Navigation – Plan du site

Nommer les espaces de coopération intercommunale

Naming French local governments associations
Guillaume Bailly

Résumés

Depuis une vingtaine d'années, l'intercommunalité n'a cessé de se développer en France. Les nouveaux territoires de coopération s'imposent désormais comme des niveaux décisionnels incontournables tant en milieu urbain que rural. En effet, dans un climat de concurrence territoriale accrue, les différentes formes de mutualisation de moyens humains et financiers entre communes tentent de concilier efficacité économique et justice sociale. Néanmoins, ces territoires intercommunaux sont également porteurs des projets politiques soutenus par les élus locaux. De manière assez visible, le nom donné à chacun de ces nouveaux espaces de coopération municipale constitue souvent un premier révélateur de ces enjeux politiques et territoriaux attachés à l'échelle locale. Le principal objectif de cet article visera donc, à travers une typologie toponymique originale, à évaluer les éventuels effets tendanciels et en particulier, à mesurer si le nom reflète les intentions politiques ou/et les identités locales.

Haut de page

Texte intégral

1Délimiter, tracer, nommer, autant d’actes symboliques venant renforcer l’emprise d’un pouvoir sur un sol, une terre, finalement un territoire (Claval, 1978 ; Raffestin, 1980). La période de la Constituante avec la création des départements fut exceptionnelle en termes de construction territoriale (Ozouf-Marinier, 1989). Derrière un apparent constructivisme vertueux, idéaliste et régénérateur, s’exprimèrent des argumentaires revendicatifs, qui participèrent à la richesse d’un débat idéologique fait de régionalisme et de localisme autant que d’égalitarisme et d’ordre nouveau. Si l’exercice du contrôle au nom d’un idéal et d’un contrat social s’inscrit dans des aires bien précises, celles-ci ne témoignent pas uniquement de l’articulation rigoureuse et géométrique de modules désincarnés, mais de territoires (Di Méo, 1998). Lorsqu’il s’agit d’évoquer leur géographicité (Dardel, 1990), la toponymie la nourrit inéluctablement. Dans la mesure où elle entretient avec l’espace un rapport direct de désignation (Jacob, 1998) elle participe pleinement du processus de territorialisation, car elle renforce le lien entre l’Homme et sa terre. Il est donc bien question ici du nom comme révélateur d’une géopolitique et de stratégies territoriales ?

2La révolution se poursuit « silencieusement » (Bussi, 2001) comme en témoigne la progressive propagation de l’intercommunalité depuis plus d’un siècle (Gontcharoff, 2000). Cette mutation profonde s’inscrit dans des phénomènes de recompositions liés à des processus sur le temps long — exode rural puis métropolisation — et à des impératifs supraétatiques (Lévy, 1991)  (Construction européenne, Mondialisation).

3L’intercommunalité à la française est un compromis visant à concilier efficacité économique dans la fourniture des services, justice sociale et conservation de l’historique maille communale. Plus de 80 % du territoire français est aujourd’hui couvert d’Établissement Publics de Coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre: communautés de communes, d’agglomération et urbaine. Ce dispositif est complété par une intercommunalité dite de projet qui est celle des mêmes communautés urbaines et d’agglomération là où elles existent (éventuellement étendu aux périmètres des SCOT) et des pays ou parc naturels régionaux faits de communautés de communes dans le monde rural.

4La joute de l’offre concurrentielle territoriale a bien commencé et les acteurs locaux peaufinent leurs stratégies de marketing. Multiplication de services aux citoyens, communication externe dans le but d’attirer les entrepreneurs et accroître le potentiel fiscal sont autant d’objectifs à atteindre. Dans ces conditions, il s’agit de se demander dans quelle mesure la toponymie peut servir de tels desseins dans la mesure où elle constitue la première accroche d’un territoire de coopération évolutif. Plus qu’un symbole, le nom signe l’acte fondateur de la naissance d’un EPCI. Comment se caractérise le paysage toponymique intercommunal ?

5Une étude exhaustive et une typologie de ces noms à l’échelle française est susceptible d’en rendre compte grâce à l’analyse spatiale, d’autant qu’à notre connaissance aucun travail n’a été consacré à la question à un tel échelon. Nous souhaitons donc opérer une classification d’EPCI typé selon leurs toponymes et étudier ainsi leurs caractéristiques par le jeu de la localisation.

Du nom à la catégorisation

Sources et procédés méthodologiques

6Dans un premier temps, nous nous sommes procuré la liste des EPCI à fiscalité propre en 2007. Ce fichier est à disposition du public en format texte, sur le site Internet de la DGCL1. Nous avons ensuite traité la base de données dans son intégralité pour en dégager une typologie en différenciant à l’origine le milieu rural organisé en Communautés de communes et les milieux urbains et métropolitains organisés en communautés d’agglomérations, communautés urbaines et syndicats d’agglomération nouvelle.

7Nous avons identifié sept thématiques communes pour la catégorie communauté de communes. et cinq pour les EPCI à caractère urbain. Les caractéristiques toponymiques d’un EPCI peuvent évidemment relever d’une appartenance multiple. À titre d’exemple, imaginons qu’une communauté de communes porte le nom de « de la forêt et de la métallurgie », dans ce cas le champ de représentations est naturaliste et répond d’autre part à un savoir-faire.

8Nous avons assigné une lettre à chaque thème de référence. Si l’EPCI traité renvoie à un champ unique, il s’intègre dans un groupe portant une seule lettre, si sa dénomination se réfère à plusieurs champs, plusieurs lettres lui sont affectées.

