Navigation – Plan du site
Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie)

Une mobilité transfrontalière sous contrôle ? Le cas turco-syrien en temps de guerre (2011-2015)

A Cross-Border Mobility under Control? The Turkish-Syrian Case in Time of War (2011-2015)
Matthieu Cimino

Résumés

Depuis le début de la révolution syrienne (2011), l’espace frontalier turco-syrien est en profonde mutation. Bien que ce borderland soit essentiellement approché par le prisme sécuritaire, du fait de la présence de l’État islamique autoproclamé, il n’en demeure pas moins reconfiguré par de nouvelles dynamiques circulatoires ainsi que par les modalités de contrôle étatique qui les accompagnent. Cet article entend interroger, à travers plusieurs niveaux analytiques, les pratiques de gestion frontalière mises en place par le gouvernement turc depuis le début de la crise, et d’en extraire les conséquences empiriques et symboliques sur l’espace transfrontalier turco-syrien. Pour cela, on observera dans un premier temps les phases d’ouverture et de fermeture de la frontière, puis les pratiques gestionnaires des flux illégaux et, enfin, une étude de cas d’une mobilisation transfrontalière combattue, à Suruç-Kobané.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis l’avènement en Syrie de l’État islamique (2013), l’espace de mobilité turco-syrien est essentiellement approché à travers une logique sécuritaire. Répondant à l’appel du jihad armé transnational, des combattants du monde entier affluent vers les marges de la Turquie, à partir de laquelle ils rejoignent les territoires tenus par Daesh, sous l’œil parfois bienveillant – ou attentiste – du gouvernement turc, accusé de dualité face à la menace salafi-jihadiste.

2Cependant, cette perspective ne doit pas occulter les autres dynamiques circulatoires induites par la révolution syrienne, ainsi que les nouvelles modalités de contrôle qui les accompagnent. En effet, depuis 2011, les espaces transfrontaliers turco-syriens sont en mutation perpétuelle (Roussel, 2014a) : confrontés à la guerre, réfugiés, contrebandiers, clandestins, acteurs humanitaires, journalistes, investisseurs ou encore combattants contribuent à modeler la frontière selon une nouvelle réalité sociale, économique mais également symbolique (Pérouse, 2014).

  • 1 Par borderlands, j’entends ici un « espace culturel » d’hybridation au sens de Foley (1995), où deu (...)

3De fait, cette reconfiguration est révélatrice, à plusieurs échelles, des dynamiques économiques, sociales et politiques à l’œuvre dans le conflit syrien. Tout d’abord, l’analyse des phases d’ouverture et de fermeture des frontières ainsi que l’observation des flux de population sont un révélateur pertinent des équilibres diplomatiques régionaux (Wihtol de Wenden, 2002). Puis, à l’échelon national, les nouveaux procédés de contrôle étatique de la circulation permettent de comprendre les processus d’inclusion et d’exclusion mis en place par les pouvoirs concernés (Makaremi, 2008) à l’encontre de ces nouveaux acteurs et, de fait, les logiques gouvernementales à l’œuvre dans le conflit et leur signification en termes de construction nationaliste (idem, 2008). Enfin, à l’échelon local, ces dynamiques frontalières doivent interroger les nouvelles logiques empiriques et symboliques des borderlands1, ces espaces où s’entrechoquent les altérités, les cultures et les différentes représentations des territoires concernés (Winnifrith, 2002).

4Dès lors, l’objectif de cet article, produit d’un terrain de recherche financé par le programme ‘WAFAW’2, est d’analyser la redéfinition des modalités de contrôle étatique à la frontière turco-syrienne et d’en extraire les effets sur les dynamiques circulatoires transfrontalières. En d’autres termes, on se posera les questions suivantes : comment les changements d’acteurs militaro-politiques du côté syrien de la frontière reconfigurent-ils la gestion de la circulation par les autorités turques ? De même, quels sont les mécanismes institutionnels mis en place par les autorités turques afin de faire face à ces nouvelles dynamiques transfrontalières, et de quelle manière ces dernières sont-elles révélatrices des liens entre frontière, identité et nation ?

5Pour ce faire, ce travail s’appuie sur une recherche de terrain effectuée en novembre 2014 dans les régions de Gaziantep et Sanliurfa (Turquie), et tout particulièrement dans les villages frontaliers d’Akçakale et de Suruç. Au niveau méthodologique, les données ont été collectées à travers des entretiens semi-directifs, en ciblant particulièrement quatre groupes d’acteurs. Tout d’abord, les organisations internationales (OI : notamment l’UNHCR3 et l’OCHA4). Du fait de leur accès privilégié aux données quantitatives, leurs rôles d’intermédiaires avec les autorités turques et, surtout, leurs capacités à produire de nombreux rapports ou policy papers à usage public, les OI jouent un rôle déterminant dans la gestion des problématiques transfrontalières turco-syriennes. Le deuxième groupe est constitué des ONG syriennes opérant sur le terrain, de manière transfrontalière, le plus souvent en proche collaboration avec les principales OI installées dans la région de Gaziantep. Pour ces deux premières catégories, particulièrement imbriquées dans le cas présent, un premier contact a mené à un suivant, ce qui a ainsi permis de s’entretenir avec la plupart des responsables humanitaires présents sur place. Ces échanges en arabe, à l’exception de ceux conduits avec des responsables de haut niveau, étaient systématiquement enregistrés.

6

  • 5 AFAD (Afetlerde Türkiye'nin Ortak Gücü), ou “Disaster & emergency management Presidency”, est l’org (...)
  • 6 Le GDMM (General Directorate of Migration Management), sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur, (...)

7Le troisième groupe d’acteurs rencontré était constitué d’autorités politiques turques, et notamment les offices ministériels de gestion des réfugiés (AFAD5 et GDMM6) ainsi que les municipalités kurdes frontalières, par exemple à Suruç. Concernant ces dernières, la prise de contact a été facilitée par l’intermédiaire de l’ONG syrienne kurde Bihâr : un premier entretien, formel, a été mené avec le maire, puis avec les responsables municipaux des camps situés dans la ville. Si les échanges avec la municipalité étaient enregistrés, les entrevues avec les administrateurs des camps ne donnaient lieu qu’à des prises de notes ultérieures, une fois l’échange conclu.

  • 7 Le statut des Syriens ayant fui la guerre pour se réfugier en Turquie est particulièrement complexe (...)

8Enfin, plusieurs rencontres avec des habitants turcs des villages frontaliers ainsi qu’avec des réfugiés7 ont pu être organisées. Ces personnes m’ont été présentées par la municipalité de Suruç sans ciblage particulier, au hasard des déplacements dans les camps situés en périphérie et au cœur de la ville. De fait, ces discussions étaient spontanées et nécessitaient parfois l’intervention d’un traducteur kurde, lorsque les interviewés ne maîtrisaient pas la langue arabe. Cet interprète m’avait été présenté par une ressortissante française travaillant pour Médecins sans frontières.

9Lors de la collecte des données, ce terrain a rencontré deux difficultés notables. La première, d’ordre sécuritaire, nécessitait de prendre de véritables précautions pour tout déplacement, ce qui limita mon champ d’action et d’investigation. De plus, certains acteurs transfrontaliers n’ont pas pu être directement abordés : par exemple, rencontrer des passeurs aurait nécessité un investissement temporel plus important, du fait des réticences de ces derniers à s’exprimer. La seconde difficulté concerne les relations avec les autorités turques, empreintes de lourdeur administrative et de réticences ouvertement affichées à l’idée d’aborder la question des réfugiés syriens ainsi que les réverbérations politiques induites par leur présence en Turquie.

10Cet article entend ainsi explorer trois problématiques : dans un premier temps, à travers l’étude des phases d’ouverture et de fermeture arbitraires de la frontière turco-syrienne, on interrogera le fonctionnement du contrôle frontalier tel qu'il se déroule dans les pratiques, et la gestion, par le gouvernement turc, des mouvements clandestins. Puis, face au développement substantiel des flux circulatoires, on explorera les logiques de protection nationaliste et les marqueurs symboliques déployés par les autorités turques contre l’altérité personnifiée par les réfugiés syriens ainsi que les modalités d’exclusion dont ils sont victimes : accueillis sur le territoire national, les Syriens n’en sont pas moins enfermés dans des hétérotopies spatiales et symboliques (la « zone d’attente » et le passeport) à l’intérieur même du territoire turc. Enfin, à travers l’étude des mécanismes d’approvisionnement humanitaire transfrontalier à Suruç – Kobané, on étudiera les stratégies du gouvernement turc pour fragmenter les interfaces de contact entre Kurdes de part et d’autre de la frontière.

Contrôle frontalier et gestion des flux illégaux à la frontière turco-syrienne (2011 - 2015).

La frontière turco-syrienne face à la guerre civile : état des lieux.

  • 8 L'AKP (« Parti de la Justice et du Développement ») est le parti au pouvoir en Turquie depuis 2002. (...)

11En 2011, la révolution syrienne porte un coup d’arrêt aux relations bilatérales, déjà tendues, entre Ankara et Damas. Depuis la chute de l’Empire ottoman (1920), les échanges turco-syriens sont essentiellement marqués par l’hostilité et la défiance mutuelle, malgré un rapprochement engagé à partir de 2003. À l’époque, l’invasion américaine de l’Irak et la victoire de l’AKP8 aux élections législatives avaient été suivies de la mise en œuvre, par le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan, d’une politique de voisinage dite de « zéro problème » (Hinnebusch, 2014), dont l’objectif principal était d’amorcer des échanges commerciaux avec la Syrie et de rétablir un dialogue politique.

