Navigation – Plan du site
Géographies politiques du tourisme

Vendeurs ambulants dans l’espace touristique à Gênes : politiques d’éviction, résistances et arrangements

Migrants and Streetvendors in the Tourist Center of Genoa: Eviction, Resistances and Arrangements
Sébastien Jacquot et Cristina Notarangelo

Résumés

Dans le centre touristique de Gênes (Porto Antico), résultat de politiques de régénération urbaine, sont présents continuellement des vendeurs ambulants, majoritairement des migrants sénégalais, en dépit de politiques publiques d’éviction. Analysant les raisons et modalités de ce maintien, cet article questionne la dimension politique du tourisme, au prisme de la régulation de l’espace touristique, définissant usages et usagers légitimes. Tout d’abord sont analysées les politiques d’éviction, qui reposent sur l’aménagement de l’espace touristique et sur la mobilisation des forces de l’ordre, faisant apparaître une logique d’auto-exclusion, mais aussi la nature différenciée et contradictoire de l’action publique. Ensuite sont examinées les modalités du maintien sur place et de la résistance des vendeurs à partir d’adaptations et d’arrangements tacites et précaires, mais aussi de formes de mobilisation, appuyées par une association anti-raciste. La régulation de l’espace touristique devient ainsi le creuset de formes de politisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Juillet 2013. Sur la promenade de front de mer du Porto Antico de Gênes, entre l’aquarium et le musée de la mer, face à la réplique d’un bateau pirate, les vendeurs ambulants informels sénégalais, habituellement présents pour vendre leurs marchandises aux visiteurs, tiennent débat, par groupes de 4-5, discutant avec véhémence des actions à mener pour exprimer leur colère suite à la mort par noyade d’un vendeur à Vintimille, sur la Riviera italienne, à quelques dizaines de kilomètres, alors qu’il fuyait un contrôle de la police. N., militant italien de l’association 3F, passe d’un groupe à l’autre, discutant de la possibilité de se rendre à Vintimille directement pour manifester, en dépit de l’opposition de chefs religieux locaux. M., vendeur sénégalais, note les noms des Sénégalais prêts à aller à Vintimille et collecte l’argent pour la location d’un bus. Si le décès relève là d’un accident, et que la victime n’était connue que de quelques-uns, ce qui est visé par cette colère est le climat général de précarité juridique et sécuritaire, et l’idée que les interventions répétées et parfois violentes de la police face aux migrants ambulants dans l’espace touristique ne pouvaient que conduire à un tel drame. Ce jour-là, cet espace de l’hypercentre touristique génois s’est transformé durant quelques heures en arène politique informelle, au regard des touristes, pour remettre en cause les fondements de la politique de normalisation de l’espace touristique. À ce titre, ces migrants n’apparaissent pas seulement silencieux et résignés, s’évertuant malgré tout à demeurer dans l’espace public, dans les interstices des interventions sécuritaires des diverses forces de l’ordre. En dépit d’une situation précaire et illégale, s’opère une politisation par le bas, pour revendiquer une tolérance à demeurer dans l’espace touristique génois.

  • 1 en lien avec le programme de recherches Emergences (Ville de Paris) Inverses : www.inverses.org

2Nous questionnons ainsi la dimension politique du tourisme, par le prisme d’activités touristiques informelles, cible des politiques de régulation de l’espace touristique, définissant usages et usagers légitimes. En retour, il s’agit aussi de comprendre comment, malgré des discours politiques légalistes et une présence régulière des forces de l’ordre à des fins d’éviction, ces migrants parviennent à se maintenir : quelles tactiques mais aussi quels croisements et arrangements avec les institutions s’opèrent, à travers diverses formes de résistance. Cela conduit à interroger, parallèlement aux politiques de contrôle de l’espace touristique, la politisation ambiguë du tourisme. Cette étude s’effectue au croisement de lectures critiques et radicales du fait touristique, attentive aux enjeux de pouvoir (Bianchi, 2009), et d’études du politique en ville, dans ses liens avec les citadins et espaces urbains, en intégrant la dimension informelle du politique1.

3Ces pistes seront explorées en présentant les « sans-parts » (Rancière, 1995) que constituent les migrants, acteurs informels du tourisme. Leur statut de migrant et la dimension illégale de leur activité les éloignent des acteurs locaux du tourisme tout en les différenciant nettement des touristes. Ils sont en excès par rapport à toute catégorisation touristique, illégitime à l’égard de toute politique et ambition touristique, illégaux en référence au droit à demeurer sur place voire pour certains à exercer une activité en Italie. En effet, les politiques touristiques opèrent une catégorisation des destinataires, acteurs, touristes, habitants, légitimes, et constituent une forme de contrôle des espaces. Dès lors, le tourisme peut constituer une occasion de conflit, via une politisation et irruption publique d’un questionnement sur ces processus.

4Toutefois, il ne s’agit pas seulement d’opposer frontalement acteurs formels et informels du tourisme ni d’arrimer l’informalité à la marginalité, mais de mettre aussi en évidence les multiples tolérances et arrangements. Aussi, la fabrique des politiques d’éviction des vendeurs informels est confrontée aux façons dont les migrants demeurent sur l’espace touristique, combinant négociations, mobilisations et résistances.

5Cet article est issu d’enquêtes menées depuis 2011 sur la question de l’informalité politique à Gênes. Elles combinent analyse des politiques publiques, entretiens avec les acteurs publics, entretiens avec les vendeurs ambulants et acteurs sociaux et politiques en interaction avec ces migrants, analyse de la presse locale, étude des archives des débats du conseil municipal, observation directe et participante en différents lieux : lors de réunions de l’association 3F, de manifestations, et au port, notamment lors des arrivées régulières (plusieurs fois par jour) des forces de l’ordre.

Politiques du tourisme et informalité

6Le terme « politique » se révèle polysémique, renvoyant aux politiques menées (policies), aux modalités de la conquête du pouvoir et de son exercice (politics) et à ce qui est considéré comme enjeu et champ du politique (polity) (Palier, Surel, 2001). Le maintien de cette polysémie permet de questionner les politiques du tourisme à l’égard de l’informalité touristique.

Politiques du tourisme

7À une vulgate décrivant des vocations territoriales à travers les mentions des atouts ou richesses, déjà critiquée par Claude Raffestin (1986), s’oppose une lecture constructiviste des territoires touristiques, qui met l’accent sur les politiques touristiques, en tant qu’aménagement public et privé assurant la création, gestion, promotion d’espaces touristiques. Ces politiques impliquent aussi d’en définir les acteurs, organisés selon une forme de gouvernance assurant leur légitimation, coordination, mise en œuvre et en cohérence. La question des politiques touristiques se déplace alors du « quoi » au « qui », faisant apparaître des coalitions pro-tourisme et des alliances public-privé. Les débats sur la limitation du tourisme aux Baléares ou l’anti-tourisme à Barcelone ou Berlin, en lien avec une opposition au discours faisant la promotion de la ville créative (Novy, 2013), indiquent que les politiques touristiques constituent aussi un enjeu d’échéances électorales et donc de la répartition du pouvoir, provoquant des mobilisations citadines.

8Toutefois, la dimension politique du tourisme n’est pas épuisée par un questionnement sur les politiques menées. Les politiques publiques et actions collectives comportent des dimensions symboliques (Cefaï, 2007), en tant qu’elles configurent « des lieux et des moments, des personnes et des artefacts », opérant ce que J. Rancière (1995, 2000) qualifie de « partage du sensible », relevant d’une « esthétique du politique ». Partant de la distinction police / politique, il identifie le politique dans l’interrogation et les remises en cause du partage « des places et des parts », bref sur le plan de la légitimité.

