Navigation – Plan du site
Varia

La Région : une notion ambigüe saisie à travers le cas normand

The French Region: an ambiguous notion seen through the Norman case
Arnaud BRENNETOT et Sophie DE RUFFRAY

Résumés

Cet article vise, à partir du cas de la Normandie, à montrer comment, malgré les efforts d’institutionnalisation entrepris depuis une cinquantaine d’années (construction des régions administratives, actes successifs de la décentralisation), la notion de région demeure une réalité ambiguë, traversée par des significations hétérogènes qui compliquent son appropriation politique par les acteurs (élus, citoyens, médias). Une enquête réalisée en Normandie sur la perception politique que les élus ont de leur région montre que les différentes significations associées à la notion de région renvoient à des cadres spatiaux disjoints, générant des confusions et des contradictions géopolitiques durables. Les débats récurrents sur l’éventualité d’une fusion des régions Haute-Normandie et Basse-Normandie fournit une illustration significative des ambiguïtés et des blocages existants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans cet article, on notera « Régions » les collectivités régionales créées par le législateur au c (...)

1Le 2 juin 2014, le président de la République François Hollande a annoncé la mise en œuvre, dans le cadre d’une vaste et ambitieuse réforme territoriale, d’un nouveau découpage des Régions1 françaises. Cette nouvelle carte des Régions comprend notamment la fusion de la Haute-Normandie et de la Basse-Normandie. À la différence des commentaires parfois réprobateurs exprimés concernant certains groupements régionaux envisagés ailleurs en France, la proposition d’unir les deux Régions normandes est de nature à satisfaire tous ceux qui, à un titre ou un autre, réclamaient une « réunification ». S’il est encore trop tôt pour connaître l’issue de ce projet de redécoupage, la proposition du chef de l’État pose, sous un nouveau jour, la question des finalités et de la forme que la régionalisation doit prendre en France.

  • 2 P. Vidal de la Blache peut aussi être considéré comme le précurseur de ce courant : dans son articl (...)

2Sur le plan épistémologique, quatre grandes manières de concevoir la régionalisation sont repérables (Juillard, 1962) : l’École française de géographie régionale qui envisage la région comme une entité homogène (par exemple, Demangeon, 1905) ; une autre, issue de la réflexion des économistes spatiaux, considère la région comme une aire de marché, polarisée par une ville (Isard, 1960, Perroux, 1961)2 ; une troisième s’intéresse aux pratiques spatiales et mentales des habitants (Frémont, 1972) ; et enfin une quatrième correspond à une vision plus institutionnelle et administrative (Bourjol, 1969). Ces différences de signification soulignent l’imprécision qui colle à la notion de région et à la forme géographique que celle-ci doit prendre. Dans le cadre d’une réflexion sur les différences entre les territoires « institutionnels » et les territoires « perçus », la définition des périmètres suppose la mise en évidence des discontinuités et des liaisons à partir desquelles identifier des ensembles pertinents (Brunet, 1997, Grasland, 1998). Elle sous-tend aussi implicitement une réflexion sur les enjeux et les difficultés théoriques de l’opération de découpage qui implique de rendre cohérent un cadre géographique et des finalités d’action politique. La construction de Régions est aussi l’enjeu d’un débat sur le rôle ambigu de ce « cartésianisme géographique » (Brunet, 1993).

3Le problème est qu’en France, la forme des Régions dessinées en 1956 n’a pas évolué, alors que les fonctions qui leur ont été dévolues n’ont cessé de se transformer, générant une situation de confusion sur leur identité et leur légitimité. Au regard de la rapidité avec laquelle le nouveau cadre régional vient d’être décidé, entre avril et mai 2014, avec une concertation minimale, il n’est pas sûr que cette ambiguïté soit levée.

4En revenant sur l’exemple de la Normandie, cet article entend alors montrer comment le découpage de 1956 a créé une situation de confusion politique et souligner les risques que l’on prend à dessiner des périmètres institutionnels sans tenir suffisamment compte du poids des imaginaires collectifs et des sentiments d’appartenance, au point de générer des tensions géopolitiques difficiles à surmonter par la suite. À partir d’une approche géo-historique appliquée aux Régions normandes, la première partie souligne l’incertitude dans laquelle la régionalisation a été pensée et mise en œuvre en France par les élites intellectuelles, administratives et politiques. Dans la deuxième partie, le décalage entre la réalité du découpage régional institutionnel et l’espace d’action politique vécu par les élus locaux révèle, à travers une enquête sur la perception géopolitique des élus locaux, l’ambiguïté régionale de la Normandie. La troisième partie rappelle les tensions géopolitiques nées à propos de la question de la « réunification » de la Normandie, entre partisans et opposants.

La Normandie, une région introuvable ?

5Si les discussions menées depuis la fin des années 1960 à propos de la fusion éventuelle des deux régions normandes illustrent, de façon exemplaire, l’ambiguïté de la notion de région française, cette hésitation n’est pas nouvelle. L’examen des découpages régionaux mis en œuvre depuis la Révolution française révèle que la situation normande n’a jamais été, ni simple, ni évidente tant du point de vue de l’administration que du point de vue de la société civile.

Des processus de subdivisions institutionnelles à géométrie variable

  • 3 Le terme « région » est d’ailleurs utilisé avant la Révolution française. En 1780, le géographe du (...)

6L’instauration institutionnelle des régions ne commence pas avec le XXe siècle. En effet, la départementalisation survenue en 1789 et 1790 n’a jamais empêché les administrations centrales de procéder à des découpages plus larges, d’échelles supra-départementales, créant des entités spatiales que l’on a pris l’habitude d’appeler des régions3. Le décret sur la constitution civile du clergé du 12 juillet 1790 prévoit, par exemple, la création de « métropoles ecclésiastiques » regroupant plusieurs départements. À l’époque, Rouen accueille le siège de la « Métropole des côtes de la Manche » qui réunit la Seine-Inférieure, l’Eure mais aussi la Manche, le Calvados, l’Orne, l’Oise, la Somme et même le Pas-de-Calais (document 1). L’année suivante sont par ailleurs créées vingt-trois « régions militaires » et vingt-huit « divisions de gendarmerie » supra-départementales. À chaque fois, la distribution des départements normands au sein de ces entités régionales est différente.

Document 1 – Les départements normands dans les regroupements régionaux de l’Atlas national (1791)

Document 1 – Les départements normands dans les regroupements régionaux de l’Atlas national (1791)

Source : Atlas national, 1791.

7Par la suite, d’autres circonscriptions régionales sont créées dans différents secteurs de l’action publique : les « tribunaux d’appel » en 1800, qui deviendront « cours d’appels » en 1808, ou les « académies universitaires » créées en 1808. Plus tard, en 1915, le ministre de l’Industrie et du Commerce Étienne Clémentel s’inspire directement des idées novatrices développées par le géographe Paul Vidal de la Blache (Hauser, 1924, Mercier, 2001) pour créer les Comités consultatifs d’action économique, à la base de l’instauration des « régions économiques » (1917) puis des « groupements économiques régionaux » (1919). En 1926, la création des « Conseils de préfectures interdépartementaux » par le gouvernement Poincaré marque le début des expérimentations en matière de coordination régionale de l’administration déconcentrée, préfigurant les futurs « préfets » de l’État français (1940), les « commissaires de la République » (1944), les « IGAMES » (1948) puis les « préfets de Région » (1964).

8Pour chacun de ces découpages sectoriels, les départements normands sont regroupés différemment. Alors que la division entre les cours d’appel de Caen et de Rouen demeure stable depuis le Consulat, les régions militaires n’ont cessé de voir leurs périmètres changer, regroupant les départements normands avec leurs voisins selon des modalités à chaque fois différentes (document 2). Concernant le découpage régional des académies, après une première phase de séparation en deux, entre Caen et Rouen (1808-1848), la Normandie est rassemblée en une seule académie centrée sur Caen pendant plus d’un siècle, avant que l’administration de l’Éducation Nationale ne soit tenue de se caler sur la trame des circonscriptions d’action régionale créées en 1960 et de refonder l’Académie de Rouen en 1964. Pendant plus de cent cinquante ans, de la Révolution à 1956, les découpages administratifs régionaux n’ont ainsi cessé de se recomposer, tantôt unissant la Normandie, tantôt la divisant, selon des configurations à chaque fois différentes.

