Navigation – Plan du site
Géographies politiques du tourisme

« Et le bronzage de tes fesses dessine un coeur »1 - Réflexions sur les expériences lesbiennes des plages

« Et le bronzage de tes fesses dessine un coeur » – Some Considerations on the Lesbian Experience of the Beach
Rachele Borghi

Résumés

Cet article part des acquis des recherches en sciences sociales (et en particulier en géographie) sur la visibilité et les processus de territorialisation des gays dans l’espace public littoral (les plages) pour se focaliser sur l’expérience des personnes s'identifiant comme lesbiennes. Il questionne l’identité sexuelle et de genre en lien avec l’espace et plus particulièrement l'accès à l'espace public, en se concentrant sur l’analyse du rapport entre normes sexuelles et normes de genre, dans le cadre des pratiques de loisirs. Les entretiens menés montrent l’intériorisation des pratiques et des comportements qui caractérisent l’expérience des femmes dans les espaces publics. Les lesbiennes interviewées déclarent ne pas concevoir la plage comme un espace « safe ». Bien que l’expérience lesbienne de la plage est influencée par l’intériorisation des normes de genre, le poids de la socialisation peut être contrebalancé par le positionnement politique de chaque personne. L'article montre qu'il existe des enjeux spécifiques à l'expérience que les lesbiennes ont de la plage, liés à leur appartenance à un groupe minoritaire, non pas seulement au sens quantitatif, mais au sens politique : l'expérience lesbienne de la plage renvoie à la construction sociale de leur sexualité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction2

  • 1 Inspiré d'une chanson de Mansfield TYA, « Logic Coco ».
  • 2 Je remercie Amandine Chapuis pour avoir interprété et réelaboré certains passages de l'article. Cet (...)
  • 3 L’information a circulé sur Internet à partir du 4 août 2012, sur les réseaux sociaux, sur les site (...)
  • 4 « Les espaces urbains littoraux : des contextes spécifiques pour la production des identités de gen (...)
  • 5 http://services.uhb.fr/enquete/87555/lang-fr
  • 6 Sur le langage performatif et sa capacité de créer la realité qu'il décrit, voir Butler (2004).

11er septembre 2012. Une quarantaine de personnes se retrouvent sur la plage du Verger à Cancale, en Bretagne. Certaines se connaissent, d’autres se sont parfois croisées, d’autres encore ne se sont jamais vues auparavant. Certaines sont venues seules, d’autres en petit groupe, et d’autres encore en couple. Ce sont les lesbiennes qui ont répondu à l’appel de la « Dyke Beach Day ». C'est au cours d'une recherche sur les liens entre pratiques des plages bretonnes et production des identités de genre, que j’ai décidé de lancer cette initiative3. Je m'interrogeais alors sur les modalités de restitution des premiers résultats de ma recherche4. En effet, plusieurs dizaines de personnes avaient répondu à un questionnaire en ligne et certaines avaient accepté des entretiens5. Dans un milieu assez restreint, je m’interrogeais aussi sur les conséquences de ma démarche académique : la recherche soulevait des questions et commençait à donner des réponses mais allait-elle aussi contribuer à engendrer des processus territoriaux ? Si le discours scientifique contribue à créer la réalité qu’il décrit6, une recherche en géographie peut-elle créer un lieu ? De façon plus probable, elle peut, au moins, représenter un moment de suspension de la quotidienneté. L’affiche de l’événement portait ce texte :

2« Beaucoup des lesbiennes répondantes au questionnaire sur la fréquentation des plages ont déclaré qu’elles aimeraient aller sur une plage lesbienne, si ça existait.

3Alors pourquoi ne pas la faire exister ? Pour une journée, la plage du Verger deviendra une plage lesbienne !

4Aucune déclaration, aucune organisation, aucune réservation. Simplement le lieu, un espace public, qui sera investi par des dizaines de lesbiennes qui voudront marquer l’espace avec leur propre corps et leur esprit.

5Pourquoi la plage du Verger ? Parce que d’après le questionnaire et les entretiens c’est la plage où beaucoup de lesbiennes (de Bretagne et d’ailleurs) se rendent déjà, mais sans savoir vraiment que cette plage est choisie par d’autres lesbiennes.

6Pourquoi participer ?

7Pour faire l’expérience d’un lieu public (en prévalence hétérosexuel, bien qu’une partie de la plage soit gay et naturiste), qui pour une fois sera fortement marqué par la présence lesbienne. Pour un jour ou, pourquoi pas, pour toujours...

8Toutes les lesbiennes et gouines qui ont ou pas participé à la recherche sont invitées.

9Dans le cours de la journée les personnes que le souhaiteront pourront découvrir et discuter des premiers résultats de ma recherche et des statistiques issues de plus de 260 réponses reçues au questionnaire ».

10Malgré le mauvais temps ce jour-là, quarante personnes s’identifiant comme lesbiennes sont venues de tous les coins de Bretagne pour se rendre sur la plage du Verger à Cancale. Leur but : promouvoir leur visibilité et leur appropriation de l’espace public, passer une journée ensemble, socialiser, bref, faire du loisir un acte politique. Un sentiment était partagé par toutes ces personnes si différentes par l’âge, le milieu social, la façon de se définir et de vivre leur propre lesbianisme ou leur non-hétérosexualité : celui de créer ou simplement de prendre part à un « événement », à une journée qui pourrait – peut-être – ne pas se terminer au coucher du soleil. Dans ce cas, elles auraient pu participer au début de « quelque chose », au début de ce que les géographes appellent un processus de territorialisation.

11Dans quelle mesure un tel rassemblement constiturait-il un événement et pour certaines, un rêve ? L'apport majeur des géographies des sexualités depuis le milieu des années 1990, à savoir la remise en question de la neutralité sociale et sexuelle supposée des espaces publics et la mise en évidence au contraire de leur caractère hétéronormatif (Bell et Valentine 1995) permet de le comprendre. Concernant plus spécifiquement la plage, les recherches menées par Stéphane Leroy et Emmanuel Jaurand (Jaurand, 2010 ; Jaurand et Leroy, 2008, 2010, 2011), montrent qu'elle constitue pour beaucoup de gays un espace d’entre-soi par excellence : en s'appropriant des plages pour en faire des plages gays, ils échappent pour un temps à un rapport de domination et créent un lieu de sociabilité et de rencontres. Ils mettent en évidence l’importance des loisirs et du tourisme pour l’affirmation d’identités sexuelles, en créant une rupture avec l’espace-temps quotidien. Celle-ci passe notamment par la construction de micro-espaces de l’entre-soi. Les études sur les plages gays, menées dans des pays aussi variés que la France (Jaurand, 2005, 2010), la Grèce (Andriotis, 2010), le Mexique (Monterubbio, 2008) et l’Italie (Izis et Macchia, 2011), permettent ainsi d’accéder à un important corpus théorique et de cas d’étude sur la territorialisation homosexuelle masculine.

