Navigation – Plan du site
Trafic en Asie du Sud-Est

Le point de vue chinois sur les enjeux des barrages chinois sur le Mékong

The Chinese Perspective on the Issue of China’s Mekong Dams
Olga Alexeeva et Yann Roche

Résumés

Les enjeux politiques, économiques et environnementaux de la gestion du fleuve international qu’est le Mékong sont nombreux et complexes mais ceux liés à l’exploitation du potentiel hydroélectrique du fleuve sont particulièrement sensibles. L’accent est mis ici sur la question des barrages que la République Populaire de Chine a construits et entend continuer de construire sur la portion du Mékong qui traverse son territoire, appelée Lancang Jiang. Si la question a déjà été maintes fois abordée, il s’agit de faire le tour de la question en mettant de l’avant le point de vue chinois, suite à une recherche documentaire approfondie effectuée sur place. Les objectifs des autorités de Pékin sont présentés à la lumière des nouvelles priorités définies par le XIIe plan quinquennal, lequel prône un développement économique plus durable et l’exploitation d’énergies plus vertes, ce qui inclut la priorisation de l’hydroélectricité. Le cas de la province du Yunnan, où sont situés la plupart des barrages chinois sur le Mékong, est particulier, tant du point de vue de l’état de son développement hydroélectrique, que de sa position intermédiaire délicate, coincée entre les décisions des autorités nationales et le mécontentement des pays situés en aval. Ces barrages ne sont pas seulement une affaire nationale ou provinciale, ils sont à l’origine d’un contentieux avec les pays d’Asie du Sud-Est en aval. La Chine demeure sur ses positions, même si elle propose certains partenariats et elle met avant tout de l’avant les côtés positifs de cette « cascade de barrages » qu’elle a bien l’intention d’achever. Concilier besoins énergétiques croissants, velléités de développement durable, changements climatiques et relations régionales oscillant entre hostilité, méfiance et nécessité de collaborer efficacement est pour le moment une tâche complexe mais que Pékin semble arriver à mener à bien. Reste à savoir si l’évolution de la consommation énergétique nationale et les effets réels des barrages sur l’environnement régional vont donner raison aux autorités chinoises ou au contraire rendre leur position intenable, et ce dans un avenir qui pourrait être relativement proche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Fleuve international drainant le sud-est du continent asiatique après avoir pris sa source au Tibet, le Mékong est au cœur de bien des enjeux économiques géostratégiques et environnementaux de cette région du monde. Parmi ses pays ripariens, la République Populaire de Chine (PRC), située en amont, occupe une position particulière qui lui donne la haute main sur les cinq pays d’Asie du Sud-est en aval. Les questions concernant l’aménagement du fleuve, tant du point de vue de l’énergie que de l’irrigation agricole ou de la disponibilité en eau potable sont particulièrement sensibles puisqu’elles touchent aux besoins du développement de cette région du monde et qu’elles conditionnent la qualité de vie et parfois jusqu’à la survie même des populations riveraines, soit environ 250 millions de personnes. La gestion du Mékong et de ses ressources est donc un enjeu de puissance à la fois économique et géostratégique, que ce soit au sein de l’Asie du sud continentale ou entre les pays de cette région et la PRC.

2L’un des enjeux majeurs de la gestion du Mékong concerne la question de l’exploitation hydro-électrique, les conditions naturelles assurant à ce fleuve un très fort potentiel dans ce domaine (ADB, 2012b), et du fait de la demande croissante d’énergie dans les pays riverains, au premier rang desquels on retrouve bien entendu la Chine, mais aussi la Thaïlande et le Vietnam. Si plusieurs de ces pays ont décidé de construire des barrages hydro-électriques sur le Mékong, ceux construits sur la portion chinoise du fleuve soulèvent particulièrement des controverses dépassant les considérations économiques et environnementales.

3La soif d’énergie de l’industrie chinoise n’est pas récente, mais elle ne cesse de croître, alors que le développement des ressources hydro-électriques du pays est devenu un objectif d’autant plus prioritaire que le XIIe plan quinquennal a mis de l’avant d’ambitieux objectifs de développement durable et de mise en valeur d’énergies plus « vertes ». Dans un tel contexte, le harnachement du Mékong apparaît donc comme une évidence et comme une question d’intérêt national, mais aussi régional, puisque c’est principalement dans la province du Yunnan que les principaux efforts de mise en valeur du fleuve se sont concentrés jusqu’ici, que ce soit pour la consommation locale ou l’exportation vers le littoral oriental chinois en pleine croissance économique. Mais tous ne voient pas la situation d’un bon œil, notamment parmi les pays situés en aval, lesquels tentent depuis plusieurs décennies, avec plus ou moins de succès, de coordonner leurs efforts de mise en valeur du Mékong. Ces derniers se trouvent en effet désarmés face aux initiatives chinoises en amont, d’où des tensions à l’échelle régionale.

4Le présent article décrit en premier lieu le contexte politico-économique du développement hydro-électrique de la portion chinoise du Mékong, en mettant ensuite l’accent sur la province du Yunnan, qui est concernée au premier chef. Par la suite, le contexte régional, les divers impacts des barrages en amont et la position des intervenants extérieurs à la PRC sont abordés. Pour finir, la réponse de la Chine et sa manière de gérer le conflit sont évoquées, en se basant sur des sources chinoises de première main et sur des entrevues menées dans le pays, ainsi qu’une évocation prospective de la manière dont la situation pourrait évoluer à moyen terme, sous l’effet de la croissance économique et de la dépendance énergétique de la PRC, et des changements climatiques et de leurs impacts.

La nouvelle stratégie énergétique de la RPC : transition vers le développement durable ?

Un développement rapide, mais à quel prix ?

5En République Populaire de Chine (PRC), la politique d’ouverture et de réformes lancée dans les années 1970 par Deng Xiaoping a sans contredit eu de nombreux résultats positifs, notamment en matière de développement économique. Elle a d’abord favorisé une croissance continue de l’économie du pays, au rythme vertigineux de plus de 7 % par an en moyenne au cours des dix dernières années. Ce développement ultra rapide, s’il a permis à des millions de Chinois d’échapper à la pauvreté ou à tout le moins d’améliorer considérablement leurs conditions de vie, n’a pas été exempt d’importantes conséquences négatives. Il est en effet à l’origine des principales menaces environnementales qui pèsent sur l’avenir du pays et du peuple chinois. De fait, la pollution croissante de l'air, du sol et de l'eau, ainsi que l'augmentation rapide de la demande d’énergie et en ressources naturelles sont devenues extrêmement préoccupantes et suscitent des doutes sur la durabilité et sur le coût caché du « miracle économique chinois ».

  • 1 Selon les estimations des chercheurs chinois, en 2015, la RPC aurait besoin 2, 8 milliards de tonne (...)
  • 2 Le reste du mix énergétique chinois est composé de pétrole (18 %) et de gaz naturel (4 %); l’hydroé (...)

6Un autre aspect négatif de cette croissance économique fulgurante a été la forte progression de la demande énergétique primaire. En 2010, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) indiquait que la Chine venait de souffler aux États-Unis le titre de premier consommateur mondial d’énergie et que sa consommation devrait continuer à croître à un rythme proche de 6% par an jusqu’en 20151 (AIEa, 2012). La principale source d’énergie du pays reste néanmoins toujours le charbon (photo 1), qui satisfait environ 70% des besoins énergétiques de l’industrie et des ménages chinois2. Cette utilisation massive du charbon en Chine est particulièrement problématique puisqu’elle est entre autres à l’origine de l’augmentation importante des émissions de gaz à effet de serre, de la récurrence des pluies acides et, globalement, du réchauffement de la planète.

7L’impact environnemental du modèle de développement chinois fait donc l’objet de vifs débats politiques et scientifiques à l’échelle internationale, ainsi que de reportages et de publications dans les médias du monde entier. Généralement peu enclin à se laisser influencer par les opinions et pressions externes, le gouvernement chinois a semblé finir par prendre conscience des dangers de son modèle énergivore de développement économique actuel. Depuis quelques années, Pékin a en effet choisi l’option de réduire sa consommation de charbon, en le remplaçant par le pétrole et le gaz, tout en développant d’autres sources d’énergie, principalement l’hydroélectricité et le nucléaire, en plus de promouvoir des solutions alternatives comme l’éolien, le solaire et la biomasse. Cette tâche s’avère particulièrement difficile, du fait de l’augmentation conjoncturelle de la demande en électricité de la part des ménages et de l’industrie, corollaire du développement rapide du pays. La majeure partie de l’électricité requise demeure donc fournie par des centrales thermiques alimentées au charbon, combustible qui reste encore facilement accessible, abondant et relativement bon marché.

8Les raisons de la nette augmentation de consommation énergétique chinoise sont multiples. D’une part, en devenant « l’usine du monde » la RPC a favorisé l’essor des industries lourdes et manufacturières, à vocation exportatrice et très énergivores. À ceci s’ajoute aussi l’accroissement des investissements dans les infrastructures et la construction, qui a favorisé le développement rapide d’industries tout aussi fortement consommatrices d’énergie (ciment, verre plat, sidérurgie, chimie, métaux non-ferreux) (YANG, YANG et CHEN, 2011).

9D’autre part, les changements économiques et sociaux survenus en Chine depuis les trente dernières années ont modifié la structure de la consommation des ménages. L’urbanisation accélérée de la société et la forte croissance de la classe moyenne sont à l’origine de l’évolution du niveau d’équipement des ménages chinois. La demande croissante en biens et en services (immobilier, voiture, produits électroménagers etc.) exerce sur la société une forte pression en faveur d’une structure de consommation intensive en énergie (KAHRL et al, 2013).

Photo 1: Le charbon : principale source d’énergie en Chine, à usages multiples.

Photo 1: Le charbon : principale source d’énergie en Chine, à usages multiples.

Photo Olga Alexeeva, 2012

Le XIIe plan quinquennal : une orientation nouvelle

10Le gouvernement chinois semble avoir finalement pris conscience de la gravité de la situation et chercher des solutions à ces enjeux énergétiques et environnementaux. Il a en effet adopté de nouvelles législations et mis en place des politiques allant dans le sens du concept de développement durable. C’est également dans cette optique qu’en 2011, la RPC a adopté dans son XIIe plan quinquennal les grandes lignes du futur développement du pays. Pour la première fois depuis le début des réformes et de la politique d’ouverture, ce plan n’est pas axé uniquement sur les mesures économiques en faveur d’un rythme de croissance soutenu. De fait, le XIIe plan quinquennal de la RPC (2011-2015), qualifié de « vert » par les médias et les experts internationaux et chinois, met fortement l’accent sur les questions du développement durable et de l’énergie (WATTS, 2011).

  • 3 « 12e plan quinquennal: fondamental pour soutenir le développement durable », China Daily, 14 octob (...)

