Navigation – Plan du site
Géographie et sociologie électorales : duel ou duo ?

Participation politique et origines nationales : une analyse de la mobilisation électorale dans une ville populaire en Suisse

Turnout and National Origin: Political Participation in a Working-Class Town in Switzerland
Yassin Boughaba

Résumés

Depuis plusieurs décennies, les taux de participation électorale ont fortement diminué en Suisse. Pour comprendre cette démobilisation, les analyses basées sur des sondages demeurent l’outil dominant, malgré les limites qu’il comporte. Le but de cet article est d’étudier concrètement, donc localement, la mobilisation électorale en Suisse. À partir de données issues du registre des électeurs d’une commune et d’un matériau ethnographique, les taux de participation sont analysés à l’aide de deux schémas explicatifs distincts. L’article montre d’une part que la mobilisation électorale est liée à l’histoire sociale et migratoire des individus, avec un important différentiel de participation selon les origines nationales ; d’autre part que la structuration des réseaux des individus et le travail militant des leaders communautaires sont déterminants pour rendre compte de la participation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Martina Avanza, Olivier Fillieule, Marc Renkens, Jean-Noël Retière, Jean Rivière et les (...)

1Depuis plusieurs décennies, on constate une démobilisation vis-à-vis de la politique institutionnelle en Suisse, quel que soit le niveau appréhendé (national, cantonal ou communal)1. Cette évolution s’inscrit dans une tendance européenne (Delwit, 2011), mais les taux d’abstention semblent nettement plus marqués en Suisse – 51 % en moyenne au niveau national (2011), 57 % au niveau cantonal (2012) et 61 % au niveau communal pour le canton de Vaud (2011) (Scris, 2011). Comment interpréter ces résultats ? Depuis P. Lazarsfeld aux États-Unis et D. Gaxie en France, on sait qu’il existe des conditions sociales à la participation électorale. En effet, un petit nombre de variables socio-démographiques, mesurées à l’échelle individuelle, continuent d’être fortement associées à l’abstention. Pour l’élection présidentielle française de 1995, F. Héran et D. Rouault constataient des écarts très importants entre catégories socioprofessionnelles : parmi les cadres ils comptaient 11 % d’abstentionnistes et de non-inscrits aux deux tours tandis que cette proportion montait à 26 % et 27 % pour les employés de service et les ouvriers non qualifiés (Héran & Roualt, 1995, p. 397). Aux Etats-Unis aussi, le même type de variables sociodémographiques est hautement prédictif : pour les élections présidentielles de 2008, P. Lehingue comptait 61 % d’abstentionnistes parmi les citoyens ne disposant pas d’un diplôme d’une high school tandis que ce chiffre était de 17 % parmi ceux dotés d’un master universitaire (Lehingue, 2011, p. 246).

  • 2 D’une part, lors des élections du conseil national, le nombre de sièges en jeu varie selon la popul (...)

2En Suisse, la littérature politologique insiste peu sur les inégalités sociales face au vote. B. Wernli, par exemple, conteste l’importance de celles-ci pour mettre en avant des facteurs explicatifs d’ordre politique (l’intérêt pour les élections, l’adhésion partisane et les connaissances politiques des individus) ou institutionnels (les différences cantonales en terme de nombre de sièges en jeu et l’importance variable de la démocratie directe selon les cantons)2. En réalité, à l’instar du contexte français et états-unien, un petit nombre de variables sociologiques continue de bien résumer les inégalités face à l’acte de vote : niveau de diplôme, classe sociale et âge (Tawfik & Horber, 2010).

  • 3 Dans les études anglo-saxonnes, le terme « contextuel » renvoie à un ensemble de travaux assez hété (...)
  • 4 A. Sayad écrivait dans un texte maintenant ancien que les emplois les moins qualifiés étaient dévol (...)

3Pour autant, l’analyse par les déterminants individuels n’épuise pas la question de la participation électorale. Depuis le milieu des années 2000, en France, plusieurs chercheurs en sciences sociales ont réinvesti l’approche contextuelle du comportement des électeurs. L’enquête de C. Braconnier et J.-Y. Dormagen, représente bien ce renouveau : dans une étude sur un quartier de la ville de Saint-Denis, les auteurs analysent les effets des environnements – par exemple familiaux, via l’étude du comportement des électeurs mariés – à l’aide des listes d’émargement (Braconnier & Dormagen, 2007). Les approches contextuelles ainsi pratiquées3 témoignent d’un double déplacement : du point de vue du schéma d’analyse (de l’individuel au contextuel) et s’agissant de la méthode (du national à l’étude localisée, du sondage atomistique à l’analyse des listes d’émargement). Dans le sillage de ces travaux, je propose d’associer les deux démarches d’enquête pour rendre compte du phénomène de l’abstention en Suisse. Plus précisément, il s’agit ici de constater et d’interpréter le différentiel de participation existant entre les électeurs en fonction de leur lieu de naissance et de leur nationalité, dans une commune populaire du canton de Vaud, appelée Senraz (Cf. Encadré 1). En raison de l’existence d’une division du travail basée sur la nationalité et l’origine, en Suisse et à Senraz particulièrement, scruter les comportements politiques des étrangers et des individus d’origine étrangère revient à étudier le rapport au politique d’une fraction des classes populaires, ces catégories de la population occupant souvent les emplois les plus subalternes4. Qu’est-ce qui pousse les électeurs à participer dans un contexte essentiellement marqué par l’indifférence pour la vie politique? En quoi, les trajectoires migratoires et les positions sociales, les réseaux familiaux et liés à l’origine nationale ainsi que les lieux de vie nous permettent de comprendre la (dé)mobilisation ? Pour répondre à ces questions, à partir d’une approche localisée dans une commune, je vais présenter des résultats issus de données électorales (produites par l’administration communale) et d’un matériau ethnographique recueilli dans le cadre d’un travail de terrain sur les sociabilités et pratiques hors-travail des classes populaires.

Encadré 1. Senraz, une ville populaire du canton de Vaud

  • 5 Le taux de naturalisation des étrangers varie fortement d’une commune et d’un canton à l’autre, en (...)

Alors que cette commune comptait seulement 600 habitants en 1888, elle est aujourd’hui une des plus grandes villes du canton (plus de 20 000 habitants). Industrialisation et immigration ont beaucoup transformé ce territoire, notamment après la Seconde Guerre mondiale et jusqu’au milieu des années 1970 : la population est passée en effet de 4 000 habitants environ en 1941 à près de 17 000 en 1970. Jusqu’à récemment considérée comme une banlieue ouvrière, la morphologie de la population a quelque peu changé depuis 10 ans, sous l’effet d’une désindustrialisation et de l’installation de familles appartenant aux classes moyennes. En raison des différentes vagues d’immigration qu’a connu la commune, les résidants de nationalité étrangère sont nombreux. Ils représentent en effet plus de la moitié des résidants. Ceux-ci sont majoritairement installés : les individus nés en Suisse ou habitant le pays depuis 10 ans ou plus sont majoritaires parmi la population étrangère (71 % en 2000). La nationalité et le droit de cité suisse s’acquièrent difficilement : soit par le droit du sang, soit à l’issue d’une procédure de naturalisation extrêmement coûteuse et, par conséquent, rarement engagée. En effet, la naturalisation en Suisse est onéreuse, chronophage et compliquée sur le plan identitaire en raison d’une injonction à l’assimilation (via le contrôle de la bonne maîtrise d’une des langues nationales par exemple) (Studer & Arlettaz & Argast, 2013). De plus, la nationalité est souvent refusée au candidat5. Au moment où la nouvelle Constitution vaudoise est entrée en vigueur (avril 2003), certaines catégories d’étrangers (10 ans de résidence en Suisse) ont acquis des droits politiques, mais uniquement au niveau communal. Le corps électoral communal s’est alors transformé comme suit : on comptait 7 000 électeurs inscrits environ lors des élections communales de 2001 alors qu’ils étaient près de 12 000 en 2006.

  • 6 Cette obligation est formelle : de nombreuses personnes habitent une commune mais sont « annoncées  (...)

4Dans le cadre du renouveau de l’usage des listes d’émargement en France mentionné précédemment (Buton & Lemercier & Mariot, 2012), je me suis inspiré de ces démarches pour obtenir des données équivalentes en Suisse. J’ai cherché à apparier le fichier du contrôle des habitants avec le registre des électeurs. En effet, en Suisse, les habitants ont l’obligation de remplir un formulaire permettant de les identifier dès le moment où ils résident dans une commune6.

  • 7 Les individus disposant des droits politiques sont automatiquement inclus dans le registre des élec (...)
  • 8 En Suisse, on attribue une commune d’origine aux individus de nationalité helvétique. Transmis par (...)

