas manqué, à en croire quelques indiscrétions, de susciter l’intérêt des opérateurs économiques et autres promoteurs immobiliers désireux d’investir dans la ville, et, par conséquent, de conférer une plus grande valeur marchande aux sites concernés. C’est manifestement dans le souci d’attirer les investissements dans la zone portuaire que l’OPRAG a institué un système de tarifs personnalisés, qui se traduit par l’application des prix de location dégressifs suivant des critères objectifs : apport du trafic, importance de la surface louée, etc. (OPRAG, 2011, p.4). Il est d’ailleurs intéressant d’observer que l’augmentation des bénéfices de l’Office, issus de l’allocation des produits domaniaux, a coïncidé avec la destruction des sites autrefois squattés par les communautés de pêcheurs : de 1,2 milliard de francs CFA en 2001, ceux-ci sont, en effet, passés à 1,6 milliard en 2002 puis à 1,8 milliard en 2003 (Nsole Biteghe, p.52-53).

Photo 3 – Décombres du village Nomba

Photo 3 – Décombres du village Nomba

Cliché S. Loungou, 2013

Photo 4 – Vestiges du site Grand village

Photo 4 – Vestiges du site Grand village

Cliché S. Loungou, 2013

  • 19 C’était le cas au moment de nos investigations sur le terrain (janvier-février 2013).

26Deux exemples en particulier achèvent de crédibiliser la thèse de la promotion économique des terrains domaniaux comme fondement de la destruction des villages de pêcheurs d’Owendo. Le premier exemple concerne les sites de la zone portuaire qui abritaient sur un linéaire côtier de plus de 1 Km les lieux dits Grand village, Petit village et Barracuda. Après le départ des communautés de pêcheurs, ces sites ont été progressivement investis par des promoteurs, notamment des Chinois, qui y ont procédé à l’aménagement d’un ensemble d’infrastructures : voie de desserte pavée, quai pour navires commerciaux, entrepôts pour marchandises appartenant à la compagnie SOLIMAR. Dans la même zone, l’entreprise SOBEA-SATOM a entrepris des travaux de viabilisation d’une zone de mangrove autrefois exploitée par les communautés de pêcheurs, dans le but d’y installer une unité de concassage de gravier. Le second exemple concerne le site du village Nomba : après avoir été pressenti pour accueillir un complexe de marina, ce site, dont les travaux de terrassement commencés par l’entreprise Mika Services sont présentement à l’arrêt19, devrait abriter des lotissements.

Photo 5 – Aménagements sur le débarcadère de Barracuda

Photo 5 – Aménagements sur le débarcadère de Barracuda

Cliché S. Loungou, 2013

Photo 6 – Travaux de terrassement sur l’ancien village Nomba

Photo 6 – Travaux de terrassement sur l’ancien village Nomba

Cliché S. Loungou, 2013

Carte 4 – La commune d’Owendo en 2013

Carte 4 – La commune d’Owendo en 2013

27Bien qu’elle remonte à une décennie, la destruction des villages de pêcheurs dans la commune d’Owendo n’a pas cessé de susciter des remous. A l’époque officiellement justifiée par la nécessité de lutter contre l’immigration clandestine et certaines formes de criminalité maritime, cette opération de déguerpissement n’en a pas moins été suscitée par l’OPRAG, dont l’objectif était, sans conteste, de se débarrasser des « squatters » installés sur son terrain domanial. La destruction de ces villages s’ajoutait ainsi à la longue liste des opérations auxquelles les pouvoirs publics, en particulier dans la région de Libreville, ont habitué l’opinion depuis plusieurs décennies. Pour autant, ce énième acte de répression urbaine est loin d’être banal, et ce pour diverses raisons.

  • 20 Il nous a été rapporté que parmi ces « refoulés », certains étant nés en terre gabonaise n’avaient (...)

28La première raison réside dans le fait que les principales victimes de cette mesure ont été les communautés étrangères, originaires en grande majorité d’Afrique de l’Ouest. Dans un pays réputé pratiquer une politique d’immigration des plus restrictives (Loungou, 2010), une telle opération n’a pas manqué d’apparaître comme une attitude de discrimination à l’égard de populations qui, pour la plupart, sont pourtant établies en terre gabonaise depuis plusieurs générations. La deuxième raison tient à l’impact social et économique de cette mesure coercitive. D’une part, la destruction de leurs villages a perturbé l’organisation sociale des communautés de pêcheurs : si certains ont été contraints de regagner le pays natal ou d’origine20, d’autres ont dû se résoudre à se loger avec leurs familles auprès de bailleurs étrangers – souvent des Gabonais –, loin des débarcadères. Désormais, au stress du loyer, s’ajoute la crainte du vol de matériel ou de produits de la pêche laissés sans surveillance. D’autre part, du fait précisément de ces perturbations sociales, les activités liées à la pêche artisanale maritime ont enregistré une forte baisse, entraînant de facto une augmentation substantielle des prix sur le marché des produits halieutiques (Sindzi Sombangoye, p.50).

