Navigation – Plan du site
Géographie politique des temps urbains

Un quartier « éphémère » de l’aire métropolitaine de Jakarta : lire les conflits au prisme des temps urbains

An Ephemeral Neighborhood in Jakarta’s Metropolis: Analyzing the Land Use Conflicts throughout Urban Times
Judicaëlle Dietrich

Résumés

L’article analyse les modalités d’occupation et d’existence d’espaces d’habitations précaires, de quartiers que l’on peut qualifier d’éphémères dans la métropole de Jakarta en lien avec la multiplicité des temps urbains. Il s’agit de montrer en quoi des logiques temporelles, diverses selon les acteurs, peuvent s’avérer opportunes ou concurrentes à l’échelle d’un quartier en interrogeant plus spécifiquement la production de la précarité pour les occupants.

La réflexion s’appuie sur une étude de terrain localisée dans une ville périphérique de la métropole indonésienne afin de lire les conséquences des transformations urbaines. L’approche s’entend en termes politiques, incluant les orientations des actions des pouvoirs publics et le rôle d’acteurs privés. Cela permet de montrer comment se construit l’incertitude de l’implantation de populations précaires par la fragilisation de leurs perspectives d’avenir dans le lieu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Here I passed what is best described as an interlocking assemblage of makeshift structures held u (...)

1« Je passais alors par ce qui peut être décrit comme un emboitement de structures de fortune sur pilotis, en équilibre instable au-dessus de l'eau du canal, noire comme de l’encre. Avec des murs de bambou maintenus par des morceaux de bois, des toits fabriqués avec un assemblage de bâches en plastique, de papier goudronné et de tôle, avec parfois quelques carreaux de carrelage, le tout retenu par de grosses pierres ou des quelques parpaings de béton, ces structures résidentielles semblaient prêtes à s’effondrer dans l'eau à la moindre provocation. (…) En quelques années, cependant, cet ensemble de logements au bord du canal avait disparu. Il a été vidé afin de laisser la place pour les poteaux de l'autoroute surélevée du périphérique intérieur »1 (Silver, 2008, p. 5-6). C’est ainsi que l’aménageur australien Christopher Silver décrit une des images qu’il a gardée en mémoire lors de sa première traversée de Jakarta. Dans les premières pages de son ouvrage synthétisant l’histoire de l’aménagement de la métropole, il relate son arrivée en 1989 et pointe les changements rapides des formes urbaines, et notamment la suppression des zones d’habitat précaire. La soi-disant « disparition » de ces types de quartiers du paysage urbain est une des évolutions les plus marquantes depuis les années 1990. Cet extrait met en évidence l’existence à Jakarta de quartiers éphémères, des lieux qui, malgré leur ancrage spatial dans le paysage urbain peuvent disparaître assez rapidement. Mais le passage de ce texte offre une description de ces « disparitions » de quartiers assez passive, sans en identifier les acteurs et les facteurs. La proposition de cet article est de revenir sur les modalités d’existence de ces espaces d’occupation temporaire de l’espace urbain en mettant en évidence les intentionnalités, institutionnelles et privées, qui participent aux transformations urbaines dans l’aire métropolitaine de Jakarta.

2Cette réflexion s’appuie sur une étude de terrain d’un quartier dans la municipalité de Bekasi, la municipalité voisine à l’est de Jakarta afin d’observer précisément les modes d’installation des habitants précaires et leur situation face aux transformations métropolitaines. L’entrée par les temporalités vise à appréhender les processus qui se déroulent sur un même espace selon des pas de temps différents : il s’agit de mener une analyse de géographie urbaine par les processus en cours, et notamment par la transformation et l’ajustement socio-spatial lié à la métropolisation et l’internationalisation de la ville, lesquelles sont appuyées sur des politiques urbaines. Les recompositions de l’espace urbain liées à ces processus s’appuient notamment sur le renouvellement des tissus urbains afin de favoriser l’implantation d’activités, tout en faisant disparaître (ou en invisibilisant) les zones plus précaires à proximité des lieux de prestige. C’est l’argument développé dans l’ouvrage Villes internationales (Berry-Chikhaoui, Deboulet, Roulleau-Berger, 2007) qui souligne les conséquences de la multiplication de situations d’insécurités foncières, plus spécifiquement pour les populations les plus précaires.

  • 2 « L’influence de l’anthropologie et de la sociologie est fondamentale dans cette réflexion sur l’in (...)

3Méthodologiquement, le travail d’enquête repose sur des entretiens qualitatifs avec des personnes ou des ménages occupant le quartier d’étude. Lors de ces rencontres, l’un des objectifs était de reconstituer leur parcours résidentiel, en mettant en évidence les moments de déplacements et les facteurs ou raisons que les individus identifient. Le récit biographique2 des enquêté.e.s permet de retracer la vie d’un individu dans ses rapports avec les autres membres de sa famille et les contraintes imposées par son environnement social et résidentiel. Les différentes étapes du cycle de vie de toute personne peuvent correspondre au temps individuel (arrivée à la ville, union, enfant, …), à la vie professionnelle (Grab, 1999) mais aussi à des éléments de contexte plus généraux : « L’analyse biographique part du postulat qu’» un individu parcourt, tout au long de sa vie, de nombreuses étapes de nature différente et sa position à un instant donné dépend de sa trajectoire antérieure, des informations qu’il a pu acquérir dans son passé, des contraintes du milieu et de son libre arbitre » (Courgeau, Lelièvre, 1996, p. 645).

4L’approche s’entend en termes politiques, car entrent en jeu les orientations des actions des pouvoirs publics pour influer sur l’avenir de leur ville, en lien avec le rôle d’acteurs privés. Dans ce cadre se construit un discours discriminant sur les habitats précaires et/ou temporaires classés selon leur degré de « permanence ». Ainsi, le temps apparaît comme une variable pertinente pour lire les rapports de domination et les inégalités produites par les logiques d’aménagement urbain.

5Après une présentation du positionnement méthodologique et conceptuel en lien avec l’étude empirique proposée, le propos s’attachera à questionner l’apparente concordance des temps urbains en montrant en quoi le caractère éphémère de certaines installations peut se révéler opportun bien qu’incertain. Puis, il s’agira d’observer les conséquences locales quand des temps concurrents se rencontrent et ce que cela dit de la place tant géographique que politique des populations précaires dans une ville en métropolisation.

