Navigation – Plan du site
Lampedusa, îles méditerranéennes, frontières et migrations

Politiques de contrôle et réalités locales : le cas du centre d’accueil (pour demandeurs d’asile) de Mineo en Sicile

Control Policies and Local Realities: the Case of the Mineo Center for Asylum Seekers of Mineo in Sicily
Marie Bassi

Résumés

À travers l’étude d’un centre d’accueil pour demandeurs d’asile mis en place en 2011 en Sicile pendant le Printemps arabe, cet article révèle la tendance croissante à sécuriser la gouvernance de l’immigration, à minorer la spécificité des flux de réfugiés et à recourir à une législation d’urgence pour gérer les migrations. La sécurisation et l’analogie entre les étrangers en situation irrégulière et les demandeurs d’asile ont entraîné la prolifération des centres de rétention et des centres d’accueil, créant de nouvelles opportunités pour des acteurs non-étatiques chargés d’offrir les services socio-sanitaires aux « étrangers indésirables » vivant dans ces centres. Ce papier souligne l’ambiguïté de ces acteurs non-étatiques, devenus des acteurs incontournables du système de contrôle des migrations et montre que la délégation, à des acteurs non-étatiques, des fonctions sécuritaires aide l’Etat à atteindre ses objectif politiques. Il examine également les conditions de vie des demandeurs d’asile en utilisant le concept d’« institution totale ». Enfin, cet article analyse les tensions entre les autorités nationales et locales qui ont émergé à propos de l’installation de ce centre et ainsi que les mobilisations contestataires contre ce centre, en soulignant le rôle des négociations informelles et des marchandages dans la gestion locale du phénomène migratoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour cette recherche, 72 entretiens semi-directifs ont été menés, entre juillet 2010 et mai 2013, a (...)

1A travers l’étude d’un centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CARA) en Sicile, cet article analyse les tensions entre la politique migratoire de l’Italie et les mobilisations locales contre la sécurisation de cette politique. Les résultats sont basés sur une enquête empirique menée dans le cadre d’un doctorat sur la gouvernance locale de l’immigration en Sicile1.

2Traditionnel pays d’émigration, l’Italie devient une destination migratoire à partir de la seconde moitié des années 1970 lorsque la décision des pays d’immigration (France, Allemagne, Grande-Bretagne…) de mettre fin à l’immigration de travail redirige les flux migratoires vers les pays d’Europe du Sud (Italie, Espagne, Portugal et Grèce). Cependant, l’immigration irrégulière ne devient une préoccupation du gouvernement italien qu’après l’entrée en vigueur des accords de Schengen en 1995. Depuis cette date, la lutte contre l’immigration irrégulière est une priorité de l’agenda européen et des Etats membres. En rejoignant l’espace Schengen en 1997, l’Italie devient un lieu stratégique de la gouvernance multiniveau des frontières européennes (Ritaine, 2012). Pour répondre aux inquiétudes des autres Etats européens vis-à-vis de la perméabilité des frontières du sud de l’Europe, le gouvernement italien développe divers instruments de lutte contre l’immigration irrégulière. La création de centres de rétention, l’externalisation de la politique d’immigration et d’asile (en particulier les accords de réadmission et de coopération policière avec les pays d’origine et de transit ; Cuttitta 2006) et le renforcement de la surveillance des frontières italiennes sont les principaux outils du tournant sécuritaire de l’Italie, largement influencé par la politique de l’UE (Schmoll et Bernardie-Tahir, 2014 ; Zincone, 2006).

  • 2 En parallèle des structures sécuritaires que sont les CID, l’Italie a développé, depuis la fin des (...)

3La sécurisation de la politique d’immigration de l’UE et des Etats membres (Huysmans, 2000 ; Guild, 2009) touche également les demandeurs d’asile, suspectés de fraudes. En effet, la fermeture des frontières européennes à l’immigration de travail au milieu des années 1970 a fait de l’asile et du regroupement familial les principales voies d’entrée dans l’UE, créant un climat de suspicion à l’encontre des demandeurs d’asile, régulièrement taxés de « faux réfugiés travestis en migrants économiques » (Schuster 2011). Différents outils destinés à identifier et à contrôler les demandeurs d’asile sont créés au niveau européen et étatique. Les conventions européennes de Dublin I (1990), Dublin II (2003) et Dublin III (2013) établissent ainsi les critères et les mécanismes de détermination de l’Etat responsable de l’examen d’une demande d’asile et créent le principe du « one stop, one shop » selon lequel la demande d’asile doit s’effectuer dans le premier pays européen où le migrant pose le pied. Le système de Dublin fait donc reposer l’examen de la majorité des demandes d’asile sur les pays frontaliers de l’UE, en particulier ceux du sud de l’Europe (Italie, Espagne, Grèce…). En parallèle, l’Italie, comme les autres Etats, crée des structures spécifiquement destinées à identifier et contrôler les déplacements des demandeurs d’asile en 2002 : les centres d’identification (CID)2. En 2008, les CID sont transformés en structures ouvertes dont les hôtes peuvent sortir pendant la journée et prennent le nom de centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CARA).

Tableau 1. Structures destinées à contrôler l’immigration indésirable en Italie

Tableau 1. Structures destinées à contrôler l’immigration indésirable en Italie

Source : Elaboration de l'auteur

* La période d’accueil en CARA ne doit théoriquement pas excéder 35 jours (un délai censé correspondre au temps prévu pour accorder, ou non, le statut de réfugié), au-delà desquels le demandeur d’asile devrait recevoir un permis de séjour de trois mois, renouvelable jusqu’à la décision de la Commission pour l’asile. Dans les faits, à cause de la lenteur des procédures d’examen des demandes d’asile, la durée de séjour dans les CARA s’étend jusqu’à plusieurs mois.

  • 3 On assiste, depuis une dizaine d’années, à la multiplication des structures de rétention pour les é (...)

4Dans ce contexte, la Sicile, devenue un lieu d’arrivée par voie maritime depuis le début des années 2000 (Pirrone, 2007), fonctionne comme un filtre (Bigo & Guild, 2010 ; Bassi & Fine, 2013) qui doit bloquer les immigrés « indésirables » (Agier, 2008) : les étrangers en situation irrégulière et les demandeurs d’asile. Pour contrôler ces indésirables, plusieurs CIE, CPA, CDA et CARA ont été construits dans cette région frontalière3.

5Les conditions d’inauguration et le fonctionnement du CARA de Mineo situé dans la province de Catane révèlent plusieurs éléments sur la façon dont les étrangers indésirables sont pris en charge et sont perçus en Italie, et plus largement en Europe. Le complexe résidentiel de Mineo est constitué de 403 petites maisons appartenant à l’entreprise Pizzarotti s.p.a de Parme qui louait la structure à la marine militaire américaine pour héberger les soldats travaillant dans une base militaire située à quelques kilomètres du CARA. En décembre 2010, le contrat est résilié et en mars 2011, quelques semaines après le déclenchement des révolutions arabes qui provoquent une vague migratoire sur les côtes italiennes, le CARA de Mineo est ouvert. Début mars, le gouvernement italien présente Mineo comme un modèle européen, un exemple de bonnes pratiques dans le domaine de l’accueil des demandeurs d’asile. Pourtant, à cette période, les mesures d’urgence relatives à « l’exceptionnel afflux de citoyens provenant d’Afrique du nord » se succèdent et plusieurs associations signalent des conditions de détention dégradantes et des cas de violence et de prostitution dans le CARA. Dans un premier temps, nous montrerons que le CARA de Mineo reflète les grandes tendances de la gestion européenne et italienne des demandeurs d’asile : sécurisation, logique d’urgence et privatisation de la prise en charge des étrangers indésirables. Il s’agira également de comprendre le recours répété à l’état d’urgence alors que les arrivées sur les côtes italiennes sont phénomène récurrent depuis plus de 20 ans. Nous examinerons également l’impact de ces politiques sur la vie quotidienne des demandeurs d’asile retenus dans le CARA à partir du concept d’institution totale développé par Erving Goffman (1968). Dans un second temps, nous nous intéresserons aux mobilisations collectives contre le CARA de Mineo. En dépit de leur caractère récurrent, ces politiques sécuritaires sont l’objet de protestations : le CARA de Mineo a ainsi cristallisé la contestation d’acteurs hétérogènes, notamment des militants de la gauche radicale, des étrangers du CARA et des élus locaux. Ils partagent une revendication essentielle: la fermeture du CARA. Comment expliquer cette convergence entre des acteurs aux cultures politiques, aux trajectoires biographiques et aux cadres interprétatifs différents? Quels motifs poussent ces individus à entamer des actions de protestation ? Quels répertoires d’action (Tilly & Tarrow 2008) utilisent-ils pour exprimer leurs revendications ?

