Navigation – Plan du site

Les pratiques urbanistiques de l’ombre des acteurs institutionnels et privés : le cas de Phnom Penh, Cambodge

Shadow Urbanism: Public and Private Actors Dealing with Real Estate Development in Phnom Penh, Cambodia
Gabriel Fauveaud

Résumés

Cet article analyse les pratiques urbanistiques de l’ombre mises en œuvre par des acteurs institutionnels et privés à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Il s’appuie sur un cadre théorique généralement utilisé pour analyser les initiatives locales menées par des habitants ou des groupes paupérisés (et notamment la notion « d’urbanisme de fait ») afin de montrer que la production urbaine souvent considérée comme normée et imposée au sein des villes dîtes « du Sud » est tout aussi concernée par de multiples formes d’arrangements, de conflits et de logiques de contournements. L’article mobilise tant la géographie que l’urbanisme et l’économie politique pour expliquer en quoi ces pratiques urbanistiques sont tributaires de la trajectoire historique du développement urbain, de la libéralisation de l’économie cambodgienne, de rapports sociopolitiques néopatrimoniaux, d’une flexibilité importante des modes de production de la ville et d’un faisceau complexe de rapports de pouvoir. L’article montre finalement que l’opacité des pratiques urbanistiques représente le cœur et non la marge de l’espace politique de la production des espaces urbains à Phnom Penh.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au sein des villes des pays dits « en développement », la superposition de régimes fonciers multiples, les pratiques de promotion immobilière délictueuses ou paralégales, les croissances urbaines fortes, ainsi que les multiples formes de négociations entre habitants, acteurs institutionnels et privés représenteraient des facteurs importants de l’informalité des modes de production de la ville (Choplin, 2006 ; Clerc, 2010). Cependant, la distinction entre logiques urbanistiques formelles et informelles n’est ni neutre ni tranchée ; elle est très généralement le fruit de rapports de pouvoir et de conflits de représentations, qui illustrent les enjeux politiques de l’articulation entre ces deux facettes présupposées de la fabrique urbaine (Azaïs et Steck, 2010). La notion d’informalité peut ainsi rejoindre celle d’illégalisme, qui souligne le rôle des « petits arrangements entre amis », voire des effets de corruption ou collusion, dans la production d’espaces urbains (Roy, 2009b ; MacLeod et Jones, 2011). Ces concepts permettent aussi de mieux comprendre comment les pratiques aménagistes formelles, et l’ensemble du cadre réglementaire qui leurs sont attachées, favorisent certains groupes sociaux au détriment d’autres.

2Si l’opposition formel/informel a fait l’objet de nombreuses critiques pour son imprécision, son caractère normatif ou occidentalocentré (voir notamment les travaux de B. Lautier), comprendre comment les acteurs jouent avec ces catégories permet de mieux définir les dynamiques politiques – qui renvoient ici aux relations entre acteurs – de la production de l’espace. Au sujet de la planification ou des pratiques urbanistiques, il s’agit ainsi de ne pas cantonner le formel et l’informel à des agents ou espaces particuliers, mais plutôt de comprendre comment leurs agencements et articulations participent de la fabrication d’espaces spécifiques (McFarlane, 2012). À Phnom Penh, les enjeux politiques de l’informalisation d’une partie de la population urbaine ont fait l’objet de différents travaux. J. Blot a par exemple montré comment les logiques d’éviction de populations du centre-ville et du péricentre servent les intérêts politiques et économiques d’acteurs publics et privés cherchant à s’enrichir par la spéculation foncière (Blot et Spire, 2014). Les analyses de S. Springer, servies par une analyse géographique post-anarchiste, avancent que c’est l’instauration de la propriété foncière privée depuis le protectorat, réaffirmée plus formellement après sa réinstauration en 1979 par une loi foncière votée en 2002, qui expliquerait l’ampleur des évictions forcées depuis le début des années 1990 et leur accélération au début des années 2000 (Springer, 2013). Plus largement, les évictions foncières à Phnom Penh s’articulent à différents dispositifs coercitifs de contrôle de la population urbaine et du mécontentement populaire, pour faciliter les investissements privés et promouvoir une modernisation accélérée de la capitale (Fauveaud, 2014).

3Derrière ces arguments se dessine une certaine approche dialogique de la production urbaine. D’un côté, il existerait des pratiques urbanistiques et des politiques urbaines portées par la globalisation et forgées par la circulation de références et savoir-faire intrarégionaux et internationaux (sur l’Asie du Sud-Est, voir Percival et Wiley, 2012). Ces dynamiques s’inscriraient dans la compétition interurbaine pour l’attractivité des capitaux et la croissance économique, et favoriseraient une privatisation des logiques urbanistiques, exemplaire du passage de la ville managériale à la ville entrepreneuriale ou néo-libérale (Harvey, 1989 ; Hall et Hubbard, 1996 ; Brenner et Theodore, 2002 ; Gunder, 2010).

4D’un autre côté, ces processus sous-jacents s’opposeraient à un certain nombre de pratiques urbanistiques locales, qui révéleraient l’importance de l’informalité dans les logiques d’aménagement et de planification (McFarlane, 2012). De nombreux concepts sont récemment apparus pour désigner les initiatives prises par des acteurs locaux et des habitants qui négocient, contournent, résistent ou contestent les dynamiques urbaines imposées « d’en haut », comme « l’urbanisme subalterne » (Roy, 2011), « l’urbanisme d’occupation » (Benjamin, 2008), ou encore « l’urbanisme de fait » (Shatkin, 2011). Ces travaux témoignent de l’existence de logiques urbanistiques se déroulant en dehors, à la marge, en parallèle ou en interconnexion avec les dynamiques planificatrices des autorités centrales ou métropolitaines. Ils proposent ainsi de repenser les rapports de pouvoir et les mécanismes d’exclusion qui en découlent. Ils contribuent ainsi au renouvellement des études urbaines en proposant une acceptation plus large de la notion d’urbanisme (qui inclut l’ensemble des modes formels et informels de la fabrique de la ville). Par ailleurs, ces recherches proposent une alternative critique aux recherches néomarxistes portant sur le néolibéralisme (État au service du marché, dérégulation, primauté à l’investissement privé, etc.), l’accumulation du capital et les hégémonies politico-économiques (Harvey, 2001 ; Hall, 2011), parfois critiquées de trop réduire la complexité du local et des dynamiques sociospatiales (Roy, 2009a ; Simone, 2010 ; Parnell et Robinson, 2012).

5Il est vrai que les approches politico-économiques peinent à expliquer la diversité des logiques de production de l’urbain à l’échelle locale, même si les acteurs privés et les gouvernements poursuivent des objectifs en apparence similaires. Cependant, les approches par le local et l’informalité précédemment évoquées tendent aussi à « essentialiser » l’urbanisme formel, celui porté par les acteurs institutionnels et privés. Différents auteurs ont déjà démontré l’importante informalité de cet urbanisme « du haut », lui aussi tributaire de multiples rapports de pouvoir et de logiques de contournement ou de négociation (Logan et Molotch, 2007 ; Goldman, 2011 ; Parnell et Oldfields, 2014). Par ailleurs, en opposant envers et endroits des logiques urbanistiques, la question du pouvoir reste souvent cantonnée à celle des rapports de force entre les acteurs de la production urbaine, et à exclure de fait une réflexion plus vaste portant sur la nature politique de leurs relations. Il devient alors nécessaire d’étudier plus précisément l’articulation entre les desseins des acteurs impliqués dans l’aménagement, l’urbanisme et la production de la ville, les espaces et les modalités du déploiement de la pensée et de l’action urbanistique, tout comme les rapports de pouvoir qui structurent les stratégies d’acteurs.