  • 9 La révolution syrienne s’est engagée en mars 2011 après les « évènements de Deraa » au cours desque (...)
  • 10 Le parti BAATH (« Résurrection ») est un parti auto-défini comme « laïque », socialiste et national (...)
  • 11 « Armée syrienne libre », principale force armée d’opposition au régime de Bachar al-Assad entre 20 (...)
  • 12 Le PYD (Partiya Yekîtiya Demokrat, Parti de l'Union Démocratique), est un parti politique kurde syr (...)

12Or, après les évènements de Deraa en Syrie9, les relations turco-syriennes se sont très rapidement détériorées : alors qu’Erdoğan appelle son homologue syrien à arrêter la répression, à mettre en œuvre des réformes et à tolérer la structuration d’une véritable opposition, le parti Baath10 accuse l’AKP d’être un « agent des Frères musulmans » en Syrie, aboutissant de fait à la rupture totale des relations diplomatiques entre les deux pays. Piquée au vif, Ankara s’engage dans un soutien total et inconditionnel à l’opposition syrienne. En juin 2011, le gouvernement turc met alors en place une open-door policy pour les Syriens confrontés au régime : mouvements armés révolutionnaires (ASL11) puis réfugiés sont accueillis sur le territoire turc, transformant le pays en sanctuaire de l’opposition syrienne. En représailles, Damas permet le développement du PYD12 et la prise de contrôle, par ce dernier, d’une grande partie des régions kurdes syriennes, toutes frontalières avec la Turquie.

  • 13 Depuis 2012, les escarmouches entre les armées turque et syrienne à la frontière se produisent pres (...)
  • 14 Lire, à ce titre, Raymond HINNEBUSCH (2015).

13Depuis 2003, la frontière turco-syrienne alterne ainsi entre des phases de fermeture et d’ouverture. Partiellement démilitarisée, ouverte aux mouvements migratoires et commerciaux avant la révolution syrienne, elle se métamorphose par la suite en point nodal du conflit civil syrien. En effet, en 2012, l’ASL prend le contrôle d’une grande partie de la frontière tandis que le régime syrien bombarde systématiquement les positions militaires, les camps de réfugiés syriens, ainsi que certaines positions turques13. Par exemple, en octobre 2012, un mortier de l’artillerie syrienne tombe – accidentellement ou non – sur la ville frontalière d’Akçakale, dans la province de Şanlıurfa. En représailles, l’Armée turque bombarde des postes militaires avancés syriens, de l’autre côté de la frontière. Par conséquent, la frontière a été progressivement remilitarisée, perturbant l’essentiel de l’économie transfrontalière formelle issue de ces années de rapprochement14.

  • 15 C’est par exemple le cas de la ville de Kassab. En mai 2013, cette dernière est capturée par une co (...)

14Longue d’environ 910 kilomètres, la frontière turco-syrienne est traversée par 18 points de passage légaux (fig. 1 & 2). Depuis le début de la révolution, l’ouverture et la fermeture de ces points dépendent essentiellement de l’identité de l’acteur contrôlant la portion territoriale située de l’autre côté. Etant donné la fragmentation actuelle du territoire syrien (Filiu, 2013), et l’évolution perpétuelle du champ de bataille, cela explique le caractère volatile des points de franchissement légaux, et les phases d’alternance entre ouverture et fermeture15.

15En novembre 2014, les points de passage à la frontière se décomposent de la sorte :

Figure 1 : points de passage légaux de la frontière turco-syrienne.

Figure 1 : points de passage légaux de la frontière turco-syrienne.

Source : OCHA, novembre 2014

* Ce statut est celui issu d’une classification interne à l’OCHA

16Les accès à ces points de passage sont définis par trois niveaux d’accessibilité : « ouvert », « fermé » et « restreint », ce dernier terme signifiant l’autorisation occasionnelle des flux d’hommes et de marchandises, en particulier les camions transportant de l’aide humanitaire transfrontalière (sur laquelle je reviendrai ci-après). Schématiquement, lorsqu’une portion de territoire est tenue par des groupes d’obédience salafi-jihadiste ou par le PYD, le point de passage adjacent est fermé ou restreint. À l’inverse, la présence de l’ASL ou du Front islamique signifie – sauf exception conjoncturelle – l’ouverture de la frontière.

Figure 2 – Situation à la frontière turco-syrienne en octobre 2014

Figure 2 – Situation à la frontière turco-syrienne en octobre 2014

Conception : Matthieu Cimino, OCHA, octobre 2015 – Réalisation : Laura Margueritte

Groupes armés et réfugiés : regard sur la gestion des flux illégaux.

17Depuis 2011, le soutien ouvert d’Ankara à la révolution syrienne s’est accompagné de l’émergence d’une économie illégale et clandestine de guerre ciblant deux types d’acteurs, à savoir les groupes armés syriens et les réfugiés. Bien que les premiers reçoivent un soutien logistique transitant par des circuits étatiques, les différents mouvements armés profitent également du marché noir afin d’augmenter leur approvisionnement et de diversifier leurs sources. Quant aux réfugiés, ces derniers utilisent les circuits clandestins afin de contourner la législation migratoire turque.

  • 16 Entretien avec un responsable sécuritaire, Şanlıurfa, 7 novembre 2014.
  • 17 Fehim TAŞTEKIN, « Turkey's Syria borders an open door for smugglers », Al-Monitor, 30 avril 2014.
  • 18 Entretien avec un responsable sécuritaire, Şanlıurfa, 7 novembre 2014.
  • 19 Fehim TAŞTEKIN, « Turkey's Syria borders an open door for smugglers », op. cit.
  • 20 Ibid.
  • 21 C’est ainsi que les Turcs ont érigé un mur d’environ 3 mètres de hauteur à l’un des points de passa (...)
  • 22 TODAY'S ZAMAN, “CHP leader: MİT not tasked with weapons smuggling”, Today's Zaman, 20 janvier 2014.

18Ainsi, quotidiennement, ce sont des « dizaines » de camions « franchement suspects »16 qui franchiraient la frontière, mettant en jeu une véritable « armée de contrebandiers »17 et approvisionnant une nébuleuse de groupes combattants, alliés ou non d’Ankara. Cette réalité, sur laquelle il est très difficile de se documenter, représenterait plusieurs centaines de millions de dollars d’échanges par an18. Comme l’évoque Fehim Taştekin, un journaliste turc, « la contrebande a atteint des dimensions incroyables »19, monopolisant des centaines – et parfois des milliers – de trafiquants, dont le travail consiste à faire transiter des armes mais surtout de l’essence en barils, parfois grâce à des pipelines artisanaux20. Or, cette contrebande constitue un dilemme notoire pour le gouvernement turc : officiellement, la politique d’Ankara est de lutter contre les « franchissements illégaux de frontières », par exemple en érigeant ici et là des murs censés prévenir les infiltrations21 et assurer l’imperméabilité de la frontière. Cependant, en pratique, le gouvernement turc tolère – parfois encadre – les activités commerciales clandestines menées par les groupes rebelles à la frontière, en fonction de ses intérêts du moment, ce qui conduit parfois à des incidents localisés : comme par exemple ces policiers turcs arrêtant par erreur un convoi des services de renseignement intérieurs en train d’approvisionner un groupe rebelle22. Le travail de l’armée consiste ainsi, occasionnellement, à démanteler des filières de trafic alors même qu’elles demeurent organisées ou encadrées par les services secrets.

  • 23 Les défecteurs sont regroupés dans le camp d’Apaydın, où vivent 2 000 militaires. Cette enceinte pe (...)

19Parallèlement, bien qu’une majorité de Syriens (détenteurs, ou non, d’un passeport, mais on reviendra sur cette question par la suite) traversent la frontière par les points de passage légaux, cette dernière est également le lieu d’une circulation clandestine massive et donc, d’une économie parallèle de la circulation. Parmi ces illégaux transitent essentiellement des réfugiés qui craignent la traversée des postes-frontières et privilégient le franchissement par l’intermédiaire de passeurs, mais également des activistes politiques (Daesh, notamment) ou encore des défecteurs (munshaqîn) de l’armée syrienne cherchant à éviter les procédures de contrôle et d’enregistrement des autorités turques23. Parmi les réfugiés, le cas des Kurdes est d’ailleurs révélateur : les points de passage officiels des régions à dominante kurde étant pour la plupart fermés, un individu ou une famille souhaitant se rendre au « nord » doit le faire dans l’illégalité et, parfois, franchir plusieurs frontières. À ce titre, Cyril Roussel évoque le cas en 2013 des Kurdes d’Afrin (ouest d’Alep) : « encerclés par les combattants du Jabhat al-Nosrah, certains réfugiés se sont rendus dans le Kurdistan d’Irak en passant par la Turquie avant d’entrer à nouveau en Syrie à l’autre extrémité du pays, pour ensuite ressortir en direction de l’Irak » (Roussel, 2014b). Il ne faut donc pas perdre de vue qu’au-delà des trafics institutionnalisés au profit des groupes armés et acteurs non-étatiques directement ou indirectement connectés aux services de renseignements, l’économie et les passages illégaux s’adressent également – et surtout – aux individus. Ils constituent de fait un phénomène de contournement efficace des politiques restrictives mises en place par la Turquie, puisqu’Ankara cherche officiellement à limiter l’afflux de réfugiés sur son territoire.

20Traverser la frontière dans l’illégalité implique de s’assurer des services d’un passeur, comme l’a fait Salah, 42 ans, originaire d’Alep. Durant trois jours, il raconte avoir attendu avec sa famille au point de passage de Bab al-Hawa. Après la destruction de sa maison par une frappe du régime, il prend la décision de rejoindre la Turquie avec ses proches. Or ses papiers, ceux de sa femme et de ses enfants auraient été détruits lors de l’explosion, laissant l’ensemble des membres sans document de voyage. Après une attente de plusieurs jours à deux postes-frontières, Salah songe finalement à l’entrée illégale, ce qu’il fait en s’acquittant de 80 dollars auprès d’un passeur. Ce dernier le conduit alors jusqu’à Reyhanlı.