Le CARA de Mineo, reflet des modalités de prise en charge des flux de refugies : dispositif dérogatoire, sécurisation et privatisation

Gestion sécuritaire et logique d’urgence

6La création de centres destinés à contrôler les demandeurs d’asile, comme le CARA de Mineo, révèlent une tendance dominante en Italie, et dans l’ensemble des pays européens, qui consiste à minorer la spécificité des flux de réfugiés. Les demandeurs d’asile sont appréhendés comme des migrants économiques tentant de rejoindre l’Europe. Cette (con)fusion intentionnelle se reflète aussi dans le développement des « centres polyfonctionnels » : un même lieu assure les fonctions théoriquement humanitaires d’un CARA et d’un CPA/CSPA et les fonctions sécuritaires d’un CIE (Tableau 1). Ainsi, le complexe de Mineo est-il un hybride juridique qui maintient en rétention des immigrés en situation irrégulière « destinés » à l’expulsion, héberge des demandeurs d’asile qui attendent l’instruction de leur dossier et offre les premiers soins aux étrangers à peine débarqués sur les côtes. Enfin, la sécurisation des demandeurs d’asile se remarque aussi par la présence élevée du personnel de contrôle à l’intérieur (forces de l’ordre et agents de FRONTEX) et à l’extérieur du CARA de Mineo (militaires).

7Une autre caractéristique de la politique italienne, illustrée par le CARA de Mineo, concerne le recours récurrent à la réglementation d’urgence pour gérer les flux migratoires. En février 2011, le gouvernement déclare « l’état d’urgence humanitaire suite à l’exceptionnel afflux de citoyens provenant d’Afrique du nord » (l’« Emergenza Nord Africa »). Ce dispositif encadré par la loi est utilisé pour faire face à une situation d’urgence sociale, économique ou environnementale qui réclame des moyens financiers, humains et réglementaires exceptionnels. Il repose sur la nomination, par le Président du Conseil italien, d’une autorité spéciale, le Commissaire extraordinaire (Commissario straordinario), qui se substitue aux pouvoir publics en place pour gérer la situation de crise, bouleversant les règles habituelles qui régissent la gestion du territoire. L’action de cette autorité déléguée est encadrée: des décrets et ordonnances définissent les objectifs de sa mission, son domaine d’intervention et fixent la durée de son mandant. Le président du Conseil, Silvio Berlusconi, nomme ainsi en février 2011, le Préfet de Palerme, Giuseppe Caruso, Commissaire extraordinaire. Il le charge notamment d’identifier des structures pour héberger les immigrés arrivés pendant les révolutions arabes. Deux semaines plus tard, le 2 mars 2011, Giuseppe Caruso réquisitionne le complexe de Mineo qui hébergeait précédemment des militaires américains, et le transforme en CARA.

8Le 18 mars, les premiers demandeurs d’asile arrivent dans le CARA de Mineo. A la même période, de nombreux Tunisiens débarquent à Lampedusa mais le gouvernement stoppe leur transfert vers les autres villes italiennes, provoquant un engorgement de l’île : 5300 immigrés, essentiellement des Tunisiens, et 400 représentants des forces de l’ordre se trouvent sur cette petite île de 5500 habitants. Plusieurs Tunisiens entament des protestations et s’évadent du centre de Lampedusa. Fin mars, le gouvernement décide alors de transférer près de 800 Tunisiens retenus à Lampedusa vers le CARA de Mineo. Pourtant, selon le gouvernement italien, les Tunisiens ne peuvent prétendre à la protection internationale. Ils entrent donc dans la catégorie des immigrés « expulsables » et devraient être envoyés dans un CIE et non dans un CARA comme celui de Mineo. Cette décision paradoxale confirme la confusion entre le statut des demandeurs d’asile et celui des migrants économiques ainsi que l’analogie de leur traitement.

9Il n’est pas nécessaire de détailler les multiples décrets émis à cette époque pour affirmer que l’urgence est devenue une technique de gouvernement au caractère cyclique. Le recours aux mesures d’urgence relatives à « l’afflux de citoyens non européens » est loin d’être un scénario nouveau. Depuis plus de dix ans, il est légitimé par les discours politiques et les médias qui agitent le spectre de l’invasion, contribuant à construire les flux migratoires, en particulier les flux maritimes, comme une menace sécuritaire. En mars 2011 par exemple, le ministre de l’Intérieur, Roberto Maroni, affirme qu’« il y a un risque d’invasion de masse due à la crise qui perdure au Maghreb » (Il Messaggero, 07/03/2011). Le ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini, estime quant à lui que « ceux qui ont parlé de centaine de milliers [de migrants traversant la Méditerranée] n’ont pas exagéré (Il Messaggero, 21/02/2011). En outre, l’état d’urgence déclaré en février 2011 est prorogé à plusieurs reprises jusqu’au 31 décembre 2012, plaçant la gestion de l’immigration sous un « régime d’exception permanent où les interventions extraordinaires deviennent règle commune » (Maccaglia, 2013 p.20).

  • 4 Le 5 avril 2011, le gouvernement italien accorde un permis de séjour humanitaire d’une durée de six (...)
  • 5 A la fin du mois d’octobre 2011, 96% des 764 150 immigrés ayant fui la Libye s’étaient réfugiés dan (...)

10Il faut donc s’interroger sur les motifs du recours à ces mesures d’urgence. Selon les différents décrets, ce sont les dimensions exceptionnelles du phénomène migratoire qui justifient ces mesures extraordinaires. Mais au vu des chiffres, cette analyse est contestable. Le 10 juin 2011, 42 807 étrangers, dont 24 356 Tunisiens, avaient débarqué sur les côtes italiennes. Bien que la majorité de ces Tunisiens ait reçu une protection temporaire4, ils ont faiblement pesé sur le système d’asile italien puisque la plupart d’entre eux se dispersent dans le reste de la péninsule et à l’étranger. Les arrivées des potentiels demandeurs d’asile au cours de la période considérée se réduisent donc à 18 500 personnes environ. Sans nier l’importance de ces chiffres, il convient de les relativiser en considérant le phénomène migratoire dans son ensemble5 et en prenant en compte les arrivées maritimes sur les côtes italiennes au cours des deux dernières décennies (Tableau 2). En effet, dès le début des années 1990, la question de l’asile se pose avec acuité: à cause de la « crise albanaise », entre mars et août 1991, plus de 40 000 Albanais débarquent sur les côtes de Bari dans les Pouilles (Campani, 1992) et près de 30 000 demandes de protection internationale sont déposées. En 1999, la guerre du Kosovo provoque la fuite de dizaines de milliers d’individus d’ex-Yougoslavie et plus de 37 000 demandes de protection internationale sont déposées en Italie. Enfin, en 2008, 36 951 immigrés débarquent en Italie (dont 34 540 sur les côtes siciliennes) et 31 723 demandes d’asile sont présentées.

Tableau 2. Flux migratoires arrivés en Italie par voie maritime

Tableau 2. Flux migratoires arrivés en Italie par voie maritime

Source : Elaboration de l’auteur à partir des données du ministère de l'Intérieur italien, de l’IOM (2011) et du site Fortress Europe

11Dans ce contexte, pourquoi les arrivées migratoires continuent-t-elles d’être présentées comme une urgence et gérées comme telles ? D’une part, l’état d’urgence évite d’engager une réflexion politique sur les racines de la situation de crise: conflits et instabilité politique dans les pays de départ, inégalités nord/sud, insuffisance des dispositifs pour entrer légalement en Italie et défaillance du système d’asile. Sur ce dernier point, l’état d’urgence permet de ne pas procéder à une réforme globale du système national d’asile en termes d’organismes responsables, de durée des procédures d’examen des demandes d’asile et de standards minimums d’accueil. Par ailleurs, l’état d’urgence est un dispositif d’action publique qui autorise une dérogation, partielle ou totale, des lois en vigueur dans un secteur précis (l’immigration) et des lois de portée plus générale comme celles qui régissent l’attribution des marchés publics. Alimentée par une rhétorique militaire et apocalyptique, l’urgence permet donc de créer un état d’exception (Agamben, 2003) qui facilite les échanges privés et confidentiels entre les acteurs publics et les acteurs non étatiques pour la prise en charge des populations indésirables.

L’industrie des migrations

  • 6 Pendant plusieurs décennies, l’industrie des migrations a souffert d’une faible théorisation et les (...)

