Navigation – Plan du site

Informalité politique, pouvoirs et envers des espaces urbains

Political Informality, Power and the Other Side of Urban Space
Sébastien Jacquot, Alexis Sierra et Jérôme Tadié

Résumés

Article introductif du numéro 29 (2016-2) de la revue L’Espace politique intitulé « Informalité politique, pouvoirs et envers des espaces urbains »

Haut de page

Texte intégral

1Main basse sur la ville, Chinatown, Troupes d’élites, … autant de films qui illustrent l’empreinte des logiques informelles voire criminelles à Naples, Los Angeles ou Rio de Janeiro. Au-delà de ces symboles, les logiques informelles mettent en évidence fonctionnements urbains et pouvoirs divers. Clientélisme, corruption, collusion, attributions obscures de marchés publics, circulation de rumeurs, formes d’organisation plus ou moins autonomes de quartier (autogestion, comités de vigilance, contrôle de marchés par des caïds, etc.), résistances (en tant que mobilisations en dehors des champs institutionnels), rackets organisés, toutes ces pratiques renvoient au gouvernement informel urbain. Ce numéro a pour but de comprendre le rôle et l’évolution des logiques officieuses dans le gouvernement des villes. Associant l’informalité politique, les pouvoirs et plus largement ce que l’on pourrait appeler des envers urbains, il cherche à explorer d’une part l’émergence et le maintien d’une pluralité de pouvoirs en ville, d’autre part ce qui fait la matière des espaces urbains au-delà des pratiques officielles. Quel rôle cette diversité de pratiques joue-t-elle dans la production, l’administration et le contrôle de la ville ?

2En appliquant la notion d’informalité, qui a longtemps davantage caractérisé le champ économique — notamment dans les pays du Sud (Lautier, 1994) — au domaine politique, les articles présentés ici visent à explorer la prégnance et le rôle des arrangements et des pratiques non officielles voire transgressives en ville. La notion d’informalité politique permet de dépasser la seule référence au cadre juridique et à sa transgression. Elle saisit plus largement les normes sociales en usage, auxquelles s'articulent les pouvoirs en ville. Cette informalité politique recouvre « les formes, les pratiques, les activités, les expressions qui, faute de bénéficier d’une reconnaissance et d’une légitimité de la part des prescripteurs et des agents les plus influents du champ, sont « rejetés » en dehors de ce champ quand bien même elles participent, pleinement ou accessoirement, à sa constitution » (Le Gall, Offerlé et Ploux, 2012, p.16). Nous poursuivons donc l’hypothèse d’une présence large dans le gouvernement urbain de cette informalité politique, sans non plus la cantonner à des sphères subalternes.

3Dans cette perspective, l’informalité propose un autre angle d’approche aux questions de politiques publiques, dans des contextes où ne sont souvent pris en considération que les phénomènes officiels et visibles (dispositifs participatifs, décentralisation, mode institué de gouvernement), sans prendre en compte les pratiques sous-jacentes, plus implicites, telles que la corruption, le clientélisme ou les arrangements informels (que l’on retrouve dans de nombreux articles de ce dossier). Il s’agit ainsi d’identifier des usages politiques en dehors ou qui contournent les pratiques officielles du pouvoir, et d’examiner leur insertion non seulement dans les politiques urbaines mais aussi dans la manière dont se fait la ville.

4Dès lors, l’étude de l’informalité politique implique une enquête sur les pouvoirs urbains, dans leur diversité, à travers leurs pratiques, articulations, modes de visibilité et registres de légitimation. L’objectif n’est pas d’opposer une sphère légale dominante à des sujets marqués par des pratiques politiques informelles, un haut à un bas. Il s’agit plutôt d’analyser les modalités de la construction d’espaces politiques voire du politique, tant dans les marges de l’intervention urbaine, que dans la pratique quotidienne du gouvernement de la ville. De fait, l’informalité politique, qui se traduit par une variété d’arrangements, concerne aussi bien les citadins qui disposent de peu de ressources et d’accès aux sphères dominantes, que les intermédiaires et les élites, en interaction ou non. Ces arrangements révèlent des fabriques de la ville, par leurs articulations originales à l’espace urbain. Ce numéro se place ainsi dans le double contexte des études urbaines – souvent centrées sur les seules dynamiques et politiques « officielles » – et des études sur l’informalité – trop souvent cantonnées aux villes du Sud et au domaine de l’économie, ou d’une criminalité instituée. Il se dégage des représentations classiques d’un Sud informel et d’un Nord formel, bien ancrées dans les esprits malgré les critiques régulièrement formulées à son endroit (Roy, 2005). Suivant cette perspective, Martijn Koster dénonce dans ce numéro le préjugé habituel qui considère les pratiques de médiations des courtiers comme des éléments de bonne gouvernance et de pratiques participatives citoyennes au Nord et des résidus de clientélisme à dépasser au Sud.

