Navigation – Plan du site
Frontières et circulations au Moyen-Orient (Machrek/Turquie)

Une « ceinture » d’espace étatique : le contrôle des Bédouins au début du Mandat Français en Syrie

Instituting a "Chain" of State Space: The Administration of Bedouins in early French Mandate Syria
Idir Ouahes

Résumés

La France prit le pouvoir en Syrie et au Liban en tant que puissance mandataire au nom de la Société des Nations à la suite de la dissolution de l’Empire Ottoman. Un système de contrôle des populations bédouines, nommé « Contrôle Bédouin », fut alors instauré par une branche des services de renseignements. Dans les mandats Britanniques, un système similaire fut mis en place.

La lourde surveillance des Bédouins fut accompagnée d’une territorialisation violente des nouvelles frontières post-ottomanes et de la négociation d’accords entre les puissances mandataires. L’imposition forcée de ce nouvel espace étatique conçu par les administrateurs français transforma les habitudes quotidiennes de circulation des bédouins dans les régions environnantes de la Bâdiya  (la steppe désertique) et la ma’mura (zone de culture agraire autour du Grand Désert Syrien).

Cet article s’inspire des travaux d’Henri Lefebvre sur l’émergence de « ceintures » d’Etats enserrant l’espace à partir de l’époque moderne. Il s’appuie sur une recherche approfondie dans les archives d’époque afin de donner un aperçu de la structure et de l’activité du « Contrôle Bédouin ». Il analyse également certaines des étapes des négociations avec les Bédouins dans ce nouveau contexte mandataire, partant d’exemples pour montrer la tendance à la territorialisation de l’espace bédouin pendant la première décennie du mandat. Ceci est particulièrement manifeste dans le cas de l’appropriation par les administrateurs français des Bédouins ‘Syriens’ en tant que “nos” nomades, tandis que les nomades établis en Turquie ou en Irak devenaient les “leurs”. Enfin, l’article démontre l’étouffement économique de la vie quotidienne des Bédouins par des moyens tels que l’introduction de tarifs et de contrôles douaniers au bénéfice des puissances mandataires.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le mot « bédouin » renvoie originellement à un pastoralisme nomade, dans une zone de déplacements t (...)

1Issu de sources tirées des archives mandataires françaises, cet article montre que, face au défi posé par l’espace perçu des Bédouins1, les tentatives de formalisation des frontières négociées entre Français, Turcs et Britanniques, ont conduit à la réification de l’espace étatique au cours du début de la période mandataire en Syrie et au Liban. A partir de 1920, les autorités françaises tentèrent d’organiser leur nouvelle acquisition en plusieurs micro-États. Le Liban, déjà occupé depuis 1918, devint l’Etat du Grand Liban. La vilayet (district administratif) ottomane de Syrie est réduite à l’Etat de Damas. Un Etat séparé du Djebel Druze est créé par les Français dans la zone rurale juste au sud de Damas. Au nord, la Vilayet ottomane d’Alep devient l’Etat d’Alep, avec la création d’un Sandjak d’Alexandrette au nord-ouest et le Sandjak de Deir Ez-Zor à l’est sous l’autorité aleppine. A l’ouest, la région du littoral au nord du Liban devient l’Etat des Alaouites.

2La pensée du philosophe Henri Lefebvre est pertinente pour comprendre l’imposition des espaces mandataires dans les années vingt. Lefebvre conçoit la conceptualisation de l’espace comme un phénomène socialement produit, et non comme une simple projection sur la réalité physique, ni une impression mentale (Lefebvre, 1991, p. 3-5). Dans La Production de l’espace, Lefebvre fait une distinction entre les espaces conçus, perçus et vécus bien que tous soient liés dans une dialectique historique. Les espaces conçus sont ceux qui sont imaginés et appliqués par les technocrates, savants et administrateurs dominant la société. Ce sont des espaces abstraits qui sont justifiés par des logiques d’État, de capital et d’institution. Les espaces perçus sont ceux qui sont accessibles aux populations à travers leurs valeurs symboliques et leurs pratiques quotidiennes. Lefebvre ajoute enfin l’espace vécu, qu’il comprend comme celui ressenti dans l’imaginaire (Martin, 2006). Dans le cas du mandat syrien, il s’avère que la mise en œuvre des frontières conçues par les pouvoirs étatiques a reposé sur une transformation dans la conception de l’espace perçu par les populations limitrophes ; ce qui n’a été achevé qu’au cours des années vingt.

3En particulier, c’est la formalisation des espaces étatiques au Moyen-Orient, pendant les années 1920, qui crée les conditions de la surveillance domestique des Bédouins et de la transformation de leurs perceptions. Ce mécanisme relève de ce que Lefebvre, dans De L’Etat, présente comme l’effet d’une « ceinture » d’Etats : «  Les Etats qui ceinturent la planète constituent-ils un système ? […] la mondialisation de l’Etat entraîne-t-elle l’extension à la planète d’une rationalité née en Europe ? » (Lefebvre, 1976, p. 33). A l’inverse de Max Weber, Lefebvre met l’accent sur le mythe du pouvoir social : « Le pouvoir n’est pas l’effet d’un charisme ; au contraire : il [l’] engendre… l’homme d’Etat… incarne la forme politique. »  Lefebvre conçoit l’Etat moderne comme étant une structure « occulte », « mythique », dont la genèse se fait dans la violence mais qui n’est pas limitée à cette sphère d’activité.

4Selon lui, l’Etat « apparaît comme une entité éternelle, intervention d’un quelqu’un ou quelque chose qui plane très au-dessus des gens, individus ou groupes » (Lefebvre, 1976, p. 19). L’idée d’une chaîne d’Etats est essentielle pour comprendre l’impact de l’imposition des Mandats européens sur les populations bédouines. L’analyse de Lefebvre met en effet l’accent sur l’opacité de la forme étatique. Le cas du début du mandat démontre l’imposition graduelle de cette forme parmi les populations les moins soumises. Cet article examinera plusieurs aspects du développement de l’imposition de l’espace conçu étatique sur l’espace perçu par les Bédouins. La première partie décrira le contexte historique pour les tribus bédouines. Puis on donnera un aperçu de l’imposition de l’espace étatique parmi les Bédouins.

5On analysera en particulier l’activité du Contrôle Bédouin (CB), une branche des services de renseignement au Levant. D’une part, le CB était un appareil spécialisé dont le corps d’officiers s’est fondu et assimilé dans l’espace traversé par les Bédouins. D’autre part, il est tout de même resté une branche de la bureaucratie centrale fondée sur des conceptions orientalistes. C’est ainsi que le CB reproduit les termes et pratiques développées par les bureaucrates et orientalistes du Maghreb français dans un contexte levantin, donnant ainsi un exemple du phénomène décrit par Edward Saïd comme le savoir orientaliste au service du pouvoir central. Les sources utilisées dans le présent article sont majoritairement tirées de la documentation émanant de l’Etat mandataire français. Elles reflètent plusieurs mécanismes (le CB parmi d’autres) pour assurer la soumission de populations nomades, les Bédouins en particulier, à l’espace étatique. L’analyse d’Henri Lefebvre permet de mieux comprendre comment se sont formés ces espaces étatiques. En dépit de démêlés parmi les Bédouins et de la continuité des modifications frontalières suite aux accords diplomatiques, l’introduction d’une « ceinture » d’espaces mandataires a eu pour effet d’étouffer les populations bédouines.

1. Nomadisme et ordres territoriaux en mutation

La Bâdiya ottomane

  • 2 La ma’mura est l’espace cultivé qui limite la bâdiyya, la zone nomadique spécifique au désert syrie (...)

6Avant l’instauration du mandat français, l’espace bédouin n’était pas fixé par un pouvoir central. Fernand Braudel a montré comment la géographie du monde méditerranéen s’étend jusqu’aux déserts saharien et syrien (Batatu, 2012, p. 10-12). La Bâdiyat Al-Sham qui contourne le désert syrien est traditionnellement divisée entre la ma’mura, une zone assez fertile pour l’agriculture et la bâdiya, qui est réservée aux nomades (Métral, 1996, p. 89- 112 et p. 90-91)2 Ces derniers sont en majorité arabes, mais il y a aussi des Kurdes et des Tcherkesses (un groupe ethnique caucasien soumis par la Russie à des migrations forcées entre 1856 et 1864, appelé Çerkes par les Ottomans qui ont organisé sa relocalisation, et qui se fait appeler Adyguéens) (Velud, 2000, p. 63-64).

