Navigation – Plan du site

Premier congrès brésilien de géographie politique, géopolitique et aménagement du territoire

Aldomar A. Rückert et Yann Richard

Texte intégral

1La géographie politique, la géopolitique et l'aménagement du territoire, en tant que champs de recherche, ont connu un moment privilégié au Brésil, avec l’organisation du premier Congrès brésilien consacré à ces sujets, à l'Université pontificale catholique du Rio de Janeiro (PUC-RJ, Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro), entre le 7 et le 10 octobre 2014, avec le soutien des agences CAPES (fédérale) et FAPERJ (de l’Etat du Rio de Janeiro).

2Au Brésil, ces domaines d'expertise interdépendants, plus connus sous le nom de géographie politique tout simplement, n'avaient pas encore bénéficié d’un espace approprié à la discussion et à l'interaction entre la recherche académique, la société civile et les gouvernements, bien que les sujets explorés par la recherche et l'enseignement mettent l'accent sur les relations de pouvoir et les politiques publiques (géographie politique et aménagement du territoire) et sur les conflits internationaux ou inter-régionaux (le cas de la géopolitique). La géographie, au sens le plus large, est un champ de connaissance qui inclut plusieurs branches telles que les études urbaines, rurales et agricoles, culturelles et environnementales, qui se sont développées au Brésil dans des cadres et forums variés. En ce qui concerne l'analyse des conflits, par exemple, internationalistes et journalistes, qui se présentent volontiers comme des spécialistes de géopolitique, ont popularisé la discipline et lui ont donné une audience plus grande.

3On reconnaît que la géographie politique, bien qu'admise comme le socle de la géographie humaine, n'est pas souvent employée de façon pragmatique. Au Brésil, par exemple, la littérature scientifique sur les politiques territoriales est rare. Dans le même temps, la traduction technique de ces politiques montre que, fréquemment, on ne prend pas en considération la géographie politique. Ce n'est pas pour rien que des auteurs importants affirment que la raison d'être de la géographie est intimement liée à la raison d'État et au pouvoir en général. Toutefois, les réflexions sur le rapport entre la raison d'État et la nature du pouvoir sont trop rares. Et, en général, elles sont orientées vers le rapport entre la nature du pouvoir et les dynamiques territoriales dans un espace considéré. Au Brésil, malheureusement, on constate que la géographie politique est rarement prise en considération dans la gestion et l'analyse des dynamiques territoriales.

4Les enseignants, les chercheurs et les étudiants qui se sont engagés dans la recherche sur le rapport entre le pouvoir et les usages politiques du territoire n'avaient pas bénéficié jusqu'en 2014 d’un forum approprié et spécifique dans le champ de la géographie pour débattre. Son absence a été remarquée dans le grand forum tels que celui de l'Association nationale d'études supérieures en géographie (ANPEGE, Associação Nacional de Pós-Graduação em Geografia) et dans les forums importants où l'interdisciplinarité est largement appréciée, comme ceux organisés par l'Association nationale d'aménagement urbain et régional (ANPUR, Associação Nacional de Planejamento Urbano e Regional). Bien qu'étroitement liée à des politiques territoriales, à la planification et à l'aménagement du territoire, la géographie politique ne s’est pas développée en tant que champ de connaissance et que fondement d'action, alors que les programmes d'études supérieures sont sans cesse plus nombreux dans tout le pays.

Ce qu'ont dit les organisateurs de l'événement, le REBRAGEO

5Selon les organisateurs de l'événement, membres du Réseau brésilien de géographie politique (REBRAGEO, Rede Brasileira de Geografia Política), conduit par le professeur Dr. Augusto César Silva, le congrès a été justifié par plusieurs choses :

Les dynamiques spatiales du monde post-XXe siècle transforment, intensément, les politiques institutionnelles d'aujourd'hui, ce qui restructurent les fondements des nouvelles organisations politiques, économiques, culturelles et technologiques dans la contemporanéité du XXIe siècle.

(…)

En accompagnant ce scénario de grands changements, un groupe de chercheurs territoriaux (géographes, géopoliticiens, gestionnaires publics ...) s'est réuni à Manaus en mai 2013 et a décidé de créer le Réseau brésilien de géographie politique, géopolitique et aménagement du territoire (REBRAGEO), afin de structurer les études spatiales pour aider la société civile et les agents publics et les membres du monde académique à penser le monde actuel dans sa dimension politico-territoriale, afin d’y agir avec compétence.

  • 1 Étaient présents, parmi d'autres invités, Claudio Antonio Goncalves Egler, Lia Osório Machado, Wand (...)