5Ce dossier s’inspire des recherches menées par le collectif Inverses sur le lien entre informalité politique et gouvernement urbain, dont le positionnement sur l’utilité d’une telle notion est présenté dans l’article liminaire. Navigant entre les notions d’envers, d’illégalisme et finalement d’informalité politique, cet article montre la manière dont la notion d’informalité permet de soulever une variété de problèmes en ville dans des contextes très différents, et souligne le rôle des arrangements dans ces processus, à la fois à des échelles locales et dans l’interprétation du gouvernement urbain dans son ensemble. L’enjeu est dès lors de rendre opérationnelle la notion d’informalité politique.

6Les articles proposés dans ce dossier déclinent selon plusieurs approches les relations entre formel et informel et appréhendent différents types de rapports au droit posés par ces pratiques d’organisation de la ville. Dans un tel contexte, l’informalité crée également des configurations spatiales particulières, que ce soit en termes d’espaces de déploiement, ou d’échelles de dévoilement de pratiques informelles. L’étude des arrangements conduit donc à une nouvelle lecture du gouvernement urbain, par la prise en compte d’une multitude de pouvoirs souvent ignorés des études des fonctionnements urbains. Ces dynamiques politiques informelles transforment ainsi la ville et le quotidien des espaces urbains.

Formel, informel

7Le premier enjeu transversal de ce numéro concerne les modalités d’identification et de définition de l’informalité et de sa dimension politique. Alors que la notion est souvent prise dans une approche sectorielle (le secteur informel) ou spatiale (dans une dichotomie ville formelle - informelle), Colin McFarlane (2012) propose une « conceptualisation alternative » centrée sur les pratiques elles-mêmes. Ce déplacement permet d’une part de problématiser davantage les chevauchements entre formel et informel, d’autre part de revenir sur la dimension relationnelle et située de la distinction entre ces deux notions. A partir d’une attention portée aux pratiques informelles, les différents articles montrent une imbrication ou une interpénétration entre logiques formelles et informelles.

8Ce brouillage des catégories découle d’abord des pratiques informelles des agents qui incarnent la règle et qui imprègnent le gouvernement de la ville de ces logiques. Le collectif Whig par exemple montre combien la tolérance des forces de l’ordre envers des activités interdites sur les lieux touristiques permet aux vendeurs ambulants et aux transports non reconnus officiellement de rester en activité. A une autre échelle et dans une ville du sud de la France, Swanie Potot décrit les interactions – informelles – entre les autorités (le préfet en particulier) et les associations de défense des « Roms » afin de trouver un modus vivendi quand les autorités publiques semblent afficher un refus du compromis. C’est aussi le cas de l’article de Gabriel Fauveaud, évoquant le rôle du système politico-économique créé à Phnom Penh, qui joue non seulement de l’interconnaissance, de l’interpénétration des sphères publiques et privées, mais aussi de la corruption dans les grands projets urbanistiques de la capitale. Inversement, des acteurs informels remplissent également des fonctions d’autorités formelles, à l’image de caïds effectuant la régulation de parkings (Inverses), du système d’imposition et d’organisation du commerce à Mumbai (Salès), ou dans certains cas de la surveillance des espaces face à certaines formes d’illégalité par les vendeurs à Paris (Whig).

9Tous ces auteurs soulignent d’ailleurs le rôle des relations interpersonnelles dans de tels processus, à l’instar de l’étude de Martijn Koster qui présente le rôle d’assembleurs joué par les courtiers et autres médiateurs. Ces relations interpersonnelles seraient ainsi au fondement de l’interpénétration entre sphères formelles et informelles dans le gouvernement de la ville.

10Ces chevauchements entre pratiques formelles et informelles dans le contrôle de la ville montrent une diversité de pouvoirs et d’instances régulatrices. Dans cette configuration, l’informalité n’apparaît pas seulement comme conséquence d’un ordre juridique. L’imbrication du formel et de l’informel met en jeu plus fondamentalement les règles et les normes qui produisent des territorialités et des ordres juridiques ou légitimes localisés (Mélé, 2009). L’informalité est politique, dans certains cas, par son rapport à la règle de droit, tant dans son opposition au légal, que dans les tolérances et justifications dont elle peut faire l’objet (Maccaglia, 2014). Elle apparaît aussi politique par sa capacité à produire de nouvelles normes, parfois entérinées a posteriori, ou à détourner un ordre légal. Ainsi, l’étude de l’informalité politique participe également d’une lecture renouvelée des rapports entre droit et sciences sociales qui dépasse les approches externaliste et internaliste du droit (Maccaglia, Morelle, 2013 ; Calafat, Fossier, Thévenin, 2014).

