Navigation – Plan du site
Trafic en Asie du Sud-Est

Lutte anti-trafic transfrontalière en Asie du Sud-Est : la coopération subrégionale comme tremplin pour le régionalisme en matière de sécurité

Countering Cross-Border Trafficking in Southeast Asia: Subregional Cooperation as a Catalyst for Security Regionalism
Stéphanie MARTEL

Résumés

L’Asie du Sud-Est est un terreau fertile pour les menaces dites « non traditionnelles » à la sécurité. Le développement de la coopération multilatérale est aujourd’hui largement considérée comme le meilleur moyen de lutter contre ce type d’enjeux transnationaux et/ou non militaires. L’Association des Nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN) est la cible de nombreuses critiques concernant la difficulté de l’organisation à faire progresser la coopération régionale en matière de sécurité au-delà de l’établissement de la confiance mutuelle entre ses membres. La culture diplomatique de l’ASEAN est pointée du doigt comme la source de son incapacité à contribuer significativement à la résolution pacifique des conflits territoriaux, notamment en mer de Chine méridionale. Toutefois, elle se révèle adaptée à la mise en place de mécanismes subrégionaux qui visent à renforcer la sécurité non traditionnelle, notamment dans le cas du trafic de drogue. L’analyse de l’élaboration de mécanismes subrégionaux de sécurité, de leur compatibilité avec les objectifs de sécurité régionale et de la possibilité de délimiter des aspects consensuels autour desquels bâtir la coopération met en lumière l’importance d’inclure la sécurité non traditionnelle dans l’étude du régionalisme en Asie du Sud-Est.

Haut de page

Texte intégral

1La notion de carrefour sert souvent à qualifier l’Asie du Sud-Est. Elle évoque à la fois ses héritages ethnoculturels variés, l’intensité des flux économiques la traversant et les traits géophysiques qui la caractérisent (de Koninck, 2003). Cette spécificité peut à prime abord renforcer le sentiment d’avoir affaire à une région, certes difficile à délimiter, mais justement reconnaissable à l’extrême diversité de langues, de religions et de cultures au sein même des États qui la composent (Kratoska et ali., 2005). Or la porosité des frontières que cette diversité induit en bonne partie est en fait beaucoup moins avantageuse en ce qui concerne la sécurité régionale. À l’heure où les enjeux dits « non traditionnels » – non militaires et transnationaux – prennent de plus en plus d’importance dans l’agenda de sécurité des gouvernements nationaux comme de l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN), il est aujourd’hui reconnu que la région sud-est asiatique est un terreau propice au déploiement de ce type de menaces, qui se complexifient depuis le début du 21ème siècle (Tagliacozzo, 2009 ; Emmers, 2003b, p.30).

2Le terme de « sécurité non traditionnelle » (ou globale) est utilisée pour se distinguer d’une approche plus conventionnelle de la sécurité, dominante en Relations internationales jusqu’à la fin de la Guerre froide, qui en circonscrivait la définition à l’absence de guerre entre les États (Buzan et ali., 1998). Elle regroupe parfois des questions de sécurité humaine – un concept moins consensuel –, telles les catastrophes naturelles, les pandémies, les réfugiés environnementaux et les crises alimentaires. Cette catégorie réunit en priorité toute une série d’activités opérées dans les interstices du contrôle étatique : terrorisme international, piraterie maritime, migration clandestine, contrebande, etc. (Tan A. et ali., 2001). Au rang de ces activités, qui attirent une attention croissante de la part d’auteurs privilégiant une définition élargie et approfondie de la sécurité (Buzan et ali., 1998; Booth, 2007; Bigo, 2006; Balzacq, 2005; Caballero-Anthony et Emmers, 2006), les trafics illicites transfrontaliers, qui se sont développés avec force dans l’ensemble des pays d’Asie du Sud-Est, ont capté en priorité l’attention des composantes de l’ASEAN depuis plusieurs années. Le trafic de drogue, en particulier, est certes ancien dans la région, déjà florissant durant l’ère coloniale, mais il est à nouveau en plein essor et, surtout, en voie de diversification depuis le milieu des années 1990.

  • 1 Le Forum régional de l’ASEAN (ARF) est composé des pays de l'ASEAN, mais comprend également l'Austr (...)
  • 2 Zone frontalière entre la Thaïlande, le Laos et l’État Shan de Birmanie, empiétant sur le Yunnan ch (...)
  • 3 Le détroit de Malacca sépare l’île indonésienne de Sumatra et la péninsule malaise (en plus de Sing (...)
  • 4 Relie l’est de Bornéo/Kalimantan au sud des Philippines.

3Les gouvernements de la région s’entendent désormais sur le fait que la pertinence de l’ASEAN dépend de sa capacité à s’adapter à un environnement de sécurité imprévisible, et reconnaissent l’inefficacité des dispositifs nationaux à enrayer seules des menaces qui transcendent leurs frontières (Tan A. et ali., 2001). Ce consensus avait entre autres justifié la création du Forum régional de l’ASEAN en 19941 (Emmers, 2003b, p.30). Il favorise en outre la mise en place d’initiatives de coopération entre les États, qui semblent aujourd’hui concevoir la préservation, voire l’accroissement de leur faible contrôle sur leurs frontières nationales comme dépendant d’une collaboration avec leurs voisins. Ces mécanismes apparaissent d’autant plus nécessaires que les trafics illicites se complexifient dans la région. En effet, on pouvait auparavant distinguer des pays producteurs, des pays de transit et des pays destinataires lorsqu’on analysait les modalités des trafics (Boivin, 2010, p.109 ; Bartilow et Eom, 2009, p.118 ; Sauterey, 2008). Or, ces catégories sont rendues obsolètes à mesure que les lieux de production, les modes de distribution et les itinéraires employés se diversifient au gré de l’adoption de mesures visant à les enrayer (Chouvy, 2003, p.235 ; Tan D., 2010, pp.3-6). La corruption endémique dans la région présente par ailleurs peu de signes d’amélioration. Le triangle d’Or2 (McCoy, 2003 ; Chouvy, 2003 ; Chin, 2009) et le détroit de Malacca3 (Fau, 2007 ; Tagliacozzo, 2005) sont aujourd’hui des cibles réputées de la criminalité transnationale. D’autres espaces plus marginaux, comme la mer de Sulu4 et le « triangle d’Émeraude », une zone frontalière entre le Cambodge, le Laos et la Thaïlande qui déborde sur le Viêt-Nam, ont également gagné en notoriété auprès des autorités anti-trafic (ONCB, 2009, p.12 ; U.S. Department of State, 2009, p.92).

4À l’heure où le développement de la coopération multilatérale semble crucial, l’ASEAN émerge encore péniblement de la plus importante crise de légitimité de son histoire. Alors qu’elle avait été érigée en modèle de régionalisme pour les pays en voie de développement au début des années 1990, l’enthousiasme général est rapidement retombé (Boisseau du Rocher, 2009, p.269). Depuis la « crise asiatique » de 1997, elle est la cible de critiques récurrentes quant à son immobilisme face à l’émergence de questions de sécurité perçues comme caractéristiques d’un monde globalisé (Jones & Smith, 2006, p.2). La persistance de tensions interétatiques sur la délimitation territoriale, qui resurgissent périodiquement dans l’actualité, continue de miner sa crédibilité (Emmers, 2007, p.7). Outre les incidents récurrents en mer de Chine méridionale (Storey, 2011), un épisode récent en matière de démarcation frontalière, qui a opposé militairement le Cambodge et la Thaïlande aux environs du temple de Preah Vihear début 2011, n’a rien fait pour redorer le blason de l’ASEAN sur la scène internationale. La présidence tournante alors assurée par l’Indonésie a peiné à faire accepter aux parties l’envoi d’observateurs sur les lieux du contentieux et s’est révélée largement inefficace, bien que les parties aient finalement opté pour une résolution diplomatique. Les perspectives d’intégration sur la sécurité régionale restent certainement limitées par ces tensions de type « traditionnel », qui opposent les États entre eux au plan militaire dans un jeu à somme nulle. Toutefois, se concentrer sur la lutte contre les trafics illicites transfrontaliers permet d’adopter une position un peu moins pessimiste de l’avenir de la coopération multilatérale en Asie du Sud-Est.