6Tenant compte de la nécessité de construire un projet impliquant des groupes de recherche de plusieurs régions du Brésil dans une forme fédérative de travail en réseau, le REBRAGEO s'est investi dans la construction d'une proposition nationale et internationale pour combler les espaces vacants dans le domaine de la géographie politique et dans des champs connexes. Deux cents cinquante-sept (257) personnes se sont inscrites et quatre cents cinquante-trois (453) propositions de communications ont été envoyées, dont cent quatre-vingt-onze (191) ont été approuvées pour et présentées oralement ou par poster interposé. Par ailleurs, plusieurs invités distingués ont été présents lors de diverses conférences et tables rondes1.

Un juste hommage à Bertha Koiffmann Becker

7L'événement a été marqué par l'hommage à la géographe professeur émérite Bertha Koiffman Becker, décédé le 13 Juillet 2013. L'hommage a été rendu lors de la conférence d'ouverture du Congrès par le professeur Dr Claudio Antonio Egler, qui a été son collègue dans le Laboratoire d'aménagement territorial à l'Université fédérale du Rio de Janeiro (UFRJ, Universidade Federal do Rio de Janeiro).

8Bertha K. Becker a été diplômée en Géographie et Histoire à l'Université du Brésil (1952). Elle a obtenu le titre de Professeur agrégée de Géographie de l'Université fédérale du Rio de Janeiro (1970) et a réalisé des études postdoctorales à l'Institut de Technologie du Massachusetts (MIT, Massachusetts Institute of Technology), au Département d'études urbaines et de la planification (1986). Très intéressée par la géopolitique de l'Amazonie, elle est la seule géographe à avoir fait partie de l'Académie brésilienne des Sciences, où elle faisait partie du groupe d'études qui a formulé la "Proposition de l'Académie brésilienne des sciences pour un nouveau modèle de développement pour l'Amazonie". Elle a reçu également le titre de Docteur honoris causa de l'Université de Lyon III, la médaille du Centenaire de David Livingstone, de la Société géographique américaine, et la médaille Carlos Chagas Filho au mérite scientifique, de la Fondation de soutien à la recherche de l'Etat du Rio de Janeiro (FAPERJ, Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado do Rio de Janeiro).

9Nationaliste et cosmopolite à la fois, elle a joué un rôle important dans l'Union géographique internationale (UGI), dont elle fut vice-présidente de 1996 à 2000. Elle a réfléchi sur le Brésil à travers dix-neuf livres, des dizaines d'articles, des chapitres de livres, des rapports techniques et de consultatifs remis à plusieurs ministères du gouvernement fédéral (ministère de l'Environnement, de l'Intégration nationale et de la Technologie, principalement), en analysant l'état d'avancement des fronts pionniers et l'Amazonie pendant plus de quarante ans. Son héritage est incontestable et, comme le professeur Dr Claudio Egler a bien remarqué, "elle vit parmi nous."

Certains de grands thèmes présentés au I CONGEO

10Plusieurs sujets importants ont été étudiés lors de cet événement par des voix également importantes, comme celle de Lia Osorio Machado, qui a parlé de la géopolitique contemporaine aux États-Unis, dans sa conférence sur "L'empire et le tournant épistémologique". Le développement de la géographie politique depuis les années 1990 dans une perspective internationale, autre sujet d'importance, a été présenté par André-Louis Sanguin, professeur à l'Université Paris Sorbonne IV et membre actif de plusieurs universités. Selon ses propres termes, à la fin de cette année 2014 la géographie politique, en tant que discipline universitaire, n'a plus les mêmes caractéristiques qu'au début des années 1990. Entre 1990 et 2014 la géographie politique a profondément changé, du point de vue quantitatif et institutionnel, en ce qui concerne les programmes universitaires, les associations internationales, les revues, les colloques et les séminaires. Toujours selon lui, c'était la première fois qu'un Congrès de Géographie politique était organisé à l’échelle d’un pays.

11Autre thème important, la crise ukrainienne et l'annexion de la région autonome de Crimée, située sur la Mer noire, par la Russie en mars 2014. La crise en Europe de l'Est et les tensions géopolitiques entre l'Union européenne (UE) et la Russie ont été abordées par deux conférenciers : Wanderley Messias da Costa, de l'Université de São Paulo, et Yann Richard, de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne. L'importance de cette région est bien connue à cause de la théorie du heartland de Harfold Mackinder. Elle est régulièrement au centre de tensions géopolitiques du système mondial et se trouve aujourd’hui prise dans un choc des régionalismes européen et russe.