29La destruction de ces villages pose la question du devenir de la pêche maritime artisanale au Gabon. Contrôlée à plus de 80 % par des communautés étrangères, et principalement originaires d’Afrique de l’Ouest, cette activité subit le contrecoup d’une stratégie sécuritaire qui a conduit, encore cette année, au déguerpissement de nombreux villages de pêcheurs installés sur des îles adjacentes à l’agglomération librevilloise. Autant dire qu’une telle politique coercitive contribue à donner le « coup de grâce » à un secteur déjà en proie à une crise de vocation, y compris au sein des communautés ouest-africaines dont les nouvelles générations, plus instruites, semblent se détourner de la pratique de la pêche.

Haut de page

Bibliographie

ASSOGBA BOUANGA, A.E.P., 2010, Les acteurs de la pêche artisanale au Gabon. Etude de l’organisation professionnelle et socioéconomique dans le département de la Noya, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

ATONFACK, C.S., 2010, « Approches maritimes. Vers une stratégie innovante et adaptée à la menace ? », Diplomatie, hors-série n°12, p. 68-71.

BIGNOUMBA, G.S., 1998, « La pêche atlantique et les Etats de l’Afrique de l’Ouest : le cas du Gabon », Norois, tome 45, n°180, p. 685-701.

BIGNOUMBA, G.S., 1999, « La politique maritime du Gabon à l’aube du troisième millénaire : l’indispensable ouverture sur la mer », Cahiers d’Outre Mer, n°52, p. 359-372.

BIGNOUMBA, G.S., 2000, « Anthropisation et conflit d’usage sur le littoral du Gabon : éléments de réflexion », Cahiers nantais, n°53, p. 107-114.

BIGNOUMBA, G.S., 2011, « Le concept de périphérie appliquée à l’activité halieutique : impact sur l’aménagement des pêcheries maritimes artisanales au Gabon », Geo-Eco-Trop, n°35, p. 33-40.

BOUTET, R., 1992, L’effroyable guerre du Biafra, Paris, éd. Chaka, coll. « Afrique contemporaine ».

CARRÉ, F., 1998, « La pêche sur les côtes de l’Afrique tropicale, du Sénégal au Congo », in Gamblin A., Les littoraux, espaces de vies, Paris, SEDES, coll. « DIEM », p. 297-306.

DIANGITIKWA, F., 2010, Terrorisme et piraterie dans le golfe de Guinée : esquisses de solutions, in Ntuda Ebode J.V., Terrorisme et piraterie. De nouveaux enjeux sécuritaires en Afrique centrale, Yaoundé, PUA, p. 97-115.

FALANA, O.B., 2005, L’impact du complexe portuaire dans le développement de la commune d’Owendo, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

LOUNGOU, S., 2002, « Economies parallèles et pérennisation des conflits armés en Afrique subsaharienne », Stratégique, n°80, p. 89-109.

LOUNGOU, S., 2003, « Immigration et xénophobie au Gabon », Géopolitique Africaine, n°10, p. 255-268.

LOUNGOU, S., 2008, « L’espace maritime, une porte d’entrée de l’immigration clandestine au Gabon », Gabonica, n°2, p. 87-101.

LOUNGOU, S., 2010, « La libre circulation des personnes au sein de l’espace de la C.E.M.A.C : entre mythes et réalités, Belgeo, n°3, p. 315-329.

LOUNGOU, S., 2011, « Le trafic d’enfants, un aspect de la migration ouest-africaine au Gabon », Les Cahiers d’Outre-mer, n°256, vol. 64, p. 485-505.

MABIALA, A.P.F., 2010, La périphérie Nord de Libreville, espace de l’immigration clandestine d’origine ouest-africaine, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

MARTIN, G., 2000, Système d’information géographique et maîtrise urbaine dans les pays en voie de développement. Etude de cas : Libreville, Mémoire de DEA, Université Paris I.

MOMBO, J.-B., 2005, « La perspective d’une gestion intégrée de la zone côtière du Gabon », Revue gabonaise de Géographie, n°1, p. 61-84.

