Navigation – Plan du site
Géographies politiques du tourisme

Tourisme et politisation des « identités » : réflexions post-coloniales sur la marginalité au Maroc

Tourism and the Politics of "Identities": Postcolonial Thoughts on Marginality in Morocco
Mari OIRY-VARACCA

Résumés

L’article analyse le tourisme comme une arène politique au sens où y sont négociées les « identités » nationales et infranationales, dans le cadre des Etats-Nations, de même que les « identités » légitimées et minorées socialement. Il montre, à partir d’études de cas au Maroc, l’intérêt de mobiliser conjointement le champ des études postcoloniales et des subaltern studies pour décrypter les rapports de pouvoir en jeu, déconstruire les logiques de domination post-coloniales qui président à la fabrique touristique des « identités » et prendre en considération les « identités » telles qu’elles sont revendiquées par les groupes sociaux marginalisés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Analyser le tourisme et les identifications comme des processus éminemment politiques

1Les enjeux politiques du tourisme ont focalisé l’attention d’anthropologues (De Kadt 1979 ; Turner et Ash, 1975) dès les années 1960 et, plus tardivement, de géographes (Cazes, 1989). Ils s’intéressent alors aux impacts (qu’ils jugent négatifs) du tourisme sur les sociétés locales. Ils analysent le tourisme à travers des rapports de domination internationaux : des sociétés d’accueil du « Tiers-Monde » sont exploitées par un système touristique maîtrisé par des opérateurs occidentaux. Localement, cela se traduit selon eux par la forte dépendance des économies touristiques, par la subversion, la standardisation et la folklorisation des pratiques et objets culturels mis en scène pour les faire entrer sur le marché touristique international, et par des processus d’acculturation, entraînant l’adoption par les sociétés locales de traits de la culture des touristes, et l’aliénation des systèmes de valeur traditionnels. Ce « paradigme des impacts » a fait l’objet de critiques (Doquet, 2010) qui invitent à considérer le tourisme non plus comme un élément exogène et subi, mais comme faisant partie intégrante des sociétés d’accueil, comme une opportunité potentielle qu’elles exploitent dans le cadre de stratégies propres, économiques mais aussi identitaires. Certaines études (Allcock, Bruner, Lanfant, 1995 ; Debarbieux, 2012 ; Harkin, 1995) ont analysé le tourisme comme un instrument utilisé par les acteurs locaux pour renforcer une identité collective, soit le sentiment et la volonté partagés par des individus d’appartenir à un même groupe et de se présenter comme tel dans l’espace public. Saskia Cousin (2012) montre que le tourisme fait l’objet de stratégies et a des effets d’ordre moins économique (les retombées étant souvent plus faibles que ce qui était attendu) qu’identitaire. Ces études évoquent sans les approfondir de manière systématique le caractère politique des stratégies mises en place par les acteurs touristiques lorsqu’ils mobilisent des identités collectives, leurs enjeux et leurs effets politiques.

2Parallèlement, des historiens, des anthropologues et des géographes se sont penchés sur le rôle du tourisme dans la construction des Etats-Nations modernes, à partir du XIXe siècle, sur son instrumentalisation par l’Etat dans le but de défendre une identité nationale en chantier. D’un côté, des mythes promus dans le cadre de l’activité touristique peuvent nourrir le sentiment d’appartenance nationale (sur le Vietnam : Peyvel, 2007). De l’autre, l’Etat instrumentalise le tourisme pour affirmer sa domination sur les sociétés colonisées, le développement touristique accompagnant le processus de colonisation (Zytnicki et Kazdaghi, 2009). Le tourisme constitue ainsi un moyen pour l’Etat d’affirmer son pouvoir. Ces approches se trouvent renouvelées par la mobilisation des études post-coloniales. Elles permettent de déconstruire les rapports de pouvoir qui sous-tendent l’utilisation du tourisme par les anciens colonisateurs : J.-F. Staszak (2008) montre que les imaginaires touristiques contemporains restent imprégnés de représentations coloniales de l’Autre et de l’Ailleurs. Il propose de comprendre l’« exotisation » comme un processus de construction de l’altérité propre à l’Occident colonial, qui réduit l’Autre au rang d’objet de spectacle et de marchandise, et le maintient ainsi en situation de domination. D’autres chercheurs s’attachent à déconstruire les stratégies des élites dirigeantes des Etats nouvellement indépendants qui font du tourisme un moyen pour imposer l’intégration nationale, dans le cadre de rapports de pouvoir post-coloniaux (à travers la muséographie notamment : Gaugue, 1997). Certaines études montrent également comment l’Etat se sert du tourisme pour contrôler l’expression des « identités » infranationales (pour le Kirghizstan : Pabion-Mouriès, 2010).

3Alors que ces études se focalisent sur l’imposition « par le haut » des « identités » nationales, d’autres, encore peu nombreuses, s’efforcent de prendre en compte les revendications identitaires « par le bas », régionales, locales, et de montrer que le tourisme peut constituer un moyen pour des groupes stigmatisés de contester les « identités » imposées et d’en affirmer d’autres. C. Cabasset (2001) dénonce ainsi les ratés de l’intégration nationale par le tourisme en Indonésie : elle analyse les lois sur l’autonomie régionale comme un constat d’échec des efforts de l’Etat pour promouvoir à travers le tourisme des cultures régionales autorisées et exclure les autres. Quant à P.-M. Milan (2012), elle décrit comment, dans un contexte où le gouvernement chinois soutient le développement d’un tourisme « ethnique » pour soumettre les marges, les Mosuo font des fêtes folkloriques des lieux de résistance, font valoir une « identité » propre en montrant ce qu’elle a de « moderne » pour récuser l’image du primitif que le gouvernement voudrait donner d’eux.

4Dans cet article, je propose d’approfondir la réflexion sur le tourisme comme outil de contestation des « identités » nationales et d’affirmation d’» identités » infranationales, en montrant l’intérêt des approches postcoloniales, peu mobilisées jusqu’à présent pour penser ces processus. Plus largement, il s’agit de réfléchir à la dimension éminemment politique des identifications travaillées par le tourisme. En effet, les projets mis en œuvre par les acteurs touristiques, lorsqu’ils mobilisent des identités collectives, véhiculent des conceptions particulières, potentiellement antagonistes, des collectifs qu’ils mettent en avant, de leurs contours et de leur nature, et, à travers leur mise en œuvre, ces conceptions différentes sont disputées. En cela, le tourisme constitue un poste d’observation intéressant des enjeux et effets sociaux de la politisation des identités collectives. J’interroge ces enjeux au-delà du seul cadre étatique, car le tourisme constitue une scène sur laquelle sont négociées les identifications par des acteurs supranationaux ou par des groupes sociaux à l’échelle régionale et locale, sans qu’intervienne forcément la référence à l’Etat. En effet, à travers le tourisme, les acteurs négocient leur place dans la hiérarchie entre groupes sociaux, leur légitimité, et ce à différents niveaux de la société. Il convient d’explorer les rapports de pouvoir qui se jouent à travers le tourisme à des échelles et sous des formes différentes.

Observer le tourisme dans les marges, décrypter la politisation exacerbée des « identités »

5La réflexion s’appuie sur des situations de marginalité sociale, quand des individus sont mis à l’écart d’un système social et politique qui « assigne à identité », légitime certaines identifications et en écarte d’autres – et où le tourisme constitue un moyen d’imposer les identifications légitimées. Il semble que le fait d’être ainsi marginalisés pousse ces individus à se mobiliser pour affirmer les « identités » dans lesquelles ils se reconnaissent et qu’ils estiment stigmatisées. Le tourisme devient alors un moyen de contester les « identités » imposées et d’en revendiquer d’autres. La marginalité sociale semble conduire à l’exacerbation des rapports de pouvoir entre les autorités légitimantes et les individus et groupes sociaux qui leur résistent. On peut observer les discours identitaires en présence, leurs logiques, la manière avec laquelle ils sont négociés et leurs effets, au moment où leur dimension politique apparaît le plus clairement. Il sera ici question d’» identités » minorées de types variés – culturelles, ethniques, religieuses, de genre, géographiques - car elles s’additionnent souvent, la stigmatisation (ainsi aggravée) ou la revendication portant sur plusieurs types d’ » identités ». Cela permettra de comprendre l’instrumentalisation politique des identités collectives via le tourisme dans toute sa complexité.