7Parmi les Bédouins qui traversent la Bâdiyat Al-Sham, il existe une division fondamentale. Le groupe des ‘arab, tribus qui élèvent des moutons, est interprété par les badû comme étant issu de descendance « vulgaire». Ces badû sont des nomades circulant à dos de chameaux dans des zones d’estivage beaucoup plus étendues. Ils sont censés être descendants de lignages plus « nobles ». Les razzia (incursions punitives), entre ‘arab, badû et villageois sédentaires, furent constantes, même au XIXe siècle, à tel point que certain paysans (fellâhîn) furent forcés eux-mêmes de devenir des semi-nomades, (Dowes & Lewis, 1992, p. 275).

  • 3 Voir note 1 pour le sens de ce mot.

8Le mode de vie des nomades va à l’encontre du concept même d’espace étatique. Leurs « territoires » ne sont pas délimités par des frontières fixes. Ils sont plutôt appréhendés à travers un jeu de relations de pouvoir dans leurs espaces perçus (Bocco & Chatelard, 2001). Les différentes tribus connaissent bien leur dirah3, et ils traversent ces régions les yeux fermés (Alon, 2005, p. 217).

9Contrôler ces tribus supposait non seulement de cartographier leurs zones de mouvement respectives, mais aussi de connaître les conditions dans lesquelles ils s’étaient installés en Syrie, et leurs affinités avec d’autres tribus en dehors de l’espace syrien. Parmi les grands ensembles tribaux, quatre préoccupent le Contrôle Bédouin, chacun avec ses subdivisions et sa constellation d’alliés et d’ennemis. Les Baggâra sont une ancienne grande tribu (‘ashira) arabe traversant l’Irak, la Syrie et la Jordanie (Lewis 1988, p. 7). Les ‘Anizzah sont une tribu de la confédération (qabila) des Rabi’ah. Après avoir quitté l’Arabie Centrale au XVIIIe siècle, leur sphère d’influence est en Arabie du nord, en Syrie du sud et en Irak de l’ouest (American Geographical Society, 1939, p. 147). Une fraction de cette tribu, les Hasanah, commença à dominer la région entre Homs et Palmyre au cours du XIXe siècle. Une autre fraction des ‘Anizzah, les Sba’, eut plus de succès dans sa migration vers le Nord. Enfin, les Fed’an sont aussi une fraction ‘Anizzah émigrée vers le Nord. Au début du Mandat, leur dirah était limitée à la région s’étendant d’Alep à Hama (Thomas, 2007, p. 163). Les Wuld Ali sont, eux aussi, une fraction ‘Anizzah. Les Rwalla sont une autre grande fraction de la tribu ‘Anizzah. Ils eurent un tel succès dans leur confrontation avec la tribu Shammar dans le Badiyat Al-Sham qu’ils devinrent presque une tribu indépendante (Lancaster 1997). Leur leader Nouri Shaalan fut parmi les premiers à entrer dans Damas avec Lawrence d’Arabie (Orlans, 2002, p. 32). Les Shammar sont une autre importante confédération du nord de l’Arabie (Van Der Steen, 2013, p. 156-158).

10La gestion de ces tribus est une question historique ancienne, qui dépendait principalement des objectifs et des moyens opératoires de la puissance publique. Selon Martin Thomas, le système d’allocations institué par les autorités mandataires n’était qu’une continuation de l’aménagement des tribus par les Ottomans (Thomas, 2003, p. 542). Cependant, l’organisation d’un gouvernement local dans les districts du sud-est syrien était lente, malgré l’introduction de nouvelles technologies telles que le télégraphe (Rogan, 2002, p. 43-45). Françoise Métral note également l’échec des tentatives ottomanes visant à gérer les Bédouins car ces derniers utilisaient leur mobilité pour échapper à l’autorité (Métral, 1998, p. 49). Par ailleurs, la célèbre orientaliste britannique Gertrude Bell notait que « la paix du Sultan, si elle peut être ainsi dénommée, cesse aux murs de la capitale syrienne [Damas] » (Bell, 1919, p. 133).

Frontières mandataires et reconfiguration des relations de pouvoir

11Le cas du mandat français en Syrie et au Liban est un parfait exemple des tensions entre les divisions conçues arbitrairement et les pratiques de circulation, d’échange et de violation de nouvelles frontières. La domination franco-britannique au Moyen-Orient fut décidée en secret pendant la Première Guerre mondiale lors des Accords Sykes-Picot de 1916 (Prévost, 2012). Ces derniers ont établi une division de la « Turquie d’Asie » entre les deux puissances. Le mandat, officiellement instauré par la Société des Nations (SDN) en 1923, commença de facto en 1920 après l’occupation française de la Syrie. L’idée de la SDN était d’introduire des tutelles sous une supervision internationale. Cependant, la réalité mandataire fut tout autre dans les premières années (Pedersen, 2006, p. 560-582). En effet, les tracés conçus par l’accord furent reproduits, moyennant certaines différences, dans les premières années mandataires. La France s’imposa par la violence et l’administration militaire, d’abord à Beyrouth, puis à Damas en Juillet 1920, après la défaite du Royaume Arabe indépendant gouverné par l’Emir hachémite Fayçal à la bataille de Maysalūn.

12Ces événements entraînèrent une dynamique progressive et souvent violente de territorialisation. Faisant écho au processus de spatialisation discuté par Lefebvre, Seda Altuğ et Benjamin Thomas White font ce commentaire à propos de la nouvelle frontière syro-turque : « entre la frontière et l’autorité étatique, il existe un rapport mutuellement constitutif » (Altuğ& White, 2009, p. 94). Cette réification n’est pas l’effet de la seule négociation : la violence a aussi un rôle critique dans la délimitation de l’espace étatique. Comme l’a établi Daniel Neep, des tribus telles que les Rwalla et les Fedaan furent rejetées comme des « primitifs » qui ne connaissent que « la force » (Neep, 2010, p. 46).

13En revanche, vis-à-vis d’autres tribus, le Contrôle Bédouin dut mettre en place des pratiques complexes et inscrites dans la durée. Face à l’espace perçu des Bédouins, l’Etat mandataire n’arriva à s’imposer qu’à la fin de l’entre-deux-guerres. Martin Thomas souligne que le contrôle des Bédouins par des méthodes autres que la violence était un important élément dans l’organisation domestique du territoire mandataire. Selon Philip Khoury et Katharina Lange, les méthodes de clientélisme utilisées par le CB et le Haut-Commissariat à Beyrouth ont eu un effet fondamental dans la structure interne des groupements bédouins : l’autorité des cheikhs (chefs) de tribu fut transformée pendant la période mandataire (Khoury, 1982, p. 182-190 ; Lange, 2015, p. 200-235).

  • 4 Capitaine Raynaud, officier méhariste du Contrôle Bédouin à Palmyre, au Lieutenant Goudiot, Chef de (...)

14En définitive, et en dépit de défis continuels, la « ceinture » d’Etats mandataires étouffa peu à peu les circulations bédouines. Dès juillet 1922, un rapport français expliquait que les rezzous n’étaient « nullement dangereux pour nos détachements […de méharistes…] [car] ils savent que nous pouvons rendre leur cheikhs responsables des actes qu’ils commettent. »4 En 1923, à Damas, Schoeffler (le délégué du nouveau Haut-Commissaire Weygand) explique que :

  • 5 Schoeffler, Délégué du Haut-Commissaire auprès des Gouvernements de Damas et du Djebel Druze, au Co (...)

« La question bédouine a été réglée en 1921 dans l’Etat de Damas par la sujétion directe des tribus à grande transhumance à la puissance mandataire, à l’exclusion des tribus Rayes assujettis à l’impôt aghnam et qui restent soumises aux autorités locales »5

15L’implication des « méharistes », soldats rompus aux conditions des marges sahariennes de l’Afrique du nord française, dans l’imposition du pouvoir français aux Bédouins signale la spécificité et l’importation des méthodes de contrôle employées à leur égard.

2. Un outil de gouvernement étatique face aux nomades : le Contrôle Bédouin

Genèse territoriale d’une institution de contrôle

16Jean-David Mizrahi a caractérisé la « dialectique du pouvoir mandataire et de l’insécurité » comme étant la raison d’être des services de renseignement au début du mandat (Mizrahi, 2003, p. 11). Le CB, qui existe en tant qu’institution en vertu de l’insécurité politique associée aux Bédouins, ne cherche pas tant à supprimer celle-ci qu’à la maintenir dans des proportions gérables. Selon Martin Thomas, c’est la « démarcation minutieuse des frontières […qui…] a précipité la pénétration des services de renseignement militaire franco-britanniques dans les contrées retirées de la Syrie et l’Irak » (Thomas, 2002, p. 6). Le CB fut créé en 1920 comme sous-section des services de renseignement, qui étaient soumis à l’autorité des délégués du Haut-Commissaire de chaque Etat (Thomas, 2002 ; Chatty, 1986, p. 33). Le Haut-Commissaire confia l’organisation de ce CB au Colonel Catroux, son représentant à Damas (Khoury, 1982, p. 182). Le CB fut établi seulement au sein d’Etats pourvus de populations bédouines importantes, en l’occurrence : celui de Damas, également responsable pour le Djebel Druze, et celui d’Alep.

