Navigation – Plan du site
Géographie politique des temps urbains

Anticipation foncière et planification urbaine à Chennai en Inde : quand le temps devient une stratégie

Anticipation in Land Management and Urban Planning in Chennai in India: When Time is a Strategy
E. Roxane de Flore

Résumés

En 15 ans, les périphéries de Chennai (capitale du Tamil Nadu, Inde) se sont transformées au profit de corridors d’activités : des routes élargies, au bord desquelles des activités commerciales, résidentielles et des parcs d'activités s'étendent sur plus de quarante kilomètres. Cet article expose les stratégies temporelles des acteurs impliqués dans les processus de transferts et de conversions des sols afin de rendre compte de la flexibilité des phases de planification et de conception du montage des projets immobiliers. En plus de renseigner les jeux d'acteurs et la pluralité des échelles d'action, cette analyse dévoile les mécanismes de prise de pouvoir des acteurs locaux dans le temps. Elle donne à voir les capacités d'action et d'anticipation des habitants, qui ne sont pas simplement soumis aux décisions publiques. Ce travail décrit les spécificités du contexte historique et économique tamoul afin de déconstruire les enjeux et les modalités de l'action privée au regard de la planification publique. Instrument de négociation, le foncier, analysé dans le détail des processus sociaux qu'il induit, s'avère explicatif de la localisation des projets et de la production de la ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Inde, et plus largement dans le monde indien, la question du temps est encadrée par des normes sociales, cosmiques et religieuses. Les moments du quotidien et les décisions importantes sont anticipés pour être les plus propices et de meilleurs augures au groupe social, familial et professionnel. Les mécanismes fonciers, immobiliers et financiers, tels que les transferts et les conversions des sols, les constructions et les échanges commerciaux, intègrent ces normes. Au Tamil Nadu (Etat du sud de l'Inde), toute transaction foncière et financière doit être évitée le mardi, considéré comme un jour néfaste, et les négociations doivent au préalable être discutées aux heures fixées par un religieux (swami). Dans le montage de projet, ces croyances qui rythment les temps d'action et de réflexion s'imbriquent aux stratégies temporelles individuelles, organisées pour mieux gérer et contrôler les phases opérationnelles. Ces croyances rythment la vie quotidienne et font donc partie intégrante des règles que respecteront les acteurs dans l'élaboration de leurs stratégies dans le cadre des opérations d'aménagement. Le temps apparaît comme une norme mais aussi un outil de gestion et de contrôle du pouvoir. Le cas tamoul éclaire ainsi la flexibilité des phases de planification, de construction, et de gestion du projet, qui ne sont pas simplement soumises aux retards ou à l'avancement des prestataires qui y sont engagés, mais bien aux négociations menées au cas par cas dans le cadre de ces stratégies temporelles. Ces comportements stratégiques sont encore peu étudiés comme le souligne Michèle Tranda-Pittion (2014, p. 35) « les mutations urbaines sont toujours le résultat d'intentions [à long terme], de décisions [à court-terme], et de réalisation des multiples acteurs de la ville, mais le cheminement entre les premières idées et leur aboutissement sous forme de morceau de ville est rarement appréhendé dans son ensemble ». Le présent article propose une analyse des transferts fonciers afin de rendre compte du cheminement stratégique des acteurs à court et à long terme, autrement dit les anticipations foncières qui produisent la ville.

2Catalyseur d'intérêts, le foncier est un bien unique autour duquel les logiques d'acteurs s'allient, s'opposent voire s'évitent dans le temps. L'analyse de l'enchevêtrement de ces temporalités dans l’action apporte des pistes de réflexion sur les causes des hausses des prix fonciers, l'évolution des pratiques de ventes et in fine, la concrétisation des phases opérationnelles des programmes immobiliers.

  • 1 Le terme de corridor apparaît ici avec un C majuscule lorsqu'il s'agit d'un nom (ex: nom donné à un (...)

3La classification établie par Nadia Arab (2007) sur la formation des projets de territoire, d'aménagement et immobiliers en France invite à analyser l'emboîtement des étapes temporelles conduisant à la formation des villes. L'auteure distingue les projets de territoire « qui défini[ssent] une ambition à long terme pour une ville », les projets d'aménagement « qui se traduisent par une transformation concrète de l'espace et sont bornés dans le temps (jusqu'à vingt-cinq ans) », les projets immobiliers qui sont des « bâtiment[s] sur un espace micro-localisé, dans le cadre de bornes temporelles fermées et généralement courtes (moins de cinq ans) ». A Chennai (capitale de l'Etat du Tamil Nadu), la planification de la métropole s'organise selon un projet de territoire défini par un plan stratégique de la ville (Master Plan 2008) et des orientations politiques (Vision 2023). Les projets d'aménagement sont appelés des corridors économiques et sont spécialisés dans les secteurs des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) ou encore de l'automobile. Les projets immobiliers incluent dans ces corridors comportent des logements destinés aux employés-cadres de ces entreprises et des activités commerciales. Analysée dans le détail, cette planification se construit au jour le jour par des stratégies individuelles. Pour étudier ces négociations, cet article déconstruit les temps stratégiques de plusieurs acteurs publics et privés engagés dans ces implantations. Il s'appuie sur un exemple de projet immobilier : une opération de logement haut-de-gamme, qui s'intègre dans le projet d'aménagement spécialisé dans les TIC : le Information Technology (IT) Corridor1, et contribue à la formation du projet de territoire : The Mega Region of Chennai.

  • 2 (2015) A la (con)quête des sols. Micro-logiques et stratégies foncières dans la production des Corr (...)

4Cet article se fonde sur des données de terrain recueillies au Tamil Nadu et à Pondichéry dans le cadre d'une recherche doctorale2. Les récits de vie de dix-huit propriétaires fonciers, agriculteurs, ouvriers agricoles, élus de villages (President Panchayat), intermédiaires fonciers (brokers), promoteurs et managers commerciaux ont été collectés de façon répétée de 2010 à 2014 afin de renseigner et de reconstituer les étapes du projet immobilier développé dans cette étude de cas. Douze entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de fonctionnaires locaux. Cette analyse inductive s'est faite à partir du discours d'une variété d'acteurs impliquée dans les mécanismes d'acquisition et de conversion foncière, sans se limiter aux seuls gestionnaires du projet (promoteur immobilier ou fonctionnaires).

5La première partie de l'article décrit les moments de l'histoire économique, social et politique dans lesquels s'inscrit la localisation des entreprises à Chennai. La seconde partie met en perspective les enjeux existants localement et l'organisation temporelle des institutions en concurrence, qui contribuent à redéfinir la politique de production des corridors économiques. La troisième partie met en évidence l'emboîtement des temps stratégiques des acteurs qui dépassent les phases opérationnelles et qui façonnent le projet immobilier dès sa plus fine échelle : la parcelle.

Du projet d'aménagement au projet de territoire : Un développement urbain qui s'inscrit dans une histoire industrielle longue

6A Chennai, la localisation des activités économiques, perçue comme un vecteur de croissance pour l'Etat entier, s'inscrit dans une histoire industrielle et urbaine longue. Les mutations foncières à large échelle liées à la production des corridors, répondent ainsi à des mécanismes de prises de pouvoir et de concurrence engagés depuis des décennies et qui se recomposent en fonction des nouvelles priorités économiques régionales et nationales.