6La dimension spatiale de ces processus politiques est fondamentale, notamment quand les groupes stigmatisés sont aussi des groupes mis à l’écart spatialement, relégués dans des espaces périphériques dominés matériellement et symboliquement par les espaces centraux, quand les « identités » légitimées constituent des instruments de cette domination et que les « identités » minorées sont mobilisées par les acteurs des marges pour renverser le stigmate. Je m’intéresse à la dimension géographique des « identités » stigmatisées et revendiquées, particulièrement dans les cas où l’espace (la montagne) fait l’objet de la stigmatisation ou de la revendication. J’accorde par ailleurs une attention particulière aux jeux d’échelle, car ils font partie intégrante de ce qui est négocié par les acteurs. Ainsi, la revendication d’» identités » dites régionales à travers le tourisme constitue une modalité majeure de la résistance à l’imposition d’» identités » nationales univoques laissant peu de place à l’expression de singularités culturelles infranationales.

Questionner les rapports de pouvoir qui font tenir une société

  • 1 Programme MIST.AA (The challenge of Marginality and collective Identities in Sustainable Tourism de (...)

7L’analyse se base sur les travaux de recherche que j’ai réalisés depuis plusieurs années sur le tourisme, les dynamiques identitaires qu’il met en jeu et les rapports de pouvoir qui les traversent, dans divers cadres : un travail de master en histoire sur les débuts du tourisme dans les marges algériennes et marocaines et la fabrication d’imaginaires touristiques emprunts d’idéologie coloniale ; un programme de recherche1 et une thèse en géographie portant sur le tourisme dans l’Atlas marocain et la manière avec laquelle les politiques touristiques et des projets revendiqués alternatifs, véhiculant des « identités » différentes, recomposent les identifications amazighes et les jeux de pouvoir locaux ; et une recherche postdoctorale en cours sur les séjours touristiques effectués par les membres des diasporas judéo-marocaine dans les espaces de départ, dans le Sud-Est marocain, et sur les mémoires et identifications collectives qu’elles retravaillent.

  • 2 D’où l’utilisation du terme « identité » entre guillemets ou du mot identification pour questionner (...)

8J’emploie le terme « politique » non pas dans son sens strict – désignant ce qui est relatif au gouvernement d’un État, à l’organisation du pouvoir dans l’Etat, à son exercice, et à ceux qui détiennent ou veulent exercer le pouvoir dans l’Etat – mais dans une acception large. Il qualifie alors la structure, le fonctionnement, les modalités de l’organisation collective, dans lesquels l’Etat tient une place importante mais n’est pas le seul acteur. Il y a « politique » quand il y a jeu de domination entre des acteurs (pas nécessairement étatiques). Dans une perspective constructiviste2, je considère les « identités » comme des ensembles pluriels et évolutifs aux frontières mouvantes sans cesse redéfinies par les acteurs sociaux eux-mêmes et non pas seulement légitimés de l’extérieur. La spécificité du regard que je porte sur les dynamiques identitaires liées au tourisme tient à l’attention que j’accorde aux jeux de pouvoir qui les traversent et les caractérisent. Je considère les « identités » comme des constructions politiques au sens où elles font l’objet de négociations permanentes, mettant en jeu des acteurs sociaux qui inventent et revendiquent des « identités » différentes de celles légitimées, définies à des échelles variées et non plus seulement nationale (Castells, 1999 [1996]). Ces enjeux sont au cœur des études post-coloniales et des subaltern studies sur lesquelles s’appuie cet article.

9L’objet de la première partie sera de montrer l’intérêt de mobiliser ces deux approches conjointement, pour décrypter la dimension éminemment politique du fait touristique et des identifications qu’il travaille. La suite sera consacrée à une exploration des arènes touristiques qui paraissent les plus significatives au plan politique, par les acteurs qu’elles mettent en scène, les « identités » qui y sont négociées, les temporalités et les spatialités qu’elles mettent en jeu. Il s’agira, dans un deuxième temps, de montrer dans quelle mesure le tourisme constitue un lieu où se négocient les « identités » nationales et infranationales dans le cadre étatique et, dans un troisième temps, les « identités » légitimées et minorées socialement. Cela permettra plus largement d’analyser les évolutions des relations entre Etat et société et des relations entre groupes sociaux, dans le contexte marocain.

Lecture post-coloniale du tourisme comme arène politique 

10Il s’agit ici de montrer l’intérêt d’articuler une approche post-coloniale, pour déconstruire les rapports de pouvoir en jeu dans la fabrique touristique des identifications, avec une approche inspirée des subaltern studies permettant de prêter attention aux « identités » subalternes et à ceux qui les revendiquent, sans les déconsidérer. Cela amènera à évoquer les implications éthiques et méthodologiques du cadre théorique mis en place.

Déconstruire les rapports de pouvoir en jeu dans la fabrique touristique des identifications avec les études post-coloniales…

11Il importe d’abord de déconstruire les rapports de pouvoir que révèle et alimente le tourisme comme lieu de production des identifications, à travers une approche ancrée dans le champ des études post-coloniales, et, plus largement, dans celui des cultural studies. Il s’agit en effet de considérer la culture comme un lieu majeur de reproduction et d’expression des rapports de force sociaux, comme susceptible d’être instrumentalisée par des groupes sociaux pour dominer les autres (Hall, 2007). Les « identités » disputées à travers le tourisme peuvent ainsi être comprises comme des discours sous-tendus par des rapports de force. Ces jeux de pouvoir demandent à être déconstruits et interprétés, car ils disent quelque chose des rapports entre groupes sociaux, entre société et Etat, et des relations matérielles et symboliques qu’ils entretiennent avec l’espace : ils négocient des places, qui font sens à telle ou telle échelle, auxquels ils s’identifient (Raffestin, 1980). Dans cette visée, on peut comprendre le tourisme comme une arène politique où se négocient des identifications et, à travers elles, des places dans la société et les espaces dans lesquels elle se déploie. Le tourisme peut être compris comme un espace dans lequel les acteurs des « marges » déploient des stratégies pour « faire avec » les contraintes établies notamment par les acteurs institutionnels pour mieux les contourner, comme un lieu où les acteurs, en négociant leur légitimité à définir une « identité », négocient leur légitimité à faire groupe et à être reconnus comme tel sur la scène publique. Dans le cadre d’une recherche sur les marges sociales, dans des espaces et pour des groupes sociaux stigmatisés, mis à l’écart, le tourisme est perçu comme un moyen d’inverser le stigmate, de passer du dénigrement à la légitimité.

12Le champ des études post-coloniales apparaît particulièrement intéressant pour analyser les arènes touristiques pour deux raisons principales. Premièrement, il se donne pour objectif de comprendre, de déconstruire et de dénoncer les systèmes d’oppression passés et présents, mais aussi leur évolution sur le temps long, qui procède souvent de la réactivation de rapports de domination de types coloniaux. Mobiliser ce champ semble donc particulièrement pertinent pour analyser la situation des groupes marginalisés en Afrique du Nord. Deuxièmement, ces études donnent des clés - dans la lignée d’E. Saïd (2005 [1978]) - pour analyser la perpétuation de représentations coloniales à travers l’usage actuel de catégories sociales forgées à la période coloniale (comme celle de l’Orient). Elles invitent à identifier les images touristiques d’eux-mêmes, façonnées sur le temps long, dont héritent les acteurs contemporains, et à déconstruire ces représentations et leur caractère stigmatisant en dévoilant les stratégies politiques qu’elles servaient dans le passé et celles qu’elles servent de nos jours.

  • 3 Elles ont été plus précoces dans le contexte anglophone : la notion a été forgée dans les années 19 (...)

13Il a souvent été reproché aux études post-coloniales de se focaliser sur les collectifs (Bayart, 2010) - en montrant comment les identifications peuvent être imposées par l’Etat, relayé par les élites, et comment les groupes sociaux s’approprient celles-ci -, sans s’intéresser à la façon dont ces dernières sont incorporées par les individus. Dépasser cet écueil implique donc de croiser approches macro et micro, échelle collective et échelle individuelle. Les rapports de domination qui sous-tendent les dynamiques identitaires engagent effectivement des groupes sociaux : ceux désignés par les « identités » légitimées, ceux désignés par les « identités » stigmatisées, ceux qui légitiment, ceux qui sont stigmatisés et revendiquent d’autres « identités ». Mais les effets sociaux de ces rapports sont particulièrement observables à l’échelle des individus, qui les intériorisent. On peut y voir l’imposition des identités et normes sociales, comment elles s’additionnent les unes aux autres et comment elles influencent les parcours de vie. Les études sur l’intersectionnalité réalisées récemment dans le contexte francophone3, dans des analyses sur le genre (Palomares, 2010), s’efforcent ainsi de penser la constitution, l’articulation et le renforcement mutuel des différentes catégories de normes sociales, de mettre en évidence les effets conjoints, à leur échelle, de l’imposition de ces catégories, et d’analyser comment les individus se positionnement par rapport à elles. Elles gagnent à être mobilisées pour étudier comment, à travers le tourisme, sont imposées aux individus de multiples identités sociales.

