Navigation – Plan du site
Trafic en Asie du Sud-Est

Résilience du trafic illicite dans le monde contemporain de l’Asie du Sud-Est

Resilience of the Illicit Trafic in the Contemporary World of Southeast Asia
Frédéric Bourdier et Jacques Ivanoff

Résumés

Article introductif du numéro 24 (2014-3) de la revue L’Espace politique intitulé « Trafics en Asie du Sud-Est »

Haut de page

Texte intégral

Politique de l’illicite

1La compréhension des trafics illicites en Asie du Sud-Est est très complexe puisque le problème s’étend aujourd’hui à toute la région, c’est-à-dire aux 11 pays de l’Association des pays de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). En 2015, l’objectif de ses membres est de construire une ASEAN Economic Community (AEC) fondée sur l’ouverture des frontières afin de renforcer l’intégration de l’Association et de la transformer en une vraie puissance régionale. Le pari n’est pas gagné puisque de nombreux conflits, problèmes d’ajustement de normes et de rapports de force ne sont pas réglés. Comme le montre Stéphanie Martel dans son article, d’interventions humanitaires limitées on passe, grâce aux « interstices » — que mentionne aussi Thongchai Winichakul (2003) quant à la construction idéologique des pays de la région —, à une vision régionale des problèmes de sécurité (qu’il s’agisse de pandémies mais aussi de conflits). L’interventionnisme devient nécessaire et l’élaboration d’un programme également. Comme le mentionnent plusieurs auteurs, une approche non traditionnelle de la sécurité, dominante en Relations internationales jusqu’à la fin de la Guerre froide, qui en circonscrivait la définition à l’absence de guerre entre les États, se fait jour. Elle regroupe des questions de sécurité humaine, telles que les catastrophes naturelles, les pandémies, les réfugiés environnementaux et les crises alimentaires. Cette catégorie réunit également toute une série d’activités qui s’accomplissent dans les interstices du contrôle étatique : terrorisme international, piraterie maritime, migration clandestine, contrebande, etc. Au rang de ces activités, qui attirent une attention croissante de la part d’auteurs privilégiant une définition élargie et approfondie de la sécurité, les trafics illicites transfrontaliers se sont développés avec force dans l’ensemble des pays d’Asie du Sud-est et captent en priorité l’attention des composantes de l’ASEAN. Le phénomène est certes ancien dans la région, déjà florissant à l’époque coloniale, mais il est en plein essor et en voie de diversification depuis le milieu des années 1990.

  • 1 Les États membres de la Greater Mekong Subregion sont, par ordre alphabétique, Cambodge, Chine (Yun (...)

2L’ASEAN fonctionnait sur le mode traditionnel des organisations régionales, c'est-à-dire en respectant la souveraineté de ses membres et avec la volonté de ne pas se mêler de leurs affaires intérieures, la régionalisation avançait donc doucement vers la naissance d’une puissance incontournable. Puis le libéralisme, vainqueur après la chute du communisme, s’imposa et des alliances entre pays pour renforcer les économies régionales et leur poids dans le monde devinrent une obligation économique. Les intérêts communs dépassaient les intérêts nationaux ce qui ne va pas sans conflits, notamment en Asie du Sud-Est. Mais il fallait trouver le moyen de s’agrandir et de s’unir. C’est le fleuve Mékong, qui traverse, ou borde la plupart des pays de l’organisation qui fut le moteur de cette dynamique unificatrice : la Greater Mekong Subregion (GMS) regroupe six États dont la Chine qui par le biais de la province du Yunnan devenait partie prenante de la structure1. Par ce rattachement fonctionnel à la Chine, les pays de la GMS voient néanmoins leur marge de manœuvre réduite sous les pressions politiques et économiques de leur voisin.

3Le Mékong prend sa source en Chine, une réalité symbolisant bien la préséance de ce pays sur les décisions prises au sein de la GMS, comme le montre l’article d’Olga Aleexa et Yann Roche. L’ASEAN doit s’agrandir et accepter les conditions de la Chine, notamment en ce qui concerne la production d’hydroélectricité. Dans ce domaine, les exigences de la Chine sont délicates pour ses voisins méridionaux car le Mékong fait vivre 250 millions de personnes. Le plan de construction de barrages en cascade favorise les uns mais détruit le mode de vie des autres. L’ASEAN et ses partenaires sont pourtant très vigilants à conserver un équilibre en « valeurs asiatiques » (une grande partie des ressources est réservée à cette problématique au sein de l’ASEAN) et normes étrangères. Mais l’association est assez souple pour s’adapter quand il le faut, surtout d’un point de vue économique. De l’autre côté (Europe, Etats-Unis), on sait bien que l’axe économique du monde tourne autour de l’Asie et doit composer avec ce changement géostratégique. La Chine veut des barrages sur le Mékong, mais peut-on croire à des barrages verts et propres comme elle le clame ? On sait bien que l’écologie n’est pas encore entrée dans les mentalités des décideurs chinois et la communauté internationale ne s’intéressera politiquement qu’aux discours volontaristes sachant très bien que, dans les faits, personne ne pourra rien imposer à la Chine. Il est en outre bien évident que le coût de tels projets, la masse de main-d’œuvre qu’ils impliquent, et la nécessité de capitaux, d’autorisations diverses vont accroître la corruption, la déforestation et les migrations légales comme illégales.

