Navigation – Plan du site
Varia

Conflits environnementaux et instrumentalisation dans le secteur des hydrocarbures en Russie orientale

Environmental Conflicts and Instrumentalization in the Oil and Gas Sector in Eastern Russia
Sophie Hou

Résumés

La Russie orientale fait l’objet de plusieurs programmes dans le secteur des hydrocarbures. Les projets induisent la construction d’infrastructures de transport sur de longues distances et la mise en exploitation de nouveaux gisements, comme celui de Kovykta. L’environnement est impliqué à plusieurs titres : s’il est une contrainte à prendre en compte et surmonter, la notion d’environnement renvoie également aux ressources à mettre en valeur tout aussi bien qu’aux espaces naturels à protéger. Des débats émergent autour des projets énergétiques et invoquent la cause environnementale. Ces conflits permettent de voir quels sont les principaux acteurs impliqués et quelles sont leurs différentes attitudes à l’égard de l’environnement. Dans quelle mesure la cause environnementale est-elle instrumentalisée ?

Haut de page

Texte intégral

1Les hydrocarbures jouent un rôle clé dans l’économie et la diplomatie de la Russie. Celle-ci se place en 2012 au second rang des pays producteurs de pétrole (derrière l’Arabie Saoudite) comme de gaz (derrière les Etats-Unis) et elle apparaît également comme l’un des premiers exportateurs mondiaux d’hydrocarbures. Ce secteur des hydrocarbures représente une contribution majeure aux finances publiques : en 2012, la part des exportations du pétrole brut, la part de produits pétroliers et celle des exportations de gaz dans le PIB de la Russie étaient respectivement de 35%, de 19% et 12,3%, soit un total d’environ 66,3% (Goskomstat, 2012). Les hydrocarbures sont aussi un vecteur de puissance sur la scène internationale.

2Le poids primordial des hydrocarbures contribue à expliquer la façon dont l’environnement est appréhendé en Russie. Il est étroitement associé à la mise en valeur des ressources naturelles et à une politique sécuritaire, comme le souligne Jean-Robert Raviot (2005). Cette relation est symboliquement concrétisée : aujourd’hui, écologie et mise en valeur économique sont rassemblées au sein d’un même organisme, le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement de la Fédération de Russie. Ceci n’est pas sans ambiguïté. L’environnement est à la fois ce qu’on exploite et ce qu’on cherche à préserver, les deux étant rarement compatibles et ayant tendance à s’opposer. La gestion de l’environnement telle qu’elle existe recouvre deux volets opposés, exploiter/protéger. Est-il possible de maintenir un équilibre entre eux ?

3La question appelle une double remise en contexte : celui du secteur énergétique et celui de l’environnement. Dans le secteur gazier comme dans le secteur pétrolier, on assiste depuis l’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir à une réaffirmation du rôle de l’Etat (Locatelli, 2010). En 2000, le ministère de l’Environnement est dissout et l’environnement rattaché au ministère des Ressources naturelles. Au cours de la décennie suivante, la place de l’environnement se dégrade, au point qu’Arthur Mol (2009) fait état d’un mouvement de désinstitutionnalisation environnementale à partir du milieu des années 1990. Il constate un

« processus de stagnation continue, d’érosion, de déclin ou même de disparition des institutions environnementales, sans l’émergence de nouvelles institutions qui remplissent des fonctions similaires et ont un pouvoir similaire ».

4On observe d’une part une reprise en main du secteur des hydrocarbures et d’autre part une fragilisation institutionnelle de l’environnement. Entre le volet exploitation et le volet protection, c’est le volet exploitation qui semble privilégié. Cependant, des tensions entre les deux se déclarent et s’expriment par des conflits environnementaux.

5On retient ici la définition du conflit proposée par Cattaruzza et Sintès (2011) :

« une situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme. Cet antagonisme est dû à la présence de forces opposées (rapport de forces), à un désaccord (valeurs ou opinions divergentes), à une rivalité (concurrence/but commun) ou à une inimitié (affects). »

6Les conflits varient selon leur intensité. Dans le cas étudié, il ne s’agit pas de conflits armés mais de confrontations entre divers acteurs qui manifestent leurs oppositions de différentes manières selon leurs capacités d’intervention. Quant à la dimension environnementale, elle soulève la réflexion. Le conflit environnemental n’apparaît pas comme une catégorie bien définie et exclusive, il n’existe pas « à l’état pur » mais recouvre d’autres composantes. D’après Marie-France Prévôt-Schapira (2008),

« le conflit socio-environnemental est un conflit dans lequel les acteurs se disputent l’usage, la gestion ou le contrôle des ressources naturelles. (…) on peut dire que les conflits socio-environnementaux mettent en cause certaines pratiques dans l’utilisation et l’exploitation des ressources de la nature qui, parce qu’elles affectent ou dégradent les écosystèmes, peuvent conduire à des mouvements, des modifications, des changements et/ou une désarticulation de la structure des relations entre les différents acteurs à l’intérieur de la société (Ortiz, 1997). »

7Le choix est fait de reprendre la démarche de Azuela et Mussetta (2008) :

« on qualifie d’« environnemental » le conflit social dans lequel l’une des parties au moins fait valoir un argument environnemental, sans pour autant méconnaître les autres dimensions du conflit. »

8Il s’agit de s’interroger sur la place de l’environnement dans les projets liés aux hydrocarbures, en particulier à travers le prisme des conflits environnementaux. L’objectif environnemental est rarement dissocié d’autres intérêts au service desquels il est placé. Une grande partie des acteurs impliqués instrumentalisent la cause environnementale. Cette instrumentalisation met en lumière deux logiques, la prégnance de la vision de l’environnement comme ressource à contrôler et exploiter ainsi que la prédominance d’intérêts stratégiques, à la fois économiques et politiques, à l’échelle fédérale.

9C’est la prise en compte de l’environnement au niveau institutionnel ou au niveau d’acteurs bien identifiés comme les Organisations non gouvernementales (ONG) qui est étudiée. Le terrain retenu est la Russie orientale, qui recouvre le district fédéral sibérien et le district fédéral d’Extrême-Orient (cf. figure 2). Il s’agit de territoires faiblement peuplés, présentant des particularités physiques, climatiques et environnementales et raccordés de façon lacunaire aux réseaux d’hydrocarbures. Ce sont des régions périphériques entretenant des relations ambiguës avec le centre et faisant l’objet de programmes spécifiques de développement, notamment dans le domaine des hydrocarbures.

10Les projets examinés relèvent de deux catégories : la mise en valeur des gisements d’hydrocarbures et le transport des hydrocarbures. Ils sont associés aux questions environnementales de plusieurs manières et se présentent soit comme des projets en faveur de l’environnement, soit qui devant tenir compte des caractéristiques environnementales et ayant un impact sur l’environnement. La temporalité doit être prise en considération car les questions environnementales surgissent à des moments distincts (cf. figure 1).

Figure : Des conflits à différentes étapes des projets

Figure  : Des conflits à différentes étapes des projets

11Le travail est réalisé à partir de sources diverses : articles scientifiques et de presse, documents officiels, programmes rédigés par les acteurs institutionnels (Etat fédéral, régions) ou par les compagnies. Plusieurs terrains à Moscou et en Russie orientale ont permis de recueillir des informations et de réaliser une série d’entretiens semi-directifs auprès de compagnies, de l’administration régionale, d’ONG et de personnalités scientifiques.

12Il s’agira d’abord de montrer que les régions russes orientales, dont l’environnement est à la fois fragile et contraignant, sont le cadre de plusieurs projets pétroliers et gaziers qui font émerger des questions environnementales, puis d’étudier selon quelles logiques l’environnement est mobilisé. Dans quelle mesure est-il défendu sans être instrumentalisé ? On verra qu’il est mis au service d’intérêts économiques et politiques, ou encore utilisé pour son image positive.