  • 24 Par « réseaux structurés », on entend ici des groupes de taille variable (de 2 à plusieurs dizaines (...)
  • 25 Desmond BUTLER, Ryan LUCAS, « Smugglers offer $20 passage from Turkey to Syria », Washington Times, (...)
  • 26 Là également grâce à des puces téléphoniques turques, puisque ces dernières émettent jusqu’à 30 kil (...)

21En un si court laps de temps, il ne m’a pas été possible de rencontrer un passeur. Cependant, Mohamed, réfugié d’une trentaine d’années, m’a décrit leur mode opératoire : la veille, le passeur prend contact (généralement avec une puce téléphonique turque), avec son groupe situé de l’autre côté de la frontière. Rendez-vous est pris pour le lendemain. Les passages clandestins s’effectuent de nuit, vers 1h ou 2h du matin. De part et d’autre de la frontière, le ou les passeurs se déplacent en véhicule, ce qui assure une fuite rapide en cas d’arrestations ou de menaces de groupes armés. Du côté turc, un groupe envoie un signal, généralement des avertissements lumineux, pour signifier la liberté de passage. Du côté syrien, les passeurs accompagnent le groupe de l’autre côté de la frontière, d’où ils sont pris en charge et exfiltrés rapidement vers la ville la plus proche, souvent Hatay, Reyhanlı et parfois même Gaziantep. Au poste d’Oncupinar, une des interfaces entre Alep, Gaziantep et Hatay, des réseaux structurés de passeurs et de contrebandiers24 organisent les déplacements de familles et d’individus désireux d’éviter les contrôles étatiques. En 2014, le tarif pour franchir la frontière fluctuait entre 10 et 100 dollars, avec une moyenne de 25, le prix variant selon la situation sécuritaire25. Le nom d’un passeur de confiance s’obtient généralement par le bouche à oreille, dès les premiers moments du voyage, de part et d’autre de la frontière, aussi bien à Alep (Syrie) qu’à Gaziantep (Turquie). Le contact se prend quelques jours, parfois quelques heures auparavant, par téléphone26. Certains passeurs proposent stratégiquement leurs services aux abords des postes-frontières.

  • 27 TODAY'S ZAMAN, « Gaziantep governor says 19 ISIL members arrested in Gaziantep », Today's Zaman, 4 (...)
  • 28 Entretien avec un responsable sécuritaire, Şanlıurfa, 7 novembre 2014.

22Par ailleurs, si de nombreux passeurs ne se soucient guère des destinations finales, quelques-uns procèdent à une discrimination territoriale, refusant par exemple de conduire leurs « clients » en zone jihadiste, et ce pour plusieurs raisons : sécuritaire, tout d’abord, les risques d’enlèvement étant relativement élevés dans certaines zones. Ensuite, en conduisant des clandestins vers des zones tenues par l’État islamique, le réseau risque d’attirer l’attention des autorités turques sur son fonctionnement, et ce surtout si les personnes transportées sont des militants européens, qui passent difficilement inaperçus. Pour certains passeurs, organiser le transit d’aspirants-jihadistes s’avère trop risqué, d’autant plus depuis la fin de l’année 2014 et le renforcement du maillage sécuritaire frontalier. En septembre 2014, 19 candidats au jihad auraient ainsi été arrêtés dans les environs de Gaziantep27. De plus, Daesh disposerait de ses propres réseaux de passeurs, décrits comme « particulièrement discrets et efficaces »28.

  • 29 Idem.

23De manière générale, l’économie illégale née du conflit syrien est prise en charge par des réseaux structurés, travaillant avec des passeurs au fait de la topographie locale, du terrain et des réalités politiques dont ils sont capables d’anticiper les évolutions. Généralement bilingues, ayant accumulé une solide expérience commerciale de part et d’autre de la ligne de séparation, les passeurs s’appuient sur un réseau fait de routes discrètes, de chemins de collines, de caches et de points de ralliement, qui leur permettent de se préserver des militaires et des douaniers. Dès lors, les reconfigurations politico-sécuritaires presque quotidiennes, l’ouverture ou la fermeture des points de passage ou les interventions des forces armées ne constituent pas un obstacle pour les réseaux de contrebandiers, qui adaptent leurs trajets, entretiennent leurs contacts dans les cercles informés (police, armée, etc.) et se protègent, en amont, des assauts menés par tels ou tels acteurs tout en saisissant les opportunités économiques qui se présentent. Au fond, il semble que la seule menace pour certains réseaux soit l’implantation d’une concurrence. Et, comme me le résumait un policier turc, « quelles que soient les mesures prises, on n’arrivera jamais à réduire la contrebande sur 950 kilomètres de frontière. La seule chose qu’on peut faire, c’est se concentrer sur les flux de combattants étrangers, et même ça c’est très difficile, voire impossible »29.

  • 30 Voir, à ce titre, Nicolas FISCHER, Alexis SPIRE, « L’État face aux illégalismes », Politix, 2009/3, (...)

24De fait, ces pratiques illégales transfrontalières, et les flux continus d’armes et de réfugiés, peuvent cependant être assimilés à des illégalismes au sens de Foucault, c’est-à-dire être concernés par une « tolérance différentielle »30 du gouvernement. Si, pour les premiers, la présence de l’État turc semble être essentiellement confinée à la discrète gestion de la clandestinité, il en va différemment de la prise en charge des réfugiés, exclus symboliquement du champ politique national et ce dès leur arrivée à la frontière.

La « zone d’attente » et le passeport, regard sur la construction d’une hétérotopie à la frontière turco-syrienne.

Une hétérotopie d’enfermement : observations en « zone d’attente ».

25La mobilité transfrontalière (cross-border mobility) est une variable élémentaire des problématiques migratoires, qui ne saurait être réduite au franchissement définitif d’une frontière, « du pays d’origine [au pays de destination] pour échapper à la persécution » mais bien, comme l’évoque Chatelard (2011), « de la possibilité de circuler entre les deux pays ». De fait, cette mobilité permet de renseigner sur le rapport entre l’État et « ses » réfugiés, et d’extraire les stratégies nationalistes d’inclusion ou d’exclusion déployées vis-à-vis de ces derniers. Par ailleurs, pour les réfugiés issus des villages frontaliers, elle permet de conserver un lien matériel, concret, avec une maison ou un terrain – et, si ce dernier n’a pas été détruit, de veiller à sa préservation – ou, plus symboliquement, avec le territoire abandonné ou perdu des suites de la guerre.

  • 31 L’UNHCR prévoit, pour la fin de l’année 2015, entre 1,7 et 2 millions de réfugiés syriens sur le te (...)
  • 32 Entretien avec un ancien responsable de Médecins Sans Frontières, Gaziantep, 5 décembre 2014.
  • 33 Au regard de la législation turque, chaque réfugié franchissant la frontière doit s’enregistrer aup (...)

26Depuis le début de la révolution, environ 1,5 millions de Syriens31 auraient franchi la frontière turque, parfois à plusieurs reprises, afin d’y rejoindre les camps, villes et villages d’Anatolie et au-delà. Chaque semaine, plusieurs milliers de personnes traverseraient la frontière32, dans un sens ou dans l’autre, dans la légalité ou la clandestinité33. Pour ces victimes du conflit, l’exil, « tragédie vécue de la migration » (Mutluer, 2003), est un moment destructeur, une épreuve marquant la mémoire individuelle et collective : au-delà de l’arrachement physique et symbolique au territoire, les réfugiés doivent affronter la réalité de l’exode et du franchissement des frontières du pays-hôte.

  • 34 Au sens de Foucault, une « hétérotopie » ou « espace autre » définit un territoire mental périphéri (...)
  • 35 Voir aussi son article dans ce numéro.

27Cette réalité s’est accompagnée de la projection d’un espace de disjonction, la « zone d’attente » (istiraha), lieu hétérotopique34 définissant le territoire d’inclusion et d’exclusion des réfugiés. Ces « zones d’attente » ont déjà été décrites par Véronique Bontemps (2012) à travers une étude de cas du pont Allenby, à la frontière entre Israël et la Jordanie35. Bien que cette approche décrive une « istiraha » en contexte colonial, les mêmes mécanismes semblent s’appliquer à la frontière turco-syrienne : de fait, approcher ces territoires d’enfermement corporels et mentaux permet d’extraire le symbolisme porté par les mécanismes d’identification et de répression des réfugiés, et de proposer une lecture de l’espace transfrontalier à travers le prisme de la construction nationale.

  • 36 Qui, pour la plupart d’entre elles, traduisent une réalité. Les incidents impliquant les forces de (...)

28Lors de l’arrivée des Syriens à la frontière turque, la première souffrance, souvent appréhendée, est celle de la rencontre avec les forces de l’ordre : les histoires d’agression, de harcèlement et de racket ne manquent pas, circulant d’un réfugié à l’autre, transportant avec soi les altérations inhérentes à ces rumeurs (shâ’irat)36. Ainsi, la confrontation avec l’appareil sécuritaire du pays-hôte s’accompagne généralement de l’épreuve de la « zone d’attente » : aux points de passage légaux, le franchissement est régulièrement interdit, conditionné aux impératifs sécuritaires et politiques. Les réfugiés se massent alors aux abords de la frontière, en attendant parfois plusieurs heures, voire plusieurs jours, sans information, l’ouverture arbitraire du point de passage. Agglomérés aux frontières, ils patientent, en groupe, sans toit et parfois sans nourriture.

  • 37 Pour des raisons de sécurité, l’ensemble des prénoms a été changé.
  • 38 Les « Unités de Protection du Peuple » (Yekîneyên Parastina Gel) constituent la branche armée du PY (...)
  • 39 En novembre 2014, le point de passage de Kobané a ainsi été ouvert à seulement neuf reprises, alors (...)
  • 40 Entretien avec un responsable humanitaire syrien, Gaziantep, 4 décembre 2014.

