Navigation – Plan du site
Varia

Les opérations de maintien de la paix des Nations unies, une géographie politique appliquée

The UN Peacekeeping Operations, An Applied Political Geography
André-Louis Sanguin

Résumés

Les opérations de maintien de la paix des Nations unies constituent un thème peu étudié en géographie politique. Une réflexion théorique est proposée sur les rapports entre la paix, la géographie et les Nations unies ainsi que sur la spatialité des opérations de maintien de la paix. L’article présente une typologie inédite des espaces onusiens de la paix : interposition, survie, couverture, gouvernance, marquage. La conclusion dégage les tendances observables et les perspectives envisageables d’une géographie politique de la paix.

Haut de page

Texte intégral

1La littérature internationale sur les opérations de maintien de la paix semble sans fin mais elle concerne essentiellement d’autres sciences sociales que la géographie. Depuis deux ou trois décennies, les géographes anglophones ont un peu investi dans les war/peace studies où la pertinence des facteurs géographiques fait sens, notamment autour des travaux de quelques géographes israéliens, néerlandais, britanniques et américains (Agnew, 2009 ; Flint, 2005, 2011 ; Glassner, 1996 ; Kliot & Waterman, 1991 ; Kobayashi, 2012 ; O’Loughlin & Van Der Wusten, 1986 ; Pepper & Jenkins, 1985 ; Van Der Wusten, 1984). A l’intérieur de ce cadre général, les analyses géographiques consacrées aux opérations de maintien de la paix des Nations unies ont été menées, sous une forme plus ou moins ponctuelle, par une petite poignée de géographes (Brunn, 1987, 1991 ; Chopra, 1996 ; Grundy-Warr, 1994 ; Grundy-Warr & Schofield, 1993 ; Perkins & Neumayer, 2008 ; Prescott, 1996). En France, à l’exception de l’ouvrage pionnier de Rosière sur le nettoyage ethnique et des articles de Sanguin sur Srebrenica, Gorazde et Chypre où des allusions étaient faites aux questions de maintien de la paix, seul l’ouvrage de la politologue Pouligny a abordé cette facette particulière des missions de l’ONU (Pouligny, 2004 ; Rosière, 2006 ; Sanguin, 1998b, 2004, 2005). Chez les géographes français, les war/peace studies constituent un domaine traité sur un autre registre à partir d’études de cas empiriques portant sur des questions de régions et de villes en guerre, de sorties de guerre, de déplacés et de réfugiés. Ces études se concentrent essentiellement sur l’Afrique. La géographie des conflits a été inscrite au programme des concours du Capes et de l’Agrégation (années 2011-2012 à 2013-2014), ce qui a justifié le lancement sur le marché éditorial d’une demi-douzaine de livres rédigés par des géographes.

La paix, la géographie et les Nations unies

2Fondée en 1920, la Société des Nations avait pour objectif de fournir un système de sécurité collective où tout acte de guerre pouvait entrainer des sanctions politiques, économiques voire militaires contre l’agresseur. La faillite de la SDN fut complète avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Quelques années auparavant, elle avait fait la démonstration de son inefficacité en Mandchourie (1931), dans la Guerre du Chaco (1932), en Ethiopie (1935), et en Espagne (1936). Toutefois, l’idée de sécurité collective ne fut pas abandonnée par les concepteurs de la Charte des Nations unies (San Francisco, 26 juin 1945). Son Article 43 instituait la contribution des pays membres pour la fourniture de forces armées dans la conduite des actions de sécurité collective. Toutefois, l’ONU allait progressivement abandonner cette stratégie de sécurité collective pour glisser vers l’idée d’opérations de maintien de la paix où aucun Etat n’est désigné comme l’agresseur et où le consentement de l’Etat hôte est nécessaire avant que des forces de maintien de la paix ne puissent s’y déployer.

3Le maintien de la paix se définit comme la prévention, l’endiguement, la décrue et la cessation des hostilités entre ou à l’intérieur des Etats, à travers le support de l’intervention d’une tierce partie pacifique, organisée et dirigée par l’ONU qui utilise des forces multinationales de soldats, de policiers et de civils pour restaurer et maintenir la paix (Diehl, 1988). Or, il faut savoir que les termes maintien de la paix (peacekeeping) et opération de paix (peace operations) ne figurent pas dans la Charte des Nations unies. Les opérations de paix de l’ONU relèvent de sept types différents : le déploiement préventif de forces, le maintien de la paix traditionnel, le maintien de la paix élargi, la mise en œuvre de la paix, l’assistance à la transition politique, les administrations territoriales provisoires, les opérations de soutien de la paix. Bien que les opérations de maintien de la paix aient commencé dès 1948 au moment de la première guerre israélo-arabe (mission UNTSO), le Département des Opérations de Maintien de la Paix (DPKO) n’a été créé à New York qu’en 1992 où il est dirigé par un Secrétaire général adjoint, dépendant directement du Secrétaire général de l’ONU. Le DPKO, quant à lui, identifie le maintien de la paix comme l’une des cinq activités de paix et de sécurité menées par l’ONU, à savoir la prévention des conflits, le rétablissement de la paix (peacemaking), le maintien de la paix, l’application de la paix (peace enforcement), la construction de la paix (peace building). Avec la fin de la Guerre Froide, les opérations de maintien de la paix des Nations unies ont évolué vers une gamme de plus en plus large de missions allant au-delà de la simple prévention de la violence : supervision des élections, démocratisation, assistance humanitaire, désarmement, démobilisation, réintégration, protection des droits de l’homme (Diehl & Druckman, 2011). Même si les praticiens des opérations de paix et même si les spécialistes des peace studies ne s’accordent pas nécessairement sur les composantes actuelles de la construction de la paix, il n’en demeure pas moins que ce processus long et complexe recouvre des domaines comme la sécurité publique, l’Etat de droit, la gouvernance locale, la restauration de la démocratie, la réconciliation et la transformation. Ainsi, au cœur de la décennie 2010, les opérations de maintien de la paix ont de moins en moins à voir avec leurs aînées des années 1948-1960.

4Les opérations de maintien de la paix relèvent de trois catégories différentes de promoteurs : les opérations conduites directement par l’ONU, les opérations autorisées par l’ONU mais sous-traitées à une grande organisation internationale militaire ou civile (OTAN, Union africaine), les opérations se déroulant totalement en dehors des cadres de l’ONU. Dans le premier type se rangent des opérations comme l’UNFICYP à Chypre (1974 à aujourd’hui), l’UNIFIL au Liban (1978 à aujourd’hui) ou la MINURSO au Sahara occidental (1991 à aujourd’hui). Dans le second type se logent des opérations comme la KFOR au Kosovo (1999 à aujourd’hui) sous-traitée à l’OTAN ou l’EUFOR-Althéa en Bosnie (2004 à aujourd’hui) sous-traitée à l’Union européenne. Enfin, des opérations du troisième type se déroulent en dehors des Nations unies. Ce fut le cas de l’IAPF, opération menée en République Dominicaine (1965-1967) par l’Organisation des Etats américains sous commandement des Etats-Unis avec la participation d’Etats latino-américains (Brésil, Honduras, Paraguay, Nicaragua, Costa Rica, Salvador). L’opération CISPKF (1994-2008) fut créée par la Communauté des Etats indépendants avec mise en place d’une force russo-géorgienne à la frontière entre la Géorgie et l’Abkhazie. La mission RAMSI aux Iles Salomon (2003-2013) fut menée par une association de pays du Pacifique (Tonga, Fidji, Papouasie, Iles Cook, Micronésie, Kiribati, Marshall, Nauru, Niue, Palaos, Samoa, Tuvalu, Vanuatu) sous commandement conjoint de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Depuis 1992, la Joint Control Commission est une force de paix trilatérale (Russie, Ukraine, Moldova) placée sous mandat de l’OSCE et chargée d’opérer dans la zone tampon située entre la Moldova et la république autoproclamée de Transnistrie.

5Les missions de maintien de la paix peuvent être analysées selon trois échelles spatiales. La première échelle est d’ordre international puisqu’elle concerne l’Organisation des Nations unies elle-même. Elle s’attarde sur les intérêts respectifs des membres les plus puissants de l’ONU ainsi que des pays titulaires d’un siège permanent au Conseil de Sécurité. La seconde échelle est d’ordre national puisqu’elle concerne les ressources variées des pays fournisseurs de Casques Bleus pour des opérations onusiennes spécifiques. La troisième échelle est d’ordre intra-national et elle est la plus compliquée. En effet, elle s’attarde sur les intérêts des parties en conflit, à savoir les gouvernements locaux, les armées nationales, les milices locales, les leaders politiques des factions opposées sans oublier les populations locales. Par voie de conséquence, toute analyse du maintien de la paix implique un cadre politico-territorial multi-dimensionnel englobant les corrélations et les contradictions entre ces trois échelles différentes. Les Casques Bleus eux-mêmes ne sont pas des figurants passifs dans les milieux humains au milieu desquels ils évoluent. Beaucoup d’activités des Casques Bleus altèrent les paysages et les contextes des conflits. Certains de ces changements sont délibérés comme, par exemple, la création de zones démilitarisées. Mais d’autres sont beaucoup plus inattendus et moins visibles comme, par exemple, les façons par lesquelles les populations civiles locales sont affectées par la présence d’un grand nombre de Casques Bleus et de personnels civils de l’ONU (Grundy-Warr, 1994).

6Pour des raisons de cohérence et de clarté, l’analyse proposée dans cet article ne s’en tient qu’aux seules opérations de maintien de la paix directement conduite par l’ONU et ses Casques Bleus sur la base d’une résolution votée au Conseil de Sécurité (Glassner, 1996). Ce dernier est l’organe exécutif de l’ONU et il a pour principale responsabilité le maintien de la paix et de la sécurité internationales. Toute résolution du Conseil de Sécurité a valeur exécutoire.

La spatialité des opérations de maintien de la paix

7En cherchant à stopper sur le terrain un conflit armé ou à prévenir sa récidive, une opération de maintien de la paix fait preuve d’une spatialité indéniable (Chopra, 1996). En effet, elle agit comme barrière physique entre les parties adverses et elle surveille leurs mouvements militaires. Le succès ou l’échec de ce genre de diplomatie préventive repose sur le lieu de son déploiement. En d’autres mots, la localisation d’une opération de maintien de la paix peut influencer l’efficacité de ses patrouilles. Si la taille de la zone concernée est grande, la surveillance des actions menées par les parties adverses risque d’être aléatoire pour les Casques Bleus. De plus, la marge d’erreur dans la détection et la vérification des actions armées risque de s’accroître. Bref, les considérations géographiques sont importantes dans le succès ou l’échec de toute opération de maintien de la paix. Dans un passé proche ou relativement lointain, les opérations couronnées de succès ont été celles ayant bénéficié de conditions géographiques avantageuses. Ainsi, les missions UNEF I (1956-1967) et UNEF II (1973-1979) dont l’objectif était de séparer les forces israéliennes des forces égyptiennes dans le Sinaï et sur le Canal de Suez, étaient localisées dans une zone désertique, peuplée de tribus nomades très dispersées. Cela permit une observation plus facile des mouvements militaires et des tentatives d’infiltrations. Cet avantage contrebalança très clairement les problèmes mineurs rencontrés par la relative difficulté des moyens de transport en milieu désertique. La mission UNFICYP à Chypre (1974 à aujourd’hui) eut et a la chance d’être localisée sur une île éloignée de la Grèce et de la Turquie. Dans le cas d’une position davantage mitoyenne avec ces deux pays, il aurait été plus facile pour eux de provoquer des troubles encore plus importants que ceux qui s’y sont déroulés à l’époque. Comme on le comprend aisément, la géographie joue un rôle majeur dans la prévention des conflits.