17Un aperçu de l’histoire et du fonctionnement du Contrôle Bédouin basé à Damas permet de comprendre le rôle de cet organe :

  • 6 Un ouedi (ou wadi) est un cours d’eau. Le CB envoya certains officiers dans les campements bédouins (...)
  • 7 Délégation de Damas, Contrôle Bédouin, « Régime de l’Action du Contrôle Bédouin de la mouvance de D (...)

« L’action des officiers de renseignement spécialisés au CB s’est portée en particulier sur (…) la police au cours de la transhumance (…) le paiement de l’impôt forfaitaire du ouedi6, le règlement de questions religieuses entre tribus (…) la connaissance plus approfondie des tribus »7.

18Un autre rapport donne une idée du travail des officiers du CB :

  • 8 Les méharistes, sous la direction d’officiers français comme Raynaud, étaient des troupes formées d (...)
  • 9 Schoeffler à Bris (28 Février 1923) [CADN Nantes/1SL/V/982].

« Au début de Juin, les grands nomades se présentent à la lisière de la Ma’mûra. Ils se groupent dans […] les lacs de la Ghouta. Les moissons n’étant pas terminées, ils y sont invités par l’officier du CB central de Damas, et y sont maintenus, sans aucun déploiement de force… Le CB leur fixe des itinéraires… la gendarmerie, à défaut du peloton Méhariste8 qui avait été demandé, surveille le mouvement. »9

19Les officiers du CB n’étaient pas, comme le dit Philip Khoury, des méharistes eux-mêmes, mais avaient l’autorité nécessaire pour convoquer des unités de méharistes ou de gendarmerie mobile (Khoury, 1982 ; Thomas, 2007, p. 182-190). Du reste, des officiers méharistes avaient joué un rôle crucial dans l’organisation du mandat français : parmi les premiers officiers méharistes menant la conquête du Sahel français, se trouvait le jeune capitaine Henri Gouraud (Hulot, 1908), le futur premier Haut-Commissaire. Ces hommes emportaient des savoirs et des conceptions forgés en Afrique du nord dans leurs bagages.

Un transfert d’orientalisme

20Dans les affaires nomades, les officiers des services de renseignement français sont influencés par leurs expériences bureaucratiques coloniales en Algérie et au Maroc. Ces expériences étaient fondées sur des méthodes tendant à catégoriser et caractériser les populations locales selon les conceptions orientalistes (Saïd, 2005 ; Ababsa, 2009). Gouraud, le premier Haut-Commissaire en Syrie, avait été le bras droit du maréchal Lyautey au début du protectorat marocain. Il emmena avec lui des administrateurs « marocains » quand il débarqua à Beyrouth (Burke III, 1973, p. 177). Edmund Burke III a noté les similarités des corps administratifs marocains et syriens. Des hommes tels que Catroux avaient servi au Maroc (Burke III, 1973, p. 181 ; Thomas, 2002, p. 5), et allaient continuer, jusque durant la Seconde Guerre mondiale, à exercer leur influence.

21Le vocabulaire des administrateurs coloniaux souligne ici l’importance du précédent nord-africain pour les officiers français. Il a ses origines dans l’aménagement des populations nomades du Maghreb, qui avaient elles aussi été catégorisées comme opposées à l’ordre sédentaire, et dangereuses pour le développement de l’agriculture (Clerc, 2006, p. 7-8 ; Davis, 2007). Cette approche des tribus est réfutée par les historiens et les anthropologues (Hourani, 1990, p. 303-304 ; Kurt, 2011, p. 21-22 ; Tapper, 1990, p. 49-52). Cependant, la caractérisation de la tribu comme entité familiale par les Français leur permettait d’expliquer les activités violentes des Bédouins, et avait ainsi l’avantage d’en trouver une explication dans leurs luttes fratricides. Ils cherchèrent à exploiter ceux-ci pour leur exercice du pouvoir étatique.

22Les officiers spécialisés, formés aux savoirs et aux méthodes orientalistes, avaient les mains libres pour interpréter et classifier les populations nomades. Ces choix de classification, fondés sur la conception orientaliste de l’espace vécu des nomades, se révélèrent à longue portée, et contribuèrent à maintenir l’exception bédouine : selon Lange, la catégorisation des tribus en tant que phénomène social global comme « Bédouins » traversant des zones « d’estivage » et « d’hivernage » dans leur « mouvances » de Damas, Deir Ez-Zor, Alep, Hama, perdura après la période mandataire (Lange, 2015). Les fractions bédouines étaient elles-mêmes organisées en confédérations tribales opposées, se référant chacune à la justice bédouine qui reposait sur la punition ou, à défaut, la revanche et les codes d’honneur (Kennett, 2010). L’approche orientaliste des administrateurs français portait son attention sur les seuls leaders des « familles » (tribus) (Thomas, 2003, p. 545-546 ; Lange, 2015).

23En revanche, certains comptes rendus politiques rédigés par des Français et des Américains soulevaient la question de l’influence de l’orientalisme, laquelle conduisait les services de renseignement à concentrer leur attention sur les Bédouins. Un rapport sur la situation politique à Damas en 1921 faisait état du fait que les Bédouins ne souhaitaient pas s’allier avec les nationalistes urbains. :

  • 10 Délégation Française de Damas, Section Politique, “Rapport Mensuel, Aout 1921” (13 septembre 1921) (...)

« Les Bédouins ne cachent pas le profond mépris qu’ils ont des autorités locales, civiles ou militaires (…) [mais ils] (…) affirment (…) leur tendance bien nette à ne vouloir dépendre que de la puissance mandataire (…) La gendarmerie locale est parfois reçue à coups de fusil, tandis qu’un aviateur [français] qui atterrit près d’un campement se voit apporter de l’eau, du leben [lait caillé], des poires… »10.

24Un rapport du Consul américain à Damas en 1927 se fait l’écho du doute de ce rapport français envers la puissance des nomades :

  • 11 Consul des Etats-Unis à Damas, “The Bédouins” (6 janvier 1922) [National Archives and Records Admin (...)

« Une grande importance est fréquemment attachée aux Bédouins et (…) [à] leur influence dans les affaires du Proche-Orient (…) cependant une étude des faits (…) va révéler que leur raids sont beaucoup plus fréquents entre eux que contre leurs voisins civilisés et ce fait par lui-même devrait prouver qu’ils n’ont aucun désir à se constituer en une organisation nationale (…) » 11

25Dans certaines circonstances, pourtant, et à rebours des conceptions du CB, les Bédouins s’allièrent bel et bien avec les nationalistes urbains. Ainsi les Mawâlî rejoignirent-ils brièvement la Grande Révolte Syrienne en 1926 (Thomas, 2007). Cependant, de telles alliances furent le résultat de calculs au sein de chaque tribu et de décisions prises par leurs leaders « charismatiques » (Khoury, 1982). Les mécanismes tribaux d’application du pouvoir social par les cheikhs étaient subtils et labiles, et ne suffisaient en tout cas pas à permettre à ces derniers de faire face à l’imposition de l’espace étatique par la « ceinture » d’Etats mandataires. Comme l’écrit Ira Lapidus : « Il n’était pas rare que le procès de formation de l’Etat encourageât les tribus existantes à s’accorder avec l’autorité étatique » (Lapidus, 1990, p. 2).

Une onéreuse politique de cooptation des chefs et des tribus

  • 12 Général Gouraud, Haut-Commissaire, Beyrouth au Ministre de Guerre, Paris (3 novembre 1920) [CADN Na (...)

26Au cours des années vingt, les Bédouins de Damas, du sud-est et du nord furent cooptés à travers le CB. Cela n’allait pas de soi. Ainsi que l’admettait le premier Haut-Commissaire, le général Gouraud, des problèmes demeuraient dans les « régions (…) troublées (…) désertiques qui ne peuv[ai]ent être encore organisées et constitu[ai]ent des confins militaires ». Cette situation nécessitait des actions policières pour garantir « la couverture des Etats organisés […] et la sécurité aux caravanes »12. En revanche, et à côté des actions de nature policière, avant de pouvoir s’en remettre à une organisation de surveillance et d’aménagement comme le CB, Gouraud fut obligé d’acheter la paix.

  • 13 Ibid.
  • 14 Chef de bataillon Catroux, Damas (22 octobre 1920) [CADN Nantes/1SL/V/982].