29Ahmed37 a 22 ans. En septembre 2014, après l’offensive de Kobané, sa famille décide de prendre le chemin de l’exil. Le jeune homme accompagne ses parents à la frontière mais, dans l’urgence, omet de s’enregistrer auprès des autorités turques et retourne à Kobané afin d’appuyer les YPG38 et de surveiller la maison familiale. Quelques semaines plus tard, il décide de retourner prendre des nouvelles de ses parents, mais le point de passage est fermé : il n’ouvre en moyenne qu’une fois tous les cinq jours39. Après trois jours d’attente, il est finalement autorisé à rentrer, non sans être longuement interrogé et réprimandé par les autorités locales, qui lui reprochent de ne pas s’être enregistré, « alors même que je n’avais pas franchi la frontière », précise-t-il. À la frontière turco-syrienne, l’expérience vécue par Ahmed se reproduit quotidiennement ; celle-ci est systématiquement décrite par les réfugiés syriens comme une humiliation, parfois même « volontairement infligée par les Turcs »40. De fait, la « zone d’attente » s’apparente à un espace transitionnel, fantasmé comme épargné des combats mais où s’exerce néanmoins une puissante violence symbolique.

  • 41 C’est-à-dire, ici, de l’Armée Syrienne Libre (ASL).

30Ainsi, pour Imad, père de famille ayant quitté Kobané avec trois sacs plastiques débordant d’objets de valeur et d’un peu de nourriture en prévision de l’attente, la zone n’est « plus vraiment la Syrie ». Elle est en effet perçue comme relativement éloignée des affrontements urbains entre milices, terme qu’il utilise pour désigner, « dans le même sac, Daesh, les corrompus de l’armée libre41 ou le régime », et ce malgré le fait que la réalité de la guerre soit systématiquement rappelée par les bombardements de l’aviation syrienne. D’autre part, « ce n’est pas la Turquie non plus », car les barbelés et les militaires rappellent l’imperméabilité temporaire de la frontière. La « zone d’attente » est donc un espace dont la territorialité évolue systématiquement et où la temporalité demeure arbitraire : pour calmer la colère des réfugiés, les militaires turcs affirment que le passage sera ouvert « demain, dans la matinée », et ce, jour après jour. L’« istiraha » est alors amalgamée à un espace fugitif de confinement, une hétérotopie artificiellement définie, connectée territorialement à l’un et l’autre des ordres socio-politiques mais symboliquement isolée, à la fois hors de Syrie et hors de Turquie.

Renforcer les contrôles d’identité.

  • 42 Entretien avec un journaliste syrien en exil, Gaziantep, 3 décembre 2014.

31La violence symbolique s’exerce également dans un autre registre, à travers un objet marqueur d’identité : le passeport. Au début du conflit (2011-2012), dans le cadre de l’open-door policy, les autorités turques n’exigeaient pas des réfugiés la présentation d’un document de voyage. Du fait de leur statut d’« invité », sous « protection temporaire », une écrasante majorité de Syriens traversaient alors les frontières turques par les points de passage illégaux ou légaux sans fournir de pièces d’identité ni même s’enregistrer auprès des autorités turques. Plus de 80% des primo-arrivants auraient ainsi rejoint la Turquie sans passeport, et 50% d’entre eux sans aucun document42. Cette situation s’explique par le fait que de nombreux Syriens ne disposent pas de passeport : en Syrie baathiste prérévolutionnaire, l’obtention d’un tel document était soumise à l’arbitraire des autorités locales et des services de renseignement, tout voyage étant considéré comme suspect. Le simple fait d’effectuer les démarches constituait, in extenso, un acte de sédition. Quant aux détenteurs du précieux sésame, ils ne peuvent que constater sa péremption après quatre années de conflit.

  • 43 Rebecca KILBERG, « Turkey’s Evolving Migration Identity », Migration Policy Institute, 24 juillet 2 (...)
  • 44 Au cours des derniers mois, les opérations et les incursions de Daesh en territoire turc se sont mu (...)
  • 45 Voir Éric LESER, « Sans la Turquie, Daech n’existerait pas », Slate.fr, 2 août 2015.
  • 46 Ceylan YESINGU, « Turkey Strengthens Rights of Syrian Refugees », New-York Times, 29 décembre 2014.
  • 47 Ibid.
  • 48 Entretien avec un ancien responsable de Médecins sans frontières, Gaziantep, 5 décembre 2014.

32Or, cette réalité, organisée et tolérée par les autorités turques entre 2011 et 2013, a évolué à partir de 2014, et ce pour plusieurs raisons. D’une part, Ankara semble avoir pris conscience du caractère « durable » de la problématique syrienne : sous pression politique interne, le gouvernement réagit en adoptant la loi sur les « étrangers et la protection internationale », en avril 201343. Partant, la gestion des réfugiés syriens doit s’accompagner d’outils statistiques adaptés et, donc, de procédures d’enregistrement rigoureuses. D’autre part, confrontée au développement spectaculaire de l’État islamique aux frontières et au sein même du territoire turc44, Ankara chercherait à affiner son dispositif de renseignement intérieur et à réagir aux pressions de la communauté internationale, appelant notamment à la mise en place d’un corridor humanitaire et militaire pour les régions kurdes menacées par Daesh45. À ce titre, l’enregistrement des réfugiés est désormais obligatoire et conditionne l’accès aux services élémentaires par l’intermédiaire de la présentation d’une carte d’identité46. Quant à la mobilité transfrontalière, celle-ci est soumise à de nouvelles règles jugées plus strictes par les Syriens47 ainsi que par les organisations internationales48. Par conséquent, depuis 2014, les autorités turques s’emploient à réhabiliter l’usage du passeport comme outil symbolique de contrôle et de surveillance des frontières et des flux, en particulier syriens.

33Cette décision entraîne des situations ubuesques, comme celle d’Ali. Agé de 29 ans, originaire d’Alep, ce réfugié syrien est entré clandestinement en Turquie en août 2013 sans passeport ni document de voyage. Actuellement installé à Gaziantep, Ali s’est enfui pour se protéger des bombardements mais reconnaît ne pas être recherché personnellement par le régime syrien. Après avoir franchi la frontière, il omet de s’enregistrer auprès des autorités turques, par précipitation et méconnaissance des procédures. En août 2014, suite à un contrôle aléatoire de la police turque, il est sommé de régulariser sa situation administrative. Les autorités du district lui demandent de prouver son identité, ce qui revient à obtenir de leurs homologues syriens une carte d’identité ou un passeport. Inquiet pour son avenir en Turquie, il décide de s’exécuter mais, étant entré illégalement sur le territoire, il suit le chemin inverse et franchit – à nouveau dans l’illégalité – la frontière syrienne. De là, il rejoint une zone tenue par le régime, et réussit à obtenir une copie d’état civil, non sans avoir été confronté à l’humiliante procédure de taswiyat al-wadaa, ou « ajustement de la situation ». Lorsqu’une personne réfugiée cherche à retourner dans l’un des territoires contrôlées par le régime syrien, elle doit se soumettre à une batterie de questions posées par différents officiers de renseignement de plusieurs « branches » (furu’û) des services secrets syriens, dans une caricature des procès de réintégration staliniens. Le nombre de cellules visitées et l’attente sont théoriquement proportionnels au temps passé en dehors du territoire loyaliste. Dans la foulée, Ali retourne à Gaziantep, cette fois-ci par un point de passage légal, mais se voit reprocher d’être resté plusieurs mois dans la clandestinité. Les autorités turques procèdent néanmoins à son enregistrement et lui octroient un permis de résidence. Ainsi, sans passeport ni aucun autre document de voyage, Ali n’a pas sa place en Turquie et est contraint à un aller-retour incertain en Syrie, où il réussit à obtenir le sésame après un épisode kafkaïen dans un bureau d’une municipalité de la campagne d’Alep.

  • 49 Ce n’est qu’à partir de 2014 que les Turcs auraient « vraiment pris conscience de la nécessité d’ét (...)
  • 50 Selon les termes d’un employé de l’UNHCR dans la région frontalière. Bien que la Turquie nie pratiq (...)

34Dès lors, malgré la situation exceptionnelle des réfugiés syriens, Ankara cherche à restaurer le caractère impératif du document de voyage, témoin de l’altérité identitaire, appareil élémentaire du contrôle frontalier, et outil privilégié de l’appareil administratif afin d’établir des statistiques à long terme49. Dans le cas d’Ali, on peut suspecter les autorités turques d’excès de zèle : en mettant les réfugiés sous pression, notamment en procédant publiquement à des déportations d’opportunité50, elles cherchent à marquer les consciences et à rétablir l’image d’une gestion étatique « efficace » des courants migratoires, tout en mettant un terme à l’exception syrienne qui prédominait jusqu’alors. Comme l’évoque Makaremi (2008), cette stratégie replace les individus « dans un espace de surveillance en même temps qu’il les situe dans un réseau d’écriture ; il les implique dans une masse de documents qui les capture et les fixe ». De part et d’autre de la frontière, en maintenant les réfugiés dans une situation d’incertitude et d’attente, le gouvernement turc créé une temporalité propre visant une certaine catégorie de réfugiés. Ce faisant, la « zone d’attente », sur laquelle se greffent de longues procédures administratives, l’incertitude du statut de réfugié et enfin l’enjeu du passeport enferment les Syriens dans une situation d’exclusion administrative et leur rappellent, symboliquement et physiquement, l’impossibilité pour eux de trouver à court ou long terme une place dans la société turque.