9Reprenant ce schéma, les politiques touristiques définissent des destinataires souhaités, des sujets et usagers légitimes, évacuant hors-champ d’autres figures. De tels partages sont communs dans le tourisme : les croisements entre politiques des visas et politiques d’accueil touristique montrent la séparation des flux de voyageurs (Bianchi, Stephenson, 2014), et les appels à un « tourisme de qualité » résonnent aussi comme une forme de sélection sociale des destinataires. Le « touriste » n’est ni une évidence ni un universel, mais le résultat d’un processus de catégorisation, légitimation et figuration. Parallèlement, une relecture de l’approche géographique du tourisme permet d’identifier cette configuration des usages et usagers légitimes. Le périmètre touristique n’est pas seulement déduit des densités de fréquentation, mais activement produit et reproduit par diverses politiques d’aménagement et de contrôle, reposant sur la production de limites paysagères, urbanistiques et réglementaires, via une spatialisation du droit (Belinda, 2014). Le waterfront touristique peut apparaître comme ghetto doré (Vermeersch, 1998), et certains espaces touristiques fonctionnent comme bulles touristiques (Judd, 1999), à travers des politiques de sécurisation et une réglementation spécifique, au service d’un filtrage des usagers. De même, au nom du patrimoine et du tourisme international sont menées des évictions de certaines catégories d’habitants, notamment les travailleurs informels tels les vendeurs ambulants dans les secteurs patrimoniaux (Perraudin, 2009 ; Pérouse, 2007 ; Steel, 2012).

10Ainsi, à une approche constructiviste du tourisme doit être associé un questionnement plus fondamentalement politique, qui par le contrôle du territoire et la fonctionnalisation touristique définit un partage des usages et usagers légitimes, et en retour nécessite l’étude des négociations et luttes produites par des formes de résistance ou contournements.

Étudier la dimension politique de l’informalité touristique : entre politiques publiques d’éviction et résistances

11L’informalité ne désigne pas seulement une approche économique, mais est définie de façon dynamique par rapport à des règles et normes (Castells, Portes, 1989 ; Lautier, de Miras, Morice, 1991 ; Roy, Alsayyad, 2004), bref relève aussi du politique, et peut être appréhendé à travers ses pratiques (McFarlane, 2012). Il s’agit là de questionner la dimension politique de l’informalité touristique, entre politiques d’éviction et résistances, sans présupposer une opposition étanche entre un « haut » (les acteurs publics et privés officiels) et un «  bas » (les ambulants et leurs relais associatifs), en étant attentif à leur croisement (conflits et arrangements).

12La première perspective tente de saisir la logique des politiques publiques d’éviction, dans leur fabrique et mode d’action. Elles sont souvent interprétées comme relevant de politiques néolibérales emblématisées par la notion de ville revancharde (Smith, 1996), désignant des politiques d’exclusion de différentes populations (Hubbard, 2004) au service de la gentrification et du tourisme international, dans le cadre de la mise aux normes de la ville internationale (Swanson, 2007). Cette perspective n’est pas exclusive, nécessitant la prise en compte d’autres dynamiques également productrices d’éviction : motifs nationalistes en lien avec l’origine étrangère des populations ciblées (Van Eijk, 2010), voire motifs électoralistes (Stamm, 2014).

  • 2 Cette prise en compte des affects et des expériences comme constitutives des problèmes publics perm (...)

13Comprendre la logique de ces politiques nécessite alors d’étudier le travail de publicisation et politisation (Arnaud, Guionnet, 2005) de la présence de travailleurs informels dans l’espace touristique, et leur identification comme problème public (Cefaï, Terzi, 2012). Cette approche permet de considérer le travail de catégorisation et problématisation d’une situation, mobilisant des ressources discursives, symboliques, légales, dans ses liens avec des dynamiques structurelles (la politique migratoire italienne par exemple), et avec les expériences vécues par les individus, relevant d’une « micro-politique du trouble » (Emerson, Messinger, 2012)2, présente à Gênes lorsque certains acteurs (élus, commerçants, etc.) décrivent le scandale selon eux de la présence de vendeurs informels sur le port touristique.

14Toutefois, loin de considérer que l’institutionnalisation d’un problème public vaut sa résolution, il s’agit d’étudier les politiques de normalisation et éviction effectivement menées, en prenant en compte leur application, ainsi que la façon dont les cibles de ces politiques résistent et modifient les termes même du débat. L’examen de ces politiques conduit à retravailler la notion d’informalité, qui n’est pas une caractéristique intrinsèque des populations subalternes, mais est mobilisée aussi dans le fonctionnement du pouvoir (Roy, 2009). Ainsi R. Devlin (2011) identifie dans la lutte à New York à l’encontre des vendeurs de rue des pratiques aux confins de la légalité. Dans les plis des politiques anti-informalité s’opèrent des tolérances de fait ou des arrangements précaires (Stamm, 2014).

15En outre, ces politiques et aménagements se heurtent aux résistances et contournements déployés par ceux qui sont visés et a priori exclus par la normalisation liée à la fonctionnalisation touristique, bref à s’intéresser au « politique par le bas » (Bayart, 2008) ou aux « infrapolitiques » (Scott, 2009). Le politique n’est pas soluble dans les politiques menées, et s’inscrit aussi dans les résistances déployées et arrangements informels. Ces résistances relèvent de différents registres, et ne constituent pas toujours des mobilisations visibles (Giroud, 2007). Elles se présentent sous des formes plus brouillées, sans nécessairement une visée politique explicite : transgressions répétées, sous la forme du braconnage ou de résistances cachées (Scott, 2009), ou multiples empiètements ordinaires et non intentionnels, constituant des « nonmovements » (Bayat, 2009) ayant des conséquences sur la structure urbaine, ne débouchant sur des mouvements que de façon réactive. Elles varient selon leur degré de visibilité et publicité, leur dimension intentionnellement politique ou non, et leur caractère plus ou moins collectif et institutionnalisé. Différents travaux soulignent des formes combinées de résistance de vendeurs de rue face à des politiques d’éviction, allant de simples stratégies de survie, dans les interstices des interdits (Devlin, 2011 ; Huang, 2013) à des formes de mobilisation collective (Steel, 2012 ; Crossa, 2012), provoquant un infléchissement des politiques menées.

16Cette perspective politique est appliquée aux vendeurs ambulants du port de Gênes. Travailleurs informels, migrants, pauvres, pour certains sans papier, leur présence sur l’espace touristique est jugée illégitime dans l’espace hypertouristique construit par deux décennies de politiques publiques volontaristes.

Vendeurs ambulants sur le waterfront de Gênes

17Ville industrielle et portuaire en crise au début des années 1980 (Rodrigues Malta, 1994), Gênes (600591 habitants en 2011 selon l’ISTAT) semble avoir concrétisé ces dix dernières années les ambitions de ses élites. Gênes présente les attributs de la ville patrimoniale et touristique : nouveaux équipements ludiques et culturels, groupes de touristes étrangers circulant dans le centre historique réhabilité et récemment inscrit à l’UNESCO, bus touristiques sillonnant la ville, petit train touristique dans le centre, ouverture des restaurants le dimanche, mais aussi apparition d’acteurs informels du tourisme, des mimes aux musiciens de rue et vendeurs ambulants. Le récit local de cette transformation est scandé par les différents événements urbains utilisés comme autant d’occasions de mobilisation de financements publics nationaux et d’accélération des opérations urbaines (Gravari-Barbas, Jacquot, 2008) : de l’Exposition Internationale Colombiane de 1992 célébrant Christophe Colomb au G8 de 2001 et au titre Capitale Européenne de la Culture en 2004. En outre, depuis 2006, Gênes est inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial, pour les palais Renaissance des Rolli, aux façades en trompe-l’œil, restaurés dans les années 2000.

