Navigation – Plan du site

Politique de déguerpissement et processus de restructuration des territoires de Libreville [Gabon]

Politic of the Eviction and Process of Reorganization of the Territories of Libreville (Gabon)
Rano-Michel Nguema

Résumés

Les opérations de déguerpissement sont nombreuses en Afrique subsaharienne. Libreville, capitale du Gabon, n’échappe pas à cette réalité. Depuis les années 1970, le déguerpissement apparaît comme une étape fondamentale dans le processus de restructuration de l’espace librevillois dont le bâti se développe de manière rapide et anarchique. L’explosion urbaine, consécutive au « boom » pétrolier, a entrainé la saturation des quartiers centraux et péricentraux, occupés en majorité par des habitations précaires. Face à ce qu’elles considèrent comme des occupations illégales, les autorités publiques tentent d’éradiquer les taudis, en délogeant de force les habitants qui sont expulsés vers des périphéries. Quels sont les mécanismes et les stratégies utilisés pour opérer ces délogements forcés ? Quelles formes de résistance se manifestent contre cette politique ? Quelles sont les répercussions sur la vie des citoyens et la réorganisation de la ville ? Pour répondre à ces questions, ce texte se propose, d’une part, d’examiner la politique de déguerpissement en cours à Libreville depuis 40 ans et, d’autre part, de présenter les actions et réactions des acteurs en présence dans la lutte pour l’appropriation des terrains.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Afrique, les délogements forcés ne datent pas d’aujourd’hui et se perpétuent. L’administration coloniale française fut la première à utiliser cette pratique aujourd’hui reprise par les États. On détruisait des quartiers identifiés comme foyer d’épidémies (Dakar), pour prévenir les risques d’inondation des zones marécageuses où se sont implantés les habitants (Douala) (Taliercio, 2008), ou pour réhabiliter les quartiers sous-intégrés (Bamako, Libreville). Le point commun entre ces délogements forcés est la résistance que les populations opposent à cette politique qu’elles considèrent comme une agression et qui peut prendre plusieurs formes. Elle s’exprime soit par la violence, la pose de barricades sur la voie publique, soit par des procès devant les tribunaux, à moins qu’il ne s’agisse à défaut de revendiquer une zone de relogement.

  • 1 La terre en déshérence est celle dont personne ne réclame la succession et qui est dévolue à l’Etat

2Au Gabon, le déguerpissement s’exprime à travers les conflits fonciers qui opposent les tenants du droit foncier moderne à ceux du droit coutumier ou encore par des luttes liées à l’appropriation de la terre des anciens (les communautés autochtones), considérée comme une « terre vacante et sans maîtres », par le nouveau propriétaire (l’Etat). Les terres vacantes sont celles sur lesquelles personne n’exerce des droits fonciers exclusifs, soit qu’elles n’aient jamais été occupées, soit parce qu’elles ont été abandonnées et sont, de ce fait, tombées en déshérence1. Autrement dit, les terres dont personne ne réclame la succession, celles occupées sans titre et les terres non appropriées par la voie de l’immatriculation font partie du domaine de l’Etat. Cette loi est l’émanation du vieux droit colonial qui considérait que le Gabon était une terre sans propriétaire et dont l’Etat français pouvait gratuitement et légalement prendre possession et l’attribuer aux entreprises qu’il soutenait.

  • 2 Système fondé par Sir Robert Torrens lors de la colonisation de l’Australie qui a inspiré tous les (...)

3Dès 1960, l’Etat indépendant a perpétué les attributs coloniaux en se faisant maître et gestionnaire exclusif des terres nonobstant l’antériorité des populations. Le législateur gabonais a introduit dans l’ordonnancement juridique national l’esprit du Torrens Act du 2 juillet 18582 qui consacre le rôle de l’Etat comme propriétaire ou gestionnaire exclusif des terres. Cette disposition suppose qu’il n’y a plus de propriété tribale, ni clanique, ni lignagère. Par cet acte, le droit coutumier, droit de longue date sur les terres (pendant des décennies ou parfois un siècle ou davantage) a été supplanté, abrogé et renié. Aussi, la puissance publique a-t-elle élaboré un arsenal juridique indiquant la composition de son domaine privé et les règles qui en déterminent les modes de gestion, d’aliénation et le régime de propriété foncière. Mais, en dépit de toutes les restrictions liées au droit foncier moderne, les communautés autochtones du Gabon considèrent toujours la terre comme une propriété exclusive du groupe ou du clan et est, par-dessus tout, insusceptible d’appropriation ou aliénation. C’est pourquoi les premiers occupants se contentent d’adapter leur comportement non pour respecter les nouvelles contraintes foncières mais pour y échapper en posant des actes contraires à cette nouvelle législation.

  • 3 E. Leroy (1999). « Sécurisation foncière de l’agriculture à la périphérie de Libreville », Cahier d (...)