5Le présent article vise à démontrer que malgré la nécessité de tenir compte de problèmes inhérents à l’Asie du Sud-Est en termes de sécurité transfrontalière comme de régionalisme, la lutte anti-trafic sur des portions de frontières ciblées ouvre la voie à un progrès de la coopération sur la sécurité régionale, et ce malgré la persistance de tensions territoriales. Dans un premier temps, la démonstration se concentrera sur les perceptions de la frontière en Asie du Sud-Est. En deuxième lieu, il s’agira de montrer que la poursuite d’accords bilatéraux sur la sécurité transfrontalière ne doit pas nécessairement être perçue comme un rejet du multilatéralisme à l’échelle régionale. Dans une troisième section, un mécanisme de coopération transfrontalière en Asie du Sud-Est continentale sera étudié afin d’analyser plus en détails les tendances actuelles de la coopération anti-trafic dans la région. Enfin, il semble intéressant de relever que les trafics illicites transfrontaliers permettent un certain compartimentage de la coopération, qui fait en sorte que des États parmi lesquels la confiance mutuelle peine encore à s’établir durablement sont en mesure de collaborer.

La multiplicité des représentations de la frontière en Asie du Sud-Est

6La frontière est la clé de voûte de toute étude sur les phénomènes transnationaux. Le terme lui-même est polysémique : il peut représenter à la fois une zone, une ligne, ou un amalgame de ces deux formes. Des travaux de géographie politique en langue anglaise, en s’inspirant de J. R. V. Prescott, distinguent ainsi les mots frontier, boundary et border (in Winichakul, 1994, p.94). L’acception moderne de la « frontière » peut généralement être associée au terme border, autrement dit à une zone longeant une ligne. Elle sert à la délimitation des prérogatives nationales en termes de souveraineté, mais également de filtre à la circulation de biens licites – et illicites (Chouvy, 2010, pp.307-312).

7Les États d’Asie du Sud-Est adhèrent évidemment à cette vision de la frontière aujourd’hui, mais restent néanmoins confrontés à la porosité de leurs territoires nationaux. Celle-ci peut non seulement s’expliquer par le fait que le principe d’intangibilité des frontières coloniales n’y fait pas consensus, mais surtout par la survivance de visions concurrentes de la frontière, dont certaines prennent racine bien avant la colonisation et qui résistent à l’entreprise étatique moderne visant à renforcer le contrôle du centre sur ses marges. La poursuite de comportements transfrontaliers hérités d’une époque où la souveraineté rayonnait par cercles concentriques (Lombard, 1990, pp.90-94 ; Winichakul, 1994, p.75 ; Thiesmeyer, 2010, p.62), non contrainte par des délimitations linéaires mises en place tardivement, est aujourd’hui repoussée dans l’informalité (Fau, 2007, p.53). C’est en partie en raison de telles dynamiques de concurrence sur la frontière que les trafics illicites foisonnent dans certains espaces, qu’Eric Tagliacozzo qualifie d’« interstitiels ». Il en définit quatre types :

la périphérie, où le contrôle « étatique » est limité depuis l’époque précoloniale par la distance qui la sépare de la capitale ;

le goulot d’étranglement naturel, telles les passes montagneuses ou les détroits ;

la confusion urbaine, lorsque l’État est aveuglé par la frénésie du développement économique ;

la corruption des autorités, qui n’est pas géographiquement située, mais constitue tout de même un « espace interstitiel » que les trafiquants exploitent régulièrement à la frontière.

8Que la conception étatique de la frontière soit transgressée par l’emprunt d’itinéraires à l’abri du regard de l’État, en exploitant les conditions du terrain ou en ayant recours aux pots-de-vin, ces dynamiques façonnent les différentes manifestations d'un même phénomène. Il est ainsi difficile de contester que la fixation puis le renforcement des frontières, notamment par l’introduction de contrôles douaniers, ont favorisé l’émergence (ou la réémergence, en quelque sorte) d’économies aujourd’hui qualifiées d’illicites (Tagliacozzo, 2005, p.6).

9Contraints dans l’exercice de leur souveraineté par cette concurrence informelle à leur monopole sur la gestion des frontières, et les formes de résistance particulières qui en découlent, les États perçoivent aujourd’hui la coopération comme un moyen de réaffirmer des objectifs nationaux désormais harmonisés sur les questions transnationales (Acharya, 2009, p.61-62). Au-delà d’un mal nécessaire à l’enrayement des trafics illicites transfrontaliers, la coopération interétatique sur des portions de frontières précises présente en fait des avantages durables pour la préservation de l’intérêt national, dont la souveraineté et l’intégrité territoriale en sont encore les principales expressions. Des mécanismes interétatiques, notamment multilatéraux, mis en place entre États voisins pour lutter contre les trafics peuvent ainsi permettre de travailler à une réappropriation par les centres de leurs périphéries, autrement dit à une réaffirmation de leur contrôle sur leurs frontières. Celles-ci restent certes encore sujettes à des prétentions interétatiques, elles aussi concurrentes, relevant d’une définition conventionnelle de la sécurité. Or, il apparait envisageable que la coopération sur la sécurité non traditionnelle, puisqu’elle repose sur une gestion commune de la frontière, puisse avoir des répercussions sur d’autres aspects plus sensibles des relations entre États voisins sur la sécurité. En effet, le renforcement de la confiance mutuelle s'opère plus facilement sur des questions ne mettant pas en opposition directe les partenaires de la coopération.

La poursuite des mécanismes bilatéraux comme principe constituant de l’ASEAN

  • 5 L’ASEAN Way regroupe les principes de non-ingérence, de consensus et de compromis, l’attachement au (...)

10Depuis la signature en 1991 des accords de Paris sur le conflit cambodgien, l'ASEAN a certainement contribué à un apaisement général des tensions entre ses membres, mais n’est pas parvenue à faciliter leur règlement (Jones & Smith, 2007, p.153 ; Emmers, 2007, p.7). Elle est d’ailleurs régulièrement accusée de « balayer sous le tapis » les points de friction potentiels (Acharya, 2009, p.6). L’inclusion en 1997 de la Birmanie (Myanmar), considérée jusqu’à récemment comme un État paria par la communauté internationale, est l’expression claire de cette dynamique (Boisseau du Rocher, 2009, p.274). Plus généralement, la réaffirmation constante par les États membres de leur attachement au principe de non ingérence, au bilatéralisme, aux mécanismes ad hoc de coopération, à la recherche du consensus, à l’informalité et au caractère non contraignant de la prise de décision comme principes fondamentaux de la culture diplomatique de l’ASEAN (ASEAN way) semble confiner l'organisation dans l’impasse (Emmers, 2003b, p.22 ; Caballero-Anthony, 2005, p.4 ; Jones et Smith, 2006).5

  • 6 Les membres fondateurs de l’ASEAN sont l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la T (...)
  • 7 Le sultanat de Brunei est admis en 1984, le Laos et le Viêt-Nam en 1995, la Birmanie en 1997 et le (...)