Temps et places des pauvres dans la métropole de Jakarta

6Le numéro thématique dans lequel s’inscrit cet article pose comme postulat la « polychronie » de la ville. Les recompositions spatiales lentes, les évolutions urbaines liées aux transformations rapides des sociétés, et les temps du quotidien n’en sont que quelques exemples : l’évolution du bâti, des formes et configurations urbaines (souvent dans des temporalités multiples, plus longues ou décalées) interagit avec l’échelle des comportements individuels, et les articulations « entre la dynamique rapide de la conjoncture et la dynamique lente des structures » (Lepetit, Pumain, 1993, p. V). En quoi l’évolution des formes urbaines en lien avec les projets urbains, et la relative persistance, malgré une moindre emprise spatiale apparente, de populations identifiées comme pauvres et de quartiers d’habitats précaires, sont-elles les marques urbaines d’une métropole en transformation ?

En Indonésie, une géographie urbaine appréhendée par le temps

  • 3 L’accès légal ou formel à ces services ne peut d’ailleurs se faire que pour des logements « permane (...)

7La question temporelle de la ville est directement questionnée par les normes et qualification du bâti urbain à Jakarta et en Indonésie. En effet, la terminologie officielle utilisée propose une classification des bâtisses selon leur niveau ou leur degré de « permanence », afin de désigner la qualité de l’habitat. Elle est largement réinvestie localement par les pouvoirs municipaux, en particulier par le Bureau de la planification de l’espace (Dinas Tata Ruang), mais aussi par les structures non institutionnelles telles que les organisations non gouvernementales (ONG) nationales ou internationales du fait de leur production par l’institut national des statistiques (BPS). Ces critères de construction font d’ailleurs partie des variables élaborée par cet institut afin de qualifier un logement, ou plutôt le ménage, de « pauvre » : sur les quatorze critères, les trois premiers relèvent exclusivement de cette classification du bâti, les trois suivants associent le logement à l’accès aux services fondamentaux (eau, électricité, assainissement)3, le reste portant sur la consommation du ménage et le niveau de revenu.

  • L’habitat « permanent » correspond aux constructions avec fondations, dont les murs extérieurs sont en béton ou brique et le toit charpenté recouvert de tuiles ou de tôle. Le sol à l’intérieur des maisons est carrelé.

  • L’habitat « semi-permanent » possède un socle en dur : la partie basse des murs peut être en parpaing, en béton ou en briques, et la partie supérieure (ainsi que le toit) est composée de matériaux moins résistants. Ce peut être du bois, en contreplaqué, du bambou tressé, ou de la tôle de récupération.

  • Enfin, l’habitat dit « non permanent » fait référence à des constructions bien plus précaires, utilisant un ensemble de matériaux de qualité médiocre : bois contreplaqué ou bambou pour les murs, tôle en guise de couverture, reposant directement sur le sol en terre ou avec un plancher en bois.

  • 4 En effet, ces critères ne se réduisent pas à une simple volonté de recensement mais sont les élémen (...)

8Cette classification a des conséquences directes sur les droits et sur les représentations associées aux habitants de ces différents types de bâti. Elle constitue donc une entrée fondamentale dans la désignation des individus et des ménages comme « pauvres » et par extension de leurs droits potentiels à bénéficier d’une aide sociale4.

9Parallèlement, le choix de ces critères et leur valeur normative se comprend par l’histoire coloniale de la ville et l’héritage de la ségrégation organisée par le gouvernement hollandais. En effet, dans certains quartiers de Batavia, planifiés pour loger la population européenne, la brique a été imposée dès le XVIIIe siècle, afin de limiter le risque d’incendie à l’intérieur de la « ville ». Ainsi, les différences de bâti permettaient de différencier la ville (kota) occupée par les Européens, des zones résidentielles des populations colonisées, appelées kampung. Cette fragmentation a contribué à produire des imaginaires de la modernité à Jakarta qui participent de la perpétuation de pouvoirs inégaux dans le contexte contemporain de mondialisation et ses manifestations spatiales, notamment dans les formes résidentielles (Permanadeli et Tadié, 2014).

  • 5 Le « changement urbain » qualifie un processus de modification de la ville et de ses espaces ou enc (...)

10Cette analyse du bâti et des représentations associées est une des variables permettant de saisir les modalités du changement urbain5 d’une part, et le niveau de précarité des habitations, d’autre part. De multiples temporalités urbaines peuvent être présentes dans un même lieu et à un moment donné. L’objectif est de les observer à l’échelle locale d’un quartier de la métropole de Jakarta. Cette proposition méthodologique a été portée dans un autre contexte par Marie Chabrol dans le quartier de Château Rouge à Paris. Il s’agit de pouvoir identifier localement le changement urbain et les multi temporalités d’un quartier en identifiant les structures héritées et les évolutions des dynamiques urbaines. Si cela a d’abord été proposé pour étudier des quartiers plus anciens que le cas concerné par cette étude, les configurations qui apparaissent montrent en quoi la précarité des individus peut être corrélée à leur temps de résidence dans le quartier.

11À Bintara, un quartier situé à la frontière entre les municipalités de Jakarta-Est et de Bekasi, l’enjeu est de repérer les effets de continuités ainsi que les ruptures qui marquant l’évolution des systèmes spatiaux. Dans ce cas d’un quartier structurellement non-permanent, les inerties ou formes de résistance face à un projet de transformation urbaine important peuvent être questionnées pour étudier les rapports sociaux et les jeux d’acteurs.

Un quartier « éphémère » à l’épreuve du temps

12Le quartier de Bintara peut être identifié comme un espace en marge pour plusieurs raisons : situé à la périphérie de deux villes, il est représenté sur les plans d’occupation des sols comme un espace vacant, non bâti, occupé principalement de végétation. Ce « no man’s land » entre les zones résidentielles, kampung traditionnels et quelques complexes résidentiels plus récents, de Jakarta et de Bekasi, marquerait la rupture entre ces zones bâties et, d’après les documents de planification, devrait être comblé. Les entretiens auprès des fonctionnaires locaux et le schéma directeur mettent en avant la fonction résidentielle de Bekasi. C’est un choix assumé et présenté comme stratégique étant donné la pénurie de logements à Jakarta, afin de correspondre à une « répartition fonctionnelle dans la métropole » (entretien avec une responsable du département de l’aménagement urbain à Bekasi, juillet 2012). En effet, les villes de la périphérie de Jakarta connaissent le taux de croissance le plus important, alors que le solde migratoire de Jakarta Centre est désormais négatif. La ville de Bekasi connaît un taux de croissance de 3,44 % par an, nettement au-dessus de la moyenne nationale (1,49 % entre 2000 et 2010) et du taux de croissance urbaine (à 3,33 % sur la décennie), ce qui est rare pour des villes déjà millionnaires. Le même constat peut être réalisé à Tangerang (3,20 %) et Depok (4,25 %, le taux le plus élevé mais c’est la ville la plus petite de l’aire métropolitaine) (Données de BPS du recensement de 2010).

