Navigation – Plan du site
Géographies politiques du tourisme

Circulations, espace et pouvoir - Penser le tourisme pour penser le politique

Circulations, Space and Power – Rethinking Tourism and the Political
Linda Boukhris et Amandine Chapuis

Résumés

Article introductif du numéro 28 (2016-1) de la revue L’Espace politique intitulé « Géographies politiques du tourisme »

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Fondé sur l’exploitation de différentiels culturels, sociaux, économiques, règlementaires, le tourisme est un champ complexe qui offre un terrain particulièrement pertinent pour penser l’articulation des rapports de pouvoir. Dans ce numéro, nous voulons l’appréhender comme un laboratoire privilégié pour questionner une diversité d’enjeux de géographie politique.

2En effet, loin d’être un secteur économique annexe, le tourisme est un vecteur majeur de la mondialisation. L’Organisation Mondiale du Tourisme annonçait pour la première fois en 2013 avoir dépassé la barre symbolique du milliard d’arrivées touristiques internationales, un chiffre conséquent qui prend en considération les mobilités multiples de certains grands voyageurs, mais qui en revanche invisibilise l’ensemble des flux qui ont lieu à l’intérieur des frontières nationales. Or, ce n’est plus désormais dans les pays riches que la croissance de l’accès aux pratiques touristiques est la plus importante mais bien à l’intérieur des pays émergents. Le tourisme fait circuler massivement des personnes mais aussi des capitaux, des imaginaires, des expériences, des concepts et des méthodes. L’ensemble de ces flux participe à la production et à la transformation des rapports sociaux, des représentations, des normes et des institutions. En cela, il contribue à la reconfiguration des organisations politiques.

3Par ailleurs, en tant que pratique de consommation matérielle et symbolique, dans le cadre de sociétés de loisirs, le tourisme permet d’interroger les mécanismes économiques, mais aussi sociaux et culturels, de production des espaces et des identités qui sont consommés. Cette co-production, à laquelle les touristes participent activement à travers leur acte de consommation questionne à la fois la distribution du pouvoir (illustrée par les luttes pour l’appropriation des ressources matérielles et immatérielles) et la dimension politique de la production des identités (qui se déploie dans la présentation, la promotion et l’instrumentalisation des identités dans le cadre de stratégies élaborées par des groupes d’acteurs). À ce titre, le tourisme nous donne l’opportunité de questionner le modèle de fonctionnement des sociétés de loisirs dans une perspective éminemment politique, en articulant notamment construction des identités collectives et phénomènes de marchandisation des cultures.

4Le tourisme est donc un objet de la circulation particulièrement à même de nous faire réfléchir à la fois sur la production des territoires et sur la formation des territorialités et des subjectivités. Nous l’appréhendons comme un fait social total et non comme un espace-temps déconnecté de la quotidienneté des individus. Il s’insère dans des processus socio-économiques, institue une matérialité et met en jeu des relations de pouvoir, de domination et de résistance, qu’il convient de mettre à jour.

5L’examen des relations entre tourisme et politique n’est pas inédit dans la recherche en tourisme, notamment francophone. Les travaux de Georges Cazes (1989) analysaient déjà la manière dont les dynamiques touristiques participaient des mutations des pays du Tiers-Monde, en montrant notamment un rapport de force structurellement déséquilibré entre une industrie touristique mondialisée et des communautés locales partiellement dépossédées de leurs ressources (Cazes, Courade, 2004). Un numéro thématique de la revue Hérodote (2007) proposait d’aborder la « géopolitique du tourisme », posant la question du tourisme comme forme de néo-colonialisme (Giblin, 2007). Les travaux des membres de l’Équipe MIT ont quant à eux mis en lumière d’autres échelles du jeu politique, à l’instar d’Isabelle Sacareau (1997) analysant la reconfiguration des rapports de pouvoir entre groupes sociaux au Népal dans le cadre du développement du trekking dans l’Himalaya.

6Dans ce numéro, nous souhaitons réexplorer les relations entre tourisme et politique, à la lumière de travaux théoriques et empiriques issus d’une nouvelle génération de géographes, d’anthropologues et de politistes. Les articles publiés partagent une approche de recherche fondée sur des méthodes ethnographiques et se nourrissent des théories politiques qui ont émergé au sein des sciences sociales ces dernières décennies, de la critique postcoloniale aux théories de la reconnaissance, en passant par la question de l’autonomie et celle du féminisme. Ils réfléchissent à la manière dont penser le tourisme permet de repenser l’espace politique. Notre objectif n’est pas de réaliser un état de l’art exhaustif sur un champ aussi vaste et des enjeux aussi pluriels, mais bien de tracer des pistes proposant une approche critique des liens entre espace et politique, à partir de l’objet tourisme. Les travaux mobilisés au sein de notre propos introductif ainsi que les articles de ce numéro permettent de montrer de quelle façon le champ du tourisme offre des possibles pour penser le politique dans toutes ses échelles, de la structure étatique aux relations individuelles, en passant par les rapports antagonistes entre groupes sociaux.

Le tourisme et les idéologies politiques

7Penser les liens entre espace, tourisme et politique nécessite de rappeler le rôle joué par le tourisme dans trois dynamiques majeures qui ont contribué à façonner l’ordre politique mondial actuel. En effet, le tourisme a non seulement accompagné l’expansion coloniale, participant de la constitution de ses imaginaires et promouvant ses logiques internes, mais il a également joué un rôle dans de multiples formes de contrôle biopolitique du corps social et a enfin appuyé l’émergence des États-Nations, participant activement aux processus de construction nationale. Le tourisme a ainsi historiquement été étroitement lié à la production et à la circulation des idéologies politiques, participant de leur triple fonction d’intégration sociale, de légitimation et de domination (Ricoeur, 1986).

L’entreprise touristique au cœur du projet colonial

8Le tourisme se présente comme un outil de propagande majeur de l’idéologie coloniale forgée par les puissances européennes à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle (Zytnicki et Kazdaghli, 2009). Le développement touristique des territoires colonisés devient un moyen de démontrer la grandeur de la nation colonisatrice ainsi que sa force modernisatrice et civilisatrice. Il s’articule ainsi étroitement aux politiques de modernisation des colonies, aux politiques patrimoniales de conservation de la « culture indigène » ainsi qu’à la production d’imaginaires géographiques alimentant le désir colonial entre la métropole et les colonies.

  • 1 La CGT dessert alors toute l’Afrique du Nord et joue un rôle majeur dans le développement touristiq (...)

9L’exemple de la Libye coloniale, étudié par Brian McLaren, illustre de manière éclairante le rôle du tourisme dans le projet de modernisation et de domination mené par les autorités italiennes fascistes (McLaren, 2006). En effet, le tourisme est envisagé comme une projection des accomplissements du colonialisme italien et devient un véritable instrument de propagande coloniale contre la perception d’une Libye aride et déserte. Dès les années 1920, les guides touristiques de Tripoli s’adressent au public métropolitain en énumérant les travaux publics en cours, en célébrant le développement agricole et économique, ou encore la recherche archéologique. La littérature touristique illustre alors la position de l’Italie comme nation colonisatrice et participe de la définition de la « romanité », incarnée par la pratique touristique (Malia Hom, 2012). Le projet de modernisation vise également à démontrer au monde la force de l’Empire fasciste en Afrique. De nombreux investissements touristiques sont alors portés par l’administration coloniale : construction de routes modernes, d’aéroports, d’infrastructures hôtelières, aménagements des espaces urbains de Tripoli et Benghazi selon les normes de la modernité, organisation des transports en bus, négociations avec la Compagnie Générale Transatlantique1 afin d’augmenter la fréquence des dessertes, développement des aménités touristiques (théâtres, cinémas) et des évènements qui forgent l’image moderne de la colonie fasciste. Le tourisme devient par ailleurs un outil de contrôle spatial à travers la cartographie et le quadrillage du territoire balisé par les routes et les sites touristiques.

  • 2 Le tourisme incarne à cet égard cette approche pacifique de la colonisation comme le rappelle le Pr (...)

