Navigation – Plan du site
Trafic en Asie du Sud-Est

Le trafic humain en Thaïlande : situation actuelle et défis

Human Trafficking in Thailand: Present Situation and Challenges
Supang Chantavanich et Jacques Ivanoff

Résumés

La Thaïlande tient une place particulière dans l’histoire contre de la lutte contre le trafic humain car c'est en même temps un territoire d'origine et de destination de migrants. Des dizaines d'années durant, parmi les centaines de milliers de travailleurs qui sont partis à l'extérieur du pays, beaucoup ont été vulnérables au trafic, ce qui est dû particulièrement à l’opacité d’un système de recrutement peu scrupuleux qui met les chercheurs d'emploi dans des conditions d'endettement outre-mer. Cet article s’intéresse aux différentes formes de trafics humains au cours des dernières décennies et des efforts de la Thaïlande pour y remédier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ou plus exactement dans la catégorie intermédiaire 2WL (entre 2 et 3), marquant un recul par rappor (...)

1En 2013, le Rapport sur les Trafics de Personnes du Département d'Etat américain a classé la Thaïlande dans la catégorie Tier 21 pour ses efforts dans son combat contre le trafic d'êtres-humains et ce pour la troisième année consécutive. En 2014 la Thaïlande régresse et tombe dans la catégorie Tier 3. Le rapport avait pris en considération le fait que, pendant trois ans, le pays faisait des efforts pour lutter contre le trafic de personnes, mais la réalité des faits est apparue cette année : il n’y a pas de réelle volonté politique, ni même de possibilité matérielle de lutter efficacement contre ce fléau.

  • 2 En France le sujet fait vendre. Après avoir étudié la question (Boutry et Ivanoff 2009) et mentionn (...)

2Il n’y a pas un jour sans qu’un journal local ou même international2 dénonce une pratique illégale, une vente d’êtres humains, un passage interdit de frontière, un système de corruption officielle… et pourtant tout cela continue, jour après jour. Il est des nouvelles répétées quotidiennement et connues de tous, mais auxquelles on ne trouve pas de solutions en Thaïlande : le sud et ses bombes, les migrants, la corruption. Le coup d’Etat de 2014 a changé la donne politique. Comme souvent en Thaïlande, lorsqu’un nouveau gouvernement prend le contrôle, il s’attaque frontalement à un problème majeur : la rébellion Sud (Thaksin), La pauvreté dans le Nord-Est (Chavalit) et aujourd’hui les migrants. Les militaires veulent en effet contrôler ces illégaux, sources de problèmes sociaux selon eux. Il est plus vraisemblable qu’ils veulent s’accaparer, ou au minimum mettre la pression pour récupérer les dividendes de l’économie informelle et illicite. En renvoyant les personnes déplacées, travailleurs illégaux ou non, la junte fait également pression sur les pays voisins en les menaçant de tarir une importante source de revenu pour mieux les manipuler et négocier au mieux des intérêts de la Thaïlande. Mais ces centaines de milliers de personnes menacées sont aussi celles qui font tourner les usines, le secteur de la pêche, de l’agriculture et de la construction. En renvoyant 250,000 Cambodgiens en quelques jours, le gouvernement veut prendre le contrôle d’une économie pleine de promesses et affirmer sa mainmise sur tous les secteurs socioéconomiques du pays. Il faut rappeler que la Thaïlande et le Cambodge se sont heurtés ces dernières années sur la question des frontières, que les Khmers sont considérés, entre autres, comme de puissants sorciers et que la Thaïlande compte bien s’approprier une part du pays livré en pâture aux grands groups multinationaux, chinois notamment. On imagine bien les abus que ces 3 semaines d’évacuation ont permis de la part des soldats et des officiels, déjà largement corrompus.

3Loin de s’arrêter à la migration séculaire des Khmers, les militaires veulent s’attaquer au secteur très rentable, mais extrêmement exposé ces dernières années aux critiques internationales, de la pêche en menaçant de nationaliser l’industrie qui emploie des centaines de milliers si ce n’est des millions de personnes (pêche et conserverie). Rappelons que l’exposition médiatique du problème de la pêche et des équipages de Birmans maltraités (Boutry et Ivanoff 2009) a largement contribué à ranger la Thaïlande dans la catégorie Tier 3.

4Cette nouvelle politique de guerre contre l’économie souterraine et illégale s’étend également au jeu et à une certaine moralisation de la Thaïlande. Il est certain que le jeu est un problème social très important en Thaïlande, où des fortunes et des vies sont jouées sur tout et n’importe quoi : combats, paris, loteries illégales. Les casinos aux frontières et les maisons de jeux clandestines sont des réalités très importantes. En s’attaquant à ces questions, le gouvernement essaie de rassurer la classe moyenne thaïlandaise qui se sent « protégée » selon les sondages.

5Mais entre le désir de contrôle des nouveaux gouvernants et la réalité de terrain il y a de nombreux intermédiaires, notamment des allers et retours entre décisionnaires et consultants, travailleurs sociaux, chercheurs, mais qui agissent en dehors de la réalité socioculturelle, du migrant considéré comme une statistique qui doit rentrer dans des cadres contrôlés par l'Etat. La représentation que l’homme trafiqué se fait de son lieu de travail, de son voyage, de la terre où il réside détermine pour une partie les routes de l’immigration illégale. Cependant des travaux ont été réalisés chez les Khmers en Thaïlande qui sont chez « eux » dans l’Est thaïlandais qui leur appartenait autrefois, ou chez les migrants qui sont en train de coloniser un nouvel espace, cas des migrations illégales des Birmans (Boutry et Lejard ce volume).

6Il faudrait aussi se mettre d'accord sur les chiffres car minimiser le problème n'est pas une solution. En 2009 on déclarait officiellement 500,000 Birmans légaux et 500,000 illégaux. Ils seraient plutôt entre 3 et 4 millions dont un million de légaux. Le pays a fait de gros efforts pour régler le problème quand il a accepté les nouvelles données chiffrées (Chantavanich 2011). On ne doit donc pas trop critiquer la Thaïlande et ses agences qui essayent, comme nous allons le voir, de trouver des moyens de réguler le flot et de pousser les travailleurs migrants à s'enregistrer, mais cela reste long et coûteux. Les pratiques illégales et la corruption règnent encore en maîtresses incontestées.

7Les cas traités par la justice contre le trafic sont encore peu probants (carte, infra).

Figure 1 : Cas de trafics traduits en justice en Thaïland

Figure 1 : Cas de trafics traduits en justice en Thaïland

8L’actuelle junte au pouvoir en Thaïlande a décidé de rapatrier les réfugiés, au moins ceux vivant dans des camps, près de Maesot, même s’il faut tout d’abord vérifier leur nationalité ce qui laisse une grande ouverture pour la corruption. C’est un retour plus ou moins forcé qui s’annonce pour plus d’une centaine de milliers de personnes déplacées, surtout si l’on se réfère aux dizaines de milliers d’émigrés cambodgiens obligés de quitter le sol thaïlandais en 2014. Le nationalisme est sous-jacent dans ces décisions qui sont aussi des manœuvres politiques destinées à mettre sous pression les pays voisins, voire à les aider à récupérer des réfugiés politiques.

9Une autre question concerne la classification des migrants. Personne ne voulant appeler les choses par leur nom, on parle de « personnes déplacées » parmi lesquelles les autorités, notamment aux frontières, font leur marché. Car ces « travailleurs illégaux », ces « déplacés », ces « réfugiés » sont tous à vendre. C’est un problème qui relève des droits de l’homme et de son traitement politique, mais qui se perd dans un dédale d’obligations internationales confrontées aux chantages locaux, intérêts et conflits de chaque pays. Au final, les « vendus » (au sens propre) sont en fait quantités négligeables dans l’équation politique qui relie les intérêts la Thaïlande à deux pays voisins (Birmanie et Cambodge). On sait que des millions de personnes vivent aux franges de la société thaïlandaise, plus ou moins légalement (au moins 2 millions de Birmans, 500,000 Khmers et autant de Karen), mais ils sont une source inépuisable de revenus, une rente pour les officiels des frontières, un moyen de pression pour les politiques et une main-d’œuvre bon marché pour les entrepreneurs. On comprend alors que les pressions politiques et les « bons points » distribués par la communauté internationale ne peuvent pas transformer des pratiques multiséculaires.