  • 4 Le terme permet d’englober différents faits sociaux qui alimentent un même processus relationnel et (...)

14Par ailleurs, les études post-coloniales comportent certains risques : la perspective déconstructiviste (consistant à dénoncer la persistance d’imaginaires qui conduisent à dévaloriser les sociétés d’accueil et à considérer leurs « identités » de manière condescendante), si elle paraît nécessaire, peut conduire à réifier les catégorisations et les hiérarchisations coloniales qu’elle s’efforce pourtant de dénoncer. Surtout, elle peut amener à focaliser l’attention sur les identités sociales héritées et imposées au moment de la colonisation, au détriment des identités collectives revendiquées par les populations concernées. Il convient d’approfondir l’analyse des stratégies mises en œuvre par les sociétés d’accueil pour contrer l’imposition d’images d’elles-mêmes héritées de la colonisation, et en affirmer d’autres. En même temps, on a reproché aux études post-coloniales de rester prisonnières des situations nationales (Bayart, 2010) et de ne pas tenir compte de la mobilisation par des acteurs locaux de référents identitaires et de réseaux d’acteurs transnationaux permettant d’affirmer et de revendiquer des « identités » propres, et de contester les « identités » imposées par le haut. Cette dernière critique me semble excessive : certaines figures du mouvement post-colonial, tel A. Appadurai, ont été parmi les premiers à montrer que la mondialisation met à la disposition des groupes sociaux marginalisés des moyens d’action - tels que les réseaux militants transnationaux et les référents identitaires globalisés – au service de leurs stratégies d’affirmation, et que la mondialisation permet une montée en puissance d’» identités » locales étouffées dans le cadre des Etats-Nations. Il s’agit donc, pour analyser les spatialités complexes des rapports de pouvoir en jeu dans la fabrique touristique des « identités », de mobiliser le champ foisonnant des études transnationales (Appadurai, 2001 [1996] ; Castells, 1999 [1996]), complémentaire et étroitement lié à celui des études post-coloniales. Elles permettent d’une part d’étudier à quels espaces, à quelles échelles, ces identifications renvoient. D’autre part et surtout, elles invitent à réfléchir aux jeux d’échelles qui sous-tendent les jeux d’acteurs, pour comprendre la recomposition du rôle de l’Etat et des rapports entre groupes sociaux en lien avec les processus de transnationalisation4.

… sans déconsidérer les « identités » subalternes et ceux qui les revendiquent

  • 5 Ce courant des études postcoloniales émerge au cours des années 1980 autour d’historiens indiens, i (...)

15Dans cette perspective, les études subalternes permettent de déconstruire les identifications imposées, parfois héritées de la période coloniale, sans pour autant passer sous silence les résistances à celles-ci ni les revendications d’autres « identités ». Dans la lignée de G. Spivak (2009 [1988]), les subaltern studies5 incitent à s’intéresser aux stratégies mises en œuvre par les individus et les groupes marginalisés pour réutiliser, détourner, s’opposer aux identités sociales et en revendiquer d’autres. Elles invitent à ne pas délégitimer les identifications revendiquées au prétexte de les déconstruire. Dans le cadre d’une démarche compréhensive, elles veulent faire entendre sans les déconsidérer la voix de ceux qui n’ont pas voix au chapitre. Loin de survaloriser les « identités » minorées, elles permettent de réfléchir à la marginalité, la subalternité et à la complexité des rapports de pouvoir dans lesquels elle s’inscrit.

16On a pu reprocher à ceux qui se réclament de ce champ d’études de considérer les subalternes comme une catégorie unanime et unie, alors qu’elle ne l’est pas, et comme une catégorie opposée aux élites, alors qu’au contraire, celles-ci jouent souvent un rôle clé dans les mouvements sociaux qui entendent porter la voix des plus marginalisés (Byrd et Rothberg, 2011). Pourtant, G. Spivak considère la catégorie comme hétérogène, souligne la nécessité d’introduire des nuances sociales dans celle-ci et de ne pas l’opposer aux élites. Cette approche me semble particulièrement intéressante pour penser justement le rôle des élites dans les dynamiques identitaires à l’œuvre dans le tourisme, en ce qu’elles négocient les « identités » minorées avec l’Etat, dominent les rapports sociaux et imposent localement leur vision de ces « identités ». La marginalité est sans doute le fait de ne pas pouvoir se passer des élites pour s’auto-définir. Les subaltern studies invitent à comprendre les processus d’identification dans leur complexité : les « identités », légitimées ou stigmatisées, sont définies, appropriées, incorporées à l’échelle de collectifs et d’individus, et à plusieurs niveaux de la société simultanément. Coupler ces études à celles sur l’intersectionnalité permet de comprendre l’inégalité sociale comme un phénomène à facettes multiples, produit de rapports ethniques, de classe et de genre qui se combinent de manière complexe à travers l’activité touristique.

17Les subaltern studies présentent de plus l’intérêt d’inciter le.la chercheur.e qui travaille sur la marginalité à réfléchir à son positionnement éthique, et à être attentif.ve à la façon dont la recherche intervient dans les jeux de pouvoir qu’il.elle étudie. En ce sens, quand on travaille sur le tourisme, les subaltern studies peuvent être mobilisées, plus encore que comme un champ théorique à proprement parler, comme une manière de réfléchir au positionnement éthique et aux implications méthodologiques de celui-ci.

18Premièrement, il s’agit de réfléchir aux méthodes de collecte des données à choisir. Pour étudier les identifications légitimées sur le temps long. Dans des sociétés nord-africaines anciennement colonisées par la France, j’ai constitué et analysé des corpus de documents datant de la période coloniale à la période actuelle, à partir d’archives d’acteurs institutionnels (offices de tourisme notamment) et d’acteurs touristiques privés (comme Air France ou Berliet pour la période coloniale). Mais pour décrypter les identifications revendiquées par les acteurs touristiques marginalisés culturellement et par les personnes à la marge socialement, le recours à des méthodes ethnographiques - périodes longues passées sur le terrain, observation directe, entretiens informels et semi-directifs, individuels et dans le cadre de focus groups (figures 1 et 2), recherche collaborative - est apparu le plus pertinent, car ces méthodes permettent de rester au plus près des discours et des pratiques des acteurs touristiques, de réduire la distance avec les acteurs interrogés et de minimiser les rapports de pouvoir qui peuvent interférer dans les relations qu’entretient le.la chercheur.e avec les acteurs.

Figures 1 - « focus groups » avec des acteurs touristiques de la vallée du Zat (Haut Atlas occidental).

Figures 1 - « focus groups » avec des acteurs touristiques de la vallée du Zat (Haut Atlas occidental).

Tighdouine, mai 2010 - Crédits : M. Oiry-Varacca.

Figures 2 - « focus groups » avec des acteurs touristiques de la région de Marrakech (Maroc)

Figures 2 - « focus groups » avec des acteurs touristiques de la région de Marrakech (Maroc)

Marrakech, janvier 2012. - Crédits : M. Oiry-Varacca.

19Deuxièmement, il s’agit de réfléchir aux manières de rendre compte de sa recherche, en particulier aux termes à choisir pour désigner les groupes d’acteurs. Cela implique un effort de réflexivité permanent sur le pouvoir des mots que l’on emploie. Diverses solutions existent pour se distancier des mots des acteurs et des idéologies qu’ils véhiculent : utiliser les guillemets ou les notes de bas de page. La solution que j’ai adoptée pour ne pas « assigner à identité » réside dans l’adoption des catégories indigènes, tout en questionnant les stratégies qu’ils mettent en œuvre quand ils en font usage. Il y a aussi à l’inverse le problème des catégories analytiques que l’on utilise comme chercheur.e et leur perception par les acteurs. Ainsi, le terme « subalterne » s’est révélé impossible à utiliser lorsque je rendais compte de ma recherche aux acteurs, parce qu’il pouvait sembler péjoratif voire condescendant. Certaines catégories analytiques paraissent ainsi intransférables. Je me suis alors efforcée d’utiliser d’autres termes et catégories qui font sens au-delà du champ académique.

