Navigation – Plan du site
(Géo)politique et Santé

(Géo)politique et Santé

(Geo)Politics and Health
Alain Vaguet et Michelle Bertho Huidal

Résumés

Article introductif du numéro 26 (2015-2) de la revue L’Espace politique intitulé « (Géo)politique et Santé »

Haut de page

Texte intégral

1Si on a pu dire que la santé a longtemps constitué l’impensé des sciences sociales et notamment de l’anthropologie (Fassin D., 1996), la situation a désormais changé. Toutes les disciplines des Sciences de l’Homme et de la Société, dont la géographie, montrent un intérêt grandissant pour la thématique santé. Les sciences médicales ne peuvent, à elle seules, l’embrasser car, « l'étude de la santé commence là où la maladie, sortant de la relation en principe confidentielle entre le patient et le thérapeute, met en jeu le corps social” (Fassin D., 2000). Dès lors, la santé “ne se réduit pas aux dimensions du corporel et du médical : elle embrasse des aspects juridiques, moraux, intellectuels, technologiques, que le réductionnisme sanitariste tend à escamoter » (ibidem).

2La présentation de la dimension politique de la santé la plus percutante revient certainement à Foucault (discours, 1974, publication des cours 2004). La « biopolitique », souligne comment les corps demeurent sous le contrôle des divers pouvoirs, tout au long de la vie des individus, en particulier par l’entremise de la médecine. De la même manière, Herzlich (1969, 1991) a elle aussi, conceptualisé la santé et la maladie comme une représentation sociale d’un dialogue nature/culture. Elle a montré comment la maladie n’existe pour l’individu que par-ce-que celui-ci ne vit pas seul. Il vit sous les contraintes du mode de vie, de l’altérité, de l’aliénation, du rapport à autrui. Dès lors, elle a pu soutenir que l’expérience de la maladie était liée à la société, « selon les modalités qu’elle fixe ».

3Fixer des modalités, pour le dire autrement, consiste aussi à mettre en place des objectifs politiques de vie en commun, de façon à ce que les déterminants non naturels des maladies, comme les inégalités, se réduisent. C’est ainsi que la santé entre directement en politique. Une éminente représentante de la santé publique, N. Krieger (2014), démontre très pédagogiquement dans tous ses travaux que les inégalités d’état de santé, raciales, ethniques et communautaires, ne sont rien d’autres que des reflets du contexte social dans lesquels ces groupes vivent1. Elle en conclu que pour les épidémiologistes qui sont concernés par une perspective de justice sociale, il est légitime d’interroger, voire de tenter de transformer l’économie politique pour améliorer l’état sanitaire général. Qu’on en juge par l’énumération des urgences qu’elle fixe : réduire l’exposition des professions à risques, instituer des salaires minimaux décents, prendre conscience des effets de la planification urbaine pour transcender les méfaits de la ségrégation qui conduisent à reléguer les plus démunis dans les endroits les plus à risques en terme d’exposition ; pousser les gouvernements à fixer des priorités et des structures orientées vers la justice... Et le plus extraordinaire pour notre propos, c’est que la mise en pratique de ses idées de lutte pour l’égalité, consiste pour N. Krieger, à faire usage, entre autres, d’un des moyens désormais familier aux géographes : les Systèmes d’Informations Géographiques (SIG).

4Tout ceci nous rappelle précisément combien, en matière de santé comme dans d’autres, la simple action de localiser des faits peut se révéler significative. Cette information, loin d’être anodine, demeure d’ailleurs si sensible qu’elle reste cachée ou difficilement accessible. Dans ce domaine, certains Etats jouent davantage le jeu de la transparence que d’autres. Par exemple, la cartographie des cas de sida, à l’échelle fine, dans le Bronx (N.Y.), publiée par P. Gould (1993), ne connait toujours pas d’équivalent en France.