  • 3 On autorise les cliniques mais pas les hôpitaux, consigne donnée aux ONG et missionnaires de Ranong (...)

10Voilà donc un immense marché humain prenant en compte certaines catégories plus vulnérables, comme les femmes et les enfants, mais passant sous silence les milliers de pêcheurs birmans vendus à la frontière, les centaines d'autres jetés à la mer, assassinés, les milliers de personnes revendues après avoir été arrêtées, revendues à nouveau auprès de ceux qui les avaient achetés (avant 2009 au moins). En Thaïlande, l’intégration progressive des illégaux est possible car le gouvernement permet, entre autres choses, un accès aux soins3 et autorise les enfants de travailleurs illégaux à aller à l’école. Il y a donc la réalité des chiffres connus et acceptés sur lesquels les associations et agences nationales et internationales doivent travailler et les travailleurs qui ne sont nulle part sur l’échiquier, simples pions que l’on vend à des industries demandeuses, pêcheries, conserveries, constructions… Et au milieu de tout cela l’Etat légifère, autorisant une certaine forme d’intégration aux migrants illégaux (école, soin) et de régularisation (processus de Vérification Nationale, Chantavanich 2011) qui existe, même si la mise en place est complexe. Bref, l’Omerta arrange les politiciens qui se servent de ces déplacés pour faire pression sur les pays voisins, les entrepreneurs qui trouvent là une main-d’œuvre bon marché, les trafiquants et intermédiaires maffieux qui gagnent de l’argent, les ONG qui trouvent là les moyens de demander des fonds aux organismes internationaux trop contents de se débarrasser du problème.

Les plus vulnérables

11Les situations ne sont également guère favorables pour les femmes thaïlandaises ou d’origines « ethniques ». En règle générale, les femmes de Thaïlande ont quitté le pays pour travailler illégalement dans l'industrie du sexe et du divertissement dans des pays comme le Japon, l'Allemagne, l'Afrique du Sud et la Thaïlande elle-même. En tant que plateforme de transit, la Thaïlande joue un rôle dans le transfert des personnes trafiquées à partir de pays voisins vers des destinations lointaines. Les cas les plus extrêmes concernent les travailleurs partis dans d'autres pays sans aucune protection et qui, sans le savoir et sans rien pouvoir y faire, sont les victimes de passages illégaux et de trafics. La crainte de la dégradation du statut par le Département d'Etat américain a poussé la Thaïlande à prendre des mesures, mais qui diffèrent selon les groupes cibles et les conditions.

12Les facteurs connus qui créent des victimes de trafic sont principalement la pauvreté, la recherche d'opportunité pour une meilleure vie, même si les candidats à l'immigration illégale et donc les potentielles victimes de trafics connaissent les terribles conditions de travail, dans les bateaux de pêche par exemple. D'autres facteurs existent comme le manque d'éducation et la méconnaissance des trafics, le manque de moyens pour payer les transports et autres coûts relatifs au processus de migration, le tout facilité par la difficulté de faire respecter les régulations très restrictives sur les migrations dans les pays de destination. Il faut aussi prendre en compte la corruption, l'existence de services de recrutements illégaux, le manque d'intérêt sur la question et l'incapacité de construire des campagnes d'informations et d'assistance de la part de l'Etat qui devrait protéger les plus vulnérables. Même si nous sommes loin de la situation des années 1980 où l'on trouvait des centaines de pseudos agences et des milliers de travailleurs (des campagnes du Nord-Est pour l'essentiel) attendant n'importe quel employeur autour de la gare de Hua Lomphong à Bangkok sans que personne ne s'y intéresse, la situation ne s'est guère améliorée. Lorsque la crise de 1997 a éclaté sont apparus au grand jour deux phénomènes, l’importance des déplacements des migrants de l’intérieur (surtout du Nord-Est) et le nombre croissant de travailleurs immigrés, notamment birmans. Depuis l’ouverture relative de la Birmanie et le scandale des Rohingyas rejetés à la mer en 2009 (musulmans d’Arakan n’ayant pas le statut de minorité ethnique donc n’ayant pas accès à la citoyenneté), la Thaïlande a accepté que son leadership économique régional dépendît en partie de la régulation de ses flux migratoires et de sa gouvernance en la matière. C’est ce à quoi s’attachent les gouvernements depuis des années avec des succès notables, mais toujours avec la survivance d’une « zone grise » où la légalité des immigrés est douteuse, où les ventes d’êtres humains sont courantes. Concernant la légalisation (connue sous le nom de processus de Vérification Nationale), un progrès évident a cependant été accompli puisqu’on passe de moins de 100,000 travailleurs légaux en 2007 à près de 900,000 en janvier 2013 (statistiques du Ministère de l’emploi).

13La globalisation et l'extension des marchés internationaux a ouvert une porte pour les migrations étrangères et la Thaïlande, même si elle reste terre de migration, est plutôt le pays qui reçoit les illégaux et les trafiqués. Le problème s'est ainsi déplacé du centre aux frontières.

L'empathie au quotidien ?

  • 4 Chacun porte le poids de ses actes passés contre lesquels il est difficile d’agir selon cette même (...)

14Le trafic humain repose sur des règles tacites acceptées, sur des constats implicites (pas de développement sans corruption et sans réseaux maffieux), sur des traditions (népotisme, relation patron-client, endettement, ehnorégionalisme, Ivanoff 2011). Il ne faut pas oublier des facteurs comme la responsabilité individuelle au sein d’un système, celle qu’induit la notion bouddhiste de karma, fabriquant un individu qui accepte son destin et ne se plaignant guère du malheur des autres4. Au final, ce sont les ONG et les missionnaires qui en profitent, mettant en coupes réglées les camps de réfugiés et de rapatriements ou s’occupant des communautés de « trafiqués », d’immigrés illégaux sous l’œil des autorités qui surveillent de loin. Tant que le problème est circonscrit et donc sous contrôle (c’est-à-dire tant que la communauté internationale ne s’y intéresse pas) on n’en parle pas. Régulièrement cette même « communauté internationale » entre en émoi sur des sujets variés tels les conditions de travail des Birmans, les marins jetés à la mer, les Rohingyas abandonnés en mer sans moteur, les équipages maltraités, puis les Karen menacés de rapatriement… Les Thaïlandais, habitués à gérer les flux migratoires sur ses frontières traditionnelles de « zone d’influence » Malaisie et Cambodge, ont laissé les immigrants Birmans se faire une place de choix dans leur nation (ce que nous avons appelé la « colonisation adaptative », cf. Boutry et Ivanoff 2009) et dans leur économie dont une grande partie ne pourrait être rentable sans eux (pêche, conserverie, hévéaculture…).

15Donc la question est toujours la même et toujours aussi simple : comment les Thaïlandais peuvent-ils rester compétitifs tout en n’exploitant pas la main-d’œuvre légale et illégale, très rentable pour les usines, l’économie en général et les filières de trafiquants et d’officiels corrompus ? Ces flux migratoires illégaux ne font qu’augmenter car la Thaïlande ne se suffit plus des travailleurs saisonniers sortis des rizières du Nord-Est ou des travailleurs traditionnellement venus du Laos ou du Cambodge. Les Thaïlandais ont laissé les travaux les plus durs (le bâtiment et la pêche notamment) aux immigrés et sont montés dans l’échelle sociale. La demande en main-d’œuvre est donc plus importante et, qui dit demande en main-d’œuvre légale, dit développement de nouvelles filières illégales. Il n’y a pas de petit bénéfice et, plutôt que de passer par les processus de recrutement ou de Vérification Nationale, les patrons préfèrent payer les officiels et les trafiquants. Cela rend, bien évidemment, d’autant plus docile la main-d’œuvre.