9La séparation de la Normandie en deux entités régionales distinctes, Haute et Basse, n’apparaît cependant jamais comme une évidence. En 1969, la création d’une chambre régionale d’agriculture couvrant l’ensemble de la Normandie ne fait qu’ajouter à la confusion, montrant que le découpage de 1956 ne s’était pas véritablement imposé dans l’esprit des administrateurs, pourtant invités, depuis 1960, à ajuster leur organisation territoriale sur la trame des circonscriptions d’action régionale.

Document 2 – Les départements normands au sein des différents découpages en régions militaires

Document 2 – Les départements normands au sein des différents découpages en régions militaires

Brennetot, De Ruffray, 2014

Les hésitations de la société civile sur le découpage de la Normandie

10Du côté de la société civile, l’idée selon laquelle la Normandie formerait deux entités distinctes n’est pas davantage partagée. Lorsqu’en 1910, Paul Vidal de la Blache propose de bâtir des régions nouvelles autour de villes importantes, capables de structurer la vie économique de leur zone d’influence, il considère les cinq départements normands comme une seule et même entité à laquelle il adjoint l’Eure-et-Loir (Vidal de la Blache, 1910). En groupant les cinq départements de l’ancienne Normandie, il reprend alors une perspective commune. En effet, si l’on examine les découpages régionaux formulés depuis le milieu du XIXe siècle par les intellectuels, les militants régionalistes ou les responsables politiques de tous bords, on s’aperçoit que le partage de la Normandie en deux régions n’apparaît pas comme la configuration la plus fréquente (document 3).

Document 3 – Superposition cartographique des découpages régionaux proposés spontanément par les partisans de la régionalisation entre 1851 et 1989

Document 3 – Superposition cartographique des découpages régionaux proposés spontanément par les partisans de la régionalisation entre 1851 et 1989

Brennetot, De Ruffray, 2014

Méthodologie

  • 4 Raudot (1851), Béchard (1851), A. Comte (1854), F. Le Play (1864), Fournier de Flaix (1869), Hervé- (...)

À partir de 1850, plusieurs savants, intellectuels, responsables politiques ou groupes d’études proposent de découper l’espace français en régions, ou bien pour se substituer aux départements, ou bien pour s’ajouter à eux. On trouve parmi les auteurs de proposition des savants aussi illustres qu’A. Comte ou F. Le Play, des géographes (P. Foncin, P. Vidal de la Blache, J. Labasse, F. Damette), des militants régionalistes (J. Charles-Brun, P. Fougeyrollas) ainsi que des hommes politiques de diverses tendances (J. Hennessy, É. Clémentel, M. Debré). En tout, 54 découpages ont pu être réunis pour la période allant de 1851 à 19894. La plupart correspondent à des regroupements départementaux. Il est donc possible de les superposer de façon à identifier les limites les plus fréquemment proposées, c’est-à-dire les lignes de séparation géographique récurrentes qui structurent l’imaginaire des partisans du régionalisme politique.

11Les frontières des départements normands avec les départements voisins (Ille-et-Vilaine, Mayenne, Sarthe, Eure-et-Loir, départements parisiens, Oise ou Somme) sont bien plus fréquemment proposées (entre 30 et 50 fois sur les 54 découpages répertoriés) que les séparations entre l’Eure et l’Orne (25 fois) ou entre l’Eure et le Calvados (19 fois). Les autres limites apparaissent quant à elles encore plus rarement (Manche-Orne : 13 fois, Manche-Calvados : 7 fois), tandis que l’Eure et la Seine-Maritime sont systématiquement placées dans la même région. La comparaison des découpages régionaux imaginés par les intellectuels et les experts depuis le milieu du XIXe siècle pour concevoir la modernisation de l’organisation territoriale de la France montre une tendance majoritaire à regrouper les cinq départements en une seule entité plutôt qu’à les séparer, les rattachements avec des départements extérieurs à la Normandie demeurant toujours assez rares. Le décalage entre tous ces découpages et le périmètre des « régions de programme » (1956) interroge le fait d’avoir fait de ce dernier le cadre à l’intérieur duquel la régionalisation et la décentralisation ont été mises en œuvre au cours des décennies suivantes.

12Très tôt, le cas normand a d’ailleurs suscité d’abondantes interrogations, représentant pour certains auteurs un véritable dilemme. Parmi les six découpages régionaux qu’il propose entre 1942 et 1970, le géographe Jean-François Gravier, influent expert au sein du Commissariat Général au Plan et militant fédéraliste notoire, n’a par exemple jamais cessé de changer d’opinion : après avoir songé à unir la Normandie dans ses deux premiers ouvrages (1942 et 1947), il décide dans la Mise en valeur de la France (1949) et dans la seconde édition remaniée de Paris et le désert français (1958) de diviser la Normandie en deux entités, avant de se raviser une dernière fois, au cours des années 1960, réclamant qu’un certain nombre des Régions créées en 1956 soient réunies, parmi lesquelles la Haute et la Basse-Normandie (document 4). De son côté, Serge Antoine, haut-fonctionnaire ayant participé au découpage des régions de programme en 1956, a exprimé le souhait, par la suite, que ce cadre initial soit élargi, regrettant même qu’aucun ajustement ne soit possible et en particulier que la Normandie ne puisse pas être unifiée (Antoine, 1960 et 2004).

Document 4 - Les hésitations de Jean-François Gravier à propos de la régionalisation en Normandie

Document 4 - Les hésitations de Jean-François Gravier à propos de la régionalisation en Normandie

Brennetot, De Ruffray, 2014

D’un outil au service de la planification économique à la promotion de la décentralisation régionale

13Le cas de la Normandie témoigne de l’incertitude dans laquelle, en France, la régionalisation a été imaginée puis mise en œuvre par les élites administratives et politiques. Cette situation tient pour une part non négligeable à l’hétérogénéité des motivations politiques qui ont initialement présidé à l’émergence du régionalisme (Flory, 1966, Pasquier, 2012). Comme le rappelle R. Bourjol, en France, le régionalisme se présente comme une « auberge espagnole où chacun trouve ce qu’il apporte » (Bourjol, 1969, p. 351).

14Sur le plan institutionnel, les deux premiers tiers du XXe siècle voient la vision économique du régionalisme l’emporter sur les autres perspectives, l’essor des sciences régionales, en géographie comme en économie, répondant à l’intérêt croissant des élites politiques pour les questions économiques (Kuisel, 1984). Loin de satisfaire l’idéal fédéraliste et décentralisateur à l’origine du régionalisme politique du XIXe siècle (Gras, 1977, Wright, 2003), la région promue au cours de la IVe République s’apparente de plus en plus à un outil technique au service de la planification économique et de la croissance nationale, dans le cadre d’un pouvoir demeuré centralisé et technocratique (Barraque, 1992, Ohnet, 1995, Miossec, 2008).

15À l’époque, cette conception économique de la régionalisation, qui a présidé à la constitution des « régions de programme », a sans doute guidé la séparation entre une Haute-Normandie plus industrielle et une Basse-Normandie plus agricole (Procureur, 2008). Cependant, lorsqu’en 1956 une petite équipe du Commissariat Général au Plan est chargée, de définir le maillage des programmes d’action régionale, l’idée de regrouper les départements normands en deux entités distinctes ne s’impose pas de façon flagrante (Antoine, 2006). Si des critères démographiques, économiques et administratifs sont bien pris en compte afin d’aboutir à un découpage rationnel, des incertitudes subsistent. Un premier découpage provisoire réalisé en 1955 prévoyait d’ailleurs une seule Normandie à cinq départements (Masson, 1989). La partition de la Normandie, finalement décidée en 1956, n’était pas vouée à perdurer. Il s’agissait à l’époque de mettre en œuvre un cadre destiné à permettre la répartition territoriale des fonds d’investissement du 3e plan. Cette séparation s’est pourtant peu à peu incrustée puis figée par la suite dans la trame administrative française.

