Navigation – Plan du site

La tour Eiffel dans la poche. Informalité et pouvoir dans la construction de la métropole touristique

The Eiffel Tower in the Pocket: Informality and Power Relationships in Between Two Globalization Processes
Sandrine Berroir, Caroline Bouloc, Nadine Cattan, Antoine Fleury, Jean-Baptiste Frétigny et Ulysse Lassaube

Résumés

Formalité et informalité, Nords et Suds, ou mondialisations par le haut et par le bas, constituent autant de dichotomies qui structurent encore largement les représentations de l’urbain. Cet article propose de les dépasser en s’intéressant aux logiques de pouvoir liées à l’informalité au cœur d’une métropole dite du Nord. L’étude des arrangements spatiaux et sociaux entre acteurs formels et informels sur plusieurs sites touristiques parisiens montre comment l’ordre urbain officiel est transgressé au quotidien par les acteurs de l’économie touristique informelle. Malgré l’ampleur du dispositif de contrôle, ces acteurs parviennent à s’imposer dans les jeux de pouvoir à l’œuvre dans les espaces publics et à construire un pouvoir alternatif, laissant entrevoir d’autres formes d’ordre urbain. Ils s’affirment par ailleurs comme des producteurs de la métropole, prescripteurs de représentations et de pratiques touristiques qui remodèlent les paysages urbains.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les dichotomies opposant formalité et informalité, Nords et Suds comme mondialisation par le haut et mondialisation par le bas (Portes, 1999) sont encore très présentes dans nos représentations et tendent de plus à se renforcer mutuellement. Cette recherche souhaite dépasser ces oppositions en se penchant sur la dimension politique et territoriale des interactions entre des acteurs emblématiques de ces deux mondialisations, les touristes d’un côté et les migrants engagés dans l’économie touristique informelle de l’autre. Elle aborde les logiques de pouvoir liées à l’informalité des Nords, bien moins documentée que celle des villes dites des Suds, pour montrer que l’informalité ne concerne pas seulement des interstices urbains mais aussi des centralités majeures des métropoles les plus riches de la planète.

2L’analyse de ces jeux de pouvoir porte sur la mise en œuvre des politiques publiques dans ce qu’elle implique de négociations et d’arrangements à micro-échelles. Cette application quotidienne des politiques publiques revêt en apparence des formes ordinaires dont on néglige à tort la dimension politique, alors qu’elles mettent en jeu la place reconnue à chaque acteur et à ses activités en ville. C’est bien un pouvoir qui se négocie et s’exerce entre acteurs, les compétences et la capacité d’agir de chacun devant s’apprécier en situation (Allen, 2003). Il s’agit de saisir en quoi se construit un pouvoir alternatif à distance des logiques hiérarchiques les plus instituées des champs économique et politique. Ce pouvoir se nourrit de pratiques qui transgressent au quotidien l’ordre urbain officiel, permettant d’entrevoir des formes autres de gouvernement urbain et de politiques publiques à l’œuvre. Pour autant, il ne se situe pas dans une rupture radicale avec l’espace politique reconnu dans la mesure où il participe à différentes échelles à la production de la métropole. C’est donc la fabrique de la métropole parisienne au regard des sites touristiques qu’interroge cette recherche.

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme de recherche WHIG (What is governed in Paris and Lo (...)

3L’étude mobilise un travail de terrain1 mené sur les quatre sites touristiques les plus fréquentés de Paris. A la différence de la plupart des travaux existants, nous nous intéressons à l’ensemble des acteurs de l’économie touristique informelle en tant que leurs pratiques relèvent de l’« ambulantage » (Monnet, 2006), c’est-à-dire de relations marchandes dans des espaces de circulation : vendeurs mais aussi artistes de rue, conducteurs de tricycles, organisateurs de jeux d’argent, guides proposant leurs services, etc. Nous les considérons également dans leurs relations avec les commerçants sédentaires, les touristes, la police, les agents de sécurité, etc. C’est l’analyse des arrangements spatiaux et sociaux entre les multiples acteurs des centralités touristiques qui permet de saisir la construction de ce pouvoir alternatif. Celui-ci est appréhendé dans sa double dimension d’informalité politique et économique comme dans sa dimension relationnelle, qui tend à brouiller l’opposition univoque entre formalité et informalité.

Quand l’informalité et les mobilités redessinent les rapports de pouvoir entre acteurs métropolitains

4Les mobilités à large échelle, qu’elles soient touristiques, de travail ou autres, ont peu retenu jusqu’à présent l’attention de la littérature sur la gouvernance urbaine. Celle-ci s’est bien davantage focalisée sur des échelles spatiales intermédiaires d’analyse des rapports de pouvoir, autour du décalage entre les périmètres classiques d’aménagement et la réalité fonctionnelle et vécue des métropoles (Estèbe, 2008 par exemple). Certes les acteurs dominants tendent progressivement à gouverner les villes en tenant compte non plus seulement des populations résidentes mais aussi des populations plus largement présentes. Mais les enjeux politiques soulevés par les mobilités à large échelle n’ont pas été suffisamment pris en compte, en particulier dans les pratiques qu’elles occasionnent à des échelles infra-métropolitaines. Or cette recherche fait l’hypothèse que les mobilités à large échelle suscitent une multiplicité d’interactions qui, par leur dimension informelle, échappent aux formes classiques de gouvernement.

Informalités politique et économique

5Qu’elle soit économique ou politique, l’informalité est conçue comme un ensemble de pratiques à distance du monde le plus reconnu, pouvant impliquer une transgression de ses normes sans nécessairement relever de l’illégal, faisant à ce titre figure d’expériences dérogeant aux représentations dominantes. Celle-ci a été principalement étudiée sous l’angle économique. Les Nords restent encore assez peu documentés au regard de cette catégorie (Devlin, 2011 ; Boels, 2014), alors même que l’informalisation des économies semble fortement y progresser avec l’importance du chômage et la précarisation d’une part croissante des emplois. Le travail d’Alain Tarrius (2000) sur les « territoires circulatoires » déployés au cœur des villes de part et d’autre de la Méditerranée, en lien avec l’accroissement des mobilités des migrants, le montre bien. Pour autant, ces territoires circulatoires sont pensés en découplage avec les territoires urbains plus institués et leurs logiques d’aménagement, comme formant un monde parallèle. Il importe au contraire de saisir l’existence d’un continuum entre formel et informel (Chen, 2006 ; Williams, Nadin, 2016) pour comprendre les spatialités et les relations de pouvoir en jeu. Cette informalité économique gagne à être conçue en relation étroite avec l’informalité politique, entendue comme un ensemble d’activités considérées comme hors du champ politique bien qu’elles en relèvent « sans en avoir l’air » (Le Gall et al., 2012).

6L’informalité politique renvoie autant à des formes d’arrangement avec les acteurs de la puissance publique (Bautès, Taieb, 2015) qu’à des formes de résistance et de transgression, qualifiées d’infra-politiques (Scott, 1990) dans le champ des subaltern studies. Elles montrent l’importance pour les autorités de réaliser des compromis et des concessions dans l’exercice concret de leur pouvoir afin de le garantir (Lund, 2006) ou de pacifier des rapports sociaux. Elles posent aussi la question de l’intégration des acteurs en situation de marginalité. Ces interactions informelles troublent les logiques d’action a priori assignées à chaque protagoniste et jouent avec les limites de la légalité. Elles ne sont pas tant le reflet que le fondement du politique en action (Tadié, Permanadeli, 2015). L’informalité invite à concevoir la politique comme des relations mises en œuvre au quotidien, faisant des activités politiques une performance permanente (Hansen, 2004). Cette performance se saisit dans l’affirmation d’activités réitérées, non-verbales et souvent impensées. Celles-ci engagent le corps de l’acteur, dans ses mouvements comme dans son apparence, en relation étroite avec autrui, acquérant par là même une portée identitaire. Dans ces jeux de pouvoir sans prévalence systématique des autorités, les acteurs de l’économie informelle peuvent aussi se retrouver localement en situation dominante.