16On peut agir sur les filières, mais il est plus difficile d’empêcher les flux pour cause de rentabilité. Les Thaïlandais font ce qu’ils ont toujours fait : ils gèrent, intègrent, mais profitent car la plupart des officiels ayant un lien physique avec les marchands d’êtres humains sont corrompus. Le gouvernement délègue alors des commissions et créé des organisations chargées de surveiller ce phénomène qui lui fait « perdre la face » internationalement. Parfois on entend qu’une dizaine de personnes ont été sauvées, qu’un trafiquant a été arrêté, une goutte d’eau dans un océan. Bien sûr, il y a un début à tout, mais la modestie des chiffres, l’insolence des déclarations péremptoires affirmant qu’il n’y avait pas des trafics avérés sur les bateaux… tout cela ne rend pas l’action thaïlandaise crédible.

Thailand Rescues Trafficked Burmese Fishermen

By THAN HTIKE OO / THE IRRAWADDY| Monday, March 25, 2013 |

A total of 14 Burmese nationals who had been trafficked into Thailand’s fishing industry were rescued by the Thai authorities on Friday and Saturday of last week, bringing to 29 the total of those rescued so far this month.

According to sources in Kantang, a port town in southern Thailand’s Trang Province, 11 people were rescued on Friday, while three others were taken into custody on Saturday. Fifteen other Burmese were freed following a raid on March 10.

Thailand’s Department of Special Investigation (DSI) cooperated with Burma’s Labor Ministry and two local Burmese NGOs—the Myanmar Association Thailand (MAT) and the Foundation for Education Development—to rescue the workers, according to Kyaw Thaung, the director of MAT.

Kyaw Thaung said that one Burmese man has been arrested for human trafficking, while the rescued workers are being held at a local police station pending their deportation to Burma.

Most of the workers are in their 20s, although three are aged between 16 and 18.

The victims said they had entered Thailand with the help of brokers who promised them jobs at a chicken-processing plant, where they expected to be paid 10,000 baht (US $340) a month. Instead, they were sold into Thailand’s notoriously exploitative fishing industry, which has a well-documented record of rampant human rights abuses.

MAT said that it has worked with the Thai authorities to free around 50 trafficked Burmese so far this year. A total of 292 victims were rescued in 2012, while eight suspected traffickers were arrested.

Despite the vulnerability of Burmese workers to human rights abuses in Thailand, thousands continue to flood into the country in search of work. To combat the problem of workers being exploited, last March the Thai and Burmese governments set up anti-human trafficking centers in the border towns of Kawthaung and Tachilek.

17Cette goutte d’eau n’est pourtant que la partie émergée d’une prise de conscience nationale. La Thaïlande aimerait se débarrasser de cette mauvaise image que lui inflige le trafic d’êtres humains, elle voudrait régler le problème, sur le papier tout au moins, d’abord de façon politique et bureaucratique en créant des commissions, en investissant des ministères de nouveaux pouvoirs. Pour affirmer son action au niveau international elle délègue le terrain d’action à des ONG ou des agences internationales tout en se gardant un droit de constituer des « réserves » (centres de « tri » pour les travailleurs illégaux, lieux de détentions pour les réfugiés, camps pour les refoulés des guerres ethniques et frontalières). Le gouvernement garde le contrôle tout en tentant de trouver les moyens de faire connaître sa position « humanitaire » à travers les ONG et agences nationales. Mais rien n’y fait car il y a trop d’argent en jeu et l’on ne peut arrêter des phénomènes s’accentuant avec l’ouverture économique prochaine de l’Asean Economic Community (2015). L’argent appelle l’argent et les structures en place apportant beaucoup de richesses, il est raisonnable de penser que les filières de trafics humains vont s’intensifier, d’autant que celles-ci sont liées à des cliques de militaires ou de politiciens et d’administrations locales ; il est impossible de prendre en charge de façon globale le problème de la vente d’êtres humains.

  • 5 On parle aujourd’hui de 3 à 4 millions de Birmans dont 1 million d’illégaux, pour la plupart trafiq (...)

18Même si le gouvernement veut prendre des mesures, il va se heurter au fonctionnement du pays qui, bien que centralisé, n’en demeure pas moins économiquement construit sur des bastions régionaux aux mains de maffieux et de cliques politiques intouchables. Il est donc difficile d’envisager l’application de politiques de répression ou de sensibilisation alors même que ceux qui sont en charge de les créer sont partie prenante dans le trafic. Tout en créant des commissions, en réunissant des spécialistes, en essayant de montrer sa bonne foi pour échapper à la honte d’être encore considéré comme un pays où le trafic humain est accepté, la Thaïlande renforce ses dispositifs de transits pour cette « monnaie des frontières » (Boutry et Ivanoff 2009). Mais rien n’y fait car il y a un gouffre entre la volonté officielle (si tant est qu’elle existe) de réguler ces flux et la réalité locale. Traditionnellement les Thaïlandais ne remettent pas en cause les pouvoirs locaux et il existe des non-dits qui permettent de fonctionner, par exemple le fait que « chacun a sa place et doit y rester » ou que « la responsabilité de chacun étant établie, personne ne peut déroger à la responsabilité qui lui incombe, ni aller voir ailleurs ». C’est en partie pour ces raisons que la société est bloquée sur des fondements moraux. En conséquence, les autorités laissent les interrelations socioéconomiques régionales agir, permettant la gestion par la bureaucratie locale et aux flux de populations de se développer, ce qui n’empêche pas quelques coups d’éclat contre la drogue, les trafiquants d’êtres humains ou pour la protection de l’environnement. Ce fonctionnement permet au trafic de tourner à plein régime et, même si les chiffres de l’immigration sont plus réalistes5, on est encore loin d’une gestion à la hauteur des espérances occidentales. Pourtant la Thaïlande tente de jouer sur les deux tableaux, avec des efforts véritables pour être retiré de la liste Tier 2 ou 3 et en même temps un laxisme dans l’application des règles qu’elle édicte. Le pays, au niveau local, vend et échange des êtres humains via de nombreux canaux, officiels (immigration, police…), gangs, des maffieux et patrons d’entreprises. Si les gangs et les maffieux sont chargés de fournir les sociétés de pêche en des équipages et se sont organisés pour diriger le flux d’immigrés birmans sur la mer, ils ne font que profiter d'un fonctionnement socioéconomique traditionnel.

  • 6 Période des dog tag, sortes de bagdes qu’ils étaient obligés de porter autour du cou prouvant leur (...)

19Beaucoup de Birmans sont vendus et échangés sans même le savoir. Ils se retrouvent par exemple sur leur lieu de travail sans comprendre exactement leur situation ; ils peuvent être officiellement reconnus sur leur lieu de travail, mais devenir illégaux en dehors6. Ils sont ce que le patron décidera, illégaux ou alors légaux s’ils passent par le processus de Vérification Nationale mis en place ces dernières années pour combattre le trafic (mais qui reste cher et lent, Chantavanich 2011). Les Birmans ont également ouvert des bureaux pour combattre le crime du trafic d’êtres humains à Tachilek, Kawthaung et maintenant Myawaddy. Ils sont chargés de délivrer des passeports provisoires pour qu'ils puissent travailler légalement dans le pays. En dépit de ces mesures, le nombre d’illégaux reste préoccupant même si de plus en plus d’immigrés passent par les étapes du processus officiel (Chantavanich 2009). Les politiques de répression ne donnent évidemment pas les résultats escomptés et l’on se félicite d’avoir libéré 14 Birmans illégaux ! En fait les victimes sont plus souvent capturées par les officiels de la police et de l’immigration (quand le passeur n’a pas voulu payer ou alors pas assez ou encore qu’il s’agisse de faire un exemple) qui les revendent généralement aux trafiquants ou maffieux, propriétaires d’usines. Ils vont jusqu’à les ramener dans les camps de rapatriement et, sur la route, leurs camions « tombent en panne » à des lieux précis ou un marché est organisé. Les Birmans « évadés » sont en fait revendus. Ils se retrouvent à nouveau dans le circuit des marchands d’hommes ; certains ont été revendus 4 fois, sans même le savoir. Leur dette devient ingérable, ils n’ont aucun avenir, pourtant la plupart des victimes sont jeunes, autour de 20 ans.

  • 7 Par exemple une compagnie a besoin de 1000 pêcheurs, passe commande : la filière, trafiquants, recr (...)

