Navigation – Plan du site

La justice spatiale et la ville. Regards du Sud (Gervais-Lambony P., Bénit-Gbaffou C., Piermay J.-L., Musset A., Planel S.)

Catherine Fournet-Guérin
Référence(s) :

Gervais-Lambony P., Bénit-Gbaffou C., Piermay J.-L., Musset A., Planel S., La justice spatiale et la ville. Regards du Sud, Paris, Karthala, 2014.

Texte intégral

1Le choix des éditions Karthala pour la parution en 2014 du livre collectif consacré à l’exploration de la notion de justice spatiale depuis les villes du Sud ne pouvait être meilleur, tant cette maison est depuis sa fondation associée à des travaux scientifiques portant sur les mondes extra-européens, sur les enjeux de pauvreté, d’injustice et de développement et enfin est caractérisée par la présence d’une forte dimension éthique dans son catalogue.

  • 1 Ce programme, « Justice spatiale, gouvernance et territorialisation dans les villes des Suds », a n (...)

2Ce livre est l’aboutissement d’un programme financé par l’Agence Nationale de la Recherche, qui était symboliquement intitulé « Jugurta1 », allusion au roi du Numidie, Jugurtha, décédé dans les geôles romaines au IIe siècle avant Jésus-Christ et devenu un personnage emblématique d’une lecture différente de l’histoire et des sociétés selon que l’on soit « au Nord », historiquement dominant, ou « au Sud », souvent dominé dans le cadre colonial : barbare méconnu en Occident, Jugurtha est un héros au Maghreb, comme en témoigne d’ailleurs le fait que son nom soit parfois attribué comme prénom à des enfants naissant aujourd’hui en France.

3Les vingt-cinq contributeurs du livre, pour l’essentiel géographes et urbanistes, originaires de France, mais aussi d’Afrique du Sud, du Maroc, du Togo, du Bénin ou du Kenya, ont, depuis le milieu des années 2000, pour objet de travail commun l’approfondissement de la notion de justice spatiale. Il s’agissait pour ces chercheurs de repartir de la diversité des définitions de la justice (sociale), dans les travaux de Young, de Fraser ou de Rawls (philosophie politique), ainsi que de géographes, comme les Français Alain Reynaud et Bernard Bret, puis de les discuter afin de proposer une approche renouvelée de la justice spatiale. Celle-ci est alors définie comme « l’approche spatiale de la justice sociale, entendue dans ses différentes dimensions, tant de distribution équitable que de reconnaissance » (p. 5). Il est posé que l’injustice sociale s’inscrit dans l’espace et que réciproquement l’organisation même de l’espace est créatrice d’injustice. L’un des objectifs du travail consiste alors à réfléchir sur les politiques territoriales visant à la réduction des injustices : quelles échelles ? quelles modalités ?

4Les auteurs ont tous adopté la même optique : une recherche fondée sur l’expérience du terrain, une approche dite « par le bas », c’est-à-dire en prenant en compte les pratiques et les représentations des acteurs concernés, tels les habitants ou les usagers. D’où une présence importante de l’échelle locale dans les analyses. Il s’agit alors d’un travail à la fois ambitieux et humble qui relève à la fois de la géographie politique, sociale, urbaine, culturelle, et, plus largement, qui s’inscrit dans un courant de pensée qui défend des positions humanistes. Un extrait du quatrième de couverture explicite cette position : « Il s’agit bien ici d’affirmer le droit plein et entier des villes des territoires post-coloniaux, où vivent aujourd’hui la majorité des citadins de la planète, à servir d’exemples dans des débats théoriques sur l’urbain en général. »

