Navigation – Plan du site

La « question Rom » à l’échelle de la ville : gouvernance locale, pratiques informelles et pouvoir des acteurs faibles

The « Rom Issue » at a Urban Scale: Local Governance, Informality and Weak Actors’ Power
Swanie Potot

Résumés

L’article explore les procédés informels par lesquels des gouvernants locaux administrent les usages de la ville. L’auteure examine les relations entre gouvernance, informalité et pouvoir. Abordant la présence dans l’espace urbain de migrants roumains ethnicisés dans une grande ville du sud de la France, la première partie revient, à travers son traitement médiatique, sur la constitution du « problème public rom » à l’échelle locale et les enjeux politiques soulevés. Dans une seconde partie, on met au jour la part des pratiques discrètes, des tentatives d’intimidation et des ententes minimales entre acteurs institutionnels et individus dominés, dans le processus qui vise à conformer ces derniers à un certain usage de l’espace public et à leur confinement dans certaines marges urbaines. Enfin, s’intéressant au mouvement de résistance porté par la société civile (dont un « leader rom »), on évalue le poids des relations interpersonnelles et les configurations politiques situées qui conduisent certains acteurs dénués de ressources formelles à jouer un rôle dans la gouvernance locale. La conclusion interroge les perspectives ouvertes par l’informalité en terme de participation à la prise de décision et leurs limites.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La présence d’une population migrante originaire de Roumanie qui investit diverses zones urbaines de manière atypique dans une ville du Sud de la France invite à interroger leur gestion urbaine, et notamment la part que peut prendre l’informalité dans l’administration de la ville. L’apparition récente de « la question rom » et les injonctions contradictoires de la vie politique locale conduisent en effet les décideurs à multiplier les arrangements ad-hoc pour minimiser la visibilité des habitats précaires de ces « migrants désaffiliés » (Bouillon, 2003). Cette situation permet d’explorer les frontières du politique et plus précisément, dans la perspective ouverte par Guionnet, « d’examiner ce qui se trame aux marges du jeu politique institutionnel » (Guionnet, 2012 : 295).

2Loin des territoires entièrement corrompus par des pratiques clientélaires étudiés par d’autres (Briquet, 1995; Mattina, 2005), l’analyse aborde l’interaction entre les champs politiques officiel et informel dans une gestion démocratique du territoire. Il s’agit d’observer comment des acteurs institutionnels du gouvernement des villes, représentants de la municipalité et de l’État, entrent dans des jeux de négociations et d'accommodements avec divers acteurs. On explore la façon dont des discours et des positions politiques affichées s’articulent à des pratiques plus discrètes reposant sur des relations interpersonnelles et des ententes minimales, dans le but de minimiser ou d’orienter la résonnance du « problème rom ».

3Observant les « deux faces du pouvoir », on propose, comme le suggère Bachrach et Baratz (1962), non seulement de s’intéresser à l’expression du pouvoir hiérarchique, élitiste, mais également, en les replaçant dans les cadres interprétatifs qui sont les leurs, de saisir les configurations qui permettent à certains acteurs dénués de ressources formelles de prendre part aux décisions. La question du pouvoir des acteurs faibles, éloignés des sources du pouvoir, est posée dans ce contexte : reprenant une interrogation développée par Aguilera dans son étude de l’occupation des squats à Paris, on cherche à comprendre comment « des acteurs a priori outsiders [en viennent] à participer au processus de gouvernance urbaine » (Aguilera, 2014).

4L’article présente, dans une première partie, à partir de son traitement médiatique, l’émergence de la « question rom » dans le contexte local et l’expression de cette présence en termes urbains dans la ville étudiée. On revient sur la construction du problème public rom et l’on identifie ses principaux acteurs, leurs positionnements relatifs et leur publicisation.

5Une deuxième partie porte sur les pratiques que la municipalité et la préfecture mettent en œuvre pour administrer cette population en dehors d’une politique publique clairement définie. On montre comment répression et tolérance sont mobilisées tour à tour par les pouvoirs locaux pour contraindre les comportements et ainsi imposer le respect de certaines règles non écrites.

  • 1 Circulaire interministerielle NOR INTK1233053C du 26/08/2012

6La troisième partie analyse les jeux de négociations entre tenants du pouvoir et société civile. Elle expose un certain nombre d’arrangements discrets qui permettent aux premiers de contenir la mobilisation de cette dernière. La concession de certaines largesses par la municipalité ainsi que la mise en œuvre par l’Etat de la circulaire de 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites1 permettent d’aborder le rôle des organisations non gouvernementales et l’émergence d’une représentation rom dans ces processus de gouvernance.

7En conclusion, on interroge la relation entre informalité, gouvernance et pouvoir. On revient en particulier sur la possibilité que semble offrir l’informalité quant à la participation d’acteurs faibles à la gouvernance locale : autorise-t-elle une certaine redistribution du pouvoir ou bien reste-t-elle un instrument de domination entre les mains des décideurs politiques ?

  • 2 On reprend dans ce texte le terme Rom pour désigner cette population non parce que l’on fait notre (...)
  • 3 Toutes les données ont été anonymisées pour ne pas risquer d’interférer, par la publication de cet (...)

8Les données exploitées dans cet article sont issues de trois années d’enquête (2013-2015) relative à la présence de migrants roumains, dits Roms par une majorité d’acteurs (mais qui se disent eux-mêmes Tsiganes) 2, dans une grande ville de la côte méditerranéenne3. Elles s’appuient sur de multiples observations tant auprès des migrants eux-mêmes que des autres acteurs intervenant sur le sujet. L’insertion de l’auteure dans le cercle des représentants de la société civile lui a permis de suivre au plus près les échanges avec la municipalité et la préfecture en participant à diverses réunions, et de suivre plusieurs dossiers dont la scolarisation d’une partie des enfants et la mise en place d’un dispositif d’insertion sociale porté par l’État. Le traitement médiatique de la question constitue également une base de données qui éclaire la constitution d’un problème public.

Le « problème public rom »

9Les premières arrivées de migrants roumains dans la ville étudiée remontent au début des années 1990 (Potot, 2007) mais la présence de Roumains se désignant eux-mêmes sous du vocable ‘tsigane’ ne s’est accrue que dans les années 2000, notamment après 2002, tandis que l’entrée de ce pays dans l’espace de libre circulation européen voyait évoluer le profil de ses migrants (Diminescu, 2003). L’enquête a permis de caractériser le public étudié : il est majoritairement composé de familles, parfois monoparentales, de un à quatre enfants. On trouve également quelques célibataires, hommes ou femmes, isolés ou liés à un autre ménage. Ces personnes ont quitté leur position sédentaire en Roumanie pour tenter d’améliorer une situation personnelle en déclin dans le pays d’origine. En ce sens, les motivations qui poussent à la migration sont assez semblables à celles d’autres migrants des pays de l’Est partis avant eux (Morokvasic, 2003) : il s’agit d’une stratégie de résistance à une crise économique qui s’accompagne de tensions sociales (van Baar, 2012; Vincze, 2013). Leur insertion est en revanche plus difficile : quittant une position marginalisée en Roumanie, ils restent confinés à la marge du système socio-économique en France. Les camps et les squats étudiés ne rassemblaient pas de communautés soudées voyageant ensemble, si la situation sociale était y assez homogène, les trajectoires individuelles et les lieux d’origine pouvaient varier. Les moyens de subsistance reposaient principalement sur le commerce d’objets et vêtements usagés, la récupération de matériaux ferreux et la mendicité. En France depuis quelques années, leur parcours était souvent fait d’errance : passés d’une ville à l’autre en fonction de la répression qu’ils y avaient subie, leurs lieux de vie dépendaient des opportunités qu’ils rencontraient et des informations qu’ils parvenaient à glaner via le bouche-à-oreille.