7Ces deux formes d’informalité, économique et politique, ont surtout été étudiées séparément. Les mobilités à large échelle, notamment touristiques et migratoires, sont des plus idoines pour les penser ensemble dans la mesure où elles suscitent toute une série d’activités placées en limite des champs économiques et politiques les plus visibles. L’ambulantage l’illustre pleinement, témoignant d’une implication intime croissante du public avec les espaces de production de l’économie des services. Il renvoie en effet autant à des activités économiques informelles qu’à l’exercice éminemment politique d’un droit à la ville par l’investissement d’espaces publics par des individus mobiles, et notamment par des migrants. La littérature montre que les acteurs de l’ambulantage s’adaptent à la mondialisation des villes des Nords comme des Suds, affirmant leur capacité à déployer leur activité par toute une série de tactiques et de stratégies (Meissonnier, 2006 ; Monnet, 2006 ; De Fatima, Réginensi, 2007 ; Stamm, 2014 ; Eidse et al., 2016), malgré la force du contrôle et de la répression, passant souvent par le recours au déguerpissement (Blot, Spire, 2014). Mais cette capacité d’action est particulièrement manifeste lorsque les acteurs de l’ambulantage cherchent à interagir avec les touristes, intervenant ainsi dans la circulation mondialisée et stratégique que représente le tourisme dans le fonctionnement de la métropole. De rares travaux l’ont exploré, sous l’angle des relations entre vendeurs et des inégalités internes aux collectifs hétérogènes qu’ils forment (Sall, 2010), des tactiques de vente (François, 2003 ; Tonnelat, 2007) ou plus récemment de la régulation de l’espace touristique comme vecteur de politisation par le biais d’une association anti-raciste (Jacquot, Notarangelo, 2016). Les interactions entre les touristes et les acteurs de l’ambulantage, notamment les migrants, n’ont que peu retenu l’attention dans ces travaux. C’est aussi le cas, à bien des égards on le verra, dans les recherches relevant du champ du tourisme, qui se sont bien davantage concentrées sur la rencontre des touristes avec des habitants autochtones et sédentaires (MacCannell, 1973).

Démarche, terrain et méthodologie : centralités touristiques et mobilités

8L’économie politique du tourisme métropolitain insiste sur l’importance des emplois précaires, peu qualifiés et faiblement rémunérés, au service des touristes (Fainstein et al., 2003), participant ainsi plus largement de la dualisation des sociétés urbaines telles que l’a notamment décrite Saskia Sassen (2011). Ces emplois relèvent autant du secteur des grandes entreprises que de formes multiples d’entrepreneuriat touristique plus individuel. Ils sont aussi partie prenante de l’économie informelle pour une part non négligeable d’entre eux (Baldacchino 1997). La contribution des migrants à cette économie touristique est souvent soulignée sous l’angle de la mise en tourisme des quartiers sas d’immigration, en particulier aux Etats-Unis et au Canada, à travers des politiques de valorisation de la diversité des populations urbaines (Rath, 2007).

9Cette recherche pose comme hypothèse que c’est n’est pas seulement dans des quartiers migrants mais bien dans les centres et même les hypercentres les plus reconnus que la présence des migrants s’affirme dans l’économie touristique et plus largement dans les territoires métropolitains. Par leurs activités informelles, ils montrent que l’informalité ne relève pas seulement de l’interstice, d’actions et d’espaces en creux des espaces formels, mais est bien partie intégrante du fonctionnement des territoires et des sites métropolitains les plus reconnus.

10C’est pourquoi le dispositif d’enquête porte sur des sites touristiques majeurs de la métropole parisienne, aux abords des quatre monuments les plus fréquentés de la capitale (ParisInfo, 2015) : Notre-Dame, le Sacré-Cœur de Montmartre, le Louvre et la tour Eiffel. A plus fine échelle, les terrains investigués comprennent l’ensemble des espaces où le monument est visible, où l’offre informelle est le plus souvent déployée de manière continue et en rapport direct avec le site touristique. Aussi le site du Louvre inclut-il également les Tuileries et leur débouché sur la place de la Concorde. Celui de la tour Eiffel s’étend jusqu’au Champs-de-Mars et au Trocadéro.

  • 2 Articles L. 446-1 à 446-3 du Code pénal, article L. 442-8 du Code du commerce et articles R. 1334-3 (...)
  • 3 Lequel fait référence au modèle de tricycle à moteur, importé de Thaïlande, adapté et exotisé, la t (...)
  • 4 Notamment par arrêt ou stationnement gênant sur la chaussée ou sur un trottoir pour attendre des cl (...)
  • 5 Ceux-ci ont soit un statut d’auto-entrepreneur, soit un statut de salarié. Dans les deux cas, ils t (...)

11On peut qualifier d’informelle une part importante de l’économie touristique à l’œuvre sur ces sites car elle procède de pratiques aux frontières de l’économie la plus reconnue. Cette recherche prend en compte ces activités dans leur grande variété : vente de rue de souvenirs, de produits alimentaires, de boissons comme d’accessoires liés à la pratique touristique, mais aussi des activités de loisir. Ces dernières sont prodiguées par des artistes, portraitistes et musiciens mais aussi par des acteurs méconnus. Il s’agit par exemple des guides touristiques qui proposent leurs services de visite des sites contre un pourboire ou de ceux qui incitent à s’engager dans des jeux de hasard, notamment de bonneteau. Le déploiement de ces activités dans les espaces publics est proscrit par la réglementation, au titre de l’interdiction de la vente à la sauvette et des atteintes à la tranquillité du voisinage2. En outre, d’autres activités concernent les services de transport, en particulier de tricycles et quadricycles – qualifiés ici de tuk-tuk en référence au qualificatif mobilisé par les acteurs sur le terrain3. Elles se situent elles aussi en marge de la réglementation, notamment parce qu’en raison de leur caractère innovant, elles ne sont pas directement prises en compte par le Code de la route4. Les acteurs de ce secteur exploitent ce flou juridique pour mener à bien leur activité. Par leurs activités multiformes en marge de l’économie instituée, ces acteurs construisent une économie touristique informelle. Leur travail relève pour l’essentiel de l’économie souterraine, à l’exception d’une partie des conducteurs de tuk-tuk5. Cela montre bien que si l’économie touristique informelle est placée en marge de la légalité, elle ne se réduit pas à l’illégal. S’y développe une innovation propre à nourrir des liens avec l’économie formelle en faisant l’objet de formes d’institutionnalisation et de normalisation.

12Ces multiples fournisseurs de service sont les protagonistes au premier chef de l’informalité dans ces sites touristiques, c’est pourquoi on les qualifie d’acteurs de l’informalité, bien que celle-ci soit relationnelle et engage par ailleurs d’autres acteurs : touristes et forces de contrôle notamment. Ces acteurs ne sont pas tous, loin sans faut, des migrants. Néanmoins ceux-ci représentent une part importante des enquêtés, tout spécialement parmi les vendeurs de rue et les joueurs de bonneteau, en nombre parmi les conducteurs de tuk-tuk et en moindre proportion pour les autres activités. On observe par ailleurs des parcours migratoires prépondérants de ces acteurs par activité. Les vendeurs de rue sont pour la plupart originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, et dans une moindre mesure d’Asie méridionale (Inde et Sri Lanka notamment). Les conducteurs de tuk-tuk sont quant à eux engagés dans des circulations avec l’Europe orientale (Bulgarie et Roumanie). Cette participation différentielle des migrants aux activités informelles est partie prenante d’une division sociale et spatiale du travail au sein de ces économies touristiques particulièrement hétérogènes. Cette division tient à la constitution de groupes et de réseaux de travail, en relation étroite avec les affinités communautaires et les parcours migratoires des acteurs, ainsi qu’aux rapports sociaux de domination en matière de genre, d’âge, de discrimination raciale, etc. La hiérarchie sociale et spatiale des individus et des collectifs en fonction de leurs activités et de leur pénibilité s’opère ainsi selon le statut social multidimensionnel de ces acteurs, meneur ou simple vendeur, détenteur ou non d’un titre de séjour. L’absence de papiers concerne une fraction significative des acteurs enquêtés, les plaçant ainsi dans une situation d’informalité politique et donc de fragilité majeure.