NDONG, MBA J.-C., 2004, Libreville, Owendo, in Pourtier, R., Atlas de l’Afrique. Gabon, Paris, éd. Jeune Afrique, p. 60-61.

NGABOU, B.P., 2008, Les infrastructures routières dans le développement de la commune d’Owendo, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

NGODI, E., 2010, Etat des lieux de la piraterie maritime au Congo-Brazzaville : pistes de réflexion, in Ntuda Ebode J.V., Terrorisme et piraterie. De nouveaux enjeux sécuritaires en Afrique centrale, Yaoundé, PUA, p. 27-35.

NGUEMA, R.M., 2006a, « Les déguerpis, les expropriés et les autres : rénovation urbaine et extension périphérique à Libreville (Gabon) », Mosella, tome XXXI, n°1-4, p. 189-199.

NGUEMA, R.M., 2006b, « Développement de la ville, découpage et appropriation des territoires urbains au Gabon : le cas de Libreville », Annales de l’Université Omar Bongo, n°12, p. 54-81.

NSOLE BITEGHE, P.M., 2006, L’industrialisation des littoraux : le cas du domaine portuaire d’Owendo, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

NYINGUEMA, C., 2010, « Les migrations clandestines entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale : mutations, motivations et reconfigurations des pays de transit », Diplomatie, hors-série n°12, p. 36-38.

NZÉ, J.R., 2008, La piraterie et le brigandage maritimes dans le golfe de Guinée : essai sur une problématique géopolitique, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

OPRAG, 2011, « Le domaine public portuaire du Gabon », Forum sur le foncier, 11-15 juillet, Libreville.

OGOULAT A.D., 2005, « La morphologie territoriale des Etats africains riverains de l’Atlantique centre-est : esquisse géo-politique », Revue gabonaise de géographie, n°1, p. 109-134.

OTSA’A NGUEMA, D., 2007, Espace maritime et sécurité au Gabon, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

OVONO EDZANG, N., 2004, « Elevage et pêche », in Pourtier, R., Atlas de l’Afrique. Gabon, Paris, éd.Jeune Afrique, p. 32-33.

OVONO EDZANG, N., 2006a, « Les migrations des pêcheurs au Gabon. Approches pour une intégration aux plans d’aménagement », Rapport du Programme pour des moyens d’existence durables dans la pêche (P.M.E.D.P), F.A.O/D.F.I.P.

OVONO EDZANG, N., 2006b, « Activités halieutiques et profil de pauvreté dans la Noya (Gabon). Exemple des populations riveraines du parc national d’Akanda », Revue de l’IRSH, vol.9-10, p. 145-159.

RENOMBO MAPESSI, E., 2004, L’immigration et les espaces de grand banditisme à Libreville, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

ROPIVIA, M.-L., 2003, « Les forces de sécurité gabonaises et l’enjeu maritime en Afrique centre-Atlantique : pour une reconversion des doctrines stratégiques et opérationnelles », Iboogha, n°7, p. 7-25.

ROPIVIA, M.-L., 2010, « Criminalité et activités illicites dans le golfe de Guinée : interprétation critique et typologie », in Ntuda Ebode J.V., Terrorisme et piraterie. De nouveaux enjeux sécuritaires en Afrique centrale, Yaoundé, PUA, p. 221-234.

ROUX, Ch., 1950, « Les principaux engins de pêche et les pêcheries des côtes de l’A.E.F », Acte du Congrès des pêches et des pêcheries dans l’Union Française Outre-mer, Institut Colonial de Marseille, p. 92-195.

SINDZI SOMBANGOYE, P., 2007, La destruction des villages de pêcheurs artisans à Owendo et son impact sur l’activité halieutique, Mémoire de Maîtrise en Géographie, Université Omar Bongo.

TALIERCO, P., 2008, « Un déguerpissement exemplaire à Ouaga (Burkina Faso) », Revue Agone, n°38-39, p. 89-107.

Haut de page

Notes

1 L’isolement relatif de leurs villages oblige les communautés de pêcheurs à se doter d’écoles nécessaires à l’instruction de jeunes enfants, et de structures de santé où sont administrés les soins primaires. Et il n’est pas rare que ces communautés s’attachent les services de personnels gabonais qu’elles rémunèrent elles-mêmes.

2 En l’espèce, il est souvent reproché aux communautés ouest-africaines de pratiquer la pêche dans des zones interdites (embouchures, lagunes et autres espaces réservés aux nationaux), lors des périodes de fermeture de l’activité ou encore d’utiliser un matériel (filet monofilament) ou technique (cadavres humains comme appâts) prohibés.