12Une question alors se pose : pourquoi n'y-a-t-il pas de plages lesbiennes ? Ce type de processus d'appropriation n’intéresse-t-il pas les lesbiennes ? Pourquoi n’existe-t-il pas des espaces publics de plein air échappant à la norme hétérosexuelle qui sont investis de façon répétée par des lesbiennes ? N’y a-t-il pas l’envie de partager des espaces d’entre-soi ? Est-ce que les lesbiennes, les « gouines », les « goudous » ne ressentent pas la nécessité d’avoir des lieux de rencontre, de sociabilité, de drague au-delà des milieux militants ou des lieux de consommation comme le bar (d’ailleurs aussi très rares) ? Ou plutôt, y a-t-il d’autres contraintes qui freinent l’appropriation des espaces publics (tout comme elles freinent le développement de bars lesbiens) ? Je fais l'hypothèse que pour répondre à ces questions, il faut probablement prendre en considération d'abord des questions de genre : si les lesbiennes ne s'approprient pas les plages, c'est aussi parce qu'elles sont des femmes et que les femmes s'approprient moins que les hommes les espaces publics, ainsi dans ce processus, les normes de genre pèseraient davantage que celles liées à la sexualité.

  • 7 Voir Prieur, 2015.

13Nadine Cattan et Anne Clerval (2011) affirment que « la territorialisation des lesbiennes est significativement différente de celle des gays ». Elles soulignent combien la notion de territoire demeure profondément masculine et mettent en avant la nécessité de développer de nouvelles méthodes, pour comprendre l’importance relative des espaces lesbiens, notamment dans l’intersectionnalité7, c'est-à-dire en croisant l'analyse du rôle de différents rapports sociaux. Il s’avère donc nécessaire de diversifier les méthodes et les techniques de recherche pour chercher à répondre à ces questions ou, au moins, à les explorer.

  • 8 Le questionnaire a été construit dans le but d’abord de repérer les plages fréquentées par les lesb (...)
  • 9 À cause du temps limité de la recherche, j’ai interviewé les volontaires une seule fois. Je n’avais (...)
  • 10 J’avais remarqué, dans un groupe de discussion exploratoire, que les affirmations des unes étaient (...)

14Je me suis appuyée sur les enquêtes de terrain qui ont accompagné un questionnaire8 disponible sur Internet sur la page de l’Université de Rennes 2 avec des entretiens9 auprès de vingt lesbiennes (la plupart résidentes en Bretagne) et quatre représentantes d’associations LGBT en tant que témoins privilégiés. J’avais déjà connu ou croisé certaines auparavant, d’autres m’ont contactée après avoir eu connaissance de ma recherche. J’ai aussi fait quatre parcours commentés ou plutôt quatre visites guidées : j’ai passé une journée sur une plage choisie par l’enquêtée que j’ai interviewée sur place, en filmant le lieu et l’entretien. Enfin, j’ai animé deux focus group à Paris. À chaque fois, la rencontre a été organisée par une personne relais qui a décidé elle-même qui inviter. La consigne était d’appeler des lesbiennes qui se connaissaient déjà et qui avaient plus ou moins une relation de proximité. Cela pour favoriser la discussion dans une ambiance détendue tout en pouvant potentiellement mettre chaque personne face à ses contradictions entre le « discours » et la « pratique » des plages10. Ce travail s’est aussi appuyé sur mes observations des plages bretonnes. Je les ai choisies parmi celles qui étaient les « préférées » des répondantes au questionnaire. J’ai aussi pris part à plusieurs rencontres lesbiennes à Paris et en Bretagne durant la période de l’enquête.

15Dans cet article, je cherche donc à montrer comment l’expérience lesbienne de la plage est influencée par l’intériorisation des normes de genre mais que, en même temps, le poids de la socialisation peut être contrebalancé par le positionnement politique de chaque personne. Les résultats de la recherche nous invitent à penser que le rapport des lesbiennes à la plage reflète largement l’expérience de beaucoup de femmes dans l’espace public (se sentir « out of place » [Cresswell, 1996], avoir peur du viol, éviter la sexualité parce que c’est une question liée à la sphère du « privé ») et leur sentiment d’insécurité s’avère partie prenante de la pratique de ces espaces. Selon Marylène Lieber (2002), l’expérience de la violence va presque de soi pour les femmes et provoque un phénomène d’auto-restriction que les femmes s’imposent.

  • 11 Sur la construction des identités lesbiennes dans le contexte français, voir le livre de Natacha Ch (...)
  • 12 « Cette recherche de géographie sociale vise à établir une carte des plages françaises (en particul (...)
  • 13 J’utilise « assignées femme » pour insérer le cadre épistémologique et théorique de ma recherche, a (...)
  • 14 J’emploie ici le pronom « ielles » dans le but de ne pas perpétuer, à travers l’écriture scientifiq (...)

16Mais alors, une recherche sur le rapport des femmes hétérosexuelles à la plage aurait-elle supposé les mêmes questionnements et débouché sur les mêmes résultats ? Au contraire, je montre qu'il existe des enjeux spécifiques à l'expérience que les lesbiennes ont de la plage, liés à leur appartenance à un groupe minoritaire, non pas seulement au sens quantitatif, mais au sens politique : l'expérience lesbienne de la plage renvoie à la construction sociale de leur sexualité comme une déviance et à leur position de subalternes dans une société patriarcale hétéronormative. Être lesbienne présuppose de sortir du système fondé sur la famille homme-femme comme base de la vie sociale et de se soustraire (plus ou moins volontairement ou de façon politisée) aux rapports sociaux de sexe qui construisent un système de relations et d’organisation sociale centré sur la contrainte à l’hétérosexualité (Wittig, 2007). Cela produit des façons de vivre, des styles de vie, des pratiques, des mobilités, des rapports à l’espace qui ne sont plus fondés sur le rapport hommes/femmes comme binôme indissoluble de construction de la société et de socialisation (hétérosocialité11). Or la plage est un lieu privilégié de l'éducation hétérosociale, souvent reliée soit à la dimension familiale traditionnelle, soit aux rapports de séduction homme/femme. C’est pourquoi il est intéressant d’investiguer le point de vue des lesbiennes, pour comprendre si et comment leur pratique de la plage et plus largement à travers la plage, leurs pratiques de loisirs, sont mises en relation avec leur propre parcours lesbien. Mais construire un échantillon à partir de la catégorie de « lesbienne » pose des problèmes et des questions. Le risque est d’alimenter l’idée qu’il existe une « population lesbienne » homogène, composée de personnes qui, à partir de leur orientation sexuelle, partagent des points de vue et des pratiques. Au contraire, « se dire lesbienne » (Chetcuti, 2010) fait partie d’un processus de construction identitaire où le sujet passe par des étapes différentes. En même temps, la définition de soi en utilisant le terme « lesbienne » n’est pas tout à fait partagée. Pour cette raison, j’ai construit le questionnaire en offrant aux répondantes la possibilité de donner plusieurs définitions d’elles-mêmes, comment la figure 1 le montre. Pour la même raison et pour mettre en place un processus de construction de la recherche le plus inclusif possible, j’ai précisé dans le préambule du questionnaire qu’il était ouvert à toutes les personnes qui, bien qu’adoptant des pratiques considérées (selon un schéma binaire) comme homo-érotiques, ne se sentent pas inclues dans le terme « lesbienne »12. En effet, le terme « lesbienne » est communément associé à celui de « femme », en considérant les lesbiennes comme des « femmes qui aiment des femmes ». Or, cela n’est pas valable pour toutes les personnes assignées à la catégorie « femme » à la naissance13 mais qui critiquent le terme « femme » comme renvoyant à une catégorie sociale et à un ensemble de pratiques dans lesquelles ielles14 ne se reconnaissent pas forcement.