10Cette politique de promotion touristique s’articule également à la patrimonialisation des traditions culturelles « indigènes », inscrite au cœur du projet colonial. En effet, le déploiement de l’ordre colonial se structure à partir d’une dialectique entre la modernité des puissances colonisatrices et la tradition essentialisée des peuples colonisés. De nombreux travaux démontrent à partir d’une généalogie patrimoniale, le rôle de la politique coloniale dans la conservation et la restauration du patrimoine des territoires colonisés, incarnant le patrimoine de l’Empire (Edwards, 2007). C’est le cas de la vieille ville de Marrakech avec les nombreuses politiques patrimoniales initiées par Lyautey dès 1921 (Borghi 2006 ; Girard, 2006). Avec l’aide du Service des Antiquités, des Beaux-Arts et des Monuments Historiques créé en 1912, l’objectif est alors de faire de la place Jama el Fnaa et de la médina de Marrakech, un paysage perçu comme traditionnel et authentique en dehors de toute modernité, justifiant par là même la mission civilisatrice et privilégiant la politique d’association2. Cette politique patrimoniale contribue ainsi à produire une « culture indigène » essentialisée, mise en scène et spectacularisée pour le regard européen, à commencer par le regard touristique. En effet, Lyautey rappelle à maintes reprises le rôle du patrimoine culturel et artistique dans le développement touristique de Marrakech faisant ainsi du tourisme un co-producteur du patrimoine colonial :

« Le regard touristique était déjà implicite dans la réflexion sur la valorisation du patrimoine, son caractère universel et sa préservation » (Minca, 2006, p.168).

11On retrouve également l’organisation de tours pédestres de la Casbah à Alger par la Société d’hivernage nord-africaine (Perkins, 2007), renforçant cette idée de « spectacle » indigène, décrit par ailleurs par Jean-François Staszak (2015) dans le cadre du quartier réservé de Bousbir.

12Le rôle du tourisme dans la production et la circulation de l’idéologie coloniale se situe enfin au niveau des imaginaires qui façonnent le désir colonial entre la métropole et les colonies (Gregory, 2001). Le tourisme est en effet un puissant producteur d’images présentes dans les guides, les cartes postales, les brochures, les récits de voyage, les photographies. Ces imaginaires dessinent la figure orientale, exotique, authentique et traditionnelle d’une altérité radicale, celle de l’indigène. Ils circulent et se matérialisent non seulement dans le dispositif spatial de la colonie mais aussi de l’espace métropolitain. La « culture coloniale » (Blanchard, Lemaire, 2003) pénètre ainsi l’imaginaire populaire français à travers les spectacles, les théâtres, les romans, les films mais aussi les musées dont de nombreuses collections sont issues des expéditions coloniales ou encore, les zoos humains du Jardin Zoologique d’Acclimatation de Paris. Les acteurs du tourisme (compagnies maritimes, syndicats d’initiative d’Afrique du Nord, hôteliers et organisateurs de tours, le Touring Club de France etc.) sont associés aux nombreux évènements de propagande coloniale organisés dans la métropole (Perkins, 2007) : la Semaine du Tourisme colonial organisée à Bordeaux en 1920, l’Exposition coloniale de Marseille de 1922 ou encore l’Exposition coloniale de Paris de 1931 qui propose de faire le « tour du monde en un jour ».

13La politique touristique incarne ainsi cette volonté de matérialiser la puissance des empires coloniaux et participe dans le même temps de la production d’un ordre colonial, caractérisé par une expérience touristique moderne de consommation d’une altérité radicale. Elle a participé à la production d’espaces et de cultures visuelles, à l’œuvre encore aujourd’hui dans les imaginaires touristiques postcoloniaux, comme en témoigne la persistance des imaginaires orientalistes et exotisants dans la promotion des destinations touristiques, dans la matérialité des lieux touristiques produits ainsi que dans le sens donné à leurs pratiques par les touristes (Peyvel, 2011).

Biopolitique et contrôle touristique du corps social

14Cette expression des idéologies politiques dans le champ du tourisme ne cherche pas seulement à toucher les esprits mais prend également en charge les corps. On peut considérer certains lieux touristiques comme des dispositifs (Oswin, 2010; Estebanez, 2010), c’est-à-dire des productions à la fois discursives et matérielles qui exercent un contrôle social de l’ordre du biopolitique, produisant dans le même temps, des subjectivités propres, voire des formes de résistance.

15Historiquement, certaines stations ont d’ailleurs été conçues dans un objectif assumé de reproduction et de renouvellement, au sens social et biologique, du corps social. Les stations touristiques créées au moment des empires coloniaux sont en ce sens des exemples particulièrement éclairants (Jennings, 2011, Demay, 2014). En Indochine notamment, des stations sont planifiées en altitude ou en bord de mer afin de rechercher la fraicheur et la douceur d’un climat plus tempéré. Les séjours des colons y sont conçus comme des « temps de rémission » en réponse directe à la « crise d’acclimatement de l’homme blanc » (Sorre, 1947, p.96). Si l’architecture régionaliste directement importée des modes en vigueur en Europe est sensée palier la nostalgie des colons, on cultive aussi aux abords des hôtels de quoi imiter les menus qu’on trouverait en métropole et nourrir les corps blancs. En outre, si les stations constituent clairement les espaces d’un entre-soi social et racial (dont témoigne l’urbanisme), c’est aussi qu’il s’agit de gérer la reproduction sexuelle et ses enjeux politiques. Les stations sont ici des lieux privilégiés des alliances matrimoniales légitimées, tandis qu’ailleurs, les quartiers réservés (Taraud, 2003) permettent d’assouvir les fantasmes exotico-érotiques des colons, tout en évitant d’avoir à légitimer les enfants auxquels ces unions pourraient donner le jour. Face à des rencontres et des désirs qui brouillent des frontières racialisées entre groupes de populations, on peut considérer les espaces touristiques coloniaux comme des dispositifs qui réinscrivent ces frontières tout en prenant en charge ce trouble (Staszak, 2015).

16Ces dispositifs touristiques qui évoluent au cours de l’histoire, apparaissent à la fois comme des instruments de contrôle social et comme des supports nécessaires à la diffusion et aux succès populaires des idéologies politiques, notamment totalitaires. Des travaux ont par exemple montré la manière dont les Nazis se sont appuyés sur le tourisme pour mettre en œuvre matériellement l’idéologie raciste de l’espace vital à travers l’expérimentation de plusieurs de ces dispositifs. Au début des années trente, une organisation de masse, Kraft durch Freude (la Force dans la Joie) est créée pour encadrer l’activité touristique, qui rend accessible le tourisme et les loisirs à de nombreux travailleurs, suscitant ainsi leur adhésion tout en offrant des espaces d’endoctrinement et d’acculturation à l’idéologie nazie (Spode, cité par Equipe MIT, 2011). L’organisation produit notamment des projets urbains utopiques, dont la station balnéaire de Prora, sur les rivages de la Baltique, constitue un des exemples les plus aboutis (Baranowski, 2007). Non seulement l’isolement de l’enclave touristique répond aux objectifs de ségrégation raciale et d’endoctrinement mais elle permet également la mise en œuvre concrète de l’idéologie de l’espace vital à l’échelle des individus. En effet la conception urbanistique et architecturale de la station prévoit une organisation sociale normée qui s’appuie sur une exploitation rigoureuse de l’espace. La découpe des appartements, tous du même standing afin d’incarner le mythe du dépassement de la lutte des classes, tous prévus pour des familles hétérosexuelles avec deux enfants, est calculée en fonction d’une application à grande échelle de la théorie de l’espace vital, de même que la taille de la plage doit explicitement permettre d’offrir à chaque famille 60m2 de sable afin de préserver à chaque individu un espace vital personnel de 15m2 .

  • 3 Voir à ce sujet les références mobilisées dans Peyvel, 2015.

