Navigation – Plan du site

Robert D. Kaplan – La revanche de la géographie. Ce que les cartes nous disent des conflits à venir

Paris, Editions du Toucan, 2014
André-Louis Sanguin
Référence(s) :

Robert D. Kaplan, La revanche de la géographie. Ce que les cartes nous disent des conflits à venir, Paris, Editions du Toucan, 2014

Texte intégral

  • 1 KAPLAN, Robert D., The Revenge of Geography. What the Map Tells Us about Coming Conflicts and the B (...)

1Ce gros ouvrage de 528 pages représente la traduction française de la version originale parue aux Etats-Unis en 2012 sous le titre The Revenge of Geography. What the Map Tells us about Coming Conflicts and the Battle against Fate1.

  • 2 KAPLAN, Robert D., «The Revenge of Geography», Foreign Policy, May/June 2009, pp. 96 & 98-105.
  • 3 MORISSEY, John, DALBY, Simon, KEARNS, Gerry & Gerard TOAL, « Geography Writes Back: Response to Kap (...)
  • 4 FALL, Juliet, «The Revenge of Geography? What the Chaps Tell Us about Coming Conflicts and Their Ow (...)

2D’emblée, deux précisions s’avèrent nécessaires. D’une part, le titre restitué en français parle des cartes et non de la carte, tout en omettant la seconde partie du sous-titre, à savoir la lutte contre le destin. D’autre part, cette traduction ignore la réédition anglaise de 2013 où figure une importante postface de l’auteur intitulée Frontiers Replace Borders qui aurait mérité de figurer dans l’édition française de 2014. Pour le bénéfice des lecteurs francophones, on aurait également souhaité la présence d’une solide introduction proposée par un spécialiste au fait de ces questions. Cela aurait permis de découvrir deux aspects essentiels. Premièrement, dès avant la parution de l’édition originale de 2012, Kaplan avait publié un article éponyme en 2009 dans la revue américaine Foreign Policy2. Deuxièmement, la publication de cet article qui se voulait le prologue de l’ouvrage de 2012, déclencha immédiatement un tir nourri de critiques de la part des leaders de l’école anglo-saxonne de géopolitique critique, regroupés autour de Gerard Toal3. Dès la parution du livre en 2012, ces critiques redoublèrent4.

  • 5 O’BRIEN, Richard, Global Financial Integration: The End of Geography, London, Pinter Publishers, 19 (...)

3Pour comprendre le contenu de ce livre et la polémique qui a entouré sa parution, il convient de considérer deux éléments centraux. D’une part, Kaplan voulait apporter une réponse à la théorie de la fin de la géographie et à la théorie du monde plat, déclinées successivement entre 1992 et 2005 par O’Brien, Greig et Friedman5. D’autre part, il faut préciser que l’auteur n’est pas un géographe ou un politologue de rang universitaire. Editorialiste au mensuel de Washington The Atlantic, Kaplan est aussi membre du think-tank Center for a New American Security. Il a été professeur à l’Académie Navale d’Annapolis et membre du Conseil de Défense des Etats-Unis de 2009 à 2011. La CIA et le Pentagone le consultent régulièrement. Bref, il fait partie de ces géopoliticiens professionnels, prospères aux Etats-Unis, qui participent régulièrement aux affaires internationales et en commentent la pratique. Disposant de ressources institutionnelles et culturelles, ces intellectuels spécialistes du statecraft (l’art de gouvernement) livrent des arguments géopolitiques particuliers, d’une manière informée et avec autorité.

  • 6 MACKINDER, Halford, Democratic Ideals and Reality, A Study in the Politics of Reconstruction, Londo (...)