Figure : Les deux districts de Russie orientale

Figure  : Les deux districts de Russie orientale

L’environnement face à des projets pétroliers et gaziers en Russie orientale

Un territoire de contraintes et de vulnérabilité

13Le territoire de la Russie orientale est un territoire de contraintes, notamment naturelles. Il représente plus de la moitié de la superficie de la Fédération de Russie (environ 66% soit plus de 11 millions de km²). Les distances apparaissent comme une première difficulté. A cela s’ajoutent les contraintes de la continentalité, du froid, de la nature du relief, du sol et du sous-sol, en particulier le pergélisol, de la sismicité : toutes ses caractéristiques sont renforcées à l’est du territoire de la Fédération de Russie. La moitié du territoire du District fédéral de Sibérie se situe au nord du 60e parallèle et on y trouve les pôles du froid (Radvanyi, 2007). Presque tout le District fédéral d’Extrême-Orient connaît neuf mois de gel par an. Les spécificités naturelles renforcent la vulnérabilité des équipements. Ceux-ci connaissent, dans ces milieux extrêmes, un vieillissement rapide. Yvette Vaguet (2009) a étudié les impacts de la mise en valeur des hydrocarbures en Sibérie occidentale. Un certain nombre de points qu’elle souligne sont aussi valables pour la Sibérie orientale. En hiver, les métaux sont rendus cassants par le froid, le pétrole devient visqueux et doit être chauffé pour le transport. Cette vulnérabilité accrue est aussi celles des territoires : les écosystèmes des régions septentrionales présentent une plus grande vulnérabilité et une faible capacité d’autorégénération. Les périodes végétatives et de reproduction des animaux sont très courtes et l’activité microbactérienne est réduite. Dans un tel contexte, les contraintes techniques sont très fortes et les coûts financiers extrêmement élevés.

14Les contraintes sont aussi humaines et techniques. Sibérie orientale et Extrême-Orient sont peu peuplés : 25,5 millions d’habitants y vivent, soit environ 17,8 % de la population de Russie. La densité est très faible : en moyenne, elle est de 2,2 habitants au km. Les infrastructures de transport sont lacunaires. Le réseau de gazoducs est presque inexistant (cf. figure 3).

Figure : Le réseau gazier russe

Figure  : Le réseau gazier russe

15Il existe également des contraintes associées aux gisements : en plus de pâtir de l’absence d’infrastructures et des conditions naturelles extrêmes, les gisements de Russie orientale se caractérisent par leur structure complexe qui rend l’exploitation plus difficile et plus coûteuse. Le gaz et le pétrole sont associés à de nombreux éléments, parmi lesquels des composants de valeur, comme l’hélium. La législation en vigueur interdit de les gaspiller mais cela nécessite encore plus d’infrastructures (séparation, traitement, conditionnement, stockage) donc des coûts encore supérieurs.

Un territoire à forte portée symbolique

16De nombreux espaces protégés de Russie orientale sont affectés ou menacés par les projets pétroliers et gaziers. Il ne s’agit cependant pas de tous les évoquer. Seuls ceux dont la renommée est la plus importante et qui ont été au cœur de conflits de grande envergure sont ici retenus. Cattaruzza et Sintès (2011) distinguent trois types de conflits selon l’échelle des acteurs mobilisés et leur degré d’implication : les microconflits, lorsque l’espace du projet ou de l’usage, l’espace du conflit et l’espace de la contestation sont à un même niveau scalaire, communal ou infracommunal ; les mésoconflits, pour lesquels espace de la contestation est d’un niveau scalaire supérieur à celui de l’espace du conflit, le plus souvent départemental ou régional ; les macroconflits : alors que les espaces du conflit peuvent rester très ponctuels, l’espace de contestation prend une ampleur nationale, voire internationale. Dans le cadre des grands projets de construction d’infrastructures pétrolières et gazières, les micro ou les mésoconflits sont les plus nombreux mais les moins visibles. Cet article s’intéressera essentiellement aux macro-conflits.

17Par sa dimension symbolique, le lac Baïkal est au cœur de plusieurs de ces macro-conflits : pour traverser la Sibérie orientale, il faut soit le longer, soit le contourner, par le nord ou par le sud. Le lac Baïkal est la plus grande réserve d’eau douce du monde et possède un écosystème particulier. Des mesures ont été mises en place pour assurer sa protection : des territoires protégés ont été créés, avec un gradient de protection selon leur statut. Le lac est placé sous la protection du Codex sur l’eau instauré en 1999, qui distingue une zone centrale écologique caractérisée par des interdictions plus strictes. Il existe ainsi un dispositif de mesures de protection du lac au niveau national (cf. figure 4). Le Baïkal bénéficie également d’un rayonnement international : il est inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 1996. L’ensemble des mesures et des statuts qui touchent au lac Baïkal et aux territoires qui l’entourent doit en théorie être respecté par les compagnies énergétiques et représente un obstacle pour les projets. Il faut également souligner le fait que le lac occupe une place particulière dans les représentations. C’est, pour les Russes, la « Mer Sacrée ». Au début des années 1960, l’ « affaire du Baïkal » est considérée comme « la manifestation fondatrice de l’écologie en URSS » (Mandrillon, 1991). De nombreux témoignages soulignent l’importance du lac Baïkal, comme celui de Serguei Vasil’ev (2004), directeur du centre écologique de Moscou :

« Le lac a des milliards d’années, c’est un écosystème unique, il n’en existe nul autre pareil. Qu’est-ce que le Baïkal pour nous ? Ce n’est pas seulement un des objets du patrimoine de l’humanité, c’est aussi l’image de la Russie, qui s’exprime notamment à travers le Baïkal, et il ne faut pas la perdre. »

Figure : Les zones naturelles protégées autour du lac Baïkal

Figure : Les zones naturelles protégées autour du lac Baïkal

Un territoire détenteur de ressources, cadre de projets pétroliers et gaziers

18La Sibérie orientale et l’Extrême-Orient disposent de réserves de pétrole et de gaz. Parmi les principaux gisements qui se trouvent à l’est du pays, on peut citer les champs offshores de Sakhaline, le gisement de Kovtykta dans l’oblast d’Irkoutsk et le gisement de Ĉajandinskoe en République de Sakha (cf. figure 5). Cependant, leur exploration est limitée et leur production reste marginale.

Figure : Les principaux gisements de gaz en Russie

Figure  : Les principaux gisements de gaz en Russie

19Les réserves d’hydrocarbures de Russie orientale sont pour l’heure peu exploitées. Les gisements d’hydrocarbures de cette région ne jouent actuellement qu’un rôle secondaire dans la production totale du pays (cf. figure 6). Le principal bassin de production est le district fédéral de l’Oural dans la province appelée Sibérie occidentale bien qu’elle ne se situe pas en Sibérie administrativement. Il prédomine tant pour la production de pétrole que de gaz. Cependant, le pic de production de ses grands gisements a déjà été atteint et ils sont actuellement en phase de déclin. Au cours des années 2000, la Stratégie énergétique russe a été révisée et une nouvelle version en a été publiée en novembre 2009. La crise économique de 2008 a eu plusieurs conséquences sur le secteur des hydrocarbures russe. Les objectifs de la Stratégie de 2003 n’ont pas été atteints (Kuhrt, 2012). D’autre part, à partir de 2009, la politique énergétique russe met l’accent sur le développement des gisements de Russie orientale et des exportations d’hydrocarbures vers l’Asie, dans un contexte où la demande européenne stagne (Shadrina et Bradshaw, 2013). Des programmes envisagent d’accélérer le rythme de la mise en valeur des réserves situées dans d’autres régions du territoire russe et notamment en Russie orientale.

Figure : Répartition géographique de la production de gaz de Gazprom

Figure  : Répartition géographique de la production de gaz de Gazprom

Source : Rapport annuel de Gazprom, 2011.

