Navigation – Plan du site
Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie)

La région frontalière du Sud-Liban et les réfugiés palestiniens : entre résistance et contournements

South Lebanon’s Borderland and the Palestinian Refugees: between Resistance and Bypassing
Daniel Meier

Résumés

La question palestinienne au Liban est habituellement abordée sous l’angle des conditions sociales et politiques des réfugiés, principalement dans les camps. Cette approche tend parfois à aplatir l’historicité de la relation longue de plus de soixante ans qui lie ces réfugiés avec le Liban et faire fi de leur rapport à la géographie libanaise. Cet article entend faire le lien entre ces réfugiés et la région frontalière du Sud-Liban en tant que cette dernière ouvre sur une histoire longue, douloureuse et parfois violente des relations avec la terre de Palestine et avec Israël autant qu’il pose question sur les conditions de possibilité de passage entre les deux pays. C’est en effet le long de deux axes, celui de la lutte armée d’un côté et de l’autre celui de la résistance civile par la poursuite des relations entre Palestiniens par-delà la frontière fermée que ce texte entend examiner, à partir de la notion de région frontalière (borderland), la pertinence de l’utilisation du concept de frontières réseaux (networked borders) dans le cas des Palestiniens du Liban. Ce double aspect de la relation à la frontière, militaire et civil, traduit un rapport à l’espace frontalier mais aussi son changement dans le temps ; il met également en lumière la persistance de la marginalisation par les difficultés de mobilité des réfugiés palestiniens dans leur entreprise de franchissement ou contournement de la frontière du Sud Liban face à un système de frontières en réseaux et stratifiées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les partis composant le Front libanais, formé en 1976, étaient les suivants (leur leader sont indiq (...)

1Au Liban, la question palestinienne est habituellement abordée sous l’angle des conditions sociales de vie des réfugiés (notamment dans les camps) et tend parfois à aplatir l’historicité de la relation, longue de plus de soixante ans, qui lie ces réfugiés avec le Liban. En particulier, l’impasse est aujourd’hui assez vite faite sur la relation particulière qui a lié et continue à lier le Sud Liban aux réfugiés palestiniens. Cette région a en effet incarné un sanctuaire pour la résistance palestinienne durant les années 1970, et jusqu’en 1982 constituait ce que le Front libanais et la droite chrétienne1 en général appelaient le « Fatahland ». Mais le Sud Liban, c’est aussi et d’abord la terre d’élection pour 6 des 15 camps de réfugiés que comptaient initialement le Liban des années 1950 à Tyr, Saida et Nabatiyeh (Sfeir, 2008). Des camps auxquels se sont ajoutés dans l’après-guerre de nombreux regroupements palestiniens à leurs abords, faute de place pour la nouvelle génération de réfugiés à l’intérieur des camps au vu des restrictions de constructions (Dorai, 2006). Le Sud conserve en outre ce paradoxe d’être géographiquement plus proche de la terre d’origine de nombreux réfugiés de Palestine – puisque l’essentiel de ceux arrivés au Liban en 1948 avaient quitté les villes et villages de Galilée – tout en en restant très éloigné en terme d’accès. Malgré ces contraintes, les réfugiés palestiniens ont depuis 1948 tenté de maintenir les liens qui les rattachent à leur famille et leur terre, notamment par des visites en Palestine ou dans les pays environnants, pratique qui s'apparente à la résistance passive.

  • 2 Nous prendrons ici appui sur la définition qu’en propose Randy Widdis (2005) en tant que constructi (...)
  • 3 Il est à noter que durant la période mandataire, la frontière entre le Liban et la Palestine avait (...)
  • 4 Cette acception se base sur une évolution historique du terme, notamment mise en lumière par Rijke (...)

2Cette contribution entend discuter le lien entre le Sud Liban – entendu comme région frontalière (borderland)2 – et les réfugiés palestiniens : quels usages les réfugiés palestiniens font-ils/ont-ils fait de cet espace frontalier ? Deux points de vue, celui des combattants et celui des civils seront abordés, en tant qu’ils distinguent des manières de faire avec/contre la frontière à deux époques différentes. Pour les premiers, nous poserons la question de l’engagement militant et des représentations de la frontière à travers le prisme de la lutte armée afin de montrer comment et pourquoi la frontière – et à travers elle l’effacement de la Palestine – pouvait être contestée3. Pour les seconds, on s'interrogera sur les conditions de possibilité de passage/contournement civil entre les deux pays afin de montrer comment s’impose la contrainte d’un régime frontalier de fermeture pour cette catégorie particulière de réfugiés que sont les Palestiniens. La notion qui lie ces deux formes de pratiques de la frontière est celle de « résistance », déclinée en arabe avec deux termes qui renvoie à des pratiques différentes (Khalili, 2007) : la résistance armée (al-muqâwama al-musallaha), couramment appelée « La Résistance » et la résistance civile (al-sumûd)4. En premier lieu, le fait de résister implique de combattre l’oppression les armes à la main et ainsi contester l’existence même d’une entité politique (Israël) et les frontières tracées pendant la période mandataire et imposées par la création de l’Etat d’Israël. En second lieu, résister de façon non violente s’apparente – entre autre – à maintenir un lien avec ses proches par-delà la frontière fermée en faisant face à un système de contraintes interétatiques qui limite la circulation des réfugiés palestiniens.

3Au plan conceptuel, nous recourrons à la notion de « bordering » (Popescu, 2012) pour concevoir l’objet frontière comme une construction sociale changeante. Le terme lui-même de « bordering » met en avant l’idée du processus de « faire frontière ». En outre, ce terme prend place dans une réflexion plus récente qui souligne la pluralité des acteurs prenant part à la production de la frontière (Jones et Johnson, 2014). Cet article entend donc illustrer deux façons qu’ont les réfugiés palestiniens de participer à la définition de la frontière, de faire frontière tant par sa contestation (y compris son contournement) que par la contrainte qu’elle fait peser sur eux. Ce faisant, derrière l’idée d’une résistance pratiquée à divers niveaux par les acteurs palestiniens à la frontière, nous soutiendrons deux hypothèses : la première entend montrer l’importance de l’idéologie de résistance dans la possibilité de contester la frontière les armes à la main au nom d’une cause. La seconde discutera le concept de frontière réseau (Walters, 2004) au profit de la notion de système de frontières stratifiées qui étend et articule un ensemble de contraintes de mouvements pour les réfugiés palestiniens entre le Liban, la Jordanie et Israël aussi bien qu’à l’intérieur du territoire libanais lui-même.

4Cette étude se fonde sur deux terrains de recherches effectués entre 2009 et 2012 au Liban. Réalisées dans le cadre d’une recherche postdoctorale, ces deux enquêtes ont permis d’interroger respectivement une vingtaine d’anciens fédayins rencontrés principalement dans les camps palestiniens ainsi qu’une trentaine de réfugiés palestiniens dans et hors des camps dans la région de Beyrouth et Saida, et pour l’essentiel ayant pour seul document d'identité leur « Laissez-passer » délivré par la sûreté libanaise. Cet article est divisé en deux parties, chacune se référant à l’une des pratiques, militaire ou civile, de franchissement/contestation de la frontière du Sud-Liban. Dans une premier temps, nous montrerons les ressorts qui ont forgé les perceptions et les pratiques de la résistance armée à la frontière via les opérations entreprises par les fédayins durant les années 1970s. Nous explorerons les conditions d’établissement des commandos de la résistance palestinienne au Sud Liban, le contexte idéologique qui caractérisait l’époque et les témoignages d’anciens combattants qui esquissent les contours de ce qu’était l’idéologie de résistance incarnée dans la pratique du combattant prêt au sacrifice ultime. Dans un second temps, nous montrerons comment la constitution d’un régime frontalier de fermeture a imposé aux réfugiés palestiniens, ayant de la famille de l’autre côté de la frontière, de se plier à des procédures administratives émanant de plusieurs Etats. Nous verrons également comment les possibilités de franchir la frontière se sont nettement amoindries depuis les années 1980. Nous présenterons alors les nouvelles contraintes à la fois pécuniaires et statutaires/sécuritaires qui s’imposent aux acteurs décidant de « contourner » la frontière, lorsqu’ils veulent se rendre dans les Territoires Palestiniens Occupés (TPO) ou en Jordanie pour retrouver les leurs.

