Navigation – Plan du site

Les migrations d’aventures face à la fermeture des frontières

Compte-rendu par Stéphanie Lima de l’ouvrage de Sylvie Bredeloup, 2014, Migrations d’aventures. Terrains africains, Editions du CTHS, Paris, 141 pages
Stéphanie Lima

Texte intégral

Couverture de l’ouvrage

Couverture de l’ouvrage

"On nous dit, et voilà vérité, que c'est partout déréglé, déboussolé, décati, tout en folie, le sang le vent. Nous le voyons et le vivons.
Mais c'est le monde entier qui vous parle, par tant de voix bâillonnées.
Où que vous tourniez, c'est désolation. Mais vous tournez pourtant."
Edouard Glissant, Traité du Tout-Monde (1997)

  • 1 Cahier d’Etudes africaines, n°213-214, Les mots de la migration, 2014.

1Parmi les mots de la migration, « l’aventure » est un terme courant que les migrants emploient assez spontanément pour évoquer leur parcours (CEA, 20141). Alors que les recherches contemporaines sur les migrations internationales s’écartent de plus en plus d’une approche catégorielle en fonction des contraintes liées au départ (économiques, politiques, environnementales), les approches transversales sur les parcours migratoires à l’aune de « l’aventure » font figures d’exception. L’aventure peut-elle être une grille de lecture des migrations africaines, passées et présentes ? C’est à cette question qu’est consacré l’ouvrage de Sylvie Bredeloup, socio-anthropologue, spécialiste des circulations migratoires africaines, jouant de l’ouverture disciplinaire avec aisance et pertinence tout au long de son propos. Posée comme objet de recherche, la migration d’aventure offre de nouvelles perspectives heuristiques, que l’auteure s’attache à relever au fil de neuf chapitres, comme autant d'éclairages sur une notion en devenir.

2Aller au-delà de l'acception commune et donner un autre sens à la migration en général et aux migrations africaines en particulier, croiser les catégories etic des chercheurs à celles emic des migrants, donner à voir des pratiques et des représentations associées à ces parcours migratoires d'un autre genre, telles sont les ambitions de ce travail, résumées dans ce questionnement: "Comment démêler l'envie de la nécessité de partir? Quels mécanismes complexes poussent les hommes et les femmes à se mettre en chemin quand leurs déplacements ne s'inscrivent pas totalement dans une histoire familiale ou villageoise ni ne s'opèrent exclusivement dans le cadre de réseaux migratoires? Quels discours reconstruisent a priori ces migrants pour justifier leur décision et quelles interprétations en donnent les chercheurs?" (p. 8). Dès lors, l'aventure devient ce prisme inattendu et pourtant nécessaire à la compréhension de ces vies en migration.

3Alors « aventuriers », ces migrants d’Afrique subsaharienne ? Oui, soutient Sylvie Bredeloup, qui a pu saisir tout au long de ses enquêtes dans plusieurs pays cette « envie irrésistible d’aller voir ailleurs et d’exister pour soi ». Alors « héros modernes », ces migrants aventuriers ? Non, défend l’auteure, car tous affirment « chercher la route et chercher la vie », contrairement aux héros qui se réalisent dans la mort. « S'ils sont prêts à forcer le destin et à encourir des risques mortels pour atteindre leur but, ils ont aussi bien l'intention de rentrer chez eux vivants, après ce détour qui leur semble dorénavant inévitable. Et c'est aussi ce détour qui leur permet de sortir de la condition de "mort-vivant" dans laquelle ils se trouvent avant leur départ » (p. 27).

4L'expression « faire l’aventure » est à l’origine même de ce travail, présenté dans un texte de 141 pages, dans un style clair et des plus agréables. Après une introduction consacrée aux enjeux heuristiques de la notion d’aventure, dans laquelle l’auteure insiste sur l’idée que l’aventure a été travaillée et socialement construite, selon une histoire et des représentations plurielles, les trois premiers chapitres posent le cadre analytique essentiel à la démonstration.