6L’article explorera ainsi l’hypothèse qu’une étude approfondie des choix, réalisations et stratégies urbanistiques menés par les institutions et acteurs privés peut nourrir une approche critique des logiques urbanistiques et finalement contribuer à mieux cerner la nature politique de celles-ci. À partir de cette hypothèse, il s’agira notamment d'interroger le rôle des « pratiques urbanistiques de l’ombre » (Fox-Rogers et Murphy, 2014) menées par les acteurs occupant, a priori, une position de domination dans la sphère politique ou économique.

7La première partie discutera des enjeux sociopolitiques de la fabrique urbaine à Phnom Penh et au sein de villes sud-est asiatiques en transition. La deuxième partie montrera comment le processus de construction d’un grand projet immobilier, de l’acquisition des réserves foncières à la production effective d’espaces urbains, est loin d’être linéaire. Au contraire, sa flexibilité répond aux contraintes de relations d’intérêts et de pouvoir complexes, tributaires du contexte économique et politique local. La troisième et dernière partie montrera comment les stratégies, discours et représentations des acteurs dominants s’inscrivent dans des systèmes de valeurs et de représentations tantôt convergents, tantôt divergents, qui conditionnent un urbanisme de l’ombre situé au cœur, et non la marge, des logiques politiques de la production urbaine à Phnom Penh.

8Cet article s’appuie sur des recherches menées depuis près d’une dizaine d’années à Phnom Penh, et plus particulièrement sur un terrain de recherche effectué en octobre 2015. J’utiliserai principalement des entretiens qualitatifs ouverts et semi-dirigés réalisés auprès de différents acteurs immobiliers (promoteurs, architectes, banques et investisseurs, constructeurs, etc.) et d’employés de l’État (Municipalité, représentants locaux). Les contacts auprès de ces agents ont été établis soit de « proche en proche », soit de manière spontanée. Afin de respecter l’anonymat des sources, les citations d’entretiens distingueront « experts » (personnes ayant une connaissance particulière du sujet), « officiels » (personnes travaillant au sein d’une institution cambodgienne) et « promoteurs ».

Les enjeux politiques et urbanistiques dans un contexte de transition économique rapide

9L’encadrement des dynamiques d’urbanisation par les institutions à Phnom Penh est communément considéré comme peu effectif. Pourtant, les logiques de planification restent très peu connues, à l’exception de quelques travaux. Pour W. Paling par exemple, la difficulté de planifier le développement de la ville relève d’une rupture entre les volontés institutionnelles et politiques de faire de Phnom Penh une capitale sud-asiatique moderne et la capacité des acteurs locaux à réaliser cet objectif. Cela s’expliquerait notamment par la forte dépendance des institutions planificatrices à l’aide au développement, à l’expertise étrangère (Paling, 2012) et aux investissements internationaux, qui freine la mise en œuvre d’une véritable politique d’aménagement du territoire (Goldblum, 2012). Les lacunes de la planification se traduisent en effet par une gestion au coup par coup des dynamiques d’urbanisation qu’un cadre légal déficient peine à réguler. Deux facteurs importants semblent favoriser cette situation : d’un côté, la trajectoire historique si particulière de Phnom Penh ; d’un autre côté, la nature des rapports de force entre les acteurs impliqués dans la production urbaine et la gestion des territoires.

10Entre 1975 et 1979, les Khmers rouges assassinèrent près du quart de la population totale du pays, tuant la plupart des intellectuels et anciens fonctionnaires d’État et vidèrent l’ensemble des villes de leurs habitants (Chandler, 2008). Les Khmers rouges furent renversés en 1979 par l’armée vietnamienne, qui quitta le pays en 1989. À partir des années 1980, la ville se reconstruisit lentement et difficilement. Une très large partie des savoirs urbanistiques ont ainsi été perdus et la capitale cambodgienne a été fortement endommagée par les conflits et l’abandon. La présence de l’administration vietnamienne entre 1979 et 1989 ne s’est pas réellement traduite par la mise en œuvre d’une politique socialiste et moderniste d’aménagement du territoire à Phnom Penh, comme cela était le cas au Vietnam et dans d’autres contextes socialistes (Carrier, 2008).

11Au tournant des années 1990 et avec le départ des Vietnamiens, le Cambodge adopte l’économie de marché et libéralise son économie (Népote et de Vienne, 1993 ; Gerles, 2008). La communauté internationale (qui y mène une opération de maintien de la paix entre 1991 et 1993) va appuyer l’intégration du Cambodge aux dynamiques économiques régionales et internationales. L’aide au développement des agences multilatérales s’accompagne d’une réforme de la gouvernance territoriale (décentralisation/déconcentration) et de l’accélération des investissements étrangers. À partir des années 2000, nous assistons à une transformation très rapide et inédite du territoire municipal (cf. figure 1) favorisée par la mise en œuvre de grands projets urbains privés et la multiplication d’opérations immobilières plus modestes. D’un côté, la périurbanisation s’accélère par le transfert d’une partie de la population du centre vers les périphéries et par l’installation d’une population ouvrière nombreuse venant travailler dans l’industrie de la confection. D’un autre côté, le centre-ville accueille de nouvelles zones de bureaux et commerciales, en même temps que certains espaces à hautes valeurs paysagères (les berges notamment) sont réhabilités.

12Si un Bureau des affaires urbaines (BAU) est créé à la Municipalité en 1994, il peine à jouer son rôle d’aménageur face à un système politique particulièrement centralisé autour des Ministères, du Conseil des ministres et du parti au pouvoir, le Parti du peuple cambodgien (PPC), qui domine largement le paysage politique depuis le milieu des années 1980. Entre 2001 et 2009, le BAU, avec l’appui de la coopération française, a réalisé un schéma directeur d’urbanisme pour la planification de Phnom Penh. Si celui-ci n’a pas été validé par le Conseil des ministres pendant plusieurs années, il a finalement été ratifié fin 2015 et sa mise en œuvre récemment confiée au Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et de la Construction (MATUC). Il annonce l’émergence d’une politique d’aménagement du territoire plus globale et planifiée à l’horizon 2035. Cependant, depuis les années 1990, la Municipalité reconstruit peu à peu ses savoir-faire urbanistiques (Huybrecht et Mauret, 2011). En effet, l’entretien et le développement des réseaux, la construction d’infrastructures, l’aménagement des espaces verts, la réhabilitation d’espaces peu valorisés et le renforcement d’un urbanisme réglementaire de plus en plus étoffé démontrent l’existence d’une certaine forme de politique urbaine. Celle-ci, même menée a minima, apparaît en effet indispensable au regard des transformations très rapides de la capitale cambodgienne : en 2015, plus de 600 permis de construire ont été déposés à la Municipalité pour la construction de nouveaux projets immobiliers (Officiel_2015).