3 Le bois de palétuvier sert notamment au fumage du poisson. Son usage abusif conduit à la destruction de la mangrove, lieu de reproduction des espèces halieutiques.

4 Ce trafic concerne particulièrement la sardine (ethmalose), une espèce halieutique gabonaise particulièrement prisée en Afrique de l’Ouest. L’ampleur de la contrebande de la sardine a amené les pouvoirs publics à interdire, à plusieurs reprises, son exportation. En échange, les importations couvrent une large gamme de biens de consommation courante (produits agroalimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, pétroliers) et d’équipement (pièces détachées pour véhicules, électroménager).

5 Cf. L’Union du 12 avril 2002.

6 L’Union du 5 juillet 2002.

7 Enquête menées auprès de la communauté de pêcheurs Ijaw d’Owendo entre janvier et février 2013.

8 Après avoir pratiqué l’importation de main-d’œuvre durant les trois premières décennies de son indépendance, le Gabon applique, depuis la seconde moitié des années 1980, une politique restrictive en matière d’immigration ; ce qui incite des milliers d’ouest-africains, attirés par le mythe de l’« émirat équatorial », à emprunter les chemins de l’immigration clandestine.

9 Recensement général de la population et de l’habitat (1993).

10 L’Union du 2 juillet 2008.

11 Recensement général de la population et de l’habitat (2003).

12 L’Union du 29 octobre 2009.

13 L’Union du 31 mai 2002.

14 L’Union du 2 juillet 2008 ; L’Union du 21 juin 2013.

15 Récemment, un bateau battant pavillon maltais a été attaqué par des pirates au large de la ville de Port-Gentil (lire L’Union du 17 juillet 2013).

16 L’Eveil National du 4 juillet 2005.

17 D’après un chef coutumier, que nous avons interrogé, le premier village Ijaw de la localité d’Owendo fut établi en 1964. Sa destruction fut ordonnée en 1972 pour causes d’aménagement des installations portuaires.

18 Evaluée à 6 000 en 1980, puis à 25 000 en 1993, la population d’Owendo est, selon des sources municipales, estimée actuellement autour de 75 000 personnes.

19 C’était le cas au moment de nos investigations sur le terrain (janvier-février 2013).

20 Il nous a été rapporté que parmi ces « refoulés », certains étant nés en terre gabonaise n’avaient jamais mis les pieds dans leurs pays d’origine auparavant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Origine géographique des pêcheurs artisans dans la région de Libreville (2003)
Crédits Source : Direction Générale des Pêches et Aquaculture (2003) / OVONO EZANG (2004).
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-1.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Photo 1 – Habitations d’une communauté de pêcheurs Ijaw
Crédits Cliché S. Loungou, 2013
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-2.png
Fichier image/png, 102k
Titre Photo 2 – Lieu de culte dans un village de pêcheurs Yoruba
Crédits Cliché S. Loungou, 2013
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-3.png
Fichier image/png, 109k
Titre Carte 1 – Géographie de la criminalité dans le Golfe de Guinée en 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-4.png
Fichier image/png, 107k
Titre Carte 2 – Activités halieutiques et migrations
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-5.png
Fichier image/png, 106k
Titre Carte 3 – La Commune d’Owendo en 2002
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-6.png
Fichier image/png, 326k
Titre Photo 3 – Décombres du village Nomba
Crédits Cliché S. Loungou, 2013
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-7.png
Fichier image/png, 131k
Titre Photo 4 – Vestiges du site Grand village
Crédits Cliché S. Loungou, 2013
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-8.png
Fichier image/png, 109k
Titre Photo 5 – Aménagements sur le débarcadère de Barracuda
Crédits Cliché S. Loungou, 2013
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-9.png
Fichier image/png, 108k
Titre Photo 6 – Travaux de terrassement sur l’ancien village Nomba
Crédits Cliché S. Loungou, 2013
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-10.png
Fichier image/png, 164k
Titre Carte 4 – La commune d’Owendo en 2013
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2997/img-11.png
Fichier image/png, 336k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Loungou, « La destruction des villages de pêcheurs au sud de Libreville. Une opération entre impératif sécuritaire et spéculation foncière », L’Espace Politique [En ligne], 22 | 2014-1, mis en ligne le 17 mars 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2997 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2997

Haut de page

Auteur

Serge Loungou

Maître-assistant en géographie politique
Université Omar Bongo
sloungou@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org