27Un rapport datant de décembre 1920 expose le fonctionnement de cette politique « des chefs » (Ababsa, 2009, p. 66) tentée par le Haut-Commissaire Gouraud. Ce dernier estimait le coût relatif au silence politique des Bédouins en 1920 à 1,2 million de francs, ceci pour « pacifier » les Baggâra, la fraction Fed’ân des ‘Anizzah réunie derrière Mejhem Ibn Meheid, et 730 000 francs pour les seuls Rwalla de Nouri Shaalan13. Au début du Mandat, ce dernier reçut chez lui, au Grand Sérail de Beyrouth, plusieurs chefs de tribus. Parmi eux figurait le Cheikh Ghassaneh, chef de la fraction des Sba’ et leader de la tribu ‘Anizzah. La prise de contact initiale des Français avec Shaalan fut facilitée par l’octroi, dès octobre 1920, d’une subvention de 2 000 livres syriennes (£S) à ce dernier par Catroux, en échange du recrutement de 2 000 de ses hommes et de la garantie qu’il demeurerait à Damas14.

  • 15 Délégation de Damas, « Rapport Trimestriel 4eme Trimestre 1924 » (1924) [CADN Nantes/1SL/V/1843].

28L’attitude pacifique des Rwalla de Shaalan prit bientôt fin – ce qui n’aurait pas dû surprendre les Français, au vu de la longue histoire d’alliances temporaires et de ruptures de Shaalan avec les Ottomans, puis les Britanniques et le Royaume Arabe de Fayçal (Khoury, 1982, p. 184-184). Au demeurant, Shaalan semble avoir entretenu une étroite association avec certains officiers du CB. Quand il se prépara à faire son pèlerinage à la Mecque en 1924, il demanda au CB de gérer ses affaires de famille. Et de fait, deux de ses petits-fils, qui avaient visité Damas et dépensé trop d’argent en ville, furent renvoyés à leur tribu par deux officiers du CB pendant son absence15.

  • 16 « Cilicie [questionnaire] » (c. 1921) [CADN Nantes/1SL/V/982].
  • 17 Capitaine Raynaud, au Lieutenant Goudiot (10 juillet 1922) [CADN Nantes/1SL/V/982].

29En 1921, l’Armée du Levant, qui assurait le contrôle des territoires mandataires, recruta comme garde-frontières des contingents irréguliers locaux. Parmi eux se trouvaient 2 000 Rwalla du nord de Damas, 3 500 Fed’ân et Baggâra des environs de la ville, ainsi que des Turkmènes et des Tcherkesses16. En 1922, le Capitaine Raynaud suggéra de donner un rôle policier aux grands cheikhs bédouins du désert de l’Est de la Ma’mûra, utilisant des méthodes de contre-rezzous pour contrôler les incursions de tribus installées hors des frontières du territoire17. Un officier de Hama accompagna ainsi, pendant l’automne de 1923, des factions des Mawâlî et des Hadîddiyîn vers El Hamra. Un autre officier, venant de Damas, visita plusieurs factions à Dumeir, ‘Ain El-Barid, Kasr El-Hayr, Palmyre et Sukhné. Le CB encadrait les pratiques bédouines.

30Ce même officier prit ensuite part à un exercice délimitant la frontière avec l’Irak. A cette occasion, il traversa le désert, arriva à Deir Ez-Zor et rencontra les officiers du CB d’Alep à leur station à Raqqa où ils eurent une discussion sur les mouvances de certaines tribus avec des cheikhs de la Jézireh, une région de l’Est de la Syrie. En novembre 1923, ce même officier alla jusqu’à la frontière iranienne et déclara avoir salué le Shah d’Iran. En décembre, retournant en Syrie centrale, il rapporta avoir aperçu des El-Fa’our (une tribu du nord palestinien) soupçonnés d’être coupables d’une attaque contre un convoi d’autobus de la compagnie Nairn. Il raconta également avoir observé « plusieurs engagements ou contre-rezzous […] en mars, contre les Rwalla ayant razzié les Sba’ ; en avril contre un rezzou Amarat [tribu ‘Anizzah]».

3. Contrôler les mouvements pour faire frontière

La mobilité, clé de l’autonomie des Bédouins

31Même pour ce corps d’officiers habitués aux conditions désertiques, le contrôle de Bédouins syriens à travers leur mobilité restait un défi. Le capitaine Raynaud notait :

  • 18 Capitaine Raynaud, au Lieutenant Goudiot, Chef de l’Etat-Major de l’Armée Française du Levant (10 j (...)

« Ce n’est pas pour trois ou quatre medjidie [pièces d’argent] par jour que ces hommes qui ont pour les Français un respect douteux, puisqu’ils n’ont pas été battus par nos armes, vont donner leur vie pour nous… ils n’ont même pas l’instinct guerrier de certains de nos indigènes qui aiment le ‘baroud’ [carabine] pour le ‘baroud’ »18.

32Avec ces réserves en vue, Raynaud recommandait une politique fondée sur la formation d’une nouvelle compagnie mixte de méharistes et gendarmes, et sur le recrutement de goumiers (troupes auxiliaires autochtones). Les suggestions de Raynaud furent appliquées par les services de renseignement à Alep quand ils créèrent, en 1922, une force de gendarmerie mobile chargée d’appliquer les politiques de contrôle (Neep, 2012, p. 126).

33Le travail constant de contact et d’immersion du CB se révéla partiellement payant mais, ainsi que l’a montré Martin Thomas, les tribus n’étaient pas facilement dirigées par les services de renseignement. L’autonomie des tribus bédouines fut maintenue notamment grâce à leur capacité de mouvements inter-frontaliers. La tribu Sba’ avait par exemple des renseignements plus précis sur le terrain que les services français au début du Mandat, et réussissaient donc à éviter les taxes (Thomas, 2007, p. 189-190). En 1921, un rapport des services de renseignement indique que :

  • 19 Délégation Française de Damas, Section Politique, « Bulletin du Mois de Juillet sur les nomades de (...)

« Les chaleurs mettent le Bédouin à la merci des autorités, cependant on sent nettement que l’esprit pacifique du nomade, en été, évolue vers le mépris des autorités… dès qu’ils entrevoient la possibilité de reprendre la steppe désertique »19.

  • 20 « State of Syria: Bedouins Join Revolutionaries », Egyptian Gazette (8 mai 1922).
  • 21 Armée Française du Levant, 2ème Division, Service des Renseignements, « Message par poste » (17 oct (...)

34De fait, l’autonomie de mouvement signifie la possibilité de recouvrer une autonomie politique, même lorsque la paix a été achetée au prix fort. Nouri Shaalan, bénéficiant pourtant d’importantes subventions, fut signalé comme partisan de la première rébellion importante contre le mandat au printemps 1922, conduite par le jeune chef druze Sultan Pasha Al-Atrash (Neep, 2012, p. 113-114)20. Les chefs bédouins eux-mêmes étaient l’objet de pressions internes, les clans, fractions et tribus représentant des milliers de personnes tenues par un leader prépondérant. Le cheikh Hachem, fils du leader de la confédération tribale Shammar dut ainsi agir en tant que médiateur entre deux grands chefs de fractions Shammar : Dahan Al-Hadi et Adjeil Yaouer21. Contrairement aux récits orientalistes, le grand chef devait être une figure conciliante.

35En dépit du niveau d’autonomie des Bédouins, l’imposition d’une ceinture d’Etats mandataires eut pour effet de diviser l’espace perçu au quotidien par les Bédouins. Leur assimilation par l’Etat orientaliste et colonial illustre un effet plus subtil de l’écheveau de relations de proximité et de surveillance mis en place par le CB avec les Bédouins, leur insertion dans un espace conçu de nature nationale. Ceux de ces derniers qui se retrouvèrent à l’intérieur du territoire mandataire français devinrent « nos » Bédouins. Ceux qui venaient en Syrie pour le pâturage et la moisson mais avaient leur installation principale en dehors, dans les territoires sous l’autorité théorique des Britanniques, devinrent les « leurs ». Cette mutation résulta d’un véritable travail. Afin de surveiller et d’assurer l’observation des accords passés avec les différents groupes nomades, les officiers du CB, à la différence des autres officiers généralement affectés à une mission pour une durée limitée, étaient assimilés pour de longues périodes. Le contact dans la durée visait à fidéliser et par là nationaliser les Bédouins.

« Nos » Bédouins et les « Leurs » : l’imposition de la « ceinture » d’Etats mandataires.