5L’ouvrage est construit autour de thématiques (cf. infra), déclinées en chapitres, tous écrits par plusieurs contributeurs. De ce fait, le livre n’est pas une juxtaposition de textes mal reliés entre eux et sans cohérence d’ensemble comme c’est souvent le cas, mais chaque chapitre a été véritablement co-écrit par plusieurs auteurs et tous ont travaillé à l’élaboration d’ensemble. Dans chacun d’entre eux sont développées à la fois des analyses théoriques et des études de cas, fréquemment présentées sous la forme d’encadrés passionnants à lire - une quarantaine en tout. Plus que de l’ensemble des villes du Sud, il s’agit pour l’essentiel d’exemples pris en Afrique, et en particulier dans les grandes villes et/ou les capitales - facilités et contraintes de recherches obligent : Le Cap, Johannesburg, Maputo, Nairobi, Lomé, Casablanca, Léon (Nicaragua) - seul cas extra-africain permettant de justifier le sous-titre, « regards du Sud » ! - entre autres.

6Dans la première partie, sans doute la plus théorique, « Echelle et justice spatiale », sont abordées des thématiques politiques : la question du partage des pouvoirs à différentes échelles (chapitre 1), la prise en compte de l’échelle spatiale comme une ressource politique (chapitre 2), les auteurs évoquant la notion de « réétalonnage scalaire », et les stratégies d’acteurs à différentes échelles dans la quête d’une ville plus juste (chapitre 3). Les auteurs justifient l’intérêt de leur démarche : « en plaçant au cœur de nos analyses la question des échelles, nous contribuons à montrer en quoi les enjeux de justice gagnent à être abordés dans leur dimension spécifiquement spatiale » (p. 71).

7Dans la deuxième partie, intitulée « Justice et territorialisation », le choix des entrées se fait par l’étude des représentations de la justice et de l’injustice : quels sont les discours sur la justice émanant de différents acteurs, qu’ils soient plutôt dominants (chefs d’entreprise) ou nettement dominés (habitants de quartiers détruits et déplacés ailleurs) ? Un chapitre aborde les programmes participatifs au regard de l’action publique, un autre les enjeux liés aux services urbains, un autre encore les déguerpissements. Celui consacré à l’étude de la réparation des injustices du passé et à ses traductions dans l’espace urbain est particulièrement original.

8La troisième et dernière partie est centrée sur les « expressions du juste et de l’injuste et [les] mobilisations collectives ». On y retrouve les questionnements relatifs au passé, aux mémoires, sous un angle post-colonial (chapitre 10), une étude des « résistances quotidiennes à l’injustice en ville » ou encore une réflexion sur les mouvements sociaux urbains, encore peu développés en Afrique notamment.

9La justice spatiale et la ville constitue un très riche livre polyphonique, dans lequel sont posés des jalons théoriques très solides tout en restant ouvert à la discussion, doté d’un appareil bibliographique d’une très grande densité qui ne manquera pas d’être utile à nombre de chercheurs ou autres et qui comporte de très nombreux exemples précis et concrets. La lecture d’ensemble, pour un non spécialise, s’avère néanmoins dense, très analytique et d’accès peut-être malaisé. C’est pourquoi il peut être pertinent d’aborder la lecture de manière non linéaire, par fragments.

10Cet ouvrage restera comme une contribution précieuse à l’étude des villes du Sud et des injustices dans l’espace. « L’injustice, c’est la fragmentation de l’espérance » a déclaré l’un des auteurs lors de la soutenance de sa thèse : puisse ce livre contribuer au progrès de la justice sociale, ici et ailleurs dans le monde.

Haut de page

Notes

1 Ce programme, « Justice spatiale, gouvernance et territorialisation dans les villes des Suds », a notamment conduit à la création en 2009 d’une revue bilingue en ligne, Justice spatiale : http://www.jssj.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Fournet-Guérin, « La justice spatiale et la ville. Regards du Sud (Gervais-Lambony P., Bénit-Gbaffou C., Piermay J.-L., Musset A., Planel S.) », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 09 avril 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3423

Haut de page

Auteur

Catherine Fournet-Guérin

Maître de conférences
Université de Reims Champagne-Ardenne HDR
catherine.fournet@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org