4Dans son livre, Kaplan veut remettre à l’honneur une ancienne vérité : de l’Egypte des pharaons jusqu’au Printemps arabe de 2011, la géographie a été le facteur central du destin des nations. Cela constitue le fil rouge conducteur de tout l’ouvrage. En d’autres mots, la géographie demeure aujourd’hui, comme elle l’a été tout au long de l’histoire, l’un des plus puissants conducteurs des événements mondiaux. Pour Kaplan, le XXIème siècle ne voit pas la fin de l’histoire mais le retour de l’histoire et la géographie analyse de vieilles lignes de fractures politiques qui sont en train de réémerger. Les configurations géographiques de la planète, autant que les idéologies et les religions concurrentes, façonnent les conflits humains. Kaplan va plus loin : le monde n’est pas plat et les dirigeants politiques qui ignorent la géographie la redécouvrent par la suite à leurs risques et périls. Kaplan affine son argumentaire : dans les affaires internationales, une attention appropriée portée à la géographie mène au réalisme et au pragmatisme. Kaplan revisite donc la théorie de Sir Halford Mackinder (1861-1947) développée dans son ouvrage Democratic Ideals and Reality (1919) qui se voulait une sorte d’avertissement aux concepteurs du Traité de Versailles et des traités associés en proposant une leçon de réalisme géographique dans la mesure où il contrebalançait les idées jugées utopiques du président Woodrow Wilson et des créateurs de la Société des Nations. Voilà pourquoi Mackinder estimait que les idéaux démocratiques (democratic ideals) jouaient à contre-emploi face aux dures réalités géographiques (reality). Mackinder pensait que les appels à l’universalisme et à l’égalité des nations étaient futiles pour la simple raison que l’accès à l’espace et aux ressources naturelles est inégal parmi les nations6. Kaplan reprend vigoureusement à son compte ce postulat pour en faire la ligne directrice récurrente de son livre en estimant qu’un pur idéalisme peut amener des conséquences inattendues et indésirables en l’absence d’un réalisme géographique.

5Selon Kaplan, le réalisme géographique, c’est reconnaître et accepter les forces contraignant l’action humaine, à savoir la culture, la tradition, l’histoire ainsi que les courants les plus lugubres des passions humaines toujours sous-jacentes sous le vernis de la civilisation. Dans cette optique, se pose une question fondamentale dans les affaires internationales : qui peut contraindre qui ? Aussi Kaplan estime-t-il que, de toutes les vérités désagréables dans lequel le réalisme est enraciné, la plus brusque, la plus inconfortable et la plus déterminante de toutes, c’est la géographie. L’auteur reconnaît qu’accepter les conditions et les limitations imposées par la géographie est spécialement difficile pour les Américains qui aiment croire qu’aucune contrainte naturelle ou autre ne s’applique à eux. Mais nier la géographie, ajoute-t-il, invite seulement à des désastres qui, en retour, nous rendent victimes de la géographie.

6Précédé d’une préface de l’auteur intitulée Frontières, l’ouvrage est divisé en trois parties: les visionnaires (181 pages), la carte du XXIème siècle (244 pages), l’Amérique face à son destin (36 pages). Dans sa préface, Kaplan donne le ton: la géographie a été associée au fatalisme, et donc stigmatisée. Penser de manière géographique, ce serait limiter les choix humains. Nul besoin d’être déterministe pour avoir conscience que la géographie est d’une importance vitale. Autrement dit, avec des bouleversements qui s’accumulent et un monde qui nous paraît de plus en plus impossible à gérer, la géographie offre une manière de trouver un sens dans cet embrouillamini.

7Dans la première partie («les visionnaires»), Kaplan revisite les théories géopolitiques de Mahan, Mackinder et Spykman. On ne peut plus affirmer, nous dit-il, comme l’avaient fait certains au lendemain de la chute du Mur de Berlin que la dimension géographique a cessé de compter. La géographie n’a jamais été dépassée mais oubliée. Postuler que la technologie a effacé la géographie est tout au plus un raisonnement fallacieux. Toutefois, Kaplan est conscient du danger qu’il y a à mettre la géographie sur un piédestal : la géographie influe sur les événements futurs mais elle ne les détermine pas entièrement car elle fait la part belle au probabilisme cher à Raymond Aron dont Kaplan se réclame. Pour ce faire, il propose l’exemple du peuple hébreu qui, pour lui, pose le défi le plus patent au déterminisme géographique et dont l’histoire va à l’encontre de la continuité locale qu’on observe dans la plupart des autres grandes religions (notamment dans l’hindouisme et le bouddhisme). Cette histoire qui dure depuis 2000 ans est contraire à tous les diktats de la géographie et montre bien que les idées et les actions humaines ont autant d’importance que l’environnement physique.

8Selon Kaplan, Mackinder n’est ni un idéologue extrémiste ni un simple fataliste. Son Heartland est un incroyable outil d’analyse géopolitique alors que, chez Haushofer, ce même concept a été mis au service d’une idéologie glauque et démente. Le Heartland de Mackinder correspond plus ou moins à ce que deviendra l’empire soviétique à son apogée lors de la Guerre Froide. De son côté, Mahan inspira les présidents McKinley et Theodore Roosevelt ainsi que le Kaiser Guillaume II pour faire de leur pays une puissance maritime. Ce n’est pas un hasard si, aujourd’hui, Mahan est lu par les grands stratèges chinois et indiens. De fait, la Chine est en passe de devenir une puissance maritime (avec ou sans sous-marins nucléaires) tandis que la menace chinoise pousse l’Inde à devenir elle aussi une puissance maritime.