11Pékin souhaite désormais favoriser les activités économiques capables de préserver davantage l’environnement et inciter aux économies d’énergie et à la réduction de la pollution afin de promouvoir une économie « écologique » et un nouveau modèle industriel3. L’adoption de ce XIIe plan quinquennal semble donc être un réel tournant dans la politique chinoise de développement. Les slogans incitant les Chinois à consommer moins d’énergie et à respecter l’environnement, diffusés depuis des années, sont à présent appuyés par de véritables mesures politiques. Cela se traduit par un double contrôle gouvernemental sur la consommation totale d’énergie mais aussi sur l’intensité énergétique au niveau local. De plus, les administrations provinciales qui étaient auparavant évaluées principalement en fonction de leur degré de réussite économique, devront désormais rendre aussi compte de leur progrès dans ces deux domaines (CORNOT-GANDOLPHE S., 2012).

Priorité aux énergies vertes

12L’atteinte des objectifs du XIIe plan constituerait pour la Chine une opportunité d’ajuster son mode de développement économique, de régler les déséquilibres socioéconomiques et écologiques existants et d’assurer la durabilité de sa croissance. La nouvelle politique chinoise semble viser le passage d’une croissance à tout prix à une croissance plus durable et la transformation du modèle économique chinois qui ne serait dès lors plus fondé sur la surconsommation d’énergie et de main-d’œuvre, mais sur le capital et la technologie.

  • 4 « Les principaux objectifs du 12e plan quinquennal chinois », China.org, 5 mars 2011, [En ligne] ht (...)

13Dans ce but, la Chine s’est par exemple engagée à réduire son intensité énergétique de 16 % et ses émissions de dioxyde de carbone de 17 % par unité de PIB au cours des cinq prochaines années4. De plus, le gouvernement compte allouer des financements importants au développement des énergies renouvelables en vue de réduire sa dépendance vis-à-vis des ressources fossiles et notamment de diminuer sa consommation de charbon. A l’horizon 2015, la part des énergies renouvelables devrait constituer 11,4% de l'énergie primaire et 30 % de la production totale d'électricité (JIE Z., ZHANG Y., 2010). Parmi ces énergies renouvelables, l’hydroélectricité occupe bien entendu une place privilégiée (figure 1), loin devant les autres sources d’énergie non-fossiles, car c’est principalement grâce au développement massif de la houille blanche que le gouvernement chinois entend atteindre les objectifs « verts » du XIIe plan quinquennal (THIBAULT H., 2011).

Figure 1. Objectifs du 12e plan quinquennal en matière de la production d’électricité, en MW

Figure 1. Objectifs du 12e plan quinquennal en matière de la production d’électricité, en MW

Source : Zhongguo Dianli Nianjian, 2012

  • 5 Zhongguo dianli nianjian – [中国电力年鉴], 2012, China Electric Power, Beijing, China Electric Power Pres (...)

14Selon le plan, la production d’hydroélectricité devrait atteindre en 2015 300 000 MW par an, dont près de la moitié (48 %) proviendrait de l’Ouest du pays et des barrages construits sur des fleuves jusqu’ici peu touchés par le développement hydroélectrique tels que le Mékong, la Salouen, le Brahmapoutre, le Dadu, le Jinsha et le Yalong. En 2020, la part de ces fleuves dans la production d’hydroélectricité à l’échelle nationale devrait encore augmenter, pour atteindre 63 % de la production totale5.

Le Mékong dans les objectifs du développement national et régional de la Chine

Un vaste potentiel

15Dans sa quête au développement hydroélectrique intensif, la Chine peut compter sur un vaste potentiel naturel, ses ressources exploitables représentant 16,7% du total mondial. Ce potentiel demeure encore relativement sous-exploité, malgré la croissance importante récente de la production hydroélectrique nationale. En 2010, la capacité hydroélectrique installée du pays a dépassé 200 000 MW et selon les experts chinois, elle devrait atteindre 250 000 MW en 2015 (XU K., 2011). Cette volonté exprimée par Pékin de développer la houille blanche n’est certes pas une idée si récente, puisque c’est l’achèvement en 2009 du gigantesque barrage des Trois Gorges, sur le Yangzi, qui a réellement marqué le début de l’ère de la réalisation des grands projets hydroélectriques chinois. Mais l’aménagement hydraulique des fleuves du pays semble aujourd’hui s’accélérer afin de réduire sa dépendance vis-à-vis des énergies non-renouvelables et de confirmer son choix de modèle de développement durable (voir figure 2).

Figure 2 : Évolution de la production hydroélectrique en Chine, par province de 2006 à 2011

Figure 2 : Évolution de la production hydroélectrique en Chine, par province de 2006 à 2011
  • 6 Les quatre provinces du sud-ouest de la Chine (Sichuan, Yunnan, Tibet et Guizhou) concentrent envir (...)

16Selon les prévisions gouvernementales, la capacité hydroélectrique installée de la Chine devrait atteindre 300 000 MW en 2020, dont 225 000 MW seraient fournis par des installations hydroélectriques de grande et moyenne taille, et 75 000 MW par des petits et micro barrages (HUANG H, YAN Z, 2009). Pour atteindre ces objectifs, les autorités chinoises multiplient le nombre de grands barrages construits dans des délais de plus en plus brefs sur les fleuves « traditionnels » (notamment le Yangzi et le Huanghe et leurs affluents, mais aussi sur les cours d’eau du Sud-Ouest et de l’Ouest du pays ayant un potentiel électrique important et peu exploité : Mékong, Salouen, Brahmapoutre et Tarim6). Parallèlement, on voit aussi apparaitre un grand nombre de projets hydrauliques concernant les petits et les moyens cours d’eau et qui devraient alimenter en électricité des zones rurales et des territoires peu-développés (ZHOU S., ZHANG X., LIU J., 2009).

La ruée vers l’Ouest

  • 7 Ce large ensemble géographique comprend cinq régions autonomes (Tibet, Qinghai, Xinjiang, Mongolie (...)
  • 8 Depuis le lancement du programme, le PIB de l’Ouest chinois a augmenté de 600 dollars américains, a (...)

17Cet aménagement hydroélectrique intensif des régions périphériques fait écho aux orientations de la politique interne du gouvernement de la RPC, laquelle vise à favoriser le développement socioéconomique du Grand Ouest chinois7 qui n’a que peu bénéficié jusqu’à présent du boom économique des trente dernières années (BURNET M.-C. et al., 2011). Intitulé « grande stratégie de développement de l’Ouest » (xibu da kaifa –西部大开发), le premier volet de ce plan a été lancé par Pékin en 2000. Il prévoyait d’orienter l’investissement public et privé ainsi que les prêts et les compétences étrangers vers la partie occidentale du pays afin de dynamiser l’économie de ce large ensemble géographique. Une décennie après le début du programme, les résultats demeurent toutefois relativement modestes8. Malgré les investissements gouvernementaux initiaux, les contraintes géographiques et climatiques, l’absence d’infrastructures et le manque de main-d’œuvre qualifiée n’ont pas permis le décollage économique rapide de ces territoires. Certes, selon un rapport officiel publié le 21 juillet 2013, le PIB de la région Ouest a augmenté de 12,48% en 2012, affichant ainsi la meilleure croissance annuelle à l’échelle du pays. Mais bien que l’économie de l’Ouest représente désormais 19,75% du PIB total du pays, elle est toujours extrêmement dépendante des investissements de Pékin et sa croissance repose sur les industries minières et énergétiques (HE N., 2013).

  • 9 MOXLEY M., 2010, « China renews 'Go West' effort », op.cit.

18La conjoncture économique et sociopolitique intérieure et extérieure de la RPC a beaucoup évolué depuis le lancement de ce projet. Riche en ressources naturelles, le Grand Ouest chinois recèle un potentiel énergétique important, dont le coût d’exploitation, jugé trop élevé au début des années 2000, est désormais devenu acceptable au vu des besoins croissants en énergie et en matières premières de l’économie nationale. Ce potentiel serait donc devenu, selon le gouvernement, l’un des moteurs principaux de la croissance économique du pays dans les années à venir. En suivant cette logique, Pékin a lancé en 2010 le deuxième volet de son plan de développement du Grand Ouest, soulignant l’importance que sa réalisation pourrait avoir pour l’avenir de la nation (LIANG J., 2010). Le gouvernement a ainsi décidé d’investir plus de 100 milliards de dollars américains dans le développement d’infrastructures (construction de chemins de fer et d’aéroports, mise en place d’exploitations minières et de réseaux électriques etc.9). L’aménagement hydroélectrique du Mékong et des autres fleuves de l’ouest du pays font donc partie de ce vaste et ambitieux programme de développement socioéconomique des régions périphériques de la RPC.

Le potentiel du Lancang Jiang

  • 10 « Lancangjiang ganliu shuidian jidi [澜沧江干流水电基地] – Les sources hydrauliques du cours principal du Mé (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 « Race to harness water resources threatens Asia». The Taipei Times du 14 août 2013, en ligne http: (...)

19Appelé dans sa portion chinoise Lancang jiang [澜沧江], ce qui signifie « le fleuve turbulent », le Mékong traverse les régions montagneuses des provinces du Yunnan et du Tibet (figure 3). Il coule en Chine sur une longueur de 2 130 km, et la superficie de son bassin versant y est d’environ 174 000 km². À cause de sa morphologie et du relief abrupt le long de ses rives, le Lancang jiang est peu navigable, mais il est propice à un développement hydroélectrique d’enverLe potentiel du Lancagure. Le potentiel hydroélectrique de la section chinoise du Mékong est ainsi estimé à 36 560 MW, dont plus de 80 % se trouvent dans la province du Yunnan (ZHONGGUO, 2011). En 2013, on recense dans cette province six barrages dont la construction est achevée et deux autres projets en cours de réalisation (voir tableau 1 et figure 3). Ces huit barrages formeront une gigantesque cascade dont la capacité installée totale se situera entre 15 900 et 20 000 MW10. Au Tibet, les autorités planifient également de construire six barrages en cascade qui auraient une capacité installée totale de 6 300 MW11, ce qui ne va pas sans soulever de vives controverses12. La construction de ces six barrages devrait s’amorcer en 2015 et s’achever en 2030.

Tableau 1. Une cascade de barrages sur la section chinoise du Mékong

Tableau 1. Une cascade de barrages sur la section chinoise du Mékong

Source : ZHONG &WANG, 2010, p. 72-73; KUMMU M., VARIS O., 2007, p. 279.

Figure 3 : Cascade de projets hydro-électriques sur le Lancang Jiang

Figure 3 : Cascade de projets hydro-électriques sur le Lancang Jiang
  • 13 BURNET M.-C. et al, 2011, Gestion des Fleuves Dans la Stratégie d'Expansion Régionale de la Chine, (...)

20La portion chinoise du Mékong se trouve donc de plus en plus transformée par les installations hydro-électriques, auxquelles s’ajoutent diverses activités industrielles. Selon certains experts, une fois achevée la construction de l’ensemble des barrages projetés, ces derniers pourraient potentiellement répondre à environ 20 % de la consommation électrique de la RPC13.

Le Yunnan : une vocation d’exportateur d’électricité

  • 14 Zhongguo dianli nianjian, op.cit, p.