I. Résister, contester la frontière

1.1 Emergence de la Résistance

5« La Résistance » (Al-muqâwama) désignait dès la fin des années Soixante un ensemble de groupes armés de diverses obédiences politiques susceptibles de mener des actions de commandos contre l’occupation de la Palestine par Israël, actions lancées depuis la Jordanie puis depuis la Syrie. En son centre, la figure du fida’i (pl. fida’iyin) francisé en « fédayin/s » mettait en avant l’identité de combattants prêt à se sacrifier pour la cause. Au Sud Liban, la Résistance est devenue importante après la déconfiture arabe face à Israël (défaite des armées arabes durant la guerre dite des Six-Jours en juin 1967) : par contrecoup, le succès palestinien lors de la bataille de Karameh en 1968 a favorisé la mobilisation palestinienne et drainé un nouvel afflux de militants internationaux dans les rangs de la Résistance. Les formations paramilitaires ont dès lors essaimé dans les camps palestiniens du Liban, utilisant la contiguïté avec la Palestine occupée pour lancer des opérations de commando. L’intervention en force de l’Etat libanais en 1969, qui n’hésita pas à pourchasser les combattants sur le front sud, aggrava la polarisation communautaire et sociale de la société libanaise antérieure à l’arrivée des Palestiniens. De fait, les répliques israéliennes toujours plus meurtrières autant qu’indiscriminées eurent tôt fait de créer un malaise, qui devint problématique lorsque certains segments de la population « amélite » – i.e. de la région montagneuse du Sud Liban, le Jabal ‘Amil – accusèrent les Palestiniens d’être en réalité les vrais responsables de leurs malheurs. C’est notamment en instrumentalisant la frange chrétienne des habitants des villages frontaliers la plus hostile aux Palestiniens qu’Israël constitua un appui local contre les fédayins au début de la guerre civile (Hamizrachi, 1988).

6L’accentuation du déploiement de la Résistance au Liban a répondu à différentes contraintes : la première tient à la défaite militaire (connue sous le nom de « Septembre noir ») subie par la Résistance en Jordanie (1970/1971), celle-ci ayant commis l’erreur de se croire intouchable et supérieure en capacité militaire (Soueid, 2000). Toutefois, si l’on se souvient que le déploiement des commandos au Sud Liban a précédé « Septembre noir », il semble que la stratégie suivie par le Fatah répondait en premier lieu à d’autres considérations : les opérations d’infiltration par dessus la ligne de cessez-le-feu jordanienne au niveau du Jourdain devenaient, vers la fin des années Soixante, de plus en plus complexes à mener en raison de l’édification d’une clôture avec capteurs électriques et système de surveillance renforcé (Hudson, 1972). Ensuite, au plan topographique (voir carte 1), la frontière israélo-libanaise était beaucoup plus poreuse et moins sécurisée, et offrait l’avantage de permettre d’atteindre à faible distance des villes peuplées et des axes routiers afin d’y effectuer des actions militaires (Amos, 1980). Ajoutons sur ce plan que l’attention israélienne était alors encore largement tournée vers sa frontière du Sud-ouest, dans la zone du Sinaï, d’où pouvait provenir depuis l’Egypte la menace militaire la plus sérieuse, et accordait peu de crédit à celle que pouvaient constituer les commandos palestiniens (Hudson, 1972).

Carte 1 - Frontière israélo-libanaise

Carte 1 - Frontière israélo-libanaise

Conception : Daniel Meier - Réalisation : Hisham Ashkar – 2014

  • 5 Selon un sondage de mai 1969, 41% des sondés soutenaient la guérilla comme technique alors que 42% (...)

7Un autre élément ayant favorisé l’implantation de la Résistance au Liban est constitué par le fort soutien de larges secteurs de la société libanaise, soutien dont on a vu plus haut les raisons structurelles5, notamment les mouvements de gauche ainsi que la majeure partie des communautés musulmanes. On peut se rappeler les funérailles nationales qui furent réservées au jeune Khalil al-Jamal, le premier martyr (shahîd) libanais enrôlé au côté de la résistance et décédé lors d’une opération en avril 1968 (Brynen, 1990, p. 47). C’est lors du cortège funèbre que l’on put entendre un slogan qui allait revenir par la suite de manière récurrente comme revendication politique : « liberté d’action pour la guérilla » (hurriyat al-‘amal al-fida’i). La mise en place des groupes armés palestiniens sur le terrain du Sud Liban s’est effectuée en même temps sur un mode de collaboration avec des acteurs pro-palestiniens au Liban, et sur un mode tendu avec les instances sécuritaires libanaises, dans la mesure où les Forces de Sécurité Intérieure avaient alors la haute main sur les camps.

  • 6 A cette époque, la frontière syro-libanaise était d’une grande porosité pour les troupes palestinie (...)

8L’implantation militaire palestinienne au Sud eut lieu à partir de l’automne 1968 lorsqu’un premier bataillon, le secteur 55, arriva depuis la Syrie6 dans la région montagneuse frontalière de l’Arqoub où l’OLP concentrait sa base arrière la plus sûre (Sayigh, 1997, p. 180). Au même moment à Beyrouth, un réseau de recrutement était mis sur pied et bientôt un nouveau bataillon (secteur 56) fut formé au début de l’année 1969. Peu auparavant, une très grosse crise politique avait éclaté après que l’armée israélienne eut dynamité l’aviation civile libanaise au sol sur le tarmac de l’aéroport de Beyrouth le 28 décembre 1968, sans qu’aucun des assaillants ne soit capturé (Sirriyyeh, 1976). La radicalisation du discours de la gauche libanaise et des courants pro-palestiniens qui s’ensuivit légitima les opérations d’infiltration que les commandos entreprirent. Cette radicalisation prenait appui sur le contraste entre l’incurie dont venaient de faire preuve l’armée et les renseignements libanais, incapables de protéger le sol libanais d’une opération israélienne, et la répression qu’ils exerçaient à l’encontre des fédayins qui combattaient l’ennemi commun israélien.

9La contradiction interne dans laquelle se trouvait le gouvernement libanais apparut au grand jour lors de la manifestation de masse organisée par l’opposition le 23 avril 1969 et qui fut réprimée dans le sang, obligeant certains dirigeants libanais (à commencer par le Premier ministre Rachid Karamé) à se désolidariser de la brutalité des forces de l’ordre. La crise eut des répercussions internationales et le Président égyptien Nasser lui-même fit pression sur le gouvernement libanais pour l’amener à la table des négociations avec Yasser Arafat. L’Accord du Caire qui fut signé entre ce dernier et l’envoyé du Président libanais en novembre 1969 garantissait à la Résistance la liberté de mouvement et d’opérations armées par-delà la frontière internationale tout en conditionnant les actions de celle-ci à une coordinations avec l’armée libanaise (Picaudou, 1989). Enfin, ce texte garantissait l’autonomie d’organisation politique aux réfugiés palestiniens, et ceux-ci purent alors auto-administrer leurs camps. Cela transforma rapidement la région frontalière du Sud Liban en sanctuaire pour la Résistance palestinienne dans sa lutte anti-israélienne (Brynen, 1990).

  • 7 Le MNL, fondé en 1969, regroupait le Parti Socialiste Progressiste (Kamal Joumblatt), l’Organisatio (...)