  • 2 Cf. Ivanoff, 2011.

4C’est le paradoxe de l’Asie du Sud-Est (ASEAN et GMS) qui se développe très vite et crée d’innombrables associations pour se défendre, pour créer des réserves monétaires… Mais, au passage, l’Asie du Sud-Est voudrait oublier les racines culturelles qui ont uni ses membres au travers d’une histoire complexe (colonisation, révoltes, communisme, frontières, trafics). Cet « oubli » de la constante culturelle que l’ASEAN voudrait figer en folklore stimule des conflits multiséculaires que l’on gardait jusqu’alors sous contrôle. Les politiciens utilisent ce passé pour valoriser leurs causes, notamment autour du territoire que l’on « braderait » ; ce faisant, ils réveillent des démons qu’il serait préférable d’oublier. On l’a vu avec le conflit autour du temple de Phrea Vihear à la frontière du Cambodge et de la Thaïlande qui a redonné vie des nationalismes dangereux2. La région ne fait que repousser des problèmes qui ressurgiront un jour ou l’autre et qui seront de plus en plus difficiles à régler. En effet, l’AEC et ses grands projets nécessitent une énorme main-d’œuvre, donc une main-d’œuvre illégale et des biens illicites qui alimentent les filières déjà bien en place. Les cartes prévisionnelles du développement sont aussi à revoir car l’illégalité et le trafic illicite redessinent les routes. Elles profitent de la dynamique des nouveaux grands axes, en créant pistes et voies non prévues pour acheminer les biens illicites. Ces axes émergents sont nécessaires pour les filières maffieuses et pour apporter ces marchandises et ces hommes dans la région où l’on a besoin d’eux.

  • 3 Les pays de l’ASEAN plus la Chine, la Corée du Sud et le Japon.
  • 4 L’ASEAN + 6 est constituée par les membres de l’ASEAN + 3 auxquels s’ajoutent l’Australie, l’Inde e (...)
  • 5 Le Trafficking in Persons (TIP) Report du Département d'État américain est le principal outil du go (...)

5Mais cette adéquation entre plans de développement officiels et développement des réseaux de l’illégalité et du trafic illicite peut fonctionner. Le trafic illicite n’est pas toujours mauvais pour un pays. On le constate avec le rôle que jouent déjà les quatre millions de Birmans en Thaïlande qui favorisent l’économie et ne menace en rien le pays (Boutry et Ivanoff, 2009). Les conflits n’apparaissent que lorsque l’on soulève le problème de l’illégalité que doit régler une région s’il elle veut être reconnue au niveau mondial. Le sud de la Thaïlande est birmanisé depuis longtemps. Désormais, son économie ne pourrait tourner sans ces hommes trafiqués (ibid.) par centaines de milliers ; mais tant qu’on n’en parlait pas, la question des immigrants restait marginale. C’est là que la « communauté internationale » intervient. En tant que puissance régionale qui entre dans la « cour des grands », l’ASEAN et ses autres créations l’ASEAN + 33, l’ASEAN + 64 est obligé de respecter certaines normes morales concernant les trafics et l’environnement. La rhétorique asiatique est habituée à manipuler des concepts multiples et rien n’empêche un discours et une agence internationale de se constituer en suivant une politique commune pendant que le système traditionnel continue à mettre en esclavage des millions de personnes (voir l’article de Supang et Ivanoff dans ce numéro). C’est ce différentiel entre le discours et la volonté politiques que les Etats-Unis ont sanctionné en faisant redescendre le pays au niveau Tier 35. En 2012, la Thaïlande était classée Tier 2 pour ses efforts et son discours politique, ce dernier se voulant intraitable sur la question de l’illégalité, mais comme rien n’a été fait… La région se heurte à des normes dont elle ne sait que faire. Même si la société civile se développe, prend la parole et agit, elle est encore trop faible pour s’opposer, par exemple, à la mise en coupe réglée du Cambodge et l’éviction des petits propriétaires dont les grandes compagnies (souvent chinoises) ont besoin.