21L’essentiel du développement hydraulique du Mékong est aujourd’hui concentré dans le Yunnan, province pauvre du sud-ouest, dont un tiers de la population appartient à différents groupes ethniques minoritaires. Son économie est encore largement dominée par le secteur agricole, malgré l’accélération du processus d’industrialisation lancé dans les années 1990. Située à la frontière du Vietnam, du Laos et de la Birmanie, cette province chinoise se trouve au cœur de la stratégie de développement socioéconomique régional et représente un carrefour commercial qui assurerait le lien entre les industries chinoises et les consommateurs des pays d’Asie du Sud-Est. Son potentiel hydroélectrique provient principalement des fleuves Mékong, Salouen et Yangzi, et est estimé à 103 640 MW, ce qui représente environ 15% des réserves nationales (YEUNG Y., SHEN J., 2008). L’aménagement hydraulique massif dans le Yunnan a un double objectif : il devrait non seulement satisfaire les besoins en électricité de la province, mais aussi fournir de l’énergie aux régions voisines, que ce soit en Chine ou à l’étranger. Cet objectif est illustré par deux slogans officiels qui définissent la stratégie du gouvernement chinois par rapport au développement de la province du Yunnan et de ses ressources hydroélectriques : « 西电东送 » (xidian dongsong) – « acheminer l’électricité de l’Ouest pour en alimenter l’Est » et « 云电外送 » (yundian waisong) - – « acheminer l’électricité du Yunnan à l’étranger »14.

22Dans un premier temps, la construction des barrages sur le Mékong a pour objectif de mettre fin à la pénurie d’électricité touchant les provinces intermédiaires lancées plus tardivement dans les réformes, mais il s’agit aussi et surtout de satisfaire la demande croissante en électricité des régions côtières orientales dynamiques et en voie d’intégration au système économique mondial. Ainsi, selon les estimations, en 2015, environ 8 000 MW d’hydroélectricité produite au Yunnan seront acheminés ainsi vers l’est de la Chine (GOH E., 2007). L’électricité fournie actuellement par les barrages du Yunnan alimente principalement les industries et les foyers de la province du Guangdong (figure 2), devenue l’un des principaux moteurs de l’économie du pays grâce à la création en 1978 sur son territoire de trois zones économiques spéciales bénéficiant de privilèges fiscaux et douaniers (Shenzhen, Zhuhai et Shantou).

  • 15 GUANGDONG NIANJIAN [广东年鉴] – Guangdong Yearbook, 2012, Guangzhou, Publishing House of Guangdong Year (...)
  • 16 YUNNAN NIANJIAN [云南年] – Yunnan Yearbook, 2012, Kunming, Publishing House of Yunnan Yearbook

23Ces vingt dernières années, le Guangdong a enregistré des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale : son PIB représente 10 % du PIB national et son négoce 25% du commerce extérieur de la Chine15. Pour appuyer ce dynamisme économique et assurer sa continuité, la province a donc besoin d’une source fiable, abordable et continue d’énergie. Depuis 2005 sa demande en électricité a dépassé l’offre disponible localement et le Guangdong a connu des périodes de coupures prolongées (GREACEN C., PALETTU A., 2007). Ainsi, en 2011, le Yunnan a vendu 37 631 000 MWh, dont 32 303 000 MWh ont été achetés par la province de Guangdong, 3 976 000 MWh par la Birmanie et 104 000 MWh par le Laos16. L’hydroélectricité produite par des barrages du Yunnan serait donc une source majeure d’énergie pour le Guangdong, et l’aménagement rapide et la gestion efficace des ressources du Mékong apparaît comme l’une des principales conditions du futur développement de cette province (MAGEE D., 2006).

24Le Yunnan exporte aussi de l’électricité vers les pays voisins : en Birmanie, depuis 1995, au Laos, depuis 2002, et en Thaïlande et au Vietnam depuis 2004 (GOH E., 2007). Le principal consommateur d’hydroélectricité chinoise dans la région est la Thaïlande, qui reçoit annuellement 1 500 MW, fournis par le barrage de Jinghong. Cette entente devrait perdurer et se renforcer, puisqu’en 2017, selon les accords bilatéraux sino-thailandais, la quantité d’électricité importée de Chine en Thaïlande devrait atteindre 3 000 MW (MEHTONEN K., 2008). Les installations hydroélectriques sur le Mékong sont donc de plus en plus intégrées dans la logique du commerce international et régional d’énergie, elles font donc partie d’un système socioéconomique complexe et multiniveaux.

25Ces quinze dernières années, la RPC a multiplié les accords avec ses voisins du Sud dans le domaine de la coopération énergétique. Le gouvernement chinois a notamment réalisé une série d’importants investissements dans le développement des infrastructures et des installations électriques sur les territoires des régions frontalières avec le Yunnan. Cela a permis l’intégration progressive des régions voisines au réseau électrique chinois du Sud (China Southern Power Grid). Dans un premier temps, ce réseau a d’abord assuré des transferts d’électricité d’Ouest en Est, mais cette connexion a aussi été progressivement utilisée pour le transit. Par exemple, en 2006, la Chine a investi dans la construction d’un barrage sur le fleuve Shweli, au nord de la Birmanie, pour une capacité totale installée de 600 MW (LI H., 2009). Intégrée au réseau électrique chinois, cette station hydroélectrique birmane exporte la moitié de sa production en Chine, production qui est ensuite acheminée vers le littoral oriental à travers le réseau électrique du Yunnan. Un scénario similaire se produit également au Laos et au Vietnam. Le Yunnan joue donc aussi un rôle important dans la stratégie nationale de diversification des sources extérieures d’énergie, cette province étant un lieu de transit pour l’électricité que la Chine importe de plus en plus activement depuis l’Asie du Sud-Est.

  • 17 En avril 2000, la Chine a signé un accord sur la navigation commerciale avec la Birmanie, le Laos e (...)

26La construction des barrages sur la section chinoise du Mékong vise également un objectif commercial : il s’agit d’améliorer la navigabilité du fleuve sur le territoire chinois afin de le transformer en artère de transport entre les six pays riverains. Le développement du trafic fluvial permettrait à la RPC d’exporter plus facilement ses produits manufacturés vers l’Asie du Sud-Est, allégeant ainsi l’encombrement des ports maritimes chinois. Depuis le début des années 2000, la Chine a réalisé bon nombre de travaux de déblaiement (dynamitage de blocs de pierres et de rapides, dragage du fleuve) sur le Mékong, afin d’éliminer les obstacles physiques à la navigation entre le Yunnan (le port de Simao) et les grandes villes riveraines des pays voisins – Chiang Khong en Thaïlande et Luang Prabang au Laos17.

  • 18 Deadweight tons : littéralement Tonnes de port en lourd.
  • 19 Le premier port, Chiang Saen, fut construit en 2003. Doté de deux terminaux il peut accueillir simu (...)

27Ces mesures ont permis la circulation de bateaux de 150 DWT18, ce qui a contribué à l’augmentation du trafic commercial et au développement d’une douzaine de ports fluviaux entre Simao et Luang Prabang (OSBORNE M., 2007). Suite à la croissance du trafic sur le Mékong et du commerce avec la Chine, la Thaïlande a décidé, par exemple, d’améliorer ses infrastructures portuaires en construisant un nouveau port à Chiang Khong : Chiang Saen 219. De plus, selon les autorités chinoises, les barrages sur le Lancang jiang devraient stabiliser le niveau du fleuve, réduire l’intensité des courants et augmenter la profondeur de certaines sections, ce qui devrait permettre le passage des bateaux de 500 DWT (HAMLIN T., 2008). Ce type de bateau pourra plus facilement assurer le transport des produits pétroliers que la Chine importe de Thaïlande via le Mékong au terminal de Guanlei dans le port fluvial de Jinghong au Yunnan (MACAN-MARKAR M., 2005). Ainsi, l’amélioration de la navigabilité du Mékong est officiellement au cœur des préoccupations politiques de Pékin envers ses voisins du Sud : elle a pour but de contribuer de manière importante au développement de la coopération commerciale entre les régions riveraines, en approfondissant la complémentarité de leurs économies respectives.

28Pour le gouvernement chinois, l’aménagement hydraulique et la gestion efficace du potentiel du Mékong répondent donc non seulement aux objectifs du développement national mais aussi à ceux de la croissance économique et de l’intégration régionale. Le fleuve et ses ressources énergétiques jouent un rôle décisif dans la stratégie du développement actif de la province du Yunnan et du Grand Ouest chinois, stratégie dont la réalisation représente l’une des priorités de la politique intérieure de la RPC. Le Mékong occupe aussi une place importante au sein de la politique internationale du pays : son aménagement est devenu un moyen d’intégration économique entre la Chine en général (et le Yunnan en particulier) et l’ensemble du Sud-est asiatique.

Le conflit international autour de la gestion du Mékong : acteurs et problèmes principaux

Un bassin versant international

  • 20 Association of South-East Asian Nations . On utilise plus volontiers, même en français, l’acronyme (...)

29Aux yeux des dirigeants chinois, le développement hydro-électrique de la portion du Mékong qui coule sur leur territoire va de soi. Confrontée à une forte demande, à la recherche d’énergie plus propres et traditionnellement centrée sur elle-même, la RPC ne se pose même pas la question, du moins officiellement, de savoir ce qu’en pensent les pays situés en aval et qui doivent composer avec les conséquences des décisions prises par le pays situé en amont. L’une des caractéristiques du Mékong est pourtant qu’il s’agit d’un bassin versant international, et que les questions liées à sa gestion ont des conséquences sur les autres pays ripariens (OSBORNE, 2000). Ces derniers, tous membres de l’Association des Nations du Sud-est Asiatique (ASEAN)20, partagent pourtant une histoire turbulente et mouvementée avec la Chine, ce qui complique les choses lorsqu’il s’agit de s’assoir à la table des négociations.

  • 21 Greater Mekong Subregion Atlas of the Environment, 2004.

30Long de 4 800 km, le Mékong est appelé de diverses façons selon les pays traversés mais son nom générique est une contraction de celui que lui donnent les Thaïlandais : Mae Nam Khong, qui peut se traduire par « Mère de toutes les eaux » (OSBORNE, 2000). Cela reflète à quel point il constitue une ressource importante pour les pays qu’il draine, à savoir successivement la Chine, la Birmanie, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam, que ce soit en tant que source d’eau potable ou d’irrigation, de voie commerciale, de ressource halieutique ou de potentiel énergétique. C’est en Chine qu’il coule sur la plus longue portion (2 200km), même si son bassin versant n’y représente que 1,7 % de la superficie du pays21. Il sert ensuite à plusieurs reprises de frontière, entre Birmanie et Laos d’abord, puis entre Laos et Thaïlande plus en aval, ce qui est loin d’être anecdotique et confirme sa dimension géopolitique, à la fois de lien et de séparation entre les pays de la région. Divisant parfois les peuples, son exploitation internationale semble être une nécessité, même si chacun a tendance à lui attribuer une valeur identitaire, à commencer par les Laotiens et les Cambodgiens. Plus de 85% du territoire de la République Démocratique Populaire Lao et du Royaume du Cambodge se situent d’ailleurs dans le bassin versant du Mékong, lequel draine plus de la moitié de l’Asie du Sud-Est continentale. Au-delà des chiffres, le fleuve a de tout temps marqué de son empreinte les activités humaines de la région et sa valeur est à leurs yeux bien supérieure à sa seule valeur économique, pourtant indéniable.

