Navigation – Plan du site
(Géo)politique et Santé

Construction locale de la santé : quels sont les facteurs de réussite des projets locaux de santé communautaire ?

Local Construction of Health: What Are the ky Factors for Success in Local Community Health Project
Sébastien Fleuret

Résumés

L’échelle locale est le premier niveau en santé, tant en termes de soins, qu’en termes de prise en compte de ses déterminants non médicaux (sociaux et environnementaux). C’est, en principe, l’échelle de rencontre des acteurs de différents secteurs qui peuvent se retrouver dans la construction de projets communautaires en santé. Ce texte étudie, dans une comparaison internationale, les facteurs qui permettent la réussite de tels projets et identifie les dimensions principales qui composent ces facteurs et peuvent se résumer en trois enjeux : faire territoire, faire communauté, faire santé.

Haut de page

Texte intégral

1L’évolution récente des systèmes de santé dans les pays occidentaux a conduit à un désengagement croissant de l’Etat qui a mécaniquement reporté la charge sur les collectivités locales et sur la société civile. Ainsi, par exemple, le développement de l’ambulatoire a transféré un certain nombre de charges de l’hôpital à la sphère familiale et aux acteurs du territoire (ex. associations d’aide à domicile). La territorialisation de la santé a conduit les collectivités territoriales à prendre ce sujet à bras le corps, ceci d’autant plus que les évolutions législatives et réglementaires les y invitaient (développement de normes touchant au médico-social –ex. accessibilité-, instauration d’un volet santé dans les politiques de la ville, invitation par la loi HPST -Hôpital, patient, santé, territoire- à mettre en oeuvre des contrats locaux de santé, nécessité de faire face à la raréfaction des services de santé au risque de créer des déserts médicaux par exemple).

2Développée dans les années 1970, mise en exergue lors de la conférence d’Alma-Ata (OMS, 1978) puis quelque peu oubliée, la santé communautaire a fait son retour au devant de la scène, en lien avec ces transferts de charge et adossée à la prise en considération croissante de l’importance des déterminants non médicaux de la santé (Jourdan et al., 2012). Si cette dernière dépend de facteurs environnementaux et sociaux, c’est bien dans ces dimensions qu’il faut agir pour la promouvoir. Dès lors la santé communautaire apparaît comme un vivier de solutions innovantes permettant d’allier le social et le médical, permettant la participation, l’empowerment, l’appropriation de la santé par tous et permettant enfin, de développer une offre de service enracinée dans les territoires et adaptée aux besoins différenciés des populations (Secrétariat européen des pratiques de santé communautaire, 2009)

  • 1 Au début des années 1970, s’inspirant des recommandations de la commission Castonguay-Nepveu, l’Éta (...)
  • 2 Ce constat est largement partagé par l’ensemble des acteurs rencontrés au Québec
  • 3 Dans ce texte, ne sont étudiés que des modèles originaux et pas les cas issus de tentatives de tran (...)

3Le point de départ du travail présenté dans ce texte se situe à Montréal, dans le quartier de Pointe Saint Charles où la clinique communautaire de Pointe Saint Charles est présentée comme étant à la fois une des références historiques à l’origine du réseau de santé local québécois (le réseau des CLSC - centres locaux de services communautaires), et une référence en matière de démarche communautaire participative (Collin, 1987). Ainsi on peut dire que des initiatives populaires (matérialisées entre autres par les cliniques communautaires) combinées à la volonté de l’Etat (alors providence) ont conduit à développer un réseau de services de santé et de services sociaux points d’entrées du système (Fortin, 1991)1. Mais, près de quatre décennies plus tard, le constat général (Gaumer et Desrosiers, 2004) aura été celui d’une réussite très fragmentaire et d’un certain nombre d’échecs qui conduiront à une réforme du système en décembre 20032. Le modèle communautaire initial aura peiné à se diffuser. Les CLSC ont été décriés par comme une "récupération par l'État de l'expérience des cliniques populaires" selon G. Beauchamp (1999) et force a été de constater que leur objectif premier d’être le centre de référence pour 80% de la population n’a pas été atteint. C’est certainement l’une des raisons qui a conduit à une vaste réforme au début des années 2000. Pour autant, l’expérience de la clinique de Pointe Saint Charles a perduré et, tout en conservant un regard critique, il semble intéressant d’étudier les facteurs qui ont fait que ce modèle a perduré et a été cité en exemple. Il est tout aussi intéressant en connaissance des difficultés qui sont apparues quand les autorités québécoises ont cherché à développer un réseau de centres locaux de services communautaires s’inspirant de cette expérience d’envisager que les raisons d’un succès peuvent peut-être expliquer un échec à une autre échelle3.

  • 4 Le succès des expériences locales est ici déterminé par la pérennité des expériences observées (sup (...)

4Pour cela, il fallait bien entendu étudier l’exemple québécois, mais aussi confronter ce qui s’est passé dans cette province à d’autres situations pour distinguer ce qui relève du particularisme local et ce qui relève du fait général. L’étude relatée dans ce texte se base sur une comparaison internationale à partir de 4 études de cas (Au Québec, au Brésil, au Mali et en France) pour proposer une analyse des facteurs de réussite de modèles locaux en santé communautaire (carte 1). L’intérêt de cette étude est à mettre en lien avec l’observation faite par ailleurs que les expériences couronnées de succès4 restent généralement locales et que les tentatives de reproduction et de généralisation dénaturent souvent le modèle initial et aboutissent à des résultats pour le moins mitigés (Desrosiers, 1999 ; Balique et al., 2001, Duponchel, 2004)

Carte 1 : les terrains d’étude

Carte 1 : les terrains d’étude

5A l’issue de cette étude comparative, plusieurs dimensions essentielles à la réussite de projets locaux en santé communautaires ont été identifiées et des suggestions sont faites pour considérer ces dimensions comme autant de leviers d’action dans l’optique d’une mise en œuvre à plus large échelle.

6De façon très schématique, les dimensions se combinant en facteurs de réussite sont rangées en trois catégories : ce qui fait le territoire, ce qui fait communauté et ce qui fait la santé.

Santé communautaire et innovation sociale

7Pour Fassin, Salem et al. (1986, cit. in Fournier & Potvin, 1995) dans le domaine de la santé, les décideurs et les intervenants ne définissent généralement la communauté que dans sa dimension géographique mais surtout, ils s’appuient sur ses représentants pour donner une justification communautaire aux choix techniques qu’ils font. En retour, les représentants de la communauté trouvent dans leurs fonctions sanitaires une reconnaissance qui légitime leur propre statut vis-à-vis de la population.

8Le concept de communauté est peu utilisé en France, certainement en raison de la connotation négative qui accompagne généralement le mot « communautaire ».

9Pour G. Levasseur ( 2005), la santé communautaire est une des stratégies possibles de mise en oeuvre de la promotion de la santé qui repose sur une base collective pur l’action à construire (communauté), l’identification collective des besoins, problèmes et ressources (diagnostic communautaire) et la participation ouverte à tous (médecins, usagers, institutions, etc.). Pour V. Gouëset et O. Hoffmann (2006) la communauté est une catégorie de la pensée éminemment contextuelle qui ne prend sens que dans la situation où elle exprime des configurations spécifiques de liens sociaux (…) éventuellement inscrites dans un territoire.(…) Ce n’est jamais une catégorie donnée, qu’il suffirait de décrire, encore moins une catégorie explicative univoque. Ces deux auteurs pointent à juste titre la confusion souvent faite entre communauté et communautarisme, le second terme donnant au premier comme une odeur de soufre. Il y a en effet un réel risque si l’on ne considère les communautés que comme des ensembles figés dans leurs contours et leurs pratiques. Cela conduit tout droit à leur attribuer une identité définitive et figée et ouvre la porte au replis communautariste et identitaire. Les principes républicains français oeuvrent également à l’encontre (idéologiquement parlant du moins) de l’idée de communauté en ce sens que l’idéal républicain est universaliste (la même chose pour tous en tous lieux) tandis que l’approche communautaire se fonde sur une différenciation locale. Une opposition jacobins/girondins en quelque sorte (et de façon caricaturale). Il est pourtant certainement possible de concilier les visions et ce, en adoptant une vision moderne de la communauté que l’on pourrait définir tout simplement comme un groupe d’individus réunis par des caractéristiques communes (et non des particularismes) qui peuvent être ethniques, culturelles, sociales, économiques ou encore territoriales. Cette définition extrêmement large permet de considérer la population d’un quartier comme une communauté, elle-même constituée éventuellement de plusieurs communautés plus ou moins imbriquées, plus ou moins inter-reliées. Ces communautés sont donc malléables et variables ce qui explique que, dans certains endroits, on ait bien du mal à les définir. Un quartier locatif avec une forte rotation des locataires peine à laisser voir une communauté constituée. Ceci d’autant plus que le sentiment d’appartenance est un élément essentiel qui définit la communauté et qui permet, au nom de cette appartenance commune, de fédérer les gens dans l’action. On s’approche là d’une logique coopérativiste (Fortin, 1991). C’est l’un des ressorts fondamentaux de la santé communautaire.