8L’inverse est cependant vrai. Quand les Casques Bleus ne sont pas capables de séparer les combattants par une distance significative, les résultats peuvent être négatifs. Ce fut le cas pour les Casques Bleus français et américains à Beyrouth dans le cadre de la force multinationale dite MNF (septembre 1982-mars 1984). Ils étaient stationnés dans des zones propices aux attaques contre lesquelles ils étaient obligés de riposter. Les Casques Bleus français étaient positionnés sur la Ligne Verte séparant Beyrouth-Ouest de Beyrouth-Est. Or, cette zone tampon n’était pas suffisamment large pour séparer avec efficacité les milices libanaises rivales. De leur côté, les Casques Bleus américains occupaient l’aéroport international situé sur une plaine entourée de collines d’où les milices pouvaient tirer. L’opération UNIFIL (1978 à aujourd’hui), elle aussi installée au Liban, rencontra le même problème mais sur une zone géographique beaucoup plus grande. Pour des raisons politiques, elle ne put occuper des positions inexpugnables ou, à tout le moins, sûres. Conséquemment, elle fut incapable de prévenir les tirs de roquettes ou d’empêcher les raids palestiniens ou israéliens. Des problèmes surgissent également quand la zone de déploiement des Casques Bleus ne permet pas une observation facile des combattants. L’UNIFIL devait quadriller une zone très rurale du Liban et il était aisé pour des miliciens de s’infiltrer dans la campagne et de s’y cacher. Il en alla de même pour la mission ONUC (juillet 1960-juin 1964) dans le Congo ex-belge. Elle opérait dans un espace géographique tellement grand qu’il lui était difficile de surveiller mouvements et activités autour de ses bases. Certes, une position relativement invulnérable peut permettre aux Casques Bleus de patrouiller plus facilement et de séparer les combattants à une distance telle que les échanges de tirs sont plus difficiles à pratiquer. Toutefois, une localisation géographique optimale n’est pas forcément la garantie du succès d’une mission de maintien de la paix (Braithwaite, 2006).

9Toute opération de maintien de la paix est formée d’une combinaison ad hoc où entrent en ligne de compte la taille du territoire concerné, l’entraînement des Casques Bleus, la stratégie, le calendrier, la clarté du mandat, l’implication des populations locales, le soutien de l’Etat hôte… Il existe un large éventail des effets d’une opération de paix sur les populations locales. Ces effets peuvent être positifs ou négatifs. Si l’on s’accorde pour dire que la cessation des violences améliore la vie des citoyens, il n’en demeure pas moins que les opérations de paix peuvent limiter la capacité des réfugiés à retourner dans leurs foyers, même si ces missions distribuent de la nourriture et des médicaments. Les opérations de paix ont un impact direct sur l’économie du pays car elles affectent le marché local (Ammitzboell, 2007). En effet, une part importante des salaires des Casques Bleus et autres personnels civils de l’ONU est dépensée sur place. Or, il est très clair que ces salaires sont disproportionnés par rapport au niveau de vie local. Il en résulte une distorsion des marchés locaux par la création de structures parallèles, voire d’une économie grise (Brown, 2004). Cela concerne le marché noir, le trafic d’armes, la prostitution, la diffusion du Sida, les sévices sexuels et la corruption. C’est la thèse défendue par Pouligny : les Casques Bleus nous avaient promis la paix, ils n’ont apporté que le désordre dans notre milieu de vie (Pouligny, 2004).

10Au cours des deux décennies passées, des accusations d’abus sexuels ont été portées contre les Casques Bleus opérant au Cambodge, en Sierra Leone, au Libéria, en Côte d’Ivoire, en RDC et en Haïti. Le cas le plus extrême fut celui du bien connu Marché Arizona, localisé sur la route reliant Doboj à Tuzla en Bosnie, à proximité du district neutre de Brcko. Le Marché Arizona (1995-2004) fut non seulement un lieu du marché noir et du crime organisé mais aussi un lieu où environ 10.000 femmes et filles d’Ukraine, de Moldavie, de Roumanie, de Bulgarie et d’Albanie ont transité soit pour satisfaire les demandes sexuelles des 30.000 internationaux présents en Bosnie après les Accords de Paix de Dayton, soit pour être réparties sur le marché de la prostitution dans l’Union européenne (Jennings, 2010). Ce trafic humain se déroulait au milieu de commerces improvisés procédant à la vente de fausses marques, de drogues, d’armes, de CD ou DVD piratés et d’autres gammes de produits hors douane et hors TVA (Haynes, 2010). Des incidents de corruption ont eu lieu en Erythrée, en Ethiopie, en Haïti : des Casques Bleus se sont laissés corrompre à travers des actes de fraude pour accéder à certains biens, à des contrats ou à des services. En RDC, des Casques Bleus ont été condamnés pour trafic illicite d’armes avec des groupes rebelles en échange d’or, d’ivoire et de drogue. En Somalie, des Casques Bleus ont vendu des armes et des munitions sur les marchés de Mogadiscio. Ces aspects négatifs des opérations de paix sapent leur autorité morale et leur légitimité politique vis-à-vis des populations locales. Depuis 2007, le Département des Opérations de Maintien de la Paix des Nations unies a mis en place une politique de tolérance zéro vis-à-vis de ses personnels pour mettre un terme aux abus sexuels et à la corruption (Daniel, Taft & Wiharta, 2008).

11Les méthodes quantitatives utilisées dans la géographie contemporaine, notamment la cartographie par corrélations statistiques, constituent un excellent indicateur de l’expansion ou de l’endiguement d’un conflit. En effet, par le codage des coordonnées géographiques, les analystes d’une opération de maintien de la paix peuvent littéralement cartographier les lieux de violence par rapport aux lieux de déploiement des Casques Bleus ou par rapport à d’autres éléments géographiques centraux (villes, bourgades, autoroutes, ressources). La superposition des données géographiques sur les données des incidents armés permet aux analystes non seulement de localiser très précisément l’incident mais aussi de dessiner les inférences possibles quant à la corrélation entre la violence et des facteurs autres (Buhaug & Lujala, 2005). Même s’il n’y a pas de relation de cause à effet, les décideurs politiques ou militaires peuvent évaluer la menace de certains éléments générateurs de violence et leurs possibles effets de complication sur les objectifs de l’opération de maintien de la paix. Certes, même si les indicateurs géographiques sont fortement transparents, ce ne sont pas tous les processus d’endiguement du conflit qui impliquent une composante spatiale (Diehl & Druckman, 2011). En bref, les opérations de maintien de la paix doivent prendre en compte les éléments physiques du conflit. Ceux-ci recouvrent deux aspects géographiques essentiels : d’une part, le rapport entre le contexte du conflit et son environnement externe, d’autre part, les composantes géographiques internes de la zone de déploiement des Casques Bleus (Braithwaite, 2006).

12Une observation de la géographie politique des opérations de maintien de la paix directement conduites par l’ONU permet de dégager une typologie spatiale des espaces onusiens engendrés par ces missions. On peut en distinguer cinq : les espaces d’interposition, les espaces de survie, les espaces de couverture, les espaces de gouvernance et, enfin, les espaces de marquage. Les trois premiers types sont largement connus des opinions publiques parce qu’ils sont médiatisés. Il n’en va pas de même pour les deux derniers. Ces cinq catégories d’espaces onusiens de maintien de la paix impriment leurs marques sur les théâtres d’opération concernés. C’est ce qu’il convient d’analyser en s’appuyant sur quelques opérations de maintien de la paix significatives, sans prétendre procéder à un inventaire exhaustif des opérations conduites par l’ONU depuis 1948 (Coulon, 2012 ; Morin, 2013). Même s’il y est fait allusion tout au long de l’analyse, les typologies classiques de type historique qui distinguent les opérations de première, de seconde et de troisième générations ne constituent pas le fil conducteur de cet article.

Espaces onusiens d’interposition : les zones tampons

13Dans la longue histoire des opérations de maintien de la paix des Nations unies, les espaces onusiens d’interposition sont, de toute évidence, les plus anciens et les plus longuement pratiqués. A vrai dire, la mission même des opérations onusiennes est de s’interposer, non seulement pour séparer les combattants antagonistes mais aussi pour faire cesser le feu ou encore pour protéger les civils innocents des tirs et exactions de l’une ou l’autre des parties adverses. Depuis la première guerre israélo-arabe (1948) jusqu’à la conclusion des guerres post-yougoslaves (1999), les Casques Bleus ont été impliqués dans des opérations engendrant une très claire spatialité d’interposition : Sinaï et Suez, Plateau du Golan, Liban, Macédoine, Chypre.

14A l’issue des seconde et quatrième guerres israélo-arabes (Crise de Suez en 1956, Guerre du Kippour en 1973), le Conseil de Sécurité des Nations unies décréta, par deux fois, l’envoi de Casques Bleus pour séparer Israël de l’Egypte. La première opération dénommée UNEF I (novembre 1956-juin 1967) établit une zone tampon sur la ligne d’armistice de 1949 dans le Sinaï, à Gaza et autour de Sharm-El-Cheikh à l’entrée du Golfe d’Akaba. La seconde opération intitulée UNEF II (octobre 1973-juillet 1979) procéda à l’installation d’une zone tampon sur la rive orientale du Canal de Suez puis, après les retraits israéliens successifs, transforma toute la péninsule du Sinaï en zone tampon (fig.1). Ces deux zones tampons onusiennes appartiennent au passé. Tel n’est pas le cas de l’opération UNDOF mise en place par le Conseil de Sécurité (31 mai 1974) afin de maintenir le cessez-le-feu entre Israël et la Syrie sur le Plateau du Golan et superviser la zone de séparation entre les deux pays. Sa création suivit de quelques mois celle de UNEF II puisque la Guerre du Kippour entre l’Egypte et Israël fut aussi une guerre entre la Syrie et Israël. La zone tampon court sur 75 km et varie d’une largeur de 200 m au Sud à 10 km au centre. Elle est limitée côté israélien par la Ligne Alpha et, côté syrien, par la Ligne Bravo. La zone est accidentée et elle est dominée au Nord par le massif du mont Hermon (2814m). Elle est inhabitée depuis l’exode des populations druzes locales en 1973-1974 et aucune force militaire autre que les Casques Bleus n’a le droit d’y stationner. La zone tampon onusienne englobe deux camps de base, vingt positions permanentes, huit avant-postes occupés le jour et dix postes d’observations. La zone est patrouillée nuit et jour. De part et d’autre de la zone tampon, une bande de séparation de 40 km interdit aux forces syriennes et israéliennes de s’en approcher. Les Casques Bleus facilitent le passage du courrier, des biens et des personnes à l’occasion d’événements spéciaux (fig.2).