La MRC : Un mariage de raison entre les pays d’Asie du Sud-Est

  • 22 C’est souvent sous cet acronyme anglophone de MRC qu’est identifiée cette organisation, même par le (...)

31En dépit d’une histoire agitée et de tensions politiques souvent très vives à l’échelle régionale, les pays de la péninsule indochinoise se sont trouvés contraints de se concerter et de collaborer pour exploiter, développer et protéger le Mékong (OSBORNE, 2000). Dès 1957, sous l’égide des Nations-Unies (et en dépit d’une situation politique encore explosive), le Comité du Mékong (Mekong Committee) a vu le jour, premier effort de gestion concertée des eaux du Mékong et de coopération à l’échelle régionale. Du fait de l’instabilité politique de l’époque, cette initiative se révéla un échec et le Comité fut dissous à la fin des années 1970. C’est en 1991, à l’instigation du Cambodge que les démarches reprirent, menant à la signature en 1995 d’un accord liant le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam et marquant la fondation de la Mekong River Commission (MRC)22. Le secrétariat de la MRC était basé à Vientiane, au Laos (photo 2) et cette organisation internationale visait initialement à fournir un cadre institutionnel permettant d’appliquer les principes de développement durable de l’accord de 1995.

Les objectifs principaux de la MRC sont au nombre de quatre :

  • Promouvoir et appuyer un développement coordonné, durable et favorable aux pauvres (pro-poor);

  • Faciliter et améliorer une coopération régionale efficace;

  • Renforcer à l’échelle du bassin la surveillance environnementale et l’étude des impacts

Renforcer les capacités en matière de gestion intégrée de la ressource en eau et alimenter la base de connaissances des membres de la MRC, des comités nationaux et des agences et des différentes intervenants.

32Ces objectifs étaient ambitieux et louables, mais la MRC affichait déjà d’importantes faiblesses, notamment l’absence de la Birmanie et surtout de la Chine, mais aussi le fait qu’au même titre que l’ASEAN, elle ne possédait aucun moyen d’obliger qui que ce soit à appliquer ses recommandations. Si les deux absents précédemment mentionnés sont depuis lors devenus « partenaires de dialogue » de la MRC (en 1996), Pékin n’a jamais reconnu la moindre validité à ses avis et recommandations, même si elle s’est de toute manière rarement risquée à critiquer ouvertement la PRC à propos de sa gestion en amont du Mékong. De fait, la MRC est considérée comme un simple organisme consultatif, incapable d’empêcher ses états membres - et a fortiori la Chine - d’agir unilatéralement.

Photo 2 : Siège du secrétariat de la MRC, à Vientiane, Laos

Photo 2 : Siège du secrétariat de la MRC, à Vientiane, Laos

Photo Yann Roche, 2005

Des barrages controversés

33La question du développement hydro-électrique du Mékong a toujours été un point sensible, même au sein de la MRC. En fait, comme le regrette Milton Osborne dans The Economist, les gouvernements des pays concernés sont plutôt favorables aux projets de barrages sur le cours principal du Mékong, la principale question étant surtout de savoir où les installer et qui va en bénéficier et non s’il faut en construire23. Parmi les nombreux projets qui ont fleuri au cours des dernières années, c’est celui de Xayabouri, au Laos, qui semble le plus à même d’en être la première concrétisation (PEARSE-SMITH, 2011). Toutefois, il est peu douteux qu’une fois ce premier projet réalisé, d’autres suient à un rythme accéléré (PEARSE-SMITH, 2011). En dépit des objectifs affichés de la MRC, il n’y a donc pas d’opposition gouvernementale à des projets hydroélectriques sur le Mékong. Mais la question des barrages chinois en amont n’est pas vue de la même manière et elle soulève bien des controverses, de diverses origines, même si les gouvernements concernés demeurent très discrets, résignés en fait. (OSBORNE, 2000)

34Les principales contestations proviennent donc de ceux que Yong et Grundy-Warr qualifient de « lobby-anti barrages ». Ce « lobby » regroupe un ensemble hétérogène d’acteurs, d’agences et de réseaux, s’opposant au lobby pro-hydroélectricité, et soulignant le besoin « urgent et critique » de connaissances concernant les impacts de ces ouvrages, de leurs effets et sans lesquels il ne peut y avoir de développement durable et efficace du bassin du Mékong (YONG et GRUNDY-WARR, 2012).

  • 24 Ibid.

35En fait, la principale pierre d’achoppement, comme souvent dans des situations de bassin versant international, est l’évaluation des effets des barrages sur le débit du fleuve, sa biodiversité et sa navigabilité. En ce qui concerne ce dernier point, et même s’il ne s’agit pas de la fonction première des barrages du Lancang Jiang, les autorités chinoises ont précisé que ces ouvrages allaient plutôt avoir un effet bénéfique sur le contrôle des crues et donc améliorer la navigabilité en question (PEARSE-SMITH, 2011). Le second point litigieux est l’impact des barrages sur les ressources halieutiques, notamment la migration des espèces à travers les ouvrages, en dépit des passes installées à cet effet. Du point de vue des écologistes, le résultat de ces mesures de mitigation est un échec et l’impact sur les populations riveraines risque d’être catastrophique24.

36En fait la principale pomme de discorde est en fait la ressource en eau elle-même. Le régime du Mékong est devenu particulièrement irrégulier ces dernières années et chaque sécheresse a maintenant une dimension particulièrement alarmante aux yeux des populations riveraines. La dernière en date, en 2010, a soulevé une tempête médiatique et les barrages chinois ont été pointés du doigt, en dépit des dénégations de Pékin. Il semblerait que les causes de cette sécheresse aient été autres (PEARSE-SMITH, 2011), mais la méfiance à ce sujet demeure, surtout dans le contexte des changements climatiques.

Effets du changement climatique

37En effet, il semble que l’un des principaux facteurs de l’évolution du Mékong n’est pas les efforts de développement hydro-électrique, mais les changements climatiques. Selon l’ADB (ADB, 2012a) ces derniers vont avoir d’importants effets, notamment sur le Mékong et sur sa production hydro-électrique, à savoir :

38- Une augmentation de l’écoulement annuel (estimée à 21%), entraînant une forte augmentation de la charge en sédiments;

39- Une augmentation du débit de 9% à 22%, et ceci autant dans le bassin supérieur que dans le bassin inférieur du Mékong et ses tributaires.

40- Un accroissement du nombre, de la profondeur et de la durée des inondations, ce qui pourrait endommager les barrages lors d’évènements extrêmes.

41- Selon l’ADB, les liens complexes entre les changements climatiques, les barrages sur le cours principal et plusieurs autres phénomènes dans le bassin pourraient mener à :

Des problèmes de sécurité alimentaire,

Une dégradation de la qualité de l’eau,

Des pertes en biodiversité,

Des limitations aux efforts de réduction de la pauvreté,

Une augmentation du potentiel hydro-électrique dans le bassin du Mékong.

42La quantification de ces effets tels qu’identifiés par l’ADB doit être nuancée, car elle n’est pas partagée par tous les chercheurs ayant travaillé sur le sujet. Kingston et al., sans nier les changements climatiques et leur impact potentiel sur la région, mettent particulièrement l’emphase sur le degré d’incertitude quant à l’effet de ces changements sur les précipitations et par voie de conséquence sur le débit du Mékong. S’appuyant sur des modèles statistiques sophistiqués, les auteurs précisent que cette incertitude est telle qu’il est même difficile de savoir si l’effet résultant sera une diminution ou une augmentation du débit du fleuve (KINGSTON et al., 2011). Il faut par ailleurs distinguer l’impact sur le débit du fleuve de ces changements climatiques et celui des barrages, qui est évoqué plus loin, et qui est bien plus important en termes d’ampleur.

  • 25 On distingue la production in-stream, à même le cours du fleuve, moins dommageable, de la productio (...)

43Il est également important de mentionner que l’impact des barrages chinois sur le débit est d’autant plus faible au fur et à mesure qu’on progresse vers l’aval, tout d’abord parce que de nouveaux tributaires viennent alors se jeter dans le Mékong, apportant leur propre contribution à ce débit et venant éventuellement compenser dans une certaine mesure le déficit. Toutefois, il existe déjà des installations hydroélectriques sur ces tributaires, notamment au Laos et au Vietnam, et leur impact est déjà important, bien que variant selon le type de production électrique proposé par le barrage25 (HECHT et al, 2013), et ce tant sur la disponibilité de l’eau, que les ressources halieutiques ou le transport de sédiments.

44Il semblerait de toute manière qu’on se dirige vers une évolution du contexte dans lequel les barrages vont être amenés à opérer, laquelle n’était pas planifiée lors de leur construction. Quelle qu’en soit sa cause réelle et son ampleur, la seule perspective d’une raréfaction de la ressource tant en ce qui concerne l’eau que les poissons, aurait des conséquences catastrophiques sur les populations riveraines. Les tensions risquent de se raviver, tant à l’échelle internationale que régionale. Risque-t-on pour autant une guerre de l’eau dans le Mékong ? Selon Pearse-Smith, si l’accroissement des tensions est fort probable, il n’en est pas de même pour un éventuel conflit armé, notamment du fait de ce qu’il a appelle « l’impraticabilité stratégique » d’un tel conflit et parce que les protagonistes semblent avant tout rechercher la modernisation et le développement, ce qu’un conflit ne pourrait que freiner ou empêcher (PEARSE-SMITH, 2011).

La gestion du Mékong vue de la Chine

Un problème ramené à des dimensions locales

45En Chine aussi, l'aménagement hydro-électrique du Mékong a fait l'objet de nombreux articles académiques ces quinze dernières années. Pour mieux comprendre la perspective chinoise de la gestion du Mékong et de l’utilisation de ses ressources, nous avons réalisé des recherches bibliographiques en Chine en étudiant les publications des chercheurs et des experts chinois consacrées aux différents aspects du développement hydroélectrique du fleuve. Les résultats de ce travail ont été affinés et complétés par des entretiens conduits auprès d’experts et de fonctionnaires locaux concernés par la question. L’ensemble des informations recueillies nous permet de dresser un portrait d’ensemble du point de vue chinois et sur la politique adoptée par Pékin dans ce dossier.

  • 26 Wanfang data est la première base de données créée en Chine. Elle a été fondée par l’Institut des s (...)

46Une recherche bibliographique dans la plus grande base de données chinoise - Wanfang Data26 (万方数据), a révélé plus de cinq cents publications de chercheurs chinois, toutes disciplines confondues, consacrées au Lancang jiang (utilisant ce nom comme mot-clé). Cela couvre un grande variété de sujets, allant des études techniques sur la faisabilité des barrages, aux différents modèles de turbines et types de ciment à utiliser, aux rapports qui évaluent l'impact écologique des barrages déjà construits, ou qui présentent les vues de la population concernée sur le déplacement et l'inondation de leurs terres ancestrales.