10Si la communauté peut être utilisée comme vocable-alibi dans de nombreux projets, la santé communautaire n’en demeure pas moins, d’après bon nombre de travaux, une source d’innovation dans différents domaines (Charte d’Ottawa, 1986; Wallerstein & Berstein, 1994 ; Schoene, 1996 ;  Minkler et al., 1997 ; Caillouette, 2009). Ces innovations se déclinent en différents thèmes :

  • Des objectifs de changement social qui renvoient au passage de pratiques individuelles à des pratiques de partenariat (mise en réseau, concertation, …)

  • Des modes de gestion et d’administration incluant une forte dimension participative et une responsabilisation de tous les acteurs.

  • Des pratiques professionnelles innovantes, en équipe, associant le médical, le social et le psychosocial qui donnent corps à des métiers d’interface tels les agents communautaires en santé ou les médiateurs en santé publique

  • Une inscription dans le territoire par une recherche de lien et d’adaptation au milieu, une connaissance locale voire une implication, un militantisme parfois et, dans tous les cas, une organisation décentralisée.

  • Une hybridation entre le secteur public et le secteur privé en santé qui, parfois, confine au rôle d’amortisseur dans les mouvements de balancier entre renforcement/affaiblissement de l’Etat-providence et inversement renforcement/affaiblissement des pressions néolibérales

  • Une approche globale de la personne qui conduit à prendre en considération l’ensemble des déterminants de sa santé (biologiques, sociaux et environnementaux) et à proposer une réponse qui va bien au-delà d’une simple prescription médicale. Cela va de pair avec un poids important donné à la santé publique, à l’éducation et à la promotion de la santé.

La démarche comparative

Cadre général de la démarche

11Dans un article déjà ancien intitulé « l’intérêt de la démarche comparative en géographie », A. Raynaud (1984) écrivait : De façon générale, si les écarts au modèle sont très fréquents, le moyen de mieux coller à la réalité consiste, pour étudier une même catégorie de phénomènes, à créer une famille de sous-modèles, chacun d'eux résumant aussi fidèlement que possible une série d'exemples proches les uns des autres. Selon la réalité étudiée, le but recherché et le degré de précision souhaité, les sous-modèles seront plus ou moins nombreux. Ainsi, seront conciliés tout à la fois le souci de simplification et de généralisation puisque chaque sous-modèle s'appliquera à plusieurs exemples, et la volonté de tenir compte de la diversité du réel.

12Pour la présente étude, la démarche comparative a été adoptée dans cet esprit avec la volonté de comparer des choix expériences réussies en santé communautaire. Cette réussite était identifiée soit par une convergence d’articles la mettant en avant, soit à travers le discours des acteurs de la santé locaux ou nationaux qui s’en sont inspirés pour tenter de la reproduire en un autre lieu. Le choix des terrains d’étude s’est fait sur la base d’une série de critères visant à la réalisation d’une étude comparative à partir de points communs et, simultanément, d’éléments discriminants à même de mettre en relief les nuances entre ce qui relève de faits généraux reproductibles quel que soit le contexte et de faits relevant de spécificités géographiques. Par exemple Bury (1988) identifie la participation intégrée dans la planification en santé comme un enjeu stratégique. Pour lui, la promotion de la santé procède de la participation effective et concrète de la communauté à la fixation des priorités, à la prise de décisions et à l’élaboration des stratégies de planification, pour atteindre un meilleur niveau de santé. (Bury, 1988). Dès lors, il apparaissait essentiel que les terrains retenus soient des lieux dans lesquels des expériences à dimension participative aient été menées et positivement appréciées. La dimension territoriale et la construction territoriale des projets (articulation des acteurs, structures organisationnelles) apparaissent également comme essentielles. Pour Fournier et Potvin (1995), qui ont analysés les fondements du « dogme » de la participation communautaire dans les programmes de santé, la communauté renvoie à une dimension géographique correspondant à un territoire bien déterminé et à une dimension relationnelle caractérisée par une cohésion sociale. Pour Sénécal et al. (2002) qui ont étudié les pratiques communautaires à Montréal, deux modèles émergent. Le premier modèle relève d’une expérience territorialisée de concertation. (…) Le second modèle découle du constat selon lequel nombre de projets se construisent sur une logique de projet, (…) incluant des phases d’identification de besoins, de structuration de l’offre de services ou de la mise en marché d’un produit. Fournier et Poitvin (op.cit) l’expriment également en affirmant que la communauté dans les programmes de santé n’a réellement d’intérêt que par rapport à des actions, donc dans ses dimensions dynamiques et politiques.

13Ainsi, les aspects territoriaux, sociaux, organisationnels et les modalités de mise en oeuvre et d’action sont convoqués pour tracer les contours des projets de santé communautaire.

  • 5 Respectivement Centres locaux de services communautaires et Centres de santé communautaires

14Sur ces bases, trois terrains ont été choisis et travaillés dans un premier temps à Montréal (Québec), Bamako (Mali) et Camaçari (Brésil). Les deux premiers cités sont des exemples de mise sur pieds d’un réseau de centres communautaires (les CLSC au Québec, les Cescoms au Mali5) à partir d’un modèle de clinique ou de centre de santé communautaire encore existant et qu’il était possible d’étudier en détail pour comprendre les clés de sa pérennité. Le troisième cité est un exemple local de la mise en œuvre d’une politique d’implantation de services à dimension territorialisée et communautaire : le PSF (programme de santé familiale) au Brésil.

15Par ailleurs un impératif essentiellement opérationnel a guidé le choix des terrains : la possibilité d’identifier et de rencontrer, sans restriction, les acteurs de la santé, du territoire et de la société civile impliqués dans le cas étudié.

16Le choix des terrains d’étude s’est fait, outre la possibilité de définir un territoire délimité et bien circonscrit (Rifkin et al. 1988), sur la base d’une série de huit critères (présentés ci-dessous sans ordre de hiérarchie)

171 - La place des études de cas dans le système de santé : il s’agissait d’étudier à la fois des exemples centralisés et d’autres décentralisés sur le modèle fédéral, à plusieurs niveaux.

182 – Le niveau de couverture territoriale en santé primaire qui, selon les contextes, est systématique ou plus ou moins partielle.

193- Le type d’expérience : schématiquement, il existe deux catégories, celle basée sur l’innovation locale (de type bottom up) et celle qui consiste en la transcription locale de décisions prises à des niveaux supérieurs (de type top down).

204- La posture des exemples locaux au regard des orientations nationales en matière de politique de santé (contribution à une organisation acceptée et reconnue, résistance, ou adaptation -qui diffère de la contribution car si les acteurs locaux participent au système, ils n’y adhèrent pas nécessairement-).

215- Un socle commun d’activités (santé primaire) ainsi que des spécificités nées de l’adaptation des projets à leur contexte local.