Les réformes d’un Etat entrepreneur

7Les réformes foncières, sociales et économiques indiennes menées depuis les années 1990 ambitionnent de faire des villes les moteurs de la croissance, et favorisent l’implantation de projets immobiliers à large échelle comportant des logements, et des activités économiques ou commerciales. La littérature scientifique interroge le développement de ces projets et l’ancrage des investissements liés à la diffusion de nouvelles économies comme les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sous plusieurs angles (Leducq, 2009). Partant du postulat que la « libéralisation [économique], n'est rien d'autre qu'une multiplication des acteurs » (Grasset, Landy, 2007, p. 626), cet article a pour but d’analyser les pratiques qui conduisent à la production de ces formes urbaines et à créer des transformations sociales profondes. Les réflexions sur la planification et l'ancrage de ces projets par les jeux de pouvoirs sont explorés par l’étude des gouvernances urbaines régionales (Kennedy, 2014) et des acteurs privés tels que les employés-cadres de la diaspora (Varrel, 2009) ou encore les promoteurs immobiliers de grands groupes étrangers comme locaux (Rouanet, 2015).

8D’autres travaux complètent l’analyse de ces projets et marquent l’intérêt d’étudier la question foncière pour entrevoir les complexités que provoquent les jeux d’acteurs liés aux implantations (Bon, 2015 ; Sud, 2014). Les outils et les instruments fonciers mobilisés pour la fabrique de ces projets font l’objet de tensions abordées par la question des déplacements des populations (Mathur, 2011; Mehta, 2005). Au-delà des impacts que provoquent ces acquisitions à large échelle, peu d'analyses rendent compte de la conduite même de ces pratiques foncières en abordant étape par étape le détail des négociations et des conflits. Les mécanismes de production de la ville négociée, qui sont actuellement appréhendés par des approches multiscalaires (Bon, 2015 ; Leducq, 2009) ou transcalaires (Transcalar Territorial Networks, cf. Halbert, Rouanet, 2014), dévoilent les logiques économiques et politiques d’acteurs venant de tous horizons sans pour autant approfondir les stratégies individuelles et les représentations sociales liées dans l’élaboration de ces logiques d'investissement. Les approches méthodologiques inductives des anthropologues (Searle, 2010) et des chercheurs renseignant les pratiques quotidiennes liées à ces terres (Benjamin, Raman, 2011) soulignent des enjeux sociaux voire religieux et invitent à entrevoir les représentations sociales de ces acteurs. Cet article s’inscrit dans la continuité de ces travaux pour décrire les multiples configurations d'acteurs du quotidien et leurs enjeux dans l’élaboration de stratégies lors des acquisitions foncières.

  • 3 Economiste de formation, membre du Congrès national indien (centre-droit).

9En Inde, les décisions politiques engagées pour la libéralisation économique (1990) font écho aux changements de paradigmes mondiaux pour la croissance des villes. Une série de réformes économiques sont votées afin d'accélérer l'ouverture aux partenariats étrangers. Pour dynamiser le secteur immobilier et du logement (housing and real estate sector), le gouvernement central l'ouvre progressivement depuis les années 2000 aux Investissements Directs Etrangers (IDE) (Halbert, Rouanet, 2014). Dès les années 2005, la loi sur les Special Economic Zones (SEZ) permet aux entreprises, nationales comme étrangères, de profiter de mesures de défiscalisation pour leurs activités d'imports et d'exports. Manmohan Singh3, Ministre des finances (1991-1996) puis Premier ministre de l'Union indienne (2004-2014), est l'un des promoteurs de cette stratégie contemporaine nommée «infrastructure led-growth » (Kennedy et al., 2014, p. 5). Il apparaît comme celui qui exauce les vœux des promoteurs et des investisseurs étrangers, qui pour lui, sont la clé du développement économique. Mais doit-on pour autant attribuer l'ensemble des changements structurels à cet homme politique actif et influent, que l’on pourrait qualifier de « petit génie » de l'économie ?

Figure - Manmohan Singh, le génie de l'économie libérale

Figure  - Manmohan Singh, le génie de l'économie libérale

Réalisation : R. de Flore, 2013.

  • 4 2005 : Création du National Rural Employment Guarantee Act (NREGA), qui a été rebaptisé Mahatma Gan (...)

10Plusieurs recherches sur l'analyse des réseaux politiques en place, ont su rendre compte de la mise en œuvre concrète de ces changements économiques en décrivant les réformes sociales et foncières qui accompagnaient ces dispositifs législatifs. Pour le parti du Congrès, au pouvoir par l’Alliance Progressiste Unifiée (UPA) de 2004 à 2014, l'acceptation de ces mesures libérales est rendue possible par l'appui de programmes sociaux destinés aux habitants les plus défavorisés et sans emplois stables4 (Jenkins, 2011). Le Right to Information Act, voté la même année que la SEZ Act (2005), prévoit un droit à l'information afin de garantir une meilleure transparence au sein des autorités publiques. Dans la pratique, la circulation de l’information pour la programmation de ces projets (Bon, 2015) et l’application des règles du NREGA sont encore instrumentalisées aux échelons locaux.

  • 5 Cf. nombreux travaux de chercheurs indiens parus dans la revue Economic and Political Weekly, expos (...)

11D’importantes réformes foncières ont également été mises en œuvre pour assurer la constitution de réserves dans l'urgence pour l'établissement des projets. Là encore, sous la mandature de l’UPA, la législation s’adapte au fil du temps et des conflits sociaux, pour accorder plus de compensations financières et sociales aux citoyens. A ce titre, la loi d'acquisition foncière (Land Acquisition Act de 1894, amendée en 1995) a été soumise à plusieurs débats au Parlement (2007, 2013 : The Right to Fair Compensation And Transparency In Land Acquisition And Rehabilitation And Resettlement Act) sans qu'aucun accord n'aboutisse5.

12Cependant, il serait réducteur d'affirmer que la mise en place de ces projets est due aux seules transformations économiques, foncières et sociales votées à l'échelle de l'Union. L'Inde est une république fédérale, dans laquelle le Chief Minister de chaque Etat régional adapte les réglementations centrales en fonction des priorités politiques et des compétences en matière d'urbanisme.

13Nikita Sud (2012) qui s'appuie sur l'histoire économique et politique de l'Etat du Gujarat, révèle les multiples formes que prend « la libéralisation économique ». Les mesures politiques régionales en faveur de la croissance économique et des grands projets immobiliers et d'infrastructures dépendent de la façon dont les Etats « traduisent » les idées telles que la «  libéralisation foncière » et le « développement industriel néolibéral » (ibid).

14Au Tamil Nadu, l'Etat le plus urbanisé d'Inde, les mesures centrales sont très vite anticipées pour conduire l'implantation des grands projets. Le Tamil Nadu TN SEZ Act entre en vigueur la même année que la réforme au niveau central (2005). Parmi les 576 SEZ approuvées en Inde, 67 l'ont été au Tamil Nadu, et la capitale qui concentre près de la moitié des implantations (33 sur 67) fait partie des huit premières villes d’Inde à héberger ces entreprises (Grasset, Landy, 2007).

