Navigation – Plan du site

Lieux culturels et informalité politique à Naples : une approche par les pouvoirs multisitués

Places of Culture and Political Informality in Naples: an Approach Based on Multilocated Powers
Pascale Froment

Résumés

Dans le contexte de renouvellement du concept d’informalité en sciences sociales, cette contribution propose d’aborder la question du rapport entre informalité et politique, à partir de la création de nouveaux lieux de culture, de leurs usages et de leur gestion, dans le centre historique de Naples. Malgré une littérature très nourrie sur le rôle des politiques culturelles dans la renaissance des villes, le champ des pratiques informelles dans ce domaine a été relativement peu défriché. Or, l’analyse des actions et des lieux culturels ouvre des pistes prometteuses pour saisir quelques-unes des facettes de l’informalité politique en raison de la diversité des acceptions de la culture et par le fait même qu’elle constitue une sphère encore peu codifiée, suscitant des situations inédites et l’émergence d’une pluralité de foyers de pouvoirs où s’imbriquent circuits officiels et logiques informelles à différentes échelles. Le cas de Naples, au-delà de ses singularités, constitue de ce point de vue un observatoire privilégié.

Haut de page

Texte intégral

1À l’heure où la question de l’informel revient en force dans l’actualité politique européenne, en relation avec la crise de l’endettement des pays de l’Europe du Sud, sous la forme quelque peu réductrice de la lutte contre l’économie souterraine, son approche scientifique connaît un important renouvellement en sciences sociales après une période de latence. Celui-ci témoigne d’une double évolution vers des postures vis-à-vis de l’informel se détournant de la dimension économique au profit du politique d’une part, et de la valorisation de démarches plus attentives aux échelles locales et métropolitaines pour explorer l’envers des espaces urbains d’autre part. La notion est ainsi appréhendée dans sa relation aux territoires selon de nouvelles entrées qui privilégient de plus en plus l’analyse des gouvernements urbains, des formes de contournement ou de transgression des règles et des pratiques officielles du pouvoir. Cette relecture, qui n’est pas sans continuité avec le questionnement plus ancien du rapport de l’informel à l’État, peut être mise au compte des transformations des régimes de l’action publique et de ses échelles d’intervention ainsi que d’un profond redéploiement du rôle de l’État. Toutefois, si le schéma dualiste définissant l’informel en creux du formel est désormais bel et bien dépassé, les significations de ce concept polysémique ne sont pas élucidées pour autant. Le riche foisonnement des études soulève ainsi quelques questions qui méritent d’être débattues.

2En géographie, les travaux empiriques en matière d’informalité politique ont privilégié différents objets - production de quartiers illégaux, ambulantage, question du droit, sécurité -, associés très souvent à des formes patentes d’illégalité, voire de criminalité. L’approche par la culture et les politiques culturelles n’a paradoxalement que peu donné lieu à un rapprochement entre informel et politique. C’est ce qui fera l’objet de notre questionnement. En effet, si le tournant culturel des projets urbains, en Europe et au-delà, a engendré une littérature scientifique considérable, celui-ci a été davantage appréhendé à travers les projets institutionnels, les grands équipements, ou des effets gentrifiants, n’effleurant que plus sporadiquement le rapport aux logiques informelles de production et de gouvernement des espaces urbains. Or, nous gageons que les enjeux culturels offrent un nouveau champ d’investigation pertinent pour éclairer certains pans de l’informalité politique par la diversité des acceptions et des rôles conférés à la culture, des récits qui s’en emparent, par le fait même que celle-ci constitue une sphère encore peu codifiée, suscitant des situations inédites et l’émergence d’acteurs pluriels dans l’arène politique, selon des jeux mêlant étroitement circuits officiels et logiques informelles.

  • 1 Recherches conduites dans le cadre d’une habilitation à diriger les recherches. Le mémoire intitulé (...)
  • 2 La notion de légalité faible peut être entendue comme phénomène diffus, endémiquement présent en ce (...)

3À la croisée des études urbaines et des recherches sur l’informalité, le présent article propose ainsi d’envisager la question du rapport entre informalité et pouvoirs à partir des lieux culturels et patrimoniaux, de leurs usages comme de leur gestion et de prendre part aux débats en cours en présentant les apports des recherches de terrain conduites sur Naples1. L’étude de deux sites localisés dans le centre historique de Naples - l’Ex-Asilo Filangieri et les Catacombes de San Gennaro - au cœur des logiques du changement urbain et de mise aux normes internationales de la ville, nous permettra d’interroger le rôle des pratiques considérées comme illégales dans la production de l’espace urbain, en tenant compte, précisément, des effets de contexte dans la définition même de l’informalité politique. Naples, et de façon plus générale le Sud italien, offre à cet égard un contexte spécifique caractérisé par une « légalité faible »2, associée à un déficit institutionnel (La Spina, 2005) et à la présence de puissantes organisations criminelles ; ce déficit pose en des termes différents les relations de la société à l’État ainsi que les connexions entre informalité, illégalité et illégitimité qui, quoique distinctes, sont marquées par une forte porosité et des limites variant selon les émetteurs. Mais, au-delà de ces singularités, les cas étudiés ouvrent des pistes quant aux transversalités éventuelles avec d’autres villes en matière de gestion des lieux culturels, de circulation-appropriation des normes et, plus amplement, de rapport de l’informalité au politique.

4Comment les pratiques dites informelles interrogent-elles et remettent-elles en cause les modalités officielles de la fabrique urbaine ? Comment l’élaboration des politiques urbaines misant de plus en plus sur la culture intègre-t-elle des logiques informelles, fruit d’alliances entre des acteurs pluriels, institutionnels ou issus du monde économique ou associatif ? Pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse, notre position sera tout d’abord de ne pas dissocier a priori les diverses composantes de l’informel – politique, économique et sociale – étroitement intriquées dans les territoires, et de tenir compte de ses différentes facettes et usages sémantiques : c’est en cela aussi que la culture par l’ambigüité des rôles qui lui sont conférés constitue un champ intéressant. Il s’agira aussi de voir en quoi une approche par la sphère des actions culturelles peut contribuer à éclairer la complexité du rapport entre informalité et politique, en mobilisant la notion de fluidité des pouvoirs dans leur déploiement à des échelles multiples. C’est en effet à partir de l’analyse de la dimension relationnelle et pluriscalaire de l’informalité politique que nous proposons la notion de pouvoirs multisitués.

5Après avoir évoqué les pistes ouvertes par le renouvellement de la notion d’informalité dans sa dimension politique et précisé nos positions de recherche, nous évoquerons l’inscription des deux lieux d’étude dans l’espace urbain, les enjeux d’une occupation illégale des espaces, pour envisager enfin les apports de ces expériences en matière de culture aux débats et aux questionnements sur l’informalité en géographie et dans les sciences sociales.

Informalité, politique et culture : enjeux d’un renouvellement scientifique

L’informalité revisitée au prisme du politique

  • 3 En référence à Bruno Lautier qui distingue en effet un premier âge (1971-1987) marqué par les débat (...)
  • 4 Voir à ce propos les dossiers récents consacrés à ces thèmes dans Espaces et sociétés 2010/n°143; G (...)

6Les approches actuelles de l’informel sont le produit d’un legs considérable d’études dans des champs disciplinaires et selon des postures idéologiques et méthodologiques variées. Le renouvellement en cours de la notion s’opère après une période de mise en jachère scientifique du terme du début de la décennie 1990 jusqu’au début des années 2000, imputable aux impasses théoriques de la notion d’informalité non dépassées qui continuent de faire de celle-ci un « concept faible » (Lautier et al., 1991). Ce nouvel âge de l’informel3 se définit en premier lieu contre les positions hégémoniques de l’économie sur la notion et les approches macro qui ont longtemps dominé le champ de la recherche sur fond de vifs débats, et par une mise à distance délibérée de la composante économique de l’informalité au profit du politique ; il se situe dans le sillage, souvent implicite, de quelques textes fondateurs touchant à la relation à l’ État, à la corruption et au clientélisme, qui ont permis de sortir progressivement de l’amalgame initial entre informel et illégalité (Portes, et al., 1989 ; Lautier, et al., 1991; etc.). Le foisonnement des recherches depuis dix ans a été nourri par l’apport de disciplines qui avaient jusque-là peu investi le champ de l’informalité. Les sciences politiques (Fisher, Spire, 2009), l’histoire (Aprile, Retaillaud-Bajac, 2008 ; Le Gall, et al., 2012), les sciences juridiques (Ewick, Silbey, 1998) proposent en ce sens des relectures du concept à partir, entre autres, de la notion foucaldienne d’illégalisme (Foucault, 1975), de l’approche néo-institutionnaliste par les règles du jeu et les acteurs (North, 1990 ; Mayntz, 1993), pour questionner la fabrication des normes et le concept d’illégalité. Elles irriguent les travaux récents des géographes s’intéressant aux territoires de l’informel, selon des entrées variées : le rapport entre espace et droit, les questions de sécurité et de contrôle des territoires, les formes de la régulation urbaine, etc.4

7Le retour de l’informalité en géographie s’inscrit alors dans une double transition marquée d’une part par l’émergence de nouveaux paradigmes et postures scientifiques, remettant en cause les lectures dichotomiques du réel, les constructions idéologiques des catégories héritées de la modernité occidentale, au profit d’une analyse des porosités et hybridations et, d’autre part, par de profondes mutations des espaces et des sociétés urbaines. Ainsi, le rapport à l’État, au cœur des réflexions sur l’informel, se trouve réexaminé à la lumière de la redéfinition de son rôle et de l’affirmation de nouveaux acteurs ; il est saisi, à travers les actions mais aussi les discours accompagnant les politiques publiques, le plus souvent à une échelle locale. Les conditions de gouvernement des territoires ont été en effet profondément modifiées sous l’effet d’un double processus de compétition interurbaine dans le cadre de la mondialisation et de décentralisation d’une partie des compétences et pouvoirs de l’État, laissant bien plus de marge de manœuvre à une multiplicité d’acteurs dans la gouvernance urbaine, en particulier en Europe (Le Galès, 2011), ainsi qu’aux rapports de force dans l’arène politique inscrits à des échelles infranationales. Cette démultiplication ouvre de nombreux interstices à l’exercice du pouvoir et de la citoyenneté, à des pratiques et modalités de contrôle alternatif des espaces et des actions sur les territoires.

