Navigation – Plan du site
Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie)

Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie)

Borders and Circulation in the Middle East (Machrek / Turkey)
Véronique Bontemps, Philippe Bourmaud et Cyril Roussel

Résumés

Article introductif du numéro 27 (2015-3) de la revue L’Espace politique intitulé « Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie) »

Haut de page

Texte intégral

1L’actualité conflictuelle du Moyen-Orient – hier palestinienne, aujourd’hui syrienne, irakienne, libyenne, yéménite… -, avec son lot de victimes, de déplacements et de migrations forcées nous rappelle régulièrement l’importance des frontières internationales, de leur position, mais aussi de leur franchissement. Des mouvements d’aller-et-retour constants organisent la vie de nombreux habitants de cette région : voyageurs, migrants, familles dispersées, réfugiés ou populations déplacées. Toutes et tous font l’expérience de la mobilité entre les États : une mobilité tantôt forcée, tantôt volontaire, le plus souvent caractérisée par un enchâssement entre contrainte et choix. Les articles contribuant à ce numéro situent leur problématique à l’articulation des notions de frontière et de circulation (des personnes, mais aussi des marchandises), le plus souvent en contexte de conflit.

2Le terme de « frontière » est envisagé ici dans son acception de ligne de démarcation interétatique, c’est-à-dire en tant que limite du territoire des États, et sans prendre en considération la multiplicité des frontières internes, économiques, culturelles, ou autres dont l’étude a renouvelé l’intérêt pour cette notion dans les dernières décennies. C’est que la frontière dite « internationale » conserve une importance particulière dans le contexte moyen-oriental. Les frontières étatiques n’y sont pas devenues un donné stable et dépolitisé mais restent évolutives, dans leur gestion sinon dans leur tracé. Leur fonctionnement reste conditionné par les tensions géopolitiques entre des États dont la légitimité est toujours contestée, et par les rivalités entre alliances stratégiques internationales. Les dispositifs frontaliers sont toujours un des principaux lieux d’expression des rapports de force régionaux, y compris en dehors des phases de tension entre États : la frontière entre Israël et l’Égypte, placée hors du contrôle effectif de l’État égyptien, en fournit une illustration actuelle. Quasi-démilitarisée en vertu des accords de paix qui contingentaient les forces militaires égyptiennes dans le Sinaï et la plaçaient en pratique sous supervision israélienne exclusive, elle est devenue hors d'atteinte pour l'armée égyptienne lorsque la péninsule, de zone tampon faiblement investie par l'Etat égyptien, est devenue zone de conflit après la Révolution de janvier-février 2011. Il en irait de même, historiquement de la frontière israélo-libanaise telle qu’elle s’est reconfigurée, côté libanais, comme instrument de blocage des mobilités au lendemain de la guerre de 1948 en Palestine, ou de la frontière qui court dans la vallée de la Békaa, durant l’occupation syrienne du Liban, de 1990 à 2005. Plus généralement, les rapports de force régionaux jouent un rôle prépondérant dans les effets de cliquet entre ouverture et fermeture qui caractérisent les frontières étatiques de la région à tour de rôle.

  • 1 Cette dialectique du marquage de la frontière et de son contournement a fait l’objet, en 2008 et 20 (...)

