Navigation – Plan du site
Trafic en Asie du Sud-Est

Un rhizome khmer à la frontière khméro-thaïlandaise : une étude sur les travailleurs illégaux de Rong Klua et de Poipet

A Khmer Rhizome at the Khmero-Thai Border: A Study about Illegal Workers in Rong Klua and Poipet
Thierry Lejard

Résumés

À la frontière khméro-thaïlandaise, entre la ville de Poipet et le marché de Rong Klua, nous avons observé les déplacements des populations illégales ou vivant à la frange de la société. Nous avons dressé une carte schématique, « géographique » pour mieux repérer et classer les multiples activités d’un marché protéiforme. Pour savoir combien de personnes résident dans ce marché, en permanence ou en journée, légalement ou non, nous nous sommes installés sur plusieurs points de la frontière légale et près des passages illégaux pour mieux saisir la relation et la distinction localement admise entre les travailleurs légaux et les illégaux, ce qui nous a amené à nous pencher sur l’origine des habitants et sur les raisons de leur venue. Il nous a paru essentiel d’analyser la reconstitution exprimée par eux d’une histoire à partir d’une résilience, une histoire qui redevient leur histoire, même si elle a été édifiée, construite dans la pauvreté et sur les débris d’une autre histoire, celle-là tout aussi prégnante que la misère, car les camps de réfugiés Khmers Rouges se trouvaient en ce lieu. Les relations économiques et sociales sont réinterprétées dans le cadre d’une cartographie mentale fondée sur des mythes et des rites spécifiquement khmers qui reprennent force à Poipet et Rong Klua. Cette cartographie, construite à partir d’un tissu social déchiré, d’un territoire rituel et d’un usage de la langue khmère, permet aux travailleurs cambodgiens de poursuivre à un niveau symbolique le combat qu’ils mènent quotidiennement pour résister à la domination thaïlandaise.

Haut de page

Texte intégral

« Les Japonais viennent dépenser leur argent dans les casinos, les Chinois veulent des filles et les Occidentaux donnent de l’argent aux enfants » Informateur cambodgien de Poipet

Les représentations du territoire

  • 1 Même si le nouveau directeur de l’Irasec, François Robinne, refuse la publication, alors qu’il n’a (...)

1Cette étude sur l’illégalité à la frontière khméro-thaïlandaise, à Poipet (ville située au Cambodge) et à Rong Klua (le marché situé en Thaïlande s’inscrit dans le cadre d’une convention passée avec l’Observatoire des Trafics Illicites de Bangkok portant sur les « portes de l’illégalité » en Thaïlande. Il ne s’agit ici que d’une partie de cette étude qui sera publiée plus tard dans son intégralité1.

2Pour comprendre le fonctionnement de cette économie particulière nous avons observé durant deux mois l’activité des hommes qui traversent quotidiennement la frontière. Nous avons d’abord interrogé les commerçants, puis nous nous sommes intéressés aux transporteurs journaliers qui, souvent en famille, tirent des charrettes pour faire passer les marchandises d’un pays à l’autre ou d’un magasin à l’autre. Ces marchandises sont souvent des objets de pacotille que les femmes vendent aussi à la sauvette. Les enfants, quant à eux, partent à la quête de matériaux de récupération et représentent donc la population la plus mobile. Ils travaillent pour une économie de survie et courent constamment le risque de tomber aux mains de trafiquants de toutes sortes.

3Le territoire est socialement stratifié. Charretiers, gérants de magasins, employés de casinos et représentants à l’étranger, constituent des « castes socioéconomiques » qu’il est difficile de pénétrer et dont il est difficile de sortir. On ne fait pas n’importe quoi à Poipet et à Rong Klua. On s’endette auprès d’un marchand, on emprunte pour acheter une charrette, on signe des contrats avec mobilité restrictive pour les employés des casinos. Il en résulte des barrières entre les groupes, même s’ils sont parfois liés par des mariages ou sont originaires des mêmes villages. Sans nous en rendre compte, en notant des paroles échangées, en reconstituant des trajectoires personnelles ou collectives, nous avons réalisé une carte « mentale », c’est-à-dire une représentation créée localement, à partir d’une notion commune du territoire. Celle-ci rend compte de la dynamique d’une région qui voit s’affronter des forces supérieures non seulement aux dominés khmers, mais aussi aux dominants thaïlandais. Ceux qui échouent dans ce cul-de-sac sont certes enfermés dans le marché et le territoire frontalier par un grand nombre de règles, mais ils savent aussi qui possède la force de combattre l’ennemi, car nous sommes sur un territoire anciennement khmer où la domination que les Thaïlandais exercent de manière ostentatoire sur l’économie n’offre qu’une vision déformée de la réalité. La conquête, ou la reconquête par les Khmers du territoire perdu se poursuit. Le travail mené sur les travailleurs illégaux a ainsi permis de corriger le schéma grossier qu’on avait initialement établi pour avoir une idée générale de l’écheveau complexe que constitue le marché. En creusant dans l’imaginaire des gens, nous avons découvert une géographie particulière qui englobe, outre les activités humaines, les forces telluriques et célestes qui dominent le territoire. La frontière officielle est vue par les Khmers comme une porte du Mal, gardée par des géants, dont des statues matérialisent la réalité et auxquels, inversement, les Thaïlandais attribuent pour fonction de les protéger des forces surnaturelles qu’ils soupçonnent les Khmers de manipuler. C’est donc bien plus qu’un check point qu’on traverse ici ; c’est la zone indécise où s’affrontent deux conceptions incompatibles du territoire.

Un espace composite

4Sur place, on nous indiqua d’abord des aspects de l’illégalité qui sont curieusement décrits comme « officiels » : une taxe supplémentaire, une taxe pour entrer dans un emploi ou obtenir les moyens de travailler de manière légale en payant un marchand, un administrateur, etc. Ensuite on nous révéla l’existence de chemins de traverse peu connus, comme celui de la vraie « porte illégale » (car il y en a de fausses), dont l’accès est réservé à quelques personnes qui empochent des pots de vins et font circuler des filières particulières. Cette « vraie porte » est située au centre même du marché de produits frais, non loin de la frontière officielle, et elle constitue une composante essentielle de la border, au sens anglais du terme, un passage qui s’étend sur un territoire plus vaste que le passage légal lui-même ; un lieu caché au milieu du marché, au milieu des hommes, un lieu chargé d’histoire. De fait les repères deviennent flous très rapidement et cela sur quelques centaines de mètres seulement, car il existe plusieurs entrées, plusieurs trafics, plusieurs niveaux possibles de lecture et donc d’analyse.

  • 2 Le marché et le passage étaient un des points de rencontre où s’échangeaient les denrées alimentair (...)

5Les goulets d’étranglement et de corruption que sont les frontières ont des raisons d’être. Ils sont liés au développement des échanges transfrontaliers et de l’économie en général, ainsi qu’au trafic de la frontière en particulier, mais ils nous rappellent aussi l’histoire, celle que peu de gens veulent encore voir (Luciolli, 1988). On voudrait oublier certains épisodes de nos histoires post-coloniales. Il suffit par exemple, de consulter les travaux des spécialistes français du Cambodge, ethnologues aussi bien qu’historiens : ceux-ci ne font guère référence à ces traumatismes toujours pas résolus, qu’ont constitué les camps et les migrations forcées de la période des réfugiés après l’invasion des Vietnamiens du Cambodge en 1979. Or, la porte illégale se situe exactement sur les terrains et sur les passes historiques utilisés durant la période des camps de réfugiés, les trafics qu’elle autorise se situant donc dans son prolongement2.