9Prenons l’exemple de la communauté de communes de la station des Rousses. Le nom renvoie à la commune des Rousses dans le Jura. Il fait également allusion à un aménagement touristique. Ainsi, l’EPCI appartient au groupe CH (patrimoine/aménagement et village, cf. infra). En définitive le groupe principal C comprendra donc des sous-catégories liées à la combinaison de sa lettre avec celles d’autres catégories. Il convient de s’intéresser maintenant aux groupes que nous avons identifiés.

Des communautés de communes ancrées dans la terre et l’histoire: typologie adoptée

10Comme le soulignent Le Bras et Decausse (2004), en termes de coopération intercommunale, trois types de stratégies de communication sont à relever. Citons tout d’abord la création d’un logotype puis d’un journal intercommunal. Ces deux vecteurs de diffusion de l’information concourent à l’identification de ces institutions. Le troisième procédé, celui que nous retiendrons avant tout ici, est la définition même d’un nom. Ce dernier permet alors à l’Établissement Public de Coopération Intercommunal de sortir de l’anonymat. Dès lors, ces trois éléments entretiennent la dynamique progressive de territorialisation du groupement par les élus et les habitants de l’aire concernée, voire au-delà. Le président de la communauté de communes « interrégionale du Gros Jacques » en témoigne2. Outre son extension transrégionale, la dénomination de l’EPCI aurait suscité un grand étonnement à « Bruxelles même » au « Conseil européen » selon les dires du leader local. Le nom évoque la figure d’un instituteur qui aurait contesté le pouvoir de l’empereur Napoléon. Il aurait été décapité, au lieu-dit portant alors le nom pris par la communauté de communes. Les candidats à la présidence de la Communauté après les élections municipales de 2008 envisageraient un changement de nom qui inclurait une référence à leur propre commune-centre. L’anecdote nous plonge dans le pouvoir évocateur d’une dénomination d’abord tournée vers l’extérieur pour exister — ici “se faire remarquer” aux échelons supérieurs — puis déterminée par des considérations géopolitiques internes pour rappeler les composantes et les équilibres internes. Qui va remporter cette bataille : Eu, Mers-les-Bains ou le Tréport ? Dans quelle formule toponymique ? Quelle représentation territoriale sera susceptible d’apparaître ? Quid de ses conséquences pour les populations ?

11Pour revenir à l’identification de tendances générales, la typologie proposée obéît à l’identification de grandes familles de référents dont la sélection et le regroupement sont subjectifs. Les sept groupes retenus sont les suivants.

Le patrimoine comme ferment communautaire (patrimoine/savoir faire) - A

12Ce premier groupe correspond à la catégorie « patrimoine/savoir-faire ». Certains noms d’EPCI font directement allusion à une figure historique, à un aménagement patrimonialisé ou à un vestige. Ce peut être un château, un élément structurant de l’espace, mais aussi une spécificité locale, un savoir-faire. Au rang des communautés de communes arborant le nom de personnages célèbres, mentionnons, entre autres, la communauté de communes du « pays de Du Guesclin », celle du « pays Mélusin » honorant sa fée, ou encore la communauté de communes de « terres de Cro-Magnon ». Citons aussi celles du « pays des géants », du « roi Morvan », de « Montesquieu », de « Matisse », d’« Artagnan en Fézensac » ou des « Templiers » : autant de personnages ainsi ravivés et érigés en marqueurs identitaires locaux.

13Pour les spécificités ou savoir-faire, les noms invitent à la découverte, parfois à la dégustation. Il est donc concevable de percevoir le murmure de l’eau dans la communauté de communes « des belles fontaines », de s’émerveiller de l’architecture offerte par la communauté de communes « Bastides et châteaux en Guyenne » ou de « la Brie des moulins ». En prenant ces proclamations au pied de la lettre du signifié, il semble même évident qu’il soit possible d’acheter un service de verres ou un lustre une fois les frontières « de la communauté de communes du cristal » franchie, de se délecter de quelques délices en communauté de communes « de la haute savoureuse » ou « des villages truffiers des portes de Périgueux ». Dans cette perspective, le référent aux produits du terroir fait l’objet d’une réappropriation culturelle et économique des savoirs faire (Delfosse et Prost, 1998). Il s’agit là d’une aubaine pour des élus en quête de projets porteurs. Plus généralement, dans ce champ patrimonial, la tentation peut exister de l’incarnation du territoire intercommunal au travers du mythe identitaire la dangereuse synthèse entre peuple, projet et aire naturelle (Giraut, 1999).

La référence à une territorialité héritée - B

14Le deuxième groupe regroupe les EPCI faisant référence à une zone bien spécifique. Il s’agit là d’une région historique et/ou culturelle, autrement dit un territoire d’ancien régime et/ou un pays (Cartier, 2004) réactivé ou créé de toutes pièces par effet de réappropriation politique du culturel (Retaillé, 1996). Les EPCI du « comté de Grimont », de la « Haute Cornouaille », « de l’enclave des Papes » délimitent des régions historiques. À l'occasion, en revanche, la référence est générique et renvoie à des territorialités héritées et plurielles sans précision. Les intercommunalités « des trois frontières », « des trois pays » ou des « six villages » ne permettent pas de répondre de manière significative à la question de la localisation. Parfois encore, le caractère rustique ou rural est particulièrement accentué comme en témoignent les dénominations suivantes : communauté de communes du « Vendomoîs rural », de « la ruraloise » ou du « Bon Pays ». L’invitation au calme et à l’authenticité est, là, clairement affichée. Il faut noter également le détournement de l’appellation d’une commune centre qui, associée aux villages contigus, forment un territoire, un ressort, à consonance très typée (Guillemet, 1999) qui fleure la juridiction d’Ancien-Régime. Le résident de Saint Affrique habite ainsi le « Saint-Affricois », celui d’Autun « l’Autunois », etc.