5Dans le chapitre 1 « L’aventure migratoire, une construction sociale », sont posées les définitions et les valeurs de l’aventure. Grâce à la mobilisation de références bibliographiques issues de plusieurs champs disciplinaires, l’auteure propose un tour d’horizon spatio-temporel, de la mythologie antique à la philosophie sartrienne, transcendant les époques et convergeant vers une idée-clé posant l’aventure comme « la passion de l’instant ». Pour avancer dans les définitions et les représentations de l’aventure, il s’agit aussi de mobiliser le vocabulaire géographique : aventure, voyage et migration sont-ils synonymes ? Oui et non car « aujourd’hui en Occident, les interrelations entre voyage, aventure et découverte n’ont plus la même valeur ni la même vigueur » (p.29). Les figures de l’aventurier se brouillent, avec celle du touriste ou du vagabond, comme l’analysent Zygmunt Bauman, Franck Michel ou encore, dans un autre registre, Abdourahman A. Waberi, dans ses écrits : « Les vrais rejetons du ciel et de la terre, eux, déambulent migrant et errant sur la ligne flottante de la vie. La faim et la soif, ils ne les fréquentent pas en touriste. Elles ont laissé des creux sur leurs corps, allégeant irrémédiablement le poids de leur squelette. La volonté de survivre : leur seule certitude » (Waberi, 2001, p.38). Alors que la « touristification » de la société se développe, le sens du voyage se transforme ainsi que les manières de partir à la rencontre du monde et des autres, comme le souligne Marc Augé : « L'impossible voyage, c'est celui que nous ne ferons jamais plus, celui qui aurait pu nous faire découvrir des paysages nouveaux et d'autres hommes, qui aurait pu nous ouvrir l'espace des rencontres " (Augé, 1997, p. 13). Et alors que les flux du tourisme international ne cessent de progresser (plus d’un milliard en 2014, selon l’OMT), que représentent les migrants africains, « voyageurs indésirables », dans ce monde fini et de plus en plus cloisonné ?

6Dans les chapitres suivants, « Tous les aventuriers ne sont pas des migrants » (chapitre 2) et « Tous les migrants ne sont pas des aventuriers » (chapitre 3), Sylvie Bredeloup interroge la dimension spatiale de l’aventure. En convoquant différentes figures de la migration et de l’aventure, depuis l’expatrié, en passant par le clandestin, le colon, l’aventurier-soldat, le pirate, le cow-boy, et jusqu’au chercheur d’or, elle s'attache aux interactions entre mobilité spatiale et mobilité existentielle. Il est aussi question de penser la mobilité spatiale en tant que telle, dans la mesure où cette dernière a longtemps été occultée à la fois par les pouvoirs publics mais aussi par les historiens et les géographes de la migration, dans une Europe où la stabilité et la sédentarité ont été survalorisées au détriment de la mobilité et de la plasticité des identités et des trajectoires individuelles ou collectives. Ainsi, les relectures récentes de la notion de migration ont permis de sortir du mythe de la paysannerie immobile dans l’Europe de l’Ancien Régime, mais aussi de reconsidérer les migrations transatlantiques, ainsi que les mobilités sur le continent africain, dont la lecture est encore binaire parfois, les migrants économiques étant opposés aux réfugiés politiques, les migrants internes aux migrants internationaux, les migrants ruraux aux migrants urbains.