  • 5 Par exemple, évoque-t-on le même phénomène lorsqu’on parle de politique informelle ou bien d’inform (...)

8L’intérêt porté aux arrangements, aux modalités de la production des espaces urbains, pour saisir l’informalité politique laisse cependant en suspens des questions non résolues. Sur le plan sémantique, le terme d’informalité politique recouvre implicitement des hésitations quant aux contenus et aux passerelles avec d’autres champs voisins5 mais non interchangeables, rendant de plus en plus ardues les tentatives de définition. Qu’en est-il aussi du rapport entre informalité, espace et pouvoir qui se trouve au cœur du questionnement des géographes ? S’il est entendu que le territoire est l’un des lieux mêmes de la construction du rapport à l’État et un enjeu de pouvoir – de négociation, de contestation, de médiation - la relation entre informalité politique et espace ne va pas pour autant de soi, et revêt de multiples formes : par son voisinage ambigu avec la marge (Sierra, Tadié, 2008), par les types de réglementations et par les effets d’une codification des usages et des pratiques (Garcier, 2009), par la façon dont les normes qualifient, définissent, distinguent les espaces et produisent des ordres juridiques localisés (Mélé, 2008).

9Il n’est pas question dans le cadre de cette contribution de saisir l’informalité politique dans toutes ses déclinaisons, nous en aborderons quelques facettes à partir des actions culturelles et de la valorisation du patrimoine dans le centre de Naples. L’informalité politique sera envisagée peut-être moins comme un envers urbain que comme un entre-deux, voire un entre-lieux, comme un espace matériel et métaphorique de contestation et de coproduction des normes en matière de culture et de gestion des lieux urbains, dans un domaine où précisément les règles et le rôle des acteurs sont mal définis.

Culture et actions culturelles : work in progress

  • 6 Les Surintendances qui dépendent du Ministère des Biens et Activités Culturelles et du Tourisme (Mi (...)

10Le rapport entre culture et informalité offre un riche champ d’investigation encore peu exploré aussi bien du côté des recherches sur l’informel que des études urbaines. Or, la mobilisation de la culture comme instrument de renaissance des villes, en particulier pour les métropoles en crise, en fait un enjeu central des rapports de force entre acteurs, officiels ou pas ; elle invite à repenser les jeux de pouvoir dans le gouvernement des villes, en tenant compte des échelles hors-champ de l’action locale ainsi que le rôle du bricolage de normes juxtaposées d’origines diverses, dans la construction et la transformation des territoires. L’intérêt pour la ressource culturelle, en particulier en temps de crise, est à rechercher dans une double tendance de marchandisation de la culture et de culturalisation de l’acte de produire et ne va non plus sans quelque paradoxe : l’économie culturelle est aujourd’hui valorisée en raison de la richesse créée mais n’en reste pas moins marquée par une grande précarité des emplois et par l’incertitude des budgets, en période d’austérité (Pratt, 2012). Cette évolution ouvre le registre des biens culturels à d’autres acteurs - privés, issus du monde associatif ou citoyens ordinaires - mettant en débat la légitimité de chacun dans l’arène des affaires culturelles qui oppose les tenants de la protection des biens communs à ceux favorables à leur privatisation partielle (Lucarelli, 2013). Dans ce contexte, les espaces, en raison de leur polyvalence même, deviennent un enjeu de politique urbaine de premier ordre, de mise en question de l’action publique en matière de culture. Se pose en effet le problème de la mise en adéquation des lieux avec les usages, de la conciliation entre un statut patrimonial qui les soumet aux règles strictes imposées par les Surintendances6 en Italie et l’accueil d’activités variées inégalement compatibles avec ces contraintes (Greffe, 2003).

Fig.1 Informalité : sphères sémantiques

Fig.1 Informalité : sphères sémantiques

Réalisation : Pascale Froment, 2016

11Nous aborderons le rapprochement entre informalité politique et culture, en nous référant à trois grandes sphères sémantiques esquissées à partir des principales acceptions et usages de la notion (fig.1), et à partir de trois pistes de travail.

12- Tout d’abord, le champ de la culture, décliné sur de multiples registres et fortement investi par le politique, s’avère être un « espace » d’expérimentation et d’incertitude, au sens de faiblement codifié et formalisé sur le plan juridique, en particulier pour tout ce qui concerne l’usage et la gestion des lieux ; il s’agit là d’une première facette de l’informalité (sphère I) désignant ce qui est non structuré, souvent en instance de l’être, et donc à appréhender dans le temps à travers les processus d’informalisation/ formalisation des espaces et des activités.

13- En raison de ce déficit de codification, les lieux de l’action culturelle apparaissent comme un champ de rapports de force multiples, que l’on abordera à partir du double principe de pluralité et de fluidité des pouvoirs. Le premier, en syntonie avec l’affirmation de nouveaux acteurs dans le gouvernement des territoires, repose sur la coprésence de foyers de pouvoirs mêlant des acteurs et des pratiques s’exerçant en tous lieux de la vie en société. Sont ainsi pris en compte d’autres détenteurs que l’État lui-même : en fonction de la légitimité qui leur est conférée (institutionnels ou pas, officiels/officieux) elle-même en constante redéfinition, de la nature du pouvoir exercé (politique, social, économique), du statut (public/privé), etc. La référence à la fluidité des formes d’exercice du pouvoir permet aussi d’aller plus loin en empruntant, et détournant, la notion de « microphysique » des pouvoirs (Foucault, 1975, p.31) comme  flux traversant l’ensemble de la société, dépassant l’échelle locale des pratiques informelles de proximité par une approche transcalaire. À la jonction de la pluralité et de la fluidité, nous proposons le terme de pouvoirs multisitués, entendu ici au sens de circulation, informelle ou pas, entre différentes échelles et composantes du pouvoir ; il s’agit par là de dépasser les lectures duales opposant souvent hâtivement le public au privé, les acteurs du haut à ceux du bas, les logiques top down et bottom up tendant ainsi à occulter une partie des jeux complexes d’acteurs dans la fabrication des normes juridiques, spatiales et sociales.

  • 7 Cf. à ce propos le rôle du pouvoir judiciaire au début des années 1990 dans la construction locale (...)

14- Enfin, les valeurs qui lui sont communément attachées confèrent à la culture des significations variables selon les acteurs et les contextes. Dans le cas des espaces marqués par une légalité faible comme Naples, la culture est, dans les discours, fortement teintée d’éthique et associée de façon récurrente à la légalité ou, plus précisément à la lutte contre l’illégalité, par différents acteurs et selon des acceptions variées : comme marque distinctive d’une équipe politique7, comme invocation ou revendication, comme simple affichage, etc. La culture fait ainsi office de curseur permettant de saisir les représentations multiples de l’illégalité et de ses frontières ténues avec ce qui est légitime et/ou officiel, faisant implicitement référence à une autre facette de l’informalité (sphère II).

15En cela, des pratiques informelles apparemment semblables comme l’occupation illégale de lieux patrimonialisés, peuvent recouvrir des logiques différentes en fonction des significations et attributs conférés à la culture.

  • 8 Le travail de terrain s’inscrit dans le cadre d’un détachement d’un an en Italie, à Naples, en tant (...)

16Celles-ci ont été appréhendées sur le terrain napolitain par une première série d’entretiens effectués en 20138, selon une démarche de type qualitatif, qui ont donné lieu à un suivi régulier des acteurs et des opérations jusqu’en 2015. Les entretiens – au nombre de 32 pour les deux cas d’étude - ont concerné aussi bien les acteurs institutionnels que les acteurs associatifs : leaders, opérateurs culturels, membres des collectifs et coopératives, travailleurs sociaux. En dehors des entretiens, d’autres corpus ont été mobilisés, en particulier les textes législatifs et règlements, la presse (pages locales en particulier), les sites et blogs, les manifestes et tracts, permettant d’analyser et confronter les discours individuels et collectifs des nombreux acteurs concernés. L’une des principales difficultés rencontrées durant les entretiens a été d’amener les différents protagonistes des collectifs et associations à sortir d’un discours compact et bien rodé destiné soit aux medias soit aux interlocuteurs politiques pour accéder à des récits plus individuels permettant de restituer une pluralité de voix derrière des projets communs.