226- Une dimension participative, avec cependant des différences dans les modalités de cette participation.

237- L’insertion dans le milieu d’implantation (environnement physique, social et économique) 

248- L’existence de formes d’intersectorialité permettant d’étudier les liens entre les différents acteurs sur le territoire.

  • 6 Quelques expériences sont cependant à citer, notamment celle du centre de santé de Saint Nazaire (1 (...)

25Ainsi, les trois terrains internationaux précédemment cités ont été choisis et travaillés dans un premier temps. Ultérieurement, un terrain français a été sélectionné pour tester, la pertinence et l’opérationnalité des résultats obtenus sur les trois premiers terrains (voir plus loin). En effet, la France n’est absolument pas structurée pour permettre l’émergence de structures communautaires en attention primaire6, mais depuis les années 2000, une série de mesures a favorisé l’émergence d’actions participatives sur des territoires définis comme prioritaires (dans une optique de réduction des inégalités de santé). Ces actions menées dans le cadre des ateliers santé ville (au début des années 200) ont été poursuivies dans le cadre des contrats de cohésion sociale urbaine (CUCS) à partir de 2006) et s’inscrive depuis peu dans la récente loi HPST (hôpital patients santé et territoire) qui instaure des contrats locaux de santé. Il est donc intéressant et pertinent de confronter cette évolution en cours aux autres terrains sur lesquels le processus est plus avancé. Le choix s’est donc porté sur les quartiers prioritaires de la ville d’Angers dans lesquels sont mis en œuvre, depuis plus de 10 ans, des collectifs santé qui revendiquent une approche communautaire.

Brève description des terrains arpentés

La clinique communautaire de pointe Saint Charles à Montréal

26Pointe-Saint-Charles est l’un des plus vieux quartiers de la ville et son histoire est liée au développement industriel de Montréal, ce qui lui confère à la fois une morphologie urbaine et un profil socio-économique spécifiques. Ce territoire de 129 580 personnes, soit 7 % de celle de Montréal, est une enclave géographique entre le fleuve saint Laurent, le Canal Lachine, la voie ferrée et un axe autoroutier. Dans les années 1960  il y a peu de médecins, aucun ne travaille à temps plein et un seul réside dans le secteur (…) Les services de santé publics sont limités. Il y a bien sûr les Unités sanitaires, dont l’objectif premier est de circonscrire la propagation des maladies infectieuses. (…) L’accès aux services médicaux publics est également restreint et, la plupart du temps, les familles doivent payer pour les consultations. Comme il n’y a pas d’hôpital dans le quartier, les gens doivent se déplacer pour se faire soigner. Toute une expédition pour la plupart qui n’ont pas de voiture.  (Collectif Courtepointe, 2006). La Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles voit le jour en 1968, à l’initiative de jeunes étudiants en médecine de l’Université McGill et de citoyens du quartier. Le modèle suivi alors est celui des cliniques populaires existant dans certains quartiers pauvres des Etats-Unis (Godbout et Martin, 1982) qui poursuivait à la fois le but d’offrir des services, de donner un rôle aux citoyens dans l’administration des services de première ligne voire, dans certaines cliniques, de permettre aux citoyens de jouer un rôle dans la dispensation des services de santé et des services complémentaires : para-médicaux, services sociaux. Ce modèle se fondait sur un lien entre la pauvreté, les conditions de vie et l’état de santé.

27Plus de 40 ans après, la clinique existe toujours et a conservé son fonctionnement communautaire malgré des vicissitudes nombreuses liées à la vie et l’évolution du quartier et aux changements successifs du système de santé québécois.

Le cscom de Banconi à Bamako

28Banconi est un quartier populaire de 280 hectares à l’Est de la capitale, résultant d’un phénomène récent d’urbanisation. Depuis de nombreuses années, et malgré l’interdiction de l’Etat, les néo-bamakois issus de l’exode rural ont progressivement développé un habitat spontané au pied des falaises de Koulouba. La structuration du quartier n’a débuté qu’à partir de 1987 sous la forme d’une urbanisation non contrôlée. Jusqu’alors, on ne trouvait à Banconi ni voies goudronnées, ni éclairage public, ni branchements électriques privés, ni réseau de distribution d’eau et évidemment aucun équipement sanitaire. Aujourd’hui, les évolutions restent très modestes et Banconi demeure un quartier sous-équipé et particulièrement pauvre. Néanmoins, dans le domaine de la santé, le Centre de santé communautaire (Cscom) constitue un exemple de réussite.

29En 1986, une des enquêtes sur les soins de santé primaires et la médecine traditionnelle a montré que les ménages consacraient moins de 3 à 5 % de leurs dépenses pour la santé en raison de coûts de santé énormes et de la distance importante à l’hôpital (Brunet-Jailly, 1988). Avant la création du Cscom à Banconi, pour les accouchements la nuit on réveillait le mécanicien pour avoir un véhicule.

30De ce besoin identifié dans la population a germé l’idée de créer une Assaco (Association de santé communautaire). Ce fut fait en août 1988, une assemblée générale constituante a été réunie pour créer l’Assacoba (BA pour BAnconi). Cette association créera ensuite un Cscom (centre de santé communautaire) qui sera fréquemment utilisé comme modèle. Depuis, 350 autres Cscom et Assaco ont vu le jour au Mali, dans une logique de maillage territorial et avec des fortunes diverses : nombreux sont ceux qui affichent de très faibles taux de fréquentation. La participation et la dimension communautaire y sont également sujet à caution : au bout du compte de ce vouloir de "représentativité communautaire", un dispositif fort complexe, allant de l'élection d'une assemblée censée représenter les adhérents à celle d'un conseil de gestion devant en émaner démocratiquement, etc. (…) les mots ne coïncident pas avec leurs référents : "les communautés" consistent en la réunion de quelques réseaux d'influence, "les assemblées" ne se réunissent pas, "les adhérents" ne cotisent que lorsqu'ils sont malades, etc. (Jaffré, 1999)

Le PSF de Camaçari au Brésil

31La ville de Camaçari est une cité industrielle brésilienne qui compte 242 000 habitants. Elle est située dans l’Etat de Bahia et s’étend sur une bande côtière de 42 kilomètres. C’est donc une commune très étendue et il était plus cohérent d’étudier une portion unique du territoire plutôt que l’ensemble de la municipalité : l’accent sera donc mis sur le secteur de Catu de Abrantès.

32Le cas de Camaçari est singulier car, contrairement aux deux exemples précédents, la mise en place d’un centre de santé communautaire ne relève pas d’une initiative locale (type bottom up) mais de l’application locale d’un plan national (type top down). Le Programme de santé familiale (PSF) est le volet local du système unique de santé (SUS) mis en place au Brésil. Il a vocation à structurer les soins de santé primaires au Brésil en fournissant un large éventail de services selon un schéma répété sur chaque territoire local. Une équipe, composée d'un médecin, une infirmière, une assistante infirmière et (généralement) de quatre agents de santé communautaire (ou plus), est affectée à une zone géographique. Elle est alors responsable du suivi de l'état de santé de la population vivant dans cette zone et de la fourniture adéquate de services de soins primaires, en faisant références à d'autres niveaux de soins si nécessaires. Chaque équipe de PSF est responsable de 3500 à 4500 personnes. Le PSF s’est progressivement diffusé sur le territoire Brésilien et couvre aujourd’hui plus de 50% de la population (Medina, Fleuret, 2011) et ce nombre continue de croître.

33Catu de Abrantès est l’un des territoires de PSF de la commune, couverte à 50% par le PSF (proche du taux national). C’est un territoire particulièrement intéressant car il englobe des espaces ruraux et des espaces urbains et à l’intérieur de ces derniers se côtoient des quartiers de favelas et des gated communities au profil socio-économique favorisé. C’est donc un territoire très contrasté et les résultats exposés plus loin illustrent l’importance du diagnostic territorial qui constitue le fondement de la mise en œuvre du PSF. Le PSF de Catu de Abrantes fut créé en 1995 et l’on dispose donc désormais d’un peu de recul pour évaluer son impact.

