Navigation – Plan du site
Géographie politique des temps urbains

La nuit à Maboneng (Johannesburg, Afrique du Sud) : un front urbain entre sécurisation, marchandisation et contestation

The Night in Maboneng (Johannesburg, South Africa): an Urban Frontier In-Between Securization, Commodification and Contestation
Chrystel Oloukoï et Pauline Guinard

Résumés

Espace-temps à la fois craint et désiré, la nuit est un terrain conflictuel à Johannesburg en général et à Maboneng en particulier. Dans cet espace en cours de gentrification au sein du quartier populaire Jeppestown, les pratiques nocturnes des classes populaires tendent en effet à être invisibilisées, dévalorisées, voire criminalisées par des classes dominantes qui entendent réinvestir les espaces nocturnes centraux. Ce réinvestissement symbolique et matériel de ces espaces et temps urbains s’accompagne également d’un versant économique : la night-time economy est ainsi pensée comme moyen de revitaliser et de sécuriser les espaces nocturnes centraux. Cependant, son extension se heurte à des contestations. Sur fond de discours et de transformations matérielles des espaces centraux nocturnes, enjeux politiques et économiques contribuent à ériger la nuit en un objet politique, en un véritable front urbain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les études urbaines n’accordaient jusqu’à récemment que peu d’importance à la nuit comme temps urbain (Bureau, 1996, 2005 ; Gwiazdzinski, 2005 ; Van Liempt et al., 2015 ; Fouquet, 2016). Pourtant, dans un contexte globalisé, les transformations du temps de travail, ainsi que celles des loisirs urbains, ont fait émerger les nuits urbaines comme objet d’étude à part entière (Melbin, 1987, Chatterton et Hollands, 2003, Hobbs, 2003). En effet, alors que les nuits de certains, souvent les plus précaires, servent à préparer les jours d’autres (Patel, 2006), les loisirs urbains tendent à s’étendre toujours plus avant dans la nuit. Ces changements dans les usages de la nuit ont permis de problématiser cette notion : d’abord considérée comme un donné, la nuit est aujourd’hui envisagée comme un construit social et culturel dont la définition même est le résultat de rapports de force qui évoluent dans le temps (Deleuil, 1994).

2Capitale économique de l’Afrique du Sud et ville émergente au croisement des Nords et des Suds, Johannesburg est un cas particulièrement éclairant à cet égard puisque la métropole est réputée pour être uniformément violente et dangereuse, et ce de manière exacerbée la nuit (Dirsuweit, 2002 ; Guillaume, 2004). Prenant appui sur cette vision située et hégémonique de la ville et du temps nocturne, un certain nombre de promoteurs urbains ont entrepris des opérations de régénération dans les quartiers péricentraux de Johannesburg, à l’instar du « Maboneng Precinct », situé dans le quartier populaire de Jeppestown.

Figure 1 - Le Maboneng Precinct au sein de Johannesburg

Figure 1 - Le Maboneng Precinct au sein de Johannesburg

Réalisation : P. Guinard, 2014 (révisée en 2016)

  • 1 La municipalité a un rôle de facilitateur, mais l’aménagement de ce périmètre est principalement me (...)

3Depuis la fin des années 2000, à partir du rachat, de la réhabilitation et de la reconversion d’anciens bâtiments industriels en logements, commerces, bureaux et équipements culturels, Jonathan Liebmann et son entreprise privée, Propertuity1, ont réinvesti plusieurs îlots du quartier qu’ils ont progressivement constitué en un espace distinct, renommé Maboneng. Ces opérations de régénération urbaine sont pensées par leurs initiateurs comme de véritables « reconquêtes » d’espaces centraux historiquement blancs, qui ont connu une dynamique de paupérisation depuis la fin des années 1970 (Beavon, 2004), ainsi que des processus de déségrégation raciale puis de reségrégation au profit des populations noires, sud-africaines et plus largement africaines (Guillaume, 2001). Or, ces opérations conduisent le plus souvent – à Johannesburg comme ailleurs (Lees et al., 2015) – à initier des processus de gentrification en instrumentalisant les discours sur l’insécurité et la violence urbaines.

  • 2 L’utilisation du terme « race » n’engage en aucun cas une reconnaissance de l’existence de cette ca (...)
  • 3 Le nom officiel du quartier est le « Maboneng Precinct », mais il est courant d’y faire référence s (...)

4Dans ce cadre, le discours promotionnel autour du Maboneng Precinct se cristallise plus particulièrement autour de deux topos de la violence urbaine à Johannesburg : le centre-ville, considéré comme l’espace par excellence où s’exerce cette violence, et la nuit, appréhendée comme le temps privilégié de déploiement de celle-ci. Espace et temps se trouvent ainsi instrumentalisés dans une entreprise de transformation urbaine d’espaces péricentraux habités jusqu’à récemment majoritairement par des populations noires et précaires. En tant que lieux d’affrontement de conceptions divergentes du temps nocturne portées par différentes catégories de population (définies en termes de classe, de race2, de genre, etc.), les espaces nocturnes sont, à Johannesburg en général, et à Maboneng3 en particulier, des espaces politiques. A cet égard, Maboneng est – comme nous le montrerons – un front à la fois spatial et temporel, dans lequel les nouveaux groupes dominants de Johannesburg tentent d’imposer une vision sécurisée, récréative et marchande de la nuit au mépris de conceptions et pratiques alternatives de celle-ci. La gentrification y prend donc un double sens, comme phénomène spatial mais aussi intrinsèquement temporel : au-delà d’une reconquête des espaces centraux, qui sont des enjeux d’image pour la métropole émergente qu’est Johannesburg, il s’agit aussi désormais de reconquérir un temps spécifique, qu’est la nuit, par la mise en place progressive d’une véritable night-time economy, notion qui désigne la pénétration croissante des capitaux nationaux et internationaux dans les centres-villes nocturnes des grandes villes, sous la forme d’établissements nocturnes qui sont festifs et socialement sélectifs (Chatterton et Hollands, 2003, Hobbs, 2003).

5 A partir d’enquêtes ethnographiques associant observations, entretiens et marches urbaines, réalisées de 2009 à 2016 dans le Maboneng Precinct, nous mettrons en évidence dans un premier temps à quel point les enjeux de définition et de représentation de la nuit sont révélateurs de rapports de pouvoirs existant dans cet espace. En effet, la réputation des espaces nocturnes johannesburgeois a partie liée avec le pouvoir symbolique des classes moyennes et supérieures qui imposent leur conception de et sur ces espaces, alors même qu’elles sont le plus souvent dans une attitude d’évitement vis-à-vis de ceux-ci. L’imposition d’une conception dominante négative des espaces centraux la nuit permet alors de légitimer les tentatives de prédation économique de ces espaces. Nous analyserons ainsi, dans un second temps, les enjeux économiques de cette conception de la nuit en montrant en quoi, pour les promoteurs de Maboneng, sécuriser et marchandiser la nuit leur permet de mieux « vendre » leur vision de la ville. Enfin, parce que l’imposition d’une telle vision ne se fait pas sans résistance, nous évoquerons les tensions internes à ces dynamiques de sécurisation et de marchandisation, ainsi que les visions alternatives des espaces nocturnes qui en émergent.