6Il apparaît par conséquent qu’ici les populations en font une description très particulière. Ils ont à leur disposition une cartographie mentale dont les limites, essentiellement mouvantes, vont bien au-delà de la frontière administrative. Cette cartographie délimite un espace que les habitants nomment krom (ce terme se référant à une origine angkorienne désignant aussi ici le « sud » compris localement comme « territoire khmer de Thaïlande »), ce qui crée entre Khmers et Thaïlandais khmérophones une connivence et des affinités bien réelles. Les limites du territoire krom en territoire thaïlandais sont connues de tous. Elles constituent des lignes de fuites, jalonnées de points de référence, qui permettent l’ancrage des êtres humains et une territorialisation, distincte de celle des administrations et organisations internationales. Les habitants vivent ainsi sur plusieurs niveaux de réalité, sans en méconnaître aucun, car c’est pour eux une question de survie.

7Nous sommes ainsi en présence d’un espace aux limites organisées en territoires et segmentées en différents secteurs socioéconomiques par les Etats-Nations qui contrôlent, légifèrent, taxent et sanctionnent les passages, les trafics. C’est un espace composite qui comprend une ville, des villages dortoirs, des ateliers et des casinos, et où l’une des règles majeures est d’alimenter et de faciliter le flux financier à travers plusieurs canaux. Des trafics en tout genre naissent et se renouvellent, nombre de lignes économiques se chevauchent au même endroit, sans pourtant se rencontrer ou se reconnaître. Les charretiers croisent les Mercedes des joueurs de casinos, mais cette proximité n’engendre aucun lien. L’objectif ici est de contrôler les marchandises et de permettre l’exploitation des personnes pour un profit maximum. Dans cet espace, les hommes sont canalisés. Ce sont des journaliers, des ouvriers précaires, des familles cherchant des niches dans une économie soit périphérique, soit de survie. Ils sont attirés par la possibilité de trouver du travail, ayant été envoyés à la frontière par des brokers qui les vendent sans que les victimes le sachent elles-mêmes. Ils s’endettent pour payer le voyage, puis s’acquittent des intérêts d’une dette qui les rend dépendants. Ces hommes sont souvent sans terre car ils ont été évincés de leurs possessions par des compagnies étrangères qui les ont obtenues du gouvernement. Ce dernier a été mis en garde contre de telles pratiques par l’ONU, mais rien n’y fait. Ce problème a appauvri le pays, l’empêchant de se reconstruire sur des bases solides. Les maffieux ont remplacé les Khmers Rouges restés sur place après le passage de l’assistance internationale qui a déclaré le pays « viable » après les élections de 1993.

8Sans activité, les populations déplacées arrivent aux frontières et reconstituent des réseaux à partir de résidus de solidarité. Sur place, elles se réclament de l’existence de liens antérieurs pour créer de nouvelles alliances. Certaines personnes arrivent en famille ou rejoignent leur parentèle. Des liens se recomposent autour d’activités particulières, d’événements sociaux tels les mariages. Ces liens ont une raison d’être qui ne se réduit pas à la nécessité de s’entraider pour survivre. On observe en ville des secteurs, des quartiers, où les alliances se font sur des bases linguistiques, censées renvoyer à une communauté d’origine ou à l’appartenance à un même réseau. L’isolement, la pauvreté, la décomposition des liens antérieurs qui font l’histoire de ces hommes laissent la place à de multiples organisations socioculturelles. La période des Khmers Rouges, la corruption endémique du pays, l’ultralibéralisme de la politique de l’Etat voisin ne semblent pas avoir fait disparaître la possibilité de créer des liens sociaux dans un lieu d’intense trafic et de nécessaire cautèle, dans un espace dénué d’organisation autre que celle tourné vers le profit et l’exploitation. Des segments fonctionnels de populations se recréent à la marge et se déterritorialisent pour survivre, ce qui s’exprime dans le discours de beaucoup d’habitants de Poipet qui décrivent la ville comme un centre de survie. Ces segments relèvent d’un parcours allant des villages et régions d’origine et passant par des grandes villes comme Phnom Penh, Battambang ou Siem Riap. Ils procèdent de réseaux d’alliance antérieurs à la venue des habitants. Ceux-ci ont une représentation précise d’un « ailleurs » qui comprend ce qui reste des terres ancestrales et les territoires occupés par les Khmers de Thaïlande. Ils connaissent par des informations et par l’expérience vécue les possibilités de déplacement : expatriation en Malaisie, l’usine de Rayong, la mendicité à Bangkok et tous les lieux où vivent certains des leurs. Ils se composent une géographie mentale et des ensembles cohérents de liens sociaux qui permettent une organisation comme celle de l’économie qu’ils ont développée à Poipet.

  • 3 Même si des « réguliers » existent. Les candidats au départ revêtus d’un T-shirt jaune nous ont dit (...)

9Depuis le développement des routes dans la Sous-région du Grand Mekhong, le trafic a évolué, notamment le trafic pédestre et donc l’émigration illégale. Le développement des infrastructures assure plus de stabilité et de possibilités aux passeurs et brokers divers. Il en résulte que le trafic d’êtres humains est une industrie offrant un large éventail de services. Le statut des migrants (endettés, isolés, illégaux) facilite le mouvement. Ce sont ces irréguliers3 qui sont le plus durement touchés par le trafic d’êtres humains (travail forcé, prostitution…) dans la région Asie-Pacifique, leur nombre étant estimé à 1,4 millions (ILO 2008). Il existe évidemment des zones d’ombre et des croisements entre le trafic d’êtres humains et l’entrée illégale dans un pays, la seule constante étant le caractère criminel de l’exploitation des êtres humains dans les usines, les bordels et l’agriculture (UNODC, 2008, p. 13).

L’ouverture

  • 4 1 €= 40 bahts ; pour plus de données chiffrées sur le marché voir Development Analysis Network, 200 (...)

10En 1998 s’ouvrent à grande échelle les marchés des frontières. Celui de Rong Klua, non loin de la ville thaïlandaise d’Aranyaphrathet (province de Sakeo), est un des points de passage les plus importants entre la Thaïlande et le Cambodge. Il est situé sur la frontière khméro-thaïlandaise là où passait la ligne de chemin de fer Phnom Penh-Bangkok, et il a ouvert une nouvelle ligne commerciale qui constitue l’un des futurs corridors de l’Asie du Sud-est continentale, en remplacement du chemin de fer et de l’axe routier actuel par où transitent les hommes et les marchandises. C’est un marché important ; la valeur des marchandises échangées est estimée à 30 milliards de bahts4, mais dépasse nettement ce chiffre si l’on tient compte des marchandises vendues illégalement. Chacun sait qu’un tel développement est largement lié au trafic des êtres humains : la prostitution qui, depuis son interdiction il y a trois ans, est moins visible ; l’exploitation des enfants qui sont vendus pour travailler sur place ou pour aller mendier dans les villes de l’intérieur de la Thaïlande ; le rôle de plateforme que joue ce marché pour rediriger les illégaux vers d’autres destinations. Rien n’empêchera cependant les pays de l’ASEAN de chercher à se désenclaver pour répondre aux exigences économiques de la mondialisation et le développement de nouveaux axes routiers ne pourra que contribuer à aggraver la précarisation des populations défavorisées.