Figure 1 - Réponse à la question « Comment vous définiriez-vous ? ».

Figure 1 - Réponse à la question « Comment vous définiriez-vous ? ».

300 répondants

Source : Enquête en ligne, R. Borghi, septembre 2012

17Enfin, choisir la plage comme terrain d’étude a permis d’interroger le rapport à l’espace public des lesbiennes à travers un angle nouveau. En effet, dans les discours sur le rapport des lesbiennes à l’espace public, leur visibilité, leur sentiment de vulnérabilité, la lesbophobie, la plage n’est jamais prise en compte. Dans la plupart des cas, les exemples et les références concernent l’espace public urbain. La plage, conçue comme un espace de loisir et de sortie de la quotidienneté, permet pourtant d’aborder ces problématiques d’un autre point de vue. Traiter l’espace public à partir de la plage m’a donc permis de jouer sur la « surprise », c’est-à-dire de limiter la possibilité pour les interviewées de répondre en faisant référence au discours diffusé (et intériorisé) à propos du rapport des « lesbiennes » (souvent traitées, dans les médias mais aussi dans la production scientifique, comme une « catégorie » homogène et vulnérable) à l’espace public. C'est ainsi que le détour par les pratiques de loisirs et la sphère touristique me permet de renouveler un questionnement fondamental de géographie des sexualités.

Être lesbienne à la plage

  • 15 Pour une revue de la littérature, voir Blidon (2008a et 2008b) et Borghi (2014).
  • 16 Le terme hétéronormativité indique la naturalisation de l’hétérosexualité comme expression ‘normale (...)
  • 17 Pour la géographie anglophone, voir à titre d’exemple Valentine, 1993 ; Bell et al., 1994 ; Bell et (...)

18Les nombreuses études récentes en géographie et en sociologie sur la visibilité homosexuelle dans l’espace public se sont focalisées sur les pratiques et les processus d’appropriation de l’espace (en particulier urbain) à partir des catégories de genre et de sexualité15. La question de la visibilité/invisibilité des lesbiennes dans l’espace public a été posée dès les premiers travaux géographiques et sociologiques sur les relations de l’homosexualité à l’espace (Castells et Murphy, 1982). Plusieurs études conduites principalement dans le monde anglophone ont apporté des nuances aux premiers constats d’invisibilité ; ils ont montré que cette invisibilité n’est pas généralisable et que les lesbiennes fréquentent de plus en plus les espaces publics et les espaces de consommation dans les grandes villes (Adler, Brenner, 1992 ; Podmore, 2006 ; Valentine, 1995 ; Winchester, White, 1988). Leur forte présence aux Pride, tout comme leur importante participation aux mouvements militants, ont été soulignées. Les vies et les pratiques des gays et des lesbiennes dans l’espace urbain ont été explorées dans le but de rendre visibles les sexualités « dissidentes » et les formes de résistance à l’oppression de l’hétéronormativité16 (Blunt et Wills, 2000). Si la majorité des études ont centré l’analyse sur les espaces publics urbains (Cattan, Clerval, 2011), d’autres ont concerné l’espace public littoral (les plages) (Jaurand, 2010, 2011 ; Jaurand, Leroy, 2008, 2010) et ont mis en évidence la dimension spatiale des représentations, des pratiques et de la construction d’une identité en rupture avec l’hétéronormativité de l’espace public17. En tant qu’espace lié au tourisme et aux loisirs, la plage peut représenter un lieu de suspension des normes liées aux pratiques et comportements qui caractérisent le quotidien. Elle permet de voir les usages et pratiques ainsi que les performances de genre mises en acte. Lieu de dévoilement des corps qui sont contraints le reste du temps (Barthe-Deloizy 2003), mais aussi lieu ouvert en principe à tous les publics, la plage constitue une scène où les acteur.trice.s sociaux.les prennent place et se montrent en fonction de leur perception du contexte législatif et moral, des regards des autres et des risques encourus. La plage s’avère donc être un terrain privilégié pour l’exploration des pratiques de l’espace en relation aux rapports de genre et à la sexualité.

  • 18 Parmi les rencontres nationales au cours de toute l’année 2012 et en particulier pendant l’été, seu (...)
  • 19 Je tiens à préciser que cette considération ressort de mon échantillon. En réalité, la diversité de (...)

19Dans le questionnaire et dans les entretiens, beaucoup de lesbiennes ont déclaré qu’aller à la plage n’est pas prioritaire dans le choix de leurs vacances. Seulement 37,4 % des répondantes au questionnaire s’y rendent souvent. En effet, d’après les entretiens et l’observation, elles privilégient la campagne ou la montagne18. Elles préfèrent aller à la plage au printemps ou en automne, quand le littoral est moins fréquenté. En général, le choix de la plage est déterminé par trois facteurs principaux. D’abord, la tranquillité. Isolement, silence et souhait de rester loin des groupes de vacancièr.e.s semblent être prioritaires. Certaines ont déclaré être dérangées par les familles et les enfants, qui les renvoient à la norme hétérosexuelle, à l’éducation genrée des enfants à des styles de vie considérés comme étant opprimants : « Tu vois ? Je ne peux pas supporter de rester au milieu de tout ça », raconte Frédérique, 39 ans, en indiquant une petite fille en maillot rose deux pièces à côté de sa mère, pendant que son petit frère, avec son maillot une pièce bleu, joue dans le sable. Deuxièmement, la possibilité de pratiquer des activités sportives : sports aquatiques (surf, windsurf, char à voile, kayak de mer, kitesurf), trekking et circuits à pieds. Enfin, des raisons familiales sont aussi mentionnées. Le choix serait déterminé par le lieu de vacances de la famille d’origine. Dans certains cas, la présence d’une maison de famille favorise la fréquentation d’une plage particulière. La possibilité de faire du naturisme n’est jamais mise en avant, au point que, parmi les 43,8 % des lesbiennes n’ayant jamais fréquenté une plage gay, 28,6 % déclarent que c’est « Parce que souvent ce sont des plages naturistes »19.