Définir et (se) représenter la nuit, un enjeu et un rapport de pouvoirs

Une conception dominante de la nuit qui en occulte ou disqualifie d’autres

6Comme l’ont mis en évidence les différentes enquêtes que nous avons menées sur place, les espaces nocturnes de Jeppestown et du centre-ville de Johannesburg plus largement, sont pour les usagers du Maboneng Precinct des espaces supposément désertés, dévitalisés en raison des activités criminelles qui y auraient cours. Par notre statut d’étrangères, issues d’un pays du Nord, c’est à cette vision homogénéisante et située des espaces nocturnes que nous avons d’abord été confrontées. Ce n’est que dans un second temps, à travers des séances d’observation participante, des entretiens et des marches urbaines (Oloukoï, 2016b), que d’autres lectures, conceptions et pratiques des espaces nocturnes ont pu émerger, au-delà des discours convenus sur la nuit. Ces discours se sont donc révélés être un terrain conflictuel, recouvrant des enjeux de pouvoir et des formes de violences symboliques (Bourdieu et Passeron, 1970) à l’encontre des pratiques nocturnes populaires qui ont lieu à Jeppestown, quartier dans lequel le processus de gentrification initié par les promoteurs de Maboneng ne cesse de gagner du terrain. Dans ce cas, la gentrification est une dynamique de classe, mais elle renvoie également à des problématiques raciales, ces dernières étant toujours une clef de lecture importante de la société sud-africaine (Seekings, 2008 ; Houssay-Holzschuch, 2010). Ceci est particulièrement flagrant dans le centre-ville de Johannesburg où, comme l’ont montré les différents entretiens que nous avons conduits, la gentrification est largement interprétée par les habitants comme le « retour des Blancs » dans un centre où la population est aujourd’hui majoritairement noire et pauvre. Dans ce contexte, la violence symbolique que constituent les discours des classes dominantes sur les pratiques nocturnes populaires se situe à plusieurs niveaux : elle peut consister en une négation pure et simple de ces pratiques et/ou en la réduction de ces pratiques à des activités de mauvaises mœurs voire criminelles.

  • 4 D’origine française, elle a choisi de réaliser l’entretien en français. La proximité linguistique a (...)

7La première modalité de la violence symbolique – l’invisibilisation – postule en effet la plupart du temps un lien de causalité entre la supposée absence de vie nocturne et l’insécurité, faisant de la sécurisation des espaces un préalable à leur appropriation. Ainsi, A. Cabaret4, responsable de la stratégie urbaine de Propertuity, déclare :

« Alors, faut savoir que la nuit à Johannesburg, […] c'est pas une nuit comme dans n'importe quelle ville du monde, et même en Afrique de l'Ouest, c'est pas un truc africain ou quoi... Johannesburg y'a vraiment un problème, à 9h la ville est morte. Vraiment, 9h tu ne peux même plus commander dans un restaurant ! Et c'est à cause de la sécurité́ » (entretien réalisé le 21/01/ 2015 par C. Oloukoï).

8Qualifier Johannesburg de « ville morte », c’est renvoyer au néant les pratiques nocturnes effectives de classes précaires (usage festif des bars et restaurants ou sociabilités d’immeubles) pour qui la sécurisation n’est pas, à rebours des classes moyennes et aisées du Maboneng Precinct, un préalable à l’appropriation de ces espaces.

9Un deuxième procédé discursif récurrent dans la caractérisation des espaces nocturnes de Jeppestown par les promoteurs, résidents et usagers de Maboneng, est la dévalorisation systématique des pratiques nocturnes qui s’y déploient (1) et du cadre dans lequel elles se déploient (2).

  • 5 « Par exemple, je vais souvent acheter de l’alcool quand les magasins sont fermés à Fox Den. J’y ai (...)

(1) Niels : “For example, Fox Den, which is very close, I go there often to buy alcohol when the liquor store is closed. I've watched the soccer once, but it is not a place where I've felt a connection, there aren't really conversations there, they mostly shout. I think not too many people will miss Jeppestown when they leave here, they might miss Maboneng, but not Jeppestown5” (entretien du 10/02/2015 réalisé par C. Oloukoï).

  • 6 « A la minute où tu sors de Maboneng, t’es dans une toute autre réalité. Les rues sont sales… Y’a t (...)

(2) Sinalo : “The moment that you step out of Maboneng, it's a whole different reality. The streets are dirty... You have all those boys on the streets... the men will harass you, people are rude, people are judging at sight, it's rowdy... The taxis... Also rats come out to play at night so I'm not going anywhere there are rats. As long as I'm not going to get robbed or be around lots of drunken negligent people, I'm all right6” (entretien du 23/02/2015 réalisé par C. Oloukoï).

10Niels est un correspond néerlandais blanc qui réside à Main Street Life, premier immeuble résidentiel construit à Maboneng ; Sinalo est une jeune fille noire, sud-africaine, qui réside également à Main Street Life, en colocation avec une autre amie et qui se définit professionnellement comme une « trend maker » (« faiseuse de modes »). La similarité de leurs discours, dévalorisant tous deux l’expérience nocturne de Jeppestown, témoigne d’un sentiment fortement ancré quant à l’illégitimité des pratiques nocturnes populaires par rapport à celles de Maboneng qui sont perçues comme plus légitimes. De la sorte, les récits urbains de Maboneng et de Jeppestown se construisent en parallèle et en opposition par la construction d’une image de Jeppestown en négatif, qui sert de repoussoir à Maboneng.

11Enfin, un troisième niveau de violence symbolique conduit à criminaliser les pratiques nocturnes à Jeppestown. La conséquence la plus frappante de cette rhétorique consiste à qualifier de crime tout comportement qui n’est pas en accord avec la conception normative et dominante des espaces publics promue par le Maboneng Precinct. Ainsi, selon A. Cabaret :

« Par exemple Fox Den sur Main Street, un liquor store qui est complètement en contravention avec toutes les règles... On a fait signer une pétition, et la pétition a été signée par tout le monde. Maboneng est contre Fox Den, parce que les basses jusqu'à 3 heures du mat’, les coups de feu, les viols, les gens qui font pipi dans la rue etc. Et ça encore c'est des univers très masculins. Y'a des gens qui se font agresser là-bas... » (entretien réalisé le 21/01/2015 par C. Oloukoï).

12Cet extrait témoigne de la confusion qui s’opère entre ce qui relève de crimes (les viols, les agressions), de délits (le fait d’uriner sur la voie publique, le tapage nocturne) et ce qui n’en relève pas (le fait d’être un espace masculin) : divers actions ou états de fait qui ne sont pas tous pénalement condamnables sont mis sur le même plan. Ce type de discours renvoie à la notion de « gouvernement par le crime » conceptualisée par J. Simon (2007), qui désigne l’instrumentalisation du droit ou des services de l’ordre pour imposer à tous des intérêts particuliers, en l’occurrence ceux des résidents de Maboneng. Selon les usagers des bars et autres établissements nocturnes de Jeppestown, l’avancée de la gentrification se traduirait ainsi par une augmentation des incursions policières nocturnes dans le quartier.

Un « partage du sensible » dominé par les classes moyennes et supérieures

  • 7 Pour une personne extérieure aux codes du quartier, l’épicerie semble fermée, mais la lumière reste (...)