  • 5 La création des circonscriptions d’action régionale en 1960 s’accompagne de la fusion des Régions R (...)

16Alors qu’il avait une finalité purement technique, le découpage ad hoc de 1956 a en effet été entériné en 1959 et 1960 par deux décrets instituant les « circonscriptions d’action régionale » (décret 60-516 du 2 juin 1960). Le maillage qui se dessine alors se rigidifie très rapidement pour ne plus bouger par la suite, dans un contexte où, par ailleurs, les fonctions dévolues aux Régions ne cessent de s’étoffer, celles-ci devenant des enceintes de concertation privilégiées entre responsables politiques et élites socio-économiques locales avec la création des CODER en 1964, puis des Établissements Publics Régionaux en 1972. Pendant ce temps, si le découpage régional entériné en 1960 suscite d’abondantes discussions et plusieurs propositions de refonte (Labasse, 1960, Gravier, 1964 et 1970, Damette, 1968), aucune modification d’ensemble n’est cependant envisagée. Seuls quelques ajustements sont réalisés5. Un tel immobilisme des cadres territoriaux entre alors en contradiction avec les réclamations de certains mouvements néo-régionalistes, apparus au cours années 1960 et 1970, considérant la « région », non plus comme un instrument technique au service du pouvoir central, mais désormais aussi comme un « espace vécu » (Frémont, 1972). Les régions sont alors envisagées comme un support possible pour le renouvellement de la vie démocratique. À gauche, favoriser les autonomies locales apparait comme un moyen de lutter contre les inégalités associé au fonctionnalisme économique (Mendès-France, 1962 ; Defferre, 1965). Au cours des années 1970, les idées décentralisatrices progressent également au centre et à droite (rapport Guichard Vivre ensemble, projet de loi Bonnet). Sauf à de rares exceptions (Durrieu, 1969 ; Fougeyrollas, 1968), ce néo-régionalisme décentralisateur ne s’accompagne cependant pas d’une réflexion aboutie sur le nombre, la taille ou la forme géographique des régions à promouvoir. En Normandie, le thème de la « réunification » de la Normandie est lancé à la fin des années 1960 par l’association le Mouvement normand, composée de militants régionalistes issus majoritairement de mouvances de droite. La mobilisation en faveur d’une fusion des deux Régions normandes reste cependant limitée à des groupes restreints. Peu après, l’application de la loi sur les Établissements Publics Régionaux de 1972 a donné lieu à une vive controverse sur l’existence de deux Régions distinctes, les élus de l’Eure refusant de siéger avec ceux de la Seine-Maritime au profit d’un rapprochement avec le Calvados (Procureur, 2008). Après plusieurs années de négociation, la fusion des deux Régions normandes, envisagée un temps par les représentants de l’État, finit par se heurter aux réticences et aux craintes réciproques des « barons » centristes, M. D’Ornano en Basse-Normandie et J. Lecanuet en Haute-Normandie.

17Par la suite, sous l’influence de l’Union Européenne qui institue l’échelon régional comme l’intermédiaire privilégié des politiques des fonds structurels (Acte unique européen de 1986, réforme des fonds structurels en 1988), l’érection de la Région en collectivité territoriale à part entière, à la faveur des lois de décentralisation en 1982, puis l’élection des conseils régionaux au suffrage universel direct en 1986 n’ont pas véritablement été l’occasion d’une réflexion nouvelle concernant la pertinence politique de conserver le découpage fonctionnel de 1956. En particulier, peu de responsables institutionnels se sont interrogés sur la perception de ce découpage par les populations et sur sa capacité à permettre aux Régions, dans une France désormais décentralisée, d’être identifiées, reconnues et appropriées comme des acteurs pertinents de l’action publique, par les électeurs comme par les élus eux-mêmes.

18Cette inertie des périmètres régionaux explique pourquoi le cadre technique défini en 1956, conçu dans une perspective fonctionnelle, a finalement été utilisé pour promouvoir la décentralisation régionale dans les années 1980. Ce décalage entre les raisons technocratiques ayant présidé au découpage des périmètres régionaux et les fonctions politiques actuellement dévolues aux Régions, dans le cadre d’une République qui s’affirme désormais « décentralisée », explique sans doute en partie la faible reconnaissance démocratique dont souffrent encore aujourd’hui la plupart d’entre elles (Brennetot, 2010a, Hulbert, 2011, Pasquier, 2012). Cette confusion transparaît alors dans la façon dont les leaders d’opinion et les élites politiques locales pensent, discutent et concrétisent aujourd’hui l’ambition régionale en France.

La « région » dans l’imaginaire contemporain des élus locaux normands

19En Normandie, l’identité politique régionale est rendue confuse par la difficulté des Régions dessinées en 1956 à s’imposer dans l’imaginaire collectif. Non seulement, vue de l’extérieur, l’unité normande paraît souvent évidente mais, de surcroît, cette division entre Haute et Basse-Normandie, peine à s’imposer dans l’imaginaire des élites locales.

Une enquête pour comprendre la perception du territoire d’action régionale

  • 6 Cette enquête a été réalisée dans le cadre du projet « NorMONdie », labellisé par le Grand Réseau d (...)

20Une enquête réalisée en 2010 sur un échantillon d’élus des cinq départements normands permet de rendre compte de cette réalité6. L’objectif était d’étudier la perception géopolitique des élus locaux, à travers leur appréhension du territoire d’action régionale. En effet, les élus sont à la fois directement concernés par le débat sur la fusion des Régions et mieux à même, en raison des fonctions qu’ils occupent au sein des divers dispositifs institutionnels, de maîtriser les enjeux géopolitiques sous-tendus par les divers processus de recomposition territoriale en cours.

21Cette enquête s’appuie sur la méthode d’analyse des cartes mentales interprétatives : la question principale demandait en effet aux élus interrogés de circonscrire la « région » dans laquelle ils se voyaient mener leur action, sans précision concernant la nature de la « région » en question (région culturelle, région économique, collectivité régionale). Pour cela, un fond de carte centré sur le quart nord-ouest de la France, incluant divers voisins européens (sud du Royaume-Uni et de l’Irlande, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) était fourni. Pour faciliter le repérage, un maillage grisé correspondant au fond NUTS 3-Eurostat était fourni. Ce choix permettait aux élus interrogés de s’appuyer sur la trame départementale mais également de s’en affranchir au besoin, en fonction de leurs préférences personnelles. Les élus avaient ensuite à donner un nom à cette région et à mentionner les mots qu’ils lui associent (cinq au maximum).

22Faisant l’hypothèse que la perception des questions régionales et européennes peut être relativement différente selon le type de communes, l’échantillon (25 % des 3232 communes) a été construit en fonction des catégories des communes dans les aires et espaces urbains (ZAUER) déterminées par l’INSEE (document 5). Toutefois, comme la répartition des ZAUER est très variable dans chacun des départements, l’échantillonnage a également tenu compte des cinq départements d’origine (Seine-Maritime, Eure, Calvados, Manche, Orne). Ainsi, l’Orne compte 3,2 % de communes considérées comme des pôles urbains contre 10,6 % en Seine-Maritime. A contrario, l’Eure compte seulement 21,6 % de communes rurales contre 69,7% pour l’Orne. Outre cet échantillon des communes, les élus des conseils généraux, des conseils régionaux et des conseils économiques et sociaux ont été interrogés de manière exhaustive (document 6).