47Une grande partie de ces articles ont été publiés dans des journaux régionaux ou dans ceux des universités provinciales, comme par exemple Yunnan shehui kexue [云南社会科学] – Social Sciences in Yunnan ou Yunnan daxue xuebao [云南大学学报] – Journal of Yunnan University. Cela illustre bien la volonté de la Chine d'attribuer à la question de gestion et de développement des ressources du Mékong un caractère régional, de la circonscrire à une dimension locale plutôt que nationale et encore moins internationale (SUMMERS T., 2008). On retrouve d’ailleurs cette notion de "problème régional" dans la plupart des publications chinoises officielles sur l'aménagement du Lancang Jiang, lesquelles soulignent son importance pour le "développement local" de la province de Yunnan, parfois pour la région du Sud-est de la Chine, mais jamais au-delà.

48Cette stratégie a permis au gouvernement chinois de déplacer le centre de décision concernant l'exploitation des ressources du fleuve vers le niveau provincial. C'est donc aux autorités du Yunnan qu’il revient de planifier et de réaliser tous les projets d'aménagement du Mékong mais aussi d'assumer les responsabilités qui en découlent, y compris à répondre aux critiques internationales et aux demandes des autres pays riverains. En faisant de la gestion du Mekong un problème d'ampleur régionale, Pékin entend transférer la discussion sur ce sujet vers une autre perspective, un niveau de moindre importance dont le potentiel de nuisance internationale est beaucoup plus réduit.

49Les sources chinoises mettent l’accent sur le fait que l’aménagement hydroélectrique du Mékong joue tout d’abord un rôle très important dans le développement économique local. Les barrages ont pour fonction de produire l’énergie indispensable au décollage économique du Yunnan bien entendu, mais aussi des régions voisines. On dispose là d’une énergie stable, renouvelable, considérée comme moins polluante et dangereuse pour l’équilibre environnemental que les autres sources d’énergie utilisées en Chine. Sa mise en valeur répond donc à deux grands objectifs primordiaux pour la politique intérieure de Pékin ces dernières années : le maintien des rythmes de croissance économique et le changement du modèle de développement en encourageant l’utilisation des énergies renouvelables et des technologies vertes. Ce sont aussi les deux critères principaux d’évaluation des hauts cadres du Parti Communiste Chinois locaux, dont la promotion et la future carrière dépendent de leur capacité à atteindre les objectifs économiques et écologiques fixés par le gouvernement central. De fait, la construction et la mise en service des barrages sur le Mékong répond non seulement à des ambitions économiques, mais aussi à des motivations d’ordre politique particulièrement puissantes en Chine et qui encouragent les autorités locales à poursuivre et à adopter les projets de développement hydroélectrique.

Une vision optimiste des effets des barrages

  • 27 « Lancangjiang ganliu shuidian jidi… », op.cit.
  • 28 Entretien avec un employé des services de communication de China Southern Power Grid Co. [中国南方电网有限责 (...)

50En défendant la construction de la cascade de barrages sur la section chinoise du Mékong, les autorités locales soulignent souvent que son coût humain et écologique a été relativement peu élevé, surtout comparativement à d'autres projets, notamment le barrage des Trois Gorges. En effet, la plupart de barrages sur le Lancang Jiang se situent dans les zones peu peuplées, loin des régions agricoles ou industrielles développées. Au total, les sources chinoises indiquent que la construction de la cascade de barrages sur Mékong n’a causé la perte « que » de 10 294 hectares de terres agricoles et a nécessité le déplacement de 79 908 personnes (tableau 2)27 . À titre de comparaison, le barrage des Trois Gorges a impliqué le déplacement de plus d’un million de personnes et l'inondation de 245 000 ha de terres agricoles. De ce point de vue, « la construction des barrages sur le Mékong est beaucoup plus rentable, elle n'engendre pas de coûts supplémentaires comme c'est le cas des barrages sur le Yangzi et ses affluents qui sont néanmoins en phase de construction initiale ou d’étude de faisabilité et d’adoption officielle de projet »28.

Tableau 2. Avantages et inconvénients de la cascade de barrages sur la section chinoise du Mékong

Tableau 2. Avantages et inconvénients de la cascade de barrages sur la section chinoise du Mékong

Source : DORE J., YU X., LI K.Y., 2007.

51L’impact écologique de la construction de ces barrages a fait l’objet d’un certain nombre d’études du côté chinois aussi, certaines d’entre elles répertoriant les conséquences négatives déjà notées, faisant état du monitoring de la situation environnementale autour des sites de construction et évaluant les futurs risques écologiques pour des projets en cours de réalisation (ZHONG H., WANG J., 2010). Ces études font aussi état, sans que ce soit contestable, de l’effet régulateur potentiel des ouvrages de ce genre sur le débit du fleuve, lorsque gérés de manière efficace. Cependant, à notre connaissance, il n’existe aucune étude chinoise sur l’influence de la cascade de barrages tout entière sur l’environnement des zones concernées ou sur le fleuve en général. La plupart des publications concernent uniquement la section chinoise du Mékong, ou bien analysent l’impact écologique d’un barrage en particulier, très peu d’études mettent leurs recherches en perspective en incluant les données recueillies en aval du fleuve par les autres pays.

Développement d’une expertise exportable

52Quant aux préoccupations des autres pays riverains concernant l’impact des barrages chinois sur le fleuve et le droit de la Chine à construire ses barrages sans avoir consulté ses voisins, elles sont jugées peu légitimes par le gouvernement de la RPC. Pékin ne conteste pas le fait que la construction des barrages chinois a joué un certain rôle dans les changements écologiques observés en aval du fleuve depuis quelques dernières années. Cependant, selon les autorités et les experts chinois les barrages n’en sont pas la seule cause et l’ampleur des conséquences négatives du développement hydroélectrique chinois pour l’environnement du Mékong est surestimée (FENG Y., HE D., GAN S., 2005).

  • 29 Ibid op.cit., p. 91; HUANG Y., 2010, « Zhongguo guoji heliu zhengduan jiejuede kunjing chutan [中国国际 (...)

53Les chercheurs et les experts chinois défendent d’ailleurs activement dans les journaux académiques le droit de la Chine d'utiliser les ressources du Mékong situées sur son territoire national. Cette position s’appuie sur plusieurs arguments facteurs économiques et sociopolitiques d’ordre général : parmi les six pays riverains du Mékong, c’est la Chine qui a la plus vaste superficie et la plus forte population, ainsi que la vitesse de développement économique continue la plus rapide (LONG Q., LIN C., 2006). Étant le pays le plus développé de la région, la RPC a les opportunités financières mais surtout le savoir-faire technique d'entreprendre l'aménagement hydroélectrique du Mékong à grande échelle. Il est donc logique que la Chine soit le premier pays à le faire. Quant aux autres pays riverains, cela leur sera par la suite bénéfique puisqu’ils pourront ensuite bénéficier de son expérience et de ses techniques déjà éprouvées dans des conditions et des terrains similaires29.

  • 30 Entretien avec un employé du service des communications de China Guodian Corporation [中国国电集团公司 –Zho (...)

54Cet argument a été adopté par les entreprises chinoises impliquées dans les différents projets hydroélectriques sur le Mékong et sur d’autres fleuves internationaux. On le retrouve souvent dans le discours public de ces entreprises (dans les interviews de leurs employés et dirigeants, dans leurs brochures et sur leurs sites officiels). Les pays en aval, comme le résume cet employé de China Guodian Corporation, « ont des ressources [en eau], nous avons l’argent, la technologie et le management. […] Au lieu de se quereller inutilement sur qui a le droit de développer le potentiel hydroélectrique du Mékong, il faut agir ensemble et établir une coopération efficace [entre les pays riverains], ainsi tout le monde sera gagnant. La construction de barrages est une solution durable et abordable à des problèmes de pénurie d’énergie dans les régions concernées. Cela donnerait aux sociétés locales une chance de se développer plus rapidement et d’augmenter considérablement leur niveau de vie »30.

55Ce type de discours semble relever d’une rhétorique officielle plus large : il fait partie des arguments avancés par le gouvernement chinois pour promouvoir sa stratégie du going out [走出去战略zouchuqu zhanluë], lancée en 1999, qui encourageait les entreprises chinoises à investir à l’étranger. En effet, depuis le lancement de cette politique, certaines compagnies ont commencé à participer de plus en plus activement aux projets de construction de barrages à l’étranger, exportant ainsi le savoir-faire et les méthodes de travail et de gestion chinois (MCDONALD K., BOSSHARD P., BREWER N., 2009). Leur premier terrain d'action fut l'Afrique, où la Chine a décroché de nombreux contrats gouvernementaux grâce entre autres au moindre coût de ses installations par rapport à celles des compagnies européennes ou américaines. Tel est le cas, par exemple, du barrage Tekeze sur le Nil, en Éthiopie, ou du celui de Dickge Hong au Botswana, construits tous les deux par Sinohydro Corporation. Entreprise d’État, Sinohydro est la plus grande entreprise hydroélectrique de Chine. Elle contrôle 70 % du secteur hydroélectrique national et a réalisé plus de 260 projets dans 55 pays étrangers (GUO A., 2011).

  • 31 Zhongguo dianli nianjian, op.cit., p. 29 sq

56Riches de leurs expériences africaines, les compagnies chinoises souhaitent désormais élargir leur champ d'action et pénétrer les autres marchés prometteurs, dont ceux de l'Asie du Sud-Est. Ainsi, au Cambodge, les grandes compagnies chinoises, dont Sinohydro Corporation, construisent aujourd’hui trois barrages – ceux de Stung Atay, ayant une capacité installée de 120 MW, Sambor (108 MW), et de Kamchay (9 500 MW)31. Cette stratégie de going out des compagnies hydroélectriques chinoises en Asie du Sud-Est est soutenue par les banques de la RPC, notamment la China Export-Import Bank et la China Development Bank, qui financent de nombreux projets dans le cadre de programmes d’aide de la Chine aux pays en développement et des accords de coopération multiniveaux entre la RPC et les pays du bassin du Mékong.

57La RPC possède sa propre vision sur les rythmes et les façons de gérer le Lancan jiang et ses ressources naturelles et hydroélectriques. D'une part, la gestion efficace du fleuve est au cœur de la stratégie du développement régional de la Chine, qui considère avoir le droit légitime d'utiliser les ressources nationales du Lancan jiang et ne voit pas la nécessité de consulter à ce sujet les pays en aval. D'autre part, cette question fait aussi partie de l'agenda international de Pékin qui, en soulignant la complémentarité des économies des pays riverains, leur propose toutes sortes de projets conjoints afin de construire les bases de "coopération gagnant-gagnant" entre les pays concernés, de mettre en valeur le potentiel hydroélectrique du Mékong et de développer la navigation le long du fleuve.