13Les pratiques nocturnes effectives des résidents et usagers de Jeppestown, observées en 2015, contredisent donc le discours dominant porté sur ces espaces nocturnes qui conduit à les réduire à des espaces désertés et livrés au crime. Ces pratiques font émerger des géographies nocturnes invisibilisées ou volontairement cachées afin, d’une part, d’échapper à un contrôle voire à un harcèlement policier important et, d’autre part, de créer des espaces de rassemblement et de sociabilité dans une ville où les espaces publics semblent – du moins en apparence – restreints (Guinard, 2014). Outre la fréquentation des bars et restaurants, les pratiques nocturnes des résidents et usagers de Jeppestown s’articulent autour d’autres lieux : d’un côté, les bas d’immeubles et les rues adjacentes aux immeubles d’habitation qui sont souvent des lieux de rassemblement et, d’un autre côté, les épiceries qui font office de lieux de rencontre et de discussion à l’échelle du quartier. Une pratique courante de ces échoppes est la semi-ouverture7, ce qui contribue à donner à ces lieux une fonction de refuge ou, pour reprendre le terme de F. Bouillon (2000) de « ré-assurance nocturne » dans un contexte où tous les autres types de commerce, à l’exception des bars et des restaurants, sont fermés. Le point commun entre ces pratiques alternatives, que sont les sociabilités d’immeubles et des épiceries semi-ouvertes, est la recherche plus ou moins intentionnelle de discrétion. Ainsi les sociabilités d’immeuble évitent les grandes artères au profit des petites rues. La mise en évidence de ces pratiques alternatives permet de resituer la vision dominante des espaces nocturnes populaires par rapport à leurs émetteurs, à savoir les classes moyennes et aisées de Maboneng. En effet, chez les résidents de Jeppestown – qui sont, pour la plupart, issus des classes populaires et sont en situation de précarité sociale et résidentielle – les espaces nocturnes apparaissent comme des lieux de délassement et de loisirs, et non de crime et de peur. La délimitation d’un lieu d’émission du discours dominant sur la nuit (Maboneng Precinct) met en évidence la généralisation de l’expérience d’un groupe particulier (les classes moyennes et aisées) dont procède ce discours sur le danger et le vide nocturnes. Cette généralisation renvoie à la position dominante qu’occupe ce groupe dans le « partage du sensible » au sens où l’entend J. Rancière, c’est-à-dire :

« un découpage des temps et des espaces, du visible et de l’invisible, de la parole et du bruit qui définit à la fois le lieu et l’enjeu de la politique comme forme d’expérience » (2000, p. 13-14).

14À rebours d’une définition étroite de la politique, réduite à la pratique et aux luttes de pouvoir entre différents groupes, parler de « partage de sensible » permet d’envisager les rapports de domination de manière plus fine, dans une situation donnée. Ainsi, dans le cas de la nuit, le pouvoir d’imposer un récit sur les espaces nocturnes du centre de Johannesburg, tout en ne les pratiquant finalement que de manière très restreinte en raison d’un rapport social à la nuit fortement marqué par la peur (Guinard, 2016), montre la place prépondérante des classes moyennes et aisées dans le « partage du sensible ». En effet, pour ces classes dominantes, les espaces nocturnes centraux ne sont abordés qu’à travers une série de filtres et de médiations : leur expérience nocturne est une expérience en pointillés, faite de déplacements motorisés de lieux sécurisés en lieux sécurisés. De la sorte, ces populations n’ont accès qu’à une expérience limitée de la nuit (Oloukoï, 2016a). S’ajoute en outre à cela une dissociation spatiale entre les lieux parcourus en voiture par les classes dominantes (les grandes artères) et les lieux occupés par les résidents et usagers de Jeppestown (les petites rues), ce qui peut donner l’impression d’un vide nocturne qui est fonction de la situation de l’observateur et de sa connaissance des codes du lieu. Pourtant, c’est à partir de ces expériences partielles et partiales des classes dominantes que sont définies les expériences nocturnes légitimes et illégitimes, ce qu’il convient ou non de faire, de dire, de voir, de toucher, de goûter et de sentir. Or, selon S. Nuttall et A. Mbembe (2008), la ville se définit comme un ensemble de corps, d’images, d’empreintes et de souvenirs. Parler de « partage du sensible », c’est donc rappeler le tri qui s’exerce en amont de la définition des corps, images, empreintes et souvenirs qui comptent, parce qu’ils sont construits comme légitimes et impriment leur vision et leur vécu de la ville sur les espaces urbains de manière visible et durable.

15Pour autant, le discours dominant porté sur les espaces nocturnes johannesburgeois, et en particulier sur ceux de Jeppestown, ne recouvre pas seulement des enjeux politiques ; il sert également des enjeux économiques en ce qu’il contribue à fragiliser des populations et des espaces métropolitains déjà vulnérables vis-à-vis de la prédation économique, notamment la nuit. Face à ces espaces soi-disant dévitalisés par le crime, Maboneng Precinct apporterait l’opportunité d’une revitalisation urbaine, à travers l’implantation d’une vie nocturne globalisée et standardisée sur le modèle de la night-time economy.

Sécuriser et marchandiser la nuit pour mieux vendre la ville

L’instrumentalisation des temps urbains pour légitimer un projet de gentrification

16Dévaloriser l’expérience nocturne à Jeppestown ne participe pas seulement d’un mépris de classe, mais aussi d’une stratégie de promotion du projet urbain de Maboneng. En effet, le discours tant des promoteurs que des résidents et usagers de cet espace s’articule à une conception spécifique du temps, marquée par la nostalgie pour un centre-ville ancien (Gervais-Lambony, 2012), qui constituait pendant l’apartheid l’espace vitrine de la ville, et non pas un espace abandonné au crime et à des populations majoritairement noires et précaires (Guillaume, 2004). La notion de « régime d’historicité » qui désigne la manière dont un groupe donné articule passé, présent et futur (Hartog, 2003) est ici cruciale : dans le discours des classes moyennes et aisées, qui participent à la gentrification de Jeppestown, émerge un « régime ancien » d’historicité qui consiste à ériger le passé en modèle et en idéal à atteindre, par rapport à un présent qui est lui dévalorisé et méprisé. Les propos d’A. Cabaret donnent à voir la vision nostalgique du centre-ville et de la nuit sur laquelle se construit le projet de Propertuity :

« C'est dommage hein ? Le centre-ville dans les années 1970, les gens vieux à Johannesburg, ils me disent qu’ils s’y éclataient toute la nuit. Comment ça se fait que ça a tant changé ? Ce serait bien qu’on puisse retrouver ce genre d’atmosphère nocturne grâce à Maboneng » (entretien réalisé le 21/01/2015 par C. Oloukoï).

17Ici s’articulent, d’une part, un régime ancien d’historicité glorifiant le passé, et d’autre part, des formes de violence symbolique vis-à-vis des pratiques nocturnes des classes populaires précédemment décrites. L’articulation entre les deux, régime ancien et violence symbolique, peut être comprise non comme une véritable stratégie discursive, qui serait intentionnelle, mais plutôt comme un facteur explicatif parmi d’autres (tels le capital financier ou la classe sociale des promoteurs), qui vient légitimer l’inscription dans l’espace du projet urbain de Propertuity. Ainsi, dans plusieurs des entretiens menés avec des résidents du Maboneng Precinct, la violence symbolique à l’encontre des populations et des espaces précaires est un préalable à la légitimation du projet urbain de Maboneng. Dans le propos de Niaz, par exemple, résident de Main Street Life, le présent de Jeppestown est indirectement qualifié de « worthless » (« sans valeur »), véritable terreau d’une criminalité endémique, ce qui légitime pour lui la gentrification à l’œuvre à Maboneng, qualifiée de « chance » (« chance ») pour le futur de cet espace. Enfin, son propos est aussi caractéristique d’une conception néolibérale, particulièrement répandue dans la société et les villes sud-africaines (Morange, 2011), qui rend l’individu responsable de tout ce qui lui arrive, indépendamment des contextes sociaux, historiques et spatiaux :

  • 8 Niaz : « Je pense qu’on fait un boulot formidable à Maboneng, pas seulement pour notre pays, mais p (...)