Bras de fer autour des lieux culturels

Lieux in, lieux off 

  • 9 Le terme de système mode relève d’une adaptation de l’italien sistema moda associant textile, habil (...)

17Dans le processus de changement d’image pour les villes en crise, les tiraillements deviennent de plus en plus évidents entre la mise en place de grands projets et les interventions portées par les initiatives de groupes sociaux exclus ou moins ciblés par les normes esthétiques et culturelles dominantes. Selon une dialectique territoriale d’inclusion/exclusion, ces tensions se traduisent dans les espaces centraux par la coexistence – juxtaposition ou imbrication – de lieux « choisis » par les politiques urbaines et de territoires, abandonnés par les activités traditionnelles non gratæ, comme la production du système mode9 dans le cas napolitain, et laissés pour compte des politiques de renouvellement. Les centres historiques en cours de patrimonialisation font ainsi l’objet d’une mise aux normes internationales par l’intermédiaire de dispositifs techniques et juridiques, d’un code de pratiques adéquates de l’espace en fonction de normes sociales édictées par les élites urbaines et conformément aux standards de la ville créative, attractive et compétitive.

  • 10 Le périmètre du centre historique de Naples a donné lieu à de nombreux découpages dans le temps, al (...)

18À Naples, souvent considérée comme la dernière grande ville populaire d’Europe, plusieurs voies se dessinent à partir des années 1990 pour la transformation du vaste centre historique10 et de ses lieux symboliques inégalement revisités par la culture (fig.2). D’une part, la mise en place de projets urbains de grande envergure - stations de l’art du métro, créations muséales, etc. (Froment, 2010) -, mobilisant à différentes échelles l’arme culturelle pour promouvoir la ville, produit une première catégorie de lieux bien insérés dans les politiques officielles : les lieux in (Vivant, 2006). Ces lieux-vitrines, faute de dialoguer avec leurs territoires d’insertion, conservent un caractère insulaire car souvent mal raccordés aux espaces environnants et aux pratiques des habitants. D’autre part, de nouveaux espaces d’expression, alternatifs, sont créés à l’initiative d’artistes et d’opérateurs culturels qui s’emparent des dents creuses de la ville ou se saisissent de fragments du patrimoine existant comme outils de revalorisation de territoires plus limités, à l’échelle d’un quartier voire d’un édifice : les lieux off.

Fig.2 Lieux culturels in et off dans le centre historique de Naples

Fig.2 Lieux culturels in et off dans le centre historique de Naples

Réalisation : P. Froment, P. Pentsch

  • 11 En vertu des accords de Latran, de 1924, reconfirmés par le concordat de 1984 (art.12), l’État ital (...)

19Les deux exemples retenus – l’Ex-Asilo Filangieri et les Catacombes de San Gennaro - correspondent à des lieux officiellement reconnus du patrimoine culturel napolitain par leur emplacement dans le périmètre Unesco largo sensu défini en 1995 (981ha), mais ils relèvent d’un statut et d’un ordre spatial différents. Attenant au complexe de San Gregorio Armeno, le premier, ancien couvent du XVIe s. puis pensionnat pour orphelins, est localisé au cœur du centre antique et du périmètre Grand Projet Unesco (GPU) ; propriété de la commune de Naples, il fait partie du domaine public et des édifices tenus sous contrôle par la Surintendance. Après les travaux de restructuration terminés en 2005, il est destiné en 2009 à devenir le siège de l’organisation de l’événement Forum Universel des Cultures (FUC), programmé pour 2013. En revanche les Catacombes de San Gennaro, jouxtant la Basilique du même nom, sont situées dans la partie haute du quartier de Stella, fuori le mura et hors périmètre du GPU. Leur gestion relève de l’Archidiocèse de Naples, par délégation de la Curie romaine11 ; elles sont en partie abandonnées et fermées au public.

Occupations illégales : enjeux et contextes

  • 12 Les positions ne recouvrent pas tout à fait, malgré des similitudes, la distinction adoptée par Ugo (...)

20Ces lieux en jachère ont fait l’objet d’une occupation illégale - l’Ex-Asilo Filangieri, de 2012 à janvier 2016, et les Catacombes de San Gennaro en 2008 - qui s’affiche comme contestation des choix de l’action publique en matière de culture autant que de son inertie, mais s’inscrit dans des stratégies, des temps et des contextes spatiaux distincts12.

  • 13 Il s’agit en particulier de l’occupation de Santa Fede Liberata et de l’ex-OPG (Ospedale Psichiatri (...)
  • 14 De nombreuses études ont été consacrées à l’émergence des friches culturelles qui, dans leur grande (...)

21Le cas de l’Asilo Filangieri peut être en partie rapproché d’autres expérience napolitaines - le DAMM, l’Officina 99, le Lanificio ou plus récentes13 - de lieux inoccupés et réinvestis par des collectifs du secteur de la culture, représentant l’une des modalités d’entrée des artistes dans la fabrication de la ville culturelle14.

  • 15 En particulier par Alberto Lucarelli alors adjoint au Biens Communs, Eau publique et Démocratie par (...)

22L’Ex-Asilo Filangieri présente un double intérêt. D’une part, il condense les frictions entre la philosophie des biens communs et de la démocratie participative défendues par l’équipe municipale élue en 201115 et la difficile mise en œuvre de ces principes. D’autre part, de lieu symbolique de la culture officielle en tant que siège du FUC, il est devenu le lieu de contestation de la politique municipale des grands événements (fig.3) de l’équipe précédente.

23L’occupation du bâtiment en 2012, sous l’impulsion du collectif La Balena composé d’un noyau dur d’une vingtaine de « travailleurs de l’immatériel », naît de protestations récurrentes contre la présence d’un vaste espace inutilisé alors que les lieux dédiés à la culture sont rares, ou bien à risques car non entretenus et non mis aux normes de sécurité et d’hygiène. À cela, s’ajoute une contestation de l’événement lui-même, progressivement vidé de ses objectifs et contenus et cristallisant « les critiques d’un projet culturel devenu inconsistant »16 qualifié par les opérateurs du collectif comme un « fantôme administratif ». Les retards accumulés et les atermoiements quant à l’organisation du FUC ont en effet créé un vide institutionnel pour cette structure, une vacance comblée en quelque sorte par l’installation illégale de collectifs engagés dans les actions artistiques et culturelles : expositions, projections de films, rencontres, ateliers de danse. L’occupation abusiva des locaux flambant neufs a ainsi débouché sur un bras de fer de longue durée entre les membres du collectif et les responsables politiques et administratifs de la Commune. L’équipe municipale a cherché à trouver un compromis avec les opérateurs culturels impliqués17 – organisés en collectifs, donc sans statut défini légalement, et selon le principe de l’autogestion et de l’autofinancement – pour doter le lieu de règles de fonctionnement, dans un contexte où l’événement peinait de plus en plus à trouver des financements.

  • 18 La commune compte 30 quartiers regroupés en 10 Municipalités. Celles-ci ont été introduites en 2005 (...)
  • 19 A. Lucarelli, Adjoint aux Biens communs et à la Démocratie participative, équipe de De Magistris (2 (...)

24L’occupation non réglementée de cet espace-enjeu est en même temps entrée en conflit avec d’autres usages revendiqués par une partie des riverains dérangés par le bruit en soirée ou par des acteurs, institutionnels ou pas, contre des manifestations culturelles nombreuses mais assez peu tournées vers le territoire de proximité. L’option proposée par la Quatrième Municipalité18 d’en faire un centre (de formation, de production à petite échelle et d’exposition) pour les activités artisanales de la zone, spécialisées dans l’art de la crèche est écartée par la Commune de Naples car jugée « non conforme aux projets en cours privilégiant la vocation culturelle » de cet espace central19.

  • 20 Le Rione Sanità, aux limites floues, constitue une partie du quartier administratif de Stella, beau (...)
  • 21 Traduction de napolitano dentro, (Source : site http://www.altranapoli.it, et entretien 2014), idem (...)
  • 22 D’autres associations, nombreuses sur le territoire de la Sanità, ont toutefois joué le rôle de pio (...)
  • 23 Entretiens Loffredo (2013), Albanese (2014).