11Face à ces limites mouvantes entre formel et informel, tant les autorités que les habitants réaffirment certaines règles, se réfèrent au légal comme arbitrage au nom de leur intérêt propre. Mais ils produisent aussi de la règle par le recours à des pratiques informelles. Dès lors, les tentatives pour limiter, borner, définir à nouveau l’urbain du non urbain, (Sierra, 2015), ou pour séparer l’ordre du chaos (Salès), peuvent à leur tour faire appel à des pratiques informelles, tout en instrumentalisant des préoccupations dominantes ou des politiques. C’est le cas, par exemple, lorsque l’on détourne des préoccupations et des politiques sanitaires à des fins de contrôle territorial, pour justifier le remblaiement du lac Boeung Kak (Fauveaud), ou quand on instrumentalise le risque à des fins de contrôle de l’urbanisation (Robert, Metzger). De même, les acteurs informels peuvent utiliser des normes dominantes – tels les occupants de l’Asilo à Naples, tolérés parce qu’il promeuvent un « bon usage » du lieu (Froment). Cette ambivalence entre convocation de la règle et pratiques informelles tient au moment de l’arrangement ou aux trajectoires d’acteurs qui passent tour à tour des institutions officielles aux organisations parallèles. Dans le cas napolitain, le conflit entre occupants et pouvoirs publics débouche sur un arrangement par abandon des positions les plus radicales et parce que les pratiques du collectif Asilo rejoignent les objectifs programmatiques d’une partie de la municipalité.

12Or, ces pratiques, qui fonctionnent selon des logiques transgressives voire illégales, peuvent être questionnées de façon plus large, réinterprétées au sein des « systèmes sociaux et des valeurs qui les structurent » (Fauveaud). Suivant cette perspective, l’informalité politique peut être tour à tour vue depuis la norme ou de l’intérieur, depuis l’institution ou depuis les pratiques des habitants eux-mêmes. Elle peut donc être questionnée au prisme de la légalité (la règle existante), de la légitimité, de la moralité (au sens des économies morales) ou de l’utilité. Ces pratiques informelles disposent de leurs propres normes et peuvent conduire à un sentiment d’injustice quand elles semblent non respectées, comme l’évoque Lola Salès dans la relation des vendeurs de rue de Mumbai au prélèvement d’une taxe informelle.

13Les limites établies entre formel et informel sont ainsi remises en cause par un décalage du regard qui s’attache à la perspective des acteurs et aux ressources qu’ils mobilisent pour contrôler ou infléchir la définition de ce qui est légitime et légal. Les articles de ce numéro permettent de comprendre pourquoi ces pratiques informelles, souvent perçues et présentées comme condamnables, car hors-norme ou illégitimes – car elles ne renvoient en théorie pas à un intérêt général supérieur – n’en sont pas moins constitutives à la fois du gouvernement et du quotidien des espaces urbains. Les acteurs peuvent justifier ces pratiques au nom d’une autre forme de légitimité, en contradiction avec un ordre légal apparent, au nom de normes morales concurrentes. Elles peuvent renvoyer ou faire référence à un impératif de survie pour des populations précaires, une échappatoire au sein d’une situation inextricable que seule la pratique informelle peut résoudre, dans une logique de micro-empiètements (Bayat, 2010).

14En ce sens, le terme informel ne doit pas être compris comme négatif du formel, sous-entendant qu’il n’aurait pas de forme, donc pas de règle, et brouillant la compréhension des pratiques urbaines en question. L’idée est d’étudier la façon dont ces pratiques en décalage avec les normes en place participent de la fabrique urbaine, traduisent des marges de manœuvre négociées ou affirmées, et remettent en jeu les conceptions du légitime et de l’illégitime.

Informalité et pouvoirs urbains

15La distinction chez Yves Lacoste (et l’équipe d’Hérodote) entre une géopolitique externe (internationale) et une géopolitique interne (aux niveaux infranationaux) permettait de saisir la complexité des rapports à l’Etat, à appréhender la géographie électorale ou les régionalismes. Toutefois, cette géopolitique s’est moins intéressée au niveau urbain voire infra-urbain. La ville était même présentée par d’autres courants comme un monde post-géopolitique (Lévy, 1999) jusqu’aux tentatives de définition d’une géopolitique urbaine (Hulbert, 2009), basée sur une attention plus forte portée aux grandes échelles de l’engagement ou de la résistance politique (Rosière, 2009). L’étude de l’informalité politique participe de cette perspective géographique renouvelée sur le politique en ville.