13La volonté de s’appuyer sur les investissements et compétences des promoteurs et investisseurs privés pour moderniser la ville et son image a cependant participé à freiner les ambitions aménagistes des autorités, pour différentes raisons. Tout d’abord, la libéralisation de l’économie cambodgienne, la mise en place d’une planification économique stratégique mettant l’État au service du secteur privé, l’intégration régionale, ou encore la réorganisation de la gouvernance territoriale ont participé à reléguer au second plan les enjeux de la planification aux échelles municipales (Fauveaud, 2015). Deuxièmement, l’organisation sociopolitique du Cambodge resituée dans le contexte post-génocidaire est largement tributaire de logiques claniques et néopatrimoniales, qui favorisent l’accaparement des ressources (foncières, naturelles, etc.) par de hauts dirigeants de l’État et de riches magnats (dont beaucoup occupent aussi un poste institutionnel) (Bayart, 2004 ; Mikaelian, 2008 ; Springer, 2011 ; Un et So, 2011 ; Bafoil, 2014a, 2014b). Troisièmement, les perspectives d’enrichissement par la spéculation foncière ont favorisé la domination des intérêts privés sur la mise en œuvre d’une planification réglementaire, souvent perçue par les administrations et les gouvernants comme un possible frein à l’investissement et à l’enrichissement personnel, une cause potentielle de conflits interpersonnels et interclaniques (Officiel_2015), voire une source de mécontentement politique (Officiel_2015). Ces trois facteurs (retrait de l’État des logiques de planification urbaine, néopatrimonialisme et spéculation foncière) représentent des freins majeurs à la constitution d’une véritable politique d’aménagement du territoire.

  • 1 http://www.enterprisesurveys.org/data/exploretopics/corruption, consulté le 19 juillet 2016.
  • 2 http://www.transparency.org/country/#KHM_PublicOpinion, consulté le 19 juillet 2016.

14Mais surtout, le respect des normes, lois et règlements d’urbanisme est miné par un fonctionnement administratif tributaire d’une corruption généralisée. Celle-ci concerne par exemple les ventes de terrains publics ou du domaine privé de l’État, les attributions de permis de construire et les enregistrements cadastraux, les dérogations aux règlements d’urbanisme (hauteur limite des constructions dans certaines parties de la ville par exemple), l’accaparement de terres par des investisseurs privés, ou encore le rapport quotidien des habitants à leurs administrations locales. La Banque mondiale estime en 2016 que près de 65 % des entreprises au Cambodge ont dû verser au moins une fois un dessous-de-table pour exercer leurs activités1. L’organisation Transparency International considère quant à elle que 84 % des Cambodgiens ont payé en 2010 un pot-de-vin, que ce soit dans un cadre professionnel ou personnel2. Le Cambodge ferait ainsi partie des pays les plus corrompus au monde (Schneider, Buehn et Montenegro, 2010). Le résultat combiné de la néolibéralisation de l’environnement politico-économique, de la faiblesse d’un État de droit et de l’exacerbation des conflits fonciers favorise la montée des contestations sociales, rapidement réprimées par un parti politique aux ambitions hégémoniques pratiquant une répression féroce envers les opposants, peu protégés par un système judiciaire largement soumis à la loi du plus offrant (Un, 2009).

15Comprendre les pratiques urbanistiques à Phnom Penh demande ainsi de considérer les modes effectifs de gouvernement, les systèmes sociaux et de valeurs qui les structurent, ainsi que les logiques économiques qu’ils supportent. Au Vietnam, M. Gibert et J. Ségard (2015) ont montré que l’évolution des choix urbanistiques depuis les années 1980 (c’est-à-dire depuis l’ouverture économique) procède d’une adaptation des logiques de gouvernement. Particulièrement à l’échelle locale, différentes formes de conflits ou négociations entre groupes d’habitants et représentants de l’État-parti, dans le contexte d’une libéralisation et d’une privatisation accrue de la production urbaine, mèneraient à la mutation de la politique autoritaire du parti unique (Gibert et Ségard, 2015). Sans remettre en question l’analyse portant sur l’évolution des dynamiques de l’aménagement urbain au Vietnam, on peut cependant discuter l’argument selon lequel celui-ci serait un « vecteur » de mutation d’un système politique (de l’autoritarisme vers un « autoritarisme négocié »), pour deux principales raisons.

16Premièrement, ce sont avant tout les systèmes politico-économiques qui définissent et déterminent les logiques d’aménagement de l’espace (émanant de pratiques formelles ou informelles), et non l’inverse. Que ce soit au Vietnam ou au Cambodge, les choix économiques passent par l’élaboration de politiques urbaines spécifiques devant accompagner et favoriser, du moins théoriquement ou dans les discours, le développement économique. Ces questions représentent des enjeux fondamentaux au sein de contextes politico-économiques en transition rapide, comme c’est le cas, dans la région Asie, au Vietnam, en Chine, ou au Cambodge par exemple (Leaf, 2015). Le passage d’un urbanisme moderniste, support tant d’un nationalisme puissant que d’idéaux socialistes individuels et collectifs (Andrusz, Harloe et Szelenyi, 1996 ; Czepczyński, 2008 ; Mariusz, 2008 ; Diener et Hagen, 2013), vers un urbanisme entrepreneurial adossé aux initiatives privées, à la notion de projet et à la croissance économique par la valorisation de partenariats et coalitions publics-privés (Scarpaci, 2000 ; Lin, 2004 ; Tsenkova, 2006) participe de la réorganisation des relations entre les acteurs de la production urbaine. Au sein de ces régimes en transition, l’État – ou les groupes sociaux qui le contrôlent – reste le premier promoteur des réformes économiques et de la mutation des logiques planificatrices. Ses stratégies de négociation ne visent qu’à faire appliquer de manière effective la transition qu’il entend mener en contenant toute opposition pouvant remettre en cause sa vision, ses stratégies et sa légitimité. Ceci semble particulièrement probant au sein de systèmes à parti unique ou lorsqu’un parti domine largement le paysage politique (comme au Cambodge ou au Vietnam). L’aménagement est donc moins le vecteur de la transition qu’une projection des objectifs de celle-ci dans l’espace.

17Deuxièmement et à la suite de l’argument précédent, l’urbanisme, l’aménagement et la planification procèdent toujours de multiples formes d’arrangements, de conflits et de stratégies de contournement, indépendamment des contextes politiques et économiques considérés (Forester, 1982 ; Fainstein, 2000). La logique de négociation ne peut donc être un indicateur en soi d’une évolution des logiques de production de la ville. Dans des contextes de privatisation urbanistique et de libéralisation économique portées par des régimes autoritaires et centralisés, ce serait plutôt l’importante « flexibilité » dont font preuve les nouveaux modes de production de la ville qui serait un vecteur des transitions politico-économiques, et donc des logiques d’aménagement (Shatkin, 2011 : 83). Comme nous allons le voir, cette flexibilité touche aussi bien les acteurs institutionnels que privés, dont les actions s’inscrivent à l’interface des logiques sociopolitiques préexistantes et d’une transition économique rapide. À ce sujet, la production de grands projets immobiliers à Phnom Penh est particulièrement révélatrice de ces processus.

Les grands projets urbains : flexibilité de la production et urbanisme tacticien

Figure 1 : Carte de Phnom Penh montrant l’étalement urbain et les grands projets immobiliers

Figure 1 : Carte de Phnom Penh montrant l’étalement urbain et les grands projets immobiliers

Source des données : Municipalité de Phnom Penh ; Google Map ; relevés de terrain. Réalisation : Fauveaud, 2016

18Depuis la fin des années 2000, Phnom Penh accueille de grands projets urbains communément qualifiés de « villes satellites » ou de « villes nouvelles » par les promoteurs. Ces projets sont généralement à vocation mixte, rassemblant des logements, des services (salles de sport, centres d’affaires, etc.), voire des espaces de loisir (terrains de golf par exemple). Une dizaine de grands projets de ce type sont actuellement en construction, au centre comme en périphérie, et d’autres projets sont prévus au cours des prochaines années. Ils peuvent être le fruit de joint-ventures composées de compagnies étrangères (de Corée, d’Indonésie et de Chine principalement) et locales (généralement possédées par d’importants acteurs politiques et/ou économiques cambodgiens), ou être mis en œuvre exclusivement par des acteurs locaux de plus en plus professionnalisés dans l’immobilier. Ces grands projets sont devenus, depuis la fin des années 1980, une figure commune de la production urbaine sud-est asiatique. Ils ont ainsi fait entrer Phnom Penh dans les dynamiques de circulation des références urbanistiques et architecturales sud-est asiatiques et mondiales (Fauveaud, 2015).