« I think in Maboneng we do a great job not only in our country but for the entire world. Because places where criminals are, like the CBD, Hillbrow, Doornfontein, Yeoville, and still some parts of Jeppestown are owned not by South Africans but foreign crime lords. Those places are big, dark, evil, deadly. […] You’ve got to be into crime if you’re gonna live there. You’ve got to be either a drug dealer or a serious criminal or gangster to find any worth in those places. [...] And Maboneng is a chance for this area, for Jeppestown to change, if they really want to.8» (entretien du 10/02/2015 réalisé par C. Oloukoï)

18La dévalorisation du présent permet ainsi de légitimer un investissement matériel et symbolique accru d’espaces, notamment nocturnes, qui formaient jusqu’à présent un frein à la gentrification, par rapport à un jour sécurisé, non pas tant par les caméras de surveillance et les gardes – présents de jour comme de de nuit – que par une animation commerciale et culturelle plus grande. La nuit étant dans les représentations des classes dominantes un espace-temps dangereux, elle était jusqu’à récemment surtout un espace et un temps refuges pour les populations précaires. Elle apparaît, à cet égard, comme le dernier espace-temps non entièrement gagné par le processus de gentrification, comme la dernière frontière (Melbin, 1987) à dépasser en vue du parachèvement de celle-ci. L’investissement matériel et symbolique accru des espaces nocturnes se fait sous la forme d’une expansion de la night-time economy, qui en raison des effets de sécurisation, de sélection et d’homogénéisation dont elle s’accompagne, conduit à faire de la nuit un front temporel de la gentrification.

Sécuriser la ville par la night-time economy ?

  • 9 Ceci justifie le maintien du terme anglais, objet d’étude aujourd’hui reconnu, pour marquer la diff (...)

19La night-time economy est un concept qui a émergé dans les années 1990 dans un contexte de revitalisation des espaces nocturnes centraux de villes britanniques touchées économiquement et socialement par la désindustrialisation. Elle n’est donc pas un simple prolongement de l’économie diurne la nuit ; elle prend des formes spécifiques en lien avec les représentations collectives dominantes associées au temps urbain nocturne comme temps de loisirs et de fête. Ainsi, ce concept désigne moins l’économie nocturne qu’un segment particulier de celle-ci9, à savoir :

  • 10 « (…) l’évolution de la signification des paysages urbains nocturnes. En effet, dans un contexte où (...)

« (…) the shifting significance of urban nightscapes, as cities seek to become more competitive, city centres have increasingly been promoted as sites of mass consumption at night. This has seen a proliferation of leisure, entertainment and drinking spaces […] [which] are increasingly corporatized and monopolised10 » (Gallan, 2015, p. 556, propos surlignés par les auteurs).

20La night-time economy est donc un processus qui a partie liée avec l’étude des impacts de la globalisation sur les espaces urbains. Son succès sur le plan économique dans les espaces centraux des villes britanniques a conduit à en faire une véritable stratégie de développement urbain qui s’est largement internationalisée (Chatterton et Hollands, 2003). Elle est ainsi importée dans des contextes locaux variés et accompagne le plus souvent des phénomènes de gentrification. Dans un contexte de compétition internationale accrue, offrir une vie nocturne animée 24h/24 est devenu un critère de différenciation des villes qui contribue dans le même temps à faire d’elles des destinations touristiques, voire des métropoles (Johnston, 2002). Les tentatives d’implantation de la night-time economy à Johannesburg, ville émergente, peuvent ainsi se lire à l’aune d’un contexte international qui porte une attention plus forte que par le passé aux espaces et temporalités nocturnes urbains.

  • 11 « Les établissements nocturnes mainstream prolifèrent aux dépens des établissements résiduels et al (...)

21Une des conséquences de l’émergence des espaces nocturnes centraux comme lieux stratégiques dans la compétition interurbaine internationale est de manière paradoxale leur homogénéisation progressive. Comme le souligne B. Gallan, « mainstream nightlife spaces proliferate at the expense of both residual and alternative nightlife spaces11 » (2015, p. 556). Pour mieux comprendre ce phénomène, P. Chatterton et R. Hollands (2003) ont établi une typologie qui distingue trois types d’établissements nocturnes (Figure 2) et qui permet de penser et d’évaluer la diffusion de la night-time economy dans un quartier donné. L’augmentation des établissements « mainstream » (« standards ») et la diminution des établissements « residual » (« résiduels ») témoigneraient donc d’une pénétration accrue des capitaux nationaux et internationaux dans l’économie nocturne locale.

Figure 2 - Typologie des établissements de la night-time economy

Figure 2 - Typologie des établissements de la night-time economy

Réalisation : C. Oloukoï d’après P. Chatterton et R. Hollands (2003), 2015

22Outre cette homogénéisation, la night-time economy aurait également des conséquences en termes de sécurisation des espaces, question particulièrement prégnante dans le cas étudié. En effet, cette stratégie urbaine s’accompagne d’une privatisation des dispositifs de sécurisation, sous la forme de gardes de sécurité et de videurs (Hobbs et al., 2005), ainsi que de politiques d’éviction sociale. Les liens entre sécurisation et night-time economy sont pour autant complexes. La night-time economy semble susciter la mise en place de dispositifs sécuritaires dans l’ensemble du quartier et/ou en face des établissements nocturnes. Dans le même temps, elle peut être pensée comme un dispositif sécuritaire en soi. Si l’on se réfère à ce que Zukin (1995) nomme la « politique du cappuccino », on peut alors penser que l’implantation d’établissements de consommation et/ou de loisirs peut augmenter la fréquentation d’un espace, et par là même contribuer à sa sécurisation, un espace fréquenté étant pensé comme plus dissuasif contre le crime qu’un espace désert. La progression de la night-time economy à Maboneng peut alors apparaître comme une réponse globale à un problème local : la sécurisation des espaces, qui est un effet et une conséquence de la night-time economy tout en étant le plus souvent un prérequis à la publicisation des espaces johannesburgeois (Guinard, 2014), permet de légitimer la marchandisation de la nuit.

Maboneng, un espace en transition du point de vue de la night-time economy

  • 12 Même si le terme « night-time economy » n’est pas repris en tant que tel par les promoteurs de Mabo (...)

23Un modèle global – la night-time economy – est donc ici réapproprié localement12, à la fois pour répondre à des enjeux d’image, en donnant une visibilité internationale au Maboneng Precinct et à Johannesburg, mais aussi pour répondre à des difficultés spécifiques rencontrées par les promoteurs du quartier au cours de son développement. Ce n’est pas un hasard si les autres lieux d’émergence d’espaces nocturnes de type night-time economy tels que Braamfontein (Figure 1), sont aussi des quartiers péricentraux en cours de gentrification. Ayant fait ses preuves dans d’autres contextes urbains (parmi lesquels Leeds, Liverpool ou Londres), la night-time economy permet à Maboneng de sécuriser les espaces nocturnes en cours de gentrification, puisqu’elle participe à l’occupation de ces espaces par des consommateurs et par là même à leur marchandisation. La night-time economy émerge dans un second temps du développement du Precinct, ce qui fait de Maboneng un espace en transition de ce point de vue. On peut ainsi distinguer des établissements relativement anciens, à l’échelle du projet Maboneng (achat du premier immeuble en 2008), pour lesquels on assiste à une transformation de leurs activités nocturnes qui les rapproche des établissements mainstream de la typologie de P. Chatterton et R. Hollands, et des établissements souvent plus récents qui appartiennent à la catégorie des établissements mainstream dès leur conception. La transformation des espaces nocturnes de Maboneng comme espaces de la night-time economy se fait donc selon deux logiques : la transformation d’établissements nocturnes préexistants et la création de nouveaux établissements nocturnes.