La stratégie utilisée par la Chine pour gérer le conflit autour du Mékong

Les efforts de Pékin pour restaurer une image écornée

58L’aménagement hydroélectrique du Mékong entrepris par la Chine a provoqué, nous l’avons vu, toutes sortes de réactions négatives de la part des gouvernements des autres pays riverains, des activistes environnementaux et des chercheurs internationaux et régionaux. Ces dernières années, avec l’accroissement des rythmes de mise en valeur des ressources du fleuve par tous les pays riverains, le mécontentement des voisins s’est transformé en conflit d’intérêts géostratégiques et économiques. La question de la gestion efficace du Mékong et de l’utilisation équitable de ses ressources est devenue une source de tension régionale qui risque de se transformer en dossier international et d’attirer une plus forte implication de grands acteurs externes, tels que les États-Unis, l’Union Européenne ou le Japon.

  • 32 La « théorie de la menace chinoise » est basée sur les concepts du réalisme offensif de la théorie (...)

59Les barrages chinois sont souvent cités dans les médias comme une des causes principales de la baisse du niveau du Mékong et de la sècheresse qui frappe les régions en aval, de la réduction considérable de la ressource halieutique et de la pollution accrue des eaux, de la destruction de l’équilibre écologique du fleuve etc (BOTTOLLIER-DEPOIS A., 2013). Ces barrages sont parfois même présentés comme une menace pour le bien-être voire la survie des populations riveraines, comme une illustration des intentions néocolonialistes de la Chine et comme une preuve de la théorie de la Menace Chinoise (Chinese threat32). Cette situation porte donc atteinte à l'image de la Chine à l’étranger en général et en Asie du Sud-Est en particulier (LI J., 2013). Pékin, plus soucieux qu’avant de la perception de ses politiques à l’extérieur du pays, a décidé d’appliquer des efforts considérables pour limiter les répercussions négatives des tensions concernant l’exploitation du Mékong sur l’opinion internationale vis-à-vis du pays et de son gouvernement.

60Par opposition avec certaines questions internationales épineuses, comme les archipels contestés de la Mer de Chine Méridionale ou de la Mer de Chine Orientale, les déclarations officielles de Pékin sur la question de la gestion du Mékong restent souvent très prudentes et formulées en termes généraux et neutres. Le gouvernement chinois ne commente que rarement les origines du conflit (la construction des barrages sur la section chinoise du Mékong ou leur impact sur les régions en aval) mais évoque plutôt des solutions possibles à cette dispute. Pour la RPC, la résolution du conflit passe par le développement de la coopération économique et technologique ainsi que par l’approfondissement de la coordination logistique et politique entre les pays riverains afin de mieux gérer ensemble cette ressource commune qu’est le Mékong (LI Z., 2011). Pékin souhaite donc promouvoir ainsi l’idée que la mise en valeur du Mékong – de son potentiel énergétique et commercial, est inévitable et que tous les pays riverains devraient joindre leurs efforts pour maximiser les bénéfices de ce développement et minimiser ses dégâts.

Des accords bilatéraux

61Cependant, en discutant des problèmes concernant le Mékong avec ses voisins, la Chine semble le faire selon une méthode qui lui est chère, à savoir de manière bilatérale, en négociant séparément avec chaque pays concerné. Les accords bilatéraux de coopération économique qui en résultent divisent la fragile communauté des pays en aval du Mékong. Le cas du Laos, où l’énergie demeure la clé du développement économique du pays, illustre assez bien l’efficacité de cette politique. Ainsi, Vientiane qui a reçu un financement chinois pour la réalisation des grands projets hydroélectriques sur son territoire, est désormais beaucoup moins encline à appliquer les règlements de la MRC quant à l’exploitation des ressources du fleuve ou à adopter son moratoire de dix ans sur la construction de barrages sur le Mékong.

62Toutefois, les interconnexions économiques et énergétiques entre les pays riverains forment un réseau compliqué, qui est loin de fonctionner seulement par rapport à la Chine. Les ressources hydroélectriques du Laos, par exemple, n’attirent pas seulement les investissements chinois mais aussi ceux de la Thaïlande et du Vietnam qui comptent tous les deux acheter l’électricité produite par les futurs barrages laotiens sur le Mékong (MEHTONEN K., 2008).

Le Grand Mékong

63La promotion de la coopération économique régionale en vue d’une meilleure utilisation des ressources du Mékong est également centrale pour une autre initiative dont Pékin s’est fait le promoteur : l’élaboration et la mise en place du programme de coopération économique de la Sous-région du Grand Mékong (Greater Mekong Subregion ou GMS). Ce projet, qui réunit la RPC (via la province du Yunnan et la région autonome de Guangxi-Zhuang), le Laos, la Thaïlande, la Birmanie, le Cambodge et le Vietnam, a été lancé en 1992 sous l’égide de la Banque Asiatique de Développement (Asian Development Bank). Avec le temps, ce projet d’intention de coopération assez formel a évolué, sous la gouvernance chinoise, en véritable programme de développement régional de grande envergure. Son objectif principal est de renforcer les liens commerciaux, industriels, financiers, énergétiques et technologiques entre les pays participants afin d’augmenter la complémentarité de leurs économies respectives (LONG K., 2010).

  • 33 Ibid, p. 39

64Au sein de la GMS, la Chine reste pour l’instant le moteur du développement commun, assurant le soutien financier et fournissant la technologie, le savoir-faire et les matériaux. À la différence de la MRC, cette organisation « alternative » propose aux pays riverains des opportunités de développement et la perspective d’une croissance économique rapide : amélioration des infrastructures (construction de routes, de chemins de fer, de ports fluviaux), mise en place d’une industrie moderne et compétitive, ouverture de zones commerciales et économiques spéciales à la frontière avec la Chine etc. (LI E., 2006). Cependant, la réalisation de ce programme et ses projets ambitieux demandera, précise Pékin, beaucoup d’énergie d’où la nécessité de mettre en valeur les ressources hydroélectriques disponibles et abondantes dans la région (dont celles du Mékong)33. En suivant cette logique, la construction de la cascade de barrages sur le Lancan jiang apparaît donc comme une condition indispensable au développement économique régional dans le cadre du GMS, ce qui fait d’elle un premier grand projet parmi tant d’autres, appelés à être réalisés dans l’intérêt de tous.

Conclusion

65La question des barrages sur la portion chinoise du Mékong, de la « cascade de barrages » existants et projetés, soulève bien des controverses. Si à l’échelle de la province chinoise du Yunnan, ses conséquences sont estimées comme étant majoritairement positives en dépit des terres inondées et des déplacements de population, il n’en est pas de même pour les pays situés en aval. Ces derniers sont conscients du potentiel que représente le Mékong en matière de développement énergétique mais leurs craintes sont vives quant à l’état dans lequel les ressources du Mékong leur parviendront après la traversée du territoire chinois. Le problème est donc très complexe puisqu’il a des dimensions économiques, politiques, diplomatiques et environnementales.

66L’achèvement de cette cascade, qui correspond à des priorités économiques et politiques relevant de l’échelon national du gouvernement chinois et de l’intention maintes fois affirmée par Pékin d’être maître chez lui, ne fait guère de doutes. Toutefois, le tollé de protestations que soulève le projet a obligé la RPC à défendre son point de vue et à renforcer ses efforts de coopération, souvent bilatérales, avec les pays voisins avec qui elle partage le Mékong. Utilisant des arguments de développement économique auxquels ces derniers sont fort sensibles, et via des initiatives concrètes comme la GMS, la Chine semble contrôler la situation sur le plan diplomatique, à l’échelle régionale à tout le moins.

67Mais les variations observées du débit du Mékong ces dernières années, et la diminution des ressources halieutiques ont été confirmées par la communauté scientifique, même si peu de place est donnée à l’effet des autres barrages sur les tributaires situés en aval du Lancang Jiang, dont la Chine ne peut être tenue pour responsable et qui ont un impact non négligeable sur le débit du Mékong. Si la situation s’aggrave encore, cela pourrait malgré tout remettre en cause la position chinoise dans un avenir relativement proche. Si la ressource continue à se raréfier, les tensions seront exacerbées et le conflit autour du Mékong est susceptible de s’envenimer, indépendamment des stratégies appliquées par le gouvernement chinois pour justifier ses démarches.

Haut de page

Bibliographie

ASIAN DEVELOPMENT BANK, 2012, « Climate Risk and Adaptation in the Electric Power Sector.», ADB Report, Manilla. July 2012. 82 p.

ASIAN DEVELOPMENT BANK, 2012, « Greater Mekong Subregion Atlas of the Environment», ADB Publications, 2e edition. Manille. 215 p.

BAIDU, Lancangjiang ganliu shuidian jidi [澜沧江干流水电基地] – Les sources hydrauliques du courant principal du Mékong, 31 décembre 2012, [En ligne] http://baike.baidu.com/view/4718539.htm (date de consultation: 5 juin 2013).

BANYAN BLOG, « Asia: One dam thing after another», The Economist, le 12 novembre 2011, [En ligne] http://www.economist.com/node/21538158 (date de consultation : 12 août 2013.

BANYAN BLOG, « The Mekong river. Lies, dams and statistics », 26 juillet 2012, The Economist, [En ligne] http://www.economist.com/blogs/banyan/2012/07/mekong-river (date de consultation : 26 août 2013).

BOTTOLLIER-DEPOIS A., 2013, « Damming the future. Fewer catch for Mekong fishermen due to mega-dams in China, Laos », InterAksyon.com, 4 août 2013, [En ligne] http://www.interaksyon.com/article/67900/damming-the-future--fewer-catch-for-mekong-fishermen-due-to-mega-dams-in-china-laos (date de consultation : 26 août 2013).

BURNET M.-C. DUBREUIL, S., MIRVAL, A. et PAJOT MORICHEAU, L., 2011, Gestion des Fleuves Dans la Stratégie d'Expansion Régionale de la Chine, Paris, L’Harmattan.

CHINA DAILY, 12e plan quinquennal: fondamental pour soutenir le développement durable, 14 octobre 2010, [En ligne] http://www.chinadaily.com.cn/fr/editorial/2010-10/14/content_11409951.htm (date de consultation : 27 mai 2013).

CORNOT-GANDOLPHE, S., 2012, « Transition énergétique à la chinoise: le nouveau plan quinquennal énergétique », Actuelles de l’Ifri, Paris, IFRI, 11 p., [En ligne] www.ifri.org/downloads/actuellessylviecornotmb84.pdf (date de consultation : 30 mai 2013).

CUI, B. and ZHAI, H., 2008, « Shuidian daba raodong yu qixi de zhilian bianhua – yi Manwan dianzhan weili [水电大坝扰动与栖息质量变化- 为漫湾电站为例] », Huanjing kexue xuebao [环境科学学报] – Acta Scientiae Circumstantiae, vol.28, n° 2, p. 227-234.

DORE, J., YU, X. and LI K.Y., 2007, « China’s Energy Reforms and Hydropower Expansion in Yunnan », in Lebel, J. Dore, R. Daniel, Y. S. Koma (eds), Democratizing Water Governance in the Mekong Region, Chiang Mai, Mekong Press, p. 55-92.

FENG, Y., HE, D., and GAN, S., 2005, « Lancangjiang shui ziyuan xitong bianhua yu DaMeigonghe ciquyu hezuode guanlian fenxi [澜沧江水资源系统变化与大湄公河次区域合作的关联分析] – Analysis on the Changes of Water Resource System of the Lancang River and its Impacts to Great Mekong Sub-regional Cooperation », Shijie dili yanjiu [世界地理研究] – World Regional Studies, vol. 14, n°4, p. 49-56.