La loi et la morale

6Le problème de l’illégalité, sans la question du licite et de l’illicite sujette au changement des discours politiques qui se succèdent, serait plus simple puisqu’il n’opposerait que ce qui est dans la loi ou en dehors de la loi. Mais la morale asiatique est une affaire complexe qui mélange bouddhisme, loi, règne du clientélisme, corruption. La plupart des responsables de trafics illicites ne savent souvent pas qu’ils commettent des actes répréhensibles. Cela a toujours été ainsi. Quand la loi s’infiltre dans un réseau, soit on l’absorbe (corruption), soit on la contourne (réactivité des filières), mais on garde au fond de soi les valeurs qui ont fait fonctionner les communautés (le népotisme et la corruption qui sont vues comme des protections et des moyens d’avancées sociales). La corruption, on le sait, est le problème majeur en Asie du Sud-Est (voir pour les études les plus récentes Kis-Katos and Schulze, 2013) et il faut s’attaquer à celle-ci pour faire bouger les choses. Mais la corruption est inscrite à un tel niveau dans la conscience des habitants de ces régions qu’il est difficile de changer les mentalités. L’éducation, rarement favorable à l'innovation, n’est d’aucun secours (Baron Getty, 2011).

7Chez les Occidentaux, des sujets comme les trafics illicites qui touchent de plus ou moins loin les sciences sociales et concernent plusieurs disciplines sont difficiles à appréhender. Ainsi ont-ils tendance à être rejetés par les « puristes » de chaque discipline — ceux qui ne veulent pas s’ouvrir et se remettre en question. Pourquoi donc ? L’étude des trafics illicites aussi bien que la géographie ou l’histoire n’aurait-elle donc pas le droit de prendre le « train du monde en marche » (Winichakul, 2005) ? Etudier l’illégalité et les trafics illicites implique de prendre en compte la politique, le travail social, l’ethnologie, la géographie… Ces thèmes sont directement liés à l’action politique (statistiques, textes de lois, plans d’action pour les réfugiés) ; travailler sur ces « sujet des sociétés » serait-ce donc se rendre coupables de faire de la recherche appliquée ? On sait bien l’importance du trafic illicite dans l’économie locale, d’un village ou d’une nation. Même si nous n’en parlons guère, il n’empêche que ces trafics faussent les données brutes si l’on n’en tient pas compte, mais c’est souvent un sujet annexe.

8Ce numéro souhaite au contraire remettre cette problématique au centre. Ainsi, souligne-t-il l’importance des recherches sur les trafics illicites et l’illégalité dans une région où ces thèmes sont au premier plan concernant les migrations, le trafic humain, le travail illégal et plus généralement l’ouverture des frontières. Le trafic illicite en Asie du Sud-Est, et plus précisément dans ce que nous appelons la Greater Mekong Subregion, est une question socioéconomique qui, en dépit de nombreux avertissements de la société civile et de la communauté internationale, freine le processus de développement de l’AEC, un pôle régional dont le rayonnement est d’abord fondé sur l’économie. Ce pôle s’est associé aux partenaires de l’ASEAN que sont la Chine d’abord, mais aussi le Japon et la Corée du Sud (ASEAN + 3). De nombreux accords ont été signés avec l’ouverture des frontières et la sécurité — un sujet pourtant délicat pour des partenaires économiques naturels, mais qui sont très souvent en conflits (cf. Diplomatie, 2012).