19En Asie, ces projets sont généralement étudiés à deux niveaux de leur production. En amont, on s’intéresse à leurs designs, aux stratégies des acteurs publics et privés et aux processus d’acquisition des réserves foncières. Généralement, les recherches pointent du doigt le rôle central de la spéculation foncière, la violence d’une production urbaine générant des évictions foncières importantes, ou encore le rôle moteur de ces projets dans la privatisation de la production urbaine (Shatkin, 2008). En aval, on regarde comment ils transforment les pratiques habitantes et les modes de vie. Ils sont bien souvent perçus comme des espaces où se déploient de nouvelles pratiques socio-économiques pour les classes moyennes et aisées (Leaf, 2015). Cependant, cette rupture dans les échelles d’analyse occulte partiellement les multiples formes de négociations et d’arrangements qui ponctuent le déroulement de leur processus de production.

Figure 2 : Une photographie du Boeung Kak en cours de remblaiement

Figure 2 : Une photographie du Boeung Kak en cours de remblaiement

Cliché : G. Fauveaud, 2009

Photographie 3 : Une photographie du Boeung Kak remblayé devenu un espace de circulation important

Photographie 3 : Une photographie du Boeung Kak remblayé devenu un espace de circulation important

Cliché : G. Fauveaud, 2015

20Au centre-ville de Phnom Penh par exemple, le Boeung Kak est devenu un exemple édifiant de la privatisation urbanistique, de l’opacité économique et de la violence sociale engendrées par la construction des grands projets urbains. Situé en plein cœur de la ville et en bordure de l’ancien quartier colonial (cf. figure 1), le Boeung Kak est, jusqu’en 2007, le plus grand lac intra-urbain de la capitale. Ses pourtours sont alors occupés par une population de plus de 20 000 personnes, installée de manière spontanée depuis les années 1980. Un bail emphytéotique est accordé par le gouvernement en 2007 à une compagnie privée cambodgienne, Shukaku Inc., qui prend possession des 100 hectares de cet espace aquatique. La compagnie est détenue par le sénateur PPC Lao Meng Khin, mais en réalité administrée par sa femme, Cheung Sopheap, propriétaire officielle de la compagnie familiale Pheapimex, dont les nombreuses activités (hydrocarbure, infrastructures, agro-industrie, etc.) sont très liées à celles du parti au pouvoir. Les derniers habitants n’ayant pas accepté les maigres compensations sont finalement évincés de force en 2011 et le lac est remblayé. Si les modalités précises de l’investissement restent difficiles à déterminer, la collaboration révélée entre des hauts placés de l’État, des compagnies privées cambodgiennes et des compagnies d’État chinoises révèle l’interpénétration très forte d’intérêts publics et privés dans ces projets immobiliers à grande échelle, ainsi que le caractère violent et illégal (notamment pour les faits de corruption et la vente de terrains publics) de cette production urbaine emblématique. Les processus décrits précédemment ne représentent que l’amont du processus, où négociation et flexibilité ont peu de place. Cependant, la réalisation du projet implique des enjeux urbanistiques plus complexes.

  • 3 On retrouve l’argumentaire justifiant les évictions sur le site Internet du projet : http://www.ppc (...)

21La mise en valeur d’un tel espace représente un enjeu de taille pour le promoteur, qui n’est pas un professionnel de la promotion immobilière. Depuis l’acquisition du foncier, le marché est devenu beaucoup plus concurrentiel et l’offre bien supérieure à la demande. En conséquence, le promoteur doit faire évoluer sa stratégie urbanistique. Fin 2013, il présente ainsi un tout nouveau schéma directeur, réalisé par la firme singapourienne ONG&ONG, aux autorités municipales et ministérielles. Parallèlement, le promoteur élabore une stratégie marketing beaucoup plus sophistiquée, en s’entourant d’une équipe de communicants et d’un porte-parole, tout en diffusant des informations par l’intermédiaire de son nouveau site Internet (Expert_2015). Le projet est renommé Phnom Penh City Center et le promoteur mandate des compagnies d’architecture locales pour produire des représentations graphiques beaucoup plus abouties (Promoteur_2015). Plutôt que d’éviter tout commentaire sur le processus d’éviction, comme ce fût le cas auparavant, il le justifie par la dangerosité environnementale que représentait la vie au bord du lac, qui indiquait des taux de pollution très importants. Ces derniers seraient causés, selon le promoteur, par les habitudes de vie villageoises des habitants des berges (ils rejettent leurs déchets dans le lac), dont la population n’a cessé de grandir3. Il met enfin en avant ses différentes implications caritatives pour valoriser son image.

22Parallèlement, la stratégie de production du projet est repensée, notamment après le retrait de son partenaire chinois en 2012. Plutôt que de construire un grand projet urbain comme cela a été originellement présenté aux autorités locales et aux habitants, le promoteur diversifie les modes de développement, en s’appuyant à la fois sur des joint-ventures, des baux à moyen terme et la vente définitive d’espaces résidentiels, commerciaux et de bureaux (Promoteur_2015). Par exemple, Shukaku Inc. s’est récemment associé à la firme Graticity Real Estate Development, originaire de Beijing, pour le développement du projet One Park, un espace à usage mixte de 20 hectares comprenant des logements de très hauts standings (condominums notamment), un parc, un hôtel international, ainsi que de nombreux services et espaces récréatifs. De même, à l’extrémité nord-ouest du projet, une partie du foncier a été mis en concession à un promoteur cambodgien pour la construction de logements destinés à une clientèle locale aux revenus intermédiaires et d’un centre commercial (Promoteur_2015).

23À l’autoritarisme du processus d’acquisition du foncier se substitue donc une flexibilité plus importante dans la réalisation du projet. Espace privatisé puis fermé lors de la phase de remblaiement (cf. photographie 1), la Municipalité a négocié l’ouverture du projet pour la circulation une fois la viabilisation du terrain terminée (cf. photographie 2), sur la base d’un partage des coûts de la construction et de l’entretien des routes avec le promoteur (Officiel_2015). La localisation du projet en fait un espace stratégique pour pallier l’engorgement routier du centre-ville, particulièrement en début et en fin de journée. Pour les autorités, le partage des frais assure une meilleure articulation de cet espace originellement privatisé et fermé à l’urbain existant.

24Ces relations entre le promoteur privé et les autorités chargées de la planification, quasiment absentes pendant la phase amont du projet négociée dans les plus hautes sphères de l’État et entre quelques personnages influents du gouvernement et du PPC, permettent alors à certains fonctionnaires d’établir un contact avec le promoteur pour infléchir ses choix urbanistiques. Ce processus ne se fait cependant pas directement avec Cheung Sopheap, mais par l’intermédiaire de prestataires ou professionnels impliqués dans le projet, dont certains ont l’écoute du promoteur, comme l’architecte chargée du développement de Phnom Penh City Center (Officiel_2015). Des employés de la Municipalité essayent ainsi d’orienter les choix urbanistiques du promoteur et de s’impliquer « en douceur » dans l’aménagement du projet. En ne s’adressant pas directement au promoteur, les fonctionnaires contournent, mais respectent, la structuration très hiérarchique des relations entre puissants (Officiel_2015) en s’appuyant sur la légitimité d’un dialogue entre professionnels. Pour les institutions planificatrices, et notamment la Municipalité, il s’agit de persuader le promoteur de penser les infrastructures, d’aménager le réseau viaire, ou encore de réserver des espaces publics (Officiel_ 2015), c’est-à-dire de mettre en œuvre une stratégie urbanistique a posteriori. Cela permet aussi à certains fonctionnaires de vendre leurs prestations au promoteur, soit en tant qu’expert, soit par l’intermédiaire de leurs compagnies privées (architecture, design, etc.). Selon certains acteurs institutionnels, ils peuvent ainsi « garder un pied » dans le projet pour faciliter de futures négociations (Officiel_2015). Les intérêts sont donc partagés.