10Dans sa tentative de trouver sa place sur la scène politico-militaire au Liban, la Résistance pouvait alors compter sur l’appui d’un regroupement politique qui allait connaître une montée en puissance dès le début des années 1970, celui du Mouvement National Libanais (MNL), une coalition de mouvements d’obédience progressiste en majorité musulmans7, et dirigée par le chef druze Kamal Joumblatt. Le Fatah appuya ainsi la formation du « mouvement libanais de soutien au Fatah » (al-harakat al-lubnaniyya al-musanida li-fatah) et cultiva des liens avec les diverses composantes du MNL afin de multiplier ses alliances sur la scène politique libanaise. Ce faisant, il tirait les leçons de ses expériences antérieures en Jordanie, où le mouvement de résistance palestinien s’était trouvé isolé et comme en extranéité avec le champ politique jordanien. Toutefois, peut-on relever en même temps, cette stratégie allait à contre-courant de la doctrine de la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays d’accueil promue par le Fatah. Sur ce point existait une divergence majeure avec le Front Populaire de Libération de la Palestine et le Front Démocratique de Libération de la Palestine qui tous deux pensaient au contraire que la révolution devait d’abord être arabe avant de devenir nationale et palestinienne.

1.2 De l’âge d’or au déclin de la Résistance

11Les Palestiniens voyaient leur cause prendre place dans un mouvement révolutionnaire à l’échelle de la planète marqué par le mythe de l’invincibilité des guérillas (Chaliand, 1976). L’impact de la présence palestinienne incarnant une idéologie de lutte armée révolutionnaire et imprégnée de la théorie de Fanon sur le changement politique par la violence allait exercer un immense effet, selon le terme même de Rashid Khalidi (1984), sur certains segments sociaux et sur les militants de gauche de la société libanaise, essentiellement durant la première période de la présence de la Résistance – avant la guerre civile – lorsque l’essentiel des opérations se déroulaient dans la zone frontalière sud du Liban.

12Sur le terrain, les opérations d’infiltration par-delà la frontière ont connu une évolution ainsi que des caractéristiques techniques articulées à une connaissance du dispositif frontalier. Les commandos étaient constitués de petits groupes de 6 à 12 hommes puis, au fur et à mesure que la frontière devenait plus sophistiquée et les traques israéliennes plus effectives, ils devinrent plus petits, de 3 à 6 hommes (Mark, 1970). Un ancien combattant devenu chef de brigade raconte comment se déroulaient une inflitration :

  • 8 Entretien effectué à Beyrouth en mars 2011.

« Regardez comment c’était (il dessine le dispositif frontalier). Le fida’i devait cisailler d’abord le grillage, on lançait des cailloux sur ce grillage pour savoir s’il était électrifié et si oui on devait cisailler ou détruire le générateur électrique (il dessine un bloc rectangulaire placé en haut du grillage). Ensuite on devait franchir 3 mètres de terrain sablé donc on avait des chaussons couvrants pour nos souliers afin de ne pas laisser de traces. Ainsi les Israéliens qui passaient en patrouille tous les 4 heures ne voyaient rien. On avait aussi une échelle afin de franchir le grillage et après le sable une fosse (hafra) de trois mètres aussi. Arrivés ainsi à la route, s’il n’y avait pas de patrouille, on pouvait s’enfoncer dans la Palestine pour faire notre opération. » (Abou Khaled, 63 ans)8.

13Après une première phase très mobilisatrice, l’expérience des commandos puis le début de la guerre civile libanaise ont induit un processus de modernisation et de rationalisation de la lutte armée. Une raison à cela était les énormes pertes auxquelles faisaient face les instances dirigeantes des différents mouvements palestiniens, avec des coups d’éclats mais sans changement structurel ni évolution du rapport de force avec Israël.

14En outre, les développements qui allaient conduire à l’effondrement de la Résistance palestinienne au Sud Liban sont liés à l’effondrement de l’Etat libanais. C’est en effet à la faveur de la guerre civile (1975-1990) que l’Etat libanais voit son autorité disparaître au profit de milices qui, entre le Front national et le MNL divisent le pays en secteurs d’influence. Parallèlement à ce morcellement territorial, l’armée nationale se fractionne entre les pro et les anti-palestiniens. Nombreux sont les conscrits qui sont démobilisés et retournent dans leurs villages. Ainsi en va-t-il pour les villages frontaliers chrétiens du Sud. Dès l’été 1976, ces villages déjà pauvres, largement dépendants d'une industrie du tabac subventionnée, voient leur situation alimentaire devenir critique en l’absence de toute aide d’un Etat qui a disparu (Beydoun 1992). C’est dans ce contexte qu’intervient Israël en ouvrant des canaux « humanitaires » en direction de ces villages, en fournissant d’abord de l'aide médicale et alimentaire, puis des armes aux anciens conscrits libanais afin qu’ils puissent défendre leurs villages. Mais, comme le souligne Ahmad Beydoun (1992) les accrochages entre villages pro et anti-palestiniens étaient très rares jusqu’alors. C’est donc avec l’aide de miliciens phalangistes venus s’entraîner en Israël que les milices villageoises frontalières devinrent une petite armée locale stipendiée par Israël qui commença ses provocations à l’adresse des villages pro-palestiniens comme Khiam, en les bombardant de façon unilatérale.

15Sous la férule de Sa’ad Haddad, un major félon de l’armée libanaise recruté par Israël, se constitua une milice pro-israélienne. Cette dernière prenait pour cible les groupes palestiniens et les villages pro-palestiniens ainsi que leurs populations (Kassir, 1994) et en même temps permettait à Israël de contrôler des segments du territoire libanais à la lisière de la frontière. Les combats embrasèrent le Sud-Liban lui-même, alors défini par la centrale palestinienne comme son sanctuaire depuis son arrivée au Liban au début des années 1970 (Brynen, 1990). Prenant prétexte d’une opération palestinienne particulièrement sanglante au début mars 1978, l’armée israélienne lança une invasion d’envergure sur le Sud-Liban. Celle-ci permit de garantir à la milice de Haddad un territoire continu le long de la frontière internationale sur une profondeur de plusieurs kilomètres, qui lui fut alors confiée par l'armée israélienne lors de son retrait. Ce faisant, la région frontalière du Sud Liban connut une mutation et devint pour partie zone tampon, pour partie zone de combat où sévissaient les supplétifs de la milice de Haddad.

  • 9 Du reste, le nom de l’opération militaire, particulièrement meurtrière pour le Liban, était “Paix e (...)

16Ces développements militaires, qui bouleversaient la définition de la région frontalière, freinèrent très nettement les opérations des commandos d’infiltration palestiniens. Sur la base de ce constat, la direction palestinienne adopta une nouvelle orientation tactique, facilitée par un processus de professionnalisation des fédayins. La direction de l’OLP, sous l’impulsion du Fatah, travailla à l’édification d’un corps d’armée classique comme horizon stratégique en vue d’une confrontation qui semblait de plus en plus attendue avec Israël, précisément sur ce terrain frontalier (Sayigh, 1997). En prenant ce virage, la Résistance reconnaissait indirectement le fait accompli frontalier israélien incarné par l’occupation territoriale frontalière de la milice du major Haddad. De fait, l’invasion israélienne de 1982 avait pour enjeu le territoire du Sud du Liban comme espace convoité et pour justification l’élimination de la menace palestinienne pour Israël9.

17Parmi les conséquences de l'invasion de 1982, outre les immenses dégâts humains (environ 20 000 morts) et matériels, on doit relever d’abord l’effondrement de la Résistance palestinienne, qui dut s’en remettre à une force multinationale pour assurer le départ de ses combattants par bateau après le siège de Beyrouth Ouest, à la fin de l’été 1982. Une seconde conséquence est l’échec de l’opération conjointe d'Israël et des Forces Libanaises visant, avec l'appui des Etats-Unis, à porter au pouvoir à Beyrouth un pouvoir ami d’Israël en la personne du chef des Forces Libanaises, Béchir Gemayel. Ce dernier fut assassiné peu après avoir été élu. Son frère Amine qui lui succéda, bien qu’il ait signé un traité de paix avec Israël le 17 mai 1983, fut désavoué par le Parlement libanais. Une troisième conséquence, idéologique celle-ci, est souvent imputée à la défaite palestinienne face à Israël, celle de l’effondrement subséquent du nationalisme arabe, concomitant avec la montée de l’islam politique, tendance observable au Liban notamment, à travers l’apparition du mouvement chiite Hezbollah. Enfin, en ce qui concerne la frontière proprement dite, Israël a hypothéqué la souveraineté du Liban sur près de la moitié de son territoire sud durant trois ans puis, après un retrait partiel en 1985, l’Etat hébreu a occupé une zone de 850km2 le long de la frontière internationale et ce jusqu’en mai 2000.