  • 4 Au mois de juillet, faisant suite à un important traitement médiatique, le Président de la Républiq (...)

10À l’échelle nationale, ces migrants, que l’on désigne majoritairement en référence à leur appartenance ethnique supposée, sont progressivement devenus un objet médiatique, avec une très nette inflexion en 2010, au moment où le Président de la République en fait un sujet politique de premier plan4. L’apparition des termes rom-s et tsigane-s dans le journal Le Monde témoigne de cette montée en visibilité.

Graphe 1: Occurences des termes rom-s ou tsigane-s dans les titres d'articles du journal Le Monde entre 2000 et 2015

Graphe 1: Occurences des termes rom-s ou tsigane-s dans les titres d'articles du journal Le Monde entre 2000 et 2015

Source : site des archives du journal http://lemonde.fr/​recherche/​ consulté le 11 décembre 2015

  • 5 Ce décompte a été effectué à partir d’une recherche autour des mots clé rom-s et ts(z)igane-s dans (...)

11Dans ce contexte national, déjà bien étudié par ailleurs (Balibar, 2011; Belqasmi, 2014; Bergeon, 2010; Canut, Hobé, 2011; Doytcheva, 2015; Legros, Olivera, 2014; Legros, Vitale, 2011; Nacu, 2010), on s’est intéressé à la publication dans le principal quotidien local d’articles relatant, toutes raisons confondues, la présence de « Roms » ou « Tsiganes » d’Europe de l’Est dans le département étudié5. Cet exercice n’objective pas la présence de cette population, il est un indicateur de sa visibilité et de sa place dans la vie politique locale.

Graphe 2 : Occurrence d'articles du journal local traitant de la présence de Roms d’Europe de l’Est dans le département étudié

Graphe 2 : Occurrence d'articles du journal local traitant de la présence de Roms d’Europe de l’Est dans le département étudié

Source : site des archives du journal local consulté le 11 décembre 2015

12À observer les occurrences et en se penchant sur le contenu des articles, on se rend compte que, jusqu’en 2006, d’une part la présence Rom n’est pas un sujet médiatique (seulement 3 articles durant les 6 premières années de comptage) et que, lorsqu’un article est publié, c’est pour rendre compte du comportement répréhensible de quelques individus isolés (cambriolage, vol). En 2007 paraissent pour la première fois des papiers dénonçant la présence inconvenante de Roms de Roumanie. C’est surtout un article paru au mois d’octobre de cette année, intitulé « Des Roumains ont dormi dans la rue ! » avec pour sous-titre « La scène a choqué des dizaines d'automobilistes et de riverains. » (Quotidien local du 24/10/2007) qui donne le ton de ce qui deviendra le principal sujet associé aux Roms roumains, à savoir leur occupation jugée anormale de l’espace public. S’il s’agit parfois d’une occupation illégale, c’est surtout leur façon atypique de faire usage de la ville qui est commentée dans le quotidien. Des personnes qui dorment sur des bancs, avec des enfants, sont décrites comme outrageantes. Le sujet est encore occasionnellement abordé en 2008 et 2009, à côté de textes faisant mention de faits de délinquance (7 articles en tout).

13L’errance de ces « Roms » venus des confins de l’Europe et les réactions musclées de la municipalité, dont le journal partage le positionnement à droite de l’échiquier politique, deviennent des sujets majeurs à partir de 2010, année durant laquelle quinze articles sont publiés sur le sujet. L’existence de campements et de squats est dénoncée à l’échelle locale et l’activité de répression sous l’autorité municipale est soulignée. On voit apparaître les premiers reportages in situ, décrivant la misère des lieux, l’exaspération des voisins et l’on relate les premières évacuations. Les journalistes commencent à identifier des sites précis : une zone reléguée de l’ouest de la ville, proche du fleuve, est notamment pointée du doigt. Les descentes de police, la fermeture de squats en centre-ville et la démolition de camps, deviendront les principaux thèmes des dix-sept articles publiés en 2011 et 2012. Le maire inscrit ainsi son action dans ce qui fait le débat national du moment.

14Mais tandis que dans le journal Le Monde, 2010 est l’année où le sujet rom fait l’objet du traitement le plus important, dans le quotidien local, bien que le thème soit désormais inscrit à l’agenda médiatique, il faut attendre 2013 pour que la « question rom » devienne un sujet de premier plan des nouvelles (115 articles dans l’année, soit en moyenne presque un tous les trois jours). Plusieurs événements ont contribué à cette montée en visibilité.

  • 6 Circulaire relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campemen (...)
  • 7 Idem

15Fin 2012, de fortes pluies provoquent la crue du fleuve au bord duquel une vingtaine de familles avaient construit des baraquements. L’intervention des pompiers est requise pour évacuer plusieurs personnes, dont des enfants, d’un îlot s’étant formé au milieu du lit de la rivière. La préfecture est mobilisée et environ soixante-dix personnes sont mises à l’abri en urgence dans une salle de sport. Cet événement marque le début de l’intervention de l’État sur la « question rom » à l’échelle locale. Quelques mois plus tôt, le nouveau gouvernement socialiste avait fait établir une circulaire interministérielle adressée aux préfets en vue de « préciser le cadre de l’action de l’État dans le cas d’évacuations de campements illicites (…) et de l’inscrire dans le respect des principes fondateurs de la République »6. Celle-ci explicitait notamment la nécessité d’intervenir auprès des populations concernées par des évacuations suite à des décisions de justice. « Il convient également, au regard de ces principes, d’assurer un traitement égal et digne de toute personne en situation de détresse sociale. Il vous incombe donc, en initiant le travail le plus en amont de la décision de justice qu’il est possible, de proposer des solutions d’accompagnement en mobilisant prioritairement les moyens de droit commun de chacun des partenaires. Cela suppose, dans une logique d’anticipation et d’individualisation, l’établissement, chaque fois que possible, d’un diagnostic et la recherche de solutions d’accompagnement, dans les différents domaines concourant à l’insertion des personnes (scolarisation, santé, emploi, logement/mise à l’abri...) »7. C’est donc en réponse à cette circulaire que le Préfet se saisit du dossier rom lors de l’évacuation du camp des berges. Il sera alors présenté dans plusieurs articles comme un opposant à la municipalité qui s’exprimera, au cours de l’année 2013, contre les propositions de relogement de la préfecture.

16Désormais, la médiatisation de ce clivage entre le maire, proche du gouvernement de droite déchu en 2012, et le Préfet nommé par la nouvelle majorité socialiste, sera mise en exergue pour souligner la fermeté du premier à l’encontre d’une population décrite comme intrusive et illégitime. L’année 2013 marque également dans le quotidien l’apparition d’un troisième acteur : la société civile. Progressivement, il donne la parole à un réseau d’associations caritatives et de défense des droits qui se mobilise autour de ce qui devient l’enjeu de luttes politiques locales. Même si l’effervescence médiatique retombe quelque peu en 2014 puis en 2015, ce sont désormais les mesures prises pour déloger les personnes d’habitats non autorisés qui font l’objet des nouvelles publications. L’évacuation du camp des berges du fleuve, plusieurs fois reconstruit, est régulièrement médiatisée mais l’opposition préfecture versus municipalité laisse la place à un autre diptyque : les autorités répressives face aux associations et à un représentant communautaire.

17Ce rapide focus sur le traitement médiatique du sujet explique comment « la question rom » s’est constituée localement en problème public: non seulement la présence de cette population a été hyper-médiatisée mais elle a suscité des prises de position publiques et des « conflits de valeurs » entre divers acteurs de « l’arène politique » locale (Cefaï, 1996). L’enquête de terrain permet d’aborder à présent les pratiques de chacun de ces acteurs au-delà de la publicisation de positions de principe afin d’examiner la part discrète, souvent informelle, des politiques publiques mises en place dans le cadre de la gestion de cette population.