15

Fig. 1. Espace onusien d’interposition : l’opération UNEF II (1973-1979) entre le Canal de Suez et le Sinaï.

Fig. 1. Espace onusien d’interposition : l’opération UNEF II (1973-1979) entre le Canal de Suez et le Sinaï.

Source : Stanley Brunn, « Peacekeeping Missions and Lanscapes », in Rumley. Dennis & Julian Minghi, The Geography of Border Landscapes, London, Routledge, 1991, p. 291.

16

Fig. 2. Espace onusien d’interposition : l’opération UNDOF (1974 à aujourd’hui) sur le Plateau du Golan entre la Syrie et Israël.

Fig. 2. Espace onusien d’interposition : l’opération UNDOF (1974 à aujourd’hui) sur le Plateau du Golan entre la Syrie et Israël.

Source : Undof. http://undof.unmissions.org/​

17L’opération UNIFIL (1978 à aujourd’hui) relève de la même spatialité que UNEF I et UNEF II (Egypte-Israël) ou UNDOF (Syrie-Israël) dans la mesure où, comme ses homologues, elle procède à l’installation d’une zone tampon onusienne visant à séparer deux pays belligérants. Or, la dynamique d’une opération de maintien de la paix peut se trouver perturbée par la survenue de complications ultérieures. La mission UNIFIL a été créée en 1978 mais, à la suite de l’invasion israélienne du Liban en 1982, son mandat a subi une modification significative en 2006. En effet, à son stade initial, UNIFIL fut instituée suite aux attaques terroristes incessantes lancées contre Israël par les milices palestiniennes basées au Sud-Liban. En représailles, Israël lança une offensive pénétrant d’au moins 20 km à l’intérieur du territoire libanais. L’imminence d’un conflit généralisé poussa le Conseil de Sécurité à établir une force de maintien de la paix le 19 mars 1978. A cet effet, une zone tampon très large était installée à la frontière entre le Liban et Israël où l’UNIFIL était sensée superviser le retrait des forces israéliennes et assister le gouvernement libanais dans le rétablissement de sa souveraineté dans cette zone, tout en stoppant toute activité terroriste palestinienne. Or, l’opération UNIFIL fut une faillite complète : elle fut incapable non seulement de mettre un terme aux actions terroristes mais, de plus, elle ne put empêcher les frappes aériennes menées par l’aviation israélienne (Grundy-Warr & Schofield, 1993). De plus, en 1982, Israël envahissait le Liban jusqu’à Beyrouth en passant au-dessus de la zone tampon tenue par les Casques Bleus. En 2000, Israël retirait ses forces du Sud-Liban mais, en 2006, le Hezbollah pénétrait dans la zone tampon pour lancer des tirs contre Israël, entraînant une riposte de Tsahal. Le 11 août 2006, le Conseil de Sécurité redéfinissait le mandat de l’UNIFIL et augmentait ses effectifs pour contrôler l’arrêt des hostilités, accompagner le déploiement de l’armée libanaise régulière et faciliter l’aide humanitaire aux populations civiles. Dans la partie méridionale du Liban, la zone tampon de l’UNIFIL est localisée entre le fleuve Litani et la frontière du pays avec Israël et la Syrie. D’une largeur de 30 km le long de la côte méditerranéenne, elle se rétrécit à 4 km à hauteur du Doigt de Galilée pour revenir à 17 km dans sa partie orientale finale face à la Syrie. Outre un semis géographique de cinquante-cinq positions tenues par les Casques Bleus, l’UNIFIL dispose de neuf navires militaires patrouillant au large du littoral de la zone tampon. La surveillance générale de la zone se réalise avec l’armée régulière libanaise afin de vérifier les activités du Hezbollah et du Mouvement Amal. Un calme précaire règne dans la zone tampon depuis l’été 2011. Le bilan très mitigé de l’opération UNIFIL s’explique, en bonne part, par la superficie trop grande de la zone à couvrir et par le fait que ladite zone est habitée par une population majoritairement chiite acquise au Hezbollah, véritable Etat dans l’Etat au Liban.

18Toutes les zones tampons analysées ci-dessus ont un dénominateur commun : elles ont été mises en place après l’éclatement d’un conflit entre deux Etats adverses. Cependant, l’installation d’une zone tampon onusienne peut être conçue dans un esprit de prévention afin d’éviter l’invasion d’un pays par un autre. Tel fut le cas de la Macédoine qui bénéficia des opérations UNPROFOR III (décembre 1992-mars 1995) et UNPREDEP (mars 1995-février 1999). A l’initiative de Kiro Gligorov, président de cette république fédérative yougoslave depuis janvier 1991, la Macédoine proclama son indépendance le 20 novembre 1991. Devant l’explosion de la violence consécutive non seulement au déclenchement de la Guerre de Croatie (novembre 1991) et de la Guerre de Bosnie (mai 1992) mais aussi aux exactions perpétrées en Croatie et en Bosnie par l’armée fédérale yougoslave aux ordres de Milosevic et par les milices paramilitaires serbes, la Macédoine demanda à l’ONU l’envoi d’une force de protection. Cette démarche visait à protéger son intégrité territoriale par la surveillance de sa frontière avec la Yougoslavie de Milosevic. Non seulement la Macédoine fut pratiquement la seule république ex-yougoslave à être épargnée par les guerres de Croatie, de Bosnie et du Kosovo mais, de plus, la mission UNPREDEP joua un rôle important en facilitant une transition relativement pacifique du communisme vers la souveraineté internationale et vers la démocratie (Bellamy & William, 2012).

19La zone tampon des Nations unies sans doute la plus connue est celle qui sépare l’île de Chypre en deux territoires antagonistes. C’est aussi celle qui a donné naissance à la littérature la plus abondante sur le concept même de zone tampon onusienne. Peu après son indépendance acquise en 1960, la République de Chypre fut rapidement la proie d’affrontements inter-communautaires entre la majorité grecque et la minorité turque qui culminèrent avec la vague de violences de 1963-1964. Afin de séparer les deux communautés antagonistes, l’ONU procéda, le 4 mars 1964, à l’établissement de la mission UNFICYP qui réussit pendant dix ans à maintenir le statu quo en instaurant dans la capitale Nicosie une zone tampon dénommée Ligne Verte. Le coup d’Etat du 17 juillet 1974 fomenté par des nationalistes grecs locaux à la solde de la Dictature des Colonels à Athènes renversa le gouvernement légal de Mgr Makarios pour réaliser l’union (Enosis) avec la Grèce. Cet acte entraîna immédiatement la réaction de la Turquie qui envahit l’île et s’assura, en quelques semaines, le contrôle de 38% du territoire. Un cessez-le-feu intervint le 16 août 1974. Une partition ethnique violente et massive succéda à ces événements au point d’aboutir à deux parties de l’île ethniquement homogènes : des Chypriotes grecs au Sud de la ligne de cessez-le-feu et des Chypriotes turcs au Nord de cette même ligne. Sur la ligne de cessez-le-feu, une zone tampon fut instituée par les Nations unies pour séparer la Garde nationale chypriote d’un côté et l’armée turque de l’autre. Cette zone traverse l’île sur 180 km avec une largeur variant, selon les endroits, de trois mètres (dans le centre de Nicosie) à sept kilomètres dans la campagne. Non seulement elle recouvre 3% de la surface agricole utile de Chypre mais, en outre, elle coupe Nicosie en deux, notamment son centre-ville historique. En 1975, la partie chypriote turque auto-proclama un Etat fédéré turc de Chypre, transformé en 1983 en République turque de Chypre-Nord, pays non reconnu par la communauté internationale et sorte d’Etat-fantoche dirigé par la Turquie qui y stationne 30.000 soldats et y a importé 120.000 colons venus d’Anatolie (Sanguin, 2005). La situation resta figée jusqu’en 2004, année ou Kofi Annan, le Secrétaire général des Nations unies, présenta son plan de réunification de Chypre sur la base d’un Etat fédéral bi-zonal et bi-communautaire. Il fut soumis à référendum le 24 avril 2004 à l’ensemble des électeurs de l’île. Il fut accepté par 75% des votants côté turc mais refusé par 70% des électeurs côté grec. Le 1er mai 2004, la République de Chypre, amputée de sa zone Nord depuis la partition de 1974, entrait dans l’Union européenne et adoptait l’euro le 1er janvier 2008. Toutefois, Chypre se trouve depuis 2004 devant une situation inédite. La zone tampon de l’ONU fonctionne toujours, même si, depuis 2003, huit points de passage routiers et piétonniers y ont été ouverts pour relier entre elles les deux parties de l’île. Comme la République de Chypre refuse d’exercer le moindre contrôle des personnes physiques en provenance de la zone Nord occupée par la Turquie mais qui légalement lui appartient, elle est dans l’incapacité d’adhérer à l’Espace Schengen. Conséquemment, depuis 2004, la Ligne Verte est devenue la frontière de facto la plus orientale de l’Union européenne (Copeaux & Mauss-Copeaux, 2011). En 1974, la présence de l’UNFICYP sur sol chypriote depuis dix ans a très probablement permis d’éviter l’invasion totale de l’île par les forces turques. L’UNFICYP a procuré de l’aide humanitaire aux 200.000 Chypriotes grecs ayant fui la zone sous contrôle turc et aux 45.000 Chypriotes turcs ayant quitté la zone Sud restée République de Chypre. La présence de l’UNFICYP et de sa zone tampon a créé un statu quo stable, une impasse relativement confortable qui pousse les belligérants à se désintéresser des processus de résolution du conflit parce qu’ils ne sont pas, dans l’immédiat, menacés par un conflit violent. En d’autres mots, à Chypre comme ailleurs, le maintien de la paix traditionnel sans résolution effective du conflit tend à préserver le statu quo (Higate & Henry, 2011).