17S’il existe des travaux d’historiens qui mettent en évidence ce rôle de contrôle biopolitique et d’incorporation des idéologies politiques assuré par les lieux touristiques, en particulier au sein des régimes totalitaires3, peu de recherches transposent encore ce questionnement en termes de dispositif à une analyse contemporaine des sociétés de loisirs capitalistes. Tim Edensor a cependant bien montré comment les enclaves touristiques sont conçues comme des dispositifs d’encadrement maximum des pratiques touristiques, visant à éviter tout comportement déviant et menant à une importante normalisation, qui passe d’abord par la normalisation des travailleurs eux-mêmes (Edensor, 2001). Claudio Minca poursuit dans ce sens, en analysant certains lieux touristiques (comptoirs et stations d’abord, Minca, 2010, puis hôtels, Minca et Ong, 2015) comme espace d’exceptionnalité, qui fonctionnent sur des régimes spatio-temporels spécifiques, où l’industrie touristiques tente de réduire au minimum les interactions inattendues (notamment entre clients et travailleurs). Le régime d’exception qui s’applique aux enclaves touristiques se traduit par une variété de dispositifs spatiaux matériels, tels que des murs, des barrières, des sociétés de sécurité privées, des dispositifs panoptiques comme la vidéosurveillance. Mais ce régime d’exception prend aussi des formes plus subtiles, celles de règles explicites qui imposent aux travailleurs d’être en représentation permanente et de normes tacites qui amènent les visiteurs à suivre des instructions sans se poser de questions et à avoir l’air heureux en toutes circonstances. Autant de dispositifs matériels et symboliques, imposés, intériorisés et incorporés qui forment la « nature biopolitique de la machine touristique » (Minca, 2010, p.91), ne fonctionnent que parce qu’ils sont étroitement associés à des dispositifs de care : c’est en accordant un soin tout particulier aux corps, qu’on séduit et discipline les esprits.

18Ces analyses, qui déploient le registre de la domination, sont fondamentales et doivent être articulées à celles qui mettent en évidence la performativité des pratiques touristiques dans la reproduction des codes très normés qui régulent les comportements des touristes (Chapuis, 2012), mais aussi à la question de la réflexivité (MacCannell, 2001). En effet, les comportements distanciés et ironiques de détournement des dispositifs touristiques sont omniprésents si on observe étroitement les pratiques touristiques. Il faut donc être attentif à la fois à l’incorporation des dispositifs et à la subjectivation qu’ils induisent, aux ressorts de la domination comme aux formes de résistance, y compris infra-politique, que déploient les individus qui y sont confrontés.

Penser la production de l’Etat et de la nation à partir du tourisme

19La relation entre tourisme et idéologies politiques s’inscrit également dans le cadre de la production des idéologies nationales et de la construction des Etats. En effet, dès le XIXe siècle, le tourisme se présente comme une véritable pédagogie nationale au cœur de la fabrique des identités. Le travail d’Anne-Marie Thiesse (1999) met par exemple en évidence le rôle des associations bourgeoises de cyclotouristes, des associations d’alpinistes et de randonneurs mais aussi l’organisation de voyages scolaires et les mouvements de jeunesse comme moyen de forger la nation française. « Parcourir la nation » (Thiesse, 2001), c’est parcourir le territoire, telle une forme de consommation identitaire qui s’articule autour des « choses à voir », à l’instar des visites des usines sidérurgiques et des chantiers navals imposées aux groupes de vacanciers dans les pays soviétiques.

  • 4 La dimension hégémonique est entendue comme une forme de domination historiquement située et contin (...)

20L’explosion des mobilités touristiques internationales nous invite aujourd’hui à repenser les nouvelles formes de production de la nation dans lesquelles les circulations globalisées de capitaux, de personnes, d’imaginaires participent de processus d’ancrage, dépassant ainsi la dichotomie gottmanienne de l’iconographie et de la circulation (Gottman, 1950). De récents travaux contribuent à cette nouvelle réflexion en envisageant le tourisme globalisé au cœur d’une politique économique de la nation (Werry, 2011 ; Boukhris, 2013), participant de la production de l’Etat-Nation à plusieurs échelles, des territorialités subjectives aux territorialités institutionnelles. À cet égard, l’article de Jennifer Devine (2016, dans ce numéro) nous invite à repenser le rôle contemporain du tourisme dans la production d’une identité nationale, dans un contexte de post guerre civile au Guatemala. À la suite de travaux sur le rôle du tourisme dans le nationalisme post conflit (Babb, 2010), elle engage une réflexion sur le tourisme comme « terrain » de production du récit national, de projection internationale de la figure nationale mais aussi de négociation et de contestation du récit historique officiel, démontrant ainsi le rôle du tourisme dans la production de récits contre-hégémoniques4. À partir d’une approche multi-située, son travail cherche à dépasser l’analyse de l’industrie touristique prise dans des relations de pouvoir de type néocolonial et montre comment le tourisme est aussi un espace politique où se forge une mémoire historique, des futurs alternatifs et une solidarité collective. D’autres travaux envisagent également le tourisme comme un espace matériel et symbolique où se façonnent des interprétations du passé et l’invention de futurs, à l’instar du tourisme en Israël qui devient un instrument politique de judéisation de Jérusalem, permettant de réécrire le mythe national en effaçant la présence arabe de la ville (Hercbergs, Noy, 2015). Ces travaux mettent également en lumière l’imbrication des politiques mémorielles et des politiques touristiques menées par les Etats, le tourisme devenant un prisme d’analyse des logiques plurielles et conflictuelles de patrimonialisation du passé, à l’instar de la mémoire de l’esclavage (Araujo, 2010).

  • 5 À ce sujet, voir les nombreux travaux de la political ecology (Mostafanezhad et al., 2016).

21Le tourisme est également un terrain à partir duquel il est possible de s’interroger sur l’exercice du pouvoir de l’État, notamment dans les relations qu’il entretient avec des idéologies politiques globales. L’analyse du « gouvernement de la nature » en situation touristique proposée par Tristan Loloum (2016, dans ce numéro) permet d’identifier le processus de territorialisation de l’Etat qui s’opère à partir du contrôle et de la gestion environnementale des ressources et des territoires dans le cadre du développement touristique5. L’exemple de la Colombie, analysé par Diana Ojeda (2012), montre de quelle façon la conservation de la nature, au cœur du projet touristique, se traduit par des politiques restrictives d’accès et d’usage des ressources locales pour les membres de la communauté villageoise du Parc National de Tayrona, situé sur la façade caribéenne du pays. Elle revient ainsi sur le choix de l’Etat colombien d’accorder une concession au sein du Parc National à une entreprise privée pour le développement des services touristiques, présentée alors comme une garantie financière à la conservation de la biodiversité et la promesse de nombreux emplois. Cet exemple illustre l’articulation entre le développement touristique et des dynamiques localisées d’accaparement des terres organisées par l’Etat et des entreprises privées au nom du développement et de la conservation. Il s’agit alors d’attirer des investissements dits « responsables » et des touristes soucieux de l’environnement, ce qui se traduit par la criminalisation, voire l’exclusion des membres de la communauté villageoise (pêcheurs, paysans, guides…). Le tourisme s’inscrit ainsi au cœur du déploiement de pratiques coercitives de conservation, facilite l’accumulation de capital, caractérisé par le « green grabbing » (Fairhead, Leach, Scoones, 2012) et légitime des processus de dépossession. Cet exemple met également en évidence les liens entre touristification, contrôle territorial de l’Etat et militarisation du territoire en Colombie. En effet, si l’Etat colombien mobilise des groupes paramilitaires dans le but de sécuriser les sites touristiques et garantir les mobilités touristiques, la promotion touristique invisibilise cette géographie des violences. Il montre également de quelle façon le tourisme est élevé en cause nationale par l’Etat colombien visant à « reprendre le pays » et reconquérir le territoire national, suite au contexte du conflit armé avec les Farcs. Jennifer Devine (2014) examine elle aussi à partir du cas guatémaltèque, les relations entre le contrôle territorial de l’Etat, la militarisation de la conservation et le développement touristique. Elle montre ainsi l’instrumentalisation des projets écotouristiques comme stratégie politique de contre-insurrection menée par l’Etat dans un contexte de post guerre civile.