Influence, Harcèlement, tolérance : outils de Gestion de l’espace public

18La ville dont il est question est non seulement profondément ancrée à droite (lors des élections municipales de 2014, le Front national arrivait en seconde position - 21% des voix - derrière l’UMP - 48%), mais aussi marquée par un tourisme important, première ressource économique du département. Partant, le pouvoir municipal investit politiquement beaucoup sur son image. La population étudiée est considérée comme problématique de ce point de vue : la présence de mendiants et de squatteurs en centre-ville et la construction de petits bidonvilles, entachant le cadre douillet de la station balnéaire, constituent un risque politique. C’est dans ce cadre que le maire donne à voir sa fermeté, sans hésiter à stigmatiser les personnes qu’il invective et à puiser dans le registre de la xénophobie. Dans le même temps, la municipalité vise à rendre cette population moins visible dans la ville, quitte à la harceler ou, d’autres fois, à lui concéder quelques menus privilèges. Médiatiquement opposée à cette dernière, dans les faits, la préfecture n’agit pas autrement. C’est en agitant simultanément « leur main droite » et « leur main gauche » (Bourdieu, 1993) que les décideurs politiques locaux contribuent à ordonner le paysage local.

Mobiliser les riverains

19Un premier outil instrumentalisé par la mairie est son réseau associatif para-municipal. La position « anti-Roms » de la municipalité est en effet confortée et alimentée par quelques citoyens qui jouent un rôle non négligeable dans la configuration d’acteurs intervenant sur la question. Quelques observations illustrent ce jeu politique.

  • 8 Comme le souligne Fassin et al. (Op.cit.), les riverains en colère occupent bien davantage l’espace (...)

20Les squats ne sont officiellement évacués que sur décision de justice, suite à une action du propriétaire des lieux. Or, lorsqu’un squat est devenu suffisamment important pour qu’il soit perçu comme une gêne par la municipalité, c’est en général que son propriétaire s’en est désintéressé et que le lieu est à l’abandon. Bien souvent, ce sont alors les riverains, ces « voisins en colère » (Fassin, Fouteau, Guichard, Windels, 2014), qui incitent leurs élus à se substituer au justiciable pour chasser les occupants jugés illégitimes. Un petit immeuble du centre-ville a ainsi fait l’objet d’une mobilisation des riverains et, partant, d’une campagne de presse. L’absence d’adduction d’eau et d’électricité, coupée par les services concernés, posait des problèmes de salubrité et avait pour conséquence l’usage du caniveau de voirie comme commodités. L’enquête menée par l’auteure sur place a mis en évidence la solidarité de certains voisins qui permettaient à des femmes ou des enfants de se laver chez eux tandis que d’autres apportaient des vivres, mais seuls les mécontents ont bénéficié d’un espace d’expression dans le débat public8. D’après le bulletin municipal, les réclamations des riverains étaient nombreuses et incitaient les pouvoirs publics à agir. Cependant, aucune plainte pour occupation illégale n’ayant été déposée, l’évacuation tardait à se faire. Pourtant, suite à un engagement public du maire allant dans ce sens, des avocats représentant le propriétaire déposaient quelques mois plus tard une plainte qui aboutit, après jugement, à l’intervention des forces de l’ordre. L’édile s’est félicité de cette action dont il s’attribuait la paternité. Partant, on peut supposer que la municipalité a contribué à interpeller un propriétaire qui ne se souciait plus guère de son bien.

21La contribution au débat public de riverains politiquement proches du pouvoir local est structurée sous la forme d’associations : les liens entre la mairie et ces acteurs sont investis dans le but de légitimer l’extension du champ d’intervention de la première et de donner un certain écho à ses prises de position. Selon le quotidien local, c’est en effet le comité de quartier qui aurait canalisé les mécontentements et dénoncé publiquement les désagréments que posait ce squat à la population environnante. C’est en réponse à la démarche de celui-ci que le maire dit avoir agi : la mise en scène d’une demande citoyenne légitime ainsi l’action publique. Une autre fois, le comité de quartier d’une zone à l’ouest de la ville s’est mobilisé et exprimé médiatiquement contre ce qui semblait être une suggestion émanant de la préfecture d’héberger sur un terrain inoccupé des personnes menacées d’expulsion. Bien qu’il ne se soit agi que d’une rumeur, la prise de parole des habitants potentiellement dérangés, via le comité de quartier, a permis au maire d’affirmer son désaccord avec toute recherche de solution pérenne pour « les Roms » et d’en faire un véritable sujet politique : l’association a construit le problème auquel le maire pouvait alors répondre. Son opposition à ce projet l’a placé comme le défenseur des riverains contre les prétentions intrusives du gouvernement dans la gestion de la cité.

22Les comités de quartier offrent à l’équipe dirigeante l’occasion de se montrer réactive et proche de ses citoyens. Ils légitiment à l’occasion l’intervention du maire au-delà de ses prérogatives et l’invitent à illustrer son engagement contre « les Roms », évitant ainsi que son opposition d’extrême droite n’accapare la thématique.

Répression, accommodements et partage de l’espace urbain

23Un autre aspect illustre les pratiques de gouvernance quasi-informelles qui président à la gestion de cette population en ville. C’est en effet par une somme de petites interactions quotidiennes que les autorités parviennent à obtenir des individus des attitudes qu’elles ne peuvent exiger formellement.

24Dans un quartier du centre, une maison avec jardin était squattée par trois familles. Ce bien était le fruit d’une indivision non tranchée suite à un décès. Des squatteurs ont occupé les lieux durant plusieurs années dans un confort relatif. Leurs enfants étaient inscrits à l’école du quartier et leur présence plutôt bien acceptée par les voisins. Les visites policières étaient régulières mais relativement cordiales. A partir de 2014, suite à diverses mobilités, l’habitation a vu une partie de ses occupants renouvelée et leur nombre augmenter sensiblement. Le jardin a alors servi de dépôt pour les restes du matériel glané dans les poubelles, qui ne pouvaient être vendus : carcasses de gros électroménager, pièces de voiture, etc. ont rapidement occupé tout l’espace côté rue. L’attitude des forces de l’ordre a sensiblement évolué alors. Les visites de policiers municipaux et nationaux se sont multipliées, brandissant de plus en plus fréquemment la menace d’expulsion. A plusieurs reprises ces derniers auraient même donné oralement une date butoir pour évacuer. Alertées par les habitants apeurés, des associations ont tenté d’obtenir des informations sur les procédures en cours. Il s’est avéré que la justice n’avait pas été saisie. Toutefois, face à cette pression psychologique et à la violence symbolique désormais subie au quotidien, le squat s’est progressivement vidé de ses habitants les plus fragiles. Une des familles a construit une petite baraque dans un lieu reculé tandis que l’autre est partie, avec ses trois enfants, vivre dans une voiture à quelques kilomètres de là, en bordure de l’agglomération, afin de ne plus être troublée.

25Il n’est pas aisé de discerner ce qui relève de directives données en amont de ce qui tient à l’autonomie des agents, mais une attention à ce type de situations conduit à postuler que la distribution des habitats irréguliers dans la ville est en partie régie par les pratiques des autorités, en dehors d’une politique publique explicite. La volonté politique affichée est l’éviction de cette population, mais sur le terrain, il s’agit davantage de « contenir les illégalismes » afin de contrôler les « usages de la ville » (Aguilera, 2014).

26Parfois, certains points sont concédés en échange du respect d’autres aspects non négociables. Ainsi, lors d’une réunion interservices organisée à l’initiative de la mairie, un gradé de la police nationale expliquait que ses subordonnés avaient trouvé des accommodements avec les personnes qui occupaient certaines rues du centre :

  • 9 Propos retranscrits de mémoire suite à une réunion interservices, novembre 2015.