20Cette stratégie de vente et trafic rappelle les pratiques des années 1990 quand les capitaines et marchands d’âmes droguaient les jeunes gens et les embarquaient sur des bateaux où ils obtenaient leur dose de drogue. Le port de Patani par exemple était alors un endroit très dangereux et l’on dénombrait, officieusement, 70% de séropositifs parmi les équipages et la violence faisait des morts chaque jour. Le danger avec les Birmans est leur disparition des circuits officiels car ils passent alors « sous les radars », en mer par exemple et l’on n’hésite pas à s’en débarrasser en les jetant par-dessus bord et à en prendre d’autres pour une nouvelle campagne de pêche. Les Birmans aujourd’hui passent en Thaïlande grâce à des intermédiaires qui les ont « préachetés » à des recruteurs7, l’implication d’officiels étant dépendante de l’endroit par où ils passent la frontière. À Kawthaung et Ranong 190000 illégaux traversent la frontière et un bon tiers passent entre les mains des officiels (Boutry et Ivanoff 2009). Ceux-ci ont de plus en plus de pouvoir et donc de moyens de contrôler le marché. Officiellement 1,2 million de migrants birmans ont reçu un passeport temporaire alors que 1 million resteraient en attente de légalisation. On estime plutôt qu’il y a entre 2,5 et 4 millions de travailleurs birmans dont la plupart sont illégaux (Than Htike Oo, 2013).

21Le problème prend une ampleur qui sera bientôt hors de contrôle car on estime que 10% de la population active birmane va se retrouver à l’étranger. Cette migration est donc une manne pour les officiels birmans et thaïlandais. Les Birmans ont réclamé du temps pour mettre en place les structures nécessaires alors que les Thaïlandais ont très vite installé les bureaux de Vérification Nationale. Si les uns vont vite (les Thaïlandais) c’est qu’ils peuvent mettre en place la corruption officielle rapidement et si les Birmans demandent du temps c’est qu’ils n’ont pas encore organisé leurs trafics qui restaient officieux.

22L’appel du vide, c’est-à-dire le manque de main-d’œuvre non qualifiée pour conquérir les nouveaux fronts pionniers (aujourd’hui la mer et ses ressources halieutiques), fait que deux pays trouvent un intérêt à maintenir la situation en l’état car il n’y a jamais qu’un intérêt économique, il existe aussi un intérêt politique à maintenir ses fronts pionniers à part, peuplés d’un mélange de migrants, de « Nouveaux Thaïs »… On créé ainsi un territoire propre à l’exploitation et à l’imposition de nouvelles règles. Dans cet appel du vide économique, des filières illégales et des cliques politiques se remplissent les poches. Bref, une économie parallèle fonctionne sur des réseaux maffieux liés à l’Etat et il est impossible de les supprimer.

23Il y a une course au profit pour la conquête des frontières, des derniers fronts pionniers et la mainmise sur les personnes trafiquées qui les exploitent. Dans le même temps, on doit montrer par des projets pilotes que les « lignes » sur le front humanitaire, économique et politique peuvent bouger, que l’on n’est pas obligé de vendre 4 fois le même individu, que l’on peut donner des droits aux migrants, que l’on doit accepter les véritables chiffres pour aborder le problème dans toute son ampleur et cela sans perdre d’argent. D’ailleurs la Thaïlande, même si elle profite de cette situation, prend en compte la volonté d’une colonisation adaptative birmane en autorisant quelques libertés à ces ressortissants appelés à reconfigurer une partie de son organisation socioéconomique. Car le constat est sans appel : le sud de la Thaïlande ne pourrait fonctionner économiquement sans les travailleurs birmans, ni même les grandes conserveries du port de Bangkok. Comment dès lors bloquer une immigration nécessaire qui tombe dans les rets d’une administration régionale très au fait des relations frontalières et des lieux de passages ? Il faut remettre le « contrat social » thaïlandais à plat, imposer la prise de décisions comme une nécessité, supprimer la répétition, retirer des esprits l’existence d’une hiérarchie induite dans les toutes les relations humaines qui transforme les classes sociales en « castes », ce qui peut conduire à des ruptures politiques graves (les Rouges contre les Jaunes, Leveau et. al. 2010). Il est temps pour la Thaïlande d’accepter les devoirs qui vont avec le statut de Nouveau pays industrialisé qu’elle désire si ardemment.

24Mais toute tentative du pays pour avancer dans le domaine de la régulation des flux de travailleurs immigrés (processus de régularisation, délais, négociations avec les patrons…) se heurte à la bureaucratie locale qui craint le contrôle et verrait sa volonté d’éviter des taxes et la corruption émerger au grand jour. Les « bureaux » et « agences » dédiés au problème de l’illégalité sont donc voués à l’échec car ils reproduisent ce qui se passait déjà dans les « hangars » de tri des illégaux capturés n’ayant pu payer. Comme tout système étatique et de contrôle qui se met en place, une réaction en chaîne apparaît et les filières s’adaptent. Il est pourtant évident que la bureaucratisation du système va rapprocher les mafieux des officiels qui ne formeront plus qu’une seule catégorie de « passeurs ». Outre le fait qu’il est notoirement connu que les filières passent par des moyens de corruption officielle aux frontières, il y a en plus les zones non contrôlées. Et lorsque pour éviter d’être encore classée dans la catégorie infamante Tier 3 la Thaïlande fait des efforts pour appliquer la loi on découvre que sur 1000 inspections à bord de bateaux de pêche, la marine royale n’a pas identifiée un seul cas de trafic, on s’aperçoit qu’on est encore loin d’une réelle application des nouvelles règles et que la volonté politique n’est pas là.

25Nous-mêmes avançons le chiffre de plusieurs milliers de morts et de dizaines de milliers d’illégaux sur les bateaux, dont certains partent 18 mois dans les eaux internationales. Les gros chalutiers demeurent en haute mer tandis que d’autres, de taille moyenne, font des allers et retours entre eux et le continent ou vers des intermédiaires présents sur les îles, celles-là même où demeurent des Moken nomades marins de l’archipel (Ivanoff 2004), ce qui a entraîné des déplacements (Ivanoff et Lejard 2002) et un syncrétisme fort (Boutry et Ivanoff 2008). Une nouvelle économie provoquée par la pêche hauturière s’est développée et beaucoup de Birmans (et de Khmers dans le Golfe du Siam) viennent chercher dans ce secteur de quoi vivre : plongée avec bouteilles pour les Karen, pêche aux calamars à la ligne pour les Moken et les plus pauvres, pêche au lamparo pour les insulaires avec une chaîne de distribution très au point, travail sur les chantiers de construction navale pour les Birmans, pêche hauturière pour les Môns et les Birmans. On voit donc que la conquête des fronts pionniers et une nouvelle économie ont entraîné une nouvelle migration, les équipages des chalutiers étant gourmands en hommes. C’est alors que la migration birmane, de centaines de milliers de personnes est passée à plusieurs millions, car il faut des équipages, mais aussi des ouvriers dans les conserveries, les jetées, le tri. Prétendre qu’il n’y a pas de problème ou nier les chiffres se passe de commentaire : plus le mensonge est gros, mieux il passe. Pourtant tout le monde connaît les problèmes des dizaines de milliers de personnes engagées sur des bateaux illégalement et les centaines, si ce n’est les milliers de « disparus ». Il existe aussi un sentiment de supériorité et donc d’impunité de la part des Thaïlandais qui n’hésitent pas à se considérer, ainsi que leurs voisins birmans, comme des « bons bouddhistes » à l’image de leurs voisins birmans. En même temps la marine du pays rejetait les Rohingyas à la mer et les Birmans imposaient à ces derniers de prouver leur nationalité pour rentrer pour rentrer. Bien que les officiels se pensent intouchables, il est probable que la mondialisation qui entraîne une volonté de « bonne gouvernance » va les rendre méfiants. Il faudra bien faire des exemples et la question des Rohingyas est apparue à point nommé pour dénoncer la violence du trafic. Pourtant, il ne suffit pas d’avoir des statistiques et de réunir des spécialistes dans des grands colloques pour répondre aux besoins des immigrés et des trafiqués. Il y a tout simplement trop d’argent et de corruption en jeu (même si là encore une agence a été ouverte pour lutter contre la corruption avant l’ouverture de l’Asean Economic Community en 2015). La Thaïlande s’ouvre à la globalisation, veut soigner son image de marque : Bangkok est devenu la capitale du shopping et non plus du tourisme sexuel, mais elle ne peut réguler ses flux sans maltraiter son économie.