22L’article de Tristan Loloum montre en outre qu’au-delà des constructions idéologiques, ce sont les pratiques quotidiennes de production de l’État qui peuvent être interrogées en observant le fonctionnement du tourisme. En analysant la production d’institutions environnementales au Brésil, il illustre, à la manière d’une anthropologie de l’Etat par le bas, les apories d’un mode de gouvernance au prisme de la régulation environnementale de l’activité touristique. En mettant en scène les interactions sociales au cœur des institutions environnementales de l’Etat, il soulève la nécessité de penser le politique au delà des cadres étatiques. À l’heure de l’avènement du discours post-national dans le cadre de

« La mondialisation, la décentralisation, la régionalisation, le réveil des localismes, etc., et de formes d’identités collectives émergentes transnationales » (Debarbieux, 2010),

23de nombreux travaux nous invitent en effet à déconstruire le paradigme territorial, le « triangle magique culture-territoire-identité » (Cuillerai, Abeles, 2002, p. 15). À la suite des travaux d’Ulrich Beck (2006) ou d’Arjun Appadurai (2005) qui s’attachent à signifier la fin de l’adéquation entre entité géographique et identités sociale et collective et à démontrer l’avènement de nouveaux modèles de production de la territorialité, comme conséquence de la mondialisation contemporaine, le tourisme constitue un objet de recherche permettant de penser la fabrique contemporaine des identités plurielles et mobiles, dans leur articulation avec des logiques héritées d’ordonnancement politique du monde.

Le tourisme et la justice sociale

24Penser les liens entre espace, tourisme et politique, c’est considérer les dynamiques et pratiques touristiques comme des prismes à travers lesquels se configure la dimension politique des identifications individuelles et collectives. En effet, de nombreuses recherches, notamment celles publiées dans ce numéro, montrent le rôle du tourisme dans les processus de luttes pour la reconnaissance (Honneth, 2006) qui traversent une grande diversité de groupes situés dans des positions de domination. Or, les relations établies entre ces luttes et les dynamiques touristiques posent la nécessité de ne pas uniquement les penser sous l’angle culturel ou symbolique mais de les réinscrire dans l’économie politique qui les supporte, révélant ainsi les enjeux politiques pluriels et complexes du tourisme.

La fabrique touristique des identités contre-hégémoniques

25Melissa Elbez (2016, ce numéro) propose une réflexion sur la fabrique des identités plurielles et mobiles en situation touristique et les rapports de pouvoir qui la traversent. À partir du cas de Tulum, au Mexique, elle analyse les tensions liées à la nécessité pour les autorités publiques, d’élaborer un discours cohérent sur l’identité locale dans un contexte de développement touristique (en l’occurrence la figure essentialisée du Maya mythique) et le caractère hétérogène et fluctuant de la population de la ville renforcé par les flux migratoires (des travailleurs saisonniers aux résidents étrangers adeptes d’un tourisme New-Age). Elle décrypte ainsi la complexité des compositions identitaires, faites de bricolages et d’enchevêtrements multiples, au sein de sociétés traversées par un ensemble de flux globalisés.

26Son approche s’inscrit en ce sens dans les récents travaux cherchant à renouveler les analyses classiques des relations entre tourisme et identité. En effet, les travaux issus du champ des tourism studies se sont historiquement construits autour de deux pôles antithétiques. Une première approche s’est attachée à envisager le tourisme comme destructeur des identités, analysant les effets néfastes du tourisme sur les identités essentialisées, folklorisées, et marchandisées. Une seconde approche a consisté à démontrer le rôle du tourisme dans la revalorisation des identités locales et les processus de qualification matérielle et symbolique des territoires. À l’instar des travaux de Bernard Debarbieux (2012), une troisième voie envisage de montrer de quelle façon le tourisme est stratégiquement mobilisé par des groupes dominés et devient un terrain à partir duquel ils s’autodéfinissent dans le cadre de tactiques politiques de lutte pour la reconnaissance. Ces tactiques s’inscrivent au cœur d’une approche politique dans laquelle les « sans-parts » (Rancière, 1995) cherchent à accéder à un régime de visibilité.

27Ces revendications identitaires, qui s’appuient sur le tourisme comme un vecteur permettant d’accéder à certaines formes de visibilité, ne doivent pas seulement être comprises en termes culturels ou symboliques. Comme l’a montré Nancy Fraser (2011), la question de la visibilité ou celle de la reconnaissance de groupes minoritaires (non pas seulement au sens quantitatif mais bien au sens de groupes sociaux dominés) sont indissociables de la question de la redistribution des richesses, à des échelles variées. Il s’agit ici de penser le politique comme un mode de régulation d’une distribution inégale du pouvoir, ainsi que toutes les luttes qui découlent de ces inégalités. Le tourisme devient bien une « arène politique » (Oiry-Varacca, 2016, ce numéro), où s’entremêlent la lutte pour la reconnaissance d’identités subalternes et la lutte pour une redistribution plus équitable des richesses, notamment celles produites par l’activité touristique. Les sentiments d’injustice ou de discriminations émanent généralement de populations qui se sentent déconsidérées sur le plan symbolique mais aussi lésées sur le plan économique, réclamant une meilleure redistribution de la manne touristique effective ou supposée. Mari Oiry-Varacca, dans ce numéro, montre le rôle que joue l’espace dans cette double constitution des registres de la lutte, en analysant les initiatives touristiques inventées pour contrer des situations de marginalité, dans les montagnes marocaines, la marginalisation de certains espaces constituant de manière indissociable une relégation sociale. Mais cette marginalité doit être pensée à des échelles très variées et pas seulement celle du territoire national. Ainsi Tristan Loloum (2016, ce numéro) montre comment, sur le littoral du Nordeste brésilien, à l’échelle d’une commune, le « gouvernement de la nature », intrinsèquement lié à la production de la ressource touristique et à ses acteurs principaux, ne s’impose pas à tous de la même manière, en fonction des ressources économiques, culturelles, sociales et in fine politiques dont disposent les différents groupes sociaux en présence. De ces ressources découle la capacité à s’approprier les politiques environnementales, à négocier leur application quelque peu discrétionnaire et finalement, à se maintenir dans les espaces les plus convoités. Cette dynamique est aussi clairement liée aux possibilités très inégales que les uns et les autres ont d’entrer sur le marché du travail touristique, nécessitant des qualifications spécifiques inégalement accessibles.

28Par ailleurs, en proposant une analyse de la fabrique touristique des identités contre-hégémoniques, les articles de ce numéro permettent de mesurer la complexité des luttes pour la reconnaissance, révélant par exemple l’ambiguïté des implications de l’essentialisme stratégique (Spivak, 1987) comme tactique de lutte. En effet, l’illusion d’homogénéité relative des « minorités » qu’implique l’essentialisme stratégique masque en réalité des rapports de pouvoir internes aux groupes qui fondent leurs luttes pour la reconnaissance sur des critères culturels. Mari Oiry-Varacca met ainsi en évidence la main mise des élites locales amazighes sur les initiatives de mise en tourisme « alternatif », mais aussi l’ambiguïté des conséquences de ces initiatives sur les rapports de genre. Jennifer Devine montre quant à elle comment la mobilisation du tourisme par les Maya Tz’utujil afin de réaffirmer leur identité et revendiquer leur territoire, entraîne un processus d’auto-essentialisation d’une identité exclusive, conduisant à des pratiques d’éviction des Juifs, des non résidents participant à l’économie touristique du village et des résidents étrangers, incarnés principalement par la figure du hippie.

Une économie politique de la différence

29Si le tourisme nous apporte un éclairage important dans les processus de luttes pour la reconnaissance, il nous permet également de penser les enjeux politiques de la promotion de la différence, au-delà du devenir des minorités, à l’heure où le capital culturel devient une véritable rente économique (Harvey, 2008). L’avènement de la doctrine du tourisme culturel porté par l’UNESCO, conçu comme un « bon » tourisme, illustre la façon dont l’industrie touristique s’est fait le porte-voix de l’éthique de « l’interculturalité » (Cousin, 2008) et le protecteur de l’identité culturelle. Toutefois, des travaux analysent de façon critique le déploiement des politiques multiculturelles au cœur de l’économie néolibérale (Boccara, 2011), faisant de l’» ethnicité » une ressource rare à patrimonialiser et à commercialiser, notamment dans le cadre de l’économie touristique.