  • 20 Tous les noms ont été changés.

20À la question : « Quelle est la raison qui vous porte à choisir une plage en particulier ? », 43,9 % des personnes ont répondu « sa qualité paysagère », 34 % « sa proximité par rapport à mon lieu de résidence », 19,1 % « les personnes qui la fréquentent » et 3,1 % « la qualité des services et des transports offerts ». Enfin, les 9,6 % qui ont choisi « autre » mentionnent la tranquillité, le calme et la propreté du lieu. Les plages cités ont quasiment toutes une caractéristique commune : le cadre naturel. Il s’agit de plages non urbaines, situées loin ou très loin des quartiers résidentiels. Leur ampleur est variable, parfois ce sont des criques, parfois des plages qui permettent de longues promenades au bord de la mer. Très souvent, elles sont situées à l’intérieur de zones naturelles ou protégées, avec des chemins pour les promenades à pied. La plage la plus citée dans les questionnaires est celle du Verger à Cancale, et les entretiens l’ont confirmé. Cela peut tenir au fait que la plupart des répondantes réside en Ille-et-Vilaine et que cette plage présente toutes les caractéristiques précédemment citées. C’est la plage sur laquelle Frédérique et Raphaëlle20 m’ont amenée au cours de la visite guidée (parcours commenté). Toutes deux vivent à Rennes. Elles se connaissent et font partie du milieu des militantes féministes et lesbiennes, mais elles ne savaient pas qu’elles fréquentaient la même plage.

21Pour ce qui concerne les plages homosexuelles gay, 40 % ne les ont jamais fréquenté et 26,7 % y vont de temps en temps, mais les entretiens confirment généralement les données du questionnaire : les lesbiennes tendent à ne pas fréquenter des plages connues comme homosexuelles. Et cela pour plusieurs raisons. 26,3 % d’entre elles ont répondu : « Je ne connais pas ». Les plages homosexuelles ne font partie ni de l’imaginaire ni des réseaux de sociabilité des lesbiennes. La fréquentation est occasionnelle et souvent liée au fait d’aller à la plage avec des amis gays ou à la curiosité. Les réponses de 21,1 % d’entre elles peuvent être résumées par une autre question : « Homosexuelles ? Tu veux dire gay! ». Les lesbiennes savent que « plage homosexuelle » signifie « plage gay ». De plus, la réputation des plages homosexuelles comme étant des lieux de rencontres et de pratiques sexuelles des gays est un autre élément qui décourage la fréquentation des lesbiennes. Les attitudes des répondantes à l’enquête par rapport à ces plages gays changent selon les approches. Certaines n’y vont pas parce qu’elles estiment devoir respecter le choix d’une communauté de rester dans l’entre-soi ; d’autres déclarent ne pas avoir spécialement envie d’être entourées par des hommes nus. L’étude de Chevalier (2008) a montré la fréquentation des plages gays par des femmes hétérosexuelles dans le but de ne pas être dérangées par les hommes hétéros. Je n’ai pas trouvé confirmation de cette pratique dans mon échantillon.

  • 21 « L’intérêt revêt une dimension fortement symbolique à la fois pour construire une identité lesbien (...)

22Revenons pour un moment à la Dyke Beach Day. Comme on l’a dit dans l’introduction, le nombre de participantes a montré que cette rencontre a répondu à une demande partagée d’espaces non-mixtes21 ou d’espace ‘d’entre soi’. Quand on parle des espaces « non-mixtes », les réactions vont de l’enthousiasme et de l’adhésion totale à la méfiance et au refus, souvent avec des remarques comme celle de Simone, 40 ans : « Je n’aime pas trop le côté ghetto ». Le questionnaire abordait donc la problématique centrale de la mixité/non-mixité. « Souhaiteriez-vous aller sur une plage lesbienne ? ». Sur 200 répondantes à cette question, 73,6 % n’ont pas de doute : « oui ». Si 26,4 % ont répondu « non », beaucoup de personnes n’ont pas répondu à la question, ce qui mérite réflexion. Si, pour certaines lesbiennes, la non-mixité est la mise en espace d’un concept politique et résumé par le slogan « la non-mixité relève du plaisir », pour d’autres, cela est considéré comme une menace à la quête d’intégration et d’acceptation sociale :

23« Ce serait nous distinguer de la population et marquer une différence alors qu’il n’y en a aucune » ; « Ghettoisation, il y aurait trop de séduction également, élément que je ne recherche pas en allant à la plage » ; « Je m’en tape, je vais sur la plage pour être en famille avec mon fils, mes parents etc., la sexualité n’a rien à voir là dedans ! ».

24Si dans le questionnaire les explications des raisons du ‘non’ sont argumentées en mobilisant la question de la ghettoïsation et de l’auto-exclusion, celles du ‘oui’ portent encore une fois l’attention sur le désir de pouvoir s’exprimer librement, loin du regard hétéronormé :

25« Je n’aime pas être matée par des hommes » ; « Pour partager et connaître mieux les autres lesbiennes- ».

26Concernant les interviewées, elles sont toutes favorables à l’existence de plages lesbiennes parce que, comme l'affirme Geneviève, 26 ans, « ce serait intéressant déjà d’avoir le choix ».

  • 22 Pendant la « Dike Beach Day », certaines m’ont confié se sentir mal à l’aise et préférer ne pas se (...)

27Une autre question soulevée par la recherche est celle du rapport au corps. Les focus group et les entretiens ont mis en évidence une certaine réticence à se déshabiller. Bien que certaines aient déclaré se mettre habituellement torse nu sur la plage, pour beaucoup d’entre elles il est préférable de rester en short et débardeur ou t-shirt22. La réticence à se rendre sur les plages gays est aussi liée au fait qu’il y a une superposition d’images entre plage gay et plage naturiste, comme l’explique Geneviève :

28« Je pense que, je pense que j’aimerais bien y aller. Peut-être le seul truc qui me… qui ferait frein, auquel vraiment je réfléchirais, c’est le fait que… si c’est une plage qui est naturiste, c’est peut-être ce côté-là, tu vois ? Parce qu’il faut avoir envie, il faut être dans l’état d’esprit, il faut avoir un rapport avec son corps ».