11Certains auteurs se sont néanmoins attachés à présenter le projet de communauté ASEAN 2015, inauguré par la Déclaration de Bali sur l’ASEAN Concord II en 2003, comme une preuve de la capacité d’innovation de l’organisation. Ils font référence à cet accord comme la première manifestation d’une volonté de certains États membres de faire évoluer l’ASEAN vers des règles plus contraignantes et d’adapter l’ASEAN way au contexte actuel afin de former une « communauté de sécurité » (Ferguson, 2004, p.393;415 ; Caballero-Anthony, 2010 ; Acharya, 2009 ; Haacke, 2009 ; Simon, 2010, p.58). Après une phase de consolidation de l’ASEAN à cinq6 membres à partir de sa formation en 1967, et l’élargissement à dix7 membres de 1984 à 1999, l’organisation aurait amorcé une étape de reconsolidation à partir de la fin des années 1990 (Caballero-Anthony, 2005, p.6). Cet intervalle est avant tout caractérisé par le renforcement de la confiance mutuelle en décalage entre deux générations de membres (Acharya, 2009, p.123). Il doit permettre à l'organisation d'entreprendre une adaptation à l’air du temps des normes de l’ASEAN way qui régissent encore les rapports entre ses membres (Jones, 2010, p.484).

12Or, cette évolution pressentie doit être réinscrite dans le temps long, au-delà de l’échéancier prescrit pour l’établissement de la dite communauté – 2009-2020 initialement, puis devancé à 2015. Les derniers arrivants, des pays que plusieurs auteurs englobent sous l’appellation « bloc CLMV » – Cambodge, Laos, Myanmar et Viêt-Nam –, ont en effet posé le respect in extenso des principes de l’ASEAN way comme condition de leur adhésion (Caballero-Anthony, 2005 ; Frost, 2008, p.135). Ces États résistent aux propositions avancées dans certains domaines par des membres qui se sont révélés plus progressistes en matière de coopération régionale, comme la Thaïlande, les Philippines et l'Indonésie. La recherche du consensus au sein de l'organisation fait en sorte que le plus petit dénominateur commun est régulièrement privilégié (Acharya, 2009, p.61).

13Les mécanismes prévus afin d’assumer la formation d’une ASEAN à deux vitesses, vue comme inévitable, permettent toutefois à certains membres souhaitant poursuivre plus avant leur coopération d’y travailler sans qu’une adhésion de l’ensemble des composantes ne soit nécessaire. La formule « ASEAN-2 + x » permet à deux membres ou plus de développer la coopération dans un domaine particulier sans la participation de leurs homologues (Caballero-Anthony 2005, p.269). Si cette méthode a initialement été élaborée pour le domaine économique, cela n’a pas empêché les parties de la transposer à la coopération en matière de sécurité (Frost, 2008, p.148). De manière générale, l’organisation encourage la poursuite des ententes bilatérales, trilatérales ou subrégionales en adéquation avec les objectifs régionaux, dans l’espoir qu’elles servent de fondations à la naissance de formations plus grandes. Elles n’ont pas pour le moment eu l’effet d’entraînement escompté chez les membres plus réticents, mais il est important de noter la mise en place d’initiatives concrètes de coopération sur la sécurité non traditionnelle entre les pays du bloc CLMV qui ont conscience de partager une vision a minima du régionalisme. En outre, ces mécanismes incluent parfois la Thaïlande, comme dans le cas du programme des Border Liaison Offices.

14Le fait de privilégier des ententes subrégionales peut aisément être assimilé à un rejet de l’intégration comme processus devant mener à un régionalisme véritablement multilatéral. Pourtant, dans le contexte d’un consensus difficilement atteignable parmi des États encore méfiants les uns des autres, ce type d’ententes reflète la préférence des membres de l’ASEAN pour une approche coopérative de la sécurité misant sur la préservation d’accords bilatéraux comme fondement du multilatéralisme (Emmers, 2003b, p.50; Ganesan & Amer, 2010, p.xvii-xviii). La coopération subrégionale semble ainsi être la voie à privilégier pour faire progresser la sécurité de la région à l’heure actuelle. La coopération régionale sur la sécurité doit alors être conçue comme une toile d’accords bilatéraux (voire trilatéraux ou plus) compatibles avec les objectifs régionaux, plutôt que comme dépendante de l’établissement d’une véritable communauté ASEAN, faite de rapports exclusivement pacifiques, d’une bonne volonté systématique et d’intérêts équivalents (Buzan et ali. 1998 ; Acharya, 2009). Au delà d’un « régime » de sécurité où l’usage de la force n’est pas hors de question, mais néanmoins relégué à l’anormalité dans les rapports interétatiques (Emmers, 2003b, p.2), la formation d’une « communauté » de sécurité, définie comme « un groupe d’États qui interagissent de manière pacifique sur le long terme, et qui ont renoncé à l’usage de la force dans le règlement de leurs conflits » (Acharya, 2009, p.1), centrée sur l’ASEAN semble pouvoir être envisagée à long terme. Une progression non linéaire, caractérisée par des reculs ponctuels mais néanmoins surmontables, se révèle tout particulièrement possible si l’on se concentre sur les enjeux non traditionnels de sécurité comme permettant d’atteindre des gains absolus de manière plus évidente pour les États. Le fait que la coopération subrégionale, qui se traduit souvent par une préférence pour les accords bilatéraux, semble mieux adaptée à l’état actuel des rapports interétatiques au sein de l’ASEAN ne contredit pas nécessairement cette tendance.

15La préférence pour le bilatéralisme et plus généralement une approche coopérative de la sécurité régionale est une position explicite des membres fondateurs de l’ASEAN. L’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande ont choisi de former une organisation visant avant tout à contrer les insurrections communistes ou sécessionnistes sur leurs territoires respectifs (Emmers 2003b, p.15). Il s’agissait d’éviter, en érigeant le principe de non ingérence au rang de doctrine, qu’un État n’appuie un mouvement insurrectionnel au sein du territoire d’un voisin dans le but de le déstabiliser et de faire avancer ses propres intérêts, notamment sur la question des frontières (Acharya, 2009, p.61-62). Malgré le contexte de tensions qui caractérisait alors, bien plus qu’aujourd’hui, les relations entre les pays de la région, la définition d’une menace commune avait permis de favoriser un premier essor de la coopération multilatérale. Pourtant, étant donné la rivalité ambiante et les intérêts que les membres cherchaient à assurer par celle-ci, définir l’objectif à long terme de la coopération comme une délégation de souveraineté à une entité supranationale ou encore la création d’une alliance de sécurité collective étaient évidemment hors de question. La coopération régionale étant alors perçue comme un moyen de préserver la souveraineté nationale et la légitimité des gouvernements autoritaires en place (Boisseau du Rocher, 2009, p.262 ; Camroux et Domenach, 1997, p.60 ; Jones et Smith, 2006), le bilatéralisme restait l’outil privilégié pour assurer la sécurité dans la région.

16Cette vision de la sécurité a été entérinée dans le cadre des accords qui ont accompagné la consolidation de l’organisation, dont le Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) de 1976 (Frost, 2008, p.134). Il s’agissait alors de rejeter une approche fondée sur un pacte de défense, qui aurait consacré une instrumentalisation d’autant plus grande des puissances étrangères dans le cadre de la Guerre froide (Caballero-Anthony 2005, p.16). Avec la déclaration sur l'ASEAN Concord I la même année, l'association reconnaissait explicitement, au rang de ses principes constituants, l'adéquation de la continuité de formes de coopération ne mettant pas ouvertement l'ASEAN en scène sur des questions de sécurité, dans le respect des objectifs régionaux (Acharya, 2009, 61).

17Cette préférence est maintenue encore aujourd'hui et s’exprime par la continuité des accords de défense qui lient certains membres de l’ASEAN à des puissances externes mais bien présentes dans l’environnement stratégique de la région – États-Unis, Chine et Japon (Emmers, 2003b, p.122 ; Katsumata, 2009, p.4). Elle se manifeste également par l’entremise de plusieurs types de dispositifs intra muros, qui ont tous pour objectif de renforcer la gestion de la sécurité aux frontières tout en contournant les points de friction interétatiques sur leur délimitation. Il s’agit de résoudre ces problèmes de manière concrète, sur le terrain, sans avoir à en référer systématiquement aux capitales, occupées à mener une diplomatie des frontières au niveau officiel (Acharya, 2009, p.61-62). Ce type de mécanismes ne remet pas nécessairement en cause l’avancée de la coopération dans le cadre de l’ASEAN. La sécurité régionale peut être considérée comme assurée lorsque les États reprennent le contrôle face à un réseau de menaces prenant avant tout place sur des portions bien précises du territoire formant cette région (Buzan et ali., 1998, p.159-161). Si l’on considère la sécurité non traditionnelle comme passant par une approche ciblée sur chaque enjeu, cet aspect rend pertinent l’emploi de mécanismes bilatéraux (Simon, 2007, pp.25-27; 2011, p.55).