7C’est bien ce continuum des mobilités et des migrations que Sylvie Bredeloup se plaît à restituer, au-delà de ces « nouvelles » mobilités qui ne le sont pas vraiment. Et si notre planète est désormais « nomade », selon le paradigme de la mobilité, et si la « culture mobile » annonce la « fin des territoires », et autant de discours sur cette « modernité liquide » dans laquelle la permanence des liens entre les individus serait devenue impossible, il reste que la place de l’espace dans nos sociétés est fortement interrogée, car quand l’ici et l’ailleurs se confondent, l’être au monde par le mouvement est fortement remis en cause et « l’expérience de l’aventure semble quant à elle alors se confondre avec celle d’une fuite en avant sans fin, d’un dégoût de soi, d’une absence au monde » (p. 40). Cette nostalgie de l’aventure se retrouve dans la dimension existentielle des départs en migration développée dans le chapitre 4 « Africains, migrants et aventurier ». Car si les conditions économiques ne sont pas à la base des départs, comme l’explique bien l’auteure, quelles sont les caractéristiques de l’économie morale de l’émigration ? Le départ individuel relevant de cette obligation morale est aussi au cœur de ce discours sur l’aventure dont sont porteurs les migrants, ce que soulignent les propos de Constance de Gourcy : « Les migrants s’obligent à quitter leur lieu de résidence sans qu’ils y soient contraints car ils disposent, sur place, dans la majorité des cas, de toutes les ressources et conditions qui leur donnaient la possibilité de rester » (2005, p. 25). S’échapper d’un quotidien maussade et routinier et s’accomplir individuellement sont bien des ressorts qui déplacent le projet migratoire depuis le registre de la contrainte et de la rupture à celui du « mode de vie » (telle qu’en parle aussi Jean Viard dans son dernier ouvrage : Nouveau portrait de la France, La société des modes de vie). Mais dans ce monde rompu à la mobilité généralisé, l’aventure migratoire peut osciller entre, d’une part, une parenthèse bien définie au milieu d’un monde routinier et, d’autre part, un désir de fuite sans terme, une oppression existentielle (Barrère et Martucelli, 2005). Cette difficulté à inscrire la migration d’aventure dans un propos théorique généralisant (est-elle une fin en soi, une étape, ou bien encore une fuite en avant ?) s’explique par le constat d’un « vaste télescopage des formes migratoires » (p. 51) dans lequel les typologies ne cessent de se complexifier et de s’étendre, avec notamment la reconfiguration de la catégorie des réfugiés politiques ou environnementaux. Sans compter que la cartographie de l’aventure migratoire en Afrique est de plus en plus brouillée par celle des réseaux mafieux et criminels, impliqués dans les trafics de femmes et d’enfants sur le continent. Dans ces conditions, l’auteure reste vigilante quant à la perspective de voir dans la catégorie « aventurier » le nouveau mètre-étalon à partir duquel évaluer désormais l’ensemble des trajectoires migratoires (p.53). Et d’ajouter que si la notion d’aventure prenait le risque de devenir un « mot-global », elle pourrait y perdre sa capacité descriptive et son efficacité heuristique. Dans ce maelstrom conceptuel, l’enjeu est donc bien, d’après l’auteure, de préserver la notion d’aventure migratoire d’une perte de sens, d’une incapacité à interroger le corps social.

8Cette quête de sens attachée à la notion d’aventure migratoire se poursuit dans les chapitres suivants consacrés aux différentes dimensions de l’aventure migratoire, individuelle, collective, temporelle et territoriale. A l’aune de l’aventure migratoire, où en est « l’Afrique des individus » ? Entre attachement familial, reconstitution de familles métaphoriques et création de communautés de circonstances, le migrant solitaire, le migrant volontaire, suit un parcours où l’individualisation est parfois choisie, parfois contrainte, tantôt recherchée, tantôt subie (chapitre 5) Si les solidarités familiales et lignagères sont en déclin aujourd’hui, la triple obligation « donner, recevoir, rendre », révélée par Marcel Mauss, reste toujours d’actualité, à la fois dans la structuration des relations interpersonnelles à l’intérieur de la sphère familiale, et au-delà dans l’espace communautaire, réel ou construit au fil des parcours. Dans ce chapitre, l’auteure met finalement en lien la dynamique de création de « communautés de circonstances » des migrants avec leur capacité à rencontrer et communiquer avec l’autre, et y voit le signe d’un « cosmopolitisme » avéré. Individus libres et solidaires, ces Africains font de l’aventure migratoire un processus complexe, hybride et évolutif.