25Ce jeu de relations, ainsi que le tournant marketing opéré par le promoteur, a mené à l’organisation d’un concours de design urbain entre différentes universités de la capitale. Cette initiative avait pour objectif de faire travailler des étudiants cambodgiens sur la conception de mobiliers urbains pour l’espace vert prévu au sein du projet One Park (nommé Central Park), dont la réalisation a été confiée à la firme sino-allemande Logon, basée à Shanghai et Berlin. Le concours a impliqué le promoteur, la firme Logon et le MATUC, par l’intermédiaire du Board of Architects Cambodia, qui délivre, depuis son accréditation par décret royal en 2011, les certifications officielles pour l’exercice du métier d’architecte au Cambodge. Selon le promoteur et comme cela est présenté officiellement, il est à l’origine de l’initiative (Promoteur_2015), lorsque certains officiels disent en coulisse que c’est leur capacité de négociation avec le promoteur qui a mené à l’organisation du concours (Officiel_2015).

26Quoi qu’il en soit, le déroulement du processus de production du projet témoigne du caractère multidimensionnel des logiques de négociation, où pratiques urbanistiques formelles et informelles se chevauchent. La flexibilité représente par ailleurs un enjeu central de l’émergence d’une nouvelle sphère politique de la production urbaine, aussi réduite soit-elle. Certes, l’acquisition du foncier et le processus d’éviction s’inscrivent dans l’imposition de stratégies néopatrimoniales menées par de hauts dignitaires du régime et d’importants acteurs économiques, ces deux catégories se confondant bien souvent. Cependant, ce processus très rigide et descendant s’avère peu efficace lorsqu’il s’agit de produire concrètement des espaces urbains. Les autorités locales cherchent à infléchir les décisions du promoteur et « l’urbanisme de fait » auxquels elles font face, lorsque l’acteur privé assouplit le développement de son projet pour s’assurer une plus grande réussite de celui-ci et augmenter son retour sur investissement. La contestation sociale des évictions et la disparition du lac intra-urbain, ainsi que les retraits successifs de plusieurs partenaires étrangers ont sûrement participé à infléchir les choix du promoteur, qui a compris que la réussite de son projet dépend aussi de sa réputation et de son articulation avec les espaces urbains existants.

27Sur ce dernier point, la localisation extrêmement centrale du projet constitue un élément important dans l’explication des stratégies de négociation et de flexibilité du promoteur comme des autorités locales. La mise en œuvre de grands projets intra-urbains demande une approche urbanistique complexe pour les intégrer à la ville existante, ne serait-ce qu’a minima. La connexion au réseau de drainage et d’électricité, ou au réseau viaire par exemple, oblige le promoteur à coopérer avec les institutions planificatrices, ce qui se révèle certainement moins vrai dans le périurbain.

28Ce que nous pourrions nommer ici un ensemble de pratiques urbanistiques informelles institutionnalisées tempère l’opposition parfois trop manifeste entre urbanisme normé et imposé du haut et urbanisme alternatif, contestataire ou informel du bas. Ces négociations urbanistiques ne mènent pas automatiquement à des situations profitables aux promoteurs privés, généralement perçus, dans le contexte cambodgien comme ailleurs, comme des acteurs dominants. Dans bien des cas, ces derniers sont aussi tributaires d’une gestion territoriale et d’un agencement des rapports de force ne jouant pas en leur faveur. Ainsi l’arène des dominants est aussi, comme nous allons maintenant le voir, traversée par des conflits de pratiques et de représentations, et de multiples relations de pouvoir.

Les logiques urbanistiques au prisme des frictions territoriales et générationnelles

29Dans un contexte où les règlements d’aménagement font encore largement défaut ou, lorsqu’ils existent, sont peu appliqués, les promoteurs doivent jouer avec les modes de gestion des territoires à l’échelle locale, qui jouent un rôle clé dans l’informalisation de la production urbaine à Phnom Penh. Le territoire municipal est divisé en khan (districts), qui comprennent un certain nombre de sangkat (communes urbaines), composés eux-mêmes de différents phum (villages urbains). Si la Municipalité se situe en haut de cette hiérarchie territoriale, les khan et les sangkat sont aussi tributaires de la centralisation importante des décisions en matière d’aménagement et de financement autour des entités ministérielles (le MATUC pour l’aménagement du territoire, le ministère des Finances pour l’attribution des fonds de fonctionnement et d’investissement, le ministère de l’Intérieur pour la sécurité, etc.). Malgré le processus de décentralisation entamé au cours des années 1990 et ayant abouti aux premières élections municipales (conseils municipaux élus au niveau des sangkat) au début des années 2000, le PPC s’assure un contrôle politique important des territoires locaux en maîtrisant les processus d’élection (sangkat) et de nomination (khan). Les représentants locaux restent donc très liés au pouvoir central. Cependant, ils disposent aussi d’une marge de manœuvre parfois importante pour mener à bien leurs stratégies économiques, en captant une partie des flux financiers ayant trait aux activités administratives et une partie des investissements privés par le jeu de la corruption, tout en profitant bien souvent de leur position pour développer des activités privées (investissements dans le foncier, prise de participation dans différentes affaires, etc.).

30Pour l’ensemble des acteurs impliqués dans la production urbaine, ces échelons territoriaux sont des interlocuteurs centraux pour la réalisation de leurs projets. Moyennant des paiements officieux (mais connus de tous), ils permettent l’obtention d’autorisations officielles. Dans un contexte où l’enregistrement cadastral fait largement défaut, ils détiennent aussi les informations relatives aux statuts et modes d’occupation du sol, qui divergent généralement des enregistrements officiels. Lorsqu’un commerçant ou un habitant souhaite s’approprier l’espace public, comme le trottoir devant son habitation (pour le parking de son véhicule, le montage d’un stand de nourriture ou de vente de biens ou services divers), il doit obtenir l’aval du sangkat et payer un droit d’occupation. Si ces relations économiques semblent appartenir à l’économie informelle, elles sont constitutives de relations sociopolitiques tout à fait formalisées (car soumises à différents codes de relations interpersonnelles connues de tous et comprises par tous). La mise en place de nouveaux projets urbains doit donc s’articuler avec ces logiques territoriales locales, qui entrent de manière croissante en rupture avec des pratiques de promotion de plus en plus professionnalisées et des approches urbanistiques renouvelées menées par une nouvelle génération de fonctionnaires.

  • 4 Lorsque l’emprise foncière d’un projet dépasse les 3 000 m², il doit aussi être enregistré auprès d (...)