Les principales caractéristiques des cibles trafiquées

26Actuellement il y a trois principaux groupes concernés par le trafic humain en Thaïlande, le trafic à but sexuel, le trafic pour raisons économiques et le trafic d'enfants.

Le trafic sexuel

  • 8 Voir les publications des supposés spécialistes qui ne s’appuient que sur leur expérience personnel (...)

27C'est le plus ancien et le plus visible même si on a dit souvent n'importe quoi à l’aide d’informations basées sur des expériences personnelles8 ou de seconde main, voire des affirmations tronquées par manque de terrain et d’objectivité. On se contera de renvoyer les lecteurs aux « publications » sur ce sujet de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique. On donne ainsi une image distordue de la réalité pour cacher des connaissances intimes du problème, les chiffres allant de dizaines de milliers à plusieurs millions d’individus. On a longtemps confondu la prostitution occasionnelle (liée au développement de la Thaïlande), la prostitution étrangère, d'une part celle de prostituées venues de Chine et des pays voisins et, d’autre part, le tourisme sexuel, qui est finalement le plus « supportable », mais aussi le plus remarqué par les Occidentaux et donc le plus ciblé par les ONG. Et pourtant les situations des prostituées « locales », rendues publiques depuis l'incident de 1984 à Phuket où l'on a trouvé des filles attachées et brûlées vives après un incendie est bien pire, mais il « rapporte » moins à ceux qui sont en charge. La prostitution a changé de visage aussi. Rappelons rapidement qu’il existe des problèmes communs à toute l'Asie du Sud-Est, notamment concernant les relations des femmes au bouddhisme et la morale qu’il impose. En schématisant, on dira que les filles n'apportant pas autant de bun « mérites » que les garçons, elles doivent donner de l’argent aux parents et se tourner vers la prostitution ; d’ailleurs elles sont souvent vendues par leurs parents. Les filles sont responsables du bien-être matériel des parents alors que les garçons sont plutôt responsables du bien-être spirituel, par exemple en devenant bonze et offrant ainsi des « mérites » à leurs parents pour leurs vies futures. La Thaïlande s’est attaquée au problème dans les années 1990 car le pays connaît ses faiblesses mais a dû faire machine arrière car le problème était beaucoup trop important et s’y attaquer aurait détruit les fondations culturelles et morales du pays.

28Le développement des services sexuels proposés a piégé beaucoup de filles et de garçons dans le trafic de la prostitution. Dans les régions frontalières, et même dans les villes, les filles « ethniques », particulièrement les femmes dites Hill Tribes (« Montagnards », terme générique désignant les populations du nord de Thaïlande) mais aussi les femmes migrantes entrent en connaissance de cause dans le commerce du sexe. Ces prostituées remplacent, en partie seulement, les filles du Nord-Est et du Nord (le Sud ayant échappé à l'industrialisation du sexe car le régionalisme très fort est structuré cf. Ivanoff 2011). Pour les filles du Nord-Est, région réputée plus pauvre, il y a la volonté de parvenir plus facilement à obtenir des biens de consommation. Ce n’est donc plus une prostitution forcée bien qu’une bonne partie de ces filles tombent tout de même dans les mains des trafiquants. Ce n’est qu’en éduquant les plus pauvres que la Thaïlande arrivera à se défaire de ses démons, mais nous en sommes encore loin (Baron-Gutty 2011). Depuis les années 1990, ces filles ont émigré à l'étranger ou sont restées dans des établissements « spécialisés », tels les massages, les karaokés, les bars à bière où elles peuvent obtenir plus d'argent des consommateurs étrangers. Les premières sont entrées dans le secteur pour servir les consommateurs locaux à bas revenus. Certaines viennent de régions isolées de Thaïlande ou de contrées voisines et ont été trompées, forcées, voire enlevées, tandis que d'autres ont reçu de mauvaises informations sur le type de travail qui les attendait. Elles finissent dans un cas comme dans l'autre comme des filles trafiquées car on leur a menti ou on les a exploitées.

29Le trafic humain pour cause de dette existe aussi. Le Département des Investigations Spéciales en 2013 rapporte le cas de garçons exploités par des pédophiles d'Europe et d'Australie. Le trafic de personnes pour des raisons d'ordre sexuel est le plus courant et dominant parmi toutes les formes d'exploitation du « marché des hommes ». En 2012 il y eut 78 cas d'arrestations et de poursuites pour trafics sexuels pour un total de 98 cas rapportés. Cela paraît peu par rapport au nombre supposé de milliers ou dizaines de milliers de cas, mais c'est un début de régulation et de prise de conscience qui n'a pas échappé aux observateurs. Il existe une volonté étatique de s'attaquer au problème (des lois, décrets, sensibilisation…) qui se heurte encore à la « tradition », celle du laisser-faire, du karma, des mafias.

Figure 2. Campagne de sensibilisation aux dangers du trafic humain (frontière Thaïlande/Birmanie)

Figure 2. Campagne de sensibilisation aux dangers du trafic humain (frontière Thaïlande/Birmanie)

30Certaines femmes thaïlandaises qui ont émigré à l'étranger sont victimes de trafics. Dans le passé, le processus commençait quand elles entraient dans le service de demande de femme de ménages. Comme ces services sont dans la sphère « grise » de la filière, certaines devaient s’endetter auprès des gangs criminels dans les pays de destinations car les charges des « services » étaient excessives et leur statut d'immigré incertain. Beaucoup d'entre-elles sont forcées de devenir des travailleuses sexuelles et ne reçoivent aucun salaire car elles doivent rembourser leurs dettes qui se multiplient. Des cas sont connus de Thaïlandaises qui sont tombées sous la coupe des Yakuza (Chantavanich et al, 2009). De nouveaux flux de travailleuses sexuelles thaïlandaises sont victimes de trafics, notamment dans les pays de Golfe où elles sont obligées de travailler dans les massages que possèdent les habitants et qui les forcent à se prostituer. Dans le plupart des cas, les personnes trafiquées sont entassées dans de petites chambres et ne peuvent pas sortir. Leurs documents officiels sont confisqués pour qu'elles ne puissent s'enfuir. Ces femmes tombent parfois enceintes et leurs enfants sont sans nationalité.

31Il y a le passage, la destination, la nécessité de l’économie et la réalité des frontières. Si la demande en esclaves sexuels est de plus en plus forte à l’extérieur, c’est que la Thaïlande s’enrichit et ne dépend plus de son commerce du sexe mais bien plus d’une économie en plein développement qui nécessite une main-d’œuvre bon marché. Sans nier le fait que le sexe reste et restera une des priorités des marchands d’hommes, il faut remarquer que Bangkok, autrefois (il y a 20 ans) la cité du péché est devenu en 2013 la capitale du shopping. Elle a donc transformé son image sans toutefois transformer véritablement la structure des réseaux de ventes et des raisons culturelles qui poussent les filles à la prostitution. La volonté des jeunes femmes de s’ouvrir à la société de consommation, les lumières de la ville, le fait que les filles dans les sociétés traditionnelles bouddhistes valent moins que les garçons sont des facteurs déterminants