3Par ailleurs, les frontières ne font pas que séparer les États. A l’échelle régionale, elles suscitent un procès en légitimité en tronçonnant des entités plus vastes mais réputées plus légitimes : une tradition religieuse et politique leur reproche par exemple de diviser les musulmans, une autre, de créer des oppositions artificielles entre les Arabes, certains peuples considèrent qu’elles les nient tout simplement (les Kurdes). Mais elles ne se résument pas à une dimension fonctionnelle et institutionnelle (délimiter la souveraineté) ou axiologique (briser l’unité d’une plus grande communauté). D’un point de vue pragmatique et plus local, elles sont le lieu d’une organisation sociale et de politiques spécifiques de contrôle. Classiquement, la frontière s’oppose au mouvement ; elle est « un objet et un symbole d’interdiction, de contrôle et de filtrage ». Pourtant elle est aussi « un objet de transgression (…) et donc de déplacements » (Coupleux, Duhamel et Renard, 2005). Du point de vue de la puissance publique, le fonctionnement effectif des frontières est traversé par cette polarité du contrôle, voire du marquage et de la mobilité transgressive1. Leur mise en place varie entre la planification politique et l’organisation autonome ; sous l’œil des douaniers, les mobilités qu’elles encadrent alternent entre la légalité et la clandestinité ; le contrôle des flux y est modulé tantôt selon des objectifs structurels, tantôt selon des considérations conjoncturelles. Si les contributions de ce dossier s’attachent toutes à décrire des pratiques concernant des frontières étatiques, elles ne les considèrent toutefois pas de manière fixiste. Les frontières au Moyen-Orient, comme dans d’autres régions, sont un lieu de régulation des sociétés dans leur ensemble : le contrôle à la périphérie se répercute dans la profondeur des territoires, peuplés de réfugiés, de populations nomades bloquées dans leurs déplacements ou de migrants marginalisés à l’intérieur de villes ségréguées. Les frontières se manifestent ainsi en amont du franchissement, à travers la nature des « papiers » déterminant le statut juridique des personnes, et que celles-ci peuvent – ou non – produire pour leurs mobilités transfrontalières. En effet, c’est bien en classant les populations par l’attribution de documents (d’identité, de voyage) que les États se sont historiquement approprié le contrôle sur les « moyens de circulation » (Torpey 1998).

4Insister sur l’importance des frontières au Moyen-Orient ne signifie pas, non plus, réduire son découpage territorial à ses effets de segmentation. En effet, le maintien de relations transfrontalières est, dans un espace imaginé comme unitaire, d’une importance toute particulière pour les populations que les frontières séparent. Durant le XXe siècle, en effet, le Moyen-Orient se caractérise, au moins par rapport à l’Europe occidentale, par le fait que les frontières n’y ont été tracées et, dans la plupart des cas, imposées, que depuis une période assez récente. La division de l’Empire ottoman date du début des années 1920, à la suite de l’adoption du système des mandats coloniaux par la Société des Nations, puis, lors de la conférence de San Remo du printemps 1920, de l’attribution des territoires mandataires de Syrie-Liban à la France, d’Irak et de Palestine à la Grande-Bretagne, et finalement de la formation, par les armes, de la Turquie moderne, sanctionnée par le traité de Lausanne en 1923. La guerre de 1948 en Palestine a scellé cette division en instaurant un état de belligérance permanent entre les États de la région. Cette crise violente a justifié un durcissement et une militarisation des régimes de contrôle des frontières. Plutôt que l’aboutissement d’un long processus historique de construction concertée et simultanée des territoires, l’imposition de ces frontières a donné lieu à une rupture fondamentale dans l’espace.

5Si l’on adopte le point de vue des personnes qui, aujourd’hui, la franchissent et des populations qui les jouxtent, les frontières sont aussi le lieu de rapports de voisinage et de circulations migratoires qui produisent des formes particulières d’espace, ainsi que des processus spatiaux et des relations sociales en constante recomposition : peuplement, migrations de travail et migrations forcées, contrôle militaire et contrebande, etc… La circulation des biens et des personnes s’adapte à chaque phase d’ouverture et de fermeture, à chaque période de tension et d’apaisement. Par ailleurs, les frontières sont aussi façonnées par les pratiques de passage ainsi que par des « processus individuel et collectif d’identification, de différenciation, parfois de stigmatisation, liés aux dynamiques de circulation » (Puig & Bontemps 2014). Si les mobilités transfrontalières au Moyen-Orient s’adossent à des crises régionales qui ont occasionné des départs forcés (la Nakba de 1948 ; l’exode de 1967 ; les différentes guerres du Golfe ; les révolutions libyenne et syrienne, etc.), ce numéro met également l’accent sur des phénomènes de mobilités « ordinaires » (visites familiales, transit de marchandises...) afin d’évaluer la manière dont elles sont affectées par les contextes conflictuels dans lesquelles elles s’inscrivent.

6Que la circulation soit « légale » ou non, ces processus d’adaptation aux contraintes de passage des frontières sont généralement mal connus. Pourtant, ils mobilisent des acteurs divers et nombreux, des savoir-faire et des connaissances qui permettent à des populations séparées de maintenir des contacts, de vivre du commerce transfrontalier, de mener des combats politiques, de contourner un embargo, bref de s’affirmer. Les contributions de ce numéro s’emploient à montrer comment, dans le contexte moyen-oriental marqué par une prégnance du politique sur l’espace et par une persistance des tensions entre États voisins, des systèmes d’acteurs se mettent en place et s’adaptent aux contraintes frontalières pour permettre le maintien de flux de circulation de migrants et/ou de marchandises.