Les collectifs santé à Angers 

34L’offre de santé de première ligne est, en France, dévolue aux médecins généralistes. Ces derniers sont une profession libérale non structurée géographiquement. Un généraliste s’installe où il le souhaite en France. Et, généralement, il choisit les centres au détriment des périphéries. Aucun dispositif ne contraint les médecins à s’inscrire dans des réseaux, des groupements ou des initiatives communautaires. Depuis 1996, des réseaux se sont développés mais ils sont essentiellement thématiques (réseaux gérontologiques, réseaux d’alcoologie, de lutte contre le sida, etc…).

35Finalement, c’est hors du champ de la santé que l’on trouve des acteurs qui prennent à bras le corps la problématique d’une  construction locale de santé qui tienne compte des enjeux de transversalité et d’intersectorialité. Depuis le milieu des années 1990, les politiques de la ville comportent un volet santé (Billaud, 2000) et c’est dans ce champ que s’inscrit le cas angevin qui revêt la forme de collectifs-santé, regroupement de professionnels des secteurs médical et social, d’acteurs municipaux et de représentants de la société civile (habitants, associations). Ces collectifs-santé œuvrent essentiellement dans les domaines de l’animation en santé (évènements) et de l’accès à la prévention et aux soins. Il est animé par un agent municipal, chef de projet de quartier.

36Le rôle des collectifs-santé dans chaque quartier est d’offrir un lieu d’échange, de réflexion et d’action et s’ils n’offrent pas directement de services en santé, on y trouve une grande partie des prestataires. Ces prestataires trouvent dans le collectif un espace pour fonder des partenariats et développer, en sus de leur activité personnelle, des actions collectives.

Une méthodologie basée sur des entretiens approfondis

37Travailler le sujet de la santé communautaire nécessite de considérer deux dimensions. La première est géographique : les enjeux de la participation sont territorialisés. La deuxième dimension est celle de la complexité des acteurs du champ de la santé : les rapports de pouvoirs et enjeux de construction locale de santé adossée à la communauté sont révélateurs de constructions de rapports sociaux transectoriels, où l'on trouve des acteurs du politique, du social, de l'économie, de la médecine, etc., professionnels, élus ou simples représentants de la société civile.

38Pour rendre compte de cette complexité et recueillir un panel de points de vue aussi complet que possible, la méthodologie retenue a reposé sur des entretiens approfondis avec des acteurs de terrain selon un principe choisis pour leur implication dans les projets étudiés et/ ou leur position soit dans l’administration territoriale locale, soit dans l’administration de la santé afférente à l’échelle étudiée.

  • 7 Plus de précisions méthodologiques sont accessibles dans un article publié dans le bulletin de l’as (...)

39La grille d’entretien utilisée était de forme semi-directive, et la validation du corpus est basée sur le principe de la saturation. L’ensemble de la méthodologie a été construite en référence à la grounded theory (Glaser et Strauss, 1967). Cette méthode suggère d’analyser chaque entretien réalisé avant le suivant et de faire évoluer la grille d’entretien au fur et à mesure. Cela contribue à atteindre l’effet de saturation recherché et cela permet de faire émerger des catégories à partir des discours recueillis. Sur chacun des trois premiers terrains, une douzaine d’entretiens individuels ont été réalisés auprès de professionnels de la santé, du secteur social, d’élus locaux, d’administrateurs de la santé, de responsables de projets communautaires, de représentants du monde associatif et des associations d’habitants.. A partir de l’analyse de ces trois premiers terrains, des résultats préliminaires ont été mis en forme et présentés sur le terrain angevin au cours de trois ateliers collectifs réunissant l’ensemble des acteurs du volet santé du contrat urbain de cohésion sociale (80 personnes – professionnels de santé, travailleurs sociaux, représentants associatifs, élus, usagers- réparties en 6 groupes). Dans chaque groupe (animé par une personne formée pour l’occasion), les participants étaient invités à prendre connaissance des dimensions identifiées comme facteurs de réussite des projets internationaux et à dire, à l’éclairage de leur expérience au quotidien, si ils étaient en accord ou en désaccord avec ces résultats, en argumentant leur point de vue et en développant des exemples issus de leur pratique7. Globalement les résultats initiaux ont été validés au cours de ces ateliers et enrichis par les compléments apportés par les acteurs angevins. Ces derniers ont été intégrés dans la présentation des résultats qui suit.

Résultats

40Les résultats obtenus à partir du discours des acteurs de projets locaux au sujet des facteurs de la réussite du projet ou de la structure à laquelle ils se rattachent ont été analysés par codage et regroupements successifs des idées clé. Au final, il ressort que les cas étudiés fondent leur pérennité sur l’existence d’un terreau fertile sans cesse cultivé. Les facteurs identifiés comme des clés du succès de ces projets locaux sont avant tout des facteurs contribuant à créer un terreau fertile. Ils se déclinent en trois enjeux pour l’action : faire du territoire, faire de la communauté, et bien sûr, faire de la santé (ces enjeux sont caractérisés par des dimensions explicatives qui sont résumées dans le tableau 1).

Faire du territoire

41Dans trois des quatre exemples étudiés, l’offre de santé est territorialisée, c’est-à-dire inscrite dans un périmètre géographique bien défini. Cette territorialisation est présentée de manière unanime par les personnes interrogées comme un atout, un facteur de réussite. Quatre dimensions contribuent à caractériser l’importance du territoire dans la mise en place de projets de santé communautaire locaux.

  • 8 Dans le processus d’analyse des entretiens, certaines citations ont fait l’objet d’un double codage (...)

42Premièrement, la situation géographique produit des effets de lieu et des effets d’échelle dont il faut tenir compte et qui peuvent en partie expliquer les difficultés rencontrées pour transposer une expérience d’un lieu à un autre. Par exemple à Camaçari, une personne interviewée évoque des liens de familiarité et de complicité avec la population. Qui font qu’ensuite il est plus facile de les convaincre d’adopter des comportements sains. Par exemple, il est important que les médecins et infirmières résident sur le territoire (effet de lieu8).

43A Angers, Le micro-territoire apparaît comme le mieux adapté, mais il faut l’inclure dans d’autres espaces. Tous les partenaires ne sont pas à la même échelle. En fait la bonne dimension varie selon le projet, il faut donc pouvoir adapter les limites d’autant que les territoires imposés apparaissent ingérables et que, parfois, il n’y a pas à proprement parler de territoire particulier (effet d’échelle).

44Deuxièmement, le fait de territorialiser la santé favorise une approche globale, une prise en charge de la personne et de sa problématique dans son ensemble, pas uniquement dans ses aspects médicaux en négligeant les autres facteurs. Par exemple à Bamako il apparaît que le paludisme n’est pas qu’un problème de médicaments, mais aussi d’assainissement, de traitement des sources d’eau, de distribution de moustiquaires, … Donc c’est un problème qui requiert une réponse globale de plusieurs acteurs sur un territoire. C’est cet aspect que revêt le plus généralement le vocable de « territorialisation de la santé ». Dans cette logique, aux interventions cloisonnées des différents acteurs en fonction de leurs champs de compétence se substitue une approche horizontale, où tous les acteurs interviennent non plus sur une problématique mais sur un territoire comme à Camaçari où il y a un projet du gouvernement municipal de typologie des aires en fonction des risques de santé et autres indicateurs comme les bénéficiaires des aides sociales, etc.

