Navigation – Plan du site
(Géo)politique et Santé

L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest

Une mise en perspective des répercussions démo-géographiques, politiques et économiques
The Ebola Epidemic in West Africa - A Perspective on the Demo-Geographic, Political and Economic Impacts
Serge Loungou

Résumés

Le présent article met en relief trois aspects liés à la maladie due au virus Ebola qui s’est récemment déclarée en Afrique de l’Ouest. Il s’agit de l’évolution statistique et spatiale de l’infection ; des mesures définies à l’échelle sous-régionale et par la communauté internationale dans le but d’éviter la dissémination de l’épidémie au-delà de son foyer principal ; de l’impact politique et économique de ces mesures d’endiguement sur les trois pays les plus affectés par l’épidémie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Figaro, 4 août 2014, p.1 et 4.
  • 2 Le Monde, « Bilan du Monde. L’atlas de 198 pays », édition 2015, p.195.
  • 3 « Ebola : l’inquiétude monte au Nigeria » in http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/08/14/22696
  • 4 Le Figaro, 30-31 août 2014, p.9.
  • 5 Financial Times, August 9-10, 2014, p.3.

1Le virus Ebola a été découvert en 1976, date de ses deux premières épidémies déclarées simultanément dans les localités de Yambuku et de Nzara, situées respectivement au nord de la République Démocratique du Congo (RDC) et au sud du Soudan (Bowen et al., 1977). Depuis cette époque, ses manifestations, moins massives et surtout beaucoup moins meurtrières, avaient pour territoires cinq pays de l’Afrique centrale (RDC, Congo, Gabon) et orientale (Soudan, Ouganda) (Georges-Courbot, et al., 2002). L’apparition récemment d’une vaste épidémie en Afrique de l’Ouest est donc une première. Outre les préoccupations qu’elle suscite parmi les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), concernant notamment la nature du virus, les risques de pandémie et les perspectives de traitement, cette nouvelle flambée épidémique inquiète particulièrement la communauté politique internationale1, en raison de la fulgurance de sa propagation, de son caractère extrêmement meurtrier et de sa longue durée. En effet, survenue officiellement en Guinée en mars 2014 – quoique ses prémices y remontent à décembre 2013 –, l’infection s’est « exportée » dans les Etats environnants, affectant particulièrement la Sierra Leone et le Libéria. Son irruption au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec 174,9 millions d’habitants en 20142, bien que de faible impact, a accentué la psychose d’une catastrophe sanitaire3. En une année, cette nouvelle épidémie aura causé près de six fois plus de pertes en vies humaines que celles enregistrées au cours de la vingtaine d’épidémies survenues précédemment. Pessimiste, l’OMS prévoit que le nombre de personnes affectées, d’ici la fin de l’épidémie, pourrait correspondre à près de dix fois celui des cas recensés depuis 19764. Devant de telles perspectives affolantes, qui attestent de l’extrême gravité de la situation, la communauté internationale s’est résolue à décréter Ebola « urgence de santé publique de portée mondiale »5.

2Qu’est-ce qui explique la propagation fulgurante de la maladie due au virus Ebola en Afrique de l’Ouest, et particulièrement l’extrême vulnérabilité  de la Guinée, de la Sierra Leone et du Liberia face à cette nouvelle flambée épidémique? Quel est l’impact sur ces trois pays des mesures draconiennes adoptées par la communauté internationale dans le but d’éviter la propagation de l’épidémie à une échelle plus grande ? Les réponses à ces trois interrogations constitueront la trame du présent exposé.

3Notre réflexion s’appuie à la fois sur des références bibliographiques de portée scientifique et sur les articles de presse. Si les premières ont servi à alimenter le champ conceptuel et théorique de la présente étude, les secondes nous ont permis de coller au caractère factuel du sujet. De fait, nous avons consulté au bas mot une soixantaine d’articles de journaux de référence internationale, dont 82 % sont tirés de médias français (principalement Le Monde, Le Figaro et Libération) ou occidentaux (principalement Le Courrier international, International New York Times, Financial Times), et 18 % de magazines d’obédience africaine ou panafricaine (principalement Jeune Afrique). Outre l’abondante littérature qu’elles consacrent à cette nouvelle manifestation d’Ebola, à travers laquelle se révèlent entre autres les représentations de l’épidémie dans le monde, les sources médiatiques contiennent des statistiques constamment actualisées émanant principalement de l’OMS et des organisations humanitaires – dont Médecins sans frontières (MSF) –, qui se rapportent aux victimes de l’infection (nombre de contaminations et de cas mortels). Ces données chiffrées, au demeurant très mouvantes, nous ont permis de nous représenter une cartographie précise de la flambée épidémique. Nous avons également extrait des supports journalistiques les principales mesures visant l’endiguement de cette nouvelle infection ainsi que les conséquences, sur les plans économique et politique, qui en découlent notamment à l’échelle des trois Etats les plus affectés.

Portrait épidémiologique et bilan statistique d’Ebola depuis sa découverte

4Au préalable, il convient de nous appesantir sur les aspects épidémiologiques et statistiques de la maladie due au virus Ebola. Cette démarche vise à mieux rendre compte du caractère exceptionnel de la situation dans le nouveau foyer épidémique sous-régional qu’est l’Afrique de l’Ouest ; une exceptionnalité qui explique l’engagement, lui aussi sans précédent, de la communauté internationale à lutter contre ce fléau sanitaire longtemps considéré comme une « endémie africaine » (Vaillant et Salem, 2008 : 52).

Origine, symptômes et modes de transmission de l’infection virale

5Le virus Ebola tire son nom d’une rivière qui coule aux abords de la localité de Yambuku, un des sites où il a été repéré pour la première fois en RDC6. Il appartient, aux côtés du virus de Marburg (Pattyn et al, 1977 ; Gasquet-Blanchard, 2014), à la famille des Filoviridae qui provoquent des fièvres hémorragiques (Kiley et al, 1982). Cinq espèces distinctes du virus Ebola sont connues à ce jour ; il s’agit du type Zaïre (EBOV) découvert en 1976, et dont une nouvelle souche serait à l’origine de l’épidémie qui s’est répandue en Afrique de l’Ouest7 ; du type Soudan (SUDV) découvert également en 1976 ; du type Bundibugyo (BDBV) découvert en Ouganda en 2007 ; du type Forêt de Tai (TAFV) découvert en côte d’Ivoire en 1994 (Cf. carte n°2) ; du type Reston (RESTV). Les trois premières espèces (EBOV, SUDV, BDBV) sont associées aux épidémies d’Ebola qui sévissent épisodiquement en Afrique8. L’espèce Reston, que l’on a détectée en 2008 aux Philippines et en République populaire de Chine (où elle a provoqué des flambées de maladies mortelles chez des macaques et des cochons), avait été observée aussi chez des singes importés aux Etats-Unis d’Amérique en 1989, 1990 et 1996, ainsi que chez des primates introduits en Italie en 1992, mais l’on n’a jamais signalé jusqu’à présent de cas d’infection d’humains qui lui sont imputables9. En revanche, l’espèce Forêt de Tai fut diagnostiquée en Côte d’Ivoire sur un sujet humain qui avait été en contact avec un chimpanzé (Blaize, 2014).

Carte n°1 : Géographie mondiale du phénomène Ebola

Carte n°1 : Géographie mondiale du phénomène Ebola

6Les premiers symptômes de la maladie surviennent après une période d’incubation de deux à vingt et un jours : apparition brutale de forte fièvre avec une faiblesse intense, douleurs musculaires, céphalées et irritation de la gorge. Ces premiers signes sont suivis de vomissements, de diarrhées, d’une éruption cutanée, d’une insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes. Il s’en suit, en six à douze jours, une mort par choc cardio-respiratoire ou par embolie cérébrale. Quant aux malades qui survivent, ils peuvent transmettre le virus notamment par le sperme trois mois après la maladie, d’où l’importance de la mise en quarantaine10. Généralement, l’épidémie se déclare en milieu rural, dans des villages isolés en zone forestière (Gasquet-Blanchad, 2012). La raison en est liée au mode de transmission du virus en primo-infection de l’animal à l’homme, après un contact étroit avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques d’animaux infectés. L’infection a été constatée après la manipulation de primates (chimpanzés, gorilles, autres singes), de chauves-souris frugivores, d’antilopes des bois et de porcs-épics retrouvés malades ou morts. Les chauves-souris seraient le réservoir naturel du virus Ebola (Leroy et al, 2005) et il existe de bonnes probabilités pour que la transmission puisse avoir lieu directement à partir de leurs déjections11. La transmission interhumaine du virus se fait par contacts directs entre les fluides physiologiques (sang, selles, sperme, salive, sueur, vomissures) de la personne malade (c’est-à-dire qui présente les symptômes) et les muqueuses ou une peau lésée (plaie), ou par l’intermédiaire d’environnements contaminés12. En Afrique, les rites funéraires au cours desquels l’entourage du défunt touche la dépouille sont un facteur majeur de transmission de l’agent pathogène. Le virus se transmet aussi par contact indirect, par exemple avec des objets comme des seringues contaminées.