13Cependant, le périmètre est en partie occupé par des habitations, plus ou moins anciennes depuis les années 1980 à 2013, au niveau de formalité et de précarité variables mais dont aucune ne relève d’une propriété de plein droit. La place de plus de trois cents ménages est ainsi menacée par ce projet géré par un promoteur immobilier privé. Cette marge urbaine ne serait alors que temporaire. La réintroduction dans la norme de cet espace est un enjeu politique, témoignant des évolutions métropolitaines et des modalités de transformations urbaines soutenue par les pouvoirs municipaux.

14La carte montre le processus d’occupation progressif et complexe de cet espace en marge et met en évidence les temporalités variées des groupes de résidents. Elle contribue à montrer comment cet espace s’est construit en lien avec des parcours résidentiels collectifs, à l’échelle métropolitaine, et l’intervention de nombreux acteurs aux intérêts possiblement divergents selon les moments. L’arrivée des « premiers résidents » à la fin des années 1980 coïncide avec la construction de l’autoroute : le projet, financé par un prêt de la Banque mondiale a été initié en août 1981 (85 millions de dollars). En 1988, l’autoroute a été ouverte, permettant de confirmer et d’approfondir le « corridor » entre Jakarta et Bandung et accompagnant l’urbanisation de l’aire métropolitaine. En effet, Christopher Silver (2008) montre comment l’extension des autoroutes a permis la suburbanisation rapide dans l’aire métropolitaine, une opération complémentaire des programmes massifs de logements subventionnés pendant l’ère Suharto (1966-1998). BPN (l’agence foncière nationale) a d’ailleurs largement distribué des permis de construire sur plus de 80 000 hectares de terres aux marges de Jakarta entre 1985 et 1999, ce qui a fortement favorisé l’étalement urbain. Cette autoroute permet donc une connexion directe avec Jakarta. L’importance de cet axe est confirmée par la construction en cours d’une autoroute aérienne dont on peut voir les pylônes et certaines portions de l’autre côté du canal, lorsque l’on emprunte la Jalan Kalimalang (axe est-ouest, au sud de la carte de localisation). Ce quartier suit ainsi des mécanismes de production que l’on peut observer dans de nombreuses grandes villes, contribuant à l’idée de considérer Jakarta comme toute « ville ordinaire » (Robinson, 2006) et dont les successions sont mises en évidence par Michèle Tranda-Pittion (2014, p. 36).

Carte - Processus d’occupation et temporalités des habitations à Bintara

Carte - Processus d’occupation et temporalités des habitations à Bintara

Sources : données de terrain – Judicaëlle Dietrich - 2016

15Le terme d’éphémère permet de ne pas réduire la réflexion sur le statut du sol et des constructions, dont l’informalité est certaine mais à nuancer selon les situations. Il s’agit surtout de questionner directement la pérennité de ces installations pour les résidents et les modalités d’appropriations possibles d’un terrain dont les droits de propriété, les orientations d’affectations et les perspectives selon les acteurs ne sont pas toujours concordants. La prise en compte des récits de vie des résidents permet notamment de saisir leurs représentations et modes d’appropriation en lien avec la construction de leur domicile perçue comme permanente pour une part ou totalement temporaire pour d’autres. L’introduction de l’incertitude (Sierra, 2015) de l’occupation produit des réactions diverses selon les habitants, notamment dans l’appréhension de leur précarité et des processus de négociations spécifiques, en lien avec leur durée de résidence dans le quartier. Cette entrée par le temps donne alors les moyens d’appréhender les implications des transformations urbaines en les articulant à l’échelle des individus concernés et du quartier et de voir en quoi ces temps peuvent momentanément être concordants et apparaître comme opportunité ou contribuent à la fragmentation urbaine quand ceux-ci divergent.

Une apparente concordance des temps urbains

16Ce quartier de Bintara, à la lisière de Jakarta, est toujours identifié comme marginal mais il apparaît comme stratégique dans un contexte d’extension métropolitaine. Comment comprendre les possibilités d’appropriations par des groupes populaires, voire précaires, d’un tel espace dont la valeur foncière est pourtant clairement identifiée par les promoteurs privés et par les pouvoirs municipaux ?

De l’opportunité de l’éphémère

17La marginalité de ce lieu n’est pas permanente et n’a pas empêché des occupations. En plus des caractéristiques spatiales du lieu (localisation stratégique, peu visible, vaste espace disponible), ces appropriations peuvent se comprendre en invoquant une opportunité temporelle, par le jeu du temporaire. Cette dimension est liée au statut foncier de ce périmètre et aux rapports de pouvoir en jeu.

18En effet, ce vaste espace de plus de quatre hectares serait destiné à la construction d’un complexe résidentiel de haut standing, un projet qui date de la fin des années 1990, alors que la propriété est attribuée à Tutut, fille du Général Suharto. Cette occupation du sol est validée par le schéma directeur municipal d’aménagement et de planification de la municipalité. Mais si ce projet est pensé et prévu depuis presque vingt ans, l’entreprise promoteur n’était toujours pas propriétaire de toutes les parcelles en 2014. En effet, une dizaine de maisons, en dur, fait l’objet d’une négociation depuis début 2012 entre les propriétaires de ces logements et l’entreprise. Ces parcelles, loties au milieu des années 1980, relèvent du régime foncier traditionnel (le girik) et l’entreprise cherche à les acquérir avant de lancer le projet de construction (cf. infra). Par ailleurs, depuis 1998, la chute du régime de l’Ordre nouveau (impliquant la contestation des acquis de la famille Suharto) et une brutale crise économique, l’entreprise de promotion immobilière portant le projet de lotissement du quartier a changé à trois reprises (faillite, cession…). C’est pourquoi cet espace est toujours « vacant », ou du moins, identifié comme tel par les instances municipales : on peut y constater un gel du foncier en attendant la clarification de la propriété et l’aboutissement des négociations, un espace en attente de « valorisation » dans un contexte d’extension métropolitaine.

19Un notable local, identifié comme le responsable – informel – du quartier par les personnes rencontrées sur place, se positionne comme l’intermédiaire de l’entreprise, chargé de gérer le lieu en attendant. Résidant à proximité de cet espace, au nord dans le quartier formel, il serait employé de l’entreprise et missionné pour administrer le lieu. Ce dernier, lors d’un entretien en juillet 2012 à son domicile, affirme que 80 % de l’espace serait formellement déjà acheté par l’entreprise (dont toute la zone occupée par les collecteurs de déchets informels) et qu’il ne resterait que quelques parcelles encore en négociation avec quelques habitants. Il prévoyait la finalisation de ces négociations dans l’année.