Figure 3 - La progression spatiale de la night-time economy à Maboneng comme indice d’une diffusion de la gentrification la nuit

Figure 3 - La progression spatiale de la night-time economy à Maboneng comme indice d’une diffusion de la gentrification la nuit

Réalisation : Chrystel Oloukoï – Source : Site du Maboneng Precinct, 2015

24Les établissements nocturnes de Maboneng se caractérisent donc par une inégale intégration à la night-time economy. Deux établissements sont particulièrement représentatifs des types d’insertion distingués plus haut, à savoir une insertion qui résulte d’une transformation d’un établissement préexistant (Curiocity Backpacker) et une insertion pensée comme telle dès la fondation de l’établissement (Zen Club).

25Les clubs comme Zen Club correspondent aux établissements les plus récents de Maboneng. Dans leur conception même, ils peuvent être considérés comme mainstream puisqu’ils se caractérisent par un tarif d’entrée systématique, une forte sécurisation des espaces alentours, la venue de DJs et musiciens renommés sur la scène nationale, voire internationale et, pour certains, par une inscription sur un segment de marché très spécifique. Ainsi, le Zen Club est un club de hip-hop avec un rooftop (Figure 3). En raison de leur taille, ces établissements ont vocation à attirer un public cible plus large que les seuls résidents de Maboneng. Ils participent donc à faire de ce Precinct une destination nocturne à l’échelle de Johannesburg, même si le succès n’est pas toujours au rendez-vous. Comme le souligne Niels, ce journaliste néerlandais qui réside à Maboneng :

  • 13 « J’ai l’impression que Maboneng est trop petit pour ce genre de club [Zen Club]. Il semble un peu (...)

« I feel like Maboneng is too small for that kind of club [Zen Club]. It looks a bit empty sometimes, except on really big nights. You really really need people from outside to come, and for that you have to sell something really different from other clubs, I'm not sure Zen Club is managing that13 » (entretien du 10/02/2015 réalisé par C. Oloukoï).

Figure 4 - L’entrée du Zen Club

Figure 4 - L’entrée du Zen Club

Source : C. Oloukoï, 30/01/2015, 21h42

26Alors que le Zen Club a été pensé dès sa conception comme un établissement mainstream, certains établissements de Maboneng sont amenés à évoluer vers ce modèle.

27Inauguré en novembre 2013, le Curiocity Backpacker est une auberge de jeunesse qui est aussi l’un des principaux pôles d’animation nocturne du Precinct, apprécié par les touristes nationaux et internationaux qui y résident, ainsi que par les résidents et usagers de Maboneng. Cependant, certaines nuits, des logiques de privatisation affectent le lieu et contribuent à en faire de manière provisoire en établissement mainstream : l’entrée est alors tarifiée, les soirées sont thématisées, le public est sélectionné à l’entrée et la sécurisation est renforcée. Alors que c’était l’un des rares espaces de mixité sociale du Precinct, en raison notamment de l’absence de tarification à l’entrée, on assiste à une sélectivité croissante des publics dans cet espace, ce qui est symptomatique des dynamiques plus larges d’évolution du Maboneng Precinct qui consistent à marchandiser la nuit et à en réserver l’accès à ceux qui ont les moyens de consommer.

La nuit, un objet marketing ?

28Les dynamiques en cours à Maboneng ne procèdent pas simplement de la progression de la gentrification dans les espaces urbains nocturnes sous la forme d’établissements de plus en plus sélectifs socialement ; elles relèvent également d’une marchandisation du concept de nuit lui-même. La nuit n’est plus seulement le cadre spatio-temporel d’un processus de gentrification qui en fait un enjeu de conquête, elle devient, à travers différentes stratégies de commercialisation, une marchandise en elle-même, un produit à vendre.

29Si la night-time economy se caractérise par la thématisation des événements, on peut observer progressivement le passage d’une thématisation des événements nocturnes à une thématisation de la nuit toute entière. On passe d’une logique propre à la night-time economy (à chaque événement nocturne, un thème) à une logique différente (à chaque nuit, un thème). L’objet de consommation évolue ; ce n’est plus l’événement en soi qui est vendu, mais la nuit. La nuit est alors à la fois le cadre et le support de cet événement, ainsi que ce qui confère à cet événement sa valeur ajoutée. A cet égard, on peut distinguer deux degrés dans cette marchandisation de la nuit : un degré inférieur où ce n’est pas l’événement seul qui est vendu, mais l’événement en tant qu’il se passe la nuit ; un degré supérieur, où c’est la nuit, en tant qu’expérience nocturne qui est vendue, et où tout l’intérêt de l’événement réside dans le cadre nocturne où il se déploie.

Figure 5 - Outdoor cinema (cinéma en plein air) sur Kruger Street, organisé par Le Bioscope

Figure 5 - Outdoor cinema (cinéma en plein air) sur Kruger Street, organisé par Le Bioscope

Source : site internet du Bioscope, consulté le 15/06/16, http://www.thebioscope.co.za/​outdoorcinema/​

30La photographie ci-dessus (Figure 5) rend compte de cette marchandisation indirecte de la nuit. Ici, la valeur ajoutée de la nuit est clairement tarifée puisqu’une place à l’une des sessions de l’outdoor cinema de nuit coûte 180 Rands (avec un cocktail et popcorn), alors qu’une place de cinéma ordinaire au Bioscope (avec pizza et boisson) coûte 120 Rands. La différence, 60 Rands, donne la mesure de la valeur marchande qui est accordée au cadre nocturne, mais aussi potentiellement au fait que cet événement ait lieu dans la rue, cet espace étant également un enjeu de la reconquête des espaces centraux pour les classes dominantes.

31Le Curiocity Backpacker procède à un degré encore supérieur de marchandisation de la nuit. Il ne s’agit plus tant d’augmenter la valeur d’un événement en lui donnant un cadre nocturne, que de créer de toute pièce un événement à partir de la nuit. Ainsi les nuits du lundi sont consacrées au visionnage d’un film, tandis que celles du mardi sont occupées par des jeux de société. La nuit n’est plus secondaire, ni un élément surajouté, elle devient la valeur principale du produit vendu. De même, l’objet de la thématisation évolue : c’est à la nuit-même qu’un thème est attribué, et non plus à un événement.

32Les relations, que les classes moyennes et aisées entretiennent à la nuit et au centre-ville, finissent par transformer ces deux éléments en marchandises. A partir de cette transformation, il est possible de mettre en lumière une réécriture fantasmée de l’histoire du centre-ville, comme objet de perte, puis de reconquête par les populations dominantes contemporaines. La valeur économique accordée au centre-ville et à la nuit se fait donc ici le révélateur de rapports sociaux, ainsi que de relations aux espaces et aux temps de la ville, qui sont encore conflictuels. Cette marchandisation, qui va de pair avec une extension de la night-time economy, est un processus qui n’est pas sans soulever contestations et déstabilisations.

Déstabilisations et contestations des visions dominantes de la nuit

33L’émergence d’un espace nocturne de type night-time economy est un changement de trajectoire par rapport aux débuts du Maboneng Precinct, qui n’est pas toujours apprécié par les résidents et usagers. Les résidents et usagers les plus âgés, ou ayant des enfants, plaident pour une occupation nocturne de l’espace qui ne soit pas forcément de ce type, à l’image de Niels :

  • 14 « Et faire la fête aussi… Je le faisais souvent, je finissais ivre, tu m’as vu très ivre d’ailleurs (...)