25Dans le cas des Catacombes de San Gennaro, l’occupation, de courte durée, s’inscrit comme une simple étape, nécessaire mais vite dépassée, d’un projet plus ambitieux qui, au-delà du site, cible l’ensemble du Rione Sanità20. Initié dans les années 2005-2006, il résulte de la rencontre de deux volontés et de deux structures qui ont fait rapidement système : la paroisse Santa Maria della Sanità, guidée par le prêtre Antonio Loffredo depuis 2001 et l’association à but non lucratif L’Altra Napoli, créée en 2006 par Ernesto Albanese, manager de profession, résidant à Rome mais « napolitain dedans »21. Malgré leurs différences, les deux leaders convergent autour de la nécessité de faire quelque chose pour la ville, d’en « valoriser les qualités cachées » en privilégiant une « politique des petits pas bien plus efficace que les projets pharaoniques qui restent dans les tiroirs durant des décennies ». La réouverture des Catacombes en décembre 2008, après des années de fermeture intermittente, correspond à un moment clé – un tournant – du processus de requalification du quartier de la Sanità par ces acteurs22. La valorisation du patrimoine ne représente qu’un aspect des actions conduites sur le territoire donnant la priorité aux enjeux sociaux dans un quartier où les taux de chômage atteignent localement 40% et 60% pour les moins de 25 ans. Les espaces attachés à la paroisse, entièrement restructurés par des artistes volontaires, sont conçus comme un beau réceptacle pour accueillir des activités (étude, accueil des familles, sport, jeux, etc.) visant l’intégration des enfants et des jeunes du quartier, « les véritables protagonistes » des projets de façon à les « sortir de la rue et de la criminalité »23. Dans un même esprit, l’ouverture des Catacombes au tourisme doit permettre de faire vivre les membres de la coopérative La Paranza qui en ont la gestion et dont le nombre est passé de 6 à 12 en sept ans. Les objectifs ne sont cependant pas incompatibles et le lieu, réaménagé pour les visites nocturnes, émerge très vite comme espace d’accueil pour des conférences, des spectacles, des manifestations culturelles, devenant une référence pour le quartier et au-delà. Entre 2005 et 2015, le système Sanità prend progressivement la forme d’une nébuleuse de projets, portés par dix associations et coopératives. Le capital de relations d’Albanese facilite l’adhésion et le soutien du monde des entrepreneurs et des professions libérales, celui de Loffredo rassemble les habitants de la Sanità autour des activités de la paroisse et les instances de la hiérarchie ecclésiastique, incontournables en matière de patrimoine. Les membres des différentes structures sont des jeunes du quartier, fréquentant au départ les espaces de la paroisse mis à disposition pour des activités récréatives, ainsi que des bénévoles issus d’autres zones de Naples mais pour la plupart sans liens particuliers avec le monde de la culture qui est dans le cas de la Sanità moins une fin qu’un moyen.

Les lieux révélateurs des rapports à l’État et à l’illégalité

26Les deux expériences révèlent la trame des rapports complexes des différents acteurs aux institutions et à l’État ainsi que les significations politiques qui accompagnent l’illégalité dans les actes comme dans les discours. L’occupation des sites patrimoniaux est allée de pair avec une visibilité médiatique voulue et orchestrée – une manière de créer l’événement -, comme modalité de prise de pouvoir face aux instances politiques locales. Pour ce faire, a été également mise en scène la légitimité des actions réalisées au nom de la culture et des citoyens (cas de L’Asilo), ou d’un territoire et de ses habitants (cas du système Sanità) ; cette recherche de visibilité contredit l’amalgame fréquent entre informalité et clandestinité. Les positionnements à l’égard de l’illégalité sont pourtant différents.

27Du côté des artistes et des opérateurs culturels de l’Asilo, l’opposition aux acteurs institutionnels locaux se cristallise au départ sur une contestation de « l’économie de l’événement », comme symbole de politiques inadaptées reposant sur des logiques topdown d’attribution des espaces destinés à la création artistique - ateliers, lieux d’exposition et de rencontre - ne répondant pas aux besoins de la société urbaine. L’antagonisme à l’égard des pouvoirs en place, en partie redevable à l’héritage des centres sociaux rebelles (Festa, 2003 ; Rossi, 2009 ; Dines, 2012), est en quelque sorte constitutif de la formation même de ces groupes et de leurs modalités d’expression et de communication.

  • 24 Propos de Maurizio Zanardi, recueillis par le quotidien Il Corriere del Mezzogiorno, édition du 31 (...)

« Comparés aux collectifs underground d’il y a quelques décennies, le défi de ces nouveaux groupes est de trouver une forme de clandestinité à ciel ouvert. La contradiction est seulement apparente : expressions artistiques et pensée incommode demeurent vivaces uniquement dans un atelier permanent qui doit se confronter sur un mode constructif avec les administrations locales, en se soustrayant toutefois à la machine institutionnelle qui domestique tout »24.

28Mais, de la contestation radicale exprimée par le noyau dur de la Balena aux revendications plus ponctuelles d’autres occupants, la gamme des positions se révèle plus nuancée lors des entretiens et des assemblées hebdomadaires qui rythment l’évolution du lieu.

  • 25 E., La Balena, entretien 2013.
  • 26 La pétition Dignité et Culture, contemporaine à l’occupation de l’Ex Asilo Filangieri (mars 2012), (...)
  • 27 A., La Balena, entretien 2013, idem pour la citation suivante.
  • 28 C’est cette même logique qui est revendiquée par exemple par le nouveau collectif Santa Fede Libera (...)

29À cela, s’ajoute une dénonciation du système « clientéliste et rentier des politiques culturelles »25 au bénéfice de quelques personnalités très en vue de la culture officielle locale exerçant un monopole sur certains secteurs, celui du théâtre en particulier26. Elle est enfin plus largement l’expression d’une revendication et d’une résistance de la part de travailleurs précaires dans le domaine des arts et de la culture à un ordre néolibéral orientant les politiques culturelles, locale et nationale, au détriment des catégories sociales les plus fragilisées et à une fragmentation du monde du travail en segments multiples, de moins en moins protégés, où précarité et informalité s’entremêlent sur le marché de l’emploi : « nous travaillons aussi pour redonner de la dignité aux nombreux travailleurs de ce secteur qui, malgré leur sérieux et leur talent, n’ont aucun droit, aucun salaire décent. »27. Parallèlement, face à la criminalisation de leur action de la part d’autres groupes locaux de pression (représentants politiques des partis d’opposition, commerçants), les occupants de l’Asilo soutenus par une partie de l’équipe municipale, revendiquent la légitimité sociale des actions, la « libération » de lieux sous-utilisés et dérobés aux habitants et à la créativité28 : « Nous pensons qu’aucun acte d’illégalité n’a été commis, mais bien un acte de restitution, pas d’appropriation, à la ville d’un bien commun qui, jusque-là, lui était de fait retiré, volé. ».

  • 29 La camorra, ancrée dans la région de Naples, se distingue des autres mafias italiennes par son cara (...)
  • 30 La page d’accueil du site de L’Altra Napoli rappelle d’ailleurs ce “rêve partagé” qui est de “contr (...)

30Dans le cas de la Sanità, il n’y a pas de conflit ouvert. L’occupation est vécue comme simple moyen visant à bousculer la bureaucratie pour obtenir les clés du site en vue de sa restructuration et de son ouverture. On peut donc parler plutôt de pragmatisme associé à une construction symbolique de l’identité du projet et de ses principaux protagonistes contre l’illégalité. Le discours – des leaders, des jeunes membres des coopératives, etc. –, s’inscrit ainsi dans un jeu complexe entre, d’une part, une mise en cause de l’État dans ses multiples formes et échelles et d’autre part, un combat contre la mainmise des clans camorristes29 sur les territoires du centre historique et la vie de ses habitants. Pour Loffredo, il n’est pas question de s’afficher comme prêtre anticamorra mais de « couper l’herbe sous les pieds des organisations criminelles » en offrant d’autres horizons à la jeunesse du quartier. L’acte de naissance de l’Altra Napoli est explicitement formulé contre l’illégalité et la criminalité, une dimension presque absente des textes du collectif de L’Asilo30. Le rapport à l’État est aussi élaboré différemment.

« La magistrature a fait son travail : elle a porté des coups aux clans et elle a laissé ainsi un vide. Mais qu’arrive t-il si on laisse un vide, si l’État ne le comble pas ? C’était le moment de s’y insérer, cet espace n’a pas été occupé par l’État, par le Public. C’est un peu comme celui qui s’invente gardien de parking, il se crée un travail. Les « abusifs » prennent place là où les besoins ne sont pas couverts, par excès de lenteur souvent de la machine administrative. Alors on occupe les interstices. Ça conduit bien sûr à des coups de force, à ne pas respecter les règles. Nous aussi nous avons été un peu « mal élevés », nous avons occupé San Gennaro sans autorisation. D’abord on occupe et après on voit, sinon ça finit en discussions absurdes. Et puis, bien sûr, c’était possible parce que je suis un homme d’Église : j’ai servi de paravent aux jeunes. » (Antonio Loffredo, entretien 2013)

31Les logiques d’action jouent la carte de l’empowerment contre l’assistantialisme (Trigilia, 1994 ; Del Monte, Giannola, 1997 ; Borgomeo, 2014), considéré comme un « mal méridional » entretenu par l’État ; elles ne se définissent pas « contre » ce dernier, mais délibérément « sans lui » : « L’aide de l’État ? Pas la peine d’en parler » (Gianni, La Paranza, 2013). Face au « laisser-faire », à « l’arbitraire » et à la diminution des fonds publics pesant sur les projets sociaux et les associations, le choix a été d’emblée de ne rien demander aux acteurs publics de façon à garantir l’indépendance matérielle des projets. Leur financement vient des structures privées et du monde associatif - au moyen du sponsoring, fundraising et crowdfunding – et en particulier des fondations, via les avis de concours, et notamment de la Fondazione Con il Sud, créée en 2006. Les ressources humaines sont fournies par le bénévolat : c’est-à-dire du temps mais aussi des compétences professionnelles  mobilisées par les réseaux interpersonnels étendus (médecins, architectes, artistes, enseignants) des deux leaders. Le statut et les comptabilités des diverses associations et coopératives mises en place sont scrupuleusement contrôlés par les experts du vivier de bénévoles, alors que les collectifs de L’Asilo se sont structurés sans forme légale. La position des responsables de l’Altra Napoli est d’être irréprochable de ce point de vue compte tenu d’un contexte marqué par une opacité des frontières et gradients entre illégal et criminel.