  • 6 Les premières familles ont construit un abri, l’ont progressivement agrandi, faisant venir d’autres (...)
  • 7 4 euros multipliés par le nombre de familles (environ 300).

20Cet espace, dont le statut reste flou depuis deux décennies, pourrait être considéré comme perdu, car non valorisé et non formellement approprié, du fait de l’impossibilité momentanée de mettre en application la destination planifiée de ce périmètre. Cependant, depuis 2010, cet intermédiaire, a accepté (moyennant dédommagement), l’installation de ménages de collecteurs de déchets, venant du district à l’est de Bekasi, Karawang. Si l’économie du ramassage et du recyclage de déchets ne concernait alors qu’une dizaine de ménages, c’est aujourd’hui presque 300 familles qui participent à cette activité6. Ce changement d’usage de l’espace est lié à un moment charnière, quand l’entreprise propriétaire a fait faillite et a cessé de payer l’intermédiaire local. Depuis lors, les installations se sont multipliées, sous réserve d’un loyer de 50 000 roupies (environ 4 euros)7, payé par le patron des collecteurs de déchets. Cela rapporte un revenu mensuel conséquent, d’environ 1 200 euros, au soi-disant « intermédiaire », puisqu’il n’a cessé de se présenter comme tel.

21Le pouvoir local de cet individu est réel, autorisant les nouvelles constructions et indiquant les normes à respecter. Il s’appuie notamment sur les critères de construction présentés plus haut, interdisant tout bâti « permanent ». Ainsi, les abris des collecteurs de déchets sont totalement précaires, en bois, bambous et bâches.

22De nouveaux résidents ont demandé à s’installer, en février 2012, suite à l’éviction de Kampung Baru (Cipinang, à l’est de la province spéciale de Jakarta) pour la construction d’un centre commercial. Les personnes actives dans ces familles font partie du « prolétariat informel » (Berry-Chikhaoui, Deboulet, Roulleau-Berger, 2007), totalement inséré dans l’économie urbaine. Il s’agit de conducteurs de taxi et de minibus ou de travailleurs dans le bâtiment qui ont une relative capacité d’investissement. L’intermédiaire a accepté l’installation d’une trentaine de ménages alors en quête d’un emplacement et a validé, dans un espace à l’est du petit canal, des constructions « semi permanentes » (dont la partie basse des murs est en béton et le sol carrelé) bien plus vastes que les précédentes, mais soumises au même tarif. Au cours de notre entretien, l’intermédiaire souligne qu’il est impératif que les maisons semblent non permanentes : il insiste sur l’enjeu d’apparence de ces constructions.

23Ces échanges et transactions totalement informels ne font l’objet d’aucune trace écrite et l’intermédiaire affirme leur préciser systématiquement que leur installation ne peut être que « temporaire », en attendant le début du projet. Le paiement du loyer ne vaut pas autorisation mais bien « dédommagement » pour cette occupation. On observe ici la valorisation économique d’un espace momentanément gelé en termes fonciers du fait d’une appropriation floue par une/des entreprises assez mouvantes, sans pignon sur rue et dont la seule existence concrète repose sur le pouvoir local d’une personne, relayée dans le quartier même par un bras droit, vivant dans la partie « non-permanente », à l’entrée de la zone de résidence des collecteurs de déchets.

  • 8 La situation reste un peu confuse : l’intermédiaire affirmait lors de notre entretien en 2012 que s (...)

24À partir de février 2013, des quittances de loyer proportionnelles à la surface des logements (20 000 roupies pour 10 mètres carrés) ont été mises en place. Le procédé, qui semblait jusqu’alors totalement informel, a donc été repris par l’entreprise dont le projet n’est toujours pas commencé. En revanche, ce système permet tout de même d’assurer à l’entreprise un revenu régulier en attendant que le projet puisse se réaliser8.

25Si cet espace peut être considéré comme « perdu » par certains acteurs, en fonction de leurs intérêts, notamment les pouvoirs municipaux, on observe en réalité une quantité de négociations et de transactions locales qui témoigne de son intérêt stratégique pour plusieurs parties prenantes : propriétaires, collecteurs de déchets, intermédiaire, promoteur immobilier. Il se révèle ainsi comme une aubaine pour des personnes cherchant un lieu de résidence, et dont la présence ne serait peut-être pas acceptée si elle n’était pas perçue ou négociée comme temporaire. Ce cas permet ainsi de souligner comment des habitants populaires parviennent à se nicher dans des creux ou interstices de la ville en attente de valorisation foncière. De même, ce lieu reste le moyen de tirer des bénéfices, pour des pouvoirs locaux informels ou non. Enfin, c’est aussi une zone rentable qui permet d’assurer toute une partie de la filière de gestion des déchets. Ainsi, loin d’être un espace vacant, l’éphémère de ces installations s’avère être un atout économique pour l’entreprise et une opportunité de lieu pour les habitants, qui trouvent alors le moyen de s’installer plus ou moins durablement, du moins tant que le projet n’est pas commencé.

Produire de l’incertitude par l’éphémère

26On observe dans cette situation une apparente concordance des intérêts de plusieurs acteurs en jeu, liée à des temps urbains différents mais qui peuvent, à certains moments, se coordonner. Le délai de mise en œuvre de projets urbains planifiés et l’inertie liés aux rythmes économiques et politiques (Idt, 2012) produisent des temps de vacance importants entre l’idée d’une affectation d’un lieu et sa réalisation.

27Ce temps de production de la ville laisse des espaces temporairement vacants, dans notre cas au moins une quinzaine d’années, et induit une incertitude quant au moment où sera véritablement mis en œuvre le projet. Ainsi, ce sont les discours des acteurs en jeu qui rendent concrète l’idée d’un projet potentiel et qui font basculer des installations dans une incertitude sur leur pérennité. L’incertitude est produite à plusieurs niveaux. D’abord, la probabilité que le projet soit mené à son terme peut apparaître faible car l’entreprise responsable a changé déjà trois fois. De plus, les porteurs du projet ne sont pas formellement identifiés par les habitants. Il y a certes l’intermédiaire de l’entreprise et son bras droit, dont la présence par leur contrôle se faisait fortement sentir. Mais quand les quittances ont été établies, ces personnes ne se sont plus avérées stratégiques, disparaissant des propos et du quotidien des habitants. Le bras droit de l’intermédiaire, habitant pourtant au cœur du quartier, a déménagé. Le paiement des loyers s’est ensuite déroulé par le passage d’employés avec un récépissé dans chaque domicile tous les mois, mais là encore, aucun responsable n’est venu présenter ce changement de gestion. Enfin, les pouvoirs publics sont invisibles, laissant les modalités de la négociation à l’entreprise privée puisque leur position se réduit à identifier un terrain vacant, dont l’occupation ne peut être reconnue puisqu’informelle, pour ne pas dire illégale. On relève, pour les habitants du quartier, une difficulté réelle à identifier d’une part des décideurs et donc des règles ou procédures qui permettraient de saisir l’avancée réelle du projet de complexe résidentiel, et d’autre part, des interlocuteurs précis pour négocier leur présence éventuellement durable dans le périmètre.