27« Pour nous, ce qui compte, c’est que dans la journée ce soit propre, que les bancs servent pour leur utilisation normale. Le matin, on les réveille, vers 6h30 et on les fait bouger. Maintenant, ils ont compris, ils nettoient tout leur petit bazar, ils donnent un coup de balai et ils vont voir plus loin. Quand les gens arrivent pour travailler, ou pour amener les petits [le lieu est proche d’une école], c’est impeccable. Nous, on demande pas autre chose. S’ils comprennent ça, on les laisse tranquilles »9.

  • 10 Immigrés maghrébins en retraite.
  • 11 Loi n° 90-449 du 31 mai 1990 révisée par la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l'accueil (...)
  • 12 Même si les personnes qui occupent les aires d’accueil des Gens du voyage sont souvent amalgamées à (...)

28Pour parvenir à un tel ajustement des comportements, il y a souvent en amont une phase de négociation. Le rassemblement de ces migrants en quelques espaces tient à de telles pratiques. Ainsi, le camp-bidonville des berges semble pouvoir se perpétuer parce qu’il entre en correspondance avec une certaine gestion municipale du territoire. Ce regroupement de baraques de fortune, qui a abrité jusqu’à 130 personnes, a vu le jour dans un quartier reclus, à faible densité de population, aux abords de la ville. Tel un ghetto, dans le sens que L. Wacquant donne à ce terme, il est le produit d’une tension entre « hostilité externe et affinité interne » (2005). Excentré, mal desservi par les transports en commun, situé en zone inondable entre une autoroute et un fleuve, il est depuis longtemps une aire de relégation de populations tenues à l’écart de la façade touristique de la ville. Jusqu’au milieu des années soixante-dix, cet espace abritait un des derniers bidonvilles de France, habité par les ouvriers maghrébins du bâtiment qui contribuaient à l’expansion de la zone côtière urbaine (Gastaut, 2004). Afin d’éradiquer ces installations sauvages, on y a construit un foyer pour loger les travailleurs immigrés célibataires. Depuis quelques années, ces Chibanis10 ont été rejoints par de jeunes tunisiens sans-papiers qui squattent aux alentours, où ils se sentent plus en sécurité qu’en ville. De la même façon, au début des années 2000, à quelques encablures du foyer de travailleurs, tandis que la loi obligeait toutes les municipalités de plus de cinq mille habitants à créer des aires d’accueil11, c’est en ce lieu reculé que le Conseil municipal a choisi de mettre à disposition un espace réservé aux Gens du voyage12. En ce sens, ce territoire constitue typiquement une marge urbaine : situé aux confins de la ville, il figure la « mise à l’écart  » par les « acteurs urbains dominants », de populations socialement déqualifiées (Sierra, Tadié, 2008).

  • 13 Ces pratiques des forces de l’ordre ont fait l’objet d’une mobilisation militante : plusieurs activ (...)

29La relégation de notre population d’étude aux abords du fleuve s’inscrit dans ce schéma et perpétue un processus historique qui, depuis plusieurs siècles en Europe, tient les populations dites roms à distance de la société majoritaire (Powell, Lever, 2015). Plusieurs personnes rencontrées ont tenté d’investir d’autres espaces urbains mais ce sont les tracasseries des agents de police municipaux et nationaux qui les ont conduits à revenir vers ce faubourg. Des actions en justice du Conseil Général puis de la société gérant le foyer ont donné lieu à des évacuations, mais les habitants des baraques qui sont reconstruites à chaque fois à quelques centaines de mètres du lieu initial ne sont pas inquiétés. Les rondes policières identifient rapidement le camp lorsqu’il est rebâti mais elles n’interviennent pas directement auprès des personnes. Si ce n’est acceptée, leur présence semble tolérée en ce lieu qui les tient à distance de la population majoritaire et les contient aux portes de la ville une fois la nuit tombée. Cette tolérance contraste avec le sort réservé à ceux qui occupent les trottoirs du centre-ville. A l’été 2014, en pleine saison touristique, suite à l’évacuation de plusieurs squats, des personnes ont dormi, en famille, à même la rue. Selon leurs propres dires, leur situation est devenue insupportable non à cause de sa précarité mais du fait du harcèlement policier. Elles étaient réveillées jusqu’à six fois par nuit, à coup de pied, en recevant l’ordre de se déplacer. Les enfants comme les parents se trouvaient alors dans un état de fatigue et de fragilité nerveuse avancées13. Cette façon de procéder, à la limite de la légalité dans la mesure où l’atteinte à la dignité humaine est manifeste, a eu pour conséquence le départ de certains vers une autre ville et le redéploiement des autres vers le camp des berges, plus éloigné mais plus paisible.

30Derrière le tableau peint par les média et l’instrumentalisation politique du sujet, les autorités municipales et nationales mettent en œuvre une dynamique conjointe -si ce n’est concertée- visant à aménager et contrôler l’occupation de l’espace public par ces personnes. D’autres travaux ont montré que la mobilité de cette population en France était bien davantage le fait des pratiques policières qu’une disposition de sa part (Belqasmi, 2015; Bergeon, 2010; Lièvre, 2014; Sigona, 2011). Notre enquête souligne que cette politique publique qui ne dit pas son nom s’articule autour du duo répression / tolérance qui, au quotidien, pèse de tout son poids sur les pratiques d’une population éloignée seulement en apparence des régulations institutionnelles. Ces processus d’adaptation à une politique locale informelle ne sont pas sans rappeler les réactions conformistes de certaines organisations roms qui adaptent leurs revendications et manières de faire aux attendus des politiques européennes (Jacquot, Vitale, 2014).

Maîtriser la contestation politique

31Si les pouvoirs publics s’adressent à la population étudiée essentiellement sous ces deux modalités, ils sont amenés à composer différemment avec les représentants de la société civile. Le réseau inter-associatif constitué en 2012, qui fait écho à d’autres sur le territoire national (Bruneteaux, Benarrosh-Orsoni, 2012), réunit quelques ONG connues (Amnesty International, la Ligue des Droits de l’Homme, le Secours Catholique, le Réseau éducation sans frontière-RESF) et des organisations locales. Il se mobilise dans un premier temps pour exiger de la préfecture qu’elle travaille dans le sens de la circulaire interministérielle déjà citée mais intervient par la suite, dans les média, auprès des décideurs, par voie juridique ou sur le terrain, à chaque fois qu’une situation lui paraît discriminante ou attentatoire aux droits humains fondamentaux. La protection de l’enfance sera notamment souvent mise en avant dans ses activités.

Obtenir le consentement des militants

32A partir de janvier 2013, à leur demande, la préfecture, valorisant un principe de démocratie participative, consent à initier un dialogue avec ces acteurs pour réfléchir à d’éventuelles solutions de relogement. Mais elle impose dès lors une clause de confidentialité : au motif que le sujet est éminemment politique et qu’il crée un clivage entre les services préfectoraux et la municipalité, il est demandé aux militants de ne rien divulguer de ces entrevues, y compris aux autres membres des organisations auxquelles ils appartiennent, et par-dessus tout, à la presse. De cette façon, le Sous-préfet rattaché au Délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement des personnes sans-abri ou mal-logés (DIHAL), gagnera le silence des activistes qui considèrent à ce moment-là travailler main dans la main avec ce partenaire sous l’autorité d’un gouvernement de gauche, pour mieux contourner la volonté municipale. Au cours de ces réunions, le Sous-préfet se montre à l’écoute des associations et ne rejette aucune de leurs propositions. Les commentaires des militants sur « la sympathie » du représentant de l’Etat, son « bon fond », sa « gentillesse » sont récurrents. Des liens se créent, chacun obtient son numéro de téléphone personnel, les échanges sont nombreux et les militants se sentent investis d’une grande confiance. D’après leurs témoignages, ils ne percevaient pas la situation comme des confrontations entre acteurs représentant des forces sociales différenciées, mais comme des réunions d’un petit groupe d’individus travaillant tous dans le même sens. Le secret planant autour de ces échanges a certainement favorisé l’impression d’appartenir à une même clique, au-delà des rôles de chacun. Distanciant le lien entre ces représentants et leurs ONG, la mobilisation collective a laissé la place à l’implication de quelques personnes chargées de faire entendre à leurs camarades de lutte que toute contestation risquait de mettre en péril les perspectives ouvertes par la préfecture. Conséquence directe de cette disposition, les associations militantes sont restées muettes sur le sujet durant les multiples expulsions qui ont eu lieu à la fin de la période hivernale et dont la force publique dépêchée par le Préfet assurait le bon déroulement.