18En ce qui concerne l’évolution du régime frontalier, dans un premier temps (été 1982-été 1983), Israël, contrôlant désormais la frontière israélo-libanaise, permit l’entrée des biens et capitaux israéliens au Liban dans les zones passées sous son autorité. Dans le même temps, les autorités israéliennes autorisèrent les Libanais à visiter Israël, et ce dans le droit fil de son projet politique de normalisation des relations israélo-libanaises. Nous verrons dans la seconde partie de cet article que certains Palestiniens ayant pris la nationalité libanaise saisirent cette occasion pour « visiter » leur terre ancestrale. Dans un second temps (été 1983-été 1985), des raisons sécuritaires conduisirent les autorités israéliennes à restreindre l’accès au territoire israélien aux seuls résidents de la zone frontalière occupée depuis 1978. Puis à partir de 1985, lorsque les troupes israéliennes quittèrent le Liban en conservant le territoire de la zone occupée aux mains des supplétifs libanais, le régime frontalier sélectif d’accès à Israël (pour y travailler) fut étendu à toutes les familles des collaborateurs libanais de la milice supplétive rebaptisée Armée du Liban Sud (ALS). Globalement, cette occupation a donc rendu toute circulation très difficile pour les Palestiniens ayant le droit d’entrer en Israël aux motifs de liens familiaux de premier degré. Tout dépendait du bon vouloir des autorités administratives du Sud-Liban occupé qui pouvaient mettre leur veto quand bien même les autorités israéliennes auraient donné leur autorisation. Cette imprévisibilité prit fin en 2000 lors du retrait final des troupes de l’Etat hébreu et de leurs supplétifs de l’ALS. De fait, la praticabilité de la frontière restait limitée à un nombre très restreint d’ayants droit palestiniens. Pour la majorité des réfugiés palestiniens du Liban, l’accès à la Palestine historique est fermé depuis 1982, ce qui a favorisé chez ceux qui le pouvaient des stratégies de contournement afin d’atteindre leurs proches restés en Israël/Palestine.

II. Franchir la frontière : frontière réseau ou système de frontières stratifiée ?

2.1. Le lien à la Palestine à travers le temps

  • 10 Ceci revient à confiner les femmes à un rôle traditionnel dont elles se sont progressivement autono (...)

19Le lien primordial avec la Palestine reste, pour une partie non négligeable des réfugiés palestiniens du Liban, celui des liens familiaux. La présence d’un lien familial au-delà de la frontière matérialise la relation avec la Palestine et peut donner aux réfugiés une motivation pour y entreprendre un projet de voyage. Selon une étude de FAFO en 2005, 10% des réfugiés du Liban auraient un ou plusieurs parents – en ligne directe – en Israël et 8% dans les TPO. L’importance des liens familiaux n’est pas à sous-estimer car, dans les représentations populaires palestiniennes et dans les discours politiques officiels, la famille est vue comme la seule institution pérenne face à l’effondrement du lien avec la terre natale, au point d’en faire la gardienne de la mémoire collective. Une étude menée en Israël/TPO (Hanafi, 2003) a montré que la frontière constitue un frein évident à la connectivité au sein des familles, et d’autre part que les femmes jouent un rôle plus important que les hommes dans le maintien des liens familiaux10. Nous verrons comment ces deux aspects transparaissent dans le franchissement/contournement de la frontière israélo-libanaise. Un autre lien matriciel des réfugiés avec la Palestine est constitué par une mémoire idéalisée de la terre, du village en Palestine, largement entretenue par le travail narratif de ceux qui y ont vécu et également médiatisée par les autorités et partis politiques palestiniens. Ce lien est encore renforcé par de nouveaux moyens techniques liés à l’Internet, sorte de franchissement virtuel de la frontière. Celui-ci permet d’être connecté avec ceux qui vivent en Palestine/TPO mais aussi d’être en rapport avec des forums animés par le désir d’entretenir des relations quotidiennes entre membres de la famille et la volonté de l’entretien mémoriel (Picaudou et Rivoal, 2006 ; Aouragh, 2012).

  • 11 Fournis par les autorités israéliennes à partir d’une demande déposée par le CICR.
  • 12 Entretien effectué dans le camp de Chatila, juillet 2008.

20Dans ce contexte, la résistance (sumûd) désigne une pratique commune et populaire face à l’adversité inhérente à l’occupation. Cette notion se distingue de la résistance armée (Al-muqâwama al-musallaha) par une attitude générale, celle de l’opiniâtreté et de la résilience, et elle vise à qualifier une pratique civile largement répandue dans la société palestinienne, celle qui consiste à « tenir bon » face à l’oppression. Pour les réfugiés du Liban, c’est le fait même de vouloir entreprendre un rapprochement physique avec leurs proches restés en Palestine (TPO/Israël) qui constitue une forme de résistance, un des sens du terme arabe « sumûd ». Depuis 1948, nombreux furent les changements qu’a connus la région frontalière du Sud-Liban. Après l’époque initiale des retours individuels et des franchissements illégaux, immédiatement après l'armistice de Rhodes, la région du Sud-Liban fut interdite aux réfugiés palestiniens et un contrôle plus strict fut appliqué à leurs mouvements. Si l’UNRWA prit la relève du CICR pour l’accueil et l’hébergement des réfugiés, la Croix-Rouge continua à opérer comme intermédiaire à la frontière entre les réfugiés palestiniens et Israël sur les dossiers des regroupements familiaux et de la circulation entre les deux pays. Les premiers restaient du reste une mesure exceptionnelle, réservée aux seuls parents du premier degré, et dépendante du bon vouloir des autorités israéliennes. Après l’éclatement de la guerre civile, c’est l’invasion israélienne de 1982 qui, de l’avis de plusieurs personnes circulant par-delà la frontière, a transformé radicalement les possibilités de circulation. Comme le dit Safa, dont la famille proche est « à cheval » entre le Liban et Haifa en Israël (territoire de la Palestine de 1948) : « Avant 1982 j’allais en Palestine pour voir ma famille, il y avait un système de permis temporaires11 autorisant ces visites familiales et mon frère venait aussi avec moi. Après, ce n’était plus possible (…) on a dû faire des rencontres familiales dans les pays environnants, surtout en Jordanie »12.

  • 13 En vertu de la politique de défense de la cause palestinienne que le parti de Dieu a inscrit au pri (...)
  • 14 Entretien avec un cadre du CICR, Beyrouth, avril 2013.

21Outre le slogan de la menace de leur « implantation » (Meier, 2009), les premières mesures affectant les réfugiés palestiniens au niveau international furent mises en place par le gouvernement libanais en 1995, lorsqu’il instaura un visa de ré-admission au Liban pour ceux des réfugiés palestiniens qui partaient travailler à l’étranger et qui n’étaient porteurs que d’un Document de voyage délivré par la sûreté libanaise. Cette mesure fut une des tentatives libanaises pour dissuader les Palestiniens du Liban d’y revenir, et nombreux furent les travailleurs palestiniens qui restèrent « coincés » en Libye en raison d’une politique de discrimination de la part des chancelleries libanaises auxquelles ils s’adressaient. Finalement, face au tollé que cette mesure a soulevé, tant parmi les réfugiés qu’au niveau des organisations internationales et humanitaires, elle fut levée en 1999. Enfin, après le retrait israélien unilatéral du Sud-Liban en mai 2000, le Hezbollah remporta une victoire politique indéniable puisqu’il s’accaparait une autorité de facto sur l’ancienne zone occupée longeant la frontière internationale, du fait du refus de l’Armée libanaise de s’y déployer pour ne pas cautionner l’action unilatérale israélienne. De leur côté, les Nations Unies saisirent l’occasion de ce retrait unilatéral pour envoyer une mission d’inspection. Celle-ci se chargea d’une part de confirmer le retrait israélien et donc l’application de la résolution 425 du Conseil de sécurité; d’autre part, cette mission procéda à la redéfinition de la frontière en tant que « ligne bleue » (blue line), c’est-à-dire « ligne de retrait de 2000 ». Cette taxinomie permet d’éviter de ratifier le fait accompli israélien, inacceptable pour le Liban, et désigne de par sa couleur « bleue » le monitoring onusien de la FINUL (Hof, 2001). Depuis la fin de la guerre civile libanaise en 1990 et le contrôle politique syrien sur le Liban, l’orientation politique du Liban a suivi celle adoptée par la Syrie, membre du « front du refus », notamment à l’égard des Accords d’Oslo (1993). Il en a découlé une politique de fermeture de tout lien avec Israël en tant que force occupante en Palestine. Depuis lors, parmi les Palestiniens, seules les dépouilles des combattants abattus lors d’opérations d’infiltration purent franchir la ligne bleue en direction du Liban, grâce aux échanges de prisonniers que le Hezbollah mit sur pied, notamment en 2004 et 200813. Officiellement, plus personne n’a pu passer en Israël depuis le Liban pour rendre visite à des proches. Dans la réalité, et selon le CICR14, il y aurait eu quelques passages liés à des mariages et des rencontres familiales, toujours soumis au bon vouloir des autorités israéliennes.