Carte n°2 : Les types de souches virales présentes en Afrique

Carte n°2 : Les types de souches virales présentes en Afrique

Les manifestations de la maladie due au virus Ebola en quelques chiffres

  • 13 Cf. notamment rapport de situation de l’OMS des 10 octobre 2014 et 11 février 2015.
  • 14 Le Courrier International, 21-27 août.
  • 15 Bilan de l’OMS au 5 septembre 2014.

7Le virus Ebola est un des agents pathogènes les plus contagieux et les plus foudroyants au monde. De 1976 à 201513, on a enregistré officiellement en Afrique un nombre cumulé de 25 264 cas d’infection dont 10 768 mortels, soit un taux de létalité moyen de 42,62 %. A titre de comparaison, l’épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui avait fortement frappé l’Asie entre novembre 2002 et juillet 2003, enregistra 8 273 cas de contamination dont 775 décès14, soit un taux de mortalité près de cinq fois inférieur (9,36 %). Avant d’apparaître de façon spectaculaire en Afrique de l’Ouest, la maladie due au virus Ebola sévissait principalement dans cinq pays d’Afrique centrale et orientale (RDC, Congo, Gabon, Soudan, Ouganda). A ce jour, on y a comptabilisé un nombre cumulé de 23 épidémies, dont 7 dans la seule RDC15. L’ensemble de ces flambées épidémiques a provoqué 2 377 cas d’infection dont 1 592 mortels (Cf. carte n°3).

Carte n°3 : Bilan épidémiologique en Afrique centrale et orientale

Carte n°3 : Bilan épidémiologique en Afrique centrale et orientale
  • 16 Hervé Raoul cité dans Le Monde, 2 août, p.2.
  • 17 Le Nouvel Observateur, 7 août 2014, p.46.

8L’apparition d’un nouveau foyer épidémique en Afrique de l’Ouest n’est pas surprenante, si l’on considère que la zone de peuplement des chauves-souris frugivores, identifiées comme le réservoir naturel du virus Ebola (Leroy et al, 2009), correspond grosso modo à la bande intertropicale qui va de l’Afrique subsaharienne (y compris donc l’Afrique occidentale) au nord de l’Australie (Cf. carte n°1). Cette coïncidence géographique est, sans doute, l’une des raisons qui ont permis au Directeur de recherches à l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale (INSERM) d’affirmer que le virus Ebola n’a pas été importé d’Afrique centrale ni de la région des Grands Lacs, les deux zones habituelles de circulation de sa maladie, mais que, probablement, il « était présent depuis plusieurs années dans les forêts guinéennes »16, point de départ de la nouvelle épidémie en Afrique de l’Ouest. En revanche, ce qui apparaît inédit dans le contexte ouest-africain, c’est la fulgurance de la propagation de la maladie et sa létalité particulièrement élevée17.

  • 18 Le Figaro, 30-31 août.
  • 19 « Ebola : les retards pour le contrôler l’épidémie se chiffrent en millions de vies » in http///www (...)

9De fait, entre mars et novembre 2014, soit en l’espace de neuf mois, près de 17 000 cas d’infection, dont près de 6 000 décès, ont été recensés en Afrique de l’Ouest. On peut aussi constater que les trois pays d’Afrique occidentale les plus affectés par cette nouvelle épidémie – Libéria, Sierra Leone, Guinée – comptabilisent chacun plus de victimes que le nombre cumulé de celles enregistrées par l’ensemble des cinq pays d’Afrique centrale et orientale lors des multiples manifestations d’Ebola qui s’y sont déclarées de façon épisodique depuis près d’une quarantaine d’années. Au regard de la progression de l’infection en Afrique de l’Ouest, sans que l’on puisse pour l’instant prévoir quand elle se terminera, l’OMS s’attend à traiter plus de 20 000 personnes d’ici le terme du premier semestre 201518 ; ce qui paraît plus conforme à la réalité que les prévisions par trop alarmistes des Centres de contrôle et de prévention des maladies infectieuse (CDC) américains, lesquels avaient annoncé à cette même échéance le chiffre impressionnant de 550 000 cas pour les seuls Libéria et Sierra Leone19.

Carte n°4 : Géographie de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest

Carte n°4 : Géographie de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest

Les fondements et la géographie de la crise sanitaire ouest-africaine

  • 20 OMS, « Maladie à virus Ebola : informations générales et résumé de la situation en Afrique de l’Oue (...)
  • 21 « Ebola-Guinée : le virus identifié est du type Zaïre » in http://www.guineepress.info/

10L’épidémie d’Ebola qui touche la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone est due à une souche virale ayant une forte homologie (98 %) avec l’espèce Zaïre20, qui est considérée comme « la plus agressive et la plus meurtrière »21. Si l’on tient là une des causes indiscutables de la forte mortalité liée à cette nouvelle flambée épidémique, il faut rechercher ailleurs celles de sa fulgurante propagation au-delà du foyer originel guinéen. Les développements qui suivent nous permettront d’analyser particulièrement les facteurs de la sous-régionalisation de l’infection.

La Guinée forestière, foyer épidémique originel

  • 22 Le Monde, 13 août ; Jeune Afrique n°2798, 24-30 août, 2014, p.28.
  • 23 Ministère de la Santé, « Info sur la fièvre hémorragique à virus Ebola en Guinée-Conakry » in http: (...)
  • 24 Le Nouvel Observateur, 7 août.

11C’est en mars 2014 que l’OMS a reçu la notification d’une flambée épidémique en Guinée. Cette maladie se manifestait par de la fièvre, des diarrhées sévères et des vomissements, et se traduisait par un taux de létalité élevé, soit 86 % pour les quatorze premiers cas. Des analyses révélèrent qu’il s’agissait d’une épidémie d’Ebola. L’enquête épidémiologique permit de dater les tout premiers cas d’infection à décembre 2013, et de situer le berceau de la maladie en Guinée forestière. La première vague de contamination serait donc partie du district de Guéckédou où l’on enregistra, le 2 décembre 2013, la mort d’un enfant de deux ans puis celles de son frère et de sa mère quelques jours plus tard. Il s’en suivit une série de décès au sein de la famille des trois victimes ainsi que parmi celles des personnels de santé ayant été contaminés au contact des malades22. La situation épidémiologique établie au mois de mars donna officiellement pour l’ensemble de la région méridionale de la Guinée un total de 88 cas suspects dont 63 mortels ; les principaux foyers épidémiques déclarés étant situés autour des districts de Guéckédou, Macenta et Kissidougou23. Ces localités et leurs alentours ont constitué le point de départ de la deuxième vague de contamination qui, à partir de juin 2014, s’est étendue au reste du territoire guinéen, y compris la capitale Conakry, où vivent plus de 2 000 000 personnes, pourtant distante de plus de 800 kilomètres du berceau de l’épidémie. Dans le même temps, elle s’est propagée dans les Etats voisins, en particulier le Liberia et la Sierra Leone qui partagent une frontière avec la Guinée. Le nombre de foyers épidémiques recensés en août indiquait déjà sans ambiguïté l’ampleur prise par l’infection : on en a répertorié une soixantaine disséminés dans les trois pays24.

  • 25 New African, n°543, October 2014, p.32-35.
  • 26 Libération, 9-10 août 2014, p.11 ; Enjeux africains, juillet-août, p.62
  • 27 International New York Times, August 9-10, 2014, p.8.
  • 28 Paris Match, 21-27 août 2014, p.40 ; Afrique Magazine, n°349, octobre 2014, p.38-39.
  • 29 OMS, « Ebola : des pratiques culturelles traditionnelles favorisent la propagation de la maladie» i (...)
  • 30 OMS, « Obstacles à un endiguement rapide de la flambée de maladie à virus Ebola » in http://www.who (...)