4A Libreville, les pratiques foncières sont donc placées sous le signe de l’entre deux, « entre tradition et modernité, entre loi et coutume, entre propriété et usufruit (…)3. Mais depuis deux décennies, contrairement à ce qui est observé dans d’autres villes africaines où les chefs traditionnels exercent une influence dans le domaine foncier (Yaoundé, Cotonou) et où le droit traditionnel constitue l’essentiel du droit foncier (Zambie), à Libreville, nous assistons à une perte progressive d’influence des chefs coutumiers et du droit foncier coutumier, lequel ne s’exerce plus que dans certains quartiers anciens librevillois comme Glass ou Louis. L’une des manifestations de l’ascendant du droit foncier moderne est la mise en œuvre de la politique de déguerpissement.

Fondements socio-politiques des déguerpissements

5La législation et la réglementation foncières en vigueur au Gabon indiquent clairement que l’Etat est le gestionnaire exclusif des terres. Lorsqu’il est contraint de réaliser des opérations d’aménagement, il peut reprendre les terrains acquis par les particuliers en utilisant deux procédures : l’expropriation et le déguerpissement. L'expropriation est une procédure administrative qui permet à État de contraindre une personne privée (particulier) ou morale (entreprise) possédant un titre foncier à céder la propriété de son bien, moyennant le paiement d'une indemnité. L’expropriation est appliquée pour défaut de mise en valeur ou pour cause d’utilité publique. Au Gabon, l’expropriation est régie par les lois n° 14/63 et n° 15/63 du 8 mai 1963 fixant, d’une part, la composition du domaine de l’Etat et les règles qui déterminent le mode de gestion et, d’autre part, le régime de la propriété foncière. Au plan financier, les indemnités des expropriés sont négociées et doivent couvrir l’intégralité du préjudice direct, matériel causés par l’expropriation.

6Quant au déguerpissement, l’objet de cette étude, il consiste à déloger par la force publique les populations qui se sont installées sur la propriété de l’Etat sans permis d’occuper ni titre foncier. L’Etat applique cette opération pour se rendre maître des terrains occupés par les squatters. En République gabonaise, le déguerpissement n’est défini par aucun dispositif législatif et réglementaire. Les autorités publiques s’appuient néanmoins sur la loi n°6/61 du 10 mai 1961, rendant obligatoire la démolition des maisons en paille érigés en bordure des grandes artères, pour opérer des déguerpissements. En outre, les délogements forcés ne devraient donner lieu à aucune forme d’indemnisation parce que, selon les pouvoirs publics, « ces gens n’ont aucun droit d’être là » (Directeur Général de l’Urbanisme). Seulement, pour des raisons humanitaires, les occupants illégaux ou ceux qui se prévalent des droits fonciers coutumiers bénéficient d’une indemnité qui est une forme de compensation voire une aide pour faciliter leur relogement sur des sites préalablement aménagés (en principe). Contrairement à l’expropriation, cette compensation n’est pas négociable et ne tient pas compte de la valeur intégrale des constructions.

  • 4 L’ANTTC est créé par décret n° 1500/PR/MHUEDD du 29 décembre 2011.
  • 5 Selon la nouvelle réforme foncière en vigueur au Gabon, c’est cet organisme qui a désormais l’exclu (...)

7Les déguerpissements font intervenir deux acteurs : l’acteur qui initie et applique la politique de déguerpissement et ceux qui s’y opposent. Le principal initiateur de la politique de déguerpissement est l’Etat et ses services (Direction générale de l’Urbanisme et des aménagements fonciers, Direction générale de la Conservation foncière et les organes de financement et promoteurs des logements et viabilisation des terrains). Un autre acteur étatique est créé depuis 20114, l’Agence Nationale de l’Urbanisme, des Travaux Topographique et du Cadastre [ANUTTC]5. Cette nouvelle structure est crée suite aux nombreux dysfonctionnements constatés dans les quartiers sous-intégrés notamment l’occupation illégale des terrains de l’Etat, leur vente illégale et la prolifération des titres fonciers frauduleux. On compte aussi parmi les acteurs de l’Etat les promoteurs immobiliers à qui l’Etat peut concéder le pouvoir de viabiliser les terrains et de déguerpir les habitants lorsque le principe de l’intérêt général l’exige. La procédure de déguerpissement est simple et d’exécution rapide. Elle démarre généralement par un décret déclarant d’utilité publique (DUP) le secteur à déguerpir [ministère de l’Urbanisme et des aménagements fonciers, avant la création de l’ANTTC], suivi du décret d’attribution du site pour l’infrastructure à installer [ministère des Finances ; direction générale des Domaines]. Ensuite, les experts des ministères procèdent au recensement des personnes à « chasser » et à l’évaluation du cadre bâti et ou non bâti, puis à l’émission des préavis pour permettre aux populations concernées d’avoir le temps d’organiser leur départ et d’ériger leurs nouveaux logements. Souvent, sans attendre le délai qui est de trois mois, l’Etat fait intervenir les bulldozers des services du Génie militaire sous la surveillance des forces de l’ordre puissamment armées pour parer à d’éventuels troubles à l’ordre public.

  • 6 Le « Comité Mpongwé » a été créé en 1936. Il s’agissait pour les dirigeants de cette communauté de (...)