16Les pratiques informelles, dans leur rapport à la norme, au légitime ou à la règle, font ainsi apparaître la pluralité des pouvoirs engagés dans le gouvernement urbain, à différentes échelles, situés dans différentes arènes de la gestion quotidienne de la ville. Ces arènes sont comme des interfaces où se rencontrent voire se confrontent différents types de pouvoirs en tension ou en négociation (Cefai, 1996). Elles les mettent en relation, dans leur croisement avec l’informalité politique. Qu’il s’agisse de décrire les politiques à l’égard de l’informalité (et le recours tant à la règle de droit qu’à des arrangements plus ou moins informels) ou de permettre une compréhension renouvelée des modes de gouverner la ville, elles montrent une superposition d’acteurs en rivalité ou qui s’entendent dans la gestion de territoires ou de services urbains.

17Les approches présentées dans ce numéro posent d’abord la question du rapport entre informalité politique et pouvoirs publics. Ces pouvoirs sont-ils tous articulés à un gouvernement (Etat, pouvoir décentralisé, coalition locale dominante, etc), face auquel ils se situent et avec lequel ils nouent des alliances, ou bien peuvent-ils constituer des formes autonomes ou concurrentes de pouvoir en ville, plus ou moins déconnectées des sphères les plus institutionnalisées, en produisant des espaces différenciés, qui fonctionnent sur des règles et normes alternatives ? Les articles rassemblés ici font apparaître différents cas de figure, depuis ceux où les fonctionnements urbains renvoient directement aux fonctionnements étatiques en général, jusqu’à ceux où les pratiques informelles de gestion des espaces urbains révèlent des espaces qui fonctionnent en quasi autonomie (Inverses). Cela illustre en filigrane la complexité des gouvernements urbains et la plus ou moins grande influence des pratiques étatiques jusqu’aux échelles les plus locales. A ce titre, plusieurs articles discutent de la façon dont les pratiques informelles structurent les relations entre gouvernants et habitants.

18Une première façon d’aborder l’articulation entre informalité et pouvoirs renvoie à la manière dont les politiques de régulation publique traitent l’informalité, que ce soit dans le cadre de la gestion des vendeurs ambulants en Inde avec notamment le Street Vendors Act (Salès, Chatterji et Roy), dans les zones touristiques parisiennes (Whig), ou dans la régulation et éviction de l’habitat précaire des migrants roumains constitués en problème rom (Potot). Ces différents articles permettent de dépasser la seule logique de l’opposition, en révélant diverses formes de tolérances, certaines institutionnalisées en reconnaissance d’un droit (comme dans le statut des ambulants en Inde) et donc à la limite de l’informalité, d’autres précaires et accordées dans le secret (Potot). L’informel peut être mobilisé par les autorités publiques comme ressource dans la gestion quotidienne de la ville, comme l’étudie Swanie Potot, que ce soit à travers les accords entre militants et préfecture, ou les régularisations a posteriori proposées par les mêmes autorités lorsqu’il s’agit d’accueillir les enfants dits Roms dans les cantines.

19Dépassant ces approches étudiant le pouvoir d’intervention sur la gestion de la ville à un bout ou à un autre de l’échelle hiérarchique du gouvernement urbain, Martijn Koster analyse la façon dont les médiateurs peuvent être vus comme des assembleurs à la jonction de ces différentes sphères. Ainsi, ces courtiers sont, partout, des personnes qui usent de leurs réseaux formels et informels pour faciliter la médiation. Ils contribuent à agencer les différents éléments et acteurs qui forment le pouvoir urbain en vue d’une politique donnée. Même si leur intervention est temporaire, ils participent à l’élaboration de politiques urbaines qui sont constituées d’éléments à la fois formels et informels d’une part, et qui permettent également l’interpénétration des points de vue d’autre part.

20Ainsi, certaines pratiques informelles contribuent à former et consolider des coalitions publiques-privées. Plus largement, ces pratiques permettent d’identifier les modes de relations entre gouvernants et gouvernés de même que la façon dont elles infléchissent la gestion et régulation des espaces urbains. Gabriel Fauveaud présente la façon dont l’informalité politique imprègne l’urbanisme institutionnel et contribue à la structuration de relations publiques privées, dans la réalisation du projet au cœur de Phnom Penh à partir du remblaiement du lac de Boeung Kak – depuis l’étape de l’acquisition foncière jusqu’aux multiples formes de négociations entre acteurs publics et promoteurs pour faciliter ou influencer le projet urbanistique. Ces relations informelles, qui ne se limitent aux coalitions de puissants, dessinent alors une « politique urbaine de fait » (Fauveaud).