HAMLIN, T., 2008, « Commercial Transportation On The Mekong River », Stimson Center, 2 mai 2008, [En ligne] http://www.stimson.org/images/uploads/research-pdfs/Mekong_River_Transportation.pdf (date de consultation : 11 juin 2013).

HE, N., 2013, « Economy Improving in China’s West Region », China Daily, 22 juillet 2013, page 3.

HECHT, J.; MCCARTNEY, M.; LACOMBE, G. et VOGEL, R., 2013, « Flow alterations caused by hydropower projects in two Mekong tributary basins: the livelihood implications » Proceedings of the 3rd Mekong Environmental Symposium, Ho Chi Minh City, 5-7 mars 2013.

HU, A., LIANG, J., 2011, « China’s green era begins », China dialogue, 8 mars 2011, [En ligne] http://www.chinadialogue.net/article/show/single/en/4149-China-s-green-era-begins- (date de consultation : 30 mai 2013).

HUANG, Y., 2010, « Zhongguo guoji heliu zhengduan jiejuede kunjing chutan [中国国际河流争端解决的困境初探] – Preliminary Studies on Trouble in Dispute Settlement of International Rivers in China », Dalian haishi daxue xuebao [连海事大学学报] – Journal of Dalian Maritime University (Social Sciences Edition), n°4, p. 55-59.

HUANG, H., and YAN, Z., 2009, « Present situation and future prospect of hydropower in China », Renewable and Sustainable Energy Reviews, n° 13, p. 1652–1656.

GOH, E., 2007, Developing the Mekong: Regionalism and Regional Security in China–Southeast Asian Relations, New York, Routledge.

GREACEN, C., and PALETTU, A., 2007, «Electricity sector planning and hydropower in the Mekong Region », in L. Lebel, J. Dore, R. Daniel, Y. S. Koma (eds), Democratizing Water Governance in the Mekong Region, Chiang Mai, Mekong Press, p. 93-126.

GUANGDONG NIANJIAN [广东年鉴] – Guangdong Yearbook, 2012, Guangzhou, Publishing House of Guangdong Yearbook.

GUO, A., 2011, « Sinohydro to raise $2.7b in share sale », China daily-USA, 20 septembre 2011, [En ligne] http://usa.chinadaily.com.cn/business/2011-09/20/content_ 13739219.htm (date de consultation : 26 août 2013).

HOANH, C.T., JIRAYOOT, K., LACOMBE, G., and SRINETR, V., 2010. « Impact of climate change and development on Mekong flow regimes.  » First assessment – 2009. Mekong River Commission Technical Paper n°29. Vientiane, Laos.

INTERNATIONAL ENERGY AGENCY (IEA a), 2012, « Key World Energy Statistics », OECD/IEA, 80 p., [En ligne] http://www.iea.org/publications/freepublications/ publication/kwes.pdf (date de consultation : 29 mai 2013).

INTERNATIONAL ENERGY AGENCY (IEA b), 2012, « Oil & Gaz Security. People’s Republic of China », OECD/IEA, 17 p., [En ligne] http://www.iea.org/publications /freepublications/publication/China_2012.pdf (date de consultation : 29 mai 2013).

JIE, Z., and ZHANG, Y., 2010, « Zongguo ‘Shier wu’ dianli jieneng jianpai zhanwang [中国"十二五"电力节能减排展望] - Outlook of Energy Conservation and Emission Reduction China's Power Industry in the ‘Twelfth Five-Year’», Zhongguo nengyuan [中国能源] - Energy of China, vol. 32, n°12, p. 5-9.

JOHNSTON, R., LACOMBE, G., HOANH, C.T., NOBLE, A., PAVELIC, P., SMAKHTIN, V., SUHARDIMAN, D., PHENG K.S., and SZE C.P., 2010. « Climate change, water and agriculture in the Greater Mekong Subregion. » Colombo, Sri Lanka: International Water Management Institute. 52 p. (IWMI Research Report 136). DOI: 10.5337/2010.212.

KAHRL, F., ROLAND-HOLST, D., and ZILBERMAN, D., 2013, « Past as Prologue ? Understanding energy use in post-2002 China », Energy Economics, vol. 36, p. 759-771.

KINGSTON, D.G., THOMPSON, J.R., and KITE, G., 2011. « Uncertainty in climate change projections of discharge for the Mekong River Basin.  » Hydrology and Earth System Sciences 15 : p. 1459-1471.

KUMMU, M., and VARIS, O., 2007, « Sediment-related impacts due to upstream reservoir trapping, the Lower Mekong River », Geomorphology, n° 85, p. 275–293.

French.China.org « Les principaux objectifs du 12e plan quinquennal chinois », 5 mars 2011, [En ligne] http://french.china.org.cn/lianghui2011/2011-03/05/content_22062973.htm (date de consultation : 27 mai 2013).

LI, E., 2006, « Da Lancanghe ciquyu jingji he zuo zhengzhi xinren du yanjiu [大湄公河次区域经济合作政治信任度研究] - Political Trust in Greater Mekong Sub-region Economic Cooperation », Dongnanya yanjiu [东南亚研究] – Southeast Asian Studies, n°5, p. 38–42.

LI, H., 2009, « Zhongguo yu laoguo shouge gao dianya dengji hezuo yemu kaigang [中国与老挝首个高电压等级合作项目开工] – Le début du nouveau projet de connexion à haute-voltage entre la Chine et le Laos a commencé », Renmin wang, 3 juin 2009, [En ligne] http://ccnews.people.com.cn/GB/142052/9406338.html, (date de consultation : 8 juin 2013).

LI, J., 2013, « Western-funded green groups ‘stir up trouble’ in China Beijing think tank blames environmentalists for damaging China's reputation in Mekong region », Southern China Morning Post, 23 août 2013, [En ligne] http://www.scmp.com/news/china/article/1298716/western-funded-green-groups-stir-trouble-china (date de consultation : 26 août 2013).

LI, Z., 2011, « Zhongguo yu tongbian guojia kua guojie heliu wenti zhi fenxi [中国与同边国家跨国界河流问题之分析] – An Analusis on the Issues of Trans-boundary Rivers between China and the Periphery Countries », Taipingyan xuebao [太平洋学] – Pacific Journal, vol.19, n°3, p.27-36.

LIANG, J., 2010, « China's western region development plan a dual strategy », Renmin ribao online, 9 juillet 2010, [En ligne] http://english.peopledaily.com.cn/90001/90776/90882/7058646.html (date de consultation : 5 juin 2013).

LONG, K., 2010, « DaMeigonghe cequyu hezuode jinzhan yu weilai tiaozhan [大湄公河次区域合作的进展与未来挑战] – Progress and Challenges of Cooperation in the Greater Mekong Subregion », Zhongguo keji luntan [中国科技论坛] – Forum on Science and Technology in China, n° 5, p. 157-160.

LONG, Q., and LIN, C., 2006, « Guanyu woguo canyu DaMeigonghe ciquyu dianli hezuode zhanluë sikao [关于我国参与大湄公河次区域电力合作的战略思考] – Strategic Think on China`s Participation in GMS Power Sector », Xiandai dianli [现代电力] – Modern Electric Power, n°3, p. 89-92.

MACAN-MARKAR M., 2005, « Environment-Asia: China Turns Mekong into Oil Shipping Route », Inter Press Service News Agency, 5 janvier 2005, [En ligne] http://ipsnews.net/news.asp?idnews=36074 (date de consultation : 11 juin 2013).

MAGEE, D., 2006, « Powershed Politics: Yunnan Hydropower under Great Western Development », The China Quarterly, n°185, p. 23-41.

MCDONALD, K., BOSSHARD P., and BREWER, N., 2009, « Exporting dams: China's hydropower industry goes global », Journal of Environmental Management, vol. 90, Supplement 3, p. 294-302.

MEHTONEN, K., 2008, « Do the Downstream Countries Oppose the Upstream Dams? », in M. Kummu, M. Keskinen, O. Varis (eds.), Modern Myths of the Mekong, Helsinki, Water & Development Publications, pp. 161-173.

MOXLEY, M., 2010, « China renews 'Go West' effort », Asia Times, 23 juillet 2010, [En ligne] http://www.atimes.com/atimes/China_Business /LG23Cb01.html (date de consultation : 5 juin 2013).

OSBORNE, M., 2000, « The strategic significance of the Mekong. » Contemporary Southeast Asia; Dec 2000; vol. 22, n°3, p. 429-444.

OSBORNE, M., 2007, The water politics of China and Southeast Asia: Rivers, dams, cargo boats and the environment, Sydney, The Lowy Institute for International Policy.

PEARSE-SMITH, S.-W.D., 2012. « Water war’ in the Mekong Basin? », Asia Pacific Viewpoint, Vol. 53, n°2, Août 2012, pp147–162. DOI: 10.1111/j.1467-8373.2012.01484.x

PECH, S., and SUNADA, K. 2008. « Population growth and natural-resources pressures in the Mekong River Basin». Ambio 37(3), 219-224

SAMAAN, J.-L., 2011, « Une géographie américaine de la menace chinoise », Hérodote, n° 140, p.103-122.

SUMMERS, T., 2008. « China and the Mekong Region », China Perspectives, n°3, p. 68-77.

THIBAULT, H., 2011, « Développement durable : la Chine affiche de nouvelles ambitions vertes », Le Monde, 14 mars 2011, [En ligne] http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/03/14/ environnement-la-chine-s-engage-a-poursuivre-ses-efforts-dans-son-nouveau-plan-quinquenal_1492980_3216.html (date de consultation : 30 mai 2013).

WATTS, J., 2011, « China plots course for green growth amid a boom built on dirty industry », The Guardian, 4 février 2011, [En ligne] http://www.guardian.co.uk/world/2011/feb/04/china-green-growth-boom-industry (date de consultation: 30 mai 2013)

XIA, J., and LI, T., 2005, « Nuozhadu shuidianzhan sheji hongshui diqu zucheng yanjiu [糯扎渡水电站设计洪水地区组成研究] – The research of design flood area composition of Nuozhadu Hydropower Station », Shuili fadian [水力发电] – Water Power, vol. 31, n° 5, p. 17-19

XU, K., 2011, « Grandes tendances de développement du secteur énergétique chinois », China daily, [En ligne] http://www.chinadaily.com.cn/fr/chine/2011-03/02/content_12102607_4.htm (date de consultation : 30 mai 2013).

XU, M., CEN, K., LI, J., and CHEN, Q. 2011, « Jiyu dao ‘U’ xing guilüde Zhongguo welai 10 nian nengyuan xuqiu yuce [基于倒“U”形规律的中国未来10年能源需求预测] - The Prediction of China’s Energy demand of Next Decade Based on Reverse U-Shaped Regularity », Ziyuan yu chanye [资源与产业] - Resources & Industries, vol. 13, n° 5, p. 10-15.