8Malgré l’arsenal juridique dont dispose l’Etat pour assurer l’exécution des déguerpissements, les services compétents en la matière font régulièrement face à la résistance des tenanciers du droit foncier coutumier. Certaines opérations de délogement forcé se sont déroulées sans heurts, d’autres, par contre, ont échoué faute de réflexion préalable, de suivi et surtout à cause de la résistance des populations. On distingue trois formes de résistance. La première est régulièrement utilisée par les communautés autochtones représentées par le « Comité Mpongwé »6. Elle consiste en une opposition directe à toute forme de déguerpissement par l’érection des barricades et des danses initiatiques (les femmes) sur la voie publique. La deuxième, plus discrète, se traduit par le retour des populations déguerpies à leur ancien site (centre et péricentre), en occupant cette-fois des bas-fonds et des interstices de l’espace urbain, au motif que le terrain réservé pour les accueillir n’a pas été auparavant aménagé comme le prévoient les textes administratifs. La troisième forme de résistance est assurée par des allochtones anciens c'est-à-dire les premiers occupants issus de l’exode rural. Leurs revendications sont portées par des associations ou collectifs formés pour la circonstance. Ils utilisent des voies judiciaires pour obtenir des pouvoirs publics l’annulation du projet de déguerpissement.

Déguerpissement pour cause d’utilité publique, de sécurité et d’insalubrité

9Selon une étude du Projet d’Ajustement et de Planification des Secteurs Urbains et Transports (PAPSUT) en 2001, 80% des citadins de Libreville sont des habitants des quartiers sous-intégrés, lesquels offrent des formes urbaines et des statuts fonciers variés. La structure urbaine actuelle permet de distinguer quatre types de quartiers : les quartiers résidentiels de luxe, les cités planifiées ou cités économiques, les quartiers d’habitat précaire et les quartiers d’habitat mixte (Cf. carte 1). Le premier type est constitué d’habitat intégré et réglementaire avec des immeubles de haut standing localisés le long du littoral et sur les sommets des interfluves. Ces quartiers sont généralement habités par des ménages aisés. Quant aux cités planifiées, il s’agit des logements répondant aux normes urbanistiques construits par l’Etat pour des ménages solvables. La spécificité de ces cités réside dans l’uniformité de leur habitat. Aujourd’hui, autour de ces cités s’érigent des maisons d’auto construction tantôt de bonne qualité, tantôt précaires. La pratique d’encerclement des cités planifiées est caractéristique du retour des populations sur leur « terroir ». Les déguerpies qui n’ont bénéficié de zones de relogement reviennent s’installer sur leur ancien site autour de la cité planifiée construite à la place de leurs maisons. Elles peuvent aussi s’installer sur le même site lorsque l’Etat a tardé à le mettre en valeur. Le troisième type de quartier abrite les logements de fortune situés dans les bas-fonds marécageux et sur les pentes. C’est le domaine des populations défavorisées. S’agissant des quartiers d’habitat mixte, ils se caractérisent par la cohabitation des constructions spontanées et modernes, appartenant à des populations aux conditions sociales différentes. Certains résidants ont effectivement des titres fonciers mais la majorité occupe des terrains acquis de gré à gré. Les deux derniers types de quartiers sont visés par les déguerpissements, car ils ont officiellement un statut foncier illégal, surtout les anciens villages qui ceinturent le centre administratif (Glass, Lalala, London, Plein Niger…). Ces quartiers ont la particularité d’être occupés en majorité par les populations autochtones de Libreville (M’pongwè et Fang). Depuis l’époque coloniale, ces autochtones se sont toujours opposées avec acharnement à la nouvelle législation foncière. Les batailles qu’elles menaient contre les Européens dénommées - « la querelle des droits ancestraux » - et aujourd’hui contre l’Etat, « droit de hache », illustrent bien leur détermination à lutter contre l’intrusion dans leurs territoires. Aujourd’hui, ces premiers occupants de Libreville font encore valoir le principe de terrain ancestral pour défendre leurs terrains contre les déguerpissements.

Figure 1 : La typologie des quartiers de Libreville

Figure 1 : La typologie des quartiers de Libreville

Réalisation : NGUEMA Rano-Michel, 2013. Sources : Atlas Jeune Afrique « spécial du Gabon », 2003.

10Nonobstant cette résistance, la restructuration des quartiers, opérée dans les années 1970, a d’abord concerné ces quartiers « plus désordonnés et plus misérables que les villages de brousse » (Lasserre, 1958, p.46) autour du centre-ville, à l’exception du quartier Plaine-Niger qui a résisté à cette première phase de restructuration, suite à la demande des chefs coutumiers d’ériger des barricades autour du quartier. Ce dernier porte encore les stigmates de la structure des villages africains de la période coloniale (cases coloniales, noms des rues). Le projet de restructuration, dénommé « Hibiscus », vise en priorité l’attractivité, la fluidité de circulation et l’embellissement du centre-ville et ses environs. Il se traduit non seulement par des opérations de rénovation de l’habitat insalubre mais aussi par la correction des tracés et caractéristiques de voies, des gabarits de caniveaux de drainage, dalots et ponceaux. L’objectif des pouvoirs publics est aussi de donner à Libreville les allures de la capitale d’un pays prospère et moderne. « Hibiscus » porte sur cinq quartiers (Likouala, Petit-paris, Venez-voir, Cocotiers et Derrière- la Prison), soit 12% de l’habitat spontané de la ville (Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement, 1978). Pour réaliser cet ambitieux projet urbain, l’Etat a prévu la démolition des constructions sommaires sur fortes pentes et zones marécageuses pour faire place à des espaces verts et aires de jeu. Toutes les habitations à démolir ou à peindre devaient porter une croix rouge sur le mur des maisons à démolir et la lettre « p » pour celles qui doivent être repeintes. Le nombre de ménages résidants condamnés à être déguerpis est de 4 800 dont 1 700 propriétaires. Mais, selon le rapport de la Société nationale immobilière (SNI), promoteur immobilier, seulement 2 000 ménages ont été expulsés en vue de la construction des stades Omnisport et annexe. Les habitants sont envoyés au lieudit Terre-Nouvelle, sur des sites non aménagés, non équipés et totalement enclavés à 6 kilomètres du centre-ville. Depuis lors, la ville qui se développait sans contrainte dans la plaine littorale du bassin côtier, le long de l’estuaire du Komo, commence à s'étendre sur de larges vallées marécageuses et des collines de l’est et sud-est de Libreville (Cf. Figure 2).