12La crise intérieure en Ukraine, ses options stratégiques en tant que partenaire commercial privilégié de l'UE ou de la Russie et la ré-annexion de la Crimée par le pouvoir russe sont des faits qui peuvent sembler éloigné du public brésilien. Cependant, il est important de se rappeler qu'il y a des colonies d’Ukrainiens dans le sud du Brésil depuis la fin du XIXe siècle, provenant de la région de la Galice, ce qui relie cette dernière au sud du Brésil. En outre, la puissante Flotte russe de la mer noire se trouve à Sébastopol, en Crimée. Ce sont des évènements à mettre en relation avec la réorganisation d’un ordre international multipolaire et des sujets qui intéressent les diplomates, les enseignants et les étudiants au Brésil.

13Il convient de mentionner d'autres sessions marquées par la participation de grands noms de la géographie politique au Brésil. La session consacrée aux théories géopolitiques contemporaines a rassemblé, par exemple, Edu Silvestre de Albuquerque, de l'Université fédérale de Rio Grande du Norte (UFRN, Universidade Federal do Rio Grande do Norte), Charles Pennaforte, de l'Ecole des Hautes Etudes stratégiques et Géopolitique (CENEGRI, Centro de Estudos em Geopolítica e Relações Internacionais) et André Roberto Martin, de l'Université de São Paulo (USP, Universidade de São Paulo). Ici, le débat a été centré sur le concept de blocs internationaux, ce qui implique une série de paramètres juridiques, institutionnels, politico-économiques (Union européenne, Mercosur, ALENA, etc.) ou politico-militaire (OTAN). Les intervenants ont décrit les principes de l'antagonisme géopolitique fondamental entre maritimité et continentalité et son rôle dans le déroulement de l'histoire du "long XXe siècle". L'importance des pays du Sud a été mise en exergue en les désignant comme un nouveau bloc de pouvoir sur la scène mondiale.

14La gestion territoriale des municipalités a aussi été au centre des débats. Antonio Angelo Martins da Fonseca, de l'Université fédérale de Bahia (UFBA), par exemple, a utilisé comme point de départ l'importance de la gestion territoriale à l'échelle municipale pour offrir une lecture de la réalité fédérative du Brésil et explorer la possibilité d'une interconnexion politique entre les échelles locale et globale. Dans une autre session, la planification et de la gestion des territoires dans une perspective localiste ont été abordées, avec la description des expériences de zonage socio-spatial et écologique à l'échelle municipale brésilienne de nos jours. Dans son exposé, Augusto César Silva, de la PUC-RJ, a abordé le potentiel et les contradictions de la politique de zonage socio-écologique et économique (ZSEE), à l'échelle locale.

15Mario Valero Martinez, de l'Universidad des Andes, en Mérida, Venezuela, a souligné l'importance de la reconnaissance de la géographie comme savoir indispensable pour explorer et pour interpréter de nouveaux espaces et territoires. Il a pris la défense de la géographie politique et de ses nouveaux sujets mais, en particulier, il a remarqué l'importance d'un de ses thèmes traditionnels : les zones frontalières et leurs typologies. Partant d'une vision du Venezuela, il a souligné les aspects qui contribuent à l'interprétation des frontières comme des espaces d'intégration et leur utilité dans l'analyse des politiques de voisinage entre le Venezuela et les pays qui l’entourent. Il a notamment analysé les relations bilatérales avec le Brésil.

Cinq grands thèmes et cent quatre-vingt-un travaux présentés

16L'appel à contributions a été stucturé en cinq axes thématiques: 1) la géographie politique et la géopolitique classique et contemporaine des XXe et XXIe siècles ; 2) (Geo) politiques environnementales, la gestion des ressources et la durabilité ; 3) le localisme, le nationalisme, le régionalisme et le globalisme; 4) les frontières : un défi territorial constant et 5) les échelles de gestion des politiques territoriales.

17Le Brésil et ses relations avec les pays voisins en Amérique du Sud et avec le continent africain ont été priorisées par les analyses de nombreux exposants : les pressions géopolitiques sur l'Amazonie, la biodiversité et la gestion environnementale transfrontalière, l’étude de l'hydropolitique brésilienne en Amérique du Sud, le développement régional, de nouvelles municipalités au Brésil ainsi que des investissements chinois au pays ont été également des sujets des exposés.