5Dans le cadre d’une négociation d’une convention d’utilisation des données avec la municipalité de Senraz, j’ai pu obtenir ces données pour l’année 2011-2012. Durant celle-ci, il y eut des élections de tous les niveaux : fédérales, cantonales, communales. Parallèlement à cela, différents projets (referendum et initiatives) ont été l’objet de votations, tandis que le décès d’un conseiller d’Etat (membre de l’exécutif vaudois) survenu subitement a impliqué l’organisation d’une élection complémentaire pour son remplacement. Au final, les données concernent 10 scrutins pour lesquels je dispose des variables suivantes : le nombre d’électeurs inscrits7 – qui peut varier au grès des déménagements, des décès et de l’accès aux droits politiques (accès à la majorité à 18 ans ou obtention des droits politiques au niveau communal pour les étrangers résidant en Suisse depuis 10 ans) ; la participation ou non pour chaque scrutin ; le sexe ; l’âge ; l’état-civil ; le lieu de naissance ; le lieu d’origine8 ; la nationalité ; l’adresse (rue sans numéro) ; l’ancienneté résidentielle. Ces données autorisent une analyse des trajectoires de vote pour les électeurs suisses présents et vivant sur le territoire communal de février 2011 à mars 2012. S’agissant des électeurs étrangers, je peux mesurer leur participation à deux scrutins seulement, leurs droits politiques étant limités au niveau communal. En raison de l’attention portée à la mobilisation des électeurs de nationalité étrangère, les principaux scrutins analysés dans cet article sont dès lors de niveau communal :

  • Elections communales (mars 2011). Lors de ce scrutin, les électeurs doivent désigner 1) la municipalité – collège de 7 membres (la taille varie selon la population résidante de la commune) exerçant l’autorité exécutive –, dans le cadre d’un scrutin plurinominal majoritaire à deux tours ; 2) le conseil communal – collège de 80 membres (la taille varie selon la population résidante) exerçant l’autorité législative –, dans le cadre d’un scrutin proportionnel.

  • Votation communale (juin 2011): Initiative populaire communale pour l’installation de caméra de vidéosurveillance. L’initiative populaire en matière communale aboutit à un vote si le comité d’initiative récolte un nombre de signatures égal à 15 % des électeurs inscrits de la commune (1 800 électeurs environ à Senraz).

Abstention et propriétés individuelles : âge, lieu de naissance et nationalité

  • 9 Lors des élections fédérales de 2011, la participation était de 42 % dans le canton de Vaud, tandis (...)
  • 10 Pour le calcul de ce taux, j’ai pris en compte l’ensemble des scrutins disponibles dans le jeu de d (...)
  • 11 Selon François Héran, le taux de participation moyen a été inventé par François Clanché (Clanché, 2 (...)
  • 12 Certes, il manque à ce chiffre les non-inscrits et les électeurs inscrits dans une autre commune qu (...)

6Il s’agit en premier lieu de constater de manière générale l’ampleur de l’abstention, en détaillant les taux, précédemment présentés sous forme de moyenne en introduction. Lors de l’élection des parlementaires fédéraux en 2011 (élection nationale) par exemple, 51 % des électeurs n’ont pas participé au niveau Suisse, tandis que cette proportion passait à 63 % à l’échelle de Senraz (tableau 1), située dans un canton ou l’abstention est plus importante qu’en moyenne9. Si l’on observe les catégories les moins promptes à se prononcer électoralement, les taux de participation diminuent encore : jeunes, électeurs aux revenus modestes et/ou faiblement dotés en titres scolaires sont très peu participatifs. Afin de préciser ce constat de démobilisation, il est utile de présenter le taux de participation moyen des électeurs de Senraz. Ce dernier est calculé de la manière suivante : dans un premier temps, il s’agit d’établir un taux pour chaque individu, qui rapporte le nombre de participations effectives au nombre de participations potentiels (ici, 10 scrutins)10 ; puis, dans un deuxième temps, il est possible de calculer un taux moyen pour des groupes d’électeurs (par âge, CSP, etc.) ou pour l’ensemble des électeurs11. À Senraz, ce taux était de 36 % (électeurs de nationalité suisse, N = 7 105). Si l’on observe maintenant les deux extrêmes du spectre des comportements électoraux, les résultats sont les suivants : 9 % de la population a un comportement d’électeur constant tandis que les abstentionnistes constants comptaient pour pas moins de 33 % (N = 7 105). On le voit, l’intermittence du vote reste le comportement modal ; néanmoins le résultat de 33 % est ici très éloigné des chiffres de l’Insee pour les élections présidentielles et législatives de 2002 (11 %) (Héran, 2004, p. 356). De même, si l’on porte attention à des élections de plus faible intensité et à un territoire populaire afin de se rapprocher du contexte de Senraz, C. Braconnier et J.-Y. Dormagen avancent le chiffre de 25 % d’abstentionnistes constants pour les régionales et les européennes de 2004 (Braconnier & Dormagen, 2007, p. 77)12.

Tableau 1. Participation aux élections fédérales du 23 octobre 2011

Tableau 1. Participation aux élections fédérales du 23 octobre 2011

Sources : LUTZ, Georg, Élections fédérales 2011. Participation et choix électoral, Lausanne : Selects-FORS, 2012, p. 8 ; données électorales, Senraz.

Indications de lecture : parmi les électeurs âgés de 18-24 ans, 32 % ont participé aux élections fédérales. À Senraz, 22 % des électeurs âgés de 18-24 ans ont participé aux élections fédérales de 2011.

  • 13 La distinction entre immigrés et réfugiés est en partie schématique dans le sens où arriver et s’in (...)

7Au-delà des contextes nationaux et des conjonctures, les chercheurs constatent que, lors des consultations électorales auxquelles certaines catégories d’étrangers peuvent participer, la mobilisation de ceux-ci est plus faible que celle des nationaux (Soininen, 1999). Afin d’appréhender les comportements des électeurs étrangers ou nés à l’étranger, il faut commencer par rappeler que cette catégorie n’est bien évidemment pas homogène. En premier lieu, les étrangers doivent avoir résidé pendant 10 ans en Suisse pour jouir du droit de vote et d’éligibilité sur le plan communal dans le canton de Vaud. Ensuite, l’hétérogénéité du groupe des électeurs étrangers dépend des trajectoires migratoires individuelles et de l’histoire du territoire étudié. À Senraz, les résidants sont de nationalités et d’origine diverses même s’ils peuvent être majoritairement rassemblés autour de quelques pays comme on le verra. Ensuite, une partie des enfants de résidants étrangers sont nés en Suisse sans avoir pour autant obtenu la nationalité du pays d’accueil, en raison de l’absence de procédure de naturalisation automatique. Enfin, les résidants étrangers nés à l’étranger se distinguent des individus nés à l’étranger ayant acquis la nationalité suisse par voie de naturalisation, comme on le verra plus bas. À Senraz comme ailleurs, le groupe des électeurs étrangers ou nés à l’étranger est donc composé d’immigrés – i.e. des individus venus provisoirement en Suisse pour travailler dans des emplois peu qualifiés mais qui se sont finalement durablement installés –, de réfugiés – arrivés en Suisse dans le cadre d’une procédure d’asile13 – et d’individus nés et scolarisés en Suisse.

8Historiquement, Senraz est un territoire d’immigration ouvrière comme le montre le tableau 2. Dans les années 1970, la proportion des ouvriers et de travailleurs non-qualifiés parmi les actifs nés à l’étranger oscillait autour de 85 %. Dans le contexte de l’époque, les milieux économiques parlaient d’un besoin en ‘bras’ pour désigner ces immigrés venus travailler en Suisse… Par la suite, le contexte a néanmoins partiellement changé : en 2000, les individus nés à l’étranger occupaient des emplois plus diversifiés en partie en raison de la disparition des entreprises industrielles. Le lieu de naissance des résidants s’est également diversifié : on comptait des résidants de 35 origines différentes en 1970 (134 en 2011) dont l’immense majorité (87 %) était nés en Italie, en Espagne ou en France. Les six pays listés dans le tableau 2 rassemblent en revanche 64 % des individus nés à l’étranger en 2011.

  • 14 Pour 1970, la part des ouvriers a été calculée à partir des codes ISCO (71-9330). Pour 1990 et 2000 (...)

Tableau 2. Immigrés et ouvriers à Senraz, selon les lieux de naissance, 1970-201114

Tableau 2. Immigrés et ouvriers à Senraz, selon les lieux de naissance, 1970-201114

Source : recensements fédéraux de la population, 1970-2011.

Indications de lecture : à Senraz, en 1970, il y avait 2 690 résidants nés en Italie et 86 % des actifs résidants nés en Italie étaient ouvriers.

Histoires migratoires et mobilisations électorales différenciées

  • 15 S’agissant des individus nés en Italie, si la proportion d’ouvriers et de travailleurs non-qualifié (...)

9L’immigration à Senraz se caractérise par la présence d’individus occupant ou ayant occupé15 des positions subalternes dans la division du travail et provenant de quelques pays à forte émigration ouvrière. Derrière cette toile de fond socio-économique, on observe néanmoins d’importantes variations du point de vue de la mobilisation électorale en fonction de l’origine des individus. Le lieu de naissance, couplé à l’âge, permet de résumer à grand trait l’histoire migratoire des électeurs et ainsi d’avancer dans la connaissance des facteurs expliquant leur mobilisation électorale.