21Dans un autre registre, Jean-Baptiste Lanne montre également comment à la fois pouvoirs publics et populations jouent de l’informalité, en particulier en ce qui concerne des savoirs informels. À Kibera, il étudie le rôle du mensonge aussi bien comme forme d’arrangement que de savoir alternatif pour avoir prise sur la politique urbaine. Maîtriser l’espace du bidonville ou de la ville sert tout autant à rendre crédible le récit mensonger qu’à l’éprouver, voire à remettre en cause le consensus sur le mensonge. Quand celui-ci devient commun, il mène à reconsidérer la valeur des normes et savoirs officiels. L’informalité produit ainsi des formes de savoirs parallèles à même de concurrencer ou de se substituer aux officiels, d’autant plus qu’ils résulteraient d’arrangements entre autorités et habitants. Il en est de même des savoirs diffusés dans les médias classiques mobilisés par les classes moyennes de Mumbai qui résistent aux pratiques d’imposition informelle des commerçants (Salès) ou de la diffusion d’une représentation cartographique du territoire partisane par les leaders de quartier à Lima (Sierra).

22Cependant, les citadins en situation d’empiètements ne sont pas seulement dans une logique de contestation et de résistance, mais développent tout un ensemble de relations avec les gouvernants, détaillées déjà par Partha Chatterjee dans son opposition entre société civile et société politique (2009). Discutant cet apport théorique dans le cadre des vendeurs ambulants de rue à Calcutta, Tathagata Chatterji et Souvanic Roy montrent la façon dont les vendeurs de rue jouent désormais un rôle dans la gouvernance locale, deviennent un groupe d’intérêt qui compte, de façon structurante et pas seulement transitoire ou accidentelle, pèsent dans les élections locales de façon importante et parviennent par ce biais à négocier la présence et les modalités de l’exercice de cette activité informelle.

23Cet article met aussi en évidence les capacités d’action de citadins dont les modes de vie sont caractérisées par l’informalité. Dans ce registre, Swanie Potot questionne la façon dont des « acteurs faibles » peuvent prendre part aux décisions, ce qui permet de proposer une analyse des pouvoirs urbains plus complexes que celles intégrant seulement le principe « hiérarchique et élitiste ». Toutefois, à l’inverse du cas de Calcutta, il n’y a pas là de remise en cause des structures de domination, plutôt un infléchissement de leurs logiques de fonctionnement. De même, Lola Salès s’intéresse aux capacités d’action des vendeurs de rue, depuis les pratiques quotidiennes de négociations avec les agents publics ou divers intermédiaires, à des mobilisations qui s’inscrivent dans des dispositifs juridiques. Ils apparaissent ainsi comme des « acteurs politiques légitimes », même si des hiérarchisations internes aux vendeurs de rue sont révélées. Ces pratiques politiques s’inscrivent donc dans une pluralité de modes d’action, qui jouent des registres informels, cachés, mais mobilisent ou infléchissent aussi des règles de droit, démontrant la nécessité de dépasser une vision restrictive du gouvernement urbain pour identifier ces multiples relations entre citadins, gouvernants et acteurs urbains.

Espace et informalité politique

24Les différents articles présentés ici posent la question du rôle de l’espace dans les pratiques politiques informelles, ainsi que la façon dont l’informalité politique contribue aux transformations de l’espace urbain. Si les sciences politiques et l’étude de l’informalité mobilisent des figures spatiales pour les identifier (« les marges de la négociation », « l’arène politique », les « pratiques de l’ombre », les « espaces informels »), elles ne font que souligner l’existence de lieux plus ou moins métaphoriques qu’il s’agit de qualifier. L’un des apports de ce numéro est donc de montrer que négociations, arrangements, mobilisations et résistances s’inscrivent dans des formes spatiales, fabriquent ou transforment des territoires urbains, et que le jeu des échelles révèle l’existence de mécanismes informels différenciés dans les pouvoirs urbains.

Lieux, réseaux et territoires de l’informalité politique

25Les espaces où s’observent, se déploient ou s’expriment les pratiques informelles sont de plusieurs registres. Il peut s’agir de microcosmes dévolus à l’informalité au sein de villes déjà plus ou moins marquées par cette informalité ; d’espaces comme enjeux de négociations, arrangements, résistances et mobilisations ; et enfin de référents plus ou moins lointains pour des arrangements (les lieux éphémères de relogement comme outils de négociation, les lieux du mensonge, etc.), qui transforment les espaces en outils de négociation.

26À la lecture des articles, certains pourraient être propices à l’éclosion et au développement d’une informalité politique. Utilisant des métaphores culturelles déjà en usage, Pascale Froment propose d’aborder les pratiques patrimoniales à Naples selon une déclinaison des lieux « off » aux « in », en passant par les lieux « en jachère » des politiques patrimoniales où s’exprime une contre-culture, qui se distinguent de ceux qui sont « in », culturels et patrimoniaux. Plus que de simples endroits univoques, ils constituent selon l’auteur, des « entre-lieux » de la ville. Jean-Baptiste Lanne décrit également un ensemble d’espaces sous tension dans lesquels se déploie ou se vérifie le mensonge.