12Depuis plusieurs décennies, des acteurs tirent profit du désir de mobilité des êtres humains. Dans les années 1990, la construction de la catégorie du migrant indésirable comme menace (Bigo, 1998) et l’augmentation des budgets européens et nationaux destinés à limiter les flux transfrontaliers créent de nouvelles niches de marché pour des acteurs non étatiques engagés dans des activités lucratives liées à la mobilité humaine. Des entreprises multinationales et des compagnies de sécurité privées se chargent d’expulser les étrangers en situation irrégulière, participent aux opérations de surveillance des frontières et gèrent les centres de rétention ; des migrants aident leurs compatriotes à effectuer leur parcours migratoire, des organisations internationales comme l’OIM organisent les campagnes d’information en faveur des retours volontaires ; les compagnies aériennes sélectionnent et contrôlent les passagers et participent donc au filtrage des migrants ; des réseaux organisés et des passeurs tirent profit du trafic d’êtres humains ; des ONG, des organisations religieuses et des associations laïques aident les populations vulnérables (hébergement, cours de langue, transport…) et prennent part à la gestion des centres de rétention pour les immigrés en situation irrégulière et des centres d’accueil pour demandeurs d’asile... Dans les années 1990, plusieurs auteurs ont théorisé le lien entre ces acteurs hétérogènes et analysé leurs pratiques6. Le concept d’industrie des migrations (Gammeltoft-Hansen & Nyberg Sorensen, 2013), tel que défini par T. Gammeltoft-Hansen (2013 p.7) a le mérite d’inclure aussi bien les « control providers » que les « facilitateurs » des migrations. L’industrie des migrations s’apparente à « l’ensemble d’acteurs non étatiques qui fournissent des services qui facilitent, restreignent ou aident la migration internationale ».

13Cet article examine l’une des multiples formes de l’industrie des migrations, qui n’a suscité qu’un intérêt récent de la recherche: la mise en marché de la gestion des services socio-sanitaires proposés dans les structures destinées aux immigrés indésirables. Dans les pays anglo-saxons (Royaume-Uni, Etats-Unis, Australie), pionniers en la matière, certaines structures sont aujourd’hui entièrement privatisées (Menz, 2013, p.118-119). En Europe, ces pratiques ont fait l’objet de contestation et se sont traduites par un engagement minimal des acteurs non étatiques: la détention et la gestion centrale des structures restent sous la responsabilité de l’Etat (le personnel de surveillance est employé de l’Etat), mais des ONG, des coopératives sociales ou des associations sont chargées d’offrir des services. Ainsi, en Italie, la prise en charge des populations indésirables est basée sur la mise sur le marché de l’offre de services délivrés dans les CIE, les CDA et les CARA. La gestion de ces centres publics repose donc sur des relations contractuelles entre des acteurs non étatiques et le gouvernement italien : celui-ci sélectionne les prestataires de services en concurrence à travers la publication d’appels d’offres. Le gouvernement verse ensuite aux organismes ayant remporté les appels d’offres une contribution journalière pour chaque étranger hébergé ou retenu dans ces structures.

14Ces dispositifs de coopération révèlent plusieurs éléments. D’une part, si l’Etat finance l’industrie des migrations, c’est qu’il y trouve son intérêt. La privatisation et la sous-traitance n’affaiblissent pas l’Etat qui conserve sa capacité de contrôle des flux migratoires. Il utilise les acteurs non étatiques comme des relais pour renforcer son appareil sécuritaire et l’orientation de sa politique migratoire (Guiraudon & Lahav 2000). Plus largement, cet aspect invite à s’interroger sur la façon dont l’industrie des migrations influence la gouvernance des migrations et sur ce que ces pratiques révèlent sur la réorganisation des réseaux d’action publique et l’évolution des interactions entre acteurs non étatiques et acteurs publics. Par ailleurs, cette modalité de gestion des structures destinées aux indésirables signifie que la « Rescue Industry » (littéralement l’industrie du secours), entendue comme le nombre croissant d’ONG, d’organisations humanitaires et d’associations de migrants engagées dans la gestion des migrations, est impliquée à la fois dans des activités de contrôle et de facilitation de la migration. En dépit de leur hétérogénéité et de la pluralité de leurs tâches, les acteurs de la Rescue Industry ne sont théoriquement pas motivés par les profits qu’ils peuvent tirer de leurs activités. Leur motivation première serait de type « humanitaire ». Pourtant, ils prennent part aux activités de contrôle des populations indésirables et tirent profit de la sécurisation des politiques d’immigration. Enfin, il convient de souligner l’impact de l’état d’urgence sur ces modalités de coopération. En effet, l’état d’urgence modifie les règles relatives à l’attribution de marchés publics  en autorisant le recours à la concession directe: l’Etat n’est plus tenu de publier des appels d’offres, ce qui met fin au principe de concurrence entre les potentiels prestataires. Il peut décider arbitrairement de sous-traiter la gestion des CIE, CARA ou CDA à l’organisme de son choix. Cette situation crée donc un contexte propice au développement de relations privées, informelles et confidentielles entre la sphère publique et les acteurs non étatiques chargés d’héberger et/ou de maintenir en rétention les étrangers indésirables.

  • 7 Le Calatino est une partie de la Sicile orientale qui dépend de la province de Catane et qui compte (...)

15Ainsi, après la réquisition de la résidence en mars 2011, la gestion des services du CARA est confiée à la Croix-Rouge jusqu’au 30 juin, sans appel d’offres comme cela est permis par la règlementation d’urgence. Le 18 octobre 2011, un appel d’offres peu transparent attribue la gestion des services du CARA à une association temporaire guidée par le « Consortium de coopératives Sisifo de Palerme », laissant à la Croix-Rouge le volet sanitaire. Pour 24, 96 euros par jour et par personne, ce consortium composé de cinq organismes doit fournir aux « hôtes » les repas, les vêtements, le nécessaire pour l’hygiène personnelle et offrir des services de médiation linguistique, de soutien psychologique, des cours d’italien et proposer des activités récréatives : un business de 1 497 600 euros par mois. Si l’on ajoute la location payée à l’entreprise Pizzarotti, l’Etat italien a déboursé environ 20 millions d’euros en 2011 pour le CARA (Mazzeo). Au 1er janvier 2013, l’administration du CARA est confiée à un consortium de sept communes de la zone dénommé « Calatino7 Terre d’Accueil ». La gestion reste entre les mains du Consortium Cara Mineo auquel s’est ajoutée l’entreprise Pizzarotti. L’indemnité étatique passe à 34, 60 euros par jour et par « hôte ». Multiplié par 4000 présences (en 2013), en un an, le chiffre s’approche des 50 millions d’euros (La Repubblica, 16/10/2013).

  • 8 Homme politique originaire de Sicile, il a longtemps été présenté comme le dauphin de Silvio Berlus (...)

16Au-delà de ces sommes très élevées, il faut souligner que plusieurs représentants des organismes formant le Consortium Sisifo ont fini dans les mains de la justice en raison de leur mauvaise gestion des services sociaux en Sicile (corruption, favoritisme...). Lorsque l’appel d’offres pour la gestion des services du CARA de Mineo est publié à l’été 2011, le vice-président du consortium Sisifo était accusé d’avoir retenu les hôtes d’un CARA qu’il gérait alors que ces derniers avaient reçu leurs permis de séjour, procurant à Sisifo, un profit illégal estimé à 468 280 euros (Mazzeo 2011). Notons également que le Consortium Sisifo gérait le CSPA de Lampedusa où une vidéo filmée en cachette par un immigré en décembre 2013 a provoqué des réactions indignées dans toute l’Europe. Elle montrait des survivants du naufrage de Lampedusa du 3 octobre 2013 debout, dehors, déshabillés les uns après les autres devant les employés du centre qui les aspergent brutalement d'un produit désinfectant contre la gale. Enfin, notons que Giuseppe Castiglione, président de la province de Catane, coordinateur régional du Pdl et homme de confiance d’Angelino Alfano8, est nommé responsable de la gestion de Mineo le 28 juin 2011.

17Les enjeux économiques et politiques qui sous-tendent la gestion sécuritaire et dans l’urgence des flux migratoires ont des conséquences sur les conditions de vie des demandeurs d’asile hébergés dans le CARA de Mineo.

Une institution totale ?

18Bien qu’il s’agisse d’un centre ouvert la journée, le CARA de Mineo rassemble plusieurs caractéristiques des institutions totales telles que les a définies Erving Goffman (1968), à savoir « un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées » (p.41). « Le reclus (…) voit défiler des journées réglementaires dans l’étroite compagnie d’un groupe de personnes partageant le même statut institutionnel » (p.202-203). Goffman évoque également des « barrières dressées aux échanges sociaux avec l’extérieur souvent concrétisées par des obstacles matériels » (p.46), la « promiscuité totale avec un grand nombre d’autres personnes » (p.48), le « fossé infranchissable entre le groupe restreint des dirigeants et la masse des personnes dirigées » (p.49) et la « mortification de la personnalité » par diverses techniques (isolement, dépouillement des biens personnels, humiliations… p.56-78). L’isolement et la concentration des immigrés dans le plus grand centre d’accueil pour étrangers d’Europe, la lenteur et le manque d’information concernant les procédures de demande d’asile et l’insuffisance de services de base confirment la pertinence de recourir à la conceptualisation d’Erving Goffman.