  • 16 La faible mobilisation électorale des individus originaires du Portugal a également été constatée e (...)

10Le tableau 3 est de ce point de vue instructif à plus d’un titre : en premier lieu, il me permet de constater une inégale mobilisation électorale selon le lieu de naissance des électeurs. Ainsi, parmi les nationaux, la participation varie beaucoup : les individus nés en Ex-Yougoslavie ou au Portugal étaient 8 % à s’être mobilisés pour les élections communales et la votation communale sur les caméras de surveillance, tandis que cette proportion atteignait 25 % environ parmi les individus nés en Italie, en Turquie, en France ou en Suisse. Du côté des étrangers, la participation selon le lieu de naissance varie plus encore : seul 1 % des individus nés en Ex-Yougoslavie participaient aux deux scrutins, tandis que la part des électeurs était de 25 % environ chez les résidants nés en France ou en Italie. De même, les résidants nés au Portugal étaient totalement en dehors du jeu électoral (3 % de participants)16.

11Pour interpréter ces variations, un premier élément à avancer est l’ancienneté de l’immigration : les individus nés en Ex-Yougoslavie et au Portugal sont beaucoup plus souvent arrivés récemment sur le territoire que ceux originaires d’Italie (venus massivement entre 1950 et 1970) ou que les résidants nés en Espagne (arrivés en nombre entre 1962-1970). Je fais l’hypothèse que cette ancienneté s’accompagne d’une installation dans le pays d’immigration et donc de conditions de vie plus stables, davantage propices à la participation électorale, toute proportion gardée  (la participation restant généralement très peu élevée comme on l’a vu précédemment). Corrélativement, on découvre aussi un effet d’âge : du côté des participatifs, la moyenne d’âge des électeurs inscrits est de 62 ans (Italie, N = 1 057) et 58 ans (Espagne, N = 459) ; du côté des électeurs exclus, de 42 ans (Ex-Yougoslavie, N = 1 166) et 43 ans (Portugal, N = 960). C’est ce même effet d’âge qui permet de comprendre pour quelles raisons les étrangers nés en Suisse sont peu participatifs (8 %) : pour une majorité d’entre eux, il s’agit de jeunes issus de cette immigration ouvrière ; leur moyenne d’âge est de 32 ans (N = 728). Or, on l’a vu, jeunes électeurs et électeurs âgés sont très inégalement mobilisés lors des scrutins.

Tableau 3. Participation des nationaux et des étrangers aux deux scrutins communaux selon leur lieu de naissance, mars et juin 2011, en %

Tableau 3. Participation des nationaux et des étrangers aux deux scrutins communaux selon leur lieu de naissance, mars et juin 2011, en %

Source : données électorales, Senraz.

Indications de lecture : parmi les Suisses nés en Italie (N = 182), 26 % d’entre eux ont participé à la fois aux élections et à la votation communales ; parmi les étrangers nés en Italie (N = 875), 25 % d’entre eux ont participé à la fois aux élections et aux votations communales.

Se naturaliser… et participer ?

  • 17 Ce parti accueille localement un plus grand nombre de candidats étrangers ou d’origine étrangère re (...)

12Jusqu’à maintenant, ce sont les variations de mobilisation en fonction du lieu de naissance qui ont été analysées, quelle que soit la nationalité des électeurs. Cela a le mérite de ne pas mener une analyse centrée sur la seule variable dichotomique nationaux/étrangers. En effet, un changement de statut via la naturalisation n’efface pas l’histoire sociale et migratoire des individus ; ceux-ci peuvent continuer d’être définis (et de se définir) par leur origine nationale. Cela s’observe notamment dans les termes utilisés pour désigner les individus naturalisés : dans un groupe politique de gauche au sein duquel un travail d’observation participante a été mené, les militants nés à l’étranger sont appelés les « copains étrangers » alors que nombre d’entre eux sont en réalité de nationalité suisse17.

  • 18 Pour l’analyse, et à partir des informations dont je dispose, je définis les étrangers naturalisés (...)
  • 19 Le terme est entre guillemets car ces enfants de la « seconde génération » sont pratiquement toutes (...)
  • 20 Malgré l’abandon officiel du principe d’assimilation des étrangers au profit d’un paradigme de l’in (...)

13Pour autant, le tableau 3 indique sans conteste des différences de comportement entre nationaux et étrangers de diverses origines. Le passage par une procédure de naturalisation sépare les deux groupes d’électeurs ; procédure qui produit des effets en terme de mobilisation électorale18. Le tableau 3 le montre très clairement, hormis pour les individus nés en Italie ou en France, les individus naturalisés participent systématiquement plus que les étrangers. Pour interpréter ces résultats, deux pistes permettent de formuler une explication. Premièrement, il a été attesté que la naturalisation est un processus exclusif qui ne concerne pas tous les étrangers. Cette inégalité sociale devant la naturalisation est constatée dans une enquête helvétique menée auprès d’enfants d’immigrés espagnols et italiens et qui compare les naturalisés et les ‘étrangers’19 : « les naturalisés sont issus de familles d'un niveau de formation et socioprofessionnel plus élevé que la moyenne, et mieux intégrées “verticalement” dans la société suisse (i.e. se déclarent plus souvent « civiques ») ; eux-mêmes ont par ailleurs connu des parcours scolaires plus qualifiants. Les “étrangers” sont en revanche issus de familles de condition sociale plus modeste et présentant une moindre intégration verticale. Ils ont plus souvent le sentiment de s’être heurtés à divers types de barrières sociales au cours de leur vie en Suisse et la procédure de naturalisation représente un obstacle supplémentaire auquel ils ne souhaitent pas être confrontés, par crainte d'un refus » (Bolzman & Fibbi & Vial, 2003). On le voit, la naturalisation est un processus qui divise : les individus, qui se lancent dans le processus, qui sont jugés suffisamment intégrés20 à la société d’accueil et parviennent ainsi à acquérir la nationalité, ont des propriétés sociales les distinguant des autres. Ce fait engage à considérer que les groupes des naturalisés, de par les ressources dont ils disposent comparativement aux autres, sont plus prompts à participer électoralement.

  • 21 La question de la durée de cet effet statutaire – à court ou à long terme ? – reste pendante. On pe (...)
  • 22 On observe les mêmes écarts pour les individus nés en Turquie ou en Espagne. Au niveau de l’ensembl (...)

14Deuxièmement, à la suite de P. Centlivres et son équipe, je fais l’hypothèse – qui demanderait à être étayée par des résultats – que le changement de statut juridique a également un effet en soi. Autrement dit, la participation de certains électeurs naturalisés serait le signe d’un « surinvestissement dans les normes suisses propres à beaucoup de nouveaux citoyens » (Centlivres, 1991 , p. 260)21. Cette proposition est, bien entendu, à replacer dans le contexte de démobilisation générale vis-à-vis de la chose électorale : elle ne concerne certes pas tous les naturalisés. On peut par ailleurs présumer, de manière complémentaire, d’un effet de socialisation politique liée à la procédure de naturalisation elle-même. En effet, les individus qui s’engagent dans celle-ci sont convoqués, après avoir effectué les différentes démarches administratives, pour une audition menée par une commission composée d’un membre de la municipalité et de conseillers communaux. Cette expérience, tout comme le fait d’être invité à un repas par les autorités communales une fois la nationalité acquise, invitation pratiquée à Senraz et ailleurs dans le canton de Vaud, peut potentiellement rendre les institutions et acteurs politiques communaux plus familiers ; cette expérience pratique étant corrélative de l’acquisition d’une connaissance, même minimale, pouvant générer une participation électorale. Pour appuyer de cette hypothèse, j’ai comparé le taux de participation moyen des électeurs naturalisés à Senraz et de ceux qui l’ont été ailleurs dans le pays. Les résultats témoignent d’un effet lié au lieu de naturalisation : par exemple, parmi les 106 électeurs nés en Italie et naturalisés ailleurs qu’à Senraz, le taux de participation moyen est de 28 % (26 ans d’ancienneté résidentielle en moyenne). Or, pour ceux qui ont mené la procédure à Senraz (N = 65), ce taux de participation moyen atteint 47 % (29 ans d’ancienneté résidentielle en moyenne)22.

15Finalement, si le tableau 3 permet de mettre au jour une inégale mobilisation selon le lieu de naissance et entre les membres naturalisés ou non de même origine nationale, l’ensemble de l’explication ne réside pas uniquement dans les ressources individuelles des électeurs. En effet, comment comprendre que les électeurs nés en Turquie soient plus participatifs comparativement à ceux originaires du Portugal, alors que leur immigration n’apparaît pas comme moins ouvrière et qu’ils sont seulement légèrement plus âgés (moyenne d’âge = 45 ans, N = 433) ? Pour répondre à cette question, il faut se tourner vers un autre schéma d’analyse, plus attentif aux liens et réseaux sociaux dans lesquels sont pris les individus.