  • 6 70 entretiens ont également été réalisés avec les touristes. Dans cet article, ils ont été utilisés (...)

13Pour étudier les interactions entre touristes, acteurs de l’économie touristique informelle et autres acteurs, la méthodologie adoptée repose sur un travail de terrain comparatif réalisé en deux phases. Elle tient compte de la fréquentation des sites à différentes échelles de temps, journalières, hebdomadaires et saisonnières tout spécialement. Après une phase d’observation exploratoire de mi-octobre 2014 à fin décembre 2014, l’enquête croise observations et entretiens sur les terrains entre avril et novembre 2015. Un premier matériau relève de l’observation directe. Il mobilise l’écriture d’un journal de terrain à plusieurs mains et la réalisation de 1 051 photographies. 19 vidéos ont également été réalisées consistant en des déambulations filmées qui visent à saisir les interactions nouées par les acteurs informels tout au long du parcours des touristes à travers les sites (méthode de transect). L’enquête porte sur l’identification et la localisation de l’offre informelle, l’observation des pratiques des différents acteurs présents sur le site ainsi que leurs interactions, selon des temporalités variées. Un deuxième matériau rassemble 29 entretiens avec divers acteurs de l’informalité6. Ces entretiens ont porté sur leur activité (choix de localisation, parcours, appropriation de l’espace, temporalités), leurs stratégies marchandes et leurs relations aux touristes comme aux acteurs du contrôle, ainsi que sur leur parcours biographique. Alors qu’une grande partie de la littérature néglige le point de vue des acteurs de l’informalité, en particulier des migrants, en se fondant uniquement sur des observations, cette recherche vise à leur donner la parole pour saisir toute la portée de leurs tactiques et de leurs stratégies.

14Enquêter sur des populations aux conditions de travail et d’existence particulièrement difficiles soulève des enjeux méthodologiques, éthiques et déontologiques aigus. D’un point de vue méthodologique, cette enquête a nécessité un temps de présence important, ainsi que tout un travail de négociation avec les enquêtés et d’adaptation de nos questionnements afin de surmonter les difficultés liées à un taux de refus non négligeable. D’un point de vue éthique et déontologique, nous avons prêté attention à la production et à la diffusion des données politiquement sensibles, en particulier en restreignant leur communication à des informations connues des acteurs du contrôle ou dont la divulgation n’apparaissait pas dommageable pour les individus enquêtés. La représentation iconographique et cartographique est aussi en jeu. Adaptant nos représentations aux spécificités politiques de notre objet, notamment sous l’angle de sa réception, nous avons choisi d’opter pour des traitements cartographiques de généralisation des relevés de terrain dont on mesurera par la suite tout l’apport heuristique.

Les territoires métropolitains de l’informalité : quels jeux de pouvoir au cœur des sites touristiques ?

15L’étude des arrangements spatiaux et sociaux entre acteurs des centralités touristiques permet de saisir les jeux de pouvoir dans une approche spatiale et relationnelle de l’informalité. La construction d’un pouvoir alternatif repose sur la capacité des acteurs informels à interagir avec les touristes, acteurs de la mondialisation par le haut, et à s’imposer dans la production du site touristique malgré l’ampleur du dispositif de contrôle de ces lieux stratégiques. L’enjeu de cette analyse est de mettre en évidence leurs spatialités hétérogènes et complexes, qui participent de la construction de véritables territoires de l’informalité. L’analyse des tensions existantes entre les différents protagonistes permet de dégager des espaces appropriés de manière contrastée par les acteurs informels. Il s’agit d’espaces d’activité, de repli et d’interdit, dont la figure 1 propose une représentation modélisante. Le gain en généralité de cette cartographie évite de figer les contours de ces espaces labiles, négociés en permanence. Elle procède de considérations déontologiques mais aussi d’un constat de forte similarité d’agencement de ces espaces pour les quatre sites étudiés et partant des rapports de force entre acteurs. Cette figure traduit une lutte des places entre acteurs où se joue la « résistance infra-politique » de personnes en situation de subalternité (Scott, 1990). L’analyse de la construction des territoires de l’informalité, permet une relecture originale des relations infra-politiques des sociétés urbaines.

Les espaces d’activité : le déploiement le plus visible des pouvoirs alternatifs

16L’analyse des interactions entre touristes et acteurs de l’informalité des quatre sites étudiés montre que se dessinent au droit des flux touristiques des espaces d’activité particulièrement visibles. Les acteurs de l’informalité pratiquent en effet leur activité tout au long du cheminement des touristes entre les grands nœuds et axes de circulation, les stations de métro, les places et les ponts d’une part, et les portes des monuments d’autre part. Cette visibilité est révélatrice de la constitution d’un pouvoir alternatif dans ces espaces. Il s’apprécie à l’aune d’un vaste ensemble de tactiques et de stratégies, variant selon les rapports de pouvoir, des marges de manœuvre les plus restreintes, du côté de la tactique, à celles plus amples, relevant davantage de la stratégie. Ce pouvoir alternatif se déploie dans deux grands types de situation : en mouvement et à l’arrêt.

Figure 1 : l’agencement des territoires de l’informalité

Figure 1 : l’agencement des territoires de l’informalité

Réalisation : C. Bouloc, équipe WHIG, 2016

17Une part importante des acteurs informels sillonne les sites touristiques et leur déambulation est l’occasion de mobiliser diverses tactiques et stratégies pour mener à bien leur activité. Cette déambulation relève d’abord d’une tactique d’évitement des acteurs du contrôle par un mouvement continuel sur chacun des sites. Elle passe à la fois par une invisibilisation et une banalisation de leur présence dans la mesure où les acteurs de l’économie informelle se fondent dans la foule des touristes après une vente d’objet, un service rendu ou une performance artistique (Tonnelat, 2007). Cette capacité de mouvement permet de détourner le dispositif de surveillance des sites et de minimiser le risque d’arrestation ou de confiscation de la marchandise, notamment des tours Eiffel miniatures. Elle permet également des interactions plus spontanées avec les touristes.

18Lorsque la pression du contrôle est moins importante, certains acteurs de l’informalité se fixent de manière plus ou moins éphémère à certains emplacements, à travers une stratégie d’appropriation de l’espace. Les vendeurs disposent sur un drap blanc, repliable rapidement grâce à des fils disposés aux quatre coins, un choix large d’objets. De leur côté, les artistes peuvent installer leur matériel voire délimiter un espace scénique pour leur spectacle. Certains emplacements sont l’objet d’une appropriation sur le temps long, participant de la négociation de leur présence auprès des forces de l’ordre, facilitée par l’ancienneté et la quotidienneté de leur venue et la connivence ou du moins l’interconnaissance. Grands sourires amusés ou clins d’œil à destination des policiers peuvent éviter la répression ou en atténuer la force, comme au Louvre où les agents de sécurité connaissent bien les vendeurs d’eau et de marrons, avec qui ils discutent tout en les refoulant aimablement (figure 2). Comme l’appropriation d’un emplacement est plus risquée, les acteurs informels qui se fixent possèdent souvent des titres de séjour et sont plus âgés que les autres, renvoyant aux hiérarchies en jeu dans la division sociale et spatiale du travail des acteurs de l’informalité. Ils n’en sont pas moins exposés eux aussi aux interventions policières, les forçant à prendre la fuite et à cacher leurs marchandises dans les poubelles, les buissons ou les bouches d’égout à proximité.