32L’illégalité de l’occupation dûment mise en scène ne représente cependant que la surface de l’iceberg de l’informalité dont la partie immergée, bien plus complexe, est constituée moins de coups d’éclat que de réseaux et de circulations certes plus feutrés, mais aussi de plus vaste portée.

Culture, normes et informalité : nouveaux enjeux

Occupations illégales, compromis et bricolages

  • 31 Les Catacombes sont liées à la Basilique San Gennaro, qui relève de la Région Campanie (Unité Sanit (...)
  • 32 La délibération de mai 2012, restée depuis lors en suspens, établit comme principe que les lieux ne (...)
  • 33 Le rapport aux lieux est réglementé sur le principe du commodat dit aussi prêt à usage: il s’agit d (...)

33Le dénouement s’avère dans les deux cas favorable aux occupants des lieux. Du côté des Catacombes, une solution au différend opposant la paroisse à la Région Campanie, est finalement trouvée en 2008 entre les différentes institutions concernées31, ouvrant la voie aux travaux de restructuration du site. L’incubation a été plus lente pour l’Ex-Asilo Filangieri. Mis devant le fait accompli, l’Assessorat aux Politiques urbaines, Urbanisme et Biens communs a opté dès 2012 pour une solution souple en acceptant l’occupation comme forme d’« enrichissement de la société civile par la culture » (Lucarelli, avril 2013)32. Le refus de la proposition par les membres du collectif La Balena, le plus intransigeant des premiers occupants, avait abouti à un blocage et à une perte du contrôle temporaire de la situation par la Municipalité en particulier sur la question de la responsabilité des locaux à diverses reprises vandalisés, au grand dam de la Surintendance. Après cinq ans d’escarmouches et de dialogue, l’approbation en décembre 2015 de la délibération communale n°400 du 25 mai 2012, permet une reconnaissance officielle par l’administration du système d’autorégulation mis en place par les « habitants » de l’Ex-Asilo c’est-à-dire l’ensemble du collectif devenu L’Asilo et labellisé en quelque sorte comme lieu de culture, comme l’avaient été sous d’autres formes l’Officina 99 et le DAMM33.

Fig.3 De l’Ex-Asilo Filangieri à l’Asilo (2012-2016)

Fig.3 De l’Ex-Asilo Filangieri à l’Asilo (2012-2016)

Source : Il vaporetto, 2012 (3a) P. Froment, cliché 2016 (3b)

  • 34 L’expression est entendue au sens d’action brutale contraire au droit.
  • 35 En ce sens, le refus du projet de la Quatrième Municipalité, évoqué précédemment est éloquent quant (...)
  • 36 En témoigne par exemple la proposition de Lettieri, conseiller communal de l’opposition, de dédier (...)

34L’issue des deux épisodes témoigne autant d’une politique du fait accompli – le coup de force34 accompagné d’un « bon usage » des lieux – que d’un rapprochement sur un certain nombre d’enjeux culturels. La dimension de contestation de l’Asilo tend à s’émousser pour faire place au compromis et la transgression initiale, inscrite dans la durée, devient l’acte fondateur d’un processus de légalisation. La trajectoire d’intégration de ce lieu dans la politique indécise et appauvrie des institutions municipales rejoint par bien des aspects les principales phases des cycles d’évolution que l’on retrouve ailleurs à propos des friches urbaines : abandon des lieux, occupation et appropriation informelle, contestation par les institutions dans leur nouvel usage, négociation ou rupture pouvant déboucher sur la confiscation/éviction ou sur un compromis qui finit par officialiser des lieux et des pratiques contestataires. Les usages temporaires et non planifiés témoignent souvent en effet d’une convergence progressive de logiques pourtant distinctes : ils sont dans certains cas perçus par les autorités locales comme des « opportunités de participer à la revalorisation symbolique d’un lieu et à l’amélioration de son image, comme un moyen aussi d’accélérer la mutation de ces espaces » (Andres, 2011). Le « temps de veille », associé à un statut informel, serait alors une forme d’attente et d’anticipation sur le renouvellement des territoires en déshérence, laissant l’opportunité de décider ultérieurement de leur vocation en fonction du marché, les issues étant variables selon le type de propriétaires, les options de financements publics et les alternances politiques. Dans le cas de l’Asilo, l’équipe municipale, en période de forte crise du projet urbain et culturel et d’assèchement des ressources, a choisi de laisser à ce contenant un contenu culturel en accord avec des objectifs considérés comme légitimes et en cohérence avec les positions d’une partie de l’équipe communale de centre-gauche35 défendant l’idée de culture comme bien commun, contestée par les adjoints de l’opposition36.

  • 37 Cette référence récurrente vient d’un programme expérimental de six mois (2012) intitulé « SISanità (...)
  • 38 En simplifiant, le premier registre concerne les acteurs du système Sanità, le second caractérise d (...)

35De façon plus générale, le processus de mise à l’épreuve et de négociation témoigne d’une imprégnation – et d’une interaction – des cultures politiques locales par les modèles en vogue circulant à l’échelle internationale et retravaillés aux échelles micro-urbaines, via l’imprégnation et l’appropriation de corpus et lexiques communs. Quoique dans un cadre idéologique très différent, les discours des acteurs interrogés sont souvent émaillés de références à la gestion participative, à l’économie culturelle comme levier de développement des territoires et même aux « 3 T » de Richard Florida (2002), évoqués lors des entretiens par deux jeunes de la coopérative La Paranza37. En retour, ces expériences contribuent à la fabrication de nouveaux codes en matière de gestion du patrimoine à des fins de requalification territoriale et rend ainsi possible une forme de consensus, si fragile soit-il. Les préceptes à la mode sont mobilisés et réutilisés à des fins locales mais leur usage n’est pas incompatible avec une certaine inventivité quant aux modalités de fonctionnement. Les références à des modèles clés en main voisinent avec des valeurs cultivées et inspirées d’autres registres hétéroclites – de l’humanisme catholique, autour du don, de la solidarité avec les plus faibles jusqu’au néomarxisme38 – générant un bricolage syncrétique inattendu.

36Les édifices occupés apparaissent comme des lieux de négociation et/ou de confrontation, et de compromis, où se jouent de plus en plus la construction de nouvelles normes dans le domaine de la diffusion de la culture et de la création artistique, où s’expérimentent aussi de nouvelles règles du jeu entre acteurs de plus en plus nombreux. L’appropriation abusive des espaces laissés pour compte conduisant de l’illégalité à l’institutionnalisation fait ainsi l’objet d’une double instrumentalisation ou tout au moins d’une « domestication » (Neveu, 2011). De la part de l’acteur public qui peut intervenir dans le processus de légitimation des initiatives culturelles en recourant au registre de la participation, ou bien entrer en scène seulement a posteriori à la manière du « visiteur du soir » qui «  arrive quand tout est déjà en place » (Braudel, 1985, p.72). De la part des acteurs associatifs, pour qui la mobilisation, sinon l’appropriation, sélective des standards de la ville compétitive, facilite de fait, intentionnellement ou pas, l’accès aux appels à projets des fondations, à la sponsorisation, etc. pour obtenir des financements.

Fabrique des normes et pouvoirs multisitués.

37On touche ici à l’une des principales sphères sémantiques du concept d’informalité : ce qui, au regard de la loi, n’est pas réglementé ou tout au moins pas encore - les limbes de la législation – et qui caractérise les domaines émergents de l’activité économique et sociale, les « espaces » laissés à découvert par les réglementations et mettant en jeu la capacité de l’État, à réguler et légiférer. Certains pans de la culture – en ses espaces, objets et acteurs – peuvent être ainsi considérés comme des zones grises ou en transition, des lieux gouvernés de façon informelle et autant d’arènes où s’exerce une multiplicité de pouvoirs, constitués ou pas, à des échelles variées et au service de finalités diverses, voire contradictoires. Les expériences peuvent alors s’appuyer sur l’existant - c’est-à-dire sur d’autres itinéraires semblables mais jamais tout à fait identiques - et en tirer une parcelle de légitimité et de pouvoir nécessaires pour agir sur l’espace. Elles peuvent également devenir exemplaires pour d’autres contextes et pour la production de nouvelles lois dans une sphère d’activité encore mal régulée et aux statuts indéfinis. Les deux exemples font apparaître des logiques spatiales et des échelles distinctes qui contribuent à la reconnaissance des lieux, des acteurs et des projets.