15Les entreprises du secteur des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) ont pu bénéficier de ces cadres législatifs pour s'implanter, notamment le long de la Old Mahabalipuram Road (OMR) aujourd'hui appelée le Information Technology (IT) Corridor. Les activités s'y implantent dès la fin des années 1990 dans le cadre de la IT policy (1997), dont les règles de constructions supplantent celles des Master Plans en vigueur. Puis, c'est sous la TN SEZ (2005) que des multinationales indiennes comme étrangères implantent leurs filiales IT sur de larges emprises foncières à l’instar de la filiale de l'entreprise Tata : Tata Consultancy Services (TCS) construite sur 280 hectares.

16A Chennai, cette économie de services constituée d'entreprises spécialisées dans le secteur de l’informatique et des services liés Information Technology - IT et Information Technology Enabled Services - ITES est favorisée par l'adaptation de législations nationales et l'annonce de la constitution de larges réserves foncières. Pourtant, cela ne suffit pas à attirer des entreprises comme en témoignent les négociations internes à ces lieux. C'est au sein même de la classe politique que des contradictions se révèlent, comme le souligne Divya Leducq (2009) dans l'analyse de la succession des partis politiques et de la promotion des corridors informatiques au Kerala. De nos jours, le boom des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) reste très localisé en Inde (Leducq, 2009) et les choix politiques qui conduisent à ces concentrations d'activités sont également liés aux passés économiques, sociaux et politiques des localités. Au Tamil Nadu, les mutations profondes du secteur agricole et l'assise industrielle forte sont deux éléments qui constituent un socle pour les investisseurs.

La diversité de la ruralité

17En Inde, l'agriculture emploie près de la moitié des salariés actifs (Lutringer, 2013). Au Tamil Nadu comme dans d'autres régions, les entreprises s'implantent dans un processus de diversification de la ruralité et dans un « processus d'acquisition silencieux » (cf. Silent Process of Acquisition, Vijayabaskar, 2010). Celles-ci s'implantent dans un ensemble de compromis et de négociations révélateur d'une histoire rurale locale singulière. Les propriétaires de terres ont pour souhait de quitter l'agriculture s'ils ne l'ont pas déjà fait depuis une ou deux générations (entretiens menés auprès de cultivateurs, 2010-2014). Plusieurs raisons expliquent ces volontés comme le manque de main-d'œuvre agricole, l'appauvrissement des agriculteurs, la décélération de l'activité, le manque d'eau et d'irrigation des terres ainsi que la diminution des subventions publiques d'une majorité politique qui prône l'industrie informatique (Vijayabaskar, 2010). Les filières techniques liées aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ou à l'électronique deviennent les nouveaux secteurs vers lesquels les enfants d'ouvriers agricoles envisagent leur avenir (entretiens menés auprès de fils d'ouvriers agricoles, 2010-2014). Les représentations évoluent et avec elles les métiers de l'agriculture qu'exercent ces propriétaires et ces locataires fonciers depuis des générations. Les agriculteurs ont diversifié leurs activités et les espaces agricoles comprennent des parcelles de tailles variables, de quelques mètres carrés à plusieurs hectares dans lesquelles poussent des cultures intensives comme du petit maraîchage familial.

18Les pratiques agricoles évoluent en fonction des institutions et des politiques qui diminuent les financements (Lutringer, 2013). Au Tamil Nadu, les familles élargissent leurs domaines de compétences (transformation des productions agricoles, commerces, emplois de services) et réinjectent des fonds provenant de l'agriculture dans d'autres secteurs (Vijayabaskar, 2010).

Le passé industriel chennaïte

19Les entreprises s'intègrent dans une longue histoire industrielle locale propulsée par une forte volonté entrepreneuriale engagée dès la colonisation.

  • 6 fondé par l'indépendantiste Raghunandan Saran.
  • 7 du groupe britannique Cycle Company Enfield.

20La ville héberge des industries depuis la fin du XIXe et le début XXe siècle. C'est dans le secteur textile (fabriques de coton, de jute) que se développent les entreprises et les usines soutenues par des castes de commerçants (Chettiars), des hauts fonctionnaires ou des castes d'agriculteurs (Naidu). A cette époque, les investissements se localisent principalement dans la région Est (l'actuel Tamil Nadu) et s’accompagnent d’usines sucrières, de moulins et de métalleries (Reddy, 2002). Les premières incitations aux grands projets industriels sont encadrées par la State Aid to Industries Act en 1922 et la ville de Madras est « considérée comme le centre commercial, militaire et administratif de tout le Sud de l'Inde » (Marius-Gnanou, 2010, p. 31). Malgré cet engouement, l'économie industrielle stagne durant les années 1920 et connaît des vagues de croissances et de décroissances pendant les deux décennies suivantes (Reddy, 2002). A la suite de l'indépendance de l'Inde (1947), plusieurs entrepreneurs locaux choisissent d'investir à Chennai et contribuent au développement du secteur automobile ainsi qu'à celui des industries lourdes (raffineries, usines pétrochimiques). Le secteur automobile est révélateur des liens commerciaux et financiers conservés avec la Grande Bretagne. Le groupe Ashok Leyland6 assemble des véhicules automobiles pour l'exportation vers l'Angleterre depuis 1948 et Royal Enfield India7 produit des motos pour la police et l'armée indienne depuis 1955.

  • 8 Murasoli Maran a été Ministre développement urbain puis du commerce et de l'industrie à l'échelle d (...)

21Les implantations industrielles sont soutenues par les partis dravidiens locaux, notamment grâce à l'appui de membres actifs au gouvernement central. C'est avec l'intervention du Ministre de l'Industrie du gouvernement central : Murasoli Maran8 (du parti Dravida Munnetra Kazhagam - DMK), que l'entreprise Ford s'est implantée à Chennai en 1995.

22Puis, Hyundai et Mitsubishi se sont implantés à la fin des années 1990, suivis dix ans plus tard de Renault-Nissan, Michelin, Komatsu, Daimler et bien d'autres. De nos jours, l'industrie automobile représente 25% du secteur automobile national, soit 38 milliards de dollars de production par an (Catchnews, 8/12/2015).

L'institutionnalisation des corridors par les pouvoirs régionaux étatiques

23La contextualisation historique, politique et sociale de ces espaces donne de meilleures pistes pour comprendre le terrain favorable dans lequel s'étendent les corridors d'activités.

24De nos jours, les activités économiques et industrielles s'étendent sur plus de quarante kilomètres en périphérie de la ville et ces développements marquent une spécialisation fonctionnelle du territoire (Marius-Gnanou, 2010).

Figure - Chennai, une capitale économique en expansion

Figure  - Chennai, une capitale économique en expansion

Réalisation : R. de Flore, J. Litzky, 2014. Sources : Enquêtes de terrain et données cartographiques, Institut Français de Pondichéry, 2011

Commentaire de la figure : Certaines villes concentrent des parcs industriels (industrial estates) depuis les années 1960 (transformation du bois, production de fertilisants) comme Ambatur et Manali. Au nord, le développement industriel est marqué par les raffineries, les industries pétrochimiques, les usines de textiles, de cuir et de production de matériaux de construction (National Highway NH 5). Au sud-ouest se développent les entreprises automobiles et leurs fournisseurs (Automotive Corridor, NH4, NH45) ainsi que les usines travaillant le verre et la céramique. Tout au sud, le long de la Old Mahabalipuram Road (OMR appelée IT Corridor) se développent des entreprises spécialisées dans le secteur de l’informatique et des entreprises de composants électroniques (Electronics Hardware). Des activités de loisirs récréatifs (parcs d'attraction) s'établissent le long de la East Coast Road (ECR).