Espaces onusiens de survie : les zones de sécurité

20Compte tenu de l’extension du conflit en Croatie et en Bosnie, l’ONU lança le 21 février 1992 l’opération UNPROFOR qui fut la plus grande, la plus complexe et la plus coûteuse de toutes ses opérations de maintien de la paix : 38.600 militaires et civils, 4,6 milliards de dollars de dépenses totales. Dans ce cadre, les Nations unies inventèrent un nouveau type d’espace que l’on peut qualifier d’espace onusien de survie, à savoir la zone de sécurité. Pendant la première année de la Guerre de Bosnie, l’armée serbe de Bosnie procéda avec succès à la guerre aux civils et au nettoyage ethnique dans de larges secteurs du pays, ce qui eut pour effet d’amener 100.000 Bosniaques (Bosniens de religion musulmane) dans des villes-enclaves comme Sarajevo, Tuzla, Bihac et Gorazde. Des milliers d’autres Bosniaques s’enfuirent vers d’autres parties de l’ex-Yougoslavie ou vers les pays de l’Union européenne. L’ONU décida de fournir de l’assistance humanitaire aux Bosniaques restés dans les zones contrôlées par les milices serbes, d’où l’idée de créer des asiles sûrs (safe havens) pour les civils sans pour autant menacer l’intégrité de l’Etat bosnien. Pour se faire, le 16 avril 1993, le Conseil de Sécurité créait la zone de sécurité de Srebrenica. Le 6 mai 1993, ce concept de zone de sécurité (safe area) était étendu à Bihac, Gorazde, Sarajevo et Zepa. L’idée était que les résidents de ces zones puissent y demeurer non seulement en sûreté mais aussi puissent y recevoir de l’aide humanitaire. Les mandats de ces deux résolutions étaient clairs : en cas de non respect des habitants de ces espaces protégés, l’agresseur était menacé de frappes aériennes de l’OTAN. Ce mandat ne se traduisit jamais dans les faits. L’UNPROFOR avait demandé 34.000 Casques Bleus supplémentaires pour pouvoir assurer le maintien des zones de sécurité, seuls 7600 furent fournis. Sur le terrain, tout au long de la mission des zones de sécurité (1993-1995), il y eut 15000 Casques Bleus dans et autour de Sarajevo, 3000 dans et autour de Tuzla, 1200 dans et autour de Bihac, 500 à Gorazde et 500 pour le binôme Srebrenica-Zepa. En clair, la protection militaire mise en place pour protéger les zones de sécurité ne fut jamais suffisante pour être efficace.

21D’un point de vue strictement géographique, les zones de sécurité se présentaient comme des enclaves aux formes diverses, mais toujours entourées d’un territoire hostile. Quatre de ces zones de sécurité étaient constituées de villes : Sarajevo (493.000 hab. sur 141 km2), Tuzla (83.000 hab. sur 302 km2), Bihac (45.000 hab. sur 900 km2) et Gorazde (37.000 hab. sur 252 km2). Les deux dernières zones étaient formées de gros bourgs ruraux : Srebrenica (5700 hab. sur 527 km2) et Zepa (2500 hab. sur 476 km2). Des milliers de réfugiés bosniaques vinrent s’agglutiner à Sarajevo. Du coup, la ville subit un véritable maelstrom démographique dans sa composition ethnique puisque les Serbes et les Croates la quittèrent massivement durant toute la durée du siège (mai 1992-janvier 1996) et que le nombre de Bosniaques y passa en moins de quatre ans de 251.000 à 309.000 personnes (Sanguin, 1998a). Localisée dans une poche coincée entre la Croatie et les zones bosniennes contrôlées par les Serbes à l’extrémité occidentale de la Bosnie, la zone de sécurité de Bihac accueillit 50.000 réfugiés protégés par les Casques Bleus. A Tuzla, les Casques Bleus réussirent à prendre le contrôle de l’aéroport en mars 1994. Du coup, de toutes les enclaves de sécurité de l’UNPROFOR, Tuzla fut la seule qui n’eut pas à subir d’offensives serbes majeures durant la dernière année du conflit. Située à 70 km à l’Est de Sarajevo et à quelques kilomètres de la frontière avec la Serbie et le Monténégro, Gorazde abritait 65.000 réfugiés qui étaient venus s’y entasser. Elle était la plus importante des zones de sécurité de la Bosnie orientale (Sanguin, 2004). La zone de sécurité de Srebrenica formait une sorte de réduit-clairière au milieu de la forêt serbe où s’entassaient 42.000 Bosniaques réfugiés avant la tragédie et le massacre du 11 juillet 1995 (Sanguin, 1998b). Zepa, l’autre clairière-refuge, localisée à 25 km au Sud-Ouest de Srebrenica, était un chapelet de hameaux haut perchés et d’un bourg niché au fond d’un canyon où vivaient 14.000 réfugiés, protégés par 79 Casques Bleus ukrainiens. Elle succomba dans l’indifférence internationale le 25 juillet 1995. En règle générale, chaque zone de sécurité était géographiquement organisée de la manière suivante par les Casques Bleus : un ou plusieurs cantonnements dans la ville ou le gros bourg au centre de la zone, des postes d’observations placés aux limites municipales de la commune concernée, des points de contrôle (checkpoints) localisés sur les principales routes d’accès convergeant vers le centre municipal (fig. 3).

Fig. 3. Espace onusien de survie : les zones de sécurité de Srebrenica et Zepa en Bosnie (1993-1995).

Fig. 3. Espace onusien de survie : les zones de sécurité de Srebrenica et Zepa en Bosnie (1993-1995).

Source : Sylvie Matton, Srebrenica, un génocide annoncé, Paris, Flammarion, 2005, p. 19.

22Srebrenica, Zepa et Gorazde formaient les trois zones de sécurité les plus éloignées du cœur de la Bosnie bosniaque, c’est-à-dire la Bosnie musulmane, celle dirigée par le gouvernement légal à Sarajevo. Elles étaient difficilement défendables parce que coupées de leurs bases et mal reliées à elles. Elles purent survivre pendant deux ans dans des conditions de plus en plus difficiles grâce à la présence des Casques Bleus. La tare originelle des zones de sécurité en Bosnie fut le manque de consentement des parties concernées, à savoir l’armée serbe de Bosnie d’un côté et les forces bosniaques de l’autre. Les zones de sécurité ne furent jamais démilitarisées et les Serbes les perçurent comme des territoires aidant les forces bosniaques à se protéger en s’y réfugiant. En toute logique, les Serbes retirèrent leur adhésion au principe onusien des zones de sécurité. En outre, la mission de l’UNPROFOR ne fut jamais clarifiée à leur propos : s’agissait-il de protéger un territoire ou s’agissait-il de protéger une population menacée ? C’est le plaidoyer pro domo que fit Asushi Akashi, représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en ex-Yougoslavie du 1er janvier 1994 au 1er novembre 1995, estimant qu’il manqua toujours une volonté politique internationale pour accepter l’usage de la force et pour assumer les responsabilités et les conséquences de ce genre d’action pour protéger les civils encerclés dans les enclaves onusiennes. En clair, les zones de sécurité en Bosnie furent établies sans le consentement des Serbes et des Bosniaques et sans la fourniture d’une quelconque force de dissuasion crédible (Akashi, 1995). Le général britannique Rupert Smith, commandant-en-chef de l’UNPROFOR en 1995, a proposé des réflexions qui ont fait école par la suite, notamment sur les facteurs militaires et politiques qui ont abouti à l’échec de l’intervention onusienne en Bosnie. Il a soulevé, avec pertinence, la question des chaînes de commandement (nationales dans le cas de l’ONU, unifiées dans le cas de l’OTAN) ainsi que celles des règles d’engagement (usage limitée de la force en Bosnie pour les Casques Bleus) (Smith, 2008). Toutefois, le génocide de Srebrenica en juillet 1995 fut le signal d’un changement radical de la part des grandes puissances puisqu’elles permirent la mise en place de l’Opération Deliberate Force menée par l’OTAN (30 août-20 septembre 1995) qui désorganisa les positions de l’armée serbe de Bosnie et aboutit au cessez-le-feu définitif du 12 octobre 1995. En ce sens, la fin tragique de Srebrenica et de Zepa préfigurait Dayton.

Espaces onusiens de couverture : les opérations par réseau maillé

23Sur la carte politique du monde, on rencontre, ici ou là, des Etats effondrés (failed states) ou des Etats évanouis (collapsed states), c’est-à-dire des Etats complètement désagrégés où l’autorité centrale ne s’exerce plus ou ne s’exerce que partiellement sur l’ensemble du territoire, au sens où le définit le Dictionnaire de l’Espace Politique (Rosière et al., 2008). Le plus souvent, l’Etat effondré est le résultat d’une guerre civile où des milices et des bandes armées, des leaders insurrectionnels et des seigneurs de guerre, équipés et financés par des pays voisins plus ou moins hostiles à l’Etat central, tiennent le contrôle de territoires entiers du pays. On pense notamment à des cas passés ou présents : RDC, Sierra Leone, Liberia, Somalie, Angola… Sans qu’il existe une véritable guerre civile ou une invasion par un pays voisin, des circonstances particulières président aussi à l’effondrement et à la déliquescence de l’autorité centrale : c’est le scénario qui prévaut en Haïti. Les opérations de maintien de la paix de l’ONU tentent de mettre fin à la guerre civile, de rétablir la sécurité des biens et des personnes, de remettre en marche les infrastructures de transport, les services publics et de santé. Afin de rendre fonctionnelle l’opération de maintien de la paix sur tout ou partie du territoire de l’Etat concerné, l’ONU met en place un espace de couverture, c’est-à-dire une opération par réseau maillé. Dans ce cas, il n’est plus question de ligne d’interposition, de zones tampons ou d’enclaves de sécurité. Le réseau maillé est plutôt la combinaison de points, de lignes et de surfaces dans et sur lesquels travaillent les Casques Bleus. La dimension des mailles du filet onusien dépend des conditions du terrain, de l’état des routes et du matériel militaire mis à disposition de la mission. Le maillage onusien est organisé de telle manière qu’il est visible dans le paysage quotidien par l’immense majorité des populations locales concernées.

24En Afrique, plusieurs opérations onusiennes de maintien de la paix ont eu et ont pour objectif de contenir la guerre civile et le séparatisme. La RDC (ex-Zaïre) et le Soudan constituent deux exemples significatifs d’espaces onusiens de couverture. Déjà, avec l’opération ONUC (juillet 1960-juin 1964), les Nations unies étaient intervenues dans l’ex-Congo belge. C’était à l’occasion de la Crise congolaise (1960-1965) et de la guerre de sécession du Katanga et du Kasaï. A son maximum en juillet 1961, l’opération ONUC engagea jusqu’à 19.828 Casques Bleus répartis en réseau maillé sur cet immense territoire de 2,26 millions de km2, entouré de neuf Etats mitoyens. Depuis novembre 1999 et jusqu’à aujourd’hui, l’opération MONUC, rebaptisée MONUSCO en juillet 2010, est forte de 20.688 Casques Bleus (fin 2013) qui travaillent dans l’Est de la RDC pour protéger les civils face aux exactions de milices ethniques ou para-militaires. De fait, la RDC a été et est l’objet d’une succession de conflits ethniques séparatistes soutenus, en des lieux et à des moments divers, par des Etats voisins (Ouganda, Rwanda, Burundi, Angola), tout en supportant les retombées du génocide rwandais de 1994 (800.000 morts). Ces conflits ont eu comme acteurs des milices, armées et financées par ces Etats voisins, qui ont conduit des révoltes contre le pouvoir central dans les provinces orientales du pays : première guerre du Congo (novembre 1996-mai 1997), deuxième guerre du Congo (août 1998-juin 2003), guerre du Kivu (2004-2013), rébellion du M23 (avril 2012-novembre 2013). La MONUSCO s’emploie au retrait des troupes rwandaises et angolaises, au désarmement des milices para-militaires et des bandes armées (en action conjointe avec l’armée gouvernementale de RDC), à l’assistance humanitaire, à la gestion des camps de réfugiés et à la remise en route des infrastructures détruites ou endommagées. A partir de son quartier général installé à Kinshasa, la MONUSCO fonctionne avec des postes de commandement locaux et des bases logistiques réparties dans les provinces orientales de la RDC (Orientale, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema), c’est-à-dire dans les quatre provinces faisant face à l’Ouganda, au Rwanda et au Burundi ; soit une superficie totale de 760.062 km2 (fig. 4).