29Beaucoup de lesbiennes interrogées n’aiment pas le naturisme, certaines par pudeur et d’autres pour des raisons plus complexes. En effet, comme je l’ai présenté en introduction, la recherche a intéressé aussi un échantillon de lesbiennes qui ne se considèrent pas « femmes » mais « assignées femmes », c’est-à-dire insérées dans la catégorie « femme » à la naissance, à partir des organes génitaux. Ces personnes se définissent non seulement comme « lesbiennes » ou plus fréquemment « gouines », mais aussi comme « a-genre » ou « no gender » et mettent en avant leur androgynie qui leur permet de ne pas être identifiée immédiatement en tant que femme. Pour ces lesbiennes, se déshabiller signifie lever une partie de cette ‘ambiguïté’ et n’être plus à l’abri du regard hétérosocial, qui leur renvoie une image d’elles-mêmes très genrée, en les assignant encore une fois avec violence dans la case « femme ». Une question à part est représentée par les personnes trans. Pour ces personnes, la pratique de la plage est liée aux phases de la transition. Fréquenter la plage signifie se sentir bien avec son corps, la plage devient ainsi synonyme de pleine acceptation de soi. Véronique, 53 ans, lesbienne trans MtF (male to female), affirme :

30« Les gens [trans] ne se dénudent jamais devant quiconque. Voire même devant le miroir. Par conséquent il ne peut pas y avoir de plages trans. Parce que la plage trans te confronte immédiatement au corps inadéquat. Donc toutes les relations sont marquées du sceau de cet impossible. La nudité ne renvoie pas du tout à la sexualité ou à une identité politique, elle renvoie directement à une histoire impossible ».

La plage, un espace pas si public…

31Les premiers entretiens et réponses au questionnaire ont montré l’intériorisation des pratiques et des comportements qui caractérise l’expérience des espaces publics des femmes. Beaucoup des lesbiennes interviewées ont déclaré ne pas concevoir la plage comme un espace sûr, ou plus précisément, un espace « safe » (Prieur, 2014 et 2015) dans lequel elles peuvent se montrer librement et se sentir elles-mêmes :  du coup, un lieu « safe », c’est un endroit où je sais que les gens autour de moi ont réfléchi à leur propre identité et, du coup, ils ne vont pas m’agresser sur ce que je suis » (Ely, 28 ans). « La plage est quand même un espace dehors », rappelle Geneviève. Cette distinction entre « dedans » et « dehors » influence (et dans certains cas détermine) la pratique de l’espace et la mobilité. Les comportements comme la drague ou l’acte sexuel, à la différence des gays, restent, pour la plupart des lesbiennes interviewées, associées à l’espace dit privé. À la question « Est-ce que tu t’autorises à draguer dans l’espace public ? », les réponses sont souvent négatives ou mitigées :

32« Je regarde juste. Je ne sais pas draguer » (Joanne, 25 ans). « Je sais qu’il y a des meufs qui aiment bien ce genre de rencontres et moi aussi, mais le coté public, là, me gêne » (Geneviève, 26 ans).

33Cela peut s’expliquer par l’intériorisation d’une série de normes de genre qui obligent les femmes à marginaliser leur désir et à ne pas afficher leur sexualité, notamment dans l’espace public. Cela serait confirmé par d’autres répondantes :

34« J’ai l’impression que les hommes en général s’approprient plus facilement l’espace public comme lieu de drague que les femmes » (Sophie, 24 ans). « Au fond, ce qu’on peut ou pourrait voir dans un milieu spécifiquement lesbien, ce ne serait au fond qu’une conséquence de l’éducation plus, chez les femmes en règle générale, plutôt du côté du genre alors que chez les hommes ce sera plutôt du côté du sexe » (Véronique, 53 ans). « Les femmes ce n’est pas… ça ne fonctionne pas pareil déjà. Et bon, enfin, on n’a pas la même approche quoi. Moi je ne me vois pas trop aller draguer sur une plage quoi » (Simone, 40 ans).

35La drague dans l’espace public semblerait alors un privilège masculin car il est vu en rapport au désir sexuel non lié aux émotions et aux sentiments :

36« Pourquoi, à ton avis, n’y a-t-il pas de lieux de drague lesbiens dans l’espace public ? » « Je ne sais pas. Spontanément, comme ça, je dirais, c’est peut-être un peu cliché, mais j’ai l’impression que les femmes n’abordent pas la sexualité de la même manière que les hommes en général, hétéros ou homos, donc du coup chez les femmes lesbiennes ça se répercute aussi comme dans la population hétéro, les femmes ont plutôt je pense une sexualité qui est liée aux sentiments, qui est liée à la personne, à la rencontre. Et elles cherchent peut-être moins un coup d’un soir comme ça derrière des toilettes vite fait. Peut-être moins de pulsions je ne sais pas. (rires) Non je ne sais pas, je dirais que c’est plutôt ça. La façon d’aborder la sexualité » (Béatrice, 36 ans).

37Ces considérations nous portent à constater que l’intériorisation de la vision dominante déterministe qui associe la sexualité masculine aux « pulsions » est encore assez importante et elle est mise en avant pour la distinguer de la sexualité féminine, chose qui expliquerait les différentes pratiques sexuelles. En même temps, la peur du regard des hommes hétérosexuels et du « fantasme de la lesbienne », très répandu dans la pornographie mainstream, augmente la diffusion du sentiment d’insécurité et de vulnérabilité des lesbiennes, qui se sentent exposées au risque du viol.

38« T’as les gens qui vont faire chier des fois. Ou t’as des regards ou… enfin il y a forcément des trucs et… je dis ça soit par vécu, soit par crainte aussi parce qu’après je n’ai jamais été agressée sur une plage mais… » (Geneviève, 26 ans).