30À cet égard, les politiques identitaires entrent tout particulièrement en cohérence avec la marchandisation culturelle à l’œuvre dans la production de la ville néolibérale. C’est par exemple l’enjeu de la mise en tourisme des quartiers dits « ethniques » des grandes métropoles (Rath, 2007), où les projets urbains fondés sur la « fable cosmopolite » (Chapuis, Jacquot, 2014) participent de la compétition urbaine mondiale. Cette marchandisation, inscrite au cœur de l’idéologie de la « ville créative » (Vivant, 2009), peut être également portée par les immigrés et leurs descendants qui se trouvent être à la fois les sujets et les entrepreneurs de ces projets urbains et des processus d’exotisation qui les accompagnent. Il en résulte certes la promotion de lieux venant combler un déficit de visibilité mais aussi la production d’espaces extrêmement régulés, à l’instar, parmi beaucoup d’autres, de la description que Tu Chuang Chang propose du double processus de thématisation ethnique et d’aseptisation du marché urbain « Little India Arcade » à Singapour (Chang, 2000).

31La question de la marchandisation culturelle des identités sexuelles constitue un autre exemple éclairant des intrications entre déploiement du multiculturalisme comme ressource touristique et économie politique de la différence. La création de quartiers gays tels que les emblématiques Marais à Paris ou Castro à San Francisco résulte historiquement d’une nécessité de créer des espaces refuges permettant d’échapper à l’hétéronormativité des espaces publics. Ils ont servi de foyers pour la revendication de droits sociaux et politiques, d’espaces de visibilisation des luttes collectives et de lieux d’affirmation identitaire pour un très grand nombre de personnes (Bell, Valentine, 1995). Dans le même temps, les quartiers gays sont devenus, pour beaucoup d’homosexuel.le.s, des destinations touristiques, alors que se développaient des stations, des plages, des croisières dédiées à la clientèle gay, illustrant la nécessité d’ » aller ailleurs pour être soi-même » (Hugues, 1996 ; Leroy, Jaurand, 2010). Mais le développement de cette pink economy a également eu pour conséquence une normalisation des caractéristiques identitaires « global gay » (Altman, 1997) et une invisibilisation, voire des formes d’exclusion de groupes subalternes, à commencer par les lesbiennes, les queers, les trans et les personnes racisées. Ce sont les expériences de certaines de ces subalternes que l’article de Rachele Borghi (2016, dans ce numéro) donne à voir, à travers une enquête portant sur les pratiques des lesbiennes à la plage. Cette recherche montre également la manière dont l’analyse d’une pratique touristique apparemment anodine, aller à la plage, par des membres d’une minorité sexuelle, les lesbiennes, pose en réalité la question éminemment politique de l’universalité de l’accès à l’espace public, en montrant, au contraire, des dynamiques d’exclusion multifactorielles résultant de l’hétéronormativité comme de l’homonormativité, jusqu’à leur plus intime incorporation par les personnes.

32En outre, les quartiers gays comme les évènements tels que les marches des fiertés, ou gay prides, sont rapidement devenus des étendards du cosmopolitisme de la métropole créative globale et des supports directs de mise en tourisme des destinations métropolitaines. Dans son analyse des publics de la gay pride de Sydney, Lynda Johnston (2001) montre la promotion évènementielle réalisée par l’office du tourisme australien et l’attraction que l’évènement constitue y compris pour des publics hétérosexuels en quête de ce cosmopolitisme enchanté. Nombreuses sont les personnes qui dénoncent désormais la contribution de ces évènements à une économie néolibérale globalisée où la participation à la vie publique et les luttes pour la reconnaissance semblent se résumer de plus en plus à la capacité à consommer. Parmi de nombreux exemples de marches alternatives aux gay prides, des « pride de nuit » sont désormais organisées à Paris, qui dénoncent notamment la dépolitisation de ces évènements à travers des slogans mobilisant la question des loisirs et de la consommation tels que « Danser ne suffit pas, nos luttes sont solidaires, nos fiertés sont politiques »6.

33Enfin, cette imbrication des politiques de la reconnaissance dans l’économie capitaliste globale s’accompagne également d’une recomposition des liens entre sexualités et nationalismes. Jasbir Puar (2012) met par exemple en évidence le rôle spécifique du tourisme dans ce qu’elle appelle l’homonationalisme, soit un questionnement sur la relation renouvelée, en particulier après les attentats du 11 septembre 2001, entre impérialisme états-unien et minorités sexuelles à travers les pratiques de consommation touristique. S’appuyant sur les récits de l’industrie touristique gay qui se présente alors comme un secteur de niche plus résilient vis-à-vis de la menace terroriste que le reste de l’industrie touristique, elle argumente :

« Au sein de l’appareil démocratique états-unien, l’acte de consommation ayant valeur de témoignage de croyance politique, si vous n’êtes pas terroriste c’est donc que vous êtes patriote, comme le manifeste votre formidable aptitude à la consommation » (Puar, 2012, p.49).

34La consommation touristique devient alors, pour des populations qui continuent de subir des formes de stigmatisation et des processus d’exclusion, une manière d’affirmer son appartenance pleine et entière à la nation états-unienne. Aussi l’examen de l’économie politique de la différence dans le cadre des politiques touristiques permet de soulever une série d’enjeux, à l’instar de la production d’espaces régulés et de corps normés. Cette économie politique de la marchandisation culturelle doit toutefois être resituée dans un contexte plus global, à savoir celui de la production touristique des rentes de monopole.

Désirables et indésirables dans la production touristique des rentes de monopole

35Le capital symbolique collectif est devenu une ressource fondamentale du capitalisme mondial (Harvey, 2008), offrant une rente de monopole largement exploitée par le tourisme. Il apparaît comme une force majeure dans l’économie politique de la mondialisation, aujourd'hui plus que jamais mobilisée par les villes engagées dans une compétition au sein de l’archipel métropolitain mondial afin d’attirer capitaux et travailleurs qualifiés. Ces métropoles tentent de gérer et de faire fructifier ces rentes de monopole symbolique à travers des projets urbains et un marketing territorial globalisé. Cette gestion se nourrit de processus de patrimonialisation, en particulier du bâti historique, à différentes échelles, notamment, à l’échelle mondiale, par l’intermédiaire de l’UNESCO qui fait figure d’instance de régulation attribuant ou non de la valeur à ces rentes. Elle se nourrit également d’opérations urbaines célébrant la métropole entrepreneuriale (Hall et Hubbard, 1996) ou créative à travers des entreprises de réhabilitations, en particulier des espaces industriels, dans le cadre d’un passage de la ville productive à la ville festive (Gravari-Barbas, 1998 ; Hannigan, 2005), ou d’interventions architecturales. S’en suit une tension permanente entre d’une part l’exploitation commerciale de ces rentes, qui implique une certaine mise en conformité des produits de la rente suivant les affinités et les pratiques des consommateurs au risque de l’affaiblissement de la singularité du capital symbolique, et d’autre part, des efforts nécessaires de réinvention et de renouvellement de la rente qui en assurent la pérennité à travers l’exclusivité (Zukin, 2010). À l’heure de la valorisation du cosmopolitisme comme attribut des métropoles mondiales, comme évoqué précédemment, il est particulièrement intéressant de constater, à la suite de Dereka Rushbrook (2002), de quelle façon la marchandisation touche même des quartiers historiquement ségrégués ou relégués, comme certains quartiers d’immigration ou de sexe, qui fournissent un capital culturel aux consommateurs du tourisme urbain, à travers la fréquentation de corps racisés et/ou queerisés, le capital culturel de minorités participant ainsi à nourrir la rente de monopole touristique.

  • 7 Voir le numéro thématique de la revue Espaces et Sociétés « Urbanité et tourisme » (2012).