Figure 2 : des activités négociées (Louvre, mai 2015)

Figure 2 : des activités négociées (Louvre, mai 2015)

© J.-B. Frétigny, équipe WHIG, 2016

19Les acteurs de l’économie informelle déploient trois stratégies d’affirmation d’un pouvoir alternatif leur permettant de s’affranchir partiellement ou d’éviter l’intervention des acteurs du contrôle. La première d’entre elles renvoie à l’exercice d’une solidarité interne ou avec d’autres acteurs. Celle-ci est avant tout permise par le fait que les acteurs informels limitent le plus souvent leur activité à de petits périmètres, ce qui facilite une connaissance fine des lieux, de leurs usages et de leurs acteurs. Par exemple, à la tour Eiffel, les vendeurs ne vont jamais du côté du Trocadéro et vice versa ; ceux du Carrousel du Louvre vont quant à eux rarement au-delà de l’entrée du Louvre (ne dépassant pas la pyramide) et ne s’aventurent jamais aux Tuileries. Les solidarités passent notamment par la pratique du guet pour prévenir de l’arrivée de la police ou surveiller les affaires d’un autre vendeur parti faire une pause ou réachalander son étal. Au Louvre et à Montmartre, les vendeurs de tours Eiffel miniatures et de sticks à selfie surveillent par exemple quelques minutes la marchandise des vendeurs d’eau et de marrons. Mais l’échange de services, qui alimente une interdépendance de fait entre acteurs, prend également d’autres formes que la surveillance. Ainsi, des photographes professionnels échangent de la monnaie auprès des vendeurs ambulants ou des cafetiers autorisent l’installation des portraitistes et des caricaturistes à leur terrasse, parfois même sans consommer, comme le souligne une actrice d’une trentaine d’années qui chante et joue en duo à Montmartre : « Parfois, ils aiment bien, les restaurateurs, qu’on se mette à côté, parce que ça fait s’installer les gens en terrasse par exemple. Ouais y’a des échanges comme ça. (….) ils nous ont dit (….) ça fait venir du monde, donc allez-y ! » De telles pratiques font mentir les représentations antagonistes des intérêts des commerçants formels et informels à travers des alliances de fait. Le métier prend le pas sur les différences de statut juridique et contribue à légitimer leur activité professionnelle dans l’espace public.

20C’est également une véritable auto-organisation que les acteurs de l’informalité mettent en place pour répartir leurs activités dans ces espaces afin d’éviter l’intervention des acteurs du contrôle (figure 3). Leur présence s’avère tolérée sous certaines conditions dans les quatre sites étudiés, leur conférant une certaine marge de manœuvre dans la régulation de ces espaces. Cela passe par une division sociale et spatiale des activités qui intègre par exemple des objectifs de limitation de la concentration spatiale d’activité, afin que celle-ci n’apparaisse pas massive. Ainsi en va-t-il par exemple du stationnement des tricycles à la Concorde, à l’entrée des Tuileries, régulé selon des rapports de pouvoir entre conducteurs. Le créateur d’une société de cyclotourisme nous explique que si le stationnement des véhicules est généralement interdit par la Préfecture, il est en revanche toléré place de la Concorde car « la police a un bon œil sur nous parce qu’on a fait le ménage ici. On ne laisse stationner que quatre vélos, pas plus. [Sinon] ça fait sale et mal organisé ». L’agencement des activités dans ces espaces passe aussi par une recherche de la bonne distance entre acteurs. Par exemple, les artistes sont très attentifs à ajuster leurs emplacements respectifs en s’éloignant les uns des autres pour réguler le niveau sonore : « Il faut juste faire attention par rapport au bruit parce que le fait d’être amplifié fait qu’il y a une surenchère » précise le jeune contrebassiste d’un groupe de musiciens jouant sur le pont St-Louis.

Figure 3 : trouver la bonne distance (Trocadéro, octobre 2015)

Figure 3 : trouver la bonne distance (Trocadéro, octobre 2015)

© C. Bouloc, équipe WHIG, 2016

21Ces acteurs réussissent à s’affranchir du statut social qui leur est assigné en devenant des régulateurs à part entière de l’espace public. La troisième stratégie de construction d’un pouvoir alternatif est précisément de devenir des figures familières de l’espace public, d’incontestables « personnages publics » au sens de Jane Jacobs (1991). Ainsi, les vendeurs de rue souhaitent se départir du soupçon de vol à la tire et sont éminemment conscients de l’importance de dépasser le caractère illégal de leur activité pour légitimer leur présence et leur utilité sociale. C’est pourquoi ils investissent d’autres rôles sociaux ayant trait à la surveillance des espaces publics et à l’information des touristes. Ils multiplient les avertissements lorsque les touristes laissent leurs sacs sans surveillance ou y prêtent peu attention. C’est ce dont témoigne un break dancer interrogé sous la tour Eiffel : « Les pickpockets ? On arrive à les analyser par rapport à plein de choses (...). Et vous prévenez les touristes à ce moment-là ? Oui on les prévient. Comme ça, ils nous posent pas de problème en fait ». Ces acteurs sont ainsi partie prenante du dispositif de prévention des risques liés à ces sites métropolitains, dépassant la simple surveillance des sites en n’hésitant pas à informer les touristes des supercheries auxquelles ils sont exposés par d’autres acteurs. Cette pratique, partie prenante d’un pouvoir alternatif, se décline aussi dans d’autres espaces de déploiement de l’informalité.

Les espaces de l’interdit : labilité et transgressions des limites

  • 7 « Renforcer la sécurité des touristes », in Contrat parisien de prévention et de sécurité 2015 – 20 (...)
  • 8 Ceux-ci figurent dans les documents d’urbanisme, tout spécialement de protection du patrimoine.

22Les espaces de l’interdit se cristallisent aux accès les plus immédiats aux monuments comme l’espace délimité par les quatre piliers de la tour Eiffel, le parvis de Notre-Dame ou les points d’entrée majeurs de la pyramide du Louvre. Ils concernent également des points de vue surplombant Paris, à l’image du parvis du Trocadéro et des terrasses du Sacré-Cœur. Ces espaces sont agencés à l’aide de multiples barrières, formant autant de sas de contrôle d’accès aux monuments, bien visibles et intensément surveillés, particulièrement sillonnés par les patrouilles des forces de l’ordre : la brigade VTT, la compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI), unités de force mobile (CRS et gendarmes) et agents de surveillance des voies publiques (ASVP). Celles-ci réalisent sur l’ensemble des sites jusqu’à dix patrouilles par jour durant la période estivale et trois durant le reste de l’année7, auxquelles s’ajoute la circulation de policiers en civil, perceptible à l’observation et remarquée par les acteurs de l’informalité. Ce contrôle aboutit de fait à un filtrage de la fréquentation de ces espaces, organisant à des fins sécuritaires un vide qui contribue à une mise en scène idéalisée de ces sites touristiques emblématiques de la capitale. C’est en somme à micro-échelle la reproduction implicite des politiques urbanistiques de contrôle de cônes de visibilité8 qui est à l’œuvre dans ces espaces qui sont les plus photographiés et filmés par les touristes.