25Le projet de territoire comprend l'ensemble de ces corridors qui connaissent des avancées différentes et dont les outils réglementaires sont divers. Pour comprendre la gestion disparate de ces projets d'aménagement, il faut s'intéresser aux acteurs initiateurs de ces opérations immobilières (promoteurs, investisseurs), des parcs de SEZ (agences du gouvernement) et des infrastructures (Partenariats Publics Privés) tout comme à ceux engagés dans la gestion foncière de ces terrains (propriétaires, agriculteurs, élus, Etat).

Du projet immobilier au projet d'aménagement : ajustements et anticipation des temps réglementaires

26Les phases conduisant à l'acquisition foncière pour l'établissement des projets immobiliers sont régies par des mesures réglementaires constamment contraintes et négociées par des logiques individuelles. Divers acteurs se confrontent dans des rivalités de pouvoirs motivées par une institution, une posture sociale ou un électorat. Ainsi, les temps réglementaires se heurtent aux logiques privées dans le cadre des réflexions pour la constitution des réserves foncières (planification à long terme), la conversion des sols (anticipation des phases de conception du projet à moyen terme) et la conduite des acquisitions foncières (gestion des expropriations sur du court terme).

La planification des constructions et la constitution des réserves foncières

27En termes d'urbanisme et d'aménagement du territoire, l'Etat est le principal gestionnaire de la métropole. Sa présence est multiple et cela est visible par le nombre d’organes nommés : les services sectoriels (Department) et les agences publiques (board) ou encore les agences parapubliques (parastatal agency). Ces dernières, créées pour développer la croissance industrielle des Etats, constituent des réserves foncières, gèrent l'entretien et la maintenance des sites. Au Tamil Nadu, vingt parcs de Zones Economique Spéciales (SEZ) sont gérés par State Industries Promotion Corporation of Tamil Nadu Limited (SIPCOT), six par Electronics Corporation of Tamil Nadu (ELCOT) et dix-huit par Tamil Nadu Industries Development Corporation (TIDCO).

28De ce fait, les projets s'établissant le long des corridors sont instruits, régulés et contrôlés par divers organismes en concurrence entre eux. Les agences parapubliques sont « en compétition » et entretiennent des rapports de forces au sein d'un même projet (Kennedy et al., 2014, p. 16). Sur le IT Corridor, les trois agences parapubliques gèrent chacune un IT park, tandis que l'infrastructure routière est gérée par une instance en Partenariat Public Privé (PPP) : le Tamil Nadu Road Development Corporation (TNRDC).

  • 9 Le CMDA et le DTCP sont régis par le Département du logement et du développement urbain (Housing & (...)

29Le Chennai Metropolitan Development Authority (CMDA), également instance de l'Etat, régule et organise sa stratégie territoriale par un Master Plan. Ce document ne couvre pas juridiquement l'ensemble des périphéries, et donc l'ensemble des corridors. Diverses tensions avec les communes (panchayats) ou les autres services de l'Etat sous l'autorité du Directorate of Town and Country Planning (DTCP)9 rythment les prises de décisions relatives à l'aménagement des espaces périphériques. Par exemple, les autorisations de permis de construire sont délivrées par des instances différentes (cf. procédures détaillées in de Flore, 2015).

  • 10 Atelier sur les « Perspectives de planification régionale pour : Chennai Mega Region », The New Ind (...)

30Les objectifs pour construire une « Mega region » (Chennai Vision 2023) comportent en creux les logiques de concurrence entre institutions. L'agrandissement de l'aire métropolitaine Chennai Metropolitan Area (CMA), pour un développement « rentable » et qui « prendrait moins de temps »10, donnerait au CMDA la possibilité d'avoir un pouvoir réglementaire sur l'ensemble des corridors, et donc sur l'ensemble des institutions gérées par le DTCP.

31Le CMDA compte sur l'action des promoteurs et des investisseurs privés pour accélérer la réalisation des projets, éviter les litiges avec les populations et se démarquer des autres instances régulatrices indiennes.

« Contrairement à d'autres grandes villes de notre pays, comme Delhi et Mumbai Navi, l'acquisition publique à large échelle, pour assurer la répartition spatiale des activités récréatives, éducatives et des autres installations institutionnelles, n'était pas [la méthode] visée [...] ce fut l'engagement des acteurs privés dans le processus de croissance - régulé par le public - qui a permis d'atteindre les objectifs d'aménagement ». Second Master Plan (Draft version 2008-2026), vol. I, point n°6, p. 1, 2008.

32Dans cette phase de planification, l'urgence est la règle et le rôle des entreprises paraît majeur dans la constitution rapide et effective de ces réserves foncières.

  • 11 Larsen & Toubro est une multinationale indienne, créée en 1938 par deux Danois, spécialisée dans le (...)

33Les managers de South City Project11 du groupe Larsen and Toubro (L&T), font partie de ces promoteurs de résidences de logements haut-de-gamme, qui se greffent aux développements des activités économiques le long du IT Corridor. Les entrepreneurs ont choisi d'implanter leur résidence fermée sur 38 hectares de terres majoritairement agricoles.

Figure - Résidence immobilière L&T South City Project (Phase I - village de Siruseri)

Figure  - Résidence immobilière L&T South City Project (Phase I - village de Siruseri)

Source : entretiens avec les responsables du projet L&T, 2013. Réalisation cartographie et photographie : R. de FLORE, 2013.

34Malgré la forte volonté des services de l'Etat d’assister les entrepreneurs dans leurs projets, la constitution du remembrement foncier comporte beaucoup de difficultés, comme en témoigne la description des acquisitions de la première phase du projet.

35L'entrepreneur décrit l'achat des terrains comme un « processus mené pas à pas » avec des acquisitions commencées en 2004 et qui se poursuivaient encore en 2013 (entretien manager L&T, 2013). Ce long travail s'explique par la nature des transactions, qui ont toutes été négociées plus ou moins longuement avec les propriétaires, le nombre important de parcelles et qui pouvaient concerner des familles élargies, soit plusieurs générations d'une même famille, ce qui supposait l'accord de huit à dix personnes pour une seule parcelle.

Illustration  : Evolution du site L&T South City Project (Phase I - village de Siruseri).

Illustration  : Evolution du site L&T South City Project (Phase I - village de Siruseri).

Source : Google Earth, réalisation R. de FLORE, 2014.

36En plus de ces négociations auprès des familles d'agriculteurs, la validation du President Panchayat (élu local du village) était un élément incontournable pour la faisabilité du projet.

« Pour acquérir des terres : il y a un roi et des soldats. Si le roi dit oui, les soldats doivent suivre. [Pour ce projet], nous avions eu l'aval du roi donc les soldats ont dit oui et nous ont vendu les terres. Le President Panchayat avait des terres qu'il a nous a également vendues ». Manager du projet L&T South City Project, Chennai, 26/03/2013.