18Ces interventions urbanistiques ont porté essentiellement sur ses espaces centraux (Gazzola, 2003) : centre historique d’origine médiévale et port ancien (Porto Antico). La requalification des friches portuaires, inspirée d’exemples étrangers (Baltimore, Liverpool, Bilbao) a entraîné la production d’un waterfront touristique et culturel, marqué par le réemploi des anciens entrepôts portuaires occupés à présent par plusieurs musées, un centre des congrès, des restaurants, un cinéma, et la construction d’un aquarium. Gênes constitue également un des principaux ports de croisières en Italie. Le centre historique, délaissé anciennement par les politiques publiques et une partie de ses habitants, a été réhabilité, marqué par un processus de gentrification (non abouti) voulu par les acteurs publics, associé à un discours de la réappropriation du territoire face à diverses marginalités et la mise en œuvre de politiques de sécurisation urbaine (Jacquot, 2010, 2011).

19Au cœur de cet espace touristique portuaire, où affluent entre 1 et 1,3 million de visiteurs par an pour l’aquarium, se trouve un groupe important de vendeurs ambulants, principalement Sénégalais, vendant sans permis commercial des marchandises dont une partie contrefaite, et pour certains sans titre de séjour. Ils sont positionnés près de l’aquarium, attraction principale de la ville, sur la promenade en bord d’eau qui mène à la réplique du bateau pirate Neptune (utilisé dans le film Pirates de R. Polanski), aux aménagements hôteliers privés et au musée de la mer inauguré en 2004.

Carte 1 : Situation du Porto Antico de Gênes

Carte 1 : Situation du Porto Antico de Gênes

Réalisation : S. Jacquot, 2016

Carte 2 : Les espaces de la vente ambulante dans le centre touristique

Carte 2 : Les espaces de la vente ambulante dans le centre touristique

Réalisation : S. Jacquot, 2016

  • 3 Les Sénégalais constituent la 9e nationalité étrangère représentée à Gênes, mais avec des effectifs (...)

20Présents à la journée, surtout l’été et les weekends, certains vendent des bracelets, figurines en forme de petits éléphants et tortues, pour quelques euros, tandis que d’autres vendent des sacs et vêtements affichant des marques connues. Cette présence n’est pas une spécificité génoise : l’immigration sénégalaise en Italie se développe au milieu des années 1980, en lien avec la vente ambulante (Schmidt di Friedberg, 1993). Depuis plusieurs décennies, des ambulants d’origine subsaharienne sont présents sur les plages italiennes, par exemple sur les deux Riviera ligures (Hily, Rinaudo, 2004), et de façon plus générale le développement des migrations vers l’Italie a entraîné le développement d’un commerce informel migratoire (Schmoll, 2004). Certains Italiens les appellent de façon dépréciative les vu-compra, les réduisant à leur supposées difficultés d’expression en italien. Leur présence à Gênes est plus récente, liée au développement de l’immigration sénégalaise (en 2012 la municipalité dénombre 1594 Sénégalais, dont 78% d’hommes3), et au développement touristique récent. Dans un espace restreint, jusqu’à 100 vendeurs sont présents, exclusivement des hommes, quasi-exclusivement Sénégalais. Comme indiqué dans d’autres travaux sur l’Italie (Schmidt de Friedberg, 1993), ils ne constituent pas un groupe homogène, se distinguant par leur âge, origine géographique (un grand nombre venant de la région de Touba ou de Dakar), pratique religieuse (même si les travaux sur les Sénégalais ont souvent été menés par le prisme de l’appartenance mouride, cf Kaag, 2008), et formation scolaire et professionnelle préalable. Ils se différencient aussi par leurs projets de vie, la plupart envisageant un retour au Sénégal (Riccio, 2007 ; Sinatti, 2011) tandis qu’une partie s’imagine de façon plus durable en Italie ou en Europe. Ils relèvent d’une pluralité de conditions juridiques, entre légalité et illégalité, au gré de leurs démarches, statuts, et rapports à la justice, en lien avec la politique migratoire italienne (loi Bossi-Fini).

21Depuis quelques années, les autorités publiques à Gênes tentent par différents moyens de décourager les vendeurs ambulants : contrôles d’identité, arrestations, confiscations des marchandises. Les migrants eux-mêmes, outre l’argent investi dans la marchandise, risquent gros : l’arrestation avec de la marchandise contrefaite les expose à une condamnation qui les prive de tout espoir d’obtenir des papiers (permis de travail et de séjour) et un travail salarié. Cette crainte de l’arrestation explique que certains choisissent de vendre des bracelets colorés plutôt que des marchandises contrefaites. Des heurts ont parfois lieu lors de ces contrôles. Ces politiques d’éviction se concentrent sur l’hypercentre touristique, autour de l’aquarium, et les motifs et légitimations de ces politiques d’éviction réfèrent en grande partie au tourisme.

Politiques d’éviction dans l’espace touristique

22La présence des migrants sur le port ancien de Gênes est progressivement constituée en problème public, dans de multiples instances et selon des motifs variables, appelant et légitimant des politiques d’éviction et de sécurisation centrées sur l’espace touristique.

Les ambulants comme problème public

23Jusqu’en 2006, la demande de sécurité et le traitement sécuritaire des diverses marginalités occupent une place faible dans les débats politiques à Gênes : durant l’époque glorieuse des événements urbains et projets de requalification, la sécurité est considérée comme produit dérivé d’une action urbaine volontariste (Jacquot, 2011). Un changement majeur s’opère en 2007 avec l’élection de M. Vincenzi au poste de maire. Bien qu’issue aussi de la gauche, elle mène des politiques d’éviction de certaines catégories du centre : ainsi la présence de prostitués dans le centre historique (dont certaines transsexuelles) a fait l’objet d’un règlement municipal en 2008, au nom de l’ordre public. Son adjoint à la sécurité (F. Scidone) met en scène ces exigences sécuritaires à travers un discours volontariste. Il tisse des liens forts avec le préfet et les représentants des forces de l’ordre, dans le cadre des pactes locaux de sécurité. Créés en 2007 en Italie, ces pactes définissent les priorités partagées de l’action publique, engageant une coopération entre les diverses forces de l’ordre. Les migrants sont souvent concernés : actions contre les camps roms dans plusieurs villes italiennes, et surtout lutte contre l’« abusivismo commerciale » (commerce illégal), comme à Rome et à Gênes.

24L’élection d’un nouveau maire en 2012, M. Doria, porté également par une coalition de gauche, entraîne un déplacement du débat vers la légalité plus que la sécurité : le poste d’adjoint à la sécurité, renommé « légalité et droits », est confié à une avocate spécialisée dans le droit des migrants, E. Fiorini, donnant des garanties à la coalition d’associations de gauche qui ont soutenu le maire durant sa campagne aux primaires. Mais en dépit d’un discours plus nuancé, les politiques d’éviction ne sont pas radicalement remises en question : elles s’inscrivent dans une dynamique plus générale en Italie (Bellinvia, 2013), y compris dans leur articulation à la régénération urbaine (Dines, 2012). En entretien, E. Fiorini affirme à la fois la nécessité de maintien du cadre de la légalité, et le fait que cette situation dépasse la commune de Gênes : par exemple le statut irrégulier des migrants qui les prive d’un accès au marché légal du travail est produit par les lois d’immigration italiennes.