L’affirmation de l’Unité - C

15Le troisième type d’EPCI réunit les groupements intercommunaux tournés vers l’unité, la solidarité ou un sentiment communautaire affiché. Les appellations « Issoire communauté », « Lamballe communauté » ou « Ardes communauté » soulignent clairement une revendication d’identité proactive souvent autour de la ville-centre. Cette volonté d’unité n’apparaît pas toujours aussi marquée. Ceci peut être illustré par l’utilisation du terme « intercommunalité », qui semble traduire un manque d’inspiration toponymique, et ce d’autant plus lorsque les noms des villages y sont associés. C’est particulièrement le cas en Basse-Normandie (« Aunay-Caumont-Intercom », « Bayeux intercom », « Condé intercom », « Villers bocage-intercom »). Parfois, les élus affichent aussi un apparent état d’esprit de coopération à travers les dénominations choisies, comme en témoignent les qualifications « Vivre en Cévennes », « agir ensemble » ou bien de « villages solidaires ».

La référence géographique fonctionnelle - D

16La quatrième catégorie d’intercommunalité réunit les groupements qui se déterminent par rapport à une localisation ou un ensemble géographique précis, externe ou interne. Ce peut être un pôle, une caractéristique ou un ensemble naturels fonctionnels (montagne, vallée), voire un axe structurant comme une route ou une rivière.

17Précisons que la toponymie de certains EPCI évoque explicitement l’existence de deux points d’ancrage territoriaux, qui peuvent être deux pôles ou régions géographiques. Ainsi, les cas des communautés de communes d’« Entre Mer et Lin », « Entre Loire et Morvan », « Entre Plage et Bocage », « Seine et Forêt ». Cette sous-catégorie de territoires est en quelque sorte hybride puisque les référents peuvent être de natures diverses. Effectivement, c’est l’évocation d’un axe hydrographique et d’une région qui permet la fixation des limites de la communauté de communes « entre Loire et Morvan ». Deux types d’espaces « naturels » comme la plage et le bocage concourent à caractériser le deuxième EPCI cité, tandis qu’une mer et une particularité agraire en définissent un autre. Parfois encore, l’EPCI est la quintessence d’un espace fonctionnel englobant: « Espace rhénan », « Espace gâtine ».

18Autre sous-catégorie, lorsque la dénomination de l’EPCI se structure autour de sa ville centre en tant que pôle structurant, loin d’afficher toute connotation rustique ou historique. Plutôt que « l’Yvetotois » qui ne serait en réalité que le fruit de la néo-toponymie fleurant le terroir, l’EPCI formé autour de la commune centre d’Yvetot, en Seine-Maritime, prend ainsi le nom de « Communauté de communes de la région d’Yvetot ». Les EPCI de ce sous-type sont nombreux. Les choix opérés par les acteurs de la vie locale : communauté de communes de la « Région de Dannemarie », de la « Région de Daye », de la « Région de Doué-la-Fontaine », etc., en témoignent. Dans le même esprit, nous trouvons aussi un ensemble d’EPCI qui se caractérise par un foyer rayonnant associé à une aire d’influence qualifiée « d’environs » (Communauté de communes de Nœud et Environs, de Rémilly et environs, de Samer et Environs). La porte est également présente pour désigner un espace s’ouvrant vers un autre. Frédéric Giraut (2005) le souligne d’ailleurs en évoquant la captation de massifs ou de terroirs par les petites et moyennes villes renforçant ainsi leur leadership sur des hinterlands. L’ouverture devient même une entrée internationale comme l’indique l’appellation de la communauté de communes « Roissy porte de France » passage obligé des touristes avides de dépaysements, mais sans doute unique traversée. Aussi, l’ouverture donne en effet souvent vers une vaste région comme en témoignent les noms suivants : communauté de communes « de la Porte Normande », « des Portes de l’Essonne », « des Portes de Champagne ». Cependant, l’entrée ou la sortie peuvent s’effectuer également sur un territoire plus restreint, un pays. Voici deux exemples haut-normands. La communauté de communes de « Saint-Saëns porte de Bray », située à une quinzaine de kilomètres de l’agglomération rouennaise, arbore clairement une couleur rurale en se tournant explicitement vers le pays de Bray. Dans ce cas, la stratégie est claire : l’invitation à habiter la verte campagne est lancée, renforcée par la prise de compétence de l’EPCI dans le champ de l’amélioration de l’habitat. La démarche diffère quelque peu avec la communauté de communes des « portes Nord-Ouest de Rouen » qui jouxte la communauté d’agglomération rouennaise, et affiche a contrario le nom du pôle urbain. Cette visibilité traduit aussi une maîtrise du marketing territorial. Le souhait émis est l’attraction de néo-ruraux, en mal de verdure et de calme sur ledit territoire, désireux de posséder un jardin privé. De plus, leur pôle d’emploi n’est pas loin, à peine dix minutes de voiture suffisent pour passer de la campagne à la ville. Ainsi, l’EPCI se positionne donc sur un marché potentiel permettant par-là même, et dans une certaine mesure, une sélection des populations à accueillir. Dans une autre perspective, l’EPCI devient l’incontournable pôle rural, ce qui est confirmé par l’utilisation des termes « centre » et « cœur ». Aussi, si vous décidez de vous promener dans le Pays de Caux, vous serez, à n'en pas douter, sûr d’y être, seulement après avoir franchi la frontière de la communauté de communes « Cœur de Caux ». Enfin, pour conclure avec la catégorie des EPCI se définissant par rapport à un espace fonctionnel citons les portions de périphéries métropolitaines qui revendiquent l’ancrage à la périphérie d’un grand bassin urbain, ainsi les communautés du « Sud-Grenoblois », du « Sud Dijonnais » ou encore du « Sud-Est du Pays Manceau ».