  • 12 Les brokers sont des intermédiaires intervenant comme médiateurs entre les acheteurs et les vendeur (...)

37Dans cette métaphore, « le roi » désigne le President Panchayat et « les soldats », les habitants engagés dans la gestion des sols de ce village tels que les propriétaires fonciers ou les intermédiaires (brokers12).

38L'action du manager dans la conduite des phases opérationnelles des remembrements fonciers révèle l'importance des enjeux politiques rattachés aux sols. Ainsi, la production des projets, tout comme l'agrandissement de l'aire métropolitaine, devront se heurter à des négociations multiples avec ces acteurs locaux.

Les conversion des sols à l'épreuve des logiques d'anticipation

39En plus des actions régulatrices du CMDA, d'autres instances de l'Etat contribuent à l'allègement des mesures règlementaires pour plus de rapidité dans l'établissement des constructions et de leur mise en service. Si les conversions étaient auparavant validées par le President Panchayat, elles sont désormais uniquement traitées par les autorités de l'Etat du Tamil Nadu. Le DTCP (autorité compétente pour l'espace administratif en dehors de la CMA) prend la responsabilité d'octroyer les autorisations de conversions foncières afin « [d']éviter les retards » (Commissioner, DTCP, The Hindu, 2009). En prenant ce pouvoir de décision, le DTCP s'affirme face aux pouvoirs locaux nommés et élus qu'il ne sollicite que pour la validation de la décision. Une consultation soumise à un délai de trente jours dans lequel la population est également informée via des publications dans les journaux.

40Ces prises de position des institutions en faveur d’un allègement des règles foncières s’observent dans d'autres Etats de l'Inde comme au Gujarat, où les règles foncières concernant la conversion des sols et l'édification des bâtiments s'assouplissent depuis deux décennies (Sud, 2012). Au Tamil Nadu, les conversions sont étudiées au fur et à mesure des demandes privées et cela même, pour les terres protégées faisant partie des zones humides.

  • 13 Master Plan de la Mahabalipuram Local Planning Authority (MLPA), instances dépendant du DTCP et rég (...)

« Dans la mesure du possible, toutes les terres humides dans la zone doivent être préservées pour l'agriculture. Toutefois, compte tenu des activités qui sont à venir [...] dans [le IT] Corridor, on estime qu'en raison du développement rapide, la classification actuelle des terres humides sera modifiée en fonction des occupations au cours du temps ». Extrait du Master Plan de la zone sud, extérieure à la CMA13 (2002).

41Plusieurs entreprises ont bénéficié du déclassement des sols agricoles ou protégés afin de permettre leurs implantations, à l’instar de l'entreprise L&T qui a pu s'implanter sur des zones agricoles humides cultivées (d'après les registres locaux de classification, Chitta adangal, 2013).

42Bien d'autres types de sols sont concernés par ces ventes et leurs conversions ne sont pas toutes encadrées par les pouvoirs publics. La mise sur le marché de terres publiques en est une illustration. Au sein des villages situés le long du IT Corridor, plusieurs parcelles juridiquement publiques (poramboke) sont converties en biens privés puis revendues à des promoteurs immobiliers ou à des entrepreneurs industriels. La conversion et la vente des sols se fait avec l'appui voire à l'initiative des President Panchayats.

43Certaines catégories de terres publiques sont juridiquement transférables (cf. réglementation Board Standing Orders BSO 15-2 (1-I&ii)). Celles-ci peuvent être utilisées par des habitants de la localité pour être cultivées ou habitées (Natham Poramboke, Meikkal Poramboke). Généralement, les President Panchayats proposent l’usage de ces terres aux habitants ayant peu de revenus et n’ayant pas suffisamment de terres à cultiver (Landless poor people, catégorie reconnue dans la réglementation). Une fois les terres attribuées, les utilisateurs peuvent bénéficier d'un titre de propriété conditionnel (free patta) qui leur permet d'acquérir et de convertir les terres au bout de dix ans. Dans les faits, les Presidents Panchayats qui octroient les titres de propriété conditionnels peuvent exiger des contre-parties.

  • 14 Cette attribution de parcelles aux personnes sans terre n'est pas exceptionnelle au Tamil Nadu. Cel (...)

44Dans plusieurs cas recensés sur le terrain, les habitants qui jouissaient des terrains s'étaient engagés à revendre les terrains au President Panchayat. Ces derniers pouvaient être des personnes nécessiteuses profitant de l'occasion d'occuper une terre pendant plusieurs années14 ou encore des membres du réseau politique ou familial du President Panchayat. C'est ainsi que les President Panchayats ont pu acquérir à titre personnel (ou via des intermédiaires) des terres précédemment publiques : un patrimoine devenu accessible aux promoteurs immobiliers et aux investisseurs.

45Plusieurs terres ont été ainsi transférées aux promoteurs et aux constructeurs de projets le long du IT Corridor. Seulement, les négociations n'ont pas toujours abouti et le groupe L&T n'a pas pu obtenir des terres publiques espérées pour l'entrée de leur résidence.

46Les étapes du projet sont ainsi bousculées par les acteurs locaux qui devancent la planification des Master Plans et anticipent les règles de conversions des sols à leur avantage. Au-delà des directives métropolitaines et des cadrages juridiques, les investisseurs savent qu'ils doivent se tourner vers les pouvoirs locaux : les « rois », qui assurent la gestion des sols et la distribution des ressources locales.

De la parcelle au phasage opérationnel : gestion des acquisitions foncières au fur et à mesure des négociations

47Le début de la première phase du projet a été contraint par des stratégies individuelles lors des transactions foncières. Les ventes ont été réalisées à des instants différents et sur des durées plus ou moins longues donnant lieu à une montée exponentielle des prix du foncier. Les motifs des ventes témoignent de la singularité de chaque négociation, exercée à des moments différents et contrainte par des représentations liées aux temps du quotidien ou des temps associés à la mise en œuvre du projet immobilier.

Les contraintes temporelles liées aux ventes

48Le projet occupera à terme une partie des terres agricoles du sud du village de Siruseri.

Figure 5 - L'emprise du développement industriel et résidentiel à Siruseri.

Figure 5 - L'emprise du développement industriel et résidentiel à Siruseri.

Source : Google maps. Réalisation : R. de FLORE, 2010.

Commentaire de la figure : Les réservoirs d'eau, situés à gauche du projet immobilier L&T, irriguaient les zones agricoles. Au nord, le centre ancien villageois regroupe le temple principal et les institutions publiques. L'espace y est ségrégé par caste contrairement aux nouvelles zones d'habitations construites au nord. A droite du projet L&T se situe le parc technologique de l'agence parapublique SIPCOT : le SIPCOT IT Park, dédié aux activités liées aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Le tracé du parc SIPCOT délimite son emprise au sein de Siruseri mais ne correspond pas au périmètre entier du parc qui comprend également les villages d'Egattur, Mutthukadu, Kazhipattur, Pudupakkam, Navallur.

49Plusieurs négociations ont eu lieu dans le cadre de l'acquisition des terrains pour la première phase du projet comme l'illustre le schéma suivant. L'éventualité d'une expropriation, une rumeur lancée dès 2006, fut un des principaux moteurs qui ont conduit plusieurs habitants du village à vendre à des promoteurs privés afin d'éviter les pertes financières liées à une faible indemnisation du gouvernement.