  • 8 Joint Border Commissions (ou Committees).
  • 9 Memorandum of Understanding (MoU) ou protocoles d’entente.

18Au rang de ces dispositifs de sécurité transfrontalière, la commission interfrontalière8 et le protocole d’entente (MoU)9 restent les plus courants. Le premier mécanisme encadre les opérations de bornage et de marquage des frontières et assure des rencontres bilatérales qui ont une importance particulière en cas de litiges. La commission est généralement instaurée en lien avec un enjeu particulier de sécurité interfrontalière : insurrections à caractère sécessionniste, flux clandestins, etc. (Caballero-Anthony, 2005, p.50). Les ententes contractées dans ce cadre donne parfois lieu à la signature de MoU, qui visent avant tout à encadrer et favoriser l'échange d'informations entre les parties comme le renforcement des capacités de chacun. La tenue d'opérations conjointes, de formations des agents et un soutien technique et financier dans le cadre de tels accords sont privilégiés dans le but d'améliorer la sécurité aux frontières. Il s'agit de l'expression la plus concrète d'une reconnaissance par les États participants de leur interdépendance sur des questions de sécurité transfrontalière, malgré les disparités en termes de moyens (Haacke, 2009, p.433). En suivant ce raisonnement, le Viêt-Nam mène de telles activités de manière régulière au Laos parce qu’il considère le renforcement des capacités de contrôle frontalier de son voisin comme relevant de son propre intérêt national. Les MoU étant par ailleurs régulièrement réaffirmés lors de rencontres officielles sur la lutte anti-trafic ou sur la sécurité frontalière de manière générale, on peut raisonnablement estimer que la perception de la part d’États voisins de la possibilité de dépasser un simple jeu à somme nulle pour atteindre des gains absolus en matière de sécurité via la coopération est bien présente dans la région, malgré la persistance de tensions aux frontières. Relever l’importance de ce type de motivations pour les États est parfaitement compatible avec des explications mettant plutôt en lumière la pression normative exercée par l’ASEAN, via ses membres les plus « progressistes », sur les membres les plus réticents face au processus régional (Katsumata, 2009, pp.8-11).

  • 10 Il s’agit d’une expression répandue pour qualifier les courriers transportant de petites quantités (...)

19Outre les commissions interfrontalières et les MoU, les accords interétatiques en matière de défense, les opérations conjointes hors du cadre des MoU, l’échange d’intelligence et le partage d’expériences participent également à l’amélioration de la sécurité régionale par le biais du bilatéralisme. À ces mécanismes s’ajoute la tenue de diverses rencontres plus ou moins formelles entre les hauts représentants des agences anti trafic sur le renforcement de la sécurité aux frontières. Des accords bilatéraux de ce type sur la lutte anti trafic sont également signés périodiquement entre des pays membres l’ASEAN ne partageant pas de frontière commune. Le Cambodge et Singapour se sont par exemple entendus en mars 2011 pour mettre en place une équipe conjointe chargée de travailler à la détection de chargements de drogue transitant entre les deux pays (Agence Kampuchea Press, 2011). La Thaïlande et les Philippines ont également signé un accord en avril 2011 sur la lutte contre le crime organisé transnational et le recrutement de femmes comme « mules10 » par les trafiquants de drogue (The Philippine Star, 20 avril 2011). Il s’agit d’un problème qui touche particulièrement les deux pays, cibles privilégiés de syndicats iraniens et ouest-africains ayant l’habitude d’un tel procédé (Global SMART Program, 2010, p.129-130).

Les Border Liaison Offices, un exemple d’entente subrégionale sur la lutte anti-trafic

20L'un des exemples les plus constants d'une forme de coopération subrégionale encadrée par un protocole d'entente reste le Memorandum of Understanding on Drug Control qui lie l'ensemble des pays de la sous-région du Grand Mékong, avec le soutien de l'Office des Nations Unies sur la Drogue et le Crime (UNODC). Signé en 1993 entre le Laos, la Birmanie, la Thaïlande et la Chine, il a été élargi en 1995 avec l'inclusion du Cambodge et du Viêt-Nam. Cet accord a permis la mise en place d'une initiative relativement prometteuse : le programme BLO – pour Border Liaison Offices. Réaffirmé en 2001, il a permis aux États participants de mettre en place un plan d'action subrégional déterminant notamment les modalités de son financement (UNODC, 2009, pp.2-4). Ce développement est intéressant, puisque l’injection de fonds par les participants constitue souvent la pierre d’achoppement des discussions similaires dans le cadre de l’ASEAN (Emmers, 2003a, p.428).

Un programme au potentiel certain…

21Les Border Liaison Offices ont vu le jour en 1999. Il s'agit de l'un des aspects du programme « Impact » de l’UNODC, qui vise la réduction des trafics illicites. En Asie du Sud-Est, ils ont été mis en place dans le cadre du MoU entre les pays de la sous-région du Grand Mékong (GMS). Ils visaient à répondre à un essor des menaces transnationales, et tout particulièrement du trafic de drogue, sur les portions de frontières à risque entre le Laos, le Cambodge, la Chine, la Thaïlande et le Viêt-Nam. Concrètement, ces bureaux de liaison devaient servir, d'une part, à améliorer l'interopérabilité des différents acteurs de la lutte anti-drogue nationale – agences anti drogue nationales, divisions des forces armées, garde-frontières, services douaniers, d'immigration et de police. D'autre part, ils devaient permettre de renforcer la confiance mutuelle et les contacts entre ces acteurs et leurs homologues de l’autre côté de la frontière sans qu'ils n'aient au préalable à en référer aux plus hauts dirigeants d'agences et/ou aux gouvernements centraux. Ils prévoyaient également le maintien des contacts concernant la lutte anti-drogue en cas de conflit interétatique sur la frontière (Observatoire des trafics illicites, 2009).

22Dans ce but, 41 BLO ont été installés entre 1999 et 2006 de chaque côté des frontières séparant les pays participants, aux points de passage les plus à risque en termes de trafics illicites. En 2011, 11 BLO supplémentaires – trois au Cambodge, trois au Viêt-Nam, deux au Laos, un en Birmanie, un en Chine et un en Thaïlande – avaient été mis en place avec le soutien de l’UNODC. 18 autres ont par ailleurs été créés par l'entremise d'ententes bilatérales entre la Thaïlande, le Laos et le Cambodge. Chaque BLO est composé d'une équipe de cinq à sept officiers, désignés par les agences nationales de law enforcement notamment pour leurs capacités à s'exprimer dans la langue du pays voisin (Observatoire des trafics illicites, 2009). Ces officiers patrouillent la frontière et servent de points de relais des informations pertinentes à leurs homologues. L'échange est en théorie facilité du fait que les agents de la lutte anti-trafic transmettent ces renseignements à leurs BLO respectifs. Ces derniers sont eux-mêmes responsables de contacter directement leurs vis-à-vis de l'autre côté de la frontière. Ceux-ci se chargeront ensuite de faire le relais auprès des agents en place dans leurs juridictions (UNODC, 2009, p.4). Par ailleurs, la tenue de rencontres régulières est prévue afin de permettre des mises à jour concernant les derniers modus operandi en date utilisés par les trafiquants (Observatoire des trafics illicites, 2008). Il s’agit d’informations d’une importance cruciale, puisque les acteurs du crime organisé transnational se sont révélés particulièrement habiles à modifier leurs itinéraires, à déplacer leurs lieux de production et/ou de stockage et à employer des techniques de dissimulation innovantes. L’efficacité des autorités continue de souffrir d’un temps de réaction décalé à la suite des changements opérés par les trafiquants (Chouvy & Messonnier, 2002, pp.80-87 ; Sauterey, 2008, p.24 ; S.H.A.N., 2010, p.24 ; Frost, 2008, p.17).