Le tourisme, arène de négociation des « identités » nationales et infranationales

20Le tourisme peut être analysé comme un outil utilisé par les acteurs sociaux qui se mobilisent à l’échelle locale et à l’échelle internationale pour mettre en avant des singularités culturelles non reconnues par l’Etat. Celui-ci n’en garde pas moins un rôle fondamental : les pouvoirs publics font des politiques touristiques un instrument pour appuyer leur vision de l’» identité » nationale et des « identités » locales et régionales. Sont alors en jeu des conceptions différentes des grands récits nationaux : loin d’être imposés de manière unilatérale par l’Etat, ils sont négociés avec les acteurs sociaux, révélant ainsi des rapports complexes entre Etat et société.

L’instrumentalisation du tourisme par l’Etat colonial comme moyen d’asseoir sa domination

21Dès ses débuts à la période coloniale, le tourisme au Maroc a été instrumentalisé par les autorités coloniales pour conforter sa domination sur des espaces et des sociétés fraîchement conquis, dans l’Atlas (Oiry-Varacca, 2014) : la « pacification » achevée, dans les années 1930, un tourisme automobile et de randonnée a été développé. Il a participé à la fabrication d’» ethnies » en grande partie fantasmées par les Européens, de « types » inscrits dans des systèmes d’opposition (arabes/berbères, citadins/montagnards) mis au service d’un projet colonial consistant à diviser la société colonisée pour mieux la contrôler. Ces imaginaires touristiques avaient aussi vocation à présenter les sociétés locales comme inférieures, pour promouvoir les bienfaits de la colonisation. Le monde berbère, au Maroc, a ainsi été dépeint dans les supports publicitaires touristiques comme un monde rebelle fascinant et inquiétant, à admirer et à conquérir, et comme un univers archaïque, faisant écho au Moyen-Âge européen. Il s’agissait aussi de dominer l’espace : à partir des années 1930, l’Atlas marocain est considéré comme le « Maroc inutile », un espace à contrôler et à exploiter (pour ses ressources naturelles en eau ou en bois mais aussi pour son climat frais en été) au profit du « Maroc utile » des plaines littorales et des villes. Les montagnes font alors figure de nouvelle aire de détente pour les colons, la nouvelle bourgeoisie marocaine et les touristes européens qui y séjournent en été. Les imaginaires touristiques véhiculés alors sur la « berbérité » participent de cet effort de contrôle et d’exploitation des montagnes. Le tourisme constitue donc un outil au service de l’Etat colonial pour dominer des groupes sociaux. Cette instrumentalisation dépasse cependant largement l’Etat : les imaginaires touristiques sont relayés par de multiples acteurs de la société (compagnies de transport, clubs automobiles et de randonnée, savants, artistes, voyageurs).

22Dans les années qui ont suivi l’indépendance du Maroc, les autorités ont choisi de continuer à délaisser les marges et à exploiter leurs ressources. Ce choix était sous-tendu par une mise à l’écart des « identités » berbères : la première constitution présente officiellement le Maroc comme un état arabo-musulman, écartant notamment les référents berbères et juifs. Au nom de l’unité de la Nation nouvellement créée, la diversité culturelle et religieuse du Maroc n’est pas reconnue officiellement. Parallèlement, à partir des années 1960, le choix est fait de développer le tourisme dans les villes impériales et sur le littoral. Il faut attendre les années 1980-1990 pour que l’Etat soutienne un projet de développement du tourisme de randonnée dans la vallée des Aït Bouguemez (Haut Atlas central), avec les services de coopération français. Le projet est au départ dirigé par le Ministère de l’Intérieur, ce qui montre à quel point il s’agissait de contrôler les montagnes, plus que de les développer.

Le tourisme aux mains des acteurs sociaux : faire valoir des « identités » minorées

23Dans ce contexte post-colonial, où l’Etat perpétue des logiques de domination héritées, le tourisme constitue un moyen utilisé par des acteurs sociaux pour contester les « identités » légitimées par l’Etat et affirmer des « identités » qui font sens à une échelle infranationale ou supranationale et sont minorées à l’échelle nationale. Dans l’Atlas au Maroc, avec le développement d’un tourisme culturel, des acteurs touristiques privés et des associations de développement se revendiquant « berbères » et s’estimant marginalisés culturellement, se positionnent par rapport aux images touristiques qui les ont stigmatisés depuis la période coloniale. La réappropriation du tourisme constitue alors un moyen de reformuler des images imposées de l’extérieur.

24Ils peuvent vouloir contester les imaginaires touristiques hérités : dans la montagne marocaine, un écomusée créé par des acteurs privés s’attache à montrer que la berbérité est un construit politique colonial et à battre en brèche les amalgames (entre berbérité et nomadisme, berbérité et figure du Touareg). Ils peuvent faire valoir ce qu’ils estiment être leurs « vraies » spécificités culturelles, des « identités » telles qu’ils les vivent au quotidien, à l’échelle (micro)locale. Dans l’Atlas, des guides marocains, souvent en partenariat avec des associations villageoises, organisent des séjours longs, chez l’habitant (figure 3), pour des touristes en quête de découverte de la culture locale et de rencontres. Ils leur proposent de visiter les lieux emblématiques de l’histoire locale (greniers collectifs, kasbahs) et de partager avec les habitants la vie quotidienne dans la vallée, par exemple en participant aux travaux des champs (figure 4) ou en apprenant tel ou tel savoir-faire artisanal (figure 5).

Figure 3 : séjour touristique organisé par l’association des amis de la vallée du Zat, partage autour des travaux agricoles (Tiznit, Haut Atlas occidental)

Figure 3 : séjour touristique organisé par l’association des amis de la vallée du Zat, partage autour des travaux agricoles (Tiznit, Haut Atlas occidental)

Crédits : G. Lecloirec, avril 2008

Figure 4 : panneau indiquant une maison d’hôtes à Taliouine (Anti-Atlas)

Figure 4 : panneau indiquant une maison d’hôtes à Taliouine (Anti-Atlas)

Crédits : S. Varacca-Oiry, juin 2011

Figure 5 : métier à tisser que les touristes de passage peuvent essayer, dans une coopérative féminine de Taznakht (Anti-Atlas)

Figure 5 : métier à tisser que les touristes de passage peuvent essayer, dans une coopérative féminine de Taznakht (Anti-Atlas)

Crédits : S. Varacca-Oiry, juin 2011

25Ils doivent cependant faire avec les acteurs touristiques (tour-opérateurs européens mais aussi certains acteurs locaux) qui, pour attirer les clients européens, reprennent les images caricaturales de la berbérité. Ils essayent de leur résister en constituant des associations d’acteurs qui revendiquent de faire du tourisme « alternatif ». Leur poids est cependant faible par rapport aux voyagistes européens qui, dans le cadre de rapports de type néocolonial, dominent les sociétés montagnardes par leurs moyens financiers. Ils pèsent peu également face aux autres acteurs locaux qui continuent à jouer sur les images attendues par les touristes comme celle de « l’homme bleu », quitte à travestir la réalité, les populations amazighes de l’Atlas n’étant aucunement des Touaregs (figure 6).

Figure 6 : échoppe dans le ksar Aït Benhaddou (région d’Ouarzazate)

Figure 6 : échoppe dans le ksar Aït Benhaddou (région d’Ouarzazate)

Crédits : M. Oiry-Varacca, octobre 2015

  • 6 J’emploie le terme « amazigh » car il est utilisé par les militants et les populations locales pour (...)

26La résistance aux « identités » légitimées par le haut peut prendre la forme d’une résistance aux identités nationales telles que défendues par l’Etat et d’une revendication, via le tourisme, d’» identités » locales ou régionales. Au Maroc, le tourisme est apparu récemment aux militants amazighs6 comme un moyen de faire connaître et d’appuyer leur cause : la reconnaissance officielle de la culture et des dialectes amazighs. Le mouvement associatif qui s’est structuré dans les années 1960 dans les grandes villes marocaines a défendu cette cause à travers des actions culturelles. La ruralisation du mouvement dans les années 2000 a ouvert la voie à la mise en œuvre de projets de développement portant également une demande de justice spatiale. Dans ce contexte, des associations de développement local, créées par des militants amazighs, se sont intéressées au tourisme. Elles proposent des séjours dont les modalités sont proches de ceux organisés par les guides (précédemment évoqués). Ils diffèrent dans les discours, militants, des responsables associatifs qui accueillent les voyageurs. Ceux-ci voient dans le tourisme un moyen de faire connaître leur cause à l’international, en sensibilisant les touristes à celle-ci et, ainsi, de faire pression sur les pouvoirs publics pour qu’ils accordent davantage de reconnaissance à l’amazighité. Ils entendent ainsi proposer une vision plurielle de la marocanité.