23La répression des activités informelles y est particulièrement forte (figure 4). Une retraitée habitant dans le quartier qui réalise des portraits à Montmartre pour arrondir ses fins de mois souligne ses difficultés : « Les policiers nous font payer une amende de 200 €. Ça m’est arrivé plusieurs fois. Et il ne faut pas aller sur la place du Tertre. C’est toujours pareil depuis 6 ans. Il y a beaucoup de concurrence, beaucoup de pression ». Le risque de confiscation de matériel mais aussi d’arrestation y est singulièrement élevé. Si la confiscation est redoutée par les artistes et par les vendeurs, l’arrestation l’est tout spécialement par les nombreux vendeurs dépourvus de titres de séjour. Ce risque, aux conséquences individuelles majeures, nourrit une angoisse constante de l’arrestation et de la confiscation. Pourtant malgré le danger, les acteurs informels transgressent régulièrement l’interdit qui leur est signifié en raison de la très forte concentration de touristes dans ces espaces les plus favorables aux interactions et aux transactions. Un jeune vendeur sénégalais, arrivé en France depuis un an et travaillant sur le Champs-de-Mars, nous explique ces organisations : « il y a des jours où ils (les policiers) nous laissent travailler. Ils nous disent qu’il faut pas approcher pour entrer dans la tour Eiffel, il faut rester dans le jardin […]. Je vois que quand il y a de bons acheteurs, là ça devient plus dur, c’est pas facile de travailler quand il y a de bons clients. Mais quand il y a pratiquement rien, c’est là qu’ils nous laissent travailler ». Les expériences du guet, de la fuite et de la course-poursuite sont familières pour les acteurs de ces espaces. Dans ce contexte de forte répression toutefois, certaines formes d’entraide se développent, à la fois préventives, par la pratique du guet, mais aussi, corroborant le travail de Leyla Sall (2010), à l’aval de l’intervention des forces de l’ordre, par une mutuelle de cotisation et de compensation en cas de confiscation de marchandises.

Figure 4 : des activités réprimées (Pont St-Louis, octobre 2015)

Figure 4 : des activités réprimées (Pont St-Louis, octobre 2015)

© C. Bouloc, équipe WHIG, 2016

24Pour autant, la mise en place d’un ordre urbain alternatif peut s’observer même dans ces espaces. La figure 5 montre la transgression régulière de l’interdit par des incursions sporadiques. Ces dernières reposent sur une stratégie du nombre, les effectifs de vendeurs l’emportant bien souvent sur ceux des forces de l’ordre. Ces incursions s’accentuent lorsque des policiers se concentrent sur quelques vendeurs qui attirent leur attention. Ces confrontations localisées, largement ritualisées et mises en scène, font office de tactique dilatoire, permettant aux autres vendeurs de continuer à exercer provisoirement leur activité au droit des grands flux touristiques malgré la présence policière.

25Ce sont les limites mêmes de ces espaces qui se révèlent labiles. Selon la saison et les rythmes journaliers, les tensions les plus vives entre les acteurs du contrôle et ceux de l’informalité repoussent les limites des espaces de l’interdit, dilatant l’espace d’activité. Les forces de l’ordre discutent en effet avec des porte-paroles des acteurs de l’informalité pour indiquer la limite du jour au-delà de laquelle leur présence et leur activité sera réprimée de manière systématique. Les lignes de front évoluent également au gré des événements organisés sur les sites touristiques, s’accompagnant de l’implantation éphémère d’activités culturelles et commerciales formelles qui renforcent provisoirement l’espace de l’interdit, comme par exemple le marché installé sur le Champ-de-Mars ou la FIAC Hors-les-murs aux Tuileries durant l’été 2015. Pour autant, le compromis connaît des limites pour les acteurs de l’informalité puisque certaines lignes d’interdiction s’avèrent intangibles, dans une logique de sanctuarisation de l’accès aux monuments.

Figure 5 : des périmètres de l’interdit labiles

Figure 5 : des périmètres de l’interdit labiles

C. Bouloc, équipe WHIG, 2016

Les espaces de repli : une mise à distance des jeux de pouvoir

  • 9 Pour des raisons éthiques, nous avons choisi de ne pas détailler ici la configuration de ces espace (...)

26Plusieurs fois par jour, les acteurs de l’informalité, et plus particulièrement les marchands, s’écartent de leurs espaces de transaction en direction d’espaces de repli périphériques. Ceux-ci sont de deux types. Les premiers jouxtent les espaces d’activité : labyrinthes des jardins du Carrousel, terrasse du bord de l’eau des Tuileries, rues voisines du Champ-de-Mars ou encore jardins à l’anglaise du Trocadéro. Ils remplissent trois fonctions : d’échappatoire en cas de poursuite ou de pression policière accrue, de stockage de marchandises et de pause. Cette dernière fonction de relâche est aussi assumée par le deuxième type d’espace de repli, situé à plus grande distance : parcs, squares, quais de Seine, etc.9 Permettant une soustraction au contrôle, ces espaces sont une condition d’existence et de déploiement des activités informelles et du pouvoir alternatif. C’est l’occasion d’un répit pour échapper aux pesanteurs des jeux de pouvoir. L’enjeu est de se reposer de la fatigue accumulée liée à la performance physique, en tant que travail du corps dans l’espace lié au stress, à l’attention constante requise dans leur activité et à la pénibilité de la marche comme de la course-poursuite. Cette déconnexion n’est toutefois pas totale, en particulier à proximité des espaces d’activité où la présence policière reste scrutée et jaugée : « Là où tu es [dans le labyrinthe du Carrousel] c’est le risque » (vendeur sénégalais de tours Eiffel miniatures et de sticks à selfie, arrivé en France il y a sept ans).

27Le repli est l’occasion de multiples pratiques de sociabilité et d’entre-soi : « On est amis, on forme une famille. […] [Le midi] on mange un kebab des fois autour [du Louvre]. On y va à deux ou trois personnes » ajoute le même vendeur sénégalais. Ces sociabilités jouent un rôle majeur dans le renforcement des solidarités entre acteurs, réinvesties sous diverses formes dans les espaces d’activité, alimentant ainsi pleinement l’exercice d’un pouvoir alternatif : pratiques de guet, cotisations parant au risque de confiscation des marchandises, etc. (figure 6). C’est aussi l’occasion d’acquérir une distance à leur rôle d’acteur informel en se plaçant en situation d’anonymat dans des espaces de pratique quotidienne. Ils font alors figure d’usagers ordinaires de ces espaces publics périphériques, surtout fréquentés par les résidents et par les actifs du quartier, gommant leurs attributs d’acteurs de l’informalité en dissimulant par exemple leurs marchandises dans leurs sacs à dos. Cette forme de banalisation de leur présence est aussi une manière de peaufiner leur rôle de passant ordinaire, non sans un certain plaisir, qu’ils endossent par ailleurs pour se fondre dans la foule dans les espaces d’activité et d’interdit en cas de présence policière.

Figure 6 : entre repli et solidarité (Louvre, octobre 2015)

Figure 6 : entre repli et solidarité (Louvre, octobre 2015)

© C. Bouloc, équipe WHIG, 2016

28Comme pour les sites touristiques gênois, les différents occupants des sites parisiens mettent en œuvre aussi bien des « tactiques spatiales pour faire avec » que « des arrangements dissimulés » (Jacquot, Notarangelo, 2016) d’ordre stratégique, qui varient selon leur position sociale. L’étude montre en outre que le système de relations des différents acteurs en présence façonne un espace socio-politiquement mouvant mais dont les usages sont d’une extrême stabilité. Les prises de décisions s’entremêlent dans un jeu de pouvoir et une lutte des places plus complexes qu’un simple rapport de dominants à dominés.

Emir le tuk-tuk ou l’affirmation de la subalternité dans la métropole

29L’analyse des interactions déployées dans les trois types d’espace étudiés montre la capacité d’action des acteurs de l’informalité. Celle-ci tient également au fait qu’ils se placent au cœur des performances touristiques (Chapuis, 2012) et de l’économie symbolique du tourisme urbain là où on les penserait à sa marge. Ils endossent ainsi des rôles touristiques habituellement conférés aux acteurs de l’économie formelle, ce qui renvoie à des transformations profondes de l’économie touristique des métropoles. Elles tiennent à l’élargissement de la sphère productive du tourisme à de nouveaux acteurs publics et privés, notamment les habitants, en lien avec l’essor des économies participative et collaborative. Ces mutations s’expliquent aussi par l’informalisation des économies urbaines occidentales. Elles contribuent à faire vaciller la hiérarchie symbolique entre acteurs institués et acteurs de l’informalité comme leur implication dans l’ordre urbain, des sites touristiques à la gouvernance et à la construction symbolique de fait de la métropole. Les acteurs dominants n’ont pas l’apanage de la relation avec les touristes. En s’intercalant dans la relation des touristes à la métropole, les acteurs de l’informalité, tout spécialement les migrants, en changent aussi la signification en favorisant une expérience du cosmopolitisme par la confrontation à l’altérité et à deux mondialisations par le haut et par le bas. Mimant l’économie formelle, ils font de leurs activités un « exceptionnel normal » (Grendi 1977). La tolérance pour leurs pratiques y atteste d’une application complexedes règles du jeu dans le champ social, économique et politique. S’en distanciant, ils développent des activités innovantes, réinventant certaines formes de services de proximité. Ils apparaissent ainsi comme des prescripteurs de représentations et de pratiques territoriales qu’ils contribuent à forger, renouveler et encadrer. Ces acteurs (re)modèlent ce faisant la métropole en projetant en pleine lumière dans l’expérience touristique leur situation de subalternité éminemment politique. Parce qu’elle légitime leur place en ville, leur acquisition d’un rôle et d’un pouvoir social participe d’un pouvoir politique.