  • 9 En 2004, des commissions territoriales décentralisées sont instituées dans plusieurs villes italien (...)

19Le CARA de Mineo devait héberger un maximum de 2000 personnes, un nombre extrêmement élevé. Mais à diverses époques, il en a accueilli jusqu’à 4000. Des dizaines de nationalités et de groupes ethniques cohabitent dans ce lieu très isolé. En effet, le CARA est situé au milieu de la campagne et le village le plus proche, Mineo, où les demandeurs d’asile sont contraints de se rendre à pied, est situé à 10 kilomètres. L’isolement de la structure est aggravé par la carence de services essentiels. Jusqu’à ce que le CARA passe aux mains du consortium Sisifo en octobre 2011, les services devant théoriquement être assurés dans n’importe quel CARA n’étaient pas activés. L’aide juridique, la médiation linguistico-culturelle, l’assistance psychologique, la distribution de l’argent de poche et des cartes téléphoniques étaient quasiment inexistants. Les conditions d’accueil étaient bien en deçà des standards minimums fixés par la directive européenne sur l’accueil des demandeurs d’asile (2003/9 CE). Cette situation est aggravée par la circulaire 1305 du 1er avril 2011 (abolie en décembre 2011 par le nouveau gouvernement de Mario Monti) qui limitait l’entrée dans les « centres pour immigrés » au HCR, à l’OIM, à MSF, à la Croix Rouge Italienne, à Amnesty International, à la Caritas et à Save the Children. L’accès était donc interdit aux journalistes et aux associations locales. Lorsque Sisifo remporte l’appel d’offre, la situation s’améliore légèrement. Un bus accompagne à Caltagirone les enfants d’âge scolaire et les immigrés reçoivent 3, 50 euros par jour. Mais cette somme est chargée sur un badge que les détenus ne peuvent utiliser qu’à l’intérieur du centre : achat de cartes téléphoniques, de billets de bus, de cigarettes… Ce dispositif renforce leur séparation avec le monde extérieur, tout comme la mise en place de navettes payantes pour accéder aux villages que les détenus ne peuvent utiliser à cause de l’insuffisance de leurs ressources. Plusieurs aspects critiques demeurent : assistance sanitaire et services d’interprétariats insuffisants, nourriture de mauvaise qualité, avocats contraints d’attendre plusieurs heures avant de pouvoir entrer dans le CARA. Mais les principaux problèmes concernent les difficultés pour les demandeurs d’accéder aux informations sur la procédure d’asile dans une langue qu’ils ne comprennent pas et la lenteur des procédures. Jusqu’en mai 2011, aucune commission territoriale pour la reconnaissance de la protection internationale9 n’opérait dans le CARA. Depuis mai 2011, des sous-commissions ont été instituées et le nombre d’auditions hebdomadaires a été augmenté mais la situation reste très critique : temps d’attente extrêmement longs pour la convocation de la commission, auditions hebdomadaires insuffisantes, nombre élevé de rejets…

  • 10 Un Erythréen de 21 ans, arrivé en mai 2013 dans le CARA de Mineo, est retrouvé pendu en décembre 20 (...)
  • 11 Entretiens réalisés avec des migrants hébergés dans le CARA et avec leur avocat.

20La plupart des étrangers du CARA vivent dans un état d’apathie et passent leurs journées sans rien faire, dans des conditions extrêmement précaires. A l’intérieur du centre, des faits de prostitution, de violences, d’escroqueries, des cas de dépression, des tentatives de suicides10 ont été rapportés (MSF 2011)11 . Goffman évoque aussi « la conscience du temps mort et pesant » et montre l’impact de l’institution totale sur la perception qu’ont les individus d’eux-mêmes et l’influence de la détention sur la santé mentale des détenus. « Les reclus ont le sentiment très vif que le temps passé dans l’institution est perdu, détruit, arraché à leur vie ; c’est du temps à compter au compte des pertes » (p.112-113).

  • 12 Au cours de ce travail empirique, je me suis rendue devant le CARA de Mineo. Je n’ai pas pu y entre (...)

21Le CARA de Mineo suscite la protestation d’acteurs hétérogènes dont les positions ont évolué au fil du temps12. En 2011, deux grandes catégories d’acteurs étaient identifiables: d’un côté, les maires des communes voisines du CARA, et de l’autre les militants locaux et les migrants hébergés dans le centre. Les militants locaux et les migrants sont réunis dans la même catégorie à cause de leurs interactions fréquentes, de la similitude de leurs argumentaires et de leur participation commune à des mobilisations collectives. Ces acteurs hétérogènes, au moins au début de l’année 2012, partagent les mêmes revendications: la fermeture du CARA de Mineo. Néanmoins, les raisons qui les poussent à protester contre le CARA sont différentes.

Les mobilisations locales

Revendications similaires, argumentaires différents : l’hétérogénéité des acteurs opposés au CARA de Mineo

Les militants locaux et les migrants

22La première catégorie d’opposant au CARA de Mineo est composée des migrants du CARA et des militants locaux mobilisés contre la politique italienne et européenne d’immigration depuis plusieurs années, en particulier le Réseau antiraciste catanais (RAC), des associations laïques et chrétiennes, des médecins, des journalistes et des avocats de l’Association des Etudes Juridiques sur l’Immigration (ASGI).

  • 13 Ils recommandent de développer le système des centres SPRAR.
  • 14 Cette solution visait en fait à vider les CARA italiens pour les transformer en CIE (thèse en cours (...)

23Les militants locaux critiquent l’ensemble du système d’asile italien. Ils réclament l’augmentation du nombre de commissions territoriales pour l’asile, le développement de petites structures d’accueil réparties sur l’ensemble du territoire13, la fermeture des grands CARA, la protection des catégories les plus vulnérables (mineurs étrangers et femmes victimes de traite) en les plaçant dans des structures spéciales et la création des mécanismes indépendants pour contrôler la gestion des CARA et des CIE. En ce qui concerne spécifiquement le CARA de Mineo, les militants locaux et les migrants expriment des critiques similaires: temps d’attente excessifs pour l’examen des demandes d’asile, nombre insuffisant d’auditions hebdomadaires, nombre élevé de refus, mauvaise liaison avec les centres urbains, assistance sanitaire et juridique inadéquate, défaillance des services de médiation culturelle et d’interprétariat, privant les demandeurs de leurs droits fondamentaux. Par ailleurs, ils estiment que la promiscuité de milliers de personnes de cultures, langues et religions différentes, rassemblées dans un lieu isolé exaspère les conflits et les révoltes. La marge discrétionnaire des autorités italiennes dans la gestion des entrées et sorties des demandeurs d’asile à Mineo est une autre critique. En effet, les premiers demandeurs d’asile transférés dans le CARA de Mineo au début de l’année 2011 provenaient d’autres CARA italiens. Il ne s’agissait donc pas de personnes arrivées dans le contexte des révolutions arabes et qui avaient été placés dans le CSPA de Lampedusa comme cela aurait été logique. Aucun critère public n’a permis de comprendre cette décision14 qui a entraîné l’allongement (d’un an parfois) du délai d’attente pour obtenir une réponse à la demande de protection internationale. En changeant de région, les demandeurs ont changé de commission territoriale compétente pour examiner leur dossier alors que certains d’entre eux étaient sur le point de recevoir une réponse et qu’ils avaient entamé un parcours d’insertion sociale dans le CARA précédent.

Les maires du Calatino : le syndrome NIMBY ?

24Les motifs de protestation des maires du Calatino sont différents de ceux des militants locaux. Leur comportement semble typique du syndrome NIMBY (Jobert, 1998), acronyme anglais de « Not In My Backyard », littéralement « Pas dans ma cour » ou « Pas dans mon jardin». Ce terme se réfère à la protestation des résidents d’une zone contre l’installation d’équipements susceptibles d’être nocifs (pollution sonore, olfactive, environnementale, problèmes de sécurité…): autoroute, décharge, centres d’aide pour toxicodépendants, centre d’accueil pour immigrés… La mobilisation est donc directement liée au territoire et le facteur de proximité est décisif.