Le référent naturaliste - E

19La cinquième catégorie d’EPCI fait, quant à elle, directement référence à une caractéristique naturelle (montagne, vallée, forêt, côte…). Il existe plusieurs cas de figure. Dans certains cas, ce type de référent est générique et ne permet pas de reconnaître une quelconque région géographique. Ainsi les nombreuses expressions telles que « des trois rivières », « de la Colline », « de la Forêt », « des Deux Coteaux », « des Deux Rives », « des Étangs », « des Monts et Vallées ».

20Le référent naturel (hydrographique, orographique) peut être associé à celui d’un pays. Citons à ce titre les cas des EPCI « des Forêts et Coteaux de la Grande Montagne », « des Gorges du Tarn et des Grands Causses », « de la Vallée de la Craie », « de la Suisse Normande », « des Alpes Mancelles ». Ces intitulés distincts semblent lancer une invitation au parcours afin de découvrir les différentes caractéristiques topographiques liées à ces territoires.

21Dans cet ensemble, beaucoup d’hydronymes se dégagent (Communauté de communes de Saône et Seille…). À noter également dans cette catégorie, la présence de combinaisons toponymiques, qui associent qualités naturelles et noms de village, en témoignent : communauté de communes des « Vallons d’Anizy », « du Lac d’Aiguebelette. »

L’identification à une localité, ville, ou agglomération - F

22La sixième catégorie d’EPCI comprend les groupements qui évoquent directement une ville, un village ou un groupe de villages, sans déformation (déclinaison de type Saint-Affrique, Saint-Affricois). La communauté de communes de « Saint-Saens - Porte de Bray » fait directement référence à la ville de Saint-Saens. En guise d’illustration, citons les intercommunalités de Châtillon-Montrouge ou bien encore de Fécamp. Cette catégorie englobe également, les EPCI dont les acteurs sont tournés vers un désir d’extension, de développement (« Loches Développement »). Nous insistons enfin sur la présence d’EPCI revendiquant une certaine urbanité puisque le terme d’agglomération figure dans le toponyme. Somme toute, la volonté est, à terme, d’atteindre le seuil critique permettant la modification de statut. Parmi cet ensemble, nous trouvons donc les communautés de communes de « l'agglomération Creilloise », de « l'agglomération de Saint Girons », ou de « l'Agglomération de Vesoul. »

Le référent administratif - G

23La dernière catégorie réunit les groupements qui se réfèrent à une aire administrative existante (un canton, un département, une région, la France). À titre d’exemple, citons la communauté de communes du « Canton d'Axat », du « Rhône aux Gorges de l'Ardèche » et du « Gâtinais Bourgogne ».3

24La classification synthétique de ces toponymes s’effectue afin d’en produire une cartographie. Cependant, aucun groupe n’est étanche et de nombreux toponymes relèvent simultanément de plusieurs catégories. Les combinaisons les plus fréquentes (territorialités héritées et naturalisme; localité et aire administrative; villes et naturalisme) sont reportées sur la figure 1 aux côtés des catégories les plus représentées sans combinaisons (naturalisme; villes; territorialité héritée).

Figure 1: Sous groupes et combinaisons toponymiques.

Figure 1: Sous groupes et combinaisons toponymiques.

Figure 2 : répartition des communautés de communes par champ typologique.

Figure 2 : répartition des communautés de communes par champ typologique.

Identification, quantification, localisation

25La répartition des toponymes par catégories de référents (avec plusieurs appartenances possibles pour les toponymes combinés, cf. figure 2) nous montre que trois ensembles majeurs se dégagent (nous retrouvons évidemment les tendances du tableau des combinaisons). Le nombre d’EPCI évoquant une territorialité héritée constitue le groupe le plus important (47,29 %). Viennent ensuite les dénominations qui se réfèrent directement à un vocabulaire naturaliste (22,77 %). À noter ensuite des désignations qui s’appuient essentiellement sur l’appellation d’une ville, d’un village ou d’un groupe de village (18,27 %). Les catégories les moins représentées sont les EPCI dont les noms font référence à une volonté de développement, de solidarité revendiquée ou de souhait de coopération (0,83 %). Les noms d’EPCI liés au patrimoine sont également peu nombreux : 2,67 % du total des groupements ruraux. À signaler un chiffre plus important pour le type d’EPCI faisant référence à des unités géographiques fonctionnelles. Il s’élève à 7,5 %.

26Compte tenu de cette répartition, nous avons voulu tester deux hypothèses. La première est celle d’une typification des espaces selon leur distance à des pôles urbains (communautés d’agglomérations ou communautés urbaines). Autrement dit, existe-t-il, par exemple, une tendance à la référence naturaliste en fonction de l’éloignement à la ville ? A contrario, les EPCI réputés « défensifs » (Hervé, 1999) ou situés dans « le tiers espace » (Vanier et Desplanques, 1998) (autrement dit les communautés de communes qui touchent une communauté d’agglomération, une communauté urbaine ou un syndicat d’agglomération) affichent-ils un réel désir de ruralité en opposition à la ville ?

27La deuxième hypothèse est celle de la dimension départementale. Il apparaît en effet qu’il existe des tendances et des dominantes toponymiques à cette échelle comme dans le département de la Manche ou la référence aux noms de villes et de villages semble l’emporter largement. Or, eu égard aux conditions de propagation de l’intercommunalité à fiscalité propre et notamment de l’influence du rôle des conseils généraux (Baudelle et Chaboche, 2002), il est envisageable que le processus de dénomination puisse dépendre d’effets de « modes » départementaux.

