Navigation – Plan du site

Hervé Coutau-Bégarie et Martin Motte - Approches de la géopolitique. De l’Antiquité au XXIe siècle

Paris, Editions Economica, 2013
André-Louis Sanguin
Référence(s) :

Hervé Coutau-Bégarie et Martin Motte (sous la direction de), Approches de la géopolitique. De l’Antiquité au XXIe siècle, Paris, Editions Economica, 2013

Texte intégral

  • 1 GRAY, Colin S. & Geoffrey SLOAN (sous la direction de), Geopolitics, Geography and Strategy, London (...)

1Cette contribution collective, sous la forme d’un gros ouvrage de 734 pages piloté par Hervé Coutau-Bégarie (1956-2012) et Martin Motte, se veut aussi un hommage posthume à Hervé Coutau-Bégarie, encyclopédie vivante de la pensée stratégique française, disparu prématurément à l’âge de 55 ans. Ce livre réunit vingt-cinq auteurs, dont une majorité d’historiens, trois géographes et quelques officiers supérieurs. Il offre une série d’analyses indépendantes et complémentaires menées par des scientifiques universitaires et des érudits militaires, à l’exclusion de tout géopoliticien non universitaire ou de journaliste. D’une certaine manière, il correspond à l’ouvrage collectif de Gray et Sloan paru en langue anglaise sur le même thème en 1999 et complète l’étude récente de Venier sur cette question1. Ce livre arrive à un moment opportun : en effet, on assiste à la vogue croissante d’une certaine géopolitique fortement médiatisée mais, dans le même temps, le public français souffre d’une très faible connaissance de son histoire.

2Placé d’emblée sous l’angle d’un panorama historique international, l’ouvrage balaie la géopolitique de l’Antiquité à nos jours autour de quatre grands mouvements : épistémologie de la géopolitique, préhistoire de la géopolitique, la première géopolitique, la géopolitique après la Seconde Guerre mondiale. L’une de ses qualités évidentes est de sortir des clichés de seconde ou troisième mains et des redites ressassées ad nauseam sur Mahan, Kjellen, Mackinder et Haushofer. Il présente et analyse les théories géopolitiques d’auteurs étrangers et les traitent sur le même pied d’égalité que le quatuor classique sus-nommé, tout en sortant de l’oubli des auteurs comme List, Castex, Renner, Gallois, Mably, Durando, Vallaux, Orsini, Brunhes. Puisqu’il s’agit d’une rétrospective, on ne sera pas étonné de ne pas y trouver les théories et concepts des géopolitiques à la française qui foisonnent depuis une quinzaine d’années.

3Le point fort de cet ouvrage est, de toute évidence, sa première partie intitulée Epistémologie de la géopolitique, écrite en deux temps par Coutau-Bégarie et Motte. Les deux coordonnateurs de ce livre collectif sentent parfaitement ce qui pose le plus de problème à la géopolitique contemporaine, à savoir sa faiblesse épistémologique intrinsèque doublée d’une absence de corpus méthodologique. Coutau-Bégarie met bien en exergue l’indétermination du champ et du statut de la géopolitique. Paraphrasant Fernand Braudel, il estime que s’il n’y a plus de déterminisme, il n’y a plus de géopolitique. La géopolitique se veut opératoire : elle n’est pas une science pure car elle doit déboucher sur des programmes d’action. La géopolitique n’a pratiquement jamais reçu de consécration universitaire, tout au moins en France, de sorte qu’elle apparaît comme un rejeton plus ou moins bâtard de la géographie et qu’elle n’est pas une discipline institutionnalisée. On ne sait pas très bien ce qu’est la géopolitique, écrivent les coordonnateurs, car ses multiples définitions sont vagues, équivoques et contradictoires. Eriger la géopolitique en catégorie qui transcenderait la politique est une erreur absolue.

  • 2 PALACIO, Juan Fernando, «Was Geopolitics Born Sixty Years before Mahan and Mackinder? The Forgotten (...)