“Also partying... I definitely used to be, and be very drunk, you saw me really drunk at Poolside the other day [laughing] but I think I'm getting old, I turned 34 last week. I still like partying, but not every night. […] I feel like night should not always be about partying. Sometimes, you just want a quiet dinner with some friends and to appreciate the sunset outside and watch the city slowly preparing itself to sleep14” (entretien du 10/01/2015 réalisé par C. Oloukoï).

34Pour Niels, si la nuit à Maboneng peut être un espace de fête, elle ne saurait ou ne devrait s’y résumer. De fait, les entretiens conduits à Maboneng ont mis en évidence que le centre-ville nocturne est surtout appréhendé par les classes moyennes et aisées par l’intermédiaire de la « nightlife », terme qui est employé dans le sens de night-time economy dans leurs discours, soit une vie nocturne normative, exclusive et constituée d’établissements mainstream. La méfiance que suscitent les espaces nocturnes chez les classes moyennes et aisées réduit donc l’expérience nocturne à des lieux de la night-time economy, précisément parce que cette dernière s’accompagne de dynamiques de sécurisation et d’exclusion importantes. Cependant, ce qui fait l’originalité de Maboneng, par rapport aux autres espaces en cours de gentrification du centre-ville, c’est que la night-time economy représente un second temps du développement du Precinct et y est moins solidement implantée. De ce fait, l’expérience nocturne s’y caractérise par une plus grande diversité de pratiques, y compris pour les classes moyennes et aisées. Maboneng semble permettre à ces classes sociales un rapport inédit aux espaces nocturnes, qui ne soit pas réduit à la night-time economy. Ainsi, Tikhe, sud-africaine noire, employée de Propertuity et qui réside à Maboneng, témoigne d’un élargissement de ses pratiques nocturnes permises dans cet espace :

  • 15 « Ce que j’aime avec Maboneng c’est le fait d’avoir le choix. La nuit ne signifie plus que tu dois (...)

“One thing I like about Maboneng is the options that it gives to people. Night doesn't mean that you have to go clubbing anymore or that you have to go drink. Night means that you can chill outside the balcony now and read a book, you can actually go down the road and have coffee at Chalkboard, you can watch Bioscope cinema, you can go to the theater. (…) You can just sit outside the Backpacker and talk with friends. And never feel scared, or unsafe, or out of place. It's diverse. It's really mixed used15." (entretien du 24/02/2015 réalisé par C. Oloukoï).

35A Maboneng, les pratiques nocturnes des classes moyennes et aisées du Precinct se diversifient. La nuit n’est plus cet espace-temps homogène, considéré comme dangereux en dehors de l’espace fermé du club. Au lieu d’être vécue comme un espace-temps discontinu, en pointillés (d’oasis de sûreté en oasis de sûreté), elle se vit comme un espace continu à l’échelle du Precinct, comme un espace vécu (Lefebvre, 2000 [1974]).

36A cet égard, la night-time economy apparaît parfois, pour certains résidents, comme ce qui met en péril l’originalité du rapport à la nuit qui s’instaure à Maboneng. Ainsi Senzelwe, étudiante noire qui réside à Remeds View, l’immeuble étudiant du Precinct, déclare :

  • 16 « Je n’aime pas le fait que ça puisse être très bruyant parfois, notamment les week-ends. J’ai le s (...)

« What I don't like is that sometimes it gets noisy, like on the weekends. And I feel it's starting to change, it's starting to become like a party place. It's less quiet.16 » (entretien du 24/01/2015 réalisé par C. Oloukoï).

37Les promoteurs se trouvent donc pris entre deux logiques contradictoires : poursuivre l’expansion de la night-time economy à l’échelle du Precinct, ce qui permet aussi d’étendre le processus de gentrification dans l’espace et le temps, ou maintenir une vie nocturne moins festive, plus diversifiée, ce qui signifie aussi maintenir un espace vécu nocturne plus restreint que l’espace diurne pour les usagers et résidents et peut être vu comme un recul temporel de la gentrification. L’entretien avec A. Cabaret révèle les difficultés des promoteurs sur cette question :

« L'idée c'est peut-il exister une vie nocturne qui ne soit pas une nightlife ? A Paris, effectivement il existe une vie nocturne, parce que tu peux marcher librement dans la ville d'un endroit à l'autre, y'aura toujours des gens dans la rue, même si c'est pas une rue pleine de bars et de clubs. J'ai l'impression qu’à Johannesburg on est dans l'extrême, soit y'a une nightlife, soit y'a rien. Du coup, qu’est-ce qu’on peut faire ? » (entretien réalisé le 21/01/2015 par C. Oloukoï).

38La night-time economy est pensée comme un moindre mal non seulement pour sécuriser l’espace nocturne du quartier, mais aussi pour l’animer. Or, dans les discours des résidents, ce qui leur donne un sentiment de sécurité la nuit à Maboneng, ce n’est pas tant la night-time economy, que l’émergence d’une communauté où tout le monde se connaît. Pour les résidents, notamment les plus âgés, la différence entre l’espace nocturne qu’ils pratiquent, à l’instar de Fox Street, et les autres pôles nocturnes du Precinct qui ne sont animés que par la night-time economy, tient moins à la densité d’établissements mainstream ou à la présence plus réduite des vigiles, qu’à une implantation résidentielle moins importante dans ces autres pôles. En effet, Fox Street présente la plus grande concentration d’espaces résidentiels du Precinct avec les immeubles Main Street Life et Revolution House, ce qui lui donne un caractère plus animé et habité : le sentiment de communauté y est fort. En revanche, les autres pôles résidentiels (Artisan Lofts sur Albertina Sisulu Road, Remeds View et Rocket Factory sur Commissioner Street, Craftmen’s Ship sur Main Street) sont non seulement plus isolés, mais aussi situés sur de grandes artères difficilement praticables à pieds, ce qui renforce leur isolement.

39À rebours des discours des promoteurs, c’est sur la présence de pôles résidentiels suffisamment importants que les résidents mettent l’accent quand ils évoquent le sentiment de sécurité nocturne à Maboneng. Or, ce sentiment de sécurité est fondé sur des relations de proximité et de familiarité qui permettent l’émergence d’une communauté, ce qui est précisément mis en péril par l’extension de la night-time economy, qui contribue à augmenter le nombre d’usagers extérieurs au quartier en faisant de Maboneng un pôle d’attractivité nocturne à l’échelle de Johannesburg.

Conclusion

40Les promoteurs du Maboneng Precinct ont clairement identifié la nuit comme un enjeu de développement. Parce que la nuit peut être appréhendée comme un espace-temps de recul du processus de gentrification, elle est, de ce fait, aussi un enjeu d’appropriation. Alors que les classes dominantes ont, depuis les années 1980-90, développé des stratégies d’évitement des espaces nocturnes, les classes populaires ont su se réapproprier ces espaces, y compris ceux en cours de gentrification. Enjeu symbolique, la nuit apparaît également comme une opportunité économique pour les promoteurs urbains, qui entendent y étendre le processus de gentrification. Le statut de la nuit eu égard à la gentrification est donc ambivalent : elle est à la fois limite et champ de possibles. C’est ce double statut qui justifie le terme de front ou de « frontière » (au sens de frontier) appliqué à la nuit à Maboneng.