Figure 2 - La vigueur du relief du site de Libreville

Figure 2 - La vigueur du relief du site de Libreville

Source : Walter R., 1983 (modifié par Mombo J.-B. et Itongo M.-T., 2011)

11Après deux ans d’interruption, le projet « Hibiscus » est repris par le bureau d’études « Groupe Huit » pour restructurer, cette fois-ci, le quartier Likouala. La plus grande partie des travaux se rapporte à la construction et reconstruction de logements locatifs devant remplacer les « baraques » de ce quartier. Très peu de personnes ont accepté le coût excessif de location mensuelle des maisons (par exemple 300 000 francs CFA, environ 500 Euros pour une maison de 2 chambres) et de location-vente de la Société nationale immobilière (SNI). Le projet repose aussi sur l’aménagement, d’assainissement des eaux usées et l’enlèvement des ordures ménagères. Comme la première phase du projet, la seconde n’est pas entièrement réalisée à cause de la lenteur dans le démarrage des travaux et du détournement des parcelles. Autrement dit, après viabilisation, les terrains sont vendus à des personnes fortunées (hauts cadres de l’administration) sans respecter la procédure d’attribution de parcelles. La SNI, a réussi à construire des logements locatifs pour des fonctionnaires solvables. Les deux cent familles expulsées se sont déployées au lieudit Nomba, dans la banlieue sud de Libreville où la société immobilière avait prévu de construire d’autres logements locatifs. Après cette série de déguerpissements, la ville s’est développée dans toutes les directions sans références urbanistiques.

12Le déguerpissement n’a pas limité l’auto-construction illégale dans la production de logements en périphérie. Il a simplement transféré l’urbanisation illégale du centre et du péricentre vers la périphérie où l’urbanisation informelle s’est poursuivie. Certes, les modes d’expansion se sont diversifiés en terme de type de construction (utilisation des matériaux durables), de peuplement et d’amélioration des situations sociales (les populations sont en majorité propriétaires de leurs maisons), mais on retrouve les mêmes modes d’acquisition de terrains et les mêmes formes de lotissements ne respectant pas les règlements d’urbanisme. Faute de schéma global de la ville et de production de logements, les populations continuent d’occuper les terrains vacants. Ce fut le cas des pêcheurs de la commune d’Owendo qui y ont été déguerpis non seulement pour avoir occupé des espaces libres, mais aussi investi des sites à valeur stratégique (bord de mer).

  • 7 Le « village » des pêcheurs est un regroupement des communautés ethniques d’Afrique de l’Ouest inst (...)

13L’Etat a effectivement procédé à des déguerpissements pour des raisons d’insécurité et d’insalubrité. D’abord pour des raisons de sécurité. Suite à une décision gouvernementale, les villages des pêcheurs7, installés, sans titre foncier sur le littoral sud de Libreville, sont démolis en juillet 2002. L’opération se déroule sous haute surveillance des forces de l’ordre. Ces villages étaient habités en majorité par des ressortissants de l’Afrique de l’Ouest (Nigérians, Ghanéens, Sierra-léonais et Libériens) et quelques autochtones Mpongwé. Pour le gouvernement, deux raisons militent en faveur de la destruction de ces villages. La première est que ces regroupements communautaires constituent des repaires de criminels, des brigands et des vendeurs de stupéfiants. La seconde vient du fait que les pêcheurs ont des pratiques peu orthodoxes. Non seulement ils n’ont pas de cimetière, mais utilisent les dépouilles pour appâter le poisson, en détruisant considérablement les forêts et la mangrove pour sécher les prises. A la suite de la destruction de leurs villages, selon le rapport du ministère de l’Intérieur repris par le journal officiel l’Union (n° 8238 : 2002 p.6), cinq mille expatriés ont décidé de rentrer dans leurs pays d’origine. Les autres pêcheurs ont trouvé refuge sur d’autres sites situés aux environs des bras de mer au nord et sud de Libreville (Ambowè et d’Alénakiri) pour continuer leur activité. Les villages des pêcheurs ont joué un rôle très important dans l’approvisionnement de poissons à Libreville. Avant leur disparition, les pêcheurs artisanaux avaient produit plus de 30 000 tonnes de poissons de plusieurs espèces entre 1998 et 2000 sous trois formes : frais, salé et fumé (Direction générale des pêches artisanales, 2001). Les prises sont vendues surplace au centre commercial communautaire des pêches artisanales d’Owendo, puis dans des grands marchés municipaux de la capitale gabonaise. Aujourd’hui, la production a chuté à 20508 tonnes et le prix du poisson a plus que triplé.