28La fragilisation de l’ancrage spatial est aussi produite par le caractère éphémère de statuts fonciers, qui perdurent dans la pratique tout en n’étant plus formellement légaux. C’est ici que doit être pris en compte le temps du politique et des pouvoirs publics dans la situation. Les parcelles acquises dans les années 1980 ont fait l’objet d’une transaction identique au système traditionnel colonial réservé pour les ventes entre non Européens, le girik. Si, déjà à cette période, cet acte de vente n’était plus légal, son usage reste toléré encore aujourd’hui : en 1960, la loi agraire visait à dissoudre le système législatif dual entre les lois coloniales et traditionnelles. Une seule année (de 1968 à 1969) avait été réservée pour transposer le certificat traditionnel en acte de propriété de plein droit. Les fonctionnaires de l’agence foncière nationale (entretiens dans leurs services en janvier 2012) reconnaissent que cette information, peu diffusée, peu comprise, et dont les implications n’ont pas été perçues par une majorité des Indonésiens à l’époque, a produit d’importantes disparités entre les statuts fonciers. Le girik continue de se transmettre de vente en vente. La régularisation de ce document nécessite une procédure particulièrement longue pour les personnes qui en font la démarche (deux années) et implique de retrouver l’historique de la parcelle depuis 1947. Ces propriétaires, ayant acquis une parcelle agricole au milieu des années 1980, paient une taxe foncière correspondante à un terrain non bâti, même s’ils ont depuis construit leur maison. Ainsi, la somme de rachat proposée par l’entreprise, en accord avec les services municipaux, s’aligne sur le marché des terrains non bâtis, soit environ moitié moins au mètre carré que le minimum pour le résidentiel. On voit ici comment des situations irrégulières ont véritablement « trainé » pour pouvoir tirer parti d’une distorsion entre achat et usage réel. On observe une concordance des intérêts des acteurs du marché immobilier et des pouvoirs publics aux dépens des habitants : l’entreprise s’appuie sur des lois pour ne pas payer le prix foncier élevé aux propriétaires, tout en louant informellement l’occupation pour des habitations précaires. La maîtrise des temps est aussi en jeu : les propriétaires, ayant acheté une parcelle depuis plus de vingt-cinq ans, se trouvent être soumis à une négociation déséquilibrée et devoir mettre en œuvre rapidement des démarches administratives lourdes à l’échelle individuelle, et subir des temps de procédures longs et complexes pour faire reconnaître leur propriété pleine et entière. Parallèlement, la faible visibilité des projets à venir (et des acteurs, du fait de changements fréquents d’entreprises) ne favorise pas une anticipation par les habitants.

29On remarque ainsi la construction d’un avenir insécurisant qui augmente le sentiment d’incertitude des habitants. La menace d’expulsion ou de départ contraint avec un dédommagement insuffisant plonge les vies individuelles dans une instabilité face à un projet urbain dont le calendrier reste obscur. Ces éléments permettent de montrer comme se construisent des situations de précarité, comme le montre Nicolas Fieulaine au sujet du recours aux soins à l’aide sociale par la formulation suivante : le « temporaire en permanence » (2007, p. 41). L’installation de personnes dans l’éphémère produit de la précarité, au sens étymologique du terme : « qui est susceptible d’être retiré à tout moment, caractère de ce qui est instable, incertain », d’après le Dictionnaire Historique de la Langue Française, Le Robert, éd. 2000. L’incertitude de l’avenir produite par la déstabilisation des trajectoires résidentielles (fragilisation de l’accès au logement et à la ville) est liée à l’idée d’un projet futur, présenté dans les discours comme inéluctable.

De la rencontre de temps concurrents

30Le rapport au temps des différents acteurs concernés dans le quartier de Bintara est ainsi fort différent. Les logiques temporelles de chacun dépendent de leurs intérêts, de leur échelle d’action, qui peuvent en effet se concorder mais à certains moments entrer en divergence voire en concurrence. C’est alors que des tensions peuvent apparaître, des conflits d’usage certes, mais surtout des rapports sociaux inégaux, de domination qui vont mettre en évidence des hiérarchies dans les pouvoirs de décision ou des temps identifiés comme prioritaires par rapport aux autres. L’éphémère peut être une occasion mais seulement momentanée ; toute velléité d’installation plus pérenne risque de se heurter à d’autres projets et à d’autres temporalités. Les problèmes se posent quand les ancrages spatiaux n’ont pas été pensés, prévus, conçus par les personnes concernées comme temporaires et que leur position, dans le quartier, dans la ville, dans la métropole, se trouve menacée.

La disjonction des temps

31Le temps des acteurs qui pensent et conçoivent la ville s’inscrit dans une logique d’avenir où le présent n’est pas l’enjeu principal. Les choix et les interventions se fondent sur des perspectives volontaires de ce que va ou doit devenir la ville. La politique publique d’aménagement du territoire, les services de planification urbaine, mesurent, classent et hiérarchisent les parcelles et quartiers en fonction d’un « futur qu’elle imagine le plus vraisemblable à un horizon de 10 à 20 ans » (Tranda-Pittion, 2014, p. 38). En effet, les orientations de la ville-centre ont été fixées dans le document Jakarta 2030 et celles de Bekasi, la ville voisine, pour 2031.

32En outre, d’autres acteurs entrent en jeu et les acteurs privés tels que les promoteurs portent des projets d’aménagement, en composant avec le présent en fonction d’une valorisation future, en lien avec l’évolution du reste de la métropole. L’investissement dans un terrain non encore valorisé va pouvoir, à moyen terme, s’insérer dans des dynamiques économiques métropolitaines et ainsi être rentabilisé.

33Ces logiques temporelles s’opposent aux occupants du lieu concerné, qui y habitent et qui, au moins pour une partie d’entre eux, veulent maintenir cette implantation dans le temps. L’enjeu pour ces personnes est que leur avenir ne soit pas insécurisé par la disparition de leur lieu de vie qui impliquerait un changement de lieu résidence. Les personnes et ménages concernés dans le quartier relèvent de groupes différents, de modalités d’insertion différente dans le marché de l’emploi et dans le quartier. Tous ne peuvent être considérés comme pauvres. En revanche, la production de l’instabilité et de l’incertitude par l’éphémère pèse comme une menace et concerne tous leurs domaines d’existence : le délogement induirait une rupture avec leur réseau social et familial pour certains, avec leur emploi pour d’autres, ou encore avec leurs perspectives d’insertion dans la ville métropolitaine.