Figure  : Négociations parcellaires dans le montage du projet L&T.

Figure  : Négociations parcellaires dans le montage du projet L&T.

Source : Entretiens menés de 2010 à 2013 auprès des habitants de Siruseri et des villages alentours - Réalisation : R. de FLORE, J. LITZKY, 2013.

Commentaire de la figure : L'analyse spatiale ci-dessus est une représentation schématique du village de Siruseri. La ligne rouge symbolise le périmètre foncier du projet de L&T et l'adaptabilité de cette surface dans le temps au regard des stratégies de transactions et de non-transactions. Les prix fonciers correspondent aux prix déclarés par les habitants dans le cadre de la vente de leurs terrains.

50Les managers commerciaux ont pu racheter des terres directement aux propriétaires comme ce fut le cas avec M. Sa, exploitant agricole depuis plus de 30 ans sur le IT Corridor (cf. figure ci-dessus transactions de P1 à l'entreprise). Si certains « achetaient des terres et les laissaient vides » (M. Sa, 2012) dans le but de faire une plus-value à la revente, M. Sa lui, préférait attendre le bon moment et le bon promoteur avant de vendre ses biens qu’il cultivait encore. C’est depuis ses parcelles de riz et d’arbres fruitiers qu’il observait les différentes actions des promoteurs immobiliers. Pour lui, l'important était de réaliser une vente « rapide » donc avec des entrepreneurs « parfait[s] en affaire » (M. Sa, 2012).

« Tout le monde vendait donc je me suis dit que j'allais vendre aussi. Il n'y avait pas que L&T, il y avait Prince Foundation, Arihant, DLF, Lanco, Unitech, Hirandani... Jain Housing et Prince Foundation m'ont demandé mes terres pour plus d'argent ! Ils disaient 4 crores par acre. Mais le problème c'est qu'ils ne sont pas parfaits en affaire, c'est pour ça que j'ai choisi L&T. Avec eux, ça allait être rapide (prompt) ». M. Sa, habitant d'un village sur le IT Corridor, 26/04/2012.

51La vente de son bien a duré trois mois « seulement » (M. Sa, 2012). Il n’a pas obtenu la somme qu’il voulait mais peu importe, car l'essentiel est dans une vente sans fraude qui a pu être réalisée car il s'est adressé directement au groupe et grâce à sa bonne connaissance des procédures législatives. Il a tout de même pu racheter des terres ailleurs afin de poursuivre son activité agricole à quarante kilomètres de son domicile où une main d’œuvre agricole est encore disponible et où il ne faut pas « passer par des immeubles pour [accéder] aux champs » (M. Sa, 2012). Son fils deviendra « ingénieur » (M. Sa, 2012) pour lui aussi travailler dans ces nouvelles « constructions de verres » qui abritent les activités TIC. Par ailleurs, la famille issue de la caste des Vanniars (castes d'agriculteurs) ne perdra pas son statut social grâce aux terres qu'elle possède toujours.

52Si la vente de son terrain a permis au groupe L&T d’acquérir deux hectares en quelques mois, d'autres transactions ont été plus longues et espacées dans le temps. Des négociations se sont faites de façon indirecte par un ou plusieurs intermédiaires (i), qui pouvaient faciliter ou compromettre les ventes. Ces intermédiaires variaient d'une transaction à l'autre. Ils pouvaient être des membres de la famille du vendeurs, des hommes ou des femmes issus de castes d'agriculteurs (Vanniars, Naidus), des consultants mandatés par le groupe L&T (agents immobiliers professionnels), des personnes hors castes (SC) ayant une bonne connaissance des réseaux de pouvoirs locaux dravidiens ou encore des jeunes maîtrisant l'anglais et disposant de ressources informatiques pour rechercher des acheteurs extérieurs à la région (de Flore, 2013).

53Au-delà des préoccupations financières, plusieurs familles ont exposé des contraintes familiales et personnelles pour expliquer leur logique de rétention ou de vente. M. Ku n'a pas pu dater précisément les ventes des terrains agricoles familiaux qui se sont déroulées il y a deux décennies pour pouvoir célébrer le mariage de sa sœur et constituer la dot. Les 0,8 hectares de terre familiale ont été vendus en plusieurs fois à des connaissances locales et en espèce à des coûts très bas pour pouvoir financer dans l'urgence divers évènements familiaux (mariage, enterrement). D'autres n'ont pas vendu leur terrain qu'ils cultivent encore et conservent pour le transmettre à leurs enfants. Ces logiques de rétention dans un but patrimonial ou « en bon père de famille » sont comparables aux comportements des propriétaires observés par Vincent Renard (2013) dans plusieurs villes d'Europe. L'analyse détaillée des comportements permet de rendre compte des multiples enjeux qui guident les transactions et les rétentions.

54Le périmètre des projets immobiliers est défini par des parcelles acquises et techniquement constructibles, qu'elles soient converties ou non. Il comporte en filigrane des enjeux locaux, métropolitains voire régionaux, qui peuvent faire l'objet de prises de pouvoirs par les acteurs de l'arène politique tels que les députés des assemblées régionales (Member of Legislative Assembly, MLA) comme cela a été démontré dans le cadre de l'implantation de projets à Delhi (Bon, 2015). Ces limites doivent également leurs tracés aux multiples acteurs du quotidien : les locataires fonciers, les propriétaires, les intermédiaires (brokers), qui agissent différemment selon les ressources dont ils disposent : connaissance des localités et ancrage social, pratique de l'anglais, ressources financières, connaissance des pratiques et des procédures foncières. Cette analyse va dans la continuité des travaux menés sur les capacités des acteurs à construire une réponse stratégique malgré les faibles marges de manœuvre et l'autorité affirmée des institutions publiques (Raman, Denis, Benjamin, 2015).

55L'incertitude est donc constante pour ce promoteur qui doit composer avec ces multiples acteurs sur le terrain et leurs divers moments d'action, qui révèlent des stratégies à court et à moyen termes. Les choix stratégiques, comme le fait de vendre ou non, dépendent des temps du quotidien (évènements familiaux, contraintes personnelles) mais aussi des temps liés au projet (rumeur d'expropriation, début des constructions par le promoteur).

La concrétisation des projets immobiliers remise en cause dans le temps

56Au-delà du projet immobilier, l'ensemble de ces interactions non coordonnées peut avoir des conséquences plus larges. D'une parcelle à l'autre, les négociations sont diverses et s'exercent sur différentes temporalités, creusant des écarts de prix et les situations d'inégalités entre les ménages. La hausse des prix du foncier s'explique par l'enchaînement des transactions sur des temps courts (deux à trois mois), déclarées ou non, et dont les motifs recouvrent des enjeux plus complexes que la spéculation financière active. La « financiarisation populaire » (Denis, 2016), autrement dit l'analyse fine d'une variété d'acteurs exposés et engagés dans ces rivalités liées à la monétarisation des sols est une réelle piste pour donner plus de lisibilité aux réalités locales.