  • 5 Bien entendu il y a d’autres marchandises : le pétrole; l’huile et les produits associés; les pièce (...)

11À Rong Klua, on vend beaucoup de choses, mais les vêtements sont majoritaires et parmi eux les chaussures (vendues autrefois à la frontière vietnamo-khmère). Rong Klua en chiffres, c’est d’abord 100 000 personnes et 150 000 paires de chaussures5 remises « à neuf » chaque jour puis revendu à travers le monde. C’est ensuite des dizaines de milliers de vêtements, et autres produits de récupération, acheminés ici et re-confectionnés, pour être distribués aussi bien en Thaïlande que vers d’autres pays. Le commerce des vêtements croît sans cesse et d’autres marchés de moindre importance se développent parallèlement, le commerce des sauterelles, le ramassage des déchets, la vente ambulante, ou le marché de la contrefaçon. Les petits ateliers de réfection, les boutiques de semi-grossistes, les vendeurs d’objets de deuxième main voués à l’exportation, donnent lieu aux activités les plus visibles de cette immense foire, de cet atelier-marché. Les produits illégaux (médicaments, contrefaçons) et semi légaux (insectes, animaux sauvages protégés) sont plutôt à chercher à Poipet, ce qui explique probablement l’existence dans cette ville d’une cinquantaine de pharmacies pour une population qui ne peut se payer le moindre soin. Les interviews menées à l’hôpital de Poipet (service maternité et pédiatrique) avec le directeur et les médecins montrent que celui-ci ne peut survivre financièrement que grâce à l’aide d’ONG, ce qui n’empêche pas qu’il est fréquemment en manque de produits de première nécessité.

12Sur tous les points de frontière de la Thaïlande, la construction des casinos remplit plusieurs fonctions. En autorisant le blanchiment de capitaux obtenus illégalement ou des opérations occultes de change entre les monnaies, ils rendent possibles des transferts de fonds, des investissements et toutes sortes d’opérations. Grâce à la protection légale que lui apporte la frontière, la Thaïlande peut ainsi poursuivre son entreprise de pénétration économique du pays voisin, mais à Poipet, au niveau local, les retombées économiques de l’activité des casinos sont quasiment nulles. Ceux-ci ne fournissent aucun travail, excepté quelques emplois de femmes de ménage, car la plupart des employés des casinos (gérants, croupiers, etc.) sont recrutés à l’extérieur par l’intermédiaire de brokers internationaux liés aux sociétés multinationales actionnaires de ces établissements. Il est interdit aux employés de fréquenter les clients, ainsi que les travailleurs habitant Poipet qui sont hébergés dans des bâtiments jouxtant les casinos, la sortie côté khmer étant contrôlé par des gardiens vigilants et la deuxième issue donne sur la frontière.

13Quant au marché de Rong Klua, il a attiré de nombreux travailleurs, qui autrefois étaient des itinérants locaux, ou qui sont venus des anciens camps de transit après le retrait des Vietnamiens à la fin des années 1990 et le retour des réfugiés khmers vers le Cambodge. Ces travailleurs ont poursuivi des activités qui existaient déjà à l’époque, comme la revente de produits distribués par les organisations internationales, ou de produits thaïlandais. De tels trafics contribuaient alors à alimenter la résistance ; aujourd’hui ce sont des activités de survie. À ces travailleurs se sont ajouté des milliers de migrants intérieurs, paysans sans terre ou spoliés de leurs terres qui, empruntant des circuits identiques, ont gagné quelques villes importantes où ils ont travaillé comme journaliers, pour finalement échouer à Poipet. Là, repoussés d’un centre-ville qui se développe lentement, ils ont du aller se fixer dans sept nouveaux villages, qui constituent la banlieue. Selon eux, le prix des locations a tellement augmenté à Poipet durant l’année 2010-2011, et la pression des propriétaires est devenue telle, qu’accepter de résider dans ces villages-dortoirs a représenté pour eux l’unique façon de trouver un logement. Nul besoin de préciser que ces nouvelles constructions, outre qu’elles mettent à la disposition des ateliers la main d’œuvre dont ils ont besoin, produisent pour les investisseurs des profits considérables.

Figure 1 : Zone frontalière de Poipet - Rong Klua

Figure 1 : Zone frontalière de Poipet - Rong Klua

Sources : Thierry Lejard, 2014

14Le marché de Rong Klua est constitué de milliers de petites unités : ateliers recyclant des produits de seconde main, vendeurs à la sauvette, étals, chariots et magasins de toutes natures. Des centaines de récupérateurs et de charrettes chargées au maximum sillonnent les traverses des hangars pour passer la frontière et faire des livraisons dans les deux sens. Dans les ateliers spécialisés dans les chaussures, trois à quatre ouvriers se partagent les tâches (laver, dessemeler, recoller, cirer, etc.) et ceux spécialisés dans les vêtements comptent jusqu’à dix ouvriers pour laver, recoudre et repasser. Au total des dizaines de milliers de personnes, dont la production est équivalente à celle de plusieurs usines travaillent dans ce marché. Toute la main d’œuvre est khmère et composée de jeunes adultes. Même les personnes âgées et les enfants y travaillent, comme charretiers ou dans le secteur parallèle de la récupération. On y trouve aussi une dizaine d’ateliers spécialisés dans le tri et le nettoyage des sauterelles où travaillent des femmes et des enfants qui viennent chaque jour du Cambodge dans des camionnettes chargées de sacs remplis d’insectes. Les dockers chargés du transbordement des produits alimentaires et les vendeurs qui travaillent dans les magasins forment le reste de la population. On peut dire que le marché-atelier de Rong Klua a créé un nouveau modèle de fonctionnement socioéconomique et une nouvelle forme d’emploi.

15L’immigration quotidienne des travailleurs « fixe » la population au Cambodge car l’autorisation de travailler hors du pays concerne exclusivement le marché de Rong Klua. Elle est subordonnée à l’obtention d’un visa temporaire de 20 bahts pour la journée et de 100 bahts pour une semaine entière. Ce modèle économique s’est avéré si fructueux que, depuis sa création, le marché n’a pas cessé de s’agrandir. Nous avons constaté qu’à six mois d’intervalle, de nouvelles unités de production de matelas et de vélos avaient été créées et que des hangars couvrant plus de quatre hectares de terrain étaient en construction. La majorité des ateliers se trouve en Thaïlande, ce qui montre clairement « à qui profite le crime » et qui détient la maîtrise du développement. De même, les casinos sont aux mains d’investisseurs thaïlandais, ou parfois étrangers à travers des joints ventures, le Cambodge ne fournissant que la main d’œuvre. Ajoutons que la frontière permet une circulation des devises sous la forme de taxes diverse sur les hommes et les marchandises, et aussi, bien sûr, de « bakchichs », ouvrant ainsi une porte pour tous les trafics.

L’illégalité

  • 6 Et autres autorités ; militaires, douanes, gardiens des marchés, policiers en civil sillonnent en p (...)