14S’il est vrai que les actes criminels ont été perpétrés dans les « villages » des pêcheurs en particulier et sur les côtes gabonaises en général, ils ne sont pas isolés : ces actes doivent être placés dans le cadre plus général des pays du Golfe de Guinée. Compte tenu des énormes potentialités en ressources halieutique et énergétique, cet espace fait face aux actes de terrorisme et de piraterie. Aujourd’hui, dix ans après la destruction des villages, les espaces déguerpis [Pont Nomba] commencent seulement à être mis en valeur par l’Etat. Cela laisse penser qu’en dehors des objectifs purement sécuritaires mis de l’avant par la puissance publique, se tramait en sourdine une stratégie de spéculation foncière et surtout de rapatriement des étrangers. La Gabon s’est souvent servi des migrants comme boucs émissaires, responsables des maux urbains (l’insécurité, chômage). A ces difficultés, le rapatriement constitue le seul moyen auquel recourent les autorités publiques. Le Gabon a effectivement enregistré plusieurs cas de rapatriements : Dahoméens, actuel Béninois (1958 et 1978) ; Congolais (1962) ; Camerounais (1984) ; Nigérians (1992) et tous les sans-papiers (1995). De toutes ces expulsions, les vrais raisons ne sont pas dévoilées. Seuls les incidents de surfaces sont mis de l’avant.

15Le même sort a été réservé aussi aux habitants de la route nationale I où a eu lieu la plus importante opération de l’histoire de déguerpissement de Libreville. En effet, démarrées en 2010, les opérations de déguerpissement (et d’expropriation) des habitants logés de part et d’autre de la nationale I ont fait plus de 4.000 victimes sur un linéaire de six kilomètres. Ce projet est une composante du « plan stratégique du Gabon émergent » (PSGE) énoncé par le Président de la République dans son projet de société en 2009 et rentre dans le cadre du programme d’aménagement et d’entretien routiers en prévision de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football en 2012. La presque totalité des expulsés a été indemnisée et, ces populations ne se sont pas vues proposer de zones de relogement. Elles se sont éparpillées dans des zones non aménagées en profondeurs à l’intérieur des terres sans résister. Cette absence de protestation est peut être due à l’acceptation du projet initial par les citadins et à une reconnaissance de sa validité.

16Concernant les déguerpissements pour cause d’insalubrité, l’Etat a initié un grand projet d’aménagement des bassins versants de Libreville en 2007, dans le cadre du programme d’assainissement des villes du Gabon et la désinfection des quartiers sous-intégrés. A cet effet, vingt un bassins versants ont été recensés pour curer les lits d’eau et drainage des eaux de ruissellement responsables des inondations. Avec l’appui financier de l’Union Européenne (UE), de l’Agence française de développement (AFD) et de la banque de développement de l’Afrique centrale (BDAC), l’Etat gabonais a déjà aménagé sept bassins versants d’un linéaire de 9, 6 kilomètres. Ce projet a un impact direct sur les habitants, car des milliers de librevillois avaient construit sur et autour des lits des rivières. A ce jour, 1 742 personnes ont déjà fait l’objet de déguerpissement sans relogement, malgré les promesses des autorités publiques de trouver des sites de relogement. Pour cette première phase de l’opération, les expulsés déguerpis ont trouvé asile au lieudit Bindzango-rails à 10 kilomètres au Sud-est de l’agglomération de Libreville, en attendant la viabilisation de la zone.

Enjeux politiques

17Les déguerpissements recouvrent des enjeux urbains indéniables. Ils constituent aussi un enjeu politique insoupçonné. En effet, à Libreville, les opérations de déguerpissement sont régulièrement improvisées à la veille d’un évènement à dimension internationale (sportif, culturel, politique…). A travers ces évènements et les investissements relatifs, le gouvernement ambitionne de faire de la capitale gabonaise une ville ouverte sur le monde et un pôle majeur dans la sous-région de l’Afrique centrale. La première opération de déguerpissement a lieu à la veille de la visite du président français George Pompidou au Gabon en février 1971. L’idée est de remettre les immeubles en bordure des voies en bon état ou de les détruire purement et simplement pour faire du neuf afin de masquer le désordre à l’intérieur des quartiers. A cette occasion, l’opération « ville propre » a été lancée. Celle-ci consistait à déblayer les vieilles bâtisses de l’époque coloniale et peindre celles qui sont encore décentes au lieu de passage du cortège présidentiel. Les habitants du quartier Glass ont été les plus touchées par les démolitions. En représailles, les femmes Mpongwé ont barricadé les routes pour empêcher le cortège présidentiel de passer dans leur quartier. Après le départ de son hôte, le Président de la République a reconstruit les logements avec des matériaux durables pour éviter des troubles et le soulèvement de toute la communauté autochtone de Libreville. Cette communauté s’est souvent illustrée par des sorties frénétiques lorsqu’elle doit défendre non seulement son droit foncier mais aussi pour revendiquer la nomination d’un de leur membre à un poste de responsabilité au motif que Libreville est leur territoire de pêche et de chasse et que la communauté a droit à une représentation aux instances supérieures de l’Etat.