9Cette complexité se retrouve dans l’appréhension de la dimension temporelle de l’aventure (chapitre 6). L’aventure est-elle devenue une épreuve inscrite désormais dans le temps, et non plus dans l’espace, étant donné la disparition des territoires inconnus et inaccessibles à la surface du monde, le raccourcissement des distances et l’accélération des déplacements ? Les temporalités de l’aventure s’interrogent, selon l’auteure, à la fois à l’aune des sociétés, de leur historicité, et à l’aune des générations, de leur succession. L’aventurier, être libéré de son passé et sans avenir fixé, met au défit nos sociétés, dont les repères spatio-temporels ont volé en éclats. Quel que soit leur âge, leur origine, leur sexe, les migrants africains sur le chemin de l’aventure affrontent le temps, au mieux comme une phase initiatique, au pire comme une épreuve à la frontière de la mort. Le temps de l’attente et celui du transit suspendent l’aventure dans un temps contraint et déterminé par les lois des pays traversés. « En transit, les migrants font l’expérience d’une temporalité qui les exclut de l’avenir et les dépossède autant de leur passé que de leur présent » (p. 75). Migrants en transit, passagers du temps immobiles sur les routes, aventuriers en déroute dont l’immobilité contrainte rejoint celle des candidats malheureux au départ, assignés à résidence, face au durcissement des politiques migratoires. Le temps unit désormais, malgré leur dispersion, les migrants déjà lancés dans l’aventure et ceux condamnés à la rêver sur place. Reste la question du retour et de la fin de l’aventure, que l’auteure pose, entre retour volontaire et retour forcé, entre fin de l’épreuve et fin tout court, quand la mort signe la fin du parcours.

10Les territoires de l’aventure migratoire se déclinent, quant à eux, entre territoires imaginaires, territoires urbains et territoires mémoriels (chapitre 7). La migration convoque les imaginaires bien avant le départ effectif, et ce d’autant plus quand celui-ci n’a pas lieu ou lorsque l’immobilité est au rendez-vous, notamment aux portes de l’Europe. En écho aux travaux d’Arjun Appaduraï sur l’évolution des imaginaires sociaux dans la globalisation, l’auteure pointe la construction d’espaces rêvés, aux proximités réinventés. Ainsi l’Europe recomposée par les imaginaires des migrants intègre le Canada, l’Australie, le Japon et les Etats-Unis : « le rêve européen englobe l’Occident » (p. 85). En cela, le territoire de l’aventure migratoire est bien le territoire de l’Autre, où la rencontre avec l’altérité est en soi une aventure, au-delà de la traversée de contrées et paysages inconnus. En cela, nous dit Sylvie Bredeloup, « on peut faire l’hypothèse que les migrants africains parviennent mieux que certains sédentaires du monde entier à franchir et transcender les différentes frontières culturelles, linguistiques, cultuelles rencontrées sur leur route. Une nécessité plutôt que le hasard. Ils seraient mieux armés que d'autres pour traiter de cet exotisme et auraient acquis, de par leur expérience de la mobilité mais aussi grâce à la maîtrise des nouvelles technologies de l'information et de la communication des dispositions au cosmopolitisme (U. Beck, 2006) » (p.88). Là encore, l’exemple des diamantaires ouest-africains est mobilisé, « hommes valise » qui, grâce à leur savoir cosmopolite ont pu construire les territoires de leur aventure diamantaire (p.90).

11Les territoires de l’aventure sont pluriels, territoires construits, d’une part, territoires traversés et territoires du quotidien, d’autre part, dans lesquels les aventuriers africains laissent des traces. Dans les quartiers des villes qu’ils parcourent ou qu’ils habitent, des villes du Sahara, à Marseille à Dubaï, ou encore à Guangzhou, les migrants en transit ou en voie de sédentarisation, participent à la transformation et à la réinvention permanente des lieux. De nouvelles formes d’urbanité émergent grâce à eux. L’aventure migratoire est donc loin d’être une expérience a-spatiale. Dans les territoires du quotidien, de la proximité vécue, les espaces urbains sont investis, pétris par les représentations des migrants, acteurs de la construction d’une mémoire collective en migration. « L'opération qui consiste à nommer à l'identique des lieux situés dans des pays d'immigration différents permet ainsi aux migrants africains d'arrimer à une mémoire collective tous ces endroits qu'ils ont parcourus ou rêvés ou que d'autres - issus de la même grande communauté des migrants - ont aussi expérimenté et de partager un même territoire, celui de l'aventure. » (p. 97). A la recherche d’un « re-paysement », d’une maîtrise de cet Ailleurs, jamais totalement inconnu, ces aventuriers s’inscrivent dans une démarche cosmopolite, voire cosmopolitique. L’espace de l’aventure migratoire est un espace politique, pétri de d’intentionnalités, propres à créer un territoire spécifique, le territoire circulatoire (Tarrius, 1995), notion heuristique, déterminante pour la compréhension de ces spatialités et temporalités propres à la vie d’aventure, non pas en tant que vie dissolue et aléatoire mais en tant que vie ancrée dans le « tout monde », dans ses lieux, ses villes, et leur mémoire. Bien loin du cliché de l’errance qui pourrait leur coller à la peau, les aventuriers de la migration, articulent en Afrique et ailleurs des lieux discontinus, des lieux porteurs de mémoire avec un ancrage temporel, des lieux immobiles et mobiles qui tiennent aussi au mouvement du monde (Retaillé, 2012).