Contextes de vote: le travail militant des leaders communautaires et l’effet résidentiel

16Parallèlement aux déterminants individuels, la participation peut être le produit des micros pressions exercées par les environnements au sein desquels s’inscrivent les électeurs. J’ai constaté l’importance de ce fait lors des élections communales de mars 2011. Comme on le verra, certains groupes rassemblés autour d’une origine nationale se sont (et ont) énormément mobilisé(s) et ceci, en se servant de l’existence du vote par correspondance, introduit dans le canton de Vaud en 2002.

Des réseaux de relations différemment structurés : les électeurs originaires de Turquie et du Portugal

17Le tableau 3 a donné une idée de la participation différentielle des individus selon leur lieu de naissance. Ces différentiels dépendent aussi de l’histoire et de la structuration des réseaux de relations des groupes, ceux-ci permettant une mobilisation plus ou moins importante au moment du scrutin. La taille me semble d’abord être une donnée importante dans la mesure où elle détermine en partie la force des liens sociaux caractérisant les groupes. Alors que la communauté portugaise est très nombreuse à Senraz (environ 2 800 résidants nés au Portugal en 2011), celles des Turcs et des Kurdes sont plus réduites (environ 600 résidants nés en Turquie).

  • 23 Sur l’intérêt d’observer les conditions d’émigration pour comprendre les conditions de vie des immi (...)

18Ensuite, les conditions d’émigration vont déterminer, pour une part importante, la structuration du groupe dans le pays d’accueil23. S’agissant des individus nés en Turquie, j’ai constaté une spécificité : l’immigration kurde et turque à Senraz proviendraient essentiellement de deux villages de Turquie, selon les dires des représentants de la communauté (présidents d’association et conseillers communaux). Un premier village qui est proche de Gaziantep, ville du sud-est de la Turquie à la frontière de la Syrie ; le second se situant au nord d’Ankara. Bien évidemment, cette idée ne correspond sans nul doute que partiellement à la réalité, les individus en marge de la communauté étant potentiellement invisibles ou ignorés. Néanmoins, ce discours indique bien qu’il existe des liens étroits au sein des groupes kurdes et turcs. À propos des Kurdes, voilà ce que me disait Mehmet (Suisse né en Turquie), membre du parti politique de gauche évoqué plus haut :

Y.B. : Depuis ton village [proche de Gaziantep], ceux qui partent du village, ils vont en Suisse, en Allemagne ?

Mehmet : En gros, majorité ils sont en Suisse. 90 % ils sont en Suisse.

Sa femme : ils restent quelques personnes âgées [au village].

Mehmet : Non mais la majorité ils sont en Suisse, parmi ceux qui sont là [en Europe]. Bon peu en Allemagne, peu en France. Majorité en Suisse.

Elle : Partout [i.e. toutes et tous] ils sont à Senraz hein. Tout le monde est à Senraz. Notre village, c’est tout le monde à Senraz. On est 70 habitants, on est à Senraz.

70 ? Pas plus.

Ensemble: [De] notre village, notre village.

Elle : Ici on est beaucoup plus que dans notre village. (avril 2013)

19L’existence de liens familiaux et d’une sociabilité villageoise recrée à Senraz a des conséquences lorsqu’il s’agit de mobiliser des réseaux en vue d’un scrutin. Si l’on poursuit la comparaison entre groupe turc et kurde d’une part et portugais d’autre part, l’observation de la campagne électorale de mars 2011 m’aura permis d’identifier de grandes différences entre ces groupes quant à l’accueil réservé aux militants du parti dont Mehmet est membre.

Encadré 2. Tournée électorale : un dimanche matin au centre portugais

Après un passage au café R., j’attends au centre portugais, qui appartient également au patron du café. Il y a dans ce centre la même ambiance qu’à la colonie libre italienne [i.e. une association d’immigrés italiens visitée par le même parti 2 semaines auparavant] hormis l’âge des consommateurs et leur nombre: alors qu’à la colonie libre italienne, la moyenne d’âge tournait autour des 55 ans et que seuls quelques personnes étaient présentes, elle serait à vue d’œil plutôt de 35-40 ans chez les Portugais et ils sont nombreux ce matin. La boisson du coin semble être une bière portugaise ou un mélange de martini rouge et de bière. Il n’y a que des hommes.

Je monte à l’étage au café R. et retrouve N. (militante au parti depuis le début des années 1970, Suissesse née en Suisse, élue à la municipalité) et P. (militant au parti depuis le milieu des années 2000, Suisse né en Suisse, élu à la municipalité) qui sont en fait seuls pour cette tournée électorale. Je suis surpris de voir seulement les deux élus municipaux. A. (conseillère communale depuis 2011, née au Sri Lanka) nous rejoint peu après. On descend ensuite au centre et N. annonce que l’approche des consommateurs ne sera pas évidente : « vous verrez comment vous faites », i.e. si on souhaite être en retrait ou parler avec les gens. Devant le centre, N. et P. abordent les consommateurs à propos des élections communales qui auront lieu dimanche prochain. La réaction des personnes présentes à cette intrusion de politiques est mitigée. Il y en a un qui dira « tout ça c’est politique » avec un air un peu fâché. Le ton monte un petit peu entre P. et un consommateur, car ce dernier affirme ne pas avoir reçu l’enveloppe de vote. P. se renseigne sur son statut – répond-il aux critères du vote des étrangers ? – et affirme qu’il « a dû la recevoir ». Il sous-entend ainsi que celui-ci l’a jetée. L’homme en question n’aime pas cette insinuation et maintient qu’il n’a rien reçu.

Cette intrusion non-portugaise – l’usage du français dans les centres peut être perçu une imposition de la langue dominante dans un lieu marqué par l’entre-soi communautaire –, politique et sérieuse, et en partie féminine n’est pas tellement appréciée. Alors que les relations sociales s’engagent – je pense – sur le mode de la reconnaissance ou de la transaction marchande habituellement au centre, l’approche de N. et P. est administrative : « vous habitez Senraz ? [Le centre se situe à la frontière entre deux communes] ». Si la réponse est oui, N. et P. présentent leur parti et expliquent ensuite comment voter par correspondance.

P. va ensuite expliquer comment voter à cinq personnes attablées qui boivent du vin blanc. L’attention est flottante et une partie du groupe discute d’autres choses. N. refuse de boire du vin tandis que P. accepte un verre offert par un consommateur et le complimente sur le goût de leur boisson. (Notes de terrain, 6 mars 2011)

20L’extrait du journal de terrain présenté permet de montrer que la présence de candidats en campagne n’était pas attendue par les consommateurs de ce centre portugais et que le contact a été noué tant bien que mal. Cette ambiance qui n’avait rien à voir avec celle expérimentée le dimanche précédent dans un centre turc cette fois. Une délégation de militantes et militants a été invitée dans un autre centre, turc cette fois-ci. Nous étions assis de manière à faire face à une assemblée assise et silencieuse, de 30 hommes et 10 femmes environ. Des pâtisseries turques nous ont été offertes tandis qu’une séance de questions de la salle commençait, à propos de divers problèmes rencontrés par la communauté. Il était question des difficultés pour leurs enfants à trouver des places d’apprentissage, de mettre en place un carré musulman dans le cimetière communal ou encore de la gestion des déchets. À la fin de la rencontre, le président de l’association nous a montrés un local qui était en passe de devenir la bibliothèque du centre.

21L’encadrement des sociabilités par l’association portugaise semble bien plus tourné vers l’offre de consommation de boissons et de nourriture tandis que celui de l’association turque s’accompagne, parallèlement à cette sociabilité de café également présente, d’une volonté de prise en charge des problèmes de la communauté. Comparer des sociabilités, encadrées différemment par les associations et plus ou moins connectées avec la vie politique communale, ne devrait pourtant pas nous amener à conclure à l’anomie du groupe portugais. Les propos d’une informatrice ayant représenté la communauté portugaise au sein d’une commission pour l’intégration des étrangers sont éclairants à cet égard:

« Y avait une consultation sociale pour les Portugais à Senraz [avant le décès du fondateur de cette consultation]. Un des lieux qui reste comme [cette consultation sociale], c’est les Eglises. L’Eglise catholique portugaise, elle a un potentiel de rassemblement qui est juste délirant. Si je devais faire passer un message [en tant que représentante des Portugais de Senraz] à la population portugaise, j’appelais le curé ! […] Après les gens ils se concentrent quand même autour de cafés, selon la région d’où ils viennent […]. Cet espace [décrit dans l’extrait du journal de terrain à la page précédente], effectivement les gens vont boire un coup, la bière du matin, l’apéro quoi. Et après ils vont manger. Y a plus – mais c’est quelque chose qu’on voit aussi avec les colonies libres italiennes – y a une vraie perte [hésitation] ouais du collectif. [Pause] Y a une espèce de collectif souterrain, on va se tuyauter pour avoir un appartement, on va se tuyauter pour être engagé à tel endroit, mais y a plus ces endroits où on allait défendre des intérêts. » (novembre 2013).