25Au début de l’année 2011, plusieurs maires du Calatino s’adressent aux représentants du gouvernement italien pour exprimer leur opposition au CARA. Ils craignaient que le CARA engendre des problèmes de sécurité et d’ordre public et que le territoire local - dépourvu d’infrastructures et de services pour « leurs » citoyens - ne soit pas en mesure de supporter l’impact d’un centre si grand. « [Le CARA] risque de déclencher une bombe sociale (…), au détriment des refugiés et de nos populations » (2 mars 2011). Il faut comprendre que les maires du Calatino reconnaissent comme nécessaires les objets contestés – les CARA – mais, dans le même temps, ils n’en veulent pas sur leur territoire à cause des éventuelles retombées négatives. A la différence des militants locaux, les maires ne remettent pas en discussion la légitimité des structures pour les immigrés indésirables. Cependant, il ne faut pas penser le comportement des maires uniquement en termes d’égoïsme local. Leur stratégie ne peut être comprise qu’en l’inscrivant dans les opportunités offertes par le contexte d’interdépendance entre les différents niveaux de gouvernement puisque le CARA de Mineo a été utilisé par les maires comme une monnaie d’échange pour obtenir des avantages de la part du gouvernement national.

Répertoire de l’action collective et résultats des contestations

26Bien souvent, la gouvernance de l’immigration repose sur des mécanismes de conditionnalité entre les différents niveaux de gouvernement (Paoletti, 2011). Les tractations entre les maires et le gouvernement national éclairent ainsi cette dimension de marchandage autour de l’immigration et les interactions informelles entre les collectivités locales, les coopératives sociales et le gouvernement national.

27Les maires du Calatino ont réclamé des contreparties au niveau national en échange de leur consensus sur le CARA. Pour renforcer leurs revendications, ils ont souligné la gestion très centralisée de « l’urgence » dans les mains de la Protection civile et la décision unilatérale du gouvernement de créer le CARA de Mineo, sans impliquer les collectivités locales. En effet, la proclamation de l’état d’urgence modifie l’équilibre des pouvoirs entre les niveaux de gouvernement. Les maires voient leur champ de compétence se réduire au profit de préfets qui deviennent les relais du Commissaire extraordinaire. Les collectivités territoriales sont placées sous la tutelle du pouvoir central et les objectifs des interventions ainsi que les fonds alloués proviennent de Rome. Comme l’a démontré F. Maccaglia (2008) à propos de la gestion de la crise des déchets, « ce transfert de compétence de représentants élus vers une autorité nommée par l’Etat est souvent vécue sur le terrain comme une reprise en main centralisatrice » (p.128). La stratégie des maires a donc consisté à sortir de l’espace local pour obtenir des compensations en échange de l’installation du CARA sur « leur territoire ».

28Pour étouffer la protestation des maires et les convaincre d’accepter le CARA, le gouvernement a utilisé l’argument sécuritaire et économique. Le lancement de Mineo aurait comporté une série d’investissements sur le territoire local et des opportunités professionnelles pour les coopératives sociales et les entreprises qui auraient participé à la gestion des services CARA. Par ailleurs, le 28 mars 2011, un « Pacte pour la sécurité » est signé avec les maires du Calatino. S’il fait référence aux « retombées positives [du CARA] en termes socio-économiques », il insiste surtout sur les outils destinés à garantir la sécurité du territoire face à l’augmentation du nombre d’étrangers (renforcement des forces de police, système de vidéo surveillance…) et prévoit des mesures relatives à la lutte contre le trafic de drogue, la prostitution, la sécurité routière, la prévention des maladies... Les communes ayant souscrit au Pacte devaient aussi bénéficier d’un accès prioritaire à un programme quinquennal (2007-2013) de financements du ministère de l’Intérieur visant à améliorer les conditions de sécurité dans certaines régions du Mezzogiorno.

  • 15 Palagonia est la seule commune du Calatino à ne pas avoir adhéré au consortium Calatino Terre d’acc (...)

29La perspective d’intercepter des financements importants et de réduire le chômage dans la région affaiblit la protestation des maires. D’ailleurs, attirés par ces promesses, certains résidents créent un comité « Pro Résidence de la Solidarité » dans les premiers jours de mars 2011, soulignant les effets positifs créés par le CARA: travail pour les entreprises locales de services, embauche d’opérateurs sociaux et sécurité accrue du territoire. Lorsque le consortium Sisifo reprend la gestion des services du CARA en octobre 2011, la protestation faiblit encore un peu plus. Bien que les promesses du gouvernement n’aient pas été tenues (surpopulation du centre, manque de services de base, aucun accès prioritaire aux financements du ministère de l’Intérieur), la majorité des communes limitrophes voyaient avec intérêt le potentiel économique que le CARA offrait à une zone durement frappée par la crise socio-économique. Lorsque l’administration du CARA est confiée à un consortium public de collectivités locales en janvier 2013 (Calatino Terre d’accueil), la protestation des maires s’achève définitivement15.

30Une avocate de l’ASGI et fondatrice d’une association qui surveille la situation des immigrés et des réfugiés en Sicile et publie des informations à ce sujet, confirme cette interprétation:

« Au départ, Castania [le maire de Mineo] était opposé au CARA. Il s’était mis en colère. Ensuite, le gouvernement a dit : ‘si vous acceptez ce centre, vous recevrez beaucoup d’argent, il y aura des investissements’. En effet, ils ont fait le Pacte pour la sécurité dans lequel ils ont tout mis : l’immigration, les constructions abusives, la prostitution… tout ce qui est lié à la sécurité. Et ils ont dit : ‘si vous acceptez Mineo, quand il y aura les PON Sicurezza’ - qui sont des fonds donnés par le ministère de l’Intérieur pour renforcer la sécurité sur le territoire - ‘vous aurez la priorité sur les autres communes’. Donc, espérant mettre la main sur cet argent, ils ont accepté (…). En théorie, les instruments juridiques des collectivités locales pour se rebeller face à ce type de chose existent parce que selon la loi, (…) même si tu décrètes l’état d’urgence, tu dois respecter les compétences locales, ce qui n’a pas du tout été le cas. S’ils avaient voulu, ils auraient pu s’y opposer, faire des recours mais ils ont fini par accepter, ils ont signé le Pacte, en espérant toucher de l’argent (…). Au final, c’est une question politique. Fondamentalement tout le monde se fiche que les immigrés aient des services ou non ; l’important c’est de toucher de l’argent. Surtout si ce sont les associations du territoire qui travaillent. Pour les collectivités locales, c’est un moyen de résoudre le problème du chômage, parce que ce sont des postes de travail, une nouvelle économie » (Novembre 2011).

31La procédure d’urgence facilite donc les transactions informelles, définies comme « le flux d’échanges et les arrangements contractés en dehors du cadre institutionnel et aux marges des procédures légales entre des acteurs publics et privés à l’occasion de la passation d’un marché public » (Maccaglia, 2013, p.13-14). Ce terme, à la différence de celui de corruption, n’exprime pas de jugement normatif et permet d’observer sociologiquement les interactions sociales, les dynamiques de fonctionnement de l’acteur public, le mode d’organisation du marché et du gouvernement local. En outre, les tractations sont parfois conclues sans qu’une norme de droit ait été transgressée. Les dépositaires du pouvoir public détournent ainsi les principes de neutralité et d’intérêt général au profit de certains opérateurs et garantissent à certaines entreprises locales ou à certains acteurs publics (comme la nomination du coordinateur régional du Pdl comme responsable de la gestion de Mineo, voir p.7) un accès privilégié aux biens publics. Il est difficile de prouver l’existence de transactions informelles car cela implique de reconstruire les conditions de formation de ces accords et de rendre compte des relations interpersonnelles et des négociations secrètes. Mais les témoignages des militants locaux, les enquêtes journalistiques (notamment celles d’Antonio Mazzeo) et l’examen des coopératives sélectionnées et des acteurs politiques chargés du CARA de Mineo confirment l’hypothèse de logiques officieuses à la base des politiques migratoires et des politiques territoriales.

32Les militants locaux ont utilisé principalement trois répertoires : suppléer les carences de services fournis dans le CARA, la contre-information et le répertoire démonstratif. La plupart de ces militants partagent une carrière militante (Becker, 2012 ; Agrikoliansky, 2001) au cours de laquelle ils ont acquis des savoir-faire protestataires, des compétences pratiques et cognitives particulières qui leur ont permis d’avoir un capital militant, c’est-à-dire « un ensemble de savoirs et de savoir-faire mobilisables lors des actions collectives » (Matonti & Poupeau, 2004, p.8). Ils ont bénéficié de ce processus d’apprentissage en s’engageant dans la défense de diverses causes, en particulier à l’occasion des manifestations contre les politiques d’immigration et des protestations pacifistes organisées en Sicile depuis le milieu des années 1980 (Piazza, 2009). Cette formation commune leur a également permis de renforcer leurs connaissances mutuelles.

33En premier lieu, les militants ont cherché à améliorer la situation des étrangers hébergés dans le CARA. Parmi les nombreux exemples, on peut mentionner l’action du RAC (composé de divers militants, des syndicats de base et d’avocats) qui offre, chaque semaine, un service d’assistance juridique à l’extérieur du centre. Par ailleurs, ils réalisent un travail de médiation en organisant des rencontres entre les immigrés du CARA et les résidents et agriculteurs de la zone, victimes de vols de leurs légumes par les étrangers qui se rendent à Mineo à pied.