36Souvent associées aux fronts de gentrification ou aux processus de résidentialisation des économies locales, à l’instar des médinas de Marrakech (Kurzac-Souali, 2007) ou à travers les activités de location d’appartements meublés, les dynamiques de mise en tourisme participent pleinement de la production et de la reproduction de ces rentes en élargissant les espaces de consommation dans la ville et en faisant des espaces urbains des produits de consommation7. Des mouvements de protestation voient progressivement le jour, notamment en Europe et aux États-Unis, dénonçant la marchandisation des lieux de vie du quotidien, la participation des capitaux touristiques à l’enchérissement de l’immobilier et donc à l’exclusion des couches les moins favorisées (Colomb, Novy, 2016). En effet, ces dynamiques sélectionnent les imaginaires sur lesquels s’appuie la marchandisation, qualifient les modalités de pratique des espaces, légitimant certains usages et usagers désirables, ou au contraire en énonçant d’autres comme indésirables et générateurs de nuisances. C’est ainsi la question politique de la participation à la vie de la cité qui est en jeu dans ces processus de qualification/requalification des espaces urbains, comme le montrent Sébastien Jacquot et Cristina Notarangelo (2016, dans ce numéro) lorsqu’ils décrivent, sur le port de Gênes, les conflits et micro arrangements entre vendeurs informels migrants et forces de l’ordre, et l’organisation d’une véritable résistance politique des migrants qui tentent de négocier leur accès à l’espace touristique et leur possibilité d’y demeurer.

37L’ordre urbain qui accompagne l’essor du tourisme révèle des rapports de pouvoir extrêmement déséquilibrés, lorsqu’il accentue l’exclusion des classes populaires et d’une partie des classes moyennes des centres urbains, tout en en faisant des espaces finalement uniquement accessibles pour la consommation, y compris la consommation de masse, qui concerne une part non négligeable de ces mêmes populations. Si on se replace dans la perspective d’Henri Lefebvre (1968), il s’agit bien d’une lutte acharnée, déséquilibrée et conflictuelle pour défendre des intérêts opposés dans le cadre d’un droit à la ville plein et entier. C’est donc aussi du côté des pratiques de touristes appartenant à des groupes sociaux hétérogènes qu’il faut se pencher pour comprendre les enjeux politiques de l’appropriation touristique de l’espace. En effet, au-delà d’une capacité commune à consommer, les appartenances sociales multiples des touristes permettent d’observer l’imbrication des rapports sociaux à l’œuvre dans la manière dont on fait du tourisme.

Pratiques touristiques, identités individuelles et rapports au politique

38Le tourisme, en tant que pratique de consommation à la fois matérielle et symbolique interroge également le fonctionnement des sociétés de loisirs. Les pratiques touristiques apparaissent comme des produits des rapports sociaux et leur analyse permet de repenser le politique comme l’expression d’un monde social conflictuel, fondé sur des rapports antagonistes entre groupes sociaux. Une diversité de recherches s’attache aujourd’hui à montrer la complexité des dynamiques de reproduction et de recomposition des rapports sociaux en jeux dans le cadre des pratiques touristiques.

39C’est notamment le cas de travaux cherchant à renouveler l’approche du tourisme sexuel, en analysant les processus de fabrique des masculinités (Thurnell-Read, Casey, 2014) et des féminités qui se jouent dans les rapports sociaux de sexe en situation touristique. Les pratiques touristiques des femmes blanches occidentales engageant des relations intimes avec des hommes « locaux » (Cauvin-Verner, 2009) ont ainsi fait l’objet d’une série de travaux - notamment dans l’espace caribéen, en Amérique latine et en Afrique - permettant de mettre en évidence un retournement apparent du rapport de genre qui se nourrit d’un rapport de domination économique et de la spécificité du féminisme occidental, tout en renforçant leur blanchitude et leur occidentalisme (Frohlick, 2012 ; Sanchez Taylor, 2000). En effet, ces rapports intimes participent de processus d’érotisation du corps noir, associé à sa puissance sexuelle (Wade, 2009), et reproduisent par là-même un modèle hégémonique de masculinité normé à partir de la virilité. Ces pratiques participent en retour d’une dénonciation du féminisme opérée par les hommes blancs occidentaux qui nourrissent leurs pratiques sexuelles en contexte touristique en Asie, de fantasmes érotico-exotiques sur la soumission et la douceur des femmes asiatiques, supposée éradiquée aux USA et en Europe par le féminisme (Roux, 2011). Ces travaux nous permettent ainsi d’envisager les pratiques touristiques de type Nord/Sud dans une relation dialectique (encore trop peu envisagée) à partir de laquelle des modèles de genre circulent, se recomposent et/ou se reproduisent.

40Au-delà des logiques globales de domination articulant foyers émetteurs de touristes au Nord et foyers récepteurs au Sud, une lecture micro-politique des pratiques touristiques permet d’identifier les processus de recomposition des rapports sociaux et les modalités d’identifications individuelles. La question des liens entre tourisme et diaspora nourrit par exemple cette problématique. Les travaux d’Anthony Goreau-Ponceau (2010) sur la diaspora tamoule insistent sur la dimension identitaire de voyages en quête de « racines » qui s’actualisent très différemment selon les générations, à l’image des récits qu’Arjun Appaduraï (2005) faisait de ses propres voyages en Inde en compagnie de sa femme états-unienne blanche et de leur fils. Les recherches de Jennifer Bidet et Lauren Wagner (2012) sur les vacances dans le pays d’origine des descendants d’immigrés algériens et marocains en France montrent comment de nombreuses expériences mettent en évidence un sentiment de dissonance entre identité institutionnalisée par le passeport, appartenances nationales (parfois doubles), ressources économiques, apparences corporelles et manières d’être. Au-delà des « vacances au bled », Anissa Ouamrane (en cours) interroge les pratiques touristiques des jeunes français racisés qui font du tourisme en Thaïlande, en partie pour éviter de subir en province ce qu’ils anticipent comme des discriminations racistes potentielles. Là-bas, ils racontent se sentir pleinement français, leur couleur de peau n’étant pas le critère principal définissant leur participation effective à la citoyenneté française, mais leur domination économique.

41Si les pratiques touristiques, produits de sociétés de consommation capitalistes, constituent un domaine privilégié d’expression et de reproduction des rapports sociaux, elles sont également un espace de critique et de contestation, par une multitude de personnes, des échanges capitalistes et en ce sens, un terrain intéressant pour penser le politique comme la constitution des sujets politiques. Le tourisme est, historiquement, un des vecteurs de l’éducation populaire (Pattieu, 2007) et il existe désormais également nombre d’initiatives où des individus, conscients de la nature profondément inégale des échanges touristiques et soucieux d’expérimenter à la fois d’autres modalités de l’échange économique et d’autres formes de rencontres envisagent, rêvent, s’engagent, militent en faveur d’une société meilleure. De plus en plus de travaux documentent, souvent de manière critique, les expériences ambiguës et les difficultés que rencontrent celles et ceux qui s’engagent dans la voie de ces formes directement politisées de tourisme (Schéou et Southon, 2013). L’article d’Anthony Ince (2016, dans ce numéro), pense l’activité touristique au-delà du secteur marchand. Il considère les deux réseaux au sein desquels il a enquêté, celui des WWOOF (fermes biologiques qui accueillent des voyageurs en échange de leur travail) et celui du CouchSurfing (où les membres d’un réseau social en ligne s’hébergent gratuitement les uns les autres au cours de leurs voyages) comme des formes de consommation touristique réflexives vis-à-vis des rapports de pouvoir qu’implique l’acte de consommation, refusant que l’échange monétaire constitue le socle de l’interaction entre le voyageur et l’hôte. Par leur degré d’organisation autonome, il les pense potentiellement capables de reconfigurer les formes classiques de territorialité, notamment les appartenances et frontières nationales. Si les expériences des jeunes voyageurs, souvent issus des pays riches, semblent surtout être l’occasion pour eux de prendre conscience des rapports de pouvoir profondément inégalitaires qui structurent les mobilités à l’échelle planétaire, plus que de véritablement les déstabiliser, elles se placent de fait dans la perspective de concevoir les critères et les modalités d’une société alternative, voire utopique.