57L'analyse de stratégies d'acteurs dans le temps permet d'appréhender les différents moments auxquels ils interviennent et d'entrevoir les logiques d'anticipations qu'ils ont tous, qu'elles soient en lien ou non avec le projet. L'analyse de ces situations de rivalités dévoile une pluralité d'acteurs qui ne peut être casée dans des catégories ou encore perçue comme des coalitions dans lesquelles les actions seraient coordonnées. Les élus locaux (President Panchayats), exclus des processus de participation et de décisions, sont habituellement perçus comme les grands perdants de ces productions urbaines. Cependant, l'analyse des actions menées, en dehors des cadres temporels du projet immobilier, montre les stratégies anticipatrices de ces élus qui mettent de nouvelles terres sur le marché à partir de ressources communes.

58Les questionnements que soulève cette étude de cas sont également discutés dans le cadre de l'implantation de projets d'intérêts publics tels que les Zones Economiques Spéciales, dont les phases d'acquisitions sont réalisées par voie d'expropriation. Les propriétaires et les familles concernées par ces acquisitions à large échelle anticipent et agissent face aux contraintes liées à ces projets (de Flore, 2015). L'observation des stratégies temporelles individuelles invite à réinterroger le rôle de l'Etat dans l'aménagement de son territoire. Comme le souligne Michèle Tranda-Pittion (2014), l'Etat ne serait-il pas un « fabricant d'organisation », celui qui crée des « conditions favorables au déroulement du processus dans le temps » (Tranda-Pittion, 2014, p. 49) ? Ces conditions seraient alors constamment négociées en fonction des temps envisagés par des acteurs plus ou moins concernés voire engagés dans la mise en œuvre de ces projets.

Conclusion

59Le projet d'aménagement, qui inclut la fabrique d'opérations immobilières localisées, peut être défini comme l'articulation de stratégies temporelles à court et à long termes. Celles-ci ne se juxtaposent pas mais co-existent, s'annulent ou se modifient en fonction de la diversité des temps envisagés par les acteurs.

60La prise en compte des stratégies individuelles et des usages de ces temps « aléatoires, imbriqués et cohabit[ants] » (Arab, 2007, p. 162) située dans leurs histoires personnelles et singulières est un élément éclairant de la production urbaine. En prenant l'exemple de la transformation des villes indiennes, cette analyse met en évidence la confrontation entre les temps stratégiques sur un même espace de projet et pour lequel les représentations varient. Le IT Corridor est un lieu de vie pour les agriculteurs sur place, c'est également un projet d'aménagement soit un espace qu'il faut rendre productif pour les pouvoirs publics ou encore, un lieu propice à la création de nouveaux marchés pour les entrepreneurs mais aussi un lieu d'avenir et d'ascension sociale pour les élus. Ce sont donc ces différentes réalités locales construites dans un temps plus ou moins long qu'il est nécessaire d'envisager pour mieux appréhender la fabrique urbaine.

61Aborder le projet d'aménagement sous l’angle du temps permet de révéler l'effet des décisions prises à divers moments. Les stratégies étudiées ici dans le cas des corridors mettent en évidence des processus « d'anticipations » mais aussi de « rétroactions » (Tsiomis, 2007, p. 9) dans lesquels les acteurs construisent des compromis. La « réversibilité, partielle ou totale » (Arab, 2007) de ces projets, tout comme la réussite ou l'échec de leur mise en œuvre doit être questionnée dans le cadre de ces choix stratégiques temporels.

62Cette analyse de projet du point de vue des acteurs présents au sein des localités concernées met en lumière les pratiques de négociation qui sont orchestrées à divers moments. Ces choix stratégiques temporels individuels tempèrent l’autorité affirmée des services de l’Etat. L'élargissement des limites administratives de l'aire métropolitaine, tout comme l'accélération des procédures d’acquisition et de conversion foncière sont contraintes, parcelle par parcelle, par une diversité d’acteurs présents localement et qui agissent hors des phases temporelles dédiées aux opérations. Ces projets, privés comme publics, s'implantent au fur et à mesure des cessions foncières et les règles instaurées par l'Etat ne sont pas des cadres circonscrits dans lesquels les négociations n'ont pas leur place.

Haut de page

Bibliographie

ARAB, N., 2007, « Activité de projet et aménagement urbain : les sciences de gestion à l'épreuve de l'urbanisme », Management & Avenir, vol. 2, n° 12, p. 147-164.

BENJAMIN, S., RAMAN, B., 2011, « Illegible Claims, Legal Titles, and the Worlding of Bangalore », Revue Tiers Monde, vol. 2, n° 206, p. 37-54.

BON, B., 2015, Quand le métro rencontre la ville, échelles et cadres d'action d'un grand projet à Delhi, Thèse de doctorat, Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales.

CMDA, 2008, Second Master plan report for CMA 2026, vol. I, II et III, Gouvernement du Tamil Nadu.

de FLORE, R., 2013, Incentives, court-métrage documentaire, HD, tamoul/anglais, ST FR, 14 min, disponible sur http://www.canal-u.tv/video/cerimes/incentives.13897.

de FLORE, R., 2015, A la (con)quête des sols. Micro-logiques et stratégies foncières dans la production des corridors industriels de Chennai, Inde, Thèse de doctorat, Université Paris-Est.

DENIS, E., 2016, « Financiarisation du sol et expansion rapide des villes des pays en forte croissance », communication présentée lors de la 3ème journée de prospective nationale de recherche urbaine, Paris.

Government of Tamil Nadu, 2012, Vision Tamil Nadu 2023: Strategic Plan for Infrastructure Development in Tamil Nadu, mars, http://www.spc.tn.gov.in/pdfs/TN_Vision_2023.pdf.

GRASSET, J., LANDY, F., 2007, « Les zones franches de l'Inde, entre ouverture à l'international et spéculation immobilière », Annales de géographie, vol. 6, n° 658, p. 608-627.
DOI : 10.3917/ag.658.0608.

HALBERT, L., ROUANET, H., 2014, « Filtering Risk Away: Global Finance Capital, Transcalar Territorial Networks and the (Un)Making of City-Regions: An Analysis of Business Property Development in Bangalore, India », Regional Studies, vol. 48, n° 3, p. 471–484.

JENKINS, R., 2011, « The Politics of India's Special Economic Zones », in RUPARELIA, S., REDDY, S., HARRISS, J., CORBRIDGE, S., (dir.) Understanding India's New Political Economy, London and N-Y, Routledge, p. 49-65.

KENNEDY, L., 2014, The Politics of Economic Restructuring in India: Economic Governance and State Spatial Rescaling, New York, Routledge.

KENNEDY, L., et al., 2014, Engaging with Sustainability Issues in Metropolitan Chennai. City report, rapport de recherche du groupe Chance2Sustain.

LEDUCQ, D., 2009, « La diffusion spatiale de l’informatique en Inde », EchoGéo, n° 10. DOI : 10.4000/echogeo.11355

LUTRINGER, C., 2013, Le secteur agricole en Inde : quelles mutations ?, IFRI.

MARIUS-GNANOU, K., 2010, « Nouvelles activités économiques et dynamique métropolitaine: le cas de la périphérie sud de Chennai », Annales Géographie, n° 671-672, p. 28-51.

DOI : 10.3917/ag.671.0028.

MATHUR, H. M., 2011, Resettling Displaced People, Policy and practice in India, New Delhi, Routledge.