Fig. 4. Espace onusien de couverture : l’opération MONUSCO en RDC (2010 à aujourd’hui).

Fig. 4. Espace onusien de couverture : l’opération MONUSCO en RDC (2010 à aujourd’hui).

Source : Monusco. http://monusco.unmissions.org/​

25Le Soudan a été et est l’objet de plusieurs opérations onusiennes de maintien de la paix. La partie méridionale de ce pays, habitée par des populations noires animistes et chrétiennes, a été le théâtre de deux longues guerres civiles (1955-1972 et 1983-2005) dont l’objectif était de se libérer de la tutelle du Nord arabe et musulman. Ces guerres civiles avaient pour base les oppositions ethniques, le séparatisme et l’indépendantisme. A la suite de l’accord de paix de janvier 2005 (Comprehensive Peace Agreement), signé entre le gouvernement de Khartoum et les rebelles du Sud menant vers un référendum sur l’indépendance du Sud-Soudan, l’ONU mit en place l’opération UNMIS (mars 2005-juillet 2011) dont les 10.519 Casques Bleus apportèrent leur soutien à la mise en œuvre de l’accord de paix. Suite au référendum de janvier 2011, la République du Soudan du Sud (capitale : Juba) était proclamée le 9 juillet 2011. Aussitôt, l’UNMIS fut remplacée par l’UNMISS dont les 6742 Casques Bleus stationnent dans le Sud-Soudan pour consolider la paix et bâtir le plus jeune Etat du monde sur la base de la règle du droit dans tous les domaines. Les deux opérations, UNMIS et UNMISS, relèvent d’une démarche territoriale par réseau maillé (villes, gros bourgs, villages) sur l’ensemble du territoire du jeune Etat. Ce réseau est articulé autour de six quartiers généraux locaux. Au cours de la période s’étendant entre l’accord de paix de 2005 et le référendum d’autodétermination de 2011, un contentieux a surgi entre le gouvernement de Khartoum et les indépendantistes du Sud à propos de l’appartenance de la zone frontalière de l’Abyei. Cette région de 10.546 km2, située sur le 10ème parallèle Nord, est riche en pétrole. Elle abrite une population de 1,4 million d’habitants. La définition du territoire de l’Abyei fut l’une des clauses les plus difficiles de l’accord de paix de 2005 et fit l’objet d’un protocole spécial plaçant le territoire sous le statut spécial d’une administration intérimaire paritaire (Abyei Area Administration) mise en place en août 2008. Le contentieux a été porté devant la Cour Permanente d’Arbitrage de La Haye qui a rendu son jugement en juillet 2009. En mai 2011, le Soudan envahissait l’Abyei avant la proclamation de l’indépendance du Sud-Soudan. Un cessez-le-feu et une démilitarisation de l’Abyei survenaient en juin 2011, aussitôt suivis de la mise en place de l’opération UNISFA, forte de 3940 Casques Bleus dans l’attente d’un accord Soudan/Sud-Soudan sur le statut définitif de cette région. Selon une stratégie territoriale de réseau maillé, l’UNISFA est divisée en trois secteurs (Sud, Centre, Nord), chacun avec un quartier général, des cantonnements et des relais logistiques pour les Casques Bleus.

26Au Sud-Ouest du Soudan, la guerre civile du Darfour, en cours depuis 2003, est un conflit considéré comme un génocide ayant fait 300.000 morts et 2,7 millions de déplacés. Son origine tient à une croissance démographique importante de la région dont les pâturages sont convoités par des tribus concurrentes, sur fond de désertification et de sécheresse dans le Sahel. En outre, la présence de mines d’or dans le Nord du Darfour excite les convoitises au sein de cette poudrière ethnique. Cette guerre civile sahélienne oppose des milices alliées aux gouvernements de Khartoum à des milices rebelles non arabophones mais aussi à des milices djihadistes. En 2006, l’Union Africaine déployait une mission de paix transformée en juillet 2007 en une opération conjointe UA/ONU dénommée UNAMID. Cette mission vise à contrôler les frontières du Darfour avec le Tchad et la RCA, à désarmer les milices Janjawid (alliées à Khartoum) et les autres milices et à protéger les populations locales en grande détresse alimentaire. Dans un maillage relativement serré, les 14.810 Casques Bleus sont déployés en cinquante-cinq lieux différents du Darfour sous l’ombrelle d’un quartier général localisé à El Fasher, relayé par trois centres régionaux. Les accords de paix d’Abuja (2006), de Tripoli (2007) et de Doha (2011) ne sont pas respectés par les parties prenantes. Etant une guerre civile sans intervention aucune d’un Etat étranger, le conflit du Darfour ne semble pas prêt de s’achever dans cette région de 510.000 km2 et de six millions d’habitants. Que ce soit au Rwanda, en RDC ou au Soudan, les opérations de maintien de la paix des Nations unies gèrent des flux considérables de réfugiés. Ces flux ont non seulement un impact direct sur l’évolution des villes mais, de plus, ils sont à l’origine de l’apparition d’un nouveau paysage, à savoir les camps de réfugiés ou de déplacés (Agier, 2008 ; Weissman, 2003).

27En l’absence de guerre civile ou de conflit armé avec un Etat voisin, Haïti représente un cas spécifique d’Etat effondré où l’ONU, dans une stratégie de couverture par réseau maillé, a engagé pas moins de cinq opérations depuis 1993 : UNMIH (septembre 1993-mai 1996), UNSMIH (juillet 1996-juillet 1997), UNTMIH (août-novembre 1997), MIPONUH (décembre 1997-mars 2000), MINUSTAH (juin 2004 à aujourd’hui). En ce sens, Haïti représente un cas unique dans l’histoire des opérations de maintien de la paix des Nations unies. Après la fin de la dictature Duvalier (1986), le pays a subi deux juntes militaires, une présidence populiste, le règne des bandes armées et une déliquescence générale de l’autorité publique sur fond d’explosion démographique. A travers les quatre premières opérations de maintien de la paix (de septembre 1993 à mars 2000), l’ONU a visé plusieurs objectifs : démantèlement d’une armée corrompue, professionnalisation de la police, réconciliation nationale, réhabilitation économique, reconstruction de l’Etat de droit. Haïti connut même un intermède de quatre ans sans présence de l’ONU sur son territoire. Au début de l’année 2004, la situation insurrectionnelle dans la moitié septentrionale du pays fit revenir les Nations unies sous la forme de l’opération MINUSTAH (juin 2004 à aujourd’hui). Après une série d’ouragans dévastateurs auxquels vinrent s’ajouter le séisme du 12 janvier 2010 (230.000 victimes, 300.000 blessés et 1,2 million de sans-abris) et l’épidémie de choléra d’octobre 2010 (7500 morts), la MINUSTAH a élargi sa mission comme soutien aux opérations humanitaires et a supervisé l’élection présidentielle de mars 2011. Après le séisme de 2010, la MINUSTAH avait porté ses effectifs à 8940 Casques Bleus et 4391 policiers (ramenés fin 2013 à 6226 Casques Bleus et 2452 policiers). La MINUSTAH couvre le pays tout entier dans une sorte de filet géographique en réseau maillé, hiérarchisé en dix secteurs, chacun chapeauté par un centre de commandement (fig. 5).

Fig. 5. Espace onusien de couverture : l’opération MINUSTAH en Haïti (2004 à aujourd’hui).

Fig. 5. Espace onusien de couverture : l’opération MINUSTAH en Haïti (2004 à aujourd’hui).

Source : Minustah. http://minustah.unmissions.org/​

28Minée par une guerre civile ininterrompue depuis 1992, la Somalie a sombré dans une déliquescence économique et politique totale : plus de fonctionnaires, plus de banque centrale, plus de police, plus de services publics, actifs de l’Etat appropriés par les seigneurs de guerre, pays partitionné en cinq ou six entités autoproclamées. L’ONU lança deux opérations de maintien de la paix successives, UNOSOM I (avril 1992-mars 1993) et UNOSOM II (mars 1993-mai 1995). Elles furent un échec au prix de pertes importantes parmi les Casques Bleus. La crise somalienne était purement interne mais elle fut, aussi et surtout, une crise humanitaire. Les opérations UNOSOM I et UNOSOM II manquèrent du consentement de l’Etat hôte, tout simplement parce qu’il n’existait plus de gouvernement légal susceptible de donner son approbation (Diehl, 2012). Toutefois, organisées en couverture par réseau maillé, UNOSOM I et II marquèrent un point tournant dans l’histoire des opérations onusiennes de maintien de la paix puisque c’est en Somalie que commença pour la première fois le processus de construction de la paix (peacebuilding) par la distribution de nourriture et de médicaments, par la tentative de rétablir la loi et l’ordre, par les efforts réalisés en faveur de la réconciliation nationale et de la coordination avec les ONG. L’intervention armée de l’Ethiopie (2006-2009) et celle du Kenya (depuis 2011) ont tenté, sans succès, de soutenir l’évanescent gouvernement fédéral de transition. Aujourd’hui, la Somalie demeure plus que jamais l’archétype de l’Etat effondré.

Espaces onusiens de gouvernance : les administrations territoriales transitoires

29En plusieurs circonstances liées soit à la décolonisation, soit à la fin d’un conflit, l’ONU s’est trouvée à assumer, seule, la responsabilité souveraine de l’administration d’un territoire d’une façon temporaire. Dotée des pleins pouvoirs, la mission onusienne assure la transition pacifique vers le nouveau statut du territoire (Di Felice, 2007). C’est un processus compliqué que d’administrer la puissance publique jusqu’à l’émergence d’un régime local efficace. L’ONU doit bâtir des institutions politiques viables et former du personnel local pour la nouvelle fonction publique. En outre, il lui faut construire un socle pour la démocratie. Or la mission de l’ONU, détentrice de l’administration provisoire, n’a pas été voulue par les populations locales qui la perçoivent souvent comme une occupation militaire. Les administrations territoriales transitoires de l’ONU qui ont été couronnées ce succès sont celles ayant rempli les conditions suivantes : un plan taillé sur mesure pour un contexte spécifique, l’engagement de Casques Bleus provenant d’une coalition ou d’un pays puissant, la coordination entre les opérations militaires et la mise en place d’un nouveau gouvernement, un calendrier non contraignant, un budget considérable (Chesterman, 2004). Des critiques ont été formulées à l’effet que l’ONU est davantage conçue pour des opérations traditionnelles de maintien de la paix que pour des missions de renforcement de l’Etat (state-building). L’ONU a été impliquée dans deux opérations d’administration territoriale transitoire découlant directement d’un processus de décolonisation, à savoir en Nouvelle-Guinée occidentale et au Timor oriental.