34En second lieu, ils ont cherché à publiciser la situation de Mineo en faisant un travail de contre-information et en sortant du cadre local. En se rendant devant le CARA et en parlant avec les demandeurs d’asile, les militants ont réussi à publiciser plusieurs informations sur les conditions de vie des demandeurs d’asile et sur la gestion du centre. Désormais, comme le suggère le porte-parole du RAC, le CARA de Mineo est davantage suivi au niveau national qu’en Sicile.

  • 16 Littéralement, ce terme renvoie à un contingent militaire posté devant un lieu pour le contrôler et (...)

« Tout ceci a montré qu’il existait une autre Lampedusa dans la province de Trapani Mineo. Et de là, est né le réseau des presidi16 dans toute la Sicile, surtout entre Trapani, Mineo et Lampedusa, les points les plus chauds (…). Mais vu la torpeur générale, on a lancé une campagne nationale pour la fermeture du méga CARA de Mineo qui a été reprise au niveau national par les réseaux antiracistes (…). Le problème est que le cas de Mineo est plus suivi au niveau national et international qu’au niveau régional et encore plus local » (Novembre 2011).

35En publiant des informations sur des médias alternatifs, principalement des blogs (Blog Sicilia, Melting Pot Europa, Fortress Europe, AntonioMazzeo Blog), des journalistes et des militants ont contribué à inscrire le cas de Mineo dans l’espace public italien. En prenant contact avec des associations européennes et en publiant ces informations dans plusieurs langues, ils sont aussi parvenus à susciter la mobilisation d’associations et de militants non italiens, contribuant à faire du CARA de Mineo un enjeu de militantisme transnational. Ils bénéficient d’ailleurs du soutien de diverses organisations internationales comme le HCR, MSF, le Conseil Italien pour les Réfugiés (CIR) et de certaines associations nationales laïques (ASGI, ARCI, Senza Confine) et chrétiennes (Centre Astalli, Communauté Sant’Egidio…).

  • 17 Ce terme allemand, qui signifie « camp », est utilisé par les militants, par la sphère académique, (...)

36D’une autre manière, MSF présent dans le centre pendant deux mois publie, en juin 2011, un rapport au titre évocateur : « De l’enfer aux limbes ». La publication de ce texte, basé sur les témoignages des hôtes du CARA, était une façon de faire parvenir aux journalistes et à la société civile – exclus du CARA en vertu de la circulaire 1305 – des informations sur les conditions de vie des étrangers retenus. En novembre 2011, le comité territorial de l’ARCI Catane transmet un rapport à une délégation de parlementaires européens qui visitent divers CIE et CARA en Sicile. La recherche de soutiens extérieurs à l’espace local pour publiciser le cas de Mineo passe aussi par le recours à d’autres réalités locales. En mars 2011 par exemple, le RAC organise une rencontre entre les maires et les résidents du Calatino et le maire de Riace (Calabre), Domenico Lucano, célèbre dans toute l’Italie et en Europe pour avoir accueilli des centaines de demandeurs d’asile et de réfugiés dans son village de 700 habitants. Il qualifie Mineo de « Lager »17 et déclare : « La tendance du gouvernement Italien est de ne pas faire arriver les Tunisiens dans les grandes villes du nord et du centre de l’Italie » (La Repubblica 09/03/2011).

37Enfin, un troisième répertoire se réfère aux actions démonstratives menées par les militants et les migrants. Les militants organisent des manifestations devant le CARA et, les migrants, soutenus par les militants locaux ont, à plusieurs reprises, bloqué les voies de circulation situées face au CARA. La première révolte, le 10 mai 2011 conduit à la création, le 19 mai, d’une sous-commission territoriale de Syracuse spécifiquement chargée d’examiner les demandes des hôtes du CARA de Mineo. Mais le temps moyen nécessaire à l’examen de toutes les demandes reste supérieur à un an. Grâce à la manifestation suivante, la commission de Syracuse détache une autre sous-commission trois fois par semaine avec l’objectif d’atteindre 80 auditions hebdomadaires. Cette mesure positive ne permet cependant pas de garantir l’examen des demandes en suspens en de brefs délais. D’autres protestations ont donc lieu en 2011, 2012 et 2013 sans que les revendications des migrants n’aboutissent. Le RAC interagit fréquemment avec les étrangers du CARA et organise notamment des rencontres avec les représentants des différentes communautés étrangères présentes dans le CARA pour impliquer les migrants dans les luttes. L’engagement des populations vulnérables, privées de ressources, dans des mouvements de protestation est une question largement analysée par la sociologie des mobilisations (Siméant 1998 ; Piven & Cloward 1978). Un militant local souligne que l’empowerment des principaux protagonistes, les demandeurs d’asile du CARA, est difficile. Il dénonce la stratégie des autorités chargées de gérer le centre qui transfèrent régulièrement les migrants les plus pugnaces afin d’éviter toute révolte.

« La situation s’est chloroformisée après la quatrième révolte [juillet 2011]. Pendant l’été (…), environ 500 immigrés ont été transférés dans d’autres CARA. Il s’agissait des plus combattifs comme par hasard. Il y a un mois, environ 200 ont été envoyés à Milan. Le turn-over est fort, et ça affaiblit les potentialités [de lutte] » (Novembre 2011)

38Enfin, il convient de souligner que bien souvent, les militants locaux essaient de faire le lien entre les diverses causes dans lesquelles ils sont engagés, en particulier entre la question migratoire, pacifiste et environnementale. Ce multi-positionnement est le résultat de la carrière militante évoquée précédemment. En effet, plusieurs militants locaux partagent un parcours militant dans le domaine de l’immigration et celui du pacifisme. La question pacifiste a largement mobilisé la société civile sicilienne depuis le milieu des années 1980 lorsque des actions de protestation ont été menées contre l’installation des euromissiles à Comiso et Sigonella. A l’occasion des diverses manifestations et évènements organisés devant le CARA de Mineo, le lien entre immigration et pacifisme est presque toujours invoqué :

« Nous demandons que la libre circulation et la régularisation de tous les immigrés soient garanties (…). La Sicile ne doit pas être un lager pour immigré, ni une poudrière de machine de mort et de bases militaires USA-OTAN mortelles » (Manifestation régionale organisée le 18 décembre 2011, Réseau Antiraciste Catanais).

  • 18 Le MUOS (Mobile User Objective System) est un satellite de télécommunication géostationnaire de la (...)

« A Messine, Palerme, Niscemi et devant le CARA, des manifestations auront lieu pour rappeler les victimes des naufrages trop nombreux survenus dans le Canal de Sicile (…), dire non à la législation sécuritaire et raciste dans le domaine des migrations, demander la fermeture du CARA (…). La Sicile doit être un pont de paix sur la Méditerranée. C’est pour cela que nous voulons unir les protestations des demandeurs d’asile contre la politique de ségrégation avec les batailles contre le MUOS18 et les bases militaires » (Conférence de presse organisée devant le CARA le 16 décembre 2013 pour présenter les initiatives de la journée d’action globale pour les droits des migrants fixée au 18 décembre, témoignage d’un militant local).

Conclusion

39Le CARA de Mineo illustre donc l’orientation sécuritaire de la politique d’asile de l’Italie, la gestion dans l’urgence des flux migratoires, l’homogénéisation du traitement et des représentations des étrangers indésirables et la délégation, à des acteurs non étatiques, des fonctions de contrôle de la mobilité qui ont donné lieu à une fructueuse industrie des migrations. Si la sécurisation des politiques d’immigration et d’asile a été largement analysée, la privatisation de la gouvernance de la mobilité humaine et sa gestion dans l’urgence ont suscité un intérêt plus récent du monde académique. Pourtant, ces éléments permettent de décloisonner les catégories habituelles : public/privé, formel/informel, contrôle/facilitation de la migration. Ils questionnent également le redéploiement de l’Etat et la recomposition de l’action publique territoriale à travers les interactions et les coalitions tacites qui s’établissent entre la sphère publique et les acteurs non étatiques. L’Etat n’est ni affaibli, ni désengagé. Au contraire, il fait preuve d’une capacité d’adaptation qui lui permet de renforcer son pouvoir. Plus spécifiquement, il conviendrait de penser les acteurs de l’industrie des migrations et leurs pratiques comme des facteurs structurant la mobilité internationale et la gouvernance des migrations. Par ailleurs, l’analyse des mobilisations contre le CARA de Mineo a révélé l’existence de résistances locales face à des mesures conçues par les niveaux de gouvernement supérieurs et a éclairé la convergence temporaire des intérêts d’acteurs locaux hétérogènes, aux cadres interprétatifs différents. Plus largement, elle a permis de souligner les enjeux économiques et politiques à l’origine de la mobilisation de certains acteurs, éclairant les logiques de marchandage qui entourent la politique migratoire.