MEHTA, P., 2005, Internally-Displaced Persons and the Sardar Sarovar Project: A Case for Rehabilitative Reform in Rural Media, American University International Law Review, vol.  20, n° 3, p. 613-647.

RAMAN, B., DENIS, E., BENJAMIN, S., 2015, « Everyday Practices of Titling. The Pragmatic politics of Popular Urban Groups and the materiality of papers in securing their land possession », (version auteurs).

RENARD, V., 2013, « Propriété, rétention et spéculation : les mystères de l’offre foncière ? », in Le foncier en île-de-France : retour sur 10 idées reçues, Paris, ADEF.

ROUANET, H., 2015, « Prestige Shantiniketan : la promotion d'un grand projet immobilier dans la périphérie de Bangalore », Urbanités, Chroniques.

REDDY, K. V., 2002, Class, Colonialism, and Nationalism: Madras Presidency, 1928-1939, New Delhi, Mittal.

SEARLE, L.G., 2010, Making Space for Capital: The production of global landscapes in contemporary India, Thèse de doctorat, Université de Pennsylvanie.

SUD, N., 2014, « The Men In The Middle: A Missing Dimension In Global Land Deals », The Journal of Peasant Studies, vol. 41, n° 4, p. 593–612.

SUD, N., 2012, Liberalization Hindu Nationalism and The State, a Biography of Gujurat, New Delhi, Oxford University Press.

TRANDA-PITTION, M., 2014, « Temporalités du projet urbain et jeux d'acteurs », Urbia, n° 16, p. 33-52.

TSIOMIS, Y., 2007, « Introduction », Actes du Colloque : Echelles et Temporalités des projets urbains, auditorium de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/actes_echelles_tempo2007.pdf

VARREL, A., 2009, « Le retour des "informaticiens indiens". Perspectives migratoires sur le secteur indien des TIC », Netcom, vol. 23, n° 3/4, p. 263-280.

VIJAYABASKAR, M., 2010, « "Saving Agricultural Labour from Agriculture": Special Economic Zones and the Politics of Silence in Tamil Nadu », Economic and Political Weekly, vol. XLV, n° 6, p. 36-43.

Haut de page

Notes

1 Le terme de corridor apparaît ici avec un C majuscule lorsqu'il s'agit d'un nom (ex: nom donné à un projet d'aménagement le « IT Corridor »). Il ne comporte pas de majuscule lorsqu'il s'agit d'évoquer la fabrique de ce type de projet en général.

2 (2015) A la (con)quête des sols. Micro-logiques et stratégies foncières dans la production des Corridors industriels à Chennai, Inde, réalisée au Lab'Urba et à l'Institut Français de Pondichéry, financée par une allocation régionale de recherche du Conseil régional de La Réunion et du Fonds Social Européen.

3 Economiste de formation, membre du Congrès national indien (centre-droit).

4 2005 : Création du National Rural Employment Guarantee Act (NREGA), qui a été rebaptisé Mahatma Gandhi MGNREGA en 2009. Ce texte assure un emploi non-qualifié à tout habitant pour une durée minimum de cent jours par an.

5 Cf. nombreux travaux de chercheurs indiens parus dans la revue Economic and Political Weekly, exposant les conflits liés à l’expropriation des sols, les manques de compensations et les critiques de la loi d'acquisition foncière.

6 fondé par l'indépendantiste Raghunandan Saran.

7 du groupe britannique Cycle Company Enfield.

8 Murasoli Maran a été Ministre développement urbain puis du commerce et de l'industrie à l'échelle de l'Union à différentes périodes depuis 1989 sous les gouvernements du Janata Dal (Front uni) comme ceux du Bharatiya Janata Party (BJP, parti nationaliste hindou). Son oncle maternel n'est autre que Karunanidhi, fondateur du parti DMK et ancien Ministre en Chef du Tamil Nadu, qui cumule cinq mandats. Ces hommes politiques évoluent au sein des réseaux du cinéma tamoul ou « Kollyhood », qui reste un vivier dans lequel plusieurs acteurs/actrices deviennent des figures politiques.

9 Le CMDA et le DTCP sont régis par le Département du logement et du développement urbain (Housing & Urban Development Department - H&UD).

10 Atelier sur les « Perspectives de planification régionale pour : Chennai Mega Region », The New Indian Express, 10/08/2012.

11 Larsen & Toubro est une multinationale indienne, créée en 1938 par deux Danois, spécialisée dans les matériaux de construction, les domaines de l'ingénierie et la finance.

12 Les brokers sont des intermédiaires intervenant comme médiateurs entre les acheteurs et les vendeurs dans les transactions de biens fonciers et immobiliers. Originellement, ce rôle est attribué aux hommes âgés des familles d'agriculteurs qui connaissent les règles foncières et ont un poids politique important. Avec la multiplication des ventes dans ces espaces, plusieurs jeunes éduqués ou individus de diverses formations se lancent dans cette activité qu'ils associent à un travail d'agent immobilier. Cf. de Flore, Incentives, 2013 : court-métrage documentaire réalisé dans le cadre de ce travail de recherche.

13 Master Plan de la Mahabalipuram Local Planning Authority (MLPA), instances dépendant du DTCP et régulant la zone sud de Chennai à l'extérieur de la CMA.

14 Cette attribution de parcelles aux personnes sans terre n'est pas exceptionnelle au Tamil Nadu. Cela fait notamment partie des engagements et promesses des partis locaux dravidiens envers les hors-castes (les Scheduled Casts ou Scheduled Tribes).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure - Manmohan Singh, le génie de l'économie libérale
Crédits Réalisation : R. de Flore, 2013.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4008/img-1.png
Fichier image/png, 322k
Titre Figure - Chennai, une capitale économique en expansion
Crédits Réalisation : R. de Flore, J. Litzky, 2014. Sources : Enquêtes de terrain et données cartographiques, Institut Français de Pondichéry, 2011
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4008/img-2.png
Fichier image/png, 268k
Titre Figure - Résidence immobilière L&T South City Project (Phase I - village de Siruseri)
Crédits Source : entretiens avec les responsables du projet L&T, 2013. Réalisation cartographie et photographie : R. de FLORE, 2013.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4008/img-3.png
Fichier image/png, 498k
Titre Illustration  : Evolution du site L&T South City Project (Phase I - village de Siruseri).
Crédits Source : Google Earth, réalisation R. de FLORE, 2014.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4008/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 5 - L'emprise du développement industriel et résidentiel à Siruseri.
Crédits Source : Google maps. Réalisation : R. de FLORE, 2010.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4008/img-5.png
Fichier image/png, 459k
Titre Figure  : Négociations parcellaires dans le montage du projet L&T.
Crédits Source : Entretiens menés de 2010 à 2013 auprès des habitants de Siruseri et des villages alentours - Réalisation : R. de FLORE, J. LITZKY, 2013.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4008/img-6.png
Fichier image/png, 328k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

E. Roxane de Flore, « Anticipation foncière et planification urbaine à Chennai en Inde : quand le temps devient une stratégie », L’Espace Politique [En ligne], 30 | 2016-03, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4008 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4008

Haut de page

Auteur

E. Roxane de Flore

Chercheure en urbanisme et aménagement de l’espace
Chercheure associée au Lab'Urba - ATER à l’IATEUR, Université de Reims Champagne-Ardenne
roxanedeflore@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org