Travail politique des leaders communautaires et entraînement à la participation

  • 24 Dans la mesure où les listes peuvent accueillir jusqu’à 80 personnes, trouver un maximum de candida (...)

22L’efficacité de ces réseaux communautaires durant les élections ne se déploie pour autant que grâce au travail des leaders, qui sont en général des candidats au conseil communal. J’utilise le terme « leader » d’une part car il fait sens pour les enquêtés et d’autre part car la simple présence d’un compatriote sur une liste électorale ne produit pas mécaniquement une mobilisation. Avant d’appréhender le rôle des leaders, prenons un contre-exemple à propos des individus nés au Portugal qui ont été faiblement mobilisés sur le plan électoral, comme on l’a vu. S’il y avait bien une candidate portugaise sur la liste des Verts aux élections communales, elle n’a pas joué ce rôle de leader et sa présence n’a pas produit d’effet d’entraînement au vote. On peut interpréter ce résultat à partir de sa position dans l’espace sociable local d’une part, et par d’autres éléments tels que son genre et ses expériences militantes et politiques passées d’autre part. Marta, 40 ans, est concierge à temps partiel dans un établissement de la commune et mariée à un Italien, monteur en matériel sanitaire. On constate donc une hétérogamie s’agissant de l’origine nationale qui la distingue d’autres Portugaises résidant en Suisse. Elle est d’autre part entrée sur la liste des Verts sur demande d’une conseillère municipale24. Marta l’avait connue avant que celle-ci n’obtienne cette charge élective, dans le cadre d’un travail de garde d’enfants et de relations de voisinage. Alors qu’elle hésitait à s’engager du fait de la désapprobation formulée par son mari à propos de sa candidature d’une part, et d’un doute sur ses capacités à assumer son rôle de candidate et de conseillère communale d’autre part, elle n’a finalement pas été élue. Au moment de notre entretien (6 mois après les élections, en août 2011), elle me dit ne pas avoir été à l’aise au sein du groupe écologiste et avoir arrêté de participer aux réunions de celui-ci.

Tableau 4. Participation aux élections et votation communales par lieu de naissance, mars et juin 2011, en %

Tableau 4. Participation aux élections et votation communales par lieu de naissance, mars et juin 2011, en %

Source : données électorales, Senraz.

Indications de lecture : parmi les électeurs nés en Italie (nationaux et étrangers), 36 % d’entre eux ont participé aux élections communales et 34 % à la votation communale sur les caméras de vidéosurveillance. 

23Pour autant, le tableau 4 permet de mesurer l’importance du travail politique des leaders. En effet, on observe dans plusieurs cas une diminution drastique des taux de participation entre les élections communales et la votation communale sur l’initiative visant à installer des caméras de vidéosurveillance. Certes, on peut interpréter cela comme un effet du projet en soi, l’installation ou non de caméras aurait que peu intéressé les électeurs. De plus, pour les électeurs étrangers ou d’origine étrangère, élire un compatriote peut revêtir une signification politique autrement plus importante que le fait de se prononcer sur un objet de votation. On peut néanmoins penser que l’essentiel n’est pas là au vu des diminutions de taux de participation lorsque l’on passe d’un scrutin à l’autre : 49 points de pourcentage pour la communauté Sri lankaise, 38 points pour celle de Turquie. Ainsi, alors que les individus nés au Sri Lanka étaient 2 fois plus mobilisés que la moyenne lors des élections communales, ils le sont deux fois moins pour la votation sur les caméras de surveillance. Ces chiffres peuvent être interprétés comme étant clairement le résultat d’un travail politique effectué lors des élections qui faisait défaut lors de la votation de juin 2011. S’agissant des électeurs originaires du Sri Lanka, la candidate R. (Cf. notes de terrain plus haut) aura probablement effectué un travail de mobilisation auprès de sa famille et via les liens associatifs existants dans sa communauté. Du côté kurde, l’entretien mené avec Mehmet permet d’éclairer le travail de mobilisation des leaders :

Y.B. : Je me demandais aussi, est-ce que lorsqu’il y a eu les élections communales, t’as participé pour faire voter les gens ?

Mehmet : Ouais. Ouais bien sûr.

Dans l’immeuble ou aussi ailleurs dans la famille ?

Plutôt on a téléphoné beaucoup, aux amis. Beaucoup aux amis. Bien sûr on a distribué aussi tous les papiers [tracts], même dans le centre. Et ceux que j’arrive pas [à rencontrer], ben j’ai téléphoné.

Dans le centre ? Dans le centre de Senraz [i.e. centre-ville] ?

Dans le centre de Senraz [en fait le centre turc], oui. Mais bien sûr, ceux qui ont le droit [de voter] c’est la commune de Senraz [i.e. il n’était pas question d’aller dans le centre turc d’une autre commune]. Mais ils peuvent choisir : « Socialistes, les verts ou bien notre parti. Vous pouvez choisir. Mais nous on aimerait bien que vous votiez pour nous », c’est ce qu’on disait. Souvent j’ai téléphoné : téléphone, téléphone.

Plutôt téléphone que des visites ?

Aussi mais ceux que je peux pas [rencontrer], j’ai téléphoné. Et pis dans le centre [turc], je donne un papier [un tract]. Ça on a donné aussi au centre [turc], dans le restaurant A…

Quand tu dis le centre, c’est M. [centre kurde] ?

[Il acquiesce] M. [mais aussi] au centre turc-là. Et pis le restaurant A. Y a plusieurs restaurants turcs où les gens vont. Même le magasin, « le marché T. ». Voilà quoi, pour les votations [i.e. les scrutins]. On travaille quand même.

Pour quelles votations ? Les élections communales ? Cantonales aussi ?

Cantonales aussi, tout tout. Communales bien sûr. Mais pour cantonales aussi bien sûr. Les gens ont le droit, ceux qui ont le droit de voter, il faut voter. Il faut pas le jeter [le « matériel de vote », i.e. la carte d’électeur à signer, le(s) bulletin(s), les informations sur le scrutin].

Tu m’as dit une fois « je vais récupérer [hésitation], dans l’immeuble tous les gens que je connais, ils amènent »… Ils t’amènent aussi… ?

Oui voilà, les gens, l’enveloppe, je ramasse. [Hésitation] Ils m’amènent aussi. Ils signent [la carte d’électeur] et je dis « vous choisissez ». Pis après, si vous arrivez pas, on vous explique et après, on me donne et je l’amène à la commune. Voilà, chez eux aussi, je ramasse.

Combien t’en as fait à peu près ?

Chaque fois [chaque scrutin], 10-15.

Ah oui. Bon y a déjà les 5 de la famille [i.e. nucléaire] ?

Non non [i.e. sans compter la famille], beaucoup j’ai ramassé beaucoup. À côté Kemal (Suisse né en Turquie), il ramasse aussi. Pis sinon on dit « ben voilà, à la commune y a une boîte [l’urne où l’on dépose le « matériel de vote »] ou vous nous donnez votre enveloppe, si vous arrivez pas. Ou bien par la poste ». Mais plutôt les gens ils nous donnent à nous.

Et c’est eux qui sonnent chez toi [i.e. viennent dans son appartement déposer les enveloppes] ?

C’est eux qui mettent dans la boîte [i.e. sa boîte aux lettres]. Et après je l’emmène là-bas [à la commune].

Et tu penses c’est des voisins ou c’est que la famille ?

J’ai dit des voisins aussi, mais plutôt la famille. Plutôt la famille. S’ils ont le droit de voter. (avril 2013)

24L’extrait d’entretien précédent montre bien comment s’est effectué le travail politique des candidats au conseil communal kurdes originaires de Turquie. D’une part, classiquement celui-ci se déploie dans les associations et autres lieux de rencontre des membres de la communauté (ainsi que dans le centre turc). D’autre part, des appels téléphoniques sont effectués pour encourager les électeurs à voter. Les possibilités offertes par le vote par correspondance implique que des pratiques jugées peu légitimes sont également évoquées : l’extrait d’entretien le montre, la description précise de la mobilisation est faite à demi-mot par Mehmet, de même que mes questions étaient hésitantes et euphémisées. Il m’a fallu préciser concrètement mon interrogation pour comprendre qu’une partie des membres de sa famille élargie déposent leur enveloppe de vote dans la boîte aux lettres de son immeuble. Pour une partie d’entre eux, le choix lors de différents scrutins est de plus laissé à Mehmet (« vous nous donnez l’enveloppe si vous arrivez pas », explique-t-il). On voit ici apparaître une délégation importante dans le choix électoral. Pour autant, cette délégation n’est pas propre aux électeurs d’origine étrangère; elle est également présente dans le cadre familial de nombreux électeurs, nés en Suisse ou non, car la présence du « matériel de vote » au domicile permet en effet aux influences familiales de se déployer, les habitants pouvant voter ensemble dans leur sphère privée.