9Parmi ces décisions de travailler ensemble pour une AEC et s’ouvrir aux partenaires chinois, coréens et japonais, les décideurs de l’ASEAN n’ont pas oublié le trafic qui génère des milliards de dollars (pour exemple l’ouverture de la route qui relie le Cambodge et la Thaïlande via Poipet rapporte 30 milliards de bahts chaque année à la Thaïlande. Une bonne dizaine de milliards disparaissant dans les limbes des réseaux complexes qui lient les maffieux et les politiques) et chacun sait les bénéfices qu’il pourra tirer de ces nouvelles associations. Ce trafic développe avec lui une économie souterraine fondée sur la drogue, l’illégalité, la corruption systématique ancrée dans un rapport de patron-client général à l’Asie du Sud-Est. Mais cela n’empêche pas la région d’avancer et de se protéger. Plutôt que de lutter contre les archaïsmes qui freineront son ascension (et lui ferait faire d’immenses économies) la région préfère mettre en place des accords en constituant, par exemple, un fonds d’urgence appelé « Initiative de Chiang Mai » qui permet aux pays de l’ASEAN dont les devises sont victimes d’attaques spéculatives par les marchés financiers, de se protéger en l’échangeant momentanément contre des dollars américains. L’ASEAN n’a pas voulu considérer que les avancées économiques ne suffisaient pas pour se développer. Il ne peut y avoir de développement économique sans développement social et les dirigeants de la GMS s’en rendent compte. Quand la crise entre les Rouges et les Jaunes (entre une élite urbaine et des paysans pauvres en résumé) a éclaté en Thaïlande (Ivanoff, 2009 et 2014), personne ne s’y attendait. Des revendications sociales longtemps tues se sont réveillées à cette occasion. Ces oppositions entre classes ont révélé des fonctionnements sociaux abusifs, notamment dans la filière pêche (Ivanoff et Boutry, 2008 et 2009) ou encore l’existence de réseaux entraînant des dizaines de milliers de Rohingyas (voir l’article de Maxime Boutry dans ce numéro) à l’exode vers les pays musulmans de la région.

10Bref, les contreparties sociales du développement économique de la région sont reléguées au fond d’un tiroir. Plus le développement économique est vu en grand (les « corridors », les « triangles » et autres « quadrilatères » de développement en sont la preuve) plus la tension sociale se fait jour. L’inquiétude des dirigeants s’accroît. Nous savons qu’il existe des lieux, ou des non-lieux, les frontières, qui réveillent les nationalismes, et deviennent les nouveaux lieux servant à blanchir l’argent du trafic de drogue. On le voit par exemple à travers les casinos qui se sont multipliés sur toutes les frontières de l’Asie du Sud-Est continentale depuis peu et qui ont entraîné une économie de la pauvreté et du recyclage incroyablement puissante et rentable (cf. l’article de Thierry Lejard dans ce numéro). Cette situation caractérise le fameux « triangle d’or » et les routes empruntées pour acheminer la drogue (opium, méthamphétamine) qui y est produite. Pierre-Arnaud Chouvy revient de façon pertinente dans ce numéro sur le développement parallèle du commerce et du trafic illicite. Les deux s’étendent et désormais et les frontières prennent une importance vitale dans le trafic. Ainsi, le marché de Rong Klua/Poipet à la frontière khméro-thaïlandaise emploie 300 000 personnes par jour, légaux, illégaux, jeunes, enfants, femmes, pour transporter les marchandises de cet immense marché qui s’inscrit dans l’histoire puisqu’on y retrouve les traces des camps Khmers Rouges. Des Mercedes croisent des charretiers au pied d’immenses hôtels-casinos, des policiers véreux taxent un peu partout, les officiels qui, dans leur ensemble, font pourtant des efforts pour respecter la loi, ont leurs techniques pour rentabiliser le passage (cf. l’article de Thierry Lejard). Le grand nombre permet un développement de la corruption et l’apparition de systèmes cachés, quoique la corruption puisse s’établir au grand jour. Il y a plusieurs niveaux de corruption, un partage du marché et des hommes : les officiels, l’armée, les maffieux, les bandits…

11Donc l’économie et la vie sociale aux frontières sont déjà en place et, comme en Asie tout va très vite, les frontières engendrent déjà des milliards de dollars avant même leur ouverture officielle. On ne peut pas évacuer le souvenir traumatique des Khmers Rouges que l’on retrouve dans les pratiques d’évictions forcées, on ne peut pas laisser les enfants se détruire en en respirant des vapeurs de colle, en ressemelant les chaussures revendues dans le monde entier, on ne devrait pas laisser le Cambodge se vider de ses ressources. Et pourtant, les gouvernements laissent faire. L’Asie est habituée aux dénonciations et aux cris de ceux qui dénoncent les scandales mais il ne se passe jamais rien, pas de sanctions, ou si peu, et souvent pour des raisons politiques (Birmanie).

12De nouvelles routes et de nouveaux réseaux se développent donc car les migrants ont pris une importance certaine (cf. Supang et Ivanoff dans ce numéro) et l’on sait très bien qu’on ne peut se développer sans eux (soit ils rapportent de l’argent en envoyant à leurs familles une partie de leur salaire, au Cambodge par exemple, soit ils sont une main-d’œuvre bon marché et nécessaire, en Thaïlande par exemple). Si les Birmans n’étaient pas quelques millions dans la filière pêche ou dans les services et l’exploitation du caoutchouc, le Sud de la Thaïlande ne serait pas aussi riche et indépendant de Bangkok. On touche là à un problème politique. Le Sud étant un bastion du parti Démocrate et s’est construit sur des réseaux chinois accompagnés de leurs travailleurs. Les habitants de cette région vivent aujourd’hui un ethnorégionalisme (Ivanoff, 2011) basé sur ses ressources et leur partage entre les différentes ethnies (Ferrari, 2012) ainsi que leur opposition à l’Etat.