Tableau 1 : « identités » amazighes dans les offres touristiques et enjeux politiques

Tableau 1 : « identités » amazighes dans les offres touristiques et enjeux politiques

Sources : M. Oiry-Varacca, recherches personnelles

  • 7 Les Marocains juifs étaient 250 000 environ en 1946. L’exil commence entre 1954 et 1956 dans une pé (...)

27Le tourisme est ainsi instrumentalisé pour défendre politiquement des particularismes à l’échelle infranationale. De manière complémentaire, il est utilisé par les acteurs locaux pour remettre en cause les « identités » nationales en affirmant des « identités » supranationales. Les militants amazighs s’appuient sur des réseaux associatifs internationaux qui mobilisent le référent identitaire « autochtone ». On peut parler, pour mieux comprendre leurs intentions, d’» essentialisme stratégique », en reprenant l’expression de G. Spivak. En effet, ils entendent mieux négocier leur légitimité en la justifiant par l’ancienneté de leur présence sur le sol marocain (bien avant la conquête arabo-musulmane) sans nier les processus de métissage qui ont façonnées la société marocaine ni dénier le droit à tel groupe de se revendiquer lui-aussi marocain. Jouer la carte de ce référent leur donne accès à des instances des Nations Unies susceptibles de faire pression sur l’Etat marocain pour qu’il reconnaisse davantage les « identités » amazighes, et respecte ainsi les traités internationaux qu’il a signé en matière de défense des droits de l’Homme. Le fait de se présenter comme des « autochtones » auprès des touristes et à l’ONU alimente les stratégies politiques qu’ils déploient à l’échelle nationale. Par ailleurs, des acteurs touristiques locaux jouent sur des « identités » diasporiques transnationales (les membres des diasporas s’identifiant à plusieurs territoires nationaux, régionaux et locaux, dans le pays de départ et dans les pays d’accueil) pour affirmer des « identités » infranationales : au Maroc, des associations amazighes valorisent les traces de la présence passée des Marocains juifs – synagogues (figure 7), mausolées (figure 8), quartiers -, et attirent les touristes appartenant à la diaspora judéo-marocaine7, qui reviennent en vacances pour renouer avec la mémoire familiale. Ainsi, ils entendent contester doublement le caractère arabo-musulman de l’» identité » marocaine officielle en valorisant ses dimensions amazighes et juives.

Figure 7 : synagogue du ksar Aït Benhaddou (région d’Ouarzazate)

Figure 7 : synagogue du ksar Aït Benhaddou (région d’Ouarzazate)

Crédits : M. Oiry-Varacca, octobre 2015.

Figure 8 : mausolée près d’Aït Ourir (région de Marrakech)

Figure 8 : mausolée près d’Aït Ourir (région de Marrakech)

Crédits : M. Oiry-Varacca, octobre 2015.

28Les projets touristiques dont il a été question valorisent des « identités » minorées à l’intérieur de l’Etat marocain, défendent une vision pluraliste de la Nation différente de celle portée par l’Etat, univoque. Comment ces conceptions différentes des « identités » exprimées dans le cadre de l’Etat-Nation sont-elles négociées ?

Le tourisme, scène de négociation des récits nationaux et du rôle de l’Etat

29Les récits nationaux font l’objet de négociations entre les acteurs locaux/régionaux et les autorités. Il importe de voir selon quelles modalités elles se font, quels sont les gradients dans la négociation et ce que cela révèle des rapports Etat/société.

30Dans les montagnes marocaines, l’Etat s’efforce de contrôler l’expression des « identités » infranationales et des acteurs des marges. Un cas est particulièrement révélateur : les autorités ont soutenu ces dernières années un projet d’extension de la station de ski de l’Oukaïmeden (Haut-Atlas de Marrakech), financé par un groupe émirati. Il s’agissait de créer de nouvelles pistes, de les équiper de canons à neige, d’aménager un golfe, des hôtels et des commerces de luxe. Le projet a suscité de fortes réactions de rejet dans la société locale et des universitaires et associations se sont mobilisés contre lui : il aurait entraîné la disparition d’une zone de pâturage intertribale, abîmé des peintures rupestres et ponctionné les ressources en eau, déjà faibles. Le projet a cependant été abandonné non pour répondre à la mobilisation de la société civile mais parce que la crise financière a rendu impossible sa réalisation. Il montre en tout cas l’effort des autorités pour imposer des projets touristiques qui promettent de détruire des symboles de la culture locale et promeuvent des « identités » standardisées afin de mieux contrôler l’expression des « identités » infranationales. Ce cas fait plus largement écho aux écrits d’historiens, de philosophes et d’anthropologues (parmi lesquels ceux de B. Anderson, 1996 [1983] et d’E. Gellner, 1989 [1983]) sur l’émergence de l’Etat moderne. Dans la lignée de leur pensée, le tourisme peut être compris comme un moyen utilisé par l’Etat pour affirmer une identité nationale à l’extérieur et, à l’intérieur, nier les particularismes culturels, faire en sorte qu’ils s’homogénéisent et se fondent dans une culture commune.

31Malgré cela, acteurs touristiques locaux et autorités s’efforcent d’instaurer un dialogue. Depuis le milieu des années 2000, l’Etat met en place des Pays d’Accueil Touristique, qui ont vocation à valoriser les singularités des espaces ruraux à travers leurs patrimoines naturels et culturels propres. Ceux-ci sont présentés comme des espaces de concertation entre institutions touristiques provinciales et acteurs touristiques locaux. Cependant, ces derniers se plaignent du fait que les moments de dialogue effectif sont rares, que les responsables associatifs des marges siégeant dans les instances sont sous-représentés par rapport aux acteurs associatifs des villes et aux responsables administratifs, et que trop peu de moyens financiers et humains sont accordés à la mise en œuvre des décisions prises ensembles, les rendant inopérantes. Les évolutions politiques que connaît le Maroc depuis le début du règne de Mohammed VI en 1999 semblent aller dans le sens d’une démocratisation, d’une place plus importante accordée à la société civile, d’un rapprochement des gouvernants avec les gouvernés (que le projet de régionalisation est censé favoriser). Cependant, cette évolution peut aussi être comprise comme une réponse formelle aux demandes de la communauté internationale et de la société civile sans réelle volonté politique. Cela démontrerait le souhait des autorités de garder la main sur la chose politique et sur la définition des « identités » légitimes, y compris à travers l’activité touristique.

32Dans certaines situations, quand les enjeux politiques des identifications mises en avant par le tourisme sont trop importants, acteurs touristiques locaux et autorités évitent la négociation. Le cas du tourisme de la diaspora judéo-marocaine au Maroc est intéressant à cet égard. Il soulève des interrogations sensibles politiquement. Il pose en effet la question du rôle des autorités dans le départ des Juifs : auraient-elles précipité les départs des Marocains juifs pour Israël, à une époque de construction de l’Etat indépendant autour d’une identité arabo-musulmane exclusive ? L’accueil de touristes d’origine judéo-marocaine dont beaucoup viennent d’Israël pose aussi problème dans le contexte des relations tendues entre ce pays et les pays arabes. Le tourisme de la diaspora judéo-marocaine questionne les fondements de l’identité marocaine, arabes et musulmans, et les choix de politique extérieure qui les sous-tendent. Parallèlement, le Maroc veut se présenter sur la scène internationale comme le pays où coexistent des communautés différentes, y compris au plan religieux, et encourage certains projets culturels valorisant la dimension juive de la marocanité, comme le musée du judaïsme marocain de Casablanca. Le dialogue existe donc entre les autorités marocaines et la communauté juive restée au Maroc (qui a porté le projet de musée et participe à l’accueil des touristes de la diaspora), mais dans la discrétion. En revanche, le contexte géopolitique rend impossible tout dialogue entre l’Etat et les associations amazighes qui font de l’identité judéo-marocaine un argument pour contester le caractère exclusivement arabo-musulman de l’identité nationale. À cause du contexte, il y a également peu d’échanges des autorités avec les touristes et les organisations de la diaspora, notamment israéliens, ou alors pour s’assurer que leurs voyages se font en toute sécurité et en toute discrétion.