5Il est vrai que la géographie s’est souvent fixée comme but, via les cartes ou les modèles, de montrer les différenciations dans l’espace. Relever les disparités d’état de santé consiste en une première étape, celle des atlas (Salem G. et al. 1999, 2006). Montrer que celles-ci sont parfois aussi des inégalités en est une autre, que Sarah Curtis (2004), par exemple, nous a aidé à assimiler du point de vue théorique en plusieurs « paysages »  de la pauvreté, de la domination, de la commercialisation...

6Les premiers détours vers le politique des géographes concernés par les questions de santé, remontent aux débuts de la géographie médicale, par exemple dans des incises de Sorre M. (1943). Celui-ci signalait par exemple qu’au delà des paramètres naturels, la malaria trouvait aussi « son remède dans la marmite », signifiant par là que la question sociale s’ajoutait également aux déterminismes climatiques. Ces points ont ensuite été repris et élargis par Picheral H., avec les systèmes pathogènes (1991) et une réflexion sur l’égalité ou l’équité de la distribution de l’offre de soins (1995).

7Tout un chacun en géographie de la santé a finalement plus ou moins abordé la question politique dans ses travaux (pathologies et sous-développement, justice spatiale et environnementale, comparaison entre les systèmes de soins des divers Etats, décentralisation et gouvernance etc.). Mais il revient toutefois à Olivier Lacoste d’avoir soutenu une thèse explicitement sur la géopolitique de la santé (1995) et avoir ainsi montré la puissance de la vision stratégique à l’échelle d’une Région française. Cette approche a été par la suite confirmée par les deux livraisons de la revue Hérodote (1999, 2011), qui traitent surtout du système français, au miroir de cas étrangers.

8Le titre de ce numéro spécial : (Géo)-Politique et Santé, avec une parenthèse, prend acte, sans vouloir les exacerber, des débats entre Géopolitique et Géographie Politique sur lesquels nous ne reviendrons pas ici (voir Stéphane Rozière, 2007). La géopolitique a fait ses preuves en matière de géostratégie territoriale et elle constitue un terme connu et apprécié, même s’il a été discuté. Les pouvoirs territoriaux, comme les Etats, et leurs limites administratives en constituent des objets de recherche classiques.

9Dans ce sens, les lecteurs trouveront dans ce numéro spécial une première série de 5 articles qui revisitent ces aspects géopolitiques. Le premier texte (Rapegno N. et Raveau J.F.) concerne les inégalités territoriales d’offre d’hébergements adultes handicapés. Il montre combien ces disparités pèsent lourdement sur la liberté des personnes mais aussi combien des efforts constants de l’Etat français ont amélioré sensiblement la situation. A l’inverse, le texte suivant (Fleuret S.) présente des initiatives de santé communautaires. Selon les territoires analysés (Mali, Canada, France), le succès semble variable, posant le problème de la diffusion et de l’avenir de ces alternatives d’origine locale, pourtant porteuses d’innovations.

10Les trois textes suivants concernent des maladies émergentes. L’épidémie Ebola 2014 (Loungou S.) fait clairement ressurgir le rôle des frontières, parfois injustement fermées (ou des transports interrompus) mais également les questions sociales et donc politiques. Gasquet C. dans un autre texte sur Ebola, d’hier et d’aujourd’hui, confirme combien ces aspects constituent le fond sur lequel cette pathologie trouve un terrain fertile. Finalement, dans le cas de la dengue (Daudé E.), comme pour Ebola, l’administration chargée de la surveillance épidémique et du contrôle de la maladie, peine toujours à mettre en oeuvre efficacement des modèles de lutte souvent décontextualisés.

11Dans la seconde partie de ce numéro, les textes font plutôt référence à d’autres entités de pouvoirs, plus réticulaires cette fois, même si les Etats restent incontournables. La mondialisation (et la dé-mondialisation) nous y invitent, avec ses marchés plus ou moins globalisés, ses entreprises transnationales, ses flux, licites ou pas ; tout comme ses questions d’émergence de nouvelles formes de citoyenneté, de gouvernance, voire de cosmopolitisme (Held D., 1995), sans oublier le pouvoir croissant de la charité sur la santé mondiale (Bertho-Huidal M., 2012). Chacun des auteurs du numéro témoigne de la croissance de l’influence des organismes supra nationaux, avec leurs grandeurs et leurs limites mais aussi celle des ONG et des puissances émergentes qui préfigurent peut-être un futur monde de la santé multi polaire.