  • 8 L’Organisation de l’union africaine (OUA) a fait place à l’Union Africaine [UA],

18Le rôle de l’Etat s’est affirmé véritablement en 1977, lorsque le pays s’apprête à accueillir la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernements de l’Organisation de l’Union Africaine [OUA]8. L’enjeu politique est d’initier un ensemble de projets de modernisation de Libreville afin d’améliorer l’image ou, mieux, le paysage de la capitale pour qu’elle se positionne comme l’une des grandes agglomérations du continent. Ces projets urbains concernent en priorité les secteurs routiers, la restructuration des quartiers sous-intégrés et naturellement la construction des structures d’accueil. Plusieurs quartiers (Vallée Ste-Marie, Cocotiers, Pleine-Orety...) sont touchés par ces travaux de grande envergure, lesquels ont nécessité le déplacement de près de trois cent familles (Nguéma, 2006, p.191). Pour les reloger, deux secteurs ont été identifiés notamment les secteurs de relogement non préparés et secteurs avec trame d’accueil (Carte 2). Le premier secteur est celui sur lequel l’Etat a effectué quelques travaux d’assainissement et de parcellisation et construit une centaine de logements sociaux (lotissements de Nzeng-Ayong, Nomba-domaine et Awendjé). Les secteurs non travaillés sont ceux qui n’ont pas fait l’objet d’un aménagement préalable dont certains se trouvent au-delà du périmètre de la ville (Bikele). Plusieurs déguerpis n’ont pas eu d’autre choix que revenir dans leurs quartiers d’origine, les uns en tant que locataires et les autres pour occuper les interstices, les bas-fonds et les versants escarpés, encerclant et infiltrant les immeubles administratifs et maisons de commerce qui ont été édifiés à la place de leurs taudis. Les quartiers Cocotiers et Nzeng-Ayong est l’illustration de ce retour des populations. La promiscuité de logements est telle qu’il n’y a plus d’espace ni pour circuler à l’intérieur du quartier ni pour approvisionner les citoyens en eau et électricité. De manière général, l’environnement de ces quartiers, comme plusieurs autres, est très dégradé. Les immondices (les ordures ménagères), les eaux d’égouts et le désordre dans l’installation des habitants (les poteaux électriques encastrés dans les murs des maisons), en constituent quelques caractéristiques.

Figure 3 : Localisation des quartiers démolis et réinstallation des citoyens

Figure 3 : Localisation des quartiers démolis et réinstallation des citoyens

Réalisation : NGUEMA Rano-Michel, 2013. Sources : Atlas Jeune Afrique « spécial du Gabon », 2003.

19L’une des plus récentes opérations de déguerpissement date de 2010 au quartier Angondjé. En effet, dans le cadre des préparatifs de la CAN, plusieurs habitants dudit quartier ont été déguerpis en vue de la construction du stade devant abriter les matchs officiels. Près de 156 familles sont menacés d’expulsion. Pour faire échec à cette opération, ces familles ont constitué un collectif qui a érigé des barricades sur la voie qui mène à leur quartier. Les négociations avec l’Etat ont duré plus de trois mois jusqu’à ce qu’un accord ait été trouvé (indemnisations et sites de relogement avant le déguerpissement). Le montant des indemnisations était évalué à 850 millions francs CFA. Mais, malgré l’aboutissement heureux de ce dossier, les populations n’ont pas été relogées selon les termes des négociations et ont trouvé refuge dans les quartiers enclavés de Malibé I et II, au Nord de Libreville.

20De la même manière, en 2011, l’Etat avait lancé un vaste programme d’investissement immobilier prévu pour être financé par le groupe Banque Gabonaise et Française internationale (BGFI) dans la vallée Ste-Marie. Ce programme, que les populations qualifient de « scandale humanitaire », a prévu le déguerpissement et l’expropriation (plusieurs propriétaires ont des titres fonciers) de près de 130 000 habitants regroupés dans deux quartiers du deuxième arrondissement de Libreville : Cocotiers et Sotéga-Sociga. Les habitants, réunis au sein d’un collectif, soutenus par des ONG et partis politiques de l’opposition, se sont vertement opposés à ce projet par une déclaration publique rappelant le droit de propriété et de logement garanti par la Commission africaine des droits de l’homme, dénonçant la manipulation du droit par l’Etat et fustigeant la méthode cavalière que l’Etat utilise pour les déloger. Le collectif a organisé plusieurs manifestations dans la ville notamment les settings et autre grève de la faim. Le bras de fer s’est soldé par des plaintes au tribunal (Conseil d’Etat). Après moult discutions, L’Etat a du sursoir l’expulsion des populations pour murir la réflexion.