…malgré des résultats mitigés

23Le potentiel « sur papier » du programme BLO pour pallier les lacunes de la lutte anti-trafic est reconnu. Il s'agit a priori d'un mécanisme hautement pertinent et visant à répondre à des problèmes cruciaux concernant l'interopérabilité des agences. De plus, il devrait permettre une réduction des réflexes ethnonationalistes de méfiance mutuelle, qui continuent d’enrayer la coopération (Frost 2008, p.134-135). Or, le programme BLO a fait l'objet d'un certain nombre d'évaluations négatives en ce qui concerne son efficacité dans la pratique. Ainsi, il est préférable selon certaines sources bien renseignées de le qualifier de « projet en cours » – work in progress – pour en faire un constat réaliste (Broussard, 2011). Pourtant, bien peu de progrès a pu être réalisé en dix ans de mise en œuvre. Si les contacts semblent s'être améliorés entre les agences anti-drogue centrales de part et d'autre des frontières, l'interopérabilité au plan national semble toujours difficile à consolider, en raison d'une faible incitation des agents à dépasser les limites strictes de leur juridiction (Broussard, 2011). De plus, il est loin d'être certain qu'on puisse attribuer aux BLO le progrès de la coopération entre les grandes agences nationales, qui semble avoir bien plus bénéficié du renforcement graduel des ententes bilatérales que de l'apport de l’UNODC (Kallayanapradit, 2011; Nithimutrakul, 2011).

24La plupart des critiques sont liées à l'élargissement effectué en 2009 au-delà du trafic de drogue, pour englober le trafic humain, la migration illégale et le trafic de produits de la faune et de la flore (UNODC, 2009 ; Broussard, 2011). En effet, cette phase semble avoir eu pour principal résultat une dispersion des efforts, avant la consolidation nécessaire de la coopération sur un type de trafic, en l’occurrence le trafic de drogue. La rivalité entre les agences, qui posait déjà problème, a été intensifiée par l'ajout d'acteurs aux expertises concurrentes. Notons également que le trafic de drogue reste à l'heure actuelle la priorité d'une grande majorité de BLO au moment où les flux de stimulants de type amphétamine (STA) continue de s’accroître à travers la région (Global SMART Program, 2010). Au Cambodge, par exemple, 62% des officiers citent le trafic de drogue comme la première source de préoccupations (UNODC 2010a). Seul le poste de Kawthaung/Ranong, sur la portion sud de la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande, faisait exception à la règle (Broussard, 2011). Le trafic humain et la migration clandestine absorbent la majeure partie de l'attention des agents installés dans ce secteur (Ivanoff & Boutry, 2009, p.68), et il s'agit ainsi des deux seuls BLO dont les agences anti-drogue nationales n'assurent pas le leadership (Broussard, 2011).

25Malgré tout, des experts internationaux ont reconnu certains mérites au programme, qui semble avoir au moins favorisé une évolution des mentalités à l’œuvre au sein des agences nationales (Broussard, 2011). De plus, un certain nombre d'agents issus de différents services nationaux reconnaissent désormais la nécessité d’accroître leur collaboration (Kallayanapradit, 2011; Nithimutrakul, 2011). En ce qui concerne la coopération transfrontalière, les BLO thaïlandais restent sans aucun doute les plus efficaces. Leurs relations semblent par ailleurs s'être améliorées au fil des ans avec le Laos, et dans une certaine mesure avec le Cambodge et la Birmanie (Broussard, 2011). L'Office of Narcotics Control Board thaïlandais maintient également que les contacts entre les BLO thaïlandais et cambodgiens n'ont pas été affectés outre mesure par la détérioration des relations entre leurs gouvernements autour du temple de Preah Vihear en 2011 (Kallayanapradit, 2011; Nithimutrakul, 2011).

  • 11 Partnership against Transnational Crime through Regional Organized Law Enforcement.
  • 12 Ces lacunes comprennent une difficulté à identifier les précurseurs entrant dans la fabrication de (...)

26L'UNODC semble conscient des problèmes rencontrés dans l'application du programme BLO. Toutefois, l’organisation ne remet pas en question sa politique d’élargissement à d’autres domaines que le trafic de drogue. Par exemple, il semble qu’un projet d’établir des BLO maritimes dans le Golfe de Thaïlande, afin de relier les agents du Cambodge et du Viêt-Nam dans cette zone, soit à l’étude (Broussard, 2011). Afin de soutenir ces nouvelles ambitions, l’UNODC a créé le programme PATROL11, qui vise depuis 2010 à renforcer la coopération transfrontalière sur le crime organisé transnational en coopération avec les agences anti-drogue nationales. Des évaluations ont ainsi été menées courant 2010 auprès des agences nationales anti-drogue cambodgienne et vietnamienne, qui soulèvent plusieurs lacunes techniques (UNODC 2010a ; 2010b).12 Les défis majeurs posés à l'amélioration de l'efficacité des BLO restent typiques du multilatéralisme. La préférence des États parties et de leurs représentants pour les ententes bilatérales et les difficultés posées par les pays du bloc CLMV à l'avancée de la coopération régionale semblent en effet faire obstacle à un développement plus rapide du programme. Le fait que les BLO les plus efficaces se situent du côté thaïlandais n'est certainement pas un hasard.

27Un tel constat est le reflet d'un déséquilibre entre les capacités techniques, humaines et financières propres à chaque pays comme d'une propension plus ou moins importante des gouvernements à la coopération avec leurs voisins. Les représentants de l'ONCB avouent ainsi que la coopération interétatique anti-drogue fonctionne beaucoup mieux par l'entremise de liens bilatéraux avec Singapour et la Malaisie qu'avec les voisins de la Thaïlande dans la GMS (Kallayanapradit, 2011 ; Nithimutrakul, 2011). De la même façon, le Trilateral Ministerial Meetings on Drug Control Operations favorise la coopération sur un espace frontalier précis. Il s’agit d’une rencontre trilatérale annuelle sur la sécurité frontalière entre le Cambodge, le Laos et le Viêt-Nam, des États partageant également un passé idéologique d’opposition aux membres fondateurs de l’ASEAN, une réticence à remettre en cause le principe de non ingérence et une aversion pour le développement de mécanismes au niveau régional.

28Ces observations s'expliquent à leur tour en grande partie par un déséquilibre entre le niveau de confiance mutuelle atteint entre les membres de la première génération de l’ASEAN et ceux issus de la phase d’élargissement. Toutefois, même si le bilan du programme reste pour le moins mitigé, les effets des BLO sur la confiance mutuelle, l’accroissement de la transparence, le développement de liens personnels entre les hauts représentants des agences comme entre les officiers sur le terrain ne doivent pas être négligés (Caballero-Anthony, 2005, p.60). En cela, les BLO se révèlent tout particulièrement utiles, aux côtés d'autres mécanismes subrégionaux, au développement de la coopération régionale.

Du bilatéralisme à la coopération régionale sur des aspects consensuels

  • 13 La politique de l'engagement constructif régit les relations bilatérales entre la Thaïlande et la B (...)
  • 14 En période de crise bilatérale sur la question des réfugiés karen fuyant la répression en passant l (...)
  • 15 Ingrédients utilisés dans la fabrication de drogues.