12Plusieurs facteurs expliquent la dissémination de l’épidémie au-delà de son berceau localisé dans le sud-est de la Guinée. Le premier facteur est la sous-estimation de l’ampleur de la maladie par les pouvoirs publics dans les premiers temps de son apparition25. En effet, alors que la flambée épidémique était en pleine recrudescence, après une relative accalmie entre avril et mai 2014, les autorités guinéennes, comme par la suite leurs homologues de Sierra Leone et du Liberia, autant mal préparées à affronter l’épidémie que soucieuses de préserver la réputation de leur pays, minimisèrent la situation, allant même jusqu’à prétendre que l’infection était « sous contrôle »26. La conséquence directe de cette attitude pour le moins irresponsable fut de retarder la prise de conscience des populations et la mobilisation de la communauté internationale face à la montée du péril sanitaire et social que représente Ebola. Le deuxième facteur se rapporte à l’état des structures médicales du pays. En effet, confrontées à une épidémie de masse et qui, de surcroît, sévit pour la première en Afrique de l’Ouest, ces structures ont été très rapidement débordées, faute de disposer d’équipements adéquats et de personnels qualifiés en nombre suffisant ; la peur d’être contaminés poussant parfois ces derniers à la désertion27. La conséquence fut que, faute de soins, de nombreuses personnes infectées durent se déplacer vers d’autres localités du pays ou dans les Etats limitrophes, à la recherche d’un traitement, contaminant à leur tour d’autres personnes. Les mouvements de populations entre la Guinée et ses voisins sont d’autant plus aisés que les ethnies locales sont établies de part et d’autre des frontières poreuses. Le troisième facteur est d’ordre socio-anthropologique. En effet, dans ces contrées rurales où règne la superstition, il s’est installé une croyance tenace : la flambée épidémique et son lot de morts seraient le fait des personnels sanitaires et de leur pulvérisateur qui inoculent le virus aux populations. Cette conviction pousse les populations à dissimuler leurs malades et, parfois, à s’en prendre aux professionnels de santé ou aux autorités politico-administratives qui mènent des campagnes de sensibilisation28. Autre facteur de dissémination de l’épidémie de même ordre, ce sont les pratiques traditionnelles29, notamment les rites funéraires qui consistent à laver les corps ou embrasser les défunts. En Guinée, près de 60 % des cas de contamination ont été liés à ces pratiques funéraires30.

Le Liberia et la Sierra Leone, épicentres de l’infection

  • 31 Respectivement capitales de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone. En 2008, la Guinée comptai (...)
  • 32 Le Monde, 2 août, p.2. ; International New York Times, August 9-10, 2014, p.8.

13Au contraire des flambées épidémiques survenues dans les pays d’Afrique centrale et des Grands Lacs, qui ont très souvent présenté un caractère localisé, celle déclarée récemment en Afrique de l’Ouest tend à prendre une ampleur sous-régionale. Cette diffusion spatiale sans précédent de la maladie due au virus Ebola est liée à de nombreux facteurs, parmi lesquels figurent deux aspects majeurs : le surpeuplement des zones touchées par l’infection, notamment les villes-capitales (Conakry, Monrovia, Freetown31) où les populations vivent généralement dans une grande promiscuité sur fond de pauvreté extrême, ainsi que la grande mobilité des personnes entre les pays de la sous-région. Ce second aspect est favorisé par le régime de la libre circulation en vigueur au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) 32 et l’existence d’un dense réseau de circulation et de commerce intra-sous-régional ; tout le contraire de l’Afrique centrale où prévalent la rigidité des frontières et l’isolement relatif des zones traditionnelles de manifestation de la maladie d’Ebola, lesquelles sont généralement situées à l’écart des grands foyers démographiques.

  • 33 Le Nigeria se situe à plus de 1 500 km de la Guinée, berceau de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’ (...)
  • 34 Rapport de situation de l’OMS cité par Le Figaro, 4 août 2014, p.4.
  • 35 Rapport de situation de l’OMS au 28 novembre 2014.
  • 36 Le Monde, 5 septembre ; International New York Times, October 30, 2014, p.1.
  • 37 « Ebola : les retards pour le contrôler l’épidémie se chiffrent en millions de vies » in http///www (...)

14Déclarée au sud-est de la Guinée, l’épidémie d’Ebola s’est disséminée dans une partie de l’Afrique occidentale, affectant particulièrement le Liberia, la Sierra Leone et, dans une moindre mesure, le lointain Nigeria33 puis le Mali voisin. Les statistiques concernant l’évolution de l’infection dans la sous-région indiquent cependant une relative dissemblance des situations sanitaires entre les trois pays les plus durement affectés (Cf. carte n°5). Cette évolution se traduit notamment par le basculement du centre de gravité de la flambée épidémique de son foyer originel guinéen vers les territoires sierra-léonais et surtout libérien. Pour preuve : sur les 729 cas mortels recensés en Afrique de l’Ouest au 27 juillet 2014, on en a dénombré 339 en Guinée, 233 en Sierra Leone et 156 au Libéria, soit respectivement 46,5 %, 31,96 % et 21,39 % des décès34. En rassemblant 45 % des cas d’infection et 52,50 % des cas mortels comptabilisés à la fin de novembre 201435, le Liberia est devenu le pays où la situation sanitaire apparaît comme « la plus grave »36 ; suivent respectivement, par ordre décroissant du nombre de victimes, la Sierra Leone (42 % des cas d’infection et 25,50 % des cas mortels) et la Guinée (13 % des cas de contamination et 22 % des cas mortels). Un tel classement n’est pas surprenant car, si l’on en croit les estimations des organisations humanitaires datant d’août 2014, « en moyenne, le nombre de cas de contamination [a doublé] environ tous les 20 jours, avec un rythme plus soutenu au Liberia (multiplication par 2 tous les 15 à 20 jours) qu’en Sierra Leone (doublement tous les 30 à 40 jours) »37.

Carte n°5 : Bilan épidémiologique dans le « triangle » d’Ebola

Carte n°5 : Bilan épidémiologique dans le « triangle » d’Ebola
  • 38 « Indice de développement humain (IDH) 2013 : l’essor sans précédent du Sud » in http://www.notre-p (...)
  • 39 « Ebola: situations dramatiques au Liberia et en Sierra Leone » in http://fr.news.yahoo.com/ebola-l (...)

15L’extrême vulnérabilité de la Sierra Leone et du Liberia face à l’épidémie d’Ebola résulte de la conjugaison de circonstances politiques et socioéconomiques défavorables particulières aux deux pays. Tout découle des effroyables guerres civiles qu’ils ont vécues concomitamment, et qui ont entraîné l’anéantissement de leurs équipements sociaux respectifs ; les efforts de reconstruction engagés de part et d’autre, depuis le retour à la paix amorcé au début de la décennie 2000, apparaissant encore de faible portée réparatrice. En dépit d’une relative amélioration de leur situation économique respective, liée au « boom » minier de ces dernières années, le Liberia et la Sierra Leone – respectivement 174e et 177e sur 187 pays au classement de l’indice de développement humain (IDH) en 2013 – demeurent classés parmi les Etats les plus pauvres de la planète38. Cette extrême pauvreté est très handicapante : confrontés à la défaillance des infrastructures de santé et dépourvus de capacités logistiques, d’expertise professionnelle ainsi que de ressources financières suffisantes, le Liberia et le Sierra Leone se trouvent dans l’incapacité de faire face à la flambée épidémique d’Ebola de façon efficace39.

  • 40 « Ebola : les obsèques d’une guérisseuse en Sierra Leone, point de départ de l’épidémie ? » in http (...)
  • 41 Alternatives Internationales, n°64, septembre 2014, p.10 ; Le Figaro, 11-12 octobre, p.3.
  • 42 Le Monde, 2 août, p.4.
  • 43 Le Monde, 9 octobre 2014, p.6.
  • 44 Le Figaro, 30-31 août, p.9.