Penser le tourisme pour penser le politique

42Nous avons ainsi souhaité parcourir une diversité d’enjeux de géographie politique soulevés à partir de l’objet tourisme. Celui-ci nous permet de penser la production, la circulation et la reconfiguration des idéologies politiques à partir de ses traductions dans les imaginaires géographiques, la matérialité des lieux touristiques mais aussi les corporéités des touristes. Penser le tourisme, c’est aussi penser la question de la formation nationale (ses caractéristiques, ses mémoires historique et collective, son futur) et du pouvoir de l’Etat (du gouvernement central aux administrations locales). À cet égard, les investissements et régulations touristiques participent activement à la circulation de modèles politiques d’ordonnancement du monde. Les institutions internationales, en matière environnementale, patrimoniale et touristique, produisent des dispositifs normatifs dont l’adoption et la mise en œuvre conditionnent l’insertion des territoires dans la mondialisation et l’acceptabilité des Etats dans le concert des nations « développées ».

43Toutefois, au-delà des cadres étatiques, le tourisme est également un objet de recherche à même de nous faire réfléchir aux relations de pouvoir au cœur des rapports antagonistes qui produisent les mondes sociaux. Nous avons esquissé une série de travaux analysant, à partir des situations touristiques, les relations entre les paradigmes de la reconnaissance et de la redistribution, qui structurent la fabrique identitaire contemporaine (identité de genre, de « race », de classe). Penser le tourisme ouvre ainsi de nombreuses perspectives de recherche pour penser la justice sociale et les multiples enjeux de l’économie politique de la différence.

Haut de page

Bibliographie

ALTMAN, D., 1997, « Global gaze/Global gays », GLQ : A journal of Lesbian and Gay Studies, vol.3, n°4, p.417-436.

APPADURAI, A., 2005 [1996], Après le colonialisme: les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

ARAUJO, A. L., 2010, « Welcome the Diaspora: Slave Trade Heritage Tourism and the Public Memory of Slavery », Ethnologies, vol.32, n°2, p.145-178.

BABB, F., 2010, The Tourism Encounter Fashioning Latin American Nations and Histories, Stanford University Press.

BARANOWSKI, S., 2007, « A family vacation for workers: the Strength through Joy resort at Prora », German History, vol.25, n°4, p.539-559.

BECK, U., 2006 [2004], Qu'est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier.

BELL, D., VALENTINE, G., 1995, Mapping desire, New York et Londres, Routledge.

BIDET, J., WAGNER, L., 2012, « Vacances au bled et appartenances diasporiques des descendants d’immigrés algériens et marocains en France », Tracés. Revue de Sciences Humaines, vol.23, n°2, p.113-130.

BLANCHARD, P., LEMAIRE, S., (dir.), 2004, Culture impériale: les colonies au cœur de la République, 1931-1961, Paris, Autrement.

BORGHI, R., 2006, Dinamiche coloniali e postcoloniali nell’analisi dello spazio urbano di Marrakech, Guéliz, Thèse de doctorat, Université Ca’ Foscari di Venezia.

BOUKHRIS, L., 2013, Imaginaire national et imaginaire touristique au Costa Rica : le tourisme comme fabrique du territoire et de la nation, Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

BOCCARA, G., 2011, « Le Gouvernement des Autres. Le multiculturalisme néolibéral en Amérique Latine », Actuel Marx, vol.50, n°2, p.191-206.

CAUVIN VERNER, C., 2009, « Du tourisme culturel au tourisme sexuel. Les logiques du désir d’enchantement », Cahiers d’études africaines, n°193-194, p.123-146.

CAZES, G., 1989, Les nouvelles colonies de vacances ? Le tourisme international à la conquête du Tiers Monde, Paris, L’Harmattan.

CAZES, G., COURADE, G., 2004, « Les masques du tourisme », Revue Tiers Monde, n°178, p.247-268.

CHANG, T. C., 2000, « Theming cities, taming places: insights from Singapore », Geografiska Annaler. Series B, Human Geography, vol.82, n°1, p.35-54.

CHAPUIS, A., 2012, Performances touristiques et production des identités spatiales individuelles à Amsterdam, Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

CHAPUIS, A., JACQUOT, S., 2014, « Le touriste, le migrant et la fable cosmopolite. Mettre en tourisme les présences migratoires à Paris », Hommes & Migrations, n°1308, p.75-84.

COLOMB, C., NOVY, J., 2016, Protest and resistance in the tourist city, Londres, Routledge.

COUSIN, S., 2008, « L'UNESCO et la doctrine du tourisme culturel », Civilisations, vol.57, n°1-2, p.41-56.

CUILLERAI, M., ABELES, M., 2002, « Mondialisation : du géo-culturel au bio-politique », Anthropologie et Sociétés, vol.26, n°1, p.11-28.

DEBARBIEUX, B., 2012, « Tourisme, imaginaires et identités : inverser le point de vue ». Via@, Revue internationale interdisciplinaire du tourisme, vol.1.

DEBARBIEUX, B., 2010, « Imaginaires nationaux et post-nationaux du lieu », Communications, vol.87, n°1, p.27-41.

DEMAY, A., 2014, Tourism and colonization in Indochina (1898-1939), Newcastle-upon-Tyne, Cambridge scholars publishing.

DEVINE, J., 2014, « Counterinsurgency ecotourism in Guatemala’s Maya Biosphere Reserve », Environment and Planning D: Society and Space, vol.32, n°6, p.984-1000.

EDENSOR, T., 2001, « Performing tourism, staging tourism », Tourist Studies, vol.1, n°1, p.59-81.

EDWARDS, P., 2007, Cambodge: the cultivation of a nation 1860-1945, Honolulu, University of Hawaii Press.

EQUIPE MIT, 2011, Tourismes 3. La révolution durable, Paris, Belin.

ESTEBANEZ, J., 2010, « Le zoo comme dispositif spatial : mise en scène du monde et de la juste distance entre l’humain et l’animal », L’espace géographique, vol.39, p.172-179.

FAIRHEAD, J., LEACH, M., SCOONES, I., 2012, « Green Grabbing: a new appropriation of nature? », Journal of Peasant Studies, vol.39, n°2, p.237-261.

FRASER, N., 2011, Qu'est-ce que la justice sociale? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte.

FROHLICK, S., 2012, Sexuality, Women, and Tourism: Cross-border Desires Through Contemporary Travel, Londres, Routledge.

GIBLIN, B., 2007, « Le tourisme : un théâtre géopolitique ? », Hérodote, n°127, p.3-14.

GIRARD, M., 2006, « Invention de la tradition et authenticité sous le Protectorat au Maroc. L’action du service des Arts indigènes et de son directeur Prosper Ricard », Socio-anthropologie, n°19.

GOTTMANN, J., (1950), 2007, La politique des Etats et leur géographie, Paris, CTHS.

GOREAU-PONCEAUD, A., 2010, « Pratiques touristiques de et en diaspora. Quand les Indiens prennent possession du monde », Mondes du Tourisme, n°2, p.70-86.

GRAVARI-BARBAS, M., 1998, « Belle, propre, festive et sécurisante : l'esthétique de la ville touristique », Norois, n°178, p.175-193.

GREGORY D., 2001, « Colonial Nostalgia and Cultures of Travel : Spaces of constructed visibility in Egypt », in ALSAYYAD, N. (dir.), Consuming tradition, manufacturing heritage: global norms and urban forms in the age of tourism, Londres, Routledge.

HALL, T., HUBBARD, P., 1996, « The entrepreneurial city : new urban politics, new urban geographies ?», Progress in Human Geography, vol.20, n°2, p.153-174.

HANNIGAN, J., 2005, Fantasy City: Pleasure and Profit in the Postmodern Metropolis, Londres, Routledge.