12Derniers éclairages sur la notion « d’aventure migratoire », les chapitres 8 et 9, consacrés aux imaginaires et au sexe de l’aventure migratoire, permettent d’explorer deux dimensions essentielles des migrations internationales contemporaines et de les interroger au prisme de « l’aventure » avec, d’une part, le rôle croissant de l’imagination, au cœur du projet migratoire et, d’autre part, la féminisation du profil des migrants, l’aventure se déclinant de plus en plus au féminin. Là encore, Sylvie Bredeloup, explore des dimensions encore parfois cachées des aventures migratoires africaines. « Faire l’aventure » repose désormais sur des imaginaires foisonnants, où se mêlent les références aux épopées anciennes (telle que la figure prestigieuse du prince Peul Samba Guéladio) et celles liées à des célébrités plus contemporaines, boxeurs ou cow-boys américains, héros auxquels s’identifier et mesurer sa propre réussite. Les imaginaires à la source de l’aventure migratoire se sont multipliés et amplifiés, l’imagination étant devenue une « force sociale déterminante » selon Arjun Appaduraï (2001). A la source de ces imaginaires les épopées les plus anciennes ainsi que les médias contemporains alimentent des récits permettant aux migrants d’inscrire leurs parcours, plus ou moins chaotiques, dans une trame commune. A la recherche d’un horizon de sens et de reconnaissance, ils mobilisent de multiples subjectivités, de la prédation et du jeu, de la contestation et de la dissidence. Registres pluriels que l’auteure alimente d’exemples puisés à la fois dans ses propres recherches et dans celles d’autres spécialistes des migrations, offrant un large panorama d’expériences migratoires, des trafiquants sénégalais de diamants aux sapeurs congolais. Dans ce chapitre, la complexité des stratégies que les migrants déploient afin de nourrir de valeurs et de symboles leur vie d’aventure donne à voir une dimension parfois oubliée de ces migrations qui, nous dit Sylvie Bredeloup, participent à dénoncer et à contester l’ordre établi, de la famille à l’Etat. La migration d’aventure comme forme de contestation, nourrie de l’imaginaire postcolonial participe ainsi du « grand dérangement » cher à Georges Balandier (2005).

13Le dernier chapitre consacré à « l’aventure au féminin » (chapitre 9) ouvre aussi à son tour un champ nouveau dans l’étude des migrations internationales. Catégorie impensée, la migration féminine a été longtemps ignorée dans les recherches centrées sur les hommes. Dans ce chapitre, le cliché de la « femme immobile qui attend » (p.111) est largement mis à mal, dans la mesure où, nous dit Sylvie Bredeloup, l’aventurière africaine est un migrant comme les autres, autonome, aspirant à se réaliser individuellement, cosmopolite et en attente de reconnaissance ici et ailleurs : « Celles qui se reconnaissent aujourd'hui les qualités d'aventurières ou encore, celles que les chercheurs désignent ainsi, sont des ressortissantes de l'Afrique subsaharienne parties en migration pour combler des horizons d'attente insatisfaits, saisir de nouvelles opportunités et trouver, au détour de ces déplacements, la place et la reconnaissance auxquelles elles aspirent dans des sociétés encore dominées par les hommes » (p. 119). Entre migrations et mobilités circulaires, l’aventure se décline, pour ces femmes, selon des échelles et des temporalités très variables. Et si les routes de ces migrations féminines, les mêmes que celles des hommes, présentent des dangers autres quand on est une femme, l’auteure démontre là encore combien la condition aventurière de la migration est appropriée par celles pour qui l’étiquette d’aventurière est ambigüe, préférant celle « d’aventureuse ». Plusieurs figures de l’aventure au féminin sont ainsi mobilisées, dont le statut familial (célibataire, divorcée, jeune mère, etc.) aussi bien que professionnel (étudiante, diplômée, commerçante, etc.) reflète aujourd’hui la diversité des profils des migrants internationaux, dont près de 50% sont des femmes. Sur les routes commerciales et migratoires, ces femmes, migrantes parmi les migrants, usent du registre de l’aventure sur un mode moins assumé que ne le font les hommes. « Quand elles se disent aventurières, c’est le caractère occasionnel de leurs visites à l’étranger et notamment la possibilité de jouer sur l’ubiquité de leur situation – être tour à tour en voyage et à la maison – qui leur permet de gagner de nouvelles marges de liberté. Ni héroïnes, ni femmes totalement indépendantes, elles tentent de se frayer un chemin dans la vie, esquivant au mieux la réprobation morale qui pourrait les atteindre et les détruire. Acte désespéré pour les unes, émigration choisie, voyage délibéré pour les autres » (p. 130). Cette résistance à revendiquer l’aventure côté femmes ne signifie pas pour autant, selon l’auteure, que les représentations et les pratiques de l’aventure au féminin seraient conditionnées par le genre, alors qu’une multitude de facteurs intervient dans leurs parcours (âge, génération, condition sociale, religion, profession, etc.). En cela, l’accès à l’universalité et à l’individualité, par le biais de l’aventure, ne peut être refusé aux femmes, sous prétexte qu’elles appartiennent au genre féminin. Dans la mesure où les identités se déclinent à l’infini, il y a autant d’aventures que de femmes.