Document 5. Echantillon des communes enquêtées pour les cinq départements

Document 5. Echantillon des communes enquêtées pour les cinq départements

Brennetot, De Ruffray, 2014

Document 6. Répartition des élus enquêtés exhaustivement

Document 6. Répartition des élus enquêtés exhaustivement

Brennetot, De Ruffray, 2014

Une perception de la région à l’échelle de la Normandie

  • 7 Bien que cette enquête ait été financée par la Région Haute-Normandie et malgré trois relances, 108 (...)

23L’examen des 108 réponses7 montre que l’idée de « région » à laquelle les élus interrogés identifient leur action renvoie davantage à la Normandie tout entière plutôt qu’aux collectivités régionales de Haute ou de Basse-Normandie. La « Normandie » apparaît ainsi dans 40 % des réponses, contre une fréquence cumulée de 11 % pour les toponymes  « Haute-Normandie » et « Basse-Normandie » (document 7). En outre, la limite figurée sur la carte mentale agrégée, entre Haute et Basse-Normandie, apparaît de façon beaucoup moins accentuée que les frontières de la Basse-Normandie avec la Bretagne et les Pays-de-la-Loire d’une part ou celles de la Haute-Normandie avec la Picardie, l’Île-de-France et la Région Centre de l’autre (document 8). On retrouve là une configuration sensiblement similaire aux découpages proposés spontanément par les intellectuels et les réformateurs régionalistes depuis le milieu du XIXe siècle (document 3).

Document 7 – Noms donnés à leur « région » par les élus interrogés

Document 7 – Noms donnés à leur « région » par les élus interrogés

Brennetot, De Ruffray, 2014

Document 8. Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus normands

Document 8. Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus normands

Brennetot, De Ruffray, 2014

24La comparaison des cartes mentales réalisées par les élus de Haute et Basse-Normandie fait cependant apparaître que cette prépondérance de la  « Grande Normandie » sur les collectivités régionales institutionnelles (Haute-Normandie et Basse-Normandie) est beaucoup plus nette dans les réponses fournies par les élus bas-normands (documents 9 et 10). Cette propension est confirmée par le fait qu’ils associent davantage leur région aux cinq départements normands. Ils sont ainsi 45,2 % à donner le nom de  « Normandie » à leur région (contre 36,1 % pour les Hauts-Normands). Ils sont en revanche seulement 4,7 % à restreindre leur « région » à la seule Basse-Normandie (contre 16,7 % pour ceux de Haute-Normandie, documents 9 et 10).

Document 9 : Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus de Basse Normandie

Document 9 : Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus de Basse Normandie

Brennetot, De Ruffray, 2014

Document 10 : Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus de Haute Normandie

Document 10 : Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus de Haute Normandie

Brennetot, De Ruffray, 2014

25Cette plus forte inclination des élus bas-normands à penser la région à l’échelle de la Normandie tout entière recoupe une propension habituellement plus forte en Basse-Normandie à s’interroger sur l’opportunité de coopérations franches entre les deux Régions, à penser l’aménagement au-delà des cadres institutionnels habituels et à mener une véritable réflexion interterritoriale avec la Haute-Normandie. En décembre 2009, par exemple, un rapport rendu par la Commission intergroupe de réflexion et de proposition sur la réunification de la Normandie mise en place par le Conseil régional de la Basse-Normandie témoignait d’une telle préoccupation, laquelle avait déjà eu l’occasion d’être exprimée dans le cadre de la préparation du SRADT (Schéma Régional d’Aménagement et de Développement du Territoire) en 2007. L’amélioration des coopérations avec le conseil régional de Haute-Normandie figure d’ailleurs parmi les douze grands chantiers d’aménagement du territoire retenus alors par le conseil régional de Basse-Normandie : « En agissant en étroite collaboration et en renforçant leurs liens, les deux Normandie pourront ainsi mieux faire face aux défis de notre époque grâce à une meilleure organisation de l’action publique envisagée à une échelle mieux adaptée et en faisant entendre plus fortement la voix des Bas-Normands dans le concert géopolitique local, national et européen » (SRADT Basse-Normandie, volume 2, 2007, p. 112).

Document 11. La carte au service de la réflexion interterritoriale : le point de vue du Conseil régional de Basse-Normandie

Document 11. La carte au service de la réflexion interterritoriale : le point de vue du Conseil régional de Basse-Normandie

Région Basse-Normandie, SRADT de Basse de Normandie, 2008, p. 63

  • 8 Ce préambule figure dans la première version provisoire publiée en 2006 mais a été retiré dans la s (...)

26Au contraire, l’enquête que nous avons menée révèle que les élus locaux haut-normands envisagent davantage leur action à l’intérieur du cadre territorial de la Région officielle, restreignant leur réflexion au seul espace haut-normand. Il est d’ailleurs significatif de constater que le SRADT de Haute-Normandie, malgré un préambule intitulé « Pour la Normandie », co-signé par les deux présidents des collectivités régionales normandes de l’époque8, n’évoque les coopérations avec la Basse-Normandie qu’à travers de vagues allusions à l’Arc Manche ou au Bassin Parisien. Jamais le périmètre de la Normandie dans son ensemble n’est envisagé comme un espace pertinent, susceptible de représenter un enjeu stratégique pour les élus du conseil régional de Haute-Normandie. Dans un rapport intitulé Quel destin pour la Haute-Normandie en 2025 ? et publié en octobre 2012, le CESER ne retient à aucun moment l’hypothèse d’une fusion avec la Basse-Normandie, le rôle de celle-ci se résumant à pouvoir participer aux coopérations engagées à propos du Grand Paris et de l’Axe Seine (Brennetot et al., 2013a). Cette tendance à focaliser le regard sur le seul périmètre de la Haute-Normandie tient à la conscience, répandue chez les élus de cette Région, des spécificités du couple que forment l’Eure et la Seine-Maritime vis-à-vis du Calvados, de la Manche et de l’Orne, départements souvent considérés comme plus ruraux, moins industriels, moins prospères, voire plus isolés et moins bien reliés à l’agglomération parisienne. Si elles renvoient à des trajectoires historiques effectivement différentes, ces représentations correspondent à une réalité en partie révolue et remise en cause par les grandes transformations des dernières décennies, marquant un dynamisme démographique et économique plus fort en Basse qu’en Haute-Normandie. L’accent mis sur l’hétérogénéité des départements normands sert pourtant d’arguments récurrents aux représentants hauts-normands pour justifier tout refus d’une éventuelle fusion des deux Régions. En octobre 2013, le nouveau président de la Région Haute-Normandie, N. Mayer-Rossignol (PS), a d’ailleurs repris à son compte le thème de la division naturelle de la Normandie : « Ce n’est pas la majorité des gens qui viennent me dire qu’il faut absolument réunifier ou unifier, puisque d’ailleurs là-dessus il y a un petit débat aussi, la Haute-Normandie et la Basse-Normandie. Quand vous allez au Tréport, les problématiques du Mont-Saint-Michel, ce n’est pas exactement la première de leurs préoccupations et inversement quand vous allez à Avranches, les problématiques de Gournay-en-Bray, ce n’est pas exactement leurs préoccupations non plus » (76actu, 16/10/2013).

27L’enquête montre également que les élus bas-normands ont tendance à davantage élargir leur région en direction de la France de l’Ouest (Bretagne, Pays-de-la-Loire, Manche) tandis que les élus hauts-normands sont plus nombreux à privilégier le Bassin-Parisien (Picardie, Île-de-France). Les noms donnés à ces grandes régions révèlent également un écart, entre des élus bas-normands qui s’identifient davantage au  « Grand Ouest », alors que les élus hauts-normands sont relativement plus nombreux à mentionner l’ouverture maritime sur la  « Manche » (documents 12 et 13).