Trafic et recherche d'emploi

32Tandis que le trafic pour raisons sexuelles est reconnu depuis des décennies, le trafic pour raison économique a commencé à être observé au début du nouveau millénaire. Auparavant, mensonge et exploitation des travailleurs étaient connus pour transformer les emplois en travail forcé. Comme les migrations économiques se sont énormément accrues ces deux dernières décennies, les immigrants sont devenus un nouveau « groupe cible » constitué de personnes trafiquées. Leur vulnérabilité se retrouve à plusieurs niveaux de la structure migratoire et de l'emploi. Dans la plupart des cas, les travailleurs migrants vulnérables n'ont pas de spécialisation, des fermiers avec peu de capitaux et ne possédant pas d'informations correctes pour partir à l'étranger où se faire recruter dans des emplois pour professionnels. Les candidats à l'émigration n'ont jamais d'argent à investir pour leur départ et ne peuvent donc payer ni le voyage ni les coûts administratifs. Ces limites les mettent dans une dépendance totale vis-à-vis des agents et des prêts exorbitants (ce qu’on appelle les loan sharks que le gouvernement essaie de combattre). Une fois employés, les conditions de travail et les bénéfices sont rarement ceux du contrat et leurs conditions d'exploitations sont sévères. Les cas de migrants obligés de travailler sur des bateaux de pêche, souffrant de sévères violations de leurs droits ont été rapportées par au moins 600 d'entre eux dans les villes côtières par ILO et ARCM en 2013. Cependant la possibilité de refuser le travail ou d'avoir accès à des mécanismes de recours est impossible surtout pour les « sans-papiers ». Ces personnes sont devenues des travailleurs forcés mais aussi des victimes d'endettement et de trafic. Dans certains cas ce sont simplement des personnes qu'on aide à franchir les barrages et les frontières. Le réseau est sophistiqué, les contrôles connus à l'avance car il s'agit d'une organisation aux ramifications multiples. Ces personnes peuvent trouver du travail sans être exploitées par les employeurs, mais leur statut d'illégaux les rend dépendants de la police ou des gangs criminels. C'est le cas des travailleurs immigrés du Cambodge, du Laos et du Myanmar. On estime à 10% le nombre d'immigrants trafiqués à Chiang Rai, Tachilek, Tak et Ranong à qui on a menti sur les conditions de travail. Cependant certains d'entre eux ont réussi à trouver un emploi sans être exploités. La ligne de démarcation entre le trafic et le passage illégal est mince et souvent peu prise en compte. Dans une autre enquête sur le travail forcé parmi les immigrés travaillant dans le secteur de la pêche, on constate que 19% entrent dans cette catégorie.

33Le cas des travailleurs thaïlandais travaillant à l'étranger est très semblable à celui décrit plus haut et la popularité de certaines destinations fait grimper les prix rapidement. Le Thai Employment Recruitment Act exige qu'un agent de recrutement privé ne puisse demander plus d'un mois de salaire pour ses services, mais les travailleurs payent habituellement dix fois plus que ce qui est demandé par la loi et ils doivent mentir aux officiels. Au final, les travailleurs s'endettent beaucoup avant même d'avoir commencé leur voyage. Une fois employés, ils doivent travailler dur pour rembourser leurs dettes. La plupart apprécient donc le travail supplémentaire.On estime qu’ils doivent travailler deux ans pour rembourser leurs dettes ne pouvant économiser qu'après.

  • 9 Lettre d'information de l'Observatoire numéro 105, 1er juin au 10 juillet 2013 page 5 ; prachathai. (...)

34Le rôle des agents internationaux dans le trafic de travailleurs est important. Ils peuvent être, selon la loi Anti-Trafic, des trafiquants à diverses étapes des services qu'ils rendent et surtout des méthodes employées : la force, la coercition ou le fait de donner de mauvaises informations aux travailleurs pour qu'ils les rejoignent, le transfert par des voies illégales avec intention de faire du bénéfice sur leur dos et enfin les apporter ou les vendre aux employeurs pour les laisser dans des conditions d'exploitation maximales. Les agents utilisent généralement des réseaux transnationaux comprenant des acteurs dans les lieux d'origine et de destination. Dans de nombreux cas ce sont des habitants du lieu d'origine qui coopèrent avec leurs vis-à-vis des lieux de destinations. Récemment, des policiers et des officiels thaïlandais ont été arrêtés et accusés de trafiquer des Rohingyas en Thaïlande. Ils travaillaient avec des complices en Birmanie9. Ce n'est bien sûr qu'une goutte d'eau parmi les dizaines de milliers de ventes et reventes auxquelles participent les policiers et les officiels à la frontière. Certains prennent les commandes des entreprises et payent des intermédiaires qui vont chercher en Birmanie le nombre de travailleurs nécessaires puis les aident à passer les contrôles. D'autres arrêtent les illégaux et, avant de les déporter dans les camps de transit, les relâchent un moment pour voir s'ils peuvent être acheté par leurs patrons pressentis. Ce sont de véritables petits marchés aux esclaves qui existent par exemple sur la route entre Ranong et Myawaddy, où les fourgons de la police s’arrêtent, plein de travailleurs illégaux qui sont débarqués et parfois rachetés avant d'arriver à la destination qui les renverra dans leur pays. Seule une infime partie des trafiqués arrivent dans les camps prévus pour leur rapatriement.

Le trafic d'enfants

35Le trafic d'enfants existe surtout parmi la population migrante cambodgienne et birmane. Les enfants cambodgiens sont transférés de la province de Sakeo (à la frontière khméro-thaïlandaise) dans les villes de l'intérieur, en train, en bus ou à pied pour devenir des mendiants. Un agent peut les vendre à un réseau entre 1500 et 3000 Bahts (1 baht = 40 euros). Ils sont forcés à la mendicité bien qu'à Poipet/Rong Klua par exemple (frontière khméro/thaïlandaise) ces enfants aident plutôt leurs parents dans leurs quêtes de subsistance journalière. Ceux qui viennent de Birmanie entrent surtout par le district de Maesot dans la province de Tak. Ce sont souvent des enfants de musulmans dont les parents sont trop pauvres pour les élever. Les parents les autorisent à être « loués » par des gangsters thaïlandais et reçoivent en échange 1500 à 3000 Bahts par mois. On oblige les enfants à vendre des fleurs dans les restaurants, karaokés et bars la nuit. Après quelques mois, le gang ne paye plus les parents qui n'osent rien faire car ils n'ont aucun papier et sont eux-mêmes illégaux. Bien que le gouvernement thaïlandais et des groupes de la société civile (comme la Mirror Foundation) fassent des campagnes de sensibilisation à propos des enfants mendiants et essaient d'éradiquer ce type de trafic, leurs efforts n'ont pas été couronnés de succès et la situation est devenue plus complexe. L'enlèvement d'enfants est devenu sophistiqué et les gangs savent de mieux en mieux contourner la loi.

Les défis

36Le Département d'Etat critique dans son rapport TIP de 2013 la Thaïlande et d'autres pays pour leur manque d’efforts réels pour s'attaquer au problème du trafic humain (USSD TIP report 2013). Pourquoi ces pays qui ont déjà signé la Convention des Nations Unies concernant le crime transnational organisé et ses protocoles concernant le trafic humain et les passeurs n'arrivent-ils pas à atteindre leurs objectifs dans le combat contre ce trafic ? Il existe des limites et des obstacles à surmonter et nous pouvons ici présenter trois faiblesses qui constituent un défi dans ce combat contre le trafic d'êtres humains.

Les trois composantes du trafic

37Si l'on s’en tient à la définition du trafic humain du United Nations Inter Agency Project on Human Trafficking, dont le rapport mentionne 23000 Cambodgiens trafiqués déportés de Thaïlande, on ne compterait que 100 victimes travaillant sur des bateaux de pêche rapatriées ce qui est évidemment peu. La définition n’est donc pas en accord avec la réalité.

38Dans l'espoir d'échapper à la pauvreté et aux conflits des pays d'origine, les hommes font tout ce qu'ils peuvent pour traverser les frontières qui leur ouvriraient la porte sur des opportunités économiques. C'est l'origine probable des trafics et des passeurs. Beaucoup de travailleurs sexuels désiraient entrer dans ce secteur bien qu’ils n’aient pas été au courant des abus sérieux qu'ils expérimenteraient (Kmonpetch 2011). Peu ont été forcés ou enlevés pour entrer dans le travail sexuel. Les filles obéissent tout en connaissant leur destin et c'est sur cette ambiguïté que se construit le marché inépuisable de l'offre. Même si la Thaïlande a essayé d’enrayer ce phénomène, elle s’est rendu compte qu’il était trop important et qu’on ne pouvait mettre toutes les mères responsables en prison. On peut montrer qu'il n'y a pas coercition par le fait que les personnes secourues refusent l'assistance et l'aide juridique qui permettraient d'identifier et punir les trafiquants, elles préfèrent retourner à leur ancien travail une fois libérées.