Un imaginaire touristique réinventé

30Paris fait aussi rêver le monde par les acteurs de l’informalité et les migrants. Aux côtés des acteurs principaux de l’économie touristique (voyagistes, guides, offices de tourisme, etc.) ils s’imposent dans la diffusion des images matérielles et immatérielles stéréotypées. Ils disposent ainsi d’un pouvoir tangible en tant que manipulateurs de symboles (Reich, 1991), que la littérature associe habituellement aux acteurs dominants des services avancés à très forte valeur ajoutée, mais qui ici témoigne d’une capacité alternative à mobiliser l’économie symbolique. Cette capacité d’action se manifeste par leur intervention dans l’imaginaire touristique parisien qu’ils infléchissent dans trois registres : celui de sa représentation, celui de sa mise en pratique et celui de sa transformation par l’introduction de nouveaux objets.

  • 10 La mention d’Emir suggère en outre un rapport de souveraineté par rapport à un territoire.

31Ces acteurs s’approprient la représentation de la métropole patrimonialisée, ses monuments, ses paysages, en jouant avec ces symboles et ces stéréotypes pour les détourner à leur avantage. La majorité des acteurs informels joue sur la figure de l’artiste ou de l’artisan parisien, très présente dans les représentations des touristes, mais en l’associant de fait à l’ambulantage et à son informalité. Les artistes revisitent le stéréotype du Paris romantique en l’investissant en situation de subalternité et en s’appropriant le patrimoine parisien. Des chanteuses de Montmartre évoquent par exemple leur performance de patrimonialisation alternative : « nous on trouve ça drôle. (…) C'est le côté "on assume le cliché" tout en défendant des textes, tout en défendant un patrimoine et un truc, donc pas que cliché ». Ces représentations de Paris sont aussi infléchies par l’adjonction de signes des pays d’origine des migrants dans le paysage touristique. Ces signes renforcent le brassage métropolitain inédit que produit leur co-présence avec les touristes. Ainsi en va-t-il des vendeurs qui tissent des bracelets aux couleurs de Paris et de la France mais aussi des pays d’Afrique de l’Ouest. De même, les conducteurs de tricycle orientalisent l’expérience parisienne qu’ils offrent aux touristes, par la musique qu’ils diffusent, par les inscriptions (« Emir Paris10 ») et l’iconographie de leur véhicule ou encore en y adjoignant un drapeau d’Europe orientale ou de Russie.

32Les acteurs de l’informalité infléchissent la représentation touristique de Paris mais aussi son expérience en renforçant l’appropriation sensible et relationnelle de la métropole par les touristes. Cela tient à la mobilisation de leurs capacités dans les performances qu’ils réalisent, artistiques ou de découverte de la métropole lorsqu’ils jouent le rôle de guides à bord des tuk-tuk. Ils proposent en effet une expérience kinesthésique de la capitale en se faisant les guides d’espaces urbains moins connus, se posant paradoxalement comme de fins connaisseurs de Paris comme en témoigne le propriétaire d’une compagnie de tricycles motorisés : « Vraiment tous les touristes, nous disaient : "On a déjà vu ça ! (…) Qu'est-ce que vous proposez d'autre ?" C’est là qu'on a décidé de faire des tours alternatifs (...). On peut passer par des petites rues très charmantes et c’est ce qui ravit les clients ». Cette expérience sensible se poursuit après la rencontre par des objets « made in Paris » produits et vendus aux touristes par les acteurs de l’informalité : disque, toile, photographie, etc., y compris lorsqu’ils sont fabriqués par des migrants. Comme le souligne un portraitiste d’origine yougoslave, les touristes aspirent à « une signature "fait à Paris" ». Dans les interactions que nouent les touristes à Paris, certaines de celles qu’ils tissent avec les acteurs de l’informalité comptent parmi les plus prolongées. Elles s’avèrent en effet souvent plus denses que celles contractées avec les habitants et les commerçants sédentaires, par exemple lors des échanges entre conducteurs de tuk-tuk et touristes tout au long du parcours. Les artistes relatent de manière récurrente les moments partagés avec les touristes, quand ils improvisent avec d’autres musiciens ou quand ils prolongent la rencontre autour d’un café ou d’une bière. Certains sont même invités à venir se produire dans le pays d’origine des touristes en tant que représentants d’un Paris fantasmé et transformé. La force de ces interactions renouvelle le rapport des touristes à la métropole.

33La capacité d’innovation des acteurs de l’informalité contribue enfin à infléchir l’imaginaire touristique parisien. Elle se lit dans leur rapidité à proposer de nouveaux produits au gré de l’évolution des pratiques touristiques, à l’image des sticks à selfie. Par la diffusion de ces bras télescopiques pour appareils photo numériques, ils contribuent à transformer la performance touristique, projetant systématiquement le corps des touristes dans l’espace photographié. Ainsi en va-t-il également des cadenas vendus sur certains parcours touristiques, qui permettent aux touristes de laisser un prolongement symbolique d’eux-mêmes et de leur histoire amoureuse sur un pont de Paris. L’informalité apparaît comme un laboratoire de pratiques innovantes, progressivement diffusées et adoptées par l’économie formelle suivant des cycles d’institutionnalisation. Un bon exemple en est l’essor du recours aux tuk-tuk, initié par des migrants de manière informelle et progressivement pris en charge par des opérateurs officiels. Ces pratiques innovantes interrogent les politiques publiques en se situant à la limite des règles édictées, à l’image des cadenas ou des tuk-tuk, imprimant leurs marques dans la matérialité même de l’espace urbain dans son ensemble. En témoigne la décision en 2015 de la Mairie de Paris de remplacer les grilles de la passerelle des Arts, entre le Louvre et l’Institut de France, par des panneaux de verre sous le poids des milliers de cadenas accrochés. Par l’ensemble de leurs relations infra-politiques avec les touristes, les acteurs de l’informalité transforment l’image sociale et politique de Paris en en faisant une ville hyper-diverse (Price, Benton-Short 2007) où mondialisation par le haut et mondialisation par le bas s’entremêlent dans les espaces publics. C’est au fond un droit à la ville, non pas seulement physique mais symbolique, à faire partie intégrante de l’image de la ville, qu’ils affirment et mettent en œuvre.

Des politiques touristiques interpelées par les « greeters » informels

34L’empowerment dont font preuve les acteurs de l’informalité tient autant à la légitimation de leur rôle social et politique d’hôte qu’à leur capacité à infléchir l’imaginaire parisien. Les acteurs de l’informalité renforcent l’hospitalité de la métropole touristique. Ils assurent à leur manière un rôle de « greeter », c’est-à-dire d’accueil par des habitants des touristes, conçu comme une rencontre authentique avec ceux qui vivent Paris au quotidien. Ils participent de manière alternative à ce mouvement initié par des associations locales, désormais soutenu par les pouvoirs publics et largement médiatisé (Bros et al., 2008), en revisitant la figure de l’habitant. Ils légitiment ainsi leur position originale dans l’économie politique parisienne en contribuant à la « qualité d’accueil » des espaces publics, qui constitue l’une des préoccupations des politiques touristiques (Fleury, 2013) outrepassant le rôle qui leur assigné. La plupart des acteurs de l’informalité se considèrent comme faisant bel et bien partie du secteur des services touristiques à Paris. Les enquêtés insistent sur cet investissement au service des touristes, marquant leur attachement au caractère professionnel de leur activité informelle : « tout ça c'est du service de bout en bout. Moi quand je monte des clients, je me tue pour eux. Pour les faire rire, vraiment » précise un jeune conducteur de tricycle.