45Troisièmement, la dimension territoriale n’a de sens en santé communautaire que si elle permet à la population et aux acteurs de la santé d’avoir de la prise sur leur environnement. Cela suppose une certaine décentralisation des décisions et une place laissée à l’initiative locale. Ainsi à Montréal la Clinique a préservé sa responsabilité populationnelle et son statut d’organisation communautaire, donc elle n’est pas sous-traitant du Centre de santé et de services sociaux. A Angers, l’action fait le territoire, qu’il s’agisse de l’action publique (la question est posée de savoir si les limites d’un collectif santé pouvait définir un territoire), ou de l’action des associations par exemple (le rôle des associations sportives est souligné de même que celui des établissements scolaires). Inversement, l’action publique peut être subie et vécue négativement (on subit une opération de rénovation urbaine).

46Enfin des effets de taille sont à l’œuvre pour les mêmes raisons de capacité à agir, à prendre des décisions localement. A la clinique communautaire de Pointe Saint Charles, une personne compare son établissement aux Centres locaux de service communautaires qui forment le reste du réseau de première ligne : Y’a le mot communautaire dans CLSC mais c’est pas communautaire, c’est à grande échelle, une institution. Ici c’est tout petit, ça se compare même pas (…) Pour moi gros et communautaire ça ne va pas ensemble.

Faire de la communauté

47L’existence d’une réelle communauté (plus qu’un simple voisinage) apparaît, dans les cas étudiés, comme un enjeu majeur. Là où les habitants se fédèrent (de diverses manières), il peut y avoir construction locale de santé car les habitants prennent en main leur santé (OMS, charte d’Ottawa). A l’inverse, l’absence de construction communautaire conduit à des formes d’individualismes et la santé n’y est qu’un acte de consommation. Dans le domaine de la santé, les décideurs et les intervenants ne définissent généralement pas la communauté dans sa dimension géographique, mais ils s’appuient sur ses représentants pour donner une justification communautaire aux choix techniques qu’ils font (Fassin et al. 1986). En retour, les représentants de la communauté trouvent dans leurs fonctions sanitaires une reconnaissance qui légitime leur propre statut vis-à-vis de la population. Fassin et al. ont étudié les comités de santé à Pikine (Sénégal) et ont observé qu’en leur sein les véritables enjeux ne sont pas directement liés à la santé, mais concernent le contrôle des ressources financières et les processus électoraux et informels qui déterminent la composition de ces comités.

48De la même manière, dans les terrains étudiés apparaît la complexité des processus qui sous-tendent les constructions locales d’offre de santé à dimension communautaire. Le lien entre l’offre de soins et la population constituée en communauté est décrit comme essentiel, ce qui se retrouve dans les dimensions suivantes.

49La première est celle de l’histoire des lieux, de leur identité, qui forgent un vécu commun. Pour pérenniser ici on a su créer une tradition (Pointe Saint Charles, Montréal).

50Une communauté doit avoir du vécu ensemble. Pour ça il faut créer de l’évènement. On en trouve des exemple sous deux formes dans le contenu des ateliers : résistance (fermeture prévue d’un établissement scolaire) et évènement festif. Autre façon de créer de l’appartenance : aller vers les gens, à leur rencontre, les intégrer au groupe ou, quand nécessaire, faire médiation. (Angers)

51La deuxième dimension est celle de l’empowerment, de l’appropriation des outils de santé par la population, qui va de pair avec la reconnaissance des savoirs populaires. Cette notion est assez centrale en santé communautaire et renvoie à une approche dans laquelle chacun est « acteur de sa santé » (Charte d’Ottawa, OMS, 1986). C’est aussi ce qui conduit à une adéquation entre l’action publique et les attentes de la communauté, faute de quoi, les centres de santé ne sont pas fréquentés comme cela est observable à Bamako par exemple. Le problème est qu’on construit un bâtiment puis on dit aux gens ça sera votre centre de santé mais la population n’a même pas été associée. 

52Les conditions de vie matérielles, sociales et économiques constituent un autre facteur de cohésion communautaire qui peut fédérer les initiatives dans la communauté, en particulier dans les contextes de difficultés collectives à surmonter (défavorisation matérielle ou sociale, situations de relégation, d’exclusion, ...). Ainsi pour un médecin à Camaçari, nul  besoin de mesurer la pression artérielle car je connais la pression due à la violence présente dans le quartier. Agir en santé dans la communauté c’est donc ici en premier lieu faire face à cette difficulté.

53Cela rejoint la dimension suivante, celle du militantisme et de la mobilisation. Les structures communautaires ne sont pas des objets ad hoc, ce sont des produits d’un engagement militant : un médecin qui n’est pas militant et engagé ne peut pas tenir. L’engagement est un critère très important dans le recrutement. Il faut un militantisme et, quelque part, un engagement communautaire.  (Bamako)‏

54Une forme de mobilisation particulière semble renforcer la construction communautaire et constituer un appui pour engager des actions de santé en première ligne, il s’agit de la posture de résistance. Dans les études de cas analysées ici, cette résistance revêt plusieurs formes : résistance à la privatisation de la santé, à la gentrification du quartier (qui dénature la communauté), à l’institutionnalisation,...

55La gentrification mobilise les gens. Ils sentent qu’ils vont perdre le territoire. Les gens qui aménagent les condos n’ont pas besoin des écoles du quartier, ils ne les fréquentent pas. Ils n’ont pas besoin du CLSC ou de la clinique. Donc il y a une peur des gens d’ici de ne plus avoir les moyens de rester chez eux. On fait des parcs à chiens pour la madame du Condo qui a un chien mais on manque de parcs pour les enfants du quartier.   (Montréal)

56A Angers, le constat est fait qu’une population trop hétéroclite peine à faire groupe. On trouve dans le compte rendu des ateliers une vision critique de la mixité : trop de mixité empêche de se retrouver sur des points en commun

Faire de la santé

57Tout en étant centrale, l’offre de santé et de soins ne constitue pas le facteur mis en avant en premier lieu dans les entretiens réalisés. Cela tient certainement au fait que toutes les personnes rencontrées sont convaincues de la dimension globale et transversale de la santé et mettent donc en avant le territoire et la communauté comme supports avant d’évoquer la santé comme objet de l’action publique.

58Les dimensions qui contribuent à faire de la santé communautaire sont au nombre de 6.

59Il s’agit tout d’abord des formes d’organisation des pratiques professionnelles : l’organisation collective, la coordination des acteurs, surtout quand ceux-ci sont très disparates et appartiennent à des institutions différentes, parfois cloisonnées. A Camaçari par exemple, l’existence d’un coordinateur municipal chargé d’amener les acteurs touchant au champ de la santé à travailler ensemble est mise en avant comme un atout. A Angers, l’expérience a montré toutefois que ce travail collectif ne se décrète pas, il se construit sur le terrain. Ainsi dans le cadre d’un projet « sport et santé », Le travail « forcé » avec les médiateurs sportifs a été un fiasco. Souvent les exigences des administrations constituent un blocage

60La deuxième dimension est liée à la première, il s’agit de la circulation d’information, du « réseautage ». Cela concerne les professionnels entre eux, mais aussi l’échange avec la population, particulièrement valorisé à Montréal par exemple : il y a un échange, eux autres aussi ils nous en apprennent. (Montréal)‏

61Dans ces échanges, plus encore que des agencements d’organisation, il s’agit, dans une troisième dimension de relations humaines (confiance mutuelle, reconnaissance). L’interconnaissance renforce la cohésion des acteurs de la santé et améliore la pratique du soin. Une proximité soignant-soigné s’installe et permet d’aborder la santé de façon globale en prenant en compte l’intégralité de la personne, à l’inverse d’une consultation froide conduisant à un strict diagnostic biomédical. La chaleur humaine, ici les gens ne sont pas des numéros, ce ne sont pas des clients, ce sont des participants. (Montréal)‏

62La participation de la population aux décisions locales en santé (ex. gestion du centre de santé communautaire) constitue la dimension suivante, et particulièrement au travers l’idée d’un droit de regard. Si l’on veut que la santé soit l’affaire de tous (charte d’Ottawa, OMS), il faut que tous aient un droit de regard sur l’offre de services. Ainsi les budgets des établissements sont soumis à la validation d’un conseil d’administration participatif  (Montréal, Camaçari)‏. A Angers, on se demande encore Comment passer d’actions « standard » à de la santé participative ? Ne faut-il pas se contenter de travailler à partir de choses simples, ce qui peut être exprimé ou entendu par une population parfois éloignée du soin ?