41La stratégie nocturne du Precinct décrite est en outre un processus en cours. La bifurcation du quartier vers la night-time economy est un second temps de la stratégie nocturne précédemment menée par les promoteurs de cet espace et, en même temps, un élargissement vers la rue de tendances plus anciennes visant à mettre en scène la nuit (Boichot et Guinard, 2014). Ce second temps témoigne d’une volonté accrue d’occuper les espaces nocturnes et d’une avancée du front de gentrification nocturne vers les espaces extérieurs : la night-time economy s’accompagnant de dynamiques de sécurisation et d’exclusion, on assiste à une « reconquête » de la rue nocturne par les classes moyennes et supérieures qui contraste avec les stratégies d’évitement qu’elles manifestaient antérieurement par rapport à ces espaces. Par ailleurs, cette gentrification s’accompagne d’une marchandisation de la nuit en elle-même. Ces deux processus, gentrification des espaces nocturnes et marchandisation de la nuit, montrent la convergence entre des dynamiques globalisées et des problématiques spécifiquement locales. La nuit et la vie nocturne deviennent des outils marketing, servant à accroître l’attractivité de Maboneng, en dévalorisant les espaces et les pratiques nocturnes du quartier environnant de Jeppestown.

42Cependant, des vecteurs de déstabilisation propres au contexte johannesburgeois subsistent. La présence d’une vie nocturne de type night-time economy ne fait pas l’unanimité chez les gentrifieurs, témoignant des relations complexes entre ces deux processus que sont la gentrification et la progression de la night-time economy à Johannesburg et plus encore à Maboneng (Hae, 2011). Si la night-time economy rend le phénomène de gentrification plus visible dans le temps et l’espace, ce qui renforce ce phénomène au quotidien semble plus être la constitution d’un espace nocturne continûment vécu et gentrifié. Il faudrait donc approfondir l’étude des liens entre gentrification et night-time economy, afin d’analyser les effets spatiaux éventuellement contradictoires de ces processus sur les espaces nocturnes. L’équivalence entre les deux phénomènes, posée par de nombreux travaux sur la night-time economy, commence d’ailleurs à être remise en cause (Hae, 2011). Parce qu’il permet de mettre en évidence une tension entre les différents acteurs de la gentrification autour de la night-time economy (les promoteurs et une partie des résidents – souvent des étudiants – y sont plutôt favorables, tandis qu’une autre partie des résidents, sensiblement plus âgés, y est plutôt opposée), l’exemple du Maboneng serait sans doute une étude de cas féconde à poursuivre, notamment en ce qu’elle permettrait d’envisager les clivages, non seulement sociaux, mais aussi générationnels qui peuvent apparaître autour des usages de la nuit.

Haut de page

Bibliographie

BEAVON K., 2004, Johannesburg: The Making and Shaping of the City, Pretoria, Unisa Press.

BOICHOT C. et GUINARD P., 2014, « L’art pour vendre les espaces publics ou pour rendre les espaces à leurs publics ? L’esthétisation des espaces publics à Berlin et Johannesburg », Arts et espaces publics, L’Harmattan, p. 151‑176.

BOURDIEU P. et PASSERON J.-C.,1970, La Reproduction, Paris, Les Editions de Minuit.

BOUILLON, F., 2000, « Des escales dans la nuit : les snacks égyptiens à Marseille », Les Annales de la Recherche Urbaine (n°87), p.43-51.

BUREAU L.,1996, « Géographie de la nuit », Liberté, n°38, p. 75-92.

BUREAU L., 2005, Géographie de la nuit, Montréal, Hexagone.

CHATTERTON P. et HOLLANDS R., 2003, Urban Nightscapes: Youth Cultures, Pleasure Spaces and Corporate Power, London, Routledge.

CHRISTOPHER A. J., 2001, The atlas of changing South Africa, London, Routledge

DELEUIL J.-M.,1994, Lyon, la nuit : lieux, pratiques et images, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

DIRSUWEIT T., 2002, “Johannesburg: Fearful city?”, Urban Forum, n°13, p. 3-19.

FOUQUET T., 2016, « Paysages nocturnes de la ville et politiques de la nuit. Perspectives ouest-africaines. », Sociétés Politiques Comparées, n°38.

GALLAN B., 2015, “Night lives: Heterotopia, youth transitions and cultural infrastructure in the urban night”, Urban Studies, n°52, p. 555-570.

GERVAIS-LAMBONY P., 2012, « Nostalgies citadines en Afrique Sud », Espaces-Temps, [en ligne], URL : http://www.espacestemps.net/articles/nostalgies-citadines-en-afrique-sud/

GUILLAUME P., 2001, Johannesburg : Géographies de l’exclusion, Johannesburg, Paris, IFAS-Karthala.

GUILLAUME P., 2004, « La violence urbaine à Johannesburg. Entre réalité et prétexte ». Geographica Helvetica, vol.3, n°59, p. 188-198.

GUINARD P., 2014, Johannesburg : l’art d’inventer une ville, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

GUINARD P., 2016, « De la peur et du géographe à Johannesburg (Afrique du Sud) : retour sur des expériences de terrain et propositions pour une géographie des émotions », Géographies et Cultures, n° 93-94, p. 277-302.

GWIAZDZINSKI L., 2005, La nuit, dernière frontière de la ville, La Tour d'Aigues, Editions de l'Aube.

HAE L., 2011, “Dilemmas of the Nightlife Fix: Post-industrialization and the Gentrification of Nightlife in New York City”, Urban Studies, n°48, vol. 16, p. 3449-3465.

HARTOG F., 2003, Régimes d'historicité : Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

HOBBS D., 2003, Bouncers: Violence and governance in the night-time economy, Oxford, Oxford University Press.

HOBBS, D., HADFIELD, P., LISTER, S., & WINLOW, S., 2005, Violence and control in the night-time economy, European Journal of Crime Criminal Law and Criminal Justice, 13, 89-102.

HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2010, Crossing boundaries, HDR, Université Panthéon-Sorbonne, Paris I.

JOHNSTON J. L., 2002, Open 24 hours: a case study of Vancouver and the twenty-four hour city concept, The University of British Columbia, [en ligne], URL : https://circle.ubc.ca/handle/2429/13951

LEES L., SHIN H. B. et LOPEZ-MORALES E. (éd.), 2015, Global Gentrifications: Uneven Development and Displacement, Bristol, Policy Press.

LEFEBVRE H., 2000 [1974], La production de l’espace, Paris, Anthropos.

MELBIN M., 1987, Night as frontier: colonizing the world after dark, New York, NY, Free Press.

MORANGE M., 2011, « Droit à la ville, néolibéralisation et État développemental au Cap », Justice Spatiale Spatial Justice, n°3, [en ligne], URL : http://jssj.org/media/public_space_vo3.pdf

NUTTALL S., MBEMBE A., 2008, Johannesburg: the elusive metropolis, Durham, Duke University Press.

OLOUKOÏ C., 2016a, Nuits, objets de peur et de désirs à Maboneng (Johannesburg, Afrique du Sud), Sociétés Politiques Comparées, n°38.

OLOUKOÏ C., 2016b, « La marche urbaine : un outil pour appréhender les émotions à Johannesburg ? », Les Carnets de géographes, n°9 [à paraître]

PATEL R., 2006, “Working the Night Shift: Gender and the Global Economy”, n°5, p. 9-27.

RANCIÈRE J., 2000, Le Partage du sensible : Esthétique et politique, Paris, La Fabrique.

SIMON J., 2007, Governing through crime: How the war on crime transformed American democracy and created a culture of fear, Oxford, Oxford University Press.

SEEKINGS Jeremy, 2008, « The continuing salience of race: Discrimination and diversity in South Africa », Journal of Contemporary African Studies, vol. 26, n°1, p. 125.

VAN LIEMPT I., VAN AALST I. et SCHWANEN T. (2015). “Introduction: Geographies of the urban night”, Urban Studies, n°52, p.407-421.