21D’aucuns n’hésitent pas à évoquer des arguments politico-ethniques pour expliquer la tentative de déguerpissement de ces deux quartiers sous-intégrés indexés, à tort ou à raison, comme des fiefs de l’opposition politique. Cet argument a pour fondement les dernières élections présidentielles de décembre 2009. En effet, au regard des résultats officiels de ces élections, les habitants de ces quartiers, en grande partie occupés par les populations d’ethnie Fang, ont porté leur suffrage à l’opposant de la même ethnie au détriment du candidat de l’ethnie Téké du parti au pouvoir. Le projet de déguerpissement des habitants de ces unités administratives de base, deux ans après les élections présidentielles, serait organisé pour disperser les électeurs de l’opposition politique dans les différentes périphéries de la ville.

Conclusion

22Les opérations de déguerpissement ont marqué de leur empreinte l’histoire du processus d’urbanisation de Libreville. De 1971 à aujourd’hui, pas moins de neuf quartiers ont été délimités, à l’intérieur desquels les vieilles bâtisses ont été démolies et ont surgi, pour certains, de nouvelles constructions. Les interventions de la force publique ont permis de reconquérir et d’assainir plusieurs espaces, mais en l’absence d’un schéma d’aménagement et de véritables zones de relogement, l’occupation d’autres espaces se reproduit rapidement à la périphérie, avec apparition de nouveaux quartiers sous-intégrés. De même, les quartiers de logements sociaux et d’habitat de luxe sont certes mieux structurés et mieux construits, mais ils ne connaissent pas l’expansion rapide des quartiers spontanés qui les encerclent et parfois les infiltrent à travers les interstices laissées entre les habitations. Autrement dit, les déguerpissements n’ont pas fondamentalement changé le mode d’occupation ni le niveau de vie des citoyens. Ces délogements forcés se font par à-coups, de manière ponctuelle et ne rentrent pas dans un projet global d’assainissement de la ville dont la première phase consisterait à aménager les zones de relogement, en incluant les équipements sociaux de base et en organisant le parcellaire ainsi que tous les réseaux.

23A Libreville, comme en Afrique subsaharienne, le fondement des déguerpissements réside dans le principe de la maîtrise du patrimoine foncier par la puissance publique. Cette politique est fortement contestée par les populations qui répondent parfois par la violence, car elle constitue, par la manière dont elle est menée, une humiliation du fait, entre autre, de la destruction des habitats sans possibilité de relogement. Les politiques urbaines mettent l’accent sur la modernisation des centres villes et les péricentres (construction d’immeubles modernes, amélioration des infrastructures, construction des logements dit sociaux) au détriment de la périphérie qui reste un exutoire démographique.

24Les déguerpissements sont sans doute nécessaires. Mais au regard de la procédure, de la brutalité avec laquelle ils sont organisés et le peu d’empressement de l’Etat à trouver des zones de relogement, cette opération est perçu comme une injuste sociale. La particularité de ces opérations est que les réaménagements que l’Etat prend pour justification ne vont souvent pas dans le sens de l’amélioration du cadre de vie des populations déguerpies. Au contraire, elles se traduisent par une aggravation des conditions de vie des victimes. Repoussés loin des équipements et réseau urbains, le cadre de vie est plus dégradé. Alors, on peut se demander pourquoi, après quarante ans de pratique de déguerpissement, les conditions de vie des citoyens de Libreville et les autres villes des pays de l’Afrique noire n’ont pas réellement changé ?

Haut de page

Bibliographie

AGONDJO, P-L., 1982, « Représentation et organisations endogènes de l’espace chez les Myène du Gabon (Nkomi et Mpongwé) », in Lebris, E., et al., Enjeux fonciers en Afrique noire, Paris, Karthala.

ANTIER, G., 2005, Les stratégies des grandes métropoles, enjeux, pouvoirs et aménagement, Paris, Armand Colin.

CEILLIER, P., MBOT, J. E., 2002, A Libreville, c’était hier. Libreville, Editions du LUTO.

COQUERY-VIDROVITCH, C., GOERG, O., MANDÉ, I., RAJAONAH, F. (eds), 2003, Etre étranger et migrant en Afrique au XXe siècle, enjeux identitaires et modes d’insertion. Vol. 2 Paris, L’Harmattan.

COMBY, J., 1994, Le cadastre au Gabon, Rapport de mission, Libreville.

HAERINGER, Ph., 1972, « Dynamique de l’espace urbain en Afrique noire et Madagascar, problème de politique urbaine », La croissance urbaine en Afrique et Madagascar, n° 359.

LEBRIS, E. et al., 1985, Enjeux foncier en Afrique noire, Paris, Karthala.

LEROY, E., 1956, « Sécurisation foncière de l’agriculture à la périphérie de Libreville » Cahier de l’UCAC, Libreville.

NGUÉMA R-M., 2006, « Les déguerpis, les expropriés et les autres: rénovation urbaine et extension périphérique à Libreville (Gabon) », Mosella, tome XXXI, n° 1-4, p. 189-207.

NZIENGUI MABILA, P., 1981, Dynamique urbain du grand Libreville, Thèse de Doctorat, université de Bordeaux.

OIRY-VARACCA, M., 2013, « Les revendications autochtones au Maroc. Pour une approche postcoloniale pragmatique », Espace populations sociétés [En ligne].

PAQUOT, T., 2006, Terre urbaine, cinq défis pour le devenir urbain de la planète, Paris, La Découverte.

PIERMAY, J.L., 2002, Citadins en quête du sol dans les villes d’Afrique centrale, Paris, L’Harmattan.