63Cela renvoie à la nature des services, à leur réponse aux besoins. L’importance d’une bonne connaissance des réalités de terrain est pointée par l’ensemble des personnes interrogées. Dans les terrains étudiés, des démarches de type diagnostic sanitaire du territoire ont été effectuées de manière plus ou moins formalisée. A Camaçari, cette démarche concerne également la planification en santé à l’échelle supérieure. C’est une inversion des choses : avant le local faisait remonter des demandes intégrées par la suite dans la planification. Désormais la planification fait un diagnostic des problèmes puis redescend vers les différents territoires pour fournir des solutions aux problèmes observés.  (Camaçari)‏

64Pour finir une sixième dimension est évoquée dans les entretiens : la nécessité de disposer de ressources (financements, équipements, services) ‏ et de pouvoir les gérer localement avec une marge de manœuvre, d’autonomie. Le financement par programmes conditionne et influence aussi la pratique (Montréal)

Tableau 1 : Dimensions identifiées comme des enjeux pour un projet de santé local à dimension communautaire

Tableau 1 : Dimensions identifiées comme des enjeux pour un projet de santé local à dimension communautaire

* L’action en silo correspond à des projets qui se fondent soit sur une population cible, soit sur une problématique en santé (pathologie, ex. lutte contre le VIH SIDA). L’action territorialisée cible au contraire le territoire avec la volonté de fédérer toutes les actions en silo dans un projet unique.

Conclusion : transposer l’innovation en santé communautaire ?

65L’identification des facteurs clé de réussite de ces expériences locales en santé communautaire permet de donner un sens à la notion de terreau ou substrat à rendre fertile pour qu’un projet y germe. L’utilité de ce travail est de connaître les leviers à actionner pour permettre de transposer ces projets et leurs innovations sociales et de les reproduire ou les généraliser avec succès. Une étude préalable sur le territoire où l’on souhaite transposer un projet, qui permettrait d’éviter de nombreux écueils, d’adapter ce projet aux réalités locales et de lui donner les meilleures chances de réussite. L’originalité de a lecture par les territoires en termes de construction locale est qu’elle apporte un éclairage supplémentaire à une réflexion qui, le plus souvent, s’ancre dans les théories organisationnelles et envisage l’analyse des facteurs de reproductibilité d’une expérience locale soit en termes d’institutionnalisation (Goodman et al., 1992), de routinisation, c’est à dire d’un apprentissage de nouvelles pratiques au sein d’une organisation au gré de son fonctionnement (Pluye et al.,2000) ou de traduction –ou ré-interprétations continues qu’opèrent les acteurs d’une organisation (Bilodeau et al., 2002).

66Sur le plan empirique, si l’on pouvait craindre a priori que la construction locale soit basée sur des éléments de contexte spécifique et se heurte à des logiques utilitaristes et à des contraintes renvoyant à des échelles plus larges cela ne semble pas être un frein majeur. En outre, on observe une capacité forte dans chacun des projets étudiés, à s’adapter à l’évolution des dynamiques sociales et spatiales, ce que l’on retrouve dans plusieurs facteurs explicatifs identifiés, qu’il s’agisse par exemple du renouvellement régulier du diagnostic des besoins de la population du territoire, ou, dans une dimension plus engagée, d’une posture militante qui place les acteurs veille des évolutions qui les affecte et en résistance le cas échéant.

67En revanche, la manière dont une administration (Ville, région ou Etat) se saisit d’une expérience réussie pour la généraliser est un enjeu majeur. En effet, la normativité administrative s’accommode assez mal des dimensions clé identifiées dans les résultats de cette étude, ou alors avec nombre de précautions et la capacité d’adaptation de structures essaimées aux dynamiques socio-spatiales du territoire où on les aura implantées peut alors être moindre.

68Dans une logique de plus en plus axée sur l’efficience ou la performance, les systèmes de santé accordent une importance grandissante aux indicateurs d’utilisation des services mis en place ce qui ne s’oppose pas, cependant, à la prise en compte de nombreux facteurs micro-locaux dès lors que la préoccupation demeure de répondre à des besoins visibles et réels de la population. Les cadres régionaux, nationaux voire internationaux, qu’il s’agisse de contraintes administratives, budgétaires ou réglementaires, peuvent poser problème, mais les quatre expériences de terrain menées montrent qu’ils font rarement totalement blocage si une marge d’autonomie locale est préservée. Inversement, le fait de devoir surmonter ces difficultés peut être source d’innovation et même renforcer l’ancrage local des projets. En effet ces entraves dont il faut se défaire peuvent constituer un élément initial de mobilisation locale. A ce titre l’exemple montréalais et l’exemple angevin sont significatifs, le premier parce qu’il a été soumis à de fortes tensions pour « fondre » l’organisation communautaire dans un moule de soins intégrés et rationalisés ; le second parce qu’il illustre a contrario la recherche d’un ancrage dans son milieu d’une offre de santé trop peu structurée localement (Encart 1)

Encart 1 : Focus sur les exemples d’Angers et de Montréal

Le réseau de services locaux de santé au Québec s’est mis en place progressivement entre les années 1970 et la fin des années 1980 sur le modèle de centres de services proposant une approche globale de la santé. Cela allait de pair avec le fait de rassembler sous la bannière d’un ministère « de la santé et des services sociaux » (qui ne change pas de nom à chaque changement de gouvernement), l’ensemble des services qui concourent à agir sur les déterminants de la santé, médicaux et non médicaux. En 2000, le rapport Clair pointait les déficiences du système québécois en matière d'accès et de continuité tant pour les citoyens que pour les professionnels. Concomitamment, le parti libéral est arrivé au pouvoir et a entrepris une vaste réforme, visant à fusionner les services avec un double argumentaire : améliorer la coordination et donc la continuité et diminuer les coûts. Les territoires de première ligne ont été recomposés, un établissement public est né de la fusion de l’ensemble des structures de proximité en santé et services sociaux (cf. Fleuret 2006). En créant des supra structures locales, le modèle initial basé sur l’adéquation entre un territoire, un établissement et sa capacité à identifier les besoins des individus dans leur milieu, perdait de son acuité. La clinique communautaire de pointe saint Charles est alors entrée en résistance pour conserver son autonomie et ses valeurs. Aujourd’hui, le projet de loi 10 du ministère de la santé et des services sociaux au Québec9 prévoit de renforcer encore ce phénomène de concentration en créant un « super-établissement » par région, le Centre intégré de santé et de services sociaux et en réduisant encore le nombre d’intervenants dans les parcours de soin (selon une logique de management) ce qui va à l’encontre du projet de la clinique de Pointe Saint Charles qui s’appuie au contraire sur une taille à l’échelle d’un quartier et un réseau d’acteurs communautaires multiples.

A Angers, on peut lire dans l’histoire des collectifs santé, celle du système de santé français qui, malgré quelques timides tentatives (ex. l’expérience des unités basiques de santé entre 1983 et 1986 –Coutant 1989) n’a jamais évolué vers une structuration de l’offre de services ni à l’échelle locale, ni sur la base des soins primaires. Pour autant, les inégalités sociales et territoriales de santé y sont pointées du doigt (Boureille & Commerçon, 2003) et il semble qu’un facteur déterminant de ces inégalités soit la difficulté à agir sur l’ensemble des déterminants dans la santé, du fait que médecine, travail social, action territoriale etc. soient cloisonnées. C’est en fait de la politique de la ville que semble être venue l’évolution la plus significative. Les ateliers santé ville (ASV) issus de la loi de 1998 contre la pauvreté et l’exclusion, ont amorcé un phénomène de décloisonnement. Dans les quartiers éligibles à la politique de la ville, les ASV ont initié des projets intersectoriels multiples dans lesquels, enfin, médecin , travailleurs sociaux, bailleurs, élus, associations, etc. construisaient ensemble des actions de santé. Ceci s’est prolongé après 2006 dans le cadre des Contrats Urbains de cohésion sociale –CUCS- et, même s’il est trop tôt pour en juger, il semble que les contrats locaux de santés qui se développent petit à petit suite à la loi HPST, vont dans le même sens. Le moteur est à chaque fois le même : il s’agit de partir du territoire et de ses besoins, d’identifier les acteurs pouvant y répondre puis de structurer la réponse dans une ou des formes d’action publique.