Routes vs frontières ?

13Comment ouvrir des frontières qui sont pour le moment régulées selon des principes multiples propres à la région (persistance de frontières poreuses liées à l’histoire des multi-vassalités entre pouvoirs auxquelles est surimposé le concept occidental de la frontière, concept de Mandala) et où les migrants peuvent être dispersés sans poser de problèmes majeurs aux nations ? Aujourd’hui, la communauté internationale s’en mêle puisque l’Asie du Sud-Est veut devenir une puissance régionale. Pourtant, le constat est sans appel ; la Thaïlande, par exemple, retombe au niveau Tier 3, soit le plus bas dans le classement du Département d’Etat américain concernant le trafic d’êtres humains. Une partie de l’ASEAN peut atteindre des objectifs difficiles et parvenir à un niveau de revenus intermédiaires avec un PIB honorable et une croissance toujours plus forte qu’ailleurs dans le monde. Pourtant, certaines racines culturelles empêchent l’ensemble sociopolitique de bouger collectivement ; il y a les religions, les découpages des frontières qui opposent les pays, les minorités ethniques transfrontalières et, plus globalement, les problèmes de nationalités attisés par des nationalismes débridés. Quand l’Asie du Sud-Est se développait dans les années 1980-1990, personne ne considérait que ces problèmes étaient déterminants ; en effet, l’économie et la « démocratie » (c’est-à-dire les intérêts américains) dominaient. Mais, aujourd’hui, par exemple, on ne peut plus cacher le rejet des Rohingyas, ces musulmans de Birmanie, opprimés depuis des décennies, qui ne sont pas considérés comme une minorité dans leur propre pays et dont les gouvernements birman et bangladeshi veulent se débarrasser. Soudain, ces parias font la couverture médiatique du monde entier et l’on voit apparaître les vrais sentiments des pays les uns envers les autres. Ainsi, certains amiraux thaïlandais ont-ils déclaré : « Nous sommes humains, nous rejetons les Rohingyas à la mer avec leurs bateaux et deux jours de provisions » (Suthep Chaviwan, 2009). Et, même quand ils sont arrivés à destination (Malaisie ou Indonésie), leur calvaire n’est pas fini. On imagine facilement la difficulté du trajet menant de la frontière du Bangladesh et de la Birmanie à la Malaisie, en passant par la Thaïlande, sur des bateaux de fortune, pour arriver dans de soi-disant « pays frères ». Musulmans, les Rohingyas sont souvent soupçonnés d’être des terroristes (au moins des ennemis des bouddhistes). Outre le cas des Rohingyas, on peut mentionner aussi la question posée par les centaines de milliers de Karen vivant dans les camps à la frontière birmano-thaïlandaise, sans compter la situation des millions de Birmans déjà installés en Thaïlande. On voit bien que le trafic humain, la vente d’êtres humains et l’organisation des filières est extrêmement rentable (Boutry et Ivanoff, 2009, op. cit.). Pour remettre de l’ordre dans des traditions multiséculaires, un énorme travail de prise de conscience, de collecte de données et de volonté politique reste à accomplir.

14Les allers et venus de ces populations permettent aussi une réappropriation de territoires « perdus » lors de guerres. Ainsi, les Khmers qui entrent en Thaïlande dans la province de Sakeo n’ont pas l’impression d’être « à l’étranger ». Certes, ils ont passé une frontière internationale et ont dû pour ce faire verser de l’argent ; cependant, pour eux, ils sont encore dans un territoire khmer comme le montrent la langue, les croyances des habitants ou leurs temples. Les migrants, surtout illégaux, renouent ainsi avec des membres de la minorité khmère de Thaïlande et lui redonne de la force. On parle de plus en plus le khmer dans le Nord-Est de la Thaïlande.