2.2 Franchissements et contournements de la frontière sous contrainte

  • 15 En raison du soulèvement populaire syrien, l’accès au territoire syrien a été largement limité et s (...)
  • 16 Il s’agit du décret de naturalisation 5247 promulgué par Michel el-Murr, le ministre de l’Intérieur (...)

22Parmi les réfugiés palestiniens du Liban, il convient de distinguer trois catégories d’après la capacité de mouvement. La première, numériquement la plus faible, est composée d’individus dotés de passeports d’une autre nationalité (européenne par exemple) leur permettant d’entrer en Palestine/Israël. La seconde, la plus nombreuse, regroupe des Palestiniens ne possédant que le document de voyage délivré par la sûreté libanaise, et qui leur permettait avant 2011 d’aller en Syrie15. Enfin, la troisième catégorie est constituée de réfugiés ayant acquis la nationalité libanaise par mariage (pour les femmes), ou par naturalisation, dans les années 1950 ou avec le décret de 199416 ; leur capacité de mouvement suit celle des citoyens libanais et donc leur interdit l’entrée en Israël. S’il va sans dire que le type de document possédé détermine les possibilités d’accès à la Palestine, il n’y a pourtant pas d’automaticité entre les deux choses, les choix et possibilités individuels d’un côté et les circonstances politico-militaires de l’autre entrant en ligne de compte dans la faisabilité et la volonté d’entreprendre un tel voyage.

  • 17 Le deuxième bureau (renseignement) a ainsi exercé durant cette période une autorité sans partage su (...)

23Au niveau administratif, il existe un chevauchement entre les différents acteurs étatiques concernés par la circulation de réfugiés palestiniens en direction de la Palestine/Israël. Au-delà de la posture idéologique suivie par le parrain syrien durant la tutelle sur le Liban, l’Etat libanais n’a pas limité les déplacements extérieurs des réfugiés palestiniens. Par contre, il faut relever que depuis le début du mandat présidentiel de Fouad Chéhab (1958) et jusqu’aux Accords du Caire (1969), le Liban a introduit des mesures limitant les déplacements intérieurs des réfugiés des camps palestiniens à des fins de contrôle17. En outre, lors du lancement du processus de paix d’Oslo, de nombreuses restrictions frappant les réfugiés ont été mises en place afin de minimiser les chances de toute « implantation » à laquelle les négociations israélo-palestiniennes pourraient aboutir (Jaber, 2006). Plus récemment, une politique de contrôle des réfugiés a été pensée et mise en avant par le gouvernement libanais avec le projet pilote de reconstruction du camp de Nahr el-Bared, en grande partie détruit lors des affrontements qui s’y sont déroulés à l’été 2007 entre le groupe Fatah al-Islam et l’armée libanaise (Hanafi et Long, 2010). A l’exception de la période qui a suivi son invasion du Liban entre 1982-1983, Israël a pour sa part constamment freiné toute circulation en provenance du Liban, n’autorisant que certains regroupements entre personnes affiliées au premier degré puis restreignant unilatéralement l’accès aux familles via sa politique de collaboration au Sud-Liban occupé (1985-2000). De ce fait, l’accès direct à la Palestine par la frontière sud est resté très marginal, tant les limitations sécuritaires et administratives ont été nombreuses face à une situation volatile.

  • 18 Cette appellation désigne le territoire palestinien originel recouvrant tout le territoire israélie (...)

24Le passage par cette frontière fait de facto pénétrer les visiteurs dans la « Palestine de 1948 »18, donc en territoire israélien. Si cette frontière est aujourd’hui fermée, elle a connu un moment d’ouverture qui a duré un peu plus d’un an entre 1982 et 1983 : un grand nombre (plusieurs milliers) de « visiteurs » libanais, dont certains étaient d’origine palestinienne, a alors pu franchir cette frontière. Cette ouverture participait d'une entreprise de normalisation et visait à promouvoir la relation libano-israélienne en vue d’un accord de paix. La frontière fut refermée à la suite d’une infiltration de fédayins ayant conduit à un attentat en 1983. Hormis cette brève parenthèse, la frontière est restée fermée à la circulation. Cela n’a pas empêché, notamment dans les années suivant la création de l’Etat juif, que des civils entreprennent des « retours » provisoires en Palestine afin d’y récupérer des biens laissés sur place durant leur fuite.

  • 19 A moins que ce ne soient surtout les femmes qui osent parler de leurs expériences. On doit relever (...)

25Parmi les Palestiniens rencontrés, les personnes interviewées qui ont pu traverser la frontière Sud et se rendre dans la Palestine de 1948 sont souvent des femmes19, possiblement moins suspectes aux yeux d'Israël et donc favorisées dans l'octroi de permis de visite. L’une des interviewées, chrétienne, expliquait l’importance du réseau religieux local maronite dans la facilitation des autorisations de franchissement frontalier. De la même façon, Umm Saad, une vieille femme de 88 ans, dont toute la parentèle est restée à Haïfa, a pu retourner dans la Palestine de 48 à deux reprises dans les années 1970, grâce à l’appui d’un prêtre qu’elle connaissait et en passant par la Jordanie. En 1982, en 1992 puis en 1993, elle a réussi à franchir la frontière sud grâce à une autorisation spéciale du CICR au motif de réunion de famille, pour aller voir sa fille qui vit en Israël et qui est mariée avec un de ses cousins, un Palestinien d’Israël.

« Une fois, après 1982 lorsque la frontière était ouverte, nous avons pu y aller par le Sud-Liban. Je me souviens qu’on devait déposer une demande auprès d’un officier israélien en précisant que l’on avait de la famille en Palestine. C’était facile. Par contre tout avait changé en 1992 lorsque j’ai essayé à nouveau. On est passé via un officier de l’armée du Liban-Sud que l’on connaissait (notre famille) car il était de Miyé-Miyé le village à côté du camp palestinien. Il a pu me prendre seulement jusqu’à la frontière et arranger une rencontre avec ma fille qui était venue à Ras el-Naqoura. (…) La dernière fois que j’ai réussi à y aller ce fut en 1993. C’est ma fille qui a fait une demande aux autorités israéliennes pour obtenir un permis que le CICR m’a fait parvenir et ainsi j’ai pu y aller. Ensuite je n’ai plus tenté d’y aller, vous voyez j’ai de la peine à me déplacer. » (Umm Saad, 88 ans)

26La majorité des réfugiés palestiniens ayant pu atteindre la Palestine ou retrouver leurs parents de Palestine ont dû emprunter un autre chemin, en raison de la fermeture de la frontière libano-israélienne à l’exception de la parenthèse de 1982-1983. La plupart des réfugiés palestiniens du Liban l’ont fait en « contournant » la frontière sud par la Jordanie. Une proportion significative d'entre eux y a retrouvé de la famille sans entrer dans les TPO, que ce soit en raison d’une absence d’autorisation, d’un manque de temps et de ressources, ou par choix dans la mesure où les membres de leur famille en Palestine étaient à même de se rendre à Amman. Des rencontres ont également été organisées par certaines familles dans d’autres pays voisins de la Palestine (Turquie, Chypre, Egypte), mais leur nombre ne semble toutefois pas très élevé, compte tenu des dépenses et des difficultés qu’un tel voyage engage.