69Une innovation majeure des expériences étudiées est l’évolution des pratiques professionnelles dans une logique de décloisonnement. Mais la participation des médecins généralistes à des actions de prévention et d’éducation à la santé hors du cadre de leur pratique de cabinet médical reste inégale. Or, comme le notait Bozzini (1988) à partir de l’exemple québécois, souvent la non-participation des médecins est source d’échec. Les pharmaciens sont également peu présents, pourtant la pharmacie est plus qu’une officine de médicaments, un lieu d’information en santé où des messages d’éducation et de promotion de la santé peuvent être développés. Et ceux-ci sont d’autant plus efficaces quand ils sont articulés avec la vie des territoires locaux.

70La participation de la population à l’ensemble des prises de décisions en santé est dans tous les discours, mais qu’en est-il réellement ? L’usager a désormais accès à un nombre restreint de sièges dans les établissements publics en France par exemple. Mais à l’instar du constat fait au Brésil, ces lieux sont déjà des espaces spécialisés dans lesquels le citoyen ordinaire, non formé, a du mal à faire entendre sa voix, voire du mal à saisir les enjeux. Ceci est d’autant plus vrai que les professionnels de la santé usent d’un jargon technique qui « exclut » l’usager du débat.

71L’échelon local est clairement identifié comme échelle de la territorialisation de première ligne au Québec, au Mali et au Brésil, il demeure le parent pauvre de la santé en France. La planification se joue à l’échelle régionale, et les subdivisions en territoires de proximité restent des ensembles géographiques trop vastes et déconnectées des réalités micro-locales. Ceci résulte d’une construction descendante. Les réflexions sur le territoire (Rican, Vaillant, 2009) qui ont accompagné la mise en œuvre de la loi Hôpital Patient Santé Territoire (2010) n’ont pas réellement tenu compte des remontées de terrain. La culture bottom up est absente du système de santé français. Néanmoins l’avènement de contrats locaux de santé (CLS, prévus par la loi HPST) constitue une évolution intéressante. Le processus de mise en oeuvre de ces Contrats la volonté de mettre en adéquation un projet avec des besoins locaux et des ressources elles aussi locales. Mais contrairement à l’exemple brésilien, il n’est pas question en France d’une méthodologie unique à visée reproductive.

72L’échelle micro-locale est, elle aussi, largement ignorée. Or les résultats observés au Québec, au Mali, au Brésil, ainsi que dans les quartiers angevins, montrent toute l’importance de faire reposer les constructions locales en santé sur l’échelle très fine du domicile ou du voisinage. Cela passe, d’un point de vue opérationnel, par une reconquête de l’échelle domiciliaire, par exemple au travers du rôle des agents communautaires de santé ou des habitants relais-santé ou au travers des manifestations qui animent les lieux (fête de quartier, temps collectifs de socialisation…

73Reste la question de la sincérité des acteurs. Si le doute est exclu pour les expériences pionnières, les expériences de transposition ou de généralisation peuvent en revanche laisser voir des effets d’opportunisme, ou, pour citer Jaffré (1999), le "communautaire" est avant tout une obligation rhétorique pour capter les ressources nécessaires à la mise en œuvre de ses propres projets sanitaires et/ou politiques, et dans bien des cas, cette homogénéisation forcée de l'innovation, empêche la prise en compte d'initiatives pragmatiques qui localement seraient réellement adaptées. 

Haut de page

Bibliographie

BALIQUE H., OUATTARA O., IKNANE A. Ag., 2001, Dix ans d’expérience des centres de santé communautaire au Mali, Santé publique, volume 13, no 1, pp. 35-48

BEAUCHAMP G., 1999, Une histoire de CLSC... Les Centres locaux de services communautaires : institutions de la société civile ? [En ligne], http://www.gillesenvrac.ca/carnet/stories/2002/02/13/uneHistoireDeClsc.html consulté le 19/03/2014

BILLAUD, V., 1999, La santé dans les politiques de la ville, Conseil national des villes, MDSL-intervention, 133 p

BILODEAU, A., CHAMBERLAND, C., WHITE, D., 2002, L'innovation sociale, une condition pour accroître la qualité de l'action en partenariat dans le champ de la santé publique. Canadian Journal of Program Evaluation, 17(2), 59-88.

BOUREILLE, B., COMMERÇON, N., 2003, Les inscriptions territoriales du système de santé. Géocarrefour: Revue de géographie de Lyon, 78(3), 185-187.

BOZZINI L., 1988, Local community health services centres (CLSC’s) in Quebec : description, evaluation, perspectives, Journal of public health policies , 9 (4), pp 346-375

BRUNET-JAILLY, J. 1988, La consommation médicale des familles des personnels de l'enseignement et de la culture, compte-rendu d'une enquête réalisée en avril 1988 par les adhérents de la Mutuelle des Travailleurs de l'Éducation et de la Culture, INRSP, Bamako

BURY J.A., 1988, Education pour la santé; concepts, enjeux, planification, Ed. De Boeck, Bruxelles, coll. Savoirs et santé, 236 p

BUTTERFOSS, F.D., GOODMAN, R.M., WANDERSMAN, A., 1996, Community coalitions for prevention and health promotion: Factors predicting satisfaction, participation and planning. Health Education Quarterly, 23, 65–79

CAILLOUETTE J., GARON S., DALLAIRE N., BOYER G., ELLYSON A., 2009, Étude de pratiques innovantes de développement des communautés dans les sept Centres de services de santé et de services sociaux de l'Estrie. Analyse transversale de sept études de cas, Cahiers du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) Collection Études théoriques – no ET0903

COLLECTIF COURTEPOINTE, 2006, Pointe Saint Charles : un quartier, des femmes, une histoire communautaire. Editions du remue ménage, 286 p.

COLLIN J-P., 1987, Des expériences réussies de relations avec le milieu, in Godbout J.T., Leduc M., et Collin J-P., Commission d’enquête sur les services de santé et les services sociaux, document de recherche n° 22, la face cachée du système.

COURNOYER A. MARCOTTE J-P., 2010, CLSC Drummond au service des gens, société d’histoire de Drummond

COUTANT D., LACAZE J., 1989, Hier, une médecine pour demain: le Centre de santé de Saint-Nazaire. Paris: Syros/Alternatives.

DEMERS L., TURGEON J., 2008, Une innovation locale des services sociaux et de santé au Québec, in Enjolres B., Gouvernance et intérêt général dans les services sociaux et de santé, Ed. Peter Lang, 65-80

DESROSIERS, G., 1999,Le système de santé au Québec bilan historique et perspective d’avenir: Conférence inaugurale du 51 e congrès de l’Institut d’histoire de L’Amérique française, octobre 1998. Revue d'histoire de l'Amérique française, 53(1), 3-18.

DUPONCHEL, J. L., 2004, Bilan des soins de santé primaires. Médecine tropicale, 64(6), 533.