  • 51 Entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.
  • 52 Entretien avec un responsable humanitaire syrien, Gaziantep, 2 décembre 2014.
  • 53 Soit environ 220 euros, voir IRIN, « Turkey introduces tough new border policies for Syrians », Iri (...)
  • 54 « Chaque jour les règles sont différentes, et les mauvaises surprises avec », me confiait un travai (...)

35Cette politique sécuritaire concerne d’ailleurs tout particulièrement les équipes locales des ONG syriennes opérant « en transfrontalier ». Depuis avril 2014, si un employé souhaite effectuer des allers-retours entre la Turquie et la Syrie, il doit obtenir un permis de résidence auprès des autorités turques, démarche qui dans certains cas peut prendre plus d’un mois. Aux frontières, des cas de travailleurs humanitaires refoulés vers la Turquie, car ne disposant pas du sésame, ont été signalés51. Cela contribue à ajouter à l’anxiété de ces travailleurs déjà marqués par les stigmates du conflit, et qui évoquent la peur de ne pouvoir rentrer en Turquie si les autorités turques refusent d’émettre un permis52. Or, les allers-retours en Syrie ne sont autorisés que pour des durées définies, généralement 72h. Et, sur une durée de six mois, il est interdit aux employés des ONG de demeurer plus de trois mois en Syrie, sauf à payer une amende de 570 TL53. Par ailleurs, dans le cadre des mesures de lutte contre l’État islamique, les Turcs appliqueraient des procédures plus strictes concernant les convois légaux et humanitaires : alors qu’entre 2011 et 2013, des camions franchissaient quotidiennement la frontière sans aucun papier, les convois sont désormais scrupuleusement vérifiés. Enfin, les procédures seraient arbitraires et différentes d’un point de passage à l’autre54, conduisant les ONG à désigner des personnels spécifiques chargés exclusivement d’effectuer l’aller-retour entre la Turquie et la Syrie.

« Au point zéro de la frontière »55 : Suruç-Kobané, étude d’une mobilisation « cross-border » combattue (2014).

Le conflit syrien et l’impératif de l’assistance humanitaire transfrontalière.

  • 56 Dont environ 220 000 dans des camps ; cf. http://www.unhcr.org/pages/49e48e0fa7f.html
  • 57 Entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.
  • 58 Elizabeth FERRIS, « Cross-Border Aid into Syria: Necessary but Far, Very Far, From Sufficient », Br (...)
  • 59 Ibid.
  • 60 Entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.

36En 2015, les cinq provinces frontalières turques (Gaziantep, Hatay, Kilis, Mardin et Şanlıurfa) accueilleraient 80% des réfugiés syriens, soit 1,1 million de personnes56. À l’horizon 2016, ce chiffre pourrait atteindre 2 millions57. Préoccupantes, ces données occultent cependant trop souvent la question des déplacés internes : environ 5,5 millions de Syriens auraient quitté leur ville ou village d’origine, afin de rejoindre les zones libérées ou d’atteindre les camps situés du côté syrien de la frontière, sans toutefois quitter le territoire. À la frontière syro-turque, 150 000 déplacés seraient ainsi massés dans des camps de fortunes (makeshift camps), par exemple à Bab al-Salameh ou Atmeh, dans des territoires tenus par l’opposition syrienne. L’agglomération de ces familles répond à plusieurs impératifs : rallier les régions libérées du régime syrien tout en essayant de se prémunir des bombardements, conserver un contact permanent ou semi-permanent avec la famille demeurée sur le territoire, être en mesure d’accéder à une ou plusieurs habitations qui n’auraient pas été détruites par les bombardements de l’Armée syrienne, ou refuser de se rendre dans un pays dont on ne maîtrise pas les codes culturels, notamment linguistiques. Par ailleurs, comme évoqué précédemment, certaines familles auraient été refoulées par les autorités turques, faute de place dans les camps bordant la frontière ou, d’après la Brookings58, du fait de l’incapacité de certains réfugiés à prouver leur identité59. D’autres familles auraient pu franchir la frontière mais auraient été déportées60.

  • 61 Littéralement, « transfrontalier ». Le terme est essentiellement utilisé par les acteurs du secteur (...)

37Du fait de la détérioration des conditions sécuritaires, les opérations d’assistance à ces populations ne peuvent être organisées sur place, et nécessitent d’opérer en « cross-border »61, désormais mode d’accès privilégié au territoire syrien pour les ONG et les organisations internationales basées en Turquie. Au départ « semi-clandestines », les opérations transfrontalières ont été juridiquement encadrées par les Nations unies, validant de facto une réalité déjà bien ancrée. Pourtant, cette matérialisation juridique nécessita presque trois ans : jusqu’à la fin de l’année 2014, les Nations unies refusaient officiellement d’approuver la fourniture d’aide humanitaire à la Syrie à partir des pays voisins, posant notamment la question de la légitimité d’une intervention dans les territoires contrôlés par l’opposition, excluant de facto le pouvoir baathiste. Le raisonnement avancé par de nombreux acteurs – et notamment le HCR – était que l’accord du gouvernement syrien ne pouvait être contourné, même si ce dernier avait effectivement perdu le contrôle de portions relativement conséquentes de son territoire.

  • 62 Jérémie LABBÉ, Tilman RODENHAUSER, « Cross-border Humanitarian Aid in Syria Has Legal Basis But Few (...)
  • 63 Ibid. La problématique de l’acheminement de l’aide humanitaire est d’ailleurs révélatrice de la str (...)
  • 64 Comme l’évoque MSF, depuis le début du conflit, « les agences des Nations Unies et les organisation (...)

38L’argument était irrecevable : dans le cadre stricto sensu de la délivrance d’aide humanitaire, l’accord de l’État-hôte n’est en rien nécessaire comme cela a déjà été démontré62. Cette frilosité douteuse des Nations unies était essentiellement imputable à sa volonté de « préserver de bonnes relations avec Damas » pour poursuivre les actions menées dans la capitale syrienne. Or, dans les territoires contrôlés par le régime, ou du moins ceux auxquels il peut avoir accès, l’aide humanitaire est purement et simplement bloquée, comme par exemple dans la Ghoutah, soumise à un blocus depuis bientôt deux ans63. Les agences présentes à Damas refusaient donc d’engager des négociations avec le régime syrien, de peur de compromettre leurs actions aux abords de la capitale, alors même que ces dernières en sont réduites à un caractère « anecdotique »64. Ce n’est finalement qu’en 2014, sous l'impulsion de Valérie Amos, directrice de l'OCHA, que le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 2139, « exigeant que toutes les parties, en particulier les autorités syriennes, autorisent immédiatement un accès humanitaire rapide, sûr et sans entrave aux organismes humanitaires des Nations Unies et à leurs partenaires d’exécution, y compris à travers les lignes de conflit et à travers les frontières des pays voisins ».

  • 65 Et ce, malgré l’ouverture d’une clinique à Kilis ; entretien avec un ancien responsable de Médecins (...)

39Dans les faits, l'assistance transfrontalière à partir du territoire turc est un exercice complexe. Tout d'abord, les organisations souhaitant pratiquer le « cross-border » ne peuvent le faire sans l’aval du gouvernement turc. L’enregistrement auprès du Ministère de l’Intérieur est impératif. Cependant, les conditions précises d’agrément n’étant pas rendues publiques, l’accord d’Ankara demeure arbitraire et clairement dépendant de facteurs subjectifs. L'exemple de Médecins sans frontières, interdit d'exercer à partir du territoire turc jusqu'en 2013, est à ce titre révélateur : sans base-arrière en Turquie, la marge de manœuvre de l'ONG était considérablement limitée65. De même, jusqu'en septembre 2012, les autorités turques prohibaient toute initiative individuelle ou collective d'assistance transfrontalière émanant d'organisations syriennes.

  • 66 Entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.
  • 67 İnsani Yardım Vakfı (« Fondation pour l’aide humanitaire ») est une ONG humanitaire turque, proche (...)
  • 68 Entretien avec un journaliste turc, Gaziantep, 3 décembre 2014.

40De fait, depuis le début de la crise, les ONG et organisations internationales présentes en Turquie dénoncent la « rigidité » et le manque de coopération des autorités turques, la « lourdeur » des processus administratifs ainsi que la complexité des mécanismes de clearance (autorisations) en vigueur66. Il semble en effet qu’Ankara ait cherché, depuis le début de la crise, à monopoliser la problématique de gestion des réfugiés, notamment en assurant à l’İHH67 une place de premier plan dans les camps anatoliens68. Plus généralement, les autorités turques ne sollicitent pas d’appuis internationaux bien qu’elles soient perçues par les organisations transnationales comme « inexpérimentées ». À l’exception du HCR, qui soutient directement les autorités turques en équipements techniques, en équipes ou en formation, les réseaux d’ONG et, de manière générale, la plupart des dispositifs d’aide extranationaux sont de facto exclus de l’appareil de gestion de la problématique des réfugiés. Pourtant, le besoin en personnels et expertise est présenté comme « considérable » par les ONG et organisations internationales présentes sur place.

41Cependant, malgré sa volonté de garder la main sur l’aide humanitaire et sur l’approvisionnement transfrontalier, Ankara a pris conscience, face à l’aggravation de la situation, de la nécessité d'assouplir les interdictions ciblant l'assistance transfrontalière. En premier lieu, les autorités turques et les ONG ont commencé à distribuer de l'aide humanitaire du côté syrien de la frontière, afin de contenir les déplacés dans les camps et d’endiguer la dynamique migratoire. Cette aide, « au point zéro de la frontière », a ensuite été progressivement partiellement confiée aux ONG syriennes reconnues par le gouvernement. Or, la question de l’assistance transfrontalière constitue également – et surtout – une arme d’Ankara afin d’assurer le contrôle de sa frontière et, par suite, un outil de compétition politique et de lutte contre les contacts transfrontaliers et, par conséquent, contre la revitalisation de projets nationalistes jugés contraires à ses intérêts ; c’est notamment le cas des Kurdes.