  • 2 Sur les processus de production des frontières au Moyen-Orient, voir également Chagnollaud & Souiah (...)

7Ce poids du politique se traduit tout d’abord par l’importance des héritages des régimes passés. Les frontières au Moyen-Orient sont « entachées d’un “péché originel” » car issues de « la conception coloniale qui les a enfantées avec la collaboration d’élites locales » (Bocco & Meier, 2005, p. 4)2. De ce point de vue, le rôle de l’acteur colonial dans la constitution, la transformation et le maintien des frontières est primordial : l’analyse du déploiement des frontières dans l’espace est à relier étroitement aux situations d’asymétrie de pouvoir entre les autorités et les habitants encadrés par les dispositifs frontaliers. À partir de la notion d’espace vécu chez les Bédouins de Syrie pendant le Mandat, Idir Ouahes interroge ainsi la manière dont la violence coloniale initiale que représente l’imposition des frontières régionales s’est exercée face aux mobilités qui structurent les espaces familiers de ces Bédouins. 

8Point d’orgue de la période coloniale au Moyen-Orient, la guerre israélo-palestinienne de 1948 entraîne non seulement des changements majeurs sur la carte territoriale, mais la mise en place brutale d’un régime de fermeture des frontières régionales. Nul doute que le conflit ne revête un caractère de référence et de paradigme. Initialement limitée aux frontières entre Israël et ses voisins, la fermeture des frontières comme outil de contrôle politique et démographique s’est généralisée du fait des rivalités entre Etats arabes ou entre ces derniers et leurs voisins (turc, iranien).

9Le conflit israélo-palestinien instaure ainsi un régime régional d’impossibilités de circuler dues aux situations de belligérance permanente. Celles-ci sont reflétées par les termes officiellement utilisés par les populations syriennes et libanaises, notamment pour parler de l’Etat d’Israël et de son territoire « ennemi » (ou « entité sioniste », « Palestine occupée », etc.) Ces « régimes d’impossibilités » s’inscrivent pourtant dans une temporalité qui n’est nullement linéaire : ils doivent être resitués dans les contextes mouvants de définition progressive des frontières. Daniel Meier illustre ainsi les pratiques de franchissement de la frontière entre Israël et le Liban, selon des modalités variables à travers l’histoire, qui, selon le contexte, engagent des pratiques d’affrontement ou de contournement de la part des réfugiés palestiniens. Au gré des circonstances, on oscille alors entre les notions de frontière-réseau et de frontière stratifiée. Le flou n’est pas le même pour tout le monde : pour les réfugiés palestiniens, la frontière est d’abord et avant tout un obstacle. L'impossibilité de la franchir, qui caractérise cette population de même que les citoyens libanais, entraîne la précarisation spécifique du statut des Palestiniens à l'intérieur de l'Etat libanais, qui justifie sa politique à l'égard de ces derniers au refus de leur implantation et donc à l'objectif de leur retour éventuel ou, à défaut, à leur réémigration.

10Au conflit israélo-palestinien s’ajoutent de nombreux conflits et des tensions autour de régions frontalières contestées. Selon les cas, la dispute engage ou non les acteurs israéliens, dont l’implication peut servir de catalyseur idéologique. L’exemple du Golan étudié par Julian Cole Phillips est caractéristique des arrangements pris par les habitants druzes du plateau, dans une situation d’occupation qui dure et s’institutionnalise. La contestation de l’Etat d’Israël dans son principe donne une tonalité particulière, fortement idéologisée, à cette dispute territoriale, et aux adaptations des habitants. Une caractéristique des zones disputées de la région est cependant l’écart entre les affirmations concurrentes de souveraineté et le traitement, tantôt concurrentiel, tantôt accommodant, des populations qui relèvent, par affinités ethniques, de l’un ou l’autre côté de la ligne séparatrice.