30En 1949, les Pays-Bas accordaient l’indépendance à l’Indonésie mais le statut de la Nouvelle-Guinée occidentale était resté en suspens. En 1962, un accord Indonésie/Pays-Bas chargea l’ONU d’assurer le transfert de souveraineté par le biais d’une mission ad hoc. Ce fut l’opération UNSF (octobre 1962-avril 1963). Un administrateur de l’ONU, aidé de 1500 Casques Bleus, géra ce territoire de 420.000 km2 peuplé, à l’époque, d’environ 1,7 million d’habitants. A la suite de la Révolution des Œillets (avril 1974) à Lisbonne, l’empire portugais s’effondra en quelques mois. Toutes les anciennes colonies accédèrent à l’indépendance en 1975 sauf le Timor oriental qui fut envahi par l’Indonésie qui y commit un génocide affectant le quart de la population timoraise. Ce n’est qu’en 1999 qu’un accord international survint pour déterminer son futur statut sur la base d’un référendum d’autodétermination. Le scrutin, tenu en août 1999, accorda 78,5% des votes en faveur de l’indépendance. L’Indonésie, puissance occupante, refusa de reconnaître les résultats, ce qui provoqua une intervention internationale sous la forme de l’opération UNTAET (octobre 1999-mai 2002). UNTAET exerça l’ensemble des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires, tout en assurant le maintien de l’ordre public et la mise en place d’une nouvelle administration efficace. Le 20 mai 2002, le Timor oriental devenait indépendant sous son nom portugais de Republica Democratica de Timor-Leste. L’opération UNTAET a été mondialement reconnue comme un succès. Elle se justifia aussi par ses objectifs humanitaires : d’une part, le génocide de 1975 restait encore proche dans les mémoires ; d’autre part, l’Indonésie exerça une répression féroce à l’issue du référendum d’août 1999 dont elle niait le résultat. Cette répression fut suivie d’une vague de famine.

31À la suite de l’Accord d’Erdut (12 novembre 1995), la Croatie et la République serbe de Krajina s’accordèrent pour que les territoires orientaux de la Croatie qui avaient été occupés par les milices serbes pendant toute la Guerre de Croatie (1991-1995) soient placés sous l’administration territoriale transitoire de l’ONU avant de retourner à la Croatie. Il s’agissait de la Slavonie orientale, de la Baranja et de la Syrmie occidentale. Ce fut donc l’opération UNTAES (janvier 1996-janvier 1998) sous la direction d’un Administrateur aidé par 4849 Casques Bleus. La mission UNTAES fut polyvalente : démilitarisation, retour des réfugiés et des déplacés, force de police provisoire, administration civile, remis en marche des services publics, reconnexion des infrastructures de transport et de communications avec la Croatie et le monde extérieur. La mécanique territoriale découlant des Accords de Paix de Dayton (décembre 1995) aboutit à la création de deux entités en Bosnie : la Federacija et la Republika Srpska. Le corridor de Brcko (421 km2 et 88.000 habitants) permet la liaison entre les deux parties de la Republika Srpska dont le territoire est étranglé à cet endroit, un peu à la manière d’un sablier. A Dayton, il fut divisé en deux : 48% à la RS et 52% à la Fédération, ce qui créa une source de conflit. Le contentieux territorial fut réglé par un tribunal arbitral suscité par l’ONU (Arbitral Tribunal for Dispute over Inter-Entity Boundary Line in Brcko Area) dont le jugement du 7 décembre 1999 érigeait le corridor de Brcko en un district indépendant des deux entités et administré par un Superviseur de l’ONU relevant directement du Haut-Représentant en poste à Sarajevo. En fait et en droit, Brcko est devenu la troisième entité de la Bosnie post-Dayton, une sorte de ville libre dans les Balkans (Robin-Hunter, 2001 ; Jeffrey, 2006 ; Parish, 2009).

32La Guerre du Kosovo (mars-juin 1999) s’acheva par l’Accord de Kumanovo (9 juin 1999) qui concrétisait le retrait des forces serbes du territoire kosovar, l’arrivée de la KFOR, force multinationale de l’ONU sous commandement de l’OTAN mais surtout l’établissement de l’UNMIK, administration intérimaire dirigée par l’ONU et créée le 10 juin 1999. Cette administration transitoire est dotée de tous les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires. Elle est dirigée par un Administrateur relevant directement du Secrétaire général des Nations unies à New York. L’UNMIK a donc eu à gérer une ancienne province de la Serbie détachée de ce pays par le sort des armes. De 1999 à 2008, l’UNMIK administra un pays dont le statut final restait à déterminer. Le Plan Ahtisaari (2007) a proposé une indépendance conditionnelle, sorte de phase de transition avant une indépendance complète. Les négociations s’engagèrent entre les membres permanents du Conseil de Sécurité et la Serbie. Devant le blocage de la Russie et de la Chine, les Etats-Unis poussèrent à une reconnaissance rapide de l’indépendance du Kosovo, ce qui fut réalisé le 17 février 2008. En réalité, l’UNMIK fut créée sans une claire vision politique du statut futur du Kosovo. Aujourd’hui, son rôle est fortement amoindri. Elle n’a pas réussi à résoudre les deux problèmes majeurs du Kosovo que sont sa reconstruction économique et sa réconciliation politique. Le Kosovo est un Etat partitionné puisque la zone de Mitrovica et les petites enclaves serbes du centre et du Sud restent sous le contrôle de facto de Belgrade.

Espaces onusiens de marquage : délimitations frontalières dans des zones de tension

33Dans la longue histoire des opérations de maintien de la paix des Nations unies (1948-2013), l’une d’entre elles a été principalement consacrée à encadrer un processus de délimitation frontalière après la fin d’un conflit. Il s’agit de l’opération UNMEE entre l’Erythrée et l’Ethiopie. La guerre entre l’Erythrée et l’Ethiopie (mai 1998-juin 2000) fit 70.000 à 100.000 morts et 1,2 million de déplacés ou réfugiés. Après la conclusion de l’Accord d’Alger (19 décembre 2000) y mettant un terme, l’ONU mit en place l’opération UNMEE (juillet 2000-juillet 2008) dont l’une des missions principales était la facilitation de la démarcation de la frontière entre les deux pays avec l’appui de 3940 Casques Bleus sur le terrain. Cette démarcation devait suivre les lignes directrices fournies par la Cour Permanente d’Arbitrage (La Haye). En juillet 2008, l’ONU mettait fin à l’opération UNMEE en raison non seulement des restrictions imposées par l’Erythrée (expulsion des Casques Bleus) mais aussi du refus de l’Ethiopie de mettre en œuvre l’avis de la Commission frontalière de la CPA (27 novembre 2007) relatif à la pose de bornes-frontière. Pourtant, en son Article 4, l’Accord d’Alger, signé par les parties, avait bien établi cette Commission frontalière neutre pour délimiter et démarquer la frontière disputée. La Commission annonça sa décision le 13 avril 2002. L’ONU demandait donc à sa mission UNMEE de procéder au déminage de la zone afin de faciliter le travail de la Commission. La difficulté essentielle fut que l’Ethiopie et l’Erythrée exprimaient des vues complètement opposées sur l’esprit du droit exprimé par la Commission. Jamais celle-ci ne fut capable de démarquer matériellement la frontière avec des bornes sous la protection des Casques Bleus non pas à cause de la présence de mines mais à cause de l’obstruction systématique de l’Ethiopie. L’échec rencontré par l’opération UNMEE reflète parfaitement l’un des défis centraux auxquels sont confrontées les opérations onusiennes de maintien de la paix. D’une part, sans la coopération des parties en conflit, les Casques Bleus sont incapables de remplir les clauses de leur mandat. D’autre part, aucune des parties adverses n’exerce suffisamment de pression sur le Conseil de Sécurité pour arriver assez rapidement à une solution politique acceptable. Enfin, si une mission onusienne n’arrive pas à mettre en place des décisions légitimes, l’une des parties adverses considère ladite mission comme une alliée objective de l’autre partie (De Guttry, Venturini & Post, 2009).

Conclusion : vers une géographie politique de la paix ?

34De l’opération UNTSO lancée en mai 1948 au Moyen-Orient jusqu’à l’opération MINUSMA lancée au Mali en avril 2013, les soixante-huit opérations de maintien de la paix des Nations unies relèvent d’une répartition géographique significative : 30 en Afrique, 11 au Moyen-Orient, 11 en Asie et Pacifique, 9 en Europe (dont 7 pour l’ex-Yougoslavie) et 9 dans les Amériques (dont 5 pour Haïti). Les seize opérations en cours en 2013 emploient 117.530 personnes (96.887 personnels sous uniforme, 16.822 personnels civils et 2001 volontaires des Nations unies). Au sein de cette masse, les femmes ne représentent que 2,7% de l’effectif des Casques Bleus et 15% de celui des policiers. Depuis 1948, 3164 personnels de l’ONU ont perdu la vie dans des opérations de maintien de la paix. Certaines pertes annuelles ont correspondu aux opérations les plus complexes, les plus difficiles et les plus dangereuses (151 pertes en 1961 au Congo ex-belge, 251 pertes en 1993 en ex-Yougoslavie). Pour l’année financière 2013-2014, le budget total de l’ONU dévolu aux opérations de maintien de la paix s’élève à 7,54 milliards de dollars (5,6 milliards d’euros). En termes d’effectifs et de budget, les opérations de maintien de la paix des Nations unies évoluent selon un éventail extrêmement large. En 2013, par exemple, la MONUSCO en RDC fonctionnait avec 25.241 personnels et un budget annuel de 1,45 milliard de dollars tandis que, dans le même temps, l’UNMOGIP au Cachemire n’employait que 112 personnes pour un budget de 21 millions de dollars. Les opérations les plus difficiles requièrent des personnels en nombre considérable : 23.734 pour l’UNAMID au Darfour, 11.469 pour l’UNIFIL au Liban, 11.366 pour l’UNOCI en Côte d’Ivoire, 10.489 pour la MINUSTAH en Haïti, 10.229 pour l’UNMISS au Soudan du Sud (UNPO, 2013).