28Concernant la première hypothèse, nous avons souhaité diviser le territoire français en trois types d’espaces selon un gradient urbain rural. L’objectif est de vérifier si les types de désignation de communautés de communes renvoient à des localisations précises. Le problème qui se pose est la définition du « tiers espace », en particulier de ses limites. Philippe Cadène4 rappelle qu’il forme une sorte de troisième couronne urbanisée à la périphérie des agglomérations. Elle est caractérisée par un paysage de type rural, où la population augmente et où la densité y est plus forte que dans celle des villages ruraux plus éloignés des centres urbains. Il s’agit d’espaces marqués par les migrations pendulaires et un double marché foncier (terres agricoles et à bâtir). L’INSEE a progressivement intégré ces réalités périurbaines en reconnaissant d’abord des ZPIU (Zones de peuplement industriel et urbain) en 1962, puis des « aires urbaines » intégrant ces espaces au delà des seules « unités urbaines ». Bien que la dernière catégorisation de l’INSEE n’échappe pas à la critique (seule la mobilité liée au travail prise en compte, séparation discutable entre aires à dominantes urbaines et rurales), nous retiendrons cette définition pour des raisons pratiques. En effet, l’organisme fournit gratuitement la liste des communes en aires urbaines selon leur code INSEE. Dans ces conditions, il est donc ensuite très aisé d’associer au fond de carte français cette nouvelle variable, que l’on retrouve à l’échelle intercommunale, par procédé d’agrégation. Selon cette définition, parmi les communautés de communes 28  % d’entre elles se situent dans le périurbain contre 72 % en milieu rural.

Figure 3 : communautés de communes et distance à l’aire urbaine.

Figure 3 : communautés de communes et distance à l’aire urbaine.

29Or, si l’on observe le pourcentage de chaque groupe de toponymes par espace (graphique1), force est de constater, comparativement aux droites de tendance des ensembles « patrimoine, savoir-faire », « territorialité héritée», « villes, groupes de villes, villages » dans le rural, alors que les catégories « référence géographique fonctionnelle », « naturalistes » et « solidarité » sont davantage présents dans le tiers espace. Généralement, on retrouve une proportion relativement constante de chaque ensemble, avec une moyenne de 70 % d’EPCI pour l’espace rural contre 26 % pour le périurbain. La seule exception concerne le groupe « naturaliste » que l’on trouve davantage dans le périurbain. Les EPCI dont le toponyme évoque les villages ou noms de villages sont donc plus souvent à associer à la ruralité.

Noms, temps et localisation

30Il convient maintenant d’observer l’existence d’un lien entre la localisation des EPCI ruraux, leur dénomination et la date à laquelle ils adoptent leurs derniers statuts (nouvelles communautés de communes). Somme toute, existe-t-il des modes de nominations par période ? Par exemple, les EPCI naturalistes correspondent-ils aux premières créations ? S’agit-il des noms de villes et de villages ? Pour ce faire, nous avons comparé dans notre SIG intercommunal le profil des différents types de toponymes en fonction des années d’émergence des intercommunalités5. Les graphiques suivants nous montrent les résultats observables.

31La figure 4 représente le milieu des CC créées par période de deux ans.

Figure 4 : milieu de création des communautés de communes par période de deux ans.

Figure 4 : milieu de création des communautés de communes par période de deux ans.

32En considérant uniquement la proportion de communautés de communes selon le type d’espace, notons tout d’abord une accentuation du nombre de groupements entre 1992 et 1996 dans le rural. Ensuite, entre 1996 et 2002, on note une progression de la proportion d'intercommunalités dans le tiers espace tandis que le nombre d’EPCI se créant en milieu rural tend à décroître, l’adoption d’une démarche de coopération se diffuse donc plus rapidement dans le tiers espace. Remarquons aussi qu’après 2004 on assiste à un regain de création dans le milieu rural. Ce phénomène s’explique probablement par une localisation plus systématique de vides intercommunaux en milieu rural, comblés au fur et à mesure par l’action préfectorale ainsi qu’une définition de projet moins problématique que dans le périurbain compte tenu d’une faible densité.

Figure 5 : catégorisation des communautés de communes par période de création.

Figure 5 : catégorisation des communautés de communes par période de création.

33La figure 5 montre le pourcentage de chaque groupe d’EPCI dans le tiers espace selon des périodes de deux années. Si l’on se focalise sur la proportion de chaque groupe de toponymes en fonction du total des ensembles considérés, des légères évolutions de chaque ensemble toponymique apparaissent dans le temps. On retrouve les dominantes majeures évoquées préalablement. En l’occurrence, on ne peut dire qu’il y ait de grands effets tendanciels de nomination par d’espace.

34Si l’on se réfère ensuite au total de chaque ensemble identifié (figure 6), on relève quelques nuances temporelles.

Figure 6 : catégorisation des communautés de  communes par période de création.

Figure 6 : catégorisation des communautés de  communes par période de création.

35En ce qui concerne les catégories « villes groupes de villes et villages », « naturalisme » la variation de proportion n’est pas flagrante, on note donc une certaine constance dans le temps. En revanche, le groupe « référence géographique fonctionnelle » semble surreprésenté dans le périurbain lors des premières années d’expansion de l’intercommunalité intégrée. Il s’agirait pour ces espaces en quête d’identité, de se définir par rapport à des référents urbains ou ruraux fonctionnels plutôt qu’hérités. Rappelons aussi que cette proportion va de pair avec une tendance à la localisation légèrement plus forte dans le tiers espace pour ce laps de temps. Ce genre de dénomination ne caractérise pas uniquement les espaces périurbains, mais aussi des communautés de communes à caractère rural qui cherchent des repères fonctionnels.