  • 10 La mobilité favorise le développement économique en théorie, un argument de l'économie libérale pro (...)

39Deuxièmement l'acte de transférer ou trafiquer des personnes est un phénomène complexe car il intègre de nombreux acteurs. Les recherches faites et publiées dans les rapports confirment que ceux qui facilitent la mobilité des personnes10 peuvent être les parents, des membres de la famille éloignée, de voisins, des connaissances, des intermédiaires sur place ou des pays de destination, les officiels de l'immigration. Certains peuvent apporter une assistance gratuite, d'autres demander des charges très élevées pour leurs services. Parmi ceux qui veulent juste aider avec de bonnes intentions, les migrants peuvent les remercier en leur donnant 2000 ou 3000 bahts comme marque d'appréciation. Quelle sera la ligne de démarcation qui permettrait de différencier les gens dans le secteur informel de ceux qui sont connus pour être des trafiquants sans scrupule proposant des prêts à des taux exorbitants ? Les derniers, la plupart du temps, approchent leurs cibles en jouant le rôle d'intermédiaires dans des réseaux connus (Chantavanich et. al 2010). Les bénéfices suivant le transfert d'une personne tombant sous le coup de la deuxième composante de la définition qui devient caduque face au nombre d'intermédiaires, facilitateurs…

40Enfin la troisième composante de la définition s'intéresse à l'exploitation et aux abus sur les victimes pose aussi problème. L'exploitation sexuelle est plus clairement définie que l'exploitation économique pour un travail donné. Il couvre un large champ de mauvaises pratiques dans lequel certaines sont considérées plus dures que d'autres, par exemple le manque d'accord de l'employeur, le retrait des papiers d'identité, le travail non payé, les violences physiques sur le lieu de travail sont des mauvaises pratiques classées selon une échelle de valeur selon leur gravité. Pour déterminer si un travailleur à qui l’on a retiré les documents d'identité a été trafiqué est relativement aisé, mais il est plus difficile de statuer sur le cas de celui qui aurait subi des abus physiques allant de simples coups à la torture. ILO a développé un manuel pour recueillir tous les éléments du travail forcé et le niveau qui doit être perçu comme du trafic, mais cela nécessite encore des discussions. Pour ces raisons peu de cas de trafic de travailleurs ont été identifiés alors même que c’est le problème le plus important mis en évidence dans le rapport TIP.

La longueur du processus légal

41Le long et lent processus légal de recherches et de poursuites des cas de trafics rend les efforts menés souvent vains. Cela commence au moment du « filtrage » destiné à identifier les véritables victimes. Les officiels en charge de ce passage et de la collecte des preuves sont inexpérimentés et mal formés et les plus importantes preuves que des personnes ont été torturées, frappées, violées, etc. sont omises. Ainsi la justice n'a pas ou peu de preuves pour juger s'il s'agit bien d'un cas de trafic ou non. De plus, beaucoup de victimes potentielles ne veulent pas témoigner et identifier les coupables pour de nombreuses raisons dont la principale est la peur des représailles. Les autres qui n'ont pas de documents officiels ont peur d’être arrêté si elles passent devant la justice. Les dernières trouvent que le processus légal est trop long car elles doivent attendre plus de 6 mois dans des abris provisoires plutôt que d'être rapatrié comme travailleurs illégaux et pouvant ainsi revenir légalement. Les premiers cas d'intervention et de sauvetage ont été faits pour des personnes qui ont été à nouveau victimes avec pour résultat que la plupart des personnes trafiquées ne travailleront pas avec les autorités pour poursuivre les trafiquants. Pour toutes ces raisons, peu de cas de trafic ont atteint les cours de justice et moins de personnes encore ont été condamnées. Comme il est écrit dans la Lettre d'information de l'Observatoire des trafics illicites en 2012 il y eut 1,118 personnes secourues, mais seulement 305 cas ont été traités et au final 10 condamnations ont été prononcées.

42Le trafic illicite en Thaïlande est si important, en termes d’argent et de personnes, qu’il est difficile de synthétiser le problème. Si le pays est sur la liste Tiers 2, ou 3 cette année, cela ne reflète pas totalement la réalité de la « méthode » thaïlandaise concernant le trafic, en même temps terre d’asile et terre d’enfermement. Aucune des méthodes utilisées pour collecter les données (questionnaires, enquêtes données à des ONG, déplacements de personnalités, installations de bureaux régionaux de lutte contre le trafic) ne suffisent à couvrir l’immensité du problème aux profondes racines sociales, économiques, ethniques et politiques. Le problème du trafic humain se heurte à deux réalités ; la première est la volonté de ne pas voir le problème dans sa globalité, c'est-à-dire une immigration nécessaire à la Thaïlande pour son développement et la deuxième la volonté de ne pas remettre en cause les fondements de pratiques qui ont des siècles d’ancienneté

Haut de page

Bibliographie

ABELLO M., 2009, The Effect of the Global Economic Crisis on Asian Migrant Workers and Government Responses.Bangkok, ILO Regional Office for Asia and the Pacific Bangkok.

BARON-GUTTY A., 2011, « L’éducation en Thaïlande limites et enjeux », in Dovert, S. et Ivanoff, J. Thaïlande contemporaine, Irasec/Les Indes Savantes, p. 423-442.

BOUTRY M., et IVANOFF J., 2009, La monnaie des frontières. Migrations birmanes dans le sud de la Thaïlande, structure des réseaux et internationalisation des frontières, Bangkok, Carnet de l’Irasec, Série Observatoire 02, 159 p.

BOUTRY M., et IVANOFF J., 2008, « De la segmentation sociale à l'ethnicité dans les suds péninsulaires ? Réflexions sur les constructions identitaires et les jalons ethniques à partir de l'exemple des pêcheurs birmans du Tenasserim », Aséanie, Sciences humaines en Asie du Sud-Est, éditions du Centre d'Anthropologie Sirindhorn, Bangkok, n°22, décembre, pp. 11-46.

BOUTRY M. et IVANOFF J., KawThaung/Ranong, nouvelle porte historique de la Péninsule malaise pour la colonisation adaptative birmane, http://www.reseau-asie.com/colloque/4eme-congres-2011/ville-asiatique-contemporaine/villes-asie-doublons/, mise en ligne 2011, consulté le 3 septembre 2014.

CHACHAVALPOGPUN P., 2005, A Plastic Nation: The Curse of Thainess in Thai-Burmese Relations, New York, University Press of America.

CHANTAVANICH S. et al., 2010, Understanding Recruitment Industry in Thailand, Bangkok,. Asian Research Center for Migration.

CHANTAVANICH S. et IVANOFF J., 2011, « Travailleurs immigrés en Thaïlande situation actuelle et impact de la crise économique en 2009 », in Dovert, S. et Ivanoff, J. Thaïlande contemporaine, Irasec/Les Indes Savantes, pp. 261-277.

CHANTAVANICH S., 2011, « Cross-border Displaced Persons from Myanmar in Thailand», Thailand Migration, Report, Bangkok, IOM, p. 119-130.

CHANTAVANICH S. and MAKCAROEN P., 2008, Migration Information System for Asia: “Thailand”, Manille, Asian and Pacific Migration Journal. Vol. 17, Nos.3-4, p. 391-411.

CHANTAVANICH S. et JAYAGUPTA R., 2010, « Thailand: Immigration to Thailand: The case of Migrant Workers from Myanmar, Laos, and Cambodia », in UMA SEGAL, ELLIOTT D., MAYADAS N. (eds.), New York, Immigration Worldwide: Policies, Practices and Trends, Oxford University Press.

CHANTAVANICH S., PREMJAI V. & SMARN L., 2007, Thailand Policies towards Migrant Workers from Myanmar, Bangkok, Asian Research Center for Migration.

DOVERT S. et IVANOFF J., 2011, Thaïlande contemporaine, Paris, Irasec/Les Indes Savantes, 624 p.

IVANOFF J., 2004, Les naufragés de l’histoire. Les jalons épiques de l’identité moken, Paris, Les Indes Savantes, Paris, 593 p.