39La question du regard s’avère centrale. Toutes les interviewées ont abordé le sujet ou prononcé le mot « regard » au moins une fois. Bien que les réactions aux « regards » soient différentes, il s’agit d’un élément fondamental de leur expérience de l’espace public. Le fait d’être regardée est presque vécu comme un prix à payer pour accéder à l’espace public, en tant que femmes et en tant que lesbiennes. Mais elles ne réagissent pas toutes de la même façon. Pour certaines, le regard est gênant et cela conditionne leur comportement, surtout quand elles sortent en couple. Souvent, ce genre d’attitude est accompagné par des termes comme « discrétion » qui devient synonyme d’auto-censure ou de non affichage. J’ai posé la question : « Est ce que tu t’autorises à des gestes d’intimité sur la plage ? » pour ensuite poser la même question par rapport à l’espace public (« dehors »). La plage est vue comme un espace de suspension des normes et pour certaines aussi de liberté. Par conséquent, s’autoriser à des gestes de tendresse à la plage ne veut pas forcément dire s’afficher dans l’espace public en ville. En outre, dans la plupart des cas, ces personnes précisent qu’elles se laissent aller seulement quand il y a peu de monde autour d’elles, condition qui ne se produit pas facilement dans l’espace public urbain. Mais pour d’autres lesbiennes, s’afficher a une valeur politique liée au combat pour leur visibilité et leur reconnaissance. Celles-ci déclarent ne pas s’intéresser aux regards. Elles disent ne faire que ce qu’elles veulent faire, et ceci dans tous les espaces, la plage ne faisant pas exception. Raphaëlle précise ne pas avoir peur du regard et des voyeurs et se sentir capable de gérer la situation quand ça devient trop lourd, c’est-à-dire quand le voyeur se manifeste, souvent en se masturbant, à proximité du couple : « Je suis allée vers lui et je lui ai dit : « Range ta bite, ou je te casse la gueule ! » » (Raphaëlle, 42 ans). Le rapport à la plage est lié au rapport à l’espace public en général, même si pour certaines, il permet une mise à distance de la peur du danger. Bien que je n’aie jamais posé la question directement, la peur dans l’espace public « dehors » a émergé dans quasiment tous les entretiens. On peut distinguer, là aussi, deux attitudes différentes : le sentiment d’insécurité (Lieber 2002) assumé et géré à travers des pratiques de détournement ou le refus total, qui est bien résumé par Raphaëlle : « L’espace public m’appartient, je refuse d’avoir peur ». En réalité, le mot « peur » n’est pas approprié lorsqu'il s’agit plutôt d’un éventail de sentiments très nuancés, qui vont de la peur jusqu’à se sentir complètement à l’aise, en passant par la méfiance et la crainte. La plage est perçue comme un espace « non safe », d’abord parce que c’est un espace public de mixité :

40« C’est un risque potentiel, enfin… Après, je vais à la plage quand même et tout ça mais… en général, si je choisis des plages super tranquilles, ce n’est pas pour rien et… genre là où il n’y a personne, c’est mieux » (Geneviève, 26 ans),

41bien que l’association SOS Homophobie23 m’ait dit n’avoir jamais reçu des témoignages de lesbophobie sur une plage.

Conclusions

42Dans cet article, j’ai essayé de donner un aperçu de quelques questions qui ont fait ressortir la diversité des points de vue, approches, et pratiques de l’espace d’une population qui est souvent considérée comme un ensemble homogène par le regard hétéronormé. Le rapport des lesbiennes à la plage reflète le rapport des femmes à l’espace public, teinté de peur et d’illégitimité, et s’avère profondément différent de celui des hommes gays. Nous sommes encore loin de voir une appropriation massive des espaces publics de la part des femmes et des lesbiennes mais l’exigence de pouvoir exprimer sa sexualité dans la pratique des lieux est de plus en plus fort. Si l’imaginaire gay sur la plage a contribué à l’appropriation des plages par les gays, alors peut-être que le processus de territorialisation des lesbiennes doit passer par la création d’un nouvel imaginaire qui les autorise à écouter et exprimer leur désir. À la prochaine « Dyke Beach day »…

Haut de page

Bibliographie

ADLER, S., BRENNE,R J., 1992, « Gender and space. Lesbians and gay men in the city », International journal of urban and regional research, vol. 16, n° 1, p. 24-34.

ANDRIOTI,S K., 2010, « Heterotopic erotic oasis. The public nude beach experience », Annals of tourism research, vol. 37, n° 4, p. 1076-1096.

BARTHE-DELOIZY, F., 2003, Géographie de la nudité. Être nu quelque part, Paris, Bréal.

BELL, D., BINNIE, J., CREAM, J., VALENTINE, G., 1994, « All hyped up and no place to go », Gender, Place and Culture, vol. 1, n° 1, p. 31-47.

BELL, D., VALENTINE, G., (dir.), 1995, Mapping Desire : Geographies of Sexualities, Londres, Routledge.

BLIDON, M., 2008a, « Jalons pour une géographie des homosexualités », L'espace géographique, vol. 37, n° 2, p. 175-189.

BLIDON, M., 2008b, « Géographie de la sexualité ou sexualité du géographe ? Remarques sur le sexe de l’enquêteur », Communication au colloque A travers l’espace de la méthode : les dimensions du terrain en géographie, Arras, juin 2008.

BLIDON, M., 2009, « Genre et sexualité : deux impensés de la géographie politique française », in Rosière, S., Cox, K., Vacchiani-Marcuzzo, C., Dahlman, C., Penser l’espace politique, Paris, Ellipses.

BLUNT, A.,WILLS, J., (dir.), 2000, Dissident Geographies, Prentice Hall.

BORGHI, R., 2014, « L’espace à l’époque du queer : contaminations queer dans la géographie française Revue PolitiQueer, numéro Dimensions francofolles.

BORGHI, R., CAMUFFO, M., 2012, Gender, in Paradiso, M., Giaccaria, P., Mediterranean Lexicon, , rome, Società Geografica Italiana.

BORGHI, R., DELL’AGNESE, E., 2009, Genere, in Dell’Agnese, E., Geografia , Milan, Unicopli.

BORGHI, R., Despuches, G., 2012, La città velata, in Cancellieri, A., Tracce urbane, Milan, Franco Angeli.

BORGHI, R., Rondinone, A., (dir.), 2009, Geografie di genere, Milan, Unicopli.

BORGHI, R., SCHMIDT DI FRIEDBERG, M., 2011, « Lo spazio della differenza », Bollettino della Società Geografica Italiana 1.

BOURCIER, M.H/S., 2001, Queer Zones, Paris, Éditions Amsterdam.

BOURCIER, M.H./S., 2004, « La plage lesbienne d’Eressos et les politiques de l’espace à Lesbos », Troubles. Sexualités, Politiques, Cultures, vol. 2, p. 20-24.

BUTLER, J., 2004, Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam.

BUTLER, J., 2005, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l'identité, Paris, La Découverte.

CATTAN, N., CLERVAL, A., 2011, « Un droit à la ville ? Réseaux virtuels et centralités éphémères des lesbiennes à Paris », Justice spatiale|Spatial Justice, n°03.

CHETCUTI, N., 2010, Se dire lesbienne, Paris, Payot.

CHEVALLIER, D., 2008, « Un territoire de cospatialités en recomposition : la plage de Maguelonne », Géographie et cultures, vol. 68, p. 21-42.

COEFFE, V., 2010, « La plage, fabrique d’une touristi(cité) idéale », L’Information géographique, vol. 74, n° 3, p. 51-68.

DUNCAN, N., (dir.),1996, Body/Space. Destabilising Geographies of Gender and Sexuality, Londres, Routledge.

GRÉSILLON, B., 2000, « ’Faces cachée de l’urbain’ ou éléments d’une nouvelle centralité ? Les lieux de la culture homosexuelle à Berlin », L'espace géographique, vol. 29, n° 4, p.301-313. 

HANCOCK, C., BARTHE, F., (dir.), 2005, « Le genre. Constructions spatiales et culturelles », Géographie et Cultures, vol. 54, p. 3-9. 

