Navigation – Plan du site

Philippe Cadène, Atlas de l’Inde, une fulgurante ascension

Paris, Autrement, 2008, 80 pages
Brigitte Dumortier
Référence(s) :

Philippe Cadène, Atlas de l’Inde, une fulgurante ascension, Paris, Autrement, 2008, 80 p.

Texte intégral

1L’atlas de l’Inde qui vient de sortir aux éditions Autrement figure incontestablement parmi les réussites de la collection. Le sous-titre, « une fulgurante ascension », met l’accent sur la progression spectaculaire du pays qui est bien le fil directeur de l’ouvrage, même si l’épithète fulgurant apparaît inadéquat quand on prend connaissance des cartes et des textes clairs et précis qui les accompagnent. Il en ressort, en effet, qu’il ne s’agit pas d’une mutation soudaine, subite, intense mais brève, fulgurante donc. On assiste au contraire à l’accélération de changements entamés depuis plusieurs décennies et dont la réalité a été occultée par une vision généreuse, mais passablement misérabiliste de l’Inde à partir de réalités qui ne constituent pas, loin de là, toute la réalité du pays dont l’auteur affiche une vision optimiste. C’est l’un des mérites majeurs de cet atlas que de battre en brèche nombre de poncifs sur une Inde présentée ici comme une grande démocratie et une puissance régionale de premier ordre.

2Le travail de Philippe Cadène, Professeur de géographie du développement à l’Université Paris Diderot, s’inscrit dans le projet CITADAIN (Comparer l’Intégration des Territoires et l’Adaptation du Droit dans les mondes Arabe et Indien) qu’il dirige. Ce spécialiste de l’Inde a conçu et réalisé ses cartes essentiellement à partir de la base de données à échelle fine qu’il a constituée dans le cadre de ce programme à la croisée de la géographie, du droit et de la science politique financé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche). Cela lui permet de donner, à partir de sources de première main, des éclairages inédits sur ce pays d’un milliard d’habitants doté de l’arme nucléaire. S’il ne s’agit pas stricto sensu d’un atlas géopolitique, de nombreuses cartes et de précieuses mises au point y sont consacrées à la géographie politique ainsi qu’aux aspects géopolitiques et géostratégiques.

3Les facteurs de construction de la civilisation indienne et de l’État moderne sont abordés dans une première partie, où se trouvent par exemple des cartes présentant la genèse de l’Union indienne, la répartition des religions et des langues, les grands équilibres politiques. L’évolution et les caractères d’une population complexe ainsi que l’organisation territoriale, fondée sur l’existence de puissantes mégapoles, constituent la seconde partie de l’atlas. A la troisième partie présentant l’agriculture et les espaces ruraux succède une partie consacrée aux activités économiques urbaines. Celle-ci s’attache à mettre en lumière l’effet des réformes libérales qui transforment l’économie indienne. La cinquième partie est consacrée à la place de l’Inde dans le monde d’aujourd’hui et s’intéresse à ce titre aux questions géopolitiques. Elle comprend des cartes illustrant les échanges commerciaux, les investissements indiens à l’étranger, la diaspora, mais aussi les stratégies d’alliance et l’environnement stratégique, offrant même une cartographie des représentations diplomatiques ou des succès des jeunes réalisateurs indiens.

4L’atlas, tributaire des contraintes de cette collection, en présente les avantages et les limites. D’un format maniable, il s’acquiert pour la modique somme de 15€. Sa charte graphique esthétique est servie par l’élégant travail d’harmonisation du cartographe et une bonne qualité technique dans la reproduction

5des cartes. En revanche, un atlas de 80 pages, 250 mm x 170 mm, conduit à multiplier les cartes sur la même page ce qui nuit parfois à la lisibilité des légendes ou de certains documents dont une très utile chronologie politique de l’Inde qui intègre les tournants de la législation économique pour démontrer une ouverture croissante. Certaines planches donnant l’impression d’avoir été compressées à l’excès rendent la lecture moins facile, mais pas moins instructive car l’auteur excelle à transmettre un maximum d’informations et de réflexions en un minimum de signes. Au final, un atlas où l’on apprend déjà beaucoup et qui donne envie d’en connaître encore plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Dumortier, « Philippe Cadène, Atlas de l’Inde, une fulgurante ascension », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 27 juin 2008, consulté le 31 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/396

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org