33À travers ces négociations se jouent des conceptions politiques différentes de l’Etat-Nation. En fonction des modalités selon lesquelles elles se déroulent, prévalent des identités nationales plurielles ou univoques faisant plus ou moins de place aux particularismes infranationaux, culturels, religieux dans lesquels se reconnaissent des acteurs sociaux et qu’ils défendent. Sont également en jeu des rapports Etat/société en pleine recomposition. Au Maroc, ils évoluent dans le sens d’une ouverture démocratique plus importante, permettant à la société civile de s’exprimer davantage et aux acteurs touristiques locaux d’affirmer plus ouvertement des « identités » amazighes. Le fait que ces acteurs « se branchent » de plus en plus sur des réseaux d’acteurs transnationaux fait évoluer les rapports Etat/société, en incitant l’Etat à une ouverture plus importante sur la question de la reconnaissance des groupes minorés. En un sens, c’est ainsi que peuvent être comprises l’adoption en 2011 (après les manifestations du « printemps marocain ») d’une nouvelle constitution (qui reconnait l’amazighité et la judéité comme faisant partie intégrante de l’identité nationale) et les réflexions en cours sur une « loi montagne » qui doit permettre de mettre en place des mécanismes de solidarité favorables aux régions de montagne. Mais cette ouverture est freinée par une décentralisation inachevée, y compris dans les politiques de développement touristique, par des efforts finalement limités des autorités pour dialoguer avec les acteurs touristiques locaux, et par l’imposition continue, en montagne, de projets décidés en hauts lieux. Si l’Etat garde un rôle de premier plan dans la définition des identifications légitimes, il n’est plus le seul acteur à intervenir. C’est ce que révèle l’activité touristique, devenue une nouvelle scène sur laquelle sont disputées des conceptions différentes de ce qui fait tenir une société.

Le tourisme, arène de négociation des « identités » légitimées et minorées socialement

34Sur la scène touristique sont également négociées des places dans la hiérarchie sociale. Élites et acteurs socialement à la marge s’en saisissent pour conforter leur position dominante ou au contraire contester et renverser l’ordre social établi. Le tourisme et les identifications qu’il travaille ont alors une dimension politique dans le sens où s’y jouent des relations de pouvoir entre des groupes sociaux et des manières de faire société ensemble.

Le tourisme, outil d’affirmation des élites sur la scène sociale

35Les acteurs sociaux qui négocient les « identités » infranationales minorées avec l’Etat ne sont pas des acteurs à la marge socialement : ils appartiennent le plus souvent aux élites locales. Les projets touristiques valorisant les « identités » amazighes sont, la plupart du temps, conçus et mis en œuvre par des personnes venant de familles de notables, qui ont eu accès à l’éducation, ont souvent effectué des séjours en ville voire à l’étranger, sont souvent responsables associatifs et parfois élus locaux, et disposent grâce à cela d’un capital économique, social, culturel et politique. Ces acteurs touristiques (guides, propriétaires de gîte, responsables d’écomusées, etc.) forment alors une élite dans l’élite. La majorité des autres acteurs locaux se retrouve peu dans les « identités » amazighes, autochtones, fortement politisées, renvoyant à l’échelle locale mais aussi à l’échelle transnationale, mises en avant dans les projets touristiques. Ils se reconnaissent dans des identités lignagères ou tribales peu valorisées dans ceux-ci. Le tourisme s’avère finalement rarement synonyme d’ascension sociale : dans l’Atlas, seuls quelques petits paysans sont devenus guides de montagne. Alors que l’ascension sociale par le tourisme semble être l’exception plus que la règle, les identités collectives amazighes revendiquées dans le cadre des projets touristiques constituent, plus que des identités véritablement collectives, des identités de groupe, des sous-cultures touristiques, fabriquées et défendues par un petit groupe d’acteurs touristiques appartenant aux élites locales.

36Les « identités » qu’ils entendent défendre font l’objet de négociations entre acteurs touristiques plus qu’avec les autres acteurs locaux. Ils peuvent en effet avoir des conceptions de l’Etat-Nation divergentes, reflétant des positions politiques et idéologiques différentes. Dans l’Atlas, majoritaires sont les acteurs touristiques qui valorisent des spécificités culturelles locales et mobilisent le référent amazigh avec prudence car ils pensent que sa valorisation dans le cadre de revendications politiques pourrait aboutir à l’éclatement de l’Etat-Nation, à des sécessions territoriales qu’ils jugent illégitimes. Les militants amazighs, loin de revendiquer un territoire propre, mobilisent ce référent pour réclamer la reconnaissance politique de cultures stigmatisées, dans le cadre d’un Etat-Nation assumant une certaine pluralité. L’organisation d’une table ronde dans le cadre du programme de recherche MIST-AA a permis de faire se confronter ces avis divergents et d’observer les rapports de pouvoir tels qu’ils se jouaient en direct. Les débats ont été dominés par les acteurs légitimés par le système politique et social (parce qu’universitaires et élus politiques), si bien que la version méfiante à l’égard des expressions militantes de l’amazighité, la moins critique politiquement, allant davantage dans le sens des « identités » officielles, a dominé les discussions. Le tourisme, outil pour faire valoir des « identités » culturelles infranationales et les négocier avec l’Etat, ne constitue donc pas véritablement un instrument pour bouleverser les hiérarchies sociales : il renforce les relations de pouvoir qui structurent les sociétés locales plus qu’il ne les renverse.

Des inégalités de genre renforcées par le tourisme

37On peut faire le même constat concernant les « identités » de genre : le tourisme ne modifie pas profondément les relations entre les genres, dans les sociétés locales. Dans le cas marocain (Oiry-Varacca et Tebbaa, 2016 ; Tizza, 2012), on constate que les porteurs des projets touristiques visant à mettre en avant des « identités » locales et amazighes, sont en grande majorité des hommes. Cela reflète l’accès inégal qu’ont les hommes et les femmes à l’espace public, ces dernières, dans les montagnes, ayant traditionnellement en charge le foyer et des tâches agricoles qui ne les en éloignent guère.

38Certains projets touristiques entendent, en même temps, valoriser des « identités » de genre : depuis le début des années 2000 fleurissent en montagne des coopératives féminines dans lesquelles les femmes fabriquent des produits artisanaux (tapis par exemple) ou des produits du terroir (huile d’argan, safran). Elles ont été mises en place par des associations locales, appuyées par des ONG internationales et encouragées par l’Etat. Leur ambition affichée est de permettre aux femmes d’améliorer et de mieux valoriser économiquement leurs savoir-faire artisanaux et agricoles, pour les rendre plus autonomes socialement. Les résultats sont mitigés : les supports publicitaires véhiculent une image peu émancipatrice de « la » femme amazighe et de « la » femme touarègue, gardienne de savoir-faire traditionnels. Malgré cela, le système permet aux femmes de s’émanciper à l’échelle de la famille : leur place au sein de celle-ci, et leur rapport à leur conjoint, sont modifiés par le fait qu’elles ont un revenu à elles, même modeste, et qu’elles apprennent à lire et écrire dans le cadre de cours dispensés à la coopérative. Il peine cependant à modifier les hiérarchies de genre, à faire émerger les femmes comme groupe sur la scène publique.

39De plus, seules les femmes appartenant aux élites locales, qui évoluent dans le cadre de rapports de genre moins inégalitaires, bénéficient véritablement des coopératives, devenant leur gérante et voyant ainsi leur place encore améliorée. Seules les femmes notables, insérées dans des réseaux féministes à l’échelle nationale et parfois internationale, se reconnaissent dans des « identités » de genre. On assiste alors, là encore, à la création de sous-cultures touristiques, genrées. Le tourisme ne modifie donc pas radicalement les relations de genre normées socialement. Il les fait évoluer graduellement, en partant du haut et non de la base : il change la donne pour les femmes des élites, ce qui reflète et renforce les rapports de pouvoir locaux.