15La mobilité dans les pays libéraux s’impose comme vecteur d’accroissement de la connaissance et de la richesse. Mais, comme dans la plupart des zones de libre-échange, il s’agit d’accroître la mobilité des fonds, des marchandises et non pas celle des hommes. La mobilité des hommes est dérangeante pour les gouvernements capitalistes qui veulent contrôler leurs consommateurs et seulement accélérer les échanges de produits. Plus la mobilité est grande, plus les profits sont importants, d’où les dérégulations des années Reagan et Clinton, sans oublier Blair, qui ont contribué à rendre fluide les déplacements des capitaux et des marchandises en supprimant ce qu’ils pensaient archaïque (par exemple, la fin de la séparation entre les banques d’affaires et les banques destinées aux clientèles modestes). L’homme est une marchandise qui importe peu pour une banque. Ainsi, sous la pression des Démocrates à la fin du millénaire, la Thaïlande a énormément dérégulé son économie, facilitant la pénétration des crises mondiales.

16Pourtant, de tout temps ce sont les populations mobiles, et pas forcément nomades, qui ont facilité les échanges. La mer n’est pas une « frontière » mais un lieu permettant l’échange ; la forêt est sillonnée par des populations aux savoirs locaux importants et qui peuvent aujourd’hui encore aider les populations dominantes à maîtriser les fronts pionniers (Boutry et Ivanoff 2008 ont montré comment les Birmans ont utilisé les Moken pour découvrir la mer et essayer de la dominer). Ainsi, l’enrichissement mutuel des peuples, avant la colonisation, passait par les colporteurs, les marchands, les voyageurs ou les scientifiques. C’est ce que nous constatons dans ce recueil d’articles, notamment dans ceux qui s’intéressent à la santé (cf. Audrey Bochaton ou Frédéric Bourdier et al.).

  • 6 Un des deux traités, avec le Susruta Samitha, à la base de la médecine ayurvédique.

17Tout enrichissement du savoir transite par les « passeurs de frontières » qui parcourent le monde depuis la plus haute Antiquité, à l’exemple de la médecine. C’est ainsi que la volonté de réunir une ample materia medica, bien avant la mise en forme galénique de médicaments, a de tout temps alimenté l’esprit de maints savants, découvreurs, et explorateurs. L’œuvre du médecin, pharmacologue et botaniste grec Pedianus Dioscoride fut la source principale de connaissance en matière de plantes médicinales durant l’Antiquité et exerça une très grande influence durant tout le Moyen-Âge jusqu’au XVIe siècle, en Occident et en dehors. La banalisation de son traité, conjointement à la circulation des biens et des objets qui l’accompagnèrent, fut rendue possible grâce à ces hommes qui surent transmettre cet héritage pour le bénéfice des autres. Des ajouts provenant de sources arabes et indiennes se retrouvent dans des écrits qui reprirent son travail. Il en va de même des sources chinoises, du Moyen-Orient, et du sous-continent indien, notamment avec le Charaka Samhitā6, qui témoignent de progrès notables quant à l’érudition sur les herbes et autres produits de la pharmacopée.

18Il n’y a pas si longtemps, au XVIIIe siècle, le naturaliste français Henri Mouhot avait observé, juste avant de décéder du paludisme à Luang Prabang au Laos, le passage des négociants et d’itinérants provenant des contrées proches et éloignées, tous demandeurs de matières médicales et d’ingrédients aux saveurs aromatiques inédites. Plus au sud, dans le nord-est du Cambodge, les savoirs botaniques des minorités ethniques attiraient des guérisseurs lao et khmers qui apportaient en échange leurs connaissances, influencées par le bouddhisme Theravada, quant à la manière de gérer l’infortune et la maladie. Malgré la difficulté que représentait le fait de parcourir des territoires le plus souvent non balisés, les mouvements des hommes à travers la région étaient fluides. Même si royaumes et empires jalonnant l’espace sud-est asiatique jusqu’à celui du soleil levant commençaient à imposer contrôles administratifs et autorisation de passage pour les missions à caractère diplomatique, à l’instar de ce qui se passait tout particulièrement en Chine, le tracé des frontières n’était pas si strictement délimité qu’aujourd’hui. .

19En ce début du troisième millénaire, les périples à travers le monde sont courants et les transports modernes offrent des conditions de déplacement effaçant toute notion de contrainte par la distance ainsi que tout effort pour y parvenir. Les marchandises suivent les hommes et participent à la diffusion de produits devenus essentiels pour l’utilisation et la consommation, que se soit à des fins alimentaires et/ou thérapeutiques. Les malades, comme un des articles de ce numéro le montre parfaitement en s’appuyant sur une étude au Laos et en Thaïlande, sont également des passeurs de frontières dans leur quête thérapeutique (cf. l’article d’Audrey Bochaton).

  • 7 Tel est le cas avec le Sofosbuvir pour l’hépatite C qui, en dépit de ses prouesses thérapeutiques, (...)