20Les projets étudiés englobent deux domaines : d’une part la mise en valeur, la production, de l’autre le transport. Ces deux volets sont étroitement liés : pour exploiter les gisements, il est nécessaire de les relier aux marchés de consommation, donc de construire des infrastructures de transport. En l’absence de réseau, pas de mise en valeur. Et bien entendu, pour que ces infrastructures de transport soient construites, il faut qu’il y ait extraction d’hydrocarbures.

  • 1 Le terme de gazéification n’est pas pris dans le sens qu’il possède en français ; il est employé ic (...)

21Le programme de gazéification1 fait partie des projets pris en compte. La construction des réseaux de transport et de distribution de gaz des régions de Russie s’est faite en parallèle de la mise en exploitation des gisements et n’est donc pas une nouveauté (Vinograda, 2012). Cependant, à partir des années 2000, elle fait l’objet d’un programme impulsé par l’Etat russe et réalisé par Gazprom. Parmi ses grandes réalisations à l’est du territoire, il faut évoquer la construction d’un gazoduc à partir du gisement de Kovykta, et celle d’un gazoduc de Sakhaline à Vladivostok (1690 km de long) ainsi que la mise en valeur du gisement de Kovykta.

22Le projet d’oléoduc Sibérie orientale – océan Pacifique, désigné par l’acronyme russe VSTO (Vostoĉnaja Sibir’ – Tihij Okean) ou par l’anglais ESPO (Eastern Siberia – Pacific Ocean), est un autre grand projet. Il naît officiellement par un décret du gouvernement de la Fédération de Russie le 31 décembre 2004, mais la construction de l’oléoduc ainsi que son itinéraire font l’objet de débats et ce n’est que quatre ans plus tard que les travaux sont réalisés. Plusieurs étapes de réalisation sont prévues (cf. figure 7) : VSTO-1 correspond à la construction du tronçon occidental, de Taïchet à Skovorodino, et VSTO-2 à celle de l’oléoduc jusqu’au Pacifique.

Figure : Les différentes étapes du projet d'oléoduc VSTO

Figure  : Les différentes étapes du projet d'oléoduc VSTO

23La construction de l’oléoduc VSTO comme le programme de gazéification participe du projet de mise en valeur des régions orientales russes, détaillé notamment dans la Stratégie énergétique de la Russie jusqu’en 2030 (2009) et dans le Programme gazier oriental (2008). Celui-ci projette de constituer de nouveaux centres de production dans les régions de l’Est de la Russie : le kraï de Krasnoïarsk, les oblasts d’Irkoutsk et de Sakhaline et la République de Sakha, en les reliant entre eux par de grands pipelines (cf. figure 8). Il s’agit d’approvisionner les régions orientales du pays mais aussi et surtout d’exporter les hydrocarbures vers les pays asiatiques (Chine, Japon, Corée du Sud). Le nom officiel du Programme gazier oriental est : « Programme visant à la création d’un système unifié de production, de transport et d’approvisionnement en gaz en Sibérie orientale et en Extrême-Orient en tenant compte des potentialités d’exportation du gaz sur les marchés chinois et d’autres pays de la région Asie-Pacifique », ce qui n’est pas anodin. Ce programme gazier oriental fait de Gazprom le coordinateur de tous les projets pétroliers et gaziers en Sibérie orientale et en Extrême-Orient.

Figure : Le développement du réseau gazier à l’est de la Russie envisagé par le Schéma de développement du secteur gazier jusqu'en 2030

Figure  : Le développement du réseau gazier à l’est de la Russie envisagé par le Schéma de développement du secteur gazier jusqu'en 2030

24Les projets de développement du réseau gazier en Russie orientale et d’oléoduc vers les pays asiatiques ont des points communs. Il s’agit du même type d’infrastructures, des pipelines parcourant des milliers de kilomètres (4800 km pour l’oléoduc VSTO) et les itinéraires proposés se recoupent. Ce sont tous deux, à l’origine, des projets soutenus par des compagnies énergétiques privées (Ioukos pour VSTO et TNK-BP pour le gazoduc vers la Chine) ayant été repris par des compagnies publiques (Transneft et Gazprom). Enfin, ils sont à l’origine de nombreux débats environnementaux qui se cristallisent autour du lac Baïkal. Si les conduites sont des infrastructures linéaires, leur impact environnemental n’est pas négligeable. L’espace occupé est bien plus important que le simple tube : il faut couper des arbres, creuser des tranchées, franchir des cours d’eau. Les fuites peuvent causer des dommages considérables et les réseaux de pipelines, vétustes, sont aujourd’hui à l’origine de sévères nuisances environnementales. Les régions de Russie orientale allient milieux contraignants, vulnérables et emblématiques et réserves d’hydrocarbures à mettre en valeur. Les problèmes environnementaux qui émergent nécessairement s’inscrivent alors dans le contexte économique et politique des projets pétroliers et gaziers. La cause de l’environnement est défendue par divers acteurs, dans plusieurs logiques.

La défense de l’environnement pour lui-même ?

Des ONG dédiées à la cause de l’environnement ou instrumentalisées ?

25La cause environnementale en Russie orientale mobilise toute une série d’ONG. Il est difficile de les classifier de façon rigide et de distinguer leurs motivations, car les objectifs se superposent et les acteurs circulent. Par exemple, parmi les membres de l’organisation Transparent World, une personne travaillait en même temps à TNK-BP, ce qui pose la question des interactions entre la compagnie et les ONG. Le multiples ONG impliquées sont de différents types (cf. figure 9).

Figure : Les types d'ONG impliquées

Figure  : Les types d'ONG impliquées

26Les ONG répondent également à plusieurs logiques. Certaines ONG, préexistantes aux projets, se saisissent de la question ou sont interpelées (Greenpeace, WWF). D’autres se créent en réaction aux projets, dans l’objectif précis de lutter contre eux.

  • 2 Ces réflexions s’appuient sur des entretiens réalisés auprès de Greenpeace, WWF, Tigris Foundation, (...)

27Le statut des ONG en Russie se caractérise par sa fragilité et cela ne s’est pas amélioré récemment avec le statut « d’agent étranger ». Elles doivent donc composer avec un contexte délicat et effectuent des choix qui influent sur leurs modalités d’intervention. Les principales postures adoptées par rapport aux projets sont les suivantes : opposition, coopération ou soumission2. Certaines choisissent l’opposition, c’est le cas de Greenpeace, de Baikal Environmental Wave. La prise de position est nette, les ONG se placent comme des opposants, recourent à la médiatisation dans une volonté de diffusion. La voie de la coopération est choisie par d’autres ONG comme WWF ou Transparent World. Le discours est moins tranché, il y a une volonté de ménager les acteurs institutionnels et les entreprises pour être en mesure de travailler avec elles par la suite. Ces ONG font preuve de plus de prudence, elles affichent un positionnement moins clair, leur médiatisation est moins affirmée ou prend des formes différentes. Une certaine discrétion est recherchée. D’autres encore se trouvent dans une posture de dépendance et de soumission. Ce serait le cas de Zeljenyj Patrul’, désignée par Baikal Environmental Wave et par la compagnie Vostoĉnaja Gazovaja Kompanija (opposants à Gazprom) comme un agent de Gazprom, une sorte d’antenne de la compagnie, une ONG montée et financée par Gazprom qui attaque les adversaires de la compagnie dans l’arène des débats publics. Une certaine prudence est nécessaire, cette information n’ayant pu être vérifiée. Ce cas représenterait un exemple dans lequel la cause environnementale est utilisée pour servir les intérêts des entreprises ou du pouvoir.

28A l’inverse, le pouvoir dénonce l’instrumentalisation des ONG. Dans le cadre du projet VSTO, Transneft et le gouvernement russe ont ainsi attaqué les ONG, les accusant d’être manœuvrées par l’Occident et d’agir pour entraver l’avancée du projet, de pratiquer le mensonge et la diffamation. La compagnie, dans une lettre adressée au gouvernement de la République de Bouriatie, dénie même toute conscience environnementale au mouvement d’opposition, l’assimilant à l’expression de forces politiques (Hou, 2009).