Document 12. Toponymes proposés par les élus de Haute Normandie

Document 12. Toponymes proposés par les élus de Haute Normandie

Brennetot, De Ruffray, 2014

Document 13. Toponymes proposés par les élus de Basse-Normandie

Document 13. Toponymes proposés par les élus de Basse-Normandie

Brennetot, De Ruffray, 2014

28Malgré ces divergences entre élus de Haute et de Basse-Normandie, le décalage entre la réalité du découpage régional institutionnel et l’espace politique vécu par les élus locaux révèle l’ambiguïté qui colle à la notion de région ; l’institutionnalisation de deux Régions, Haute-Normandie et Basse-Normandie, ne suffisant manifestement pas à effacer la figure sous-jacente d’une région normande unifiée dans l’imaginaire politique local. Il en résulte une situation dans laquelle l’identité régionale paraît notablement confuse, ce que confirme d’ailleurs le vocabulaire utilisé par les élus ayant répondu au questionnaire pour caractériser leur « région » (document 14). Les mots employés laissent en effet transparaître un univers lexical renvoyant aussi bien à des attributs culturels (historique, culturelle, terroir), naturels (mer, maritime, littoral, verdoyante, nature) qu’à des activités économiques (agriculture, industrielle, touristique). L’idée que la « région » puisse correspondre à un acteur politique est complètement occultée par les élus eux-mêmes ! Rien n’est dit par exemple des compétences ou du rôle des Régions en matière d’aménagement du territoire. Les qualités unanimement positives reconnues à la région (dynamisme, équilibrée, ouverture, unité, cohésion) produisent une image consensuelle mais sans que les Conseils régionaux n’apparaissent jamais comme des acteurs publics associés à ces qualités.

Document 14 - Le vocabulaire des noms associés au toponyme « Normandie » par les élus locaux

Document 14 - Le vocabulaire des noms associés au toponyme « Normandie » par les élus locaux

Brennetot, De Ruffray, 2014

  • 9 Ces proportions paraissent d’autant plus élevées que le répondant a une chance sur deux de trouver (...)
  • 10 Pour la France, ce taux d’erreur s’établit à 24 %

29Ces résultats obtenus à propos d’un échantillon d’élus locaux normands recoupent en partie les données fournies à l’occasion d’une enquête de notoriété réalisée en 2009 par l’Institut de sondage LH2 à propos de l’électorat normand : à l’époque, 78 % des citoyens haut-normands et 85 % des Bas-Normands interrogés n’étaient pas en mesure de citer le nom de leur président de Région. 35 % des premiers ignoraient même totalement qu’Alain Le Vern (PS) présidait la Région Haute-Normandie depuis 1998. En Basse-Normandie, cette proportion s’élevait à 44 %, Laurent Beauvais (PS) ayant pris son poste en 2008 pour succéder, en cours de mandat, à Philippe Duron (PS). Plus troublant encore, 27 % des Hauts-normands sondés et 36 % des Bas-normands pensaient, quelques semaines avant les élections régionales de 2010, que leur conseil régional était dirigé par un parti de droite alors que la gauche était pourtant au pouvoir !9 Une telle ignorance en dit long sur la faible prégnance des institutions régionales actuelles auprès des populations locales. Cette situation, plus accentuée en Normandie que dans les autres Régions françaises10, s’explique sans doute en partie par le fait que Haute et Basse-Normandie demeurent des entités politiques mal identifiées et peu reconnues, aussi bien par les citoyens que par les élus locaux.

30 Pour remédier à cette situation, de nombreux observateurs de la vie publique préconisent depuis longtemps une fusion des deux Régions normandes invoquant la nécessité de mieux faire correspondre les cadres institutionnels et les imaginaires collectifs. Une telle perspective entre cependant en contradiction avec d’autres représentations géopolitiques, plus favorables au maintien du statu quo.

Géopolitique d’une « réunification » impossible ?

Le « blocage normand »11

  • 11 Procureur, 2008.

31La fusion des deux Régions normandes fait partie des modifications du cadre régional parmi les plus anciennes et les plus fréquemment suggérées. Les arguments en faveur d’un tel rapprochement sont divers. Pour les uns, il s’agirait de faire renaître l’ancienne Normandie. Minoritaires, ces « normannistes » (Jouet, 2004) recyclent alors un dis­cours provincialiste élaboré depuis la fin du XVIIIe siècle (Guillet, 2000, Boutin, 2003). Un deuxième courant d’idées, plus important, voit dans l’union de la Normandie une opportunité pour favoriser le rayonnement de la Normandie et mieux faire face aux défis de la compétition géoéconomique internationale (mutualisation des forces en matière d’investissement, de lobbying ou de mise en synergie des acteurs, économies d’échelles dans le fonctionnement administratif, optimisation du potentiel en matière d’image, de marketing et de promotion territoriale). D’autres mettent en avant la nécessité de mettre à profit la Normandie comme référentiel politique susceptible de faciliter l’appropriation démocratique des enjeux politiques régionaux par les populations locales. Les motifs invoqués pour justifier des modifications du découpage actuel ne manquent donc pas mais ils sont aussi fort variés, structurés par l’indétermination conceptuelle et politique qui caractérise, en France, la notion de région (Greilsammer, 1975, Thisse, 1997).

32Avortée dans les années 1970, l’idée de fondre les cinq départements normands dans une seule Région revient pourtant de façon insistante dans le débat public. La fusion des conseils régionaux normands est réclamée de façon récurrente par des acteurs divers. À la fin des années 1990, une proposition de loi en faveur de la « réunification » de la Normandie est déposée par Hervé Morin, alors député UDF de l’Eure. Sans succès, cette initiative débouche sur la création en 2000 de l’Association pour la Réunification de la Normandie puis, en 2006, sur le « serment d’Épaignes » signé par une douzaine de parlementaires centristes. Parallèlement, plusieurs associations citoyennes de diverses tendances politiques créées au cours des années 2000 viennent compléter l’action du Mouvement normand. Plusieurs acteurs passent à l’action en s’organisant à l’échelle de la Normandie tout entière : après la création d’un Comité Régional du Tourisme normand en 1987, on assiste également à la création d’un Pôle Universitaire Normand (1998), d’un Établissement Public Foncier Normand (2004) mais aussi à la fusion des Caisses d’Épargne en 2009 puis à celle des deux Chambres Régionales de Commerce et d’Industrie prévue pour 2016.

33La fusion des deux Régions se heurte pourtant à de puissants obstacles. Si les divers sondages réalisés auprès des populations depuis une quinzaine d’années indiquent une opinion majoritairement favorable à l’éventualité d’une fusion des deux Régions, un tel soutien ne débouche cependant jamais sur une véritable mobilisation populaire, capable de constituer une force politique régionale. En 2004, si certains candidats centristes parviennent à imposer le thème de la « réunification » dans la campagne pour les élections régionales, la faiblesse des scores obtenus par leur liste au cours du scrutin témoigne du fait qu’il ne s’agit pas, pour les populations, d’une préoccupation décisive. Ce manque d’adhésion des populations en faveur de la « réunification » tient aussi à une certaine tendance à se reconnaître davantage dans des « pays » (Auge, Bray, Caux, Cotentin) plutôt que dans une entité d’échelle régionale (Brennetot et al., 2012).

34La recomposition des forces politiques n’a pas non plus joué en faveur de la fusion des deux Régions. Si les barons centristes qui contrôlaient la Normandie au cours des années 1970, Jean Lecanuet à Rouen et Michel d’Ornano à Deauville, avaient échoué à surmonter leurs divergences d’intérêt, on constate que le basculement à gauche, survenu en 1998 pour la Haute-Normandie puis en 2004 pour la Basse-Normandie, n’a pas davantage permis de débloquer la situation. La principale raison de cet empêchement politique tient à l’hostilité, farouche mais jamais ouvertement assumée, de Laurent Fabius et, à travers lui, de la Fédération socialiste de Haute-Normandie qu’il contrôle, vis-à-vis de toute fusion avec la Basse-Normandie. Ainsi, à partir de 1998, année où il devient président du Conseil Régional de Haute-Normandie, le « fabiusien » Alain Le Vern (PS) s’est employé à éviter soigneusement tout rapprochement avec la Basse-Normandie : l’argument en faveur de simples coopérations au cas par cas (la « politique des petits pas ») est alors avancé régulièrement pour justifier l’absence de nécessité de toute refonte du cadre territorial. Cette réticence s’explique aussi par la crainte des élus socialistes hauts-normands de voir le statut de capitale d’une Normandie unifiée échapper à Rouen. Une telle crainte résulte de l’absence de véritable leadership urbain, couplée à une longue tradition de rivalités entre élites économiques et politiques des différentes agglomérations, opposant Caen, Rouen et Le Havre. La crispation sur le choix de la capitale sert à justifier l’idée que toute fusion est aussi inutile qu’illusoire. À cette rivalité géopolitique entre Caen et Rouen s’ajoute la conviction que la Haute-Normandie n’aurait pas intérêt à se rapprocher de la Basse-Normandie, considérée comme une petite région agricole, mais plutôt avec la Picardie et, surtout, avec la puissante Île-de-France. S’ajoutent sans doute à ces enjeux des considérations plus électorales, une unification des deux Régions pouvant entraîner une dilution du poids des bastions socialistes dans une Normandie élargie.