20En même temps, l’intensification de ces flux entre les pays amène logistique, surveillance et gestion des mouvements transfrontaliers pour le meilleur mais aussi pour le pire. Les médicaments modernes, confectionnés par des firmes pharmaceutiques, sont une parfaite illustration de cette nouvelle donne, imposée par les pays développés et soutenue, pour le meilleur et pour le pire, par les agences internationales qui régissent la santé publique à l’échelle planétaire. Pour le meilleur car force est de reconnaître l’importance de l’existence de centres de production de médicaments fiables et contrôlés par des instances sanitaires garantissant qualité et fiabilité. Pour le pire car, si ce secteur pharmaceutique s’engage à promouvoir des recherches indispensables pour la découverte de nouveaux médicaments qui sauvent de nombreuses vies humaines7, elle n’en reste pas moins une industrie privée où les considérations de gain économique peuvent l’emporter sur les valeurs véhiculées par le serment d’Hippocrate.

21La fabrication du médicament devient propriété strictement réservée, les fabricants le protègent par un brevet, comme tous les autres produits manufacturés et inventions, afin d’empêcher autant que faire se peut la copie et surtout sa diffusion hors du marché régulé. Ce marché que l’on appelle « régulé » a l’ambition (comme le montre bien l’article de Frédéric Bourdier et al. dans ce numéro), d’être en mesure de contrôler les produits de moindre qualité, fréquemment sans action thérapeutique, donc extrêmement dangereux pour la santé humaine. Ce bénéfice indéniable tiré d’un marché astreint à des normes de production et de distribution, de mise en vente et de circulation n’a pas que des avantages perçus, notamment en raison des prix prohibitifs de certains médicaments qui deviennent hors d’atteinte pour une grande partie des populations défavorisées. Des pays comme le Brésil et l’Inde se sont alliés pour encourager la production de médicaments génériques contre le Sida, ainsi que pour la mise au point d’antibiotiques et d’autres drogues contre d’importantes pathologies prévalences.

22Des lobbys, émanant le plus souvent de compagnies pharmaceutiques, se sont mobilisés contre cette tentative d’incursion d’outsiders perçus comme des challengeurs d’un ordre mondial en construction. Et c’est justement là que la confusion ajoute à la mauvaise foi quand un seul vocable : « contrefaçon » sert à la fois à désigner des produits dérogeant aux règles juridiques commerciales du moment, indépendamment de leurs propriétés curatives, et de l’autre des produits vraiment nocifs car non conformes à la qualité attendue. Une telle association semble délibérée, si l’on constate la permanence entretenue de ce flou regroupant deux états de faits totalement hétérogènes et dont l’amalgame factice ne fait qu’entraîner le doute et l’incrédulité chez les utilisateurs (patients mais aussi acteurs de santé). Comment dès lors est-il encore possible d’associer des réseaux de criminels qui établissent un business en produisant de faux médicaments avec des réseaux de professionnels médicaux, certes tirant profit et revenus, mais faisant pour le mieux de rendre disponible des médicaments de qualité ? Là se trouve une des questions cruciales qui sera abordé au cours de ce numéro spécial sur les trafics en Asie du Sud-Est.

Haut de page

Bibliographie

BARON GUTTY A. 2011 Réformer le système éducatif thaïlandais : limites et possibilités, in Thaïlande contemporaine, S. Dovert & J. Ivanoff (Dir.), Paris, Irasec/Les Indes Savantes.

BOURDIER, F., 2009, Ethnographie des populations indigènes du nord-est cambodgien, Paris, L’Harmattan.

DIPLOMATIE, 2012, Géopolitique de l’Asie du Sud-Est, Les grands dossiers, n°9, juin-juillet.

FERRARI, O., 2012, « Duean sip, théâtre de l’ethnorégionalisme Sud. Les nomades de la mer et le cycle rituel du dixième mois dans la province de Phang Nga (Sud de la Thaïlande) », Moussons, Recherche en Sciences Humaines sur l’Asie du Sud-Est, n° 20, p. 101-120.

HELLARD M.E., DOYLE J.S., 2013, Interferon-free hepatitis C treatment: one pill to fit all? The Lancet, en ligne : www.thelancet.com, http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(13)62151-0, [page consultée le 5 novembre 2013].

IVANOFF, J., (avec M. Boutry), 2009, La monnaie des frontières. Migrations birmanes dans le sud de la Thaïlande, structure des réseaux et internationalisation des frontières, Bangkok, Carnet de l’Irasec, Série Observatoire 02, 159 p.

