Navigation – Plan du site

Atlas du renseignement. Géopolitique du pouvoir (Sébastien-Yves Laurent)

Daniel Dory
Référence(s) :

Sébastien-Yves Laurent, Atlas du renseignement. Géopolitique du pouvoir, Paris, Les Presses de sciences Po, 2014, 192 p.

Texte intégral

1Le renseignement et les services secrets sont soit totalement absents des manuels et dictionnaires usuels de géopolitique, soit abordés seulement de façon incidente, lors de la mention d’un épisode historique particulier où leur action est par trop évidente pour pouvoir être totalement ignorée. Pourtant, la recherche en géopolitique, pour autant qu’on la conçoive comme non exclusivement cantonnée à la production de documents à usage didactique, se doit d’intégrer les réalités de l’espionnage, du contre-espionnage et des actions clandestines.

2Dans cette perspective, l’Atlas du Renseignement, judicieusement sous-titré : Géopolitique du pouvoir, de Sébastien-Yves Laurent permet de disposer d’un tour d’horizon actualisé sur un ensemble de questions et de données factuelles de base. Ainsi, en associant de brefs textes de synthèse, des cartes, des organigrammes et des graphiques chronologiques, l’auteur aborde successivement quelques exemples significatifs de l’activité des agences de renseignement et des services secrets après 1945 (partie I) ; le rôle du renseignement face aux crises (partie II), depuis Pearl Harbor jusqu’aux manipulations politico-idéologiques précédant l’intervention des Etats-Unis et de leurs alliés en Irak en 2003. Une troisième partie est consacrée à la coopération des Etats et des services en matière de renseignement (militaire, politique, économique et policier) et d’actions clandestines, ici encore à l’aide d’exemples éclairants. Ensuite sont évoquées les questions récurrentes de la réorganisation des services de renseignement et des services secrets pour répondre à de nouvelles menaces hybrides et défis technologiques (surtout liés aux moyens d’acquisition, transmission et stockage de signaux et d’images), et aussi aux exigences de transparence et de contrôle qui se manifestent, certes sélectivement, mais de plus en plus fortement dans les sociétés dites démocratiques. Enfin, le devenir du renseignement à l’heure de l’espionnage électronique généralisé (dont l’affaire Snowden donna un aperçu saisissant en 2013) et de la privatisation de bon nombre de tâches auparavant réservées aux Etats, principalement en matière d’intelligence économique, fait l’objet de considérations stimulantes.

  • 1 Pour nous en tenir à quelques références en français, on peut citer : F. Thual, Méthodes de la Géop (...)
  • 2 O. Forcade, « La montée en puissance du renseignement dans les relations internationales aux XIXe e (...)

3En somme, en moins de 200 pages, S.-Y. Laurent offre au chercheur et à l’étudiant en géopolitique un premier aperçu sur une matière trop souvent négligée et sur laquelle pourtant il y a bien des choses à savoir. Cet atlas s’ajoute donc opportunément aux très rares références sur le renseignement en perspective géopolitique1, tout en constituant une bonne introduction à cette problématique. En outre, et au-delà du fait que l’on ne peut comprendre bon nombre de situations géopolitiques sans intégrer le renseignement et les services secrets qui font partie des moyens d’action de la plupart des Etats et d’un nombre croissant d’entités non étatiques2, la recherche géopolitique a de bonnes raisons additionnelles de s’intéresser à cet ensemble d’objets et de questions. On se limitera à en mentionner ici très brièvement deux qui relèvent de l’histoire et de l’épistémologie.

  • 3 Pour un tout premier aperçu sur l’Inquiry on peut consulter J. O’Loughlin (Ed.), Dictionary of Geop (...)
  • 4 G. O’Tuathail, Critical Geopolitics, Routledge, London, 1996, Chap. 4, pp. 111-140.
  • 5 A. Kirby, « What did you do in the War, Daddy?”, in A. Godlewska; N. Smith (Eds.), Geography and em (...)
  • 6 M. Antonsich, « De la geopolitik à la geopolitics : transformations idéologiques d’une doctrine de (...)

4En ce qui concerne l’histoire de la géopolitique, qu’il suffise de rappeler la contribution de géographes à ces véritables entreprises de renseignement que furent vers la fin de la Première Guerre mondiale, l’Inquiry aux Etats-Unis et le « Comité d’Etudes » en France3. Beaucoup plus intéressante encore est la participation de diverses agences de renseignement et services secrets nord-américains dans la première moitié des années 1940 dans la fabrication, à titre de propagande de guerre, d’une représentation très négative de la geopolitik allemande dont les effets seront durables au cours des décennies suivantes. Cet épisode, qui mériterait une étude détaillée, est l’objet de mentions incidentes dans divers travaux sans que l’on puisse encore parvenir à un tableau d’ensemble. Ainsi, à titre d’exemple, O’Tuathail fournit quelques indications sur la désinformation concernant la personne de Haushofer et de son inexistant « Institut de Munich », incluant le film de propagande réalisé par Edward Cahn en 1943, intitulé : Plan for destruction (visible sur Youtube)4. Par ailleurs, A. Kirby5 apporte des informations utiles sur la contribution, entre 1941 et 1945 d’éminents géographes politiques comme R. Hartshorne et D. Whittlesey aux activités de l’Office of Strategic Services (OSS), l’ancêtre direct de la CIA. Et M. Antonsich offre une bonne synthèse contextuelle sur les principales péripéties idéologico-politiques qui ont contribué à produire une sorte de « geopolitik made in USA » durant la même période6. Ces quelques indications, même si elles restent fragmentaires, ont pour intérêt de souligner la nécessaire connaissance du renseignement et des services secrets (incluant la guerre psychologique et la désinformation) pour éclairer l’histoire d’une discipline comme la géopolitique et ouvrir de nouvelles pistes de recherche sans aucun doute fort prometteuses. L’Atlas du Renseignement de S.-Y. Laurent permet, au moins, de baliser ces pistes.