JACKSON, S., 2006, « Interchanges: Gender, sexuality and heterosexuality: The complexity (and limits) of heteronormativity », Feminist Theory, vol. 7, n° 1, p. 105-121.

JAURAND, E., 2005, « Territoires de mauvais genre ? Les plages gays », Géographie et cultures, vol. 54, p. 71-84.

JAURAND, E., 2010, Construire des territoires d’un autre genre ? Perspectives géographiques sur des territorialités marginales dans l’espace touristique, Mémoire d’HDR, t. 3, Université de Nice-Sophia Antipolis.

JAURAND, E., LEROY, S., 2008a, « Le littoral, un paradis gay ? », Actes du colloque international pluridisciplinaire « Le littoral : subir, dire, agir », colloque organisé par l’université de Lille I, Lille, 15-18 janvier 2008. Actes sur CD-Rom et http://www.ifresi.univ-lille1.fr/Littoral2008/Themes/Theme_2/seance1/Jaurand-Leroy.pdf, 13 p.

Jaurand, E.,Leroy, S., 2008b, « À la recherche du paradis perdu. Pratiques et représentation du littoral des touristes gays », HAL SHS.

JAURAND, E., LEROY, S., 2010, « Le tourisme gay : aller ailleurs pour être soi-même ? », EspacesTemps.net.

JAURAND, E., Leroy, S., 2011, « Tourisme sexuel : “clone maudit du tourisme” ou pléonasme ? De la sexualité dans le tourisme en général et dans le tourisme gay en particulier », Mondes du tourisme, vol.3,p.53-65.

KANTSA, V., 2002, « Certain places have a different energy : spatial transformations in Eressos, Lesvos », GLQ, Journal of lesbian and gay studies, vol. 8, n° 1-2, p. 35-55.

LEMOINE, C., RENARD, I., (dir.), 2001, Attirances, Paris, Ed. Gaies et lesbiennes.

LEROY, S., 2005, « Le Paris gay. Eléments pour une géographie de l’homosexualité », Annales de Géographie, vol. 646, n° 2005/6, p. 579-601.

LEROY, S., 2009, « La possibilité d’une ville. Comprendre les spatialités homosexuelles en milieu urbain », Espace et Sociétés, vol. 139, n° 2009/4, p. 179-203.

LEROY, S., 2010a, « 'Bats-toi ma sœur'. Appropriation de l’espace public urbain et contestation de la norme par les homosexuels. L’exemple de la Gay Pride de Paris », Métropoles, vol. 8.

LEROY, S., 2010b, « La gay pride pour s’approprier l’espace public et contester la norme hétérosexuelle», HAL SHS.

LIEBER, M., 2002, « Le sentiment d’insécurité des femmes dans l’espace public: une entrave à la citoyenneté? », NQF, vol. 21, n° 1, p. 41-56.

MONTERRUBIO, J.-C., 2008, Residents’ attitudes towards gay tourism sexual behaviour, PhD thesis, Manchester Metropolitan University.

PODMORE, J.-A., 2006, « Gone underground ? Lesbian visibility and the consolidation of queer space in Montreal », Social and cultural geography, vol. 7, p.5 95-624.

PRIEUR, C., 2011, « L’hétérotopie du quartier gay : frontières normatives au sein de la ville ? », Temperanter, vol. 2, n° 1/2, p. 91-104.

PRIEUR, C., 2014, « Lieux et normes. Autour de la notion de safe space », séminaire Usages des théories queers, EHESS, le 24 mars.

PRIEUR, C., 2015, « Des géographies queers au-delà des genres et des sexualités ? », EspacesTemps.net

PRIEUR, C., 2016, Penser les lieux queers : entre domination, violence et bienveillance. : étude à la lumière des milieux parisiens et montréalais, Thèse de doctorat, Paris, Université Paris IV Sorbonne.

RAIBAUD, Y., 2007, « Le genre et le sexe comme objets géographiques », in Sexe de l’espace, sexe dans l’espace, Actes du colloque de Doc’Géo, Pessac.

Séchet, R., 2009, « La prostitution, enjeu de géographie morale dans la ville entrepreneuriale. Lectures par les géographes anglophones », L’Espace géographique, vol. 38, n° 1, p. 59-72.

SIROTA, A., 2014, « Français, langue vivante », Revue PolitiQueer, numéro Dimensions francofolles.

VALENTINE, G., 1993, « (Hetero)sexing space: lesbian perceptions and experiences of everyday spaces », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 11, n° 4, p. 395-413.

VALENTINE, G., 1995, « Out and about : geographies of lesbian landscapes », International journal of urban and regional research, vol. 19, n° 1, p. 96-112.

WINCHESTER, H.P.M.,WHITE, P.E., 1988, « The location of marginalised groups in the inner city », Environment and planning D : society and space, vol. 6, n° 1, p. 37-54.

WITTIG, M., 2007, La Pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam.

Haut de page

Notes

1 Inspiré d'une chanson de Mansfield TYA, « Logic Coco ».

2 Je remercie Amandine Chapuis pour avoir interprété et réelaboré certains passages de l'article. Cette recherche a marqué ma vie à plusieurs points de vue et elle a répresenté un passage fondamental. Je tiens à remercier les membres d'ESO Rennes pour m'avoir accompagnée tout au long de cette recherche. Mon plus grand merci va à toutes les personnes qui ont participé à cette recherche et qui l'ont developpée à travers des échanges continus, des réflexions et des suggestions.

3 L’information a circulé sur Internet à partir du 4 août 2012, sur les réseaux sociaux, sur les sites LGBTIQ français, dans les listes de diffusion, sur les sites des associations, collectifs et groupes militants de Bretagne. Un événement a été créé sur la page Facebook dédiée à cette recherche www.facebook.com/pages/Plages-lesbiennes/232348100203931.

4 « Les espaces urbains littoraux : des contextes spécifiques pour la production des identités de genre », recherche postdoctorale financée par la Région Bretagne dans le cadre du projet SAD (février 2012-février 2013) et dirigée par Raymonde Séchet.

5 http://services.uhb.fr/enquete/87555/lang-fr

6 Sur le langage performatif et sa capacité de créer la realité qu'il décrit, voir Butler (2004).

7 Voir Prieur, 2015.

8 Le questionnaire a été construit dans le but d’abord de repérer les plages fréquentées par les lesbiennes en Bretagne et en France ; ensuite de tester la connaissance des plages homosexuelles gays et leur éventuelle fréquentation. Enfin, de voir s’il existait des plages lesbiennes (ou considérées comme lesbiennes par les répondantes) dont je n’aurais pas eu connaissance. Il a été mis en ligne en avril 2012 sur une page du site de l’Université de Rennes 2. Cela a permis de garantir l’officialité et la démarche scientifique, ainsi que la protection des données. Il y a eu 380 réponses qui ont été prises en compte pour la rédaction de cet article.