35L’Afrique subsaharienne a accueilli deux fois plus d’opérations de paix que toute autre région dans le monde. Sans aucun doute, cela tient à l’accroissement de la demande en missions de paix dans cette partie du monde où la multiplication des guerres civiles a explosé depuis deux décennies. Les territoires de l’ancienne Union soviétique constituent un macro-espace en dehors du domaine des opérations de paix des Nations unies car les rares missions y ont été menées sous l’égide de la CEI ou de l’OSCE. A partir des années 1990, l’on a assisté à une explosion des opérations de maintien de la paix dans des conflits exclusivement ou majoritairement internes au pays concernés. Ces opérations sont même devenues la majorité (Dorussen & Gizelis, 2013). La question centrale est donc de savoir quels sont les événements qui ont engendré un tel glissement vers ce genre de contextes nouveaux où l’ONU déploie ses opérations de maintien de la paix. La première raison tient à l’augmentation exponentielle du nombre de guerres civiles durant cette période. La seconde raison tient au changement normatif réalisé par la communauté internationale au regard du rapport entre la souveraineté intrinsèque d’un Etat et l’intervention extérieure. En clair, la souveraineté de l’Etat n’est plus un absolu car elle se trouve dorénavant chapeautée par la notion de droit d’ingérence humanitaire. Autrement dit, les nouvelles normes internationales considèrent que la communauté internationale a un droit de regard sur ce qui était, jusqu’à présent, de la juridiction interne de l’Etat, à savoir les droits de l’homme et la protection environnementale.

36La question du succès ou de l’échec d’une opération de maintien de la paix relève moins de la géographie politique que de la science politique ou que des études de sécurité internationale. En revanche, la géographie politique remarque que les opérations de paix concernant un conflit entre deux Etats sont plus faciles à gérer que celles concernant des guerres civiles où nécessairement le jeu politique dépasse deux acteurs. Ainsi, les opérations UNEF I et UNEF II (Egypte-Israël) ou UNDOF (Syrie-Israël) n’ont affecté que deux armées opposées. Par contraste, l’opération UNIFIL au Liban-Sud dépend non seulement de la coopération du gouvernement légal de Beyrouth mais aussi d’Israël, de la Syrie, du Hezbollah et de diverses milices libanaises. Au-delà des difficultés d’agréger de multiples priorités dans le soutien d’une opération de paix, il est très clair que les conditions géographiques ne sont pas les mêmes dans une guerre civile que dans un conflit inter-étatique. L’instabilité civile signifie que plusieurs groupes antagonistes opèrent dans différentes parties du pays. Cela implique donc que l’opération de maintien de la paix couvre un territoire plus grand susceptible de rendre possibles des incidents encore plus violents (Bellamy & William, 2005 ; Diehl & Druckman, 2013).

37Les paysages onusiens qui ont été évoqués dans cette étude sont relativement similaires aux paysages militaires d’Etats en guerre. On y trouve des casernements, des cantonnements, des ateliers de réparation et d’entretien, des hôpitaux de campagne, des unités médicales, des entrepôts pour les munitions, des parkings pour les blindés, les jeeps, les camions, des pistes pour les avions, des aires d’atterrissage pour hélicoptères, des relais de télécommunications, des radars et des postes d’observation. Mais il y a plusieurs différences considérables qui font que les Casques Bleus ne sont pas regardés comme des ennemis par les populations locales. Les Casques Bleus réhabilitent les dispensaires, les écoles et les terrains de sport. Ils réparent les ponts et les routes. Partout où cela est possible, la ligne de cessez-le-feu est peinte en bleu aux couleurs de l’ONU et le drapeau bleu de l’ONU est visible autant que faire se peut. Tous les véhicules des Nations unies sont peints en blanc avec le logo UN en noir sur les quatre côtés des engins. L’atmosphère qui prévaut est celle de la sécurité et de la protection. Certes, les patrouilles de Casques Bleus sont continuelles sur les routes, les plages, les cols et dans toute zone où des infiltrations de combattants pourraient se produire. Des postes permanents d’observation sont installés aux endroits stratégiques. Malgré cette présence onusienne permanente, la vie des populations locales continue. A Chypre, agriculteurs et bergers travaillent dans les champs et les pâturages de la zone tampon. Les villageois d’Haïti sarclent leurs champs de canne à sucre devant les patrouilles de Casques Bleus.

38Récemment, des changements structurels et conjoncturels sont apparus dans la marche des opérations de maintien de la paix. Un premier changement concerne le rôle accru des opérations des organisations régionales comme promotrices de missions de paix (OEA, Union européenne, CEI, Ligue arabe, Union africaine, Commonwealth, Communauté des Etats de l’Afrique occidentale). Le second changement est lié à l’apparition d’opérations en partenariat. L’ONU partage l’opération avec l’OTAN comme en Afghanistan, avec l’UA comme au Darfour ou encore la sous-traite à l’UA (Collongue, 2014). Le troisième changement est le retrait progressif des pays traditionnellement pourvoyeurs de Casques Bleus comme le Canada, l’Irlande, la Suède, la Norvège, la Finlande, l’Autriche. Ces pays sont remplacés par des pays plus proches de l’opération concernée. Ainsi, la MINUSTAH (Haïti) est fortement composée de Casques Bleus sud-américains. Les opérations UNMISS (Soudan du Sud), MONUSCO (RDC), UNOCI (Côte d’Ivoire) ou UNMIL (Libéria) comportent une part importante de Casques Bleus africains. Plus encore, on observe un glissement lent vers des solutions régionales plutôt qu’onusiennes (« des solutions africaines pour des problèmes africains »). Les organisations régionales de maintien de la paix n’ont pas les contraintes de leurs homologues onusiennes, toujours soumises au veto possible de l’un ou l’autre des membres permanents du Conseil de Sécurité. Elles procèdent d’une autre manière par la formule du consensus minimum. Ainsi, en bien des endroits de l’Afrique, les missions onusiennes apparaissent, en quelque sorte, comme des entreprises de reconstruction politique de territoire (Pourtier, 2008).

39Une nouvelle géographie politique sous-tend ces mutations observables. La notion de proximité semble de plus en plus légitimer l’intérêt de certains Etats pour les opérations de maintien de la paix. Il existe dorénavant des liens géographiques entre pays émetteurs et pays récepteurs d’opérations de paix. Un pays aura d’autant plus de probabilités d’envoyer des Casques Bleus que les objectifs de la mission collent avec ses propres normes institutionnelles, démocratiques et humanitaires. De même, les pays enclins à participer à une opération de maintien de la paix sont ceux dont l’environnement climatique et zonal dans le même hémisphère est comparable à celui de l’Etat hôte comme on peut l’observer, par exemple, avec la présence de Casques Bleus bangladais en Afrique ou de Casques Bleus philippins en Haïti (Perkins & Neumayer, 2008).

40En définitive, de futures analyses de géographie politique devraient examiner l’évolution et la transmission dans le temps des paysages d’opérations de maintien de la paix. Quelle est la trace des opérateurs et des opérations dans ce type de paysages ? Comment ces paysages sont-ils restitués dans la cartographie politique des opérations de maintien de la paix ? Comment ces paysages ont-ils changé après la signature d’un accord de paix et le retrait consécutif des Casques Bleus ? Les réponses à ces questions apportées par les géographes politiques contribueront à renforcer, à approfondir, à renouveler et à élargir l’étude de la dynamique des frontières internationales et de la résolution des conflits (Daniel, Taft & Wiharta, 2008).

Haut de page

Bibliographie

AGIER, M., 2008, Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

AGNEW, J., 2009, « Killing for Cause? Geographies of War and Peace », Annals of the Association of American Geographers, vol. 99, n° 5, p. 1054-1059.

AKASHI, Y., 1995, « The Use of Force in a United Nations Peacekeeping Operation : Lessons Learnt from the Safe Areas Mandate », Fordham International Law Journal, vol. 19, n° 2, p. 312-323.

AMMITZBOELL, K., 2007, « Unintended Consequences of Peace Operations on the Host Economy from a People’s Perspective », in Aoi, C., Thakur, R. & C. De Coning, Unintended Consequences of Peacekeeping Operations, Tokyo, United Nations University Press, p. 69-89.

BELLAMY, A. & P. WILLIAM, 2005, « Who is Keeping the Peace ? Regionalization and Contemporary Peace Operations », International Security, vol. 29, n° 4, p. 157-195.

BELLAMY, A. & P. WILLIAM, 2012, Understanding Peacekeeping, Cambridge, Polity Press.

BRAITHWAITE, A., 2006, « The Geographic Spread of Militarized Disputes », Journal of Peace Research, vol. 43, n° 5, p. 507-522.

BROWN, A., 2004, « The Clandestine Political Economy of War and Peace in Bosnia », International Studies Quarterly, vol. 48, n° 1, pp. 29-51.

BRUNN, S., 1987, « A World of Peace and Military Landscapes », Journal of Geography, vol. 86, n°6, p. 253-262.

BRUNN, S., 1991, « Peacekeeping Missions and Landscapes », in Rumley, D. & J. Minghi, The Geography of Border Lanscapes, London, Routledge, p. 269-294.

BUHAUG, H. & P. LUJALA, 2005, « Accounting for Scale: Measuring Geography in Quantitative Studies of Civil War », Political Geography, vol. 24, n° 4, p. 399-418.

CHESTERMAN, S., 2004, You, The People: The United Nations, Transitional Administrations and State Building, Oxford, Oxford University Press.

CHOPRA, J., 1996, « The Space of Peace-Maintenance », Political Geography, vol. 15, n° 3, p. 335-357.

COLLONGUE, E., 2014, De l’ONU à l’Union africaine, impuissance ou indifférence ?, Lyon, Université Lyon II, Laboratoire GREMMO.

COPEAUX, E. & C. MAUSS-COPEAUX, 2011, « La Ligne verte, frontière de l’Union européenne ? Limites, frontières et démarcations à Chypre », EchoGeo, (http://echogeo.revues.org/12655).

COULON, J., 2012, Dictionnaire mondial des opérations de maintien de la paix 1948-2011, Montréal, Athéna Editions.

DANIEL, D., TAFT, P. & S. WIHARTA, 2008, Peace Operations: Trends, Progress and Prospects, Washington, Georgetown University Press.

DE GUTTRY, A., VENTURINI, G. & H. POST, 2009, The 1998-2000 War between Eritrea and Ethiopia: An International Legal Perspective, The Hague, T.M.C. Asser Press.

DIEHL, P., 1988, « Peacekeeping Operations and the Quest for Peace », Political Science Quarterly, vol. 103, n° 3, p. 485-507.

DIEHl, P. 2012, Peace Operations, Cambridge, Polity Press.

DIEHL, P. & D. DRUCKMAN, 2011, Evaluating Peace Operations, New Delhi, Viva Books.

DIEHL, P. & D. DRUCKMAN, 2013, Peace Operation Success: A Comparative Analysis, Leiden, Martinus Nijhoff Publishers.

