Navigation – Plan du site

Philippe Sébille-Lopez, Géopolitique du pétrole

Paris, Armand Colin, 2006, 480 pages
Yann Richard
Référence(s) :

Philippe Sébille-Lopez, Géopolitique du pétrole, Paris, Armand Colin, 2006, 480p.

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1990, le pétrole, est redevenu un sujet de préoccupation majeur après une quinzaine d’années pendant lesquelles son prix extrêmement bas l’a rendu très discret. Cet ouvrage de Philippe Sébille-Lopez est donc le bienvenu. Il vient compléter la collection d’ouvrages dirigée par Yves Lacoste inaugurée récemment avec des géopolitiques du Caucase, de l’Arabie Saoudite et de la Côte-d’Ivoire.

2L’auteur ouvre sa réflexion sur une question apparemment simple. Le pétrole, et plus généralement les hydrocarbures, sont-ils un objet géopolitique ? Une réponse positive semble naturelle si l’on suit un tant soit peu l’actualité : l’instabilité chronique de quelques régions productrices (Nigeria…) a des effets indésirables sur les prix en renforçant les tensions sur l’offre ; certains États (on pense à la Russie) s’appuient sur leurs ressources en hydrocarbures pour retrouver une place de premier plan dans les relations internationales, ce qui se traduit par des antagonismes dans certaines régions (Caucase, mer Noire, Asie centrale et région caspienne). D’autre part, l’instabilité politique d’autres États semble liée précisément aux antagonismes que le pétrole suscite. La lecture géopolitique du pétrole, très courante, inspira par exemple une des interprétations de l’intervention en Irak. Celle-ci aurait été, pour les États-Unis, une façon de garantir leur propre approvisionnement en hydrocarbures. La nature géopolitique du pétrole, objet de convoitises et de luttes d’influence, semble donc aller de soit. Mais cela n’a pas été toujours le cas. Certains auteurs continuent de souligner que le pétrole est un marché très intégré à l’échelle mondiale. A ce titre, lorsque les États-Unis interviennent en Irak, ils ne le font pas pour leur propre compte mais pour garantir la fluidité générale du marché.

3Mais la donne est en train change depuis les années 1990. Philippe Sébille-Lopez s’emploie à le montrer dans une introduction magistrale où il plante le nouveau décor de la géopolitique du pétrole en la replaçant dans une perspective historique longue. Certains faits nouveaux sont apparus. La notion d’épuisement des réserves est une donnée de plus en plus admise. L’augmentation rapide du prix du baril et du prix des produits pétroliers n’a pas encore remis en cause la croissance mondiale. Elle est partiellement liée à la spéculation de certains agents financiers mais elle est surtout le fait d’une augmentation rapide de la demande face à une offre qui n’est pas en mesure de suivre. Dans ce contexte, certains États tels que la Chine commencent à prendre des positions, ici et là, à travers leurs compagnies nationales pour augmenter leurs réserves.

4Afin de faire la part du vrai et du faux, Philippe Sébille-Lopez passe revue, suivant une démarche régionale, l’ensemble des grandes régions productrices. Il en dresse des cartes d’identité géopolitiques très bien documentées. Pour ce faire, il s’inscrit dans la démarche géopolitique formalisée par Yves Lacoste en juxtaposant systématiquement plusieurs échelles d’analyse. Le lecteur appréciera tout au long du livre la grande qualité de l’appareil cartographique, ce qui n’est pas un luxe pour appuyer les analyses de régions mal connues.

5Les Européens convaincus seront peut-être attristés par la lecture de ce livre. On pouvait s’attendre à un chapitre entièrement consacré à l’Union européenne. Après tout, la Chine, qui est elle aussi une grande région consommatrice mal dotée en pétrole, a un chapitre entier. Le fait que l’UE n’apparaisse qu’à la fin du chapitre consacré à la Russie n’est pas un hasard. Ce choix éditorial est très révélateur. Il est vrai que l’Union ne brille pas par son efficacité en matière de diplomatie énergétique, malgré la volonté claire de la Commission. La question énergétique reste très largement l’affaire des États membres. La Russie le sait bien et joue systématiquement la carte des divisions internes à l’Union pour soutenir ses propres intérêts économiques et politiques. A ce propos, les augmentations régulières des tarifs imposées par la Russie ne sont pas systématiquement le signe d’une volonté de pouvoir mais aussi, au moins autant, une affaire économique : vendre les hydrocarbures plus cher, c’est aussi remplir les caisses de l’État russe.

6Quelques regrets. D’une part, le titre est trompeur. L’ouvrage propose bien une géopolitique du pétrole mais il est surtout une analyse de la politique énergétique américaine qui se déploie par essence à l’échelle mondiale. Mais cette réserve n’enlève rien à la qualité de cet ouvrage très dense. D’autre part, une bibliographie, même indicative, aurait été bienvenue. Le lecteur devra se contenter de notes infrapaginales, ce qui est insuffisant dès lors que l’on souhaite approfondir ses connaissances. On fait néanmoins avec plaisir ce vaste tour du monde géopolitique des régions productrices et des routes d’exportation. Cet ouvrage convaincant et bien écrit nous confirme, s’il en était besoin, que le statut du Moyen-Orient comme enjeu énergétique majeur est appelé à croître encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Richard, « Philippe Sébille-Lopez, Géopolitique du pétrole », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 07 mars 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/400

Haut de page

Auteur

Yann Richard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org