34Cette fragilisation de leur ancrage spatial n’est pas vécue de la même manière selon les modalités d’appropriation du lieu et les parcours individuels. La représentation de cette incertitude est notamment liée au parcours résidentiel de chacun et aux conséquences sociales et économiques d’un déplacement. Ce peut être la première fois, tout comme des déplacements contraints ont pu se répéter plusieurs fois au cours de leur vie :

« Je suis là depuis deux mois, on vient de Cipinang [Jakarta est]. On a été déguerpi (digusur), alors que ça faisait un an que j’étais installée là-bas à Kampung Baru. C’était en octobre, on a reçu la lettre d’éviction (surat pengusuran) de l’entreprise qui possède le sol : « merci d’être restés là mais s’il vous plait il va falloir partir », mais ils n’ont pas dit quand. […] En février 2012, ils ont encore envoyé une lettre, du coup, j’ai déménagé ici. Tous ceux qui vivent dans cette rue ici viennent de kampung baru, mais tout le monde n’est pas parti de là-bas en même temps que nous.

Dans cette rue, c’est un bidonville (lapak lapak) ; les gens de Cipinang sont d’origine de Cirebon [à l’est de la province de Java Ouest], les autres, qui sont là depuis trois ans, viennent du pays Sunda [région au sud et à l’est de Jakarta]. Il y a trente familles arrivées suite à l’éviction de Cipinang. [Je lui demande alors comment elle a trouvé l’endroit] Je cherchais un terrain et je n’en avais pas, et ceux qui possédaient le terrain (ils habitent en Allemagne m’ont-ils dit, c’est Pak Anas, le tokoh [homme de confiance ou chef informel du quartier] qui m’a dit que l’entreprise était basée en Allemagne). (…) [J’insiste : comment avez-vous su qu’il y avait une possibilité ici ?] La première information est venue d’un de mes voisins qui a déménagé ici un peu avant moi. » (août 2012, Bintara, à son domicile)

35La jeune femme rencontrée ici montre une volonté de sécuriser son implantation dans ce quartier depuis son éviction. En négociant avec les responsables informels du quartier dès son arrivée, elle a cherché à solidifier sa maison en élevant les murs en dur et a monté une école informelle. L’occupation est précaire et seule une négociation informelle pourrait permettre une plus forte durabilité de celle-ci. Mais ses déplacements successifs montrent les capacités d’organisation du groupe et de réaction face à une menace d’éviction. Le réseau social reste une ressource dans ces moments de mobilité contrainte.

36La situation vécue est quelque peu différente pour un propriétaire installé depuis le milieu des années 1980 dans le quartier :

« Je suis ici depuis vingt-cinq ans, mais je suis arrivé à Jakarta il y a soixante ans. J’avais six mois, en 1952. Je viens de Java centre. Je suis depuis 1987 à Bekasi, je travaillais à Ragunan [au sud de Jakarta] au ministère de l’agriculture. Avant, quand on est arrivé, c’étaient des rizières, très fertiles, une irrigation petite mais efficace. […] Mes parents habitent à Kemayoran Serdang [Jakarta – à proximité de l’ancien aéroport international] depuis 1952 : c’est un des plus vieux kampung, car il existait déjà quand les Hollandais étaient là. Et c’était encore de la forêt, jusque 1965 : là, en 1964, c’est le début de la construction (planifiée) autour de Kemayoran, avec l’arrivée de Ali Sadikin [gouverneur de Jakarta]. C’est surtout après Sadikin que les constructions ont beaucoup augmenté, car lui contrôlait fermement. Après que l’on s’est marié, avec ma femme, on a loué un logement à Kemayoran, pendant cinq ans. Avec cet argent, on a construit notre maison ici : On a déménagé ici en 1987. Quand on a acheté le terrain, il n’y avait pas encore l’électricité. C’était encore très sauvage (de la forêt). L’électricité n’est arrivée que dans les années 1990. Mais les parents de mon épouse sont toujours à Kemayoran, c’est bien loin ! Ma femme vient de Java Centre, mais elle est née à Jakarta. Elle a été à l’école primaire et au collège à Jakarta. On a trois enfants, et deux petits-enfants. Nos enfants, ils louent là-haut (zone du quartier formel) : deux sont femmes au foyer et le garçon commence à travailler après avoir été étudiant. Il travaille à Mega financial (Bank mega) et sa femme à XL (service de téléphonie). C’est leur enfant qui est là [il montre un petit garçon de quatre ans qui joue sur la terrasse], ma femme s’en occupe puisque sa mère travaille. » (Juillet 2012, à son domicile à Bintara)

37Le départ de Kemayoran est associé à une dislocation contrainte de son tissu familial – qu’il subit encore (en soulignant l’éloignement de ses parents). Il coïncide avec le réaménagement du quartier quand l’aéroport international a été déplacé. Malgré ce changement de lieu de résidence, cet homme montre comment il s’est implanté avec les générations suivantes dans le quartier. Il précise que sa femme est très engagée dans la gestion du poste de santé (posyandu). On peut aussi relever que l’arrivée à Bintara lui a permis d’accéder à la propriété par le régime du girik. Il sait qu’une revente à l’entreprise au prix d’un terrain non bâti ne lui permettrait pas de rester à proximité. Ainsi, depuis que les négociations ont commencé, il cherche à faire reconnaître sa propriété de plein droit et tente de rassembler les autres propriétaires pour refuser l’achat de leurs parcelles par l’entreprise.

Vers une lecture politique des temporalités urbaines

  • 9 De Coninck (2002) souligne ainsi que « la possibilité de construire des récits de vie qui "se tienn (...)

38L’analyse de ces situations individuelles montre à quel point le vécu de l’instabilité ne se réduit pas au présent mais se comprend aussi par une perception insécurisante de l’avenir et de l’importance des parcours individuels lus ici au prisme des trajectoires résidentielles (Bonvalet, Brun, 2012). Les moments de mobilités contraintes parfois multiples subis dans le passé contribuent à une fragilisation de l’ancrage spatial et participent de ce sentiment d’instabilité. Il se situe ainsi à l’articulation du passé et du futur (Fieulaine, 2007)9.

39Ces expériences variées, en fonction des histoires individuelles et de leur précarité, induisent des rapports différents au temps et aux incertitudes de l’avenir, dont la lecture peut être politique : le constat d’une déstabilisation des statuts sociaux et des positions spatiales paraît clair, mais il reste à prendre la mesure de ses conséquences sur ce que vivent les personnes qui y sont confrontées et les implications sur leur place dans la ville.