18La question de l'intégration sud-américaine a été abordée à partir de l’analyse du paradigme intégrationniste relié aux notions de la défense nationale. De façon peut-être inédite, des questions telles que le marché du travail, les maladies tropicales et la sécurité ont été étudiées dans la bande frontalière du Brésil. Les espaces d'intégration et de sécurité entre le Brésil et le Paraguay sont des thèmes récurrents puisqu'il s'agit d'une région frontalière dominée par la criminalité et les réseaux de contrebandiers et de trafiquants de drogues. Le fédéralisme brésilien, le pacte fédératif et la décentralisation municipale, les consortiums publics interurbains, la gouvernance territoriale, l'aménagement du territoire et la planification régionale au Brésil étaient également à l'ordre du jour, comme des sujets phare de la question territoriale au Brésil.

Que pouvons-nous apprendre à faire en géographie politique, géopolitique et aménagement territorial ?

19Au Brésil, la géographie est devenue un domaine scientifique monotone, qui a stagné sur le plan épistémologique depuis les années 1980, ce qui souligne avec d’autant plus de force l’importance deux évolutions : la révolution théorique de la géographie critique et l’engagement social de la discipline. Toutefois, la stagnation épistémologique n’a pas empêché les controverses de surgir entre plusieurs courants, controverses ont marqué le quotidien de l'enseignement et de la recherche. On se plaint fréquemment du fait que la société civile ne connaît pas la géographie, mais la géographie s’est elle-même empêtrée dans une ornière théorique. Malheureusement, la géographie appliquée est encore insuffisamment développée et, surtout, rares sont ceux qui en géographie politique peuvent faire le lien entre l'université, la société civile et les gouvernements. Il n'y a également que quelques géographes dans les média qui se préoccupent des différends territoriaux internationaux, malgré l'augmentation des enseignants présents dans les réseaux sociaux. Après au moins quarante années de révolutions théoriques, il est question de savoir si la communauté nationale géographique est engagée dans l'élaboration d'une nouvelle praxis territoriale ou si elle est tombée dans un immobilisme au coût élevé pour les agences de développement, les universités et les écoles.

20Les conséquences de cette paralysie épistémologique et pragmatique ont été variées. Aujourd'hui, de nombreux défis existent mais les cours du premier cycle ne fournissent pas la formation technique et analytique adéquate qui permettrait de les affronter. Peut-être que cette objectif a été confié aux nombreux programmes d'études supérieures qui ont été ouverts dans le pays, reléguant l'apprentissage de telles compétences à un niveau d'études plus avancé, ce qui est tout à fait indésirable. Développer la géographie politique appliquée à la gestion territoriale est sans aucun doute un défi auquel peu des sont confrontés. Cela exige de nouvelles formes d'interprétation des dynamiques territoriales.

21A l’issue de cette note sur le 1er CONGEO, il est pertinent de proposer la création de réseaux de réflexions théoriques et techniques, nationaux et internationaux, de réseaux de géographie politique et gestion territoriale, tout en favorisant l’émergence d'une pensée cohérente à l’échelle de la communauté géographique brésilienne et le retour en force de la géographie politique dans certains milieux institutionnels d’où elle a disparu. On ne peut que constater la perte d’influence de la discipline au sein d’organismes publics tels que le prestigieux Institut Brésilien de Géographie et Statistique, en partie à cause des avancées faites par d'autres disciplines. Même si on doit reconnaître que le marché du travail en relation avec la géographie se développe au Brésil, il reste fort à faire pour convaincre de l'utilité publique de notre discipline et en particulier de la géographie politique, de la géopolitique et de l'aménagement du territoire. Tel était l'un des enjeux décisifs de ce colloque.

Haut de page

Notes

1 Étaient présents, parmi d'autres invités, Claudio Antonio Goncalves Egler, Lia Osório Machado, Wanderley Messias da Costa, Iná Elias de Castro, André Roberto Martin et un grand groupe de professeurs de plusieurs universités dans tout le Brésil. Les invités internationaux ont été : André-Louis Sanguín (Université Paris-Sorbonne), Yann Richard (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Mario Valero Martinez (Universidad de los Andes, Mérida, Venezuela).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aldomar A. Rückert et Yann Richard, « Premier congrès brésilien de géographie politique, géopolitique et aménagement du territoire », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 09 janvier 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3167

Haut de page

Auteurs

Aldomar A. Rückert

Professeur de Géographie Politique à l'Université Fédérale de Rio Grande do Sul (UFRGS), Porto Allègre, Brésil. Chercheur au Conseil national pour le développement scientifique et technologique (CNPq)

Yann Richard

Professeur de Géographie, Université Paris I Panthéon Sorbonne, UMR Prodig

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org