Lieu de vie, intégration sociale et participation

  • 25 Selon N. Mayer, l’analyse écologique implique que « les résultats électoraux recueillis au niveau [ (...)
  • 26 Pour conserver une certaine significativité dans les proportions, seules les rues où habitent 40 él (...)

25Les résultats mis au jour précédemment à propos de l’importance différenciée du travail politique de mobilisation selon le lieu de naissance des électeurs soulèvent en parallèle la question du lieu de vie, en tant qu’environnement propice à la mobilisation. En effet, dans la configuration qui nous intéresse ici, si des leaders communautaires « ramassent » les enveloppes de vote à l’occasion des élections, dans quelle mesure habiter tel quartier – d’une commune de 300 hectares – peut-il avoir un effet sur la participation électorale ? En menant une analyse écologique25 à l’échelle fine des différentes rues de la commune, j’ai constaté que la participation électorale variait d’une rue à l’autre : lors des élections communales de 2011, par exemple, alors que le taux de participation était de 30 % pour l’ensemble, il variait de 15 % à 57 % selon la zone d’habitation26. Schématiquement, les petites rues du centre historique de la commune, appelé « le village », se caractérisent par un taux de participation au-dessus de la moyenne ; il s’agit de toutes ces rues, dont l’intitulé commence par « chemin de… », composées de maisons individuelles, de villas mitoyennes en copropriété ou de petits immeubles. Au contraire, les « rues et avenues de… » enregistrent des taux généralement légèrement au-dessous de la moyenne. Plus précisément, il a été établi que la participation électorale était significativement corrélée avec la présence de certains groupes sociaux : il existe ainsi une corrélation de + 0,7 entre la proportion d’électeurs de nationalité suisse dans les différentes rues de la commune et le taux de participation dans ces rues (tableau 5). Ces résultats engagent à tenir le lieu de vie comme un environnement pertinent pour l’analyse.

26Néanmoins, analyser des associations statistiques sur la base de territoires ne permet pas d’accéder aux comportements des électeurs proprement dits (ecological fallacy). En effet, comment comprendre l’absence de corrélation entre la proportion d’électeurs originaires d’Italie et le taux de participation aux scrutins communaux (-0.07 et 0.04 pour les élections communales et la votation communale respectivement) ? Une première piste d’analyse est leur plus grande dispersion sur l’ensemble du territoire communal, par rapport à d’autres groupes d’électeurs originaires d’autres pays. Résidant dans des environnements variés il n’est dès lors pas possible de faire émerger de liens significatifs avec les taux de participation. Ensuite, il est attesté que les individus nés en Italie participent légèrement plus que l’ensemble des électeurs (tableau 4), en partie en raison de leur ancienneté résidentielle et dans l’immigration. Mais ce deuxième point nous renvoie de fait aux caractéristiques individuelles des électeurs nés en Italie ; d’où l’intérêt d’observer des électeurs dans leurs environnements.

Tableau 5. Analyse écologique de la participation électorale à l’échelle des rues

Tableau 5. Analyse écologique de la participation électorale à l’échelle des rues

Source : données électorales, Senraz.

Indications de lecture : il existe une corrélation (Pearson) de 0.52 entre la proportion (%) d’électeurs nés dans le canton de Vaud et le taux de participation pour chaque rue dont est composée la commune. Cette corrélation est très significative (on peut rejeter l’hypothèse d’indépendance (coefficient = 0) avec p < 0.000, test bilatéral). N = nombre de rues. Seules les rues composées de plus de 40 électeurs sont incluses dans l’analyse.

  • 27 Il y a lieu de mettre des guillemets : la rue la plus habitée par des électeurs nés en Turquie comp (...)

27Le tableau 6 illustre une telle analyse contextuelle, en l’occurrence de la mobilisation des électeurs turcs (et kurdes) et portugais dans leurs environnements résidentiels. À la lecture de ce tableau, on constate d’abord le même effet du travail militant des leaders originaires de Turquie repéré plus haut, quel que soit le lieu de vie des électeurs. Ensuite, on observe également un effet proprement résidentiel du côté des électeurs nés en Turquie. Lorsque l’on passe d’un lieu de vie rassemblant beaucoup d’individus nés en Turquie à un environnement où ceux-ci sont moins présents, la participation enregistrée lors des élections communales diminue de 10 points de pourcentage. Malgré la petite taille de la commune, l’absence de bureau de vote par quartier – il n’y a qu’un registre des électeurs à l’échelle de la commune – et un travail politique effectué à l’aide du téléphone et de visites, on constate ici que vivre dans telle ou telle rue, n’est pas sans effet sur la participation. À l’instar de J. Klatzmann (1957) qui avait établi que le vote communiste parmi les ouvriers augmentait à mesure que l’on passait des arrondissements “bourgeois” aux arrondissements ouvriers de Paris, je montre ici que la participation parmi les électeurs originaires de Turquie est en partie fonction de la proportion de compatriotes dans la population des rues de la commune. La comparaison des deux groupes d’électeurs nés en Turquie – déterminés à partir de leur lieu de résidence (N = 215 et N = 59, respectivement) – selon quelques variables démographiques permet de renforcer le constat d’un effet résidentiel. Qu’ils résident dans un ‘environnement turc’27 ou non les deux groupes sont de fait plus ou moins semblables du point de vue de l’âge (43 et 50 ans en moyenne respectivement), de l’ancienneté résidentielle (15 et 16 ans en moyenne), du pourcentage d’individus mariés (83 % et 76 %) et du pourcentage d’électeurs naturalisés (40 % et 46 %). Alors que la moyenne d’âge et la proportion de naturalisés dans le second groupe devraient impliquer une plus grande mobilisation électorale, celui-ci est plus abstentionniste que le premier. En contrôlant en partie la composition des deux groupes, on constate que le lieu de vie produit un entraînement vers les urnes.

Tableau 6. Participation aux élections et votation communales selon les rues de résidence, mars et juin 2011

Tableau 6. Participation aux élections et votation communales selon les rues de résidence, mars et juin 2011

Source : données électorales, Senraz.

  • 28 Pour affiner l’analyse, il aurait fallu distinguer les ‘rues turques’ des ‘rues kurdes’. Les petits (...)

Indications de lecture : parmi les électeurs nés en Turquie et résidant dans les 10 rues les plus habitées par des électeurs originaires de ce pays28, 63 % d’entre eux ont participé aux élections communales de mars 2011 et 18 % à la votation sur l’installation de caméras de surveillance. Parmi les électeurs nés en Turquie et résidant dans les 20 rues les moins habitées par des électeurs originaires de ce pays, 53 % d’entre eux ont participé aux élections communales de mars 2011 et 15 % à la votation sur l’installation de caméras de surveillance.

Conclusion

28Dans le cadre d’un questionnement sur les déterminants de la participation électorale en Suisse, deux schémas d’analyse distincts ont été mobilisés. D’une part, les différentiels de mobilisation ont été scrutés à partir de quelques variables démographiques. D’autre part, une analyse contextuelle du vote a été proposée en observant ce que la participation des électeurs doit aux environnements au sein desquels ils s’inscrivent.

29L’intérêt des résultats présentés me semble lié au type de données mobilisées et à la démarche d’enquête. Dans la première partie du texte, en présentant des distributions entre le lieu de naissance et la participation, des tendances attestées par des analyses électorales basées sur des sondages ont pu être confirmées. Néanmoins ces résultats vont au-delà d’une simple confirmation. L’utilisation de données très robustes, car issues d’un enregistrement administratif plutôt que d’une déclaration, autorise une mesure précise de l’ampleur du retrait du jeu électoral de certains électeurs. Parmi les électeurs nés à l’étranger (au Portugal et dans les pays de l’Ex-Yougoslavie singulièrement), la participation ne dépasse pas 15 %, voire 5 % lorsque l’on mesure la continuité de la mobilisation sur plusieurs scrutins. Dans la deuxième partie du texte, la démarche d’analyse localisée permet d’ancrer les résultats dans une histoire et une configuration concrète. La mobilisation de certains électeurs s’opère ainsi via l’activation, par les leaders communautaires, de réseaux (notamment familiaux) configurés par une émigration singulière. Si ce type d’analyses localisées du politique se sont développées en France dans les années 1980 (Retière, 2003) et ont été remises au goût du jour à partir du milieu des années 2000, elles restent très marginales pour rendre compte de la participation électorale dans le contexte suisse.