Fragmenter les interfaces transfrontalières en région kurde : l’exemple de l’approvisionnement de Kobané.

42À l’automne 2014, les évènements de Kobané ont entraîné une mutation de l’espace transfrontalier kurde : jusqu’alors soigneusement étanchéifié par les autorités turques, ce borderland est redevenu (temporairement) un système d’interactions directes entre Kurdes de part et d’autre de la frontière, constituant ainsi une menace pour l’intégrité du projet nationaliste turc. De fait, pour prévenir la revitalisation de ce périmètre de contact, Ankara s’est essentiellement appuyé sur l’arme humanitaire, en disjoignant les principaux acteurs traditionnellement en charge de l’approvisionnement transfrontalier.

  • 69 Ibid.
  • 70 Entretien avec un responsable humanitaire syrien, Gaziantep, 4 décembre 2014.

43En premier lieu, comme évoqué ci-dessus, le gouvernement turc entend depuis 2011 soigneusement préserver son champ d’action à la frontière, et tout particulièrement dans les régions majoritairement kurdes. Les autorisations de franchissement ne sont accordées qu’à une poignée d’ONG syriennes et transnationales, qui agissent comme soupapes de sécurité en cas de crises graves, prenant en charge (entre autres) la gestion des problématiques sanitaires. Parmi ce groupe restreint d'associations, les organisations kurdes sont presque inexistantes, et essentiellement liées à Ankara69. C’est par exemple le cas de Bihâr : fondée en 2011 par des médecins syriens (dont une majorité d’origine kurde), l’organisation commence par s’occuper des blessés de guerre à Alep. D’abord informelle, Bihâr se structure progressivement, appuyée par l’émergence des comités civils. À partir de l’été 2012, l’ONG étend le spectre territorial de son action et propose ses services dans les zones désertées par le régime : après Alep, c’est au tour d’Azâz, de leurs campagnes (ariâf), puis de cités alentours, « là où les besoins étaient les plus importants »70. Bihâr met alors en place des hôpitaux de campagne (mustashfayyât maydaniyah) dans les zones libérées, tout en se concentrant sur la ville kurde d’Afrin, où vivent environ 200 000 personnes.

  • 71 Du fait du blocus, les médicaments ne peuvent parvenir en ville.

44Très rapidement, pour garantir sa sécurité, assurer son approvisionnement et faire face aux besoins médicaux élémentaires71, l’association n’eut de possibilité que de travailler en « cross-border » à partir de la Turquie. Pour cela, Bihâr réussit à négocier son inscription sur la « liste de bonne volonté » d’Ankara, document autorisant les acteurs humanitaires (en majorité syriens) à se rendre de l’autre côté de la frontière et revenir, sans excéder 72 heures de séjour. Une fois la frontière franchie, rejoindre les zones libérées implique de franchir plusieurs barrages tenus par différents acteurs de l’opposition armée, kurdes, Front islamique, ou encore Daesh. Si les organisations médicales demeurent généralement « bien perçues » par la plupart des groupes armés en charge des barrages, d’autres ONG sont parfois refoulées voire arrêtées. Dans le cas présent, Bihâr fut sollicitée par Ankara pour assurer l’approvisionnement de la ville de Kobané. 

  • 72 BIHÂR RELIEF ORGANIZATION, « Multi-Sector Initial Rapid Assessment, Kobani Crisis Response », 21 oc (...)
  • 73 Ibid.

45En l’occurrence, la « crise » de Kobané ne se limite pas à l’incursion armée de Daesh à l’automne 2014, mais remonte au mois d’août 2013. Depuis cette période, la ville est en effet soumise à un blocus multiple. À l'intérieur, le PYD a en effet décrété l’« auto-administration démocratique » de la ville, interdisant de facto la pénétration d’organisations non liées au parti kurde local72. L’aide humanitaire est donc essentiellement contrôlée par le Croissant rouge kurde, qui entend conserver le monopole des actions à caractère social et humanitaire. Or, ce dernier reconnaît lui-même les difficultés à approvisionner la ville à partir des routes syriennes, progressivement contrôlées par Daesh, mais refuse « l'ingérence » d'ONG turques non kurdes, perçues comme le bras armé de l'agenda politique d'Ankara dans la région. Dès lors, très peu d’ONG peuvent traverser la frontière et ravitailler la ville. Pendant cette période, l'approvisionnement de Kobané et des villages alentours est essentiellement assuré par la contrebande, 90% des produits étant acheminés par ce canal73, coûteux et incertain.

46Quant au gouvernement turc, il ne délivre les autorisations de franchissement qu’au compte-goutte. Le point de passage de Murçipnar (Turquie) – Aïn al-Arab/Kobané (Syrie) est fermé, rendant difficile – voire impossible – l’approvisionnement humanitaire transfrontalier. Ce n’est qu’en juin 2014, après six mois de siège, qu’Ankara décide d’autoriser l’organisation pro-gouvernementale İHH à approvisionner Kobané. Les réfugiés ne peuvent, pour leur part, franchir la frontière et s’établir en Turquie qu’en septembre 2014, consécutivement à la seconde bataille de Kobané. En effet, le 16 du même mois, l'État islamique lance une offensive d’envergure sur la ville aux deux toponymes. L'attaque est contrée par les forces kurdes (YPG et PKK) tandis que 250 000 habitants fuient la ville, franchissent la frontière turco-syrienne au point de passage d’Aïn al-Arab puis rejoignent le village de Suruç, où vivaient jusqu’alors 60 000 habitants. Face à la pression de la communauté internationale, les autorités turques procèdent alors à l'ouverture du poste-frontière malgré leur réticence à accueillir des réfugiés essentiellement kurdes.

47Or, suite à l’assaut de septembre 2014, l’embryon d’organisations opérant « en transfrontalier » est brutalement désorganisé : certains employés sont tués, blessés, tandis que d’autres prennent les armes et rejoignent les YPG. Au sud de la ville, le réseau humanitaire du PYD, opérant essentiellement à partir de la Syrie, n’est plus en mesure de prendre en charge l’approvisionnement. Quant à la ville de Suruç, elle ne dispose d’aucune infrastructure de gestion des réfugiés, et doit faire face à l’arrivée de 250 000 personnes.

  • 74 Le Halkların Demokratik Partisi (« Parti démocratique des peuples ») est une coalition de partis po (...)
  • 75 De fait, sur les 21 camps de réfugiés disposés le long de la frontière turco-syrienne, 4 sont direc (...)
  • 76 Entretien avec un responsable de la municipalité de Suruç, Suruç, 7 décembre 2014.

48La réponse humanitaire s’est cependant effectuée à trois niveaux : tout d’abord, à l’échelon local, par le sous-gouverneur de district et la municipalité kurde (HDP74), qui dispose de la compétence en matière de gestion de réfugiés75. Village frontalier dénué de ressources, Suruç est donc appelé à accueillir les réfugiés, logés par familles entières dans les petites maisons de la ville. Des tentes sont dressées tandis que des Syriens s’installent à même le sol. Rapidement, la municipalité est à court de moyens et incapable de faire face aux besoins considérables des réfugiés. L’autonomie gestionnaire accordée par le gouvernement n’est cependant pas accompagnée de l’adéquation financière, Ankara n’ayant pas fourni à Suruç et aux communes kurdes voisines les ressources nécessaires pour faire face à cette crise. En filigrane apparaît ici la stratégie du gouvernement turc, consistant à attribuer la responsabilité d’un manquement humanitaire aux localités kurdes (HDP). Face aux demandes répétées des municipalités, ces dernières sont systématiquement renvoyées vers les échelons administratifs supérieurs, et notamment la mairie de Şanlıurfa. Du sable, destiné à la canalisation des camps de réfugiés, aurait été ainsi réclamé quotidiennement sans être jamais livré76. Suruç doit se tourner vers l’échelon provincial (et même au-delà, dans les municipalités kurdes de Diyarbakir et Van), retardant de fait sérieusement l’assistance humanitaire. Ces deux municipalités, ainsi que Şanlıurfa, ont néanmoins accueilli quelques centaines de réfugiés et fait parvenir, sur place et par la frontière, plusieurs milliers de repas quotidiens.

  • 77 Soit Bihâr, le Croissant rouge kurde ou encore Deniz Feneri ; entretien avec un responsable humanit (...)
  • 78 C’est-à-dire des couvertures, tentes, etc.
  • 79 Entretien avec un responsable de la municipalité de Suruç, Suruç, 7 décembre 2014.

49À l’échelon national, face à l’importance de la crise et de la mobilisation internationale, AFAD, le GDMM et le ministère de la Santé acceptèrent finalement de dépêcher dans la région de Suruç des ONG essentiellement kurdes ou « disposant d’une expérience dans la gestion des problématiques kurdes »77, le tout sous contrôle étroit des services du Premier ministre. Parallèlement aux distributions quotidiennes de repas et de « non-food-items »78, les ONG mirent en place une campagne de vaccination massive contre la polio. Cependant, cette initiative ne fut véritablement prise qu’à l’apogée de la crise, sous forte pression internationale. Par ailleurs, la municipalité de Suruç et plusieurs ONG accusèrent Ankara de les avoir empêchées de pénétrer dans la ville79, d’où le HCR est également absent. De fait, les autorités turques semblent vouloir prévenir toute interférence des Nations unies dans la « problématique kurde », tandis que le commissariat aux réfugiés souhaite préserver ses relations avec le gouvernement. Par ailleurs, l’aide internationale et « cross-border » n’a pas été uniquement le fait d’organisations syriennes, mais également d’ONG étrangères, comme par exemple l’association de bienfaisance Barzani (Kurdistan irakien), ainsi que le Croissant rouge Qatari. Cependant, plusieurs d’entre elles ont conduit des « évaluations d’urgence » (rapid assessments) au début de la crise, mais aucune n’a été autorisée à agir concrètement et à fournir l’assistance nécessaire sur place, tâche dévolue à la seule İHH.