36La référence à une « territorialité héritée » fut plus importante lors des premières années de création. Ceci peut témoigner d’une volonté précoce d’affirmation rurale dans un contexte de métropolisation, avec une offre territoriale en opposition à « la ville ». À mentionner également une amplification de la proportion de communautés de communes à la dénomination de type patrimoine/savoir-faire dans le périurbain entre 2001 et 2003. Ce phénomène caractérise donc l’entrée tardive d’intercommunalités portant des projets, mais qui se tournent sensiblement vers une connotation rurale et patrimoniale du territoire de coopération. Concernant le profil « solidarité/unité », il y a un accroissement entre 2000 et 2003 de ces référents. Ceci est à mettre en relation avec la tendance globale d’augmentation des localisations dans le tiers espace sur la période. Une double cartographie des types toponymiques de communautés de commune et des profils départementaux (réalisés avec matrice de type Bertin6) montre de fortes disparités interdépartementales (cartes 1 et 2). Certains départements présentent une grande diversité toponymiques quand d’autres sont marqués par la domination d’un type de référent. Citons les exemples antagonistes du Loir-et-Cher et du Bas-Rhin.

37La deuxième tendance est celle d’une pratique toponymique régionale. José Chaboche (2001) montre en effet que les principaux foyers de diffusion de l’intercommunalité correspondent à des régions caractérisées par une forte dimension culturelle. C’est le cas de la Bretagne qui présente une certaine homogénéité des choix toponymiques, avec des références majoritaires à des “territorialités héritées”. Cependant, cela ne s’observe pas en Alsace puisque les référents y sont multiples. À l’échelle nationale, un clivage semble globalement s’opérer entre une France de l’Ouest aux référents naturels et historiques prononcés et une France de l’Est et du Sud aux référents divers. À noter quelques phénomènes locaux comme une localisation très spécifique des EPCI à caractère solidaire à l’ouest du Calvados, tandis que les élus de la Manche et de l’Eure préfèrent évoquer les villes, villages et groupes de villages. Pour les départements jouxtant la capitale, la tendance est à la forte représentation de la catégorie « villes, villages et groupes de villages ». Le département de la Manche, quant à lui, est précoce en termes de création. Etait-il important pour les conseillers généraux de favoriser l’apparition de la coopération et donc de s’ancrer volontairement sur le vocable des communes préexistantes, afin de ne pas heurter la sensibilité des élus et des maires attachés à la trame communale (Louesdon, 2002) ?

38Les difficultés de l’émergence d’une intercommunalité intégrée dans les départements 92, 93 et 94, en proie à des batailles géopolitiques d’envergure, justifient peut-être une certaine prudence toponymique puisque la référence aux noms de villes y est majeure. Enfin, notre première carte montre globalement que les EPCI reprenant les dénominations de villes et de villages jouxtent souvent la frontière départementale. Une requête spatiale révèle que le phénomène s’élève à 58 %. Est-ce à dire que le caractère marginal de ces EPCI associé à une neutralité toponymique affichée masque une coopération faible ou forcée, gardienne des frontières départementales ?

Carte  1: communautés de communes et tendance toponymique.

Carte  1: communautés de communes et tendance toponymique.

Carte  2: communautés de communes et prépondérance toponymique départementale.

Carte  2: communautés de communes et prépondérance toponymique départementale.

Du côté des agglomérations

39Concernant les dénominations de structures urbaines de coopération intercommunale : communautés urbaines, communautés d’agglomération et syndicats d’agglomération nouvelle, une typologie distincte s’impose. On distingue un premier groupe que nous qualifierons de «”métropolisation et développement » (A). Citons dans cette catégorie des noms tels que « Chambéry Métropole », « Lille Métropole », « CA Saumur Loire Développement » ou bien encore « Grand Rodez ». L’allusion au phénomène dynamique de métropolisation (Ghorra-Gobin, 2003) y est la règle et semble exprimer une volonté de rayonnement à la fois à l’intérieur et au-delà des frontières étatiques. Le vocable de la grandeur lorsqu’il est semble également s’appuyer sur un désir d’élargissement de l’influence de l’agglomération sur sa périphérie. Quelques variantes viennent s’ajouter parfois dans le cas de la combinatoire comme l’évoque la référence naturaliste et patrimoniale de « Saumur Loire développement ». La Loire offre donc un axe le long duquel il est possible d’envisager l’extension urbaine tout en lui assurant une visibilité nationale et internationale, tant le référent est aussi touristique et patrimonial et renvoie donc à des ressources d’arrière-pays mobilisables dans le projet d’agglomération.

40Le deuxième groupe identifié (B) est lié à la notion de solidarité et d’identité communautaire. On peut citer les communautés d’agglomération CIVIS (Communauté Villes Solidaires) ou « Quimper Communauté ». Viennent ensuite les EPCI urbains à caractère purement naturaliste (C) comme les communautés d’agglomération « Arc de Seine », « Plaine Centrale du Val de Marne », « Val et Forêt ». Il faut ajouter à la liste leurs variantes hybrides, telles que les communautés d’agglomération « du Lac du Bourget », « du Plateau de Saclay », associées à un nom de ville ou encore à un pôle comme le soulignent les toponymes des EPCI « de l’Ouest de l’Étang de Berre », « Les Lacs de l'Essonne », « Montargoise et des Rives du Loing ». Nous retiendrons ensuite les EPCI faisant exclusivement référence à une ou deux villes comme en témoignent les EPCI de « Cambrai », de « Clichy sous Bois – Montfermeil » et leurs quelques variantes aux consonances plus historiques comme « Narbonnaise » ou « l’Albigeois » (D). La catégorie ensuite retenue est celle des références à une aire de polarisation : « Évry Centre Essonne », « Mulhouse Sud Alsace », « l'Ouest d'Amiens », « Toulon Provence Méditerranée » (E).