5Une autre problématique que cet atlas aborde à plusieurs reprises et sous des angles différents, et qui concerne également la géopolitique, a trait au cycle du renseignement et à la qualité des sources. En effet, tant le renseignement que la géopolitique visent à produire des connaissances à partir d’informations provenant de sources diverses (images, signaux, textes, observations directes, etc.) qui doivent toujours être évaluées, analysées et synthétisées dans un but opératif au sein d’un organisme de renseignement militaire, économique et/ou policier, ou bien dans une perspective académique et/ou géostratégique dans le cas de la recherche géopolitique.

  • 7 Pour une première approche, consulter : R. Hilsman, « Intelligence and policy making in foreign aff (...)
  • 8 H. L. Croom, « The exploitation of foreign open sources”, Studies in Intelligence, Vol. 13, Summer, (...)

6Les modalités suivant lesquelles ces tâches ont été accomplies dans les différentes « communautés du renseignement », ont fait l’objet d’une littérature abondante depuis plus d’un demi siècle, dont on ne saurait trop recommander aux chercheurs et étudiants en géopolitique de prendre connaissance au moins dans ses grandes lignes7. En particulier, l’analyse critique et l’exploration des sources ouvertes (notamment médias audio-visuels, internet et documents textuels non classifiés), qui constituent une grande partie des matériaux traités par les agents du renseignement et la quasi-totalité des informations accessibles aux chercheurs travaillant dans le cadre universitaire, posent des questions heuristiques et méthodologiques analogues dans ces deux domaines8, ce que la lecture de l’Atlas du Renseignement permet de constater aisément.

7C’est donc à la fois pour les connaissances factuelles qu’il expose et pour les réflexions qu’il suscite sur l’insertion institutionnelle, la démarche intellectuelle et la portée des résultats de la recherche géopolitique, que l’Atlas du Renseignement de S.-Y. Laurent mérite de retenir l’attention. Et ceci d’autant plus que, tant en renseignement qu’en géopolitique, il convient de ne pas oublier la pertinente remarque de l’auteur, suivant laquelle : « les représentations fantasmées ont parfois quelques fondements » (p. 124).

Haut de page

Notes

1 Pour nous en tenir à quelques références en français, on peut citer : F. Thual, Méthodes de la Géopolitique, Ellipses, Paris, 1996, Chap. IV « Les moyens spéciaux », pp. 40-45 ; P. Lacoste ; F. Thual, Services secrets et géopolitique, Lavauzelle, Paris, 2002, et plusieurs articles de la revue Hérodote dont les n°140 (2011), Renseignement et intelligence géographique et 152-153, (2014) Cyberespace, enjeu géopolitique.

2 O. Forcade, « La montée en puissance du renseignement dans les relations internationales aux XIXe et XXe siècles », Questions Internationales, N° 35, 2009, 77-85. Cette livraison, qui a pour thème central le renseignement et les services secrets permet d’approfondir certains points traités plus rapidement par Laurent.

3 Pour un tout premier aperçu sur l’Inquiry on peut consulter J. O’Loughlin (Ed.), Dictionary of Geopolitics, Greenwood Press, Westport, 1994, 125-127. L’ouvrage d’Olivier Lowczyk sur le « Comité d’Etudes » a fait l’objet d’un utile compte-rendu par Y. Lacoste dans Hérodote, N° 140, 2011, 159-163.

4 G. O’Tuathail, Critical Geopolitics, Routledge, London, 1996, Chap. 4, pp. 111-140.

5 A. Kirby, « What did you do in the War, Daddy?”, in A. Godlewska; N. Smith (Eds.), Geography and empire, Blackwell, Oxford, 1994, pp. 300-315.

6 M. Antonsich, « De la geopolitik à la geopolitics : transformations idéologiques d’une doctrine de puissance », in H. Coutau-Bégarie ; M. Motte, Approches de la géopolitique, Economica, Paris, 2013, pp. 549-577.

7 Pour une première approche, consulter : R. Hilsman, « Intelligence and policy making in foreign affairs”, World Politics, Vol. 5, N° 1, 1952, 1-45; C. Michel et C. Bougeret, « Renseignement du second millénaire et gestion des crises », Renseignement et Operations Spéciales, N° 4, 2000, 169-179 ; W. Odom, « Intelligence analysis », Intelligence and National Security, Vol. 23, N° 3, 2008, 316-332 ; P. Hayez, « Le renseignement : techniques, pratiques et organisations », Questions Internationales, N° 35, 2009, 8-15.

8 H. L. Croom, « The exploitation of foreign open sources”, Studies in Intelligence, Vol. 13, Summer, 1969, 129-136; R. Mielcarek, “Le renseignement en sources ouvertes. Un vivier encore sous-exploité », DSI, Hors-Série, N° 43, 2015, 70-73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Dory, « Atlas du renseignement. Géopolitique du pouvoir (Sébastien-Yves Laurent) », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3650

Haut de page

Auteur

Daniel Dory

Maître de Conférences, HDR
Université de La Rochelle
daniel.dory@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org