DI FELICE, B., 2007, « International Transitional Administration: The United Nations in East Timor, Bosnia-Herzegovina, Eastern Slavonia and Kosovo », International Journal of Legal Administration, vol. 35, n° 1, pp. 63-78.

DORUSSEN, H. & T-I. GIZELIS, 2013, « Into the Lion’s Den: Local Responses to UN Peacekeeping », Journal of Peace Research, vol. 50, n° 6, p. 693-708.

FLINT, C. 2005, The Geography of War and Peace, Oxford, Oxford University Press.

FLINT, C. 2011, « Intertwined Spaces of Peace and War: The Perpetual Dynamism of Geopolitical Landscapes », in Kirsch, S. & C. Flint, Reconstructing Conflict : Integrating War and Post-War Geographies, Farham, Ashgate, p. 31-48.

GLASSNER, M., 1996, « Political Geography and the United Nations », Political Geography, vol. 15, n° 3-4, p. 227-230.

GRUNDY-WARR, C., 1994, « Towards a Political Geography of United Nations Peacekeeping: Some Considerations », GeoJournal, vol. 34, n° 2, p. 177-190.

GRUNDY-WARR, C. & C. SCHOFIELD, 1993, « The Loneliness of the Long-Distance Peacekeepers: The Experience of UNFICYP and UNIFIL », IBRU Boundary and Security Bulletin, p. 78-87.

HAYNES, D. F., 2010, « Lessons from Bosnia’s Arizona Market: Harm to Women in a Neoliberalized Postconflict Reconstruction Process », University of Pennsylvania Law Review, vol. 158, n° 6, p. 1779-1829.

HIGATE, P. & M. HENRY, 2011, « Militarising Spaces: A Geographical Exploration of Cyprus », in Kirsch, S. & C. Flint, Reconstructing Conflict : Integrating War and Post-War Geographies, Farham, Ashgate, p. 133-156.

JEFFREY, A., 2005, « Building State Capacity in Post-Conflict Bosnia and Herzegovina : The Case of Brcko District », Political Geography, vol. 25, n° 2, p. 203-227.

JENNINGS, K., 2010, « Unintended Consequences of Intimacy: Political Economies of Peacekeeping and Sex Tourism », International Peacekeeping, vol. 17, n° 2, p. 229-243.

KLIOT, N. & S. WATERMAN, 1991, The Political Geography of Conflict and Peace, London, Belhaven Press.

KOBAYASHI, A., 2012, Geographies of Peace and Armed Conflict, London, Routledge.

MORIN, D., 2013, Guide mondial du maintien de la paix 2012, Montréal, Athéna Editions.

O’LOUGHLIN, J. & H. VAN DER WUSTEN, 1986, « Geography, War and Peace: Notes for a Contribution to a Revived Political Geography », Progress in Human Geography, vol. 10, n° 4, p. 484-510.

PARISH, M., 2009, A Free City in the Balkans: Reconstructing a Divided Society in Bosnia, London, I.B. Tauris.

PEPPER, D. & A. JENKINS, 1985, The Geography of Peace and War, Oxford, Blackwell Publishers.

PERKINS, R. & E. NEUMAYER, 2008, « Extra-Territorial Interventions in Conflict Spaces: Explaining the Geographies in Post-Cold War Peacekeeping », Political Geography, vol. 27, n° 8, p. 895-914.

POULIGNY, B., 2004, Ils nous avaient promis la paix. Opérations de l’ONU et populations locales, Paris, Presses de Sciences Po.

POURTIER, R., 2008, « Reconstruire le territoire pour reconstruire l’Etat : la RDC à la croisée des chemins », Afrique Contemporaine, n° 227, pp. 23-52.

PRESCOTT, V., 1996, « Contribution of the UN to Solving Boundary and Territorial Disputes », Political Geography, vol. 15, n° 3, p. 287-318.

ROBIN-HUNTER, L., 2001, « Brcko, un microcosme de la Bosnie ? », Balkanologie, vol. 5, n° 1-2 (http://balkanologie.revues.org/691).

ROSIERE, S., 2006, Le nettoyage ethnique. Terreur et peuplement, Paris, Editions Ellipses.

ROSIERE, S. et al., 2008, Dictionnaire de l’espace politique, Paris, Colin.

SANGUIN, A-L., 1998a, « Sarajevo avant et après le siège, les mutations culturelles d’une capitale pluriethnique », Géographie et Cultures, n° 27, p. 41-62.

SANGUIN, A-L., 1998b, « Retour à Srebrenica (Bosnie), notes de terrain à propos d’un nettoyage ethnique devenu génocide culturel », Géographie et Cultures, n° 27, p. 63-78.

SANGUIN, A-L., 2004, « La poche de Gorazde (Bosnie) », in Richard, Y. & A-L. Sanguin, L’Europe de l’Est quinze ans après la chute du Mur, Paris, Editions L’Harmattan, p. 275-292.

SANGUIN, A-L., 2005, « Nettoyage ethnique, partition et réunification à Chypre », Revue Géographique de l’Est, vol. 45, n° 1, p. 13-21.

SMITH, R., 2008, L’utilité de la force : l’art de la guerre aujourd’hui, Paris, Economica.

UNITED NATIONS PEACE OPERATIONS, 2013, Year in Review 2012, New York, UN Department of Public Information, Peace and Security Section.

VAN DER WUSTEN, H., 1984, « Geography and War/Peace Studies », in Taylor, P. & J. House, Political Geography: Recent Advances and Future Directions, London, Croom Helm, pp. 191-201.

WEISSMAN, F. (sous la direction de), 2003, A l’ombre des guerres justes. L’ordre international cannibale et l’action humanitaire, Paris, Flammarion.

Haut de page

Annexe

Acronymes

CISPKF : CIS Peacekeeping Forces in Georgia / Force de maintien de la paix de la CEI sur la frontière géorgio-abkhazienne

IAPF : Inter-American Peacekeeping Force

MINURSO : United Nations Mission for the Referendum in Western Sahara / Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum dans le Sahara occidental

MINUSMA : United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali / Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali

MINUSTAH : United Nations Stabilization Mission in Haiti / Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti

MIPONUH : United Nations Civilian Police Mission in Haiti / Mission de police civile des Nations unies en Haïti

MNF : Multinational Force in Lebanon

MONUC : United Nations Organization Mission in the Democratic Republic of Congo / Mission de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo

MONUSCO : United Nations Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of Congo / Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo

ONUC : United Nations Operation in the Congo / Opération des Nations unies au Congo

RAMSI Regional Assistance Mission to Solomon Islands

UNAMID : African Union – United Nations Hybrid Operation in Darfur / MINUAD Opération hybride de l’Union africaine et des Nations unies au Darfour

UNDOF : United Nations Disengagement Observer Force / FNUOD Force des Nations unies chargée d’observer le désengagement

UNEF : United Nations Emergency Force / FUNU Force d’urgence des Nations unies

UNFICYP : United Nations Peacekeeping Force in Cyprus / Force des Nations unies chargée du maintien de la paix à Chypre

UNIFIL : United Nations Interim Force in Lebanon / FINUL Force intérimaire des Nations unies au Liban

UNISFA : United Nations Organization Interim Security for Abyei / FISNUA Force intérimaire de sécurité des Nations unies pour l’Abiyé

UNMEE : United Nations Mission in Ethiopia and Eritrea / MINUEE Mission des Nations unies pour l’Ethiopie et l’Erythrée

UNMIH : United Nations Mission in Haiti / MINUHA Mission des Nations unies en Haïti

UNMIK : United Nations Interim Mission in Kosovo / MINUK Mission d’administration intérimaire des Nations unies au Kosovo

UNMIL : United Nations Mission in Liberia / MINUL Mission des Nations unies au Libéria

UNMIS : United Nations Mission in the Sudan / MINUS Mission des Nations unies au Soudan

UNMISS : United Nations Mission in the Republic of South Soudan / MINUSS Mission des Nations unies au Soudan du Sud

UNMOGIP : United Nations Military Observer Group in India and Pakistan / Groupe d’observateurs des Nations unies dans l’Inde et le Pakistan

UNOCI : United Nations Operation in Côte d’Ivoire / ONUCI Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire

UNOSOM : United Nations Operation in Somalia / ONUSOM Opération des Nations unies en Somalie

UNPREDEP : United Nations Preventive Deployment Force / FORDEPRENU Force de déploiement préventif des Nations unies

UNPROFOR : United Nations Protection Force / FORPRONU Force de protection des Nations unies

UNSF : United Nations Security Force in West New Guinea / Force de sécurité des Nations unies en Nouvelle Guinée occidentale

UNSMIH : United Nations Support Mission in Haiti / MANUH Mission d’appui des Nations unies en Haïti

UNTAES : United Nations Transitional Administration for Eastern Slavonia, Baranja and Western Sirmiun / ATNUSO Administration transitoire des Nations unies pour la Slavonie orientale, la Baranja et la Syrmie occidentale

UNTAET : United Nations Transitional Administration in East Timor /ATNUTO Administration transitoire des Nations unies au Timor oriental

UNTMIH : United Nations Transition Mission in Haiti / MITNUH Mission de transition des Nations unies en Haïti

UNTSO : United Nations Truce Supervision Organization / ONUST Organisation des Nations unies chargée de la surveillance de la trêve

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Espace onusien d’interposition : l’opération UNEF II (1973-1979) entre le Canal de Suez et le Sinaï.
Crédits Source : Stanley Brunn, « Peacekeeping Missions and Lanscapes », in Rumley. Dennis & Julian Minghi, The Geography of Border Landscapes, London, Routledge, 1991, p. 291.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3117/img-1.png
Fichier image/png, 176k
Titre Fig. 2. Espace onusien d’interposition : l’opération UNDOF (1974 à aujourd’hui) sur le Plateau du Golan entre la Syrie et Israël.
Crédits Source : Undof. http://undof.unmissions.org/​
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3117/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 3. Espace onusien de survie : les zones de sécurité de Srebrenica et Zepa en Bosnie (1993-1995).
Crédits Source : Sylvie Matton, Srebrenica, un génocide annoncé, Paris, Flammarion, 2005, p. 19.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3117/img-3.png
Fichier image/png, 406k
Titre Fig. 4. Espace onusien de couverture : l’opération MONUSCO en RDC (2010 à aujourd’hui).
Crédits Source : Monusco. http://monusco.unmissions.org/​
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3117/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5. Espace onusien de couverture : l’opération MINUSTAH en Haïti (2004 à aujourd’hui).
Crédits Source : Minustah. http://minustah.unmissions.org/​
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3117/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André-Louis Sanguin, « Les opérations de maintien de la paix des Nations unies, une géographie politique appliquée », L’Espace Politique [En ligne], 23 | 2014-2, mis en ligne le 04 juillet 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3117 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3117

Haut de page

Auteur

André-Louis Sanguin

Professeur des universités
Université de Paris-Sorbonne
al.sanguin@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org