Navigation – Plan du site

Amaël Cattaruzza - Atlas des guerres et conflits. Un tour du monde géopolitique

Paris, Editions Autrement, collection Atlas/Monde, 2014
André-Louis Sanguin
Référence(s) :

Amaël Cattaruzza, Atlas des guerres et conflits. Un tour du monde géopolitique, Paris, Editions Autrement, collection Atlas/Monde, 2014

Texte intégral

  • 1 BOULANGER, Philippe, Géographie militaire et stratégie: enjeux et crises du monde contemporain, Par (...)

1Depuis deux ou trois décennies, les war/peace studies se sont peu à peu développées parmi les géographes du monde anglophone montrant, par le fait même, que la pertinence des facteurs géographiques faisait sens dans ce vaste domaine. Jusqu’en 2011, ce thème était, à peu de choses près, un champ totalement en friche au sein de la corporation des géographes français. Il a fallu que la géographie des conflits soit inscrite au programme des concours du Capes et de l’Agrégation (années 2011-2012 à 2013-2014) pour que cette question justifie le lancement sur le marché éditorial de livres rédigés par des géographes1. C’est dans la dynamique et la logique de ce mouvement que s’inscrit l’Atlas des guerres et des conflits d’Amaël Cattaruzza. Il s’agit d’un ouvrage de 96 pages très denses regroupant 36 planches. En réalité, on est devant une contribution qui est beaucoup plus qu’un simple atlas. Chaque planche est organisée en double face-à-face et chaque thème occupe une planche. Il en résulte une combinaison très réussie entre le texte d’accompagnement et les cartes proprement dites, d’autant que les commentaires vont beaucoup plus loin que ceux concernant la ou les cartes insérées dans la planche. L’impression d’ensemble est celle d’une organisation fonctionnelle et didactique.

2Cet atlas, tout à fait nouveau dans la production française en matière de géographie politique, décline la géographie des guerres et des conflits selon quatre mouvements: a/ les sept clés pour comprendre les conflits; b/ anciens et nouveaux acteurs; c/ régions sous tension, lieux en guerre; d/ les guerres de demain. Le lecteur est directement introduit dans l’aspect novateur de cet atlas par la première partie qui se veut une ouverture épistémologique et théorique. Cette ouverture a pour mérite de cadrer vigoureusement cette problématique peu ou pas connue parmi les géographes français (cela est moins vrai chez les politologues et les spécialistes des relations internationales). Selon une suite de sept planches, l’auteur propose à son lecteur quelques outils et grilles de lecture, eux-mêmes alimentés par les méthodologies entrecroisées de la science politique, de la géographie, de la sociologie et de l’histoire. Cattaruzza scrute les échelles nécessaires (internationale, nationale, locale) à travers lesquelles il faut aborder la logique des guerres et des conflits. Pour atteindre la compréhension la plus neutre et la plus objective possible d’une guerre, il convient de prendre en considération non seulement les revendications et positions des acteurs mais aussi leurs représentations. Il est toujours difficile de représenter les conflits sur une carte mondiale en raison de deux difficultés : d’une part, l’induction de la définition d’un conflit par la seule carte ; d’autre part, les conséquences de la vision du monde proposée par cette même carte. Les conflits ont changé de nature depuis quelques décennies car il s’agissait auparavant de guerres entre deux ou plusieurs Etats. Aujourd’hui, nous sommes en face de conflits au sein d’un même Etat d’où une démultiplication des opérations de maintien de la paix. L’auteur met en exergue deux tendances lourdes actuellement observables de par le monde. D’un côté, les champs de bataille éloignés des civils ont laissé la place à des guerres localisées au sein même des populations ; de l’autre, la montée en puissance des sociétés militaires privées fait apparaître un nouveau genre de sous-traitants contractuels chez les Etats en guerre.

3La seconde partie s’attarde aux anciens et nouveaux acteurs des conflits. Les anciens acteurs sont tout simplement les Etats qui se faisaient la guerre avec leurs propres armées nationales. Or, la mutation radicale des dernières décennies fait dorénavant la part belle à de nouveaux acteurs : guérillas, réseaux terroristes, mafias, piraterie maritime. On assiste également à une reconfiguration des budgets militaires mondiaux. Quand les Etats-Unis, la Chine et la Russie restent des gros consommateurs à ce chapitre, les pays de l’Union européenne réduisent drastiquement le budget annuel de leurs ministères de la Défense. L’auteur pose la question de la validité de la notion d’hyperpuissance à propos des Etats-Unis et met l’accent sur la régionalisation de la sécurité par des alliances et coopérations militaires de type OTAN, ECOMOG, Ligue Arabe, APEC. A travers quelques planches significatives, des développements expressifs sont dédiés au rôle et à l’impact de l’ONU, à la géographie des réfugiés et des déplacés, aux conflits menés par des guérillas et des milices armées. Une attention particulière est accordée aux spatialités du terrorisme, à la géographie inédite des zones grises et des Etats défaillants ainsi qu’aux manifestations territoriales de la piraterie maritime.