35Les signes d’ouverture lancés depuis plusieurs années par les présidents socialistes du Conseil Régional de Basse-Normandie, Philippe Duron puis Laurent Beauvais, en faveur d’une union des deux Régions sont ainsi systématiquement ignorés par les élus socialistes hauts-normands, de même que les conclusions favorables contenues dans les divers rapports commandés par les conseils régionaux eux-mêmes (CESR, 2005, Edater Ineum Consulting, 2008) ou les diverses invitations à débattre lancées par la société civile (Brennetot et al., 2012). La défense de leurs intérêts géopolitiques conduit ainsi les leaders socialistes hauts-normands à défendre les périmètres régionaux dessinés et, ce faisant, à adopter une position d’immobilisme territorial. On se trouve dans une situation de « path dependancy » décrite par T. Procureur (2008) : la crainte de perdre les avantages acquis dans un état territorial donné pousse les acteurs locaux à bloquer et à refuser tout changement.

Vers un déblocage ?

36Dans une situation qui aurait pu paraître irrémédiablement figée par la force d’inertie des intérêts géopolitiques en présence, plusieurs événements récents laissent entrevoir la possibilité d’importantes évolutions. La démission inopinée, en septembre 2013, d’A. Le Vern (PS) de la tête du Conseil régional de Haute-Normandie a entraîné l’élection d’un nouveau président, N. Mayer-Rossignol (PS), appartenant aux réseaux fabiusiens. Répondant aux interrogations des médias consécutives à sa prise de fonction, le nouveau chef de l’exécutif haut-normand a repris à son compte les réticences exprimées par son prédécesseur concernant toute fusion des deux Régions normandes : « Ce n’est pas parce qu’il y a Normandie dans deux noms qu’elles [ndlr les Régions] sont forcément totalement complémentaires » (RMC, 15 janvier 2014).

37C’est dans ce contexte que le président François Hollande, dans une conférence de presse donnée le 14 janvier 2014, a annoncé son souhait de réduire le nombre de Régions. Il reprend alors une idée avancée en 2009 dans le rapport remis par l’ancien Premier ministre É. Balladur sur la réforme des Collectivités locales. Réagissant à la proposition du président de la République, le nouveau chef de l’exécutif haut-normand N. Mayer-Rossignol réaffirme la crainte d’une fusion qui se ferait au désavantage des intérêts géopolitiques rouennais :

« Un éventuel rapprochement institutionnel entre les deux Régions normandes supposerait que quelques conditions de bon sens soient remplies : il ne devrait pas conduire à une augmentation d'impôts ni à une réduction des services publics dans les territoires ; les citoyens devraient être consultés par référendum ; et naturellement, la capitale ne pourrait être que Rouen, seule métropole du Nord-Ouest de la France entre Lille et Rennes » (Tendance Ouest, 15 janvier 2014).

38De son côté, L. Beauvais, président PS du Conseil régional de Basse-Normandie, continue à défendre ouvertement l’unification des deux régions normandes, regrettant que l’État ne vienne pas mettre fin aux forces centrifuges locales :

« Je suis partant depuis longtemps, je suis réunificateur depuis tant d’années mais je vois les obstacles et s’il n’y a pas une volonté politique nationale, on n’avancera pas. (…) J’attends que le gouvernement nous donne des moyens pour passer dans cette phase d’organisation. Si le gouvernement nous explique que la loi peut simplifier les fusions de Régions, s’il y a un bonus comme l’indique Bernard Cazeneuve pour celles qui coopèrent et se regroupent, là il ouvrira un champ nouveau. S’il n’y a pas d’accompagnement, il ne se passera rien » (Tendances Ouest, 15/01/2014).

39Ainsi, selon lui, les réticences des socialistes hauts-normands ne pourraient être surmontées que par une intervention plus volontariste de l’État et par la création de mesures incitatives.

40Quelques mois plus tard, le nouveau chef du gouvernement, Manuel Valls, a repris à son compte l’idée de « réduire de moitié le nombre de régions dans l’hexagone » (8 avril 2014). Comprenant que la Haute-Normandie ne pourrait plus constituer une Région à part entière et qu’une fusion avec la Basse-Normandie devenait incontournable, les élus socialistes hauts-normands proposent la fusion des deux Régions normandes et de la Picardie afin de constituer un ensemble puissant au Nord-Ouest de Paris mais sans doute aussi, sans que cela soit dit ouvertement, afin de positionner Rouen au centre de la future Région et de faciliter son choix comme capitale, contre Caen et Amiens. Le rapprochement avec le Nord-Pas-de-Calais est même un temps évoqué. C’est dans ce contexte que, le 3 juin 2014, la présidence de la République fait connaître une proposition de nouvelle carte comportant quatorze Régions prévoyant, en particulier, la fusion de la Haute-Normandie et de la Basse-Normandie.

41Face aux défis proposés par la nouvelle carte régionale, une première typologie des réactions des élus peut être dessinée (document 15), en fonction des mandats exécutifs exercés et des appartenances politiques illustrant le caractère atypique de la Normandie dans le débat national. Elle montre une certaine unanimité du positionnement en faveur de la fusion des deux régions normandes avec, pour certains élus, un changement d’opinion spectaculaire sans doute imposée par sa participation au gouvernement pour Laurent Fabius ou des réticences qui correspondent à un simple positionnement de leader d’opposition pour Bruno Le Maire.

Document 15. Typologie des réactions médiatiques d’élus normands

Document 15. Typologie des réactions médiatiques d’élus normands

Brennetot, De Ruffray, 2014

Conclusion

42Le cas de la Normandie est emblématique de la situation profondément ambiguë dans laquelle se trouvent aujourd’hui les Régions françaises, alimentant des débats aussi récurrents qu’impuissants sur la nécessité d’une refonte du maillage régional. En France, l’idée de régionalisation s’est développée dans un contexte de confusion idéologique ancienne, liée à la variété des formes de courants de pensée politique qui ont présidé à la création des régions (Pasquier, 2012). Au-delà de cette diversité, les découpages régionaux français montrent certaines lignes de fractures récurrentes et des ensembles régionaux plus ou moins stables. Ainsi, certaines entités régulièrement proposées par les régionalistes ne correspondant pas aux Régions de 1956 (la Normandie unifiée, la Bretagne à cinq départements, la Bourgogne élargie à la Franche-Comté). Le débat parlementaire actuel et les éventuelles modifications qui seront introduites montreront la capacité des pouvoirs publics à adapter la structure territoriale des Régions aux évolutions de l’opinion publique et à corriger certains choix antérieurs. Refondre le périmètre des régions françaises, comme le suggèrent de nombreux responsables politiques, implique toute une réflexion sur les enjeux spatiaux : la cohérence entre les périmètres et les objectifs de la régionalisation ;  un équilibre entre unité et diversité des entités régionales, le choix des métropoles.

  • 12 Cette question a été approfondie par deux bulletins intitulés « Une métropole à inventer » et rédig (...)