50Ainsi, lors du siège de Kobané, la stratégie du gouvernement turc a consisté à répondre aux pressions internationales, « ouvrir le robinet » des réfugiés, tout en assurant un approvisionnement humanitaire minimum et en empêchant au maximum les jonctions transfrontalières entre acteurs politiques et humanitaires kurdes. De ce fait, le « cross-border » fut essentiellement approché par le gouvernement turc comme un procédé visant à contenir et à contrôler la revitalisation des liens familiaux et politiques transfrontaliers.

Conclusion

51Depuis 2011, la mutation de l’espace transfrontalier turco-syrien répond essentiellement aux perpétuelles reconfigurations politiques, sociales et économiques induites par le conflit syrien. De fait, cet article a montré que ces évolutions avaient contribué à remodeler en profondeur la frontière turco-syrienne, en perturbant les équilibres circulatoires mis en place au cours des dernières décennies. Cependant, malgré la volatilité du conflit syrien, c’est aussi et avant tout les modalités de contrôle de l’espace frontalier qui reconfigurent la frontière et déterminent le rôle et le champ d’action politique des acteurs. En l'occurrence, ce sont essentiellement les autorités turques qui, en ouvrant, fermant ou réduisant les perspectives d’action de part et d’autre de la frontière, définissent l’existence concrète de ce borderland et, ainsi, les représentations individuelles et collectives de ceux qui le pratiquent au quotidien.

Haut de page

Bibliographie

BONTEMPS, V., 2012, « Le temps de traverser le pont. Pratiques et perceptions des temporalités dans les Territoires palestiniens occupés », Temporalités, [En ligne], 15 | 2012. URL : http://temporalites.revues.org/1995

BOZARSLAN, H., 2009, Conflit kurde : le brasier oublié du Moyen-Orient, Paris : Autrement, 164 p.

CHATELARD, G., DORAI, M. K., 2010, « Les Irakiens en Syrie et en Jordanie », Transcontinentales [En ligne], 8/9 | en ligne sur http://transcontinentales.revues.org/794.

CLIFFORD, J., 1988, The Predicament of Culture, Cambridge, Harvard University Press

FILIU, J.-P., 2013, Le Nouveau Moyen-Orient : Les peuples à l'heure de la révolution syrienne, Paris, Fayard

FOLEY, D. E., 1995, The heartland chronicles. Philadelphia, PA, University of Pennsylvania

FOUCAULT, M., 1994, Dits et Écrits, vol. 4 : 1980-1988, Paris, Gallimard

FOUCAULT, M., 1984, « Des espaces autres (conférence au Cercle d'études architecturales, 14 mars 1967) », in Architecture, Mouvement, Continuité, n°5, octobre, p. 46-49.

HINNEBUSCH, R., TÜR, O., 2013, Turkey-Syria Relations. Between Enmity and Amity, London: Ashghate

HINNEBUSCH, R., 2015, « Back to enmity: Turkey-Syria relations since the Syrian Uprising », Orient, Journal of German Orient Institute, Volume 56, numéro 1, p. 14-22.

MAKAREMI, C., 2008 (automne), « Pénalisation de la circulation et reconfigurations de la frontière : le maintien des étrangers en « zone d’attente » », Cultures & Conflits [En ligne], 71 consulté le 21 février 2015. URL : http://conflits.revues.org/16133

MUTLUER, M., 2003, « Les migrations irrégulières en Turquie », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 19 - n°3 | mis en ligne le 13 octobre 2004, consulté le 21 février 2015. URL : http://remi.revues.org/2672.

ÖZDEN, Ş., 2013, « Syrian Refugees in Turkey », Migration Policy Centre, EUI, 2013/05, consulté en ligne sur http://cadmus.eui.eu/bitstream/handle/1814/29455/MPC-RR-2013%2005.pdf?sequence=1&isAllowed=y.

PÉROUSE DE MONTCLOS, M.-A., 2013, Les humanitaires dans la guerre – Des idéaux à l'épreuve de la politique, Paris, La Documentation française

ROUSSEL, C., 2014a, « Reconfiguration des espaces transfrontaliers dans le conflit syrien », Noria Research, en ligne sur http://www.noria-research.com/reconfiguration-des-espaces-transfrontaliers-dans-le-conflit-syrien/

ROUSSEL, C., 2014b, « Frontières et circulations au Moyen-Orient en période de conflits. Reconfigurations entre phases d’ouverture et de fermeture », Cahiers FabricaMIG, numéro 8, consulté en ligne le 2 février 2015 sur http://cemca.org.mx/pdf/08_Cyril.pdf.

WIHTOL DE WENDEN, C., 2013, Les nouvelles migrations. Lieux. Hommes. Politiques, Paris, Ellipses

WINNIFRITH, T. J., 2002, Badlands - Borderlands. A History of Southern Albania / Northern Epirus, London, Duckworth

YÉRASIMOS, S., 1988, « Le sandjak d'Alexandrette : formation et intégration d'un territoire », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, Volume 48, Numéro 48-49, pp. 198-212, en ligne sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1988_num_48_1_2237.

Haut de page

Notes

1 Par borderlands, j’entends ici un « espace culturel » d’hybridation au sens de Foley (1995), où deux ou plusieurs groupes socioculturels coexistent dans le même territoire, généralement en zone frontalière, conduisant de fait à la matérialisation d’un « espace mental autonome » (Clifford, 1988) où se développe une culture propre, déconnectée des frontières politiques et des imaginaires qu’elles véhiculent. Ce concept est ici pertinent car, dans le cas de la frontière turco-syrienne, l’arrivée massive de réfugiés syriens contribue à profondément redéfinir l’identité culturelle et politique de ce borderland.

2 http://www.wafaw.org.

3 Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés ; http://www.unhcr.fr/.

4 Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires ; http://www.unocha.org/.

5 AFAD (Afetlerde Türkiye'nin Ortak Gücü), ou “Disaster & emergency management Presidency”, est l’organisme turc de gestion des crises, en charge de la construction et l’administration des camps. Il est sous la tutelle du Premier ministre.

6 Le GDMM (General Directorate of Migration Management), sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur, est l’organisme chargé de clarifier et d’homogénéiser les procédures législatives relatives aux réfugiés.

7 Le statut des Syriens ayant fui la guerre pour se réfugier en Turquie est particulièrement complexe : entre « migrants », « invités », « réfugiés », et « demandeurs d'asile », je privilégierai ici, pour des raisons de clarté, l'emploi du terme « réfugié », c'est-à-dire « une personne ayant quitté le pays dont elle a la nationalité par crainte de persécution » (Article 1 de la Convention de Genève). Pour une étude approfondie, on renverra aux travaux de Şenay ÖZDEN (2013).

8 L'AKP (« Parti de la Justice et du Développement ») est le parti au pouvoir en Turquie depuis 2002. Il est dirigé par Ahmet DAVUTOĞLU, actuel Premier ministre turc.

9 La révolution syrienne s’est engagée en mars 2011 après les « évènements de Deraa » au cours desquels de jeunes Syriens ont inscrit, sur le mur de leur école, « Ton tour viendra, docteur ! [Bachar al-Assad] ». La répression s’est ainsi engagée dans cette ville méridionale située près de la frontière jordanienne.

10 Le parti BAATH (« Résurrection ») est un parti auto-défini comme « laïque », socialiste et nationaliste. En Syrie, il est l'organe du pouvoir depuis le coup d’État de 1963.

11 « Armée syrienne libre », principale force armée d’opposition au régime de Bachar al-Assad entre 2011 et 2013.

12 Le PYD (Partiya Yekîtiya Demokrat, Parti de l'Union Démocratique), est un parti politique kurde syrien, affilié au PKK.

13 Depuis 2012, les escarmouches entre les armées turque et syrienne à la frontière se produisent presque chaque mois.

14 Lire, à ce titre, Raymond HINNEBUSCH (2015).

15 C’est par exemple le cas de la ville de Kassab. En mai 2013, cette dernière est capturée par une coalition de mouvements jihadistes (Ahrâr al-Sham, Jabhat Al-Nosrah). Le lendemain, Ankara ordonne la fermeture de la frontière, et le refoulement des réfugiés se présentant au point de passage.

16 Entretien avec un responsable sécuritaire, Şanlıurfa, 7 novembre 2014.

17 Fehim TAŞTEKIN, « Turkey's Syria borders an open door for smugglers », Al-Monitor, 30 avril 2014.

18 Entretien avec un responsable sécuritaire, Şanlıurfa, 7 novembre 2014.

19 Fehim TAŞTEKIN, « Turkey's Syria borders an open door for smugglers », op. cit.

20 Ibid.

21 C’est ainsi que les Turcs ont érigé un mur d’environ 3 mètres de hauteur à l’un des points de passage les plus importants, Kusakli (Reyhanli), alors même qu’ils fermaient les yeux sur les échanges clandestins. À terme, la construction devrait attendre 8 kilomètres de long.

22 TODAY'S ZAMAN, “CHP leader: MİT not tasked with weapons smuggling”, Today's Zaman, 20 janvier 2014.

23 Les défecteurs sont regroupés dans le camp d’Apaydın, où vivent 2 000 militaires. Cette enceinte permet à certains combattants de se reposer ponctuellement avant de retourner combattre en Syrie (principe des « allers-retours » ou « back-to-back »).

24 Par « réseaux structurés », on entend ici des groupes de taille variable (de 2 à plusieurs dizaines de personnes), opérant de part et d’autres des frontières, en lien direct ou indirect avec les groupes armés syriens, et partageant les dépenses et les revenus liés aux activités clandestines conduites.