36Les conflits autour des frontières ont eu un effet fondamental sur cette division entre « nos » et « leurs » Bédouins. Ce n’est qu’avec l’établissement de la « ceinture » d’Etats mandataires que les espaces perçus bédouins furent efficacement asphyxiés. Alors que la gouvernance des empires musulmans avait permis un semblant de liberté de mouvement, l’imposition de la forme étatique élimina progressivement l’accès des Bédouins à leurs espaces perçus traditionnels. Cependant ni la sanction internationale des espaces conçus créés par les frontières étatiques, ni les tentatives de les concrétiser par la violence ne suffisaient à contraindre les Bédouins, dont les espaces perçus continuaient à constituer un défi constant et multilatéral pour les autorités étatiques. En dernière analyse, l’intégration des Bédouins en tant que « nos » et « leurs » nomades par la bureaucratie française, parallèlement aux délimitations diplomatiques des frontières, finit par réduire la marge de manœuvre des Bédouins. La forme étatique commença à s’imposer, il est vrai avec difficulté, telle que Lefebvre l’a décrite, planant au-dessus des rivalités sociales et imposant son ordre.

  • 22 Territoire Autonome des Alaouites, « Annexe au Rapport 103/n s.r » (19 juillet 1921) [CADN Nantes/1 (...)
  • 23 Haut-Commissaire Gouraud, Beyrouth, au Directeur des Affaire Politiques et commerciales, Ministère (...)
  • 24 Délégation Française de Damas, « Bulletin de Renseignement N. 63 » (23 juillet 1922) [CADN Nantes/1 (...)
  • 25 Armée Française du Levant, 2ème Division, Service des Renseignements, « Rapport Mensuel (Octobre 19 (...)

37Sur la frontière septentrionale, l’Accord d’Ankara de 1921, fixant les conditions d’une frontière avec la Turquie, visait notamment à anticiper les tensions relatives aux populations nomades. Un autre accord, le protocole d’Ankara, portant sur les frontières, constatait à l’article 8 que « les tribus d’allégeance turque ou syrienne qui [jouissaient] d’un droit coutumier de pâturage [devaient] (…) obtenir les autorisations (…).(…) le chef de tribu ou Moukhtar (…) [ferait] connaître le nombre de tentes, le nombre d’hommes (…) le nombre d’armes ».22 Le 30 mai 1926, les autorités françaises et turques concluaient ainsi une « convention d’amitié et de bon voisinage », complétée en 1929 par un accord encourageant la coopération franco-turque sur la frontière. Une phase de détente s’instaurait sur celle-ci. Les frontières du sud et de l’est, en revanche, demeurèrent des zones de tension, où le dispositif frontalier créé au lendemain de la guerre était quotidiennement remis en question. Considérons par exemple Ahmed Merewed, chef de bande dans la Bekaa, à l’est du Liban. En septembre 1922, Gouraud en parlait dans sa correspondance au Quai d’Orsay, comme de « l’un de nos plus dangereux adversaires ». Les services de renseignement le soupçonnaient d’avoir travaillé pour l’émir Abdallah de Transjordanie. La famille de Merewed fut en outre accusée d’avoir été impliquée dans la tentative d’assassinat du Haut–Commissaire Gouraud en 1921, entraînant la mort de l’officier-interprète Branet. Gouraud ajoutait que la main de Merewed avait été derrière la rébellion druze dans le Hawran en 192223. Pendant celle-ci, en juillet 1922, le leader druze Salim Al-Atrash avait occupé la région de Touali-Ezleha et exhorté des tribus bédouines à rejoindre la rébellion24. L’appel fut en partie suivi, puisque des nomades comme les ‘Anizzah entreprirent ensuite une « vigoureuse résistance… supportés par les Turcs et probablement aussi par les Faisaliens [les Hachémites en Iraq et en Transjordanie] »25. Autour de Merewed s’organisaient des contestations multiples de l’ordre frontalier, de l’action la plus banale à la révolte ouverte.

38Les autorités mandataires françaises n’incriminaient pas les seuls Hachémites pour les tensions aux frontières et leurs conséquences politiques, mais rendaient également responsables leurs alliés nationalistes arabes vaincus à Maysalūn, et la puissance mandataire britannique, jugée laxiste. En février 1923, un rapport des renseignements affirme que :

  • 26 Service des Renseignements Central Beyrouth, « Bulletin Périodique N. 60 : Période du 16 Janvier au (...)

« La collaboration anglaise contre les bandes à la frontière de Transjordanie, ne s’est point encore manifestée (…). Peake Pacha, conseiller administratif de cette région (…) n’a point encore fait connaître ses intentions (…) notre consul à Jérusalem va le presser (…), l’extinction de ce petit foyer d’agitation ayant (…) un égal intérêt pour les deux nations mandataires »26.

  • 27 «Situation en Syrie et au Liban en Juillet et Aout 1924 » (1924) [CADN Nantes/616PO/1/Consulat/Sant (...)

39Un an plus tard, un rapport parlait d’une « violente campagne menée (…) par des agitateurs étrangers (…) appuyée par des incursions de bandits Transjordaniens dans le sud de la Syrie »27. Pour autant, les nomades continuèrent à ne pas respecter la frontière qui portait atteinte à leur espace perçu et aux mobilités qu’ils considéraient comme légitimes et séculaires. Pour preuve, la surveillance à leur encontre alla en s’intensifiant. Un système de passeport fut institué par le Chef du CB, le capitaine Charles Terrier, au début du mandat (Thomas, 2003, p. 555). Ceci permit de consigner les renseignements relatifs aux personnes qui traversaient les frontières mandataires.En 1924, un rapport de surveillance notait l’efficacité du service des passeports, ajoutant cependant que des nomades comme les Rwalla étaient libres de circuler entre le Sud syrien et la Transjordanie.

40En réalité, chaque individu, ou groupe nomade, qui voulait traverser la frontière était muni d’une carte d’identité pour passer les postes de contrôle. Au début des années 1930, un accord fut signé entre les Britanniques et les Français pour finalement régler la frontière du Sud syrien (Amadouny, 1995). De même, en Palestine, un accord entre les Britannique et les Français fut conclu, dès le 2 février 1926. Le système de passeports institué par le capitaine Terrier en Syrie et son homologue Britannique en Palestine fut confirmé dans cet accord. L’accord a prévu trois exemptions à la nécessité des passeports. L’article 3 stipule que les populations frontalières avaient le droit de passer entre le territoire Britannique et Français sans passeport. L’article 7 exempte les pèlerins pendant la fin du Ramadan. Enfin, l’article 9 exempte également les habitants du nord de la Palestine et du sud-Liban. (Anonyme, 1927). C’est pour cette raison que la tribu du nord de la Palestine, les El-Fa’our continua à circuler de là en Syrie (‘Abbasi & Seltenreich, 2007, p. 40). Les frontières restèrent donc quelque peu poreuses pour les nomades pendant tout l’entre-deux-guerres.

  • 28 Colonel Andrea, commandant des confins de l’Euphrates à Billote, General délégué du Haut Commission (...)
  • 29 Ibid.

41La frontière du sud-est, formalisée en 1921, fut également remise en cause par les pratiques des Bédouins. Dans un rapport, le Colonel Andrea, commandant des Confins de l’Euphrate, montrait que les négociations sur les frontières tendaient à territorialiser les nomades. Il explique que sur la frontière irakienne : « nos tribus [‘Syriennes’] ont subi 5 rezzous (…). Des restitutions [c’est-à-dire des contre-rezzous par tribus basées dans le territoire syrien] ont déjà été effectuées de notre côté »28. Le colonel Andrea distinguait entre des disputes entre nomades de « caractère tout local », qui « n’ont jamais mis en péril la sécurité du territoire », et celles qui étaient source de conflit aux frontières avec la Turquie nationaliste ou la Transjordanie, la Palestine et l’Irak sous mandat britannique. Ces dernières, en effet, « [donnaient] lieu à des démarches des autorités dont [dépendaient] les tribus assaillies »29. Leur caractère international les rendait préoccupantes pour les Français.

  • 30 Ibid.
  • 31 Délégation Française de Damas, Service de renseignement, « Note au sujet de la réunion projeté sur (...)

42Les mobilités transfrontalières informelles des Bédouins n’étaient pas seulement l’effet de la force de l’habitude ou de l’affirmation d’espaces perçus antérieurs au nouvel ordre régional, mais aussi d’actions politiques. Des rapports informaient les autorités françaises de l’influence anti-mandataire des wahhabites, qui se manifestait parmi les Rwalla par la formation, avec l’aval de Nouri Shaalan, d’une faction dirigée par Moudjhem Shaalan30. Ce rôle n’était néanmoins pas uniquement porteur de contestation ; il permit à Nouri Shaalan d’être un acteur de la mise en place des frontières. En avril 1923, sa présence fut requise par Lord William Palmer, administrateur du mandat irakien, aux négociations sur les confins irakiens, aux côtés de l’administrateur français du territoire de l’Euphrate, Schoeffler, et, du côté irakien, du chef nomade Ibn Hazzal31.