14En définitive, voici donc un livre résolument novateur parmi les derniers ouvrages consacrés aux migrations internationales en Afrique subsaharienne. Si l’auteure s’attache à revisiter ses propres terrains, elle mobilise une large palette de travaux, sur lesquels elle applique cette grille de lecture de « l’aventure ». Ainsi le chemin parcouru au fil de ce livre ouvre un horizon heuristique plein de promesses, pour de futures recherches au prisme de l’aventure migratoire. Il reste que le recours à la notion d’aventure appliquée à la migration oscille, comme le précise Sylvie Bredeloup dans sa conclusion, entre concept opératoire et grille déformante. Notion mobilisée a posteriori, l’aventure peut-elle devenir une entrée a priori pour saisir aujourd’hui la complexité des migrations dont les formes ne cessent de se réactualiser face aux incertitudes et aux obstacles qui se multiplient avec la fermeture des frontières, notamment européennes ? Au-delà des éléments de définition proposés permettant de distinguer la migration d’aventure des migrations classiques en réseaux, il reste que la démarche méthodologique permettant de se saisir de cette dimension n’est guère explicitée, l’auteure laissant de côté les « difficultés rencontrées » sur le terrain (p. 131) au privilège de l’apport heuristique. Et si la notion de migration d’aventure a pu se glisser dans les interstices de ces travaux a posteriori, le chantier qui s’ouvre pour en faire une notion à part entière reste entier. Présentée aujourd’hui comme une forme transitoire, un mode d’existence, participant d’une entreprise de distinction, la question du devenir de la migration d’aventure se confronte à un contexte à la fois scientifique et politique de plus en plus marqué par la fermeture, alors que plusieurs parties du monde deviennent inaccessibles aux chercheurs, tandis que les parcours des migrants se déploient dans des espaces d’insécurité grandissante. Les imaginaires, les stratégies, les savoirs cosmopolites, déployés par les migrants suffiront-ils à dépasser les contradictions de nos spatialités contemporaines ? Ainsi vont les migrants mobiles et immobiles, confrontés aux impensés de nos espaces sociaux et politiques dans cette mondialisation qui nous rend parfois étrangers à nous-mêmes, aux autres et aux lieux que nous habitons.

Haut de page

Notes

1 Cahier d’Etudes africaines, n°213-214, Les mots de la migration, 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de l’ouvrage
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3328/img-1.png
Fichier image/png, 5,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Lima, « Les migrations d’aventures face à la fermeture des frontières », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 19 février 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3328

Haut de page

Auteur

Stéphanie Lima

Maître de conférences en Géographie
Université Champollion - Albi / Axe PPES
Université Jean Jaurès - Toulouse / Lisst-Cieu
stephanie.lima@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org