38Correspondant à une première configuration, la trajectoire de l’Asilo s’inscrit dès le départ dans un réseau d’autres expériences menées à l’échelle de l’Italie - en particulier celles du Théâtre Valle, du S.a.L.E Docks de Venise, ou du Macao à Milan - selon un mode réticulaire, non hiérarchisé et polycentrique.

  • 39 Extrait de « La Balena napoletana, per un Asilo della conoscenza e della creatività » da Laura Chia (...)

39« Nous sommes une composante de ce Cinquième Etat, désormais conscient, dans tout le pays, de l’urgence qu’il y a à redéfinir et reformuler le rapport entre culture, politique et économie. L’occupation des espaces est la première action mise en place par toutes ces réalités nationales qui, au cours des derniers mois se sont impliquées dans des expériences de réappropriation et d’autogouvernement d’institutions et de lieux de la culture (…) »39.

  • 40 Cf. Apparecchio per aprire dal disotto. Il s’agit d’un projet rassemblant en Italie trois centres d (...)

40Par le dépassement de l’échelle locale, la mise en relation d’actions similaires plus ou moins concomitantes dans différentes villes renforce la légitimité des occupations illégales40 et des initiatives venues du bas dans le rapport engagé avec les forces politiques locales, ici central dans le processus d’institutionnalisation.

41Dans le cas du site des Catacombes de San Gennaro, les alliances et échanges multiscalaires, – du quartier populaire, à la Cité du Vatican, ou aux cabinets ministériels –, très actifs et informels, revêtent une autre signification et une autre configuration spatiale. C’est dans la pluralité des foyers de pouvoir que se fabriquent les projets de lois sur la gestion des biens patrimoniaux dits secondaires, nourris par les expériences locales réussies et que se pose la question du modèle ascendant : comment les expériences venues du bas, via les intermédiaires locaux, interagissent avec les décisions prises aux échelons institutionnels plus élevés, nationaux en l’occurrence ? Dans ce domaine, s’affirme de plus en plus fortement au nom d’une meilleure gestion (et conservation) de ces derniers, un passage de relais de la sphère des pouvoirs publics vers le secteur privé et/ou les organisations associatives ou coopératives (Glevarec, Saez, 2002), pour les biens plus modestes. Ilaria Buitoni-Borletti, ancienne présidente du Fondo Ambiente Italia (FAI) et sous-secrétaire au MiBACT (Ministère pour les Biens et les Activités Culturelles et le Tourisme) dans les gouvernements Letta et Renzi s’est ainsi appuyée sur des gestions considérées comme exemplaires pour défendre le dossier de décret loi spécial sur les Biens culturels, porté par la puissante Confcooperativa : l’objectif de la proposition étant de confier l’usufruit des biens artistiques patrimoniaux considérés comme plus modestes à des structures du tiers secteur et à des communautés locales.

42Au-delà de leurs différences, ces deux expériences fonctionnent comme des « prototypes ». Du côté de l’Asilo, c’est finalement entre les pouvoirs politiques locaux et les collectifs qu’est scellée une alliance autour de la gestion du lieu, réglementée par les 23 articles de la Déclaration d’usage civique élaborée entre mai 2012 et décembre 2015.

  • 41 Luigi De Magistris, maire de Naples et juriste de formation, interview donnée à Cafébabel, 20 janvi (...)

43« Ce règlement est une nouveauté absolue dans le panorama italien (…). La délibération de mai 2012, la première en Italie sur la procéduralisation de l’usage civique dans les politiques culturelles, est extrêmement importante. C’est le fruit d’un dialogue, qui l’a rendue possible en maintenant l’autonomie des deux réalités, entre opérateurs de l’Asilo et Commune de Naples »41.

  • 42 C’est ce que Paolo Maddalena, vice-président émérite de la Cour constitutionnelle, rappelle dans l’ (...)

44Objet de polémiques politiques et juridiques, l’expérience condense les diverses facettes de l’informalité : tenue pour illégale par ses détracteurs, elle est parallèlement accueillie par de nombreux juristes comme une redécouverte et une mise en acte des principes mêmes de la Constitution italienne (articles 42, 43 et 118) relatifs à la gestion des biens relevant du domaine public42. Du côté des Catacombes, les liens établis par Antonio Loffredo avec l’ex-représentante du FAI permettent en quelque sorte d’ouvrir la voie et d’accélérer le passage vers une éventuelle législation, souhaitée par les associations et une partie des élites politiques. Il y a donc bien une co-construction des normes, depuis les territoires vers les centres décisionnels et vice-versa, utilisant des détours et des voies officieuses qui assurent la fluidité des échanges entre les différents foyers de pouvoir, de force inégale mais interdépendants. Elle naît souvent de la création d’un précédent, d’un forçage - sous forme illégale – visant à déclencher et/ou à accélérer un processus de formalisation, et d’innovation.

45C’est in fine aux modalités d’usage des biens culturels et patrimoniaux que renvoient les deux success stories locales, mettant en débat l’exploitation de ces derniers à des fins civiques comme à des fins privées. L’évolution législative italienne récente vers un partenariat accru entre sphère publique et associative a ouvert du même coup la voie à une privatisation de la gestion du patrimoine, dégageant les biens de la tutelle de l’État au profit des structures du monde associatif mais également des grandes fondations et sociétés privées qui progressivement s’en emparent avec l’aide des « serviteurs infidèles de l’État » (Montanari, 2015, p.11).

46L’occupation illégale des espaces exprime souvent dans les faits une double contestation : d’une part contre la privation des citoyens de ressources spatiales par l’incurie des acteurs publics et d’autre part contre le risque de privatisation des espaces patrimoniaux par la vente ou les concessions d’usage à des groupes privés, rejoignant en cela d’autres mouvements émanant de la société civile : manifestations, pétitions, etc. C’est ce qui est actuellement en jeu à Naples. Pour d’autres fragments du patrimoine, comme par exemple la Galleria Principe di Napoli ou encore l’ex-Ospedale della Pace, la destination des locaux réhabilités met au jour la diversité des intérêts et l’état des rapports de force quant à l’usage des lieux inoccupés, entre vocation socioculturelle destinée à la collectivité et usage privatif de ces derniers (installation de boutiques, cafés, centre de bien-être, etc.) promouvant des visions plurielles du centre-ville et de son attractivité.

Conclusions

  • 43 Le tiers secteur (ou secteur no profit), ne relevant ni de l’économie marchande, ni de l’économie p (...)

47Ces deux parcours renvoient tout d’abord aux acceptions ambivalentes de la culture et du patrimoine comme ressources et comme enjeu économique et spatial en raison d’une marchandisation croissante des biens culturels. Ils invitent également à reconsidérer l’émergence du monde associatif, catégorie hybride (le terme de tiers secteur est en lui-même éloquent43), dans une réflexion plus générale sur les acteurs de la renaissance urbaine par la culture et sur les rapports de pouvoir qu’ils entretiennent. En effet, outre la sphère du welfare investie en réponse à un désengagement de l’État social, l’économie associative s’impose de plus en plus dans la sphère de la culture et tend à dé-ranger les représentations de la gouvernance dans la ville entrepreneuriale, abordées le plus souvent en termes de face à face public-privé. Dans la reconfiguration de l’action publique, ce sont justement le statut et le rôle confiés explicitement ou pas aux acteurs d’un monde associatif très disparate - et ponctuellement capté au bénéfice d’intérêts privés -, qu’il faut appréhender les rapports actuels de pouvoir autour de la culture selon des géométries de plus en plus mouvantes renvoyant à l’informalité.

48La pluralité des acteurs, des territoires et des échelles de pouvoir conduit en effet à aller au-delà des arènes locales pour aborder les pratiques informelles dans leur diversité. En cela l’informalité politique peut être lue comme un jeu de pouvoirs multisitués qui recouvre aussi bien les foyers inscrits dans des sphères différentes de la vie de la cité, rapprochant les dimensions politiques, sociales et économiques de l’informel, que leur inscription en des espaces multiples, dans la fluidité des échelles connectées de façon peu formelle confirmant le caractère éminemment relationnel de la notion d’informalité ainsi que les rapports de domination qu’elle recouvre par l’instauration d’un certain ordre urbain.