4La troisième partie de l’atlas propose une géographie régionale des guerres et des conflits selon un regroupement par grandes zones du globe. Chacune de ces zones est scrutée selon les particularités de ses propres guerres et conflits : mouvements séparatistes pour l’Union européenne, conflits dans l’étranger proche pour la Russie, revendications maritimes pour la Chine, conflits communautaristes pour la péninsule indienne, mouvements insurrectionnels, guérillas et trafics d’opium pour la péninsule indochino-malaise, arc de crise courant de la Bande de Gaza à la Mer Rouge et au Golfe Persique. L’Afrique retient toute l’attention car elle apparaît non seulement comme le condensé des guerres et conflits mais aussi comme le théâtre du plus grand nombre de conflits actuels.

5La quatrième et dernière partie de cet atlas est probablement la plus novatrice par les nouveaux thèmes qu’elle aborde. De fait, les guerres et conflits ont migré vers de nouvelles formes. Parmi elles, il convient de distinguer les enjeux stratégiques pour le contrôle des grands détroits et de l’Arctique. L’inflation continue du nombre d’Etats dans le monde entraîne des risques de balkanisation et de sécessionnisme. Les conséquences du changement climatique et de la prolifération nucléaire sont lourdes de conflits potentiels sur la scène internationale. Par ailleurs, les guerres médiatiques forment le dernier acteur sur le théâtre de la guerre. En effet, Internet et les réseaux sociaux contournent dorénavant les Etats qui ont beaucoup de difficultés à les verrouiller. Les révolutions du Printemps Arabe de 2011 ont été la première démonstration grandeur nature de la puissance d’Internet. La robotisation des forces armées revêt aujourd’hui des aspects concrets comme les attaques de drones sur des cibles terroristes ou l’équipement félin des fantassins sans omettre la mise en réseau du champ de bataille. Enfin, la planche finale de cet atlas amène à un saut conceptuel dépassant les cadres classiques, à savoir la guerre du cyberespace. De fait, en à peine une décennie, le cyberespace est passée de la science-fiction à la réalité. En d’autres mots, une nouvelle forme de guerre a fait son apparition à la surface du globe devant des peuples ébahis. En effet, une attaque sur le réseau Internet peut dorénavant bloquer un pays et porter atteinte à ses infrastructures vitales (gouvernement, distribution de l’énergie, structures hospitalières). Des attaques contre tel ou tel Etat se sont multipliées depuis 2007 amenant les gouvernements et grandes organisations militaires (OTAN) à riposter par la mise en place de centres de commandement appropriés contre cette nouvelle menace. Ainsi donc, le cyberespace est maintenant considéré comme le cinquième champ de bataille après la terre, la mer, l’air et la stratosphère. Le cyberespace n’est ni libre ni neutre car il reflète les tensions entre les puissances.

  • 2 GERARDOT, Maie & Constantin PREVELAKIS, Dictionnaire des conflits, Neuilly, Atlande, 2011.

6Au total, cet atlas est l’exemple même de l’innovation scientifique. Dans son contenu, il fait avancer la dernière frontière de la connaissance par un apport de savoir nouveau développé à travers des thèmes inconnus ou mal connus jusque là. La grande qualité pédagogique des cartes réalisées par Aurélie Boissière renforce la valeur scientifique et didactique de cette contribution qui s’avère être un outil très significatif pour les étudiants de Licence en géographie, science politique et histoire. L’atlas d’Amaël Cattaruzza complète avec pertinence non seulement les manuels récemment parus sur ce thème mais aussi le dictionnaire des conflits publié en 20112. Il illustre à sa manière la portée de la géographie politique au sein de l’école française de géographie, renforcée par l’arrivée d’une nouvelle génération de chercheurs dont l’auteur de cet atlas est un digne représentant.

Haut de page

Notes

1 BOULANGER, Philippe, Géographie militaire et stratégie: enjeux et crises du monde contemporain, Paris, Colin, 2011.
CATTARUZZA, Amaël & Pierre SINTES, Géographie des conflits, Paris, Bréal, 2011.
GIBLIN, Béatrice, Les conflits dans le monde, Paris, Colin, 2011.
GIBLIN, Béatrice, Géographie des conflits, Paris, La Documentation Française, 2012.
ROSIERE, Stéphane, Géographie des conflits armés et des violences politiques, Paris, Ellipses, 2011.
TETART, Frank, Géographie des conflits, Paris, Sedes, 2011.

2 GERARDOT, Maie & Constantin PREVELAKIS, Dictionnaire des conflits, Neuilly, Atlande, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André-Louis Sanguin, « Amaël Cattaruzza - Atlas des guerres et conflits. Un tour du monde géopolitique », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 31 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3029

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org