29Les ONG environnementales, qui se présentent comme des acteurs visant à défendre l’environnement, peuvent être prises dans le réseau d’autres intérêts et leur positionnement est à interroger. La lecture est d’autant plus complexe que la cause environnementale est difficile à défendre, ce qui induit des brouillages.

Une cause environnementale difficile à défendre

30La réglementation dans le domaine environnemental est déformée et manipulée. Cela se manifeste d’abord par un manque de transparence. L’accès à l’information est parfois, voire souvent, limité. Greenpeace aurait rencontré des difficultés pour se procurer les informations relatives au projet d’oléoduc car Transneft invoquait le caractère commercial du projet pour refuser l’accès aux données. Cependant, selon la législation, un rapport accessible au public doit être constitué pour chaque projet et l’ONG a pu obtenir toutes les informations nécessaires grâce à ses liens avec l’Académie des Sciences et avec le Ministère des Ressources Naturelles. L’opacité des projets se lit au travers d’autres exemples, notamment celui du projet de gazoduc à travers le raïon de Khasanskij sur le territoire duquel se situe la réserve naturelle du léopard de l’Amour. Lors de la présentation publique du projet de Gazprom, aucune carte permettant de visualiser le tracé du gazoduc n’est proposée. Selon l’Académie des sciences de Russie, la commission d’évaluation mise en place est incompétente et manque de professionnalisme. Quant aux scientifiques régionaux, ils ne sont pas conviés aux audiences publiques.

31Les audiences publiques de Transneft reflètent des mêmes lacunes. Sur son site, la compagnie mentionne la tenue de réunions dans les régions traversées et met l’accent sur son écoute des réactions de la population locale. Les ONG rétorquent que la compagnie s’est contentée de respecter la loi et n’a jamais tenu compte des remarques et des propositions formulées lors de ces audiences. Michiel Hötte (2006) va plus loin, il affirme qu’alors que presque tous les participants à ces consultations publiques à Vladivostok et dans le district du terminal pétrolier se sont prononcés contre le site proposé, les officiels qui avaient organisé les consultations ont reporté que les participants ont « approuvé le projet ». Le décalage entre la version officielle des faits et celle des opposants est manifeste et conduit à s’interroger sur la fiabilité des informations disponibles.

32Lorsque Ioukos forme le dessein, à partir de 2001, de construire un oléoduc vers la Chine, la compagnie examine deux solutions pour contourner le lac Baïkal : passer par le sud ou par le nord. Elle privilégie l’option méridionale. Cependant, celle-ci pose problème. Au sud, il n’y a pas de couloir de passage que l’oléoduc pourrait emprunter entre les rives du lac et les frontières avec la Chine et la Mongolie, car plusieurs obstacles sont présents : le relief et le Parc naturel national de Tungunskij. Cette solution n’est cependant pas repoussée immédiatement, et selon Greenpeace, on aurait offert de l’argent pour que l’ONG ferme les yeux sur cette question, ce qu’elle aurait refusé. Cet exemple illustre l’opacité qui caractérise tout l’épisode du Baïkal. Les compagnies peuvent chercher à s’arranger avec les acteurs locaux en négligeant les réglementations. Pour mettre en valeur le gisement de Kovykta, TNK-BP aurait opéré des coupes forestières illégales. La compagnie aurait reçu des documents en s’accordant avec les habitants et les pouvoirs locaux. Ensuite seulement le projet a été couché sur papier et soumis à une expertise gouvernementale. Des ONG ont alors déposé une plainte au tribunal de Novossibirsk, capitale du district fédéral. Après enquête, le tribunal a donné raison aux ONG et la cour a confirmé qu’il y avait eu violation des règles. Cependant, elle a refusé de relayer la plainte, laissant aux ONG cette responsabilité.

33Ce n’est donc pas chose aisée que de défendre la cause environnementale. Pour la soutenir, les ONG empruntent parfois des voies détournées, instrumentalisent d’autres causes. Dans le cadre de l’opposition à la mise en valeur du gisement de Kovykta, Viktor Kuznecov, l’un des acteurs clés, a créé l’association de défense des peuples autochtones de l’oblast d’Irkoutsk, enregistrée le 30 janvier 2004. Cette ONG, créée spécifiquement pour lutter contre le projet, dispose certes d’une légitimité (les enjeux pour les peuples autochtones sont réels) mais il s’agit aussi de trouver un angle d’attaque moins contesté que l’environnement afin de se faire plus facilement entendre, d’avoir accès aux tribunaux. Viktor Kuznecov était à la fois directeur de Baikal Environmental Wave et de cette association, ce qui montre bien les liens qui existent entre les acteurs.

La capacité de mobilisation en faveur de l’environnement

34Dans un tel contexte, on peut s’interroger sur la capacité de mobilisation des défenseurs de l’environnement. Ceux-ci sont principalement les scientifiques, les ONG et la population. De nombreux liens existent entre eux, mais aussi entre les échelles auxquelles ils se situent. L’action est relayée à différentes échelles, dans une logique bottom-up qui s’oppose à la logique top-down des projets énergétiques. Ainsi, dans le cadre de la campagne pour le Baïkal et contre l’oléoduc VSTO, ce sont des ONG locales qui prennent contact avec les grandes ONG, Greenpeace et WWF, notamment « l’Association régionale bouriate pour le Baïkal », basée à Oulan-Oude, et Baikal Environmental Wave, basée à Irkoutsk. Les ONG, Greenpeace en particulier, ont sollicité l’échelle internationale. On peut remarquer que les acteurs situés à grande échelle font parfois appel à la petite échelle sans nécessairement passer par l’intermédiaire de la moyenne échelle (Hou, 2009).

35L’UNESCO est intervenue en envoyant une lettre au Premier Ministre, à Vladimir Poutine, au président de la commission et en menaçant de classer le lac Baïkal sur la liste du Patrimoine de l’Humanité en péril. Lors d’interviews, la communauté scientifique s’est exprimée majoritairement contre le projet, l’Académie des Sciences d’Irkoutsk s’est montrée particulièrement active. La question du Baïkal met en lumière les relations entre les ONG et le monde scientifique, qui ont ici travaillé en étroite collaboration. Si Greenpeace s’est montrée la plus active pour coordonner les mouvements de société civile, WWF a davantage travaillé avec les organismes gouvernementaux après la victoire de la « Bataille du Baïkal », l’ONG s’est impliquée dans l’élaboration de l’itinéraire de l’oléoduc VSTO.

36La défense du Baïkal a constitué une cause fédératrice. L’aura de la « Perle de Sibérie » suscite un engouement qui s’étend au-delà de la sphère régionale (cf. figure 10), touchant des régions très éloignées du lac et en apparence très diverses : Moscou et Saint-Pétersbourg, les deux plus grandes villes, ce qui n’est guère surprenant, mais aussi Rostov-sur-le-Don ou Vladivostok. Le mouvement contre l’oléoduc, ou plutôt contre le passage de l’oléoduc à proximité des rives du lac Baïkal, ne rassemble donc pas que des populations riveraines, sans quoi il n’aurait pas eu ce retentissement. Il s’agit bien d’un macroconflit.

Figure : Les manifestations en faveur du lac Baïkal en avril 2006

Figure  : Les manifestations en faveur du lac Baïkal en avril 2006

37L’ampleur du mouvement se mesure tout d’abord par la participation de la population russe. Les articles de presse donnent le chiffre de 4 000 à 5 000 manifestants le 8 mars 2006 à Irkoutsk, c’est-à-dire dans une ville de Sibérie orientale de 575 000 habitants, Entre 10 et 50 000 personnes auraient participé dans l’ensemble de la Russie, ce qui serait considérable pour le pays. Les manifestations se sont déroulées dans une dizaine de villes, avec une participation allant de 10 habitants à Tomsk à 5000 à Irkoutsk.