25De fait, le gouvernement municipal est interpellé de façon constante dans différentes instances. Divers comités d’habitants (regroupant essentiellement des Italiens) des quartiers les plus populaires du centre historique fustigent l’incapacité du pouvoir à mettre fin aux illégalismes les plus visibles, notamment dans une rue qui regroupe plusieurs ateliers de confection. Les medias locaux (principalement Il secolo XIX) exposent ces situations devenus lieux communs dans la ville, font la chronique des événements sur un ton spectaculaire, utilisant régulièrement le terme « blitz » pour qualifier les opérations des forces de l’ordre, et décrivent précisément les résultats des saisies dans les ateliers et appartements. Les acteurs du tourisme s’y expriment également : en mai 2014 est rendue publique la lettre du directeur de l’aquarium au préfet pour le remercier de la mise en œuvre des patrouilles. Ces acteurs du tourisme font pression, de façon publique (lettres, prises de parole) ou plus informelle, pour réclamer des actions de démantèlement. En conseil municipal, l’étude exhaustive des débats montre une focalisation régulière de la part de l’opposition de droite et d’extrême-droite depuis 7 ans sur cette question.

26À travers ces prises de position, interpellations, discours, s’opère tout un travail de qualification et de problématisation des individus et des activités. La qualification de la situation constitue un enjeu, se référant à des principes généraux (la légalité, la sécurité), et à des partages entre Italiens et étrangers, mobilisant des témoignages et preuves (les dénonciations par les touristes et citoyens, la forte visibilité de cette activité, les photos illustrant les articles). Ainsi la dénomination des individus pratiquant le commerce ambulant est fluctuante selon les positions. En conseil municipal les membres de l’opposition utilisent systématiquement le qualificatif « extracomunitari », permettant de séparer Italiens et étrangers, et d’englober ces pratiques avec d’autres illégalismes, supposés conduits par des migrants d’autres nationalités : marché de marchandises volées tenu par des « Marocains », gangs « équatoriens ». Bref le migrant apparaît comme catégorie essentialisée (Dal Lago, 1999), rattachée à des illégalismes très différents en nature mais partageant la dimension migratoire et la localisation dans le centre historique et touristique. Le vocabulaire, dans certaines interventions, de 2008 à 2014, mobilise le champ lexical de la saleté, de la dégradation, et même de la barbarie. L’équipe municipale au pouvoir en revanche utilise un vocabulaire renvoyant au statut des individus comme ambulants et à la dimension illégale de leurs actions, plutôt qu’à l’origine extra-européenne.

27La qualification de l’action visée comme « abusivismo commerciale » (commerce illégal) permet de désigner ensemble tant le fait de vendre sans permis, des marchandises éventuellement légales, que de vendre des marchandises illégales (contrefaites par exemple) ou volées. Cette montée en généralité permet un rapprochement avec un marché informel à proximité, le « Suq de Turati » (en référence à l’origine maghrébine principale des vendeurs), supposé proposer des marchandises volées. Deux motifs principaux justifient les demandes d’éviction : la sauvegarde des activités commerciales légales et l’affirmation de la légalité en lien avec la sécurité urbaine. Au contraire, les vendeurs sénégalais requalifient ce tort, ramenant ces illégalismes à des activités de survie en temps de crise :

28« les gens là bas font de l’argent, mais ils font rien du tout, ils font rien du tout…. c’est le désespoir qui les regroupent là bas, quoi, c’est le désespoir, ils ont pas où aller, ils sont obligés d’aller là bas, tu vois ? » (entretien B, 2013).

29Cette généralisation traduit une ambiguïté quant à l’espace concerné : ce commerce informel est-il essentiellement rattaché au waterfront touristique ou au centre historique de façon plus large ? Les vendeurs ambulants vivent dans le centre historique, les ateliers démantelés y sont également localisés.

30Comment est appréhendée la dimension touristique de cette activité ? Opérateurs informels du tourisme, localisés dans l’hypercentre touristique, vendant en grande partie à des touristes venus visiter l’aquarium de Gênes, les ambulants ne sont toutefois pas considérés comme des acteurs du tourisme. Les touristes ne sont pas non plus thématisés comme clients, et font figure de grands absents des débats et politiques menées. Pourtant, si certains touristes se retrouvent sans l’avoir explicitement demandé avec un bracelet autour du poignet et quelques euros en moins, les clients des vendeurs de marchandises contrefaites sont plus actifs : ce sont eux qui sollicitent les vendeurs, puis négocient le prix. Au final les touristes participent aussi de ces petits empiètements sur l’ordre légal. Un panneau sur le waterfront rappelle d’ailleurs que l’achat de marchandises contrefaites est puni par la loi. Pourtant ils ne sont pas inquiétés lorsque la police arrive sur la promenade : une forme d’impunité est construite.

31Néanmoins, le tourisme n’est pas un impensé de ces politiques d’éviction, et se manifeste de deux façons. Tout d’abord, le tort causé à l’activité touristique est souvent rappelé, par les élus ou les acteurs du tourisme : opérant au cœur de l’espace touristique, ce commerce informel  est dit menacer directement la « carte de visite de la ville » (débat en conseil municipal, novembre 2012). Des situations sont décrites, évoquant la difficulté des touristes à se déplacer au milieu des étals.

32Certains acteurs publics ou privés disent également recevoir de nombreuses lettres de touristes se plaignant de la situation sur le port, de la façon dont ils sont importunés. Les propos sont plus vagues quant au nombre de lettres : sont-elles significatives ou traduisent-elles l’usage local d’une figure fictionnelle du touriste, comme une légitimation exogène d’une politique d’éviction menée localement ? Les touristes ne sont pas totalement muets à ce sujet : sur 481 commentaires écrits en Italien sur le Porto Antico sur TripAdvisor, 79 évoquent le désagrément causé par les vendeurs ambulants, voire la peur, les qualifiant de « vu compra », « africains », « extracomunitari », appelant à un contrôle policier plus strict, évoquant conjointement la présence des vendeurs et les thèmes de la dégradation (« sporcizia »), et élargissant parfois le propos à la trop grande présence d’immigrés à Gênes. Ces commentaires sont difficilement analysables comme représentatifs, mais constituent des éléments publics activables par les acteurs du tourisme. Le tourisme (et les touristes) constituent bien des motifs de la mise en œuvre des politiques d’éviction.

Aménagements et interventions pour le contrôle de l’espace touristique

33Deux types de politiques publiques sont mises en œuvre pour assurer un contrôle de l’espace touristique : une présence régulière des forces de l’ordre et des aménagements de l’espace public.

34L’intervention urbanistique consiste d’abord en de micro-aménagements touristiques, jouant le rôle de « dispositifs dissuasifs » (Landauer, 2009). Du mobilier urbain explicitement lié à la sécurisation et au contrôle des usages a été disposé : panneaux rappelant l’interdiction de l’achat de marchandises contrefaites, caméras de vidéosurveillance. La promenade en front de mer sur laquelle se positionnent les vendeurs a été aménagée avec la pose de pots de fleurs qui en réduisent la largeur, tandis que le train touristique passe également à cet endroit, entre l’aquarium et le bateau pirate. L’espace disponible pour les marchandises se réduit ; ces aménagements, anodins, à dimension esthétique et touristique, sont explicitement revendiqués par l’adjoint à la sécurité comme une façon de compliquer la vie des vendeurs (conseil municipal, décembre 2010). La touristification de l’espace est une technique de sécurisation et de contrôle des activités, pour rendre l’espace impropre à certaines activités. L’espace à Gênes se défend à coups de fleurs.