29La poursuite d’accords au niveau bilatéral n'équivaut pas à les considérer suffisants pour enrayer les nouvelles menaces à la sécurité. L’établissement de mécanismes faisant collaborer l’ensemble des États de la région doit être favorisé simultanément. Il semble d’ailleurs tout à fait envisageable que des ententes sur des enjeux similaires à la question des mules, c’est-à-dire qui permettent de délimiter une menace commune comme provenant de l’extérieur des limites actuelles ou pressenties de l’ASEAN, puissent être contractées entre les États membres. Elles contribuent ainsi à faire en sorte que les partenaires puissent contourner la confrontation ouverte avec leurs homologues dans la région, tout en s'attachant à lutter conjointement contre des aspects consensuels d'un enjeu de sécurité non traditionnelle sur lesquels axer la coopération. Le discours officiel sur la lutte contre le trafic de drogues de synthèse véhiculé actuellement dans plusieurs pays de la région, par exemple, évoque régulièrement une prédation des syndicats internationaux du crime organisé sur les populations locales. Les agences nationales se font un point d'honneur d'éviter de relever la responsabilité d'un voisin, dans certains cas pourtant fort évidente (Jones, 2010, p.95).13 Même si des allusions sont parfois faites en période de crise bilatérale (Chouvy & Messonnier, 2002, p.68 ; Labrousse, 2011, p.41 ; Simon, 2010, p.38),14 le principe de non ingérence et l'évitement du conflit semblent prédominer dans ce domaine également. Si ces préférences peuvent nuire au règlement des questions d'ordre traditionnel, elles permettent dans le cas des enjeux non traditionnels de s'attaquer à un pan du problème ayant nécessairement des répercussions sur d'autres aspects plus sensibles. Le ciblage des organisations transnationales chinoises, iraniennes ou ouest-africaines actives dans le trafic de drogues de synthèse pourrait par exemple avoir pour effet d'enrayer l'approvisionnement en précurseurs15 des lieux de production opérés par des groupes criminels locaux. Ces objectifs font sens pour la lutte anti trafic, mais leur atteinte dépend évidemment d'un accroissement considérable des capacités nationales comme d'une diminution de la corruption, progrès qui ne sont envisageables qu'à long terme. Toutefois, ils permettent de justifier dans le discours des initiatives aux répercussions locales en évitant de froisser les partenaires.

30Si le multilatéralisme régional semble être le moyen idéal de lutter contre des enjeux à caractère transnational, il est important de reconnaître que des dispositifs subrégionaux peuvent également servir des objectifs régionaux et favoriser une harmonisation graduelle des intérêts nationaux de sécurité d'un nombre croissant d'États. Il est par ailleurs évident que les modalités des menaces non traditionnelles à la sécurité diffèrent entre les ensembles subrégionaux qui composent l’Asie du Sud-Est. Les pays de l'ex-Indochine sont par exemple moins affectés par le terrorisme que l'Indonésie, les Philippines ou la Thaïlande. Ces trois États sont en effet aux prises avec des insurrections armées à caractère sécessionniste recevant l'appui de groupes fondamentalistes islamistes, ou en ayant bénéficié par le passé. De la même manière, la résurgence de la production d'opium est un problème criant dans le triangle d'Or, et risque d'avoir des répercussions sur l'intensité du trafic ayant cours ailleurs sur le continent. (U.S. Department of State, 2011, p.8;357). Or, le détroit de Malacca et la mer de Sulu en restent préservés, les conditions topographiques y étant sans surprise bien moins avantageuses à la culture du pavot. Enfin, la piraterie maritime est de nouveau endémique dans ces deux zones constituées d'archipels, alors qu'elle est évidemment moins courante sur la péninsule, outre des incidents rapportés sur le Mékong qui seraient le fait de trafiquants de drogue (Reuters, éd. du 9 octobre 2011 ; The Irrawaddy, éd. du 3 mars 2009). Si le trafic de drogues de synthèse semble venir aplanir de telles différences, elles restent néanmoins prééminentes lorsque l’on considère d’autres types d’enjeux relevant de la même catégorie. C’est ce qui fait dire à Sheldon W. Simon que les menaces de type non traditionnel nécessitent des réponses coordonnées entre les États les plus touchés par chacun des enjeux (Simon 2010, p.55). Cette caractéristique explique très certainement la difficulté qu’a eue l’ASEAN à élaborer une réponse régionale en matière de terrorisme, par exemple. Cela n’empêche pas l’organisation d’intégrer de manière étonnamment détaillée le type d’initiatives à privilégier par les États membres pour renforcer la coopération sur ces enjeux dans le cadre de son projet de communauté ASEAN 2015 (Secrétariat de l’ASEAN, 2009).

  • 16 ASEAN and China Cooperation Cooperative Operations in Response to Dangerous Drugs

31Le renforcement du bilatéralisme fait en sorte de favoriser la mise en place d’initiatives concrètes, qui servent le développement de mécanismes régionaux portés quant à eux par les rencontres annuelles en lien avec la lutte anti-trafic, encadrées par l’ASEAN ou l’ARF. Celles-ci réunissent le plus souvent les ministres des Affaires étrangères, de la Défense et de la Sécurité publique des pays membres, ou encore les hauts représentants des agences nationales sur le crime organisé transnational. Au rang de ces événements, la rencontre des ASEAN Senior Officials on Drugs (ASOD), le Meeting of ASEAN Chiefs of Security Agencies (MACOSA), l’ASEAN Ministerial Meeting on Transnational Crime (AMMTC), et les réunions de l’ASEANAPOL (Interpol, 2011) et du programme ACCORD16 en partenariat avec la Chine sont autant d’initiatives prometteuses pour l’établissement d’une communauté de sécurité en Asie du Sud-Est. Même si les déclarations qui s’ensuivent restent la plupart du temps de l’ordre des professions de foi sans conséquences tangibles, énoncées dans un langage non contraignant typique de l’ASEAN, elles sont le reflet d’une certaine évolution de la coopération sur le terrain : de l’amélioration de la confiance mutuelle, d’une part, et de l’accroissement dans le partage des données d’autre part. Leur mise en place permet d’observer le développement de la coopération sur la sécurité non traditionnelle de manière incrémentale, et sur une base de plus en plus régulière et formelle (Emmers, 2006, p.106).

Conclusion

32La perception d’une menace commune à la sécurité avait permis la création de l’ASEAN, initialement composée de cinq États par ailleurs à couteaux tirés sur la délimitation territoriale. Une fois entérinée la réconciliation de l’organisation avec la source principale de cette menace par l'élargissement au bloc CLMV, une vision fort similaire a favorisé la mise en place de la coopération sur la sécurité entre dix États toujours officiellement antagonistes au plan idéologique mais confrontés à un environnement sécuritaire de plus en plus complexe. Seulement, il ne s’agit plus de définir la sécurité comme passant strictement par la préservation d’intérêts stratégiques, ou relevant du domaine militaire et des rapports interétatiques. Malgré une résurgence sporadique des tensions interétatiques et le climat de méfiance qui continue de caractériser les relations entre deux générations de membres au sein de l’ASEAN, les menaces non traditionnelles à la sécurité suscitent aujourd'hui des inquiétudes croissantes de la part des autorités nationales.

33Les trafics illicites transfrontaliers constituent l’expression la plus constante et la plus généralisée de ce type d’enjeux en Asie du Sud-Est depuis la fin de la Guerre froide. Corollaire à cette situation est le fait que la coopération en matière de sécurité se développe afin de lutter contre ce type de menaces (Frost, 2008, p.17). Même si les développements au niveau régional sont à réinscrire dans le temps long, l’accroissement des dispositifs concrets de sécurité transfrontalière, dans le cadre d’accords subrégionaux hérités d’une préférence pour le bilatéralisme, semble pouvoir permettre de développer indirectement la coopération régionale en matière de sécurité. Non seulement la coopération subrégionale sur les trafics illicites transfrontaliers n’est pas incompatible avec le multilatéralisme régional, mais la possibilité de compartimenter ce type d’enjeux permet de relativiser le constat d’échec de l’ASEAN way comme devant faciliter le règlement pacifique des conflits frontaliers. Une telle perspective ouvre la voie à une réévaluation de sa pertinence pour l’avenir du régionalisme en Asie du Sud-Est.