35Les acteurs de l’informalité légitiment leur activité en la différenciant par une grande capacité d’adaptation aux attentes des touristes, conférant un caractère personnalisé aux services qu’ils prodiguent. Cette personnalisation s’appuie sur les compétences multiples acquises par ces acteurs lorsqu’ils sont migrants, qu’elles soient linguistiques, para-verbales ou plus largement interculturelles et sociales, répondant finement aux attentes des touristes, notamment en fonction de leur pays d’origine. De tels services à la carte sont largement déployés par exemple dans la production artistique adaptée à la demande comme dans le guidage en tuk-tuk. « Vous avez des personnes plus âgées qui veulent vraiment visiter Paris avec des arrêts photos, avoir des commentaires, qu'on leurs conseille un bon restaurant, des choses comme ça » souligne un propriétaire d’une compagnie de tuk-tuk. La stratégie de différenciation du rôle de ces acteurs peut être si forte que les touristes recherchent leur présence, comme pour ce fabriquant de porte-clés en forme de chien, devenu une figure emblématique de Montmartre : « J’ai des clients du monde entier parce que je suis là depuis tellement longtemps qu’ils reviennent trois ans après, ils me cherchent et ils ont toujours leur petit chien (...). Une fois il y avait une petite fille qui était venue de Los Angeles et puis son père lui dit : "On va à Paris". "Ah oui mais si on va à Paris, on va voir le Monsieur qui fait les petits chiens" ».

36Les acteurs de l’informalité étoffent leur rôle d’hôte en établissant des relations de proximité renouvelées par leur mobilité. Le Paris des touristes, c’est aussi le Paris des petites bouteilles d’eau que les touristes achètent pour se désaltérer pendant leurs déambulations estivales, des marrons chauds pour se réchauffer en hiver, des parapluies pour s’abriter des intempéries inattendues, etc. L’immédiateté de leur réponse aux attentes changeantes des touristes montre l’ingéniosité dont ils font preuve. Ils assurent aussi une continuité de présence au plus près des touristes lorsque les services et commerces sédentaires sont fermés ou en marge des sites. Les acteurs de l’informalité n’endossent pas tous avec la même intensité ces rôles d’hôte et de prescripteur de nouvelles représentations et pratiques, mais ils n’en démontrent pas moins dans leur ensemble, à des degrés divers, une capacité à mettre en doute la conception politique dominante de leur subalternité.

Conclusion

37L’étude montre de manière inédite que les lieux métropolitains les plus visibles de la mondialisation sont intensément produits par les acteurs de l’informalité. Ces protagonistes s’imposent dans les jeux de pouvoir à l’œuvre dans les espaces publics malgré l’ampleur du dispositif de contrôle et de répression. Non sans inégalités, hiérarchies et rapports de force internes, ils développent ainsi un triple pouvoir alternatif. Il est tangible d’abord dans l’apparente banalité de leurs activités alors même qu’elles constituent une transgression de l’ordre urbain le plus établi, dont les touristes, sinon demandeurs, du moins consommateurs, sont à bien des égards des alliés objectifs. Ce pouvoir alternatif tient aussi au fait qu’ils assurent à leur manière un contrôle quotidien de ces espaces publics en affirmant leur présence dans la durée et en investissant un rôle de personnage public, alors même qu’ils sont en situation d’informalité. Enfin, ce pouvoir alternatif dépasse l’échelle des sites touristiques et prend sens aussi à l’échelle de la métropole. Il contribue ainsi à troubler la régulation et l’imaginaire de plus en plus policés des villes dites des Nords.

38De quels changements urbains les acteurs de l’informalité, et les migrants tout spécialement, sont-ils porteurs ? Ils sont d’abord à l’origine d’un changement d’échelle du cosmopolitisme urbain, associé le plus souvent aux quartiers sas des migrants et dont ce travail montre le déploiement dans les centralités majeures d’une grande métropole des Nords. En revendiquant leur place en ville par les sites touristiques, ils introduisent, non sans frictions, une coprésence inédite de deux formes de mondialisation qui donne tout sens à la notion de ville hyper-diverse. Ces acteurs transforment aussi l’expérience des espaces publics en agissant sur leur matérialité : que serait aujourd’hui la passerelle des Arts sans leur intervention ? Ils s’affirment aussi comme des médiateurs incontournables de la culture matérielle des touristes, participant pleinement au rapport des touristes aux objets, du stick à selfie à la tour Eiffel empochée. Enfin, leur contribution au fonctionnement et à la régulation des espaces publics touristiques nous montre combien les mobilités à large échelle constituent un grand impensé de la gouvernance et des politiques urbaines.

Haut de page

Bibliographie

ALLEN, J., 2003, Lost geographies of power, Oxford, Blackwell.

BALDACCHINO, G., 1997, Global tourism and informal labour relations: The small-scale syndrome at work, Londres, Mansell.

BAUTES, N., TAIEB, A., 2015, « Petits arrangements, intimidations et rapports de pouvoirs au cœur de l’action publique urbaine. La politique des favelas de Rio de Janeiro en question », Géocarrefour, vol. 90, n° 1, p. 83-92.

BLOT, J., SPIRE, A., 2014, « Déguerpissements et conflits autour des légitimités citadines dans les villes du Sud », L’Espace politique, vol. 22, n° 1, http://espacepolitique.revues.org/2893.

BOELS, D., 2014, « It’s better than stealing: informal street selling in Brussels », International Journal of Sociology and Social Policy, vol. 34, no 9/10, p. 670-693.

BROS, J.-B., LAURENCE, M., MARMET, C., 2008, « Le Paris des Parisiens », Revue Espaces, n° 264, http://www.tourisme-espaces.com/doc/7325.paris-parisiens.html.

CHAPUIS, A., 2012, Performances touristiques et production des identités spatiales individuelles à Amsterdam, Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

CHEN, M. A., 2004, « Rethinking the Informal Economy », in Guha-Khasnobis B., Linking the Formal and Informal Economy, New York, Oxford U. Press, p. 75-92.

DE FATIMA CABRAL GOMES, M., REGINENSI, C., 2007, « Vendeurs ambulants à Rio de Janeiro : expériences citadines et défis des pratiques urbaines », Cybergeo, document 368, http://cybergeo.revues.org/4870

DEVLIN, R. T., 2011, « ‘An area that governs itself’: Informality, uncertainty and the management of street vending in New York City », Planning Theory, vol. 10, n° 1, p. 53-65.

EIDSE, N., TURNER, S., OSWIN, N., 2016, « Contesting Street Spaces in a Socialist City: Itinerant Vending-Scapes and the Everyday Politics of Mobility in Hanoi, Vietnam », Annals of the American Association of Geographers, vol. 106, n° 2, p. 340-349.

ESTÈBE, P., 2008, Gouverner la ville mobile : intercommunalité et démocratie locale, Paris, PUF.

FAINSTEIN, S., HOFFMAN, L., JUDD, D., (dir.), 2003, Cities and Visitors: Regulating People, Markets, and City Space, Londres, Wiley.

FLEURY, A., 2013, « Tourisme et espaces publics : de l’attractivité à la qualité d’accueil ? Paris au regard de Berlin » in Gravari-Barbas, M., Fagnoni, E., (dir.), Métropolisation et tourisme. Comment le tourisme redessine Paris, Paris, Belin, p. 35-46.