IVANOFF, J. 2011, « Une modernisation sans développement. Endocolonialisme et ethnorégionalisme : résilience et intégration des systèmes socioéconomiques dans le Nord-Est et le Sud-Est”, in Dovert S. et Ivanoff J., Thaïlande contemporaine, Irasec/Les Indes Savantes, p. 473-516.

IVANOFF J. et LEJARD T., 2002, Mergui et les limbes de l’archipel oublié. Impressions, observations et descriptions de quelques îles au large du Tenasserim, Bangkok/Paris, White Lotus Press/Kétos-Anthropologie maritime, 234 p.

KMONPETCH A., 2011, The Phenomenon of Cross-Border Human Trafficking: Complexities of Exploitation Issues in Thailand, Kyoto, Center for Southeast Asian Studies Kyoto University, Kyoto Working Papers on Area Studies: G-COE Series, N° 104: 1-21.

LEJARD T., 2011, Poïpet ville doublon à la frontière, http://www.reseau-asie.com/colloque/4eme-congres-2011/ville-asiatique-contemporaine/villes-asie-doublons/, consulté le 5 juin 2014.

LEVEAU A., IVANOFF J. et. al., 2010, Thaïlande : aux origines d’une crise, Bangkok, Carnet de l’Irasec n° 13, 131 p.

MARTIN P., 2007, The Economic Contribution of Migrant Workers to Thailand : Towards Policy Development, Bangkok, International Labour Organization (ILO) Sub regional Office for East Asia, ILO/EU Asian Program on the Governance of Labour Migration, ILO/Japan Managing Cross border Movement of Labour in Southeast Asia.

MONTHEARD X., 2013, Dur exil pour les Birmans en Thaïlande, Paris, Le Monde Diplomatique, Septembre, p. 8.

MUNTARHORN V., 2005, Employment and Protection of Migrant Workers in Thailand : National Laws/Practices versus International Labour Standards, Bangkok, ILO Mekong Sub-regional Project to Combat Trafficking in Children and Women.

THAN HTIKE OO., 2013, Thailand’s Rampant Trafficking May Carry Price, The Irrawaddy, 25 mars.

VUNGSIRIPHISAI P. et al., 2010. Migrant Recruitment from Cambodia and Laos into Thailand, Bangkok, Asian Research Center for Migration.

WINICHAKUL T., 2005, Siam Mapped. A history of the geo-body of a nation, (1ère edition 1994, University of Hawai’i Press), Chiang Mai, Silkworm

Haut de page

Notes

1 Ou plus exactement dans la catégorie intermédiaire 2WL (entre 2 et 3), marquant un recul par rapport aux années 2000-2009 quand la Thaïlande se classait dans la catégorie 2. Le pays ne cesse donc de dégringoler aux yeux des Etats-Unis et de leurs ONG depuis 2009. Il faut cependant modérer ce classement car la Thaïlande, devenu un partenaire économique incontournable, une semi-démocratie fréquentable (jusqu’au Coup d’Etat de 2014) est apparu plus visible aux yeux du monde qui s’est intéressé à sa capacité à résorber le trafic de personnes. Bien évidemment plus on observe un pays plus on trouve de failles dans son système de protection. Il ne faut pas oublier les effets de modes médiatiques, notamment celle de la condamnation de la filière pêche, devenue une énorme industrie employant de nombreux illégaux. Tous les rapports et organes de presse ne manquent jamais d’insister sur les excès de cette industrie. Pourtant, dès 2009 les scandales se multipliaient, les Birmans trafiqués dans la filière pêche étant de plus en plus nombreux. Parallèlement on découvrait le sort des Royingyas, trafiqués ou en fuite, abandonnés en mer sans grand espoir de survie. L’importance du trafic de Birmans dans la filière pêche a été mis en valeur dans sa structuration par les études de M. Boutry et J. Ivanoff (2009) et de l’ARCM (Asian Research center for Migration) de l’université de Chulalongkorn. Dès lors, les medias n’ont cessé de dénoncer la situation, s’inspirant de ces recherches pour dénoncer ce que tout le monde sait. Cette mise en avant de la découverte des trafics humains liés à la pêche a beaucoup fait pour dégrader la note de la Thaïlande. Il est bien évident qu’en 2009, la situation n’était pas meilleure qu’aujourd’hui et pourtant la Thaïlande était dans la catégorie 2. Même s’il s’agit pour le Département d’Etat de s’intéresser aux véritables mises en œuvre des volontés politiques autant qu’aux réalités humaines, on doit prendre avec précaution ces classements qui s’établissent sans analyser les facteurs socioculturels.

2 En France le sujet fait vendre. Après avoir étudié la question (Boutry et Ivanoff 2009) et mentionné les millions de Birmans trafiqués, beaucoup de journalistes se sont engouffrés dans la brêche mais ne révélant rien de nouveau, si ce n’est les éternelles descriptions misérabilistes qui rejettent la faute toujours sur les mêmes sans apporter de solutions concrètes tout en véhiculant clichés et erreurs (Xavier Monthéard, 2013, p. 8) et passant sous silence les capacités historiques d’intégration des migrants de la Thaïlande qui essaie de prendre en charge le problème. C’est ainsi que se construisent les réputations des pays dont ils sont prisonniers par la suite ou les amalgames entre réfugiés et travailleurs émigrés. On passe aussi trop souvent sous silence les accords des ONG (notamment religieuses) et les gouvernants unis pour circonscrire le problème.

3 On autorise les cliniques mais pas les hôpitaux, consigne donnée aux ONG et missionnaires de Ranong qui s'occupent des travailleurs birmans.

4 Chacun porte le poids de ses actes passés contre lesquels il est difficile d’agir selon cette même loi du karma, même si de nombreuses autres explications peuvent être données, comme celle de la responsabilité qui impose à chaque Thaïlandais de rester à sa place et de ne pas prendre d’initiative, bloquant ainsi les initiatives dans de nombreux domaines.

5 On parle aujourd’hui de 3 à 4 millions de Birmans dont 1 million d’illégaux, pour la plupart trafiqués, endettés pour le moins, aux mains de filières bien constituées qui comptent des officiels à leurs têtes.

6 Période des dog tag, sortes de bagdes qu’ils étaient obligés de porter autour du cou prouvant leur « appartenance » à un lieu de travail ce qui les enfermaient dans les usines.

7 Par exemple une compagnie a besoin de 1000 pêcheurs, passe commande : la filière, trafiquants, recruteurs, compagnie… se met alors en place.

8 Voir les publications des supposés spécialistes qui ne s’appuient que sur leur expérience personnelle de la prostitution ou sur des données chiffrées fallacieuses et de seconde main. Rappelons aussi que les deux dernières directions de l’Irasec se sont opposées à la redaction d’articles s’attaquant frontalement au problème à travers des études ethnologiques, des terrains et des recherches ; le sujet divise encore et personne ne prend de risque. Et rappelons enfin que certain spécialistes de trafics prennent peur et refusent de publier, y compris dans ce volume (Laos, Vietnam…). On doit dénoncer mais ne pas trop approfondir le problème sauf s’il sagit de répéter des généralités.

9 Lettre d'information de l'Observatoire numéro 105, 1er juin au 10 juillet 2013 page 5 ; prachathai.com/journal/2013/01/44820.

10 La mobilité favorise le développement économique en théorie, un argument de l'économie libérale profitant à l’accroissement des réseaux d'esclavage moderne très structurés : plus la mobilité est grande plus la précarité et la sécurité des travailleurs sont mises à mal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Cas de trafics traduits en justice en Thaïland
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3205/img-1.png
Fichier image/png, 329k
Titre Figure 2. Campagne de sensibilisation aux dangers du trafic humain (frontière Thaïlande/Birmanie)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3205/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Supang Chantavanich et Jacques Ivanoff, « Le trafic humain en Thaïlande : situation actuelle et défis », L’Espace Politique [En ligne], 24 | 2014-3, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3205 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3205

Haut de page

Auteurs

Supang Chantavanich

Professeur
Université de Chulalongkorn

Jacques Ivanoff

Chercheur au CNRS
ivanoffjacques@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org