35Au-delà de ces micro-aménagements, cette politique repose essentiellement sur l’intervention régulière des forces de l’ordre. Le pacte local de sécurité, entre maire, préfet et président de région, définit des objectifs communs et les modalités de collaboration entre forces de l’ordre, par le biais de patrouilles communes ou coordonnées. Dans la zone du port ancien, diverses forces de sécurité  se relaient toute la journée: police municipale, police nationale, brigade financière (guardia di finanza), militaires, vigiles privés, pour que cette présence soit la plus continue possible. En 2009 la municipalité de Gênes met en place une section anti « abusivismo commerciale » au sein de la police municipale (démantelée en 2013), dont les membres reçoivent des formations pour distinguer les marchandises contrefaites.

36Les modalités de contrôle sont variables : dans le temps, et selon les forces de l’ordre impliquées. Les vigiles privés n’interviennent que dans la zone de l’Expo, et font surtout partir les vendeurs de lunettes (il n’y a pas de marchandises contrefaites), avec des succès variables, tandis que les forces publiques ont un périmètre d’action plus large. Elles interviennent à pied (cas des militaires), ou en voiture et fourgon, se positionnant avec le véhicule aux différents accès. Des vendeurs alertent de leur venue, ils sont vus de loin. De fait ils sont surtout là pour empêcher les ambulants d’exposer et de vendre, il y a peu d’arrestations. Ils se contentent généralement de passer sur la promenade, tandis que les ambulants s’éloignent en attendant avec leurs marchandises, puis ils restent quelques instants ou quelques heures dans leurs véhicules, prennent position sur l’espace, éventuellement vont prendre un café à proximité. Il s’agit seulement d’empêcher l’activité. À certains moments des opérations sont menées sur le port et dans les appartements du centre historique (loués souvent à des marchands de sommeil), conduisant à des arrestations et saisissant marchandises, voire aussi argent, ordinateurs, machines à coudre, et étiquettes.

37Ainsi, cette présence des forces de l’ordre ne constitue pas une politique répressive massive, aboutissant à des poursuites et arrestations en nombre, ou à des conduites généralisées aux frontières (Gênes passe en outre pour une ville plus facile pour les migrants, et en entretien plusieurs Sénégalais disent être venus à Gênes après plusieurs expériences en Italie, confrontés à des conditions plus hostiles, voire racistes). Le but est davantage d’empêcher les ambulants de vendre des marchandises que de les arrêter, constituant une stratégie délibérée reposant sur le passage des diverses forces de l’ordre qui se relaient pour le contrôle du territoire. Cette stratégie peut être interprétée comme « stratégie de l’auto-expulsion » (Fassin, 2014) : en rendant les conditions de travail tellement précaires, les ambulants s’en iraient d’eux-mêmes.

Des politiques différenciées ?

38Ces politiques de sécurisation et d’éviction ne constituent pas un bloc monolithique face aux vendeurs sénégalais. Pour nuancer une approche « molaire », M. Abelès (2014) prône une analyse moléculaire, c’est-à-dire micro-politique de l’Etat, faisant apparaître ses divergences internes, des modes différents d’engagement, que l’on peut prolonger dans le cadre des institutions publiques et parapubliques concernées (municipalité, Région, organisme de gestion de Porto Antico, etc.), aboutissant à des politiques différenciées.

39Outre la diversité des forces de l’ordre, ces interventions sont d’intensité variable, alternant passages quotidiens et contrôles plus sporadiques. Ces rythmes sont corrélés aux protestations locales ou aux campagnes médiatiques. Ces politiques se différencient également par le degré d’intensité qu’y mettent ses agents : plusieurs acteurs publics (y compris responsables de service) confient en entretien être peu motivés par ces enjeux, y voyant les effets de la crise économique sur les migrants, ou minorant le tort au regard des forces engagées, tandis que les forces de l’ordre manifestent parfois un désintérêt évident pour l’espace à contrôler. De façon plus fondamentale, ces interventions des forces de l’ordre se différencient également spatialement, révélant les enjeux dominants de leur exercice. Une frontière invisible sépare la zone dite de l’Expo, gérée par la société Porto Antico, du reste du waterfront, soumis à un statut public classique. Les vendeurs de marchandises contrefaites évitent soigneusement l’Expo, conscients d’une tolérance moins grande. En 2014, l’intervention est explicitement liée à l’espace entourant l’aquarium (de part et d’autre de cette limite entre espace public et espace de l’Expo) : de façon informelle, les ambulants sont invités par les forces de l’ordre à se déplacer vers le musée de la mer, et ils vendent à une centaine de mètres des patrouilles, sans être inquiétés. L’intervention est plus centrée sur la visibilité des vendeurs ambulants dans l’espace hypertouristique. Ces politiques différenciées constituent des prises à diverses résistances et arrangements.

Rester dans l’espace touristique

40En dépit des politiques urbaines de normalisation et éviction, les vendeurs sénégalais restent présents dans l’espace touristique. Quelles sont les modalités de ce maintien ? S’agit-il de l’interpréter en terme d’inertie basée sur le déploiement de tactiques spatiales, ou suppose-t-il des formes spécifiques d’action ?

Résister au quotidien ou s’arranger ?

  • 4 à l’instar de celle menée par François S. (2004) pour la Tour Eiffel.

41En dépit des passages répétés des forces de l’ordre, les migrants reviennent, attendent leur départ, ou se positionnent ailleurs. Beaucoup de migrants le justifient en disant préférer être là, essayer quand même de vendre quelque chose. Le maintien sur place suppose plusieurs pratiques d’adaptation. À l’arrivée des forces de l’ordre, les vendeurs emportent les objets et s’éloignent vers le centre historique. Les modalités de la vente sont adaptées à cette nécessité : les objets sont posés sur des sacs que l’on peut facilement saisir et rapidement emporter avec soi. Une vigilance est effectuée par des Sénégalais à l’entrée du parking public du Porto Antico (qui aident les touristes à se garer contre quelques pièces). À certaines périodes, les forces de l’ordre accentuent leur pression, et restent plusieurs heures sur place, sans arrêter personne. Les pratiques commerciales s’y adaptent : aller vendre ailleurs, à quelques dizaines de mètres près du musée de la mer, ou cacher la marchandise. Toutefois, il s’agit là seulement de descriptions objectivantes, qui passent au travers des modalités selon lesquelles sont vécues et contournées ces difficultés. Le passage de l’observation extérieure4 à l’observation participante est nécessaire pour comprendre les logiques et les savoirs pratiques que mobilisent ces vendeurs pour demeurer dans cet espace touristique.

42Les vendeurs manifestent d’abord une connaissance fine des différentes forces de l’ordre, de leurs pratiques différenciées, et des individus singuliers qui les composent, ajustant leurs réactions. Un des vigiles privés (du consortium Porto Antico) est qualifié d’« homme gentil » par A., des salutations sont échangées tous les jours avec lui. À l’inverse des histoires circulent sur certains policiers ou militaires, supposés plus dangereux, tel celui venu de Turin, où il se serait distingué par sa brutalité, pour introduire à Gênes plus de sévérité. Le comportement s’ajuste donc aux types de force de l’ordre, invitant à ne pas les considérer comme fait global. De même les vendeurs ont un savoir pratique des différentes règles et notamment de la différenciation juridique des espaces, vendant des objets contrefaits juste à la frontière de la zone du Porto Antico. De façon générale lorsque les vigiles privés, arrivent, quelques pas sont faits de côté, comme pour montrer du respect, sans cesser l’activité marchande, tandis que la guardia di finanza provoque un départ rapide et non feint. Ces comportements en public peuvent être lus comme une « performance du respect » (Scott, 2009), entérinant l’acceptation d’une domination, sans chercher à la défier au risque d’arrestations. L’activité marchande ne cesse pas mais se déplace ailleurs, au su des forces de l’ordre qui la tolèrent du moment qu’ils ne la voient pas, pour revenir près de l’aquarium à leur départ.