ZUKIN S., 1995, The cultures of cities, Oxford, Blackwell.

Haut de page

Notes

1 La municipalité a un rôle de facilitateur, mais l’aménagement de ce périmètre est principalement mené par des acteurs privés, sous l’égide d’un acteur principal : Propertuity.

2 L’utilisation du terme « race » n’engage en aucun cas une reconnaissance de l’existence de cette catégorie. Elle souligne cependant les effets symboliques et matériels de l’idéologie raciste qui a présidé à la colonisation de l’Afrique du Sud et a culminé avec la mise en place du régime d’apartheid (1948-1994), entraînant des traitements différenciés en fonction de classifications reposant sur la couleur de peau (Christopher, 2001).

3 Le nom officiel du quartier est le « Maboneng Precinct », mais il est courant d’y faire référence simplement par « Maboneng », qui signifie lieu-lumière en sotho, l’une des 11 langues officielles de l’Afrique du Sud.

4 D’origine française, elle a choisi de réaliser l’entretien en français. La proximité linguistique a contribué à donner un ton informel à l’entretien.

5 « Par exemple, je vais souvent acheter de l’alcool quand les magasins sont fermés à Fox Den. J’y ai regardé un match de football une fois, mais je ne me suis pas attaché à l’endroit. On n’y entend pas vraiment des conversations, plutôt des cris. Je ne pense pas que Jeppestown manquera aux gens s’ils s’en vont, il se peut que Maboneng oui, mais pas Jeppestown. »

6 « A la minute où tu sors de Maboneng, t’es dans une toute autre réalité. Les rues sont sales… Y’a tous ces gamins dans les rues… Les hommes te harcèlent, les gens sont malpolis, ils te jugent au premier regard, c’est bruyant… Les taxis… Tu vois de quoi je veux parler. Ah oui aussi les rats sortent la nuit, et je ne vais pas là où il y a des rats. Tant que je ne risque pas de me faire voler ou d’être entourée de gens ivres et inconscients, tout va bien. »

7 Pour une personne extérieure aux codes du quartier, l’épicerie semble fermée, mais la lumière reste allumée. Des clients sont toujours à l’intérieur, discutant avec le ou les employés et il est toujours possible d’entrer pour ceux qui maîtrisent ces codes.

8 Niaz : « Je pense qu’on fait un boulot formidable à Maboneng, pas seulement pour notre pays, mais pour le monde entier. Parce que les endroits où y’a les criminels, comme le CBD, Hillbrow, Doornfontein, Yeoville et même quelques parties de Jeppestown, ce ne sont pas des sud-africains qui les possèdent, mais des « seigneurs du crime » étrangers. Ces endroits sont grands, sombres, diaboliques, mortels. […] Si tu vis là-bas, c’est que t’es dans le crime. T’es soit un dealer, soit un gangster si tu trouves ton intérêt là-bas. »

9 Ceci justifie le maintien du terme anglais, objet d’étude aujourd’hui reconnu, pour marquer la différence avec « l’économie nocturne », expression française plus générale.

10 « (…) l’évolution de la signification des paysages urbains nocturnes. En effet, dans un contexte où les villes sont en compétition, les centres-villes sont de plus en plus des sites de consommation massive la nuit. On assiste à une prolifération d’espaces nocturnes de loisir et de consommation d’alcool […] [lesquels sont] de plus en plus gérés par des entreprises établissant un monopole. »

11 « Les établissements nocturnes mainstream prolifèrent aux dépens des établissements résiduels et alternatifs. »

12 Même si le terme « night-time economy » n’est pas repris en tant que tel par les promoteurs de Maboneng, leur vision de ce que devrait être la « nightlife » (vie nocturne), tant dans leurs discours que dans les projets qu’ils promeuvent, correspond à ce concept. C’est pourquoi il nous paraît pertinent de le mobiliser ici.

13 « J’ai l’impression que Maboneng est trop petit pour ce genre de club [Zen Club]. Il semble un peu vide parfois, sauf les nuits où y’a un événement spécial. Y’a vraiment besoin de gens extérieurs pour que ça se remplisse, et pour cela il faudrait que Zen Club ait quelque chose de différent à offrir par rapport aux autres clubs, et je ne suis pas sûr que ce soit le cas. »

14 « Et faire la fête aussi… Je le faisais souvent, je finissais ivre, tu m’as vu très ivre d’ailleurs à Poolside l’autre jour [rires] mais je pense que je me fais vieux, j’ai eu 34 ans l’autre jour. J’aime toujours faire la fête, mais plus toutes les nuits. […] Je pense que la nuit ne devrait pas tout le temps être centrée autour de faire la fête. Parfois, t’as juste envie d’un dîner calme avec quelques amis et d’apprécier le coucher de soleil et de regarder la ville se préparer à dormir. »

15 « Ce que j’aime avec Maboneng c’est le fait d’avoir le choix. La nuit ne signifie plus que tu dois aller clubber désormais, ou que tu dois boire. La nuit peut signifier maintenant que tu vas te détendre sur ton balcon et lire un bouquin. Ou alors tu peux descendre et prendre un café à Chalkboard, regarder un film au Bioscope, aller au théâtre (…). Y’a plein de trucs à faire la nuit à Maboneng. Je peux juste m’asseoir devant l’auberge et parler avec des amis, et ne jamais me sentir effrayée, pas en sécurité, ou mal à l’aise. C’est divers. C’est vraiment mixte d’un point de vue des usages. »

16 « Je n’aime pas le fait que ça puisse être très bruyant parfois, notamment les week-ends. J’ai le sentiment que l’endroit est en train d’évoluer, ça commence à devenir un lieu de la fête. C’est moins calme. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le Maboneng Precinct au sein de Johannesburg
Crédits Réalisation : P. Guinard, 2014 (révisée en 2016)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3977/img-1.png
Fichier image/png, 926k
Titre Figure 2 - Typologie des établissements de la night-time economy
Crédits Réalisation : C. Oloukoï d’après P. Chatterton et R. Hollands (2003), 2015
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3977/img-2.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure 3 - La progression spatiale de la night-time economy à Maboneng comme indice d’une diffusion de la gentrification la nuit
Crédits Réalisation : Chrystel Oloukoï – Source : Site du Maboneng Precinct, 2015
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3977/img-3.png
Fichier image/png, 732k
Titre Figure 4 - L’entrée du Zen Club
Crédits Source : C. Oloukoï, 30/01/2015, 21h42
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3977/img-4.png
Fichier image/png, 617k
Titre Figure 5 - Outdoor cinema (cinéma en plein air) sur Kruger Street, organisé par Le Bioscope
Crédits Source : site internet du Bioscope, consulté le 15/06/16, http://www.thebioscope.co.za/​outdoorcinema/​
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3977/img-5.png
Fichier image/png, 386k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chrystel Oloukoï et Pauline Guinard, « La nuit à Maboneng (Johannesburg, Afrique du Sud) : un front urbain entre sécurisation, marchandisation et contestation », L’Espace Politique [En ligne], 30 | 2016-03, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3977 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3977

Haut de page

Auteurs

Chrystel Oloukoï

Elève à l’Ecole normale supérieure de Paris et à l’Université Paris 1
Lectrice à l’Université de Tulane (Nouvelle-Orléans, Etats-Unis)
chrystel.oloukoi@gmail.com

Pauline Guinard

Maître de conférences en géographie
Ecole Normale Supérieure de Paris
UMR LAVUE – Mosaïques
UMR IHMC (associée)
pauline.guinard@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org