16Les travailleurs khmers peuvent légalement venir travailler en Thaïlande, moyennant le paiement d’une taxe, à partir de l’âge de 14 ans. Cependant des milliers d’enfants traversent la frontière seuls ou avec leurs parents, sans rien payer. En principe, ce sont des illégaux, mais en pratique on ferme les yeux. Faut-il y voir un signe de la compassion (nam chai) dont les Thaïlandais feraient ainsi preuve envers ces enfants ? Personne n’y croit vraiment ! En fait, l’illégalité reste tolérée dans l’enceinte du marché tant qu’elle ne concerne qu’un nombre limité de personnes, il n’en reste pas moins qu’en taxant les personnes et les marchandises la frontière exerce un contrôle sur les populations. En ouvrant la porte à des trafics financiers considérables, les casinos contribuent à l’exploitation d’une population qui reste corvéable à merci. Mais surtout la porosité de cette frontière ouvre le territoire à d’autres trafics illégaux, comme la vente des médicaments ou d’animaux protégés. Les marchés de la drogue, de l’alcool et de la prostitution ne sont pas très développés et les bordels qui existaient en certains quartiers de Poipet ont pour la plupart disparu. De même les débits de boissons sont peu nombreux. Sur le marché de Rong Klua, quatre restaurants seulement sont ouverts le soir et ils ferment tôt. Quant aux toxicomanes, ils sont peu nombreux et ils restent sous la surveillance étroite des autorités6.

17La crainte est permanente dans la population. Tout est parfaitement quadrillé, encadré, même la rentabilité de la pauvreté. Cette situation ne doit cependant pas faire illusion. En réalité, il n’est pas difficile (quoique toujours risqué) d’acheter n’importe quoi (ou n’importe qui), car en pratique, ce sont les gangs et les maffias qui contrôlent totalement le territoire. Il faut souligner par ailleurs que l’accès de cette zone au marché international n’a pas empêché que se poursuivent, en d’autres points de la frontière, les migrations quotidiennes des Khmers vers la Thaïlande. On estime officiellement que 50 000 personnes traversent la frontière illégalement chaque jour au-delà de Rong Klua (données de l’ILO). Au total, sur toute la frontière, il doit y avoir une centaine de milliers de passages, chaque jour. Dans la zone restreinte de Poipet-Aranyaprathet, la plupart des Khmers rentrent le soir, et font un aller et retour quotidien. Un nombre restreint d’entre eux obtiennent des « visas » d’une semaine ou d’un mois, ceux-ci étant souvent liés à des contrats de travail, en particulier dans le sud du territoire entre Ban Hat Lek et Trat. D’autres cependant n’hésitent pas à rester définitivement, quoique illégalement, en Thaïlande, dans les zones de l’est du pays où la population khmérophone de nationalité thaïe est importante. Certains prennent des risques en payant des « bakchichs » d’un montant très élevé pour résider et travailler en Thaïlande. Les arrestations sont régulières, ce qui permet aux autorités de montrer leur maîtrise de la situation, et les reconduites aux frontières sont régulièrement évoquées dans les médias.

Le rhizome

18Pour survivre dans un espace qui se caractérise par la multiplicité des règles, explicites ou occultes, des droits de passage légaux ou illégaux imposés à ceux qui s’y aventurent, la population khmère doit pratiquer une sorte de jeu de cache-cache avec les autorités, les maffias et les pouvoirs locaux. Une telle situation aboutit à un renforcement des solidarités entre Khmers sur la base d’une connaissance partagée des « bons » circuits qu’il convient d’emprunter et donc à la résurgence d’un espace krom qui, au-delà des frontières du Cambodge, s’étend en territoire thaïlandais. Nous sommes ainsi en présence de deux logiques. Selon la logique économique, qui est une logique de la mondialisation, la Thaïlande utilise, depuis quelques décennies, la population cambodgienne comme une réserve de main d’œuvre pour approvisionner son industrie. Journaliers agricoles, marins pêcheurs aux frontières et ouvriers d’usine à Rayong sont des travailleurs dotés de contrats provisoires auxquels leurs visas de travail imposent des clauses restrictives, en particulier pour ce qui concerne leurs déplacements. Selon une logique du « vécu », en revanche, le rassemblement de ces travailleurs (migrants saisonniers, réfugiés et travailleurs légaux ou illégaux) à la frontière aboutit à la croissance sur le sol thaïlandais de ce que, en empruntant ce concept à Deleuze, nous appellerons un rhizome. On sait qu’en botanique, ce terme désigne une tige souterraine (donc invisible) qui poursuit sa croissance pour faire ressurgir plus loin de nouvelles racines, et de nouvelles tiges aériennes (donc visibles). En un sens, la plante semble se déterritorialiser (changer d’habitat) pour se reterritorialiser en un autre lieu. De même, la population migrante khmère se déterritorialise (elle quitte le Cambodge) pour se reterritorialiser dans le pays voisin. Toutefois, ce qui se reterritorialise, ce qui redevient visible, ce n’est pas seulement la population khmère, c’est aussi une culture et un sentiment identitaire qui naît de la rencontre entre les Khmers du Cambodge (migrants légaux et saisonniers ou migrants illégaux et permanents) et les populations thaïlandaises khmérisantes. En conséquence, on parle davantage khmer actuellement en Thaïlande qu’il y a 20 ans. Certains villages thaïlandais se sont littéralement dissous dans d’anciens villages khmers, et les enfants, même dans les familles de parler thaï, y apprennent le khmer avant même d’apprendre le thaï. Les minorités khmères sont comme une tache d’huile répandue dans trois pays (la Thaïlande, le Cambodge et le Laos), qui continuent à former un tout.

De la violence khmère rouge à la violence de la globalisation : Poipet entre mémoire et désespérance

19Le Cambodge se relève difficilement du traumatisme des Khmers Rouges (Rithy Panh, 2011 ; Soth Polin 1980). La violence que les Khmers ont subie reste présente dans la mémoire collective et semble se rejouer dans les pratiques dont ils sont maintenant les victimes : l’exploitation, la corruption, les rackets et les expulsions sont le lot quotidien de la plupart d’entre eux. L’atmosphère qui règne à Poipet reflète fidèlement cet état d’esprit. Du fait de l’omniprésence de la corruption, de la criminalité et de la violence des gangs, les habitants vivent dans l’angoisse sans oser faire des projets à long terme. La surveillance constante qui s’exerce sur la population entretient la crainte de la délation. Quant aux possibilités de travail à l’étranger, elles sont si restreintes et si étroitement contrôlées par un petit nombre de profiteurs, que le plus raisonnable est d’éviter d’y penser. En ce sens, il n’y a pour les Khmers aucune solution de continuité entre la période khmère rouge et la période actuelle. La violence, le « trauma » se transmettent culturellement (Ivanoff, 2010, qui parle de la transmission culturelle de la violence à propos de la rébellion du Sud de la Thaïlande). Les jeunes générations n’ont aucun souvenir à titre personnel du régime khmer rouge, mais du fait même que presque rien n’a été fait pour entretenir le devoir de mémoire, examiner en toute lucidité ce qui s’est passé, juger la plupart des coupables et faire le deuil de ceux qui ont alors disparu, tout se passe comme si les anciens leur avait transmis un sentiment d’impuissance face à l’avenir, comme s’il n’y avait « rien à faire », comme si la violence et la corruption constituaient le mode de fonctionnement normal d’une société. Il est vrai que, depuis 1993, le Cambodge a connu quelques transformations importantes, et notamment ses premières élections, mais l’état d’esprit de la population est resté inchangé : l’omerta règne sur la réalité présente, sur les causes des problèmes actuels, comme elle règne, trop largement, sur le passé khmer rouge, sur ce qui a réellement eu lieu.