31Un promoteur étranger, qui construit actuellement un important projet de condominiums en périphérie, expliquait les difficultés rencontrées en amont de sa mise en chantier. Cambodgien de la diaspora revenu au début des années 1990, il acquiert plusieurs dizaines d’hectares de terrains auprès d’agriculteurs vers la fin des années 1990 (Promoteur_2015), dans une zone proche de l’aéroport alors principalement composée de maisons individuelles et de rizières. Depuis peu, il s’est associé à des promoteurs étrangers pour la réalisation d’un projet immobilier ambitieux. Sa première tâche a consisté à obtenir les autorisations nécessaires auprès du gouvernement, notamment en enregistrant son projet auprès du service du cadastre de la Municipalité et du MATUCC4. Les dimensions et délimitations précises de la propriété doivent être mesurées et vérifiées sur le terrain, avec l’aide du sangkat et après approbation du khan. Pour le promoteur, l’accessibilité de son projet est un facteur important de sa réussite (Promoteur_2015). Cependant, il remarque, après avoir mesuré le réseau viaire bordant son terrain et le reliant à la route principale, le grignotage important de la voirie par des habitations individuelles et des entrepôts. Pourtant, le cadastre indique bien une largeur de route de 7 mètres, qui ne correspond pas à ce qu’il constate sur place. Questionnant le chef de sangkat à ce propos, ce dernier lui répond qu’il ne peut contrôler ce que font tous les habitants, mais que cela ne devrait pas poser de problèmes particuliers, puisque les voies en question sont peu empruntées. Pour le promoteur, ces pratiques portent atteinte à la pérennité de son investissement, tout en représentant une certaine forme d’injustice : son projet respecte la surface enregistrée officiellement au cadastre, tandis que les habitants locaux s’arrangent avec la loi. Le chef de sangkat finit par proposer la solution suivante : on fera le nécessaire lorsque le secteur sera trop engorgé (Promoteur_2015).

32Cet exemple démontre que la contrainte imposée par « l’urbanisme de fait » n’est pas forcément contournable par les promoteurs généralement considérés comme « puissants » (ce promoteur entrerait communément dans cette catégorie), qui ne peuvent toujours imposer leurs points de vue. Le chef de sangkat défend à la fois ses intérêts personnels (le paiement de rétributions informelles par les habitants pour grignoter petit à petit sur la rue et agrandir ainsi leurs parcelles), tout en agissant en tant que représentant territorial, dont le travail consiste aussi à éviter le conflit et à assurer une certaine paix sociale, à la fois dans un but électoraliste et pour le maintien d’un système sociopolitique bien ancré dans les habitudes et les représentations.

33Ces logiques de gouvernance territoriale conditionnent aussi les stratégies urbanistiques des autorités. La régulation des modes d’occupation de l’espace devient parfois problématique pour la Municipalité, car les échelons territoriaux locaux peuvent s’y opposer, principalement car leur autorité pourrait apparaître comme contestée et qu’ils se verraient amputer de revenus parfois importants (Officiel_2015). C’est le cas lors d’occupations spontanées (temporaires ou plus pérennes) d’espaces publics par des acteurs privés (comme les abords de zones aquatiques ou les trottoirs), pour lesquelles les sangkat et/ou les khan touchent des rétributions informelles (Officiel_2015). Par exemple, la Municipalité s’est récemment servie de la nouvelle circulaire 03 votée par le Gouvernement royal en 2010 pour récupérer des terrains bordant le fleuve en plein cœur de la ville (cf. figure 1) afin de prolonger une promenade piétonne longeant les quais (Officiel_2015). Les terrains étaient occupés par des hôtels de luxe ayant agrandi leurs parcelles pour privatiser l’accès au fleuve. La circulaire 03, intitulée « Resolution of temporary settlement on land which has been illegally occupied in the capital, municipal, and urban Areas », a été élaborée avec l’aide de la coopération allemande pour assurer une meilleure gestion et résolution des conflits fonciers pour les populations les plus précaires. Si elle n’a pas réellement servi à freiner les évictions ou améliorer le sort des populations évincées en province (Lindstrom, 2013), son utilisation pour faire pression sur des propriétaires immobiliers puissants à Phnom Penh illustre les stratégies déployées par les institutions pour contourner les problèmes posés par les occupations spontanées issues d’ententes entre acteurs privés et représentants territoriaux locaux.

34Les deux exemples précédents témoignent de nouvelles formes d’oppositions ou de conflits entre acteurs, illustrant les apories d’un système politique fermé qui s’appuie sur un autoritarisme prégnant, mais promeut parallèlement une logique entrepreneuriale du développement urbain et économique. Des conflits générationnels visibles tant du côté des acteurs privés que publics émergent donc de manière croissante. Les jeunes travailleurs de l’État dénoncent ainsi plus ouvertement la logique de gouvernance territoriale héritée de la période vietnamienne (1979-1989) et l’action de certains représentants de l’État qui sont en place depuis parfois plusieurs décennies, car ils y voient un frein à leurs ambitions de modernisation et de régulation (Officiel_2015). Du côté des professionnels, la génération des « post-war babies », comme s’est dénommé l’un d’eux (Promoteur_2015), voit dans les modes opératoires des promoteurs privés amateurs proches du gouvernement (comme Shukaku Inc.) un archaïsme et un manque de professionnalisme. Cette jeune génération, de plus en plus formée à l’étranger et issue en partie de la diaspora, cherche donc à faire bouger les lignes d’une organisation sociopolitique dont ils ont le sentiment de pâtir.

  • 5 Cette nouvelle stratégie politique de la part du PPC fait notamment suite à un revers électoral trè (...)

35Ces conflits n’engagent cependant pas un changement drastique des pratiques, mais plutôt un modelage et une adaptation des logiques urbanistiques actuelles en fonction du renouvellement générationnel et de la professionnalisation accrue des acteurs de la production urbaine. En effet, cette jeune génération s’appuie aussi sur ses appartenances sociales pour faire sa place dans la sphère institutionnelle ou le milieu des affaires. Ce faisant, ils se doivent de respecter les normes d’un cadre sociopolitique contrôlé par leurs aînés, qui ont justement compris l’intérêt d’accompagner le renouvellement progressif d’une classe politique de plus en plus critiquée, notamment par les plus jeunes générations (The Phnom Penh Post, 2015)5. Mais surtout, certaines représentations traversent les différences générationnelles et de professionnalisation. Par exemple, selon de nombreux promoteurs et acteurs institutionnels interrogés, c’est avant tout le maintien d’habitudes villageoises et rurales qui explique la prégnance de pratiques urbanistiques informelles nuisibles à la modernisation urbaine (Officiel_2015 ; Promoteur_2015). On retrouve par ailleurs ces discours au sein des déclarations officielles de l’État et d’hommes politiques.

36Finalement, les acteurs impliqués dans la production des espaces urbains évoqués dans cet article (un grand projet urbain, un condominium, un espace de berge) s’appuient sur différentes formes de pratiques tacticiennes caractéristiques de « l’urbanisme incrémental » (McFarlane, 2011). Celui-ci apparaît comme particulièrement flexible, car mis en œuvre au coup par coup, en fonction des occasions et des acteurs en présence. Mais surtout, ces pratiques urbanistiques sont largement conditionnées par les solidarités et conflits entre acteurs publics et privés, tributaires des rapports générationnels, sociaux, familiaux, professionnels, claniques et de patronage. Ces processus témoignent ainsi de l’existence, en miroir de la notion « d’urbanisme de fait » proposé par G. Shatkin (2011), d’une politique urbaine de fait qui redouble le cadre réglementaire de l’aménagement du territoire et de la planification. Dans ce contexte, l’espace politique de la production urbaine et l’urbanisme de l’ombre qui le caractérise seraient moins définis par un principe d’informalité que par une logique d’opacité, qui constitue le cœur et non l’envers de la fabrique de la ville à Phnom Penh.