HARVEY, D., 2008 [2001], L’art de la rente : mondialisation et marchandisation de la culture, in HARVEY, D., Géographie de la domination, Paris, Les Prairies ordinaires, p.23-56.

HERCBERGS, D., NOY, C., 2015, « Mobile Cartographies and Mobilized Ideologies: The Visual Management of Jerusalem », Antipode, vol.47, n°4, p.942-962.

HONNETH, A., 2006, La société du mépris, Paris, La Découverte.

HUGUES, H. L., 1996, « Holidays and homosexual identity », Tourism Management, vol.18, n°1, p.3-7.

JAUNAIT, A., LE RENARD, A., MARTEU, E., 2013, « Nationalismes sexuels. Reconfigurations contemporaines des sexualités et des nationalismes », Raisons politiques, n°49, p.5-23.

JAURAND, E., LEROY, S., 2010, « Le tourisme gay : aller ailleurs pour être soi-même ? », EspaceTemps.net.

JENNINGS, E., 2011, Imperial heights. Dalat and the making and undoing of French Indochina, Berkeley, University of California Press.

JOHNSTON, L., 2001, « (Other) bodies and tourism studies », Annals of Tourism Research, vol.28, n°1, p.180-201.

KURZAC-SOUALI, A.-C., 2007, « Rumeurs et cohabitation en médina de Marrakech : l’étranger où on ne l’attendait pas », Hérodote, n°127, p.64-88.

LEFEBVRE, H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos.

MACCANNELL, D., 2001, « Tourist agency », Tourist Studies, vol.1, n°1, p.23-37.

MALIA HOM, S., 2012, « Empires of Tourism: Travel and Rhetoric in Italian Colonial Libya and Albania », Journal of Tourism History, vol.4, n°3, p.281-300.

McLAREN, B., 2006, Architecture and tourism in Italian colonial Libya: an ambivalent modernism, University of Washington press.

MINCA, C., 2006, « Re-inventing the « Square » : Postcolonial Geographies and Tourist Narratives in Jamaa el Fna, Marrakech », in MINCA, C., OAKES, T. (dir.), Travels in paradox, remapping tourism, Oxford, Rowman and Littlefield Publishers.

MINCA, C., 2010, « The Island: work, tourism and the biopolitical », Tourist Studies, vol.9, n°2, p.88-108.

MINCA, C., ONG, C. E., 2015, « The power of space: the biopolitics of custody and care at the Llyod Hotel, Amsterdam », Political Geography, online first.

MOSTAFANEZHAD, M. et al, (dir.), 2016, Political Ecology of Tourism, Community, power and the environment, Londres, Routledge.

NAHRATH, S., STOCK, M., (dir.), 2012, « Urbanité et tourisme », Espaces et Sociétés, n°151.

OJEDA, D., 2012, « Green pretexts: Ecotourism, neoliberal conservation and land grabbing in Tayrona National Natural Park, Colombia », The Journal of Peasant Studies, vol.39, n°2, p.357-375.

OUAMRANE, A., en cours, Des géographies produites par les discriminations : mobilités pour les loisirs et le tourisme des « jeunes de banlieue », Thèse de doctorat, Université Paris Est.

OSWIN, N., 2010, « Governing intimacy », Environment and Planning D: Society and Space, vol.28, n°1, p.60-67.

PATTIEU, S., 2007, « » Nous n’avons rien à Katmandou ». Production militante et usages populaires du tourisme », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol.170, n°5, p.88-101.

PEYVEL, E., 2011, « Visiting Indochina. The imaginary of the French colonial period in today’s domestic Vietnam », Journal of Tourism and Cultural Change, vol.9, n°3, p.226-236.

PEYVEL, E., 2015, Devenir touriste dans un pays socialiste, in SACAREAU, I., PEYVEL, E., TAUNAY, B., La mondialisation du tourisme. Les nouvelles frontières d’une pratique, Presses Universitaires de Rennes, p.117-144.

PERKINS, K. J., 2007, « The Compagnie Générale Transatlantique and the Development of Saharan Tourism in North Africa », in SCRANTON, P., DAVIDSON, J., (dir.), The Business of Tourism: Place, Faith, and History, University of Pennsylvania Press.

PICARD, D., BUCHBERGER S., 2013, Couchsurfing cosmopolitanism. Can tourism make a better world, Transcript verlag.

PUAR, J., 2012 (2007), Homonationalisme. Politiques queer après le 11 septembre, Paris, Éditions Amsterdam.

RANCIERE, J., 1995, La Mésentente, Politique et Philosophie, Paris, Galilée.

RATH, J., (dir.), 2007, Tourism, ethnic diversity and the city, Londres, Routledge.

RICOEUR, P., 1986, Du texte à l’action, Essais d'herméneutique, Paris, Points Essais.

ROUX, S., 2011, No money, no honey. Économies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, Paris, La Découverte.

RUSHBROOK, D., 2002, « Cities, queer space, and the cosmopolitan tourist », GLQ : A journal of Lesbian and Gay Studies, vol.8, n°1, p.183-206.

SACAREAU, I., 1997, Porteurs de l’Himalaya. Le trekking au Népal, Paris, Belin.

SANCHEZ TAYLOR, J., 2000, « Dollars are a Girls' Best Friend? Female Tourists' Sexual Behaviour in the Caribbean », Sociology, vol.35, n°3, pp.749-764.

SCHEOU, B., SOUTHON, A., 2013, « Ambiguities and difficulties in partnership relations : the case of « fair tourism » in Western Africa », Current Issues in Tourism.

SORRE, M., 1947, Les fondements de la géographie humaine, t.1 Les fondements biologiques, Paris, Armand Colin.

SPIVAK, G. C., 1987, In other worlds. Essays in cultural politics, New York, Londres, Methuen.

STASZAK, J.-F., 2015, « Planning prostitution in colonial Morocco : Bousbir, Casablanca’s quartier réservé », in MAGINN, P. J., STEINMETZ, C., (dir.), (Sub)Urban Sexscapes. Geographies and regulation of the sex industry, Oxon, New York, Routledge.

TARAUD, C., 2003, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot.

THIESSE, A-M., 2001, La création des identités nationales: Europe, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil.

THURNELL-READ, T., CASEY, M., (dir.), 2014, Men, Masculinities, Travel and Tourism, Palgrave Macmillan.

VIVANT, E., 2009, Qu’est-ce que la ville créative ?, Paris, PUF.

WADE, P., 2009, Race and Sex in Latin America, Londres, Pluto Press.

WERRY, M., 2011, The Tourist State: Performing Leisure, Liberalism, and Race in New Zealand, University of Minnesota Press.

ZUKIN, S., 2010, The naked city. The death and live of authentic urban spaces, New York, Oxford University Press.

ZYTNICKI C., KAZDAGHLI, H., 2009, Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires, Paris, Publications de la SFHOM.

Haut de page

Notes

1 La CGT dessert alors toute l’Afrique du Nord et joue un rôle majeur dans le développement touristique des destinations nord-africaines (Perkins, 2007).

2 Le tourisme incarne à cet égard cette approche pacifique de la colonisation comme le rappelle le Président de la Compagnie Générale Transatlantique (Perkins, 2007).

3 Voir à ce sujet les références mobilisées dans Peyvel, 2015.

4 La dimension hégémonique est entendue comme une forme de domination historiquement située et contingente, à l’instar de l’approche gramscienne.

5 À ce sujet, voir les nombreux travaux de la political ecology (Mostafanezhad et al., 2016).

6 Source : blog Riposte radicale, consulté en mars 2016, http://riposteradicale.wordpress.com.

7 Voir le numéro thématique de la revue Espaces et Sociétés « Urbanité et tourisme » (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Boukhris et Amandine Chapuis, « Circulations, espace et pouvoir - Penser le tourisme pour penser le politique », L’Espace Politique [En ligne], 28 | 2016-1, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3707

Haut de page

Auteurs

Linda Boukhris

Chercheure post-doctorante
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, EIREST
linda.boukhris.11@gmail.com

Amandine Chapuis

Maîtresse de conférences
Université Paris Est, ACP
amandine.chapuis@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org