Favreau L., Hurtubise Y., 1993, CLSC et communautés locales : la contribution de l’organisation communautaire, Presses de l’Université du Québec

FLEURET, 2006, Quand le territoire devient un enjeu de santé, Réseaux locaux de services au Québec revue d’études canadiennes/canadian studies, n° 61 pp 89-112

FLEURET S., 2012, Expériences locales en santé communautaire : exemples choisis au Canada, Brésil et Mali, expérimentation en France, BAGF, 2012-2, pp 227-246

FORTIN A., 1991, La participation : des comités de citoyens au mouvement communautaire, document numérique, collection: "Les classiques des sciences sociales"

FOURNIER P., POTVIN L., 1995, Participation communautaire et programmes de santé : les fondements du dogme. In: Sciences sociales et santé. Volume 13, n°2, pp. 39-59

GOODMAN RM, STECKLER A, HOOVER S, SCHWARTZ R., 1992, A critique of contemporary community health promotion approaches: Based on a qualitative review of six programs in Maine. Am J Health Promotion :208-20

JAFFRE, Y, 1999, « Les services de santé "pour de vrai". Politiques sanitaires et interactions quotidiennes dans quelques centres de santé (Bamako, Dakar, Niamey) », Bulletin de l'APAD [En ligne], 17 | 1999, [en ligne] consulté le 19 mars 2014. URL : http://apad.revues.org/475

JETTE, C., 2005, Le Programme de soutien aux organismes communautaires du ministère de la Santé et des Services sociaux: une forme institutionnelle structurante du modèle québécois de développement social (1971-2001). Thèse de doctorat en sociologie, Tome 1, Uqam, Montréal, 731 p

JOURDAN D., O’NEILL M., DUPERE S., STIRLING J., « Quarante ans après, où en est la santé communautaire ? », Santé Publique 2/2012 (Vol. 24) , p. 165-178
URL : www.cairn.info/revue-sante-publique-2012-2-page-165.htm consulté le 20/05/2015

GAUMER, B., DESROSIERS, G., 2004, L’Histoire des CLSC au Québec: reflet des contradictions et des luttes à l’intérieur du système. Ruptures, revue transdisciplinaire en santé, 10(1), 52-70.

GIRARD J.P., VEZINA M., 2002, « Les entreprises collectives dans le secteur de la santé : innovation institutionnelle et innovation organisationnelle »,

GESTION, 02/3 Vol. 27, p. 44-52.

GLASER BG, STRAUSS AL., 1967, Discovery of Grounded Theory : Strategies for Qualitative Research. Chicago: Aldine

GODBOUT J.T., MARTIN N. V, 1982, Participation et innovation, in Les mobilisations populaires urbaines sous la direction de Pierre Hamel, Jean-François Léonard et Robert Mayer. Montréal : Les Éditions Nouvelle Optique, pp. 217-237

GOUËSET, V., HOFFMANN, O. , 2006, Communauté. Un concept qui semble poser problème à la géographie francaise. Dans Séchet R., Veschambre V., dir, Penser et faire la géographie sociale, PUR, 263-275.

LEVASSEUR, G., 2005, La santé communautaire. Revue Exercer, (72), 4-7.

MEDINA G., FLEURET S., 2011, Des soins primaires à la territorialisation de la santé : le cas du Brésil, in Fleuret S., Hoyez A-C., 2011, Santé et géographie, nouveaux regards, Economica Anthropos, pp 179-214

MINKLER M., WALLERSTEIN N., WILSON N., 1997, Improving health through community organization and community building, in Health behavior and health education, Ed. Jossey Bass, 287-312

PLUYE, P., POTVIN, L., DENIS, J. L., 2000, La pérennisation organisationnelle des projets pilotes en promotion de la santé. Ruptures. Revue transdisciplinaire en santé, 7(1), 99-113.

RAYNAUD A., 1984, L'intérêt de la démarche comparative en géographie. Espaces Temps, 26-28, 1984. L'espace en société. Géographies d'aujourd'hui. pp. 26-33.

RENAUD L., CHEVALIER S., O'LOUGHLIN J., 1997, Institutionnalisation des programmes communautaires (L'): revue des modèles théoriques et proposition d'un modèle. Can J Public Health, 88(2), 109-13.

RIFKIN S.B., MULLER F. BICHMANN W., 1988, Primary health care : on measuring participation, Social science and medicine, 26 (9), pp 931-940

SCHOENE M., 1996, Santé communautaire : mythe et réalité, Centre de Ressources sur le Développement Social Urbain, http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-3263.html (consulté le 30 avril 2012)

Secrétariat européen des pratiques de santé communautaire, 2009, Action communautaire en santé: un observatoire international des pratiques-2004-2008, Belgique-France-Espagne.

SENECAL G., GERMAIN A., BENARD J., 2002, Portrait des pratiques communautaires et locales en revitalisation urbaine et sociale sur le territoire de l’île de Montréal, rapport pour le CRDIM, 51 p.

SMITH C., 2012 La santé communautaire. Synthèse documentaire, Centre de ressources midi-pyrénéen pour les acteurs de la cohésion sociale, 30 p.

RICAN, S., VAILLANT, Z., 2009, Territoires et santé: enjeux sanitaires de la territorialisation et enjeux territoriaux des politiques de santé. Sciences sociales et santé, 27(1), 33-42.

WALLERSTEIN, N. BERNSTEIN E., 1994, Introduction to community empowerment, participatory education, and health. Health Education Quarterly, Vol 21(2), 141-148

Haut de page

Notes

1 Au début des années 1970, s’inspirant des recommandations de la commission Castonguay-Nepveu, l’État québécois met en place le réseau des Centres locaux de services communautaires (CLSC). Le développement de ce réseau se traduit, pratiquement, par la récupération par l’État du modèle d’organisation collective des services de santé et des services sociaux. Seule la clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles, à Montréal, survivra en partie à ce processus d’étatisation des services de première ligne. (Girard, Vezina , 2002)

2 Ce constat est largement partagé par l’ensemble des acteurs rencontrés au Québec

3 Dans ce texte, ne sont étudiés que des modèles originaux et pas les cas issus de tentatives de transposition dont l’étude ne peut se faire qu’après avoir préalablement identifié les dimensions de réussite des modèles initiaux (dont l’absence constitue un facteur d’échec)

4 Le succès des expériences locales est ici déterminé par la pérennité des expériences observées (supérieure à 10 ans) et à travers le discours des acteurs du système de santé dans lequel elles s’insèrent. (sur la base d’entretiens exploratoires auprès de responsables d’agences de santé, de centres de soins et auprès d’élus locaux)

5 Respectivement Centres locaux de services communautaires et Centres de santé communautaires

6 Quelques expériences sont cependant à citer, notamment celle du centre de santé de Saint Nazaire (1983-1986) (Coutant, Lacaze, 1989)

7 Plus de précisions méthodologiques sont accessibles dans un article publié dans le bulletin de l’association des géographes français (Fleuret 2012)

8 Dans le processus d’analyse des entretiens, certaines citations ont fait l’objet d’un double codage dans deux dimensions auxquelles le propos contribuait. C’est le cas ici avec cet exemple qui nourrit à la fois l’enjeu de faire du territoire et celui de faire de la communauté, ce qui renvoie à l’un des fondements de la géographique sociale qui est d’étudier la dimension spatiale des sociétés. Ainsi il n’y a pas de territoire sans sociétés et réciproquement.

9 http://www.msss.gouv.qc.ca/documentation/salle-de-presse/medias/Presentation-info-techniquePL10.pdf (consulté le 21/05/2015)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : les terrains d’étude
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 1 : Dimensions identifiées comme des enjeux pour un projet de santé local à dimension communautaire
Légende * L’action en silo correspond à des projets qui se fondent soit sur une population cible, soit sur une problématique en santé (pathologie, ex. lutte contre le VIH SIDA). L’action territorialisée cible au contraire le territoire avec la volonté de fédérer toutes les actions en silo dans un projet unique.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3459/img-2.png
Fichier image/png, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Fleuret, « Construction locale de la santé : quels sont les facteurs de réussite des projets locaux de santé communautaire ? », L’Espace Politique [En ligne], 26 | 2015-2, mis en ligne le 22 juillet 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3459 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3459

Haut de page

Auteur

Sébastien Fleuret

Directeur de recherche CNRS
ESO-Université d’Angers
sebastien.fleuret@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org