49L’étude de l’informalité politique par les lieux culturels inventés, imités ou disputés, s’inscrit dans les débats actuels sur les formes de participation citoyenne ou populaire aux activités économiques et à la vie de la cité et sur l’ambivalence du rôle conféré à la culture. Celle-ci peut être saisie comme expression d’une résistance ouverte aux pouvoirs urbains établis et plus généralement au modèle de la ville entrepreneuriale ou comme l’une des voies de développement local au profit des populations les plus déshéritées, selon des modalités tantôt d’évitement tantôt d’affrontement. Les occupations de sites révèlent en cela l’importance des mouvements sociaux mais aussi le renouvellement des modalités d’expression et d’action dans leur ambivalence : les pratiques informelles peuvent être lues à la fois comme instrument de pouvoir et de domination et comme marge de liberté et de résilience de groupes sociaux en situation contrainte. Ouvrant de nouveaux chantiers de recherche en géographie, le rapprochement de l’informalité politique et de la culture contribue à éclairer les dynamiques de pouvoir inscrites dans l’espace à différentes échelles, aussi bien dans le gouvernement des métropoles que dans la fabrication des normes.

Haut de page

Bibliographie

ANDRES, L., 2011, « Les usages temporaires des friches urbaines, enjeux pour l’aménagement », Métropolitiques, 11 mai 2011. URL : http://www.metropolitiques.eu/Les-usages-temporaires-desfriches.html

APRILE, S., RETAILLAUD-BAJAC, E., (dir.), 2008, Clandestinités urbaines. Les citadins et les territoires du secret (XVIe-XXe siècles), Rennes, P.U.R.

AZAIS C., STECK J-F., (coord.), 2010, « Les territoires de l’informel », Espaces et sociétés 2010/n°143

BORGOMEO, C., 2014, L'equivoco del Sud. Sviluppo e coesione sociale, Roma, Laterza.

F. BRAUDEL, 1985, La dynamique du capitalisme, Paris, Artaud.

DEL MONTE, A., GIANNOLA, A., 1997, Istituzioni economiche e Mezzogiorno. Analisi delle politiche di sviluppo, Roma, La Nuova Italia Scientifica.

DINES, N., 2012, Tuff city, Urban Change and Contested Space in Central Naples, Berghahn, New-York Oxford.

EWICK, P., SILBEY, S., 1998, The Common Place of Law - Stories from Everyday Life, University of Chicago Press.

FESTA, F.A., 2003, « L'alchimia ribelle napoletana. Materiali per una storia della città antagonista », in CAPPELLI, O., Potere e società a Napoli a cavallo del secolo. Omaggio a Percy Allum, ESI, Napoli, 2003, p. 381–423

FISCHER, N., SPIRE, A., 2009, « L'État face aux illégalismes. », Politix, n° 87, p. 7-20.

FLORIDA R., 2002, The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books.

FOUCAULT, M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

FROMENT, P., 2010, « Art contemporain et territoires urbains: le musée MADRe à Naples », Méditerranée [Online], n°114, p.103-112

GARCIER R., 2009, « Le droit et la fabrique de l'espace : aperçus méthodologiques sur l'usage des sources juridiques en géographie », in Forest P. (dir.), Géographie du droit. Epistémologie, développement et perspectives, Québec, Les Presses de l'Université de Laval, p. 69-93.

GLEVAREC, H., SAEZ, G., 2002, Le patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation française.

GREFFE X., 2003, La valorisation économique du patrimoine, Paris, Etudes et Statistiques

LA SPINA, A., 2005, Mafia, legalità debole e sviluppo del Mezzogiorno, Bologna, Il Mulino.

LAUTIER B., DE MIRAS, C., MORICE, A., 1991, L'Etat et l'informel, Paris, L' Harmattan.

LAUTIER B., 2004, L’économie informelle dans le tiers monde, Paris, La Découverte.

LE GALÈS, P., 2011, Le retour des villes européennes, Paris, Les presses de sciences Po.

LE GALL, L., OFFERLÉ, M., PLOUX, F., (dir.), 2012, La politique sans en avoir l’air. Aspects de la politique informelle, XIXe-XXIe s., Rennes, P.U.R.

LUCARELLI, A., 2013, La democrazia dei beni comuni, Roma, Laterza.

MAYNTZ, R. 1993, « Governing Failures and the Problem of Governability », in KOOINMAN, J. (dir.), Modern governance. New government – Society interactions, London, p. 9-20.

MACCAGLIA F., MORELLE M., (coord.), 2013, « Pour une géographie du droit : un chantier urbain », Géocarrefour, vol.88, n°3.

MÉLÉ, P., 2009, « Pour une géographie du droit en action », Géographies et cultures, n°72, p. 25-42.

NEVEU, C., 2011, « Démocratie participative et mouvements sociaux : entre domestication et

ensauvagement ? », Participations, N° 1, p. 186-209

NORTH, D.C., 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge University Press, Cambridge.

PORTES, A., CASTELLS, M., BENTON, L., 1989, The informal economy, studies in advanced and less developed countries, MD, The John Hopkins University Press.

PRATT, A.C. 2012, « A world turned upside down: the creative economy, cities and the new austerity”. Smart, Creative, Sustainable, Inclusive: Territorial Development Strategies in the Age of Austerity, London, Regional Studies Association.

ROSSI, U., 2009, Lo spazio conteso. Il centro di Napoli tra coalizioni e conflitti, Napoli, Guida.

SCIARRONE R. (dir.), 2011, Alleanze nell'ombra. Mafie ed economie locali in Sicilia e nel Mezzogiorno, Roma, Donzelli.

SIERRA, A., TADIÉ, J., 2008, « Introduction », Autrepart, n° 45, p. 3-13.

TRIGILIA, C., 1994, Sviluppo senza autonomia. Effetti perversi delle politiche nel Mezzogiorno, Bologna, Il Mulino.

VIVANT, E., 2006, Le rôle des pratiques culturelles off dans les dynamiques urbaines, thèse, Université de Paris 8.

Haut de page

Notes

1 Recherches conduites dans le cadre d’une habilitation à diriger les recherches. Le mémoire intitulé Villes méditerranéennes en clairs-obscurs. De l’artisan à l’artiste ? Trajectoires et modèles (Naples et Tanger), 2015, actuellement soumis à publication, porte notamment sur les rapports entre informalité, pouvoirs et enjeux du tournant culturel dans les mutations des espaces urbains centraux.

2 La notion de légalité faible peut être entendue comme phénomène diffus, endémiquement présent en certains territoires et identifiables aussi bien dans les pratiques des destinataires des normes que chez ceux qui sont chargés de les appliquer de façon coercitive (La Spina).

3 En référence à Bruno Lautier qui distingue en effet un premier âge (1971-1987) marqué par les débats sur la définition et les politiques de formalisation, un deuxième âge (1987-2004) sous le signe de la lutte contre la pauvreté et de l’économie solidaire. La période engagée à partir du milieu des années 2000, constituerait en ce sens un troisième âge.

4 Voir à ce propos les dossiers récents consacrés à ces thèmes dans Espaces et sociétés 2010/n°143; Géocarrefour, 2013/vol.88, n°3 et les Annales de géographie, 2014/n°700;

5 Par exemple, évoque-t-on le même phénomène lorsqu’on parle de politique informelle ou bien d’informalité politique ? De même que l’on ne peut assimiler économie informelle et informalité économique, de même, l’informalité politique doit être distinguée de la politique informelle (Le Gall et al., 2012).

6 Les Surintendances qui dépendent du Ministère des Biens et Activités Culturelles et du Tourisme (MiBACT) représentent l’autorité décentralisée régionale de l’administration des biens culturels en matière de protection et gestion du patrimoine.

7 Cf. à ce propos le rôle du pouvoir judiciaire au début des années 1990 dans la construction locale de la notion de légalité, ainsi que le lien entre monde politique et monde juridique à l’occasion de la campagne pour les élections municipales d’Antonio Bassolino en 1993 ou de Luigi De Magistris, en 2011.

8 Le travail de terrain s’inscrit dans le cadre d’un détachement d’un an en Italie, à Naples, en tant que membre de l’École française de Rome (2012-2013), suivi de 5 missions en 2014 et 2015. Les entretiens se sont appuyés au départ sur des témoins privilégiés facilitant l’accès à d’autres acteurs ainsi qu’aux bilans comptables de certaines coopératives et associations.

9 Le terme de système mode relève d’une adaptation de l’italien sistema moda associant textile, habillement, cuirs et chaussures et au sens large également la fabrication de bijoux, lunetterie, cosmétiques et parfums – (distinct du « système de la mode » au sens sémiologique et structuraliste que lui confère Roland Barthes).

10 Le périmètre du centre historique de Naples a donné lieu à de nombreux découpages dans le temps, alternant ou juxtaposant des approches plus ou moins restrictives qui continuent de faire débat (Rossi, 2009). Le Grand Projet Unesco, proposé en 2011 et approuvé par la Commission européenne en 2013, consacre une forte contraction du périmètre d’intervention par rapport à la définition du PRG (1999, 2004) promue par l’administration d’Antonio Bassolino, maire de Naples de 1993 à 2000.

11 En vertu des accords de Latran, de 1924, reconfirmés par le concordat de 1984 (art.12), l’État italien est propriétaire du sous-sol et de l’archéologie sacrée sur le territoire national mais sa gestion est confiée à la Pontefica Commissione di Archeologia Sacra ou PACS (Cité du Vatican), et déléguée par contrat depuis vingt ans à la Curie de Naples engagée à reverser 50% du montant des ventes (billetterie, librairie) à la Curie. L’archidiocèse doit gérer la manutention ordinaire et extraordinaire, le développement du tourisme religieux, l’accès aux scientifiques nommés par l’administration pontificale.