43L’analyse de cette situation doit être complexifiée : elle n’est pas simplement une suite de pratiques d’ajustements, mais implique des formes d’accord. En effet, parallèlement à ces manifestations de respect s’opèrent des négociations informelles pour maintenir l’activité. Des micro-accords, précaires, se font entre certaines forces de l’ordre et certains vendeurs faisant office de porte-parole. Quand les forces de l’ordre restent longtemps, M. va négocier un relâchement de la surveillance, allant de la négociation d’une pause-café prise par les forces de l’ordre, à un accord sur les espaces tolérés de la vente, un peu plus loin sur le waterfront touristique, notamment sur la promenade qui conduit au musée de la mer. Ces accords sont précaires, ne valent que dans l’espace-temps de leur négociation, et constituent des arrangements informels qui sans reconnaître un droit tolèrent un empiètement précaire.

44Cette négociation montre une logique discrétionnaire à l’œuvre par-delà la logique de pouvoir affirmant sa légalité. Autrement dit, la logique de l’informalité n’est pas essentiellement rattachée aux vendeurs, elle irradie la situation dans son ensemble, rejoignant les analyses d’A. Roy (2009) incitant à lire l’informalité comme rapport, et envisager une informalité d’en haut. Cette logique discrétionnaire est sollicitée et négociée, y compris parfois avec un élu, mais elle peut aussi être perçue comme subie, quand elle est interprétée par les vendeurs eux-mêmes comme un arbitraire des forces de l’ordre, mis face à l’idée de l’Etat de droit. Cette idée d’un arbitraire renvoie à la violence de certaines arrestations, à la confiscation de marchandises sur le port ou d’argent et matériel dans les appartements avec des soupçons d’intérêt privé, quand les vendeurs n’ont pas connaissance d’un procès-verbal. Avec humour, ils imaginent que les sacs saisis sans procès-verbal sont offerts aux femmes des forces de l’ordre, ou racontent reconnaître parfois parmi leurs clients un de leurs membres.

45Ces faire-avec et ces arrangements se tissent dans le secret, de façon précaire. Or loin de se manifester exclusivement dans cette ambivalence d’une résistance qui doit rester invisible, et compter sur ou malgré une logique discrétionnaire, un autre mode d’action est parallèlement mis en œuvre, plus ouvertement politique, et appelant au contraire à une visibilité des Sénégalais dans l’espace public, par la mobilisation.

Mobilisations : une politisation ambiguë

  • 5 Selon son manifeste : http://www.a3f.org/fr/node/3
  • 6 T. Vitale et L. Boschetti (2011) identifient une dynamique similaire à Milan, dans le cas de l’occu (...)

46Cette mobilisation s’effectue par la médiation de la section génoise d’une association italienne, la 3F (3 Febbraio). Cette association nationale a pour nom la date de son événement fondateur : la manifestation anti-raciste du 3 février 1996 à Rome, comptant aussi de nombreux migrants. Elle appelle à une société libre, solidaire, et interethnique5. Présente dans de nombreuses villes, chaque comité local définit ses propres luttes : celui de Gênes est spécifiquement marqué par la mobilisation auprès des vendeurs sénégalais du port touristique depuis 2005. La 3F constitue un appui majeur des migrants sur ce plan politique6, parfois en lien avec des syndicats et associations de gauche (telle exemple la CGIL - Confederazione Generale Italiana del Lavoro) ou des avocats engagés sur la question des droits des immigrés (notamment Alessandra Ballerini). En revanche, les associations plus classiques d’aide aux migrants, y compris en lien avec le Sénégal, ont beaucoup de réticences à adhérer à une cause qui les place en contradiction avec les institutions publiques, par la nature illégale de l’activité.

47La 3F soutient les ambulants sur le port, apportant une aide juridique, notamment dans les démarches liées au statut migratoire, et intervenant aussi lors d’incidents (arrestation violente au Porto Antico, vendeur blessé par une voiture en fuyant un contrôle, interventions dans les appartements), organisant dans certains cas des manifestations dans l’espace public génois, auxquelles participent une grande partie des vendeurs ambulants. Lors de ces manifestations, les slogans concernent la répression par l’Etat, et se positionnent dans une logique de confrontation publique avec le pouvoir. Ces manifestations, conduites jusqu’à la préfecture ou la mairie, aboutissent généralement à une entrevue avec un adjoint du maire ou le préfet, à laquelle participent des représentants de la 3F, Italiens et Sénégalais, pour négocier un relâchement de la pression au port, mais aussi la possibilité de trouver une alternative.

48En effet, la situation semble insoluble : les Sénégalais disent l’absence d’alternative pour survivre, et le cercle vicieux de statuts migratoires qui restreignent la possibilité de trouver un travail formel, tandis que les pouvoirs publics ne peuvent transiger sur une activité illégale qui défie au cœur de l’espace touristique la capacité publique à assurer la légalité. Depuis plusieurs années est discutée lors de ces rencontres la possibilité d’un marché touristique regroupant les migrants, près du musée de la mer, pour vendre des marchandises artisanales sénégalaises. Cette solution répond à l’exigence de légalité, et permettrait aux migrants de rester dans l’hypercentre touristique, au prisme d’une ethnicisation via les produits vendus, à l’instar des politiques multiculturelles menées à Naples (Schmoll, Semi, 2013). Néanmoins cette idée bute sur la question de l’intégration à ce marché des vendeurs au statut clandestin (que les pouvoirs publics ne veulent pas garantir), et ne provoque pas l’enthousiasme des vendeurs eux-mêmes, qui hésitent à abandonner le marché de la contrefaçon, bien conscients des désirs de consommation des touristes. En outre sa localisation exacte demeure vague. Ce marché semble davantage une façon de continuer à mener des discussions, en suspendant le constat de positions inconciliables. Au final, les effets politiques de ces mobilisations semblent modestes, au-delà d’un temporaire relâchement de la présence des forces de l’ordre. Les mots d’ordre généraux (régularisation, permis, relâchement des politiques sécuritaires) ne concernent pas les acteurs municipaux, qui disposent de peu de prises sur les politiques migratoires.

49Toutefois, il faut considérer les effets politiques sur un autre plan, celui de la politisation des individus eux-mêmes. Il s’agit d’abord d’un objectif explicite de la 3F : assurer la participation directe des migrants, comme protagonistes et pas seulement figures passives. Au sein de l’association s’est développé un militantisme sénégalais : ce sont surtout des migrants jeunes, issus de la région de Dakar, ayant des expériences politiques, associatives ou syndicales antérieures, disposant déjà de compétences dans ce registre. B. faisait partie d’une association de jeunes au Sénégal, L. (qui n’est pas vendeur ambulant mais travaille via une agence d’intérim) était syndicaliste avant son arrivée en Italie en 2007. Cette présence de militants sénégalais constitue un des relais efficaces avec l’ensemble des travailleurs informels au Porto Antico, et entraîne un nombre important d’adhésions. Ces militants sont mis en avant : ils sont en première ligne dans les manifestations, participent aux rencontres avec le préfet ou l’adjoint. En lien avec la 3F, certains participent aussi à des cercles de discussion politique.