FRANÇOIS, S., 2004, « Les vendeurs à la sauvette sur le parvis de la tour Eiffel (observation) », Terrains & travaux, vol. 7, n° 2, p. 25-43.

GRENDI, E., 1977, « Micro-analisi e storia sociale », Quaderni storici, vol. 36, p. 506-520.

HANSEN T., 2004, « Politics as Permanent Performance: The Production of Political Authority in the Locality », in Zavos, J., Wyatt, A., Hewitt, V., (dir.), The Politics of Cultural Mobilization in India, New Delhi, Oxford U. Press, p. 19-36.

JACOBS, J., 1991, Déclin et survie des grandes villes américaines [1961], Bruxelles-Liège, Mardaga.

JACQUOT, S., NOTARANGELO, C., 2016, « Vendeurs ambulants dans l’espace touristique à Gênes : politiques d’éviction, résistances et arrangements », L’Espace Politique, vol. 28, n° 1, http://espacepolitique.revues.org/3765

LE GALL, L., OFFERLE, M., PLOUX, F., (dir.), 2012, La politique sans en avoir l’air : aspects de la politique informelle, XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses U. de Rennes.

LUND, C., 2006, « Twilight Institutions: An Introduction », Development and Change, vol. 37, n° 4, p. 673-684.

MACCANNELL, D., 1973, « Staged Authenticity: Arrangements of Social Space in Tourist Settings », American Journal of Sociology, vol. 79, n° 3, p. 589-603.

MEISSONNIER, J., 2006, « Territoires commerciaux des vendeurs ambulants à Istanbul », Espaces et sociétés, vol. 127, n° 4, p. 145-163.

MONNET, J., 2006, « L’ambulantage : Représentations du commerce ambulant ou informel et métropolisation », Cybergeo, document 355, http://cybergeo.revues.org/2683.

PARISINFO, 2015, Le tourisme à Paris, chiffres clés 2014, http://presse.parisinfo.com/etudes-et-chiffres/chiffres-cles/le-tourisme-a-paris-chiffres-cles-2014-edition-2015.

PORTES, A., 1999, « La mondialisation par le bas », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, n°1, p. 15-25.

PRICE, M., BENTON-SHORT, L., « Immigrants and World Cities: From the Hyper-Diverse to the Bypassed », GeoJournal, vol. 68, n° 2-3, p. 103-17.

RATH, J., (dir.), 2007, Tourism, ethnic diversity and the city, Londres, Routledge.

REICH, R. (éd.), 1993 [1991], L’Economie mondialisée, Paris, Dunod.

SALL, L., 2010, « Les champs commerciaux sénégalais à Paris : Coprésences, luttes pour l’espace et stratégies commerciales au sein d’espaces urbains interstitiels », Diversité urbaine, vol. 10, n° 1, p. 61-83 http://id.erudit.org/iderudit/045045ar.

SASSEN, S., 2011, Cities in a World Economy, Londres, Sage.

SCOTT, J. C., 1990, Domination and the arts of resistance: hidden transcripts, New Haven, Yale U. Press.

STAMM, C., 2014, « Expulsion et relocalisation du commerce de rue dans la métropole de Mexico », L’Espace Politique, vol. 22, n° 1, http://espacepolitique.revues.org/2974.

TADIE, J., PERMANADELI, R., 2015, « Night and the city: Clubs, brothels and politics in Jakarta », Urban Studies, vol. 52, n° 3, p. 471-485.

TARRIUS, A., 2000, Les fourmis d’Europe : Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan.

TONNELAT, S., 2007, « Keeping space public: Times Square (New York) and the Senegalese peddlers », Cybergeo, document 367, http://cybergeo.revues.org/4792.

WILLIAMS, C. C., NADIN, S., 2012, « Work beyond Employment: Representations of Informal Economic Activities », Work, Employment & Society, vol. 26, no 2, p. 1-10.

Haut de page

Notes

1 Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme de recherche WHIG (What is governed in Paris and London?) financé par Sorbonne Paris Cité ainsi que par le LabEx DynamiTe.

2 Articles L. 446-1 à 446-3 du Code pénal, article L. 442-8 du Code du commerce et articles R. 1334-31 et 1337 du Code de la santé publique.

3 Lequel fait référence au modèle de tricycle à moteur, importé de Thaïlande, adapté et exotisé, la traction étant souvent humaine, ou seulement assistée par le moteur, et la flotte comprenant aussi une minorité de quadricycles.

4 Notamment par arrêt ou stationnement gênant sur la chaussée ou sur un trottoir pour attendre des clients, au regard de l’article R. 110-2 du Code de la route.

5 Ceux-ci ont soit un statut d’auto-entrepreneur, soit un statut de salarié. Dans les deux cas, ils travaillent avec une entreprise ayant pignon sur rue qui leur loue le matériel ou les rémunère directement.

6 70 entretiens ont également été réalisés avec les touristes. Dans cet article, ils ont été utilisés à des fins de contextualisation et donneront lieu à d’autres publications.

7 « Renforcer la sécurité des touristes », in Contrat parisien de prévention et de sécurité 2015 – 2020 ; Mairie de Paris, Préfecture de police de Paris, Parquet du tribunal de Grande Instance de Paris, Académie de Paris – Ministère de l’éducation nationale – Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, Préfet de la région Île-de-France, Préfet de Paris et Point Info du 22 mai 2015 de la Préfecture de Police de Paris.

8 Ceux-ci figurent dans les documents d’urbanisme, tout spécialement de protection du patrimoine.

9 Pour des raisons éthiques, nous avons choisi de ne pas détailler ici la configuration de ces espaces, ni dans le texte ni dans nos représentations graphiques.

10 La mention d’Emir suggère en outre un rapport de souveraineté par rapport à un territoire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : l’agencement des territoires de l’informalité
Crédits Réalisation : C. Bouloc, équipe WHIG, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3876/img-1.png
Fichier image/png, 331k
Titre Figure 2 : des activités négociées (Louvre, mai 2015)
Crédits © J.-B. Frétigny, équipe WHIG, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3876/img-2.png
Fichier image/png, 517k
Titre Figure 3 : trouver la bonne distance (Trocadéro, octobre 2015)
Crédits © C. Bouloc, équipe WHIG, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3876/img-3.png
Fichier image/png, 322k
Titre Figure 4 : des activités réprimées (Pont St-Louis, octobre 2015)
Crédits © C. Bouloc, équipe WHIG, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3876/img-4.png
Fichier image/png, 329k
Titre Figure 5 : des périmètres de l’interdit labiles
Crédits C. Bouloc, équipe WHIG, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3876/img-5.png
Fichier image/png, 372k
Titre Figure 6 : entre repli et solidarité (Louvre, octobre 2015)
Crédits © C. Bouloc, équipe WHIG, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3876/img-6.png
Fichier image/png, 515k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Berroir, Caroline Bouloc, Nadine Cattan, Antoine Fleury, Jean-Baptiste Frétigny et Ulysse Lassaube, « La tour Eiffel dans la poche. Informalité et pouvoir dans la construction de la métropole touristique », L’Espace Politique [En ligne], 29 | 2016-2, mis en ligne le 02 septembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3876 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3876

Haut de page

Auteurs

Sandrine Berroir

Maître de conférences
Université de Paris Diderot-Paris 7, UMR Géographie-cités
berroir@univ-paris-diderot.fr

Caroline Bouloc

Post-doctorante
CNRS, UMR Environnement, Ville, Société
caroline.bouloc1@ens-lyon.fr

Nadine Cattan

Directrice de recherche
CNRS, UMR Géographie-cités
nadine.cattan@parisgeo.cnrs.fr

Antoine Fleury

Chargé de recherche
CNRS, UMR Géographie-cités
afleury@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Jean-Baptiste Frétigny

Maître de conférences
Université de Cergy-Pontoise, laboratoire M.R.T.E.
jean-baptiste.fretigny@u-cergy.fr

Ulysse Lassaube

Doctorant
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Géographie-cités
ulysse.lassaube@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org