25 Desmond BUTLER, Ryan LUCAS, « Smugglers offer $20 passage from Turkey to Syria », Washington Times, 24 octobre 2014.

26 Là également grâce à des puces téléphoniques turques, puisque ces dernières émettent jusqu’à 30 kilomètres à l’intérieur de la frontière syrienne. Voir par ailleurs Mehul SRIVASTAVA, Selcan HACAOGLU, « $25 Buys an Illegal Crossing on Turkish Border with Syria », Bloomberg, 4 septembre 2014.

27 TODAY'S ZAMAN, « Gaziantep governor says 19 ISIL members arrested in Gaziantep », Today's Zaman, 4 septembre 2014.

28 Entretien avec un responsable sécuritaire, Şanlıurfa, 7 novembre 2014.

29 Idem.

30 Voir, à ce titre, Nicolas FISCHER, Alexis SPIRE, « L’État face aux illégalismes », Politix, 2009/3, numéro 87, pp. 7-20.

31 L’UNHCR prévoit, pour la fin de l’année 2015, entre 1,7 et 2 millions de réfugiés syriens sur le territoire turc ; environ 50% d’entre eux étant officiellement enregistrés par Ankara. Les chiffres officiels sont publiés et régulièrement actualisés sur http://www.unhcr.fr/pages/4aae621d7cf.html.

32 Entretien avec un ancien responsable de Médecins Sans Frontières, Gaziantep, 5 décembre 2014.

33 Au regard de la législation turque, chaque réfugié franchissant la frontière doit s’enregistrer auprès des autorités. Obligatoire, cette procédure n’a cependant été suivie que par environ 50% des réfugiés actuellement présents en Turquie. Entre 2011 et 2013, le gouvernement turc n’a guère communiqué sur le caractère impératif de cette procédure, tandis que de nombreux réfugiés refusaient tout simplement de prendre attache avec les services concernés, par peur d’être expulsés. Or, non enregistré, le réfugié est techniquement en situation illégale et sujet à la déportation.

34 Au sens de Foucault, une « hétérotopie » ou « espace autre » définit un territoire mental périphérique cultivant un sens et une existence autonome ; voir Michel FOUCAULT (1984).

35 Voir aussi son article dans ce numéro.

36 Qui, pour la plupart d’entre elles, traduisent une réalité. Les incidents impliquant les forces de l’ordre et les réfugiés sont en effet quotidiens : d’après AMNESTY INTERNATIONAL, 17 Syriens auraient été tués entre décembre 2013 et août 2014 en tentant de franchir la frontière.

37 Pour des raisons de sécurité, l’ensemble des prénoms a été changé.

38 Les « Unités de Protection du Peuple » (Yekîneyên Parastina Gel) constituent la branche armée du PYD.

39 En novembre 2014, le point de passage de Kobané a ainsi été ouvert à seulement neuf reprises, alors qu’en septembre, soit quelques semaines auparavant, 8 points de passage avaient été ouverts 24h/24.

40 Entretien avec un responsable humanitaire syrien, Gaziantep, 4 décembre 2014.

41 C’est-à-dire, ici, de l’Armée Syrienne Libre (ASL).

42 Entretien avec un journaliste syrien en exil, Gaziantep, 3 décembre 2014.

43 Rebecca KILBERG, « Turkey’s Evolving Migration Identity », Migration Policy Institute, 24 juillet 2014.

44 Au cours des derniers mois, les opérations et les incursions de Daesh en territoire turc se sont multipliées : on se contentera de rappeler l’imbroglio autour d’une éventuelle percée de l’EIIL sur la frontière syrienne à partir de la ville de Suruç, les arrestations de cellules implantées dans la grande ville frontalière de Gaziantep, ou encore les incidents impliquant des membres de Daesh avec des combattants du Jabhat Al-Nosrah ou des officiers de l’ASL, en Turquie.

45 Voir Éric LESER, « Sans la Turquie, Daech n’existerait pas », Slate.fr, 2 août 2015.

46 Ceylan YESINGU, « Turkey Strengthens Rights of Syrian Refugees », New-York Times, 29 décembre 2014.

47 Ibid.

48 Entretien avec un ancien responsable de Médecins sans frontières, Gaziantep, 5 décembre 2014.

49 Ce n’est qu’à partir de 2014 que les Turcs auraient « vraiment pris conscience de la nécessité d’établir des statistiques » ; entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.

50 Selon les termes d’un employé de l’UNHCR dans la région frontalière. Bien que la Turquie nie pratiquer les déportations, entre 600 et 700 personnes auraient été expulsées depuis le début du conflit, de manière arbitraire ; voir Hamdi ISTANBULLU, « Turkey denies mass deportation of Syrian refugees », Reuters, 28 mars 2013.

51 Entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.

52 Entretien avec un responsable humanitaire syrien, Gaziantep, 2 décembre 2014.

53 Soit environ 220 euros, voir IRIN, « Turkey introduces tough new border policies for Syrians », Irin News, 14 janvier 2015.

54 « Chaque jour les règles sont différentes, et les mauvaises surprises avec », me confiait un travailleur humanitaire ; entretien avec un responsable humanitaire syrien, Gaziantep, 2 décembre 2014.

55 Le « point-zéro » de la frontière est l’endroit où opèrent les autorités turques en charge des actions humanitaires. Il se trouve à l’extrême limite de la Syrie et permet de ne pas franchir le territoire, afin d’être en conformité avec le droit international.

56 Dont environ 220 000 dans des camps ; cf. http://www.unhcr.org/pages/49e48e0fa7f.html

57 Entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.

58 Elizabeth FERRIS, « Cross-Border Aid into Syria: Necessary but Far, Very Far, From Sufficient », Brookings, 15 janvier 2014.

59 Ibid.

60 Entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.

61 Littéralement, « transfrontalier ». Le terme est essentiellement utilisé par les acteurs du secteur humanitaire.

62 Jérémie LABBÉ, Tilman RODENHAUSER, « Cross-border Humanitarian Aid in Syria Has Legal Basis But Few Precedents », IPI - Global Observatory, 10 mai 2013.

63 Ibid. La problématique de l’acheminement de l’aide humanitaire est d’ailleurs révélatrice de la stratégie syrienne à l’égard des zones libérées : lorsque l’opportunité se présente, le régime baathiste imperméabilise ces territoires et y impose un blocus (hisâr), interdisant toutes entrées et sorties de personnes et de marchandises, en particulier alimentaires. L’exemple le plus manifeste est celui de la forêt de la Ghoutah, où plusieurs milliers de Syriens, bloqués dans cette région symbolique, sont privés de nourriture et de soins depuis désormais deux ans. Cette stratégie du régime syrien ne doit cependant pas occulter l’attitude semblable de certains acteurs de l’opposition, et notamment salafi-jihadistes (Daesh), qui bloquent l’acheminement de l’aide vers les régions habitées par les minorités kurdes, chrétiennes et alaouites.

64 Comme l’évoque MSF, depuis le début du conflit, « les agences des Nations Unies et les organisations internationales sont soumises à un contrôle étroit du gouvernement syrien qui limite ou interdit la distribution de secours humanitaires - en particulier médicaux - dans les zones contrôlées par l’opposition » (MSF) - Médecins sans Frontières, « Syrie - l'urgence de l'aide transfrontalière », MSF, 17 décembre 2013.

65 Et ce, malgré l’ouverture d’une clinique à Kilis ; entretien avec un ancien responsable de Médecins Sans Frontières, Gaziantep, 5 décembre 2014.

66 Entretien avec un responsable des Nations unies, Gaziantep, 1er décembre 2014.

67 İnsani Yardım Vakfı (« Fondation pour l’aide humanitaire ») est une ONG humanitaire turque, proche de l’AKP.

68 Entretien avec un journaliste turc, Gaziantep, 3 décembre 2014.

69 Ibid.

70 Entretien avec un responsable humanitaire syrien, Gaziantep, 4 décembre 2014.

71 Du fait du blocus, les médicaments ne peuvent parvenir en ville.

72 BIHÂR RELIEF ORGANIZATION, « Multi-Sector Initial Rapid Assessment, Kobani Crisis Response », 21 octobre 2014, publié en ligne sur http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Kobani%20Report_0.pdf.

73 Ibid.

74 Le Halkların Demokratik Partisi (« Parti démocratique des peuples ») est une coalition de partis politiques kurdes de gauche.

75 De fait, sur les 21 camps de réfugiés disposés le long de la frontière turco-syrienne, 4 sont directement gérés par les municipalités kurdes (HDP).

76 Entretien avec un responsable de la municipalité de Suruç, Suruç, 7 décembre 2014.

77 Soit Bihâr, le Croissant rouge kurde ou encore Deniz Feneri ; entretien avec un responsable humanitaire syrien, Gaziantep, 4 décembre 2014.

78 C’est-à-dire des couvertures, tentes, etc.

79 Entretien avec un responsable de la municipalité de Suruç, Suruç, 7 décembre 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : points de passage légaux de la frontière turco-syrienne.
Crédits Source : OCHA, novembre 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3613/img-1.png
Fichier image/png, 244k
Titre Figure 2 – Situation à la frontière turco-syrienne en octobre 2014
Crédits Conception : Matthieu Cimino, OCHA, octobre 2015 – Réalisation : Laura Margueritte
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3613/img-2.png
Fichier image/png, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Cimino, « Une mobilité transfrontalière sous contrôle ? Le cas turco-syrien en temps de guerre (2011-2015) », L’Espace Politique [En ligne], 27 | 2015-3, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3613 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3613

Haut de page

Auteur

Matthieu Cimino

Docteur associé
CERI/Sciences Po – WAFAW
matthieu.cimino@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org