20De ce point de vue, la zone frontière de Poipet-Rong Klua apparaît comme la prolongation des anciens camps de réfugiés Du traumatisme à la non-résistance, on est passé à l’exploitation du travail humain. Aujourd’hui comme hier, la vie ne vaut pas cher ici. C’est pourquoi un si grand nombre de personnes (conducteurs de taxi, gardiens d’hôtels ou simples particuliers) portent une arme. D’où les conseils de prudence que nous prodiguaient nos assistants et l’inquiétude pour notre sécurité que manifestaient (peut être non sans arrière-pensées) les autorités. Contrairement à d’autres chercheurs qui misent avec optimisme sur les chances de la nouvelle génération, nous avons quelques raisons de penser que celle-ci aura bien du mal à effacer les conséquences du traumatisme khmer rouge. Ce qui ressort des propos que nous avons recueillis sur le terrain, c’est que pour l’immense majorité des gens, la survie constitue l’unique horizon, toute possibilité de promotion sociale paraissant exclue. Par-delà les ressources et les atrocités subies par la population, la conséquence la plus grave du régime khmer rouge a été une véritable déconstruction des structures culturelles, familiales et villageoises. Il en a résulté une désorganisation complète de la vie sociale dont les effets perdurent aujourd’hui.

21L’histoire nous suggère que la non-résolution d’un traumatisme risque d’entraîner sa répétition ultérieure : les destructions de la seconde guerre mondiale ne sont-elles pas la conséquence de l’incapacité des belligérants à comprendre ce qui avait causé la première ? De la même manière, les non-dits qui entourent la période khmère rouge, tant de la part de la communauté internationale que de la part des actuels dirigeants khmers, compromet gravement l’avenir du pays. Il faut savoir à ce propos que non seulement les camps de transit installés aux alentours de Poipet pour le rapatriement des réfugiés au Cambodge avaient été parfois placés sous la férule d’anciens cadres khmers rouges, mais que de plus ces derniers ont pu rester à la tête des villages dortoirs destinés aux migrants qui leur ont succédé. Il faut savoir aussi que si le clan Hun Sen, arrivé au pouvoir sans que les organisations internationales n’y trouvent rien à redire, ne s’est pas livré à des massacres comme les Khmers rouges, le système de prédation et de contrôle de la population qu’il a mis en place n’était pas très différent du leur. En somme, la communauté internationale a été impuissante à « changer la donne ». Les mêmes structures oppressives sont restées en place, avec des ministères dépourvus de toute autonomie, aucune décision ne pouvant être prise sous le soutien de plusieurs cliques.

22Rien n’a donc réellement changé. Faute d’une transformation profonde des structures de pouvoir, et faute d’une prise de conscience qui seule aurait permis d’assurer le passé et d’opérer une véritable catharsis, les Khmers se trouvent privés d’avenir. Les anciens ont transmis aux jeunes non pas une mémoire critique du passé, mais un sentiment d’impuissance qui se traduit, dans les comportements, par une violence contenue.

23Cependant cette inertie d’un pays qui paraît englué dans son passé se produit dans le contexte d’un monde globalisé, et c’est ce dont témoigne la situation actuelle de Poipet. Cette ville fournit l’image de ce que le Cambodge tout entier risque de devenir. Elle a été délibérément laissée sous la domination de la Thaïlande et des grandes sociétés de transport, d’achat et de revente, ce qui ne lui permet pas de se développer de manière autonome. Dans leur grande majorité, les capitaux sont fournis par la Thaïlande, seules quelques sociétés locales spécialisées dans le domaine des transports, ou dans celui de la construction des casinos, ayant été autorisées à s’y implanter sur la base d’un partage des bénéfices. Cette situation n’a rien d’exceptionnel, car une grande partie du territoire national cambodgien est aujourd’hui aux mains des grands groupes internationaux chinois, japonais et coréens. Comme on l’a déjà expliqué, ceux-ci se partagent les terres en bénéficiant légalement de concessions économiques approuvées par le gouvernement, qui se charge ensuite avec la complicité des investisseurs, d’évincer les populations sans autre forme de procès.

24Il convient donc de fortement relativiser l’intérêt qu’est susceptible de représenter pour le Cambodge le « corridor » qui relie ce pays à la Thaïlande en passant par Poipet. Chaque matin, à heures fixes, environ 300 camions thaïlandais arrivent dans la ville, formant une chorégraphie parfaitement orchestrée par les autorités. Ils déchargent sur place leurs cargaisons (ciment, nourriture, médicaments, etc.), celles-ci étant ensuite prises en charge par des sociétés de transport khmères qui les acheminent dans toutes les provinces du Cambodge. En apparence la route qui rend possible cette circulation de marchandises, dont l’importation est essentielle pour la survie économique du pays, constitue un véritable cordon ombilical… sauf que les quelques 30 milliards de bahts qu’engendre un tel commerce ne profitent qu’à la Thaïlande !

Porosité de la frontière et passages illégaux

25Le passage illégal est un chemin de traverse qui ancre le marché dans l’histoire de la frontière. Durant la période des camps, le marché constituait déjà un lieu de trafic pour les produits alimentaires. Sa porte arrière, fermée tous les soirs, donne sur une voie de passage non protégée vers le Cambodge qu’il est impossible d’emprunter sans payer une « redevance » aux gardes khmers armés qui en surveillent l’accès. On peut considérer cette redevance comme une compensation offerte aux Khmers, puisque ceux-ci ne bénéficient pas des taxes dont il faut s’acquitter pour traverser la frontière officielle. Plus tard, en apercevant des travailleurs qui, un peu plus loin, traversaient la frontière, seuls ou en groupe, nous avons découvert l’existence d’un autre passage illégal, et peut-être en existe-t-il encore d’autres, mais il nous a été impossible d’enquêter davantage sur cette question, la zone tant trop étroitement surveillée. La porte illégale est située à proximité du marché alimentaire où viennent se fournir, en fin de soirée, les ouvriers et vendeurs de Rong Klua. Comme la voie ferrée à l’abandon, ou le pont de bois qu’évoque François Bizot (2000), c’est un vestige de l’histoire, toujours présente malgré les infrastructures récentes qui en masquent partiellement la vue. Pour passer, il faut franchir, du côté thaïlandais, une barrière située près de hauts murs en béton qui forme un goulet d’étranglement que les travailleurs peuvent facilement contourner s’ils sont guidés par des passeurs à travers des champs autrefois minés. Du côté khmer, il y a aussi une barrière avec une guérite gardée par une milice, dont le franchissement donne accès à l’espace des casinos, situé à quelques centaines de mètres d’une des rues les plus commerçantes de Poipet. C’est la rue où l’on trouve quelques restaurants encore ouverts en soirée, ainsi que quelques bordels qui sont aujourd’hui fermés.