43L’autonomie des Bédouins montre les limites de l’appellation « nos Bédouins », mais reflète aussi une situation bien plus complexe que l’image idéalisée de la liberté bédouine. Préserver l’autonomie tribale de mouvement était capital pour un leader tel que Nouri Shaalan, qui tirait son influence du fait qu’il pouvait traverser les frontières. En termes pratiques, cela signifiait ne pas respecter les accords passés avec le CB, ni a fortiori tenir compte du tracé des frontières.

  • 32 George Rendel, Foreign Office, à E.C. Hole (Damas), Londres (11 septembre 1926) [The National Archi (...)

44En revanche, la ceinture mandataire commençait à faire sentir ses effets. L’introduction des frontières mandataires représentait, par rapport à l’époque ottomane, une rupture dans la définition des espaces étatiques. Selon Martin Thomas, les pratiques du CB étaient assez similaires à celles instituées par la Royal Air Force en Irak. Le chef du CB, Terrier, avait lui-même étudié les méthodes de contrôle britanniques (Thomas, 2003, p. 554-555). L’introduction de l’aviation en Syrie Mandataire eut un effet policier significatif (Neep, 2012). Pour couronner le tout, les diplomates du Foreign Office, tels que George Rendel et Lancelot Oliphant, manifestèrent une reconnaissance grandissante des bénéfices tirés de la « ceinture » d’espaces mandataires : aussi réprimandèrent-ils le consul britannique à Damas en 1926 pour ses manœuvres défavorables aux Français32.

4. Un cloisonnement de la vie bédouine

Contrôle économique de la Bâdiya et « ceinture d’Etats » mandataire

45La « ceinture » d’Etats mandataires créait les conditions de l’étouffement de l’autonomie spatiale des Bédouins, les privant de la sécurité économique que procurait l’existence d’un hinterland au-delà de la frontière. Françoise Métral note qu’à la suite des sécheresses de 1923, 1927 et 1931, les Bédouins de certaines régions se trouvèrent enclavés et gravement menacés par la famine (Métral, 1998, p. 49). Yoav Alon observe le phénomène dans son étude sur l’action du colonel Glubb auprès des Bédouins de Transjordanie (Alon, 2005, p. 225-226). Martin Thomas a également noté les effets négatifs de la sécurisation des zones désertiques sur les routes de commerce reliant des centres urbains tels qu’Alep, Mosul et Deir Ez-Zor (Thomas, 2003, p. 550). A la fin des années 1930, des géographes américains décrivent la suprématie des automobiles sur les anciennes caravanes chamelières dans la région de Sukhné, sur la route d’Alep à Mossoul (American Geographical Society, 1939, p. 147). La sécurisation des territoires mandataires menaçait alors directement les fondements de l’économie bédouine et la survie des tribus.

46Il est vrai que les routes commerciales n’étaient pas figées. Elles avaient continuellement changé au cours des 18e et 19e siècles (Philipp, 1998). Françoise Métral suggère un déclin relatif de l’économie caravanière, surtout après l’ouverture du chemin de fer du Hedjaz au début du 20e siècle. Cette évolution a eu des effets profonds sur la société nomade (Métral, 1998, p. 49), aussi bien par la diminution du revenu du transport de marchandises que par les ponctions prélevées par les tribus sur les marchands traversant leur dirah. Les puissances étatiques n’étaient pas les seules à exercer un droit de taxation. Le capitaine Raynaud nota au début du Mandat que cette taxation concernait aussi bien les « caravanes qui font la navette entre la Syrie et l’Iraq » que « les villages limitrophes de la zone désertique sur laquelle [les Bédouins] prélèvent la khawa » – c’est-à-dire une taxe « entre frères ».

Taxation, résistances et étouffement du mode de vie bédouin

  • 33 Durzi, alias « l’homme cyclope », était autrefois un allié de Nouri Shaalan. (Edel, 2014).

47Sous le mandat, de nouvelles taxes directes furent imposées sur les populations bédouines. Un rapport français détaille comment le CB réussit à s’approprier 12 929 Livres syriennes en 1923. Au cœur de ce nouveau régime fiscal se trouvait la taxe du ouedi, qui imposait aux Bédouins de payer pour accéder aux ressources hydrauliques. Cela représentait une nouvelle intervention étatique dans le contrôle des sources d’eau, qui auparavant avaient été traitées selon un droit coutumier et en accord avec la loi islamique. Traditionnellement, les revendications de l’un ou l’autre de ces groupes nomades représentaient « le point de départ du processus de territorialisation de la steppe » (Rae, 2006, p. 106). Il n’est donc pas surprenant que quelques groupes, dont une faction de 800 tentes Rwalla menée par Durzi Ibn Dughmi puis ralliée à la cause wahhabite, aient refusé de payer le gouvernement français33.

48Selon le rapport, d’autres groupes nomades transformèrent leur quotidien pour ne pas avoir à se plier à cette contrainte fiscale et, du même coup, aux délimitations nouvelles de l’espace étatique. Une section des Addelles, forte de 150 tentes, cessa de se rendre à la rivière Yarmouk pour ne plus être assujettie à l’ouedi. Au cours d’une saison, une sous-fraction des Amarat dirigée par Mohammed Turki Ben Mejlad détourna sa migration de la région de la Ma’mûra pour la même raison, l’ouedi prévu étant de 100 £S. L’évasion fiscale opérée par certaines tribus telles que les Sba’ avait des effets délétères sur les autres tribus, qui ne s’en sentaient que davantage ciblées par la fiscalité à destination des Bédouins (Thomas, 2003, p. 559).

  • 34 Lieutenant-Colonel Riper, Délégué adjoint au Haut-Commissaire pour le Sandjak de Deir ez-Zor, au gé (...)

49Une telle situation d’injustice fiscale et de ressentiment n’encourageait pas les Bédouins à payer les impôts. Cependant, la situation commença à évoluer au cours des années vingt. Un officier du CB pouvait informer ses chefs avec satisfaction que « pour la première fois cette année, l’impôt [le ouedi] a été réellement “payé” ». En 1923, Nouri Shaalan apporta lui-même la somme requise, pour partie en or (1072 « livres-or »), pour partie en argent papier (6552 livres syriennes). Les Wuld Ali finirent également, cette année-là, par payer leur ouedi en or (245 « livres-or »)34.

  • 35 Délégation de Damas, « Rapport Trimestriel- 3eme trimestre 1924 » (1924) [CADN Nantes/1SL/V/1843].
  • 36 Lieutenant-Colonel Riper, au commandant en chef de l'Armée du Levant (21 août 1925) [CADN Nantes/1S (...)

50L’aghnam, une autre taxe, représentait une amende punitive en cas de disputes entre nomades, afin d’encourager ces derniers à la conciliation. En 1923, cette taxe représentait 40 000 £S, dont les deux-tiers furent distribués aux bergers qui avaient été victimes de rezzous. D’autres aghnam-s font figure de compensation de dommages criminels, tels les 2 200 francs d’amende sanctionnant les dégâts subis par une ligne téléphonique entre Djérour et Nasriyé. Enfin, une taxe directe sur le bétail fut également prélevée. Dans l’État alaouite, celle-ci en vint à représenter 265 279 £S pendant l’année 192435. Des difficultés demeuraient pour la collecte des taxes dans certains contextes. Le journal beyrouthin El-Belagh relata comment une unité militaire française, envoyée procéder à la collecte dans les villages de Karsh Tikilly et Soukou, fut pourchassée par des villageois furieux36. Il est à noter qu’au début du mandat, la gendarmerie mobile était limitée aux juridictions respectives de chacun des Etats syriens.

51Les opérations de poursuite de nomades imposés par l’Etat de Damas devaient ainsi s’arrêter aux portes du Djebel Druze. Même avec la hausse des taxes, le revenu était, selon Martin Thomas, probablement inférieur à l’accroissement des dépenses entraîné par les nouvelles gendarmeries mobiles (Thomas, 2003, p. 558). L’étranglement fiscal des Bédouins, corrélatif de l’imposition d’une « ceinture » étatique réduisant leur liberté de mouvement, ne rapporta pas nécessairement de bénéfices aux différents Etats.

Conclusion

52Une étude des archives mandataires montre que l’Etat mandataire français, créé dans la violence avec des frontières conçues selon une approche coloniale, s’est concrétisé comme moyen d’organisation du territoire face à une résistance bédouine limitée. Outre la pression d’autres Etats de la région (les mandats britanniques et la Turquie kémaliste), l’espace étatique du Mandat français fut progressivement instauré conformément à son concept initial. Au début du Mandat, l’espace étatique syrien n’est pas assuré : il est sapé par les pratiques des Bédouins en fonction de leur espace perçu, et en conjonction avec les intrigues et aspirations des Etats voisins.