Conclusion

37Le Cambodge a expérimenté une transition économique rapide, au sein de laquelle l’organisation particulièrement hiérarchique et opaque, voire autoritaire, du gouvernement cambodgien a largement conditionné les logiques d’accaparement des ressources (notamment foncières) et les modes de production des espaces urbains. Dans ce contexte, les dynamiques d’urbanisation présentent des antagonismes certains, qu’il est nécessaire d'appréhender aux différentes étapes de la production urbaine, et non seulement du point de vue de la course au foncier et de la spéculation, ou des logiques de marginalisation sociospatiale.

38Au cours de cet article, j’ai ainsi présenté l’intérêt de considérer les pratiques urbanistiques de l’ombre mises en œuvre par certains acteurs institutionnels et privés. J’ai cherché à dépasser l’opposition implicitement admise dans la littérature entre une production urbaine du haut, tributaire d’un urbanisme globalisé, normalisé et imposé, et une production du bas organisée autour d’initiatives habitantes et de rapports de force locaux. Pour ce faire, l’article a mobilisé un appareil théorique généralement employé pour l’étude des pratiques urbanistiques informelles et locales menées par des habitants ou groupes de populations souvent paupérisés ou marginalisés. J’ai voulu montrer que ce cadre d’analyse permet de reconsidérer les pratiques des acteurs dominants dans leurs quotidiennetés et leurs spontanéités. Au croisement de la géographie, de l’urbanisme et de l’économie politique, une approche transdisciplinaire apparaît alors indispensable, car elle permet une meilleure compréhension des relations de pouvoir qui conditionnent la fabrique de la ville (Ward et al., 2011). En analysant le processus de production d’une ville nouvelle, d’un projet de condominiums, ainsi que les stratégies de la Municipalité pour faire pression sur les acteurs privés et les autorités territoriales locales, l’article montre que l’urbanisme de l’ombre, constitué notamment de pratiques urbanistiques informelles institutionnalisées, représente le cœur et non la marge des logiques de production de la ville à Phnom Penh. Il apparaît alors pertinent de substituer au principe d’informalité une logique d’opacité. Cette dernière n’est pas le simple résultat d’illégalismes, de stratégies d’accumulation du capital par la spéculation et la violence et de logiques économiques néolibérales (Springer, 2011), mais plutôt de l’articulation entre ces dynamiques et les spécificités des rapports de pouvoirs dans un contexte de transition urbaine à Phnom Penh. Cette réalité témoigne finalement de l’existence d’une politique urbaine de fait, malgré l’absence d’une véritable politique d’aménagement du territoire et les lacunes du cadre urbanistique réglementaire.

39Les cas d’étude présentés et les analyses proposées n’ont aucune prétention à l’exhaustivité. Une étude plus systématique des différentes formes d’urbanisme de l’ombre doit donc être menée. À ce titre, des travaux comparant différents terrains d’étude ou catégories de promoteurs (locaux et internationaux, amateurs et professionnels, etc.) permettraient de mieux identifier les facteurs concourant à pérenniser ces pratiques sur le long terme. L’approche comparative apporterait un éclairage certain sur leurs effets sociospatiaux, et donc sur la manière dont elles participent de la production d’espaces particuliers.

Remerciements : L’auteur tient à remercier les deux évaluateurs anonymes et les éditeurs du dossier pour leur lecture attentive de précédentes versions de cet article et pour leurs nombreuses remarques.

Haut de page

Bibliographie

ANDRUSZ, G., HARLOE, M. et SZELENYI, I. (dir.), 1996, Cities after socialism: Urban and regional change and conflict in post-socialist societies, Oxford, Blackwell.

AZAÏS, C. et STECK, J.-F., 2010, « Éditorial. », Espaces et sociétés vol. 3, n° 143, p. 7-12.

BAFOIL, F., 2014a, « État prébendier et politiques industrielles au Cambodge », Critique internationale, vol. 4, n° 65, p. 105-125.

BAFOIL, F., 2014b, « Cambodia: Political Capitalism and the Prebendal State », in Bafoil, F., Emerging Capitalism in Central Europe and Southeast Asia, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 87-104.

BAYART, J.-F., 2004, Libéralisation économique et violence politique au Cambodge, Paris, rapport du Fonds d’analyse des sociétés politiques (Fasopo).

BENJAMIN, S., 2008, « Occupancy urbanism: radicalizing politics and economy beyond policy and programs », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 3, n° 32, p. 719-729.

BLOT, J. et SPIRE, A., « Déguerpissements et conflits autour des légitimités citadines dans les villes du Sud », L'Espace Politique [En ligne], vol. 1, n°22, DOI : 10.4000/espacepolitique.2893.

BRENNER, N. et THEODORE, N. (dir.), 2002, Spaces of Neoliberalism: Urban Restructuring in North America and Western Europe, London, Blackwell.

CARRIER, A., 2007, Les" lois de la possession" à Phnom Penh : conversion des droits d'usage résidentiel issus du contexte socialiste de réappropriation urbaine (1979-1989) en droits de propriété, Université Paris 8, Thèse de doctorat en urbanisme.

CHANDLER, D., 2008, A History of Cambodia, Chiang Mai, Silkworm Books, 4ème édition.

CHOPLIN, A., 2006, « Le foncier urbain en Afrique : entre informel et rationnel, l'exemple de Nouakchott (Mauritanie) », Annales de géographie, vol. 1, n° 647, p. 69-91.

CLERC, V., 2010, « Du formel à l'informel dans la fabrique de la ville. Politiques foncières et marchés immobiliers à Phnom Penh. », Espaces et sociétés vol. 3, n° 143, p. 63-79.

CZEPCZYŃSKI, M., 2008, Cultural landscape of post-socialist cities: Representation of power and needs, Hampshire, Ashgate Publishing.

DIENER, A. C. et HAGEN J., 2013, « From socialist to post-socialist cities: Narrating the nation through urban space », Nationalities papers, n° 41, p.487-514.

FAUVEAUD G., 2015, La production des espaces urbains à Phnom Penh. Pour une géographie sociale de l’immobilier, Paris, Publications de la Sorbonne, 368 p.

FAUVEAUD, G., 2014, « Phnom Penh ou l’ordre métropolitain : polices, pouvoirs et territoires », EchoGéo [Online], n° 28, DOI : 10.4000/echogeo.13807

FAINSTEIN, S. S. 2000, « New directions in planning theory », Urban Affairs Review, vol. 35, n° 4, p. 451-478.

FORESTER, J., 1982, « Planning in the face of power », Journal of the American Planning Association, vol. 48, n°1, p. 67–80.

FOX-ROGERS, L. et MURPHY E., 2014, « Informal strategies of power in the local planning system », Planning Theory, vol. 13, n° 3, p. 244-268.

GERLES, F., 2008, « L’économie cambodgienne », in Forest, A., (dir.), Cambodge contemporain, Paris/Bangkok, Les Indes savantes/Irasec.

GIBERT, M. et SÉGARD, J., 2015, « L’aménagement urbain au Vietnam, vecteur d’un autoritarisme négocié », Justice spatiale/Spatial justice, n°8, p. 1-25.

GOLDBLUM, C., 2012, « Phnom Penh ou la métropolisation dépendante : entre processus d’urbanisation et stratégie d’aménagement », in Franck, M., Goldblum, C., et Taillard, C. (dir.), Territoires de l’urbain en Asie du Sud-Est. Métropolisations en mode mineur, Paris, Éditions du CNRS, p. 25-73.

GOLDMAN, M., 2011, « Speculative urbanism and the making of the world city », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 3, n°35, p. 555–581.

GUNDER, M., 2010, « Planning as the ideology of (neoliberal) space », Planning Theory, vol. 9, n°4, p. 298-314.