27Ces lieux peuvent fonctionner en réseau. Des endroits plus ou moins distants sont appropriés par certains acteurs informels au point de devenir le support d’un même territoire. C’est le cas des associations de commerçants des rues des quartiers de la gare de Dadar ou du Fort à Mumbai (Salès), ou des commerçants à la sauvette des quartiers touristiques de Paris, entre Tour Eiffel et Trocadéro (Whig). Parfois ces espaces sont soumis à différents types de pouvoirs et contrôlés partiellement ou momentanément, mais ces acteurs les mettent en réseau par des pratiques elles-mêmes informelles. C’est le cas de la procession organisée par les habitants de Kibera à Nairobi, entre le bidonville et les bureaux du City Council (Lanne). Les commerçants, artistes ou « Roms » dessinent également des territoires non bornés, sans cesse changeants, où les règles sont constamment détournées et redéfinies.

28Les territoires urbains qui fondent traditionnellement l’exercice du pouvoir institutionnel sont ainsi contestés par ces pratiques en réseau. Les autorités y créent, dans certains cas et en réaction, des zones de dérogation de façon plus ou moins tacite (Froment, Potot), en essayant parfois d’instituer des lieux d’exception et transitoires (Froment) ou des territoires de l’arrangement (Sierra). Dans ces cas, l’existence de pratiques informelles conduit à construire de nouvelles territorialités structurelles, du moins durables, mais aussitôt dépassées : les Roms vont au-delà de la zone de relégation assignée où le pouvoir municipal peut remettre en cause l’arrangement trouvé ; de nouvelles occupations de lieux culturels apparaissent à Naples au-delà de celles tolérées ; les municipalités de Lima revendiquent de nouvelles aires au-delà de celles établies par les compromis précédents.

29Ces territoires peuvent également être « mouvants » (Cattan, 2009) car construits sur la mobilité des acteurs informels. Dans les articles, le mouvement des uns permettrait de contourner la fixité des autres, comme les commerçants à la sauvette qui peuvent se replier ou se déployer en fonction de la présence de policiers qui quadrillent un territoire défini (Whig), ou comme la procession contestataire qui dépasse le territoire du bidonville ou du centre municipal à Nairobi (Lanne). La mobilité des uns pourrait également entraîner celle des autres. Par conséquent, l’étude de l’informalité politique permet une remise en cause du paradigme territorial dans lequel l’espace du politique correspondrait à des juridictions clairement délimitées (Vanier 2015; Cattan, 2009). Il ne s’agit alors pas d’opposer territoires formels et statiques à ceux informels, réticulaires et mobiles. Des aires ou des étendues plus ou moins bornées peuvent être façonnées par des pratiques politiques informelles, comme les confins politiques de Lima, où l’affiliation informelle à un territoire municipal devient une pratique citadine « normale », c’est-à-dire à la fois quotidienne et acceptée comme norme (Sierra). A Mumbai (Salès), les commerçants créent des territoires de taxation non officiels et les résidents se mobilisent en opposition, à travers des manifestations, mobiles et légales. Les territoires fixes relèvent ici de l’informel quand les formes de mobilité sont le fait du formel.

30L’espace constitue également un enjeu des arrangements et négociations, en vue de son contrôle. L’objectif des collectifs napolitains (Froment) est d’occuper puis de maintenir l’occupation de lieux emblématiques du patrimoine afin d’exercer une forme de contre-culture. L’arrangement porte ici à la fois sur l’occupation et sur ses modalités, la municipalité l’acceptant s’il est conforme à la sauvegarde du patrimoine et à l’expression artistique. Ce contrôle sur l’espace passe parfois par son marquage et son inscription informelle dans le paysage, telle la course à l’affichage d’une toponymie ou à l’installation d’un mobilier urbain municipal comme dans les confins politico-administratifs de Lima (Sierra). Une approche spatiale détaillée montre que l’emprise territoriale de l’arrangement peut être circonscrite : une bande clairement délimitée du parvis du Trocadéro devient un petit territoire toléré, un autre un espace de repli (Whig). Pour Lola Salès, les implantations des vendeurs de rue sont autant des lieux où se jouent des négociations, que des territoires de conflits que les acteurs qui négocient cherchent à contrôler. Swanie Potot montre que l’espace public (la rue) ou certains espaces privés centraux occupés par les « Roms » sont l’enjeu de mobilisations des riverains, mais que les différents acteurs cherchent d’autres espaces moins visibles (les berges d’un cours d’eau peu fréquentés) sur lesquels construire ou négocier une tolérance, ce qui produit une géographie différenciée de l’application du droit.