27La question s’ouvre alors de savoir si les déplacements des réfugiés palestiniens au Moyen-Orient manifestent une frontière réseau (networked border) telle que la définit Walters (2004). Selon ce dernier, la frontière réseau – terme forgé dès les années 2000 à partir de l’expérience européenne – est un dispositif de contrôle des identités et des mouvements mis en réseau par des Etats et permettant l’échange d’informations et la coopération policière ainsi que l’intervention et le contrôle « en réseau » (par des patrouilles mobiles) en-deçà et au-delà des lignes frontières (Walters, 2004). A première vue, cela pourrait effectivement décrire la structure transnationale de l’UNRWA qui contrôle et partage des informations sur l’inscription et le profil des réfugiés palestiniens entre ses branches nationales au Moyen-Orient, notamment dans les cas de mariages qui nécessitent le transfert d’un dossier individuel d’un registre de l’UNRWA à un autre dans le pays de destination. Toutefois, force est de reconnaître l’absence de coopération ou de coordination inter-étatiques dans la région, à quelques exceptions près. Le cas d’un Palestinien souhaitant se rendre du Liban en Jordanie pour y retrouver ses proches peut nous aider à discuter ce concept de frontière réseau.

  • 20 Il s’agit d’un dépôt de garantie attesté sur un compte bancaire.
  • 21 Ce dépôt de garantie a été introduit en 1982 à la suite du départ des fédayins du Liban, lorsqu'un (...)

28Afin d’être autorisés à entrer sur le territoire du royaume hachémite, tous les réfugiés palestiniens du Liban doivent effectuer un dépôt de garantie financière20 de 5000 dinars jordaniens (environ 7000 US$ dollars) à l’ambassade de Jordanie à Beyrouth21. En cas d’invitation par une institution, la caution n’est plus que de 500 dinars. Toute acceptation est assortie de l’obligation pour les réfugiés d’avoir une inscription officielle dans le registre libanais, certifiée par l’UNRWA (afin de garantir leur « appartenance » au Liban), et en aval d’avoir un dossier approuvé par la sûreté jordanienne, laquelle peut refouler tout individu sans avoir à se justifier. Le canal des ONG est parfois emprunté par ceux qui y ont des relations. Ce détour peut s’avérer vital dans la mesure où il permet ainsi aux individus d’éviter de devoir verser le montant du dépôt de garantie, discriminant pour l’essentiel des réfugiés palestiniens vivant au Liban. Cette obligation est comprise par les réfugiés comme une entrave à leur mouvement mais aussi comme un moyen de dissuader toute prolongation du séjour : il y a déduction de frais à chaque jour supplémentaire non autorisé. On y voit également un instrument pour lutter contre l'immigration palestinienne illégale vers les TPO ce qui tend à faire du royaume hachémite, dans l’esprit des réfugiés interviewés, un « chien de garde » de la politique d’Israël. Cet exemple montre d’abord que la coordination sécuritaire jordanienne se fait avant tout avec Israël et non pas avec les autres pays arabes, dont le Liban. En outre, le détour préalable que les réfugiés doivent effectuer à l’ambassade de Jordanie à Beyrouth (pour y verser la caution et obtenir le feu vert de la sûreté jordanienne à leur déplacement) tend à conforter l’idée de frontière en réseau pour ce segment. Mais l’absence de lien de coordination jordano-libanaise et, de façon moins surprenante, libano-israélienne en ce qui concerne la circulation des réfugiés palestiniens montre qu’il n’est là plus possible de parler de frontières réseaux mais plutôt d’un système de frontière stratifiée. En somme, les frontières sont de nature composite, à la fois stratifiées et en réseaux, suivant les segments frontaliers. En outre, les conditions de possibilité de la frontière réseau reposent, on le voit, sur un intérêt partagé par Israël et la Jordanie à restreindre et contrôler la circulation des réfugiés palestiniens.

  • 22 Selon un cadre du FDLP, un des participants a été refoulé à l’aéroport d’Amman par les autorités jo (...)
  • 23 Entretien effectué au camp de Mar Elias, octobre 2009.

29Après les franchissements directs puis indirects, il existe un troisième cas de franchissement frontalier depuis le Liban vers la Palestine qui pourrait être qualifié de « politique » en tant qu’il réfère à des critères davantage politiques qu’administratifs pour permettre l’accès aux Territoires palestiniens occupés. En juillet 2009, un petit groupe de 70 personnalités palestiniennes, représentants et cadres palestiniens du Fatah, s’est rendu en Palestine, à Bethléem dans les TPO pour le Congrès organisé par le Fatah afin de renouveler ses délégués. La liste des participants fut proposée par l’Autorité Palestinienne (Salingue, 2009) à Israël qui décida seul d’autoriser ou non le passage lors de l’entrée qui se fit par le Pont Allenby22. Tous reçurent un permis de séjour d’une durée d’un mois, seulement valable pour les TPO. Adnan, un militant du Front Démocratique23 détaille ces aspects techniques aux significations largement politiques :

  • 24 Il faut rappeler que le Liban n’autorise aucune entrée sur son territoire de détenteurs de passepor (...)

« On a dû payer chacun notre visa, (…) et on a obtenu aussi une garantie que nos passeports n’allaient pas recevoir de tampon israélien24. Le visa lui-même est un document format A4 valable pour un mois. C’est un document similaire à celui de résidence temporaire avec des rubriques nom, prénom, âge, lieu de naissance. Pour moi ils avaient mis Israël dans cette dernière rubrique… parce que je suis né à Acre. Or en fait je suis né en 1947, avant la création d’Israël ! Pour beaucoup d’autres, ils avaient simplement mis leur pays d’exil car la mention du village natal en Palestine a été niée ou est restée inconnue de la part des fonctionnaires israéliens. » (Adnan, 68 ans)

  • 25 Sur cette double dimension liant statut de réfugiés palestiniens et arbitraire, cf. Puig (2013) et (...)

30La comparaison des différents discours des acteurs ayant pu se déplacer au moins en Jordanie, sinon en Palestine laisse voir un trait commun éminemment fort que chaque passage de frontière vient rappeler : l’assignation statutaire de la catégorie de réfugiés palestiniens, et, comme corollaire, l’arbitraire que les autorités de différents pays de résidence, transit ou visite font sentir à ceux qu'ils classent ainsi25. Ce rappel identitaire est perceptible dans la nature des autorisations obtenues (limitatives en terme temporel et géographique, nécessitant une caution matérialisant la méfiance d’un Etat à l’égard de ces visiteurs). Elle se voit également dans le processus ayant mené à leur obtention (nécessité d’un réseau de soutien, d’un financement ad hoc et longue attente), voire dans la forme que ces autorisations prennent (les rubriques oblitérant l'histoire dans les documents israéliens). L’ensemble du processus illustre la contrainte exercée par un système de frontières stratifiées/en réseau sur des acteurs marginalisés : à la fermeture de la frontière libano-israélienne se surajoute les restrictions de la frontière jordanienne et l’arbitraire de la frontière israélienne. Toutes ces limitations de mouvement font ressortir tant la faiblesse statutaire des réfugiés palestiniens que l’histoire troublée des relations entre les Palestiniens et les Etats de la région.