38Cependant, même s’il n’est pas question d’instrumentalisation à proprement parler, il n’est pas toujours facile de dissocier la cause de l’environnement d’autres thématiques. Le rassemblement autour du lac Baïkal s’insère dans des débats plus larges et plus anciens sur l’exploitation de la Sibérie et son rapport au centre politique. Bien présents dans les esprits des populations locales, ils resurgissent à l’occasion de la mobilisation environnementale. Dans le cadre de la défense de l’environnement, l’argumentaire du pillage des ressources de la Sibérie par le centre est repris, par exemple, lors des manifestations contre l’oléoduc VSTO, sous la forme de slogans comme « La Sibérie peut survivre sans la Russie, la Russie peut-elle survivre sans la Sibérie ? » ou « N’oubliez pas les gens qui vivent en Sibérie ».

L’environnement au service des intérêts économiques et politiques

À l’origine des projets, de grandes compagnies et l’Etat

39Comme l’a mis en évidence la réflexion sur les ONG, les acteurs en présence sont nombreux et leurs rôles sont multiples. Ici, on ne parlera que des acteurs qui proposent les projets et qui exercent un contrôle sur le processus décisionnel. Ce sont essentiellement des compagnies énergétiques, même lorsque le projet se présente plus ou moins comme un projet national, comme dans le cas de la gazéification. On peut observer deux cas de figure différents : celui où on a affaire à des compagnies contrôlées par l’Etat russe et celui où il s’agit de compagnies privées. La régulation ne se passe pas de la même façon selon le statut de la compagnie.

40Deux compagnies privées ont pris part aux projets. Ioukos a été la première compagnie pétrolière impliquée dans le projet d’oléoduc Sibérie orientale – océan Pacifique. En 2003, elle arrivait au premier rang par sa production et son volume de pétrole exporté (Boussena et Locatelli, 2005). Mikhaïl Khodorkovski, PDG à cette époque, envisageait la construction d’un oléoduc qui l’aurait rendu indépendant de Transneft pour ses exportations de brut. Cependant, en 2003, le groupe est démantelé, les principaux dirigeants sont arrêtés et plusieurs ventes aux enchères plus ou moins opaques ont permis à Gazprom et Rosneft, deux compagnies d’Etat, d’en récupérer les principaux éléments (Radvanyi, 2007). La seconde compagnie privée à évoquer est TNK-BP, à laquelle la licence d’exploitation du gisement de Kovykta avait été octroyée. Le groupe, créé en 2003, associe la Compagnie de Tioumen et British Petroleum. En 2011, TNK-BP aurait été le 3e plus gros producteur de pétrole de Russie. Elle était chargée de la mise en valeur du gisement de Kovykta et escomptait construire un gazoduc pour transporter le gaz produit vers la Chine, mais le projet a été abandonné. Le 21 mars 2013, Rosneft a racheté intégralement TNK-BP.

41Quant aux compagnies publiques russes, il s’agit de deux monopoles. Transneft, fondée en 1993, détient le monopole du transport de pétrole russe par conduites. Contrôlée à 100% par l’Etat, elle représente pour lui le principal moyen d’exercer une emprise sur le secteur pétrolier, fragmenté et privatisé après la chute de l’URSS. S’il existe des compagnies pétrolières privées, il leur faut nécessairement passer par le réseau de Transneft pour exporter leur production. Transneft transporte ainsi plus de 90% du pétrole extrait en Russie3, au moyen d’un réseau de 70 000 km d’oléoducs de forte pression. La seconde compagnie est Gazprom, héritière de l’ex-ministère du gaz soviétique et première firme russe par son chiffre d’affaire. Le secteur gazier n’a pas subi le même démembrement que le secteur pétrolier, aussi la compagnie contrôle-t-elle toute la chaîne du gaz : de la production (78% de la production russe en 2010), du transport (164 700 km de gazoducs de forte pression) et de l’exportation. L’Etat russe détient depuis 2005 50,002% des actions de la compagnie.

42L’Etat fédéral est impliqué dans les projets, que ce soit par l’intermédiaire des compagnies publiques ou par celui de différents organes gouvernementaux. L’Etat n’apparaît pas toujours comme un acteur unique. Il rassemble en son sein divers organismes et administrations dont les positions ne sont pas nécessairement convergentes. Dans le cas de l’oléoduc VSTO, par exemple, des différends ont vu le jour au sein du gouvernement. Plusieurs ministères étaient impliqués dans le projet : le ministère de l’Industrie et de l’Energie, qui en était officiellement responsable, le ministère des Transports, celui du Développement économique et du Commerce et celui des Ressources naturelles. Si le ministère de l’Energie soutenait le projet de Transneft, le ministère des Ressources naturelles a été présenté par les participants au mouvement de la défense du Baïkal comme l’un de leurs véritables appuis (Hötte, 2006).

43Toutefois, les grandes décisions sont prises au sommet de l’Etat. Quel exemple plus éclairant que l’intervention « providentielle » de Vladimir Poutine pour détourner l’itinéraire de l’oléoduc VSTO ? Le dernier mot appartient au président, le cas du Baïkal le montre de façon frappante. La compagnie Transneft souhaite faire passer l’oléoduc le long du lac Baïkal, ce qui soulève des débats. Le 26 avril 2006, une réunion lors de laquelle le problème est abordé se tient à Tomsk. Vladimir Poutine décide alors, de façon inattendue, de faire un coup d’éclat : il se prononce en faveur d’un changement d’itinéraire du pipeline, mettant ainsi fin aux hésitations et à la polémique. Quant à Transneft, alors que la compagnie n’a fait aucune concession jusqu’alors, Semion Vainshtok, son directeur, s’incline immédiatement devant la décision de Vladimir Poutine, prise deux jours avant le commencement des travaux de construction. Il prononce ces mots révélateurs :

  • 4 Kolesnikov A., « Bajkalspasajgrup, Vladimir Putin ukazal novyj maršrut vostoĉnogo truboprovoda », K (...)

« Je suis un soldat et le Président est le commandant en chef. On ne discute pas des ordres.4 »

44Ces débats autour de l’itinéraire l’oléoduc VSTO ont également pu être interprétés comme un moyen de retarder la réalisation du projet dans le contexte des négociations de la Russie avec la Chine et le Japon (Kuhrt, 2012). Les acteurs qui impulsent les projets et exercent un contrôle sur les processus décisionnel et de réalisation possèdent de puissants intérêts politiques et économiques auxquels ils soumettent les questions environnementales.

L’environnement comme prétexte

45Les préoccupations environnementales sont évoquées par les compagnies et par le gouvernement russe afin d’atteindre d’autres objectifs. L’instrumentalisation de la cause environnementale apparaît comme un prétexte utilisé par les compagnies pour lutter contre leurs concurrents. La compagnie ferroviaire russe, Rossijskaja Železnaja Doroga (RŽD), ne voyait pas d’un œil favorable le projet d’oléoduc. Et pour cause : le pétrole, en l’absence de pipeline, est transporté par chemin de fer. Ivan Ninenko, membre de Groza, une union d'activistes écologistes russes, a déclaré que RŽD a été un allié dans la lutte contre l’oléoduc (Prokopiev, 2009) :

« Les magazines et journaux de la compagnie, offerts dans tous les trains à travers la Russie, comportaient des articles sur ce sujet, tellement écolos qu'on aurait cru qu'ils étaient écrits par des Verts. »

46L’environnement est également utilisé comme prétexte pour imposer les vues du gouvernement russe au sein du secteur des hydrocarbures. Ainsi, il a permis d’agir contre la compagnie privée Ioukos avant qu’elle ne soit démantelée. Le critère environnemental a été utilisé pour rejeter le projet d’oléoduc vers la Chine qu’elle proposait. L’argumentaire écologique est sollicité de manière similaire contre TNK-BP par Gazprom autour de la lutte pour l’exploitation du gisement de Kovykta. Dans le cadre d’antagonismes opposant des acteurs privés, étrangers et régionaux à un acteur qui bénéficie du soutien fédéral, la cause environnementale est instrumentalisée.