11Si les frontières suscitent les affirmations de souveraineté, il ne faut pas entendre celle-ci simplement comme l’extension uniforme du droit étatique. Malgré la souveraineté, les liens avec l’au-delà de la frontière existent bien souvent et se développent, ne serait-ce qu’en vertu de l’encadrement fourni par l’organisation frontalière avec ses points de passage. Pinar Senoguz, à partir du cas de la ville de Kilis (Turquie, près de la frontière syrienne), montre que ces circulations économiques formelles ne sont qu’un versant de la question, et illustre l’importance des circulations informelles, médiatiquement construites en fraude voire en gangstérisme, comme instrument de la gestion étatique de l’ensemble des circulations affectées par les frontières, des marchandises aux personnes et aux devises.

12Si le « secteur informel » s’articule à l’Etat pour faire fonctionner les frontières, c’est que l’Etat se trouve en peine pour mettre en œuvre des outils efficaces face à la multitude des besoins et des usages individuels des frontières. Il n’empêche que l’Etat développe des outils subtils et des réseaux efficaces de sous-traitance pour organiser les passages, les contrôler, les aménager, voire les politiser, en utilisant le statut international des zones-frontières et parfois le flou juridique qui les entoure, comme l’explique Véronique Bontemps au sujet des Palestiniens traversant le pont Allenby. Parmi ces outils, la mise en scène, la codification et l’incertitude constituent des moyens efficaces pour discipliner psychologiquement les traversants qui se trouvent dans la zone grise entre la bienvenue et l’indésirabilité. Ces effets sont d’autant plus efficaces qu’ils opèrent sur des populations qui, à l’instar des Occidentaux arrivant à l’aéroport de Tel-Aviv au cœur de l’étude de Clio Chaveneau, n’ont jusque-là qu’une expérience aisée et presque insensible du franchissement des frontières. Les circulations ordinaires aux frontières du Moyen-Orient illustrent au contraire une tendance lourde à l’échelle mondiale (à laquelle échappent les citoyens dotés des « bons » passeports) : à savoir, la pénibilité et le caractère éprouvant de ces passages, pour les individus sur qui pèse le soupçon d’être des « personnes dangereuses » (Shamir 2005).

13Depuis les révolutions arabes entamées en 2011, nous sommes entrés dans une période de réorganisation de l’espace et de basculement d’ordres instaurés depuis bientôt un siècle. Ces événements donnent lieu à des conflits sanglants, certes relativement récents mais plongeant leurs racines dans une histoire longue où la définition et la formulation des frontières territoriales joue toujours un rôle important. Il apparaît ainsi pertinent d’interroger en quoi ces violents conflits, notamment ceux qui ont cours actuellement en Syrie et en Irak peuvent constituer un moment de redéfinition des frontières territoriales entre les Etats dans la région. Comment les lignes de front transforment-elles les usages et le sens des frontières étatiques, quels enjambements la redéfinition des espaces de contrôle des différents belligérants entraînent-ils, et avec quelles conséquences ? Ce sont ces questionnements qui inspirent les enquêtes de Cyril Roussel sur la frontière syro-jordanienne et de Matthieu Cimino sur la frontière turco-syrienne, depuis le début de la révolution syrienne. C’est alors à la fois l’importance de la frontière dans les trajectoires personnelles, et l’instrumentalisation politique des traversants par les États ou les municipalités voisines, qui sont mises en relief.

14Le calendrier de publication n’a pas permis d’intégrer à ces dernières réflexions l’incidence de la « crise des migrants », c’est-à-dire essentiellement de la crise des réfugiés de l’été 2015. Qu’on nous autorise seulement deux réflexions sur cette dernière. La première est affaire d’échelle : la crise des réfugiés est là, et bien là, depuis bien plus longtemps que le moment de la prise de conscience européenne sur le sujet, lorsque les citoyens de l’Union européenne s’y sont trouvés directement confrontés. Cette crise des réfugiés a un impact sur l’ensemble du territoire des principaux pays d’accueil, Liban, Turquie et Jordanie, et avec les velléités des Etats européens de stopper les flux en les barrant voire en les criminalisant, elle se répercute aujourd’hui jusqu’en Europe centrale. Il y aurait, politiquement, deux approches principales pour comprendre cette crise : soit comme un problème externe, dont les causes seraient indifférentes à l’action politique européenne, qui n’aurait à porter que sur les mouvements de population aux abords immédiats et au sein de l’espace européen ; soit comme une question qui sape les procédures et les imaginaires de la souveraineté nationale et communautaire par son ampleur, et les processus d’imitation que les réfugiés syriens et irakiens, mais aussi érythréens et afghans, suscitent chez d’autres populations en migration. Cette dernière approche supposerait par exemple de négocier non l’endiguement des flux en le sous-traitant aux pays d’accueil, mais l’arrivée en bon ordre des réfugiés. Force est de constater que c’est la première approche qui a été choisie, et ce n’est pas nouveau : le choix de contrôler les mouvements de migrants en sanctuarisant certaines frontières comme s’il ne se passait rien de l’autre côté décrit déjà depuis bon nombre d’années, à l'intérieur même de l'Union, la gestion européenne des flux migratoires en direction de la Grande-Bretagne.