53L’espace politique du Moyen-Orient peut ainsi être compris comme le résultat de conceptions coloniales inspirées par Londres et Paris. Il est également le résultat d’une dialectique domestique divisant le contrôle étatique d’Ankara, Damas, Amman et Bagdad, capitales nouvelles où chaque administration prend conscience progressivement des pressions sociales qui se révèlent sur les territoires « westphaliens » du mandat. Au-delà de ces éléments, les analyses d’Henri Lefebvre nous rappellent que la formation, la justification de l’espace conçu par l’Etat, et son succès dans la répression des espaces perçus, tels que ceux formés à travers les circulations séculaires des Bédouins, sont un des processus inhérents à la domination de la forme étatique moderne.

L’auteur voudrait remercier les deux évaluateurs anonymes pour leur aide précieuse et détaillée. Il tient tout particulièrement à remercier les éditeurs pour leur soutien constant durant la réalisation de cet article. Cet article a été rendu possible grâce au soutien de l’Economic and Social Science Research Council [ES/J500082/1].

Haut de page

Bibliographie

ABBASI, M. & SELTENREICH, Y., 2007, « A Leader on Both Sides of the Border: The Amir Fa’our Al Fa’our Between Syria and Mandatory Palestine », Holy Land Studies¸ Vol. 6, No. 1, mai 2007, p. 23- 49.

ABABSA, M., 2009, « La recomposition des allégeances tribales dans le Moyen-Euphrate syrien (1958-2007) », Etudes Rurales, Vol.184, No.2, p.65-78.

ABABSA, M., 2009, Raqqa : Territoires et pratiques sociales d’une ville syrienne, Beyrouth, IFPO.

ALON, Y., 2005, « The Tribal System in the Face of the Mandate State-Formation Process: Mandatory Transjordan, 1921-46 », International Journal of Middle East Studies, Vol. 37, No. 2, p. 213-240.

ALTUG, S., WHITE, B. T., 2009, « Frontière et pouvoir d’État : la frontière turco-syrienne dans les années 1920 et 1930 », Vingtième Siècle, Vol. 103, No. 3, p.91-104.

AMADOUNY, V.M., 1995, « The Formation of the Transjordan-Syria Boundary, 1915-1932 », Middle Eastern Studies, Vol.31, No.3, p.533-549.

AMERICAN GEOGRAPHICAL SOCIETY, 1939 « Geographical Record », Geographical Review, Vol. 29, No. 1, p. 137-159.

ANONYME, 1927, « Agreement Between Palestine and Syria and the Lebanon to Facilitate Good Neighborly Relations in Connection with Frontier Questions », The American Journal of International Law, Vol. 21, No. 4, p. 147-151.

BALANCHE, F., 2000, Les Alaouites, l’espace et la pouvoir dans la région côtière syrienne : une intégration nationale ambiguë, Université François Rabelais, Tours, thèse de doctorat.

BATATU, H., 2012, Syria’s Peasantry, The Descendants of Its Lesser Rural Notables, and Their Politics, Princeton NJ, Princeton University Press.

BELL, G., 1919, The Desert and the Sown, Londres, Heinemann.

BOCCO, R., CHATELARD, G., 2001, « Comment peut-on être bédouin ? », in Bocco, R., & G. Chatelard, Jordanie : le Royaume frontière, Paris, Autrement.

BURKE III, E., 1973, « A Comparative View of French Native Policy in Morocco and Syria, 1912-1925 », Middle Eastern Studies, Vol.9, No.2, p.175-186.

CHATTY, D., 1986, From Camel to Truck: The Bedouin in the Modern World, Londres, Vantage.

CLERC, P., 2006, « La Géographie Française et les "indigènes" », Les Géographes Français et l’Altérité en terrain colonial : Le cas de l’Afrique Du Nord », (non publié, conférence donnée à Papeete).

DAVIS, D. K., 2007, Resurrecting The Granary of Rome: Environmental History and French Colonial Expansion in North Africa, Athens OH, Ohio University Press.

DOWES, D., LEWIS, N. N. 1992, « Taxation and Agriculture in the District of Hama, 1800-1831: New Material From the Records of the Religious Court », in Philipp, T., The Syrian Land in the 18th and 19th Century: The Common and the Specific In the Historical Experience, Stuttgart, Franz Steiner.

EDEL, C., 2014, Les seigneurs du désert : de Tombouctou à La Mecque, témoignages, 19e siècle-20e siècle, Paris, Omnibus.

FRANZ, K., 2011, « The Bedouin in History or Bedouin History », Nomadic Peoples, Vol.15, No.1, p.11-53.

HOURANI, A., 1990, “Tribes and States in Islamic History”, in. Khoury P. & J. Kostiner (dir.), Tribes and State Formation in the Middle East, Berkeley & Los Angeles CA, University of California Press.

HULOT, B. E., 1908, « L’Œuvre de pénétration des méharistes sahariens », Revue Des Deux Mondes, Tome XLIV.

KARK, R., FRANTZMAN, S. J., 2010, « Bedouin, Abdul Hamid II, British Land Settlement, and Zionism: The Baysan Valley and Sub-District, 1831-1948 », Israel Studies, Vol.15, No.2, p.49-79.

KENNETT, A., 2010, Bedouin Justice: Law Customs Among the Egyptian Bedouin, Londres, Routledge.

KHOURY, P. S., 1982, « The Tribal Shaykh, French Tribal Policy, and the Nationalist Movement in Syria Between Two World Wars », Middle Eastern Studies, Vol.18, No.2, p.180-193

LANCASTER, W., 1997, The Rwala Bedouin Today, Long Grove IL, Waveland Press.

LANGE, K., 2015 « “Bedouin” and “Shawaya”: The Performative Constitution of Tribal Identities in Syria During the French Mandate and Today », Journal of the Economic and Social History of the Orient, Vol.58, p.200-235.

LAPIDUS, I., 1990, « Introduction: Tribes and the Complexities of State Formation in the Middle East”, in. Khoury, Philip S. & Joseph Kostiner (dir.), Tribes and State Formation in the Middle East, Berkeley & Los Angeles CA, University of California Press.

LEFEBVRE, H. 1976, De L’État – 1, L’État dans le Monde Moderne, Paris, Union Générale d’Éditions.

LEFEBVRE, H. 1991, The Production of Space, Oxford, Basil Blackwell.

LEWIS, N. N., 1988, Nomads and Settlers in Syria and Jordan 1800-1980, Cambridge, Cambridge University Press.

MARTIN, J. Y. 2006, « Une géographie critique de l’espace du quotidien. L’actualité mondialisée de la pensée spatiale d’Henri Lefebvre », Articulo - Journal of Urban Research, N° 2.

MASALHA, N., 1991, « Faisal’s Pan-Arabism, 1921-1933 », Middle Eastern Studies, Vol.27, No.4, p.679-694.

METRAL, F., 1996 « Biens tribaux dans la steppe syrienne entre coutume et droit écrit », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, No. 79-80, p. 89-112.

METRAL, F., 1998, « Changements dans les routes et les flux commerciaux du désert syrien 1870-1920 : Le sort incertain des oasis du Nord de la Palmyrene », in Philipp, T. & B Schaebler, The Syrian Land: Processes of Integration and Fragmentation. Bilad Al-Sham from the 18th to the 20th Century, Stuttgart, Franz Steiner.

MIZRAHI, J.-D., 2003, Genèse de L’Etat mandataire : services des renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Paris, Editions de La Sorbonne.

NEEP, D., 2010, « Policing the Desert: Coercion, Consent and the Colonial Order”, in Khalili, L., & J. Schwedler (éds), Policing And Prisons in the Middle East: Formations of Coercion, Londres, Hurst & Co.

NEEP, D., 2014, Occupying Syria under the French Mandate: Insurgency, Space and State Formation, Cambridge, Cambridge University Press.

ORLANS, H., 2002, T.E. Lawrence: Biography of a Broken Hero, Jefferson, NC, McFarland.

PEDERSEN, S., 2006, “The Meaning of the Mandates System: An Argument”, Geschichte und Gesellschaft, Vol.32, No.4, p.560-582.

PETERS, F. E., 1978 « Romans and Bedouin in Southern Syria », Journal of Near Eastern Studies, Vol.37, No.4, p.315-326.

PREVOST, P., 2012, La France et la tragédie palestinienne : retour sur les accords Sykes-Picot, Paris, Erick Bonnier.

RAE, J., 2006, « Les politiques foncières dans la steppe d’Alep : l’interface entre les tribus et l’État », in Geyer B. & R. Jaubert, Les Marges Arides du Croissant Fertile. Peuplement, Exploitation et Contrôle des Ressources en Syrie du Nord, Lyon, Maison de la Méditerranée.

RAE, J., 2006, « Les politiques foncières dans la steppe d’Alep : l’interface entre les tribus et l’État », in Geyer, B. & R. Jaubert, Les Marges Arides du Croissant Fertile. Peuplement, Exploitation et Contrôle des Ressources en Syrie du Nord, Lyon, Maison de la Méditerranée.