31L’attention portée à ces espaces met alors en évidence des régimes d’invisibilité et des lieux cachés et clandestins ou simplement mis à l’écart et méconnus (dans le double sens d’ignoré et sans connaissance). Les arrangements peuvent être négociés dans des lieux et des moments tenus discrets (Offerlé, 1998) qui relèvent souvent d’arènes administratives (Cefai, 1996), comme les bureaux de certains services de la municipalité par exemple, ou s’inscrire dans des espaces en marge, voire qu’ils contribuent à marginaliser. Inversement, d’autres acteurs jouent aussi du dévoilement et de la mise en lumière de certains lieux comme élément de légitimation ou pour nourrir un rapport de force. Ainsi, Jean-Baptiste Lanne montre comment des chefs informels utilisent des bâtiments officiels pour y installer leurs bureaux, y gagnant une légitimité au regard de tous. L’espace constitue donc un enjeu à la fois pour conforter une place dans le système de gouvernement de la ville, pour une reconnaissance ou une marginalisation, et comme ressource économique.

Espaces hors-normes ou conformes ?

32Ces espaces supports ou objets de l’arrangement peuvent être envisagés autrement que comme des marges qui dérogent au sein d’un univers formel. Ils appartiennent à des mondes plus larges, parfois marqués voire identifiés par une faible légalité ou une faible institutionnalisation. Dans certains cas, l’informalité politique étudiée sur une partie de la ville est aussi une déclinaison de pratiques existant sur l’ensemble d’une ville ou d’une région (Naples et le Sud de l’Italie pour Pascale Froment), voire d’un pays (le Cambodge comme pays parmi avec les plus forts taux de corruption chez Gabriel Fauveaud), dans un emboîtement d’échelles de l’informalité. Pascale Froment invite à faire appel à des « échelles hors-champs » pour comprendre les arrangements menés au niveau local par des « acteurs multi-situés », qui peuvent agir à diverses échelles, de la ville au pays, ou à travers des occupations exemplaires réalisées par le passé en d’autres villes, et présentées comme des références, mobilisant différents niveaux et échelles au gré des arrangements.

33Considérer les espaces sujets à des pratiques informelles étudiés comme des déclinaisons (ou des exceptions) d’un échelon supérieur fait également ressortir l’importance de l’échelle locale. Plusieurs auteurs de ce numéro adoptent cette perspective. En effet, cela permet de mieux saisir les arrangements : s’ils sont circonstanciels et établis entre individus ou groupes d’individus sur la base d’intérêts réciproques (Inverses), ils se réalisent à une très grande échelle géographique, où ils sont plus aisément repérables. De fait, les pratiques informelles du politique sont généralement étudiées à l’échelle locale voire micro-locale, du niveau municipal jusqu’à celui de la rue, voire à celui d’espaces intérieurs, à des administrations notamment (Robert et Metzger, Lannes). Elles renvoient au fonctionnement des espaces urbains dans leur ensemble à partir d’un cas précis. Il en est de même des approches par le pouvoir institutionnel. Gabriel Fauveaud, tout en évoquant l’intervention des autorités nationales, centre son analyse sur le jeu des pouvoirs locaux. Jérémy Robert et Pascale Metzger montrent comment l’échelon municipal est une scène privilégiée de pratiques politiques informelles qui transforment et instrumentalisent les injonctions aux bonnes pratiques internationales en mise en œuvre concrète d’actions sur le territoire. L’analyse des pratiques politiques informelles révèle ainsi une production d’espaces en tension qui participent à la fois du gouvernement et du fonctionnement de la ville dans son ensemble.

Conclusion

34Cadre, support, enjeu et instrument de l’arrangement, la ville et ses parties sont le produit de l’informalité politique dans une relation à double sens. L’un des objectifs de ce dossier est en effet de mettre l’accent sur les pratiques informelles des pouvoirs dans la fabrique urbaine. Les différents articles manifestent ainsi la prégnance dans les logiques du gouvernement urbain d’arrangements sous toutes leurs formes, de tolérances, clientélisme et corruption, de contestations non institutionnelles de l’ordre légal et urbain. Loin de constituer des relations à part, ces arrangements ont par exemple lieu dans les officines de planification, où négociations discrètes ou secrètes entre différents groupes d’intérêt se déploient et participent aussi de l’envers de la ville. L’informalité a également des incidences dans le paysage de la ville, tant dans les conséquences en matière de choix d’aménagement, de planification, des logiques informelles du gouvernement urbain, que dans le développement et la régulation d’espaces certes « d’exception », « dérogatoires », « hors-norme », mais qui influent sur la ville, ou encore sur les pratiques sociales et les représentations de l’urbain. L’informel apparaît ainsi mêlé au formel, produisant une déclinaison de régimes d’urbanisme et d’organisation sociale de la ville en fonction du degré de pratiques hors-normes qu’ils recèlent.