30À l’issue de cet article, la question du poids de chaque schéma d’analyse (individuel et contextuel) reste pendante. Dans un texte déjà ancien, mais admirable du point de vue de la rigueur des analyses et de la pertinence des intuitions, on voyait poindre une hésitation entre les deux types d’interprétation : ainsi, voici l’explication avancée par Jean Peneff pour rendre compte du différentiel de participation des ouvriers aux élections municipales et législatives de la fin des années 1970, selon qu’ils habitent dans un quartier ouvrier de Nantes ou dans un quartier bourgeois du centre ville :

« [Parler de l’effet positif de l’homogénéité sociale des quartiers sur la participation] c’est oublier que l’habitat reflète plutôt des conditions très variées au sein d’une même classe sociale. À Nantes, on trouve d’un côté les grandes cités périphériques avec logements pour familles nombreuses, où l’on accède après candidature et preuve de solvabilité auprès des offices HLM ; de l’autre, logement inconfortable au loyer faible, dans les enclaves vétustes du centre-ville, interstices pauvres des beaux quartiers, abritant des ouvriers très âgés ou très jeunes, retraités, célibataires, ou couples sans enfants, logés là provisoirement et travaillant dans de petites entreprises du centre-ville… [Mais] il est vrai que l’organisation de la vie collective dans une cité ouvrière, l’affrontement commun aux inconvénients de l’habitat HLM, favorisent l’activité politique : diffusion d’informations, actions de locataires, rapidité de mobilisation. Les meilleures conditions d’une prise de conscience politique expliquent aussi la plus grande participation électorale » (Peneff, 1981, p. 20-21).

31Transposée au cas traité ici, la question se pose de la manière suivante : dans quelle mesure l’association statistique entre le lieu de naissance et la participation électorale s’explique-t-elle par l’histoire sociale et migratoire des individus – le type et les motifs d’émigration, l’installation professionnelle et familiale dans la société d’immigration – ou dépend-elle du fait de s’inscrire dans un réseau de relations configuré de manière à générer de la mobilisation électorale ? Si il a été montré que la participation semble dépendre dans certains cas entièrement de l’existence de liens sociaux (familiaux notamment), reste que les effets contextuels doivent s’analyser en lien avec les caractéristiques sociodémographiques des électeurs. En effet, pour un électeur kurde par exemple, l’intégration communautaire renvoie à la fois au fait d’être pris dans un réseau de relations pouvant exercer des micro-pressions vers la participation via le travail militant des leaders et à un élément de position sociale, dans la mesure où cette intégration apporte des ressources – bénéficier des biens et des services qui circulent dans ce réseau, évoluer dans ‘l’entre-soi’ – et éventuellement des handicaps – être potentiellement éloigné de la langue dominante, subir les discriminations –, éléments également déterminants pour rendre compte du rapport à la politique et donc de la mobilisation électorale.

Haut de page

Bibliographie

BOLZMAN, C. & FIBBI, R. & VIAL, M., 2003, « Que sont-ils devenus ? Le processus d’insertion des adultes issus de la migration », in Wicker, H.-R. & Fibbi, R. & Haug, W. (dir.), Les migrations et la Suisse, Zürich, Seismo.

BRACONNIER, C., 2010, Une autre sociologie du vote. Les électeurs dans leurs contextes: bilan critique et perspectives, Paris, LGDJ & Lextenso Editions.

BRACONNIER, C. & DORMAGEN, J.-Y., 2007, La démocratie de l’abstention. Aux origines de la démobilisation électorale en milieu populaire, Paris, Gallimard.

BUTON, F. & LEMERCIER, C. & MARIOT, N., 2012, « The household effect on electoral participation. A contextual analysis of voter signatures from a French polling Station (1982-2007) », Electoral Studies, 31, pp. 434-447.

CENTLIVRES, P. et coll., 1991, Une seconde nature. Pluralisme, naturalisation et identité en Suisse romande et au Tessin, Lausanne, L’Âge d’Homme.

CLANCHE, F., 2003, « La participation électorale au printemps 2002 : de plus en plus de votants intermittents », INSEE Première, 877.

DELWIT, P., 2011, « L’introuvable électeur ? La participation électorale en Europe (1945-2005) », in Amjahada, A. & De Waele, J.-M. & Hastings, M., Le vote obligatoire. Débats, enjeux et défis, Paris, Economica, p. 17-35.

GHEMMAZ, M., 2008, Des Portugais en Europe du Nord : une comparaison France, Belgique, Luxembourg, Thèse de doctorat en science politique, Lille 2.

HERAN, F., 2004 « Voter toujours, parfois… ou jamais », in Cautres, B. & Mayer, N. (dir.), Le nouveau désordre électoral, Paris, Presses de sciences po.

HERAN, F. & ROUAULT, D., 1995, « La présidentielle à contre-jour », INSEE Première, n°397.

KLATZMAN, J., 1957, « Comportement électoral et classe sociale. Etude du vote communiste et du vote socialiste à Paris et dans la Seine, in Duverger, M & Goguel, F. & Touchard, J. (dir.), Les élections du 2 janvier 1956, Paris, Armand Colin, pp. 254-285.

MAYER, N., 2010, Sociologie des comportements politiques, Paris, Armand Colin.

PENEFF, J., 1981, « Abstention ouvrière, participation bourgeoise à Nantes en 1977 et 1978 », Le Mouvement social, 115, pp. 3-25.

PIGUET, E. & WANNER, P., 2000, Les naturalisations en Suisse. Différences entre nationalités, cantons et communes, 1981-1998, Neuchâtel, OFS.

RETIERE, J.-N., 2003, « Autour de l’autochtonie », Politix, 63, pp. 121-143.

RICHARD, J.-L., 1998, « Rester en France, devenir français, voter : trois étapes de l’intégration des enfants d’immigrés », Economie et Statistique, n°316-317.

SAYAD, A., 1977, « Les trois âges de l’émigration algérienne », Actes de la recherche en sciences sociales, 15, pp. 59-79.

SAYAD, A., 1999, « Immigré, OS à vie », La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, pp. 233-253.

SCRIS, 2011, « Taux de participation contrasté selon l’origine et le sexe », Numérus, 4, septembre.

SOININEN, M. & BÄCK, H., 1999, « Electoral participation among immigrants in Sweden: integration, culture and participation », dans Vertovec, S. (ed.), Migration and Social Cohesion, Cheltenham & Northampton, Elgar Publishing, pp. 203-221.

STUDER, B. & ARLETTAZ, G. & ARGAST, R., 2013, Le droit d’être suisse, Lausanne, Antipodes.

STUDER, B., 2013, « D’une politique de naturalisation restrictive à une politique intégratrice ? 1934-2004 », Studer, B. & Arlettaz, G. & Argast, R., Le droit d’être suisse, Lausanne, Antipodes, pp. 117-177.

TAWFIK, A. & HORBER, E., 2010, « Les déterminants de la participation et quelques effets sur le vote de gauche », in Nicolet, S. & Sciarini, P., Le destin électoral de la gauche. Le vote socialiste et vert en Suisse, Chêne-Bourg, Edition Georg.

TIBERJ, V. & SIMON, P., 2012, La fabrique du citoyen : origines et rapport au politique en France, Documents de travail, Série Trajectoires et Origines, 175.

WERNLI, B., 2004, « The Federal Elections in Switzerland », in Klöti, U., Handbook of Swiss Politics, Zürich, NZZ Publishing.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Martina Avanza, Olivier Fillieule, Marc Renkens, Jean-Noël Retière, Jean Rivière et les relecteurs anonymes de la revue L’espace politique pour leurs critiques, conseils et encouragements.

2 D’une part, lors des élections du conseil national, le nombre de sièges en jeu varie selon la population cantonale. Ceci implique que, dans les petits cantons, les parlementaires sont de fait élus au système majoritaire, ce qui rendrait les enjeux des élections plus dépendants des candidats en présence. À partir de là, on peut observer des variations de la participation électorale selon les scrutins (en fonction de la prévisibilité des résultats). D’autre part, le nombre variable de signatures exigées pour lancer un referendum ou une initiative selon les cantons impliquerait des différences d’implication politique des citoyens: dans les cantons alémaniques, l’usage facilité des instruments de la démocratie directe irait de pair avec un intérêt pour la politique et les élections tandis que l’inverse serait vrai pour les cantons romands (Wernli, 2004, pp. 461-468).

3 Dans les études anglo-saxonnes, le terme « contextuel » renvoie à un ensemble de travaux assez hétérogène (Braconnier, 2010, pp. 73-176).

4 A. Sayad écrivait dans un texte maintenant ancien que les emplois les moins qualifiés étaient dévolus aux immigrés (Sayad, 1999, pp. 233-253). Cette proposition reste juste lorsqu’il s’agit de décrire la division du travail selon l’origine nationale en Suisse. Si l’on appréhende le travail ouvrier à Senraz, on constate un phénomène de surreprésentation des individus nés à l’étranger dans les emplois les plus subalternes : selon le recensement fédéral de la population (RFP) de 2000, 70 % des travailleurs non-qualifiés étaient des individus nés à l’étranger alors que ces derniers comptaient pour 52 % des actifs résidant à Senraz.

5 Le taux de naturalisation des étrangers varie fortement d’une commune et d’un canton à l’autre, en raison des différentes législations existantes en ce domaine. En 2012, à Senraz, parmi les 90 candidats à la naturalisation auditionnés, 10 se sont vus refusés la nationalité en raison d’une maîtrise du français jugée insuffisante et d’une trop faible connaissance de l’histoire, de la géographie et des institutions helvétiques et vaudoises.