  • 19 Cette opération est lancée juste après le naufrage du 3 octobre 2013 qui a causé la mort de 366 mig (...)
  • 20 Nouveaux accords de réadmission signés avec la Tunisie et la Libye, mesures de refoulement différé (...)

40Si en 2012 les arrivées en Italie ont diminué (les étrangers ont utilisé principalement la route gréco-turque et celle bulgaro-turque), depuis le printemps 2013, elles ont repris. Mais les dernières réponses italiennes  - le lancement, en octobre 2013, de l’opération militaro-humanitaire Mare Nostrum19 et le durcissement de la lutte contre l’immigration irrégulière20 n’ont pas résolu le problème des arrivées maritimes. La gestion dans l’urgence se poursuit et les délais nécessaires pour formuler une demande d’asile ont augmenté. Si le CARA de Mineo n’est qu’un exemple parmi d’autres, il permet d’éclairer la problématique de la prise en charge des migrations indésirables en Méditerranée et des enjeux économiques et politiques qui la sous-tendent. Cet article a donc éclairé les dynamiques horizontales (relations entre les acteurs locaux mobilisés) et verticales (relations entre les différents niveaux de gouvernement) que le CARA de Mineo fait apparaitre, et en particulier les interactions, les tensions et les contradictions structurant les mécanismes de gouvernance multiniveau des flux migratoires.

Haut de page

Bibliographie

AGAMBEN, G., 2003, Lo stato di eccezione, Torino, Bollati Boringhieri.

AGIER, M., 2008, Gérer les indésirables: Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

AGRIKOLIANSKY, Éric., 2001, « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la Ligue des droits de l’homme dans les années 1980 », Revue française de science politique, vol. 51, n°1, p. 27-46.

ANDERSSON, R., 2014, Illegality, inc.: Clandestine Migration and the Business of Bordering Europe, Oakland, CA, University of California Press.

BASSI, M., FINE, S., 2013, « La gouvernance des flux migratoires "indésirables" - Cas d'étude de Calais et Lampedusa », Hommes et migrations, n°1304.

BECKER, H.S., 2012, Outsiders : études de la sociologie de la déviance, Paris, Métaillié.

BERNARDIE-TAHIR, N., SCHMOLL, C., 2014, « Islands and Undesirables: Introduction to the Special Issue on Irregular Migration in Southern European Islands », Journal of Immigrant & Refugee Studies, vol. 12, no 2, p. 87‑102.

BIGO, D., 1998, « Sécurité et immigration : vers une gouvernementalité par l’inquiétude ? », Cultures & Conflits, n°31-32, p. 13-38.

BIGO, D., GUILD, E., 2010, « The Transformation of European Border Controls», in Ryan B., Mitsilegas, V., Extraterritorial Immigration Control. Legal Challenges, Leiden, Brill Academic Pub, p. 252-273

CAMPANI, G., 1992, « L’Italie et les Albanais », Hommes et Migrations, vol. 1155, p. 38-43.

CUTTITTA, P., 2006, I confini d’Europa a Sud del Mediterraneo. Strumenti e incentivi per l’esternalizzazione dei controlli, in Cuttitta, P., Vassallo Paleologo, F., Migrazioni, frontiere, diritti, Naples, ESI, p. 13-40.

GAMMELTOFT-HANSEN, T., NYBERG SØRENSEN, N., (eds.), 2013, The Migration Industry and the Commercialization of International Migration, New York, Routledge London.

GOFFMAN, E., 1968, Asiles. Etude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Editions de Minuit.

GUILD, E., 2009, Security and Migration in the 21st Century, Cambridge, Polity Press.

GUIRAUDON, V., LAHAV, G., 2000, « A Reappraisal of the State Sovereignty Debate: The Case of Migration Control », Comparative Political Studies, vol. 33, n°2, p. 163-195.

HERNÁNDEZ-LEÓN, R., 2005, « The Migration Industry in the Mexico-U.S. Migratory System », California Center for Population Research.

HERNÁNDEZ-LEÓN, R., 2013 « Conceptualizing the migration industry », in Gammeltoft-Hansen, T., Nyberg Sørensen, N., (eds.), The Migration Industry and the Commercialization of International Migration, London; New York, Routledge, p. 24‑44.

HUYSMANS, J., 2000, « The European Union and the Securitization of Migration », Journal of Common Market Studies, vol. 38, n°5, p. 751-777. 

JOBERT, A., 1998, « L’aménagement en politique ou ce que le syndrome NIMBY nous dit de l’intérêt général », Politix, vol. 11, n°42, p. 67-92.

LEMAIRE, L., 2014, « Islands and a Carceral Environment: Maltese Policy in Terms of Irregular Migration », Journal of Immigrant & Refugee Studies, vol. 12, n°2, p. 143-160.

MACCAGLIA, F., 2013, « Trafic d'influence et privatisation de l'État : la mise en marché de la gestion des déchets en Sicile », Espaces et sociétés, vol. 4, n°155, p. 13-33.

MACCAGLIA, F., 2008, « Sortir de l’urgence par l’urgence. L’impossible réforme de la gestion des déchets en Sicile », Annales de la recherche urbaine, n°105, p. 121-135.

MATONTI, F., POUPEAU, F., 2004, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 155, p. 4-11.

MENZ, G., 2013, « The neoliberalized state and the growth of the migration industry », in Gammeltoft-hansen, T., Nyberg Sørensen, N., (eds.), The Migration Industry and the Commercialization of International Migration, London; New York, Routledge, 2013, p. 108‑127.

PAOLETTI, E., 2011, The migration of Power and North-South Inequalities: the case of Italy and Libya, Basingstoke; New York, Palgrave Macmillan.

PIAZZA, G., 2009, « Dal locale al globale: le campagne di protesta contro le basi militari in Italia », in Longo, F., Mangano, A., Piazza, G., Saitta, P., Come i problemi globali diventano locali. Proteste, guerre, migrazioni e deriva securitaria, Catania, Terrelibere.org., p. 18-45.

PECHU, C., 2001, « Les générations militantes à Droit au logement », Revue française de science politique, vol. 51, n°1, p. 73‑103.

PIVEN, F. CLOWARD R., 1979, Poor People’s Movements: Why They Succeed, How They Fail, New York, Vintage Books.

PIRRONE, M-A., (a cura di), 2007, Crocevia e trincea. La Sicilia come frontiera mediterranea, Roma, XL edizioni Sas.

RITAINE, E., 2012, La fabrique politique d’une frontière européenne en  Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union, Paris, Etudes du CERI, n°186.

RODIER, C., 2012, Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ?, Paris, La Découverte.

SIMEANT, J., 1998, La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po.

SCHUSTER, L., 2011, « Turning refugees into “illegal migrants”: Afghan asylum seekers in Europe », Ethnic and Racial Studies, vol. 34 n°8, p. 1392-1407.

TILLY, C., TARROW, S., 2008, Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences Po.

WIHTOL DE WENDEN, C., 2012, « La frontière dans les relations internationales : les révolutions arabes et le contentieux franco-italien à propos de Schengen », Migrations Sociétés, vol. 24, n°140.

ZINCONE, G., 2006, « The Making of Policies: Immigration and Immigrants in Italy », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 32, n°3, p. 347-375.

Rapports institutionnels et associatifs

Conseil de l’Union européenne, Directive 2003/9/CE du Conseil du 27 janvier 2003 relative à des normes minimales pour l'accueil des demandeurs d'asile dans les États membres, Journal officiel de l’Union européenne, L 31/18, 06/02/2003,

IOM External Situation Report, IOM response to the Libyan crisis, 31/10/2011, URL: http://www.migration-crisis.com/libya/page_sitreps/extsitreps/external_sit_rep_31st_october.pdf, consulté le 21/02/2014.

Medici Senza Frontiera, « Dall’inferno al limbo, le voci dei migranti », 06/2011.

Ministero dell'Interno, Statistiche, Quaderno statistico per gli anni 1990-2013, http://www.interno.gov.it/mininterno/export/sites/default/it/assets/files/28_2014/2014_06_27_Quaderno_statistico_per_gli_anni_1990_-_2013.pdf, consulté le 17/04/2014.