35Quelle interprétation donner de cette identification des logiques informelles dans le gouvernement urbain ? S’agit-il d’une approche critique alternative et davantage située par rapport aux travaux d’urban studies portant sur le néolibéralisme ou sur les logiques hégémoniques d’accumulation du capital, comme l’évoque Gabriel Fauveaud ? Les logiques informelles sont-elles transformées voire favorisées par les logiques entrepreneuriales du gouvernement urbain, comme le discutent Tathagata Chatterji et Souvanic Roy ? En d’autres termes, quel statut attribuer à l’informalité politique ? Elle constitue à la fois une perspective alternative d’étude des transformations de la ville, en faisant apparaître l’importance de relations souvent laissées de côté, et elle est partie prenante d’un mode nouveau de production de la ville contemporaine, qui nécessite de repenser les modes d’action politique en ville.

Haut de page

Bibliographie

BAYAT, A., 2010, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Stanford, Standford University Press.

BOLTANSKI L., THÉVENOT L., 1991, De La Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

CALAFAT, G., FOSSIER, A., THÉVENIN, P., 2014, « Droit et sciences sociales, les espaces d’un rapprochement », Tracés, revue de sciences humaines, vol.2, n° 27, p.7-19.

CATTAN N., 2009, « Territoire mobile. De l’impossible concept à l’apport des études genrées », in ROSIÈRE, S., COX, K., VACCHIANI-MARCUZZO, C., DAHLMAN, C. (dir.), Penser l’espace politique, Paris, Ellipses, p.69-86.

CEFAI, D., 1996, « La Construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, volume 14, n°75, p.43-66.

CHATTERJEE, P., 2009, Politique des gouvernés, réflexion sur la politique populaire dans la majeure partie du monde, Paris, Amsterdam Editions.

HULBERT, F., 2009, « L’Espace politique de la ville : plaidoyer pour une géopolitique urbaine », L’Espace Politique 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 25 août 2016 ; URL : http://espacepolitique.revues.org/1330 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1330

LE GALL, L., OFFERLÉ, M., et PLOUX, F. (dir.), 2012, La Politique sans en avoir l’air, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

LAUTIER, B., 1994, L’Economie informelle dans les pays du Tiers Monde, Paris, La Découverte.

LÉVY, J., 1999, Le Tournant géographique, Paris, Belin.

MACCAGLIA, F., MORELLE, M., 2013, « Introduction. Pour une géographie du droit : un chantier urbain », Géocarrefour, vol. 88/3, p.163-172.

MACCAGLIA, F., 2014, « Introduction. Illégalité et gouvernement des territoires. Rapports au droit et usages du droit dans la production, la gestion et la régulation des territoires », Annales de géographie, vol.6, n° 700, p.1251-1261.

McFARLANE, C., 2012, “Rethinking Informality: Politics, Crisis and the City”, Planning Theory and Practice, vol.13, n°1, p.89-108.

MÉLÉ, P., 2009, « Pour une géographie du droit en action », Géographies et cultures, n°72, p.25-42.

OFFERLÉ, M., 1998, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien.

ROSIÈRE, S., 2009, Géographie politique et géopolitique. Une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses.

ROY, A., 2005, « Urban Informality. Toward an Epistemology of Planning », Journal of the American Planning Association, 71:2, p.147-158

SIERRA, A., 2015, « Transformer l’incertitude en risque : un instrument de domination ? » in CLERVAL, A., FLEURY, A., REBOTIER J., WEBER S. (dir.), Espaces et rapport sociaux de domination, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jacquot, Alexis Sierra et Jérôme Tadié, « Informalité politique, pouvoirs et envers des espaces urbains », L’Espace Politique [En ligne], 29 | 2016-2, mis en ligne le 02 septembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3805

Haut de page

Auteurs

Sébastien Jacquot

Maître de conférence en géographie
Université de Paris 1 - IREST / EIREST / Inverses
www.inverses.org
sebastien.jacquot@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Alexis Sierra

Maître de conférence en géographie
Université de Cergy-Pontoise - UMR Prodig / Inverses
www.inverses.org
a.alexis.sierra@gmail.com

Articles du même auteur

Jérôme Tadié

Chargé de recherche en géographie
Institut de recherche pour le développement (IRD), UMR URMIS / Inverses
www.inverses.org
jerome.tadie@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org