41La dernière catégorie de toponymes (F) fait expressément référence à une région géographique comme l’indiquent les noms des communautés d’agglomération suivantes : « du Pays de Flers », « du Soissonais », « du Boulonnais ».

Figure 7 : Répartition des EPCI urbains par types de toponymes urbains.

Figure 7 : Répartition des EPCI urbains par types de toponymes urbains.

42Le groupe le plus représenté (cf. figure 7) est celui des EPCI urbains faisant directement référence à une ville ou un groupe de villes vient ensuite la catégorie « développement, métropolisation » puis le groupe des EPCI urbains naturalistes.

Figure 8 : toponymie des EPCI « urbains » et population.

Figure 8 : toponymie des EPCI « urbains » et population.

43L’étude de la relation entre noms des EPCI et nombre d’habitants (figure 9) est riche d’enseignements. La proportion de la dénomination groupe « métropolisation et développement » varie clairement avec la population du groupement. Surreprésenté dans le haut de la hiérarchie urbaine, ces toponymes se raréfient en dessous de 100 000 habitants, et décroissent régulièrement comparativement aux autres profils. Ces toponymes traduisent un positionnement à l’échelle européenne et mondiale pour lequel toute référence naturaliste viendrait brouiller la symbolique urbaine (dynamisme, modernité, attractivité, compétitivité). A des niveaux plus bas de hiérarchie urbaine, le choix des toponymes s’ancre davantage dans la ruralité en prenant appui sur une région géographique spécifique. On retrouve donc des pôles urbains de taille modeste revendiquant la domination d’un arrière-pays rural. Le groupe « région géographique » montre également cette tendance à l’annexion des périphéries rurales quels que soient la dimension avec tout de même, une surreprésentation entre un peu moins de 200 000 et un peu plus de 1 million d’habitants, c’est à dire là où la référence naturaliste s’estompe.

44À noter quelques exceptions intéressantes si l’on se focalise uniquement sur l’appellation métropole avec quelques groupements au faible nombre d’habitants. Les écarts de population sont considérables entre les EPCI ayant opté pour ce type de nom (figure 9).

Figure 9 : :EPCI et métropolisation.

Figure 9 : :EPCI et métropolisation.

45Outre les grandes métropoles de province que sont Marseille, Lille et Nantes, et qui disposent du statut de communauté urbaine7, font appel à cette référence quelques grandes agglomérations dynamiques (Grenoble, Rennes) ou en perte de vitesse (Saint Etienne, Metz), mais aussi plusieurs villes moyennes en quête de dynamisme et de reconnaissance.

46Si l’on s’intéresse à l’adjectif « grand » et à sa mobilisation toponymique, qui va du « Grand Dax » au « Grand Toulouse », il se rapporte toujours à la ville centre et l’écart est dès lors considérable entre cette commune et la population totale du groupement.

47Si l’on tient compte des différentes combinaisons toponymiques, l’association ville/ aire d’influence (« Lannion-Trégor » par exemple) rencontre le plus vif succès, suivi par l’association « référent naturaliste » et « aire de polarisation » et ceci aux niveaux inférieurs de hiérarchie urbaine.

48Parmi les triples combinaisons, retenons le choix de l’association nature/ville/pays avec l’exemple de la communauté d’agglomération du « Pays de Montauban et des trois rivières » ou bien encore de l’association du vocable lié au développement de la ville et de son espace d’influence : communauté du « Pays de Vannes agglomération ». Ce dernier exemple d’association des notions d’agglomération et de pays montre la prise de distance avec le principe retenu par le législateur, et évoqué par Michel Bussi (2002), d’un clivage agglomération urbaine/rural (y compris petite ville) pour la composition des groupements intercommunaux intégrés.

Conclusion : Territoires en promotions et promotion de territoires

49La nomination des territoires de coopération n’est pas neutre et les tendances dégagées précédemment ouvrent des pistes sur les logiques des politiques de marketing territorial.

50Les responsables « intercommunaux » se jaugent au travers de politiques de communications « internes », ou « externes »8 vantant les ressources et projets territoriaux. Et si la géographie sert parfois à faire la guerre, dans le cadre du marketing territorial c’est de guerre économique et de concurrence entre territoires qu’il s’agit. Ainsi, le vocabulaire et les techniques de l’art de la vente se fondent souvent avec des processus de défense ou de fabrication d’une identité locale nés de compromis internes parfois difficiles. Pour vendre de la réalité géographique, il faut un discours adapté qui colle au plus près des habitus des citoyens électeurs et des références et pratiques des investisseurs.

51Finalement, la grande variété des dénominations des territoires de coopération intercommunale, pourrait laisser supposer qu’il existe une infinité d’argumentaires visant à vanter leurs mérites. Or, nous avons identifié quelques grandes tendances qui méritent maintenant d’être confrontées à l’analyse de l’intégralité des supports de communication des politiques territoriales des groupements de communes et à être mis en regard de leurs politiques effectives.

Haut de page

Bibliographie

Bailly G., 2008, « Cantons et établissements publics de coopération intercommunale : de l’analyse spatiale aux jeux d’acteurs”, in Y. Lagadec, J. Le Bihan et JF. Tanguy (dirs), Le canton, un territoire du quotidien dans la France contemporaine, 1790-2006, Presses Universitaires de Rennes (à paraître).