47L’environnement apparaît à l’Etat russe comme un motif diplomatiquement acceptable pour imposer ses volontés et remettre en cause la situation des compagnies étrangères énergétiques en Russie orientale. Elles sont accusées de ne pas respecter l’environnement et à ce titre, sanctionnées, comme dans le cas du projet Sakhaline-2 (Bradshaw, 2010). Celui-ci inclut l'exploration et de production de deux gisements offshore mixtes de pétrole et de gaz en mer d'Okhotsk (gisements de Piltun-Astohskoe et de Lunskoe), ainsi que les infrastructures associées sur la terre ferme, notamment les pipelines qui traversent l’île de Sakhaline, les terminaux d’exportation des hydrocarbures et la première usine de liquéfaction en Russie. Le projet naît avec la signature du premier accord de partage de la production russe en 1994 et la production commence à partir de 1999. A l’origine, le consortium Sakhalin Energy ne comprenait pas de partenaire russe, mais en raison de l’importance stratégique du projet, des changements sont intervenus. Les trois principales atteintes portées à l’environnement dans le cadre du projet concernaient les baleines grises, les saumons et les cours d’eau. Des associations écologistes, comme Pacific Environment, ont porté plainte devant les tribunaux russes, qui leur ont donné raison, mais Sakhalin Energy a réfuté les charges, les qualifiant de vagues et inexactes. Cependant, en août 2006, la situation change. Le ministère des Ressources naturelles déclare que Sakhalin Energy n’a pas pris les mesures requises pour éliminer les dangers environnementaux et dénonce des infractions en matière de pollution des eaux et d’abattage des arbres. Cette déclaration est soutenue par le président Vladimir Poutine. En septembre 2006, la Russie gèle une autorisation environnementale requise par Sakhaline-2. Pour remettre les choses en contexte, les actions de Sakhaline-2 sont alors aux mains de Royal Dutch Shell, qui en possède 55% et des compagnies japonaises Mitsui (25%) et Mitsubishi (20%). Gazprom est en négociation avec Shell pour le transfert de 25% des actions de Sakhaline-2 depuis 2005. En décembre 2006, Gazprom prend le contrôle du projet à hauteur de 50% des actions plus une en signant un accord avec la Royal Dutch Shell, dont la part est réduite à 27,5% moins une action. Les parts de Mitsui et de Mitsubishi diminuent également (passant à 12,5 et 10%). Après cette opération, Vladimir Poutine déclare les problèmes environnementaux du projet de Sakhaline-2 résolus, ce qui n’est pas le point de vue des associations écologistes.

La mainmise de l’Etat fédéral sur le processus décisionnel

48Si le gouvernement russe peut utiliser la cause environnementale comme prétexte, c’est grâce à la mainmise de l’Etat sur le processus de décision. Celui-ci présente une verticalité dominée par le centre, qui correspond ici au gouvernement russe et aux divers organismes fédéraux, mais aussi aux sièges des compagnies clés que l’on vient d’évoquer. Les projets sont hiérarchisés. En fonction de leur ampleur, ils dépendent de l’échelon régional ou fédéral. Si le projet est décrété d’envergure régionale, les organes d’expertise et de contrôle sont les agences régionales. En revanche, s’il est considéré comme un projet d’envergure nationale, les expertises, contrôles et décisions sont pris au niveau fédéral.

49La reprise en main du secteur des hydrocarbures par l’Etat russe se manifeste notamment par la redéfinition des conditions d’accès aux hydrocarbures russes. Des amendements à la loi sur le sous-sol ont été pris au détriment des régions. Le principe d’attribution conjointe Etats-Régions des licences d’exploration et de production a été aboli. Les régions ne sont pas les seules à pâtir des changements opérés : les investisseurs étrangers sont également handicapés. D’abord par la définition d’une liste de gisements qualifiés de stratégiques : pour ces gisements, l’Etat attribue directement les licences d’exploration et de développement sans passer par la procédure d’appels d’offre. Ensuite par la loi sur les investissements étrangers dans les entreprises stratégiques, adoptée en mai 2008, qui limite à 10% la part d’un investisseur étranger privé dans une entreprise d’hydrocarbures et à 5% s’il s’agit d’une compagnie d’Etat étrangère. Enfin, les licences des gisements offshore sont attribuées exclusivement aux compagnies d’Etat, c’est-à-dire Rosneft et Gazprom (Locatelli, 2010). Cette réaffirmation de l’emprise de l’Etat sur les réserves s’observe notamment en Russie orientale. La licence du gisement de Kovykta a été retirée à TNK-BP et attribuée à Gazprom en 2011. Grâce au soutien du gouvernement russe, Gazprom a acquis la licence de plusieurs autres gisements en Sibérie orientale et en Extrême-Orient au cours de ces dernières années, alors qu’elle était totalement absente de la région.

Ménager et mobiliser l’image positive de l’environnement

Manipuler la procédure en sauvegardant les apparences

  • 5 Les informations ont été obtenues lors d’entretien réalisé en avril 2009 avec un membre de la commi (...)

50Si les questions environnementales sont susceptibles d’être ignorées, elles sont parfois traitées en conformité avec la procédure. Cependant, celle-ci peut être en apparence suivie et respectée, tout en étant vidée de son sens. Des pressions peuvent être exercées pour obtenir une réponse positive en contournant le système d’expertise. L’exemple de l’oléoduc VSTO est très parlant (Hou, 2009). L’Affaire Khodorkovski a repoussé le projet d’oléoduc sibérien, mais il est repris par Transneft avec le soutien du gouvernement et doit cette fois-ci aller jusqu’au Pacifique. La commission gouvernementale d’expertise écologique, dont l’examen est imposé par la législation russe, se réunit pour examiner le projet et rend un avis négatif. Par ce veto, le projet est bloqué. Transneft décide alors de contourner le lac en passant par le nord et reçoit une approbation de principe de la commission d’expertise. La compagnie présente deux propositions : la première est de faire passer l’oléoduc à 12 km du lac, la seconde à plus de 80 km. Le premier itinéraire est rejeté par la commission gouvernementale en 2003, le second approuvé. Cependant, en avril-mai 2005, les ONG et les autorités locales s’aperçoivent que Transneft réalise des études topographiques dans l’intention de construire l’oléoduc à 800 mètres des rives du Baïkal, à l’intérieur du périmètre des zones protégées, sans avoir reçu l’approbation de la commission d’expertise et sans même l’avoir déclaré5. L’oléoduc, suivant le tracé de la voie ferrée, serait moins coûteux à construire. L’affaire est portée devant les médias et le ministère des Ressources naturelles. Transneft se défend en arguant qu’il est impossible de suivre la route du nord en raison des contraintes naturelles. La nouvelle expertise de la commission commence en septembre 2005.

51La commission, composée de 52 membres, scientifiques moscovites et sibériens, a pour vocation d’étudier les aspects environnementaux, technologiques et économiques. A la fin du mois de janvier 2006, une majorité de 42 membres rejette le projet, considérant qu’il met le lac Baïkal en danger. Cependant, soutenue par l’administration présidentielle, Transneft obtient la modification de la composition et du fonctionnement de la commission. Selon le processus d’expertise, pour que la décision de la commission soit valide, il faut qu’elle soit validée par Rostekhnadzor, l’agence fédérale de surveillance écologique, technologique et nucléaire, qui décide de faire réexaminer le projet. La commission est élargie à 34 membres supplémentaires et divisée en trois groupes dont les tâches sont réparties de la façon suivante : le premier groupe examine la section de l’oléoduc jusqu’au lac Baïkal, le second celle qui doit être construite au niveau du lac, c’est-à-dire la zone où se concentrent tous les problèmes, le troisième la section orientale. Ce changement dans la procédure s’explique aisément : une majorité de deux tiers est requise pour valider une décision. Deux tiers des experts n’ayant pas à prendre en compte la zone la plus sensible, le quota a pu être atteint (cf. figure 11).