POURTIER, R., 2001, Afriques noires, Paris, Hachette.

RÉPUBLIQUE GABONAISE (ministère des Domaines, de l’Habitat de l’Urbanisme et du Logement), Régime de la propriété foncière, expropriation, baux emphytéotiques, copropriété, Libreville 1978.

RÉPUBLIQUE GABONAISE (ministère des Domaines, du cadastre, de l’urbanisme et du logement), Restructuration du quartier Nomba et Venez-voir, Libreville 1984.

RÉPUBLIQUE GABONAISE (ministère des Domaines, de l’Habitat de l’Urbanisme et du Logement), Législation domaniale, Libreville 1989.

RÉPUBLIQUE GABONAISE (ministère de l’Habitat de l’Urbanisme et du Logement), Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme, BNETD, Libreville 2010.

RÉPUBLIQUE GABONAISE (ministère de l’Habitat, de l’urbanisme, du cadastre, de la ville et du bien-être, chargé des relations avec le Parlement), Ville de Libreville (Province de l’Estuaire). Plan d’occupation des sols, plan de zonage, Geri Loison, Libreville 1989.

RÉPUBLIQUE GABONAISE, L’Ordonnance 4/PR du 2 Janvier 1962, modifiant et complétant l’article 46 du décret du 28 mars 1899 fixant le régime de la propriété foncière.

RÉPUBLIQUE GABONAISE, La Loi 14/63 du 8 mai 1963, fixant la composition du Domaine de l’Etat et les règles qui en déterminent les modes de gestion et d’aliénation.

RÉPUBLIQUE GABONAISE, La Loi 15/63 du 8 mai 1963, fixant le régime de la propriété foncière.

RÉPUBLIQUE GABONAISE, L’Ordonnance 37/67 du 2 août 1967, portant modification de la Loi 15/63 du 8 mai 1963, fixant le régime de la propriété foncière.

RÉPUBLIQUE GABONAISE, Quotidien d’information, L’Union, 22 novembre 2001, n° 8238, Libreville.

TRIBILLON, J.F., 1993, Ville africaine, nouveau manuel d’aménagement foncier, Paris, ADEF.

TALIERCIO, P., 2008, « Un déguerpissement exemplaire à Ouaga (Burkina faso) in Revue Agone, pp 38-39, [En ligne], mis en ligne le 23 mai 2010, URL : http://revueagone.revues.org/203.

THUILLIER, G., 2006, « Les quartiers enclos à Buenos Aires : la ville privatisée ? », Géocarrefour, vol. 81/2, p. 151-158.

VENNETIER, P., 1991, Les villes d’Afrique tropicale, Paris, Masson.

Haut de page

Notes

1 La terre en déshérence est celle dont personne ne réclame la succession et qui est dévolue à l’Etat.

2 Système fondé par Sir Robert Torrens lors de la colonisation de l’Australie qui a inspiré tous les systèmes fonciers coloniaux de la fin du XIXe siècle. Il est notamment fondé sur le fait que le territoire conquis est considéré comme terra nullius puis découpé et administré par la puissance coloniale.

3 E. Leroy (1999). « Sécurisation foncière de l’agriculture à la périphérie de Libreville », Cahier de l’UCAC, Libreville, p. 15

4 L’ANTTC est créé par décret n° 1500/PR/MHUEDD du 29 décembre 2011.

5 Selon la nouvelle réforme foncière en vigueur au Gabon, c’est cet organisme qui a désormais l’exclusivité, pour le compte de l’Etat, en matière d’aménagement des terrains à bâtir et la délivrance des titres fonciers et des déguerpissements.

6 Le « Comité Mpongwé » a été créé en 1936. Il s’agissait pour les dirigeants de cette communauté de revendiquer le respect par l’administration coloniale de leurs droits fonciers dans l’estuaire du Gabon et principalement à Libreville.

7 Le « village » des pêcheurs est un regroupement des communautés ethniques d’Afrique de l’Ouest installées le long du littoral sud de Libreville. La notion de village renvoie à leur mode d’organisation de l’espace et à leurs activités.

8 L’Organisation de l’union africaine (OUA) a fait place à l’Union Africaine [UA],

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La typologie des quartiers de Libreville
Crédits Réalisation : NGUEMA Rano-Michel, 2013. Sources : Atlas Jeune Afrique « spécial du Gabon », 2003.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3014/img-1.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure 2 - La vigueur du relief du site de Libreville
Crédits Source : Walter R., 1983 (modifié par Mombo J.-B. et Itongo M.-T., 2011)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3014/img-2.png
Fichier image/png, 311k
Titre Figure 3 : Localisation des quartiers démolis et réinstallation des citoyens
Crédits Réalisation : NGUEMA Rano-Michel, 2013. Sources : Atlas Jeune Afrique « spécial du Gabon », 2003.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3014/img-3.png
Fichier image/png, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rano-Michel Nguema, « Politique de déguerpissement et processus de restructuration des territoires de Libreville [Gabon] », L’Espace Politique [En ligne], 22 | 2014-1, mis en ligne le 17 mars 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3014 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3014

Haut de page

Auteur

Rano-Michel Nguema

Maître-assistant
Université Omar BONGO - Libreville (Gabon)
rnguema@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org