40Plus qu’un « espace à faible légitimité » comme Nora Semmoud et Bénédice Florin (2015) qualifient les marges urbaines, il s’agit plutôt ici de populations « à faible légitimité » sur un espace convoité. C’est donc bien en termes politiques que la réflexion se pose : ce sont leur statut et leurs droits qui sont en jeu face à un projet de valorisation foncière. On constate ainsi que, si ces personnes sont tolérées pendant un temps, dans la mesure où leur occupation est rentabilisée économiquement, leur ancrage spatial reste précaire, éphémère, dans l’attente de projets d’aménagement plus conformes aux orientations métropolitaines.

41Ainsi, quand entrent en concurrence le temps d’occupation des habitants avec la mise en œuvre prévue de l’aménagement dans un même espace, la concordance des usages cesse. L’éphémère temporairement opportun fragilise la position des habitants dont les perspectives sont alors soumises à « l’épée de Damoclès de l’arbitraire étatique » (Verdeil, 2010) ou alors gérées par le marché et le secteur privé. Le discours formalisant la domination du temps du projet urbain sur celui de résidence des occupants insécurise les populations et témoigne d’inégalités urbaines structurelles produites par la métropole.

  • 10 Nicolas Fieulaine montre ainsi comment s’« introduit d’une part une fragilisation, c’est-à-dire une (...)

42La prise de conscience de l’éphémère de leur implantation modifie la perception du rapport au lieu des habitants. L’incertitude sur leur avenir fait sentir la fragilisation de leur ancrage spatial et produit une précarité non anticipée (par essence) ou fait se perpétuer la précarité de populations déjà dans cette situation10. Pour ces dernières, cela induit des représentations du temps altérées, voire l’impossibilité de se projeter dans l’avenir, donc d’y investir voire de se mobiliser pour lui.

Conclusion

43L’étude menée à Bintara montre ainsi, dans un espace identifié temporairement « en marge », des temporalités différentes, concordantes ou concurrentes peuvent coexister. Cet espace, tout en étant convoité, semble subir des pouvoirs et des prises de décisions externes qui s’appliquent aux populations occupantes. L’exclusion des citadins de ces processus de décision contribuent à briser les perspectives d’installation dans la ville de manière pérenne. Ces limitations à l’ancrage spatial de groupes précaires réduisent le sentiment d’appartenance à la ville, et par extension le sentiment de légitimité qui permettrait de défendre la pérennité de leur présence. Ainsi, l’acceptation et la soumission à l’éphémère, tout en pouvant temporairement apparaître comme une aubaine, s’avère limiter l’insertion de ces personnes dans la métropole de Jakarta.

44Ce travail de terrain permet de mettre en évidence la diversité des stratégies d’acteurs à toutes les échelles et dont les logiques temporelles dépendent de leurs intérêts : l’acceptation d’une occupation temporaire d’un terrain ne perturbe pas nécessairement les plans d’usages futurs pour les concepteurs des projets ; de même les populations ont parfois du mal à saisir la réelle menace d’une éviction prochaine tant que la date n’est pas clairement identifiée. Ce problème se cumule avec la prise en compte des délais nécessaires au recours judiciaires qui nécessitent souvent une forte anticipation. Ces disjonctions en matière d’appréhension des temps de la ville limitent les possibilités de contestation des populations plus fragilisées.

45La dimension temporelle de ces tensions ne se réduit pas à un simple décalage et il s’agit de souligner l’enjeu politique de ces concurrences de temps et plus particulièrement la précarité de la place de certains groupes dans la métropole. En effet, les lieux et les déplacements des citadins témoignent des rapports de domination en jeu et montrent la difficulté pour ces personnes de conserver leur place dans la ville face à un projet métropolitain. La non-protection de leur place dans la ville, voire leur fragilité et la fragilisation de leur inscription spatiale produites par une menace d’expulsion permanente maintient ces populations dans une « sorte de situation d’instabilité chronique ne sachant jamais s’ils vont pouvoir demeurer » (Bouillon, Choplin, Schmoll, Zeneidi, 2015, p. 271). Les mobilités contraintes par ces menaces conjuguées au risque régulier de se voir renvoyé au kampung ou en dehors de la ville, et le coût pour négocier sa présence même de manière informelle sont autant d’éléments qui permettent de faire apparaître « la violence de ces vies qui sont toujours sujettes à rupture, déplacement forcé, expulsion spatiale et légale » (Op. Cit., p. 271).

46L’aspect éphémère des installations est certes une aubaine en tant que modalité d’inscription spatiale dans la société urbaine et l’aire métropolitaine. Cependant, s’appuyer sur cette précarité et l’absence d’un ancrage durable limite toute appropriation et empêche l’émergence d’un sentiment d’appartenance à la communauté citadine. De là découle une incertitude profonde sur l’avenir et une faible impression de légitimité à faire reconnaître sa présence, ses droits. C’est à ce niveau que cette étude localisée de Bintara résonne en termes politiques dans une situation de tension, de conflits d’usage et de temps concurrents.

47BERRY-CHIKHAOUI Isabelle, DEBOULET Agnès, ROULLEAU-BERGER Laurence (dir.), 2007, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 325 p.

48BONVALET Catherine, BRUN Jacques, 2002, « Approches quantitatives ou qualitatives de la mobilité résidentielle : éléments de bilan et perspectives », Espace, populations, sociétés, vol. 20, n° 1-2, p. 63-72.

49BOUILLON Florence, CHOPLIN Armelle, SCHMOLL Camille, ZENEIDI Djemila, 2015, « “Gérer les indésirables” : dispositifs de mise à l’écart et tactiques de résistance », in A. Clerval et al., Espace et rapports de domination, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », p. 269-271.

50CHABROL Marie, 2011, De nouvelles formes de gentrification ? Dynamiques résidentielles et commerciales à Château-Rouge (Paris), thèse de doctorat en géographie, Université de Poitiers.

51COURGEAU Daniel, LELIEVRE Éva, 1996, « Changement de paradigme en démographie », Population, n° 3, p. 645–654.

52DECONINCK, Frédéric, 2002, Une mise en intrigue instable de temporalités hétérogènes. Temporalistes, n° 44.

53FIEULAINE Nicolas, 2007, « Temps de l'urgence, temps du projet : La rencontre des Temporalités dans le recours aux soins et à l'aide sociale en situations de précarité », Dossiers de la MRIE, 15, p. 41-45.

54GRAB, Groupe de Réflexion sur l’Approche Biographique, 1999, Biographies d’enquêtes, bilan de quatorze collectes biographiques, Paris, INED/PUF, coll. « Méthodes et savoirs », 340 p.