26La réglementation limite les possibilités de franchissement de la frontière et la création de points de passage illégaux a été tolérée par les Thaïlandais afin d’assurer le fonctionnement du marché. Il faut bien, par exemple, tolérer le passage pendant la nuit des tireurs de charrettes qui le jour venu, dès l’heure légale d’ouverture de la frontière, permettent le transfert des marchandises, notamment des paquets de sauterelles. Ce mode de fonctionnement a cependant eu une conséquence qui, celle-là, n’a certainement pas été perçue par les Thaïlandais : c’est la croissance du rhizome khmer précédemment évoqué. Des membres de certaines familles qui vivent à Poipet travaillent dans les usines du parc industriel de Chon Buri près de Bangkok. Des agences de « courtiers » approvisionnent en ouvriers les parcs industriels de Thaïlande, lieux à forte densité khmère. Des Khmers qui appartiennent à des familles isolées parviennent en outre à franchir la frontière pour chercher des « petits boulots » dans les grandes cités de Thaïlande, ou à défaut, se contenter de mendier sur les lieux touristiques ou ailleurs, ce qui, pour les illégaux, constitue un moyen de survie. À partir de Poipet, le rhizome poursuit ainsi la croissance de ses tiges souterraines, jusqu’au cœur de la Thaïlande, la rencontre des Khmers illégaux du Cambodge avec les populations khmérophones de Thaïlande lui permettant de faire pousser en territoire thaïlandais de nouvelles racines, ainsi que de nouvelles tiges aériennes qui, celles-là, deviennent parfaitement visibles. La présence d’employés venus du Cambodge dans des entreprises de Bangkok dirigés par des Thaïlandais khmérophones originaires de Buri Ram, Surin ou Takeo, illustre parfaitement cet état de fait.

Une économie de survie

27En raison de la faiblesse de leurs revenus et de la précarité de leurs emplois, mais aussi du fait de leur isolement social et familial, les travailleurs du marché de Rong Klua sont à la limite de la survie. Beaucoup d’entre eux évoquent la terre et le village d’où ils viennent avec nostalgie. Certes, ils n’occupaient que des emplois de journaliers et c’est le manque de terre qui les a contraints à partir, mais au village les relations d’entraide familiale les inscrivaient dans un tissu social. Ils étaient pauvres, leur vie était dure, mais elle avait un sens. À la frontière en revanche, ils se retrouvent souvent isolés. Parfois, leur femme et leurs enfants n’ont pas pu les accompagner, de sorte qu’à moins d’avoir fondé une famille recomposée, ils sont condamnés à une sorte d’anonymat. De ce point de vue, la situation des travailleurs khmers de Poipet est très différente de celle des paysans thaïlandais pour qui le déplacement vers la ville n’est que temporaire et constitue un moyen d’obtenir un revenu supplémentaire, alors que pour les travailleurs khmers de Poipet, l’impossibilité de faire des économies les fixe sur place comme s’ils étaient enfermés, prisonniers de la frontière.

28Sur le marché de Rong Klua, selon nos calculs et compte tenu des taxes, du prix de location des charrettes (qui sont toutes numérotées par les autorités), du nombre de passages quotidiens qu’il est possible de faire, une journée de labeur ne laisse au plus que 40 bahts de bénéfices à un travailleur. Une telle somme permet tout juste de couvrir le montant du loyer d’un bâtiment en dur (car les cabanes sont le plus souvent interdites en ville), les frais d’alimentation et autres dépenses nécessaires à la survie. Nombre de personnes doivent s’endetter pour financer l’achat ou la location d’un vélo ou d’une charrette en fer, plus efficace qu’une charrette en bois rafistolée. La peur du lendemain est donc permanente : la peur de ne plus trouver assez de travail, la peur aussi de la maladie, car si une personne malade ne peut plus travailler, elle devient une charge pour ses proches qui doivent s’endetter.

29La création d’un corridor économique et le désenclavement d’une région, présentés par les décideurs comme un progrès, aboutit à enfermer les gens dans la précarité qu’une administration corrompue s’efforce d’entretenir. Paradoxalement, les travailleurs se sont bien adaptés à la flexibilité qu’exigent la mondialisation et l’économie libérale. Ils répondent souvent avec une rapidité déconcertante aux fluctuations du marché, mais les seuls bénéficiaires sont les investisseurs.

L’empreinte de l’Histoire

30Le marché alimentaire de Rong Klua existait déjà à l’époque des camps de réfugiés, les aliments constituant alors la principale monnaie d’échange pour les combattants armés. Durant la période du rapatriement des réfugiés, il a été déplacé au Cambodge, mais en raison (selon les commerçants du marché), de la corruption des autorités khmères qui les rackettaient, il a fini par revenir à son emplacement initial. Actuellement, les travailleurs khmers qui passent périodiquement d’un pays à l’autre viennent y manger ou s’y approvisionner le soir. On y trouve tout ce qui manque au Cambodge : durians, ananas, fleurs, poissons, etc.

31En un sens, ce marché est donc un vestige de l’histoire, et ce n’est pas un hasard si la porte illégale de la frontière se trouve à côté car, selon ce qu’ils affirment, c’est la porte qu’ont toujours empruntée les locaux. Certes, la corruption règne aussi au marché de Rong Klua, mais au moins on en connaît les règles et l’on peut sans doute mieux « s’arranger » avec les contrôleurs officieux ou maffieux qu’avec les autorités officielles. Tout se passe comme si l’Histoire, tel un animal sauvage, avait frayé des chemins de traverse qu’on trouve pratiques d’utiliser parce qu’on les connaît bien. Aujourd’hui, le marché de Rong Klua semble « noyé » dans l’immense zone commerçante que constituent les nouveaux marchés établis pour assurer la circulation de produits de toutes natures, mais il en constitue le noyau historique, et dans la géographie mentale des locaux, il fait partie d’un espace krom qui englobe la frontière et ses environs.

  • 7 On peut aussi mentionner des objets que l'on ne peut faire disparaître car ils conservent une force (...)

32À Rong Klua, d’autres vestiges de l’Histoire subsistent également, mais à l’état de traces. C’est le cas de l’ancienne voie ferrée qui menait à Phnom Penh. En Thaïlande, elle est encore en activité jusqu’à la gare provinciale d’Aranyaprathet, à 6km de la frontière cambodgienne, mais elle se perd ensuite dans des terrains vagues non loin de Rong Klua. Pourtant, dans la rue qui mène à la frontière, dissimulée derrière un muret couvert de ronces qui coure sur plusieurs dizaines de mètres sur un petit monticule, parallèle à une nouvelle allée couverte où se sont installés des restaurants et des vendeuses à l’étalage, la voie ferrée désaffectée existe toujours. Un peu au-delà, on nous montre les parapets du pont, dont parle Bizot (2000) et par lequel il fallait autrefois passer pour sortir de l’enfer khmer rouge. Ces traces du passé font-elles partie, comme le marché lui-même, d’une cartographie mentale, d’une représentation des lieux qui, pour les Khmers, inclut non seulement les territoires, mais aussi leur histoire, les légendes et les contes qu’on raconte à leur sujet, ainsi que les rituels ou les événements marquants qui permettent de s’y orienter ? Cette hypothèse nous paraît vraisemblable car, du fait même de son caractère traumatique, ce qui s’est passé durant la période khmère rouge n’a pu s’effacer de la mémoire collective. Certes, tous ces lieux sont à l’abandon, mais ils le sont à la manière de ces morceaux de forêt, de ces bosquets, que les essarteurs épargnent lors des coupes forestières pour les réserver aux génies, ou encore à la manière de ces témoins de l’histoire coloniale dont on attend qu’ils s’effacent d’eux-mêmes avant de construire du nouveau7. Au Cambodge, comme ailleurs en Asie du Sud-est, l’Histoire ne connaît pas de ruptures. On laisse le temps accomplir son œuvre pour construire l’avenir sur la base de ce qui subsiste du passé.