16C’est à partir des régions proches de la frontière guinéenne que la maladie due au virus Ebola a gagné le Libéria et la Sierra Leone40, au point de se répandre sur quasiment l’ensemble des deux territoires41. La situation sanitaire s’y est révélée d’autant plus alarmante que la lutte contre l’infection a dû mobiliser la quasi-totalité d’équipes soignantes (au demeurant très insuffisantes puisque l’on dénombre dans l’un comme l’autre pays seulement 1 à 2 médecins pour 100 000 personnes) au détriment d’autres fléaux comme le paludisme ou la mortalité infantile, et que les personnels médicaux sont très exposés à la contagion42 : 1 personne infectée sur 10 fait partie du personnel de santé et 1 soignant contaminé sur 2 meurt43. La conséquence de cette exposition sanitaire et de la peur qu’inspire Ebola est la désertion par les membres du personnel médical et soignant des centres de traitement et dispensaires généraux ; ce qui a entraîné la fermeture de bon nombre d’entre eux44.

  • 45 Alternatives Internationales, n°65, décembre 2014, p.18-19.

17A l’insuffisance des effectifs en personnel et des structures d’accueil des malades s’ajoutent la difficulté des partenaires internationaux à acheminer dans de nombreuses zones géographiques isolées les fournitures et le matériel de santé nécessaires. Ce problème logistique, qu’exacerbe la mise en quarantaine des deux pays, explique sans nul doute, entre autres conséquences, la faible quantité des équipements de protection individuelle mis à la disposition des professionnels de santé ; cette défaillance étant à l’origine de la forte contamination des personnels de santé évoquée précédemment. L’action des humanitaires et des pouvoirs publics est par ailleurs entravée par la défiance des populations. En effet, en l’absence de traitement, les familles sont souvent contraintes de garder à domicile les personnes infectées. Il arrive aussi que des communautés nient l’existence du virus Ebola et croient que les unités d’isolement sont des incubateurs de sa maladie, cependant que la crémation des victimes de l’infection exigée par les responsables sanitaires alimentent la suspicion des populations à leur égard45. De même, la crainte de la stigmatisation et du rejet social amène de nombreuses personnes à ne pas se manifester en cas de symptômes. L’abandon par leurs parents de nombreux enfants infectés s’explique autant par cette crainte que par la ruine sociale des familles causée par l’épidémie.

  • 46 Le Figaro, 11-12 octobre 2014, p.2-3.

18Toutes ces situations constituent un terreau favorable à la poursuite de la progression de la maladie due au virus Ebola à travers le Liberia et la Sierra-Leone, faisant ainsi planer le spectre d’un chaos sanitaire dans les deux pays. La découverte des cas d’infection au Mali, parallèlement aux contaminations et décès survenus hors d’Afrique (Allemagne, Etats-Unis d’Amérique, Espagne)46, témoigne cependant de la lancinance de cette menace sanitaire à une échelle qui dépasse dorénavant les frontières de son épicentre actuel.

Les stratégies d’endiguement de la flambée épidémique et leur impact politique et économique

19La résistance de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, plus d’un an après son apparition, questionne les stratégies mises en place aux fins de son contrôle. Si cette persistance incombe en premier lieu aux pays affectés, le rôle de la communauté internationale mérite aussi d’être pointé. Dans les développements qui suivent, nous examinerons les ressorts et la nature des réponses définies par elle, dans le but d’endiguer cette nouvelle manifestation du virus Ebola, ainsi que les répercussions politique et économique que ces mesures induisent à l’échelle de la sous-région, en particulier pour les trois pays les plus touchés par la flambée virale.

La communauté internationale face à la crise sanitaire : entre atermoiement, alarmisme et pragmatisme

  • 47 Nouvel Observateur, n°2608, 30 octobre/5 novembre 2014, p.19.
  • 48 Jeune Afrique, 7-13 septembre 2014, p.9.

20La communauté internationale désigne ici l’ensemble des Etats (ou regroupements d’Etats, à l’exemple de l’Union européenne) et leurs opinions publiques, les organismes multilatéraux et ONG de protection et de veille sanitaire, les instituts de recherche en santé de réputation mondiale ainsi que les multinationales pharmaceutiques mobilisés pour lutter contre le virus Ebola et la propagation de sa maladie au-delà de son épicentre ouest-africain. Cette mobilisation internationale n’allait pourtant pas de soi, tant cette nouvelle flambée virale avait, plusieurs mois après son apparition, rencontré une indifférence polie quasi-générale ; ce en dépit des appels incessants des organisations humanitaires et autres ONG en faveur d’une assistance appuyée aux pays confrontés à l’infection. Les atermoiements des grandes puissances, persuadées d’être à l’abri de la contamination par Ebola, le désintérêt manifeste des grands groupes pharmaceutiques, généralement peu enclins à s’engager dans des recherches à faible retour d’investissement, ainsi que les dysfonctionnements de l’OMS47 ont favorisé indirectement le développement de l’épidémie en Afrique de l’Ouest. La responsabilité de l’OMS est irréfutable car, parallèlement à la réduction assez significative de son budget bisannuel – lequel est passé, ces dernières années, de 5 à 4 milliards de dollars –, l’organisation onusienne a dissous son département de réaction aux épidémies et pandémies et affecté à d’autres services les professionnels n’ayant pas été licenciés. La conséquence de cette restructuration est que le nombre d’experts en urgences épidémiques pour l’Afrique est passé d’une douzaine à trois seulement48. Ces dysfonctionnements expliquent le retard accusé par l’OMS dans son engagement aux côtés des pays touchés par l’épidémie.

  • 49 Le Monde, 5 septembre, p.5.
  • 50 Le Monde, 11 octobre 2014, p.1 ; Le Figaro, 17 octobre 2014, p.2.
  • 51 Financial Times, Friday 17 October, p.3 ; « Ebola in the US Midterms elections » in http://crofsblo (...)
  • 52 Libération, 14 octobre 2014, p.7.
  • 53 « Ebola : la Corée du Nord se ferme aux touristes étrangers » in http://www.lapresse.ca/voyage/dest (...)
  • 54 Le Monde, 2 août, p.2.
  • 55 Jeune Afrique, 24-30 août, p.27-29.

21Un facteur majeur a permis de rompre avec cette « inaction mondiale »49 : le caractère extrêmement contagieux de l’épidémie et la peur alimentée par la perspective d’une mondialisation de la maladie due au virus Ebola ont amené à une prise de conscience à l’échelle internationale. La psychose s’est « mondialisée » à la suite de la révélation de cas de contaminations et de décès survenus en Europe occidentale et aux Etats-Unis d’Amérique50. Dans ce dernier pays, Ebola a même constitué un des thèmes débattus au cours de la récente campagne politique destinée au renouvellement des deux chambres du Parlement (Midterms elections)51 ; l’opposition républicaine reprochant à l’administration démocrate de ne pas en faire assez pour protéger la population étatsunienne contre cette menace sanitaire, et allant jusqu’à préconiser l’interdiction des vols vers les Etats-Unis venant des pays africains52. En Corée du Nord, Etat réputé pour son système autarcique, les autorités ont pris prétexte de ces cas d’« extériorisation » de la maladie due au virus Ebola pour interdire momentanément l’accès sur leur sol aux touristes étrangers53. La hantise de l’épidémie est aussi palpable en Afrique ; elle y a sans doute été exacerbée à la suite de la découverte du virus au Nigeria54, pays le plus peuplé du continent, conduisant de nombreux gouvernements à adopter des mesures souvent « irrationnelles » 55.

  • 56 Le Figaro, 30-31 août, p.9.
  • 57 Le Monde, 30 août, p.5.
  • 58 Jeune Afrique, n°2810, 16-22 novembre 2014, p.10.
  • 59 Jeune Afrique, n°2800, 7-13 septembre 2014, p.9.
  • 60 Idem, p.10.
  • 61 Afrique-Asie, janvier 2015, p.56.
  • 62 Le Figaro, 2 octobre, p.9.