50Au-delà, la participation est plus en pointillés, se limitant aux protestations organisées par la 3F. Ces militants sénégalais regrettent le manque de conscience de leurs pairs, leur focalisation sur la seule activité de vente, et non sur le registre politique. Cette participation est rendue compliquée aussi par le turn-over sur le Porto Antico, en lien avec les trajectoires des migrants. Ainsi C., vendeur sur le port, militant important de la 3F, qui assumait un rôle de porte-parole lors de manifestations publiques, a trouvé du travail en Allemagne, déstabilisant l’organisation, tandis que beaucoup font des allers-retours entre Sénégal et Italie.

51Cette politisation se situe aussi, d’après ces militants sénégalais, sur un dernier plan, celui de la prise de conscience des droits et d’une exigence d’égale dignité. L. a adhéré à la 3F suite à l’assassinat à Florence de deux migrants, et apprécie la place donnée aux migrants. Pour C. la dimension interculturelle et le mélange entre Italiens et Sénégalais au sein de l’association a été décisif, et surtout l’association fait grandir les individus, au sens de se tenir debout en résistant et affirmant son égale dignité, au lieu de fuir sans cesse : 

52« avant quand je suis venu là tout le monde fuyait quand une voiture de gendarmes arrivait. Maintenant on reste là, on parle avec les policiers : « faites doucement, on part mais dans le calme » ; donc maintenant les choses on changé un peu… les gens ont grandi en un certain sens… même si tous ne participent pas aux réunions, il y a plus de compréhension, de conscience de sa propre dignité. Pourquoi (devrais-je) fuir ? » (entretien 2012, traduit de l’italien).

53Ce discours de la politisation trouve des échos dans les expériences d’un harcèlement quotidien, ou des méandres du statut juridique du migrant (Notarangelo, 2013). Au Porto Antico, S., vendeur, militant actif bien que récemment arrivé, nous raconte son indignation d’être contrôlé sur la promenade des ambulants, alors qu’il ne faisait qu’y passer, sans marchandises, au milieu des autres promeneurs, renvoyant à un discours sur la racialisation des politiques d’éviction, et le sentiment d’être toujours déjà coupable d’être là, ancrant aussi cette politisation dans une expérience ordinaire (Berger, Cefai, Gayet-Viaud, 2011), vécue quotidiennement dans l’espace touristique.

Conclusion

54En dépit d’une perspective revanchiste et de plusieurs années de politiques publiques de sécurisation et d’éviction, l’espace hypertouristique du waterfront de Gênes demeure marqué par la présence visible du commerce informel, principalement par des migrants sénégalais. Les raisons sont en partie endogènes à la conduite de ces politiques : non-alignement de l’ensemble des acteurs publics, qui ne partagent pas tous cette priorisation, en dépit de la mise en scène d’une coordination ; intensité variable dans le temps de la stratégie d’auto-expulsion ; brouillage des catégorisations des politiques menées, entre perspective légaliste et racialisation des individus, complexifiant le paradigme revanchiste (Smith, 1996). Les explications résident également dans les modalités d’action des migrants eux-mêmes, qui combinent différents registres de résistance : tactiques spatiales pour faire avec, arrangements dissimulés, mais aussi mobilisation par le relais d’une association d’extrême-gauche, permettant de négocier avec les autorités publiques à certaines occasions. Ainsi ces actions combinent le secret et la visibilisation, l’arrangement informel et la lutte pour la reconnaissance d’un droit à rester, par la dénonciation d’un racisme public ou d’un arbitraire de l’Etat. En outre, ces luttes pour rester sur place conduisent une politisation ambiguë, différenciant les migrants eux-mêmes selon leur degré d’engagement, construisant parmi certains des sujets politisés, dont l’engagement trouve sa source dans les expériences vécues quotidiennement. L’espace touristique, lieu de séparation des individus selon leur légitimité à y circuler ou travailler, constitue aussi l’espace d’une remise en cause conflictuelle de ces principes.

Haut de page

Bibliographie

ABELES, M., 2014, Penser au-delà de l’Etat, Paris, Belin.

ARNAUD, L., GUIONNET Ch., (dir.), 2005, Les frontières du politique: enquêtes sur les processus de politisation et de dépolitisation, Presses Univ. de Rennes.

BAYART, J.-F., MBEMBE, J.-A., TOULABOR, C.-M., 2008, Le politique par le bas en Afrique noire, Paris, Karthala.

BAYAT, A., 2009, Life as Politics: How Ordinary People Change the Middle East, Stanford University Press.

BELLINVIA, T., 2013, Xenofobia, sicurezza, resistenze, l’ordine pubblico in una città rossa, il caso Pisa, Milano, Mimesis Eterotopie.

BELINDA, B., 2014, Le droit pénal, moyen de gouverner les disparités urbaines, in Gintrac, C., Giroud, M., Villes contestées, pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies ordinaires, p.207-228.

BERGER, M., CEFAI, D., GAYET-VIAUD, C., (dir.), 2011, Du civil au politique, ethnographies du vivre-ensemble, Peter Lang.

BIANCHI, R., 2009, « The ‘Critical Turn’ in Tourism Studies: A Radical Critique », Tourism Geographies, vol.11, n°4, p.484-504.

BIANCHI, R., STEPHENSON, M., 2014, Tourism and citizenship: rights, freedom and responsibilities in the global order, Contemporary geographies of leisure, tourism and mobility, New York, Routledge.

CASTELLS, M., PORTES, A., 1989, World Underneath: The Origins, Dynamics, and Effects of the Informal Economy, in Portes A., Castells, M., Benton L., The Informal Economy, Studies in Advanced and Less Developed Countries, Johns Hopkins University Press, p.11-39

CEFAÏ, D., 2007, Pourquoi se mobilise-t-on : les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

CEFAÏ, D., TERZI, C., (dir.), 2012, L’expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS.

CROSSA, V., 2013, « Play for Protest, Protest for Play: Artisan and Vendors’ Resistance to Displacement in Mexico City », Antipode vol.45, n°4, p.826–843.

DAL LAGO, A., 1999, Non persone. L’esclusione dei migranti in una società globale, Milano, Feltrinelli.

DEVLIN, R., 2011, « ’An area that governs itself ’: Informality, uncertainty and the management of street vending in New York City », Planning Theory, vol.10, n°1, p.53–65.

DINES, N., 2012, Tuff City: Urban Change and Contested Space in Central Naples, New York, Berghahn.

EMERSON, S., MESSINGER, R., 2012, « Micro-politique du trouble, du trouble personnel au problème public », in Cefaï, D., Terzi, C., L’expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, p.51-80.

FASSIN, E., 2014, « La « question Rom » », in Fassin E., Fouteau C., Guichard S., Windels A., Roms et riverains, Une politique municipale de la race, Paris, La Fabrique, p.7-70.

FRANÇOIS, S., 2004, « Les vendeurs à la sauvette sur le parvis de la Tour Eiffel », Terrains & Travaux, vol.2004/2, n°7, p.25-43.

GAZZOLA, A., 2003, Trasformazioni urbane, Società e spazi di Genova, Napoli, Liguori editore.

GIROUD, M., 2007, Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien, Université de Poitiers, thèse de doctorat.

GRAVARI-BARBAS, M., JACQUOT, S., 2007, « L’événement, outil de légitimation de projets urbains : l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes », Géocarrefour, vol.82, n°3.

HILY, M.-A., RINAUDO ,Ch., 2004, « L'expérience des vendeurs migrants sur le marché de Vintimille », Revue française des affaires sociales, vol.2004/2, n°2, p.165-180.

HUANG, G., XUE, D., LI, Z., 2014, « From Revanchism to Ambivalence: The Changing Politics of Street Vending in Guangzhou: The Politics of Street Vending in Guangzhou », Antipode vol.46, n°1, p.170–189.