4La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la préhistoire de la géopolitique, c’est-à-dire à toute la période allant de l’Antiquité jusqu’à la fin du XIXème siècle. Une suite de sept textes complémentaires aborde la géopolitique des Grecs et des Romains puis les idées géopolitiques développées par Vauban, Montesquieu, Mably ou encore celles de l’Italien Giacomo Durando et de l’Allemand Friedrich List2. La troisième partie couvre ce que les deux coordonnateurs appellent la première géopolitique, c’est-à-dire la période allant de 1900 à 1945. Constituée de onze textes, elle déroule des analyses portant sur Kjellen, le fondateur de la géopolitique et son disciple allemand Haushofer ainsi que sur les concepteurs du Sea Power (Mahan), du Continental Power (Mackinder), du Rail Power (Kennedy) et de l’Air Power (Renner). Elle s’attarde également sur les idées géopolitiques d’auteurs oubliés ou moins connus comme Brunhes, Vallaux, Orsini d’Agostino et Castex. La quatrième et dernière partie aborde la géopolitique après la Seconde Guerre mondiale selon une suite de six textes. Antonsich montre comment la géopolitique a fini par émerger aux Etats-Unis à partir d’une critique de la Geopolitik allemande. Cattaruzza insiste sur le paradigme iconographie-circulation de Gottmann et son apport à la géopolitique. De fait, à l’instar de son maître Albert Demangeon, Jean Gottmann a toujours été très critique sur les Geopolitiker dont il dénonçait le déterminisme et le caractère idéologique. Pourtant sa géographie politique trace un sillon inédit au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, qui a marqué la Geopolitics anglo-saxonne et que l’on retrouve aujourd’hui dans certains discours francophones (notamment, à travers la notion de représentations). Le nationalisme paneuropéen de l’Autrichien Von Lohausen est scruté par Schülé tandis que Laruelle analyse toutes les théories de l’eurasisme et du néo-eurasisme développées en Russie. Enfin, deux textes abordent, d’une part, les thèmes de la stratégie nucléaire chez le Général Gallois et, d’autre part, la vision géopolitique américaine de l’après-Guerre Froide selon Brzezinski, ancien conseiller à la sécurité du président Jimmy Carter.

  • 3 KUUS, Merje, Geopolitics and Expertise: Knowledge and Authority in European Diplomacy, London, Wile (...)

5Ce livre souligne le rôle capital que jouèrent, dans certains pays ou sous-continents, les intellectuels de l’art de gouvernement (politiciens, universitaires, consultants, experts) qui, d’une façon régulière, participèrent aux affaires internationales et en commentèrent la pratique. Ces professionnels disposaient de ressources institutionnelles et culturelles qui leur permettaient de projeter, avec autorité, des arguments géopolitiques particuliers d’une façon informée. Toute la question que développe ce livre est de voir, non seulement selon les époques mais aussi selon les circonstances et les pays, comment ces théories et ces concepts déroulèrent les voies par lesquels ils influencèrent la politique mondiale. Ce panorama historique permet aussi de voir la reconnaissance dont bénéficièrent ou le manque de reconnaissance dont souffrirent les géopoliticiens de la part des dirigeants politiques et des gouvernements. A cet égard, le contraste est saisissant selon le pays où travaillaient les géopoliticiens. Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie, les géopoliticiens virent leurs théories analysées voire, parfois, appliquées. Des auteurs comme Mahan, Mackinder, Haushofer, De Seversky, Kissinger, Brzezinski, pour ne citer qu’eux, influencèrent la classe politique à des degrés divers. Au contraire, les géopoliticiens français produisirent des livres soulevant peu d’intérêt parmi les décideurs politiques. Cette situation reste très présente aujourd’hui. Les géopoliticiens français ne semblent pas avoir l’oreille des décideurs politiques, d’où une certaine frustration. A vrai dire, aucune grande théorie n’est jamais sortie de la production des géopoliticiens français, comme cela fut le cas aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Allemagne. Une possible explication à cette situation tient au fait que la sécurité nationale est absente du discours politique en France quand elle est particulièrement prégnante aux Etats-Unis et dans les pays d’Amérique latine. Par voie de conséquence, cela explique très probablement pourquoi les géopoliticiens français ne sont jamais sollicités comme experts auprès des cercles dirigeants3. Ajoutons que la France, traditionnellement réticente à l’égard du déterminisme, n’a pas, non plus, fourni une contribution de première grandeur à la géopolitique.

6Trois critiques peuvent être adressées à cet ouvrage. Premièrement, en se voulant essentiellement un panorama historique, il a ignoré les diversités d’écoles et les évolutions de la géopolitique depuis la chute du Mur de Berlin. Du coup, le lecteur n’a pas accès à un bilan et à un état de la question des multiples groupes de géopoliticiens à l’œuvre, tant en France qu’à l’étranger, ainsi que sur leurs différences d’approche ou de grilles d’analyse. Deuxièmement, cette contribution collective ne s’est pas penchée sur les écoles géopolitiques ayant revêtu une importance capitale avant et après la Seconde Guerre mondiale, à savoir la géopolitique de l’Italie fasciste, la géopolitique du Japon militariste, la géopolitique du Portugal salazariste, la géopolitique de l’Espagne franquiste. Troisièmement, l’ouvrage s’est restreint à un seul panorama très américano-européen, ignorant ainsi la vaste production géopolitique présente ailleurs dans le monde, notamment celle, capitale, de l’Amérique latine. Or, c’est dans cette contrée que la géopolitique a vu surgir beaucoup de nouvelles théories et c’est surtout dans ce sous-continent que ces mêmes théories ont trouvé un champ concret d’application, notamment dans la politique étrangère du Brésil, de l’Argentine, du Chili et de l’Equateur.