22La mesure symptomatique de cette psychose généralisée est la mise en quarantaine des pays touchés par l’épidémie. Largement dénoncé par les ONG56, ce système d’isolement se présente sous la forme de cercles concentriques. Le premier cercle est formé par les Etats de la sous-région ouest-africaine entourant l’épicentre de l’épidémie, dont les frontières communes avec les pays affectés ont été fermées unilatéralement par les premiers cités par crainte d’une contamination de masse ; il s’agit de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau et du Sénégal57, lesquels ont néanmoins consenti à ouvrir des couloirs humanitaires destinés à faciliter l’acheminement des aides médicale et alimentaire à destination des Etats affectés par l’épidémie. Le deuxième cercle est constitué par un ensemble de pays africains géographiquement éloignés du foyer viral. Parmi ceux-ci, la Guinée équatoriale (qui a suspendu ses liaisons aériennes avec plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest), la Zambie (qui a interdit son territoire aux voyageurs en provenance de Guinée, du Libéria, de Sierra Leone et du Nigeria), l’Afrique du Sud (qui a interdit l’entrée de son territoire aux ressortissants guinéens, libériens et sierra-léonais) et le Maroc (qui a décliné l’organisation de l’édition 2015 du championnat d’Afrique des nations de football58) apparaissent comme les plus alarmistes. Ces diverses mesures nationales complètent une série de décisions adoptées par des instances sous-régionales ou continentales : annulation ou report de réunions politiques, délocalisation de rencontres sportives59. Le troisième anneau du dispositif d’isolement des pays affectés par l’épidémie d’Ebola se situe hors du continent africain. Les principaux maillons de cette chaîne d’endiguement sanitaire sont les puissances exerçant traditionnellement une influence politique ou économique dans la sous-région ouest-africaine ; il s’agit de la France – en Guinée – et de la Grande-Bretagne – en Sierra Leone – dont les principales compagnies aériennes ont interrompu ou réduit la desserte des trois pays les plus touchés par la flambée virale60 ; des Etats-Unis d’Amérique – au Liberia – qui ont très tôt rapatrié les familles des diplomates et les personnels des ONG ( Samaritan’s Purse, Peace corps) présentes en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone ; de la Chine – qui comptait environ 10 000 expatriés dans les trois pays affectés au déclenchement de l’épidémie61 – dont les entreprises ont limité la présence de leurs personnels dans la région; de l’Arabie Saoudite qui a interdit l’accès à son territoire aux personnes en provenance des pays affectés par Ebola, privant ainsi des milliers de croyants de pèlerinage à La Mecque62. L’extension des contrôles thermiques des passagers dans bon nombre d’aéroports internationaux à travers le monde – dont pâtissent particulièrement les ressortissants africains, qu’ils soient avec ou sans lien avec l’épicentre de l’épidémie –, complète ce vaste dispositif d’isolement sanitaire des Etats affectés par Ebola.

  • 63 Jeune Afrique, 24-30 août, p.27.
  • 64 « Les pays touchés et la communauté internationale veulent anéantir Ebola » in http://www.lapresse. (...)

23Cependant, les mesures de la communauté internationale tendant à isoler les pays d’Afrique de l’Ouest touchés par cette flambée épidémique contrastent avec les actes de solidarité dont leur témoigne cette même communauté. A l’évidence, ces actes relèvent du pragmatisme : face à un virus qui « a démontré sa capacité à voyager  par avion »63, n’est-il pas, en effet, de l’intérêt de tous de parvenir à son anéantissement? Après une période d’atermoiements et de retards coupables, la communauté internationale n’a pas d’autre choix que de s’engager aux côtés des pays actuellement confrontés aux affres d’Ebola64. Cet engagement solidaire est attesté par l’afflux de renforts humains et en matériel, ainsi que de contributions financières au bénéfice des trois pays les plus touchés.

  • 65 Le Figaro, 30-31 août 2014, p.9.

24Selon les calculs de l’OMS et de l’ONU, le coût des besoins en personnels médicaux et en ressources techniques nécessaires pour enrayer la crise sanitaire en Afrique de l’Ouest serait de 490 à 600 millions de dollars. Dans sa feuille de route publiée en août 2014, l’OMS évalue à 13 600 le nombre de personnes devant être mobilisées pour soigner les malades mais aussi surveiller les cas suspects, analyser le prélèvements, « tracer » les personnes ayant été en contact avec les malades, informer et mobiliser les populations, assurer les supports techniques et logistiques. Elle établit à 1 515 le nombre de lits nécessaires pour traiter les malades avérés, chaque centre de 50 lits coûtant 5,6 millions de dollars pour six mois. Les centres de traitement devraient être associés à des centres d’isolation pour les cas non encore confirmés (189 millions de dollars), des laboratoires pour analyser les échantillons (19,5 millions de dollars) 65.

  • 66 Les Afriques, 30 octobre 2014, p.42.
  • 67 Jeune Afrique, n°2810, 16-22 novembre 2014, p.38.

25Si l’on ne s’en tient qu’aux promesses, les attentes financières de l’OMS et de l’ONU sont largement satisfaites. Parmi les principaux contributeurs figurent la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD), qui entendent mobiliser chacune 200 millions de dollars ; les Etats-Unis d’Amérique qui, en sus d’une enveloppe financière de 5 millions de dollars octroyée par leur agence pour le développement international (USAID), ont annoncé l’envoi au Libéria de 3 000 soldats chargés notamment de construire 18 centres de traitement – sur la trentaine d’unités prévues pour l’ensemble des trois pays les plus affectés – ; la Chine qui, en plus d’une promesse financière d’un montant de 82 millions de dollars, a affecté au Liberia 160 agents médicaux – sur les 480 attendus – et financé la construction, dans la capitale Monrovia, d’un centre de traitement d’une capacité de 100 lits ; Cuba qui a déployé en Sierra Leone 165 professionnels de santé, repartis entre 63 médecins et 102 infirmiers ; la Commission européenne qui a décidé du déblocage de 140 millions d’euros au profit des trois pays sinistrés. Longtemps accusée de non-réactivité face à Ebola, l’Afrique n’est pas en reste : parallèlement aux pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui ont décidé d’octroyer une aide financière de 1,5 million de dollars en faveur des pays touchés par l’infection66, des chefs d’entreprises ont réussi à lever 28 millions de dollars destinés au fonds d’intervention d’urgence contre l’épidémie67.

Des répercussions politiques et économiques dans les pays affectés

  • 68 Jeune Afrique, 24-30 août, p.29.

26Au-delà de son impact dévastateur sur les plans sanitaire (plus de 17 000 victimes) et social (exode rural, dislocation des familles), l’apparition en Afrique de l’Ouest de la maladie due au virus Ebola a des répercussions tout aussi négatives sur les plans politique et économique. C’est ainsi que cette nouvelle flambée épidémique est à l’origine d’une sourde tension politique entre les pays affectés par l’épidémie et leurs voisins, à la suite de la fermeture des frontières – et de ses conséquences économiques – décrétée de façon unilatérale par la Guinée Bissau, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Motivée par le souci de ces derniers d’éviter la propagation de l’infection au-delà des limites du « triangle d’Ebola » formé par la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, cette mesure a non seulement contribué à isoler physiquement ces trois pays mais également à ternir leur image extérieure, désormais associée à celle d’« Etats parias ». Si le « géant » nigérian est parvenu, à coups de menaces de représailles en tous genres (désengagement économique, rupture de relations politiques)68, à annihiler les velléités d’isolement de son territoire, ce n’est pas le cas des trois Etats les plus touchés par l’infection, dont a contrario le faible « poids » géopolitique constitue un facteur handicapant dans les rapports sous-régionaux et à l’échelle continentale. La preuve de cette inégalité a été fournie à l’occasion de la campagne de qualification pour l’édition 2015 de la coupe d’Afrique des nations de football : alors que l’équipe du Nigéria a été autorisée à se produire à domicile, celles de la Sierra Leone et de la Guinée se sont vu imposer par l’instance confédérale de disputer toutes les rencontres chez leurs adversaires ou en terrain neutre. Il n’est pas exclu que la mise en quarantaine des trois Etats les plus affectés par l’épidémie ait installé dans la conscience collective de leurs populations respectives le sentiment d’un abandon par le reste de la communauté internationale ; la fermeture unilatérale des frontières par les pays qui les entourent ayant contribué à renforcer ce sentiment. L’impact politique de l’ostracisme dont sont victimes les Etats touchés par Ebola est donc à redouter car les frustrations et les rancœurs qu’il engendre pourraient exacerber les nationalismes et, par conséquent, influencer durablement l’environnement géopolitique sous-régional.