Faire entendre la voix des acteurs marginalisés

40Mobilisées conjointement avec les études postcoloniales, les subaltern studies permettent de ne pas s’en tenir à la déconstruction des logiques post-coloniales des dynamiques identitaires en jeu dans le tourisme, mais de s’intéresser aussi aux « identités » telles qu’elles sont revendiquées à travers des projets touristiques par les acteurs locaux – qu’il s’agisse d’ » identités » infranationales telles que les « identités » amazighes au Maroc, ou d’» identités » de genre telles qu’elles sont revendiquées dans le cadre de projets touristiques développés dans l’Atlas. Cette invitation à prendre en considération et à analyser les « identités » revendiquées ouvre de nouvelles pistes de réflexion pour les études en tourisme. Ainsi, les subaltern studies alimentent une réflexion éthique sur le rôle du.de la chercheur.e en sciences sociales. Elles permettent de répondre au reproche qui a été adressé aux études postcoloniales et aux perspectives déconstructivistes en général, consistant à dire qu’elles peuvent délégitimer les « identités » qu’elles déconstruisent, à force de montrer qu’elles ne sont « que des » constructions sociales. En incitant les chercheur.e.s à faire entendre la voix des « subalternisés », elles prônent un certain engagement politique des chercheur.e.s, en faveur de ces derniers. Elles posent ainsi la question de l’utilité de la recherche pour les acteurs et du degré d’engagement légitime du.de la chercheur.e. On peut se demander si le caractère idéologique du discours scientifique n’est pas inévitable et l’assumer : n’est-ce pas cela qui fait l’utilité de ce discours pour les acteurs ?

  • 8 Les brochures sont disponibles ici :
  • 9 Perrier E., 2011, Le développement touristique des régions isolées, un choc pour les identités auto (...)

41Les subaltern studies incitent également à s’interroger sur les manières de faire de la recherche les plus à même de faire entendre les voix des acteurs. Dans le cadre du projet MIST-AA, nous avons édité et distribué des brochures aux acteurs8. Encore faut-il qu’elles soient écrites dans leur langue : l’une d’elles, qui portait sur le tourisme dans l’Atlas au Maroc et l’Aïr au Niger et était destinée aux acteurs de ces régions, a été publiée en français. Il aurait fallu la traduire en arabe et dans les dialectes amazighs locaux pour qu’elle soit lue par le plus grand nombre. Une autre brochure - sur le tourisme en montagne, dans le monde - visait un public plus large. Le fait qu’elle soit rédigée en anglais a constitué un handicap pour qu’elle soit accessible aux acteurs marocains. Un tel type de valorisation suppose donc de réfléchir à la langue adéquate selon le public visé. Un film a également été réalisé dans le cadre du même programme de recherche, dans l’Atlas marocain9. D’autres limites ont été rencontrées : par exemple, donner son image posait constamment problème dans le contexte culturel des montagnes marocaines, et ne permettait pas de donner la voix aux populations les plus marginalisées comme les femmes, qui refusaient le plus souvent d’être filmées. J’expérimente actuellement un format encore peu utilisé dans les études en tourisme, celui du documentaire sonore. Il s’agit de partir d’enregistrements de voix d’acteurs effectués dans le cadre d’interactions sociales non provoquées par le.la chercheur.e, d’interviews et d’enregistrements d’ambiances réalisés sur le terrain. Ils sont mis en récit grâce au montage et à la voix off (qui doit garder une place minimale pour laisser le plus d’espace sonore possible aux propos des acteurs). Ce format permet de s’affranchir de l’image tout en faisant entendre la voix des acteurs, au sens propre. Il permet de se situer au plus près des acteurs, de leurs émotions, davantage que dans une interaction ordinaire (car on peut poser le micro sur la personne). On peut ainsi prendre en compte la dimension émotionnelle des processus d’identification et donner à l’entendre dans les moments enregistrés où les acteurs négocient des « identités ». D’un point de vue éthique, une telle approche demande des précautions : il convient, pour conjurer le voyeurisme, d’éviter de faire des émotions le point central. Par ailleurs, on peut restituer toute l’épaisseur des contextes sociaux dans lesquels se déroulent les processus étudiés : les voix et les accents disent quelque chose des personnes (âge, genre, langue, etc.), les bruits, les ambiances, les musiques constituent une part de la matière sociale analysée, des identifications valorisées et négociées à travers le tourisme. Facilement diffusable sur Internet ou dans des émissions radiophoniques, ce type d’écriture ouvre donc des possibilités nouvelles pour collecter et diffuser les recherches en tourisme, et donner à entendre les « identités » telles qu’elles sont revendiquées et négociées par les acteurs touristiques subalternisés.

Conclusion

42Le champ des études post-coloniales permet de comprendre le tourisme comme une arène fondamentalement politique, car il invite à déconstruire les rapports de pouvoir qui s’y jouent : à tous les niveaux des sociétés d’accueil, le tourisme sert à négocier les identifications collectives, à tracer les frontières entre les groupes sociaux, à légitimer tel groupe et à le faire reconnaître sur la scène publique. Ces études permettent de décrypter les conceptions différentes des rapports société civile/Etat et des relations entre groupes sociaux qui y sont négociées. Le fait que le tourisme constitue un tel lieu de négociation des « identités » est en soi révélateur de l’ouverture de l’espace politique au-delà des arènes institutionnelles. Cela montre les efforts des acteurs sociaux pour s’affirmer comme des acteurs à part entière de la définition des « identités » légitimes, et, en même temps, le rôle toujours important que joue l’Etat en la matière. Le tourisme alimente des changements sociaux profonds, qui s’observent sur le long terme, à l’échelle des relations Etat/société, mais aussi au niveau des relations entre groupes sociaux. Les cas marocains étudiés dans cet article montrent que le tourisme constitue un outil plus efficace pour faire évoluer les hiérarchies culturelles, négocier avec l’Etat la reconnaissance accrue d’une « identité » minorée dans le cadre étatique, que pour faire évoluer les hiérarchies sociales. Appartenant aux élites, les acteurs touristiques qui revendiquent à travers leurs projets des « identités » amazighes stigmatisées culturellement parviennent relativement bien à faire avancer leur cause : l’ouverture progressive – quoi qu’imparfaite – de l’espace d’expression publique au Maroc leur permet de plus en plus d’affirmer leurs revendications dans cet espace. Surtout, les touristes qu’ils accueillent et les réseaux internationaux qu’ils mobilisent leur permettent de faire entendre ces revendications au-delà des frontières nationales et d’exercer une certaine pression sur les autorités marocaines pour qu’ils reconnaissent les « identités » infranationales revendiquées par la société civile. Ce faisant, les porteurs de ces projets touristiques militants en profitent pour renforcer leur position dominante socialement. Ils doivent cet avantage d’une part au contexte général de repositionnement de l’Etat, de plus en plus forcé de prendre en considération de nouveaux acteurs économiques et sociaux, dans le cadre de jeux d’échelles complexes, et d’autre part, à leur appartenance à une élite sociale dont les contours évoluent très lentement, ce qui leur permet de garder leur place dominante dans la société. En revanche, il est plus difficile, pour les acteurs marginalisés non seulement culturellement mais aussi socialement (comme les femmes), qui cumulent ainsi les handicaps, de faire entendre leur voix, de contester et remettre en question l’ordre social. Couplées aux études qui pensent les processus d’identification en termes d’intersectionnalité, les études post-coloniales permettent d’observer la multiplicité des rapports de domination (ethniques, culturels, sociaux, de genre) en jeu, des rapports qui s’exacerbent et s’additionnent dans les situations de marginalité.

Haut de page

Bibliographie

ALLCOCK, J.-B., BRUNER, E.-M., LANFANT, M.-F., 1995, International Tourism. Identity and Change, London, Sage.

ANDERSON, B., 1996 [1983], L’imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

APPADURAI, A., 2001 [1996], Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

BAYART, J.-F., 2010, Les études postcoloniales un carnaval académique, Paris, Karthala.

BYRD, J.-A., ROTHBERG M., 2011, « Between subalternity and indigeneity », Interventions: International Journal of Postcolonial Studies, vol. 13, n° 1, p. 1-12.

CABASSET, C., 2001, « Indonésie : crise identitaire, développement touristique et autonomie régionale », Bulletin de l'Association de géographes français, n° 3, p. 222-234.

CASTELLS, M., 1999 [1996], L'ère de l'information. Le pouvoir de l’identité, Paris, Fayard.

CAZES G., 1989, Les nouvelles colonies de vacances ? Le tourisme international à la conquête du Tiers-Monde, Paris, L’Harmattan.

COUSIN, S., 2012, Les miroirs du tourisme. Ethnographie de la Touraine du Sud, Paris, Descartes et Cie.

DE KADT, E. (dir.), 1979, Tourism: Passport to development?, Oxford University Press.