43Dans l’exemple normand, un des obstacles majeurs à la réforme régionale et à la simplification territoriale, tient dans le choix d’une future capitale régionale12 Le problème difficile en soi est relancé par le phénomène de métropolisation et de ses effets particuliers en Normandie. La métropole normande reste à inventer puisqu’aucune des trois principales agglomérations (Caen, Le Havre ou Rouen), prise isolément, ne constitue une métropole en tant que telle (Brennetot, 2013b). La configuration particulière de ce tryptique souligne les atouts et les faiblesses actuels, distantes de moins d’une heure les unes des autres et un couloir quasi urbanisé. Les trois grandes villes peuvent se compléter en jouant sur les proximités internes et externes notamment vis-à-vis de la métropole parisienne.

44De plus, la réforme régionale avec la fusion de la Normandie suppose un large débat démocratique, capable de mettre en évidence tous les atouts mais aussi de permettre la construction d’un véritable projet. C’est à ce prix que le cadre régional pourra être véritablement réformé. Sans cela, on peut craindre que les réticences géopolitiques ne conduisent ou bien à des frustrations durables ou bien à l’inertie territoriale si souvent observée depuis le début de la Vème République.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ANONYME, 1791, Atlas national des 83 départements, Paris, le Vachez.

ANTOINE S., 1960, « Les régions de programme et la géographie administrative française», La Revue administrative, vol. 13, n° 76, p. 357-362.

ANTOINE S, 2004, « L’homme qui a dessiné les régions », L’Express, n° 2750, p. 56-61.

BANCAL J., 1945, Les circonscriptions administratives de la France, leurs origines, leur avenir. Contribution à l’étude de la géographie administrative, Paris, Sirey.

BARRAQUE B., 1992, « Région, régionalismes et aménagement », Strates, n° 6, mis en ligne le 22 novembre 2007, Consulté le 12 février 2014. URL : http://strates.revues.org/3523.

BAZOCHE M., 2008, Département ou région? Les réformes territoriales de Fénelon à Jacques Attali, Paris, L’Harmattan.

BOURJOL M., 1969, Les Institutions régionales de 1789 à nos jours, Paris, Berger-Levrault.

BOUTIN C., ROUVILLOIS F., 2003, Décentraliser en France, Idéologies, Histoire Et Prospective, Paris, F.-X. De Guibert

BRENNETOT A., BUSSI M., GUERMOND, 2013a, « Le Grand Paris et l’axe Seine », Métropoles, n° 13, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 13 février 2014. URL : http://metropoles.revues.org/4788.

BRENNETOT A., 2013b, « La Normandie, une région sans métropole », Études normandes, vol. 62, n° 2, p. 107-120.

BRENNETOT A., BROCARD M., BULÉON P., BUSSI M., ÉMANGARD P.-H., FIXOT A.-M., FRÉMONT A., GAY F., GUERMOND Y., HÉRIN R., LECOQUIERRE B., RUFFRAY S., 2012, La Normandie en débat, Bayeux, OREP Editions.

BRENNETOT A., 2010a, « De la faiblesse de la démocratie dans les régions françaises », Études normandes, n° 4, 10 p.

BRENNETOT A., 2010b, « Unir la Normandie ? Raisons et limites d’une ambition », Études normandes, n° 1, p. 27-40.

BRUNET R., 1997, « Territoires : l’art de la découpe », Revue de géographie de Lyon, vol. 72, n°3.

BRUNET R., 1993, « Réflexion sur la région, treize ans après », EspacesTemps Les Cahiers n°52-53, Les apories du territoire. Espaces, couper/coller, 1993, p. 70-71.

CESR Basse-Normandie et Haute-Normandie, 2005, Coopération ou fusion entre la haute et la Basse-Normandie, Avantages et inconvénients d’une évolution des limites administratives et de coopérations renforcées, 42 p.

CHARLES-BRUN J., 1911 (rééd. 2004), Le régionalisme, Paris, CTHS.

Conseil régional de Basse-Normandie, 2007, Schéma Régional d’Aménagement et de Développement du Territoire, Caen, 2 volumes et annexes.

DAMETTE F., 1968, Le Territoire français et son aménagement, Paris, Éditions sociales.

DEFERRE G., 1965, Un Nouvel horizon, Paris, Gallimard.

DEMANGEON A., 1905, La Picardie et les régions voisines, Paris, Armand Colin.

DURRIEU Y., 1969, Régionaliser la France, Paris, Mercure de France.

EDATER, INEUM CONSULTING, 2008, Évaluation des effets d’une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie, Rapport remis au Conseil Régional de Haute-Normandie, 210 p.

FLORY T., 1966, Le Mouvement Régionaliste français, Paris, PUF.

FRÉMONT A., 1972, « La région : essai sur l’espace vécu », dans Le Pensée géographique française contemporaine, Mélanges offerts au professeur A. Meynier, Saint-Brieuc, Presses universitaires de Bretagne, p. 663-678.

FOUGEYROLLAS P., 1968, Pour une France fédérale, Paris, Denoël.

GRAS C., LIVET G., 1977, Régions et régionalisme en France, du XVIIIème siècle à nos jours, Paris, PUF.

GRASLAND C., 1998, « Les maillages territoriaux : niveaux d’observation ou niveaux d’organisation », Actes des entretiens J. Cartier, in Les découpages du territoire, INSEE-METHODES, n° 76-77-78, pp. 115-132.

GRAVIER J.-F., 1970, La question régionale, Paris, Flammarion.

GRAVIER J.-F., 1964, L’Aménagement du territoire et l’avenir des régions françaises, Paris, Flammarion.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GRAVIER J.-F., 1956, « Organisation territoriale et expansion régionale », Revue française de science politique, t. 6, n° 2, p. 291-300.
DOI : 10.3406/rfsp.1956.402690

GRAVIER J.-F., 1949, Mise en valeur de la France, Paris, Le Portulan.

GRAVIER J.-F., 1947 (et rééd., 1958), Paris et le désert français, Paris, Le Portulan.

GRAVIER J.-F., 1942, Régions et nation, Paris, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GREILSAMMER I., 1975, “The Ideological Basis of French Regionalism”, Publius: The Journal of Federalism, vol. 5, n° 3, p. 83-100.
DOI : 10.2307/3329450

GUICHARD O., 1976, Vivre ensemble, Rapport de la Commission de développement des responsabilités locales, Paris, Commission de développement des responsabilités locales.

GUILLET F., 2000, Naissance de la Normandie, Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie, Fédération des Sociétés Historiques et archéologiques de Normandie.

HAUSER H., 1924, Le problème du régionalisme. L'organisation gouvernementale française pendant la guerre, Paris, PUF.

HULBERT F., 2011, Le Pouvoir aux Régions, La Reconstruction Géopolitique du Territoire Français, Paris, L’Harmattan.

ISARD W., 1960, Methods of Regional Analysis, an Introduction to Regional Science, Cambridge, New York, Massachusetts Institute of Technology and Wiley.

JOUET R., 2004, Et la Normandie devint française, Cully, Orep.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

JUILLARD É., 1962, « La région : essai de définition », Annales de Géographie, n° 387, p. 483-499.
DOI : 10.3406/geo.1962.16260

KUISEL R., 1984, Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard.

LAURENT L., 2011, Petits départements et grandes régions, Paris, L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LABASSE J., 1960, « La portée géographique des programmes d'action régionale français », Les Annales de Géographie, vol. 69, n° 374, p. 371-393.
DOI : 10.3406/geo.1960.14682

LH2, 2009, « La Notoriété des présidents de conseils régionaux », sondage publié le 23 décembre 2009, réalisé en partenariat avec la presse régionale et France Bleu.

MASSON J.-L., 1990, Provinces, Départements, Régions, Paris, Lanore.