6 Cette obligation est formelle : de nombreuses personnes habitent une commune mais sont « annoncées » (selon la terminologie officielle) ailleurs, dans une autre commune. C’est notamment le cas des personnes très mobiles sur le plan résidentiel et ayant des membres de leur famille habitant en Suisse, comme par exemple les étudiants.

7 Les individus disposant des droits politiques sont automatiquement inclus dans le registre des électeurs tenu par la commune. Autrement dit, il n’est pas nécessaire d’effectuer une démarche d’inscription pour figurer sur les listes électorales.

8 En Suisse, on attribue une commune d’origine aux individus de nationalité helvétique. Transmis par filiation pour les enfants nés de parents suisses, le lieu d’origine correspond à la commune où la demande de naturalisation a été effectuée pour les individus naturalisés.

9 Lors des élections fédérales de 2011, la participation était de 42 % dans le canton de Vaud, tandis que ce chiffre atteignait 62 % dans le canton du Valais (taux maximum pour les 26 cantons).

10 Pour le calcul de ce taux, j’ai pris en compte l’ensemble des scrutins disponibles dans le jeu de données.

11 Selon François Héran, le taux de participation moyen a été inventé par François Clanché (Clanché, 2003).

12 Certes, il manque à ce chiffre les non-inscrits et les électeurs inscrits dans une autre commune que celle où ils résident. Pour autant, le calcul de la fréquence des votes est fait sur quatre scrutins dans le cas de Saint-Denis et dix dans le cas de Senraz, ce qui signifie qu’il y aurait très probablement un taux encore inférieur d’abstentionnistes constants à St Denis sur dix scrutins.

13 La distinction entre immigrés et réfugiés est en partie schématique dans le sens où arriver et s’installer en Suisse à l’issue d’une procédure d’asile n’est pas incompatible avec des motifs économiques d’émigration, qui ne peuvent être explicités dans le cadre d’une procédure d’asile.

14 Pour 1970, la part des ouvriers a été calculée à partir des codes ISCO (71-9330). Pour 1990 et 2000, j’ai mesuré cette proportion à partir de la variable CSP-Suisse (codes : 71-84). L’absence de données précises sur le lieu de naissance en 1980 m’a empêché de dénombrer les résidants selon leur lieu de naissance tout comme de calculer la proportion d’ouvriers parmi les actifs selon cette variable. Il faut par ailleurs faire attention à l’interprétation de la chute brutale de cette proportion entre 1990 et 2000 : en 2000, près de 30 % des résidants n’ont pas (ou pas correctement selon l’OFS) renseigné leur profession, ce qui implique un taux de sans-réponse équivalent à 32 % pour la variable CSP. Enfin, depuis 2000, il n’existe plus de recensement exhaustif de la population au niveau communal, hormis pour quelques variables démographiques. Je n’ai donc pas été en mesure de calculer la proportion d’ouvriers parmi les résidants pour l’année 2011.

15 S’agissant des individus nés en Italie, si la proportion d’ouvriers et de travailleurs non-qualifiés diminue fortement entre 1970 et 2000, on peut raisonnablement faire l’hypothèse que bon nombre d’ouvriers sont désormais à la retraite : ils n’apparaissent plus parmi les actifs, mais ils demeurent des électeurs.

16 La faible mobilisation électorale des individus originaires du Portugal a également été constatée en France et dans d’autres pays européens (Richard, 1998, p. 161 ; Tiberj & Simon, 2012, p. 18 ; Ghemmaz, 2008, pp. 50-56).

17 Ce parti accueille localement un plus grand nombre de candidats étrangers ou d’origine étrangère relativement aux autres partis. Il est par ailleurs le plus actif sur la scène locale, que ce soit en organisant des stands au marché ou en menant campagne auprès des associations des résidants étrangers au moment des élections communales, comme on le verra plus bas.

18 Pour l’analyse, et à partir des informations dont je dispose, je définis les étrangers naturalisés de la manière suivante : tout individu né à l’étranger disposant de la nationalité suisse.

19 Le terme est entre guillemets car ces enfants de la « seconde génération » sont pratiquement toutes et tous nés en Suisse et y ont vécu l’ensemble de leur vie.

20 Malgré l’abandon officiel du principe d’assimilation des étrangers au profit d’un paradigme de l’intégration, l’idée d’assimilation des étrangers a historiquement marqué les règles d’acquisition du droit de cité en Suisse et demeure prégnante aujourd’hui encore, notamment en raison des actions politiques de l’Union démocratique du centre à l’encontre des résidants originaires de pays extra-européens et des musulmans (Studer, 2013).

21 La question de la durée de cet effet statutaire – à court ou à long terme ? – reste pendante. On peut supposer que la procédure de naturalisation soit suivie d’une première participation électorale en Suisse mais que celle-ci ne se maintienne pas dans le temps.

22 On observe les mêmes écarts pour les individus nés en Turquie ou en Espagne. Au niveau de l’ensemble des électeurs naturalisés résidant à Senraz, il n’y a pas d’effet lié au lieu de naturalisation dans la mesure où l’on agrège des électeurs aux origines nationales et donc aux positions sociales trop diverses. Néanmoins, je ne constate pas non plus d’effet parmi les électeurs naturalisés nés en Ex-Yougoslavie. Ce résultat permet de montrer que l’association entre le lieu de naturalisation et la participation électorale dépend de la signification que les individus accordent à la procédure. Lorsque la naturalisation procède d’une stratégie visant principalement à réduire l’insécurité juridique liée au statut d’étranger, les questions de connaissance des institutions politiques deviennent secondaires. En effet, les individus nés en Ex-Yougoslavie sont plus nombreux que d’autres à avoir acquis la nationalité pour stabiliser leur présence en Suisse dans la mesure où leurs perspectives de retour sont devenues moins probables au moment où les conflits éclataient dans cette région et en raison d’une précarisation de leurs situations lors du ralentissement économique des années 1990 (Piguet & Wanner, 2000, p. 35 et 74).

23 Sur l’intérêt d’observer les conditions d’émigration pour comprendre les conditions de vie des immigrés, voir le texte d’Abdelmalek Sayad (Sayad, 1977).

24 Dans la mesure où les listes peuvent accueillir jusqu’à 80 personnes, trouver un maximum de candidats est un objectif pour tous les partis. La constitution des listes suit une logique d’ouverture au plus grand nombre, y compris aux individus qui ne sont ni militants ni membres du parti avant le scrutin.

25 Selon N. Mayer, l’analyse écologique implique que « les résultats électoraux recueillis au niveau [d’unités territoriales appelées parfois collectifs] s’éclairent par les caractéristiques géographiques, sociales ou historiques de ces derniers, qu’elles concernent le collectif en tant que tel, ou qu’elles découlent des caractéristiques des individus qui le composent » (Mayer, 2010, p. 61).

26 Pour conserver une certaine significativité dans les proportions, seules les rues où habitent 40 électeurs inscrits ou plus ont été prises en compte pour le calcul.

27 Il y a lieu de mettre des guillemets : la rue la plus habitée par des électeurs nés en Turquie comptait… 30 électeurs originaires de ce pays, soit 10 % des électeurs résidant dans cette rue.

28 Pour affiner l’analyse, il aurait fallu distinguer les ‘rues turques’ des ‘rues kurdes’. Les petits effectifs n’ont par permis d’arriver à ce degré de précision.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Participation aux élections fédérales du 23 octobre 2011
Crédits Sources : LUTZ, Georg, Élections fédérales 2011. Participation et choix électoral, Lausanne : Selects-FORS, 2012, p. 8 ; données électorales, Senraz.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3090/img-1.png
Fichier image/png, 95k
Titre Tableau 2. Immigrés et ouvriers à Senraz, selon les lieux de naissance, 1970-201114
Crédits Source : recensements fédéraux de la population, 1970-2011.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3090/img-2.png
Fichier image/png, 89k
Titre Tableau 3. Participation des nationaux et des étrangers aux deux scrutins communaux selon leur lieu de naissance, mars et juin 2011, en %
Crédits Source : données électorales, Senraz.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3090/img-3.png
Fichier image/png, 83k
Titre Tableau 4. Participation aux élections et votation communales par lieu de naissance, mars et juin 2011, en %
Crédits Source : données électorales, Senraz.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3090/img-4.png
Fichier image/png, 90k
Titre Tableau 5. Analyse écologique de la participation électorale à l’échelle des rues
Crédits Source : données électorales, Senraz.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3090/img-5.png
Fichier image/png, 131k
Titre Tableau 6. Participation aux élections et votation communales selon les rues de résidence, mars et juin 2011
Crédits Source : données électorales, Senraz.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3090/img-6.png
Fichier image/png, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yassin Boughaba, « Participation politique et origines nationales : une analyse de la mobilisation électorale dans une ville populaire en Suisse », L’Espace Politique [En ligne], 23 | 2014-2, mis en ligne le 04 juillet 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3090 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3090

Haut de page

Auteur

Yassin Boughaba

Doctorant
IPEI, Université de Lausanne & Cens, Université de Nantes
yassin.boughaba@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org