YANG, M., YANG, F., and CHEN, X. 2011, « Zhongguo nengyuan xiaoshuai yingxiang yinsu yanjiu [中国能源效率影响因素研究] – On Influencing Factors Affecting China’s Energy Efficiency », Ziyuan kexue [资源科学]- Resources Science, vol. 33, n° 1, p. 163-168.

YEUNG, Y., and SHEN, J., 2008, The Pan-Pearl River Delta: An Emerging Regional Economy in a Globalizing China, Hong Kong, Chinese University press.

YONG, M.L., AND GRUNDY-WARR, C., 2012 « Tangled Nets of Discourse and Turbines of Development: Lower Mekong mainstream dam debates ». Third World Quarterly, Vol 33, n° 6, p 1037.

Yunnan nianjian [云南年鉴] – Yunnan Yearbook, 2012, Kunming, Publishing House of Yunnan Yearbook.

ZHONG H., WANG J., 2010, « Lancangjiang ganliu shuidian kaifa dui jingliude yingxiang fenxi [澜沧江干流水电开发对径流的影响分析] – Impacts from hydropower development of main stream on runoff of Lancangjiang River », Shuili shuidian jishu [水利水电技术] – Water Resources and Hydropower Engineering, vol.14, n° 12, p. 72-74.

Zhongguo dianli nianjian – [中国电力年鉴], 2012, China Electric Power, Beijing, China Electric Power Press.

ZHOU, S., ZHANG, X., and LIU, J., 2009, « The trend of small hydropower development in China », Renewable Energy, vol. 34, n° 4, p. 1078–1083.

ZIV, G, BARAN, E., NAM, S., RODRIGUEZ-ITURBE, I, and LEVIN, S.A. 2012, Trading-off fish biodiversity, food security, and hydropower in the Mekong River Basin. Proceedings of the National Academy of Sciences. DOI 10.1073/pnas.1201423109.

Haut de page

Notes

1 Selon les estimations des chercheurs chinois, en 2015, la RPC aurait besoin 2, 8 milliards de tonnes d'équivalent pétrole et en 2020 – 3, 49 milliards, soit environ de 30,8 % et de 60,9 % de plus qu’en 2009, cf. XU M., CEN K., LI J., CHEN Q. 2011, « Jiyu dao ‘U’ xing guilüde Zhongguo welai 10 nian nengyuan xuqiu yuce [基于倒U”规律的中国未来10年能源需求预测] - The Prediction of China’s Energy demand of Next Decade Based on Reverse U-Shaped Regularity », Ziyuan yu chanye [资源与产业] - Resources & Industries, vol. 13, n° 5, p. 10-15.

2 Le reste du mix énergétique chinois est composé de pétrole (18 %) et de gaz naturel (4 %); l’hydroélectricité, le nucléaire, les biocarburants tandis que les énergies solaire, thermique et éolienne se partagent la part restante, INTERNATIONAL ENERGY AGENCY (IEA), 2012, « Oil & Gaz Security. People’s Republic of China », OECD/IEA, 17 p., [En ligne] http://www.iea.org/publications/freepublications/publication/China_2012et un nouveau modèle industrie.pdf (date de consultation : 29 mai 2013).

3 « 12e plan quinquennal: fondamental pour soutenir le développement durable », China Daily, 14 octobre 2010, [En ligne] http://www.chinadaily.com.cn/fr/editorial/2010-10/14/content_11409951.htm (date de consultation : 27 mai 2013).

4 « Les principaux objectifs du 12e plan quinquennal chinois », China.org, 5 mars 2011, [En ligne] http://french.china.org.cn/lianghui2011/2011-03/05/content_22062973.htm (date de consultation : 27 mai 2013).

5 Zhongguo dianli nianjian – [中国电力年鉴], 2012, China Electric Power, Beijing, China Electric Power Press.

6 Les quatre provinces du sud-ouest de la Chine (Sichuan, Yunnan, Tibet et Guizhou) concentrent environ 60 % de toutes les ressources hydrauliques du pays, cf. HUANG H., YAN Z., 2009, « Present situation and future prospect of hydropower in China », Renewable and Sustainable Energy Reviews, n° 13, p. 1652–1656.

7 Ce large ensemble géographique comprend cinq régions autonomes (Tibet, Qinghai, Xinjiang, Mongolie Intérieure, Ningxia), six provinces (Yunnan, Sichuan, Gansu, Guizhou, Guangxi, Shaanxi) et une municipalité (Chongqing). Le PIB moyen par personne n’y représente que 40% de celui des régions littorales de l'Est.

8 Depuis le lancement du programme, le PIB de l’Ouest chinois a augmenté de 600 dollars américains, atteignant 1 933 dollars américains. Toutefois, il ne représentait toujours que 17,8% du PIB national en 2008 et 41,09% du PIB de la Chine de l’est, cf. MOXLEY M., 2010, « China renews 'Go West' effort », Asia Times, 23 juillet 2010, [En ligne] http://www.atimes.com/atimes/China_Business /LG23Cb01.html (date de consultation : 5 juin 2013).

9 MOXLEY M., 2010, « China renews 'Go West' effort », op.cit.

10 « Lancangjiang ganliu shuidian jidi [澜沧江干流水电基地] – Les sources hydrauliques du cours principal du Mékong », Baidu, 31 décembre 2012, [En ligne] http://baike.baidu.com/view/4718539.htm (date de consultation: 5 juin 2013).

11 Ibid.

12 « Race to harness water resources threatens Asia». The Taipei Times du 14 août 2013, en ligne http://www.taipeitimes.com/News/editorials/archives/2013/08/14/2003569640 (date de consultation, 22 août 2013

13 BURNET M.-C. et al, 2011, Gestion des Fleuves Dans la Stratégie d'Expansion Régionale de la Chine, op.cit., p.83.

14 Zhongguo dianli nianjian, op.cit, p.

15 GUANGDONG NIANJIAN [广东年鉴] – Guangdong Yearbook, 2012, Guangzhou, Publishing House of Guangdong Yearbok.

16 YUNNAN NIANJIAN [云南年] – Yunnan Yearbook, 2012, Kunming, Publishing House of Yunnan Yearbook

17 En avril 2000, la Chine a signé un accord sur la navigation commerciale avec la Birmanie, le Laos et la Thaïlande, qui sanctionne les travaux d’aménagement du Mékong afin de réguler l’activité fluviale entre les pays participants, cf. BURNET M.-C. et alii, 2011, Gestion des Fleuves Dans la Stratégie d'Expansion Régionale de la Chine, op.cit., p.86.

18 Deadweight tons : littéralement Tonnes de port en lourd.

19 Le premier port, Chiang Saen, fut construit en 2003. Doté de deux terminaux il peut accueillir simultanément huit bateaux. Chiang Saen 2 qui se situe à 30 km en aval du premier port, possède des installations pouvant accueillir vingt bateaux in Dominique Gentil et Philippe Boumard (dir.), Le Laos, doux et amer : 25 ans de pratiques d'une ONG, Paris, Karthala, p.87.

20 Association of South-East Asian Nations . On utilise plus volontiers, même en français, l’acronyme Anglais.

21 Greater Mekong Subregion Atlas of the Environment, 2004.

22 C’est souvent sous cet acronyme anglophone de MRC qu’est identifiée cette organisation, même par les francophones.

23 « Asia: One dam thing after another» The Economist, le 12 novembre 2011 http://www.economist.com/node/21538158 (consulté le 12 août 2013)

24 Ibid.

25 On distingue la production in-stream, à même le cours du fleuve, moins dommageable, de la production off-stream, qui a des impacts perturbateurs plus importants (Hecht et al. 2013)

26 Wanfang data est la première base de données créée en Chine. Elle a été fondée par l’Institut des sciences technologiques et informatiques et à l’origine son objectif était de numériser les informations concernant des entreprises et leurs produits. Transformée par la suite en une vaste base d’informations électronique multidisciplinaire, Wanfang data propose aujourd’hui plusieurs collections (périodiques, thèses, archives etc.), accessibles sur Internet à tout chercheur et étudiant affilié à l’une des universités chinoises, sur www.wanfangdata.com.cn/ (consulté le 29 juin 2012).

27 « Lancangjiang ganliu shuidian jidi… », op.cit.

28 Entretien avec un employé des services de communication de China Southern Power Grid Co. [中国南方电网有限责任公司–Zhongguo nanfang dianwang youxian zeren gongsi], Guangzhou, 8 août 2013.

29 Ibid op.cit., p. 91; HUANG Y., 2010, « Zhongguo guoji heliu zhengduan jiejuede kunjing chutan [中国国际河流争端解决的困境初探] – Preliminary Studies on Trouble in Dispute Settlement of International Rivers in China », Dalian haishi daxue xuebao [大连海事大学学报] – Journal of Dalian Maritime University (Social Sciences Edition), n°4, p. 55-59.

30 Entretien avec un employé du service des communications de China Guodian Corporation [中国国电集团公司 –Zhongguo guodian jituan gongsi], Beijing, 24 juillet 2013.

31 Zhongguo dianli nianjian, op.cit., p. 29 sq

32 La « théorie de la menace chinoise » est basée sur les concepts du réalisme offensif de la théorie des relations internationales qui a été développée par John J. Mearsheimer, l’auteur de nombreuses études sur l’ascension de la Chine et de ses conséquences pour la planète. Une version simplifiée de cette théorie a été reprise par de nombreux journalistes et médias occidentaux pour expliquer différents évènements d’actualité internationale, cf. SAMAAN J.-L., 2011, « Une géographie américaine de la menace chinoise », Hérodote, 140, p.103-122

33 Ibid, p. 39

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1: Le charbon : principale source d’énergie en Chine, à usages multiples.
Crédits Photo Olga Alexeeva, 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3268/img-1.png
Fichier image/png, 305k
Titre Figure 1. Objectifs du 12e plan quinquennal en matière de la production d’électricité, en MW
Crédits Source : Zhongguo Dianli Nianjian, 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3268/img-2.png
Fichier image/png, 246k
Titre Figure 2 : Évolution de la production hydroélectrique en Chine, par province de 2006 à 2011
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3268/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Tableau 1. Une cascade de barrages sur la section chinoise du Mékong
Crédits Source : ZHONG &WANG, 2010, p. 72-73; KUMMU M., VARIS O., 2007, p. 279.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3268/img-4.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 3 : Cascade de projets hydro-électriques sur le Lancang Jiang
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3268/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Photo 2 : Siège du secrétariat de la MRC, à Vientiane, Laos
Crédits Photo Yann Roche, 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3268/img-6.png
Fichier image/png, 935k
Titre Tableau 2. Avantages et inconvénients de la cascade de barrages sur la section chinoise du Mékong
Crédits Source : DORE J., YU X., LI K.Y., 2007.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3268/img-7.png
Fichier image/png, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olga Alexeeva et Yann Roche, « Le point de vue chinois sur les enjeux des barrages chinois sur le Mékong », L’Espace Politique [En ligne], 24 | 2014-3, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3268 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3268

Haut de page

Auteurs

Olga Alexeeva

Professeure
Département d’histoire - Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada
alexeeva.olga@uqam.ca

Yann Roche

Professeur
Département de géographie - Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada
roche.yann@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org