  • 69 The Economist/Courrier International, décembre 2014-février 2015, p.44.
  • 70 Le Monde, 14-15 septembre, p.5.
  • 71 Le Monde, 9 octobre, p.6.
  • 72 Afrique-Asie, janvier 2015, p.6.
  • 73 Problèmes économiques, n°3102, janvier 2015, p.34.
  • 74 Libération, 27-28 décembre 2014, p.6.
  • 75 Le Monde, 9 octobre, p.6.
  • 76 Jeune Afrique, hors-série n°39, ‘’L’Afrique en 2015‘’, p.142 et 147.

27Les répercussions de l’épidémie d’Ebola sont particulièrement marquées sur le plan économique. D’après les estimations de la Banque mondiale, basées sur deux scénarii – celui d’un « faible impact » et celui d’un « fort impact » de la flambée épidémique –, le coût de cette nouvelle manifestation du virus Ebola en Afrique de l’Ouest se situerait entre 1,6 milliard et 25 milliards de dollars américains69. De son côté, la BAD a prévu pour les trois Etats les plus affectés une baisse du produit intérieur brut (PIB) de l’ordre de 2 à 2,5 %70. Ces prévisions traduisent le fort impact négatif que l’épidémie exerce sur les économies de ces pays. D’une part, la peur généralisée de l’infection a provoqué la désertion des districts ruraux les plus touchés, suscitant la pénurie de la main-d’œuvre paysanne et la perte de la production agricole ; la mise en quarantaine de régions entières a entravé le transport des produits agricoles et leur commercialisation ; la fermeture des frontières a eu pour effet de réduire les activités dans les ports et les marchés frontaliers, aggravant le chômage des populations urbaines ; la restriction des échanges transfrontaliers a occasionné la flambée des prix des produits importés71. Selon le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les perturbations occasionnées dans les marchés et les chaînes de transformation et de distribution des produits agro-alimentaires exposent près d’un million de personnes à l’insécurité alimentaire72. D’autre part, la menace d’Ebola a amené les grandes firmes internationales à réduire leurs activités ou à geler leurs projets, notamment dans le vital secteur minier (ArcelorMittal, China Union, Rio Tinto, Vale), privant ainsi les trois Etats les plus affectés d’importantes ressources fiscales (plus de 2 milliards de dollars en 2014-2015)73. La crainte d’Ebola, qui a entraîné la suspension de la desserte de ces pays par la quasi-totalité des compagnies aériennes internationales, a aussi impacté les secteurs d’activités liés au tourisme74 ; ce dont témoigne le faible taux d’occupation des hôtels enregistré six mois après l’annonce officielle de la flambée épidémique : 40 % en Guinée, 30 % au Libéria, 13 % en Sierra Leone75. En affectant gravement le tourisme, l’isolement des trois pays les plus touchés par l’épidémie y a provoqué le tarissement de la principale source de devises étrangères ; ce qui contribue au creusement du déficit dans les finances publiques. Ce déficit budgétaire est estimé, au titre de l’année 2015, entre 100 millions et 130 millions de dollars en Sierra Leone et à 113 millions de dollars au Liberia76.

Conclusion

  • 77 Statistiques de l’OMS au 11février 2015.
  • 78 Le Figaro, 17 octobre, p.5.

28Avec plus de 25 000 cas d’infection (dont plus de 10 000 mortels) comptabilisés entre mars 2014 et février 201577 – contre moins de 2 500 contaminations (dont 1 600 décès) pour l’ensemble des épidémies déclarées en Afrique centrale et orientale entre 1976 et 2014 –, la flambée d’Ebola récemment apparue en Afrique de l’Ouest se distingue comme la plus fulgurante, la plus meurtrière et la plus longue de l’histoire. Les ressorts de cette exceptionnalité sont à la fois géographiques ou spatiaux (coïncidence des foyers épidémiques avec des aires de forte densité démographique ; grande mobilité des populations ; porosité des frontières) ; économiques (pauvreté des Etats) ; sociaux (défaillance des systèmes de santé) ; politiques (impréparation et amateurisme des gouvernants des pays touchés) ; géopolitiques (réactivité tardive de la communauté internationale). En dehors du très lourd tribut payer par le personnel sanitaire (parmi lequel on a dénombré 427 contaminés dont 236 morts dès octobre 201478), un autre fait marquant de cette nouvelle manifestation d’Ebola, c’est sa tendance à la « mondialisation ». En effet, longtemps considérée dans l’imaginaire collectif des sociétés des pays développés comme une « endémie africaine », le virus Ebola a démontré, à la faveur de cette nouvelle flambée épidémique, sa capacité à se déporter au-delà de ses lieux de manifestation traditionnels.

29C’est précisément la crainte de voir l’épidémie se transformer en pandémie mondiale qui fonde la stratégie de la communauté internationale, sa posture à l’égard des pays touchés ayant notablement évolué, laquelle est passée d’une indifférence polie quasi-générale à une mobilisation sans précédent. Cette mobilisation revêt cependant un caractère dual. D’une part, elle a conduit à la mise en quarantaine des trois Etats les plus affectés par l’infection, contribuant ainsi à détériorer les relations politico-diplomatiques de ces derniers à l’échelle sous-régionale, et à fragiliser davantage leur situation économique respective. D’autre part, elle a suscité un élan de solidarité à l’échelle mondiale, marqué notamment par l’engagement de mise à disposition des fonds destinés à faire face à l’épidémie. A ce stade, deux décisions majeures symbolisent cet engagement solidaire ; il s’agit, d’une part, de la décision du Fonds monétaire international (FMI) d’annuler à hauteur de 100 millions de dollars américains la dette des trois pays les plus affectés par la flambée virale, et, d’autre part, de l’accord donné par l’OMS, en août 2014, pour que soient utilisés des médicaments encore jamais testés sur l’homme pour tenter d’éradiquer l’épidémie. Assurément, c’est fort de cette autorisation accordée par la plus grande instance sanitaire mondiale qu’une campagne de vaccination à grande échelle est organisée en Guinée, point de départ de l’épidémie, depuis mars 2015.

ABRAHAM C., 2014, « Ebola. Why the death and suffering? », New African, August/September, p.36-39.

ARRANZ A., 2014, « Portrait du virus Ebola », Le Courrier International, n°1242, 21-27 août, p.38-39.

BANGA B., 2014, « Ebola : état d’urgence sanitaire », Amina, n°534, p.74-78.

BARROUX R., 2014, « L’épidémie d’Ebola progresse et atteint le Nigeria », Le Monde, 2 août, p.2.

BAUDET M.-B., 2014, « Ebola : les Etats-Unis et MSF appellent à un renforcement de la mobilisation », Le Monde, 29 août, p.4.

BAUDET M.-B., 2014, « Plus de 20 000 personnes pourraient être condamnées selon l’OMS », Le Monde, 30 août, p.5.

BENKIMOUN P., 2014, « Comment Peter Piot, jeune chercheur belge, découvre Ebola au Zaïre en 1976 », Le Monde, 10-11 août, p.5.

BENKIMOUN P., 2014, « Ebola : des chercheurs contre la montre », Le Monde, 16 août, p.4.

BENKIMOUN P., 2014, « Ebola : le Liberia reçoit du sérum expérimental », Le Monde, 13 août, p.5.

BENKIMOUN P., 2014, « Peter Piot, codécouvreur du virus en 1976, appelle l’OMS à établir de nouvelles règles », Le Monde, 8 août, p.4.

BENSIMON C., 2014, « L’Afrique de l’Ouest dans l’engrenage meurtrier d’Ebola », Le Monde, 9 octobre, p.6.

BENSIMON C., 2014, « L’Afrique de l’Ouest veut établir un plan de bataille régional contre le virus Ebola », Le Monde, 2 août, p.4.

BERTHEMET T., 2014, « MSF en première ligne contre Ebola », Le Figaro, 11-12 octobre, p.4.

BIZOT A., 2014, « Ebola. Au cœur des ténèbres », Paris Match, n°3405, 21-27 août, p.34-41.

BLAIZE S. et al, 2014, « Emergence of Zaire Ebola Virus Disease in Guinea », The New England Journal Of Medecine |October 9| DOI : 10.1056/NEJMoa1404505 [en ligne]

BOISSELET P., 2014, « Ebola. L’Afrique en quarantaine », Jeune Afrique, n°2798, 24-30 août, p.27-29.