Haut de page

Bibliographie

ACHARYA A., 2009, Constructing a Security Community in Southeast Asia: ASEAN and the problem of regional order (2ème éd.), Abingdon, Routledge.

BALZACQ T., 2005, « The Three Faces of Securitization: Political agency, audience and context », European Journal of International Relations, vol. 11, no. 2, p. 171-201.

BARTILOW H. A. et EOM K., 2009, « Free Traders and Drug Smugglers: The Effects of Trade Openness on States' Ability to Combat Drug Trafficking », Latin American Politics and Society, vol. 51, no. 2, p. 117-145.

BIGO D., 2006, « Internal and external aspects of security », European Security, vol. 15, no. 4, p. 383-404.

BOISSEAU DU ROCHER S., 2009, L'Asie du Sud-Est prise au piège, Paris, Perrin.

BOIVIN R., 2010, « Le monde à l'envers ? Vers une approche structurelle du trafic

transnational de drogues illicites », Déviance et société, vol. 34, no. 1, p. 93-114.

BOOTH K., 2007, Theory of World Security, Cambridge, Cambridge University Press.

BUCKLEY C. et MACFIE N., 2011, « China voices concern after sailors killed on Mekong », Reuters. [En ligne] http://www.reuters.com/article/2011/10/10/us-china-thailand-mekong-idUSTRE79908S20111010, mis en ligne le 10 octobre 2011, page consultée le 16 octobre 2011.

BUZAN B., WÆVER O. et DE WILDE J., 1998, Security: A New Framework for Analysis, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

CABALLERO-ANTHONY M., 2010, Non-traditional Security Challenges, Regional Governance, and the ASEAN Political-Security Community (APSC), Asia Security Initiative Policy Series, Working Papers, no. 7, Singapour, RSIS.

CABALLERO-ANTHONY M., 2005, Regional Security in Southeast Asia – Beyond the ASEAN Way, Singapour, Institute of Southeast Asian Studies.

CABALLERO-ANTHONY M. et EMMERS R., 2006, « Understanding the dynamics of securitizing non-traditional security », in Caballero-Anthony M., R. Emmers et A. Acharya (dir.), Non-traditional security in Asia: Dilemmas in securitization, Londres, Ashgate, p. 1–12.

CAMROUX D. et J.-L. Domenach (dir.), 1997, L'Asie retrouvée, Paris, Seuil.

CHEA V., 2011, « Cambodian Drug Authority and Singaporean Embassy to Cooperate on Drug Checking », Agence Kampuchea Press. [En ligne] http://www.akp.gov.kh/?p=3201, mis en ligne le 4 mars 2011, page consultée le 10 octobre 2011.

CHIN K.-L., 2009, The Golden Triangle: Inside Southeast Asia's Drug Trade, Londres, Cornell University Press.

CHOUVY P.-A., 2010, « Illegal Trades across National Borders of Mainland Southeast Asia » in Le Roux, P., J. Baffie et G. Beullier (dir.), The Trade in Human Beings for Sex in Southeast Asia, Bangkok, White Lotus, p. 305-325.

CHOUVY P.-A., 2003, « Les fondements historiques des chemins de la drogue », Outre-Terre, no. 6, p. 225-235.

CHOUVY P.-A. et MEISSONNIER J., 2002, Yaa Baa – Production, trafic et consommation de méthamphétamine en Asie du Sud-Est continentale, Bangkok/Paris, IRASEC-L’Harmattan.

DE KONINCK R., 2005, L’Asie du Sud-Est, Paris, Armand Colin.

EMMERS R., 2007, De-escalation of the Spratly Dispute in Sino-Southeast Asian Relations, Working Paper Series, no. 129, Singapour, RSIS.

EMMERS R., 2006, International Regime Building in Southeast Asia: ASEAN Cooperation against the Illicit Trafficking and Abuse of Drugs, Working Paper Series, no. 106, Singapour, Institute of Defence and Strategic Studies.

EMMERS R., 2003a, « ASEAN and the securitization of transnational crime in Southeast Asia », Pacific Review, vol. 16, no. 3, p. 419-438.

EMMERS, R., 2003b, Cooperative Security and the Balance of Power in ASEAN and the ARF, New York/Londres, Routledge Curzon.

BROUSSARD G., 2011, Entretien avec G. Broussard, consultant du centre régional de l’UNODC en Asie du Sud-Est, Bangkok, avril 2011.

KALLAYANAPRADIT S., 2011, Entretien avec S. Kallayanapradit, directeur de la division no. 1 de suppression des narcotiques auprès du Narcotics Law Enforcement Bureau, Bangkok, avril 2011.

NITHIMUTRAKUL R., 2011, Entretien avec R. Nithimutrakul, Senior Law Enforcement Officer auprès de l'Office of Narcotics Control Board, Bangkok, avril 2011.

FAU N., 2007, « Les spécificités d'une frontière maritime : l'exemple du détroit de Malacca », in Bouquet, C. et H. Velasco-Graciet (dir.), Regards géopolitiques sur les frontières, Paris, L'Harmattan, p. 47-59.

FERGUSON R. J., 2004, « ASEAN Concord II: Policy Prospects for Participant Regional “Development” », Contemporary Southeast Asia: A Journal of International and Strategic Affairs, vol. 26, no. 3, p. 393-415.

FROST E., 2008, Asia’s New Regionalism, Boulder, Lynne Rienner.

Global SMART Program, 2010, Patterns and Trends of Amphetamine-Type Stimulants and Other Drugs in East and South-East Asia (and Neighbouring Regions), Vienne, United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC).

HAACKE J., 2009, « The ASEAN Regional Forum: from dialogue to practical security cooperation? », Cambridge Review of International Affairs, vol. 22, no. 3 (septembre), p. 427-448.

INTERPOL, 2011, « ASEANAPOL partnership with Interpol boosts regional security ». [En ligne] http://www.interpol.int/News-and-media/News-media-releases/2011/PR047, mis en ligne le 31 mai 2011, page consultée le 16 octobre 2011.

IVANOFF J. et BOUTRY M., 2009, La monnaie des frontières – Migrations birmanes dans le sud de la Thaïlande, réseaux et internationalisation des frontières, Bangkok, IRASEC/Observatoire des trafics illicites.

JONES D. M. et M. L. R. SMITH, 2007, « Making Process, Not Progress: ASEAN and the Evolving East Asian Regional Order », International Security, vol. 32, no. 1, p. 148-184.

JONES L., 2010, « ASEAN's unchanged melody? The theory and practice of 'non-interference' in Southeast Asia », The Pacific Review, vol. 23, no. 4, p. 479-502.

KATSUMATA H., 2009, Cooperative Security Enterprise – Norms and Interests in the ASEAN Regional Forum, Londres, Palgrave Macmillan.

KRATOSKA P. H., R. RABEN et H. S. NORDHOLT, 2005, Locating Southeast Asia – Geographies of Knowledge and Politics of Space, Singapour, Singapore University Press.

LABROUSSE A., 2011, Géopolitique des drogues (3ème édition), Paris, Presses universitaires de France.

LEE-BRAGO P., 2011, « Phl, Thailand to cooperate against drug trafficking », The Philippine Star, édition du 20 avril. [En ligne] http://www.philstar.com/Article.aspx?articleId=678202&publicationSubCategoryId=63, mis en ligne le 20 avril 2011, page consultée le 10 octobre 2011.

LOMBARD D., 1990, Le carrefour javanais – Essai d'histoire globale : III L'héritage des royaumes concentriques, Paris, EHESS.