DEBARBIEUX, B., 2006, « Prendre position : réflexions sur les ressources et les limites de la notion d'identité en géographie », L'Espace géographique, n° 4, p. 340-354.

DEBARBIEUX, B., 2012, « Tourisme, imaginaires et identités : inverser le point de vue », Via@, n° 1.

DOQUET, A., 2010, « La force de l’impact », EspacesTemps.net.

GAUGUE, A., 1997, Les Etats africains et leurs musées. La mise en scène de la nation, Paris, L’Harmattan.

GELLNER, E., 1989 [1983], Nations et nationalismes, Paris, Payot.

HALL, S., 2007, Identités et cultures. Politiques des cultural studies, Paris, Éd. Amsterdam.

HARKIN, M., 1995, « Modernist Anthropology and Tourism of the Authentic », Annals of Tourism Research, vol. 22, n° 3, p. 650-670.

MILAN, P.-M., 2012, « Contournement et instrumentalisation de l’identité culturelle Mosuo dans la rencontre touristique », Via@, n° 2.

OIRY-VARACCA, M., 2012, « Le « printemps arabe » à l’épreuve des revendications amazighes au Maroc. Analyse des enjeux territoriaux et politiques des discours sur l’identité », L'Espace Politique, n° 18.

OIRY-VARACCA, M., 2014, Quand le tourisme recompose les identités collectives : étude de projets touristiques « alternatifs » dans les Atlas marocains, thèse de doctorat en géographie, Edition Faculté des Sciences Economiques et Sociales, Université Genève, SES 850.

OIRY-VARACCA, M., TEBBAA, O., 2016, « Expressions identitaires féminines et développement touristique dans les arrière-pays marocains : de la folklorisation à la revendication », in Berriane, M., Michon, G., Terroirs Méditerranéens : Environnement, Patrimoine et Développement au Maroc, Paris, à paraître aux éd. de l’IRD.

PABION-MOURIES, J., 2010, L’écotourisme au Kirghizstan post-soviétique, entre développement international et volontés locales, thèse en anthropologie, EHESS.

PALOMARES, E., (dir), 2010, Prismes féministes : qu'est-ce que l'intersectionnalité ?, Paris, L’Harmattan.

PEYVEL, E., 2007, « Tourisme et construction des identités vietnamiennes », in Furt, J.-M., Michel, F., L’identité au cœur du voyage, Paris, L’Harmattan, p. 143-155.

SAID, E., 2005 [1978], L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil.

SPIVAK, G., 2009 [1988], Les subalternes peuvent-elles parler?, Paris, Éd. Amsterdam.

STASZAK, J.-F., 2008, « Qu’est-ce que l’exotisme ? », Le Globe, n° 148, p. 3-30.

TIZZA, W., 2012, « Femmes des Aït Bouguemez : des identités à l’épreuve du tourisme », Via@, n° 2.

TURNER, L., ASH, J., 1975, The golden hordes – International tourism and the pleasure periphery, London, Constable and C° Ltd.

ZYTNICKI, C., KAZDAGHI, H., (dir), 2009, Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la Société française d’histoire d’Outre-Mer.

Haut de page

Notes

1 Programme MIST.AA (The challenge of Marginality and collective Identities in Sustainable Tourism development strategies: case studies in Atlas and Aïr) financé par le Fonds national de la recherche suisse.

2 D’où l’utilisation du terme « identité » entre guillemets ou du mot identification pour questionner des processus dynamiques. J’emploie « identité collective » (définie et revendiquée par un groupe social) et « identité sociale » (légitimée de l’extérieur) sans guillemets, en référence à la conceptualisation qu’en propose B. Debarbieux (2006).

3 Elles ont été plus précoces dans le contexte anglophone : la notion a été forgée dans les années 1970 par le courant du Black feminism qui montre le caractère multidimensionnel de la subordination à laquelle sont soumises les femmes noires aux Etats-Unis.

4 Le terme permet d’englober différents faits sociaux qui alimentent un même processus relationnel et dynamique, à une échelle supranationale : déplacements de personnes, liens sous forme de réseaux ; circulation d’informations…

5 Ce courant des études postcoloniales émerge au cours des années 1980 autour d’historiens indiens, inspirés par la pensée marxiste et par celle d’Antonio Gramsci. Le projet initial est de déconstruire l’histoire officielle de l’Empire britannique des Indes orientales et d’écrire une autre histoire, valorisant les mouvements de résistances populaires et paysannes.

6 J’emploie le terme « amazigh » car il est utilisé par les militants et les populations locales pour se distancier du terme « berbère », qui rappelle selon eux l’instrumentalisation politique dont il a fait l’objet au moment de la colonisation. Il désigne une culture et des dialectes. Environ 30% des Marocains parleraient uniquement un de ces dialectes et 80% parleraient l’Arabe et un dialecte amazigh (chiffres sur lesquels s’accordent la plupart des chercheurs), dans les montagnes et leurs marges désertiques mais aussi dans les villes, en lien avec un exode rural toujours important. Pour une présentation plus complète de l’amazighité et de ses enjeux politiques, je renvoie à l’article que j’ai publié dans L’Espace Politique en 2012.

7 Les Marocains juifs étaient 250 000 environ en 1946. L’exil commence entre 1954 et 1956 dans une période de grande incertitude politique. En 1967, ils n’étaient plus que 60 à 70 000. Ils sont 3000 environ actuellement, installés à Casablanca et dans les principales villes marocaines. Les membres de la diaspora résident en majorité en Israël (les Marocains juifs des montagnes en particulier y sont partis) mais aussi au Canada et en France.

8 Les brochures sont disponibles ici :

http://www.unige.ch/sciences-societe/geo/index/Tourism_in_Mountain_Regions_EN.pdf

https://www.dropbox.com/s/jarsvvaatn9cqel/Brochure_TourismeRessourcesIdentites_UNIGE_final.pdf?dl=0

9 Perrier E., 2011, Le développement touristique des régions isolées, un choc pour les identités autochtones ? film réalisé dans le cadre d’un Master en géographie, Université de Genève.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1 - « focus groups » avec des acteurs touristiques de la vallée du Zat (Haut Atlas occidental).
Crédits Tighdouine, mai 2010 - Crédits : M. Oiry-Varacca.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-1.png
Fichier image/png, 183k
Titre Figures 2 - « focus groups » avec des acteurs touristiques de la région de Marrakech (Maroc)
Crédits Marrakech, janvier 2012. - Crédits : M. Oiry-Varacca.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-2.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 3 : séjour touristique organisé par l’association des amis de la vallée du Zat, partage autour des travaux agricoles (Tiznit, Haut Atlas occidental)
Crédits Crédits : G. Lecloirec, avril 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-3.png
Fichier image/png, 400k
Titre Figure 4 : panneau indiquant une maison d’hôtes à Taliouine (Anti-Atlas)
Crédits Crédits : S. Varacca-Oiry, juin 2011
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-4.png
Fichier image/png, 235k
Titre Figure 5 : métier à tisser que les touristes de passage peuvent essayer, dans une coopérative féminine de Taznakht (Anti-Atlas)
Crédits Crédits : S. Varacca-Oiry, juin 2011
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-5.png
Fichier image/png, 377k
Titre Figure 6 : échoppe dans le ksar Aït Benhaddou (région d’Ouarzazate)
Crédits Crédits : M. Oiry-Varacca, octobre 2015
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-6.png
Fichier image/png, 462k
Titre Tableau 1 : « identités » amazighes dans les offres touristiques et enjeux politiques
Crédits Sources : M. Oiry-Varacca, recherches personnelles
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-7.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 7 : synagogue du ksar Aït Benhaddou (région d’Ouarzazate)
Crédits Crédits : M. Oiry-Varacca, octobre 2015.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-8.png
Fichier image/png, 126k
Titre Figure 8 : mausolée près d’Aït Ourir (région de Marrakech)
Crédits Crédits : M. Oiry-Varacca, octobre 2015.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3744/img-9.png
Fichier image/png, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mari OIRY-VARACCA, « Tourisme et politisation des « identités » : réflexions post-coloniales sur la marginalité au Maroc », L’Espace Politique [En ligne], 28 | 2016-1, mis en ligne le 26 avril 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3744 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3744

Haut de page

Auteur

Mari OIRY-VARACCA

Chercheure postdoctorante
Center for Mountain Studies (University of Highlands and Islands, Scotland). Laboratoire Politiques publiques, ACtion politique, TErritoires (Université de Grenoble)
mari.oiry-varacca.perth@uhi.ac.uk
oirymarie@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org