Conclusion

33En attirant dans la zone frontière de Poipet des dizaines de milliers de travailleurs khmers qui y vivent dans des conditions misérables, la mondialisation se trouve à l’origine d’une tragédie humaine dont on ne saurait sous-estimer l’ampleur. Pourtant, ce phénomène d’une extrême modernité rétablit la porosité des frontières et l’imbrication des populations qui caractérisaient en Asie du Sud-est la conception « traditionnelle » (au sens de non-occidentale) du territoire avant l’arrivée des Européens. Il faut rappeler que la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande est longtemps restée incertaine, et que son tracé définitif n’a pu être établi qu’à l’issue de plusieurs accords, parce que les Thaïlandais ne parvenaient pas à comprendre le sens de la ligne de partage entre les deux pays que les Français voulaient leur faire accepter. Dans la conception thaïe, comme dans la conception khmère, traditionnelle, les rapports de domination s’exercent entre des populations qui partagent partiellement les mêmes territoires, et qui ne sont séparées que par des zones tampon aux limites indécises. Dès lors que l’Etat thaïlandais moderne a adopté la conception occidentale (perçue comme « moderne ») du territoire, il lui a fallu rendre ses frontières hermétiques. D’où les postes de douane et de police, les bureaux d’émigration, les taxes à payer et les contrôles tatillons qui limitent la circulation des hommes et des marchandises à la « porte officielle » de la frontière de Poipet-Rong Klua. Cependant, la rigueur de ces contrôles est incompatible avec la logique du libéralisme économique qui inspire la mondialisation. C’est ce qui explique la tolérance que manifestent les autorités, thaïlandaises ou cambodgiennes, envers les trafics et des pratiques illégales qui se sont multipliés. En conséquence, la frontière est redevenue poreuse, comme elle l’était un siècle auparavant, ce qui, bien sûr, est en accord avec la géographie mentale qui reste inscrite dans l’esprit des populations locales. Il n’est donc pas étonnant que se soit produite une réactivation des anciens thèmes mythiques qui, pour les Thaïlandais et pour les Khmers, donnent un sens à leur rencontre au sein du même espace.

34Selon ce qu’on raconte du côté khmer, des chasseurs auraient capturé deux lions dans les montagnes. Deux lions qui ne peuvent être que mythiques, puisque cet animal n’a jamais vécu à l’état sauvage en Asie du Sud-est, ce qui ne l’empêche pas de protéger fréquemment les monastères bouddhiques ! Par la suite, le camion qui devrait les transporter jusqu’à Poipet s’étant renversé, ces animaux auraient péri, mais pour les honorer on a organisé une cérémonie puis ils ont été enterrés à l’entrée du pays afin qu’ils deviennent les génies tutélaires du territoire. Du point de vue des Khmers, grâce à la portée de leurs rugissements, ils revendiquent la totalité de l’espace krom à l’intérieur du territoire thaïlandais.

35C’est pour parer à cette offensive magico-religieuse, que les Thaïlandais ont, de leur côté, érigé à leur poste officiel les quatre statues de géants auxquelles nous avons fait précédemment allusion. Il s’agit en fait de Yaksha, des êtres mythiques que les Thaïlandais assimilent fréquemment à des ogres, mais qui n’en sont pas moins également des protecteurs du bouddhisme, et ils sont bien sûr chargés de protéger l’espace thaï de la menace que font peser les Khmers. Pour être imaginaire, cette menace n’en est pas moins prise au sérieux par les Thaïlandais, qu’inquiète sans doute le renouveau sur leur territoire d’une langue et d’une culture khmères qui se trouvent renforcées par l’entrée en contact des émigrants, légaux ou illégaux, venus du Cambodge avec les populations thaïlandaises khmérophones. Le conflit autour du temple de Preah Vihear (Ivanoff, 2011), que le partage colonial avait attribué au Cambodge, bien qu’il ne soit accessible qu’à partir de la Thaïlande (et dont, à une dizaine de kilomètres avant d’y être parvenu, les bornes indicatrices en Thaïlande disparaissent brusquement) est emblématique de la tension qui résulte de cette situation.

36Ce renouveau est réel, mais peut-on parler pour autant d’une résilience de la société khmère ? Au Cambodge même, il est difficile d’envisager l’avenir avec optimisme. Dans la zone frontière de Poipet, comme en Thaïlande, les choses sont sans doute plus complexes. Il est clair que, globalement, l’activité économique repose sur une répartition des moyens de production qui profite principalement aux Thaïlandais puisque, le plus souvent, ceux-ci fournissent les capitaux et la main d’œuvre qualifiée, alors que les Khmers se contentent de pourvoir aux emplois précaires et non qualifiés. Quelques signes encourageants, malgré tout, permettent de nuancer ce tableau. Mentionnons par exemple l’existence de ce qu’on peut appeler des « niches sociales » dans certaines villes thaïlandaises, ou certains quartiers de Poipet, dans lesquels des khmérophones se regroupent pour se spécialiser dans certaines activités économiques, telle la pêche, autrefois peu pratiquée au Cambodge. Mentionnons aussi l’existence de groupes d’enfants ou de jeunes adultes, qui comprennent entre vingt et quarante individus, et qui, sur la base de liens familiaux ou de proximité, vivent dans le même quartier et sont capables d’organiser entre eux une répartition des tâches, ainsi que d’établir des relations mutuelles d’entraide ou d’endettement.

37Il est bien sûr trop tôt pour voir en ces quelques faits les signes d’une véritable résilience de la société cambodgienne. Du moins allument-ils une faible lueur d’espoir. Au minimum, ils témoignent de la vivacité d’un rhizome khmer au sens où nous avons défini ce terme. Ils montrent que les populations khmères frontalières créent des lignes de fuite en se réorganisant, et en retrouvant une certaine autonomie là où les migrants convergent et se reterritorialisent à l’extérieur des frontières du Cambodge.

Haut de page

Bibliographie

BERNARDOT M., 2008, Camps d’étrangers, Paris, Editions du croquant, 233 p.

BIZOT F., 2000, Le portail, Paris, éditions de la Table ronde, 440 p.

BOONWANNO T., 2010, Les Thaïs de Ko Kong à Trat, Dynamiques identitaires d’une population frontalière, Mémoire de Master 2, Aix-en-Provence (sous la direction de Jean Baffie).

BOUTRY M. et IVANOFF J., 2009 La monnaie des frontières. Migrations birmanes dans le sud de la Thaïlande, structure des réseaux et internationalisation des frontières, Bangkok, Carnet de l’Irasec, Série Observatoire 02, 159 p.

CHANDLER D., 2011, Une histoire du Cambodge, Paris, Les Indes Savantes, 239 p.

COLLECTIFS

2005, The cross border economies of Cambodia, Laos, Thailand, and Vietnam, Development Analysis Network, Cambodia Development Resource Institute, 247 p.

2009, Border liaison offices in Southeast Asia 1999-2009, Ten years of fighting transnational organized crime, UNODC Regional centre for East Asia and the pacific, 16 p.