12Le premier texte de cette seconde section (Colloc J.), concerne la question des informations médicales numérisées (big data). Elles peuvent rendre beaucoup de services aux personnes malades et aux professionnels de la santé mais dans leur globalité, elles risquent aussi d’échapper aux velléités de contrôle des Etats, au détriment de l’intimité individuel et du secret médical.

13Les deux articles suivants concernent les migrations internationales, avec des exemples pris dans des squats en France (Bergeon C. et Hoyez A.C.) et dans les taudis/bidonvilles d’Espagne (Rouland B.). Typiquement, dans les deux cas, le sanitaire se substitue ou devance le social, il constitue souvent, dans les lieux de transit ou d’arrivée, le premier contact officiel avec les clandestins du Système-Monde.

14La question de la globalisation des produits de santé clôture ce numéro (Vaguet A.). Elle montre que les polarités de la production et de la consommation pharmaceutiques évoluent sur l’ensemble du globe mais aussi comment l’accessibilité à ces produits essentiels dépend parfois de décisions prises à l’autre bout de la planète.

Haut de page

Bibliographie

BERTHO–HUIDAL M. 2012, Charity business. Le grand marché de la santé mondiale, Vendémaire.

CURTIS S., 2004, Health and Inequalities, geographical perspectives, Sage Publications.

FASSIN D., 1996, L’espace politique de la santé. Essai de généalogie, Presses Universitaires de France.

FASSIN D., 2000, Entre politiques de la vie et politiques du vivant. Pour une anthropologie de la santé, Anthropologie et Sociétés, 24, 1, pp.95-116.

FOUCAULT M., 2004, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France 1978-1979, Gallimard – Seuil.

GOULD P., 1993, The slow plague: a geography of the AIDS pandemic Wiley, Blackwell.

HELD D., 1995, From modern State to Cosmopolitan Governance, Standford University Press.

HERODOTE, 1999, Géopolitique et Santé Publique, La Découverte.

HERODOTE, 2011, Santé Publique et Territoires, La Découverte.

HERZLICH C., 1969, Santé et maladie, Analyse d’une représentation sociale, Ecole Pratique des Hautes Etudes, et Mouton.

HERZLICH C., PIERRET J., 1991, Malades d’hier, malades d’aujourd’hui, Payot.

SALEM G., RICAN S., JOUGLA E., 1999, Atlas de la santé en France, vol.1.

KRIEGER N, 2014, Discrimination and health inequities, in BERKMAN LF, KAWACHI I., GLYMOUR M. (eds), Social Epidemiology, Oxford University Press.

LACOSTE O., 1995, Géopolitique de la santé, le cas du Nord-Pas-de-Calais. Editions La Découverte.

PICHERAL H., 2001, Dictionnaire raisonné de géographie de la santé, Presses Université de Montpellier.

PICHERAL H., 1995, Réseau urbain et hiérarchie hospitalière, in Hôpitaux et Géographie des Soins, CREDES.

ROSIERE S. 2007, Comprendre l’espace politique, in L’Espace Politique n° spécial : Nouveaux enjeux, nouvelles approches.

SALEM G., RICAN S., KÜRZINGER M.L., 2006, Atlas de la santé en France, vol 2.

SORRE M., 1943, Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d’une écologie de l’homme, Armand Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Vaguet et Michelle Bertho Huidal, « (Géo)politique et Santé », L’Espace Politique [En ligne], 26 | 2015-2, mis en ligne le 22 juillet 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3441

Haut de page

Auteurs

Alain Vaguet

Maître de conférences en géographie
Université de Rouen - UMR IDEES
alain.vaguet@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Michelle Bertho Huidal

Chercheur
Université de Berkeley – Californie
michellebertho@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org