  • 14 Propos tenus en octobre 2013 par une militante qui a participé à toutes les rencontres.

33Ce n’est que quelques mois plus tard que des militants issus de ce cénacle ont commencé à émettre des doutes quant aux intentions de la préfecture : « Il nous a baladé, le Préfet, à nous dire de nous taire pour pas compromettre ses projets. Tu parles ! Il nous a fait fermer notre g… pour être tranquille et il a rien fait »14. Connaître les motivations initiales de ce dernier ne nous appartient pas mais l’on constate que les relations tissées et le sentiment, de la part d’acteurs politiquement dominés, d’être pris au sérieux par les instances décisionnelles ont permis à ces dernières de maitriser la voix de la dissidence au moment où elle était le plus encline à s’exprimer. Ces stratégies de gestion de la contestation politique ne sont guère originales mais, inspiré par l’approche de L. Le Gall, M. Oferlé et F. Ploux (2012), l’on entend souligner ici le travail informel effectué par le représentant de l’État : l’adhésion des activistes n’a pu être acquise que grâce à l’établissement de liens interpersonnels qui ont mis de côté les positions structurelles des acteurs. Pour obtenir cette entente, il ne s’est pas seulement impliqué en se rendant disponible et à l’écoute, il a également joué sur le registre de la justification politique (gauche contre droite) dans le contexte local. Tandis que sur le terrain les pratiques de l’État et celles du pouvoir local allaient dans le même sens, l’opposition politique affichée entre ces deux acteurs dominants a ainsi contribué à minimiser les résistances.

  • 15 Pour un exemple parmi d’autres, voir le cas médiatisé de la municipalité de Ris-Orangis (Essonne) q (...)

34À son échelle, la municipalité a elle aussi procédé à des arrangements avec ce troisième acteur. À partir d’avril 2013, le collectif militant, sous l’égide de RESF, s’est lancé dans une campagne de scolarisation des enfants dans les établissements de la ville. Cette démarche était ambitieuse car sur le territoire national, quelles que soient leur couleur politique, les municipalités en charge de l’administration des écoles primaires n’ont pas toujours fait preuve de bonne volonté15. Pourtant, malgré la rhétorique très anti-rom du maire, dans la ville étudiée la scolarisation n’a pas rencontré d’obstacles majeurs. Après quelques réticences ressenties aux guichets des antennes de la mairie, RESF s’est mis en relation directe avec les responsables du service éducation de la municipalité et a défini avec eux, en bonne intelligence, la procédure à mettre en œuvre pour insérer ces élèves allophones et sans domicile fixe dans le système scolaire. Les inscriptions en ont grandement été facilitées.

  • 16 L’auteure de ces lignes était présente lors de cette entrevue, les propos ont été pris en note lors (...)

35Le soutien municipal est devenu patent lorsqu’il s’est agi de faire bénéficier ces enfants du service de cantine. Les familles étant démunies, elles postulaient -via les bénévoles chargés de leur dossier- à l’aide exceptionnelle de la municipalité, susceptible de prendre en charge pour une durée de trois mois maximum, les frais de repas. Quelques contributions ont été obtenues à la fin de l’année scolaire 2012-2013 mais la question restait en suspend pour l’année suivante. Les militants ont multiplié les échanges avec la municipalité pour négocier ce point. À la rentrée 2013, le sujet était tranché. Une entrevue entre une bénévole venue inscrire un enfant et l’économe d’une école16 explicite la position de la mairie sur le sujet : ne sachant si elle devait accepter ou refuser un élève dont le dossier n’avait pas encore été traité, l’économe appelle le service de l’éducation de la municipalité et pose la question. La réponse qu’elle obtient -diffusée via le hautparleur téléphonique- est sans appel : « Le maire a été très clair là-dessus. On lui en a parlé et il a dit que ça nous coûterait ce que ça nous coûterait, mais il ne veut pas un enfant qui mange dans les poubelles autour des écoles. Donc tu les prends tous, on régularisera après. Mais il n’est pas question que ça se sache, tu dis bien à ceux qui viennent les inscrire que si ça se sait, on arrête tout ». Ce type d’avertissement sera réitéré à chaque nouvelle inscription et l’on ne trouvera pas trace de la générosité municipale dans les média locaux ni sur les sites internet des associations. C’est au prix de ce silence que la gratuité est devenue quasi-automatique, systématiquement renouvelée malgré son caractère exceptionnel, pour tous les enfants du camp et des squats.

36Cette largesse non seulement évite, comme le dit l’édile, de donner de la visibilité à la misère et en particulier à celle qui est la plus mal acceptée par l’opinion publique, celle des enfants, mais elle permet également d’établir un lien avec le monde militant. Les acteurs politiques faibles que sont les activistes se trouvent alors dans une forme d’obligation morale envers le pouvoir local. L’absence de confrontation est en quelque sorte la compensation de ce qui apparaît comme la concession de menus privilèges. Les militants savent qu’en cas d’opposition frontale ou de dénonciation publique, la municipalité pourrait mettre un terme à cette gratuité puisqu’elle ne relève pas d’un droit mais d’une munificence du maire. Or, les activistes de RESF sont d’autant plus attachés à cet avantage qu’il conditionne souvent l’assiduité des élèves. Cela ne relève pas du clientélisme dans le sens traditionnel du terme, en revanche, on observe, comme J.-L.Briquet lorsqu’il étudie les pratiques politiques officieuses en Corse et en Italie du sud, « l'existence, sur un même territoire et à l'intérieur de mêmes institutions, de systèmes de représentations, de modes de légitimation et de principes d'action politiques contradictoires, voire antagonistes » (1995 :74). Ici ces contradictions ne sont pas, comme dans les régimes mafieux, des façons de contourner le fonctionnement démocratique local, mais elles en sont au contraire le produit. C’est au travers de ces arrangements discrets que les pouvoirs en place parviennent à instaurer un équilibre des forces dont ils conservent la maîtrise.

Corrompre un acteur démuni ?

37La reconnaissance politique d’un acteur en situation de dépendance, et son institution en unique représentant de la société civile, illustrent par ailleurs « l’instrumentalisation de l’informel par les dominants » (Le Gall, Offerlé, Ploux, 2012 :9).

  • 17 Un Gadjo, des Gadjé : terme romani qui désigne ceux n’appartenant pas à l’ethnie rom.