MCCOY A. W., 2003, The Politics of Heroin: CIA Complicity in the Global Drug Trade, Afghanistan, Southeast Asia, Central America, Colombia (2ème éd. révisée), Chicago, Chicago Review Press/Lawrence Hill Books.

NGAMKHAM W., A. CHAROENPO et S. KHUENKAEW, 2010, « Few highs for drug busters », Bangkok Post. [En ligne] http://www.bangkokpost.com/news/local/32163/few-highs-for-drug-busters, mis en ligne le 3 février 2010, page consultée le 18 juillet 2011.

OFFICE OF THE NARCOTICS CONTROL BOARD, 2009, Thailand Narcotics Control – Annual Report, Bangkok, Office of the Narcotics Control Board/Ministère de la Justice.

SAUTEREY A.-L., 2008, « Anti-trafficking Regional Cooperation in Southeast Asia and the Global Linkages from Geopolitical Perspective: Borders and Anti-trafficking strategies between Burma, Laos PRD and Thailand », Les notes de l'IRASEC, no. 3 (juin).

SECRÉTARIAT DE L'ASEAN, 2009, ASEAN Political-Security Community Blueprint, Jakarta, ASEAN.

SHAN HERALD AGENCY FOR NEWS (S.H.A.N.), 2010b, « Drug smugglers using ever new tricks », Shan Drug Watch, no. 3, p. 24.

SIMON S. W., 2010, « Southeast Asian International Relations: Is There Institutional Traction? » in Ganesan N. et R. AMER (dir.), International Relations in Southeast Asia : Between Bilateralism and Multilateralism, Singapour, Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS).

SIMON S. W., 2007, ASEAN and its Security Offspring: Facing New Challenges, Carlisle, Strategic Studies Institute.

STOREY I., 2011, Southeast Asia and the Rise of China, London/New York, Routledge.

TAGLIACOZZO E., 2009 : « Contraband and Violence: Lessons from the Southeast Asian Case », Crime, Law and Social Change, vol. 52, no. 3, p. 243-252.

TAGLIACOZZO E., 2005, Secret Trades, Porous Borders: Smuggling and States along a Southeast Asian Frontier, 1865-1915, Londres, Yale University Press.

TAN A. T.H. et J. D. K. BOUTIN (dir.), 2001, Non-Traditional Security Issues in Southeast Asia, Singapour, Institute of Defence and Strategic Studies.

TAN D., 2010, « Du Triangle d'Or au Quadrangle économique : Acteurs, enjeux et défis des flux illicites transfrontaliers dans le Nord-Laos », Les notes de l'IRASEC, no. 6 (février).

THIESMEYER L., 2010, Informal and Illegal Movement in the Upper Greater Mekong Subregion: Costs and Benefits of Informal Networks for Goods and People, Bangkok, IRASEC/Observatoire des trafics illicites.

UNITED NATIONS OFFICE ON DRUGS AND CRIME, 2010a, Partnership against Transnational Crime through Regional Organized Law Enforcement (PATROL) – Baseline survey and training needs assessment in Cambodia, Bangkok, UNODC Regional Centre of East Asia and the Pacific.

UNITED NATIONS OFFICE ON DRUGS AND CRIME, 2010b, Partnership against Transnational Crime through Regional Organized Law Enforcement (PATROL) – Baseline survey and training needs assessment in Viet Nam, Bangkok, UNODC Regional Centre of East Asia and the Pacific.

UNITED NATIONS OFFICE ON DRUGS AND CRIME, 2009, The MoU Countries in S.E. Asia, Bangkok, UNODC Regional Centre of East Asia and the Pacific.

U.S. DEPARTMENT OF STATE, 2011, International Narcotics Control Strategy Report, vol. 1 (Drug and Chemical Control), Bureau for International Narcotics and Law Enforcement Affairs.

U.S. DEPARTMENT OF STATE, 2009, International Narcotics Control Strategy Report, vol. 1 (Drug and Chemical Control), Bureau for International Narcotics and Law Enforcement Affairs.

WENG L., 2009, « Troops Closing In on Shan Drug Lord », The Irrawaddy, édition du 3 mars. [En ligne] http://www.irrawaddy.org/article.php?art_id=15231, mis en ligne le 3 mars 2009, page consultée le 16 octobre 2011.

WINICHAKUL T., 1994, Siam Mapped – A History of the Geo-Body of a Nation, Honolulu, University of Hawai'i Press.

Haut de page

Notes

1 Le Forum régional de l’ASEAN (ARF) est composé des pays de l'ASEAN, mais comprend également l'Australie, le Bangladesh, le Canada, la Chine, l'Union européenne, l'Inde, le Japon, les deux Corées, la Mongolie, la Nouvelle-Zélande, le Pakistan, la Papouasie-Nouvelle Guinée, la Russie, le Sri Lanka, le Timor oriental et les États-Unis. Il s'agit de la principale structure de coopération multilatérale sur la sécurité dans la région élargie.

2 Zone frontalière entre la Thaïlande, le Laos et l’État Shan de Birmanie, empiétant sur le Yunnan chinois. Connue pour le trafic d’héroïne important qui y avait cours dans les années 1970, qui semble resurgir depuis peu, elle abrite aujourd’hui une importante production de méthamphétamine.

3 Le détroit de Malacca sépare l’île indonésienne de Sumatra et la péninsule malaise (en plus de Singapour).

4 Relie l’est de Bornéo/Kalimantan au sud des Philippines.

5 L’ASEAN Way regroupe les principes de non-ingérence, de consensus et de compromis, l’attachement au bilatéralisme, au caractère ad hoc des mécanismes de coopération et à l’informalité des négociations.

6 Les membres fondateurs de l’ASEAN sont l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande.

7 Le sultanat de Brunei est admis en 1984, le Laos et le Viêt-Nam en 1995, la Birmanie en 1997 et le Cambodge en 1999. Le Timor oriental, qui a acquis son indépendance de l’Indonésie en 1999, doit intégrer l’Association. Or, son admission continue d'être reportée.

8 Joint Border Commissions (ou Committees).

9 Memorandum of Understanding (MoU) ou protocoles d’entente.

10 Il s’agit d’une expression répandue pour qualifier les courriers transportant de petites quantités de drogue ingérées ou dissimulées dans leurs effets personnels. Ce mode de transport est de plus en plus utilisé en Asie du Sud-Est, et particulièrement par les syndicats internationaux du crime.

11 Partnership against Transnational Crime through Regional Organized Law Enforcement.

12 Ces lacunes comprennent une difficulté à identifier les précurseurs entrant dans la fabrication de drogues de synthèse et la perception généralisée que le pays d’origine des officiers n’abrite pas de lieux de production, alors que des indications sérieuses montrent le contraire.

13 La politique de l'engagement constructif régit les relations bilatérales entre la Thaïlande et la Birmanie depuis 1992. La responsabilité continue de certains responsables du gouvernement de cette dernière dans le trafic de drogue est indéniable. Le discours officiel thaïlandais évoque pourtant la culpabilité de minorités transfrontalières provenant d'un « pays voisin » dans le trafic plutôt que de cibler explicitement la junte birmane, voir Bangkok Post, édition du 3 février 2010.

14 En période de crise bilatérale sur la question des réfugiés karen fuyant la répression en passant la frontière thaïlandaise, les allusions ont été beaucoup plus directes.

15 Ingrédients utilisés dans la fabrication de drogues.

16 ASEAN and China Cooperation Cooperative Operations in Response to Dangerous Drugs

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie MARTEL, « Lutte anti-trafic transfrontalière en Asie du Sud-Est : la coopération subrégionale comme tremplin pour le régionalisme en matière de sécurité », L’Espace Politique [En ligne], 24 | 2014-3, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3181 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3181

Haut de page

Auteur

Stéphanie MARTEL

Candidate au doctorat en science politique
Université de Montréal
stephanie.martel.1@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org