IVANOFF, J., 2011 « Une modernisation sans développement. Endocolonialisme et ethnorégionalisme : résilience et intégration des systèmes socioéconomiques dans le Nord-Est et le Sud-Est », in S. Dovert et J. Ivanoff (eds), Thaïlande Contemporaine, p. 473-516.

IVANOFF, J., 2011, « Thaïlande vs Cambodge. Le nationalisme aux sources du conflit », Diplomatie, Affaires stratégiques et relations internationales, n°49, p. 20-23.

IVANOFF, J., DUBUS, A., 2012 « Thaïlande, sous un calme apparent, un avenir lourd d’incertitudes », Diplomatie, Affaires stratégiques et relations internationales, Les grands dossiers, n°9, p. 63-65.

IVANOFF, J., 2014 « La crise thaïlandaise, saison 2 », Diplomatie, Affaires stratégiques et relations internationales, mai-juin 2014, N°, 68, p. 20-25.

IVANOFF, J. ; BOUTRY, M., 2008 « De la segmentation sociale à l’ethnicité dans les suds péninsulaires ? Réflexions sur les constructions identitaires et les jalons ethniques à partir de l’exemple des pêcheurs birmans du Tenasserim », Aséanie, Sciences humaines en Asie du Sud-Est, Bangkok, éditions du Centre d’Anthropologie Sirindhorn, p. 11-46.

KIS-KATOS, K.; SCHULZE, G., 2013, « Corruption in Southeast Asia: a survey of recent research », Asian Pacific Economic Literature, vol. 27 (1), p. 79-109.

SUTHEP CHAVIWAN, 2009, Spectrum, vol. 2, No 7, Bangkok Post, p. 8-9.

WINICHAKUL, T., 2003, « Writing at the Interstices: Southeast Asian Historians and Post-National Histories in Southeast Asia », in Abu Talib Ahmad & Tan Liok Ee (eds.), New Terrains in Southeast Asian History, Athens, Ohio University Press / Singapore, Singapore University Press, p.3-29.

WINICHAKUL, T., 2005, (1st edited 1994), Siam Mapped. A history of the geo-body of a nation, Chiangmai, Silkworm Books.

Haut de page

Notes

1 Les États membres de la Greater Mekong Subregion sont, par ordre alphabétique, Cambodge, Chine (Yunnan), Laos, Myanmar, Thaïlande et Vietnam, couvrant une superficie de 2,6 millions de km et englobant environ 325 millions d’habitants.

2 Cf. Ivanoff, 2011.

3 Les pays de l’ASEAN plus la Chine, la Corée du Sud et le Japon.

4 L’ASEAN + 6 est constituée par les membres de l’ASEAN + 3 auxquels s’ajoutent l’Australie, l’Inde et l’Indonésie.

5 Le Trafficking in Persons (TIP) Report du Département d'État américain est le principal outil du gouvernement des États-Unis pour stimuler la lutte internationale contre le trafic d'êtres humains (human trafficking). Dans ce rapport annuel, les États sont hiérarchisés en Tier 1, forte coopération dans le cadre de la lutte contre ce trafic, Tier 2, Tier 2WL et Tier 3 — ce dernier stade carcatérisant des États marqués par une faible coopération voire l’obstruction dans la lutte contre le TIP. Voir : http://www.state.gov/j/tip/rls/tiprpt/2013/210548.htm

6 Un des deux traités, avec le Susruta Samitha, à la base de la médecine ayurvédique.

7 Tel est le cas avec le Sofosbuvir pour l’hépatite C qui, en dépit de ses prouesses thérapeutiques, pose la question de l’accès banalisé en termes de santé publique, même si de récents accords entre la compagnie pharmaceutique ayant breveté le produit et l’OMS ont abouti à une réduction significative du prix de revente des médicaments dans certains pays en voie de développement. Voir: Hellard M.E. & J.S. Doyle (2013), Interferon-free hepatitis C treatment: one pill to fit all? The Lancet, en ligne : www.thelancet.com, http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(13)62151-0, [page consultée le 5 novembre 2013].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Bourdier et Jacques Ivanoff, « Résilience du trafic illicite dans le monde contemporain de l’Asie du Sud-Est », L’Espace Politique [En ligne], 24 | 2014-3, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3267

Haut de page

Auteurs

Frédéric Bourdier

Anthropologue
Chargé de recherche IRD (Institut de recherche pour le développement)
fredericbourdier@online.com.kh

Articles du même auteur

Jacques Ivanoff

anthropologue
Chargé de recherche CNRS
ivanoffjacques@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org