HUBBARD, P., 2004, « Cleansing the Metropolis: Sex Work and the Politics of Zero Tolerance », Urban Studies, vol.41, n°9, p.1687–1702.

JACQUOT, S., 2010, « Déqualification, sécurisation et éviction au service de la réappropriation du centre historique de Gênes », Norois, vol.217, n°2010/4, p.29–39.

JACQUOT, S., 2011, « Pluralité des modalités de la sécurisation du centre historique de Gênes », justice spatiale|spatial justice, n°4.

JUDD, D., 1999, Constructing the Tourist Bubble, in Judd, D., Fainstein, S., The Tourist City, Yale University Press, p.35-53.

KAAG M., 2008, « Mouride Transnational Livelihoods at the Margins of a European Society: The Case of Residence Prealpino, Brescia, Italy », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.34, n°2, p.271-285.

LANDAUER, P., 2009, L’architecte, la ville et la sécurité, Paris, Puf.

LAUTIER, B., DE MIRAS, M., MORICE, A., 1991, L’Etat et l’informel, Paris, L’Harmattan.

MCFARLANE, C., 2012, « Rethinking Informality: Politics, Crisis, and the City », Planning Theory & Practice, vol.13, n°1, p.89–108.

NOTARANGELO, Ch., 2013, « Di come l’universalità dei diritti si traduce nelle politiche e nelle pratiche nazionali di esclusione: lo spettro della precarietà dei giovani “migranti” », Anuac, II – 2, p.26-41.

NOVY, J., 2013, « Berlin Does Not Love You » – Notes on Berlin’s « tourism controversy » and its discontents, in Bernt, M., Grell, B., Holm, A., The Berlin reader: a companion on urban change and activism, Berlin, Transcript–Verlag, p.223-237.

PALIER, SUREL, 2001, « Le politique dans les politiques », Espaces temps.net, vol.76.

PEROUSE J.-F., 2007, Istanbul, entre Paris et Dubai : mise en conformité internationale, nettoyage et résistances, in Berry-Chikhaoui, I., Deboulet, A., Roulleau-Berger, L., Villes internationales, entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, p.31-62.

PERRAUDIN A., 2009, « Les populations indiennes face aux transformation du centre historique : dimension sociale et culturelle et développement durable », in Rivière d’Arc, H., Centres de villes durables en Amérique Latine, exorciser les précarités ?, Paris, Editions IHEAL, p.51-76.

RANCIERE, J., 1995, La mésentente : politique et philosophie, Paris, Galilée.

RANCIERE, J., 2000, Le partage du sensible: esthétique et politique, Paris, La Fabrique.

RAFFESTIN, Cl., 1986, « Nature et culture du lieu touristique », Méditerranée, vol.58, n°3, p.11-17.

RICCIO, B., 2007, “Toubab” e “vu cumpra”. Transnazionalità e rappresentazioni nelle migrazioni senegalesi in Italia, Padova, Cleup.

RODRIGUES MALTA, R., 1994, Trois destins italiens : Gênes, Naples, Trieste, in Chaline, C., Ces ports qui créèrent des villes, Paris, L'Harmattan, p.131-198.

ROY, A., ALSAYYAD, N., 2004, Urban informality: transnational perspectives from the Middle East, Latin America, and South Asia, Transnational perspectives on space and place, Lexington Books.

ROY, A., 2009, « Why India Cannot Plan Its Cities: Informality, Insurgence and the Idiom of Urbanization », Planning Theory, vol.8, n°1, p.76–87.

SCHMIDT DI FRIEDBERG, O., 1993, « L’immigration africaine en Italie : le cas sénégalais », Etudes internationales, vol.24, n°1, p.125-140.

SCHMOLL, C., 2004, Une place marchande cosmopolite. Dynamiques migratoires et circulations commerciales à Naples, Thèse de géographie, Université de Nanterre – Paris X.

SCHMOLL C., SEMI G., 2013, « Shadow circuits: Urban spaces and mobilities across the Mediterranean », Identities: Global Studies in Culture and Power, vol.20, n°4, p.377-392.

SCOTT, J.C., 2009, La Domination et les arts de la résistance : Fragments du discours subalterne, Paris, Editions Amsterdam.

SINATTI, G., 2011, « Mobile Transmigrants or Unsettled Returnees? Myth of Return and Permanent Resettlement among Senegalese Migrants », Population, Space and Place, vol.17, n°2, p.153-166.

SMITH, N., 1996, The New Urban Frontier, Gentrification and the Revanchist City, Londres, Routledge.

STAMM, C., 2014, « Expulsion et relocalisation du commerce de rue dans la métropole de Mexico », L'Espace Politique, vol.22, n°1.

STEEL, G., 2012, « Whose Paradise? Itinerant Street Vendors’ Individual and Collective Practices of Political Agency in the Tourist Streets of Cusco, Peru », International Journal of Urban and Regional Research, vol.36, n°5, p.1007–1021.

SWANSON, K., 2007, « Revanchist urbanism heads south: the regulation of indigenous beggars and street vendors in Ecuador », Antipode, vol.39, n°4, p.708–728.

VAN EIJK, G., 2010, « Exclusionary Policies are Not Just about the “Neoliberal City”: A Critique of Theories of Urban Revanchism and the Case of Rotterdam », International Journal of Urban and Regional Research, vol.34, n°4, p.820–834.

VITALE, T., BOSCHETTI, L., 2011, “Les Roms ? Ils ne sont pas encore prêts à se représenter eux-mêmes ! “, Les tensions entre groupes Roms et associations “gadjé” à Milan, in Berger M., Cefai D., Gayet-Viaud C., Du civil au politique, ethnographies du vivre-ensemble, Lieu, P.I.E Peter Lang, p.401-430.

VERMEERSCH, L., 1998, La ville américaine et ses paysages portuaires : entre fonction et symbole, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 en lien avec le programme de recherches Emergences (Ville de Paris) Inverses : www.inverses.org

2 Cette prise en compte des affects et des expériences comme constitutives des problèmes publics permet d’évoquer une perspective qui n’est pas seulement constructiviste (Cefaï, Terzi, 2012).

3 Les Sénégalais constituent la 9e nationalité étrangère représentée à Gênes, mais avec des effectifs bien inférieurs à ceux de l’Equateur (17271) ou l’Albanie (6312). En revanche, pour le seul centre historique de Gênes, les Sénégalais constituent la 2e nationalité étrangère la plus représentée après les Marocains.

4 à l’instar de celle menée par François S. (2004) pour la Tour Eiffel.

5 Selon son manifeste : http://www.a3f.org/fr/node/3

6 T. Vitale et L. Boschetti (2011) identifient une dynamique similaire à Milan, dans le cas de l’occupation rom de l’immeuble via Adda : la 3F devient un appui privilégié des Roms, face aux hésitations des grandes associations syndicales ou associatives.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Situation du Porto Antico de Gênes
Crédits Réalisation : S. Jacquot, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3765/img-1.png
Fichier image/png, 108k
Titre Carte 2 : Les espaces de la vente ambulante dans le centre touristique
Crédits Réalisation : S. Jacquot, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3765/img-2.png
Fichier image/png, 382k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jacquot et Cristina Notarangelo, « Vendeurs ambulants dans l’espace touristique à Gênes : politiques d’éviction, résistances et arrangements », L’Espace Politique [En ligne], 28 | 2016-1, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3765 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3765

Haut de page

Auteurs

Sébastien Jacquot

Maître de conférences en géographie
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, EA EIREST, UMR PRODIG
sebastien.jacquot@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Cristina Notarangelo

anthropologue
Università di Genova
notacri@libero.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org