Baudelle G. et Chaboche J., 2002, « Les logiques spatiales de l’intercommunalité », Cahiers nantais, De la campagne à la ville, n°58, p. 95-109.

Bussi M., 2002, « Pays, agglomérations : quelle recomposition territoriale ? Mode ou révolution ? », Études Normandes, n°4, p. 9-20.

Bussi M, 2001, L’espace négocié. Démocratie électorale et développement local, Habilitation à diriger des Recherches, Université de Rouen..

Cartier S., 2004, « Terroirs en nuances », Strates, nº 11.[En ligne] http://strates.revues.org/document396.html

Chaboche J., 2001, « La diffusion spatiale de l’intercommunalité à fiscalité propre », Mappemonde, n°63, p. 35-39.

Claval P, 1978,  Espace et pouvoir, Paris, PUF

Dardel E, 1990, L'Homme et la terre : nature de la réalité géographique, Paris, Éd. du CTHS.

Delfosse C., Prost J-A, 1998, « Transmission et appropriation des savoirs fromagers : un siècle de relations entre industriels de Roquefort et transformateurs corses », Ruralia, n°02, http://ruralia.revues.org/document27.html

Di-Méo G, 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université.

Ghorra-Gobin C. (dir.), 2003, « Mondialisation/Métropolisation », numéro spécial de Géographie et Cultures, n°48.

Giraut F., 2005, Fabriquer des territoires. Utopies, modèles et projets, Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Paris I-Sorbonne.

Giraut F., 1999, « L’idéologie du tout territorial et la dérive autochtoniste : les inquiétudes d’un observateur engagé », juin 1999, CPAU/Hégoa, p 9-12.

Gontcharoff G, 2000, l’Odyssée municipale, tome 3, La coopération intercommunale et le développement local, Paris, ADELS

Guillemet D, 1999, « Pour une géohistoire des « Pays » du Centre-Ouest atlantique avant la révolution : Problématique, indicateurs cartographiques et Système d’Information Géo-Historique (SIGH) », Norois, n°181, p.  21-38

Hervé M., 1999, Intercommunalités et gouvernements locaux : l'exemple des départements de l'Ouest de la France, Paris, l’Harmattan

Jacob C, 1992, L’Empire des cartes approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, Bibliothèque Albin Michel Histoire, p. 114.

Le Bras H. et DECAUSSE, 2004, « Compétences, identité intercommunale », Intercommunalité, n°83, p. 12

Levy J. (dir), 1991, Géographies du politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques

Louesdon G., 2002, « Intercommunalité et forces politiques : le cas de la Basse-Normandie. Découpages territoriaux et identitaires », Études normandes, n°4, p. 39-56

Ozouf-Marignier M-V, 1989, La Formation des départements : la représentation du territoire français à la fin du 18e siècle, Paris, Éd. de l'École des hautes études en sciences sociales

Raffestin C, 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Librairies techniques

Retaillé D., 1996, « L’impératif territorial », Cultures & Conflits, nº21-22 p. 21-4

Vanier M. et Desplanques J. (dirs.), 1998,  Les découpages du territoire, zonage et maillage du savoir, du pouvoir et de l’action , Insee méthode, nº 76-77-78

Haut de page

Notes

1  Site de la Direction générale des collectivités locales, http://www.dgcl.interieur.gouv.fr/

2  Entretien de l’auteur avec le président de la communauté de communes du Gros-Jacques, juillet 2006.

3  Le cas particulier des EPCI dont le toponyme évoque explicitement le cadre cantonal a été traité à l’échelle française (Bailly, 2008).

4  cité par V. Golaz et V. Dupont, « Dynamiques périurbaines : population, habitat et environnement dans les périphéries des grandes métropoles », compte-rendu de l’atelier de Delhi (INED), 2004, [En ligne] http://www.ceped.org/cdrom/dynamiques_periurbaines/html/restitution.htm

5  Les dates de création ou de modification des statuts nous ont été aimablement fournies par l’ADCF pour les années allant jusqu’en 2003. Nous avons ensuite, actualisé la base en fonction des données fournies annuellement par la DGCL.

6  Voir la dernière édition du traité du sémiologue : Bertin J. et al, 1999, Sémiologie graphique, Paris, Gauthier-Villars.

7  Notons deux particularités avec les CU du Mans et de Brest, qui n’atteignent pas le seuil souhaité pour être qualifiées de communautés urbaines (fixé à 500 000 habitants) mais qui possèdent cependant ce statut du fait de leur antériorité à la loi Chevènement de 1999.

8  15 ans de l’ADCF, Amiens, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Sous groupes et combinaisons toponymiques.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 2 : répartition des communautés de communes par champ typologique.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-2.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 3 : communautés de communes et distance à l’aire urbaine.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Titre Figure 4 : milieu de création des communautés de communes par période de deux ans.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-4.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 5 : catégorisation des communautés de communes par période de création.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-5.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure 6 : catégorisation des communautés de  communes par période de création.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-6.png
Fichier image/png, 114k
Titre Carte  1: communautés de communes et tendance toponymique.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Carte  2: communautés de communes et prépondérance toponymique départementale.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 7 : Répartition des EPCI urbains par types de toponymes urbains.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-9.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 8 : toponymie des EPCI « urbains » et population.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-10.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure 9 : :EPCI et métropolisation.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/317/img-11.png
Fichier image/png, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Bailly, « Nommer les espaces de coopération intercommunale », L’Espace Politique [En ligne], 5 | 2008-2, mis en ligne le 17 décembre 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/317 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.317

Haut de page

Auteur

Guillaume Bailly

Laboratoire MTG/UMR IDEES 6266 CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org