9 À cause du temps limité de la recherche, j’ai interviewé les volontaires une seule fois. Je n’avais jamais rencontré ni croisé certaines d’entre elles. Ce côté anonyme peut faciliter la conversation pour certaines mais aussi mettre mal à l’aise d’autres quand elles se retrouvent à discuter avec une inconnue d’aspects concernant la sphère considérée par la plupart des gens comme ‘intime’, c’est-à-dire les choix sexuels (à ce propos voir Chetcuti, 2010). J’ai remarqué le même malaise avec certaines lesbiennes politiques qui, bien que leur affichage soit à la base de leur identité, ont une sorte de méfiance vis-à-vis d’une inconnue dont elles ne connaissent pas forcement l’orientation sexuelle ni le point de vue et le positionnement vis-à-vis de la communauté lesbienne. En plus, dans mon cas, le fait d’être italienne et de venir de m’installer en France a joué un double rôle au début : aucun « historique » dans les groupes militants lesbiens mais en même temps pas de réseau de connaissance qui pourrait rassurer sur mon positionnement politique et sexuel.

10 J’avais remarqué, dans un groupe de discussion exploratoire, que les affirmations des unes étaient parfois contredites par d’autres, lorsque toutes les personnes présentes avaient partagé beaucoup de moments ensemble et des vacances à la mer.

11 Sur la construction des identités lesbiennes dans le contexte français, voir le livre de Natacha Chetcuti (2011). Voir aussi le numéro 1 de la revue Genre, sexualité et société (2009)

12 « Cette recherche de géographie sociale vise à établir une carte des plages françaises (en particulier bretonnes) fréquentées par des (assignées) femmes lesbiennes, gouines, bisexuelles, trans et à comprendre leurs pratiques ».

13 J’utilise « assignées femme » pour insérer le cadre épistémologique et théorique de ma recherche, aussi bien que ma posture, à l’intérieur du courant féministe queer (Butler 2005, Bourcier 2001) qui critique la superposition entre genre et sexe et qui voit dans le fait de considérer comme acquis que avoir un vagin correspond à « être femme » une attribution forcée d’un genre.

14 J’emploie ici le pronom « ielles » dans le but de ne pas perpétuer, à travers l’écriture scientifique, l'assignation arbitraire du genre féminin sur des personnes que ne se reconnaissent pas dans le terme « femmes », comme c'est le cas ici. Dans le reste de l'article, je déclinerai pronoms et adjectifs au féminin parce que la majorité des personnes participantes à l’enquête utilisent le féminin pour parler d'elles. Sur langage, sexisme et positionnement militant voir Sirota (2013). Pour un exemple de problématisation et application du langage non sexiste et inclusif dans la production scientifique voir la thèse de Cha Prieur (2015).

15 Pour une revue de la littérature, voir Blidon (2008a et 2008b) et Borghi (2014).

16 Le terme hétéronormativité indique la naturalisation de l’hétérosexualité comme expression ‘normale’ des relations sexuelles. À travers l’analyse de ce concept, la géographie féministe a mis en discussion la sexualité normative, c’est-à-dire ce qui est considéré comme ‘juste’ et ‘normal’ et qui mérite d’être inclus dans l’espace public.

17 Pour la géographie anglophone, voir à titre d’exemple Valentine, 1993 ; Bell et al., 1994 ; Bell et Valentine, 1995 ; Duncan, 1996 ; Jackson, 2006 ; pour la géographie française, Hancock et Barthe, 2005 ; Grésillon, 2005 ; Leroy, 2005, 2009, 2010 ; Raibaud, 2007 ; Blidon, 2008, 2009 ; Jaurand et Leroy, 2008 et 2011 ; Séchet, 2009 ; Jaurand, 2011 ; Cattan et Clerval, 2011 ; Prieur, 2011 et 2015; pour la géographie italienne, Borghi et Rondinone, 2009 ; Borghi et dell’Agnese, 2009 ; Borghi et Schmidt, 2011 ; Borghi, 2012 ; Borghi et Despuches, 2012. Des recherches récentes explorent l’espace rural.

18 Parmi les rencontres nationales au cours de toute l’année 2012 et en particulier pendant l’été, seulement un, le « Weekend girl only » s’est déroulé à la mer. Dans les autres cas, il s’agit toujours de montagne ou de campagne. Il faut aussi remarquer que, parmi les projets de vie communautaire féministes et lesbiens diffusés dans tout le territoire français, je n’en ai trouvé aucun dans un espace balnéaire ou sur le littoral.

19 Je tiens à préciser que cette considération ressort de mon échantillon. En réalité, la diversité des sujets qui ont participé à la recherche rend difficile les généralisations. Récemment, il m’est arrivé de rencontrer un groupe de lesbiennes bretonnes pratiquant toutes le naturisme sur les plages du Finistère.

20 Tous les noms ont été changés.

21 « L’intérêt revêt une dimension fortement symbolique à la fois pour construire une identité lesbienne et pour affirmer un acte politique d’appropriation d’espaces résidentiels qui échappent aux négociations et aux relations avec les hommes » (Peake, 1993 cité par Cattan, Clerval, 2011). La non-mixité, souvent appliquée à l’espace, est très discutée dans les milieux féministes, féministes et lesbiens, lesbiens. Il s’agit d’un terme politique, qui définit le ‘dedans’ et le ‘dehors’ d’un espace social. Pour cette raison, son emploi ne fait pas l’unanimité et, à chaque événement (politique mais aussi de loisir), le type de non-mixité est négocié et explicité (« non-mixité femmes », « femmes et lesbiennes », « lesbiennes », « meufs », « meufs trans-pédé-gouine », « personnes racisées » etc.).

22 Pendant la « Dike Beach Day », certaines m’ont confié se sentir mal à l’aise et préférer ne pas se baigner parce que la plupart des personnes était en maillot de bain. « Je suis habituée à me mettre torse nu, là je suis un peu gênée » (Raphaëlle, 42 ans), ce qui montre la diversité des positionnements mais aussi la diffusion de la pratique ‘textile’, c’est-à-dire la pratique de la plage non naturiste.

23 http://www.sos-homophobie.org/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Réponse à la question « Comment vous définiriez-vous ? ».
Légende 300 répondants
Crédits Source : Enquête en ligne, R. Borghi, septembre 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3757/img-1.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachele Borghi, « « Et le bronzage de tes fesses dessine un coeur » - Réflexions sur les expériences lesbiennes des plages », L’Espace Politique [En ligne], 28 | 2016-1, mis en ligne le 26 avril 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3757 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3757

Haut de page

Auteur

Rachele Borghi

Maître de conférences en Géographie
Laboratoire ENeC, Université Paris IV Sorbonne
rachele.borghi@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org