38Un individu se singularise dans la configuration d’acteurs intervenant sur la question rom : Bogdan, immigré en France à la fin des années quatre-vingt-dix, se présente comme un tsigane roumain et s’est institué en porte-parole de la cause rom locale. Ce personnage sans passé militant, qui jouera un rôle clé dans les « affaires roms » localement, n’a pas été élu ou même désigné par les habitants du bidonville et des squats pour les représenter. Vivant à quelques kilomètres de la ville étudiée, il n’avait pas de lien direct avec ces derniers avant 2012 et n’a obtenu leur reconnaissance que progressivement, certains rejetant au départ ce personnage qu’ils soupçonnaient de vouloir tirer avantage de leur situation. Sa notabilité parmi ses compatriotes s’est construite en quelques années grâce aux ressources qu’il a réussi à capter et orienter vers son public cible. Il lui fut plus facile en revanche de devenir le « leader des Roms » aux yeux des Gadjé17 : son parcours, sa nationalité, son appartenance revendiquée à l’ethnie rom et ses dix années de vie en squat faisaient de lui un représentant légitime de ce qui était perçu comme une communauté. Bien qu’il fût peu rompu à l’exercice militant et qu’il ne maitrisât pas totalement le français et ses codes, sa participation fut valorisée par les activistes qui voyaient en lui un rempart contre l’accusation de paternalisme. Il n’est pas rare en effet que des militants rompus à toutes les causes s’érigent en défenseurs de populations socialement marginalisées en leur dérobant au passage, sans intention, leur capacité à se défendre par elles-mêmes (Boschetti, Vitale, 2011). L’inclusion de Bogdan dans le « collectif de défense des Roms » fut d’autant plus appréciée que le manque de droits et de ressources symboliques limite l’émergence de leaders parmi ces migrants, comme le souligne T.Vitale « la capacité à représenter n’est pas un attribut anthropologique (…). La représentation est étroitement liée aux conditions institutionnelles qui la rendent possible et la promeuvent » (2009 : 75). L’expérience de Bogdan souligne en ce sens l’importance de l’environnement sur la constitution du leadership : son émergence correspondait à une attente des militants, mais pas uniquement.

39Il est également devenu, dès le début de l’année 2013, un relais privilégié des média. Faute de contacts dans le milieu, les journalistes locaux n’avaient jusqu’alors pas accès à la subjectivité des Roms et les reportages se contentaient en général de décrire des lieux de vie miséreux, souvent après qu’ils aient été délaissés par leurs occupants. Dans les soixante-huit articles du quotidien local le mentionnant entre 2013 et 2015, Bogdan, fort de son goût pour les conférences de presse, tente de changer le regard porté sur ce qu’il désigne comme « sa communauté », en racontant ses difficultés mais aussi ses espoirs, en valorisant sa culture et en dénonçant les discriminations qu’elle subit.

40Dès ses premières apparitions, il est inclus dans le groupe de travail constitué autour du Sous-préfet qui semble avoir vu en ce leader communautaire, comme d’autres avant lui, la possibilité d’en faire un outil au service de sa propre politique (Daniele, 2011). Lui-même a toujours eu à cœur de ne pas se laisser enfermer dans ce rôle : se sentant dégagé des consignes données aux activistes reconnus, il s’est fait entendre à chaque évacuation, convoquant la presse et dénonçant, seul, l’abandon de cette population par les pouvoirs publics.

  • 18 Les Roumains, comme tous les ressortissants de l’Union Européenne vivant dans un autre Etat-membre, (...)
  • 19 Ce type d’association, mandatée par l’Etat pour réaliser une opération sociale précise, ne doit pas (...)

41À partir de l’automne 2013, faute d’avoir trouvé des solutions de relogement aux quelques centaines de migrants concernés par les évacuations dans son département, le représentant de l’État a mis en place un dispositif beaucoup moins ambitieux : sous l’égide du ministère du logement et de l’habitat durable, il propose de développer un projet de Maîtrise d’œuvre urbaine sociale (MOUS) en direction des Roms du département. Il s’agissait de sélectionner quelques familles qui seraient bénéficiaires d’un programme d’insertion sociale offrant un hébergement, un accompagnement individualisé et leur permettant d’obtenir un titre de séjour18. Aux yeux des militants, ces mesures étaient le résultat, modeste, de leur mobilisation et ils entendaient continuer à y jouer un rôle. L’action, financée par un budget ad-hoc, devait en effet être mise en œuvre par une association d’utilité publique19 sous la gouvernance d’un comité de pilotage réunissant divers acteurs autour de l’Etat financeur.

  • 20 Récit de vie avec Bogdan, le 27 novembre 2015.

42Toutefois, ce fut l’occasion pour le pouvoir institutionnel de diviser davantage le collectif contestataire. Arguant de la légitimité de Bogdan à représenter les Roms, le Préfet a choisi de le conserver comme seul interlocuteur de la société civile. Son inclusion dans le dispositif a en quelque sorte déclassé les autres activistes, non-membres de la « communauté ». Or ce personnage se trouvait être en très grande précarité : sans emploi -il jouait du violon devant les terrasses de café pour gagner sa vie- il était également sans-papier et sans domicile. Selon ses propres dires « Il [le Préfet] a essayé de m’acheter, pour que j’arrête de parler aux journalistes, pour que j’existe plus, pour que je devienne un pion »20. Le programme d’insertion prévoyait la création d’un emploi de médiateur culturel qui fut en effet offert à ce nouveau militant. Celui-ci a longuement consulté ses compagnons de lutte pour connaître leur avis quant à la possibilité d’accepter cette ressource tout en conservant ses activités publiques. C’est le Sous-préfet qui le prévint tandis que le contrat était sur le point d’être signé : le poste étant incompatible avec la médiatisation, l’acceptation de ce salaire impliquait pour lui la fin du militantisme. Bien qu’il fût démuni, Bogdan y a alors renoncé, au regret des décideurs de l’opération.

43Son activité au sein du comité de pilotage lui a en revanche permis de conquérir un certain statut auprès de son public puisqu’il détenait en partie le pouvoir de sélectionner les familles bénéficiaires du programme. Attirer son attention prenait alors un nouveau sens. Ces réunions l’ont également sensiblement rapproché du Sous-préfet : au-delà du programme d’insertion, celui-ci le consultait avant toute action touchant aux Roms. Sa médiation a été requise à plusieurs reprises lors d’évacuations, pour éviter des heurts. Cette position renforçait sa notabilité parmi la population étudiée puisque, en retour, il pouvait lui-même négocier quelques faveurs auprès de la préfecture. De jeunes mères ont ainsi bénéficié, grâce à son intervention, de quelques jours en hôtel meublé après avoir accouché, d’autres ont pu avoir un délai avant l’évacuation de leur squat, il a parfois obtenu l’arrêt d’un harcèlement policier, etc.

  • 21 Idem

44La bienveillance de l’institution ne s’arrêtait pas à ces gestes de bonne volonté envers « les Roms » et s’est à nouveau adressée directement à sa personne à au moins deux reprises. Puisque l’on procurait, de manière dérogatoire, des titres de séjour aux personnes participant à la MOUS, la préfecture a proposé d’étendre cette possibilité à son collaborateur. Cette offre, acceptée par notre informateur, a suscité en lui certaines interrogations, dont il nous a fait part lors de notre entretien particulier21. Elle correspond à ce que Médard nomme une « relation particulariste », en ce qu’elle est fondée sur une faveur individualisée et non sur droit universel (Médard, 1976). Or, il avait conscience que toute relation particulariste oblige son bénéficiaire. Que ce soit par une demande expressément formulée ou simplement comme élément implicite encadrant les échanges, cette transaction surimpose une dépendance à une relation définie au départ sur le mode du libre consentement. Bogdan trouvait alors nécessaire de préciser qu’il n’avait pas modifié son attitude vis-à-vis du Sous-préfet suite à l’obtention de son visa.