ROGAN, E., 2002, Frontiers of the State in the Late Ottoman Empire: Transjordan 1850-1921, Cambridge, Cambridge University Press.

SAID, E. 2005, L’Orientalisme : L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil.

SCHUMACHER, G., 1889, Across The Jordan, Londres, Alexander Watt.

TAPPER, R., 1990, « Anthropologists, Historians and Tribespeople on Tribe and State Formation in the Middle East » in. Khoury, P., & J. Kostiner (dir.), Tribes and State Formation in the Middle East, Berkeley and Los Angeles CA, University of California Press

THOMAS, M. C. 2002, « French Intelligence-Gathering in the Syrian Mandate, 1920-1940 », Middle Eastern Studies, Vol.38, No.2, p.1-35.

THOMAS, M. C. 2008, Empires of Intelligence: Security Services and Colonial Disorder after 1914, Berkeley CA, University of California Press.

THOMAS, M., 2003, « Bedouin Tribes and the Imperial Intelligence Services in Syria, Iraq and Transjordan in the 1920s », Journal of Contemporary History, Vol.38, No.4, p.539-561.

VAN DER STEEN, E., 2013, Near Eastern Tribal Societies During the Nineteenth Century: Economy, Society and Politics between Tent and Town, Londres, Routledge.

VELUD, C., 2000, « French Mandate Policy in the Syrian Steppe”, in Mundy, M., & B. Musallam, (éds), The Transformation of Nomadic Society in the Arab East, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Annexe

Archives

Nantes. Centre Des Archives Diplomatiques (Ministère des Affaires Etrangères)

Mandat Syrie-Liban. Cabinet Politique

Consulat Santiago

Paris. Centre Des Archives Diplomatiques (Ministère des Affaires Etrangères)

Série E-Levant

Kew, Londres. The National Archives (TNA).

FO 684/3

College Park, Maryland. National Archives and Records Administration (NARA)

Roll 14/890d (Syria)

Haut de page

Notes

1 Le mot « bédouin » renvoie originellement à un pastoralisme nomade, dans une zone de déplacements traditionnels déterminée par les structures familiales, la dirah. Avec la sédentarisation, cette définition s'efface progressivement derrière le fait social de l'identification des individus et des familles comme bédouins.

2 La ma’mura est l’espace cultivé qui limite la bâdiyya, la zone nomadique spécifique au désert syrien. Comme le note Françoise Métral, cet espace, tel qu’il est conçu par les technocrates de l’Etat Mandataire, n’est pas défini par les représentations cartographiques, mais plutôt par les expériences bédouines. Il est donc sujet à l’adaptation des Bédouins face aux changements environnementaux.

3 Voir note 1 pour le sens de ce mot.

4 Capitaine Raynaud, officier méhariste du Contrôle Bédouin à Palmyre, au Lieutenant Goudiot, Chef de l’Etat-Major de l’Armée Française du Levant (10 juillet 1922) [Centre Des Archives Diplomatiques, Nantes : CADN Nantes/1SL/V/982].

5 Schoeffler, Délégué du Haut-Commissaire auprès des Gouvernements de Damas et du Djebel Druze, au Commandant Bris (28 février 1923) [CADN Nantes/1SL/V/982].

6 Un ouedi (ou wadi) est un cours d’eau. Le CB envoya certains officiers dans les campements bédouins installés près de points d’eau pour leur prélever la taxe dite de l’ouedi. (Thomas, 2007, p. 190). Cette taxe (connue comme vedi) avait été introduite dans les dernières années de l'Empire ottoman, mais son paiement n’était pas respecté (Lange, 2015, p. 208).

7 Délégation de Damas, Contrôle Bédouin, « Régime de l’Action du Contrôle Bédouin de la mouvance de Damas au Cours de l’année 1923 » (22 février 1924) [CADN Nantes/1SL/V/982].

8 Les méharistes, sous la direction d’officiers français comme Raynaud, étaient des troupes formées d’officiers français et d'indigènes mauritaniens, soudanais et touaregs pour contrôler le vaste désert saharien au début du 20ème siècle.

9 Schoeffler à Bris (28 Février 1923) [CADN Nantes/1SL/V/982].

10 Délégation Française de Damas, Section Politique, “Rapport Mensuel, Aout 1921” (13 septembre 1921) [CADN Nantes/1SL/V/2377].

11 Consul des Etats-Unis à Damas, “The Bédouins” (6 janvier 1922) [National Archives and Records Administration, College Park Maryland/Roll 14/890d].

12 Général Gouraud, Haut-Commissaire, Beyrouth au Ministre de Guerre, Paris (3 novembre 1920) [CADN Nantes/1SL/V/982].

13 Ibid.

14 Chef de bataillon Catroux, Damas (22 octobre 1920) [CADN Nantes/1SL/V/982].

15 Délégation de Damas, « Rapport Trimestriel 4eme Trimestre 1924 » (1924) [CADN Nantes/1SL/V/1843].

16 « Cilicie [questionnaire] » (c. 1921) [CADN Nantes/1SL/V/982].

17 Capitaine Raynaud, au Lieutenant Goudiot (10 juillet 1922) [CADN Nantes/1SL/V/982].

18 Capitaine Raynaud, au Lieutenant Goudiot, Chef de l’Etat-Major de l’Armée Française du Levant (10 juillet 1922) [CADN Nantes/1SL/V/982].

19 Délégation Française de Damas, Section Politique, « Bulletin du Mois de Juillet sur les nomades de l’Etat de Damas » (12 décembre 1921) [CADN Nantes/1SL/V/982].

20 « State of Syria: Bedouins Join Revolutionaries », Egyptian Gazette (8 mai 1922).

21 Armée Française du Levant, 2ème Division, Service des Renseignements, « Message par poste » (17 octobre 1923) [CADN Nantes/1SL/V/982].

22 Territoire Autonome des Alaouites, « Annexe au Rapport 103/n s.r » (19 juillet 1921) [CADN Nantes/1SL/V/985].

23 Haut-Commissaire Gouraud, Beyrouth, au Directeur des Affaire Politiques et commerciales, Ministère des Affaires Étrangères, Paris (2 septembre 1922) [CADN Paris/E Levant/Carton H12/Dossier 1A/208].

24 Délégation Française de Damas, « Bulletin de Renseignement N. 63 » (23 juillet 1922) [CADN Nantes/1SL/V/982].

25 Armée Française du Levant, 2ème Division, Service des Renseignements, « Rapport Mensuel (Octobre 1921) » (5 novembre 1921) [CADN Nantes/1SL/V/2372].

26 Service des Renseignements Central Beyrouth, « Bulletin Périodique N. 60 : Période du 16 Janvier aux 17 Février 1923 » (18 février 1923) [CADN Paris/E-Levant/Carton 417/ Dossier 1/ 286].

27 «Situation en Syrie et au Liban en Juillet et Aout 1924 » (1924) [CADN Nantes/616PO/1/Consulat/Santiago 51].

28 Colonel Andrea, commandant des confins de l’Euphrates à Billote, General délégué du Haut Commissionnaire auprès du gouvernement d’Alep (15 cctobre 1924) [CADN Nantes/1SL/V/982].

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Délégation Française de Damas, Service de renseignement, « Note au sujet de la réunion projeté sur la frontière Franco-Iraquienne » (8 avril 1923) [CADN Nantes/1SL/V/982].

32 George Rendel, Foreign Office, à E.C. Hole (Damas), Londres (11 septembre 1926) [The National Archives (TNA) Kew/FO 684/3]; Lancelot Oliphant, Foreign Office, à Hole, Londres (1 novembre 1926) [TNA Kew/FO 684/3].

33 Durzi, alias « l’homme cyclope », était autrefois un allié de Nouri Shaalan. (Edel, 2014).

34 Lieutenant-Colonel Riper, Délégué adjoint au Haut-Commissaire pour le Sandjak de Deir ez-Zor, au général commandant en chef de l’Armée du Levant, Beyrouth (21 août 1925) [CADN Nantes/1SL/V/982].

35 Délégation de Damas, « Rapport Trimestriel- 3eme trimestre 1924 » (1924) [CADN Nantes/1SL/V/1843].

36 Lieutenant-Colonel Riper, au commandant en chef de l'Armée du Levant (21 août 1925) [CADN Nantes/1SL/V/982].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Idir Ouahes, « Une « ceinture » d’espace étatique : le contrôle des Bédouins au début du Mandat Français en Syrie », L’Espace Politique [En ligne], 27 | 2015-3, mis en ligne le 11 mars 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3695 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3695

Haut de page

Auteur

Idir Ouahes

Doctorant au Département d’Histoire
Université d’Exeter (Royaume-Uni)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org