7Une idée centrale court tout au long de ce livre : l’opinion publique est davantage en attente de synthèses audacieuses où la précision de l’analyse est souvent sacrifiée à la vigueur de l’énoncé d’études minutieuses. Là réside sans doute une part du succès de la géopolitique. De plus, le pouvoir magique des cartes géopolitiques n’est pas le moindre des attraits de la géopolitique pour le grand public. Même s’il est trop tôt pour parler d’une renaissance durable de la géopolitique et même si l’institutionnalisation universitaire se fait toujours attendre, les diagnostics établis par les coordonnateurs montrent que nous sommes en présence d’un mouvement de fond. Dans la conclusion de l’ouvrage écrite par Motte après la disparition de Coutau-Bégarie, celui-ci montre bien qu’il existe aujourd’hui un prestige de la géopolitique malgré son caractère nébuleux, polysémique, déformable et reconfigurable à volonté. Pour Motte, l’étonnant est que la géopolitique ait survécu à sa faiblesse épistémologique interne, à ses nombreuses erreurs de pronostic et à ses compromissions idéologiques. A juste titre, il indique bien que la géopolitique n’est pas seulement une mode mais répond à une nécessité : saisir avec les moyens du bord des mutations du monde trop radicales et trop rapides pour qu’il soit possible de les analyser en détail. Inévitablement, ce type d’exercice prédispose à un certain charlatanisme. En outre, comme le niveau moyen du grand public en histoire et en géographie est en chute libre, le succès de la géopolitique tient largement à ce que ce même grand public y voit un substitut indolore à ces deux disciplines.

  • 4 EARLE, Edward Mead (sous la direction de), Les maîtres de la stratégie, Paris, Flammarion, 1987, 2 (...)

8Publié avec le soutien des Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan dans la collection Bibiothèque stratégique aux Editions Economica, cette contribution collective, finalisée par Martin Motte après la disparition d’Hervé Coutau-Bégarie en 2012, comble le vide qui prévalait depuis la parution en 1987 du livre collectif Les maîtres de la stratégie préfacé par Raymond Aron4. Ce dernier estimait que l’idée même d’une chaire de géographie militaire paraissait incongrue en France pour la plupart des présidents d’universités. Il remarquait également que ni les hommes politiques ni les universitaires français avaient consacré du temps ou de la réflexion à la stratégie. A la différence de la plupart des universités européennes, les universités américaines s’ouvrent d’elles-mêmes aux événements. En clair, la stratégie sortie des écoles militaires a envahi les think-tanks et trouvent de multiples centres de recherche dans les plus prestigieuses universités des Etats-Unis. Le grand mérite de ce livre est de montrer les voies que l’université française pourrait emprunter pour assurer le savoir, l’autorité et l’expertise de la recherche géopolitique et géostratégique.

Haut de page

Notes

1 GRAY, Colin S. & Geoffrey SLOAN (sous la direction de), Geopolitics, Geography and Strategy, London, Frank Cass, 1999.
VENIER, Pascal, «Main Theoretical Currents in Geopolitical Thought in the Twentieth Century»,
L’Espace Politique, 2010, n° 3 (http://espacepolitique.revues.org/1714).

2 PALACIO, Juan Fernando, «Was Geopolitics Born Sixty Years before Mahan and Mackinder? The Forgotten Contribution of Friedrich List», L’Espace Politique, 2013, n° 3 (http://espacepolitique.revues.org/2763).

3 KUUS, Merje, Geopolitics and Expertise: Knowledge and Authority in European Diplomacy, London, Wiley Blackwell, 2014.

4 EARLE, Edward Mead (sous la direction de), Les maîtres de la stratégie, Paris, Flammarion, 1987, 2 tomes, préface de Raymond Aron.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André-Louis Sanguin, « Hervé Coutau-Bégarie et Martin Motte - Approches de la géopolitique. De l’Antiquité au XXIe siècle », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3026

Haut de page

Auteur

André-Louis Sanguin

Professeur
Université de Paris-Sorbonne
al.sanguin@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org