Figure  : Les résultats de la Commission d'expertise

Figure  : Les résultats de la Commission d'expertise

52Grâce à ce subterfuge, Transneft obtient l’accord en mars 2006 et a le droit de construire le pipeline à moins d’un kilomètre des rives du lac. L’affaire du changement de la commission, cependant, a une grande résonance, et le mouvement pour la protection du Baïkal prend de l’ampleur en mars-avril 2006. La protestation contre le projet est portée devant le tribunal de la Cour Suprême, qui donne raison à Transneft. La Douma mi-avril, adopte à son tour un amendement au Codex sur l’eau pour permettre la réalisation du projet. Pour finir, c’est uniquement la décision présidentielle du 26 avril 2006 qui met fin à l’épisode.

Figure  : Les différentes variantes de l'oléoduc VSTO

Figure  : Les différentes variantes de l'oléoduc VSTO

Souligner la dimension environnementale des projets

  • 6 Entretien avec des membres du Département du secteur énergétique du kraï du Primorié et de la Direc (...)

53Certains projets possèdent un volet environnemental, et celui-ci est plus ou moins souligné. Dans le cadre du programme de gazéification, l’accent est mis sur les progrès environnementaux permis par le passage du charbon au gaz avec la réduction de la pollution atmosphérique, à la diminution rejets nocifs liés à la consommation en mazout et charbon. La gazéification est présentée comme un progrès en matière environnementale pour les régions orientales de Russie, grandes consommatrices de charbon. L’exemple de la ville de Vladivostok illustre cette amélioration. Le programme de gazéification du Primorié, actuellement, est extrêmement limité, mais l’une de ses principales réalisations est la conversion au gaz de la centrale thermique n°2. Cette centrale fonctionnait au charbon jusqu’en 2012. Aujourd’hui 8 générateurs sur 14 ont été convertis au gaz naturel. D’un point de vue économique, le charbon est la solution la moins coûteuse, c’est pourquoi le département du secteur énergétique du kraï du Primorié met l’accent sur les avantages écologiques et présente le projet comme relevant avant tout de préoccupations environnementales6. Depuis le passage du charbon au gaz, les émissions nocives dans l’atmosphère auraient été réduites de 70% selon le directeur du département du secteur énergétique régional.

54C’est non seulement le fait de développer le marché russe en gaz naturel qui est présenté comme une amélioration d’un point de vue environnemental, mais aussi celui de développer les exportations, en particulier vers la Chine. Celle-ci, grande consommatrice de charbon, est à l’origine d’une forte pollution qui se manifeste notamment par des pluies acides qui passent les frontières et concernent notamment la Russie. Un argument environnemental soutient également la construction d’un gazoduc le long de l’oléoduc VSTO : un tel pipeline offrirait la possibilité de transporter le gaz associé plus facilement et donc de réduire les volumes de gaz brûlé en torchères.

Se poser en champion de la cause environnementale

55Si les projets peuvent avoir une dimension environnementale, celle-ci est parfois mise en valeur et instrumentalisée, que ce soit à l’échelle régionale ou internationale. Lorsque les autorités régionales ou locales prennent position en faveur de l’environnement, leur réaction peut être interprétée davantage comme un moyen de flatter l’électorat local que comme la manifestation de réelles préoccupations à l’égard de l’environnement. Ainsi, par exemple, l’administration de l’oblast d’Irkoutsk s’est prononcée contre le projet d’oléoduc. Alexandre Tichanine, son gouverneur, a même déclaré :

« Tant que je serai gouverneur, il n’y aura pas d’oléoduc à proximité du Baïkal ! »7

56Les autorités régionales se positionneraient dans une certaine mesure d’après la réaction du gouvernement central. Si l’oblast d’Irkoutsk a pu se déclarer contre le projet soutenu par Transneft, c’est que l’Etat fédéral est longtemps resté silencieux sur la question du lac Baïkal. Cette absence de prise de position expliquerait les différences de réaction des régions. L’administration de l’oblast d’Irkoutsk se serait servie de l’opposition au projet pour accroître sa popularité. Cependant, et ceci nous ramène à la confusion dans les motivations des acteurs, Alexandre Tichanine, le gouverneur de l’oblast d’Irkoutsk, était à la tête de l’une des filières de RŽD, est un proche du président de la compagnie ferroviaire, Vladimir Iakounine, et soutient le transport de pétrole par voie ferrée. Les compagnies cherchent également à valoriser leur image, comme lorsque TNK-BP a lancé une étude d’impact impliquant de nombreux scientifiques et ONG sur la construction d’un gazoduc à partir du gisement de Kovykta.

57Une logique similaire s’observe aussi à l’échelle internationale. Le geste de Vladimir Poutine en faveur du lac Baïkal semble relever d’une instrumentalisation. En effet, le contexte dans lequel la décision est prise n’est pas anodin : le 26 avril 2006 est le vingtième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, et la réunion a lieu juste avant une entrevue entre le président russe et Angela Merkel, la chancelière allemande. De plus, le Sommet du G8 doit avoir lieu à Saint-Pétersbourg un ou deux mois après cet événement. La décision présidentielle apparaît comme une mise en scène. Vladimir Poutine se pose non seulement comme la figure de l’autorité, mais aussi comme le sauveur du lac Baïkal. Il déclare :

« S’il existe ne serait-ce que la plus petite, la plus infime probabilité de polluer le lac, alors nous devons penser aux générations futures et nous devons tout faire pour que le danger soit non pas seulement minimisé, mais éliminé.8 »

58Il décrète ensuite que l’oléoduc doit passer à au moins 40 km au Nord du lac, c’est-à-dire au-delà des limites du bassin d’alimentation, comme le recommande l’Académie des Sciences, représentée lors de la réunion par son président, Nicolas Laverov. L’oléoduc, selon l’itinéraire finalement choisi par la suite, s’écarte de 400 km du lac. On peut rappeler que Vladimir Poutine, durant l’été 2005, critiquait les associations et leur opposition aux projets de nouvelles infrastructures, les accusant d’entraver le développement de la Russie et citait le cas de l’oléoduc VSTO comme l’un de ses principaux exemples (Hötte, 2006).

Figure  : Vladimir Poutine détournant l'itinéraire de l'oléoduc VSTO

Figure  : Vladimir Poutine détournant l'itinéraire de l'oléoduc VSTO

Source : http://www.transparentworld.ru/​ru/​news/​new3.html, publié le 9 août 2008, consulté le 20 novembre 2013.

Conclusion

59Différentes attitudes sont adoptées à l’égard de l’environnement. Il est parfois renié, marginalisé, ignoré, mais il peut encore être pris en compte, que ce soit pour lui-même ou de façon secondaire, ou encore utilisé (cf. figure 14).

Figure  : Les différentes attitudes adoptées à l'égard de l'environnement

Figure  : Les différentes attitudes adoptées à l'égard de l'environnement

60Le schéma présente une vision synthétique, sans doute un peu réductrice. S’il est possible de distinguer plusieurs façons d’appréhender l’environnement, il est plus difficile de classer les acteurs en fonction de leur positionnement par rapport à la cause environnementale. Les entreprises peuvent tantôt ignorer l’environnement, tantôt le prendre en compte, tantôt l’utiliser. Les attitudes à l’égard de l’environnement varient en fonction des contextes particuliers, des étapes d’avancement des projets, elles sont liées à des temporalités précises, mais elles se superposent également à un même moment. Ceci s’explique par la complexité des acteurs eux-mêmes, combinée à celle de la notion d’environnement telle qu’elle est ici mobilisée. L’idée d’instrumentalisation suppose la coexistence de plusieurs dimensions, objectifs, argumentaires et intérêts, ce qui pose la question de la définition du conflit environnemental. La présence de l’argumentaire environnemental est le critère le plus facilement utilisable (Azuela et Mussetta, 2008) : l’environnement apparaît comme un angle d’étude du conflit parmi d’autres.