MENDÈS-France P., 1962, La République moderne, Paris, Gallimard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MERCIER G., 2001, « Entre science et patrie : Lecture du régionalisme de Paul Vidal de la Blache », Cahiers de géographie du Québec, vol. 45, n° 126, p. 389-412.
DOI : 10.7202/023000ar

MIOSSEC J.-F., 2008, Géohistoire de la régionalisation en France, L’horizon régional, Paris, PUF.

OHNET J.-M., 1995, Histoire de la décentralisation française, Paris, Livre de poche.

PASQUIER R., 2012, Le pouvoir régional, Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France, Paris, Presses de Sciences-Po.

PERROUX F., 1961, L’Économie du XXe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

PROCUREUR T., 2008, Le blocage normand ou la mise à l'agenda de la  « réunification » normande, Rennes, IEP de Rennes, Mémoire de master 2 sous la dir. de R. Pasquier.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

THISSE J.-F., 1997, De l’indétermination des régions et de quelques inconvénients qui en résultent, L’espace Géographique, 2, p. 135-148.
DOI : 10.3406/spgeo.1997.1064

VIDAL DE LA BLACHE P., 1910, « Régions françaises », Revue de Paris, 6, p. 821-849.

WRIGHT J., 2003, The Regionalist Movement in France, 1890-1914, Jean Charles-Brun and French Political Thought, Oxford, Clarendon.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, on notera « Régions » les collectivités régionales créées par le législateur au cours des différentes réformes depuis 1960 et « régions » l’ensemble des subdivisions d’échelle supra-départementale imaginées ou instaurées depuis la Révolution française par les pouvoirs publics ou par la société civile.

2 P. Vidal de la Blache peut aussi être considéré comme le précurseur de ce courant : dans son article sur Les Régions françaises (1910), il inaugure une façon de penser la région autour de ce qu’il nomme des « nodalités » urbaines et la « vie de relation ».

3 Le terme « région » est d’ailleurs utilisé avant la Révolution française. En 1780, le géographe du roi Robert de Hesseln propose par exemple un découpage du royaume en neuf entités qu’il nomme « régions ».

4 Raudot (1851), Béchard (1851), A. Comte (1854), F. Le Play (1864), Fournier de Flaix (1869), Hervé-Bazin (1886), Hovelacque (1890), Lanjuinais (1895), Lepelletier (1896), Cornudet, Lockroy (1896), Foncin (1898), Ramel, Mackau (1898), Martin, Chassaing (1901), Sortais (1902), Cordier-Joly (1903), Sentupéry (1903), Royal (1906), Barré (1906), La Tour du Pin, Chambly (1906), Sortais (1907), Mazel (1907), Lhuillier (1907), Ruffin (1908), Vidal de la Blache (1910), Charles-Brun (1912), Rognon (1916), circulaire Clémentel (1917), Hennessy (1918), Genoux (1919), Le Conte (1926), Boucheron (1938), Romier (1941), Plan de la division de la France en provinces, Conseil National (1941), Gravier (1942), Debré (1946), Gravier (1947), Gravier (1949), Bruyneel (1952), Billères-Médecin (1954), Gravier (1958), Labasse (1960), régions socio-économiques de la CEE (1961), secteurs d’orientation de la DATAR (1962), ZEAT (1964), Gravier (1964), Fougeyrollas (1968), DATAR (2, 1968), Damette (1969), Durrieu (2, 1969), Masson (1989). Pour réunir ces propositions de découpages, plusieurs sources ont été utilisées : Bancal, 1945, Bazoche, 2008, Bourjol, 1969, Charles-Brun, 1911, Flory, 1966, Laurent, 2011, Masson, 1990, Miossec, 2008.

5 La création des circonscriptions d’action régionale en 1960 s’accompagne de la fusion des Régions Rhône et Alpes, du rattachement des départements des Pyrénées Orientales au Languedoc-Roussillon et des Pyrénées-Atlantiques à l’Aquitaine. La Corse est détachée de la Région Provence-Côte d'Azur en 1970.

6 Cette enquête a été réalisée dans le cadre du projet « NorMONdie », labellisé par le Grand Réseau de Recherche de la Haute-Normandie « culture et sociétés en Normandie » (2009-2011).

7 Bien que cette enquête ait été financée par la Région Haute-Normandie et malgré trois relances, 108 réponses ont été obtenues et parmi elles, seuls huit élus régionaux haut-normands (sur 49) et deux bas-normands (sur 46) ont accepté de répondre au questionnaire.

8 Ce préambule figure dans la première version provisoire publiée en 2006 mais a été retiré dans la seconde version, diffusée en 2009, la présidence du Conseil Régional de Haute-Normandie ne voulant pas alors laisser entendre qu’une fusion avec la Basse-Normandie serait envisageable. Cette réticence a, par la suite, été confirmée par les déclarations du président du conseil régional de l’époque, Alain Le Vern, invité dans le cadre de la campagne pour les élections régionales de 2010 à s’exprimer sur l’opportunité éventuelle de rapprocher ou de réunir les deux Régions : « nous, on ne fait pas de l’art sur une carte de géographie » (Drakkar Online, site du réseau des CCI de Normandie, 26 juin 2009)

9 Ces proportions paraissent d’autant plus élevées que le répondant a une chance sur deux de trouver la bonne réponse au hasard.

10 Pour la France, ce taux d’erreur s’établit à 24 %

11 Procureur, 2008.

12 Cette question a été approfondie par deux bulletins intitulés « Une métropole à inventer » et rédigés par quinze géographes normandes des universités de Caen, du Havre et de Rouen consultables à l’adresse http:// www.umr-idees.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 – Les départements normands dans les regroupements régionaux de l’Atlas national (1791)
Crédits Source : Atlas national, 1791.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-1.png
Fichier image/png, 349k
Titre Document 2 – Les départements normands au sein des différents découpages en régions militaires
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Document 3 – Superposition cartographique des découpages régionaux proposés spontanément par les partisans de la régionalisation entre 1851 et 1989
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-3.png
Fichier image/png, 416k
Titre Document 4 - Les hésitations de Jean-François Gravier à propos de la régionalisation en Normandie
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-4.png
Fichier image/png, 595k
Titre Document 5. Echantillon des communes enquêtées pour les cinq départements
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-5.png
Fichier image/png, 28k
Titre Document 6. Répartition des élus enquêtés exhaustivement
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-6.png
Fichier image/png, 18k
Titre Document 7 – Noms donnés à leur « région » par les élus interrogés
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-7.png
Fichier image/png, 108k
Titre Document 8. Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus normands
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-8.png
Fichier image/png, 389k
Titre Document 9 : Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus de Basse Normandie
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-9.png
Fichier image/png, 411k
Titre Document 10 : Délimitation idéale de l’espace de gouvernance selon les élus de Haute Normandie
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-10.png
Fichier image/png, 406k
Titre Document 11. La carte au service de la réflexion interterritoriale : le point de vue du Conseil régional de Basse-Normandie
Crédits Région Basse-Normandie, SRADT de Basse de Normandie, 2008, p. 63
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-11.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Document 12. Toponymes proposés par les élus de Haute Normandie
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-12.png
Fichier image/png, 60k
Titre Document 13. Toponymes proposés par les élus de Basse-Normandie
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-13.png
Fichier image/png, 58k
Titre Document 14 - Le vocabulaire des noms associés au toponyme « Normandie » par les élus locaux
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-14.png
Fichier image/png, 448k
Titre Document 15. Typologie des réactions médiatiques d’élus normands
Crédits Brennetot, De Ruffray, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3150/img-15.png
Fichier image/png, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud BRENNETOT et Sophie DE RUFFRAY, « La Région : une notion ambigüe saisie à travers le cas normand », L’Espace Politique [En ligne], 23 | 2014-2, mis en ligne le 10 juillet 2014, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/3150 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3150

Haut de page

Auteurs

Arnaud BRENNETOT

Maître de conférences en géographie
UMR 6266 IDEES - Université de Rouen
a.brennetot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Sophie DE RUFFRAY

Professeur des Universités
UMR 6266 IDEES - Université de Rouen
sophie.deruffray@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org