45Mais c’est parce qu’il a perçu la dette morale engendrée par l’acceptation d’un traitement de faveur qu’il a décliné, en 2015, un troisième cadeau. Après avoir perdu l’accès à son squat, et confronté à des problèmes de santé, il s’est mis en quête d’un logement stable, au loyer peu élevé. Bien que sa situation ne satisfasse pas les critères de sélection pour l’inclusion dans la MOUS, le comité de pilotage constitué de représentants de la préfecture et de l’association délégataire de service public, a émis l’hypothèse d’une attribution de logement via son propre dispositif. Encore une fois, sans que cela ne fut explicite dans la proposition, il savait comme tout un chacun que l’essentiel des rapports sociaux s’appuie sur la réciprocité, il a donc vu dans cette main tendue le risque de devoir lui-même offrir non l’équivalent matériel mais des gages de sa reconnaissance, sous forme d’adaptation de son comportement (Gouldner, 1960). Avec ses mots, il nous a expliqué qu’il était alors pris entre la volonté de ne pas remettre en question sa liberté de parole, qui a fait de lui un leader communautaire crédible, et la satisfaction d’un besoin matériel proposée par des interlocuteurs qui lui témoignaient aussi, par leur offre, une certaine reconnaissance. C’est finalement la contre-proposition d’une militante propriétaire d’un petit appartement en centre-ville qui lui a donné les moyens de se soustraire à ce choix cornélien.

46Cet épisode le conduira à mettre en avant une nouvelle fois son indépendance et sa capacité à ne pas devenir un client des représentants de l’Etat.

47Pour le chercheur, cet épisode et l’expérience singulière de Bogdan éclairent les rouages de la gouvernance locale au quotidien lorsqu’elle combine des pratiques formelles, instituées, avec d’autres types de relations sociales, faites d'attachement moral, de gratitude et, à l’occasion, de compromission. C’est finalement l’articulation de ces deux sphères qui préside aux échanges entre des acteurs qui défendent des intérêts divergents dans un rapport déséquilibré.

Conclusion : L’informalité comme ressource des acteurs faibles ?

48Dans la localité étudiée, les institutions mettent en œuvre une logique plurielle qui mêle des pratiques informelles à des actions publiques officielles pour faire face aux procédés par lesquels certains acteurs prennent possession de l’espace urbain. Il semble que cette ambiguïté permette aux décideurs politiques de premier plan, de gauche comme de droite, de rester maîtres du jeu : ils ménagent leur électorat tout en contenant la résistance et en minimisant la visibilité du « problème rom ».

49Ce cas d’étude illustre les liens qui peuvent se tisser entre informalité, gouvernance et pouvoir. Les organisations militantes ne disposent ni d’un large soutien du public ni d’instruments juridiques, en cela elles ne sont pas formellement détentrices d’un pouvoir politique qui leur permettraient de s’imposer dans le processus de gouvernance urbaine. Pourtant si on élargit l’analyse des configurations politiques à leurs faces les moins visibles, incluant l’ensemble des acteurs qui participent à la prise de décision dans un contexte politique donné, il apparaît que les représentants de la société civile ne sont pas simplement écartés du pouvoir, nous avons montré qu’ils participent, par différents procédés, à l’administration de la « question rom ». Les tenants du pouvoir, dans un souci de prévenir la contestation et de gérer la question en fonction de leurs propres priorités, leur concèdent, via des pratiques caractérisées par divers degrés d’informalité, un rôle dans l’administration de ce problème public. En ce sens, nous soutenons avec J.-P.Payet et D.Laforgue, que les « acteurs faibles non seulement se construisent, mais aussi sont construits par les institutions, comme des figures reconnues d’usagers » (2008 : 14).

50La question reste alors de savoir si cet espace informel dans lequel les décideurs négocient avec des acteurs dénués de ressources peut représenter pour ces derniers un moyen de gagner en pouvoir politique. Il semble en effet que ce rapport dissymétrique se constitue au sein d’un processus dynamique dans lequel la marge de manœuvre des acteurs faibles n’est pas totalement figée et dépend en partie de leurs propres stratégies. Toutefois, la restriction de ces échanges à la sphère informelle, invisible, ne semble pas permettre de faire évoluer la relation de domination elle-même : la capacité d’action des acteurs faibles n’étant que le fait des responsables politiques reconnus, elle n’intervient que dans les limites définies par eux. S’ils peuvent contribuer aux solutions proposées, ils ne participent pas à la définition du « problème public » auquel ils sont en partie associés. Une place leur est offerte dans les dispositifs mis en œuvre par les institutions mais ils ne pèsent guère sur le cadre de l’action publique. En ce sens, leur position ne leur permet pas de faire évoluer la « question rom » elle-même : les valeurs, les préjugés et les mythes qu’elle véhicule restent durablement éloignés des registres égalitaristes, humanistes et anti-racistes défendus par les militants.

Haut de page

Bibliographie

AGUILERA, T., 2014, « Innover par les instruments ? Le cas du gouvernement des squats à Paris », in L’instrumentation de l’action publique. Controverses, résistances, effets, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), p. 417-444.

VAN BAAR, H., 2012, « Socio-Economic Mobility and Neo-Liberal Governmentality in Post-Socialist Europe: Activation and the Dehumanisation of the Roma », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 38, n° 8, p. 1289-1304.

BACHRACH, P., BARATZ, M. S., 1962, « Two faces of power », American political science review, vol. 56, n° 4, p. 947–952.

BALIBAR, É., 2011, « Racisme et politique communautaire : les Roms », Lignes, vol. n° 34, n° 1, p. 135-144.

BELQASMI, M., 2014, « La construction d’une“ question tsigane”: entre catégorisations et mobilisations sociales. », Migrations Société, n° 152, p. 49–56.

BELQASMI, M., 2015, « Entre dissuasion, assistance et activisme: l’accueil ambivalent des migrants roms en France », Confluences Méditerranée, n° 2, p. 127–141.

BERGEON, C., 2010, « Les Roms roumains en France, entre politique migratoire et politique de non-accueil », Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, vol. 41, n° 4, p. 197-211.

BOSCHETTI, L., VITALE, T., 2011, « Les Roms ne sont pas encore prêts à se représenter eux-mêmes! Asymétries et tensions entre groupes Roms et associations“ gadjé” à Milan », in Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Paris, Peter Lang, p. 403–429.

BOUILLON, F., 2003, « Des migrants et des squats : précarités et résistances aux marges de la ville », Revue européenne des migrations internationales, vol. 19, n° 2, p. 23-46.

BOURDIEU, P., 1993, La misère du monde, Paris, Seuil.

BRIQUET, J.-L., 1995, « Les pratiques politiques «officieuses». Clientélisme et dualisme politique en Corse et en Italie du Sud », Genèses, vol. 20, n° 1, p. 73-94.

BRUNETEAUX, P., BENARROSH-ORSONI, N., 2012, Intégrer les Rroms ? Travail militant et mobilisation sociale auprès des familles de Saint-Maur, Val-de-Marne, l’Harmattan.

CANUT, C., HOBÉ, A., 2011, « Roms et compagnie », Lignes, n° 34, p. 7-23.

CEFAÏ, D., 1996, « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, vol. 14, n° 75, p. 43–66.

DANIELE, U., 2011, « “Nomads” in the Eternal City », Géocarrefour, n° 1, p. 15-23.

DIMINESCU, D., 2003, Visibles mais peu nombreux. Les circulations migratoires roumaines, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

DOYTCHEVA, M., 2015, « Roms et Tsiganes en Europe méditerranéenne: l’actualité d’une question », Confluences Méditerranée, n° 2, p. 9–25.

FASSIN, E., FOUTEAU, C., GUICHARD, S., WINDELS, A., 2014, Roms & riverains : Une politique municipale de la race, Paris, La Fabrique éditions.

GASTAUT, Y., 2004, « Les bidonvilles, lieux d’exclusion et de marginalité en France durant les trente glorieuses », Cahiers de la Méditerranée, n° 69, p. 233-250.

GOULDNER, A. W., 1960, « The norm of reciprocity: A preliminary statement », American sociological review, p. 161–178.