2005, High price of land: The deadly eviction of kbal spean, CHRAC, A coalition of 18 NGOs, Cambodian Human Rights Action Committee, 17 p.

2006, Review of labor migration dynamics in Cambodia, International Organization for Migration, IOM Phnom Penh, 67 p.

2006, Survey of cross-border migration through and from Koh Khong province to Trat, Thailand, UNIAP, Migrant support project – Legal support for children and women (LSCW), 18 p.

FORREST A., 2009, « Pour comprendre l'histoire contemporaine du Cambodge », in Cambodge contemporain, IRASEC Monographies nationales, Paris, Les Indes savantes, p. 17-140.

GEISDOERFER A. et IVANOFF J., 2001, « Des figures fabuleuses marines pour construire un monde et des êtres exceptionnels », in Imagi-mer. Créations fantastiques, créations mythiques, Paris, Kétos, Anthropologie maritime, pp. 9-41.

GUERIN M., et al., 2003, Des montagnards aux minorités ethniques : quelle intégration pour les habitants des hautes terres du Viêt Nam et du Cambodge ?, Paris : L’Harmattan, Bangkok : Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 354 p.

LEJARD T., 2011, « Poïpet ville doublon à la frontière », http://www.reseau-asie.com/colloque/4eme-congres-2011/ville-asiatique-contemporaine/villes-asie-doublons/, consulté le 5 juin 2014.

IVANOFF J., 2012, The Roots Violence in Malay Southern Thailand, vol. 1 Tutelary Figures of Malay Political Heroism, Bangkok, White Lotus Press, 333 p.

IVANOFF J. 2011, « Thaïlande vs Cambodge. Le nationalisme aux sources du conflit », Diplomatie, Affaires stratégiques et relations internationales, Paris, N°49, pp. 20-23.

IVANOFF J., 2011, « Des périphéries utiles », Moussons, Recherches en sciences humaines sur l'Asie du Sud Est, Université de Provence, N°17, pp. 25-44.

IVANOFF J. et LEJARD T., 2002, Mergui et les limbes de l’archipel oublié. Impressions, observations et descriptions de quelques îles au large du Tenasserim, Bangkok/Paris, White Lotus Press/Kétos-Anthropologie maritime, 234 p.

KANE S. 2011, Dictionnaire des khmers rouges. Nouvelle édition révisée, Paris, Les Indes savantes, 543 p.

LUCIOLLI E., 1988, Le mur de bambou: le Cambodge après Pol Pot, Paris, R. Deforges, 312 p.

MARSHALL P., 2001, « Globalization, migration and trafficking: Some thoughts from the South-East Asian region », UN Inter-Agency project on trafficking in women and children in the Mekhong sub-region, Occasional paper N°1, UN, 12 p.

MARTIN M. A., 1997, Les khmers daeum, khmers de l'origine, société montagnarde et exploitation de la forêt de l'écologie à l'histoire, Paris, Presse de l'Ecole Française d'Extrême-Orient, 514 p.

MEYER C., 1971, Derrière le sourire khmer, Paris, Plon, 406 p.

MIKAELIAN G., 2009, « Pour une relecture du jeu politique cambodgien : le cas du Cambodge de la reconstruction (1993 – 2005) », in Cambodge contemporain, Monographies nationales, Paris, Les Indes savantes, p. 141-188.

PANH TITHY et BATAILLE C., 2011, L'élimination, Paris, Grasset, 333 p.

POLIN SOTH, 1980, L'anarchiste, Paris, éditions de la Table Ronde, 253 p.

PONCHAUD F., 2005, Cambodge, Année zéro, Paris, Kailash, 272 p.

SCOTT J., 2009, The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia, Yale University press, 464 p.

SHELTON T., 2008, « Poipet street kids: far worse off than expected », Phnom Penh Post, Vol. 17 Issue 01, January 11 - 23.

THIBAULT C., 2008, L’archipel des camps, L’exemple cambodgien, Paris, Le monde PUF, 133 p.

THIERRY S., 1988, De la rizière à la forêt, contes khmers, Paris, L'Harmattan, 254 p.

VICKERY M., 1984, Cambodia 1975 - 1982, Chiangmai, Thaïlande, Silkworm Books, 369 p.

WINICHACUL THONGCHAI, 2005, Siam Mapped. A history of the geo-body of a nation, Chiangmai, Thaïlande, Silkworm books, 228 p.

Haut de page

Notes

1 Même si le nouveau directeur de l’Irasec, François Robinne, refuse la publication, alors qu’il n’a aucune compétence en la matière autre que celle d’une opposition personnelle. Les directions scientifiques confondent trop souvent la recherche et la gestion, la deuxième ne donnant aucune autorité sur la première, même si cette règle élémentaire est de plus en plus malmenée. Une première contribution a heureusement fait l’objet avant son arrivée d’une publication (Boutry et Ivanoff, 2009). Les autres contributions sont en cours de publication, malheureusement ailleurs. Une autre partie de cette étude a été publiée (Lejard 2011).

2 Le marché et le passage étaient un des points de rencontre où s’échangeaient les denrées alimentaires fournies par les camps de réfugiés et où passaient les hommes partant pour mener la guérilla.

3 Même si des « réguliers » existent. Les candidats au départ revêtus d’un T-shirt jaune nous ont dit partir pour des usines proches de Bangkok, des femmes parlaient d’emplois de mae ban, en thai« femme de ménage ».

4 1 €= 40 bahts ; pour plus de données chiffrées sur le marché voir Development Analysis Network, 2005, p. 54.

5 Bien entendu il y a d’autres marchandises : le pétrole; l’huile et les produits associés; les pièces détachées des véhicules; les substances chimiques, le sucre, le plastique ; la nourriture conditionnée ; les matériaux de constructions. Le Cambodge exporte aussi vêtements et produits halieutiques (Development Analysis Network, 2005, p. 34).

6 Et autres autorités ; militaires, douanes, gardiens des marchés, policiers en civil sillonnent en permanence les secteurs de chaque côté de cette frontière et la population fait part régulièrement de ses craintes et des dangers constants de racket et de violence...

7 On peut aussi mentionner des objets que l'on ne peut faire disparaître car ils conservent une force, une histoire, comme la tombe de la famille White à Mergui, qui située sur la jetée, était laissée à l’abandon, en dépit de l’impatience des autorités d’en faire table rase pour reconstruire une nouvelle jetée. Les Birmans ont attendu qu’elle s’écroule puis que les restes se dispersent, alors seulement ils ont reconstruit. Il a fallu aussi attendre les années 2000 pour que les officiels réinvestissent l’ancien palais du gouverneur dominant la ville, les fantômes étrangers étant encore très dangereux. Ces figures du passé colonial sont intégrées dans un panthéon bien particulier chez les peuples colonisés qui ne savent pas toujours comment gérer ces restes coloniaux inscrits dans leur mémoire (Ivanoff et Lejard, 2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Zone frontalière de Poipet - Rong Klua
Crédits Sources : Thierry Lejard, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3188/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Lejard, « Un rhizome khmer à la frontière khméro-thaïlandaise : une étude sur les travailleurs illégaux de Rong Klua et de Poipet », L’Espace Politique [En ligne], 24 | 2014-3, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3188 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3188

Haut de page

Auteur

Thierry Lejard

Chargé de mission
Directeur général d'association dans le cadre de la protection de l'enfance
thierrylejard@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org