12 Les positions ne recouvrent pas tout à fait, malgré des similitudes, la distinction adoptée par Ugo Rossi (2010, p.141-155) entre société civile institutionnalisée et mouvements sociaux urbains.

13 Il s’agit en particulier de l’occupation de Santa Fede Liberata et de l’ex-OPG (Ospedale Psichiatrico Giudiziario). D.A.M.M. est l’acronyme de Diego Armando Maradona Montesanto, le centre social est situé dans la zone du Parc Ventaglieri.

14 De nombreuses études ont été consacrées à l’émergence des friches culturelles qui, dans leur grande diversité, peuvent reposer sur des logiques quelquefois similaires : à Berlin, à New York, Marseille, Lausanne ou Paris, etc. cf. bibliographie in Andres L., Grésillon B., 2011, « Les figures de la friche dans les villes culturelles et créatives Regards croisés européens », L’espace géographique, t.40, p.15-30.

15 En particulier par Alberto Lucarelli alors adjoint au Biens Communs, Eau publique et Démocratie participative (2011-2013).

16 Nicola Malpede, entretien juin 2013

17 On peut se reporter aux textes publiés sur le site de « L’Asilo » http://www.exasilofilangieri.it . En dehors du collectif La Balena depuis 2012, une partie du bâtiment est occupée depuis 2009 par l’association culturelle La Città del Sole sur la base d’un accord conclu en 2009 avec l’ancienne équipe municipale.

18 La commune compte 30 quartiers regroupés en 10 Municipalités. Celles-ci ont été introduites en 2005 à Naples comme “acteurs titulaires de formes de décentralisation et d’autonomie fonctionnelle plus amples et renforcées”. D’où l’intérêt de ses représentants à défendre des initiatives à une échelle resserrée par rapport aux projets visant la dimension communale.

19 A. Lucarelli, Adjoint aux Biens communs et à la Démocratie participative, équipe de De Magistris (2011-2013)

20 Le Rione Sanità, aux limites floues, constitue une partie du quartier administratif de Stella, beaucoup plus ample.

21 Traduction de napolitano dentro, (Source : site http://www.altranapoli.it, et entretien 2014), idem pour la citation suivante. E. Albanese est né à Naples mais il a vécu surtout à Milan et Rome. Son action – et la création de L’Altra Napoli Onlus - font suite à la mort violente de son père à Naples, assassiné par deux délinquants en 2005.

22 D’autres associations, nombreuses sur le territoire de la Sanità, ont toutefois joué le rôle de pionnières dans la requalification culturelle du quartier au cours de la décennie 1990, ce qui n’a pas manqué de créer quelques tensions.

23 Entretiens Loffredo (2013), Albanese (2014).

24 Propos de Maurizio Zanardi, recueillis par le quotidien Il Corriere del Mezzogiorno, édition du 31 janvier 2013.

25 E., La Balena, entretien 2013.

26 La pétition Dignité et Culture, contemporaine à l’occupation de l’Ex Asilo Filangieri (mars 2012), a circulé à l’initiative de l’Assemblée des 100 du Palazzo delle Arti di Napoli. Elle est dirigée contre « le monopole de la Fondation Campania dei Festival et la restitution des théâtres publics de la Campanie aux bonnes pratiques et à la créativité de ses artistes/artisans », en réponse au cumul « non démocratique » des nominations de De Fusco à la tête du théâtre Mercadante à Naples en 2010 et nommé consécutivement en 2011 directeur du Napoli Teatro Festival Italia (Corriere del Mezzogiorno, 10/03/2012).

27 A., La Balena, entretien 2013, idem pour la citation suivante.

28 C’est cette même logique qui est revendiquée par exemple par le nouveau collectif Santa Fede Liberata qui a libéré (ou occupé selon le point de vue) et gère depuis décembre 2014 l’ex-oratoire de Santa Maria della Fede en plein coeur du centre antique.

29 La camorra, ancrée dans la région de Naples, se distingue des autres mafias italiennes par son caractère urbain, à la différence de la ‘Drangheta calabraise ou de Cosa nostra en Sicile et par une organisation beaucoup plus fluide, moins pyramidale que cette dernière, associant un fort contrôle territorial à une véritable mondialisation des « entreprises ».

30 La page d’accueil du site de L’Altra Napoli rappelle d’ailleurs ce “rêve partagé” qui est de “contribuer à rendre à la ville sa dignité pour la délivrer de la dégradation et de l’illégalité qui masquent sa splendeur naturelle et affaiblissent les conditions de son développement.”

31 Les Catacombes sont liées à la Basilique San Gennaro, qui relève de la Région Campanie (Unité Sanitaire Locale). Au total, les institutions concernées sont les suivantes : Région Campanie, Commune de Naples, Archidiocèse de Naples, PACS, Direction régionale pour le patrimoine culturel et paysager de la Campanie.

32 La délibération de mai 2012, restée depuis lors en suspens, établit comme principe que les lieux ne doivent être assignés à aucune association en particulier mais utilisés par toute association à partir d’un projet culturel et pour une période limitée dans le temps (trois mois) de façon à ne pas soustraire l’espace à d’autres projets et associations.

33 Le rapport aux lieux est réglementé sur le principe du commodat dit aussi prêt à usage: il s’agit d’un contrat de prêt gratuit d’un bien, devant être restitué en nature (une sorte de contrat de location sans loyer). L’entretien des lieux incombe à l’usager ou commodataire.

34 L’expression est entendue au sens d’action brutale contraire au droit.

35 En ce sens, le refus du projet de la Quatrième Municipalité, évoqué précédemment est éloquent quant aux acceptions dominantes de la culture et du patrimoine immatériel défendues par les élites urbaines, à propos de la place à accorder à l’artisanat d’art, considéré comme populaire.

36 En témoigne par exemple la proposition de Lettieri, conseiller communal de l’opposition, de dédier le site à la Fondation Luca et Eduardo de Filippo, auteurs napolitains. On peut évoquer aussi les débats à propos du rachat à un particulier en 2005 par la Municipalité de Naples des bâtiments occupés depuis 1991 par l’Officina 99, à l’issue d’une lutte politique entre l’adjoint Raffaele Tecce de Rifondazione Comunista et le parti d’Alleanza Nazionale.

37 Cette référence récurrente vient d’un programme expérimental de six mois (2012) intitulé « SISanità » à l’initiative de la Faculté d’Economie de l’Université Federico II et parrainée par l’Unione degli industriali, visant à former les jeunes de la Sanità à l’esprit d’entreprise.

38 En simplifiant, le premier registre concerne les acteurs du système Sanità, le second caractérise davantage une partie des opérateurs de l’Asilo.

39 Extrait de « La Balena napoletana, per un Asilo della conoscenza e della creatività » da Laura Chianese - Krapp's Last Post (www.klpteatro.it), 8 Marzo 2012

40 Cf. Apparecchio per aprire dal disotto. Il s’agit d’un projet rassemblant en Italie trois centres de production d’art et culture opérant dans des espaces libérés de l’abandon ou de la sous-utilisation : le MACAO de Milan, le S.a.L.E. Docks de Venise et l’Ex-Asilo de Naples.

41 Luigi De Magistris, maire de Naples et juriste de formation, interview donnée à Cafébabel, 20 janvier 2016.

42 C’est ce que Paolo Maddalena, vice-président émérite de la Cour constitutionnelle, rappelle dans l’article “L’ex-Asilo Filangieri et la Constitution” La Repubblica, édition du 9 janvier 2016, pages locales.

43 Le tiers secteur (ou secteur no profit), ne relevant ni de l’économie marchande, ni de l’économie publique, est constitué des organisations de volontariat, des associations, des organisations non lucratives d’utilité sociale, des coopératives sociales et autres formes juridiques qui poursuivent des objectifs sociaux en intégrant, complétant ou remplaçant parfois le secteur lucratif (Alternatives Economiques, 2006). Ces différentes formes sont assez peu liées entre elles en Italie, par rapport à des pays comme la France ou l’Espagne. Dans sa composante « coopératives sociales », il a un poids important dans le tissu socio-économique des régions du Centre Nord de la péninsule.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 Informalité : sphères sémantiques
Crédits Réalisation : Pascale Froment, 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3916/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Fig.2 Lieux culturels in et off dans le centre historique de Naples
Crédits Réalisation : P. Froment, P. Pentsch
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3916/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig.3 De l’Ex-Asilo Filangieri à l’Asilo (2012-2016)
Crédits Source : Il vaporetto, 2012 (3a) P. Froment, cliché 2016 (3b)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3916/img-3.png
Fichier image/png, 660k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Froment, « Lieux culturels et informalité politique à Naples : une approche par les pouvoirs multisitués », L’Espace Politique [En ligne], 29 | 2016-2, mis en ligne le 02 septembre 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3916 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3916

Haut de page

Auteur

Pascale Froment

Professeur
Université Paris 8
pascale.froment@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org