BOISSELET P., 2014, « La peur, c’est contagieux », Jeune Afrique, n°2800, p.8-10.

BOUILLON S., 2014, « En Afrique, Ebola fait fuir plus que de raison », Libération, 27-28 décembre, p.6.

BOWEN E.T .W. et al, 1977, « Viral haemorrhagic fever in southern Sudan and northern Zaire », Lancet, 1, p.571-573.

CABUT S., HECKETSWEILER C., 2014, « Ebola. Les grandes manœuvres », Le Monde, 13 septembre, p.8-9.

CAILHOL A., LOSSON C., 2014, « Ebola : ’’l’épidémie continue de courir devant nous’’ », Libération, 9-10 août, p.11.

COWELL A., CUMMING-BRUCE N., 2014, « W.H.O. declares Ebola emergency », International New York Times, Saturday-Sunday, August 9-10, p.8.

CUMMING-BRUCE N., 2014, « Ebola cases may exceed official tally, W.H.O. says », International New York Times, Saturday-Sunday, August 16-17, p.1 to p.5.

DAVIES D, 2014, « Ebola and the failure of governance », New African, n°543, October, p.32-35.

DIALLO A. O., 2014, « Guinée. Faire taire les rumeurs et les superstitions », Afrique Magazine, n°349, octobre, p.38-39.

DORE T., 2014, « Guinée. Un relais de croissance en chantier », Le Magazine de l’Afrique, n°39, août-septembre, p.84-85.

DURAN B., 2014, « Face à Ebola », Afrique Magazine, n°349, octobre, p.32-35.

FINK S., 2014, « Hands-on care in a stifling Ebola ward », International New York Times, Friday, October 17, p.1 & 7.

FONTON M., 2014, « Ebola, la course contre la montre », Valeurs actuelles, n°4061, 25 septembre-1 octobre, p.64-65.

FREOUR P., 2014, « Ebola : premier cas déclaré hors d’Afrique », Le Figaro, 2 octobre, p.9.

FREOUR P., 2014, « En France, l’inquiétude grandit autour d’Ebola », Le Figaro, 11-12 octobre, p.2.

GARRIC A., 2014, « La fièvre hémorragique en quatre questions », Le Monde, 16 août, p.4.

GASQUET-BLANCHARD C., 2012, « Une géographie de la fièvre hémorragique à virus Ebola : représentations et réalités d’une maladie émergente au Gabon et en République du Congo », Travaux et Documents, n°33, juin, p.19-23.

GASQUET-BLANCHARD C., 2014, « Les fièvres hémorragiques à virus Ebola et Marburg : les multiples enjeux d’une approche globale de santé », Journal des anthropologues, n°138-139, p.43-64.

GELIE P., 2014, « Nom de guerre, Ebola », Le Figaro, 4 août, p.1.

GEORGES-COURBOT M.-C. et al, 2002, « Ebola : un virus endémique en Afrique centrale ? », Médecine tropicale, n°62, p.295-300.

GRISOT M., 2014, « L’Afrique de l’Ouest débordée par la flambée d’Ebola », Le Monde, 30 août, p.5.

HERCHKOVITCH J., 2014, « La contagion favorisée par un système sanitaire défaillant », Le Figaro, 4 août, p.4.

JOIGNOT F., 2014, « Tous hantés par Ebola », Le Monde, 11 octobre, p.7.

JOPSON B, 2014, « Obama response to Ebola becomes election issue », Financial Times, Friday 17 October, p.3.

KILEY M.P. et al, 1982, « Filoviridae : a taxonomic home for Marburg and Ebola viruses », Intervirology, n°18, p.24-32.

KRISTOF N., 2014, « Fighting Ebola for us all », International New York Times, Friday, August 8, p.9.

LAURIS A., 2014, « Ebola : une épidémie hors contrôle, selon MSF », Enjeux Africains, n°13, juillet-août, p.62-63.

LEROY E. M. et al, 2009, « Human Ebola Outbreak resulting from Direct Exposure to Fruit Bats in Luebo, Democratic Republic Of Congo, 2007 », Vector-Borne and Zoonotic Diseases, vol.9(6), p.723-728.

LEROY E. M., 2005, « Fruit bats as reservoirs of Ebola virus », Brief Communications, vol.438, n°7068, 1 décembre, p.575-576.

MANDEVILLE L., 2014, « Le virus Ebola bouscule le sommet Amérique-Afrique », Le Figaro, 4 aout, p.4.

MCNEIL D.G. Jr, 2014, « Ebola surge linked to 14 at funeral in Sierra Leone », International New York Times, Saturday-Sunday, August 30-31, p.3.

MOREL S., 2014, « Ebola : la défaillance du système sanitaire espagnol inquiète l’Europe », Le Monde, 9 octobre, p.7.

MOREL S., 2014, « Ebola : la polémique enfle en Espagne », Le Monde, 11 octobre, p.6.

MUKPO A., 2014, « Liberia. Derrière Ebola, une crise de gouvernance », Le Courrier International, n°1248, 2-8 octobre, p.28-29.

NICOLINO F., 2014, « Ebola et la fièvre de la déforestation », Charlie Hebdo, n°1155, 6 août, p.7.

NOSSITER A., 2014, « Fears of virus infect an African hospital », International New York Times, Saturday-Sunday, August 9-10, p.8.

NOTHIAS J.-L., CHERKI M., 2014, « Ebola : l’OMS en alerte maximale », Le Figaro, 9-10 août, p.10.

OHLHEISER A., 2014, « Ebola : la contagion des esprits » The Washington Post/Le Courrier International, n°1249, 9-15 octobre, p.8.

PAPPALARDO J., 2014, « Quand le virus s’invite en ville », Popular Mechanics/Le Courrier International, n°1250, 16-22 octobre, p.31-32.

PATTYN S. et al, 1977, « Isolation of Marburg-like virus from a case of haemorrhagic fever in Zaire », Lancet, 1, p.573-574.

PRIGENT A., 2014, « Ebola sous haute surveillance à Lyon », Le Figaro, 5 septembre, p.10.

PROUST Cl., 2014, « A quand les contrôles à l’arrivée des vols ? », Aujourd’hui en France, 11 octobre, p.11.

RICHARD F., 2014, « Libéria. La place des morts », Alternatives Internationales, n°65, décembre, p.18-19.

ROCFORT-GIOVANNI B., 2014, « Ebola, le virus qui fait peur », Le Nouvel Observateur, n°2596, 7 août, p.46.

RODRIGUEZ C., 2014, « Alerte au virus pour le grand pèlerinage à La Mecque », Le Figaro, 2 octobre, p.9.

ROSENTHAL J., 2014, « Ebola. Un lourd héritage », The Economist/Courrier International, ‘’Le monde en 2015‘’, décembre-février, p.44.

ROUSSELOT F., 2014, « Après la seconde infection, les Etats-Unis s’organisent », Libération, 14 octobre 2014, p.7.

ROY S., 2014, « 490 millions de dollars pour stopper Ebola », Le Figaro, 30-31 août, p.9.

ROY S., 2014, « 490 millions de dollars pour stopper Ebola », Le Figaro, 30-31 août, p.9.

SACK K., 2014, « Series of failures to contain virus put harsh spolight on Texas hospital », International new York Times, Friday, October 17, p.7.

TAVERNISE S., WILLIAMS T., 2014, « E.U. studies ways to contain Ebola », International new York Times, Friday, October 17, p.7.

THOMPSON J., 2015, « Ebola : l’Asie se prépare », Afrique-Asie, janvier, p.56-57.

TOMORI O., 2014, « Ce que le monde peut apprendre du Nigeria », The Guardian/Le Courrier International, n°1250, 16-22 octobre, p.36.

VAILLANT Z. et SALEM G., 2008, Atlas mondial de la santé. Quelles inégalités ? Quelle mondialisation ? Autrement, Paris, (p.52-53).

VANLERBERGHE C., 2014, « Portrait d’un virus meurtrier capable de désactiver le système immunitaire », Le Figaro, 11-12 octobre, p.3.

WALLIS W., 2014, « West African countries still playing catch-up in fight to contain epidemic », Financial Times, Friday 17 October, p.3.

WILSON N., COOKSON C., 2014, « W.H.O. warns on severity of Ebola outbreak », Financial Times, August 9-10, p.3.