55IDT Joël, 2012, « Le temps de la réalisation des projets urbains : une fabrique a posteriori des enjeux politiques de l’action collective », Géocarrefour, Vol. 87/2.

56JAKARTA DKI, 2009, Naskah Akademis RTRW DKI Jakarta 2010-2030 (rapport académique pour la planification spatiale de Jakarta DKI), Gouvernement provincial de Jakarta.

57LEPETIT Bernard, PUMAIN Denise, 1993, Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 317 p.

58PERMANADELI Risa, TADIÉ Jérôme, 2014, « Understanding the Imaginaries of Modernity in Jakarta: A Social Representation of Urban Development in Private Housing Projects », Papers on Social Representations, vol. 23, p. 22.1-33.

59ROBINSON Jennifer, Ordinary cities: Between Modernity and Development, London, Routledge, 2006, 204 p.

60SEMMOUD Nora, FLORIN Bénédicte, LEGROS Olivier, TROIN Florence (dir.), 2014, Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, Presses universitaires François-Rabelais, 288 p.

61SIERRA Alexis, 2015, « Transformer l’incertitude en risque : un instrument de domination ? », A. Clerval et al., Espace et rapports de domination, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », p. 329-341.

62SIERRA Alexis, TADIÉ Jérôme, 2010, « La ville face à ses marges », éditorial, Autrepart, n° 45, p. 3-13.

63SILVER Christopher, 2008, Planning the megacity, Jakarta in the XXth century, Oxford, Routledge, 272 p.

64TEXIER Pauline, 2009, Vulnérabilité et réduction des risques liés à l’eau dans les quartiers informels de Jakarta, réponses sociales, institutionnelles et non institutionnelles, thèse de doctorat en géographie, Université Paris Diderot (Paris VII).

65TRANDA-PITTION Michèle, 2014, « Temporalités du projet urbain et jeux d'acteurs », Urbia, n°16, « Temporalités urbaines et projet », p. 33-52

66VERDEIL Éric, 2010, Beyrouth et ses urbanistes : une ville en plans, Beyrouth, Presses de l’IFPO, 397 p.

Haut de page

Notes

1 « Here I passed what is best described as an interlocking assemblage of makeshift structures held up by poles and perched precariously above the inky black water of the canal. With walls of bamboo held together by assorted scrapes of wood, roofs configured out of a combination of plastic, tar paper and metal sheets, and occasionally some ceramic tiles, all held down by large stones or chunks of discarded concrete, these residential structures appeared ready to topple into the waterway at the slightest provocation. (…) Within a few years, however, the cluster of housing beside the canal was gone. It has been cleared to provide space for the supports for the elevated inner ring highway. » (Traduction personnelle). L’ouvrage date de 2008 mais son texte relate sa première arrivée en octobre 1989.

2 « L’influence de l’anthropologie et de la sociologie est fondamentale dans cette réflexion sur l’introduction du temps dans le recueil d’événements individuels. (…) Deux temporalités différentes sont […] considérées : celle de l’individu (et de son entourage) et celle de la société. (…) Le temps des sociétés ou des individus est donc multidimensionnel. Il est aussi périodisable. » (Chabrol, 2013, p. 56).

3 L’accès légal ou formel à ces services ne peut d’ailleurs se faire que pour des logements « permanents » ou « semi-permanents ».

4 En effet, ces critères ne se réduisent pas à une simple volonté de recensement mais sont les éléments qui sont observés par les responsables administratifs lors d’une demande d’aide ponctuelle ou plus durable : pour obtenir une attestation de non-solvabilité (notamment pour une dépense médicale ou pour une inscription à l’école (SKTM Surat keterangan tidak mampu : certificat d’incapacité), pour être inscrit sur les listes de l’aide alimentaire (riz) ou pour bénéficier d’aides ponctuelles en cas de crise économique.

5 Le « changement urbain » qualifie un processus de modification de la ville et de ses espaces ou encore de ses structures de pouvoir, par l’action d’agents ou d’acteurs (Chabrol, 2011) dont les modalités peuvent être plus ou moins violentes, rapides, complexes.

6 Les premières familles ont construit un abri, l’ont progressivement agrandi, faisant venir d’autres membres de leur famille ou personnes de leur village. En deux ou trois ans, ces petits patrons ont ainsi mis en place toute une économie locale, et emploient informellement environ dix personnes ou ménages chacun, appuyé sur une migration de proximité (il y a environ 1h30 en moto et 3h en bus de trajet pour rentrer au village).

7 4 euros multipliés par le nombre de familles (environ 300).

8 La situation reste un peu confuse : l’intermédiaire affirmait lors de notre entretien en 2012 que son rôle n’était que temporaire, en attendant que la situation foncière se clarifie en lien avec le statut de cette entreprise en faillite ou en cours de rachat. De fait, le début des prélèvements de cette taxe coïncide avec la faillite de l’entreprise et le moment où elle a cessé de lui verser un salaire. Pourtant, ce dernier présentait cette taxe comme un dédommagement à l’entreprise contre l’acceptation de leur présence, une forme d’installation négociée, tout en leur assurant qu’ils n’auront droit à aucune indemnité compensatoire le jour où il leur demandera de partir. Ainsi, il est probable que l’argent récolté durant ces trois années (de 2010 à 2013) ne remontait pas jusqu’à l’entreprise.

9 De Coninck (2002) souligne ainsi que « la possibilité de construire des récits de vie qui "se tiennent" s'amenuise […]. Les temporalités contradictoires s'exacerbent. Le présent, de la sorte, élimine le passé autant que l'avenir ».

10 Nicolas Fieulaine montre ainsi comment s’« introduit d’une part une fragilisation, c’est-à-dire une diminution de la protection à l’égard des risques de difficultés sociales (pauvreté, exclusion, déclassement), et d’autre part une vulnérabilisation, c’est-à-dire une plus grande probabilité d’être exposé à des évènements ou situations aux conséquences négatives, une plus grande gravité de ces conséquences, et une diminution des possibilité de mobiliser des ressources face à ces difficultés et leurs conséquences. » (2007, p. 42).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte - Processus d’occupation et temporalités des habitations à Bintara
Crédits Sources : données de terrain – Judicaëlle Dietrich - 2016
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/3994/img-1.png
Fichier image/png, 525k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judicaëlle Dietrich, « Un quartier « éphémère » de l’aire métropolitaine de Jakarta : lire les conflits au prisme des temps urbains », L’Espace Politique [En ligne], 30 | 2016-03, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/3994 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3994

Haut de page

Auteur

Judicaëlle Dietrich

Maître de Conférences en géographie,
Université Jean Moulin - Lyon 3
Laboratoire Environnement Ville et Société - UMR 5600
judicaelle.dietrich@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org