9Dans la seconde partie (« la carte du XXIème siècle »), Kaplan apporte un éclairage original sur la Russie. Selon lui, l’absence de frontières maritimes immuables place la Russie dans un contexte de défiance et d’agression avec ses voisins. Le climat et la conformation de son territoire sont deux clefs pour comprendre le tempérament et l’histoire du peuple russe. Au-delà d’une peur panique de l’envahisseur et d’une forte résilience du pays, la géographie prédomine dans la psyché russe. Aujourd’hui, les Russes ont déterré la doctrine de l’eurasianisme dans le but d’attirer à nouveau les peuples de l’ex-URSS. Kaplan remarque que la Chine procède à une extension de son influence territoriale par le commerce plutôt que par la coercition. En d’autres mots, elle étend ses tentacules au cœur du Heartland mackindérien. Il considère que la logique géographique du Pakistan et de l’Afghanistan est d’une incohérence absolue. Création artificielle des Britanniques, l’Irak n’a jamais eu l’occasion d’exister en tant que tel. Quant à l’Iran, il sait jouer avec maestria de sa position au cœur du Rimland de Spykman.

10La troisième partie (« L’Amérique face à son destin ») est déséquilibrée puisque réduite à un seul chapitre de 36 pages intitulé « Braudel, le Mexique et la vision stratégique ». Les forces pérennes de la géographie, nous dit Kaplan, produisent de grandes tendances historiques qui se prolongent parfois pendant des siècles. L’auteur fait donc appel au concept de longue durée développé par Fernand Braudel, c’est-à-dire à ce temps géographique dont les fluctuations imperceptibles produisent des cadres naturels propices ou contraignants. En utilisant ce concept, Kaplan tente d’expliquer que les Etats-Unis sont menacés par le Mexique et ses 111 millions d’habitants. Le Mexique est un Etat en voie de délitement, affirme-t-il. C’est au Sud-Ouest que les Etats-Unis sont vulnérables, que les frontières nationales sont sous tension et que la cohérence du pays est en danger. L’hispanisation de la société américaine va croissant. Le Mexique est le seul pays dont les Etats-Unis ont annexé une partie du territoire au cours des guerres des années 1830-1840 (Texas, Nouveau-Mexique, Arizona, Californie, Nevada, Utah) où les Mexicains ont l’impression d’être chez eux. Pour Kaplan, il y a incompatibilité entre le melting-pot et la vague d’immigration mexicaine actuelle, la moins diversifiée de toute l’histoire des Etats-Unis, En 2050, ajoute-t-il, un tiers de la population américaine pourrait être hispanophone. Les Etats-Unis demeurent passifs devant la situation actuelle du Mexique alors que la population de ce pays est au bord de l’implosion. Tout cet argumentaire « américano-mexicain » laisse le lecteur européen un peu pantois d’autant qu’il se demande quel est le rôle exact du concept braudélien de longue durée dans toute cette affaire.

11Le livre ouvre la porte à la critique. La dernière partie de l’ouvrage est la plus contestable, tout en étant très représentative d'un certain type de discours géopolitique. D’aucuns n’hésitent pas à dire qu’il s’agit d’un tissu d’absurdités. D’un bout à l’autre de son livre, Kaplan développe une notion trop classique de la géographie faite de combinaisons d’espace, de topographie et de latitude avec un fort accent mis sur les cartes physiques. La grille d’analyse adoptée par Kaplan repose presque essentiellement sur les théories géopolitiques développées par Mahan, Mackinder et Spykman. Dire que Kaplan fait revivre les vieilles anxiétés impérialistes pour faire revenir ces théoriciens au XXIème siècle est peut-être un peu réducteur. En réalité, Kaplan tente, avec plus ou moins de bonheur, de vérifier si les théories du Heartland (Mackinder), du Rimland (Spykman) et du Sea Power (Mahan) s’appliquent toujours aux principales zones géopolitiques de la planète et, notamment, à celles de l’arc de crise allant du Maghreb à la péninsule indienne.