GUIONNET, C., 2012, « Préalables sur les frontières du politique », in LE GALL, L., OFFERLÉ, M. et PLOUX, F., La politique sans en avoir l’air. Aspects de la politique informelle, Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 293-302.

JACQUOT, S., VITALE, T., 2014, « Adaptation et réflexivité. Sur les mobilisations juridiques des groupes d’intérêt publics transnationaux européens », Gouvernement & action publique, vol. 3, n° 4, p. 35–55.

LE GALL, L., OFFERLÉ, M., PLOUX, F., 2012, La politique sans en avoir l’air, Presses universitaires de Rennes.

LEGROS, O., OLIVERA, M., 2014, « La gouvernance métropolitaine à l’épreuve de la mobilité contrainte des «Roms migrants» en région parisienne. », EspacesTemps. net, p. 1777–5477.

LEGROS, O., VITALE, T., 2011, « Les migrants roms dans les villes françaises et italiennes: mobilités, régulations et marginalités », Géocarrefour, En ligne : http://www.cairn.info/revue-geocarrefour-2011-1-page-3.htm.

LIÈVRE, M., 2014, « “Ceux-là sont peu soignés, peu débrouillards”. Ethnographie de Roms roumains migrants à Montpellier », Migrations Société, vol. 26, n° 152, p. 99-114.

MATTINA, C., 2005, « La régulation clientélaire. Relations de clientèle et gouvernement urbain à Naples et à Marseille (1970-1980) », Annuaire des collectivités locales, vol. 25, n° 1, p. 579-585.

MÉDARD, J.-F., 1976, « Le rapport de clientèle : du phénomène social à l’analyse politique », Revue française de science politique, vol. 26, n° 1, p. 103-131.

MOROKVASIC, M., 2003, « Migrations en Europe : l’impact de l’élargissement à l’Est de l’Union », Revue internationale et stratégique, vol. 2003/2, p. 85-93.

NACU, A., 2010, « Les Roms migrants en région parisienne: les dispositifs d’une marginalisation », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 26, n° 1, p. 141-160.

PAYET, J.-P., LAFORGUE, D., 2008, « Qu’est-ce qu’un acteur faible? Contributions à une sociologie morale et pragmatique de la reconnaissance », in J.-P. Payet, F. Giuliani, & D. Laforgue (Éd.), La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 9-25.

POTOT, S., 2007, Vivre à l’Est, travailler à l’Ouest, Paris, L’Harmattan.

POWELL, R., LEVER, J., 2015, « Europe’s perennial ‘outsiders’: A processual approach to Roma stigmatization and ghettoization », Current Sociology, p. 0011392115594213.

SIERRA, A., TADIÉ, J., 2008, « La ville face à ses marges », Autrepart, n° 45, p. 3-13.

SIGONA, N., 2011, « L’Union européenne et les Roms : pauvreté, haine anti-Tziganes et gouvernance de la mobilité », Cultures & Conflits, vol. 81-82, n° 1, p. 213-222.

VINCZE, E., 2013, « Socio-spatial marginality of roma as form of intersectional injustice », Studia UBB Sociologica, vol. 58, n° 2, p. 217-242.

VITALE, T., 2009, « Politique des évictions. Une approche pragmatique », in Sensibilités pragmatiques: enquêter sur l’action publique, Peter Lang, p. 71-92.

WACQUANT, L., 2005, « Les deux visages du ghetto », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5, p. 4–21.

Haut de page

Notes

1 Circulaire interministerielle NOR INTK1233053C du 26/08/2012

2 On reprend dans ce texte le terme Rom pour désigner cette population non parce que l’on fait notre cette conception réifiante et essentialisante de ce groupe social mais parce qu’il est défini ainsi par les divers acteurs mentionnés et fait, en tant que tel, l’objet d’une action publique particulière. Sur les enjeux de catégorisation de cette population voir Potot, manuscrit d’HDR, Université Paris Diderot, à paraître, 2016.

3 Toutes les données ont été anonymisées pour ne pas risquer d’interférer, par la publication de cet article, sur la situation locale ni de porter atteinte à certains informateurs. L’auteure tient les corpus à disposition de la communauté scientifique sur demande.

4 Au mois de juillet, faisant suite à un important traitement médiatique, le Président de la République fustige, à Grenoble, dans un discours virulent contre l’immigration, la présence de « campements roms illégaux ».

5 Ce décompte a été effectué à partir d’une recherche autour des mots clé rom-s et ts(z)igane-s dans les titres ou le contenu des articles sur le site des archives du journal sur la période 01/01/2000-11/12/2015. De ce corpus, on a retenu uniquement les articles traitant de questions locales et faisant explicitement référence à des Roms d’Europe de l’Est installés sur le territoire départemental.

6 Circulaire relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites, Op.cit.

7 Idem

8 Comme le souligne Fassin et al. (Op.cit.), les riverains en colère occupent bien davantage l’espace médiatique que les voisins non-dérangés ou coopératifs.

9 Propos retranscrits de mémoire suite à une réunion interservices, novembre 2015.

10 Immigrés maghrébins en retraite.

11 Loi n° 90-449 du 31 mai 1990 révisée par la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage.

12 Même si les personnes qui occupent les aires d’accueil des Gens du voyage sont souvent amalgamées à notre population d’étude sous l’ethnonyme commun ‘Rom’ ces deux catégories de personnes n’entretenaient pas de lien sur les lieux d’enquête et étaient caractérisées par des profils sociaux très différents.

13 Ces pratiques des forces de l’ordre ont fait l’objet d’une mobilisation militante : plusieurs activistes ont passé la nuit auprès des personnes harcelées pour témoigner ensuite sur internet de ce qu’elles avaient observé.

14 Propos tenus en octobre 2013 par une militante qui a participé à toutes les rencontres.

15 Pour un exemple parmi d’autres, voir le cas médiatisé de la municipalité de Ris-Orangis (Essonne) qui a placé les élèves dits Roms en dehors des bâtiments scolaires, dans un gymnase. http://www.liberation.fr/societe/2013/01/25/un-maire-ps-relegue-les-eleves-roms-dans-un-gymnase_876499 consulté le 13 janvier 2015.

16 L’auteure de ces lignes était présente lors de cette entrevue, les propos ont été pris en note lors de l’échange.

17 Un Gadjo, des Gadjé : terme romani qui désigne ceux n’appartenant pas à l’ethnie rom.

18 Les Roumains, comme tous les ressortissants de l’Union Européenne vivant dans un autre Etat-membre, doivent faire la preuve de moyens de subsistance suffisants et réguliers pour pouvoir bénéficier d’un tel titre. L’absence d’emploi et de rente des personnes étudiées les place donc de facto en situation illégale vis-à-vis du séjour en France.

19 Ce type d’association, mandatée par l’Etat pour réaliser une opération sociale précise, ne doit pas être confondue avec les associations militantes. Elle agit davantage comme un prestataire pour les institutions.

20 Récit de vie avec Bogdan, le 27 novembre 2015.

21 Idem

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphe 1: Occurences des termes rom-s ou tsigane-s dans les titres d'articles du journal Le Monde entre 2000 et 2015
Crédits Source : site des archives du journal http://lemonde.fr/​recherche/​ consulté le 11 décembre 2015
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3856/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Graphe 2 : Occurrence d'articles du journal local traitant de la présence de Roms d’Europe de l’Est dans le département étudié
Crédits Source : site des archives du journal local consulté le 11 décembre 2015
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3856/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Swanie Potot, « La « question Rom » à l’échelle de la ville : gouvernance locale, pratiques informelles et pouvoir des acteurs faibles », L’Espace Politique [En ligne], 29 | 2016-2, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3856 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3856

Haut de page

Auteur

Swanie Potot

Chargée de recherche
CNRS, Unité de recherche Migrations et société (URMIS, UMR 8245)
swanie.potot@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org