HALL, S., 2011, « The Neo-liberal Revolution », Cultural Studies, vol. 6, n° 25, p. 705-728.

HALL, T. et HUBBARD, P., 1996, « The entrepreneurial city: new urban politics, new urban geographies? », Progress in Human Geography, vol. 2, n° 20, p. 153-174.

HARVEY, D., 2001, Spaces of capital: Towards a critical geography, New York, Routledge.

HARVEY, D., 1989, « From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism », Geografiska Annaler, p. 3-17.

HUYBRECHTS, E. et MAURET, F., 2011, « Phnom Penh (Cambodge). Le renouveau de la planification urbaine », Urbanisme, n° 379, p. 32-36.

LIN, G. C. S., 2004, « Toward a post-socialist city? Economic tertiarization and urban reformation in the Guangzhou Metropolis, China », Eurasian geography and economics, n° 45, p. 18-44.

LINDSTROM, N., 2013, Policy for the Poor? Phnom Penh, Tenure Security, and Circular 03, Phnom Penh, Sahmakum Teang Tnaut, 76 p.

LOGAN, J. R., MOLOTCH, H. L., 2007, Urban Fortunes. The Political Economy of Place, Berkley, University of California Press

MACLEOD, G. et JONES, M., 2011, « Renewing urban politics », Urban Studies, vol. 12, n°48, p. 2443–2472.

MCFARLANE, C., 2012, « Rethinking informality: Politics, crisis, and the city », Planning Theory & Practice, vol. 1, n°13, p. 89-108.

MCFARLANE, C., 2011, Learning the city: knowledge and translocal assemblage, Malden, Wiley-Blackwell.

MIKAELIAN, G., 2008, « Pour une relecture du jeu politique cambodgien : le cas du Cambodge de la reconstruction (1993-2005) », dans Forest A. (dir.), Cambodge contemporain, Bangkok, Irasec, p. 141-188.

NÉPOTE, J., DE VIENNE, M.-S., 1993, Cambodge, laboratoire d’une crise. Bilan économique et prospective, Paris, CHEAM, 1993.

PALING, W., 2012, « Planning a future for Phnom Penh: Mega projects, aid dependence and disjointed governance », Urban Studies, vol. 13, n°49, p. 2889-2912.

PARNELL, S., OLDFIELD, S., 2014, The Routledge Handbook on Cities of the Global South, New-York, Routledge

PARNELL, S. et ROBINSON, J., 2012, « (Re)theorizing cities from the Global South: Looking beyond neoliberalism », Urban Geography, vol. 33, p. 593–617.

ROY, A., 2011, « Slumdog cities: rethinking subaltern urbanism », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 2, n°35, p. 223-238.

ROY, A., 2009a, « Why India cannot plan its cities: informality, insurgence and the idiom of urbanization », Planning theory, vol. 1, n°8, p. 76-87.

ROY, A., 2009b, « Strangely familiar: Planning and the worlds of insurgence and informality », Planning Theory, vol. 1, n°8, p. 7–11.

SCARPACI, J. L., 2000, « On the transformation of socialist cities », Urban geography; n° 21, p. 659-69.

SCHNEIDER, F., BUEHN, A. et MONTENEGRO, C. E., 2010, « Shadow Economies All over the World : New Estimates for 162 Countries from 1999 to 2007 », Policy Research Working Paper 5356, Banque mondiale

SHATKIN, G., 2011, « Coping with actually existing urbanisms: The real politics of planning in the global era », Planning Theory, vol. 1, n° 10, p. 79-87.

SHATKIN, G., 2008, « The city and the bottom line: urban megaprojects and the privatization of planning in Southeast Asia », Environment and Planning A, vol. 2, n°40, p. 383-401.

SIMONE, A., 2010, City life from Jakarta to Dakar: movements at the crossroads, New York, Routledge.

SPRINGER, S., 2013, « Illegal evictions? Overwriting possession and orality with law's violence in Cambodia », Journal of Agrarian Change, vol. 4, n°13, p. 520-546.

SPRINGER, S., 2011, « Articulated neoliberalism: The specificity of patronage, kleptocracy, and violence in Cambodia's neoliberalization », Environment and Planning A, n° 43, p. 2554–2570.

THE PHNOM PENH POST, 2015, CPP leadership sees influx of new blood, Phnom Penh, 2 février 2015.

TSENKOVA, S., 2006, « Beyond transitions: Understanding urban change in post-socialist cities » in Tsenkova, S. et Nedovic-Budic Z., The urban mosaic of post-socialist Europe: Space, institutions and policy, New-York, Physica-Verlag Heidelberg.

UN, K. et SO, S., 2011, « Land rights in Cambodia: How neopatrimonial politics restricts land policy reform », Pacific Affairs, vol. 2, n° 84, p. 289–308.

UN, K., 2009, « The Judicial System and Democratization in Post-Conflict Cambodia », in Öjendal J. et Lilja M., Beyond democracy in Cambodia. Political econstruction in a post-conflict society, Copenhague, NIAS Press, p. 70-100.

WARD, K., IMBROSCIO, D., MARTIN, D., STONE, C., WHELAN, R., MIRAFTAB, F. et COCHRANE, A., 2011, « Urban politics: an interdisciplinary dialogue », International journal of urban and regional research, vol. 35, n° 4, p. 853-871.

Haut de page

Notes

1 http://www.enterprisesurveys.org/data/exploretopics/corruption, consulté le 19 juillet 2016.

2 http://www.transparency.org/country/#KHM_PublicOpinion, consulté le 19 juillet 2016.

3 On retrouve l’argumentaire justifiant les évictions sur le site Internet du projet : http://www.ppcc.com.kh/en/the-development/future.html. On peut par ailleurs noter une différence très importante entre la version anglaise et la version khmère de cette page. Cette dernière, beaucoup moins étoffée, ne fait pas mention des enjeux environnementaux. Elle précise seulement que le lac a été remblayé pour favoriser le développement futur de la ville. Ces deux registres argumentatifs font écho aux discours officiels justifiant l’intérêt de développer les grands projets urbains, notamment sur des terrains publics.

4 Lorsque l’emprise foncière d’un projet dépasse les 3 000 m², il doit aussi être enregistré auprès du MATUC, ce qui témoigne de la forte prégnance des ministères sur les institutions territoriales locales.

5 Cette nouvelle stratégie politique de la part du PPC fait notamment suite à un revers électoral très important au cours des dernières élections législatives de 2013, où le principal parti d’opposition a remporté 45 % des voix. Cependant, ce renouvellement s’appuie en grande partie sur l’entrée au gouvernement d’enfants de fonctionnaires d’État ou de membres du PPC affidés au pouvoir central.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de Phnom Penh montrant l’étalement urbain et les grands projets immobiliers
Crédits Source des données : Municipalité de Phnom Penh ; Google Map ; relevés de terrain. Réalisation : Fauveaud, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3886/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2 : Une photographie du Boeung Kak en cours de remblaiement
Crédits Cliché : G. Fauveaud, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3886/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Photographie 3 : Une photographie du Boeung Kak remblayé devenu un espace de circulation important
Crédits Cliché : G. Fauveaud, 2015
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3886/img-3.png
Fichier image/png, 855k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Fauveaud, « Les pratiques urbanistiques de l’ombre des acteurs institutionnels et privés : le cas de Phnom Penh, Cambodge », L’Espace Politique [En ligne], 29 | 2016-2, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3886 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3886

Haut de page

Auteur

Gabriel Fauveaud

Professeur invité
Université de Montréal, Département de géographie, Programme d’études internationales
gabriel.fauveaud@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org