12D’une certaine manière, pour Kaplan, la géographie est semblable à ce qu’est l’économie pour un marxiste. Vous pouvez bâtir votre propre histoire mais vous devez vivre avec votre géographie, semble-t-il nous indiquer. Ses détracteurs répondront que ce sont les gens réels avec des histoires réelles et des géographies réelles qui tombent partout sous le regard des grands stratèges. La revanche de la géographie peut être considéré comme un ouvrage trop anglo-saxon défendant implicitement une forme de hiérarchie des civilisations : plus vous êtes éloigné des valeurs anglo-saxonnes, plus inférieure est votre société. Malgré certaines fulgurances, ce livre est bourré de contradictions. D’un côté, Kaplan affirme que les théories géopolitiques font preuve d’un déterminisme maximaliste et que le système de Mackinder est mécaniste à l’extrême. De l’autre, l’auteur essaie de confirmer la validité actuelle de la théorie du Heartland du même Mackinder. Mais, plus loin, il va écrire que le rétrécissement de la carte signe l’obsolescence des théories de Spykman et de Mackinder. Au cœur de ces contradictions, Kaplan considère que le Pakistan est une chimère géographique mais qu’il fait sens en tant que territoire intermédiaire entre les civilisations indienne et moyen-orientale.

13Il est regrettable que l’édition française de 2014 n’ait pas mentionné la postface de Kaplan figurant dans la réédition américaine de 2013. Alors que les avancées des communications électroniques, nous dit-il, rendent le monde plus petit, Internet et les autres nouveaux médias, au lieu de nier la géographie, la rende plus précieuse, plus contestée et plus claustrophobe. Alors que les borders (frontières) induisent des contrôles de passeports et des divisions fixes de souveraineté, les frontiers (limites) impliquent un monde pré-moderne de divisions plus vagues, plus informelles et plus chevauchantes. Le Grand Moyen-Orient est en train de déménager d’un monde de frontières vers un monde de limites. L’ouvrage de Kaplan est très représentatif d’une certaine littérature géopolitique où l’auteur se drape dans le rôle de conseiller du Prince et où la géographie est intimement liée à la puissance militaire et à la stratégie. En ce sens, ce livre correspond au point de vue de Toal, l’un des leaders de la géopolitique critique: dans le maelström de la compression temps-espace observable en ce siècle, la géopolitique est figée comme une forme gouvernementalisée de géographie, conçue pour envisager le globe en rotation dans une perspective grandiose. L’ouvrage de Kaplan laisse une impression mitigée. Il connaît ses classiques et les auteurs qu’il cite ont marqué leur temps. Contrairement à beaucoup de géopoliticiens de cabinet, Kaplan a pratiqué le terrain. Les premières lignes de sa préface annoncent très clairement la couleur: pour comprendre le passé et s’interroger sur l’avenir, la meilleure solution est de se rendre sur le terrain et de le parcourir le plus lentement possible. Henry Kissinger dit de La revanche de la géographie qu’il s’agit d’un livre prodigieux. L’observateur universitaire critique remarquera surtout que l’ouvrage est un plaidoyer pour l’histoire comme forme de téléologie géométrique, une défense de l’homogénéité ethnique comme solution aux problèmes des Etats et surtout une apologie de l’hégémonie américaine dans le monde et de son bras armé: la sécurité nationale.

Haut de page

Notes

1 KAPLAN, Robert D., The Revenge of Geography. What the Map Tells Us about Coming Conflicts and the Battle against Fate, New York, Random House, 2012 (réédition en 2013, Random House Trade Paperback).

2 KAPLAN, Robert D., «The Revenge of Geography», Foreign Policy, May/June 2009, pp. 96 & 98-105.

3 MORISSEY, John, DALBY, Simon, KEARNS, Gerry & Gerard TOAL, « Geography Writes Back: Response to Kaplan’s The Revenge of Geography», Human Geography, A New Radical Journal, 2009, vol. 2, n° 2 (www.hugeog.com/index.php/issues).

4 FALL, Juliet, «The Revenge of Geography? What the Chaps Tell Us about Coming Conflicts and Their Own Cognitive State» (http://societyandspace.com/reviews/reviews-archive/kaplan-robert-2012-revenge-of-geography-reviewed-by-juliet-fall).

5 O’BRIEN, Richard, Global Financial Integration: The End of Geography, London, Pinter Publishers, 1992.
GREIG, J. Michael, «The End of Geography, Globalization, Communications and Culture in the International System», Journal of Conflict Resolution, 2002, vol. 46, n° 2, pp. 225-243.
FRIEDMAN, Thomas, The World is Flat. A Brief History of the Twenty-First Century, New York, Farrar, Strauss & Giroux, 2005.

6 MACKINDER, Halford, Democratic Ideals and Reality, A Study in the Politics of Reconstruction, London, Constable, 1919.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André-Louis Sanguin, « Robert D. Kaplan – La revanche de la géographie. Ce que les cartes nous disent des conflits à venir », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 09 septembre 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3158

Haut de page

Auteur

André-Louis Sanguin

Professeur
Université de Paris-Sorbonne
al.sanguin@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org