Conclusion

31On a vu dans les lignes qui précèdent comment les réfugiés palestiniens prenaient part à un processus de « bordering » de la frontière du Sud-Liban à travers l’étude de deux types de pratiques. La première, inscrite dans une histoire maintenant révolue, met en avant une forme de contestation de la frontière par les armes et, au nom de la lutte contre l’occupation, un usage militant de l’espace frontalier. Cette résistance armée a contribué à inscrire les Palestiniens comme acteurs dans le processus de définition de la frontière. Ils ont agi sur une frontière fermée, celle du Sud Liban, la franchissant au mépris des systèmes de surveillance pour porter la contestation du fait accompli stato-national au cœur du territoire de la Palestine. Notre hypothèse - l’importance de l’idéologie de résistance dans le choix des armes comme méthode de contestation de la frontière et de ce qu’elle incarne - a été illustrée par une pratique de la lutte armée dans laquelle l’engagement va jusqu’au sacrifice pour la cause révolutionnaire. Pour reprendre les termes de Popescu (2012), cette contestation de la frontière, sinon sa négation, peut être pensé comme un processus de « défaire frontière » (de-bordering), lequel a provoqué côté israélien une réponse en terme de « refaire frontière » (re-bordering) par le soutien à une milice libanaise pour lutter contre les incursions palestiniennes en amont, le long d’une bande frontalière ensuite satellisée par Israël.

  • 26 Cette résolution adoptée à l’unanimité marquait la fin de l’offensive israélienne en incluant outre (...)

32À partir de 2000, le retrait unilatéral israélien a ouvert un nouveau chapitre de l’espace frontalier du Sud-Liban. La région est entrée dans un processus de re-libanisation via l’emprise du Hezbollah sur les institutions et les espaces. La guerre de 2006 et l’acceptation par les parties en conflit de la résolution 170126 ont conduit à une redéfinition de la frontière et de l’espace frontalier par la communauté internationale. Celle-ci a été rendue particulièrement visible avec le marquage de la Ligne bleue agréé par les gouvernements libanais et israéliens (Meier, 2013) et le déploiement de l’armée libanaise pour la première fois depuis plus de trente ans. En marge de ce processus de transformation, nous avons vu que d’autres manifestations de résistance passives et civiles s’actualisaient à travers le maintien ou le renouement de liens familiaux par-delà la frontière israélo-libanaise. En effet, maintenir les liens avec les proches restés en Palestine a été un souci constant parmi les réfugiés palestiniens du Liban. Notre enquête a montré alors comment le dispositif de la frontière fermée s’est parfois entr’ouvert, mais surtout – et c’était notre seconde hypothèse – comment il s’est déployé en un système de frontières stratifiées et de frontières réseaux – la distinction on l’a vu est plus conceptuelle que réelle – par les Etats limitrophes, principalement la Jordanie et Israël, qui entravent le mouvement des réfugiés palestiniens dans la région. On a vu ainsi comment les dispositifs contraignants à l’entrée des réfugiés palestiniens en Jordanie et Israël prolongent les contraintes de mouvement face à la frontière fermée du Sud-Liban et ce faisant, comment ils rappellent les réfugiés à leur statut au fur et à mesure qu’ils tentent de franchir des frontières.

33En somme, ces deux exemples des usages de l’espace frontalier du Sud Liban par les réfugiés palestiniens illustrent bien l’évolution des formes contemporaines de l’articulation entre espace et identité. D’une lutte transnationale, la question palestinienne semble s’être enlisée dans un traitement sécuritaire dans lequel les Etats du Machreq jouent un rôle non négligeable en reproduisant une marginalisation collective. Ses répercussions individuelles et familiales, souvent peu mises en lumière, s’actualisent ici dans une difficulté à la mobilité transnationale, à l’échelle régionale, et particulièrement visible dans l’observation des traitements réservés aux Palestiniens aux frontières.

Haut de page

Bibliographie

AMOS II J. W., 1980, Palestinian Resistance. Organization of a Nationalist Movement, New York, Pergamon Press.

AOURAGH M., 2012, Palestine Online. Transnationalism, the Internet and the Construction of Identity, New York, I.B. Tauris.

AUB-UNRWA, 2010, « Socio-Economic Survey of Palestinian Refugees in Lebanon », http://fafsweb.aub.edu.lb/aub-unrwa/files/AUB_UNRWA_report_final_draft.pdf (consulté le 9 juin 2013).

BEYDOUN A., 1992, « La zone frontalière du Sud-Liban », Revue d’Etudes Palestiniennes, n° 44, p. 65-84.

BONTEMPS V., 2012, « Le temps de traverser le pont. Pratiques et perceptions des temporalités dans les Territoires palestiniens occupés », Temporalités, n° 15, http://temporalites.revues.org/1995 (consulté le 13 juin 2013).

BRYNEN R., 1990, Sanctuary and Survival: the PLO in Lebanon, Westview Press, Boulder (Co).

CHALIAND G., 1976, Mythes révolutionnaires du Tiers Monde, Paris, Seuil.

DORAI M. K., 2006, Les réfugiés palestiniens du Liban : une géographie de l’exil, Paris, CNRS.

DOT-POUILLARD N., 2012, « Le mouvement national palestinien et la crise syrienne : une division contenue », in Burgat F., Paoli B. (dir.), Pas de printemps pour la Syrie, Paris, La Découverte, p. 264-275.

HAMIZRACHI B., 1988, The Emergence of the South Lebanon Security Belt. Major Saad Haddad and the Ties with Israel, 1975-1978, New York, Preager.

HANAFI S., 2003, « L’impact du capital social sur le processus de rapatriement des réfugiés palestiniens », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 19, n° 3, p.43-72.

HANAFI S., LONG T., 2010, « Governance, Governmentalities, and the State of Exception in the Palestinian Refugee Camps of Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 23, n° 2, p. 134-159.

HOF F. C., 1984, Galilee divided: the Israeli-Lebanon frontiers 1916-1948, New York & Londres, Boulder, CO, Westview Press.

HOF F. C., 2001, « A Practical Line: The Line of Withdrawal from Lebanon and its Potential Applicability to the Golan Heights », The Middle East Journal, vol. 55, n° 1, p. 25-42.

HUDSON M. C., 1972, « Developments and Setbacks in the Palestinian Resistance Movement 1967-1971 », Journal of Palestine Studies, vol. 1, n° 3, p. 64-84.

JABER S., 2006, Marginalised Community: The Case of Palestinian Refugees in Lebanon, Development Research Centre on Migration, University of Sussex, http://r4d.dfid.gov.uk/pdf/outputs/migrationglobpov/jaberedited.pdf (consulté le 27 avril 2013).

JONES R., JOHNSON C. (dir.), 2014, Border in Everyday Life, Farham, Ashgate.

KASSIR S., 1994, La guerre du Liban, Paris-Beyrouth, Karthala-CERMOC.

KHALIDI R., 1984, « L’impact du mouvement national palestinien sur la société et la politique libanaises », Revue d’études palestiniennes, n° 12, p. 3-14.

KHALILI L., 2007, Heroes and Martyrs of Palestine: The Politics of National Commemoration, London, Cambridge University Press.

LATTE ABDALLAH S., 2006, Femmes réfugiées palestiniennes, Paris, PUF.

MARK C. R., 1970, The Palestine Resistance Movement, Legislative Reference Service, Washington D.C., Library of Congress.

MEIER D., 2008, Mariages et identité nationale au Liban. Les relations libano-palestinienne dans le Liban de Taëf (1989-2005), Paris, Karthala.

MEIER D., 2009, « ‘L’implantation’ comme construction de la présence palestinienne au Liban durant la tutelle syrienne (1989-2005) », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, n° 126, p. 223-242.

MEIER D., 2013, « The Southern Border: Drawing the Line in Shifting (Political) Sands », Mediterranean Politics, vol.18, n° 3, p. 358-375.

PICAUDOU N., 1989, La déchirure libanaise, Bruxelles, Complexe.

PICAUDOU N., RIVOAL I. (dir.), 2006, Territoires palestiniens de mémoire, Paris, Karthala-IFPO.

POPESCU G., 2012, Bordering and Ordering the Twenty-first Century. Understanding Borders, Lanham, Rowman & Littlefield.

PUIG N., 2013, « Lost in transition: Ordeals of passage of Palestinian refugees in Lebanon », Mediterranean Politics, vol. 18, n° 3, p. 394-410.