61Les conflits abordés ici portent sur l’appropriation des ressources mais surtout sur l’usage du territoire. Leur résolution se fait dans un cadre règlementaire et politique vertical, dominé par le centre, qui favorise certains acteurs, officiellement et officieusement et ne laisse pas réellement place à d’autres, comme ceux de la société civile. Ceux-ci, pour se faire entendre, tentent de faire pression sur le sommet de la pyramide et d’infléchir la décision, car c’est au gouvernement fédéral que revient l’arbitrage final.

Haut de page

Bibliographie

AZUELA A. et MUSSETTA P., 2008, « "Quelque chose de plus" que l'environnement Conflits sociaux dans trois aires naturelles protégées du Mexique », Problèmes d'Amérique latine, vol.4, n° 70, (p. 13-39).

BOUSSENA S.et LOCATELLI C., 2005, « Les fondements d’une nouvelle organisation du secteur pétrolier russe entre le privé et l’Etat », Cahier de recherche LEPII, Série EPE, n° 39, (16 p.).

BRADSHAW M., 2010, “A New Energy Age in Pacific Russia: Lessons from the Sakhalin Oil and Gas Projects”, Eurasian Geography and Economics, vol. 51, n°3, (p. 330-359).

CATTARUZZA A. et SINTÈS P., 2011, Géographie des conflits, Paris, Bréal.

HOU S., 2009, « Les enjeux géographiques de l’oléoduc Sibérie orientale – Océan Pacifique », mémoire de M1 dirigé par Emmanuelle Boulineau et Jean Radvanyi, (120 p).

HÖTTE M., 2006, « Siberia-Pacific Oil Pipeline: Case-study of a successful environmental

Campaign », Tigris Foundation, Rapport communiqué par l’auteur, (45 p.).

KUHRT N., 2012, “The Russian Far East in Russia's Asia Policy: Dual Integration or Double Periphery?”, Europe-Asia Studies, vol. 64, n°3, (p. 471-493).

LOCATELLI C., 2010, « Quelle politique russe pour le secteur des hydrocarbures ? », Agir, n° 45, 2011, (p. 119-129).

MANDRILLON M.-H., 1991, « Les voies du politique en URSS. L'exemple de l'écologie. », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 46e année, n°6, (p. 1375-1388).

MOL A., 2009, « Environmental Desinstitutionalization in Russia », Journal of Environmental Policy & Planning, vol.11, 3, (p. 223-241).

PRÉVÔT-SCHAPIRA M.-F., 2008, « Amérique latine : conflits et environnement, "quelque chose de plus" », Problèmes d'Amérique latine, vol.4, n°70, (p. 5-11).

PROKOPIEV A., 2009, « Ils ont sauvé le lac Baïkal ! Entretien avec Ivan Ninenko, membre de Groza », Dossier : "Ecologie à l'Est", Regard sur l’Est, en ligne : http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=906

RADVANYI J., 2007, La Nouvelle Russie, 4e édition, Paris, Armand Colin.

RAVIOT J.-R., 2005, « L'écologie aux frontières de la raison d'État en Russie. », Revue d'études comparatives Est-Ouest., vol.36, n°1, (p. 155-177).

SHADRINA E., BRADSHAW M., 2013, “Russia's energy governance transitions and implications for enhanced cooperation with China, Japan, and South Korea”, Post-Soviet Affairs, vol. 29, n°6, (p. 461-499).

VAGUET Y., 2009, « Environnement, société et hydrocarbures dans le Grand Nord russe », Dossier : "Ecologie à l'Est", Regard sur l’Est, en ligne : http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=911

VASIL’EV S., 2004, ‘Mnenie Eksperta », Mirovaja Energetika, en ligne : http://www.worldenergy.ru/mode.1349-id.2806-type.html

VINOGRADA O., 2012, « Gazifikacija vsej Rossij ? », Neftegazovaja Vertikal’, n°6, (p. 64-67).

Haut de page

Notes

1 Le terme de gazéification n’est pas pris dans le sens qu’il possède en français ; il est employé ici par commodité pour traduire le terme russe gazifikacija et désigne la construction de réseaux gaziers jusqu’aux consommateurs finaux.

2 Ces réflexions s’appuient sur des entretiens réalisés auprès de Greenpeace, WWF, Tigris Foundation, Baikal Environmental Wave, Transparent World, Pacific Environment, Vostoĉnaja Gazovaja Kompanija en 2009, 2012 et 2013 ainsi que sur des articles de presse fédérale et locale, des informations diffusées par les compagnies et des rapports publiés par les ONG.

3 Site de Transneft, http://transneft.ru/about/, consulté le 20 novembre 2013.

4 Kolesnikov A., « Bajkalspasajgrup, Vladimir Putin ukazal novyj maršrut vostoĉnogo truboprovoda », Kommersant, http://www.kommersant.ru/doc/670108, mis en ligne le 27 avril 2006, consulté le 20 novembre 2013.

5 Les informations ont été obtenues lors d’entretien réalisé en avril 2009 avec un membre de la commission gouvernementale d’expertise écologique ainsi que par des articles de presse.

6 Entretien avec des membres du Département du secteur énergétique du kraï du Primorié et de la Direction du secteur énergétique de la ville de Vladivostok en août 2013.

7 Site d’informations de la région du Baïkal, http://newsbabr.com/?IDE=29483, publié le 24 avril 2006, consulté le 20 novembre 2013.

8 Melikova N., « Uberite ruki ot Bajkala ! », Nezavisimaja Gazeta, http://www.ng.ru/politics/2006-04-27/1_baikal.html, publié le 27 avril 2006, consulté le 20 novembre 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure : Des conflits à différentes étapes des projets
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure : Les deux districts de Russie orientale
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-2.png
Fichier image/png, 379k
Titre Figure : Le réseau gazier russe
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure : Les zones naturelles protégées autour du lac Baïkal
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-4.png
Fichier image/png, 461k
Titre Figure : Les principaux gisements de gaz en Russie
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-5.png
Fichier image/png, 417k
Titre Figure : Répartition géographique de la production de gaz de Gazprom
Crédits Source : Rapport annuel de Gazprom, 2011.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-6.png
Fichier image/png, 240k
Titre Figure : Les différentes étapes du projet d'oléoduc VSTO
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-7.png
Fichier image/png, 389k
Titre Figure : Le développement du réseau gazier à l’est de la Russie envisagé par le Schéma de développement du secteur gazier jusqu'en 2030
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-8.png
Fichier image/png, 318k
Titre Figure : Les types d'ONG impliquées
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-9.png
Fichier image/png, 59k
Titre Figure : Les manifestations en faveur du lac Baïkal en avril 2006
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-10.png
Fichier image/png, 272k
Titre Figure  : Les résultats de la Commission d'expertise
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-11.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure  : Les différentes variantes de l'oléoduc VSTO
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-12.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure  : Vladimir Poutine détournant l'itinéraire de l'oléoduc VSTO
Crédits Source : http://www.transparentworld.ru/​ru/​news/​new3.html, publié le 9 août 2008, consulté le 20 novembre 2013.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-13.png
Fichier image/png, 399k
Titre Figure  : Les différentes attitudes adoptées à l'égard de l'environnement
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3134/img-14.png
Fichier image/png, 324k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Hou, « Conflits environnementaux et instrumentalisation dans le secteur des hydrocarbures en Russie orientale », L’Espace Politique [En ligne], 23 | 2014-2, mis en ligne le 04 juillet 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3134 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3134

Haut de page

Auteur

Sophie Hou

Doctorante
Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, UMR PRODIG
Sophie.hou.cr@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org