Presse et Blogs

CAFERO, T., « Giornata di lotta con suicidio a Mineo », Il Manifesto, 16/12/2013, http://ilmanifesto.it/giornata-di-lotta-con-suicidio-a-mineo/

COSENTINO, R., « Lucano, sindaco di Riace: "Mineo? Un lager" », Terrelibere.org, 09/03/2011, http://www.terrelibere.org/4173-lucano-sindaco-di-riace-mineo-un-lager/

COSENTINO, R., « Il grande business dei centri accoglienza. La loro gestione diventa una miniera d’oro », La Repubblica, 16/10/2013. http://inchieste.repubblica.it/it/repubblica/rep-it/2013/10/16/news/clandestini_il_grande_business_da_lampedusa_a_roma-68743833/

MAZZEO, A., Mineo, profughio Spa, Antonio Mazzeo Blog, 06/04/2011, http://antoniomazzeoblog.blogspot.fr/2011/04/mineo-profughi-spa.html

MAZZEO, A., Businesss Mineo. Gli affari del lager, Antonio Mazzeo Blog, 11/12/2011 http://antoniomazzeoblog.blogspot.fr/2011/12/business-mineo-gli-affari-del-lager.html

VASSALLO PALEOLOGO, F., « Sicilia - Il disastro della prima accoglienza alla vigilia di una emergenza annunciata », Melting Pot Europa, 24/03/2014, http://www.meltingpot.org/Sicilia-Il-disastro-della-prima-accoglienza-alla-vigilia-di.html#.UzlzMG1Z6d6

« Rischio esodo dalla Libia, Viminale preoccupato. Frattini: l'Italia non può essere lasciata sola », Il Messaggero.it, 21/02/2011.

http://www.ilmessaggero.it/articolo_app.php?id=36600&sez=HOME_NELMONDO&npl=&desc_sez=

« Migranti, allarme sbarchi a Lampedusa. Maroni: aiuti Ue o non ce la facciamo », Il Messaggero.it, 07/03/2011, http://www.ilmessaggero.it/home_initalia/primopiano/migranti_allarme_sbarchi_a_lampedusa_maroni_aiuti_ue_o_non_ce_la_facciamo/notizie/140985.shtml.

Principaux sites internet

Fortress Europe : http://fortresseurope.blogspot.fr/

Melting Pot Europa: http://www.meltingpot.org/

Antonio Mazzeo Blog: http://antoniomazzeoblog.blogspot.fr/

Haut de page

Notes

1 Pour cette recherche, 72 entretiens semi-directifs ont été menés, entre juillet 2010 et mai 2013, auprès d’acteurs engagés sur la question migratoire en Sicile : associations chrétiennes et laïques, prêtres, syndicats, avocats, médecins, fonctionnaires territoriaux, élus locaux…

2 En parallèle des structures sécuritaires que sont les CID, l’Italie a développé, depuis la fin des années 1990, des programmes humanitaires en faveur des demandeurs d’asile et des réfugiés. Après la guerre du Kosovo en 1999, qui provoque d’importants flux de réfugiés, l’Italie, aidée par l’UE, met en place un réseau d’accueil pour les demandeurs d’asile qui repose sur une collaboration entre les communes italiennes et le tiers secteur. Sur la base de cette expérience, le HCR, le ministère de l’Intérieur et l’Association nationale des communes italiennes lancent, en 2001, le Projet National Asile (PNA). Ce programme prévoit d’héberger des demandeurs d’asile et des réfugiés dans de petites structures, avec l’aide du secteur associatif qui est chargé de délivrer des services d’aide juridique et sociale visant à soutenir l’intégration future des étrangers en Italie. En 2002, la loi Bossi-Fini remplace le PNA par le Système de protection pour demandeurs d’asile et réfugiés (SPRAR). Les centres SPRAR accueillent les demandeurs d’asile et les réfugiés pour une durée maximale de six mois. Contrairement aux centres de rétention administrative et aux CID, il s’agit de centres d’accueil ouverts (les hôtes sont libres d’en sortir lorsqu’ils le souhaitent), gérés par les communes et non par le ministère de l’Intérieur.

3 On assiste, depuis une dizaine d’années, à la multiplication des structures de rétention pour les étrangers en situation irrégulière et les demandeurs d’asile dans les îles européennes (Malte, Chypre, Iles grecques, Sicile…), les transformant en lieux de filtrage, de sécurisation et de contrôle (Lemaire 2014).

4 Le 5 avril 2011, le gouvernement italien accorde un permis de séjour humanitaire d’une durée de six mois et un titre de voyage aux « citoyens de pays d’Afrique du nord » arrivés en Italie entre le 1er janvier et le 5 avril 2011 (De Wenden 2012).

5 A la fin du mois d’octobre 2011, 96% des 764 150 immigrés ayant fui la Libye s’étaient réfugiés dans les pays limitrophes, en particulier en Tunisie et en Egypte (IOM 2011).

6 Pendant plusieurs décennies, l’industrie des migrations a souffert d’une faible théorisation et les quelques recherches portant sur ces activités limitaient leur analyse aux pratiques informelles ou illicites. Pour une revue de la littérature sur ce sujet, voir : Gammeltoft-Hansen & Nyberg Sorensen, 2013. Voir aussi les travaux de Rubén Hernández-León 2005 ; de Claire Rodier, 2012 et de Ruben Andersson, 2014.

7 Le Calatino est une partie de la Sicile orientale qui dépend de la province de Catane et qui compte quinze communes.

8 Homme politique originaire de Sicile, il a longtemps été présenté comme le dauphin de Silvio Berlusconi. Nommé ministre de la Justice  en 2008, il quitte son ministère en juillet 2011 pour se consacrer à la charge de secrétaire général du parti de centre-droit, le Peuple de la Liberté. En avril 2013, deux mois après les élections législatives, il est nommé vice-président du Conseil des ministres, et ministre de l'Intérieur du gouvernement Letta. Il conserve son poste de ministre de l’Intérieur dans le gouvernement de Matteo Renzi après s’être éloigné de Silvio Berlusconi à la fin de l’année 2013.

9 En 2004, des commissions territoriales décentralisées sont instituées dans plusieurs villes italiennes afin d’accélérer les procédures de reconnaissance de la protection internationale. Sur les dix commissions instituées, deux se trouvent en Sicile.

10 Un Erythréen de 21 ans, arrivé en mai 2013 dans le CARA de Mineo, est retrouvé pendu en décembre 2013.

11 Entretiens réalisés avec des migrants hébergés dans le CARA et avec leur avocat.

12 Au cours de ce travail empirique, je me suis rendue devant le CARA de Mineo. Je n’ai pas pu y entrer mais j’ai parlé avec une dizaine de migrants hébergés dans le centre et avec des militants engagés contre le CARA.

13 Ils recommandent de développer le système des centres SPRAR.

14 Cette solution visait en fait à vider les CARA italiens pour les transformer en CIE (thèse en cours de rédaction).

15 Palagonia est la seule commune du Calatino à ne pas avoir adhéré au consortium Calatino Terre d’accueil. Son maire, Fabio Marletta, du Parti de Refondation Communiste, déclare: « Les institutions du territoire, le communes du Calatino, ont renoncé à critiquer le CARA (…). On échange la vie des immigrés contre quelques postes de travail pour les coopératives et les entités de gestion » (Il Manifesto 16/12/2013).

16 Littéralement, ce terme renvoie à un contingent militaire posté devant un lieu pour le contrôler et/ou le défendre. Il revient régulièrement dans les témoignages des militants pour exprimer une action de blocage d’un lieu, en général les CIE ou pour empêcher une action contestée (expulsion, construction d’un CIE…).

17 Ce terme allemand, qui signifie « camp », est utilisé par les militants, par la sphère académique, et par quelques journaux depuis le début des années 2000, en particulier après le vote de la loi Bossi-Fini.

18 Le MUOS (Mobile User Objective System) est un satellite de télécommunication géostationnaire de la Marine américaine situé à Niscemi, en Sicile. Son installation a débuté en 2010 et suscite, depuis, de nombreuses protestations des habitants de la région qui dénoncent sa nocivité pour l'environnement et pour leur santé.

19 Cette opération est lancée juste après le naufrage du 3 octobre 2013 qui a causé la mort de 366 migrants au large de Lampedusa. Financée par l’Italie, elle a pour objectif de surveiller 24h/24 la Méditerranée afin de prévenir d’autres accidents tragique et d’identifier les bateaux utilisés par les trafiquants.

20 Nouveaux accords de réadmission signés avec la Tunisie et la Libye, mesures de refoulement différé privant les immigrés de la possibilité de demander l’asile…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Structures destinées à contrôler l’immigration indésirable en Italie
Crédits Source : Elaboration de l'auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3354/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Tableau 2. Flux migratoires arrivés en Italie par voie maritime
Crédits Source : Elaboration de l’auteur à partir des données du ministère de l'Intérieur italien, de l’IOM (2011) et du site Fortress Europe
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3354/img-2.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Bassi, « Politiques de contrôle et réalités locales : le cas du centre d’accueil (pour demandeurs d’asile) de Mineo en Sicile », L’Espace Politique [En ligne], 25 | 2015-1, mis en ligne le 05 avril 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3354 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3354

Haut de page

Auteur

Marie Bassi

Doctorante
Science Po Paris, CERI
bassi.marie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org