RIJKE A., VAN TEEFFELEN T., 2014, « To Exist is To Resist: Sumud, Heroism, and the Everyday », Jerusalem Quarterly, n° 59, p. 86-99.

SALINGE J., 2009, « Congrès de Bethléem : la seconde mort du Fatah », http://www.juliensalingue.fr/article-34966149.html (consulté le 10 juin 2013).

SAYIGH Y., 1997, Armed Struggle and the Search for State. The Palestinian National Movement, 1949-1993, Oxford, Clarendon Press.

SFEIR J., 2008, L’Exil palestinien au Liban. Le temps des origines, Paris, Karthala.

SIRRIYYEH H., 1976, « The Palestinian armed presence in Lebanon since 1967 », in Owen R., (ed.), Essays on the crisis in Lebanon, Ithaca Press, London, p. 73-89.

SOUEID M., 2000, Israël au Liban. La fin de 30 ans d’occupation ?, Paris, Editions de la Revue d’études palestiniennes.

WALTERS W., 2004. « The Frontiers of The European Union: A Geostrategic Perspective », Geopolitics, vol. 9, n° 2, p. 674-698.

WIDDIS R., 2005. « Migration, Borderlands, and National Identity », in Bukowczyk J. et al. (eds), The Great Lakes Basin as Transnational Region, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, p.152-174.

Haut de page

Notes

1 Les partis composant le Front libanais, formé en 1976, étaient les suivants (leur leader sont indiqués entre parenthèses) : le parti Phalangiste (Pierre Gemayel), le Parti National Libéral (Camille Chamoun), le mouvement des Marada (Soleimane Frangié) auquels se sont adjoint les deux formations extrémistes des Gardiens du Cèdre et le mouvement de résistance libanais du Tanzim. Cf. Kassir (1994).

2 Nous prendrons ici appui sur la définition qu’en propose Randy Widdis (2005) en tant que construction physique, idéologique et géographique, un lieu d’intersection sensible aux forces internes et externes qui intègrent et différencient les communautés et les espaces des deux côtés de la ligne frontière.

3 Il est à noter que durant la période mandataire, la frontière entre le Liban et la Palestine avait fait l‘objet d’un marquage largement ignoré par la population locale du Sud qui avait l’habitude de se rendre en Galilée ou à Haifa. Les forces mandataires élaborèrent, en vertu de l’article 11 du mandat octroyé à la France sur la Syrie et le Liban par la SDN, un type de laissez-passer permettant aux habitants de la région sud de circuler librement tout en instituant l’idée de l’existence d’une frontière. Durant la révolte palestinienne de 1936 en Palestine, les forces britanniques entreprirent de militariser cette frontière afin de prévenir les infiltrations de résistants depuis le Sud Liban (Hof, 1984).

4 Cette acception se base sur une évolution historique du terme, notamment mise en lumière par Rijke et Van Teeffelen (2014), qui de l’opiniatreté à défendre le maintien des Palestiniens en Palestine en est venue à décrire une lutte quotidienne de tout un chacun dans la défense de la terre de Palestine et des communautés palestiniennes où qu’elles se trouvent.

5 Selon un sondage de mai 1969, 41% des sondés soutenaient la guérilla comme technique alors que 42% disaient avoir des doutes sur cette stratégie (Brynen, 1990).

6 A cette époque, la frontière syro-libanaise était d’une grande porosité pour les troupes palestiniennes. Le pouvoir à Damas était en effet trop heureux de faciliter l’acheminement des combattants jusqu’au Sud Liban à travers cette zone montagneuse, évitant ainsi de voir sa propre frontière avec Israël devenir une zone de confrontation.

7 Le MNL, fondé en 1969, regroupait le Parti Socialiste Progressiste (Kamal Joumblatt), l’Organisation de l’Action Communiste au Liban (Mohsen Ibrahim), le parti communiste, le parti social national syrien, les factions irakiennes et syriennes du parti Baas libanais, les Mourabitoun (Ibrahim Koleilat) et le mouvement chiite Amal.

8 Entretien effectué à Beyrouth en mars 2011.

9 Du reste, le nom de l’opération militaire, particulièrement meurtrière pour le Liban, était “Paix en Galilée”.

10 Ceci revient à confiner les femmes à un rôle traditionnel dont elles se sont progressivement autonomisées (Latte Abdallah, 2006).

11 Fournis par les autorités israéliennes à partir d’une demande déposée par le CICR.

12 Entretien effectué dans le camp de Chatila, juillet 2008.

13 En vertu de la politique de défense de la cause palestinienne que le parti de Dieu a inscrit au principe de son action militante.

14 Entretien avec un cadre du CICR, Beyrouth, avril 2013.

15 En raison du soulèvement populaire syrien, l’accès au territoire syrien a été largement limité et soumis à des règles fluctuantes notamment pour les Palestiniens. Le tournant déterminant qui a vu affluer des réfugiés palestiniens de Syrie au Liban se situe à fin 2012 (affrontement de Yarmouk). Durant toute l’année 2012, d’autres camps palestiniens de Syrie ont été pris pour cible et malgré la posture de neutralité dans ce conflit initialement cultivée par les parties palestiniennes, le Hamas a rompu son alliance avec Damas à l’été 2012 rendant dès lors les réfugiés palestiniens suspects aux yeux des autorités syriennes (Dot-Pouillard, 2012).

16 Il s’agit du décret de naturalisation 5247 promulgué par Michel el-Murr, le ministre de l’Intérieur de l’époque, sous la pression de Damas et qui a concerné plusieurs dizaines de milliers de Palestiniens. Sur cette question voir Meier (2008).

17 Le deuxième bureau (renseignement) a ainsi exercé durant cette période une autorité sans partage sur les individus et sur les camps palestiniens (quadrillage, brutalité, humiliation) et les accords du Caire y ont mis fin.

18 Cette appellation désigne le territoire palestinien originel recouvrant tout le territoire israélien avant la création de l’Etat israélien en 1948.

19 A moins que ce ne soient surtout les femmes qui osent parler de leurs expériences. On doit relever à ce propos que le voyage en Palestine possède une dimension ambiguë puisqu’au-delà du bonheur de pouvoir retrouver la terre natale, il subsiste un soupçon de collaboration à l’égard de celles et ceux qui s’y sont rendus ou qui sont capables de s’y rendre.

20 Il s’agit d’un dépôt de garantie attesté sur un compte bancaire.

21 Ce dépôt de garantie a été introduit en 1982 à la suite du départ des fédayins du Liban, lorsqu'un grand nombres de ces derniers tenta de revenir en Jordanie.

22 Selon un cadre du FDLP, un des participants a été refoulé à l’aéroport d’Amman par les autorités jordaniennes pour des motifs sécuritaires alors qu’Israël avait donné son autorisation à sa venue dans les TPO.

23 Entretien effectué au camp de Mar Elias, octobre 2009.

24 Il faut rappeler que le Liban n’autorise aucune entrée sur son territoire de détenteurs de passeports ayant un tampon israélien, suivant en cela sa politique de non reconnaissance de l’Etat juif.

25 Sur cette double dimension liant statut de réfugiés palestiniens et arbitraire, cf. Puig (2013) et sur le rapport entre perception et passage, cf. Bontemps (2012).

26 Cette résolution adoptée à l’unanimité marquait la fin de l’offensive israélienne en incluant outre le retrait des troupes israéliennes, le déploiement d’une FINUL renforcée ainsi que le déploiement de l’armée libanaise jusqu’à la frontière internationale. Elle demandait également le banissement de toutes armes ou groupes armés au Sud du fleuve Litani, y compris ceux du Hezbollah.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Frontière israélo-libanaise
Crédits Conception : Daniel Meier - Réalisation : Hisham Ashkar – 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3564/img-1.png
Fichier image/png, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Meier, « La région frontalière du Sud-Liban et les réfugiés palestiniens : entre résistance et contournements », L’Espace Politique [En ligne], 27 | 2015-3, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3564 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3564

Haut de page

Auteur

Daniel Meier

Ingénieur de recherche
CNRS (Pacte)
Daniel.meier@ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org