15La deuxième remarque intéresse l’ensemble des sciences sociales : divers appels, nationaux et européens, à orienter la recherche vers l’étude des frontières, des réfugiés et des migrations ont été lancés dans le sillage de la crise des migrants. Cette approche urgentiste en dit long sur les décalages entre la temporalité de la recherche et celle de l’action politique lorsqu’elle est sous la pression des opinions publiques. Ce genre d’appel devrait d’abord susciter – souvent, d’ailleurs, à rebours de la logique des financements qui visent à attirer les chercheurs sur ces sujets – une réflexion d’ordre axiologique : les événements de cet été suscitent légitimement la réflexion, mais comment sont pensées les frontières, les flux et les individus en migration dans l’esprit des responsables politiques dont la préoccupation motive les appels d’offre en direction des chercheurs ? Y articule-t-on les circonstances du départ, les conditions dans les pays « de transit » avec les motivations qui orientent les réfugiés, ou bien privilégie-t-on ouvertement la seule migration vers l’Europe ? Prend-on les catégories de « réfugiés » et de « migrants » comme des donnés distincts ? En bref, les chercheurs sont-ils invités à répondre à des appels qui constituent la « forteresse Europe » et sa défense comme agenda de recherche, ou pourront-ils proposer une réflexion sur l’obsolescence des modèles de frontière et de souveraineté qui l’inspire ?

Haut de page

Bibliographie

BOCCO, R., MEIER, D., 2005, « Penser la notion de frontière au Moyen-Orient », A contrario, Vol. 3, p. 3-10.

BONTEMPS, V., PUIG, N., 2014, « ‪Éditorial‪ », Revue européenne des migrations internationales, n° 2, Vol. 30, p. 7-12, URL : www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2014-2-page-7.htm.

CHAGNOLLAUD, J.-P., SOUIAH, S.-A., 2004, Les frontières au Moyen-Orient, Paris, L’Harmattan, 234 p.

COUPLEUX, S., RENARD, J.-P. et DUHAMEL S., 2005, « Éditorial », Espace populations sociétés, n° 2, p. 189-191. URL : http://eps.revues.org/3178

SHAMIR, R., 2005, « Without Borders? Notes on Globalization as a Mobility Regime », Sociological Theory, n° 23 (2), p. 197-217.

TORPEY, J., 1998, “Coming and going: On the State Monopolization of the Legitimate ‘Means of Movements’”, Sociological Theory, n° 3, Vol. 16, p. 239-259.

Haut de page

Notes

1 Cette dialectique du marquage de la frontière et de son contournement a fait l’objet, en 2008 et 2009, de deux numéros de la revue Cultures & Conflits : n° 72 « Frontières et logiques de passages », et n° 73 « Logiques de marquage : murs et disputes frontalières ». Voir aussi le n°20 (2013-2) de la revue L’Espace politique, « Barrières frontalières ».

2 Sur les processus de production des frontières au Moyen-Orient, voir également Chagnollaud & Souiah (2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Bontemps, Philippe Bourmaud et Cyril Roussel, « Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie) », L’Espace Politique [En ligne], 27 | 2015-3, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3563

Haut de page

Auteurs

Véronique Bontemps

Chargée de recherche CNRS
IIAC/LAUM
veronique.bontemps@cnrs.fr

Articles du même auteur

Philippe Bourmaud

Chercheur en délégation
IFEA, Istanbul
Maître de conférences en histoire contemporaine
Université Jean Moulin - Lyon 3, LARHRA
Chercheur associé, Ifpo (Beyrouth)
pbourmaud@gmail.com

Cyril Roussel

Chargé de recherche CNRS
MIGRINTER
cyr.roussel72@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org