WOITIER C., 2014, « Ebola : les deux patients américains sont guéris », Le Figaro, 22 août, p.10.

YASMIN S., 2014, « La quête du vaccin commence au Texas », Le Courrier International, n°1243, 28 août-3 septembre, p.32-33.

Haut de page

Notes

1 Le Figaro, 4 août 2014, p.1 et 4.

2 Le Monde, « Bilan du Monde. L’atlas de 198 pays », édition 2015, p.195.

3 « Ebola : l’inquiétude monte au Nigeria » in http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/08/14/22696

4 Le Figaro, 30-31 août 2014, p.9.

5 Financial Times, August 9-10, 2014, p.3.

6 Le Monde, 10-11 août 2014, p.5.

7 Le Monde, 13 août, 2014, p.5.

8 Le Courrier International, n°1242, 21-27 août 2014, p.38-39 ; Afrique Magazine, n°349, octobre 2014, p.34.

9 OMS, « Maladie à virus Ebola » in http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs103/fr/

10 Le Monde, 16 août 2014, p.4.

11 « Fruits Bats May carry Ebola Virus » in http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/4484494.stm

12 Enjeux africains, n°13, juillet-août 2014, p.63.

13 Cf. notamment rapport de situation de l’OMS des 10 octobre 2014 et 11 février 2015.

14 Le Courrier International, 21-27 août.

15 Bilan de l’OMS au 5 septembre 2014.

16 Hervé Raoul cité dans Le Monde, 2 août, p.2.

17 Le Nouvel Observateur, 7 août 2014, p.46.

18 Le Figaro, 30-31 août.

19 « Ebola : les retards pour le contrôler l’épidémie se chiffrent en millions de vies » in http///www.Lemonde.fr/planete/article/2014/09/25

20 OMS, « Maladie à virus Ebola : informations générales et résumé de la situation en Afrique de l’Ouest » in http://www.who.int/csr/don/2014_04_ebola/fr/

21 « Ebola-Guinée : le virus identifié est du type Zaïre » in http://www.guineepress.info/

22 Le Monde, 13 août ; Jeune Afrique n°2798, 24-30 août, 2014, p.28.

23 Ministère de la Santé, « Info sur la fièvre hémorragique à virus Ebola en Guinée-Conakry » in http://photos.state.gov/libraries/guinea/231771/PDFs/infofievreebolaguinee.pdf

24 Le Nouvel Observateur, 7 août.

25 New African, n°543, October 2014, p.32-35.

26 Libération, 9-10 août 2014, p.11 ; Enjeux africains, juillet-août, p.62

27 International New York Times, August 9-10, 2014, p.8.

28 Paris Match, 21-27 août 2014, p.40 ; Afrique Magazine, n°349, octobre 2014, p.38-39.

29 OMS, « Ebola : des pratiques culturelles traditionnelles favorisent la propagation de la maladie» in http://www.guinee7.com/2014/07/03

30 OMS, « Obstacles à un endiguement rapide de la flambée de maladie à virus Ebola » in http://www.who.int/csr/disease/ebola/overview-august-2014/fr

31 Respectivement capitales de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone. En 2008, la Guinée comptait 10 137 000 habitants (dont 2 160 000 à Conakry), le Liberia 3 525 000 habitants (dont 1 021 762 à Monrovia), la Sierra Leone 5 887 000 habitants (dont 1 070 200 à Freetown).

32 Le Monde, 2 août, p.2. ; International New York Times, August 9-10, 2014, p.8.

33 Le Nigeria se situe à plus de 1 500 km de la Guinée, berceau de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. La maladie y a été introduite par un fonctionnaire Libérien qui a atterri à Lagos le 20 juillet après avoir été contaminé dans son pays.

34 Rapport de situation de l’OMS cité par Le Figaro, 4 août 2014, p.4.

35 Rapport de situation de l’OMS au 28 novembre 2014.

36 Le Monde, 5 septembre ; International New York Times, October 30, 2014, p.1.

37 « Ebola : les retards pour le contrôler l’épidémie se chiffrent en millions de vies » in http///www.Lemonde.fr/planete/article/2014/09/25

38 « Indice de développement humain (IDH) 2013 : l’essor sans précédent du Sud » in http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3691_IDH_2013_Sud.php

39 « Ebola: situations dramatiques au Liberia et en Sierra Leone » in http://fr.news.yahoo.com/ebola-liberia

40 « Ebola : les obsèques d’une guérisseuse en Sierra Leone, point de départ de l’épidémie ? » in http://tempsreel.nouvelobs-ebola/20140829.OBS7574/; International New York Times, August 30-31, 2014, p.3.

41 Alternatives Internationales, n°64, septembre 2014, p.10 ; Le Figaro, 11-12 octobre, p.3.

42 Le Monde, 2 août, p.4.

43 Le Monde, 9 octobre 2014, p.6.

44 Le Figaro, 30-31 août, p.9.

45 Alternatives Internationales, n°65, décembre 2014, p.18-19.

46 Le Figaro, 11-12 octobre 2014, p.2-3.

47 Nouvel Observateur, n°2608, 30 octobre/5 novembre 2014, p.19.

48 Jeune Afrique, 7-13 septembre 2014, p.9.

49 Le Monde, 5 septembre, p.5.

50 Le Monde, 11 octobre 2014, p.1 ; Le Figaro, 17 octobre 2014, p.2.

51 Financial Times, Friday 17 October, p.3 ; « Ebola in the US Midterms elections » in http://crofsblog.typepad.com/h5n1/2014/10/ebola-in-the us-midterm-elections.html

52 Libération, 14 octobre 2014, p.7.

53 « Ebola : la Corée du Nord se ferme aux touristes étrangers » in http://www.lapresse.ca/voyage/destinations/asie/coree-du-Nord/201410/23/01

54 Le Monde, 2 août, p.2.

55 Jeune Afrique, 24-30 août, p.27-29.

56 Le Figaro, 30-31 août, p.9.

57 Le Monde, 30 août, p.5.

58 Jeune Afrique, n°2810, 16-22 novembre 2014, p.10.

Cette décision apparaît néanmoins paradoxale car la Royal Air Maroc est la seule compagnie aérienne d’importance à avoir, par « solidarité africaine », maintenu ses vols en direction du Libéria et de la Sierra Leone.

59 Jeune Afrique, n°2800, 7-13 septembre 2014, p.9.

60 Idem, p.10.

61 Afrique-Asie, janvier 2015, p.56.

62 Le Figaro, 2 octobre, p.9.

63 Jeune Afrique, 24-30 août, p.27.

64 « Les pays touchés et la communauté internationale veulent anéantir Ebola » in http://www.lapresse.ca/international/dossier/virus-ebola/201411

65 Le Figaro, 30-31 août 2014, p.9.

66 Les Afriques, 30 octobre 2014, p.42.

67 Jeune Afrique, n°2810, 16-22 novembre 2014, p.38.

68 Jeune Afrique, 24-30 août, p.29.

69 The Economist/Courrier International, décembre 2014-février 2015, p.44.

70 Le Monde, 14-15 septembre, p.5.

71 Le Monde, 9 octobre, p.6.

72 Afrique-Asie, janvier 2015, p.6.

73 Problèmes économiques, n°3102, janvier 2015, p.34.

74 Libération, 27-28 décembre 2014, p.6.

75 Le Monde, 9 octobre, p.6.

76 Jeune Afrique, hors-série n°39, ‘’L’Afrique en 2015‘’, p.142 et 147.

77 Statistiques de l’OMS au 11février 2015.

78 Le Figaro, 17 octobre, p.5.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n°1 : Géographie mondiale du phénomène Ebola
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3467/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Carte n°2 : Les types de souches virales présentes en Afrique
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3467/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Carte n°3 : Bilan épidémiologique en Afrique centrale et orientale
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3467/img-3.png
Fichier image/png, 675k
Titre Carte n°4 : Géographie de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3467/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Carte n°5 : Bilan épidémiologique dans le « triangle » d’Ebola
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3467/img-5.png
Fichier image/png, 810k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Loungou, « L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest », L’Espace Politique [En ligne], 26 | 2015-2, mis en ligne le 14 mars 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3467 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3467

Haut de page

Auteur

Serge Loungou

Maître-assistant en géographie politique
Département de Géographie – CERGEP - Université Omar BONGO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org